Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La santé des populations civiles et militaires

 | 
Élisabeth Belmas
, 
Serenella Nonnis-Vigilante

Conclusion

Yves-Marie Bercé

Texte intégral

  • 1 Le superbe tableau composé par le jeune David revenant de Rome en 1781 a plus de réputation, à jus (...)

1En toute époque l’intervention du médecin subit des inflexions sociales. Les rapports entre le praticien et le patient, les attitudes et les opinions de chacun, la pratique professionnelle de l’un, les attentes et les craintes de l’autre varient avec les circonstances et les statuts. Ainsi se distingue un comportement médical spécifique au chevet des grands de ce monde, une sorte de particulière médecine des princes. De même l’attention accordée à des malades pauvres et anonymes peut sans doute avoir ses nuances spécifiques, marquées d’indifférence, d’économie de moyens ou plutôt de compassion et de devoir. Le traitement réservé aux soldats se distingue lui aussi aisément comme une ligne de conduite médicale originale conditionnée par le statut du patient. Au XVIe siècle, les grands chefs militaires tiennent à s’attacher l’expertise de praticiens employés à la suite de leurs troupes. Ce souci matériel s’impose avec la même évidence que la fourniture des armes et des vivres en campagne. Un autre motif de morale sociale se manifeste au même moment historique. Les guerres d’Italie, les guerres de religion ont laissé derrière elles nombre de gens de guerre vieillis ou estropiés, abandonnés et sans ressources, condamnés à la mendicité. Leur spectacle misérable aux portes des églises illustre un lieu commun moralisateur, l’ingratitude des grands, leur oubli des services rendus. Une image classique et tardive sera celle du général Bélisaire, chef militaire byzantin, en butte à la disgrâce de l’empereur, réduit à survivre aveugle et demi nu exposant ses blessures pour attirer les aumônes des passants. Le peintre David en a fait une scène de genre inspirée d’un roman de Marmontel1.

  • 2 Texte de l’édit cité et commenté dans le Recueil d’histoires et choses mémorables, brève continuat (...)

2Effectivement, ce fut le triste sort des soldats émérites qui suscita les premières mesures de secours accordés aux gens de guerre devenus inaptes. Sous François Ier des ordonnances affectèrent des soldats vieillis, ayant statut de « mortes payes », dans des postes sédentaires, en renfort dans des garnisons de places fortes dépourvues de danger immédiat. Sous Henri IV, à l’issue de plus de trente ans de conflits religieux, un édit de juillet 1606 attribua les revenus disponibles d’anciennes maladreries et léproseries à l’entretien de « pauvres gentilshommes et autres soldats rendus inutiles au port des armes par blessures, pertes de membres, vieillesse et caducité d’âge, qui ont consommé leurs biens en rançons et dépenses pour se faire traiter des blessures, maladies et infirmités que produisent les fatigues militaires [et qui sont] réduits sur leur déclin en une misérable et indigne mendicité ». Le texte invoquait l’exemple de « princes et républiques ayant pris soin de ceux qui ont été estropiés et rendus impotents par les guerres en faisant service au public ». Pisistrate, tyran d’Athènes, cité par Plutarque, avait, disait-on, ordonné que les vétérans mutilés fussent « tout le demeurant de leur vie nourris aux dépens de la chose publique » et saint Louis lui-même aurait assigné des fonds pour « la nourriture de trois cents chevaliers chrétiens auxquels les Infidèles avaient crevé les yeux2 ». Les religieux des couvents en commende royale avaient donc ordre d’accueillir comme oblats les bénéficiaires de cette reconnaissance officielle.

  • 3 Plaidoyers de Nicolas de Corberon au parlement de Metz, plaidoyer XIV, arrêt du 10 septembre 1637. (...)

