Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La santé des populations civiles et militaires

 | 
Élisabeth Belmas
, 
Serenella Nonnis-Vigilante

Résumés

Texte intégral

Emmanuel Pénicaut. Sources de l’histoire du Service de santé et des hôpitaux militaires au ministère de la Défense (XVIIe-1re moitié du XXe siècle)

1Marquées par une histoire mouvementée au cours des deux derniers siècles, les archives du service de santé des armées sont aujourd’hui conservées dans trois centres principaux : le Service des archives médicales hospitalières des armées, à Limoges, qui détient principalement les dossiers individuels des patients et les archives médicales des établissements hospitaliers ; le musée de Val-de-Grâce, à Paris, qui conserve des collections lacunaires d’archives et de documentation relatives au Service de santé au XIXe siècle et au début du XXe ; le Service historique de la Défense, à Vincennes, où se trouvent les archives de l’Hôtel des Invalides, les dossiers individuels de médecins ainsi que les archives du Service de santé aux XIXe et XXe siècles qui lui ont été versées.

Joël Coste. Les registres hospitaliers d’admission, des sources pour l’épidémiologie historique de l’époque moderne. Leçons tirées de l’étude du registre de l’Hôtel royal des Invalides (1670-1791)

2L’épidémiologie historique s’assigne l’étude de la distribution et des déterminants des états de santé et des maladies dans les populations humaines du passé au moyen de méthodes statistiques. Dans cet article, nous examinons les intérêts et les limites d’une des principales sources de l’épidémiologie historique pour l’époque moderne : les registres d’admission des institutions hospitalières. Nous considérons successivement la structuration, le contenu et les modalités d’analyse de ces registres puis nous déterminons les conditions dans lesquelles ils peuvent permettre d’évaluer la fréquence et les déterminants des maladies et des états de santé dans les populations anciennes, ainsi que les conséquences de ces états de santé en termes de survie ou de handicap. Le registre d’admission de l’Hôtel royal des Invalides (1670-1791) sert d’exemple principal pour l’étude d’une population professionnelle particulière : les militaires « hors d’état de continuer le service » des règnes de Louis XIV, Louis XV et Louis XVI.

Élisabeth Belmas. L’admission à l’Hôtel royal des Invalides (1670-1791)

3Les conditions d’admission à l’Hôtel royal des Invalides sont étudiées ici à partir de 11 528 notices individuelles de militaires reçus de 1670 à 1791, sélectionnées par un sondage au 1/10e effectué sur plus de 111 000 enregistrements, consignés dans 47 registres d’admission dans la célèbre institution, fondée par Louis XIV et destinée à recueillir les « anciens soldats » et « les estropiés des guerres ». L’immense succès obtenu par l’Hôtel des Invalides a obligé la monarchie à allonger la durée des services exigés et à « externaliser » les pensionnaires de plus en plus nombreux, quand ils étaient encore valides, un peu par la pratique des congés de longue durée, mais surtout des détachements et après 1764 de la pension d’invalidité militaire remplacée en 1776 par la pension de récompense militaire. L’analyse des 11 528 enregistrements par des méthodes de statistique descriptive montre que l’admis-type aux Invalides est un homme d’un peu moins de 50 ans, originaire du royaume, catholique, célibataire et souffrant de traumatismes dus aux combats qu’il a livrés.

Docteur Michel. Sardet Activités et statistiques médicales de l’hôpital maritime de Rochefort au XIXe siècle

