Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La santé des populations civiles et militaires

 | 
Élisabeth Belmas
, 
Serenella Nonnis-Vigilante

Santé des élites, santé des classes populaires (XVIIe-XIXe siècles)

L’hôpital à Paris dans les quartiers populaires

Hospital in working class areas in Paris

Claire Barillé

Résumé

L’institution hospitalière connaît une évolution significative dans la seconde moitié du XIXe siècle : alors que l’hôpital reste encore entaché d’une réputation assez sinistre, les registres d’entrées des hôpitaux le montrent massivement fréquenté, dans des quartiers populaires qui voient se créer de nouveaux établissements comme l’hôpital Lariboisière dans le 10e arrondissement, ou l’hôpital Tenon dans le 20e ou bien encore le nouvel Hôtel-Dieu au centre de Paris, reconstruit et inauguré en 1877.
L’afflux des patients, en constante augmentation, est parallèle avec la forte croissance démographique que connaît la capitale mais s’explique également par les facilités de l’admission directe, la gratuité des soins mais également par l’inscription de l’hôpital dans son quartier. Il devient, comme le souligne les adresses des patients, une institution de proximité. L’examen des usages de l’hôpital dans ces quartiers populaires souligne un recours différent selon le sexe et l’âge des malades, les hommes se rendant plutôt à l’hôpital pour des affections respiratoires ou traumatiques alors que les femmes y viennent également pour des affections respiratoires mais aussi pour la maternité et ses suites. L’étude des taux de décès, indique un état sanitaire moins favorable pour les hommes qui s’y rendent pour des causes plus graves que les femmes. L’étude des âges enfin permet de mettre en évidence l’importance relative des classes d’âges de 20 à 60 ans, pour lesquelles les maladies respiratoires et les accidents traumatiques sont majoritaires, à lier avec une activité professionnelle manuelle et souvent dangereuse. L’hôpital parisien se transforme et accueille des populations variées pour des causes mieux identifiées et des séjours moins longs, témoignant de la médicalisation à l’œuvre dans la société urbaine de la fin du XIXe siècle.

French hospitals display a significant evolution at the end of the XIXth century. While still held in bad esteem, their registers of entries show a contrario a huge attendance in poor districts, where new hospitals are built such as the Lariboisière hospital in the 10th arrondissement, or the Tenon hospital in the 20th arrondissement, or even the new Hotel-Dieu rebuilt in the center of Paris in 1877.
The increasing number of patients matches the demographic growth of Paris but can also be explained by rather easy and free admissions as well as the settlement of the hospital in close vicinity. The dwellings of the patients utterly outlines the hospital as institution of proximity.
Gender and age lead to different uses of the institution: men are mainly concerned by breath or traumatic affections while women come not only for breath affections but for maternity issues as well. Death rates prove that health condition worsens for men admitted to hospital when compared to females figures. Age of patients accounts for an overrepresentation of the 20-30 year-old, whose respiratory diseases and traumatic accidents mean manual and dangerous jobs.
Paris hospitals get more specialized and welcome various audiences for betterknown pathologies and shorter cure duration, depicting medicalization as a thorough process in urban societies at the end of the XIX
th century.

Texte intégral

  • 1 Pierre Guillaume, « Le cadavre dans les hospices bordelais au XIXe siècle », Annales du Midi, vol.  (...)

1L’hôpital tient, de longue date, une place considérable dans l’imaginaire humain de la santé. Cet ultime refuge de toutes les misères a été, pendant longtemps, perçu comme un lieu d’épouvante. On venait mourir à l’hospice1, confondu avec l’hôpital, quand on avait été abandonné de tous et quand on ne pouvait espérer bénéficier des solidarités naturelles, celles de la famille ou, accessoirement, celles de sa communauté.

2Pour autant, cette image assez négative de l’hôpital semble s’infléchir dès la fin du XIXe siècle à Paris : les hôpitaux sont de plus en plus fréquentés sans qu’on puisse établir un lien avéré avec une situation économique plus catastrophique de la population parisienne. Est-ce à dire qu’on assisterait à un retournement complet de la tendance et que « l’hôpital des pauvres gens sans feu, et sans aveu » de l’Ancien Régime ne serait qu’un vestige du passé ? Il est bien évidemment nécessaire de rappeler qu’il n’est pas question d’opposer terme à terme une légende noire, idéalisée de l’hôpital à une « réalité » d’un recours à l’hôpital qu’il est bien difficile de saisir du moins du côté des patients, ceux-là ne laissant que rarement leur parole à entendre.

