Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

La santé des populations civiles et militaires

 | 
Élisabeth Belmas
, 
Serenella Nonnis-Vigilante

Innovations et mutations dans les structures de soins (XVIIe-début XXe siècles)

Règlements et projets : sources et dessins pour les hôpitaux mauriciens (XVIIIe-XIXe siècles)

Archives sources and architectural designs for hospitals of the Ordine Mauriziano (XVIIIth-XIXth century)

Chiara Devoti

Abstract

L’article analyse le rôle de l’ordre Mauricien dans la gestion de la santé des populations civiles dès la fin du XVIe siècle, au milieu du XVIIIe et jusqu’à des temps récents, une longue période pendant laquelle il gère des hôpitaux considérés comme des modèles de modernité et d’efficience, situés dans des lieux privilégiés, telle la capitale du royaume de Sardaigne (ensuite royaume d’Italie), Turin, et dans une série de villes-frontières stratégiques (Aoste, Lanzo, Valenza, Luserna San Giovanni et Sanremo). L’étude des règlements de ces hôpitaux montre qu’existe un lien entre une assistance « moderne », précocement intéressée à la condition du malade hospitalisé, et un projet d’hôpital voué à la guérison des pathologies. Ce lien se reflète dans les données architecturales, qui suivent les prescriptions des règlement pour la vie des médecins, des infirmiers, des recteurs et surtout des malades. Appuyé sur une riche analyse de sources d’archive, en partie inédites, le texte montre toute l’originalité du « système mauricien » face à l’indigence et à la maladie.

The paper analyzes the importance of the Ordine Mauriziano, a knightly order offering hospital services in an important pre-unitary state in Italy, ruled by the Savoy monarchy, and controlling the assistance in main cities, like the capital, Turin, and some strategic towns (Aosta, Lanzo, Valenza, Luserna San Giovanni and Sanremo). Archive sources help to define the role of the internal rules and the relationships with architectural designs to provide a modern assistance and to manage the quest for an hospital that meets the patient’s needs.

Testo integrale

Pourquoi les hôpitaux mauriciens ?

  • 1 L’ordre Mauricien fut fondé à Ripaille en 1434 par le duc de Savoie Amedée VIII, sous forme d’ordre (...)

1C’est dans les États du duc de Savoie puis dans le royaume de Sardaigne (c’est-à-dire le berceau de la monarchie italienne) qu’apparaît l’ordre Mauricien1, destiné à devenir assez rapidement le pivot de l’Assistance publique en maints endroits du pays. Institution majeure dans la gestion de la santé dès la fin du XVIe siècle, au milieu du XVIIIe et jusqu’à des temps récents, il gère des hôpitaux considérés comme des modèles de modernité et d’efficience, situés dans des lieux privilégiés, telle la capitale du royaume, Turin, et dans une série de villes-frontières stratégiques.

2La raison du poids de l’ordre dans la gestion de l’assistance vient du lien, voulu par le duc, entre la milice sacrée de Saint-Maurice et l’ordre de Saint-Lazare, par vocation au service des lépreux. Au commencement, le premier hôpital de l’ordre, celui de Turin, est exclusivement réservé aux chevaliers mauriciens et à leur famille, comme en témoignent les lettres de requête, signées par le duc lui-même ou par la duchesse régente, et adressées au conseil pour demander l’admission à l’hôpital de militaires ou bien de valets de la famille ducale.

  • 2 Statuti de 1574. Arch. de l’ordre Mauricien (AOMTo), Ospedale Maggiore, Regolamenti, 1574.

3Cette situation ne dure que l’espace d’un siècle ; ensuite l’assistance, plus structurée, s’ouvre aux couches indigentes de la population, qui ont remplacé – on le voit dans les statuts de l’ordre –, les anciens lépreux. La lèpre, « mal dégoûtant », est alors contenue au point qu’une seule léproserie suffit, tandis que la maladie et la pauvreté – en général indistinctes dans les hôpitaux traditionnels et très répandues –, deviennent l’objet principal de l’exercice de la charité des chevaliers2. Dès lors, s’amorce une séparation précoce entre malade et mendiant, entre curable et incurable, entre jugement moral et considération médicale.

4D’une manière assez soudaine, ce service ancestral de charité se transforme en un véritable gestionnaire des malades, opérant une distinction « révolutionnaire » entre malade et indigent, ainsi que le montrent les règlements ; dès le XVIIe siècle, l’hôpital mauricien de Turin est le seul à employer le terme d’« affections ». L’extension de l’autorité de l’ordre à d’autres cités – Aoste, Valenza, Lanzo –, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, a pour conséquence d’y introduire une organisation rationnelle de l’assistance, à la suite d’accords conclus entre l’ordre Mauricien et les municipalités. Celles-ci, tout en s’attachant à la préservation de leurs droits, n’ont rien à opposer au fait qu’un ordre si bien géré s’occupe de l’assistance des malades et des indigents ; les actes municipaux continuant, en effet, à confondre maladie et mendicité.

  • 3 Règlements pour les hôpitaux de Lanzo, Aoste et Valenza. AOMTo, Ospedale di Lanzo, Ospedale di Aost (...)

5Les fondations mauriciennes du XIXe siècle sont déjà pleinement insérées dans une assistance moderne, efficace, « laïque » à bien des égards, mais elles conservent leur spécificité dans l’attention portée à la dignité du malade : les règlements de la fin du XVIIIe siècle affirment clairement que le malade doit être soigné en respectant sa dignité, même lorsqu’il n’est plus qu’un cadavre3.

6L’étude de ces règlements montre qu’existe un lien entre une assistance « moderne », précocement intéressée à la condition du malade hospitalisé, et un projet d’hôpital voué à la guérison des pathologies. Ce lien se reflète dans les données architecturales, qui suivent les prescriptions des règlements pour la vie des médecins, des infirmiers, des recteurs et surtout des malades. La richesse des chartes, que l’on évoquera ci-après, témoigne des dépenses énormes et des efforts continuels accomplis pour adapter des bâtiments souvent dépourvus, en raison de leur origine, « palais nobiliaires, couvents », des éléments et des structures nécessaires à une assistance efficace.

7Simultanément, se noue un rapport nouveau entre administrateurs – du secteur religieux ou appartenant aux élites des lettres et du droit –, et médecins, chirurgiens, infirmiers, aboutissant à une manière différente de gérer la relation – personnelle et particulière –, entre médecin et malade ; elle s’étendra du contrôle de la qualité des repas, de la moralité et de l’amabilité des servants, à une vérification directe de la qualité de l’assistance en général ; lorsqu’on acceptera des malades payants, ceux-ci exigeront un service efficace et une attention directement portée à leurs besoins.

L’institution hospitalière mauricienne

Les sources

  • 4 Paolo Boselli, L’Ordine Mauriziano dalle origini ai tempi presenti, Turin, Tipografia Elzeviriana, (...)

8Les sources pour l’histoire de ces hôpitaux et de leur administration appartiennent autant au domaine bibliographique qu’à celui des archives. Dans la première catégorie, il faut mentionner l’ouvrage décisif de Paolo Boselli, Premier secrétaire du souverain pour l’ordre Mauricien dès 1908, et son historien, qui publia à Turin, en 1917, un ouvrage monumental, L’ordine mauriziano dalle origini ai tempi presenti, de plus de 650 pages, analysant l’histoire, le droit, les mœurs, les rôles, mais aussi le patrimoine de l’ordre4.

  • 5 Je cite en particulier le long article de Giorgio Rigotti, « Gli ospedali dell’Ordine dei Ss. Mauri (...)