4L’hôpital de la marine de Rochefort ouvert en 1683 et son école de chirurgie créée en 1722 par Jean Cochon-Dupuy s’avérèrent rapidement un modèle du genre. Cet ensemble connaîtra son apogée au XIXe siècle, à l’époque où le Corps de santé de la marine assurait aussi le service des colonies. D’éminents praticiens s’illustrèrent par leurs compétences et leurs travaux, prenant en compte au fur et à mesure les progrès de la science, de la médecine et de l’hygiène avec la mise en œuvre de l’asepsie. Parmi eux, Charles-Adolphe Maher établit des relevés statistiques méthodiques durant quatorze années consécutives, de 1854 à 1867, publiés en 1874 dans un ouvrage intitulé Statistique médicale de Rochefort comportant deux cents tableaux de relevés. On peut ainsi découvrir la démographie médicale d’une ville à population mixte, civile et militaire, de 30 000 habitants, sur la période considérée. La mortalité de Rochefort, étudiée sous plusieurs aspects, est plutôt moindre que celle des autres ports, en particulier pour les fièvres intermittentes (paludisme) et surtout pour les fièvres typhoïdes. Les statistiques de l’hôpital sont particulièrement riches d’enseignement par leur ampleur et leurs détails. Si les fièvres intermittentes demeurent la pathologie dominante avec 28,5 % des admissions, la mortalité qui leur est imputable n’est que de 0,11 %, grâce au traitement par le sulfate de quinine utilisé à Rochefort depuis 1825. En tout état de cause ces statistiques donnent un cliché temporel tout à fait explicite de la santé de cette population civile et militaire, au Second Empire, dans une ville tout entière consacrée à la marine.

Claire Fredj. Un aperçu de la relation médecin-patient dans l’armée française sous le Second Empire : l’exemple des expéditions lointaines

5L’armée sous le Second Empire se révèle particulièrement intéressante pour l’analyse de la relation médecin-malade : l’armement se transforme, les armées françaises se livrent à plusieurs expéditions lointaines qui imposent des contraintes physiques nouvelles et des troupes d’origines très variées, recrutées chez les « indigènes » d’Algérie, du Sénégal, du Darfour, de Cochinchine complètent les contingents métropolitains. Chacun de ces groupes développe des attitudes différentes vis-à-vis de la médecine « officielle », représentée par le médecin militaire, qui s’impose à eux durant le temps plus ou moins long passé sous les drapeaux. La surveillance sanitaire constante du soldat, destinée à assurer à l’armée un certain niveau de santé contribue à familiariser toute une population au contact de la médecine « officielle ». Médecin administratif, médecin des grands effectifs, le médecin militaire se situe ainsi entre une médecine clinique censée uniformiser et un rapport au soin plus personnalisé.

Bertrand Taithe. Hybrides coloniaux : Médecins indigènes et médecine indigène en Algérie, 1860-1905

6Cet article se penche sur le statut social et professionnel des médecins indigènes issus des crises de la fin du Second Empire, en particulier la « crise démographique » des dernières années du régime militaire. Ces parcours individuels font la preuve de la difficulté de vivre en tant que médecin si l’on appartient à l’indigénat. Les médecins de Chanzy vivent une carrière souvent difficile tandis que ceux issus des œuvres charitables de Mgr Lavigerie sont souvent incapables de revenir en Algérie. Loin d’être un simple savoir, la médecine et les médecins sont l’enjeu de conflits et sont au cœur des pouvoirs coloniaux.

Gersende Piernas. Introduction à l’histoire des hôpitaux thermaux militaires en France (XVIIIe-XIXe siècles)

7Le thermalisme militaire, soignant les soldats à l’eau minérale loin du front, remonte en France à l’Antiquité mais ce n’est qu’à l’époque moderne qu’il ressurgit. D’abord fâcheusement mêlé au thermalisme civil, il s’institutionnalise au XVIIIe siècle sous la forme de lieux de soins spécifiques pour atteindre son apogée au XIXe siècle : petits et grands hôpitaux thermaux militaires ou salles réservées dans les hôpitaux thermaux civils se partagent, le temps de courtes saisons, le territoire national et les malades, qui bénéficient d’une prise en charge de leurs soins par l’état. Un personnel médical militaire, certes saisonnier mais de plus en plus spécialisé, se met en place, prônant le système de la « cure surveillée », qui allie discipline et traitements thermaux. Cette médecine fait rapidement des émules tant civils que militaires, tant en France qu’en Europe, grâce à un enseignement et à une littérature prolixes. Les sources archivistiques subsistantes, peu nombreuses, permettent néanmoins de reconstituer cette histoire thermale militaire, les contours de cette population hospitalisée et les résultats médicaux qui demeurent mitigés.