  • 2 Voir pour la méthodologie employée ma thèse, pour laquelle j’ai élaboré une base de données d’envir (...)

3Reste que l’étude des registres d’entrées des malades des hôpitaux, dessine un recours à l’hôpital en décalage avec nombre de représentations encore tenaces jusqu’à une période récente et prend en compte une médicalisation complexe, à l’œuvre dans un recours plus banalisé à une institution hospitalière2 qui fait de moins en moins peur. On verra enfin que s’opèrent des stratégies d’hospitalisation en fonction des sexes, de l’âge et des maladies.

Un succès bien réel et qui ne se dément pas

Une fréquentation massive

  • 3 Voir Archives de l’Assistance publique (désormais AAP), Comptes moraux, 3M1, 3M30, 3M53 et 3M60.

4Le nombre de personnes entrées dans les hôpitaux parisiens est passé en effet de 55 029 individus en 1851, pour l’ensemble des établissements généraux de l’Assistance publique à 64 982 en 1879, et à 125 143 en 1903, pour atteindre 153 666 en 19133, soit une croissance de plus de 200 %.

  • 4 Créé en 1801 par un arrêté de Frochot, préfet de Paris, le Bureau central avait été institué pour r (...)
  • 5 « Modifications apportées au service de consultation du Bureau central – Transfèrement dans l’ancie (...)
  • 6 L’horaire est reculé à 11 heures à partir de 1872.

5Il existe en fait deux modes d’admission différents : soit par le Bureau central, soit par l’hôpital directement, en étant admis après une consultation gratuite offerte par chaque établissement à des horaires précis ou en urgence à la suite d’un accident par exemple. Le Bureau central d’admission4 siège sur le parvis de Notre-Dame dans des locaux qui font partie de l’ancien Hôtel-Dieu. Après la reconstruction de ce dernier au nord-ouest de Notre-Dame dans les années 1860-1870, le Bureau central s’installe dans les bâtiments non encore détruits de l’ancien Hôtel-Dieu sur la rive gauche de la Seine5. Il s’agit d’une consultation gratuite faite tous les jours de 10 heures6 à 16 heures par les médecins et chirurgiens attachés au Bureau Central : des soins, des bandages et des prothèses y sont délivrés, et si la nature du mal est considérée comme suffisamment grave, le malade est orienté vers l’un des hôpitaux de la capitale en fonction des disponibilités. On dirige également parfois les malades qui s’y présentent vers les consultations des bureaux de bienfaisance.

6Dans un contexte général d’engorgement des hôpitaux impuissants à fournir des soins à tous ceux qui le réclament, le système du Bureau central révèle en effet son inadéquation aux nouvelles réalités de la fin du siècle et se heurte à plusieurs obstacles qui expliquent sa suppression définitive en 1895. L’incapacité des médecins à assurer correctement un service peu rémunérateur, ajouté à la difficulté de faire admettre les malades venant du Bureau central d’admission dans les hôpitaux, en raison d’un fort taux d’occupation et du succès des consultations externes sont les principales raisons de cette suppression.

  • 7 Arrêté du 14 décembre 1825 : « Art. 1er. Des consultations gratuites et des traitements externes se (...)

7Les consultations externes et gratuites dans tous les hôpitaux existent en effet depuis 18257. Les salles de consultation sont situées à l’entrée de l’hôpital et sont ouvertes tous les jours. En moyenne, 80 adultes et 90 enfants sont reçus par jour, mais tous ne sont pas admis. Ainsi des consultations dentaires ont lieu certains jours de la semaine à Tenon (les mardi et jeudi), Lariboisière et l’Hôtel-Dieu. Semblablement, des consultations pour les yeux, pour le nez et les oreilles, ou pour les femmes enceintes sont ouvertes au public. La délivrance de bains, de ventouses, de pansements assurent également le succès de la consultation. Toutes ces consultations externes ne débouchent pas nécessairement sur une hospitalisation mais elles contribuent à faire naître une légende de l’hôpital.

8Nombreux sont ainsi les témoignages qui sur la fin du siècle attestent d’un recours plus banalisé à l’institution hospitalière.

  • 8 Dr Bouchinet, « La vie aux hôpitaux », Le Monde moderne, février 1897, p. 212-221, Arch. de Paris, (...)