9Ultérieurement, d’autres publications ont étudié divers aspects de l’institution : des critères d’admission des nobles aux rangs de la Sacrée Religion, du passage des biens d’un ordre à l’autre, de quelques bâtiments historiques gérés par les Mauriciens (tels que certaines grandes abbayes ou le célèbre pavillon de chasse de Stupinigi dessiné par Filippo Juvarra), mais aucune n’avait la vision globale qui caractérisait l’ouvrage de P. Boselli5.

  • 6 Il s’agit du nouvel grand hôpital fondé par l’ordre en 1885, le long de l’allée vers Stupinigi, à l (...)

10En ce qui concerne les archives, en dehors des archives d’État ou des archives historiques régionales d’Aoste (consultées dans la perspective d’une confrontation des sources), la présente recherche s’appuie essentiellement sur les archives de l’ordre Mauricien, conservées à Turin, dans la section de l’hôpital Mauricien Humbert Ier6. Le fonds d’archives hospitalières y est extrêmement riche. À côté des documents concernant la gestion des hôpitaux, on y trouve de nombreux actes sur le maintien et l’administration des maisons, champs, vignes, fermes, et des autres biens formant l’hoirie de l’institution, d’où elle tirait ses moyens de subsistance.

  • 7 Le registre le plus riche, référencé à l’hôpital général de Turin, sous le titre de Inventaro delle (...)

11Les sources spécifiques pour retracer l’évolution du rapport médecin-malade relèvent de différentes sections, encore qu’au sein des archives, elles soient entremêlées et correspondent essentiellement à des divisions administratives. Il arrive qu’on bénéficie de registres extrêmement complets, rédigés entre la fin du XVIIIe et le milieu du XIXe siècle7, mais on constate trop souvent que le beau classement de ces registres en fonction des matières et des différents hôpitaux, dissimule en réalité un extrême désordre des chartes.

12Parmi les acquisitions les plus intéressantes, on peut signaler un fonds de plus de quarante dessins du XVIIIe siècle concernant l’hôpital de Valenza, correctement indiqué dans les inventaires, mais qui se trouve ventilé dans des cartons « à organiser ».

13Ce désordre des archives n’affecte heureusement que les hôpitaux, sujets à des interventions continuelles, avec prélèvement de documents, constitution de cartons spécifiques selon les nécessités du moment, recomposition des matières et dispersion dans diverses armoires des projets architecturaux de grande dimension, tels que les atlas de dessins ; projets et dessins sur lesquels, pendant des décennies, on a souvent tracé les lignes des conduits pour l’eau, pour l’air, pour les égouts sans se préoccuper de la qualité du dessin originel.

14Ceci n’est pas exceptionnel : c’est ce qui s’est produit pour beaucoup de bâtiments avec une fonction spécifique, soumis à des transformations rapides, tels les hôpitaux, témoignant a contrario d’une vigueur constructive et d’une attention louable aux changements des rapports médecin-malade, hôpital-malade, hôpital-médecin, médecin-infirmier, infirmier-servant…

15Parmi les sources secondaires, il faut signaler l’importance de certaines d’elles, dont le grand ensemble des Règlements, c’est-à-dire les règlements fondateurs des hôpitaux, les règlements administratifs, ceux destinés au personnel soignant, ceux définissant le rôle et les devoirs des aumôniers hospitaliers.

16À la création, à la gestion et à l’amélioration de ces hôpitaux comme à leur gestion foncière, s’attache un grand nombre de testaments, donations et actes notariés, de chartes d’un grand intérêt, et souvent de lecture assez difficile.

  • 8 Selon la définition de Condorcet, Lavoisier et Tenon, rendue célèbre par l’œuvre de Michel Foucault (...)
  • 9 On trouve souvent, dès 1698, la charge de Controllore dello Spedale, qui est nommé par le Gran Sped (...)

17Le fonctionnement de ces institutions charitables, qui deviendront de véritables « machines à guérir8 », est restitué par les registres des acceptations, des décès et des démissions (XVIIIe siècle) ainsi que par les listes de concours pour médecins et chirurgiens9.

18Pour l’étude de leur architecture enfin, on doit souligner l’importance des documents produits durant la vie de ces institutions hospitalières, et surtout les relèvements des structures pour l’hospitalisation – souvent des anciens palais transformés pour servir d’hôpital –, en particulier les projets et dessins pour les emplacements nouveaux et la transformation des bâtiments existants.

Les institutions hospitalières analysées

19L’organisation de l’assistance mauricienne atteint, à partir de la fusion entre les deux ordres de Saint-Maurice et Saint-Lazare (qui datait du XVIe siècle), et surtout aux XVIIIe et XIXe siècles, un niveau de qualité supérieur à celui des autres hôpitaux présents dans les états du roi de Sardaigne.

  • 10 Pour ces réformes on renvoie à l’œuvre capitale de Geoffroy Symcox, Vittorio Amedeo II : l’assoluti (...)

20Le véritable renouveau se situe à la moitié du XVIIIe siècle, après les réformes de Victor-Amedée II10 et l’action de son fils Charles-Emmanuel III. À un procès d’abolition de tous les droits d’ancienne origine feudale sont liés une réorganisation de l’Assistance publique, un rôle plus évident de la noblesse de plume (par rapport à celle de robe) employée dans la bureaucratie souveraine et l’expansion de l’ordre Mauricien – dont le souverain est Grand-Maître –, qui a acquis quantité de propriétés appartenant jadis à d’autres ordres ou qui reçoit en donation de nombreux immeubles et d’importantes richesses.

21C’est là l’origine des hôpitaux d’Aoste, dans le duché homonyme, et de Valenza au Piémont, de l’agrandissement de celui de Turin et la source des revenus qui permettront la fondation des hôpitaux de Lanzo, puis de Luserna au XIXe siècle, tous deux au Piémont, de la léproserie de San Remo en Ligurie à la fin du XIXe, aussi bien que du nouvel hôpital Humbert I er à Turin.

22La façon dont ces hôpitaux ou lieux de renfermement de mendiants ont été acquis par l’ordre ou fondés par lui est de grand intérêt, sans qu’on puisse en retracer ici l’historique complet. On se contentera donc de citer les dates de fondation ou de passage à l’ordre quand il s’agissait à l’origine de bâtiments de santé appartenant à d’autres institutions.

  • 11 On conserve des prescriptions pour les infirmeries de Filippo Juvarra, premier architecte royal dès (...)

23Le premier hôpital analysé, et sans nul doute le plus prestigieux, fondation exemplaire des motivations d’assistance des chevaliers mauriciens et du souverain lui-même, est celui de Turin, appelé hôpital Magistral, dont l’édification date de 1574, juste après la fusion des deux ordres de Saint-Maurice et Saint-Lazare. Ce grand bâtiment, placé dès l’origine dans l’îlot de Santa Croce, dans le secteur de septentrion de la capitale du duché de Savoie, puis du royaume de Sardaigne, sera agrandi à plusieurs reprises par des architectes de renom, et par les architectes royaux11. Ses premiers règlements de gestion ont été pensés suivant la logique de sa conception architecturale.

24Devenu insuffisant, il sera remplacé par un nouveau bâtiment, inauguré en 1885, le premier en Italie à adopter le modèle des pavillons séparés en fonction des affections.

  • 12 J’ai traité de ces emplacements dans mon article « Entre charité, santé et architecture : les enjeu (...)

25Le deuxième établissement, par le prestige et par l’importance, est celui d’Aoste, institué hôpital de la ville dès 1630 par un bienfaiteur, passé à l’ordre Mauricien en 1752, après la réquisition des biens de l’ordre du Grand-Saint-Bernard, et par expression directe du pape ; ses règlements sont d’une grande complexité à cause de sa position stratégique dans une ville de frontière, en raison également des problèmes posés par le choix d’un vieux palais nobiliaire pour son emplacement12.