Jean-Jacques Arzalier. Les services de santé face à la guerre de Crimée (1854-1856). Étude comparative de la prise en charge sanitaire des armées britanniques et françaises en Orient

8Lors de la guerre de Crimée (1854-1856) la France et le Royaume-Uni projettent en Orient un corps expéditionnaire pour protéger la Turquie des ambitions russes. Cette guerre est un succès pour ses vainqueurs, malgré la souffrance des soldats et le nombre important des morts. Les différences d’organisation des services de santé ne sont pas l’élément déterminant de ces pertes, qui sont davantage liées aux maladies qu’aux combats. En 1854-1855, les pertes de l’armée anglaise résultent de carences logistiques, lesquelles sont corrigées dans les mois qui suivent, notamment grâce à l’aiguillon de l’opinion publique. En 1855-1856, alors même que les combats sont terminés, une épidémie de typhus ne touche que l’armée française, laquelle n’applique pas initialement avec la rigueur nécessaire les mesures d’hygiène en campagne. Si les Britanniques se remettent en question, il n’en est pas en même pour les Français qui en paieront encore le prix lors des autres campagnes du Second empire…

Stanis Perez. Les médecins du roi et le quinquina aux XVIIe et XVIIIe siècles

9Connu et utilisé en Europe depuis le XVIe siècle, le quinquina est un remède dont la circulation doit énormément au corps des médecins royaux. Après des débuts contrastés et de nombreuses polémiques à propos de ses vertus supposées, la « poudre des Jésuites » pénètre enfin à la cour et bénéficie d’une irremplaçable caution royale : guéri de la fièvre, Louis XIV va faire office de protecteur du remède péruvien.

10Les médecins du roi profitent de l’occasion pour faire la publicité pour un produit aussi onéreux qu’efficace… dès lors qu’il ne s’agit pas de contrefaçons ! Sous Loius XV, le quinquina continue son ascension pour atteindre le rang de fébrifuge par excellence. Toujours aussi prisé, il intéresse l’État royal dont les prétentions biopolitiques vont croissant.

Isabelle Robin-Romero. Étienne-François Geoffroy (1672-1731) entre l’Académie et ses patients

11Étienne-François Geoffroy, issu d’une lignée d’apothicaires parisiens, est entré en 1699, alors qu’il était encore étudiant en médecine, à l’Académie royale des sciences en tant qu’élève chimiste de Guillaume Homberg, son maître. Une fois installé comme médecin, il se tourne vers l’Académie et l’enseignement au Collège Royal puis au Jardin Royal plutôt que vers une carrière à la cour ou dans les affaires. On se demandera comment ces activités de savant et de praticien ont pu influer l’une sur l’autre. Les liens entre science, diffusion du savoir et pratique de la médecine auprès des patients seront examinés en montrant comment il s’est inséré dans les réseaux d’échanges scientifiques dans et hors de l’Académie et comment ses recherches et lectures pouvaient affecter au quotidien ses pratiques de soins.

Claire Barillé. L’hôpital à Paris dans les quartiers populaires

12L’institution hospitalière connaît une évolution significative dans la seconde moitié du XIXe siècle : alors que l’hôpital reste encore entaché d’une réputation assez sinistre, les registres d’entrées des hôpitaux le montrent massivement fréquenté, dans des quartiers populaires qui voient se créer de nouveaux établissements comme l’hôpital Lariboisière dans le 10e arrondissement, ou l’hôpital Tenon dans le 20e ou bien encore le nouvel Hôtel-Dieu au centre de Paris, reconstruit et inauguré en 1877.

