Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La santé des populations civiles et militaires

 | 
Élisabeth Belmas
, 
Serenella Nonnis-Vigilante

Innovations et mutations dans les structures de soins (XVIIe-début XXe siècles)

Naissance et premiers développements des cliniques et hôpitaux privés en France (XIXe-début XXe siècle)

Foundation and development of private hospitals in France from XVIIIth to XXth century

Olivier Faure

Résumé

Entièrement ignorée, l’histoire de l’hospitalisation privée est plus ancienne qu’on ne le croit généralement puisque les premiers établissements apparaissent à la fin du XVIIIe et au début du XIXe et peuvent être classés en trois générations. La première accueille une partie de ceux qui, pour différentes raisons, ne peuvent être reçus dans les hôpitaux. La deuxième est constituée par des hôpitaux confessionnels (protestants puis catholiques) qui font à l’hôpital public une concurrence d’ordre idéologique. Enfin à la fin du siècle se multiplient les cliniques médicales, qui insistent sur leur équipement technique mais restent très coûteuses. Pour recevoir les malades trop fiers pour aller à l’hôpital public mais trop pauvres pour payer la clinique privée, la mutualité ouvre ses propres cliniques.

Quite ignored, the history of private hospital is older than one could imagine. In fact, the first private institutions were founded at the end of the XVIIIth and the beginning of the XIXth. They were devoted to the people who were not received in the public hospitals for different reasons (lack of places, attempt to expel chronic and incurable diseases from the wards). The second generation was formed of confessional hospitals which, for ideological causes, made concurrence to the public institutions. The third generation (end of the XIXth) was made up of medical or surgical clinics technically efficient but very expensive. For sick people who were too proud to go to the poor hospital but too poor to pay the clinics the friendly societies opened half a dozen of specific hospitals.

Texte intégral

  • 1 Jean Labasse, L’Hôpital et la Ville, Paris, Hermann, 1973.
  • 2 Lindsay Granshaw, « Fame and fortune by means of brick and mortar : the medical profession and spec (...)
  • 3 Edward Shorter, « Private clinics in Central Europe (1850-1933) », Social History of Medicine, no 3 (...)

1Pour le Français d’aujourd’hui, le terme de clinique évoque d’abord un établissement d’hospitalisation privé, en général de bonne réputation dans lequel, il hésite d’autant moins à se rendre que ce choix n’a pas pour lui d’incidence financière directe même s’il peine parfois à admettre les relations entre profit et santé. Cette importante fréquentation s’explique aussi par le grand nombre de ces cliniques. Depuis qu’elles existent (années 1970) les enquêtes sur l’hospitalisation privée montrent son importance (un tiers des lits) sans équivalent dans le monde, même aux États-Unis1. À ce secteur à but lucratif il faut aussi ajouter les moins nombreux établissements à but non lucratif participant depuis 1970 au service public hospitalier. Au-delà de cette dualité, les hôpitaux privés sont tous ceux qui jusqu’en 1970 ne sont ni concernés par les lois hospitalières (Vendémiaire An V, 7 octobre 1797 ; août 1851, décembre 1941) ni soumis à la tutelle des pouvoirs publics. Ce système est à la fois proche et différent de celui des pays anglo-saxons où les voluntary hospitals financés par la charité (donc privés) mais offrant un hébergement gratuit se taillent la part du lion. Au Royaume-Uni ce sont les hôpitaux spécialisés qui sont les plus comparables aux cliniques privées françaises malgré leurs différences. Ils sont en effet créés dès le tout début du XIXe siècle par des médecins et chirurgiens de province bloqués dans leur carrière. Ils profitent de l’exclusion de certaines pathologies des hôpitaux généraux pour ouvrir des dizaines d’hôpitaux spécialisés dans le traitement des maladies des yeux, des oreilles, de la gorge, du système urinaire, etc. Même si l’attention ne s’est guère portée sur cet aspect, il semble bien que ces hôpitaux soient aussi des entreprises commerciales devant dégager des bénéfices2. Les seuls établissements privés d’Europe centrale (Allemagne, Autriche-Hongrie) qui ont été étudiés sont des cliniques, qui sous différents termes se distinguent des hôpitaux privés. Alors que ces derniers traiteraient toujours des maladies organiques, les cliniques (350 à la fin du XIXe siècle) seraient plutôt consacrées aux soins de maladies ou de troubles mentaux souvent inavoués. C’est du moins la thèse que soutient Edward Shorter. Il signale néanmoins la croissance spectaculaire dans le premier tiers du XXe siècle des cliniques qui s’affichent « mostly organic » (55 % des 308 établissements allemands en 1927-1933) et le déclin des établissements hydrothérapiques nombreux encore dans les années 1890 (101 dans les deux empires centraux). E. Shorter voit dans ce mouvement l’effet d’un déplacement de clientèle, les « petits mentaux » délaissant les maisons pour maladies nerveuses (peuplées de malades gravement atteints) au profit des maisons « mostly organic » souvent baptisées sanatoriums3.

  • 4 À l’exception de Christian Maillard, Histoire de l’hôpital de 1945 à nos jours, Paris, Dunod, 1986.

2En France on ignore encore plus l’histoire de ce secteur important et les ouvrages consacrés aux hôpitaux sont le plus souvent muets sur ce point4. Tenter de faire cette histoire ne consiste pas seulement à combler un vide mais aussi à mieux éclairer l’ensemble de l’histoire hospitalière récente. En effet, la présence d’un fort secteur privé peut largement expliquer l’évolution ou l’absence d’évolution des hôpitaux publics. Malheureusement, surtout avant 1945, cette histoire n’est pas facile à retracer ne serait-ce que parce que les archives sont privées, souvent mal conservées et d’un accès difficile. C’est dire que ce texte, qui témoigne d’une recherche à ses débuts a plus pour but d’émettre des hypothèses nécessaires à une étude qui démarre que d’apporter des résultats.

3Si aujourd’hui, malgré les plans de coordination, les relations entre hôpitaux privés et publics sont placées sous le double sceau de la concurrence et de la complémentarité, cette dernière l’emporte nettement dans la genèse de l’hospitalisation privée et dans son fonctionnement jusqu’au vote de la loi des assurances sociales. En étendant le principe du libre choix du malade à l’établissement de soins, la loi ouvre la clinique privée à un très large public. On fera donc des années 1920 le terme de ce texte. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’hospitalisation privée moderne est déjà ancienne et ses premières créations remontent au tout début du XIXe siècle. Elle se voue d’abord à l’accueil de ceux qui sont rejetés de l’hôpital et sont dans la plus grande détresse. Par la suite, l’hospitalisation privée naît de la volonté d’accueillir ceux qui, pour des raisons idéologiques se sentent mal à l’aise dans l’hôpital public. Sauf exception, ce n’est qu’en dernier lieu que des cliniques ouvrent pour accueillir et soigner à prix d’argent des malades aisés.