  • 13 Sur ce nouvel emplacement et sur le projet, je renvoie à mon article « Cemento armato e sanità : i (...)

26Un nouveau complexe, de conception très moderne pour l’époque, suivant les indications des grands hôpitaux de la capitale, alors Rome, sera bâti dans un endroit périphérique de la ville et inauguré en 194213.

27Le troisième par le prestige et les dimensions est celui de Valenza, en Piémont, dans des territoires acquis par le roi de Savoie après 1713, dressé aussi en position stratégique face aux territoires contrôlés par le milanais des Habsbourg.

28Créé en 1776 grâce aux legs testamentaires d’une riche marquise, il appartient dès l’origine à l’ordre Mauricien ; réuni à celui de la ville en 1781, il fait l’objet de projets successifs d’agrandissement et de déplacement afin de respecter les progrès des soins, auxquels l’ordre se montre plus sensible que d’autres institutions.

  • 14 Voir l’article de G. Rigotti, op. cit.

29Un nouvel hôpital, toujours fondé par l’ordre, et conçu par un architecte renommé, sera bâti ici-même en périphérie du centre-ville, et inauguré en 195214.

  • 15 Sur les raisons de la fondation au sein de l’ordre, voir encore p. Boselli, op. cit.

30Deux hôpitaux enfin, en dehors de la capitale, mais non loin d’elle, fondés directement par les mauriciens, répondent à la nécessité de soigner les malades des vallées alpines : il s’agit des hôpitaux de Lanzo, construit en 1769 avec le généreux concours du maréchal Cacherano d’Osasco, complété en 1869 par une section pour les incurables réservée aux gens de la vallée, toujours en service au même emplacement il y a dix ans, et de celui de Luserna San Giovanni, édifié une centaine d’années plus tard, en 1853, dans l’ancien couvent des Cordeliers, confisqué par Napoléon, passé à l’ordre Mauricien, et devenu aujourd’hui une maison de retraite15.

  • 16 Je renvoie à mon article de 2006 pour tout détail.

31Un discours différent s’applique à l’hôpital pour les lépreux (léproserie) de San Remo, en Ligurie, qui devait remplacer les fondations, plus petites et trop proches de la capitale, de Moncalieri et d’Aoste16.

32La fondation, qui date de 1858, en exécution du projet de Carlo Bernardo Mosca, transformant un ancien monastère, devait s’occuper de la recrudescence de ce mal à l’ouest de la région. Trente années plus tard, il est presque vide, ce qui entraîne, en 1882, la cession de sa gestion à la municipalité pour en faire un hôpital civil, car l’ancien hôpital civil occupait une position peu convenable. C’est à partir de ce moment-là qu’il entre dans le modèle des hôpitaux traditionnels et adopte les règles des autres institutions gérées par l’ordre, même lorsqu’il n’en fait plus partie.

L’apport de l’étude des règlements

Les règlements : un nouveau rapport médecin-malade ?

33Peut-on déceler dans l’organisation très rigoureuse des hôpitaux mauriciens une attention portée aux malades plus marquée qu’ailleurs ? Le malade a-t-il le droit d’être considéré comme un individu et d’avoir un rapport direct, clair, avec le médecin ? À partir de quel moment, ce changement intervient-il ? Pour essayer de répondre à ces questions, deux sources très riches ont été analysées dans les archives de l’ordre Mauricien : les règlements de ces hôpitaux et les dessins de projets pour leur construction, transformation, amélioration.

34L’une des sources les plus intéressantes est constituée par le corpus des règlements régissant l’administration, la gestion financière, sociale et religieuse des hôpitaux mauriciens.

  • 17 AOMTo, Ospedale Maggiore, paquet 1, doc. 1.

35Le plus ancien de ces règlements date de 1574 : il s’agit des Statuti (les Statuts) voulus par le duc et dressés pour le Grand Hospitalier de l’ordre17. Ces statuts spécifient clairement que l’hospitalité est le premier devoir des chevaliers de l’ordre, surtout lorsqu’elle s’applique aux lépreux, mais puisqu’à ce moment-là la lèpre n’est plus aussi répandue, il leur faudra l’étendre aux « nouveaux lépreux », c’est-à-dire aux indigents. Il incombe ainsi aux chevaliers de s’occuper de « toutes sortes de malades curables, afin qu’ils ne meurent pas, lorsqu’ils pourraient se soigner et seulement la pauvreté ne l’empêche, ou bien encore que des curables passent au niveau des incurables parce que personne ne s’est occupé de leur affection » (chapitre I). Les malades, disent encore les Statuts, devront être « traités et servis avec charité » ; le Grand Hospitalier devra les visiter une fois par semaine afin de veiller à leur traitement, tandis que le recteur de l’hôpital vérifiera qu’ils reçoivent une alimentation correcte et que les infirmiers se montrent patients avec les infirmes.

  • 18 Ibid., paquet 1, ch. 6, doc. 7.

36Les médecins et les chirurgiens seront choisis pour leur expérience autant que pour leur caractère pieux et doux ; les chevaliers de l’ordre les seconderont dans leur mission sanitaire, par un service hebdomadaire de secours religieux et de modèles de pitié (chapitre XII). Les nouveaux règlements pour l’hôpital Majeur de Turin, de janvier 170018 précisent en outre que le recteur est obligé de suivre les médecins et les chirurgiens durant leur visite aux malades, d’assister aux repas de ces derniers, afin de vérifier qu’ils soient « servis avec patience et que les servants ne leur manquent pas de respect ».

37On observe ici un système d’assistance différent de celui des autres institutions charitables, dont certains des hôpitaux ne sont que des lazarets pour les mendiants. L’aspect sanitaire paraît prééminent dès le début de l’institution tandis que le rapport médecin-malade et infirmier-malade est empreint de respect, et pas simplement de charité. Dès 1700, on y parle clairement du respect auquel les malades ont droit.

38Ce modèle, tout à fait novateur, est confirmé par les règlements des autres hôpitaux soumis à la gestion de l’ordre Mauricien, à savoir dans les règlements, instruzioni, pour l’hôpital de Lanzo (1769), pour celui d’Aoste (1773), et pour celui de Valenza (1782), une copie du premier. Le dernier hôpital fondé, celui de Luserna (1855), si on exclut la léproserie de San Remo, recevra des règlements semblables, qui reprennent le régime des hôpitaux mauriciens.

  • 19 Instruzione de Lanzo, AOMTo, Valenza, paquet 1, fasc. 9 à inventorier.
  • 20 Règlement d’Aoste, 1773. AOMTo, Ospedale di Aosta, paquet 2, doc. 84.

39Dans les trois règlements cités, ceux de Lanzo, Aoste et Valenza, le devoir d’attention aux malades est essentiel : on y lit en effet que parmi les devoirs du recteur figure la vigilance à assurer le respect envers les malades, qu’il devra « interroger les malades pour savoir comment ils sont assistés, et servis, afin de connaître la validité du service offert par les servants de salle19 ». S’il constate que ceux-ci « usent de quelque mauvais tour aux malades, qu’ils fussent de servir rudement, et sans charité, ou qu’ils malversent dans leur ministère, il en informera incessamment le Commandeur, afin qu’il y mette ordre20 ». Il veillera aussi à la qualité des repas et manifestera aux domestiques la nécessité d’observer, dans leur préparation et leur distribution, le modèle de pitié et la règle qu’on emploie dans une « famille bien ordonnée ». Les infirmiers et infirmières choisis seront « des gens de charité, dévots, et vigilants », ils devront « aider les malades graves » pendant les repas et ils en prendront un « soin spécial », même pendant la nuit, afin qu’ils ne restent pas seuls dans les derniers instants de leur vie, ou sans le secours de la religion.

