Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La santé des populations civiles et militaires

 | 
Élisabeth Belmas
, 
Serenella Nonnis-Vigilante

Santé des élites, santé des classes populaires (XVIIe-XIXe siècles)

Les médecins du roi et le quinquina aux XVIIe et XVIIIe siècles

Court physicians and cinchona during XVIIth and XVIIIth centuries

Stanis Perez

Résumé

Connu et utilisé en Europe depuis le XVIe siècle, le quinquina est un remède dont la circulation doit énormément au corps des médecins royaux. Après des débuts contrastés et de nombreuses polémiques à propos de ses vertus supposées, la « poudre des Jésuites » pénètre enfin à la cour et bénéficie d’une irremplaçable caution royale : guéri de la fièvre, Louis XIV va faire office de protecteur du remède péruvien.
Les médecins du roi profitent de l’occasion pour faire la publicité pour un produit aussi onéreux qu’efficace… dès lors qu’il ne s’agit pas de contrefaçons ! Sous Loius XV, le quinquina continue son ascension pour atteindre le rang de fébrifuge par excellence. Toujours aussi prisé, il intéresse l’État royal dont les prétentions biopolitiques vont croissant.

Known and used in Europe since the XVIth century, cinchona is a drug which fantastic spread is basically linked with the court physicians and its network. After a perilous beginning and many controversies about its real powers, the «Jesuits powder» enters finally at court and quickly wins a royal guarantee: after the recovery of the king, this one became the best protector of the peruvian drug.
The king physicians took the opportunity to advertise for an expensive remedy but rather efficient… even if forgeries were numerous! Under Louis XV, cinchona rise carries on and succeed in becoming the febrifuge
par excellence. Always expensive, it becomes very interesting as the Crown biopolitical policy was growing.

Texte intégral

  • 1 Saul Jarcho, Quinina Predecessor. Franceso Torti and the Early History of Cinchona, Baltimore, John (...)

1Il ne s’agit pas, dans ce texte, de retracer les périples du quinquina au Grand siècle et au siècle des Lumières, ni de développer autour de l’usage que les médecins de la cour ont pu en faire sur leur illustre clientèle. Au-delà d’une histoire du remède et de son utilisation quotidienne, la problématique choisie porte sur l’articulation entre le médicament et ceux qui furent les principaux agents de sa diffusion. La question posée est tout simplement celle de la réception et de la promotion du quinquina, cette écorce d’un petit arbuste poussant au Pérou, en tant que remède promis à de grands succès1. Dans ce siècle médical où les nouveautés avaient la vie dure, la fameuse « poudre des Jésuites », depuis ses premiers miracles dans le Nouveau Monde jusqu’aux officines des apothicaires parisiens, a toutes les qualités pour mettre en lumière les circuits parcourus par ces potions censées redonner la santé.

2Il faut insister d’emblée sur la maigreur de la bibliographie, notamment française, en matière d’histoire des médicaments ou des apothicaires : on semble encore sous-estimer le marché de ces remèdes hétéroclites où s’illustraient les charlatans et les scientifiques parfois dans la même confusion verbale sinon thérapeutique. S’il est difficile de parler d’un véritable « marché » pour ces produits, il est sans doute possible de parler d’un espace de promotion dans lequel les remèdes sont discutés, critiqués ou défendus, que ce soit par des médecins, des hommes de lettres ou de pouvoir. On se situe en effet à mi-chemin entre l’aventure commerciale d’un produit de luxe venu du Nouveau Monde et la bataille scientifique qui consistait à normaliser l’emploi d’un fébrifuge aux effets incroyablement salutaires. Entre commercialisation et promotion, entre circulation et diffusion, le quinquina a suivi la trajectoire de nombreux remèdes qui pâtissaient alors de leur caractère novateur, donc suspect.

3Dans le cas de la kina, les médecins du roi ont joué un rôle tout à fait essentiel dans la défense et l’illustration d’un végétal contredisant les anciennes théories médicales et suscitant l’intérêt des gouvernants dans la perspective d’une « biopolitique » en gestation. Le destin du remède, deux siècles avant la découverte de la quinine, s’est joué à partir de guérisons moins spectaculaires que médiatiques : la problématique de la fiabilité réelle du nouveau médicament a pris le pas sur la confiance qu’il inspirait en vertu d’une médiatisation complexe et parfois purement mercantile. Sans devenir un « remède de roi », le quinquina a bénéficié d’une caution politique et sociale hors du commun. C’est celle-ci qui reste à étudier au-delà des lignes qui suivent.