L’accueil des réprouvés

  • 5 Théodore Perrin, Rapport médical de l’établissement de charité des jeunes filles incurables d’Ainay (...)
  • 6 Sonia Reymond, « L’œuvre des dames du calvaire : charité, dévotion et élitisme à Lyon au XIXe siècl (...)
  • 7 Compte rendu de l’œuvre des infirmes de sainte Elisabeth pour 1851, Lyon, Perrin, 1852.
  • 8 Philippe Boutry, « Une dynamique sacrificielle : le catholicisme lyonnais du premier XIXe siècle », (...)

4Même s’il ne faut pas exagérer son importance, les plus grands hôpitaux français connaissent au début du XIXe siècle un timide processus de spécialisation. Sous la pression des médecins hospitaliers, désireux d’avoir de vrais et bons malades susceptibles de fournir un solide matériau pour l’instruction clinique et de répondre positivement aux traitements hasardeux, on tente d’exclure des salles des hôpitaux les vieillards mais aussi les incurables et les chroniques. Malgré l’ouverture rare et tardive d’établissements publics spécialisés, il reste des incurables et des chroniques en attente de soins ou d’hébergement. L’assistance charitable privée s’étend aussi à toute une série de populations en difficulté. On écartera ici la multitude des petits asiles paroissiaux ou les grands établissements comme ceux des Petites sœurs des pauvres, ouverts pour recevoir les vieillards que les hôpitaux publics n’arrivent pas à recevoir malgré leurs efforts. On négligera le nombre encore plus important des orphelinats et providences ouverts pour accueillir les enfants pour nous concentrer sur ce qui relève de la seule maladie fut-elle incurable. Deux exemples d’origine lyonnaise illustreront un processus sans doute plus général. En 1819 une jeune fille de bonne famille, Adelaïde Perrin, décide d’accueillir dans un appartement trois jeunes filles incurables chassées de l’Hôtel-Dieu de la ville5. Quelques années plus tard en 1843, une jeune veuve, Jeanne Garnier, décide d’accueillir « les femmes atteintes de plaies incurables qui sont renvoyées des hospices ou ne peuvent pas y être reçues6 ». Dans les deux cas, le nombre de pensionnaires, très limité au départ, augmente de telle sorte qu’il faut déménager puis enfin construire des locaux appropriés. Conformes au modèle originel, d’autres établissements ouvrent dans la ville ou dans d’autres. L’œuvre des Incurables d’Ainay (quartier de Lyon où est située l’œuvre) d’Adélaïde Perrin donne naissance à une filiale locale qui devient très vite indépendante7. L’œuvre du Calvaire essaime dans toute la France sous forme de succursales. Toutes ces créations en faveur des incurables ne sont pas seulement la résultante mécanique des insuffisances ou des refus d’hospitalisation mais elles traduisent la reconquête catholique du premier XIXe siècle. Ce catholicisme cultive un certain dolorisme qui l’amène à s’occuper des situations les plus horribles au point que l’on a pu parler, au moins pour le catholicisme lyonnais, de « dynamique sacrificielle8 ».

  • 9 René Mornex, Bernard Ducouret et Olivier Faure, L’Antiquaille de Lyon : histoire d’un hôpital, Lyon (...)
  • 10 Tous les chiffres de capacité cités viennent des Archives départementales du Rhône (plus loin ADR), (...)
  • 11 Christian Sorrel, « Une congrégation au service des aliénés : les sœurs de la Charité de La-Roche-s (...)
  • 12 Hervé Guillemain, Diriger les consciences, guérir les âmes : une histoire comparée des pratiques th (...)
  • 13 Olivier Bonnet, « Servir Dieu, servir les fous : les religieuses dans les asiles d’aliénés au XIXe  (...)
  • 14 Agnès Bureau, Saint-Georges et Sainte-Madeleine : de l’asile à l’hôpital, Bourg, Ainventaire, 1998.

5Les aliénés représentent un cas à la fois proche et différent. Si certains restent confinés dans les « loges » des hôtels-Dieu, la plupart des aliénés pauvres sont reçus dans les anciens hôpitaux-généraux ou leurs successeurs, les dépôts de mendicité. Une partie de ces institutions, comme l’Antiquaille de Lyon se spécialisent dans le soin des malades réprouvés (aliénés et vénériens)9. D’autres, plus généralistes encore (Bicêtre, La Salpétrière), ouvrent néanmoins des quartiers d’hospice. Pourtant, ces établissements sont insuffisants après la loi de 1838 qui multiplie le nombre des aliénés pris en charge. Malgré la loi beaucoup de conseils généraux ne peuvent ou ne veulent ouvrir un asile public à leurs frais. Ils peuvent dans ce cas recourir à des asiles privés qui font fonction d’établissements publics. Le séjour de la grande majorité de leurs malades est pris en charge par les départements (obligation de la loi de 1838) qui versent un prix de journée. Au début du XIXe siècle se constitue tout un réseau de ce genre d’établissements. Au tout début du XIXe siècle l’ordre des Frères de Saint-Jean-de-Dieu se reconstitue. Fidèle à sa vocation de l’Ancien Régime il ouvre des asiles pour aliénés à Lyon (près de 900 places pendant la Première Guerre mondiale10) mais aussi à Lille et Dinan. Dans ce domaine comme dans les autres, les congrégations religieuses sont omniprésentes et certaines se spécialisent dans le soin des aliénés comme les sœurs de la Charité de La-Roche-sur-Foron11. D’autres vont plus loin puisqu’elles ne se contentent pas de desservir des asiles publics mais créent et administrent leurs propres établissements. Dans les mêmes années, les sœurs du Bon Secours de Caen se lancent aussi dans la gestion d’asiles d’aliénés d’abord à Caen mais aussi dans la Manche et les Côtes du Nord12. De même, les sœurs de l’Assomption de Clermont-Ferrand ouvrent toute une série d’établissements principalement dans le Massif central, à Privas, Rodez, Clermont-Ferrand, en Corrèze mais aussi à Nice13. Plus limitées géographiquement, les sœurs Saint-Joseph de Bourg fondent dans cette ville deux gros établissements14. Aux lendemains de la Première Guerre mondiale le département du Rhône offre 1 300 lits d’hospitalisation privée pour les aliénés, soit à peine moins que les capacités de l’immense asile public de Bron Vinatier (1 750 en 1925).

  • 15 ADR, 1XP 362, voir note 8.
  • 16 Nathalie Rocci, Les Malades mentaux de la maison de santé des sœurs de Saint-Joseph à Vaugneray (18 (...)
  • 17 Laure Murat, La Maison de santé du docteur Blanche, Paris, Hachette, 2001.
  • 18 George Weisz, Divide and conquer : a comparative history of medical specialization, Oxford, Oxford (...)
  • 19 ADR, 1XP 362, voir note 8.