40Plus technique est le rôle des médecins et chirurgiens, qui n’ont que le devoir de prévenir le recteur, un religieux, de l’état des malades, afin qu’il puisse les secourir à chaque moment avec les sacrements, et assister aux opérations de chirurgie pour leur administrer l’extrême-onction.

  • 21 Ibid.

41Le règlement pour l’hôpital d’Aoste indique en outre – il est le seul à en parler, mais c’est un règlement extraordinairement complet –, la façon dont on s’occupera des défunts : « dez qu’il sera trepassé l’on transportera dans la chambre du dépôt avec décence le cadavre enveloppé dans un des draps de lit destiné a cet usage… ». L’hôpital d’Aoste est le seul à recevoir – comme l’impose la bulle pontificale qui conférait à l’ordre Mauricien les biens appartenant jadis au Grand-Saint-Bernard –, des malades de toutes confessions, alors que les autres maisons de l’ordre n’acceptent que les catholiques. En considération de cette exception, le règlement prévoit le cas où « l’on reçoive dans l’hôpital quelque malade, qui ne soit point catholique. [En ce cas], le recteur lui fera des fréquentes visites, et il tachera de profiter des moments favorables pour le convertir, aïant cependant attention, qu’il soit servi avec toute la charité, douceur, et cordialité possible21 ».

L’hygiène, les pathologies et le service aux malades dans les règlements

42Les règlements du XVIIIe siècle manifestent une attention précoce à l’hygiène, soulignant que les hospitalisés entrés à l’hôpital pour une maladie ne doivent pas en sortir avec une autre, ni les maladies passer d’un malade à l’autre et des malades aux serviteurs. Les hôpitaux mauriciens refusent, à cette époque, les incurables et les contagieux, sauf les lépreux qui sont cantonnés dans un endroit isolé. Le règlement impose un changement d’air régulier, en toute saison, à 4 heures du matin, suivi du nettoyage des grandes salles des malades ; celles-ci étant aussi désinfectées à l’aide de baies de genièvre ou de bois parfumé.

43Une attention particulière était réservée aux modalités d’accueil des malades, qui occupaient un lit individuel, contrairement à la pratique, très répandue, suivant laquelle plusieurs malades partageaient le même lit ; le lit devait porter un numéro. À Aoste, des zones séparées hébergeaient les contagieux et les non-catholiques. En temps normal, l’hospitalisation se faisait un peu avant le tour de visite des médecins ; en cas d’urgence, elle pouvait avoir lieu à toute heure du jour et de la nuit pour les maladies non contagieuses dans les différents hôpitaux de l’ordre et pour n’importe quelle maladie dans celui d’Aoste.

  • 22 AOMTo, Valenza, paquet 1, à inventorier.

44Avant d’être mis au lit, le malade devait être déshabillé pour éviter que ses vêtements ne transmettent infections ou saletés, « afin que son lit ne soit point souillé par quelque ordure qui puisse être sur son corps ». Un registre des entrées et des sorties des malades, préparé par le recteur, signalait la raison de l’hospitalisation. Quelques exemplaires de ces registres sont encore conservés dans les archives, témoignant d’une organisation efficace : à l’hôpital de Valenza le registre de la première année de travail, 1782, mentionne le passage de 71 malades dont 13 meurent. Les causes d’hospitalisation les plus répandues paraissent être la « fièvre », la « fièvre catarrhale », les ulcérations, les contusions, l’hydropisie et quelques fractures ; la cause de trépas la plus fréquente est la « fièvre continuelle ou intermittente22 ».

45Les instructions à suivre en cas de décès sont très détaillées : le cadavre doit être transporté au dépôt avec dignité, enveloppé dans un linceul ; il faut ensuite procéder à la « désinfection » des objets avec lesquels le mourant est entré en contact. Le règlement ordonne d’« oter du lit les ustensiles qui seront portés sur le galetas à l’air ouverte » et de frotter les meubles avec de la « poudre à canon ». Le cadavre doit ensuite être déposé dans la chambre mortuaire qui existait dans tous les hôpitaux de l’ordre, visité de temps à autre pour conjurer le risque de la mort apparente, et enseveli dans les 24 heures à compter du décès, dans le cimetière de l’hôpital.

  • 23 Règlement d’Aoste, 1773.

46Les infirmiers sont impliqués dans le travail médical : les règlements portent en effet qu’ils « assisteront chacun dans son infirmerie aux visites du médecin, et du chirurgien pour les informer fidèlement de l’état des malades, et des observations, qu’ils auront fait des simpthomes de leur maladie et pour s’instruire de la façon de les soigner, et les nourrir sur tout pendant la nuit, si la necessité l’exige23 ». Il leur appartient de fournir aux malades de l’eau avant chaque repas afin qu’ils se lavent les mains, tout comme de veiller à ce que leur lit soit propre en changeant les draps, les lingeries et les oreillers.

  • 24 Je renvoie complètement à Élisabeth Belmas, « L’infirmerie de l’Hôtel royal des Invalides : hôpital (...)

47Cette attention aux données d’hygiène, les rôles précis des opérateurs et la richesse des règlements montrent que le modèle mauricien s’insère de tout droit dans le milieu européen le plus avancé, où certaines institutions jouaient une position de point de repère. C’est le cas du parisien Hôtel royal des Invalides, dans lequel les infirmeries sont organisées pour favoriser tant le confort des patients que le respect des principes élémentaires d’hygiène, les contagieux sont isolés et l’organisation médicale repose sur la « trilogie des officiers en la médecine24 », soit médecin, chirurgien, apothicaire, qu’on retrouve de façon tout à fait analogue chez les hôpitaux mauriciens.

  • 25 Règlement pour l’hôpital de Luserna, AOMTo, Ammnistrazione e decreti dal 1851 al 1877, no 36A, 1854
  • 26 Regolamento dell’Ospedale Umberto I di Torino, Torino 1908, AOMTo, Bibliothèque, no 270.
  • 27 Règle no 22, du règlement de Luserna, 1854.

48Les règlements successifs, que ce soient ceux de l’hôpital de Luserna San Giovanni25 (1854) ou ceux du nouvel hôpital Majeur de Turin26 (1885-1908) montrent une évolution : les articles premier et deuxième pour Luserna précisent que la nouvelle institution est « de type laïque, sous la direction de l’évêque du diocèse […] et qu’elle a pour but de donner du soulagement aux pauvres infirmes […] quelle que soit leur confession religieuse […] et qu’elle doit soigner leurs affections de n’importe quelle nature, sauf les maladies contagieuses ou chroniques ». Les sœurs de Saint-Joseph en sont les infirmières ; la sœur directrice conserve et met à jour le registre des infirmes qu’elle présente chaque matin au médecin lorsqu’il visite les malades. Elle y enregistre la nature de la maladie et son évolution. Ce registre complète celui géré par le secrétaire et économe de l’hôpital, dans lequel chaque malade est enregistré avec son nom complet, son état de famille (femme, mari, fils, etc.) et sa profession religieuse, son âge, sa profession, son affection, la date de son entrée à l’hôpital et de sa sortie. Lorsqu’un malade meurt, c’est au secrétaire qu’il revient d’en donner notification au syndic de son pays de résidence afin que les hoirs viennent réclamer à l’institution les objets personnels du défunt27.

49Le chapelain, toujours présent, a le devoir de « veiller au comportement moral des malades, de s’occuper de leur instruction religieuse par un catéchisme raisonné ».