3On est assuré par des procès qui en suivirent que la mesure fut, au moins localement, mise en œuvre. Un certificat des maîtres de camp ou capitaines était exigé, il devait attester à la fois l’indigence du sujet et le fait que les blessures avaient bien été reçues au service du roi de France et non pour une autre cause. Les argumentaires employés dans les procès prouvent que l’édit résultait d’une intention politique3. L’octroi de place de frères lais aux frais des couvents était la marque de la fidélité du souverain, la contrepartie du long dévouement de ces soldats à leur prince. Il ne résultait pas d’un sentiment ou d’un devoir de pitié sociale envers les infirmes mais de la conscience des services rendus dans le métier des armes. Parmi les divers courants du siècle, il faut l’identifier comme un geste institutionnel et non comme un mouvement de charité.

4En ce même moment historique, les dangers spécifiques de la vie militaire étaient communément avoués. On savait bien que le départ aux armées avait ses risques propres, non seulement du fait de l’exercice guerrier, de la mort au combat ou des blessures handicapantes, mais surtout du fait d’une générale surmortalité dans les camps.

« Plusieurs gens d’honneur s’émerveillent de ce qu’il meurt quantité de blessés aux armées, même de petite blessure. Premièrement il faut considérer que la mortalité aux armées soit de blessure ou autre maladie n’advient guère au printemps mais en l’automne, ni au commencement d’une armée, ains quand elle a séjourné. L’infection de l’air et le mauvais régime et désordonné qui se tient aux armées sont le père et la mère des maladies ; l’air est infecté par les mauvaises vapeurs qui s’élèvent de tant d’excréments et d’ordures, des boucheries et sang répandu des bêtes, des cuisines faisant corruption de l’ait qu’il nous faut respirer, lesquelles offensent, molestent et corrompent nos humeurs. »

  • 4 Pierre Pigray, Epitome des préceptes de médecine et de chirurgie, Paris, M. Orry, 1609. Cf. liv. I (...)

5Aux désordres des repas et du sommeil s’ajoute « l’ignorance des chirurgiens en si grand nombre suivant les armées qui coupent, tranchent sans besoin, sans raison et sans méthode… ; l’outrecuidance de langage et gaieté de visage souvent leur donnent gagné ». C’était l’opinion de Pierre Pigray, auteur de traités de médecine sans cesse republiés au long du XVIIe siècle4. Ainsi, d’ores et déjà étaient reconnus des différences, des contrastes entre les environnements bourgeois et militaires ; les lieux de la soldatesque avaient leur originalité sanitaire et ce milieu insolite attirait, selon Pigray, un personnel médical particulier médiocre ou même abominable. Il n’en serait pas toujours ainsi. Au siècle suivant, la médecine militaire prend bien plutôt figure de pionnière et d’exploratrice.

6Les inventeurs de ce colloque Élisabeth Belmas et Serenella Nonnis-Vigilante ont, avec une tranquille audace, choisi un sujet dont l’ampleur est provocante : « la santé des populations civiles et militaires ». Il suggère les diversités des évolutions de milieux contrastés, celui des camps et celui de la vie ordinaire ; le titre lui-même comprend une dynamique comparatiste dont toutes les communications ont montré, je le crois, le caractère fructueux. Au premier abord, il peut paraître curieux d’attendre que des annales guerrières apportent des contributions à l’histoire générale des populations. En fait un simple regard documentaire fait bientôt découvrir dans les archives et écrits militaires des sources inédites, des pistes d’enquête que les archives publiques communes n’ont jamais eu fonction d’envisager. Les situations extrêmes de violence meurtrière et de promiscuité misérable des guerres expliquent facilement la précocité de la médecine militaire dans les domaines de la nosologie et aussi des pratiques thérapeutiques. Ensuite, le développement d’expéditions maritimes au-delà du continent européen, dès le cours du XVIIe siècle, donna naissance à une médecine navale toute nouvelle, alors que les praticiens embarqués étaient conduits à explorer d’autres climats et d’autres aventures humaines. Tous ces médecins et chirurgiens confrontés sur terre ou sur mer à des conditions diverses et insolites de douleur et de mort recueillaient nécessairement un trésor d’expériences plus étendu que celui de leurs collègues limité aux circonstances ordinaires des villes du vieux continent. Ce n’est pas du tout que les exigences d’enseignements ou de recrutements pour les armées aient été plus rigoureuses, ce fut plutôt le contraire dans les guerres de la Révolution et de l’Empire, c’est seulement que les perspectives militaires s’ouvraient sur des cas possibles innombrables voire inconnus et offraient ainsi plus de chances et d’épreuves qui puissent contribuer à l’avancée des connaissances.