6L’aliénation est aussi singulière en ce qu’elle est le premier secteur où émerge une demande d’hospitalisation au sein des populations aisées. Jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, les familles aisées pouvaient faire interner à leurs frais leurs aliénés dans des maisons de force. En supprimant les lettres de cachet, la Révolution laisse ces familles dans le plus grand désarroi. Dans les grandes villes et leurs périphéries les asiles précédemment cités accueillent aussi des malades à la charge de leurs familles. Dans l’hospice lyonnais de Saint-Jean de Dieu pendant la guerre de 1914-1918, 27,5 % des patients sont dans ce cas (230 présents). Beaucoup d’autres institutions réservées aux payants directs ont une coloration religieuse comme dans la région de Lyon l’asile de Saint-Vincent de Paul créé par le docteur Carrier au début des années 1820 qui héberge 70 à 80 malades vers 192015, celui des sœurs de Saint Joseph de Lyon créé peu avant dans le bourg rural voisin de Vaugneray (160 présents en 1917)16. Plus tardives d’autres créations, comme celle de la congrégation du Verbe incarné à Villeurbanne (une soixantaine de présents entre 1915 et 1919) viennent compléter ce réseau dense. Dans les mêmes agglomérations, des médecins ou des particuliers ouvrent des maisons de santé plus laïques (à l’époque le terme désigne seulement ce type d’établissements) pour accueillir une clientèle particulière. On connaît bien la célèbre maison du docteur Blanche ouverte en 182117, moins bien les maisons privées d’Esquirol et de Falret à Ivry et à Vanves18. Le mouvement n’est pas seulement parisien puisqu’un certain Binet crée à Lyon en 1796 une maison de santé pour aliénés dans un vaste clos au lieu-dit Champvert sur la colline de Fourvière. La clinique n’a pas cessé de fonctionner jusqu’à aujourd’hui (2009). En 1920, elle est dirigée par le docteur Chaumier, et accueille une centaine de malades19. Il s’agit bien là des premières cliniques payantes réservées à une clientèle aisée.

7Avec les maisons de santé et les établissements participant au service public, le secteur de l’aliénation mentale crée dès le début du XIXe siècle la dualité de l’hospitalisation privée entre établissements à but lucratif et établissements d’assistance charitable.

Les hôpitaux confessionnels

8L’impulsion religieuse est aussi fondamentale dans une deuxième vague de fondations privées qui s’étale de 1830 à la fin du siècle. Pourtant, à la différence des précédents, l’initiative vient plutôt des religions minoritaires que du catholicisme. Par ailleurs, le but est plus idéologique que social ou charitable. Il s’agit bien, surtout au départ, de recevoir des malades, majoritairement pauvres, qui se sentent mal à l’aise dans un hôpital public jugé, selon les périodes, soit trop clérical, soit trop laïque.

  • 20 Nicolas Delalande, « Les Juifs, la médecine et la philanthropie à Paris au XIXe siècle : l’exemple (...)
  • 21 Emmanuel Jaussoin, « L’infirmerie protestante de Lyon, entre tradition et modernité, Revue de la so (...)
  • 22 Évelyne Diebolt, La Maison de santé protestante de Bordeaux, Toulouse, Érès, 1990.
  • 23 Encore ne s’agit-il ici que des établissements existants en 2008 et repérés grâce à leurs divers si (...)
  • 24 André Encrevé, Les Protestants en France de 1800 à nos jours, Paris, Stock, 1985.

9Les premiers hôpitaux communautaires israélites et protestants sont fondés sous la monarchie de Juillet. Pour les premiers, la petite maison de secours de la rue des Trois Bornes fondée en 1840 est vite remplacée (1852) par l’hôpital fondé par James de Rotschild20. Chez les protestants les premiers établissements sont fondés à Marseille (1840) Nîmes (1842), Reuilly en 1843, Lyon en 184421. Suivent ensuite la maison de santé protestante de Bordeaux (1863)22 puis de Metz à l’époque allemande (1874) et une demi-douzaine d’autres dont on ignore les dates de création mais qui s’implantent logiquement dans les zones de fort peuplement protestant (Uzès, Alès, Vauvert au pied des Cévennes), à Annonay (Ardèche) et Montauban, dans la région parisienne (Courbevoie)23. Cette floraison d’hôpitaux protestants est bien sûr à mettre en relation avec le mouvement du Réveil, la création des diaconesses24 ainsi qu’avec la volonté de lutter contre le prosélytisme ou croissant ou moins bien supporté des religieuses catholiques desservant les hôpitaux publics. Comme ces derniers, ces établissements confessionnels sont écartelés entre leur vocation religieuse et leur objectif médical. De plus, ils hésitent en permanence entre la tendance au repli communautaire et l’ouverture à tous les pauvres malades sans distinction de religion.

  • 25 Jacqueline Lalouette, « L’hôpital libre et chrétien : une réponse catholique à la laïcisation des h (...)
  • 26 Anonyme, L’hôpital Saint-Joseph de Lyon : buts, organisation, résultats, Lyon, Vitte, 1899.
  • 27 Olivier Faure, « L’homéopathie entre contestation et intégration », Actes de la recherche en scienc (...)
  • 28 Daniel Penoel, Jean-Paul Teissier et l’école de « l’Art Médical ». À la recherche d’une thérapie vi (...)
  • 29 Anonyme, L’hôpital Saint-Luc : notes et souvenirs, Lyon, Rey, 2 vol., 1940. En sens inverse Jules G (...)

10Plus tardive, la création d’hôpitaux catholiques traduit la crainte de la religion dominante face à une société en voie de laïcisation. La question de ces hôpitaux vient d’être abordée25 on se permettra donc d’être ici plus bref. Les hôpitaux ouvertement catholiques qui se créent à Paris (Saint-Joseph et Saint-Michel), Lyon (Saint-Luc et Saint-Joseph) et à Marseille (Saint-Joseph) ont deux buts. Le premier consiste à mettre à la disposition des facultés catholiques créées grâce à la loi de 1875, des hôpitaux d’enseignement clinique. Le deuxième but était dans chaque cas de mettre à la disposition des malades « un hôpital catholique pour que le pauvre puisse y guérir ou que, si Dieu ne lui rend pas la santé, il puisse y bien mourir26 ». Nulle part la première fonction ne fut atteinte mais la seconde prospéra d’autant plus que ces hôpitaux surent très vite être à la fois des compléments et des concurrents des hôpitaux publics. La complémentarité/concurrence religieux/laïc se double plusieurs fois de la dualité homéopathie/allopathie. Connaissant les liens très forts qu’elles entretiennent27, on ne s’étonnera pas de voir ces deux exclues de l’hôpital public, l’homéopathie et la religion, s’associer pour fonder un hôpital alternatif mais l’association vire à l’échec. Après avoir vainement tenté de s’établir dans les hôpitaux publics, des médecins homéopathes « éclectiques » réunis en Congrès international ouvrent un fonds hahnemannien destiné à créer des hôpitaux ou maisons de santé destinés aux malades des classes nécessiteuses (5 000 francs en 1869). Quelques mois plus tard, l’initiative de Léon Simon, homéopathe de stricte obédience débouche sur l’ouverture (10 avril 1870) du petit hôpital Hahnemann dans le quartier des Ternes. Cette ouverture pousse les « éclectiques » à fonder à leur tour l’hôpital Saint-Jacques installé dans la rue du même nom. Ouvert en 1871 avec 34 lits, il est transféré rue des Volontaires (rue de Vaugirard 15e arrondissement) en 1883. Le nouveau bâtiment prévu pour 50 lits est inauguré par Mgr Richard coadjuteur de l’archevêque de Paris. Comme son prédécesseur il est desservi par les sœurs de la Présentation de Tours. Reconnu d’utilité publique le 13 juillet 1878 il reçoit des legs importants comme celui de Mademoiselle Vinet qui tenait davantage à témoigner son soutien à un hôpital libre et religieux qu’à soutenir l’homéopathie pour laquelle elle n’avait guère d’intérêt28. À Lyon aussi, les liens entre homéopathie et catholicisme sont forts. L’hôpital Saint-Luc à visée homéopathique naît de la rencontre entre le père Chevrier, fondateur de l’œuvre du Prado et le médecin catholique et homéopathe Émery. Ce dernier s’associe à un confrère homéopathe pour obtenir les dons de deux riches donateurs. À partir de là, les deux homéopathes entrent en conflit, tarissant ainsi les dons et obligeant l’hôpital à s’ouvrir à des spécialités plus rentables que l’homéopathie, en particulier la chirurgie des accidents du travail après la loi de 189829.