Les enjeux autour d’un nouveau remède

4Si les médecins de cour se sont montrés favorables au quinquina, c’est avant tout, en raison de leur appartenance à l’école chimique. Les praticiens des Bourbons ont souvent été formés à la faculté de médecine de Montpellier ou ont repris à leur compte les théories qui y étaient enseignées et qui faisaient la part belle aux minéraux et aux végétaux. Dès le XVIe siècle, la faculté de Paris décrie cette nouvelle mode thérapeutique parce qu’elle semble se confondre avec l’alchimie. En fait de recherche de la pierre philosophale, la médecine des « simples » considère que de nombreuses substances thérapeutiques sont présentes dans la nature et qu’il ne reste plus qu’à les découvrir, les isoler ou les mélanger savamment afin de venir à bout de la plupart des maux connus. C’est sans doute la pratique du mélange qui a discrédité une partie de ces conceptions car nombre de remèdes, mal dosés, se transformaient parfois en de véritables poisons, comme pour l’antimoine. En tout cas, l’idée d’un progrès possible dans les connaissances pharmaceutiques et médicales, pour ne pas dire « chymiques » était fort mal reçue par ceux qui se méfiaient trop souvent des promesses trop flatteuses en matière de santé et de soins.

  • 2 Voir l’allusion à une guérison du jeune Louis XIV dans l’article « Quinquina » de l’Encyclopédie : (...)

5Le nouveau remède, connu en Italie grâce aux Jésuites et introduit en France dans des circonstances troubles2, attire immédiatement la suspicion des tenants de la grande tradition médicale et pharmaceutique. Comment un remède réputé « chaud » pourrait-il lutter contre la fièvre puisqu’elle-même est un échauffement du corps ? La médecine des contraires (on prescrivait un remède « froid » en cas de maladie « chaude » et vice versa) vient en opposition avec la médecine qui se pratique communément à la Ville comme à la Cour alors que la notoriété croissante du quinquina intrigue les aristocrates pris de fièvre. Gui Patin, doyen de la faculté de Paris, évoque le remède et les premières controverses auxquelles il donne lieu dans une lettre à Falconet en décembre 1663 :

  • 3 Il s’agit sans doute de l’ouvrage du chanoine Jean Chifflet intitulé Pulvis febrifugus orbis Americ (...)
  • 4 Guy Patin, Lettres, J. H. Réveillé-Parise (éd.), Paris, 1846, t. III, p. 19.

« Pour le livre de M. Chifflet3, je vous en enverrai un à la première occasion. Cette poudre de quinquina n’a pas deçà aucun crédit. Les fous y ont couru, parce qu’on la vendoit bien cher ; mais l’effet ayant manqué, on s’en moque aujourd’hui. J’avois traité une fille de la fièvre quarte si heureusement, que l’accès étoit réduit à deux heures seulement. Sa mère, impatiente, ayant entendu le bruit que faisoit cette poudre des Jésuites, en acheta une prise de quarante francs [quarante livres], dont elle avoit grande espérance à cause du grand prix. Le premier accès, après cette prise, fut de dix-sept heures, et beaucoup plus violent qu’aucun autre qu’elle eût en auparavant. Aujourd’hui, cette mère a peur de la fièvre de sa fille et a grand regret de son argent. Voilà comment va le monde, qui n’est qu’un sot et veut être trompé. Cette poudre fort est chaude et ne purge en aucune façon. Ils disent qu’elle est diaphorétique [provoque la sudation] ; ce sont des fictions, aussi bien que tout ce qu’on dit de la chair des vipères […]4. »

6C’est entre 1670 et 1680 que deux partis se forment pour ou contre le nouveau fébrifuge : les uns critiquent son manque d’efficacité et son prix très élevé quand les autres y voient un excellent quoiqu’onéreux palliatif à la multiplication des saignées et des purgations. Précisément, le succès du remède à la cour est peut-être lié au fait que les prises de quinquina réduisaient les coups de lancette que beaucoup redoutaient même si les médecins recommandaient tout de même de saigner le patient préalablement à la prise. Quant à l’amertume de l’écorce, notamment lorsqu’elle était administrée en pilules, celle-ci contribuait souvent à purger le malade, ce qui était toujours perçu comme un effet positif. Mais l’événement qui semble avoir été déterminant est la guérison du Dauphin Louis, en novembre 1680, par l’Anglais Talbot, médecin de Charles II, dont le mystérieux remède à base de quinquina fit couler beaucoup d’encre. Il était d’usage que, sur la notoriété d’un médecin, on expérimenta tel ou tel remède sur un cas jugé désespéré : sans toutefois abdiquer, les archiatres y abandonnaient leur responsabilité en cas d’échec, ce qui était souvent une solution avantageuse !