50Le règlement de 1908 pour l’hôpital Majeur de Turin paraît encore plus précis et moderne, puisqu’il affirme que le devoir de l’institution est de soulager et de soigner – le terme y est clairement écrit –, les malades de toutes les affections, sauf les contagieuses, quelle que soit leur nationalité, leur provenance et/ou leur profession religieuse, selon les lits disponibles et à partir de l’âge de trois ans. Seules les femmes proches de l’accouchement et les enfants trop petits en sont exclus, mais cette règle ne s’applique pas aux urgences. « Aucune propagande religieuse n’y est admise », chaque médecin, chirurgien, infirmier voit ses devoirs clairement définis. Le directeur sanitaire – un médecin-chirurgien chef de service –, « veille constamment sur la qualité des aliments pour la nourriture, et sur l’assistance aux infirmes […] si bien que sur les conditions des instruments pour la chirurgie […], enfin il doit s’occuper de la compilation annuelle des statistiques des périodes d’hospitalisation ». Tous les médecins et chirurgiens dépendent de son autorité et il préside la commission qui approuve le recrutement des médecins et des chirurgiens hospitaliers.

  • 28 AOMTo, Ospedale Maggiore, paquet 1, s. d., mais milieu XVIIIe siècle.

51Une dernière remarque s’impose, sur un usage en vigueur dès le milieu du XVIIIe siècle, c’est-à-dire, l’ouverture d’une sorte de concours pour attribuer la place de médecin et de chirurgien ; les candidats qui y répondent sont évalués par une commission28. Les postulants semblent expérimentés, avoir pratiqué dans d’autres hôpitaux, y compris ceux n’appartenant pas à la « Sacrée Religion », ou bien avoir complété leurs études à Paris ; en général, ils sont fils de chirurgien déjà au service de l’ordre.

L’architecture hospitalière mauricienne

Les desseins et les projets : vers un hôpital à la mesure des malades et des médecins ?

52Les archives de l’ordre Mauricien, conservées à Turin, abondent en dessins de relèvement et de projets pour les hôpitaux gérés par l’institution, mais aussi pour le reste de leur énorme patrimoine immobilier. Alors que les dessins pour les maisons et propriétés rurales et religieuses sont dans un bon état de conservation, les dessins originaux des hôpitaux ont fait l’objet de rangements continuels, de corrections ou d’ajouts, y compris s’ils proviennent d’architectes de grand renom.

53Cette forme de réemploi continuel, qui pourrait traduire un manque de respect du projet initial, sur lequel on trace les lignes des égouts, des liquides médicaux, des nouvelles portes pour les cages d’ascenseurs, pour les civières, etc., paraît au contraire le trait le plus remarquable de l’histoire de la santé « mauricienne ». Aux débuts de la gestion des hôpitaux par l’ordre, celui-ci doit se contenter de locaux prédéfinis par les hoiries de quelques bienfaiteurs ou par les endroits disponibles, souvent peu adaptés à leur nouvelle destination hospitalière, ce qui est le cas du premier hôpital de Turin, comme de ceux de Valenza et d’Aoste ; au fur et à mesure que son rôle d’acteur de la santé publique s’affirme, il devient des plus sensibles aux nouveautés médicales, aux principes d’hygiène, aux sollicitations des hygiénistes.

  • 29 AOMTo, Ospedale di Aosta, paquet 7, doc. 347, 11 décembre 1789, Memoria delli medico e chirurgo del (...)

54Lorsqu’on compare les règlements étudiés aux plaintes des chirurgiens et des médecins sur la propagation des maladies dans les infirmeries, on constate qu’ils accordent une attention précoce aux principes de l’hygiène, autant qu’un vif intérêt à la condition des patients et des infirmiers. En témoigne le mémoire rempli de tristesse cosigné par un docteur et un chirurgien de l’hôpital d’Aoste, dénonçant les inconvénients qui découlaient du choix de ne pas bâtir un édifice adéquat aux fonctions hospitalières : les lits, placés dans de vastes salles qui n’avaient pas été construites à ces fins, ne respectaient pas l’éloignement requis les uns des autres, ce qui en réduisait l’aération, les rapprochait trop des fenêtres ou des poêles destinés au chauffage, et contribuait donc à propager les maladies auprès des infirmiers et des malades, à prolonger l’hospitalisation et augmenter les rechutes, risquant même de provoquer de nouvelles affections, différentes de celles pour lesquelles le malade avait été hospitalisé29. Les dessins du relèvement du même bâtiment, à la fin du XVIIIe siècle, confirment les remarques des deux médecins et leurs reproches au conseil général de l’ordre sur l’emplacement et l’agencement du palais transformé en hôpital dix ans auparavant.

  • 30 C’est l’indication que donne pour les hôpitaux Francesco Milizia, auteur de traités de la fin du XV (...)
  • 31 C’est le projet non réalisé de Gian Battista Gianotti, Plans pour l’hôpital des malades à réaliser (...)
  • 32 Tous les projets se trouvent, dans un état de grande confusion, dans les mêmes archives et au même (...)

55Un discours identique est tenu sur Valenza, dont les dessins de relèvement des « palais et maisons rustiques » légués par une pieuse marquise et convertis en hôpital, mettent en évidence la position impropre et la difficulté à en faire une maison de santé. La qualité des projets proposés, surtout ceux signés par Giovanni Battista Feroggio, architecte de confiance de l’ordre, montrent les inconvénients liés à ce type de réhabilitation d’anciens bâtiments nobiliaires. Les solutions proposées adoptent l’idée courante à l’époque d’« endroits capables, confortables et salubres30 », même lorsque cela paraît irréalisable ; de grandes salles, des infirmeries disposées comme les bras d’une croix, avec la chapelle au centre31, selon un modèle très apprécié dès la moitié du siècle suivant, qui sera remplacé par la surveillance centrale du « panopticon32 ».

  • 33 Victor-Amedé II est le premier souverain de la famille de Savoie, ayant acquis en 1713, avec le tra (...)
  • 34 Vera Comoli, Torino, Rome-Bari, Laterza, 1983.
  • 35 AOMTo, Ospedale Maggiore, paquet 13/257, selon l’inventaire, mais en fait hors de cette position.

56Les contingences matérielles, la réduction des frais, prêchée sans cesse par les administrateurs et les conseillers de l’ordre, les guerres et les annexions de territoires conséquentes – par exemple la région de Casale et Valenza, à l’est du Piémont –, qui imposent une réorganisation administrative et sociale, y compris pour la gestion de la santé publique, s’opposent aux projets et aux réalisations d’avant-garde. Même dans la capitale, Turin, où l’ordre possédait un hôpital d’ancienne fondation, les projets de Filippo Juvarra, architecte royal de Victor-Amédée II33 et personnalité réputée en Europe, seront concentrés sur les rectifications routières (172934) et sur le système des porches bien plus que sur l’organisation effective de l’hôpital, dont seule l’infirmerie principale est agrandie35.

  • 36 Tippo dimostrativo dello Spedale di Lanzo, s. d. [seconde moitié du XVIIIe siècle]. AOMTo, Ospedale (...)

57Encore plus réduites sont les interventions à Lanzo, pourtant un lieu stratégique pour le contrôle politique et sanitaire des populations des vallées alpines entourant la capitale : le relèvement montre encore une fois qu’une vieille bâtisse léguée par un testament nobiliaire devenait un hôpital, sans véritable transformation au sens moderne36, alors même que son règlement, extrêmement complet, servait de modèle pour la rédaction de celui de l’hôpital de Valenza.

L’architecte et l’ingénieur hygiénistes face aux nécessités du malade : le véritable tournant

58La situation change notablement au cours du XIXe siècle : après la période napoléonienne, lors de la restauration de la famille de Savoie, et surtout à partir des années trente du XIXe siècle, les hôpitaux connaissent des transformations décisives. En 1831, le roi Charles-Albert écrit en ce sens au Grand-Hospitalier :

  • 37 Lettre du roi Charles-Albert au Grand-Hospitalier M. le comte Galleani d’Agliano du 9 septembre 183 (...)