11Créés pour des raisons d’abord religieuses ces établissements sont néanmoins des hôpitaux et souvent parmi les plus novateurs. À l’origine, c’est leur petite taille, leur ambiance familiale qui sont vantées en opposition avec la promiscuité des grands hôpitaux publics. Au fur et à mesure que ces derniers s’équipent sur le plan technique (salle d’opérations), les hôpitaux privés sont soumis à la concurrence de leurs rivaux publics, à moins que ce ne soit l’inverse. Bref, il règne sans doute dans les grandes villes de la fin du siècle une émulation entre ces différents établissements. Bien souvent aussi ils associent lits gratuits et lits payants même si les premiers restent majoritaires. Ils esquissent ainsi ce qu’on appellera plus tard le privé non lucratif et se distinguent ainsi des cliniques privées de plus en plus confondues avec les hôpitaux payants.

Cliniques privées et cliniques mutualistes

  • 30 Sophie Riché et Sylvain Riquier, Des hôpitaux à Paris : état des fonds des archives de l’AP-HP, Par (...)
  • 31 Olivier Faure, Genèse de l’hôpital moderne. Les hospices civils de Lyon de 1802 à 1845, Paris et Ly (...)
  • 32 Revue des hôpitaux, 1921, p. 105 et 1925, p. 277 (Références aimablement communiquées par D. Desser (...)

12L’évolution des hôpitaux confessionnels vers la fourniture de services chirurgicaux est liée à un processus général qui explique aussi l’ouverture de cliniques privées accueillant des malades aisés et de cliniques mutualistes visant la clientèle des petites classes moyennes. Jusqu’aux années 1880, il ne serait venu à l’idée de personne qui en avait le choix de préférer l’hôpital aux soins à domicile tant la fréquentation des hôpitaux était dangereuse à cause des risques d’infection. Avec la généralisation de l’antisepsie et de l’asepsie, les hôpitaux offrent les meilleures conditions pour les opérations. Cette révolution remet en cause l’idée que l’hôpital continue à être réservé aux seuls indigents. Soucieuses de répondre à la demande d’une clientèle aisée et d’augmenter leurs ressources, certaines grandes administrations hospitalières ouvrent des services ou même des établissements pour payants. Paris ouvre le feu avec l’inauguration en 1802 de l’hospice de santé ou maison de santé municipale pouvant accueillir 88 patients pour une somme quotidienne variant de 2 à 6 francs. Vite baptisée maison Dubois du nom du célèbre chirurgien qui y exerce, elle est transférée rue du Faubourg Saint-Denis en 1858 et ses capacités d’accueil passent à 300 lits30. Les Hospices civils de Lyon emboîtent le pas avec 75 lits au début du XIXe siècle, près de 200 après la monarchie de Juillet. Malgré l’importance de ces chiffres absolus, les malades payants ne représentent qu’une toute petite minorité des entrées et les lits payants restent souvent vides31. Ces initiatives exceptionnelles ne sont relayées que bien plus tard par l’installation dans certains hôpitaux publics comme Nancy (Le Bon secours) de cliniques ouvertes à tous les chirurgiens de la ville32. En dehors de ces cas exceptionnels, l’interprétation dominante est que les hôpitaux publics doivent être réservés aux indigents (y compris ceux qui sont pris en charge par l’Assistance médicale gratuite). Les médecins contribuent beaucoup à cette interprétation car ils ne tiennent pas à opérer gratuitement à l’hôpital des gens aisés qu’ils pourraient traiter ailleurs à prix d’argent. Pour accueillir cette clientèle, il leur faut créer des structures hospitalières qui offrent à la fois le confort bourgeois et les garanties techniques et d’hygiène de l’hôpital public. Ce sont les maisons de santé peu à peu dénommées cliniques.

  • 33 Mémento Cartier : annuaire médical du Rhône, Isère et Sud-Est, s. l., 1914.
  • 34 Par exemple Rapport fait à la société de médecine de Lyon le 7 novembre 1825 sur l’établissement or (...)
  • 35 Robert Sorel et O. Widmaier, « De l’organisation d’une clinique chirurgicale privée au Havre », Ann (...)
  • 36 Mémento Cartier, op. cit.

13À vrai dire, ces créations ne sont pas tout à fait inédites. En dehors même des maisons d’aliénés, s’étaient fondées dans la première moitié du siècle quelques maisons de repos ou de convalescence vite spécialisées dans l’accueil des malades nerveux, intoxiqués, malades du tube digestif comme la Villa des Roses de la famille Perrachon créée en 1840 aux alentours de Lyon et la clinique psychothérapique plus récente du Docteur Rifaux qui déménage en 1914 de Saint-Marcel à Saint-Remy mais reste dans les environs immédiats de Chalon-sur-Saône33. Dans la ville de Lyon et en périphérie on trouve aussi quelques rares établissements hydrothérapiques, pneumatiques et orthopédiques34 (le plus célèbre est celui du Dr Pravaz, inventeur de la seringue qui porte son nom) dont les sources disent qu’ils pouvaient rivaliser avec leurs homologues parisiens mais qui semblent disparaître dans les années 1880. Si ceux qui se créent à partir de ces années-là sont largement orientés vers la chirurgie, ils restent fidèles à ces spécialisations anciennes proposant mécanothérapie, bains médicaux que certains modernisent en ajoutant des bains de lumière et de chaleur. Dans ces mêmes années à Lyon, des congrégations religieuses comme les sœurs de Saint-Charles à la Croix-Rousse (1910) ou celles de Saint-Vincent de Paul à Saint-Jean accueillent des cliniques payantes dans des locaux autrefois destinés à la charité (de même à la clinique Saint-François d’Assise). À partir des années 1890, ce modèle de la maison de santé installée dans une maison bourgeoise ou un ancien « couvent », véritables « hôtels meublés livrés à l’exploitation de particuliers ou de communautés qui n’avaient aucune direction scientifique ». Leurs contempteurs ne leur reprochent pas seulement les défaillances de leur équipement – ils raillent les salons transformés en salles d’opérations ; les cabinets de consultation remplis d’objets d’art à la manière de ceux des banquiers, des ministres ou des artistes en vogue où les examens s’effectuent sur des canapés de soie – mais aussi l’absence de direction scientifique unique qui régnerait « dans ces caravansérails chirurgicaux » (surtout parisiens) ouverts à tous les chirurgiens35. Le procédé n’est pas purement parisien puisque trois cliniques grenobloises sur quatre semblent s’en rapprocher. La clinique des Bains (rue des Bains), la clinique de gynécologie et d’accouchement du docteur Fournier, la clinique orthopédique de Grenoble. Seule la clinique des docteurs Bisch est réservée aux malades qu’ils opèrent eux-mêmes36.

