Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La santé des populations civiles et militaires

 | 
Élisabeth Belmas
, 
Serenella Nonnis-Vigilante

Santé des élites, santé des classes populaires (XVIIe-XIXe siècles)

Étienne-François Geoffroy (1672-1731) entre l’Académie et ses patients

Étienne-François Geoffroy (1672-1731): A phisician between Académie royale des sciences and practical of medicine

Isabelle Robin-Romero

Résumé

Étienne-François Geoffroy, issu d’une lignée d’apothicaires parisiens, est entré en 1699, alors qu’il était encore étudiant en médecine, à l’Académie royale des sciences en tant qu’élève chimiste de Guillaume Homberg, son maître. Une fois installé comme médecin, il se tourne vers l’Académie et l’enseignement au Collège Royal puis au Jardin Royal plutôt que vers une carrière à la cour ou dans les affaires. On se demandera comment ces activités de savant et de praticien ont pu influer l’une sur l’autre. Les liens entre science, diffusion du savoir et pratique de la médecine auprès des patients seront examinés en montrant comment il s’est inséré dans les réseaux d’échanges scientifiques dans et hors de l’Académie et comment ses recherches et lectures pouvaient affecter au quotidien ses pratiques de soins.

É.-F. Geoffroy, entered in 1699, whereas he was still medical student, to the Académie royale des sciences in Paris as an élève of Guillaume Homberg, the Chemist. Once installed as doctor, he chose the Academy and teaching to the Collège royal and to the Jardin Royal rather than a career at the court. One will wonder how these activities of scientist and physician could influenced one on the other. The bonds between science, diffusion of the knowledge and practical of medicine will be examined by showing how Geoffroy formed part of the networks of scientific exchanges, in and out of the Academy, and how his studies and readings could influence his daily practice of doctor.

Texte intégral

  • 1 Alain Viala en a dénombré plus de soixante-dix au XVIIe siècle, y compris l’Académie française fond (...)
  • 2 Sur l’Académie royale des sciences, voir entre autres Roger Hahn, Anatomie d’une institution scient (...)
  • 3 Roger Hahn, op. cit., p. 4 et 63 et Peter Burke, Louis XIV, les stratégies de la gloire, Paris, Seu (...)
  • 4 James E. McClellan III, « The Académie Royale des Sciences : a Statistical Portrait », Isis, vol. 7 (...)
  • 5 Sur sa vie et sa famille voir Éloge de M. Geoffroy, Histoire et mémoires de l’Académie des sciences (...)

1Au cours des XVIe et surtout XVIIe siècles se formèrent de grandes institutions de la vie littéraire, artistique, et scientifique européenne sur le modèle, en partie italien, de l’académie, c’est-à-dire d’une réunion de représentants d’une élite du savoir. Des sociétés d’initiative privée de ce genre rassemblant des amateurs éclairés et de plus en plus des professionnels se multiplièrent en France pendant le premier XVIIe siècle1. Dans le domaine scientifique, elles reposaient sur quelques idées essentielles. Les hommes qui les peuplaient avaient foi dans le progrès de la science, dans l’expérimentation et dans l’échange. Ils désiraient mettre en commun leur savoir et diffuser leurs recherches à l’intérieur de leur petit cercle mais aussi au-delà de celui-ci dans ce que l’on peut appeler la communauté scientifique. L’officialisation d’une académie des sciences par la monarchie française, dont la mise au point institutionnelle s’étala sur une longue période, constitua un enjeu de taille pour la reconnaissance sociale des scientifiques et leurs échanges. Cette académie fondée en 1666 par Louis XIV et Jean-Baptiste Colbert connut une réforme en profondeur en 1699, puis des ajouts en 17132. Au début du XVIIIe siècle, elle avait reçu un règlement, des locaux, des fonds, et était assurée de sa pérennité. Elle répondait parfaitement aux aspirations des savants et à celles de l’État monarchique français qui désirait mettre les arts et les sciences à son service3. En l’absence d’une assemblée entièrement dévouée à la médecine, comme cela sera le cas au plus tard, en 1778, les disciplines afférentes à la médecine relevaient exclusivement de l’Académie royale des sciences qui, d’ailleurs, était peuplée pour une bonne part d’hommes des professions de santé4. Le docteur Étienne-François Geoffroy (1672-1731), était de ceux-là5.

  • 6 Gustave Planchon, « La dynastie des Geoffroy, apothicaires de Paris (1584-1748) », Journal de Pharm (...)
  • 7 G. Planchon fait remonter sa généalogie à Baptiste en 1584 mais il n’est pas certain qu’il fut le p (...)
  • 8 En tout trois membres de la famille ont occupé la charge d’échevin à Paris : Étienne en 1636, Mathi (...)
  • 9 Éloge de M. Geoffroy, op. cit.
  • 10 David J. Sturdy, op. cit., p. 321-322 et « Pierre-Jean-Baptiste Chomel (1671-1740) : A Case Study i (...)

2Il était le descendant d’une dynastie bourgeoise parisienne6. Les Geoffroy, à sa naissance, avaient déjà connu au moins trois générations d’apothicaires parisiens depuis Étienne Ier qui devint apothicaire en 16117. La famille jouissait d’une position sociale avantageuse grâce à son florissant commerce de pharmacie et au prestige conféré par la charge d’échevin de Paris occupée par l’arrière grand-père en 16368. En tant que fils aîné, Étienne-François était destiné à succéder à son père, Mathieu-François ; pour cela il reçut une éducation soignée et étonnamment longue. En effet sa formation ne prit réellement fin qu’en 1704 à l’âge de 32 ans car il mena à leur terme deux cursus successifs, celui d’apothicaire entre 1689, date à laquelle il devint maître ès arts, et 1694, année de son serment de maître apothicaire, et celui de médecin, puisqu’il fut bachelier en 1702, puis docteur en 1704. Étienne-François Geoffroy était un héritier au plein sens du terme et pas seulement par la fortune léguée par son père en 1708. Il bénéficiait d’un solide ancrage dans la société parisienne des apothicaires, et plus largement des élites parisiennes, il était protégé par un patron influent, Michel Le Tellier, et avait reçu une formation très poussée en sciences sous la direction des hommes qui fréquentèrent la petite assemblée de savants réunie au domicile paternel pendant sa jeunesse9. Avant même la fin de ses études, le jeune homme se vit offrir une place d’élève à l’Académie des sciences par G. Homberg, à la faveur de l’élargissement des effectifs de cette assemblée en 1699. Au début du XVIIIe siècle, l’académicien devenu médecin ne tenta pas une carrière à la cour comme certains de ses confrères, Gilles-François Boulduc ou Pierre-Jean-Baptiste Chomel. Il préféra toujours son cher cabinet d’études, l’Académie, et l’enseignement10. En effet, en quelques années, il entra dans les deux grandes institutions d’enseignement du temps : le Jardin du roi et le Collège royal. Partout il avançait en mettant ses pas dans ceux de ses maîtres, respectivement Guy-Crescent Fagon et Jospeh Pitton de Tournefort, à qui il succéda.

  • 11 Les principaux dictionnaires biographiques contemporains présentent un article à son nom : le Dicti (...)

3Il fut donc à partir des années 1710, à la fois un praticien, un enseignant, un académicien, et le doyen de la faculté de médecine pendant quatre ans (1726-1729). Sans être un parfait inconnu, il ne jouit pas d’une position éminente dans l’histoire des sciences et de la médecine. Ni sa carrière, ni ses patients, ni ses travaux, dont on ne retient le plus souvent que la table dite des affinités et la Matière médicale inachevée et publiée de façon posthume, ne lui permettent de figurer dans le panthéon des célébrités, mais il peut être observé comme un exemple d’individu curieux de savoir, affilié à plusieurs grandes institutions scientifiques et d’enseignement de son temps et en même temps un médecin qui dispensait quotidiennement des soins11. Ce cas permet de discuter des liens entre science, diffusion du savoir et pratique. Il s’agit tout d’abord de montrer comment il s’est inséré dans les réseaux d’échanges scientifiques et a pu contribuer à leur renforcement, dans et hors de l’Académie, et de considérer deux facettes de sa carrière, celle de scientifique et celle de praticien. Notre attention se portera alors sur la manière dont sa recherche, ou celle dont il prenait connaissance, pouvait affecter au quotidien ses pratiques de soins, tout en envisageant également que ses observations auprès de malades aient pu enrichir ses réflexions et travaux.