« Je désire que l’hôpital de l’ordre de Saint-Maurice [celui de Turin] soit mis sur le plus grand pied de perfection possible, qu’il devienne un modèle de son genre ; non seulement pour les soins qu’on y donnera aux malades, pour tous les moyens, les remèdes qu’on y emploiera pour leur guérison ; mais aussi pour la nourriture qu’ils y recevront, et pour l’extrême propreté qui devra y régner, et encore qui devra, si c’est possible, être portée jusqu’au luxe. L’hôpital de l’ordre de Saint-Maurice sera entièrement consacré aux maladies chirurgicales, aux fractures surtout ; on fera immédiatement venir des Sœurs de la Charité [de Saint-Vincent de’ Paoli] pour soigner les malades37. »

  • 38 Pour le personnage de Mosca, voir Vera Comoli, Laura Guardamagna et Micaela Viglino (éds), Carlo Be (...)

59Des idées remarquables, que Carlo Bernardo Mosca, architecte et ingénieur, est chargé de mettre à exécution : élève de l’École des Ponts et Chaussées de Paris entre 1809 et 1811, où il gagnera le premier prix d’Hydraulique et le deuxième d’Architecture civile, il a voyagé en France et en Angleterre en tant qu’envoyé du roi Charles-Albert, puis en Suisse, revenant au Piémont avec les connaissances les plus modernes sur les bâtiments en général et les hôpitaux en particulier38.

  • 39 Carlo Bernardo Mosca, Venerando Spedale Maggiore in Torino. Progetto d’ingrandimento della fabbrica (...)
  • 40 Giuseppe Mosca, Ospedale di Valenza. Piante coll’indicazione in tinta rossiccia delle opere di rist (...)
  • 41 E. Camusso, sur les projets de C. B. Mosca, Atlante di disegni relativi all’ampliazione e ristauro (...)

60Qu’il s’agisse de l’hôpital principal de la capitale, auquel on doit lier le projet pour l’église magistrale39, située dans le même îlot urbain, de la réorganisation de celui de Valenza dans un nouvel emplacement40, ou encore de la reconstruction quasi-totale de celui de Lanzo41, les projets de Mosca témoignent d’un véritable tournant. Les grandes croisées des infirmeries, l’emploi savant des couloirs et des cours à galeries avec de grands vitraux – déjà présentes dans les dessins les plus modernes du XVIIIe siècle, tels ceux de Feroggio, mais aussi destinées ici au passage des convalescents –, la définition d’un étage en semi-hypogée pour les cuisines, laveries, services, se conjuguent avec le dessin d’une façade, là où elle peut être redessinée, tout à fait classique, rigoureux, immédiatement reconnaissable comme distinctif de la fonction d’assistance du bâtiment.

  • 42 Je renvoie à mon article : « “Femmine e uomini che delirano senza febbre” : luoghi e modelli per la (...)

61Ses successeurs, ingénieurs et architectes, héritiers de la gestion technique des hôpitaux mauriciens, en poursuivront l’esprit. De nombreux dessins attestent de la volonté de perpétuer la ligne indiquée par le roi, comme de répondre aux exigences des malades et de leurs médecins : les projets pour le petit secteur des enfants idiots à Aoste42, voulu par le roi Victor-Emmanuel II en 1869, réalisé par Ernesto Camusso, ingénieur reconnu, la section pour les femmes dans l’hôpital de la capitale, en 1855, ou les interventions à Lanzo, le prouvent.

  • 43 Suivant le projet de l’ingénieur hygieniste Ambrogio Perincioli, membre de la Società degli Ingegne (...)

62Lorsque la Sacrée Religion, soit l’ordre Mauricien, décide enfin d’élever un nouvel hôpital à Turin – devenue la capitale d’Italie avant de céder ce rôle à Florence et puis définitivement à Rome – c’est un modèle tout à fait moderne, à l’avant-garde, qu’elle choisit. L’hôpital Mauricien Umbert Ier, inauguré en 1885, et bâti en quatre ans43, est le premier hôpital d’Italie à suivre le modèle « à pavillons », théorisé dans les milieux culturels et médicaux les plus avancés d’Europe, issu des théories pasteuriennes sur la bactériologie et des principes officiels de l’hygiénisme. Les nouveaux hôpitaux occuperont des milieux salubres, reliés à la ville par de grandes et longues rues, loin des émissions nocives des concentrations urbaines, et si possible implantés dans des jardins. La nouvelle organisation en pavillons assure une gestion rationnelle des espaces, des chambres d’hospitalisation, des infirmeries – chacune de 22 lits, pour un total de 246 lits –, comme des salles d’opération et des services ou des ambulatoires.

63Elle traduit un changement remarquable des rapports de force entre l’administration centrale de l’ordre et les médecins, qui désormais peuvent demander et recevoir des espaces conformes aux exigences de leur travail, tandis que les infirmiers et les servants jouissent de systèmes rationnels pour le passage, le transport des linges et des civières. Pour la première fois, un projet découle des connaissances techniques d’un niveau international de l’ingénieur, coordonnées au savoir médical et à l’expérience de plusieurs décennies d’un grand médecin et chirurgien, aussi versé en sciences qu’en assistance hospitalière, le docteur Giovanni Spantigati, délégué par le Grand Conseil de l’ordre pour accompagner le projet et écouter les requêtes des médecins.

64Les collaborations de ce genre se généraliseront à l’occasion des projets et des planifications du siècle suivant ; une fois encore l’ordre Mauricien en sera l’un des précurseurs.

Administrateurs, médecins, malades : vers l’hôpital contemporain

  • 44 Il s’agit des statuts de l’ordre, établis et revus par les patentes royales du 27 décembre 1816. P. (...)
  • 45 Réformes des statuts et du Conseil de l’ordre de 1851 et 1853.
  • 46 AOMTo, Ammnistrazione e decreti dal 1878 al 1884, no 71, 1883.
  • 47 Regolamento che determina le attribuzioni del Direttore Sanitario e dell’Amministratore Patrimonial (...)

65Le choix des transformations à opérer à l’intérieur des hôpitaux de l’ordre semble au cours du XVIIIe siècle et pour bonne partie du XIXe relever d’une élite d’administrateurs, le Grand-Hospitalier, le Conseil général de l’ordre et les Patrimoniaux généraux. L’avis des médecins, des chirurgiens, voire des infirmiers n’a guère de poids et n’est nullement requis. Le Grand-Hospitalier, lui-même, bien qu’un personnage illustre, peut n’avoir aucune connaissance sur la médecine et la santé publique ; selon les statuts de l’ordre, revus en 181644, il était chargé des « œuvres de charité », et pas spécialement des questions de santé. Ces statuts sont repris lors de l’unification nationale en 186145, tandis que s’affirme le rôle moteur de l’ordre dans le domaine de la santé publique et des savoirs médicaux. C’est alors que les relations administration-médecin changent véritablement, que l’avis des chirurgiens est sollicité, qu’on associe un médecin connaissant les besoins de ses opérateurs et des malades aux ingénieurs ou aux architectes hygiénistes. Désormais, il n’est plus question de « servir avec patience » ou de choisir des infirmiers qui soient des « gens de charité, dévots, et vigilants », mais de bâtir la plus moderne et la plus convenable des « machines à guérir ». Les decreti de 188346, par exemple, enregistrent cette mutation : ils confèrent à l’avenir la direction des hôpitaux non au Grand-Hospitalier, mais à un directeur sanitaire, choisi par le Conseil de l’ordre parmi les médecins-chirurgiens chefs de service ; un économe qui résidera dans l’hôpital s’occupera de sa gestion. Ces règlements particuliers, édictés entre 1886 et 188847, serviront de modèle à toute l’assistance.