7À partir de ce succès du quinquina sur un illustre patient, les médecins de la cour font tout pour connaître le secret de Talbot, leurs propres préparations ne donnant pas toujours satisfaction (absorbé pur, le quinquina n’avait que peu d’effets). À une époque où la botanique vient en renfort de la médecine chimique, les investigations sur la manière adéquate de préparer le quinquina se sont multipliées, qu’elles soient le fait d’apothicaires royaux comme Nicolas Lémery ou Moïse Charas, ou de médecins comme Nicolas de Blégny. Ce dernier, dépourvu de toute charge éminente à la cour mais proche du premier médecin Antoine Daquin, tenta dès 1679 de percer le mystère :

  • 5 Compte rendu de Nicolas de Blégny, Nouvelles découvertes dans la médecine (Paris, L. d’Houry, 1679) (...)

« Prenez trois onces de quinquina et pareille quantité d’écorce de frêne en poudre. Mettez le tout dans un matras avec quatre onces d’esprit de vin bien rectifié et une once d’esprit de sel, puis placez-le dans un bain d’eau tiède que vous y laisserez au moins durant quatre heures observant d’agiter souvent les matières. Ajoutez-y ensuite trois demi setiers d’un esprit de vin moins subtil, mettez-le alors dans une terrine environnée de cendres modérément chaudes, et l’ayant laissé dans cet état pendant sept ou huit heures, filtrez la liqueur par le papier gris et la gardez dans une bouteille bien bouchée5. »

  • 6 Hypothèse qui semble confirmée par les propos contenus dans Nicolas de Blegny, Le Temple d’Esculape (...)

8Cette préparation (en fait, une infusion de quinquina dans du vin) figure dans ses Nouvelles découvertes dans la médecine publiées en 1679, c’est-à-dire le tout premier numéro d’un périodique médical malheureusement éphémère. En fait, dans ce texte, l’auteur prétend avoir obtenu la composition du remède anglais à Londres, ce qui est peu crédible : c’est plutôt lui qui a essayé de reconstituer la potion de Talbot dans son laboratoire6. L’intérêt était double : il pouvait espérer faire fortune en vendant la même préparation à bas prix et œuvrer en faveur du tout-puissant Daquin par le discrédit relatif de Talbot. Ce dernier avait vendu fort cher le secret de son remède au souverain lui-même…

La promotion d’un remède stratégique

9À partir du moment où le secret de Talbot est publié, par ordre du roi, le quinquina fait l’objet d’un regain d’intérêt. Le véritable enjeu est maintenant de diffuser le remède en évitant d’emprunter les mêmes voies que les charlatans ou que Talbot lui-même. Pierre Bayle le rappelle dans ses Nouvelles de la République des Lettres de 1685 :

  • 7 Nouvelles de la République des Lettres, février 1685, reproduit dans Pierre Bayle, œuvres diverses,(...)

« Un Anglois, inconnu jusqu’alors, ayant trouvé une certaine préparation du quinquina qui lui réussit deux ou trois fois, courut à Paris comme en une ville très propre à lui faire trouver une abondante moisson. Il n’y fut pas plutôt arrivé qu’un grand nombre d’affiches firent connaître de quoi il était capable, et d’abord sa maison se trouva entourée de fébricitants. Son remède réussit. Le voilà donc en la bouche de tout le monde, le voilà produit à la Cour où il guérit M. le Dauphin7. »

10C’est donc par le bouche à oreille et une forme indiscutable de publicité – des affiches collées sur les murs – que Talbot s’est fait connaître et a fait connaître son breuvage, avant de profiter de la cour et de sa fonction de tremplin en cas de succès. Cette trajectoire, plutôt commune même si les cas de réussite à long terme sont rares, rappelle qu’à l’époque l’information médicale ne dispose d’aucun support spécifique même s’il ne faut pas négliger le Journal des Sçavans : n’importe quel remède peut circuler s’il est connu et relativement apprécié par ses consommateurs, que la faculté s’y oppose ou non. Aucune vérification n’est de mise et seules les substances jugées toxiques ou vénéneuses sont interdites par le Parlement, à l’exemple de l’antimoine. Dans le cas du quinquina, si l’achat du secret de la composition de Talbot fait office de garantie symbolique en terme de qualité (le roi a acheté le remède, c’est donc qu’il est fiable), il ne s’agit ni d’un privilège, ni d’un brevet, au sens où on l’entendra plus tard, puisque l’apothicairerie royale ne jouit pas de l’exclusivité de la fabrication et que personne ne contrôle véritablement la composition des remèdes, encore moins sa circulation. Cette absence de réglementation dans la fabrication et la diffusion des médicaments est caractéristique de la pharmacie et de la médecine d’Ancien Régime. À cette époque, rappelons-le, il n’y a ni Académie de médecine, ni Académie de pharmacie, et les médecins ne sont pas vraiment en position de force à l’Académie des sciences. N’importe qui peut faire la promotion, sur les marchés ou dans les faubourgs, d’une nouvelle préparation censée venir à bout de n’importe quelle maladie. Les charlatans itinérants y ont assis leur fortune.