7Deux exemples qu’on pourrait dire classiques ont été proposés à l’attention, l’hôpital des Invalides à Paris et l’hôpital maritime à Rochefort. Ils ont en commun leur époque d’origine, le temps fort du règne personnel de Louis XIV ; ils offrent l’un et l’autre des documentations relativement préservées qui autorisent des analyses épidémiologiques assez précises pour le XVIIIe siècle à Paris, et pour le XIXe siècle à Rochefort. Chaque fois l’ampleur des dépouillements permet de découvrir des pans obscurs de l’histoire de la santé et de la civilisation matérielle. Certes les pensionnaires des Invalides et des hôpitaux maritimes n’offrent que des échantillons très particuliers, surdéterminés, mais significatifs. J’avoue ici que comme tout un chacun je croyais que les Invalides n’accueillaient que de vénérables infirmes, susceptibles de succomber aux seuls ravages de la vieillesse. On apprend en fait qu’il s’agissait d’hommes d’âge mûr, 47 ou 48 ans en moyenne, souvent encore vigoureux, présentant même parfois un danger social potentiel. Leur examen n’est donc pas vain et répétitif, il peut dessiner un tableau nosologique varié, différencié, évolutif, reflétant les conjonctures épidémiques ou, comme on disait, les constitutions médicales de plusieurs époques et des diverses campagnes militaires du XVIIIe siècle. On peut aussi y reconnaître les conditions d’exercice et les risques propres à une arme, avec ses sortes de troupes, ses techniques de combat et ses genres consécutifs de blessures. Une entreprise longue et méthodique d’analyse (par sondages) des registres d’admission est en cours, conçue par Joël Coste et Élisabeth Belmas ; ce sont ses premiers résultats qui permettent d’ores et déjà d’afficher des données rétrospectives précises sur un grand arc de temps.

  • 5 Pour la Sologne voir l’excellente étude de Chantal Beauchamp, Délivrez-nous du mal ! épidémies, en (...)

8Les patients de l’hôpital de la marine à Rochefort appartiennent eux aussi à des types sociaux spécifiques et, de surcroît, à une aire géographique caractéristique. Le site portuaire de Rochefort avait été choisi pour sa protection en arrière des pertuis insulaires, en amont des derniers méandres de la Charente. Lors de la fondation, il était inhabité en raison des fièvres paludéennes. Les populations fixes ou mouvantes qui allaient y séjourner subissaient inévitablement cette menace à chaque printemps. Les diagnostics rétrospectifs, souvent aventurés, prennent plus de valeur dans un tel lieu où un danger morbide est facilement identifié et s’est trouvé maintenu sur une longue période. Il affectait les troupes de marine casernées là et aussi les bagnards enfermés dans l’enclos de l’arsenal de 1760 à 1860 environ, comme à Brest et Toulon. Notons au passage que la disparition tardive de la mortalité paludéenne dans les marais d’Aunis et Saintonge ne fut pas due à quelques entreprises de desséchement, elle résulta plutôt, comme dans la Sologne ou les Landes, d’une addition de changements, occupation de l’espace par l’élevage et l’ostréiculture, amélioration de l’habitat et du genre de vie5.

  • 6 Les principes institutionnels sont fondés sous Louis XIV ; le résultat sociologique est moins évid (...)