« Il y a encore aujourd’hui des gens qui gardent pour l’hôpital sinon cette impression d’horreur, du moins une répugnance instinctive très prononcée et je parle des gens de classe pauvre pour qui l’hôpital est la ressource indiquée en cas de maladie. À la vérité, ils ne font pas nombre à Paris. La clientèle des hôpitaux va toujours en augmentant ; la prévention ancienne disparaît de jour en jour. Et même toute une catégorie de gens auxquels les hôpitaux ne sont pas expressément destinés apprécient justement les soins qu’on y reçoit ; et ce public d’employés, de petits commerçants, de petits rentiers en a appris le chemin. Ceux-là ont un domicile suffisant la plupart du temps pour y être soignés, mais ils lui préfèrent l’hôpital où ils trouvent un lit pour une maigre indemnité, ou de simples consultations pour rien. Et ils en usent avec une parfaite indiscrétion8. »

  • 9 Voir le chapitre II de ma thèse intitulé « Des hôpitaux de proximité », en particulier les pages 12 (...)

9Ainsi les Parisiens de tous les horizons sociaux, et non plus seulement les plus démunis, ne craindraient plus l’hôpital et s’y rendraient d’autant plus volontiers que les soins dispensés sont gratuits ou presque. Du reste, les conditions très difficiles d’habitation9 et de logement dans la capitale pour ces populations populaires expliquent en partie que l’on préfère venir se faire soigner dans des hôpitaux rénovés et qui prodiguent des soins de qualité.

  • 10 Rapport général sur les travaux d’hygiène publique et de salubrité du département de la Seine (1884 (...)

10Il suffit de constater l’afflux incessant de patients se présentant aux consultations et qui viennent encombrer les salles de malades au-delà de leur capacité initiale, encombrement qui irrite notablement les chefs de service. À titre d’exemple, on peut mentionner le nombre des brancards – des lits de sangle qui sont installés dans les couloirs et au milieu des salles – dans les services de médecine et de chirurgie de l’Hôtel-Dieu en 1885, mais le constat est le même dans tous les autres hôpitaux de la capitale. Il s’agit d’une année sans événement épidémique notable et le Conseil d’hygiène publique et de salubrité du département note qu’« en 1885, la mortalité épidémique dans l’ensemble du département de la Seine a été remarquablement faible10 ».

  • 11 « L’encombrement constant de nos services, encombrement tel que dans certaines salles, le nombre de (...)

11Dans certains services, le nombre de brancards est même parfois supérieur au nombre de lits11 : le travail des soignants, médecins et infirmiers en est singulièrement compliqué, les déplacements moins aisés. La chaleur, les odeurs, le bruit accru rendent les conditions d’hospitalisation assez pénibles. Les risques de contagion entre les patients sont en outre un danger parfaitement perçu par les soignants. La confiance dans l’institution doit donc être particulièrement bonne pour que les individus persistent à se rendre à l’hôpital.

12Louis Gallet, le directeur de Lariboisière au milieu des années 1880 n’explique pas autrement le succès de son hôpital lorsqu’il évoque une sorte de légende au sein des classes populaires environnantes :

  • 12 Louis Gallet, Un grand hôpital parisien en 1886. L’hôpital Lariboisière, Paris, Steinheil, 1889, p. (...)

« On sait avec quelle force les légendes s’imposent à la foule et quelle influence elles conservent à travers les temps et les faits. Or Lariboisière a eu sa légende, dont les traits ne se sont pas effacés de la mémoire des Parisiens.
À peine ouvert, on le donnait comme le plus parfait des installations hospitalières ; les gouvernements étrangers exprimaient le désir d’en connaître et d’en appliquer les dispositions. […]
Elle [la population] en retint seulement que l’hôpital Lariboisière était un hôpital à part, installé dans des conditions exceptionnellement favorables, desservi par les chefs de service les plus remarquables ; partant que ce devait être nécessairement l’hôpital « où l’on guérissait le mieux12. »

13Le succès de l’hôpital est donc visible à la très forte fréquentation dont il est l’objet. Cela remet en cause le cliché très répandu, dans les classes supérieures, de l’hôpital comme lieu de la dernière extrémité. Il convient alors d’examiner les publics qui font le succès de l’hôpital.

Un hôpital de proximité

  • 13 Il s’agit de la loi sur les secours du 7 août 1851 qui oblige « Paris, comme les autres communes, à (...)
  • 14 On peut cependant douter de l’efficacité de la mesure, si l’on en croit le Dr Le Fort à la fin du S (...)
  • 15 Olivier Faure, « Loi d’assistance et modernisation hospitalière dans la région lyonnaise (fin XIXe- (...)