L’académicien et les échanges savants

  • 12 Ac. des Sc., p. V., t. XVIII, règlement de l’Académie des sciences lu le 26 janvier 1699, art. XXVI (...)
  • 13 Un numéro spécial en 2008 de la revue XVIIIe siècle s’interroge sur la réalité et les contours de c (...)

4La voie avait été tracée par la Royal Society depuis longtemps, les académies devaient maintenir des réseaux de correspondants et d’informateurs dans les autres pays et s’ouvrir aux travaux étrangers12. Les Français qui participaient à ces échanges, aussi bien dans le cadre de l’Académie rénovée que de façon plus individuelle, contribuaient à dessiner une république des sciences au XVIIIe siècle13. À son niveau, Geffroy manifestait un réel intérêt pour les travaux de ses contemporains et entretenait des relations avec certains confrères étrangers.

  • 14 Ac. des Sc., P.V., t. XVIII, f° 150.
  • 15 Luigi Ferdinando Marsili ou Marsigli, fondateur en 1712 de l’Institut des sciences et des arts de B (...)
  • 16 Sir Gavin R. De Beer, Hans Sloane and the British Museum, Londres-New-York-Toronto, Oxford Universi (...)

5En 1699, Geoffroy déclara à l’Académie royale être en relation avec le docteur Giulio Marchini de Lucques (1666-1751) et donc pouvoir informer l’assemblée de nouvelles italiennes14. Plus tard, il transmit aussi des travaux du Comte Marsigli de Bologne (1658-1730)15. Lors d’un voyage à Londres en 1698, il prit contact à la Royal Society avec Hans Sloane, secrétaire de cette académie depuis 1693, et Martin Lister, médecin et zoologiste, tous deux amis et correspondants de Tournefort16.

  • 17 Voyage de Lister à Paris en 1698, traduit par la société des bibliophiles français, Paris, 1873, p. (...)

6On suit assez bien les échanges de politesse et gestes d’amitié entre Martin Lister et les Geoffroy en 1698-1699. Le fils ayant été bien accueilli à Londres grâce à l’entregent de Lister qui se flattait de l’avoir introduit aux réunions de la Royal Society, en retour, le père se montra très hospitalier à Paris, quand Lister visita la capitale quelques mois plus tard. Ce dernier rendit un hommage appuyé au bel établissement du père, et aux qualités du fils dans sa relation de voyage publiée dès son retour à Londres17. À sa mort, Étienne-François Geoffroy possédait plusieurs œuvres de Martin Lister, ultime témoignage de ce respect mutuel né lors de son séjour londonien.

  • 18 Jean Jacquot, « Sir Hans Sloane and French Men of Science », Notes and Records of the Royal Society (...)
  • 19 Ces lettres conservées à la British Library sont citées par Jean Jacquot, Le Naturaliste Sloane (16 (...)
  • 20 Lettre de Geoffroy le 21 janvier 1709 citée par Jean Jacquot.

7Les lettres de recommandations de Tournefort amenèrent Geoffroy à rencontrer aussi Hans Sloane. Le botaniste français l’avait chargé de remettre à son collègue et ami une de ses œuvres récentes le De optima methodo instituenda in re herbaria, sa réponse au débat engagé avec l’Anglais Ray sur la classification des plantes18. Hormis ce maître et professeur prestigieux dont Sloane et Geoffroy avaient suivi successivement l’enseignement au Jardin royal, les deux hommes avaient aussi en commun d’avoir étudié à Montpellier. Après le voyage de Geoffroy, le contact se maintint par la correspondance19. Geoffroy servit encore à l’occasion de truchement dans les échanges de livres entre Tournefort et Sloane. Enfin, c’est aussi lui qui annonça le décès de Tournefort à Sloane en 1709 et lui transmit ses dernières pensées amicales. Les liens anciens entre la Royal Society et l’Académie royale des sciences française se trouvèrent ainsi renforcés par une correspondance personnelle à caractère scientifique. Toutefois, ces échanges empruntaient d’autres voies passant d’abord par Cassini, puis par Bignon, le nouveau secrétaire de l’Académie royale introduit auprès de Sloane par Geoffroy20, enfin par Jussieu.

  • 21 Ac. des Sc., P. V., t. XVIII, f° 144, séance du 28 février 1699 : « comme il est à la Société Royal (...)

8Sa relation suivie avec la Royal Society amena aussi très régulièrement Geoffroy à donner lecture de courriers, ou d’extraits des Philosophical Transactions lors des séances de l’Académie21. Il semble bien que, suite à ce voyage de jeunesse, il ait tout au long de sa vie orienté ses échanges savants vers l’Angleterre plus que vers tout autre nation, quoiqu’il se soit nourri d’une production savante internationale grâce aux lectures faites dans son cabinet parisien.

  • 22 Catalogus librorum viri cl. D. Stephani-Francisci Geoffroy doctoris medici antiqui facultatis parie (...)
  • 23 46 % des éditions qu’elle contient datent de la période 1690-1730, temps de ses études, de ses voya (...)

9Le catalogue de sa bibliothèque nous donne un aperçu d’un univers intellectuel résolument tourné du côté des sciences et des arts22. C’était une collection de taille très respectable dont on peut penser qu’une grande partie avait été achetée par ses soins23. Le libraire Gabriel Martin, l’un des inventeurs du système de classement des libraires de Paris, avait pour la vente posthume rangé les titres en cinq catégories : théologie, droit, sciences et arts, lettres, histoire plus un appendix des livres oubliés. Afin de mettre en valeur certaines des disciplines que Geoffroy affectionnait, je propose une répartition un peu différente.

Tableau 1 : Répartition des titres de la bibliothèque d’Étienne-François Geoffroy, 1731.

Nombre

 %

Histoire naturelle et botanique

347

16,41

Médecine et pharmacie

911

43,09

Chimie, alchimie

191

9,03

Histoire

210

9,93

Philosophie

141

6,66

Lettres

143

6,76

Religion

39

1,84

Mélanges (droit, maths, arts)

132

6,24

Total

2 114*

* Le catalogue comprend 2 123 numéros, mais après comptage des numéros doubles, on obtient 2 147 entrées, soit 2 114 titres d’ouvrages et 33 portefeuilles de gravures.

10Indéniablement, il s’agit d’une bibliothèque professionnelle, qui est très largement ouverte sur la médecine de son temps, puisqu’un grand nombre de ses confrères contemporains sont mentionnés, ses spécialités (anatomie, chirurgie, pharmacie, chimie) et la production académique scientifique européenne. Les collections complètes des Philosophical Transactions de la Royal Society et des Histoire et mémoires de l’Académie royale des sciences jusqu’en 1730 sont citées. Ces derniers titres sont classés en philosophie avec les livres de physique, et si l’on ajoute qu’une bonne partie des « mélanges » est constituée d’ouvrages de mathématiques, cela doit nous inviter à relativiser ces catégories élaborées à partir de celles du libraire et à renforcer encore la part des livres proprement scientifiques. On ne s’étonnera donc pas du poids des références en latin quoique la littérature savante s’écrive de plus en plus en langue vernaculaire au XVIIIe siècle.

Tableau 2 : Langues des ouvrages de la bibliothèque d’Étienne-François Geoffroy, 1731.

