Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La santé des populations civiles et militaires

 | 
Élisabeth Belmas
, 
Serenella Nonnis-Vigilante

La prise en charge sanitaire par les services de santé militaire (XVIIIe-XIXe siècles)

Les services de santé face à la guerre de Crimée (1854-1856). Étude comparative de la prise en charge sanitaire des armées britanniques et françaises en Orient

The Army Medical Departments in the Crimean War (1854-1856). A Comparative Study on British and French Health Support in the East

Jean-Jacques Arzalier

Résumé

Lors de la guerre de Crimée (1854-1856) la France et le Royaume-Uni projettent en Orient un corps expéditionnaire pour protéger la Turquie des ambitions russes. Cette guerre est un succès pour ses vainqueurs, malgré la souffrance des soldats et le nombre important des morts. Les différences d’organisation des services de santé ne sont pas l’élément déterminant de ces pertes, qui sont davantage liées aux maladies qu’aux combats. En 1854-1855, les pertes de l’armée anglaise résultent de carences logistiques, lesquelles sont corrigées dans les mois qui suivent, notamment grâce à l’aiguillon de l’opinion publique. En 1855-1856, alors même que les combats sont terminés, une épidémie de typhus ne touche que l’armée française, laquelle n’applique pas initialement avec la rigueur nécessaire les mesures d’hygiène en campagne. Si les Britanniques se remettent en question, il n’en est pas en même pour les Français qui en paieront encore le prix lors des autres campagnes du Second empire…

The Crimean War (1854-1856) was the result of the protection offered to Turkey by United Kingdom and France. Casualties and suffering experienced by the soldiers mobilized public opinion, especially in England. Disparity among French and British health services fails to explain the losses which were mostly illness rather than fighting related. Logistical deficiencies during the first winter (1854-1855) reduced the British Army to one third of its nominal strenght. The following winter, although all fighting has resumed, typhus fever striked the French Army confounded by overcrowded camps and deficient sanitation. With the public opinion acting as a catalyst, the Parliament and Royal Commission moved the War Department towards required reforms. As the French lack their ally capacity to openly examine their own mistakes, the subsequent Second Empire military campaigns will bear the consequences of this flaw…

Texte intégral

1La guerre de Crimée (27 mars 1854-30 mars 1856) a d’abord été nommée « guerre d’Orient » en France et « Russian War » en Grande-Bretagne. Il s’agit d’une guerre de coalition, au sein de laquelle la France et le Royaume-Uni projettent en Orient un corps expéditionnaire pour protéger la Turquie des ambitions russes. La guerre est un réel succès pour ses vainqueurs ; le traité de Paris est en accord avec leurs objectifs politiques. Par contre, la souffrance des soldats et le nombre important des morts, lesquels résultent davantage des maladies que des combats, remettent en question les organisations logistiques et sanitaires des armées françaises et anglaises, tant pendant la guerre que dans ses suites immédiates.

  • 1 Ce doute est exprimé par le Dr Bryce, médecin britannique présent en Orient. « I very much doubt, f (...)
  • 2 « This is a task which may well be undertaken by someone in the future. […] The study of both, side (...)

2Dès 1858, un médecin anglais conteste que la mortalité ait été plus importante dans l’armée britannique que dans l’armée française1. À l’opposé, en 1883, Sir Thomas Longmore constate que ces armées, toutes deux stationnées en Crimée, ont des résultats sanitaires totalement opposés. Lors du premier hiver (1854-1855), le nombre des morts par maladie dans l’armée britannique excède celui des morts français ; l’hiver suivant (1855-1856) le rapport est inversé. Estimant n’avoir abordé que superficiellement cette problématique, il juge nécessaire une recherche ultérieure, basée sur la comparaison des deux armées pour éviter toute erreur d’interprétation2.

Introduction

  • 3 « La France et l’Angleterre […] ne soutiennent pas l’islamisme contre l’orthodoxie grecque ; elles (...)

3Si la guerre de Crimée se déroule à la frontière entre l’Europe et l’Orient [Fig. 1], elle ne résulte pas d’une opposition entre monde chrétien et musulman3. La Russie est confrontée à une coalition formée de la Grande-Bretagne, de la France, de la Turquie (« l’homme malade de l’Europe ») et de la Sardaigne.

  • 4 Par commodité, les mots « anglais » ou « britannique » sont employés ici sans spécificité. Le terme (...)
  • 5 « Lettre du 29 janvier 1854 de l’empereur Napoléon III au tsar Nicolas Ier », citée par Jules Ladim (...)

4La Russie occupe les principautés de Moldavie et de Valachie le 2 juillet 1853. Le 4 octobre suivant, la Turquie lui déclare la guerre. Le 30 novembre 1853, la destruction à Sinope de la flotte turque déclenche l’engagement français et britannique4. L’expression « Question d’Orient » est employée le 22 février 1854 dans un article du Moniteur5. Le 23 mars, les Russes franchissent le Danube, ce qui provoque le 27 mars la déclaration de guerre de la France et du Royaume-Uni. Le conflit s’étend sur plusieurs théâtres ; en Baltique, en mer Blanche et dans le Pacifique les opérations sont essentiellement navales. Les affrontements terrestres dominent dans les régions du Danube, du Caucase et de la Crimée, laquelle sera à l’origine du nom donné ultérieurement à la guerre d’Orient…

  • 6 « Armée d’Orient, Journal des opérations militaires, mois de juin 1854 », Service historique de la (...)
  • 7 « Armée d’Orient, Journal des opérations militaires, mois d’août 1854 », SHD-DAT, carton GR 1 G 116