14Depuis la loi de 185113 les soins médicaux sont gratuits dans les hôpitaux pour les malades résidant à Paris, il est donc très tentant pour eux de déclarer une adresse dans la capitale, même lorsque ce n’est pas exactement le cas. Cependant, à partir de 1854, des inspecteurs de l’Assistance publique sont chargés de vérifier les adresses des malades douteux afin d’opérer les recouvrements auprès des communes véritables. Aussi, à partir de cette date, il est moins intéressant, ou plus risqué, pour les entrants, de déclarer un faux domicile parisien. On remarque que la part prépondérante des malades domiciliés à Paris se renforce et se stabilise au détriment des habitants des autres communes de la Seine qui voient leur proportion divisée par trois. Trois explications peuvent éclairer cet état des lieux. L’annexion des communes suburbaines en 1860 est en partie responsable d’un glissement dans la catégorie des domiciliés à Paris de malades qui n’étaient pas auparavant comptés parmi les Parisiens. De plus, une meilleure application de la loi de 1851 renforcée par le règlement de 1854 tendant à faire respecter plus strictement le paiement des frais d’hospitalisation pour les non-domiciliés à Paris a vraisemblablement contribué à écarter des malades non-Parisiens14. Enfin le vote de la loi sur l’assistance médicale gratuite en 1893 a certainement facilité les soins médicaux en province15 mais aussi dans les communes à proximité de Paris. Les établissements hospitaliers de la banlieue proche et lointaine ont ainsi dû accroître leur capacité d’accueil gratuite n’obligeant plus les malades à se déplacer jusqu’à Paris.

15Plus d’un malade sur trois domicilié dans la Seine et soigné à Tenon ou à Lariboisière vient respectivement du 20e ou du 18e arrondissement. Pour l’Hôtel-Dieu, les données semblent plus éclatées, mais les arrondissements du centre ont une superficie plus restreinte, et si l’on groupe les 4e et 5e arrondissements, on obtient des résultats très proches de ceux observés à Tenon et à Lariboisière. Quant aux autres malades de la Seine, ils viennent en majorité de la proche banlieue : nord pour Lariboisière, est pour Tenon. Ainsi la grande majorité des malades vient se faire soigner dans un hôpital à proximité de leur domicile, ce qui semble aller à l’encontre des idées habituellement admises sur l’envahissement des hôpitaux parisiens par les malades de la banlieue.

16L’analyse des publics de trois des plus importants établissements généraux de la capitale dessine les contours d’un succès croissant de l’hôpital auprès d’une population parisienne, de proximité dans une ville effectivement de plus en plus grande, dans laquelle les transports sont parfois longs et compliqués. Il n’en demeure pas moins que les usages de l’hôpital ne sont pas les mêmes selon la catégorie de la population concernée.

Une pratique de l’hôpital différenciée

Hommes et femmes à l’hôpital

17Les hommes et les femmes ne se rendent pas exactement pour les mêmes maladies à l’hôpital. L’examen des grands types de pathologies chez les femmes comme chez les hommes plaide pour des usages différenciés de l’institution hospitalière selon les sexes. Il trahit par ailleurs un état sanitaire moyen manifestement moins favorable aux hommes qu’aux femmes.

Tableau 1 : Taux de décès moyen et durée moyenne de séjour en 1879, 1895 et 1911 pour Lariboisière, Tenon et l’Hôtel-Dieu

Tableau 1 : Taux de décès moyen et durée moyenne de séjour en 1879, 1895 et 1911 pour Lariboisière, Tenon et l’Hôtel-Dieu

18Pour les hommes, les affections respiratoires et la tuberculose sont nettement en tête des diagnostics d’admission (un tiers pour maux respiratoires et environ 12 % pour la tuberculose).

  • 16 On ne peut toutefois pas écarter l’éventualité qu’une partie de ces traumatismes, plaies et contusi (...)
  • 17 Ces observations proviennent de l’échantillon de l’Hôtel-Dieu en 1895 et 1903.

19Les maladies des os et des articulations sont aussi assez fréquentes, trahissant le plus souvent des efforts physiques importants dans le cadre d’une activité professionnelle. Ainsi, à l’Hôtel-Dieu en 1895 et en 1903, 78 % des affections traumatiques (fractures, luxations, résections, lumbago, sciatiques, plaies ouvertes des membres, écrasements) sont masculines. Ces observations se vérifient globalement dans les autres hôpitaux. L’idée s’esquisse16 que les hommes sont soumis, dans leur travail, à des efforts plus importants, les conduisant alors plus souvent à l’hôpital. Concernant les maladies des os et des articulations, les femmes sont plutôt hospitalisées17 pour des contusions et des courbatures, des lumbagos, soit pour des affections moins traumatisantes. Reste que la grande majorité des affections typiquement professionnelles, comme notamment les intoxications professionnelles auxquelles il faut ajouter le saturnisme sont presque systématiquement masculines.