Tableau 2 : Langues des ouvrages de la bibliothèque d’Étienne-François Geoffroy, 1731.
  • 24 Daniel Roche, « Un savant et sa bibliothèque au XVIIIe siècle. Les livres de Jean-Jacques Dortous d (...)
  • 25 Outre les traités de botanique, de médecine, etc. en italien, on ne compte pas moins de dix-huit co (...)

11À titre de comparaison, dans la bibliothèque de Jean-Jacques Dortous de Mairan, secrétaire de l’Académie des sciences, mort en 1771, ne figuraient que 38 % d’ouvrages en latin. Pourtant, il apparaît comme un fidèle partisan du savoir ancien et de sa langue de diffusion. Les autres langues nationales européennes n’étaient pas non plus très représentées chez lui : une soixantaine d’ouvrages en italien, une vingtaine en anglais, un en espagnol, sur un total de près de 3 400 livres, c’est bien peu24. Les ouvrages en langues étrangères de la bibliothèque Geoffroy se partagent entre l’italien (106) l’anglais (74), l’allemand (13) et quelques curiosités : un livre en portugais, un en hollandais et un en langue d’oc. Geoffroy devait maîtriser au moins l’italien et l’anglais. La première de ces langues fut apprise dès sa jeunesse selon son Éloge et visiblement entretenue au cours de son voyage puis par ses lectures aussi bien professionnelles que de loisir25. Pour la seconde, on suppose qu’il en devint familier lors de son séjour londonien. Ses volumes en anglais relèvent essentiellement du domaine professionnel, mis à part quelques titres plus inattendus comme ce « livre des prières communes » publié à Oxford en 1697. En tout cas, il lisait l’anglais et se montra capable de faire des comptes rendus devant ses confrères de l’Académie à de multiples reprises. Quant à l’allemand, il est bien difficile de trancher. Il possédait bien un dictionnaire français/allemand, un outil de travail dont il disposait aussi dans les autres langues, et un petit nombre de livres de référence, tous des œuvres de médecins et de savants. On trouve par exemple la Meteoroscopie (1716), les Pensées sur le Soulphre brulant et non brulant (1718), Les Pensées sur les recherches naturelles de Becher (1723) de G. E. Stahl, la Chemia de Gottfried Notheus (1717). Toutefois aucun voyage, aucun échange épistolaire avec des Allemands n’est attesté.

Geoffroy et son confrère le docteur Dubois

  • 26 Bibiothèque InterUniversitaire de Médecine (désormais BIUM), ms 5241-5245, cette correspondance est (...)
  • 27 Le « dossier Dubois » une fois reconstitué couvre une période de vingt et un mois entre le 9 septem (...)
  • 28 À propos d’un mémoire de patient Dubois confie : « on voulait lenvoyer cet exposé à mr silva, mais (...)
  • 29 BIUM, ms 5241, f° 212r-214v, lettre de Geoffroy du 10 septembre 1728.

12Hors de l’Académie, et de l’ensemble des relations tissées grâce à cette institution, Geoffroy a-t-il étendu plus loin son réseau d’échanges, de connaissances et de réflexion ? Nous n’en avons que peu de traces, et pourtant dans les volumes manuscrits de sa correspondance de praticien, on trouve quelques éléments significatifs dans les lettres d’un certain Dubois « Médecin du roi à Rennes26 ». Comme dans toutes les consultations épistolaires connues, de nombreux médecins ou chirurgiens, qu’ils agissent de leur propre chef ou bien sous la pression de leurs malades, prennent la plume pour recueillir un avis éclairé sur un cas bien précis. Avec Dubois, les courriers sont à la fois répétés et riches. Ils présentent en effet la particularité très intéressante de dépasser le cadre des échanges classiques de demandes de consultations. Les deux hommes ont entamé des discussions professionnelles en marge de leurs propos sur les malades rennais pour lesquels Dubois s’enquiert auprès de son confrère parisien quand il ne l’interroge pas sur sa propre santé27. Dubois manifeste le plus grand respect pour son correspondant28, et pour lui, Geoffroy commente sa pratique et ses remèdes : « Le gallium seul est un remède assez bon dans cette malade j’en ay quelquefois donné le suc avec succès mais je compte plus sur l’opiate que je propose à la quelle je joint la boisson d’infusion de gallium qui est icy fort en usage dans cette maladie et fort à la mode pour les vapeurs hystériques et autres maladies convulsives29. »

13Comme il le fait toujours dans ses consultations, il communique ses recettes mais agrémentées pour ce correspondant particulier de développements informatifs supplémentaires parfois en réponse aux questions précises du médecin rennais :

  • 30 Ibid. Les passages entre # sont des rajouts de Geoffroy entre les lignes ou dans la marge. Les pass (...)

« La boule de mars dont vous me demandés la composition est un melange de creme de tartre et de limaille de fer parties egales. on fait une pâte de la crème de tartre en poudre et de la limaille avec l’Eau de vie on laisse le tout exposé a l’air dans une cucurbite de maniere que l’humidité s’en evapore lentement on a soin de bien remuer la matiere plusieurs fois le jour jusqu’à ce que par l’evaporation elle Soit entierement dessechée ; on remet en poudre la masse qui reste Seche, et on la petrit ensuite avec de nouvelle Eau de vie #et on la #laisse evaporer de meme jusqu’à sicuté : on repete cette manœuvre plusieurs fois jusqu’à ce que la limaille de fer paroisse entierement dissoute et que le tout ne fasse plus qu’une espece de pâte resineuse d’un vert noiratre. Enfin on la met en poudre on la petrit avec l’eau de vie et on en forme des boulles : c’est ce que nomme Mars potabilis Willis, ou la Boule de mars dont plusieurs font un grand secret. elle est decrite dans le Collectanae Chymica Leidensi ou on rend quelquefois cette boulle plus composée, telle etoit la pierre vulneraire du sr Chevrier d’Angers, ce que l’on appelloit la pierre de cremone parce qu’a l’affaire de Cremone tous nos chirurgiens françois Se Servirent de cette pierre faute d’autres medicamens pour penser leurs blessés. J’ay donné la description de ces pierres vulneraires Simples et composées dans les memoires de l’academie #1713# (mil sept cent treize) dans un memoire sur le Vitriol et Sur le fer ou j’examine les effets du fer et des Ses préparations prises interieurement ou appliquées esterieurement Si quelquun dans vos quartiers a les memoires de l’academie vous y pourré voir ces preparations30. »

  • 31 HMAS, 1713, p. 170 sq.

14Les deux hommes, on le voit ici, sont engagés dans une correspondance à la fois technique et savante dans laquelle Geoffroy prend la position de maître, et Dubois celle de l’élève. L’académicien se permet même de renvoyer à ses propres travaux publiés par l’Académie des sciences31. Pourtant il arrive aussi que les rapports s’inversent. En août 1729, le doyen de la faculté prodigue des conseils de santé à son confrère et termine sur la recommandation de prendre des eaux minérales de Dinan ou de Rennes dont il discute les mérites :

  • 32 BIUM, ms 5241, f° 200r-201v, lettre de Geoffroy du 19 août 1729.

« Pendant que nous en sommes sur les Eaux ferrugineuses je vous prie de faire une observation sur vos eaux de Rennes que nous avons faite sur nos Eaux de Passy qui est qu’elles contiennent outre le fer un sel de la nature du sel de Glauber ce que n’ont point nos eaux de forges, ce sel les rend purgatives au lieu que celles de forges resserrent ordinairement : et nous avons trouvé un moyen d’en separer tout le fer moyennant quoy il nous reste des eaux minerales purement salines, et purgatives a peu pres de la nature de celles de vahls. vous reconnaitres si ce même principe est dans les Eaux de Rennes32. »

  • 33 Une des premières contributions de Geoffroy aux travaux de l’Académie portait sur les eaux minérale (...)
  • 34 HMAS, 1720, p. 42 sq. ; 1724, p. 50 sq ; 1726, p. 30 sq. Les nouvelles sources découvertes en 1714 (...)
  • 35 HMAS, 1724, p. 52-53 ; 1729, p. 23.
  • 36 HMAS, 1729, p. 258 sq.
  • 37 HMAS, 1726, p. 34 rapporte que les composants de l’eau de Passy « ont des effets connus en médecine (...)