9Ces précautions de méthode étant posées, il reste que l’Hôtel des Invalides et l’hôpital rochefortais offrent des sources précieuses, à la fois pour leur précocité et pour leur marginalité même. La densité des informations dans ces deux exemples confirme la condition de santé exceptionnelle des troupes de jeunes hommes en tout temps et puis le privilège de surmédicalisation qui s’esquissait dans les armées au cours de l’époque moderne. Ce fut, en France, sous Louis XIV et Louvois que le passage sous les armes devint une profession stable, cessa d’être une aventure éphémère voire saisonnière pour se transformer en un métier, susceptible de solde régulière, d’avancement et plus tard de secours, c’est-à-dire une carrière étendue peut-être à toute une vie6. Le volontariat, seul mode de recrutement jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, était relativement attractif parce que chacun savait qu’en moment de disette l’approvisionnement des soldats était prioritaire ; la nourriture plus assurée, le costume de gros drap, la sélection physique garantissaient une situation sanitaire exceptionnelle, qui pouvait paraître enviable aux yeux d’un garçon sans moyens. Le bon entretien des soldats allait bientôt devenir un enjeu politique majeur pour l’époque des États-nations ; il comprenait la reconnaissance dans les institutions et la gestion des armées d’un service de médecine militaire permanent, hiérarchisé, nombreux et suffisamment doté.

10Le courant du XIXe siècle offre un excellent angle de vue chronologique sur les premiers systèmes durables de services de santé. Ces organisations pendant la guerre de Crimée (1854-1856) ont laissé une déjà riche documentation. Une étude particulière est donc très bienvenue. En effet les opérations militaires des puissances alliées expédiées dans la mer Noire témoignaient d’abord d’innovations techniques considérables et ensuite de transformations des moyens effectuées dans l’urgence. Le conflit était limité et se déroulait sous le regard des opinions publiques française et anglaise à peu près informées par des journalistes suivant les armées. Les troupes avaient été transportées par chemin de fer et par des navires à vapeur, la fourniture d’armes était abondante et leur efficacité meurtrière. C’étaient des troupes de conscription qui étaient soumises en masse à un feu efficace. Le personnel médical et hospitalier était relativement nombreux, secourable, capable même pour la première fois de recourir à l’anesthésie dans les interventions de chirurgie, il se devait d’être attentif aux voies et circonstances de contagion du typhus répandu dans le contingent français et du choléra qui frappa plus ou moins toutes les armées. La comparaison des démarches suivies par les différentes armées est riche d’enseignements. Le contingent anglais se révélait dans la première année de campagne moins équipé contre le froid que les régiments français, mais dans la seconde année le poids majeur de l’opinion publique en Angleterre engendrait une meilleure organisation sanitaire.

  • 7 L’armée prussienne compta 314 décès varioliques contre 23 469 dans les troupes françaises. On trou (...)

11On pourrait ajouter ici, dans cette occasion de comparaison entre des structures nationales, un autre cas de contrastes extraordinaires. Il s’agit de l’épidémie de variole en 1870-1871 lorsque l’infection tuait des milliers de soldats français porteurs de vaccins trop anciens. La catastrophe française était contemporaine de la réussite des médecins prussiens ; ils avaient, selon un règlement bien établi, soumis leurs soldats à des revaccinations obligatoires qui les faisaient échapper à la vague de contagion7.

  • 8 Cité par Claire Fredj dans sa communication sur la médecine des expéditions lointaines, p. 42.

12Chaque armée était supposée veiller aux adaptations modernes de leurs services de santé, à leur efficacité, mesurable dans des statistiques, attribuable à la continuité des visites individuelles des troupiers. Comme le proclamait un médecin français (Félix Rizet, 1859), l’encadrement militaire permettait un contrôle continu de masses d’hommes auquel aucune pratique civile n’aurait pu alors prétendre8. En ce temps, la multiplication des expéditions au-delà des mers augmentait le champ d’observation. Les situations exotiques présentaient, bien sûr, des nosologies différentes ou inconnues ; en outre, elles y exposaient en même temps des individus de tempéraments, d’habitudes et coutumes de vie, de langues et de cultures très éloignées. La relation du médecin au patient traversait donc des avatars insolites ; ainsi la guerre du Mexique avait confronté les praticiens militaires français à des malades non européens, maghrébins, égyptiens et aussi indiens du Mexique, incapables d’expliquer leurs souffrances ou répugnant aux traitements proposés. L’administration française en Algérie se heurtait à des difficultés analogues. Ce fut ainsi que Mgr. Lavigerie tenta sur plusieurs décennies de former des médecins de naissance indigène qui, espérait-on, seraient plus à même d’introduire dans les villages et douars des campagnes les méthodes de la médecine européenne.