  • 18 Le chiffre serait encore plus élevé si on considérait uniquement les femmes en âge de procréer, tra (...)

20Pour les femmes, les causes d’hospitalisation majoritaires sont aussi les maladies respiratoires et la tuberculose, mais dans une moindre mesure : entre 1879 et 1911 ce sont à peine 7 % des femmes qui sont concernées par celles-ci et un peu moins de 5 % pour la tuberculose à Lariboisière et Tenon. La maternité et ses suites est en revanche une cause déterminante de leur séjour à l’hôpital : plus de 17 % en moyenne18 pour les deux hôpitaux cités et pour la même période.

21En regardant le taux de décès et la durée des séjours on constate également des disparités selon le genre. Les hommes ont presque toujours un taux de décès supérieur à celui des femmes, pour des durées moyennes de séjour assez proches. Cela serait le signe que les hommes soignés à l’hôpital arrivent dans un état plus grave que les femmes. En outre, pour un diagnostic comparable, il est clair que les hommes ont un taux de décès supérieur aux femmes. Ainsi dans le cas de la tuberculose, les femmes restent plus longtemps que les hommes, mais meurent moins, ce qui est relativement conforme à l’étiologie de la maladie mais témoigne aussi d’un recours à l’hôpital différent : les femmes s’y rendraient-elles à des stades moins avancés de la maladie ? La plus grande longueur de leur séjour moyen est manifestement à mettre sur le compte d’un taux d’activité inférieur à celui des hommes, davantage préoccupés de reprendre leur travail. L’absence du salaire de l’homme dans le ménage, plus préjudiciable au quotidien que l’absence du salaire féminin, est également à incriminer.

Les âges de la vie

  • 19 Voir Scarlett-Beauvalet-Boutouyrie, Naître à l’hôpital au XIXe siècle, Paris, Belin, 1999.

22L’âge est logiquement un autre facteur assez net de différenciation face à l’hôpital. Pour les bébés et les très jeunes enfants (0-4 ans) la première cause d’hospitalisation est presque toujours la naissance19, exception faite des enfants encore nourris au sein par leur mère, elle-même hospitalisée.

23Les plus âgés (plus de 60 ans) souffrent essentiellement de maladies respiratoires et d’affections des os et des articulations : ce sont les groupes de maladies les plus fréquemment rencontrés tout au long de la période.

  • 20 Olivier Faure, La Médicalisation de la société dans la région lyonnaise (1800-1914), thèse d’État, (...)

24L’évolution pour ces classes d’âge dessine une augmentation du groupe des « maladies générales » – évidemment de la tuberculose, mais aussi des cancers – et une forte mortalité. Plus neuve est la constatation que les rhumatismes, la fatigue, la goutte, des vertiges, deviennent des motifs d’hospitalisation en fin de période, ce qu’ils n’étaient pas ou très peu dans les années antérieures. On viendrait à l’hôpital pour des causes, certes invalidantes, mais plus bénignes et qu’il était d’usage de considérer comme la norme autrefois. La considération d’une institution pratiquement gratuite pour tous joue vraisemblablement à la marge. Reste qu’une forme de diffusion de la médecine20, hospitalière dans ce cas, est à l’œuvre.

  • 21 Alain Corbin, « Le péril vénérien au début du siècle : prophylaxie sanitaire et prophylaxie morale  (...)

25Le contingent le plus important des malades se situe dans les tranches 20-39 ans et 40-59 ans. L’examen des maladies des deux groupes montre à la fois une plus grande diversité des maladies pour les plus jeunes et une plus grande résistance de ces derniers face à la maladie. Pour les 20-39 ans, on vérifie une fois de plus le poids prépondérant de la tuberculose, qui explique à lui seul la première place des « autres maladies générales » dans cette tranche d’âge. Les « affections respiratoires » sont presque toujours systématiquement en deuxième position. La troisième place est plus disputée : au début de la période envisagée, elle est occupée par les « maladies des os et des articulations », plaidant pour un recours à l’hôpital en cas de traumatisme, issu des dangers d’une vie professionnelle où l’accident surgit à tout moment. En fin de période, un renversement s’opère au profit des maladies de l’appareil génito-urinaire parmi lesquelles on observe une part assez nette de maux d’origine vénérienne. On est peut-être davantage attentif à ces questions à la veille de la Grande Guerre au moment où fleurissent les discours sur la régénération de la patrie21.