15Geoffroy propose une vraie collaboration, dont on peut penser qu’elle a pu éventuellement s’étendre à d’autres correspondants provinciaux qui alimentaient les données accumulées par lui-même et par l’Académie sur les eaux minérales33. La proposition comprend deux volets : une analyse des eaux et une observation des effets. Les eaux minérales de Passy, auxquelles il fait référence, ont fait l’objet dans les années 1720 de plusieurs communications et de mémoires publiés à l’Académie. En effet, à la suite de la découverte de nouvelles sources dans cette localité proche de Paris, un exposé informatif est présenté en 1720, puis les eaux sont analysées par deux chimistes, Geoffroy le cadet, en 1724, et Gilles-François Boulduc, deux ans plus tard34. Tous deux sont d’accord pour affirmer que la meilleure méthode pour décomposer les eaux est l’évaporation qui permet d’examiner à part les matières déposées au fur et à mesure du processus35. C’est aussi celle qu’indique Geoffroy à son correspondant dans la suite de la lettre. Si la question de la composition des eaux minérales et de leur comparaison semble passionner Geoffroy en juillet 1729 c’est qu’elle est toujours d’actualité. Boulduc y travaille encore et présentera quelques mois plus tard, le 12 novembre, un nouveau mémoire sur les eaux de Bourbon-l’Archembault36. Toutes ses études sur la composition des eaux ne se conçoivent pas sans une finalité thérapeutique. Geoffroy le souligne dans sa lettre, tout comme son frère ou Boulduc devant l’Académie37. Ainsi Dubois est prié de communiquer ses observations sur les malades dont Geoffroy suit le traitement par courrier interposé. Nous ne savons pas si le Rennais a bien répondu à cette demande, les problèmes de santé de Geoffroy au cours de l’année suivante ont pu stopper net ce projet de collaboration entre les deux médecins.

  • 38 Par exemple BIUM, ms 5243, f° 201r, lettre de Dubois du 6 avril 1730.
  • 39 BIUM, ms 5244, f° 82r-84v, lettre de Geoffroy du 15 juillet 1729 « J’ay reçu Monsieur l’argent que (...)
  • 40 La lettre de change de 62 livres tournois envoyée avec la lettre de septembre 1729 doit correspondr (...)
  • 41 Par exemple « J’ay demandé pour vous le Pathologia cerebri que l’on ne trouve plus à Paris ni meme (...)

16Leurs échanges prennent encore d’autres formes. Outre la recommandation de malades bretons en voyage à Paris, Dubois fait parvenir à son confrère de l’argent pour paiement de ses précieuses consultations38, des colis de remèdes expédiés par le médecin parisien ou bien par son frère l’apothicaire39 et des livres de médecine40. Cependant la tâche se révèle parfois ardue. Malgré des efforts constants pendant près de deux ans, Geoffroy ne parvient pas à acquérir un ouvrage de Bartholomée de Moor, la Pathologia cerebri paru en 1704. Il s’en excuse à plusieurs reprises et le promet toujours pour un prochain envoi41. Pendant les vingt et un mois de correspondance, une dizaine de titres d’ouvrages et huit auteurs sont mentionnés, qu’ils soient conseillés ou envoyés par Geoffroy ou bien encore expressément réclamés par Dubois.

Tableau 3 : Liste des livres et auteurs cités par la correspondance Dubois/Geoffroy.

Livres proposés ou cités par Geoffroy

M. Alberti, Tractatus de haemorrhoidibus etc cum praefatione epistolica Stahlii, Halae-Magdeburgicae, 1722, in 4°.

L. Bellini, De Urinis et pulsibus, de missione sanguinis, de febribus, de morbis capitis et pectoris, Bononiae, ex typographia A. Pisarrij, 1683, In 4°, X-606 p.

J. Juncker, Conspectus medicinae theoreticopracticae…, Halae, impensis Orphanotrophei, 1718, In-4°, 752 p.

J. Juncker, Conspectus chirurgiae,…, Halae, typis et impensis Orphanotrophei, 1721, In-4°, pièces limin., 704 p.

J. Juncker, Conspectus formularum medicarum…, Halae Magdeburgicae, impensis Orphanotrophei, 1723, In 4°, 112 p.

« Traité sur la saignée d’un chirurgien récemment réimprimé »

G. E. Stahl, Opusculum-chymico-physico-medicum, seu Schediasmatum a pluribus annis variis occasionibus in publicum emissorum… fasciculus, Halae-Magdeburgicae, typis Orphanotrophei, 1715, in 4°, 856 p.

Livres demandés par Dubois

« Anatomie de Winslow »

« Œuvres de Stahl »

« Petit livre de Rivière »

« Thèses comme celle de M. Silva »

B. de Moor, Pathologiae cerebri delimatio practica, Amsterdam, 1704.

17Cette liste ne comprend que des auteurs contemporains, si on met de côté le Rivière non identifié. L’ouvrage le plus ancien est celui de Bellini, qui est mort en 1704, mais dont la quatrième édition est parue quelques années plus tôt, en 1717. Nombre de ces ouvrages sont des publications étrangères difficiles à acquérir depuis Rennes alors que Geoffroy, à Paris et avec ses relations, pouvait les trouver plus aisément chez les libraires ou bien lors des ventes de bibliothèques. On notera également que parmi les auteurs étrangers, la grande université de Halle est représentée par trois auteurs Georg Stahl et ses disciples, Mickaël Alberti et Johan Juncker.

  • 42 BIUM, ms 5242, f° 26r, lettre de Dubois du 1er mars 1728.

18Dubois cherche visiblement à parfaire ses connaissances et à actualiser ses lectures, Geoffroy lui sert de conseiller autant que d’intermédiaire dans les achats. Comme tous deux sont plongés dans ces auteurs, ils y font allusion dans leurs diagnostics. Dubois trouve dans Juncker une bonne description du mal qui affecte sa belle sœur et reprend le terme de flatulentia appliqué par l’auteur allemand42.

19La plupart de ces titres et tous ces auteurs s’alignaient dans la bibliothèque de Geoffroy. Cette connaissance des textes lui permet de livrer à son ami des avis tranchés sur leurs auteurs. Pour l’occasion, il retrouve sa posture de professeur. À la biographie de Stahl, il ajoute ses remarques personnelles sur ses théories :

« il a un sisteme de medecine assés singulier pour la theorie qui est repandu dans toutes ces theses mais qui n’est point rassemblé dans un ordre suivi. Juncker et quelques autres de ses Disciples ont ramassé ces idées sur cela pour en former un corp tel que vous l’avez dans les conspectus medicina de Juncker. Les Sujets de ces theses sont ordinairement des matieres singulieres tel est par exemple une des premieres et des plus fameuses qu’il ait publié an vena por… porta malorum ? dans laquelle il attribue a la veine porte toutes les affections melancholiques et hypochondriaques #tel est encore# cet autre De impostura opii dans laquelle il fait voir que l’opium ne fait point de cure veritable qu’il ne fait que deguiser les maux, imposer aux Medecins au malade et aux assistants et souvent causer plus de mal que de bien. »

  • 43 BIUM, ms 5241, f° 166r-167v, lettre de Geoffroy du 3 mai 1729.

« Cet auteur qui etoit professeur de chimie, nous a donné d’excellents morceaux de chimie qui sont recueillis dans un seul volume in quarto qui a pour titre Sthallii opuscula chimica, c’est un des meilleurs auteurs que nous ayons en chimie. aureste cet auteur a ecrit en latin un stile tres obscur et difficile a entendre il faut etre fait a sa latinité pour le concevoir. cela n’empeche pas que ces ouvrages ne soient tres recherchés et qu’ont ait beaucoup de peine a en trouver le recueil complet. si neanmoins vous etiez curieux d’avoir ces ouvrages on pourroit les faire venir43. »

20Comme les écrits des élèves ont la réputation de rendre le propos du maître plus abordable, Geoffroy promet aussi quelques uns de leurs écrits.