  • 8 L’Usage du quinquina, ou remede contre toutes sortes de Fievres. Imprimé par l’Ordre du Roy, Paris, (...)
  • 9 Manière de donner le quinquina aux pauvres, Versailles, Fr. Muguet, 1686.
  • 10 Remy Fort, Le Medecin d’Armée, ou les Entretiens de Polemiatre et de Leoceste, sur les Maladies des (...)

11Loin de cette économie informelle de la santé, les médecins de la cour ont profité de l’occasion pour effacer Talbot des mémoires et promouvoir leur propre composition au sein de traités non dépourvus de prétentions commerciales ou clientélistes. Là encore, l’espace de promotion de leur préparation du quinquina se construit à partir du « bouche à oreille » et de l’imprimé, accessoirement des leçons au Jardin royal des plantes. La stratégie des médecins mérite qu’on s’y attarde. Alors que le remède de Talbot était vendu fort cher, les archiatres réfléchissent à la manière de permettre aux pauvres d’y accéder en concevant une préparation moins onéreuse. En cela, ils suivent l’exemple des Jésuites qui distribuaient gratuitement l’écorce en Italie tout en rendant le produit plus commun. Cette préoccupation se manifeste dès la publication royale du « remède anglais » en 1683 puisque l’auteur précise que le marc de l’infusion pourra être récupéré, mêlé à du vin et donné à boire « à de pauvres gens ausquels cela pourra faire perdre la fiévre ; ce qui n’est pas neanmoins si assuré8 ». Par mesure d’économie toutefois, on ne destine aux pauvres qu’une mixture faiblement concentrée en quinquina. Mais l’attention n’en est pas moins louable et, en 1686, Fagon ou Helvétius fait imprimer une Manière de donner le quinquina aux pauvres9. Cette plaquette préconise l’emploi de poudre de quinquina directement mélangée à une grande quantité de vin afin d’obtenir un remède peu onéreux par prise. La même année, un dialogue est publié à Paris, Le Médecin d’Armée ; ou les Entretiens de Polemiatre et de Leoceste, sur les maladies des Soldats10. Dans une joute oratoire pour le moins académique, les personnages en viennent à débattre des bienfaits du quinquina sur les soldats malades. Or, le remède est réputé « trop chaud pour les soldats et pour les pauvres ». Cette différenciation est d’ailleurs singulière à une époque où ce sont les « caractères » qui déterminent habituellement les traitements et orientent le diagnostic du praticien. On a donc bien l’intention, à la fin du XVIIe siècle, de distribuer ce « nouveau » remède en oubliant les premiers succès de Talbot.

12Le problème qui est évoqué par les deux sources précédentes est celui du bon dosage d’un remède désormais accepté par la majorité de la profession (toutes les pharmacopées s’accordent pour attester son action fébrifuge) mais dont l’emploi inconsidéré risquerait d’annihiler ses vertus voire d’écorner sa fraîche notoriété. On se souvient de la longue querelle de l’antimoine et, au-delà, des défaillances d’une pharmacopée qui est court-circuitée par l’absence de normes au niveau qualitatif (quel circuit commercial ? quelle préparation ? quelle conservation ?) et quantitatif (quel dosage ? quelle posologie en fonction des maladies ou/et en fonction des catégories sociales ?). La nouvelle de la guérison du roi a éclipsé un temps la question du dosage à la faveur d’une consommation à peu près anarchique à la Cour, chacun voulant imiter le roi, combattre les fièvres paludéennes qui rôdaient à Versailles et se soigner à l’aide d’un médicament qui fait figure de bien de consommation luxueux.

L’arbuste et les institutions : un remède à contrôler

13Un paradoxe de taille a marqué l’histoire du quinquina : son succès triomphal a risqué provisoirement de causer son discrédit. Trois facteurs peuvent être invoqués : le triomphe progressif de la médecine minérale et végétale grâce aux médecins du roi, la recrudescence des fièvres liée à une baisse des températures (songeons au grand hiver 1692 avant celui de 1709), et, enfin, le mimétisme curial qui a transformé l’infusion fébrifuge en véritable boisson apéritive. Dès lors, l’image du quinquina a transité de celle de remède cher et douteux à celle de panacée royale qu’on pouvait consommer sans limite et dont on pouvait attendre qu’elle guérît presque toutes les maladies ! En explosant, la demande de quinquina a donné des idées à des apothicaires peu scrupuleux et a suscité des espoirs parfois immodérés. Le quinquina n’était pas la nouvelle et infaillible panacée que certains cherchaient toujours.