  • 37 Marcel Beaudouin, « Un projet de maison chirurgicale d’après les plans de MM Rochefrette », APC, 18 (...)
  • 38 Dave Lüthi, Le compas et le bistouri : une histoire de l’architecture médicale vaudoise (1760t-1940 (...)
  • 39 Mémento Cartier, op. cit.
  • 40 Sur toutes ces cliniques : APC, 1894, p. 767-781 (Dr Latouche à Autun) ; 1895, p. 97-116 (Dr Sorel (...)

14Au-delà de ces critiques, l’équipe des Annales provinciales de chirurgie menée par Marcel Baudouin promeut un « type d’hôpital privé réservé aux usages particuliers d’un chirurgien désireux d’avoir à sa disposition une maison de santé modèle dont la construction et l’entretien soient à la portée de ses modestes ressources ». Ce plan modèle dessiné par M. Rochefrette prévoit d’héberger en chambres individuelles vingt malades à la disposition desquels on tiendra une salle d’opérations établie dans un bâtiment à part, construit perpendiculairement au bâtiment d’hébergement et orienté au nord37. Ce plan reprend à l’évidence le plan des petites cliniques ou infirmeries allemandes ou suisses auxquelles se réfèrent explicitement les tenants français du système. Dave Lüthi qui a étudié celles de la Suisse romande observe que symboliquement la salle d’opérations occupe la place centrale qui était autrefois celle de la chapelle38. Ce programme est suivi de réalisations effectives. De façon encore non exhaustive on a déjà repéré la création d’une demi-douzaine de ces cliniques dans les seules années 1894-1897. Toutes ne sont pas construites dans des grandes villes puisque les premières s’ouvrent à Autun et au Creusot (Saône-et-Loire). Néanmoins, sauf exception, la maison de santé privée est un privilège des départements urbanisés et riches. En 1914, dans une large région lyonnaise on n’en trouve aucune dans l’Ain, la Haute-Savoie, à peine une en Ardèche et en Savoie (il s’agit d’un établissement « thermo résineux » et d’un asile thermal). Dans le département de la Loire, la première clinique est en construction à Saint-Étienne en 191439. Parmi celles qui se réfèrent au modèle Rochefrette, certaines sont plus petites que ce que prévoyait le modèle puisqu’elles ne renferment qu’une dizaine de lits (Dr Latouche à Autun, Dr Sorel au Havre) mais d’autres s’y conforment (Dr Dayot à Rennes) ou même le dépassent (quarante lits dans la clinique du Dr Houzel à Boulogne-sur-Mer). Selon les cas, la salle d’opération est dédoublée pour séparer les septiques des infectés (Autun, Rennes) alors qu’ailleurs elle reste unique voire intégrée au cœur du bâtiment principal (Le Havre). La plupart des cliniques préfèrent s’installer en périphérie des villes dans des lieux tranquilles et abrités où elles se donnent des allures de maisons bourgeoises (Le Havre) ou s’installent même dans des hôtels particuliers comme la clinique Pantaloni à Marseille. La première citée choisit délibérément l’installation au centre-ville pour mieux traiter les urgences et faciliter la surveillance quasi continuelle du chirurgien40.

  • 41 Mémento Cartier, op. cit. André Gouachon et Dr Mouret, Manuel pratique d’assistance, Lyon, Noircler (...)
  • 42 Alain Bouchet, « Les maisons de santé et cliniques chirurgicales », dans A. Bouchet (éd.), La Médec (...)
  • 43 Arch. mun. Lyon (AML), 344WP 031, permis de construire (PC) 190 803 64.
  • 44 Ibid. 344 WP 248 PC 192 70591
  • 45 Sur le quartier à cette époque, voir Jean-Luc Pinol, Les Mobilités de la grande ville : Lyon fin XI (...)
  • 46 Indicateur lyonnais, 1928.
  • 47 Mémento Cartier, op. cit.

15Cette localisation centrale domine aussi dans des grandes villes comme Lyon. Si les maisons de convalescence destinées aux nerveux sont « naturellement » situées dans les collines de l’ouest lyonnais, les cliniques chirurgicales s’installent au plus près des hôpitaux publics alors localisés en plein cœur de la ville. Outre les raisons invoquées pour Le Havre, cette localisation s’explique par le fait que les cliniques sont soit la propriété soit le lieu d’exercice des chirurgiens de l’hôpital qui ont en plus leurs cabinets privés à proximité. Deux cliniques se font face rue de la Charité, à deux pas de l’hôpital éponyme. Certaines cliniques (Saint-Augustin, clinique Tolstoï, Grand institut chirurgical) font de l’ouverture à tous les médecins un argument publicitaire41. D’autres, comme les cliniques du Parc ou la clinique Saint-François d’Assise sont desservies par des groupements de chirurgiens42. Desserte et propriété deviennent vite des choses différentes. Si certaines cliniques restent des entreprises individuelles qui se transmettent au sein de familles médicales (Les Feuillade et Mon Repos) ou non (la Villa des Roses des Perrachon), d’autres deviennent très vite des sociétés anonymes. Créé par l’accoucheur Poulet en 1894, l’Institut Saint-Louis est en 1901 une société anonyme au capital non négligeable de 500 000 francs. La clinique Saint-François d’Assise a le même statut ainsi que l’institut chirurgical du 6 rue de la Charité et le Grand institut chirurgical et médical. Munie d’un capital de 160 000 francs, la société gérante de ce dernier dite « clinique de chirurgie et d’orthopédie » délaisse l’étage de l’immeuble bourgeois qu’occupait la clinique pour la transférer dans un immeuble neuf spécifique installé dans un quartier alors périphérique43 mais en voie de « gentrification ». Devenue clinique Vendôme (1908) elle est suivie par la clinique du Parc (1927)44 qui s’installe à proximité immédiate sur le prestigieux boulevard des Belges45. Après avoir occupé les nouveaux quartiers à la mode, les cliniques s’installent dans des quartiers récents plus modestes, le long d’un axe qui relie l’ancien Hôtel-Dieu et le nouveau. La première, Saint-Maurice ouvre peu avant 1928. Cette année-là son directeur est le pharmacien Julien Lagoutte46. D’autres directeurs sont aussi pharmaciens (Besson, directeur de la clinique Saint-Louis) ou plus éloignés encore de la médecine comme le notaire honoraire Pourchot, directeur de la clinique Saint-François d’Assise en 1914 ou Thomas, directeur de l’Institut chirurgical47.