  • 44 Ibid., f° 213v, lettre de Geoffroy du 10 septembre 1728.

21L’actualité des publications françaises est discutée par les deux hommes. Ainsi, Geoffroy explique à son correspondant qu’il ne peut lui communiquer l’anatomie de son collègue Winslow parce que cet ouvrage n’est pas encore paru. Il ajoute comme à regret : « Elle se[ra] surannée avant que de paroitre il ne la fini point et est deja pillé par tout le monde. Les chirurgiens la donne par lambeaux en sorte #que cet ouvrage# ne sera plus nouveau quand il Sera en etat de paroitre nous luy faisons tous les jours des reproches mais inutilement44. »

22Le Parisien Geoffroy, tour à tour fournisseur de références et de livres, maître et conseiller, auteur qui renvoie à ses écrits académiques et lecteur des traités de ses contemporains, guide Dubois tout autant qu’il l’informe sur les débats et les publications de son temps. À l’occasion, il fait appel à ses services pour parfaire sa propre connaissance des eaux minérales. Il s’agit peut-être d’un exemple unique de cette pratique de l’académicien médecin, elle n’en est pas moins révélatrice des chemins contournés de la diffusion du savoir scientifique et médical, mais aussi bibliographique jusque dans les provinces, et de la complexité des échanges entre praticiens.

Science et pratique de soins

23Quoique l’Académie l’occupât deux fois par semaine et qu’il ait particulièrement affectionné son travail de chimiste et de botaniste, Geoffroy avait une clientèle de malades qui le sollicitaient quotidiennement. Il me parait important d’examiner à partir de quelques consultations dans quelle mesure ses études d’académicien pouvaient servir sa pratique et vice versa.

  • 45 Un échantillon de 93 consultations tirées de trois des manuscrits a été retenu pour une première ap (...)

24Comme bon nombre de ses confrères, Geoffroy appréciait les eaux minérales qu’il recommandait dans 38,7 % des cas45. Ce thème souligne bien les relations existant entre les préoccupations académiques et le quotidien du médecin. Je me bornerai à deux remarques supplémentaires sur ces prescriptions d’eaux minérales. Geoffroy prend soin d’indiquer précisément l’eau la plus adaptée au cas du malade. Il nomme ainsi onze sources différentes dans ses consultations mais marque une très nette préférence pour Forges, nommée seize fois, alors que Dinan ne l’est que quatre fois et Sainte-Reine six fois. Parfois, il ne fait que demander une simple « eau ferrugineuse » sans précision aucune ou même donne une recette pour une « eau ferrée », donc artificielle, censée répondre aux besoins du patient et qui lui reviendra moins cher, puisqu’il n’est pas nécessaire d’en payer le transport en bouteilles de verre depuis sa source ou de se déplacer pour un séjour coûteux. Les eaux sont données en cours de traitement – comme boisson ordinaire ou à prendre avec les autres remèdes – ou bien en fin de traitement. Le médecin recommande alors un séjour de dix jours à trois semaines, mais on sait que certains faisaient leur cure d’eau en se faisant livrer les bouteilles à domicile.

  • 46 Laurence Brockliss, « The medical practice of Étienne-François Geoffroy », op. cit., p. 94-98.
  • 47 BIUM, ms 5243, f° 202r-203.
  • 48 Ibid., f° 136r.
  • 49 BIUM, ms 5141, f° 211r-212r : « Prenés crane humain, racine de pivoine mâle, racine de valériane sa (...)

25L. Brockliss a souligné dans son analyse de la pratique de Geoffroy d’une part l’uniformité de ses réponses aux malades, d’autre part que les remèdes à base de chimie leur étaient « souvent » proposés46. La chimie qui s’est fait reconnaître comme science en entrant à l’Académie reste en effet très étroitement associée aux fins thérapeutiques. Geoffroy, qui avait été recruté depuis ses débuts à l’Académie dans les rangs des chimistes et a longtemps enseigné la chimie médicale, avait recours de façon constante à des remèdes de ce type. Dans au moins la moitié de ses consultations (51,6 %), il préconise des mélanges végétaux/minéraux/métaux. Il prescrit ainsi une eau mercurielle comme un des remèdes utiles pour des « épreintes » et hémorroïdes47. Un opiat avec du safran de mars, une préparation chimique qui contient du fer, est recommandé pour soigner des dévoiements48. Dans un cas d’épilepsie, il invite le malade à prendre un remède composé, entre autres, avec du cinabre d’antimoine, contenant soufre et mercure49. Mais ce qui donne le plus souvent la petite note de chimie à ses consultations, c’est l’adjonction de sels aux remèdes. Le sel de Glauber, le sel végétal, le sel de nitre, le sel de policreste de Seignette, le sel de mars de rivière, le sel de tartre, le nitre purifié des consultations de Geoffroy doivent parfois être consommés dans un simple verre d’eau ou une cuillerée de soupe, mais surtout, ils entrent dans la composition de bouillons, de tisanes, d’opiats, de bols, de lavements, souvent ajoutés juste avant l’ingestion. Pour soigner la fièvre double tierce accompagnée d’assoupissement et de perte de connaissance de M. Préaudot, Geoffroy indique des saignées, des purges et deux recettes d’un type assez fréquent dans ses prescriptions :

  • 50 BIUM, ms 5243, f° 60r-61r, consultation de Geoffroy du 11 novembre 1729.

« on travaillera a detremper le sang épaix et visqueux du malade par une large boisson de tisanne faite avec la réglisse le chiendent et la racine de chicorée sauvage dans laquele on fera fondre pour chaque pinte demi gros de sel de nitre. On le tiendra pour toute nourriture au bouillon de veau ou de volaille qu’on luy donnera de quatre heures en quatre heures, et dans les intervalles il prendra un bouillon altérant préparé de cette manière. Dans deux pintes d’eau on fera cuire une livre de rouelle de veau et reduira à trois chopines on y ajoutera pour lors des feuilles de bourroche, buglose, laitüe, cerfeuil et chicorée sauvage de chacune une poignée, on laissera cuire ces herbes un quart d’heure on en tirera le bouillon dont le malade prendra la quantité d’un demi setier entre les bouillons ordinaires #de quatre heures en quatre heures on fera fondre dans chacun des bouillons d’herbes avant que de le prendre demi gros de sel de glauber50. »

  • 51 Ac. des Sc, P.V., t. XVIII, f° 144.
  • 52 Maurice Daumas, dans René Taton (éd.), Histoire générale des sciences, t. II, La Science moderne, P (...)
  • 53 Voir par exemple le vitriol dans son mémoire de 1713 déjà cité.

26On voit ici qu’il donne un régime alimentaire sévère : ayant quelques lignes auparavant précisé tout ce que l’on devait retrancher de la nourriture, il poursuit, comme on le lit dans cet extrait, en indiquant les aliments autorisés, comme ce fameux bouillon de veau auquel ont droit presque tous ses malades. Il inclut dans la tisane du sel de nitre, un produit qui apparaît dans vingt-deux de ses remèdes à préparer et, dans la seconde recette, du sel de Glauber que l’on retrouve par ailleurs mentionné à huit reprises. Ce recours fréquent est à rapprocher de son sujet d’étude, la chimie des sels, tel qu’il l’a déclaré en 1699 à l’Académie51. Avec cette direction de recherche, l’élève se place dans le sillage de Homberg et de bien d’autres académiciens52. Rien d’étonnant à ce que ce médecin chimiste les emploie souvent, d’autant plus qu’il en rappelle par ailleurs volontiers les vertus thérapeutiques dans ses mémoires académiques53.