  • 11 Pierre Pomet, Catalogue des Drogues simples et composees, Paris, chez l’auteur, 1695, p. 41.
  • 12 Robert Tabor, Les Admirables qualitez du kinkina, Paris, M. et G. Jouvenel, 1705, avertissement, n. (...)
  • 13 Au mois de mai 1692, ce dernier présente un mémoire relatif à la « Nouvelle préparation de quinquin (...)

14Ce revirement, répétons-le, a autant consacré les effets thérapeutiques de l’écorce qu’elle a provoqué un engouement propice aux excès et aux contrefaçons (dès 1695, le Catalogue des drogues simples de Pomet signale la circulation de faux quinquina11). En 1705, le traité des Admirables qualitez du kinkina s’ouvre sur cette constatation : « Présentement l’usage en est devenu fort commun12. » Approuvé par Fagon dès 1689 ( !), l’ouvrage insiste sur le précédent royal et sur les guérisons de grands commensaux. Véritable vade-mecum du quinquina, le texte énumère les recettes éprouvées par les apothicaires royaux. L’heure n’est plus tellement à la défense de l’écorce par les médecins du roi mais à la définition d’une juste mesure dans l’usage de la potion. Cette intention fait écho à celle de Charas, apothicaire de l’Académie des sciences et dont la célèbre Pharmacopée royale a fait office d’ouvrage de référence jusque dans la première moitié du XVIIIe siècle. Cet apothicaire signe dès 1692 un mémoire publié plus tard dans l’Histoire de l’Académie des sciences et consacré explicitement au dosage adéquat du quinquina et, implicitement, à une utilisation excessive car jugée dangereuse pour la santé13.

  • 14 R. Tabor, op. cit., p. 39, en marge.

15En effet, à cette époque, la Couronne semble avoir pris conscience de l’intérêt du quinquina en tant que remède susceptible d’être diffusé à une large échelle non sans arrière-pensées biopolitiques. Une intéressante note imprimée en marge des Admirables qualitez du kinkina nous apprend que « le Roy a fait acheter pour les Hôpitaux de son Royaume, et de ses armées, une très grande quantité de kinkina à Cadix et à Lisbonne qui ne luy revient dans ces Païs là, qu’à 27 sols la livre de 16 onces14 ». Cette mention mérite qu’on s’y attarde car elle semble démontrer la volonté du souverain non seulement d’utiliser le remède comme instrument de pouvoir et de guérison sur les nécessiteux (et, en particulier, les soldats malades comme les ouvriers des grands chantiers royaux) mais encore de bénéficier d’un approvisionnement à la source – au moins à l’échelle européenne – puisque le quinquina provient exclusivement des possessions espagnoles. L’objectif est d’acheter le quinquina au meilleur prix et de le rendre relativement accessible à certaines populations apparemment incapables de se fournir chez les apothicaires classiques. Il convient toutefois de noter que le quinquina n’a jamais fait l’objet d’un envoi dans le cadre des fameuses boîtes d’Helvétius, destinées à prévenir certaines épidémies dans les provinces. C’était l’ipécacuanha qui était envoyé, moins onéreux et moins controversé que le quinquina.

  • 15 Nicolas Alexandre, Dictionnaire botanique et pharmaceutique, Paris, L. Le Conte, 1716, p. 604, s. v (...)
  • 16 BnF, Ms. Fr. 21738, ff. 420 sq.