  • 48 Patrice Pinell, Naissance d’un fléau : histoire de la lutte contre le cancer en France (1890-1940),(...)
  • 49 George Weisz, op. cit., p. 22 et p. 157.
  • 50 H. Dayot, « Une maison de santé chirurgicale à Rennes », APC, 1897, p. 488-510.
  • 51 Marcel Baudoin, « La clinique de chirurgie orthopédique de Reims », APC, 1905, p. 406-443.
  • 52 Ambroise Montprofit, « La clinique chirurgicale… », APC, 1896, p. 161-167.
  • 53 R. Sorel et O. Widmaier, op. cit., p. 114.
  • 54 Lindsay Granshaw, « Fame and fortune by means of brick and mortar », op. cit.

16Contrairement aux établissements des villes modestes qui se consacrent à la chirurgie générale, les cliniques d’une grande métropole se spécialisent volontiers et affichent leur aptitude à manier les techniques les plus récentes. La radiothérapie (dite utilisation des sels de radium) est sans conteste la méthode la plus vantée à l’époque où se développent les centres anticancéreux48. Les cliniques (en particulier Vendôme) insistent sur leurs capacités diagnostiques (endoscopie, radiographie/scopie, œsophagoscopie). La liste des spécialités déborde largement la liste étroite des spécialités reconnues dans le monde médical universitaire49, même si on retrouve fréquemment les plus anciennes spécialités : les maladies nerveuses (Villa des Roses, Mon Repos), les maisons d’accouchement et de gynécologie (Saint-Augustin, Saint-François d’Assise), l’ophtalmologie et l’ORL. Le docteur Dayot de Rennes ajoute un service d’électrothérapie et un d’orthopédie à sa clinique généraliste50. Avant 1914, l’orthopédie est la seule spécialité à laquelle une clinique se consacre exclusivement. Au tout début du XXe siècle, le docteur Mencière de Reims ouvre une clinique de chirurgie orthopédique dans la proche périphérie de la ville. Installée dans un parc de cinq hectares, elle nécessite un investissement supérieur au million de francs. Dans cette somme l’immobilier (100 000 francs) pèse peu par rapport à la construction du bâtiment lui-même (600 000 francs) et à l’équipement (400 000 francs). L’importance de cette dernière somme s’explique par les multiples installations techniques (salles de mécanothérapie, de massage, électrothérapie, laboratoire photographique, atelier de moulage et de construction des prothèses). En dehors même de l’accueil des malades aisés (douze chambres munies d’une antichambre) ou modestes (accidentés du travail), le but avoué de cette clinique est bien de contribuer à l’émergence d’une spécialité qui regrouperait sous la conduite de chirurgiens orthopédistes l’ensemble du traitement, depuis le diagnostic et l’opération jusqu’à la terminaison de ce que nous appelons les « soins de suite51 ». Si toutes les cliniques ne vont pas jusqu’au bout de cette logique, une grande partie d’entre elles sont un des laboratoires de l’émergence de la spécialisation médicale. Dès avant 1914, dans plusieurs cliniques, l’habitude se prend de toujours confier l’anesthésie à la même personne, chef de clinique52 ou confrère. Les médecins du groupe des Archives provinciales de chirurgie l’affirment : « Nous attachons une grande importance à ce que le malade soit toujours endormi par le même chloroformisateur parce que nous estimons que la chloroformisation doit entièrement absorber l’attention de celui qui anesthésie53. » Pour reprendre le titre de l’article de Lindsay Granshaw consacré aux hôpitaux spécialisés anglais on peut affirmer que la spécialisation médicale est en partie née « de la brique et du mortier54 ».

  • 55 D’après les annuaires indicateurs de Lyon.
  • 56 Alain Bouchet, op. cit.

17Socialement, les cliniques privées visent d’abord la clientèle la plus huppée. Avec ses chambres individuelles (18 sur 19) ses salons, son téléphone intérieur et extérieur, son interprète, la présence d’appartements où l’on peut venir avec ses domestiques, le Grand institut chirurgical de Lyon apparaît comme l’archétype de la clinique de luxe réservée à quelques happy few. Pourtant sa propagande insiste sur la variété de ses prix et l’existence de chambres à prix modéré mais néanmoins spacieuses, claires et gaies. Si rien n’est dit desdits tarifs, on connaît quelques prix pour le milieu des années 1920. Les prix de journée varient de 14 à 40 francs sans que l’on puisse établir un lien entre ces prix, le confort offert, la réputation des chirurgiens ou la valeur de l’équipement. On peut ainsi payer 14 francs en chambre individuelle à la clinique des Chartreux (maladies de l’estomac des femmes et jeunes filles) mais 30 à 40 francs à la maison d’accouchements de Saint-Augustin, soit plus qu’à la très moderne et technicienne clinique Vendôme (25 à 35 francs). La plupart du temps (et sans doute tout le temps) les honoraires médicaux (hélas inconnus) devaient être versés en sus directement au praticien après « entente directe », conformément à la doctrine de la médecine libérale. Dans ces conditions, l’accès aux cliniques privées demeurait des plus coûteux. Celles-ci en étaient conscientes qui offraient volontiers des réductions pour les enfants (La Salette, Vendôme) ou, comme la clinique Saint-Charles, partageait leur activité entre une polyclinique payante (vingt lits) et un hôpital où l’on payait beaucoup moins voire pas du tout. Si l’on ne peut exclure que la charité ait eu son rôle dans l’existence de ces tarifs réduits, on ne peut écarter non plus le rôle de la concurrence. Avant les assurances sociales celle-ci est sans doute redoutable comme le montre la disparition de l’une des plus vieilles maisons de santé. Présente en 1881 dans un des angles de la prestigieuse place Bellecour, elle disparaît avant la Première Guerre mondiale55. Celle-ci a aussi raison de l’Institut Saint-Louis dont on a dit plus haut l’apparente solidité56.

  • 57 Edwige Praca, Histoire de la Mutualité dans l’Hérault, Toulouse, Privat, 2003, p. 64 ; 67 ; 75-76.
  • 58 Olivier Faure et Dominique Dessertine, La Maladie entre libéralisme et solidarités (1850-1940), Par (...)
  • 59 Déclaration de Ferraton (Union mutualiste de la Loire) citée dans Dominique Dessertine, Olivier Fau (...)