  • 54 BIUM, ms 5244, f° 209r, consultation du 8 mars 1730 ; f° 218r-219v, consultation non datée.
  • 55 Ibid., f° 212r-213v, consultation du 9 novembre 1729 ; f° 206r-207, consultation du 11 août 1728.

27Même grossière, cette présentation de la place des remèdes chimiques dans les prescriptions de Geoffroy est une indication précieuse car on peut espérer la comparer à d’autres sources et pouvoir distinguer des usages variés et des pratiques différenciées des remèdes chimiques. L’analyse est loin d’être achevée et d’autres questions se profilent déjà. Dans quel cas Geoffroy employait-il de préférence la chimie ? La considère-t-il en termes d’efficacité ou bien de nécessité ? Ce n’est pas le lieu d’y répondre longuement ici, mais on peut penser que le médecin jugeait au cas par cas, et pas seulement selon les maux. Parfois pour une même affection les prescriptions différaient d’une consultation à l’autre sur l’emploi de la chimie car il tenait compte de la gravité et de l’état du malade. Lorsqu’il n’était pas inquiet face à un cas de goutte : le lait d’ânesse, les saignées, un bouillon et de la patience étaient recommandés54. Pour un malade plus atteint et pour lequel par exemple il écrivait que les inquiétudes de la famille étaient justifiées, ses prescriptions s’allongeaient et comprenaient alors des remèdes chimiques55. Deux autres facteurs doivent cependant être signalés. Le coût de ces remèdes qui ne les mettait pas à la portée de tous et la demande des patients eux-mêmes, souvent bien informés sur la pharmacopée, pouvaient jouer sur la prescription finale. Un certain Lefebvre, à la suite d’une première consultation, se faisait très pressant :

  • 56 BIUM, ms 5243, f° 229r, lettre du 17 juillet 1729.

« vostre purgation ma fait des merveilles et promptem[en]t 2 onces de manne et une de sel d’Ebson mont fait aller a la garderobbe plus de dix sept fois mais deux jours apres le gonflement a recommencé ie prends de deux jours en deux jours de la casse cuitte qui mentretient le ventre libre et quelques fois i’entremesle des remedes de laitue et de son. ne me donneries vous point de la limaille dacier, ou du sel de glauber quon vante tant pour les obstruction. j’attends Monsieur vos ordres pour m’y conformer et jay lhonneur d’estre avec la plus parfaite estime et le plus sincere devouem[en]t56. »

  • 57 Ibid., f° 230v-231r.

28Geoffroy, dans sa réponse, s’incline mais ajoute sa marque en lui ordonnant douze grains de sel de nitre et une cuiller à café de teinture de mars dans un bouillon d’herbes et de veau pris quatre fois par jour, lui demandant d’ajouter un gros de cristal minéral dans la tisane dont il ferait sa boisson ordinaire57. Ces quelques exemples ne peuvent en aucun cas suffire à notre compréhension des prescriptions de Geoffroy mais sont indicatifs. La comparaison des consultations sur une même pathologie, comme la goutte ici rapidement présentée, pourrait être étendue à d’autres maux et envisagée sur un plus grand nombre de cas afin de repérer d’autres comportements du médecin au travail.

Conclusion

  • 58 Cité p. 521 du Dictionnaire historique de la médecine ancienne, t. II, Paris, Béchet jeune, 1831.

29L’entrée à l’Académie a été décisive pour Geoffroy car elle lui a permis de s’orienter résolument vers l’enseignement quand d’autres choisissaient les affaires, comme son frère, ou l’avancement à la cour, comme Boulduc. Son insertion dans les échanges scientifiques, surtout anglais, entamée dans sa jeunesse lors de ses voyages, s’est maintenue ensuite par la correspondance dans le cadre des échanges entre sociétés savantes européennes et s’est développée vers d’autres horizons grâce à des lectures menées tout au long de sa vie. De ses lectures et de son savoir, les étudiants ou les académiciens n’étaient pas seuls à profiter. Malgré l’évidente distance entre ses travaux à l’Académie et sa pratique de médecin, des points de contact sont apparus. Il partageait ses connaissances de savant avec son confrère Dubois, médecin de province. Il utilisait avec conviction les remèdes chimiques sur lesquels portaient ses recherches fondamentales, toutefois il semble que sa pratique de la médecine n’ait pas nourri sa recherche ou les discussions académiques. Il n’y faisait pas directement référence dans ses mémoires à l’Académie ni ne rapportait de cas curieux observés chez ses malades à ses confrères en séance. La circulation des informations ne se faisait visiblement que dans un seul sens, du monde savant vers celui du praticien, ce qu’avait remarqué à regret le médecin et chimiste écossais Cullen. En effet, à propos de la Matière médicale de Geoffroy, il écrivait ceci : « Geoffroy tente souvent d’expliquer les vertus des plantes par les sels, les huiles et les terres qu’elles paraissent contenir. Quant aux vertus particulières, Geoffroy en parle rarement d’après sa propre expérience ; il s’en rapporte en général au témoignage de ceux qui l’ont précédé58. »

Notes

1 Alain Viala en a dénombré plus de soixante-dix au XVIIe siècle, y compris l’Académie française fondée en 1635, les académies royales et neuf cercles scientifiques seulement voir Naissance de l’écrivain : sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, Éditions de Minuit, 1985, p. 303-304), René Taton signale pour le premier XVIIe siècle au moins une quinzaine de cercles et académies privés à Paris exclusivement dédiés aux sciences (voir Les Origines de l’Académie royale des sciences, Paris, Palais de la découverte, 1965).

2 Sur l’Académie royale des sciences, voir entre autres Roger Hahn, Anatomie d’une institution scientifique. L’Académie royale des sciences de Paris, 1666-1803, Paris, Édition des archives contemporaines, 1993 [éd. anglaise 1971], et James E. McClellan III, « L’Académie royale des sciences (1666-1793) » dans Christian Jacob (éd.), Lieux de savoir. Espaces et communautés, Paris, Albin Michel, 2007, p. 716-736.

3 Roger Hahn, op. cit., p. 4 et 63 et Peter Burke, Louis XIV, les stratégies de la gloire, Paris, Seuil, 1992.

4 James E. McClellan III, « The Académie Royale des Sciences : a Statistical Portrait », Isis, vol. 72, no 264, 1981, p. 541-567. à partir de l’index biographique de l’Académie, l’auteur montre qu’au début du XVIIIe siècle 27 % des académiciens s’intéressaient à la médecine et aux disciplines proches (chirurgie, botanique, anatomie, pharmacie, chimie), et 40 % exerçaient une profession liée à la médecine en 1700. Les années 1730 (après la mort de Geoffroy) marquent un tournant avec le recul de la place des médecins et le déplacement des centres d’intérêt des académiciens.

5 Sur sa vie et sa famille voir Éloge de M. Geoffroy, Histoire et mémoires de l’Académie des sciences (HMAS), 1731, p. 93-100 ; Paul Dorveaux, « Apothicaires membres de l’académie royale des sciences, Étienne-François Geoffroy », Revue d’histoire de la pharmacie, juin-août 1931, t. II, p. 118-126 ; Maurice Bouvet, « Les apothicaire échevins de Paris », Revue d’histoire de la pharmacie, vol. 10, no 135, 1952, p. 433-446 ; Olivier Lafont, Échevins et apothicaires sous Louis XIV. La vie de Matthieu-François Geoffroy, bourgeois de Paris, Paris, Pharmathèmes, 2008 ; David J. Sturdy, Science and Social Status of the Members of the Académie des Sciences, Woodbridge, Boydell & Brewer, 1995, p. 324-342.

6 Gustave Planchon, « La dynastie des Geoffroy, apothicaires de Paris (1584-1748) », Journal de Pharmacie et de Chimie, 6e série, t. VIII, 1898, p. 289-293 et p. 337-345 ; Paul Dorveaux, op. cit.