16Le début du XVIIIe siècle va être marqué par la diffusion de cette écorce à laquelle on n’associe plus les Jésuites, comme au siècle passé, et surtout par l’insoluble problème de la contrefaçon d’un remède toujours précieux au moins par son efficacité. Nicolas Alexandre, dans son Dictionnaire botanique et pharmaceutique (1716), prévient qu’« on le falsifie fort souvent ; c’est pourquoi il est à propos de ne le point acheter en poudre, à moins qu’on ne soit bien assuré de la probité du marchand15 ». La « probité du marchand » est une garantie bien faible pour le consommateur ! À cette époque, ni la corporation des apothicaires, ni les médecins du roi, ni l’Académie des sciences n’ont le pouvoir de surveiller, de contrôler et de réglementer le marché des médicaments. La situation est globalement anarchique au moins en raison de la prolifération de colporteurs toujours prompts à proposer un quinquina de contrefaçon moins cher que celui qui provient effectivement du Nouveau Monde. Même chez les apothicaires patentés, le faux quinquina peut côtoyer le vrai ou y être mélangé. Il faut attendre la création de la Commission royale des remèdes secrets, en 1728, pour assister à un début de contrôle dans la circulation des préparations thérapeutiques en période d’épidémie. Dirigée par le premier médecin du roi, Denis Dodart puis Pierre Chirac, cette commission est chargée d’expérimenter certains produits à la composition douteuse et, en cas de suspicion, un arrêt du Conseil d’État ratifie et officialise la décision des médecins royaux. Ainsi, en 1735, un arrêt émanant indirectement de la Commission prohibe l’importation en France du « faux quinquina ou quinquina femelle qui sert à falsifier la poudre de quinquina16 ».

  • 17 Falconet, médecin du roi et membre de cette Académie, possédait tous les grands titres relatifs au (...)
  • 18 En 1785, la jeune Société royale de médecine pose le sujet suivant : « Déterminer quels sont les av (...)
  • 19 Voir la monographie de Monique Pouliquen, Les Voyages de J. -B. Leblond, médecin naturaliste du roi (...)

17Ce que l’on constate c’est qu’en raison de son importance thérapeutique, économique et biopolitique, le quinquina a été progressivement « normalisé » : il a été surveillé de près ou de loin par l’Académie des sciences17 puis par la Commission des remèdes secrets tandis que la Couronne souhaitait toujours le distribuer aux pauvres et aux soldats (on est bien dans la logique des boîtes d’Helvétius) en se préoccupant de la santé collective. Certes, le début du siècle des Lumières a été propice à cette institutionnalisation qui allait de pair avec un mouvement plus général qui voit les procédures, les règlements, les mesures administratives se multiplier, mais il y avait sans doute aussi le souci d’étendre les prérogatives de l’État royal en direction du corps souffrant de ses sujets. Si l’écorce d’un arbuste du Nouveau Monde pouvait consolider le pouvoir alors tôt ou tard, les institutions s’en mêleraient, les médecins ayant œuvré, en amont, pour faire entrer le remède, en aval, dans les mœurs et les usages thérapeutiques18. Aussi, la monarchie a voulu profiter de la manne que représentait le remède en misant sur les colonies américaines. Alors que les Hollandais avaient réussi à acclimater le précieux arbuste en Indonésie, les Français demeuraient dépendants d’un approvisionnement tout à fait dispendieux auprès des Espagnols. En 1786, Louis XVI charge Jean-Baptiste Leblond, médecin et naturaliste, de rechercher du quinquina en Guyane alors que le fébrifuge connaît en France un succès hors du commun19. Malgré l’échec de sa prospection, après avoir remonté l’Oyapock, l’intrépide explorateur signe un mémoire intitulé Sur la cause qui a empêché la découverte du quinquina ailleurs qu’au Pérou et sur la possibilité d’étendre cette découverte à la colonie de Cayenne. Il va de soi que la Révolution est venue interrompre, mais interrompre seulement, cette quête moins scientifique que lucrative du remède absolu à la fièvre.

  • 20 Précisément, le révérend E. Stone, découvreur des bienfaits de l’écorce de saule, cherchait au dépa (...)
  • 21 Correspondance de Napoléon Ier, Paris, Plon et Dumaine, 1864, XVIII, p. 138, lettre à Cretet du 21 (...)

18C’est un vaste et délicat chantier que l’étude de la circulation des médicaments à la période moderne, et les observations ponctuelles ne sauraient remplacer une prospection plus systématique. Ce qui apparaît toutefois avec le cas du quinquina, c’est que la diffusion de ce remède n’a pas suivi une voie rectiligne depuis sa découverte jusqu’à sa promotion au rang de fébrifuge par excellence avant d’être remplacé par l’aspirine20. De sa découverte légendaire à sa diffusion tous azimuts en passant par la controverse scientifique et les railleries de salon, la nouvelle « drogue » est passée par toutes les étapes obligées. Ce faisant, elle a défini ses propres espaces de circulation, de promotion et de vulgarisation en bénéficiant du soutien constant de la médecine de Cour, celle-ci étant sans doute moins dogmatique et plus « stratégique » que la médecine de la faculté. L’institutionnalisation croissante de la médecine et de la pharmacie a progressé en même temps que le quinquina gagnait ses lettres de noblesse sans cesser d’être un remède de grand prix et, du coup, de confiance. Incontestablement, l’encouragement de l’État a accéléré ce processus de vulgarisation en faisant de la santé et du bien-être de la population à la fois un moyen et une fin politique. Aussi, en 1809, Napoléon Ier profite de sa domination de l’Espagne et de ses immenses ressources pour distribuer trente tonnes de quinquina à quarante-deux « bonnes villes » de l’Empire en témoignage, écrit l’empereur, « de notre satisfaction et de l’amour que nous leur portons21 ». Une fois encore, on relève l’étroitesse des liens entre l’État central et les remèdes jugés les plus efficaces. Le biopouvoir n’est pas loin et, au-delà d’une formule séduisante par sa concision, il importe d’explorer les relais réels de cette forme de pouvoir qui transite par les corps, le vivant et les discours qui s’y rapportent.