26Pour la tranche d’âge immédiatement supérieure, la répartition est un peu différente : certes les maladies générales et les maladies respiratoires sont toujours en tête, mais ce sont plus nettement les « maladies des os et des articulations » qui arrivent en troisième position. Surtout, à maladies égales, la mort frappe davantage les plus âgés : ainsi en 1911, 20 % des tuberculeux âgés de 20 à 39 ans décèdent à Lariboisière contre presque un tiers des 40-59 ans. Que les plus jeunes manifestent ainsi une plus grande résistance pour les mêmes maux, que la maladie – et c’est le cas pour la tuberculose, maladie à évolution lente – n’en soit pas au même stade de développement, et touche plus durement des organismes affaiblis par l’âge et par une infection qu’ils portent vraisemblablement en eux de longue date, ces deux raisons n’en faisant qu’une en définitive, tout cela montre bien que les causes d’hospitalisation sont déterminées par l’âge des malades.

27Un examen plus approfondi de la durée de séjour de chaque groupe de malades permet encore d’affiner l’analyse. La durée de séjour baisse sur l’ensemble de la période et quelles que soient les catégories d’âges. Il est notable de constater que c’est la catégorie des 20-39 ans, la plus nombreuse, qui a le taux de décès le plus faible et les durées de séjour moyen les plus basses (17 jours à Lariboisière, 19 jours à Tenon et légèrement supérieur à 20 jours à l’Hôtel-Dieu, pour la seule année 1911). Or, pour des maladies identiques, par exemple des « embarras gastriques » ou des « rhumatismes », on constate des durées de séjour très semblables d’un groupe d’âge à un autre. L’idée selon laquelle les jeunes adultes viendraient pour des causes plus variées et moins graves que les autres classes d’âges prend ainsi forme, justifiant dès lors leur faible mortalité à l’hôpital. Très certainement aussi, leurs conditions de vie, moins établies que celles des plus âgés, les encouragent à utiliser davantage les hôpitaux. Dans leur cas, le rôle d’accueil et de refuge de l’hôpital serait un facteur plus important que le seul recours médical, à la différence des 40-59 ans qui connaissent un taux de mortalité plus élevé et demeurent plus longtemps. L’hôpital aurait pour ces derniers une fonction plus strictement médicale, il serait réservé à des cas de maladies plus graves ou à un stade plus avancé.

28Les taux de décès les plus élevés enfin affectent les plus âgés qui restent aussi le plus longtemps à l’hôpital. Ils sont en effet les plus fragilisés physiquement par la maladie et l’âge. Néanmoins, les durées de séjour de ceux qui décèdent sont plus brèves que celles de ceux qui restent en vie et ressortent de l’établissement, ce qui plaide pour un usage également plus médical de l’hôpital : pour les plus âgés aussi l’hôpital n’est pas un mouroir et quand on a dispensé des soins et quelque soulagement, le malade regagne son domicile.

29En définitive, si l’hôpital effraie toujours, il semble qu’il soit paradoxalement devenu un recours relativement banal pour tout un petit peuple parisien. Certes ces représentations sont tenaces et continuent de se perpétuer bien après la fin de la période. Surtout elles subsistent mais en décalage avec une pratique plus commune de l’hôpital, non plus simplement par nécessité mais par choix comme le montre la pratique différenciée selon le sexe et l’âge de l’hôpital. Indice que des améliorations médicales sont perçues par la société de la capitale ? Du moins a-t-on l’illustration dans le cas parisien de ce qu’Olivier Faure avait déjà magistralement montré dans le cas lyonnais, que l’hôpital participait du processus de médicalisation, tout comme le bureau de bienfaisance et les dispensaires de quartier.

Notes

1 Pierre Guillaume, « Le cadavre dans les hospices bordelais au XIXe siècle », Annales du Midi, vol. 113, no 235, 2001, p. 327-337 ; voir également du même auteur Les hospices de Bordeaux au XIXe siècle (1796-1855), Bordeaux, Les Éditions Hospitalières, 2000.

2 Voir pour la méthodologie employée ma thèse, pour laquelle j’ai élaboré une base de données d’environ 24 000 malades entre 1850 et 1914 à partir de trois hôpitaux généraux, l’Hôtel-Dieu, Lariboisière et Tenon. Claire Barillé, Soigner et guérir. Des hôpitaux pour les travailleurs parisiens dans le second XIXe siècle, Paris, Université de Paris-X Nanterre, 2007.