7 G. Planchon fait remonter sa généalogie à Baptiste en 1584 mais il n’est pas certain qu’il fut le père d’Étienne Ier.

8 En tout trois membres de la famille ont occupé la charge d’échevin à Paris : Étienne en 1636, Mathieu-François son père en 1685 et Claude Joseph son frère cadet en 1731 aussi membre de l’Académie des sciences.

9 Éloge de M. Geoffroy, op. cit.

10 David J. Sturdy, op. cit., p. 321-322 et « Pierre-Jean-Baptiste Chomel (1671-1740) : A Case Study in Problems Relating to the Social Status of Scientists in the Early Modern Period », The British Journal for the History of Science, vol. 19, no 3, nov. 1986, p. 301-322.

11 Les principaux dictionnaires biographiques contemporains présentent un article à son nom : le Dictionnaire de biographie française, M. Prévost et R. d’Amat, Paris, Letouzey et Ané, 1981, vol. 15, col. 1132-1135, 1143-1144 ; Dictionary of Scientific Biography, vol V, C. C. Gillepsie (éd.), Charles-Scribner’s sons, New-York, 1972, p. 352-354 et pour les plus anciens voir N. F. J. Eloy, Dictionnaire historique de la médecine ancienne et moderne…, 1778, t. II, p. 330-334 ; Encyclopédie méthodique, Médecine, 1793, t. VI, p. 618-622 ; Dictionnaire des sciences médicales-Biographies médicales, Panckoucke, 1821, t. IV, p. 384-386 ; J. E. Demaizeris, C. p. Ollivier et J. R. Delorme, Dictionnaire historique de la médecine ancienne et moderne…, Paris, Brechet Jeune, 1828-1839, t. II, p. 520-521 ; A. Chéreau, Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, Paris, 1881, 4e série, t. VII, p. 729-730.

12 Ac. des Sc., p. V., t. XVIII, règlement de l’Académie des sciences lu le 26 janvier 1699, art. XXVII. Voir aussi Françoise Bléchet, « L’abbé Jean-Paul Bignon (1662-1743) », dans Christiane Berkvens-Stevelinck, Hans Bots et Jens Häseler (éds), Les grands intermédiaires culturels de la république des lettres, études de réseaux de correspondances du XVIe au XVIIIe siècles, Paris, Honoré Champion, 2005, p. 339-360.

13 Un numéro spécial en 2008 de la revue XVIIIe siècle s’interroge sur la réalité et les contours de cet ensemble.

14 Ac. des Sc., P.V., t. XVIII, f° 150.

15 Luigi Ferdinando Marsili ou Marsigli, fondateur en 1712 de l’Institut des sciences et des arts de Bologne. En tant qu’associé étranger de l’Académie royale des sciences, il eut droit à un Éloge par Fontenelle en 1730.

16 Sir Gavin R. De Beer, Hans Sloane and the British Museum, Londres-New-York-Toronto, Oxford University Press, 1953.

17 Voyage de Lister à Paris en 1698, traduit par la société des bibliophiles français, Paris, 1873, p. 212-213 : « J’ai beaucoup à me louer de la politesse de ce savant à mon égard. Je dois également approuver les soins qu’il a pris pour l’éducation de son fils, qui est venu en Angleterre avec le comte de Tallard, un jeune gentilhomme instruit & de la plus belle espérance ; à qui notre société de Gresham College fit, sur ma demande, l’honneur de l’admettre au nombre de ses membres, comme du reste il le méritoit. »

18 Jean Jacquot, « Sir Hans Sloane and French Men of Science », Notes and Records of the Royal Society of London, vol. 10, no 2, 1953, p. 87.

19 Ces lettres conservées à la British Library sont citées par Jean Jacquot, Le Naturaliste Sloane (1660-1753) et les échanges scientifiques entre la France et l’Angleterre, Paris, 1954, p. 15 et Jean jacquot, « Sir Hans Sloane and French Men of Science », op. cit., p. 89-90.

20 Lettre de Geoffroy le 21 janvier 1709 citée par Jean Jacquot.

21 Ac. des Sc., P. V., t. XVIII, f° 144, séance du 28 février 1699 : « comme il est à la Société Royale de Londres, et que le commerce de lettres qu’il entretient avec M. Sloane, qui en est secrétaire, luy donne moyen d’être instruit de plusieurs choses particulières et curieuses qui se traittent dans cette Société, et qui ne sont pas toujours dans les Transactions, ou journaux qu’elle ordonne, il vérifiera et rapportera à La Compagnie les experiences les plus considérables qui viendront à sa connoissance. » Parmi la demi-douzaine de lectures anglaises effectuées entre 1699 et 1702, on peut citer celle du mercredi 16 mai 1699 : « Mr Geoffroy a lu une lettre que Mr sloane luy a Ecrite ou il rapporte quelques particularitéz de la dissection d’une Gazelle faire par la Société Royale » (f° 307).

22 Catalogus librorum viri cl. D. Stephani-Francisci Geoffroy doctoris medici antiqui facultatis pariensiensis decani, Regii in Medicina & Chymia Professoris, regiae Scientiarum Academiae Parisiensis necnon Societatis Londinensis Socii, Parisiis, apud Gabrielem Martin, via Jacobea, ad insigne Stellae, 1731. À propos des catalogues de vente voir Claude Jolly (éd.), Histoire des bibliothèques françaises, Paris, 1988-1991, Les bibliothèques sous l’Ancien Régime, p. 235-267.

23 46 % des éditions qu’elle contient datent de la période 1690-1730, temps de ses études, de ses voyages et de l’exercice de sa profession.

24 Daniel Roche, « Un savant et sa bibliothèque au XVIIIe siècle. Les livres de Jean-Jacques Dortous de Mairan, secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences, membre de l’académie de Béziers », XVIIIe siècle, 1969, no 1, p. 69-71.

25 Outre les traités de botanique, de médecine, etc. en italien, on ne compte pas moins de dix-huit comédies italiennes en un paquet (no 2044), des auteurs fameux comme Le Tasse, Pétrarque, Boccace, Straparola ; surtout de nombreux guides de voyage et descriptions de tout ou partie de l’Italie sont inscrits au catalogue. Nombre de ces derniers livres sont des éditions des années 1690 ce qui indique qu’il a du très activement préparer son voyage dans les mois qui ont précédé son départ pour Rome en 1700.

26 Bibiothèque InterUniversitaire de Médecine (désormais BIUM), ms 5241-5245, cette correspondance est citée par Paul Delaunay, Le Monde médical parisien, qui pense, à tord, que ces manuscrits rassemblent des lettres du père Étienne-François et de son fils. Elle est également présentée par Laurence Brockliss dans un article qui fait référence, « The medical practice of Étienne François Geoffroy », dans Ann La Berge et Mordechaï Feingold (éds), French Medical Culture in the Nineteenth Century, Amsterdam-Atlanta, Rodopi, 1994, p. 79-117. Il s’agit d’une correspondance de praticien contenant des demandes d’avis de malades ou de leurs représentants et les consultations de Geoffroy, et non d’une correspondance savante. Sur les consultations épistolaires, voir pour la Grande Bretagne : Roy et Dorothy Porter, Patient’s Progress, Doctors and Doctoring in Eighteenth-Century England, Cambridge, Polity Press, 1989 ; Wayne Wilde, Medicine by Post, the Changing Voice of Illness in Eighteenth Century British Consultation Letters and Literature, Amsterdam, New York, Rodopi, 2006 ; Gunther B. Risse, « Doctor Willliam Cullen, Physician, Edinburgh. A Consultation Practice in the Eigteenth Century », Bulletin of the History of Medecine, no 48, 1974, p. 338-351 ; J. Dallas, « The Cullen Consultation Letters », Proceedings of the Royal College of Physicians of Edinburgh, no 31, 2001, p. 66-68 ; pour la France : Jean-Pierre Goubert, « Position et statut des malades en France à la veille de la révolution de 1789 », dans Arlette Lafay (éd.), Le statut du malade XVIe-XXe siècle. Approches anthropologiques, Paris, L’Harmattan, 1991, p. 51-63 ; enfin à propos de l’abondante correspondance Tissot : Micheline Louis-Courvoisier et Séverine Pilloud, « Consulting by Letter in the Eighteenth Century : Mediating the Patient’s View ? », dans Willem de Blécourt et Cornelie Usborne (éds), Mediating Medicine. Cultural Approaches to The History of the Medicine, Basingstoke, Palgrave-Mac Millan, 2004, p. 71-88 ; Micheline Louis-Courvoisier, « Le malade et son médecin : le cadre de la relation thérapeutique dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle », Canadian Bulletin of Medical History/BCHM, vol. 18, 2001, p. 277-296 ; Séverine Pilloud, S. Hächler et Vincent Barras, « Consulter par lettres au XVIIIe siècle », Gesnerus, Swiss Journal of the History of Medicine and Sciences, no 61, 2004, p. 232-253 ; Daniel Teysseire (éd.), Obèse et impuissant : le dosser médical d’Élie de Beaumont, 1765-1776, Grenoble, Jérôme Millon, coll. « Mémoire du corps », 1995.