19En protégeant la santé de plusieurs souverains, le quinquina a réussi à s’imposer dans les livres de médecine, les apothicaireries et les esprits. La diffusion qui a suivi à partir de la fin du XVIIe siècle a continué de consolider les relations de pouvoir entre une monarchie de moins en moins guerrière et un nouvel enjeu : la santé des populations. Dès lors, il importait moins de sauver la vie du roi que d’épargner des milliers de sujets en découvrant un antidote aux fièvres qui ravageaient les campagnes et les villes. La médecine ne pouvait qu’y gagner en crédibilité et en liberté loin des cabales de la cour qui n’ont jamais fait progresser le savoir. Loin de Versailles, mais toujours sous l’œil des archiatres, les logiques médicales et commerciales firent le reste et la recherche d’un quinquina efficace et bon marché a stimulé les recherches autour de la mystérieuse écorce qui défiait l’héritage galénique. La découverte de la quinine annonçait presque celle de l’aspirine, ce cousin éloigné, et si proche à la fois, de la décoction qui sauva un jour le Roi-Soleil.

Notes

1 Saul Jarcho, Quinina Predecessor. Franceso Torti and the Early History of Cinchona, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1993.

2 Voir l’allusion à une guérison du jeune Louis XIV dans l’article « Quinquina » de l’Encyclopédie : « Peu de tems après, les Jésuites en envoyerent par l’occasion du procureur général de la province du Pérou qui passoit à Rome, une quantité au cardinal de Lugo de leur société, au palais duquel ils le distribuerent d’abord, & ensuite à l’apothicairerie du college romain, avec le même succès qu’à Lima, & sous le même nom, ou sous celui de poudre du cardinal, gratis aux pauvres, & au poids de l’argent aux autres pour payer les frais du transport, ce qui continuoit encore à la fin de l’autre siecle. On ajoute que ce même procureur de la société, passant par la France pour se rendre à Rome, guérit de la fievre, avec le quinquina, le feu roi Louis XIV. alors dauphin. », Neufchâtel, S. Vaulche et Cie, s. d., t. XIII, p. 718, col. B.

3 Il s’agit sans doute de l’ouvrage du chanoine Jean Chifflet intitulé Pulvis febrifugus orbis Americani ventilatus (s. l., 1653). L’auteur y dément les pouvoirs du quinquina. Ce texte polémique a fait l’objet d’une critique signée Sebastiano Baldo et parue à Gênes la même année que la lettre de Patin : Anastasis cortici peruviani, seu Chinae defensio, contra ventilationes Jo Jacobi Chiffletii, gemistusque Vospici Fortunati Plempii, illustrum medicorum.

4 Guy Patin, Lettres, J. H. Réveillé-Parise (éd.), Paris, 1846, t. III, p. 19.

5 Compte rendu de Nicolas de Blégny, Nouvelles découvertes dans la médecine (Paris, L. d’Houry, 1679), Journal des Sçavans, 20 mars 1679, Amsterdam, Chez Pierre le Grand, p. 83.

6 Hypothèse qui semble confirmée par les propos contenus dans Nicolas de Blegny, Le Temple d’Esculape, ou le Depositoire des nouvelles découvertes qui se font journellement dans toutes les parties de la médecine, Paris, chez l’auteur, Cl. Blageart et L. d’Houry, 1680, p. 235 : « C’est ainsi que ces derniers temps quelques Estrangers ont fait tant de bruit au sujet de la prompte guerison des fièvres, non pas pour avoir en main des drogues particulieres, mais pour avoir fait un usage plus hardy, et peut-estre plus raisonnable de celles qui nous sont connuës : Car si l’on examine de prés les deux fébrifuges qui sont à present en vogue, on connoistra sans peine que celuy qui oste les fiévres intermittentes, a pour baze le Quinquina, comme celuy qui guerit les continuës tire sa principale vertu du sel volatile de viperes. »

7 Nouvelles de la République des Lettres, février 1685, reproduit dans Pierre Bayle, œuvres diverses, E. Labrousse (éd.), Hildesheim, New York, G. Olms Verlag, 1970, t. I, p. 234.