18Plus que la concurrence interne, celle des cliniques mutualistes menace d’arracher aux privées leur clientèle modeste. La plupart du temps tard venues sur le marché, elles atteignent très vite une taille importante et drainent une clientèle en partie captive. Pendant longtemps, il semblait y avoir une incompatibilité entre mutualité et hôpital. D’après le discours officiel, le mutualiste prévoyant ne pouvait aller se confondre à l’hôpital avec les pauvres insouciants et peu recommandables. Néanmoins, avec l’évolution de la médecine, la mutualité dut reconsidérer son point de vue. Facilités par la loi de 1898, les regroupements départementaux ou régionaux permettaient de rassembler des fonds considérables. D’abord utilisés pour fonder des pharmacies ou alimenter des caisses de retraite, une partie d’entre eux finit par financer la construction de cliniques. La première fut envisagée à Montpellier en 1909 et inaugurée le 23 octobre 1910. Reconnue d’utilité publique le 28 février 1913 et visitée par le président Poincaré peu de temps après, agrandie en 1926 et passant de 26 lits à 46 lits, elle est reconstruite à partir de 1930 pour atteindre 150 lits57. Elle est imitée dans l’entre-deux-guerres par des unions mutualistes toutes situées dans la partie sud du pays : Marseille (1927), Bordeaux et Nîmes dans les années 1920 ; Saint-Étienne (1933) et Lyon (1935)58 qui réalisent dans les années 1930 des projets évoqués respectivement dès 1923 et 1926. Partout le but est le même et le scénario identique. « Pourquoi une clinique. Il faut faire entrer en ligne de compte le sentiment de dignité inné chez le mutualiste pour qui le séjour à l’hôpital est humiliant et pour qui le séjour en clinique privé est inabordable59. » Les unions mutualistes demandent aux sociétés adhérentes de souscrire pour couvrir les dépenses de construction. Pour le fonctionnement, en échange d’une cotisation spéciale les mutualistes cotisants reçoivent des soins gratuits et ne doivent acquitter qu’un prix de journée, pris en charge s’ils sont assurés sociaux. La gratuité des soins s’explique parce que, malgré l’opposition virulente des syndicats médicaux, les cliniques mutualistes salarient des médecins à plein temps. Par ailleurs assez importantes (une centaine de lits) bien équipées, elles offrent à la fois le confort des cliniques privées et les capacités techniques des hôpitaux publics sans être aussi coûteuses que les premières et aussi dégradées que les seconds. Elles offrent donc un type tout à fait original d’hospitalisation privée.

  • 60 Décret du 30 mars 1929.

19À la veille du vote de la loi des assurances sociales, l’hospitalisation privée sous toutes ses formes est déjà un élément important du paysage hospitalier. Les parlementaires peuvent d’autant moins faire l’impasse sur ces hôpitaux, que, au-delà de leur diversité, ils sont en train de s’ouvrir à une clientèle de plus en plus diversifiée au sein de laquelle se trouvent les futurs assurés sociaux. Les asiles charitables et les hôpitaux confessionnels ouvrent des services payants pour faire face à l’augmentation de leurs dépenses et aux insuffisances de la charité. Les cliniques privées diversifient leurs tarifs de façon à élargir leur clientèle aux classes moyennes. Les cliniques mutualistes acceptent de « faux mutualistes », ceux qui ne cotisent que pour bénéficier des services de la clinique. Parallèlement, stimulées par la concurrence qui règne entre elles et avec les hôpitaux publics, toutes tentent d’attirer les meilleurs chirurgiens (surtout de jeunes espoirs) et d’ouvrir des services spécialisés utilisant des techniques de pointe. Cette double évolution, ainsi que l’importance des cliniques privées explique que ce réseau soit intégré dans le dispositif des assurances sociales. Avant même que ne soit votée la loi définitive, le décret d’application de la loi mort-née de 1928 stipule que « l’assuré soigné par voie d’hospitalisation exerce son libre choix entre les établissements appartenant à la Caisse ou ayant passé convention avec elle » mais il étend ce libre choix « aux autres établissements de soins sous réserve que, dans ce cas, le supplément de frais pouvant résulter de ce choix est laissé à la charge de l’assuré60 ». Très vite néanmoins, des mesures sont prises pour que la liberté de choix soit une réalité et pas seulement un principe. L’hospitalisation privée entre dès lors dans une deuxième phase de son histoire.

Notes

1 Jean Labasse, L’Hôpital et la Ville, Paris, Hermann, 1973.

2 Lindsay Granshaw, « Fame and fortune by means of brick and mortar : the medical profession and specialist hospitals in Britain (1800-1948) », dans L. Granshaw et R. Porter (éds), The Hospital in History, Londres, Routledge, 1989.

3 Edward Shorter, « Private clinics in Central Europe (1850-1933) », Social History of Medicine, no 3, 1990, p. 159-195.

4 À l’exception de Christian Maillard, Histoire de l’hôpital de 1945 à nos jours, Paris, Dunod, 1986.

5 Théodore Perrin, Rapport médical de l’établissement de charité des jeunes filles incurables d’Ainay, Lyon, Perrin, 1847.

6 Sonia Reymond, « L’œuvre des dames du calvaire : charité, dévotion et élitisme à Lyon au XIXe siècle », Cahiers d’Histoire, no 1-2, 2002, p. 45-71.

7 Compte rendu de l’œuvre des infirmes de sainte Elisabeth pour 1851, Lyon, Perrin, 1852.

8 Philippe Boutry, « Une dynamique sacrificielle : le catholicisme lyonnais du premier XIXe siècle », dans Michel Lagrée (éd.), Chocs et ruptures en histoire religieuse, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1998, p. 151-166.

9 René Mornex, Bernard Ducouret et Olivier Faure, L’Antiquaille de Lyon : histoire d’un hôpital, Lyon, Lieux-dits, 2003, p. 38-65.

10 Tous les chiffres de capacité cités viennent des Archives départementales du Rhône (plus loin ADR), 1XP 362, statistiques des établissements de bienfaisance, état no 10 (asiles d’aliénés) qui récapitulent les chiffres de 1915 à 1919.

11 Christian Sorrel, « Une congrégation au service des aliénés : les sœurs de la Charité de La-Roche-sur-Foron », dans Jacqueline Lalouette et al. (éds), L’Hôpital entre religions et laïcité du Moyen Âge à nos jours, Paris, Letouzey & Asné, 2006, p. 43-57.

12 Hervé Guillemain, Diriger les consciences, guérir les âmes : une histoire comparée des pratiques thérapeutiques et religieuses (1830-1939), Paris, La Découverte, 2006, p. 16-26.

13 Olivier Bonnet, « Servir Dieu, servir les fous : les religieuses dans les asiles d’aliénés au XIXe siècle », dans Olivier Faure et Bernard Delpal (éds), Religion et enfermement XVII-XIXe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005, p. 131-152.

14 Agnès Bureau, Saint-Georges et Sainte-Madeleine : de l’asile à l’hôpital, Bourg, Ainventaire, 1998.

15 ADR, 1XP 362, voir note 8.

16 Nathalie Rocci, Les Malades mentaux de la maison de santé des sœurs de Saint-Joseph à Vaugneray (1838-1897), mémoire de maîtrise, Université Lyon 3, 2002.

17 Laure Murat, La Maison de santé du docteur Blanche, Paris, Hachette, 2001.

18 George Weisz, Divide and conquer : a comparative history of medical specialization, Oxford, Oxford University Press, p. 18-19.

19 ADR, 1XP 362, voir note 8.

20 Nicolas Delalande, « Les Juifs, la médecine et la philanthropie à Paris au XIXe siècle : l’exemple de l’hôpital Rothschild (1852-1914) », dans Francis Démier et Claire Barillé (éds), Les Maux et les Soins : médecins et malades dans les hôpitaux parisiens au XIXe siècle, Paris, Action artistique de la ville, 2007, p. 105-114.