3 Voir Archives de l’Assistance publique (désormais AAP), Comptes moraux, 3M1, 3M30, 3M53 et 3M60.

4 Créé en 1801 par un arrêté de Frochot, préfet de Paris, le Bureau central avait été institué pour rationaliser et centraliser l’hospitalisation afin de soulager les hôpitaux de tous ceux qui venaient se présenter pour réclamer des soins. « Le but en était de faire le tri entre les “vrais malades” et les simulateurs. [En note est joint un extrait du compte administratif de l’an IX.] Le but que s’est proposé le conseil était d’empêcher que l’on reçût dans les hôpitaux les individus qui ne sont pas malades, ou qui ne le sont pas assez gravement ; une foule de fainéants, surtout à l’entrée de l’hiver, se faisaient admettre dans les hôpitaux, non pour se faire traiter, mais pour y vivre sans rien faire ; refusés quelquefois à la porte d’un hôpital, ils en trouvaient presque toujours un plus facile. » Dans Dr Nicaise, Le Bureau central des hôpitaux. Rapport présenté à la société des chirurgiens des hôpitaux au nom de la commission chargée d’étudier la question de la suppression du Bureau central, Paris, librairie Baillière et Cie, 1877, AAP, Foss 88. D’après l’arrêté du 13 frimaire, tout malade était tenu de se présenter au Bureau central pour être admis dans les hôpitaux ; mais chaque hôpital avait cependant le droit de faire des admissions d’urgence.

5 « Modifications apportées au service de consultation du Bureau central – Transfèrement dans l’ancien Hôtel-Dieu des différents services du Bureau central installés dans le nouvel Hôtel-Dieu (1869-1879) », AAP, 804 Foss 32/10.

6 L’horaire est reculé à 11 heures à partir de 1872.

7 Arrêté du 14 décembre 1825 : « Art. 1er. Des consultations gratuites et des traitements externes seront établis dans tous les hôpitaux où il n’en existe pas encore et dans les hospices où les localités le permettent […]. Art. 5. Les consultations gratuites auront lieu après la visite des malades de l’établissement et avant neuf heures du matin. Elles seront données dans un local séparé et disposé de manière que ceux qui y sont admis ne puissent s’introduire dans les autres parties de la maison. » Armand Husson, Étude sur les hôpitaux, Paris, Dupont, 1862, p. 214.

8 Dr Bouchinet, « La vie aux hôpitaux », Le Monde moderne, février 1897, p. 212-221, Arch. de Paris, Collection Blondel, D2Z 1, « Topographie de la banlieue, Assistance publique ».

9 Voir le chapitre II de ma thèse intitulé « Des hôpitaux de proximité », en particulier les pages 125 à 133 consacrées à l’échec de l’hospitalisation à domicile, en raison notamment d’une insalubrité des logements de plus en plus préoccupante. Voir également Olivier Faure, Genèse de l’hôpital moderne. Les hospices civils de Lyon de 1802 à 1845, Paris et Lyon, Presses universitaires de Lyon et Éditions du CNRS, 1982, p. 161 sqq., évoquant le renouveau des installations dans les hôpitaux lyonnais dans le second XIXe siècle.

10 Rapport général sur les travaux d’hygiène publique et de salubrité du département de la Seine (1884-1886), Paris, imprimerie Chaix, 1889, p. 275.

11 « L’encombrement constant de nos services, encombrement tel que dans certaines salles, le nombre des lits supplémentaires est supérieur à celui des lits réglementaires, présente de graves inconvénients. L’agglomération de 75 ou 80 malades dans des salles de 38 lits, la présence parmi ces 80 malades de 30 ou 40 tuberculeux, font de certains de nos services un foyer permanent d’infection dans lequel les malades atteints de maladies aiguës se trouvent dans des conditions hygiéniques les plus mauvaises et sont condamnés à séjourner dans un milieu où non seulement ils perdent toutes les chances de guérison, mais où ils risquent de contracter une autre maladie que celle pour laquelle ils sont venus se faire soigner. » Dans « Historique pour l’année 1900, hôpital Lariboisière », AAP, D-292.

12 Louis Gallet, Un grand hôpital parisien en 1886. L’hôpital Lariboisière, Paris, Steinheil, 1889, p. 24.

13 Il s’agit de la loi sur les secours du 7 août 1851 qui oblige « Paris, comme les autres communes, à hospitalier tous les individus malades, qu’ils soient ou non indigents, avec possibilité de recours contre le lieu d’origine du malade hospitalisé ». Dans Jeanne Gaillard, Paris : la ville 1852-1870, Paris, Champion, 1977, p. 237.