  • 9 Exploitation par Serenella Nonnis-Vigilante de quelque deux cents dossiers de contestations concer (...)

13Le regard des malades envers la démarche du médecin, son comportement, ses qualités professionnelles ressemble à l’avers d’une médaille ; le jugement du patient est l’autre moitié du dialogue clinique, sa partie la plus sensible et la moins connaissable, parce que négligée, estimée insignifiante, ou bien demeurée muette et inavouée. Les fonds de lettres reçues par la Direction de l’Assistance publique en donnent de premiers échos9. Les plaintes des malades ou de leurs proches font alors entendre des voix, inaudibles auparavant. L’expression des ressentiments de l’inutilité de souffrances, de l’indifférence ou des négligences subies, d’injustices sociales et d’erreurs médicales, toutes plaintes vérifiées, crues véritables ou affabulées, se donnaient accès au débat public. Elles représentaient des attitudes structurelles, sans doute intemporelles, mais elles les exprimaient selon les conventions d’opinion et de langage, selon les procédures propres aux institutions du début du XXe siècle.

14L’originalité volontaire de ce colloque a été d’aborder de préférence certains aspects sociaux de l’histoire de la santé, de se tenir à l’affût des événements et innovations spécifiques qui pouvaient affecter la relation éternelle de l’individu souffrant et de l’homme de l’art. De même que les chroniques militaires enseignaient le passage de l’image du chirurgien d’armée, boucher joyeux et sans scrupule, à la figure de l’officier réputé savant et compatissant, la pratique sociale commune illustre la lente et longue transformation des asiles et mouroirs en établissements de spécialisation médicale et de protection sociale. Un premier exemple est celui des hôpitaux mauriciens généralisés dans les États de Piémont et Savoie au cours de l’âge moderne. L’ordre de Saint Maurice, confrérie nobiliaire, fondée à l’origine pour secourir les lépreux, réussissait grâce à l’appui de la famille ducale puis royale à multiplier ses hôpitaux. À Turin en 1574, à Aoste en 1650, etc. s’élevaient des hôpitaux construits par les meilleurs architectes et capables par la suite d’acquérir des spécialisations d’accueil et de traitement. Tant et si bien qu’aux moments décisifs de l’expansion piémontaise l’ordre des Mauriciens était devenu le gestionnaire d’à peu près toutes les œuvres de secours dans ces territoires.

  • 10 Voir la communication de Gersende Piernas sur les hôpitaux thermaux miltaires, objet d’une thèse e (...)

15Des efforts analogues d’architecture fonctionnelle et d’adaptation des soins s’observent dans les annales de la médecine thermale10. Dans cette branche aussi, les médecins militaires suivaient les modes thérapeutiques et souhaitaient assurer aux blessés le séjour dans des villes d’eaux. Les traditions en ce domaine étaient millénaires, mais l’idée d’une application particulière aux soldats s’imposa au cours du XVIIe siècle. Dès 1647, on s’efforçait de faciliter les accès au site pyrénéen de Cauterets. Bourbonne en 1702 puis plus tard Amélie-les-bains furent aménagés en hôpitaux militaires. Leur mode de gestion est un cas institutionnel signifiant, ces sortes d’hôpitaux étaient confiés à des hiérarchies de gestion, que l’on pourrait dire parallèles, civile ou médicale, d’une part, et de contrôle militaire, d’autre part, sous l’autorité décisive d’un commissaire des guerres. Au XIXe siècle le nombre des soldats pris en charge chaque année dans les hôpitaux thermaux montait à plus de cinq mille.

  • 11 Statistiques de l’Hôtel-Dieu et des hôpitaux Tenon et Lariboisière, étudiés par Claire Barillé.

16Des évolutions comparables se vérifiaient dans les grands hôpitaux parisiens établis dans les quartiers populaires au cours du XIXe siècle. Était toujours ancrée la hantise de l’hôpital comme étape ultime de la carrière lamentable des pauvres gens, mais la réalité statistique était relativement moins sombre11. Les registres de mouvement des malades montrent une véritable extension sociale des entrées et une croissance considérable des effectifs, triplant de 1850 à 1913, passant de 55 000 à plus de 150 000. Le sexe, l’âge et le type de maladies faisaient varier les conditions d’issues, les expériences de séjour et déterminaient des stratégies plus ou moins empiriques d’hospitalisation.