  • 48 Pour la dimension européenne du phénomène, je renvoie à A. Rasmussen, « L’hygiène en congrès (1852- (...)
  • 49 Serenella Nonnis-Vigilante, « Idéologie sanitaire et projet politique. Les congrès internationaux d (...)

66Cette mutation ne peut point étonner : il s’agit en effet de l’apogée du mouvement hygiéniste – désormais à sa deuxième génération –, et des « commandements » pasteuriens. Une diffusion européenne48, au sein de laquelle Turin joue un rôle de premier relief49. On assiste donc à une réorganisation des rôles : des charges qu’on pourrait appeler « techniques » (le directeur sanitaire, si bien que les chefs de service et l’ingénieur qui dessine les nouveaux établissements pour les soins sanitaires), d’autres « charitables » (le chapelain), face à d’autres encore de type administratif.

67Le Premier secrétaire du souverain pour le Grand Magistère Mauricien, qui sert de trait d’union entre le souverain et l’ordre, et qui avait toujours été présent dans la gestion des hôpitaux, en effet devient le garant du niveau de l’assistance hospitalière ; durant la construction du nouveau grand hôpital de Turin, il lui revint de choisir ingénieur et médecin-conseil pour édifier un modèle européen d’institution hospitalière.

  • 50 P. Boselli, op. cit., p. 349. Borselli est Grand secrétaire à partir de 1908.

68Les soins sont donnés à tous les malades aussi bien de condition modeste, comme l’impose dès l’origine la règle de l’ordre, qu’aisée : les premiers occupent des infirmeries placées au rez-de-chaussée, tandis que les seconds, qui paient, bénéficient du premier étage. Les médecins et les chirurgiens traitent les uns et les autres. Le nombre des hospitalisés s’accroît et surtout le nombre des payants augmente, ce qui finance de nouveaux pavillons et l’achat de matériel technique dans les établissements de Turin, de Valenza ou d’Aoste, les plus grands de l’ordre. Ainsi que la remarque du Premier secrétaire : « les meilleures conditions de la classe ouvrière et des salariés leur permettent de reconnaître que les soins totalement gratuits doivent être réservés aux indigents véritables, tandis que ceux qui gagnent leur salaire doivent payer selon leurs possibilités. Les frais qu’ils payent sont toujours bien inférieurs au coût réel de leur hospitalisation50. »

69Lorsqu’ils payent, les malades ont des exigences différentes ; ils veulent des réponses à leurs questions et un autre type de rapport médecin-malade : ils vont à l’hôpital pour être soignés et pour être informés. Le système paraît fonctionner correctement : dès la fin du XIXe siècle, on n’entend plus de plaintes de la part des malades, et les médecins ont le droit de s’exprimer sur les décisions qui les concernent ou les espaces où ils travaillent.

  • 51 Soit qui suit les prescriptions des hygiénistes. Le projet du grand hôpital mauricien de Turin est (...)

70L’hôpital « moderne », efficient, hygiénique51, se reconnaît alors totalement dans le modèle mauricien.

71Les sources assez méconnues des règlements, mais surtout les grands atlas de desseins pour les hôpitaux gérés par l’ordre témoignent de ce passage et peuvent constituer un corpus documentaire extraordinairement complet, nouvelles sources pour une histoire de la santé des populations civiles dans les états de Savoie, ensuite royaume d’Italie.

Note

1 L’ordre Mauricien fut fondé à Ripaille en 1434 par le duc de Savoie Amedée VIII, sous forme d’ordre mi-chevaleresque, mi-religieux. En 1571 l’ordre de Saint-Lazare, clairement voué à l’assistance hospitalière, en particulier aux lépreux, et qui avait été fondé pendant les croisades, transmit ses biens au duc Emmanuel-Philibert. L’année suivante (1572), il parvient à obtenir du pape la refondation de l’ordre qui prend dès lors le nom de Sacré Religion des Saints Lazare et Maurice, rapidement dénommé ordre Mauricien. Le duc, et à sa suite le souverain, de Savoie, en est, de droit pontifical, le Grand-Maître. En 1729, le roi Victor-Amedée II accorde un emplacement officiel à l’ordre, par la refondation de l’ancienne église de Saint-Paul, à Turin, en forme de Basilique Magistrale Mauricienne. Ce choix est directement lié à un procès d’acquisition des biens d’autres congrégations religieuses ou d’ordres militaires, tels que l’ordre du Grand-Saint-Bernard id est du Mont-Joux, dont les biens sont confisqués en 1752, ou l’ordre de Saint-Antoine de Vienne, annexé à l’ordre des chevaliers de Malte en 1776 et de celui-ci au Mauricien, ou encore une série de fondations d’importance moins grande. Après la Révolution française, les biens de l’ordre Mauricien sont confisqués, pour être à nouveau confiés au souverain de Savoie avec la Restauration ; à partir des années trente du XIXe siècle, l’ordre reprend son rôle de pivot de l’assistance médicale en Piémont, dans le duché d’Aoste et en Sardaigne (endroits où se concentrent ses biens originels).

2 Statuti de 1574. Arch. de l’ordre Mauricien (AOMTo), Ospedale Maggiore, Regolamenti, 1574.

3 Règlements pour les hôpitaux de Lanzo, Aoste et Valenza. AOMTo, Ospedale di Lanzo, Ospedale di Aosta et Ospedale di Valenza.

4 Paolo Boselli, L’Ordine Mauriziano dalle origini ai tempi presenti, Turin, Tipografia Elzeviriana, 1912.

5 Je cite en particulier le long article de Giorgio Rigotti, « Gli ospedali dell’Ordine dei Ss. Maurizio e Lazzaro dal 1800 a oggi », Atti e Rassegna Tecnica della Società per gli Ingegneri e gli Architetti in Torino, nouvelle série, no 4, avril 1951.

6 Il s’agit du nouvel grand hôpital fondé par l’ordre en 1885, le long de l’allée vers Stupinigi, à la place de l’ancien emplacement près de la porte septentrionale de la ville.

7 Le registre le plus riche, référencé à l’hôpital général de Turin, sous le titre de Inventaro delle Carte dell’Ospedale Maggiore, a été rédigé par Pietro Blanchetti, qui était archiviste lors de l’unification de l’Italie. On signalera que le même a préparé en 1866 un registre des personnalités de l’ordre, d’un grand intérêt pour l’étude de la gestion des hôpitaux.

8 Selon la définition de Condorcet, Lavoisier et Tenon, rendue célèbre par l’œuvre de Michel Foucault, Les Machines à guérir : aux origines de l’hôpital moderne, Bruxelles, Mardaga, 1979.

9 On trouve souvent, dès 1698, la charge de Controllore dello Spedale, qui est nommé par le Gran Spedaliere et par le Conseil de l’ordre. Beaucoup de chartes confirment l’importance de cette fonction, aussi bien que son droit de conseil lors de l’agrément de nouveaux médecins ou chirurgiens. Ces derniers seront officiellement nommés par le roi, mais suivant l’avis des administrateurs de l’hôpital. C’est enfin le Recteur de l’Hôpital qui doit se charger du maintien économique du Chapelain (carte du 21 septembre 1751, no 211). Les premières divisions de rôles datent du XVIe siècle : AOMTo, Ospedale Maggiore, paquet 1, ch. 1, 1573, 15 décembre.

10 Pour ces réformes on renvoie à l’œuvre capitale de Geoffroy Symcox, Vittorio Amedeo II : l’assolutismo sabaudo 1675-1730, Turin, SEI, 1985.