27 Le « dossier Dubois » une fois reconstitué couvre une période de vingt et un mois entre le 9 septembre 1728 et le 6 juin 1730. Ces échanges constituent onze dossiers de malades de une à cinq pièces chacun soit vingt et un documents au total ; Dubois écrit cinq fois lui-même, il est le destinataire de treize missives de Geoffroy, enfin deux malades prennent la plume eux-mêmes.

28 À propos d’un mémoire de patient Dubois confie : « on voulait lenvoyer cet exposé à mr silva, mais jay beaucoup plus confiance en vous », 6 avril 1730 (BIUM, ms 5243, f° 201r).

29 BIUM, ms 5241, f° 212r-214v, lettre de Geoffroy du 10 septembre 1728.

30 Ibid. Les passages entre # sont des rajouts de Geoffroy entre les lignes ou dans la marge. Les passages raturés par lui sont signalés et mis entre parenthèses.

31 HMAS, 1713, p. 170 sq.

32 BIUM, ms 5241, f° 200r-201v, lettre de Geoffroy du 19 août 1729.

33 Une des premières contributions de Geoffroy aux travaux de l’Académie portait sur les eaux minérales de Vichy et de Bourbon, HMAS, 1702, p. 43 sq.

34 HMAS, 1720, p. 42 sq. ; 1724, p. 50 sq ; 1726, p. 30 sq. Les nouvelles sources découvertes en 1714 ont déjà subi un premier examen favorable par la faculté de médecine, mais puisque d’autres ont été plus récemment trouvées, une commission est nommée par la cour pour un examen. Geoffroy en fait partie.

35 HMAS, 1724, p. 52-53 ; 1729, p. 23.

36 HMAS, 1729, p. 258 sq.

37 HMAS, 1726, p. 34 rapporte que les composants de l’eau de Passy « ont des effets connus en médecine, & de là M. Boulduc juge que les eaux de Passy en général doivent être rafraîchissantes, émollientes, apéritives, & en même temps fortifiantes, diurétiques, & purgatives… ».

38 Par exemple BIUM, ms 5243, f° 201r, lettre de Dubois du 6 avril 1730.

39 BIUM, ms 5244, f° 82r-84v, lettre de Geoffroy du 15 juillet 1729 « J’ay reçu Monsieur l’argent que vous m’avez envoyé pour les eaux de vahls et les douze livres pour mon frère dont je vous remercie, je ne croy qu’on ait pu envoyer des Eaux à monsieur le marquis de la Chasse ny en ayant point du tout à Paris. Il n’en est point arrivé depuis celles que je vous ait envoyées », il les lui fait parvenir quelques semaines plus tard (BIUM, ms 5241 f ° 200r-201v, Lettre de Geoffroy du 19 août 1729).

40 La lettre de change de 62 livres tournois envoyée avec la lettre de septembre 1729 doit correspondre au paiement de livres fournis par Geoffroy (BIUM, ms 5244, f° 2v).

41 Par exemple « J’ay demandé pour vous le Pathologia cerebri que l’on ne trouve plus à Paris ni meme en Hollande où il a été imprimé si tot qu’on m’en pourra découvrir je vous l’envoyeray » (BIUM, ms 5241, f° 166r, lettre de Geoffroy du 3 mai 1729).

42 BIUM, ms 5242, f° 26r, lettre de Dubois du 1er mars 1728.

43 BIUM, ms 5241, f° 166r-167v, lettre de Geoffroy du 3 mai 1729.

44 Ibid., f° 213v, lettre de Geoffroy du 10 septembre 1728.

45 Un échantillon de 93 consultations tirées de trois des manuscrits a été retenu pour une première approche quantitative. J’appelle consultation les réponses rédigées de Geoffroy à une demande d’avis, elles contiennent le plus souvent des explications sur les maux du malade qui reprennent les faits et symptômes présentés par le malade ou son intermédiaire, un diagnostic et des remèdes avec des détails sur leur composition, leur préparation, la posologie, enfin il peut ajouter des conseils sur un régime de vie. Ces documents ne sont pas toujours datés par le médecin (18 sur 93). L’échantillon retenu est cependant assez représentatif du corpus avec une moindre représentation des premières années (1713-1725 : 7 consultations) par rapport aux dernières (1727-1730 : 68).

46 Laurence Brockliss, « The medical practice of Étienne-François Geoffroy », op. cit., p. 94-98.

47 BIUM, ms 5243, f° 202r-203.

48 Ibid., f° 136r.

49 BIUM, ms 5141, f° 211r-212r : « Prenés crane humain, racine de pivoine mâle, racine de valériane sauvage, de chacun demie once, cinabre d’antimoine, un gros, mettés le tout en poudre Subtile et l’incorporés avec Suffisante de syrop de Strechos pour en faire une opiate dont le malade prendra deux prises par jour, d’un gros et demie la prise, l’une le matin a Son réveil, et l’autre #quatre# heures après son dîner… »

50 BIUM, ms 5243, f° 60r-61r, consultation de Geoffroy du 11 novembre 1729.

51 Ac. des Sc, P.V., t. XVIII, f° 144.

52 Maurice Daumas, dans René Taton (éd.), Histoire générale des sciences, t. II, La Science moderne, Paris, Presses universitaires de France, 1958, p. 345-346 et 540 sq. ; Bernadette Bensande-Vincent et Isabelle Stengers, Histoire de la chimie, Paris, La découverte, 1993, p. 72-73.

53 Voir par exemple le vitriol dans son mémoire de 1713 déjà cité.

54 BIUM, ms 5244, f° 209r, consultation du 8 mars 1730 ; f° 218r-219v, consultation non datée.

55 Ibid., f° 212r-213v, consultation du 9 novembre 1729 ; f° 206r-207, consultation du 11 août 1728.

56 BIUM, ms 5243, f° 229r, lettre du 17 juillet 1729.

57 Ibid., f° 230v-231r.

58 Cité p. 521 du Dictionnaire historique de la médecine ancienne, t. II, Paris, Béchet jeune, 1831.

Table des illustrations

Titre Tableau 2 : Langues des ouvrages de la bibliothèque d’Étienne-François Geoffroy, 1731.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/44856/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k

Auteur

Centre Roland Mousnier – Université Paris-Sorbonne
Maître de conférence à l’université Paris-Sorbonne, est l’auteur d’un ouvrage paru en 2007 aux PUPS, Les Orphelins de Paris, enfants et assistance aux XVIe-XVIIIe siècles. Ses recherches portent sur l’histoire des enfants et l’histoire sociale de la médecine.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540