  • 12 Les travaux d’Olivier Faure ont illustré ces successions d’instances sociales sur deux siècles. Vo (...)

17Un dernier mode de traitement social de la maladie apparaît avec le séjour de malades en cliniques privées. Les premiers établissements de ce genre fondés dans l’attente d’un profit commercial apparurent pour accueillir des patients de familles aisées atteints d’affections organiques ou de troubles mentaux inavoués. Une autre vague de fondations résulta des initiatives d’ordres religieux, qui suivaient des vocations de charité sociale caractéristiques du catholicisme français12. Plus tard encore, un troisième modèle de cliniques privées est issu des mouvements mutualistes, la première clinique associative étant ouverte à Montpellier en 1909. Enfin, plus près de nous, le libre choix du malade devenait une règle énoncée par les textes qui allaient instituer des « assurances sociales ».

  • 13 Étude par Isabelle Romero des lettres de Geoffroy, formant cinq volumes appartenant au fonds de ma (...)

18Une telle collection de monographies ne pouvait manquer de suggestions de sources et de nouvelles pistes de recherche. On connaît suffisamment les impasses d’une histoire hospitalière traditionnelle, elle se conforme inévitablement au type d’archives conservées, qui sont limitées à la gestion des propriétés domaniales et des rentes de l’établissement, c’est-à-dire aux fluctuations économiques d’un grand détenteur de terres. En fait, c’est dans les papiers personnels et les productions manuscrites ou imprimées des médecins qu’il faut chercher des renseignements sur les histoires des malades et des maladies dans les sociétés des siècles modernes, voire même du XIXe siècle. La plupart de ces archives médicales individuelles ont sans doute disparu, mais s’il en subsiste des traces, il faudrait les chercher dans des fonds publics de manuscrits, où ont pu être engrangées des collections de documents curieux, des bribes d’archives de facultés, etc., ou bien, de façon plus hasardeuse encore, dans des chartriers de familles. Ainsi l’analyse de recueil de consultations épistolaires constitue-t-elle une approche originale et féconde, insolite dans l’érudition contemporaine, mais reflétant une pratique très courante chez les grands médecins de l’époque moderne13. Soit le cas des recueils de lettres envoyées par Étienne-François Geoffroy, elles offrent un extraordinaire trésor privilégié de diagnostics et de recettes de pharmacopée. Ainsi l’étude de la materia medica, l’histoire de l’apothicairerie restent-elles des champs peu explorés. L’exemple du quinquina, dont les présentations et les prix subissaient de considérables variations, révèle la rareté des études mettant en cause l’éventail des produits, les préparations, les engouements, les effets réels des médicaments mais aussi leurs marchés, leurs conditions économiques de fabrication, commercialisation et profits.

  • 14 Le tableau dressé par Emmanuel Pénicaut des archives des services de santé conservés dans les dépô (...)

19Qu’il soit permis en guise de conclusion de lancer un appel à la reconnaissance et la conservation des archives médicales proprement dites14. Je prêche ici des convertis, non pas pour les convaincre eux-mêmes mais pour les rendre vigilants, attentifs aux fragilités et virtualités de sources dormantes, silencieusement menacées. Pour des raisons matérielles de manque d’espace, pour un jugement de désuétude ou des prétextes de confidentialité, leur sort trop habituel est de se trouver reléguées dans un comble ou une cave, où elle sont très vite non seulement oubliées mais, bien pis, non identifiées ; parvenues à ce stade, elles seront enfin détruites, sans conscience et sans remord, lors d’un remaniement de locaux. Il en irait évidemment de même avec les archives d’entreprises pharmaceutiques. Il n’est pas non plus inutile d’attirer l’attention sur l’intérêt des documents personnels laissés par des médecins de clientèle, leurs papiers ont pu parfois demeurer aux mains des familles où ils sembleraient sauvegardés, mais on sait trop bien d’expérience que leurs descendants, même les plus cultivés et respectueux du passé, seront tentés un jour ou l’autre de ne plus y voir que des fatras illisibles et encombrants.