21 Emmanuel Jaussoin, « L’infirmerie protestante de Lyon, entre tradition et modernité, Revue de la société française d’histoire des hôpitaux, no 130, septembre 2008, p. 10-14.

22 Évelyne Diebolt, La Maison de santé protestante de Bordeaux, Toulouse, Érès, 1990.

23 Encore ne s’agit-il ici que des établissements existants en 2008 et repérés grâce à leurs divers sites Internet (recherche par google décembre 2007).

24 André Encrevé, Les Protestants en France de 1800 à nos jours, Paris, Stock, 1985.

25 Jacqueline Lalouette, « L’hôpital libre et chrétien : une réponse catholique à la laïcisation des hôpitaux de l’Assistance publique », dans J. Lalouette et al., L’Hôpital entre religions et laïcité…, op. cit.

26 Anonyme, L’hôpital Saint-Joseph de Lyon : buts, organisation, résultats, Lyon, Vitte, 1899.

27 Olivier Faure, « L’homéopathie entre contestation et intégration », Actes de la recherche en sciences sociales, no 143, juin 2002, p. 88-96.

28 Daniel Penoel, Jean-Paul Teissier et l’école de « l’Art Médical ». À la recherche d’une thérapie vieille comme le monde, thèse de médecine, Paris, 1976, p. 56-66.

29 Anonyme, L’hôpital Saint-Luc : notes et souvenirs, Lyon, Rey, 2 vol., 1940. En sens inverse Jules Gallavardin, Contribution pour servir à l’histoire de l’hôpital homéopathique Saint-Luc de Lyon, Lyon, 1910.

30 Sophie Riché et Sylvain Riquier, Des hôpitaux à Paris : état des fonds des archives de l’AP-HP, Paris, AP-HP, 2000, p. 495-501. Site Internet AP-HP (8 janvier 2009).

31 Olivier Faure, Genèse de l’hôpital moderne. Les hospices civils de Lyon de 1802 à 1845, Paris et Lyon, CNRS et Presses universitaries de Lyon, 1982, p. 177-182.

32 Revue des hôpitaux, 1921, p. 105 et 1925, p. 277 (Références aimablement communiquées par D. Dessertine IR CNRS Lyon).

33 Mémento Cartier : annuaire médical du Rhône, Isère et Sud-Est, s. l., 1914.

34 Par exemple Rapport fait à la société de médecine de Lyon le 7 novembre 1825 sur l’établissement orthopédique dirigé par le Docteur Jal, Lyon, Perrin, 1826.

35 Robert Sorel et O. Widmaier, « De l’organisation d’une clinique chirurgicale privée au Havre », Annales provinciales de chirurgie (plus loin APC), 1895, p. 97-100. Je remercie vivement Pierre-Louis Laget conservateur à la direction des affaires culturelles Nord-Pas-de-Calais de m’avoir signalé la richesse de cette revue et de m’avoir fait parvenir des copies d’articles.

36 Mémento Cartier, op. cit.

37 Marcel Beaudouin, « Un projet de maison chirurgicale d’après les plans de MM Rochefrette », APC, 1895, p. 76-80.

38 Dave Lüthi, Le compas et le bistouri : une histoire de l’architecture médicale vaudoise (1760t-1940), thèse, Lausanne, 2008, vol. 1, p. 270-297.

39 Mémento Cartier, op. cit.

40 Sur toutes ces cliniques : APC, 1894, p. 767-781 (Dr Latouche à Autun) ; 1895, p. 97-116 (Dr Sorel au Havre) ; p. 217-231 (Dr Defontaine au Creusot) ; 1896, p. 161-167 (Dr Monprofit à Angers) ; 1897, p. 488-510 (Dr Dayot à Rennes) ; 1899, p. 734-745 (Dr Houzel à Boulogne) ; 1903, p. 12-71 (Dr Pantaloni à Marseille).

41 Mémento Cartier, op. cit. André Gouachon et Dr Mouret, Manuel pratique d’assistance, Lyon, Noirclerc et Fénértrier, 1925. Grand Institut chirurgical et médical, Lyon, Roux, 1900.

42 Alain Bouchet, « Les maisons de santé et cliniques chirurgicales », dans A. Bouchet (éd.), La Médecine à Lyon des origines à nos jours, Lyon, Hervas, 1987, p. 251-255.

43 Arch. mun. Lyon (AML), 344WP 031, permis de construire (PC) 190 803 64.

44 Ibid. 344 WP 248 PC 192 70591

45 Sur le quartier à cette époque, voir Jean-Luc Pinol, Les Mobilités de la grande ville : Lyon fin XIXe-début XXe, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1991, p. 107-125.

46 Indicateur lyonnais, 1928.

47 Mémento Cartier, op. cit.

48 Patrice Pinell, Naissance d’un fléau : histoire de la lutte contre le cancer en France (1890-1940), Paris, Métailié, 1992.

49 George Weisz, op. cit., p. 22 et p. 157.

50 H. Dayot, « Une maison de santé chirurgicale à Rennes », APC, 1897, p. 488-510.

51 Marcel Baudoin, « La clinique de chirurgie orthopédique de Reims », APC, 1905, p. 406-443.

52 Ambroise Montprofit, « La clinique chirurgicale… », APC, 1896, p. 161-167.

53 R. Sorel et O. Widmaier, op. cit., p. 114.

54 Lindsay Granshaw, « Fame and fortune by means of brick and mortar », op. cit.

55 D’après les annuaires indicateurs de Lyon.

56 Alain Bouchet, op. cit.

57 Edwige Praca, Histoire de la Mutualité dans l’Hérault, Toulouse, Privat, 2003, p. 64 ; 67 ; 75-76.

58 Olivier Faure et Dominique Dessertine, La Maladie entre libéralisme et solidarités (1850-1940), Paris, Mutaualité française, coll. « Racines mutualistes », 1994, p. 118-124.

59 Déclaration de Ferraton (Union mutualiste de la Loire) citée dans Dominique Dessertine, Olivier Faure et Didier Nourrissson, La Mutualité de la Loire face aux défis, enracinement local et enjeux nationaux (1850-1980), Saint-Étienne, Presses universitaires de Saint-Étienne, 2005, p. 143.

60 Décret du 30 mars 1929.

Auteur

UMR LARHRA – Université de Lyon
Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Lyon, spécialiste d’histoire de la santé. Parmi ses publications récentes les plus importantes Les Nouvelles Pratiques de santé, Paris, Belin, 2005 (en codirection avec P. Bourdelais) ; La Mutualité de la Loire face aux défis : enracinement local et enjeux nationaux, Saint-étienne, Presses universitaires de Saint-Étienne, 2005 (avec D. Dessertine et D. Nourrisson) ; Religion et enfermements XVIIe-XIXe siècles (en codirection avec B. Delpal) et plusieurs articles ou contributions sur les hôpitaux, le thermalisme, l’homéopathie, la pharmacie, l’hospitalisation privée.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540