8 L’Usage du quinquina, ou remede contre toutes sortes de Fievres. Imprimé par l’Ordre du Roy, Paris, F. Leonard, 1683, p. 2.

9 Manière de donner le quinquina aux pauvres, Versailles, Fr. Muguet, 1686.

10 Remy Fort, Le Medecin d’Armée, ou les Entretiens de Polemiatre et de Leoceste, sur les Maladies des Soldats, Paris, R. Pepie, 1686, p. 279.

11 Pierre Pomet, Catalogue des Drogues simples et composees, Paris, chez l’auteur, 1695, p. 41.

12 Robert Tabor, Les Admirables qualitez du kinkina, Paris, M. et G. Jouvenel, 1705, avertissement, n. p.

13 Au mois de mai 1692, ce dernier présente un mémoire relatif à la « Nouvelle préparation de quinquina et la manière de s’en servir pour la guérison des fièvres » à l’Académie des Sciences. Il précise d’emblée : « Lorsqu’on [sic] eut apporté du Quinquina en Europe, il y a environ quarante ans ; l’expérience fit d’abord connoître que c’étoit un remede excellent contre les fiévres intermittentes ; mais qu’on s’apperçut bientôt qu’étant pris de la manière qu’on le donnoit alors, il ne faisoit que suspendre la fiévre qui ne manquoir pas de revenir quelque temps après, et qu’ne la suspendant il causoit quelquefois des symptômes plus fâcheux que la fiévre même. Plusiuers habiles Médecins se sont depuis appliquez à perfectionner ce remede, et l’ont rendu plus efficace et plus assuré qu’auparavant. » Moyse Charas, Histoire de l’Académie royale des sciences avec les mémoires de mathématique et de physique tirés des registres de cette Académie, 1730, p. 92.

14 R. Tabor, op. cit., p. 39, en marge.

15 Nicolas Alexandre, Dictionnaire botanique et pharmaceutique, Paris, L. Le Conte, 1716, p. 604, s. v. « Quinquina ».

16 BnF, Ms. Fr. 21738, ff. 420 sq.

17 Falconet, médecin du roi et membre de cette Académie, possédait tous les grands titres relatifs au quinquina. Catalogue de la bibliothèque de feu M. Falconet…, Paris, Barrois, 1763, t. I, p. 345-346, no 6444 à 6460.

18 En 1785, la jeune Société royale de médecine pose le sujet suivant : « Déterminer quels sont les avantages et les dangers du quinquina. » C’est Jean-Baptiste-Théodore Baumes qui remporte le premier prix avec son mémoire De l’usage du quinquina dans les fièvres rémittentes, Paris, Th. Barrois, Mecquignon et Croullebois, 1790.

19 Voir la monographie de Monique Pouliquen, Les Voyages de J. -B. Leblond, médecin naturaliste du roi, 1767-1802. Antilles, Amérique espagnole, Guyane, Paris, CTHS, 2001 (mémoire publié p. 85-91).

20 Précisément, le révérend E. Stone, découvreur des bienfaits de l’écorce de saule, cherchait au départ un remède très accessible ayant les vertus du quinquina. Magistrale étude que celle de Diarmuid Jeffreys, Aspirin. The Remarkable Story of a Wonder Drug, Londres, Bloomsbury Publishing PLC, 2005.

21 Correspondance de Napoléon Ier, Paris, Plon et Dumaine, 1864, XVIII, p. 138, lettre à Cretet du 21 décembre 1808. La quantité semble dictée par la valeur du lot, à savoir un million de francs, ce qui porte le kilo à trente-trois francs (au prix de gros). Le quinquina demeurait un produit de luxe.

Auteur

Docteur de l’EHESS, chargé de cours à l’université Paris 13, chercheur associé au CRESC, membre de la Société internationale d’histoire de la médecine, spécialiste du Grand Siècle (histoire du corps, de la santé, des représentations et des pratiques politiques, biohistoire du personnel politique, biohistoire médicale). Principaux travaux : Journal de santé de Louis XIV, Grenoble, Millon, 2004 ; La Mort des rois, Grenoble, Millon, 2006 ; La Santé de Louis XIV. Une biohistoire du roi-Soleil, Seyssel, Champ Vallon, 2007. Recherches en cours : médecine et justice dans la France moderne, Charles Quint et le temps, histoire de la virilité (Louis XIV), médecins et pouvoirs dans la France moderne.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540