Notes

1 Le superbe tableau composé par le jeune David revenant de Rome en 1781 a plus de réputation, à juste titre, que le roman moralisant de Marmontel (1767) dont il illustre un épisode.

2 Texte de l’édit cité et commenté dans le Recueil d’histoires et choses mémorables, brève continuation de l’Histoire de J.-A. de Thou par Fay, sieur d’Espesses, Paris, 1609.

3 Plaidoyers de Nicolas de Corberon au parlement de Metz, plaidoyer XIV, arrêt du 10 septembre 1637. « Ce sont les coups et les plaies qui sont la beauté du soldat ; ce qui défigure le corps des autres hommes rend le leur plus agréable et augmente leur gloire… Quelle certitude peut-on avoir que son incommodité soit une blessure reçue à la guerre ? Qui sait si ç’a été au service du roi ou à celui d’un des princes étrangers dont cette ville a été environnée de toutes parts ? Aussi devons nous traiter favorablement ceux qui se sont exposés pour le service du Prince et le bien de l’État ; le service rendu aux autres ne nous regarde point. »

4 Pierre Pigray, Epitome des préceptes de médecine et de chirurgie, Paris, M. Orry, 1609. Cf. liv. IV, chap. XVIII : « De la curation des playes d’harquebuzades ».

5 Pour la Sologne voir l’excellente étude de Chantal Beauchamp, Délivrez-nous du mal ! épidémies, endémies, médecine et hygiène au XIXe siècle dans l’Indre, l’Indre-et-Loire et le Loir-et-cher, Maulévrier, éditions Hérault, 1990.

6 Les principes institutionnels sont fondés sous Louis XIV ; le résultat sociologique est moins évident. Au XVIIIe siècle l’armée comprenait effectivement un noyau permanent correspondant à un métier militaire réel et massivement populaire, mais aussi de larges marges instables formées de très jeunes gens et de fils de famille. Voir la thèse monumentale d’André Corvisier, L’Armée française, de la fin du XVIIe siècle au ministère Choiseul. Le soldat, Paris, Presses universitaires de France, 1964, 2 vol.

7 L’armée prussienne compta 314 décès varioliques contre 23 469 dans les troupes françaises. On trouve un autre exemple des différences des politiques sanitaires des armées lors de la Guerre civile américaine où la Confédération sudiste fut impuissante, faute de moyens, à empêcher la contamination variolique dans les camps de prisonniers. Voir Yves-Marie Bercé, Le Chaudron et la Lancette. Croyances populaires et médecine préventive, 1798-1830, Paris, Presses de la Renaissance, 1984.

8 Cité par Claire Fredj dans sa communication sur la médecine des expéditions lointaines, p. 42.

9 Exploitation par Serenella Nonnis-Vigilante de quelque deux cents dossiers de contestations concernant les hôpitaux de Paris, sur la période 1876-1913, conservés dans les Archives de l’Assistance publique.

10 Voir la communication de Gersende Piernas sur les hôpitaux thermaux miltaires, objet d’une thèse en cours.

11 Statistiques de l’Hôtel-Dieu et des hôpitaux Tenon et Lariboisière, étudiés par Claire Barillé.

12 Les travaux d’Olivier Faure ont illustré ces successions d’instances sociales sur deux siècles. Voir aussi dans le cadre local du Nivernais la riche monographie de Guy Thuillier, Les Institutions médico-sociales en Nivernais (1550-1930), Paris, Comité d’histoire de la sécurité sociale, 1995.

13 Étude par Isabelle Romero des lettres de Geoffroy, formant cinq volumes appartenant au fonds de manuscrits de la Bibliothèque de l’ancienne Faculté de médecine.

14 Le tableau dressé par Emmanuel Pénicaut des archives des services de santé conservés dans les dépôts dépendant du ministère de la Défense montre l’importance de l’époque du Second Empire pour la structuration de l’institution et le début de la préservation systématique de ses papiers.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540