14 On peut cependant douter de l’efficacité de la mesure, si l’on en croit le Dr Le Fort à la fin du Second Empire, à propos du recouvrement par le corps des inspecteurs, des frais d’hospitalisation de malades dont on soupçonne la fortune suffisante : « La création d’un service d’inspecteurs qui vont dans chaque demeure interrogeant le concierge et les voisins, pénétrant dans le pauvre logis attristé par la maladie, par le départ pour l’hôpital du père ou de la mère, cherchant à savoir par un savant interrogatoire quelles sont les ressources que possèdent la famille, et suivant leur appréciation, condamnant en définitive la mère et les enfants à payer le lit que de généreux donateurs avaient cru donner gratuitement aux pauvres de Paris. C’est une mesure impopulaire et qui ne fait pas faire de véritables économies à l’administration : elle a perdu en 1865, 77 840 francs tandis que le traitement des visiteurs employés s’élevait à 60 100 F. » Dans Paris-Guide, par les principaux écrivains et artistes de France, 2 vol., Paris, Librairie internationale, Lacroix, Verboeckhoven et Cie, 1867. Voir également sur le rôle des inspecteurs de l’Assistance publique dans le domaine de l’enfance assistée, Virginie de Luca Barusse, Aux origines de l’État-providence. Les inspecteurs de l’Assistance publique et l’aide sociale à l’enfance 1820-1930, Paris, INED-PUF, 2002.

15 Olivier Faure, « Loi d’assistance et modernisation hospitalière dans la région lyonnaise (fin XIXe-début XXe) », Actes du 112e congrès national des sociétés savantes. Colloque sur l’histoire de la sécurité sociale [Lyon, 21 au 21 avril 1987], Paris, Association pour l ‘ étude de l’histoire de la sécurité sociale, 1988, p. 177-190 et Claire Barillé, « République et assistance : implantation hospitalière et politique sanitaire et sociale au début du XXe siècle », Journée d’étude de la Caisse des dépôts et consignations des 14 et 15 septembre 2006, « Services publics et aménagement du territoire » (actes à paraître).

16 On ne peut toutefois pas écarter l’éventualité qu’une partie de ces traumatismes, plaies et contusions ait eu lieu dans un autre cadre que le travail, puisqu’on ne connaît rien des circonstances. Cependant, le travail occupe pour la plupart un nombre d’heures maximal dans la semaine, aussi les chances sont-elles plus fortes que les accidents s’y produisent.

17 Ces observations proviennent de l’échantillon de l’Hôtel-Dieu en 1895 et 1903.

18 Le chiffre serait encore plus élevé si on considérait uniquement les femmes en âge de procréer, traditionnellement de 15 à 50 ans.

19 Voir Scarlett-Beauvalet-Boutouyrie, Naître à l’hôpital au XIXe siècle, Paris, Belin, 1999.

20 Olivier Faure, La Médicalisation de la société dans la région lyonnaise (1800-1914), thèse d’État, Lyon, 1989, notamment dans la IIe partie « La solution urbaine », le chapitre IX « Expansion et spécialisation hospitalière », p. 333-370.

21 Alain Corbin, « Le péril vénérien au début du siècle : prophylaxie sanitaire et prophylaxie morale », Recherches, no 29, 1977, p. 245-283 ; Marc Renneville, « Politiques de l’hygiène à l’AFAS », dans Patrice Bourdelais (éd.), Les Hygiénistes, enjeux, modèles, pratiques (XVIIIe-XXe siècles), Paris, Belin, 2001.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Taux de décès moyen et durée moyenne de séjour en 1879, 1895 et 1911 pour Lariboisière, Tenon et l’Hôtel-Dieu
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/44859/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 122k

Auteur

UMR 8533 – Institutions et dynamiques historiques de l’économie – (IDHE)
Claire Barillé est professeur agrégé d’histoire contemporaine. Elle a soutenu en 2007 une thèse d’histoire à l’université de Paris-Ouest Nanterre La Défense intitulée Soigner et guérir. Des hôpitaux pour les travailleurs parisiens au XIXe siècle qui devrait paraître très prochainement et a co-dirigé avec Francis Démier un ouvrage sur les hôpitaux de l’Assistance publique du XVIIIe au XXe siècle. Les maux et les soins. Médecins et malades dans les hôpitaux parisiens au XIXe siècle, Paris, AAVP, 2007. Elle travaille actuellement sur des domaines de recherches en lien avec l’histoire de la santé qui concernent la vieillesse et les risques du travail industriel. Elle enseigne comme chargée de conférences à Scienes Po Paris et est rattachée à l’IDHE-UMR 3533 du CNRS.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540