13L’afflux des patients, en constante augmentation, est parallèle avec la forte croissance démographique que connaît la capitale mais s’explique également par les facilités de l’admission directe, la gratuité des soins mais également par l’inscription de l’hôpital dans son quartier. Il devient, comme le souligne les adresses des patients, une institution de proximité. L’examen des usages de l’hôpital dans ces quartiers populaires souligne un recours différent selon le sexe et l’âge des malades, les hommes se rendant plutôt à l’hôpital pour des affections respiratoires ou traumatiques alors que les femmes y viennent également pour des affections respiratoires mais aussi pour la maternité et ses suites. L’étude des taux de décès, indique un état sanitaire moins favorable pour les hommes qui s’y rendent pour des causes plus graves que les femmes. L’étude des âges enfin permet de mettre en évidence l’importance relative des classes d’âges de 20 à 60 ans, pour lesquelles les maladies respiratoires et les accidents traumatiques sont majoritaires, à lier avec une activité professionnelle manuelle et souvent dangereuse. L’hôpital parisien se transforme et accueille des populations variées pour des causes mieux identifiées et des séjours moins longs, témoignant de la médicalisation à l’œuvre dans la société urbaine de la fin du XIXe siècle.

Chiara Devoti. Règlements et projets : sources et dessins pour les hôpitaux mauriciens (XVIIIe-XIXe siècles)

14L’article analyse le rôle de l’ordre Mauricien dans la gestion de la santé des populations civiles dès la fin du XVIe siècle, au milieu du XVIIIe et jusqu’à des temps récents, une longue période pendant laquelle il gère des hôpitaux considérés comme des modèles de modernité et d’efficience, situés dans des lieux privilégiés, telle la capitale du royaume de Sardaigne (ensuite royaume d’Italie), Turin, et dans une série de villes-frontières stratégiques (Aoste, Lanzo, Valenza, Luserna San Giovanni et Sanremo). L’étude des règlements de ces hôpitaux montre qu’existe un lien entre une assistance « moderne », précocement intéressée à la condition du malade hospitalisé, et un projet d’hôpital voué à la guérison des pathologies. Ce lien se reflète dans les données architecturales, qui suivent les prescriptions des règlement pour la vie des médecins, des infirmiers, des recteurs et surtout des malades. Appuyé sur une riche analyse de sources d’archive, en partie inédites, le texte montre toute l’originalité du « système mauricien » face à l’indigence et à la maladie.

Serenella Nonnis-Vigilante. Les sources de la plainte : pour une histoire des rapports médecins malades en France aux XIXe-XXe siècles

15À partir du XIXe siècle le monde ancestral de l’hôpital est bouleversé sur le plan scientifique par l’avènement de la clinique et de la bactériologie. Une législation nouvelle ouvre les portes non seulement aux malades indigents (figures maintenant lointaines des malades pauvres des siècles passés), mais aussi aux malades payants. S’affirment ainsi progressivement d’un côté un médecin laïc en quête de reconnaissance scientifique et sociale, converti à la fois aux théories hygiénistes et pastoriennes, et de l’autre côté la figure d’un hospitalisé nouveau de plus en plus conscient de son droit aux soins sanitaires gratuits ainsi qu’au respect dû à sa dignité d’individu souffrant physiquement et moralement. Les sources de la plainte peignent un univers hospitalier complexe de sensibilités et d’émotions, où les conflits n’empêchent pas l’émergence des prémices d’une relation égalitaire entre ces deux acteurs.

Olivier Faure. Naissance et premiers développements des cliniques et hôpitaux privés en Fance (XIXe-début XXe siècle)

16Entièrement ignorée, l’histoire de l’hospitalisation privée est plus ancienne qu’on ne le croit généralement puisque les premiers établissements apparaissent à la fin du XVIIIe et au début du XIXe et peuvent être classés en trois générations. La première accueille une partie de ceux qui, pour différentes raisons, ne peuvent être reçus dans les hôpitaux. La deuxième est constituée par des hôpitaux confessionnels (protestants puis catholiques) qui font à l’hôpital public une concurrence d’ordre idéologique. Enfin à la fin du siècle se multiplient les cliniques médicales, qui insistent sur leur équipement technique mais restent très coûteuses. Pour recevoir les malades trop fiers pour aller à l’hôpital public mais trop pauvres pour payer la clinique privée, la mutualité ouvre ses propres cliniques.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540