11 On conserve des prescriptions pour les infirmeries de Filippo Juvarra, premier architecte royal dès 1714.

12 J’ai traité de ces emplacements dans mon article « Entre charité, santé et architecture : les enjeux d’un hôpital frontalier. Aoste du Moyen âge au XVIIIe siècle », dans Jacqueline Lalouette, Élisabeth Belmas, Marie-José Michel et Serenella Nonnis-Vigilante (éds), L’hôpital entre religions et laïcité du Moyen Âge à nos jours, Paris, Letouzey & Ané, 2006, p. 223-236.

13 Sur ce nouvel emplacement et sur le projet, je renvoie à mon article « Cemento armato e sanità : i nuovi Ospedali Mauriziani di Aosta e Valenza », dans Rosalba Ientile (éd.), Architetture in cemento armato. Orientamenti per la conservazione, Milan, Franco Angeli, 2008, p. 178-184.

14 Voir l’article de G. Rigotti, op. cit.

15 Sur les raisons de la fondation au sein de l’ordre, voir encore p. Boselli, op. cit.

16 Je renvoie à mon article de 2006 pour tout détail.

17 AOMTo, Ospedale Maggiore, paquet 1, doc. 1.

18 Ibid., paquet 1, ch. 6, doc. 7.

19 Instruzione de Lanzo, AOMTo, Valenza, paquet 1, fasc. 9 à inventorier.

20 Règlement d’Aoste, 1773. AOMTo, Ospedale di Aosta, paquet 2, doc. 84.

21 Ibid.

22 AOMTo, Valenza, paquet 1, à inventorier.

23 Règlement d’Aoste, 1773.

24 Je renvoie complètement à Élisabeth Belmas, « L’infirmerie de l’Hôtel royal des Invalides : hôpital modèle, modèle d’hôpital ? », dans Giorgio Cosmacini et Georges Vigarello (éds), Il medico di fronte alla morte (secoli XVI-XXI), Turin, Fondazione Ariodante Fabretti, 2008, p. 53-77.

25 Règlement pour l’hôpital de Luserna, AOMTo, Ammnistrazione e decreti dal 1851 al 1877, no 36A, 1854.

26 Regolamento dell’Ospedale Umberto I di Torino, Torino 1908, AOMTo, Bibliothèque, no 270.

27 Règle no 22, du règlement de Luserna, 1854.

28 AOMTo, Ospedale Maggiore, paquet 1, s. d., mais milieu XVIIIe siècle.

29 AOMTo, Ospedale di Aosta, paquet 7, doc. 347, 11 décembre 1789, Memoria delli medico e chirurgo dell’Ospedale d’Aosta, comprovante la necessità della progettata riforma dell’infermeria di d. tto Ospedale.

30 C’est l’indication que donne pour les hôpitaux Francesco Milizia, auteur de traités de la fin du XVIIIe siècle.

31 C’est le projet non réalisé de Gian Battista Gianotti, Plans pour l’hôpital des malades à réaliser dans la ville de Valenza, 18 février 1871. AOMTo, Ospedale di Valenza, paquet 1, (1777-1800), à inventorier.

32 Tous les projets se trouvent, dans un état de grande confusion, dans les mêmes archives et au même endroit de classement à inventorier.

33 Victor-Amedé II est le premier souverain de la famille de Savoie, ayant acquis en 1713, avec le traité d’Utrecht le titre de roi de Sicile, qu’il échangera dans les années suivantes avec celui de roi de Sardaigne.

34 Vera Comoli, Torino, Rome-Bari, Laterza, 1983.

35 AOMTo, Ospedale Maggiore, paquet 13/257, selon l’inventaire, mais en fait hors de cette position.

36 Tippo dimostrativo dello Spedale di Lanzo, s. d. [seconde moitié du XVIIIe siècle]. AOMTo, Ospedale di Lanzo, carte sciolte.

37 Lettre du roi Charles-Albert au Grand-Hospitalier M. le comte Galleani d’Agliano du 9 septembre 1831.

38 Pour le personnage de Mosca, voir Vera Comoli, Laura Guardamagna et Micaela Viglino (éds), Carlo Bernardo Mosca (1792-1867). Un ingegnere architetto tra Illuminismo e Restaurazione, Turin, Guerrini, 1997.

39 Carlo Bernardo Mosca, Venerando Spedale Maggiore in Torino. Progetto d’ingrandimento della fabbrica verso notte […]. AOMTo, Minutari e Custodia degli Strumenti, année 1837.

40 Giuseppe Mosca, Ospedale di Valenza. Piante coll’indicazione in tinta rossiccia delle opere di ristauro che si propongono, AOMTo, Minutari e Custodia degli Strumenti, année 1836.

41 E. Camusso, sur les projets de C. B. Mosca, Atlante di disegni relativi all’ampliazione e ristauro dell’Ospedale Mauriziano a Lanzo, 1849. AOMTo, Ospedale di Lanzo, Atlas.

42 Je renvoie à mon article : « “Femmine e uomini che delirano senza febbre” : luoghi e modelli per la segregazione degli alienati », dans, ANAΓKH, no 54 : Il futuro degli ospedali psichiatrici in Italia, mai 2008, p. 99-107.

43 Suivant le projet de l’ingénieur hygieniste Ambrogio Perincioli, membre de la Società degli Ingegneri e Architetti in Torino dès 1867, soit l’année suivant l’institution de la société scientifique.

44 Il s’agit des statuts de l’ordre, établis et revus par les patentes royales du 27 décembre 1816. P. Boselli, op. cit., p. 12.

45 Réformes des statuts et du Conseil de l’ordre de 1851 et 1853.

46 AOMTo, Ammnistrazione e decreti dal 1878 al 1884, no 71, 1883.

47 Regolamento che determina le attribuzioni del Direttore Sanitario e dell’Amministratore Patrimoniale dello Spedale Mauriziano Umberto I in Torino, Turin, 1886, AOMTo, Bibliothèque, no 277.

48 Pour la dimension européenne du phénomène, je renvoie à A. Rasmussen, « L’hygiène en congrès (1852-1912) : circulation et configurations internationales », dans P. Bourdelais (éd.), Les Hygiénistes : enjeux, modèles et pratiques, op. cit, p. 213-239 et à Patrice Bourdelais et Olivier Faure (éds), Les Nouvelles Pratiques de santé (XIXe-XXe siècles), Paris, Belin, 2005.

49 Serenella Nonnis-Vigilante, « Idéologie sanitaire et projet politique. Les congrès internationaux d’hygiène de Bruxelles, Paris et Turin (1876-1880) », dans P. Bourdelais (éd.), Les Hygiénistes : enjeux, modèles et pratiques, op. cit., p. 241-266.

50 P. Boselli, op. cit., p. 349. Borselli est Grand secrétaire à partir de 1908.

51 Soit qui suit les prescriptions des hygiénistes. Le projet du grand hôpital mauricien de Turin est publié sur la revue turinoise, mais qui a aussi une renommée internationale, appelé L’ingegneria sanitaria : periodico igienico-tecnico illustrato, Torino, no 9, 1902.

Autore

Architecte, spécialiste en « Histoire, analyse et évaluation du patrimoine culturel », autant que docteur en histoire (PhD). Elle est chargée de cours et de recherche au Polytechique de Turin. Ses travaux portent sur le domaine patrimonial, notamment celui de l’ancien duché d’Aoste. Au sujet de l’assistance hospitalière elle a publié maints articles parmi lesquels « Entre charité, santé et architecture : les enjeux d’un hôpital frontalier. Aoste du Moyen âge au XVIIIe siècle » dans les actes du colloque L’hôpital entre religions et laïcité (dirigé par J. Lalouette, É. Belmas, M.-J. Michel et S. Nonnis-Vigilante), Paris, 2006, p. 223-237 tandis que son livre (avec Monica Naretto) Ordine e sanità. Gli ospedali mauriziani tra XVIII e XX secolo : storia e tutela est sera prochainement publié.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540