5Dès la fin du printemps, les troupes françaises et anglaises, déjà présentes dans les Dardanelles, sont rapprochées du Danube : le 11 juin « la base d’opérations est changée et transportée de Gallipoli à Varna6 ». Les préparatifs d’une opération sur la Crimée débutent ensuite avec l’objectif de détruire Sébastopol, seule base navale russe en mer Noire7. Le 14 septembre 1854, un corps expéditionnaire débarque dans la baie d’Eupatoria. À la suite de la bataille de l’Alma, le 20 septembre, les Alliés s’installent au sud de Sébastopol afin de sécuriser leurs lignes de ravitaillement, préférant un siège à un « coup-de-main » jugé hasardeux. L’armée anglaise s’empare de Balaklawa qui devient sa base d’opérations ; le commandement français utilise la baie de Kamiesch. Après l’échec des opérations extérieures visant à rompre le siège (Balaklawa, célèbre pour la charge de la brigade légère anglaise, Inkerman et la Tchernaïa), Sébastopol est évacuée par les Russes dans la nuit du 8 au 9 septembre 1855 en raison de la perte de la redoute Malakoff.

6La guerre s’achève le 30 mars 1856 avec la signature du traité de Paris. Les derniers soldats français quittent la Crimée au début du mois de juillet ; les embarquements de Constantinople vers la France sont terminés à la mi-août 1856.

Fig. 1 : Le théâtre des opérations en Orient (1853-1856).

Fig. 1 : Le théâtre des opérations en Orient (1853-1856).

Source : Adapté du site web : http://www.tejones.net/​Maps/​Crimea/​index.html. By L.M. Becker. London : George Routledge & Co.

  • 8 Lucien Baudens, La Guerre de Crimée. Les campements, les abris, les ambulances, les hôpitaux, etc.,(...)
  • 9 « When all the medical officers have retired for the night and silence and darkness have settled do (...)

7Dès la fin des opérations s’opposent en France deux images de la guerre : « l’une glorieuse et composée de brillants faits d’armes, l’autre morne et composée de souffrances obscures. La première, tous la connaissent dans ses moindres détails ; quant à la seconde, on n’en a que de vagues notions8. » La guerre de Crimée n’est plus en 2010 qu’un souvenir lointain dont témoignent, au hasard d’une promenade dans Paris, quelques noms, tels le pont de l’Alma ou les stations de métro Malakoffet Sébastopol… Le souvenir en Grande-Bretagne, plus vivace, porte sur trois éléments. La charge de la Brigade légère est une erreur coûteuse transformée en geste héroïque. Les carences logistiques des premiers mois expliquent les souffrances de l’armée britannique pendant l’hiver 1854-1855. Enfin, Florence Nightingale (1820-1910) – « The Lady with the Lamp » – est à l’origine d’une conception des soins infirmiers à laquelle il est encore fait référence aujourd’hui9.

Les sources relatives à la prise en charge sanitaire en Orient

Les sources utilisées

  • 10 L. Baudens, op. cit. ; Docteur Jean-Charles Chenu, De la mortalité dans l’armée, et des moyens d’éc (...)

8Il existe de très nombreux témoignages français sur les aspects sanitaires de la guerre de Crimée. Le médecin-inspecteur Baudens, membre du Conseil de santé, est envoyé en mission après la chute de Sébastopol. Le Dr Scrive est le médecin-chef de l’armée d’Orient. Le Dr Chenu, ayant servi en Crimée, publie longtemps après des statistiques détaillées10.

  • 11 Docteur Hubbeneth, Service sanitaire des hôpitaux russes pendant la guerre de Crimée, dans les anné (...)

9Le Dr Hubbeneth, chirurgien des armées russes présent à Sébastopol, a lui aussi écrit un ouvrage traduit en français11.

  • 12 « No medical or military man can read his statement without perceiving the restreint – probably pol (...)
  • 13 Commission of inquiry into the supplies of the British army. In the Crimea, Great Britain. Report o (...)
  • 14 Charles Bryce, England and France before Sebastopol, looked at from a medical point of view, Londre (...)
  • 15 Florence Nightingale, Notes on matters affecting the health, efficiency, and hospital administratio (...)
  • 16 Andrew Smith, Medical and Surgical History of the British Army Which Served. In Turkey and the Crim (...)

10Des auteurs anglais estiment que le rapport du Dr Baudens fait preuve d’une trop grande retenue, probablement liée à des contraintes « politiques12 ». Il est vrai que les Anglais n’hésitent pas à publier en pleine guerre leurs propres rapports d’enquête13. En 1857, le Dr Charles Bryce témoigne de ses visites en Crimée et de ses soins dans les hôpitaux français de Constantinople où il sert volontairement pendant l’épidémie de typhus14. En 1858 Florence Nightingale livre une étude sanitaire approfondie de l’armée britannique en Orient15. La même année, l’analyse du Dr Andrew Smith (Army’s Medical Director-General depuis 1853) est l’une des premières histoires médicales officielles d’une guerre à avoir été éditée16.

11Les archives militaires françaises du Service historique de la Défense [SHD] sont nombreuses. Les archives britanniques du National Archives [NA] sont pour partie consultables en ligne.

  • 17 Maxime Du Camp, « Orient et Italie. Souvenirs de voyage et de lectures », dans De la mortalité pend (...)
  • 18 Par exemple : John A. Shepherd, The Crimean Doctors : A History of the British Medical Services. In (...)

12Des ouvrages de seconde main paraissent très tôt, parfois même avant la fin de la guerre… Il en est ainsi de celui de Jules Ladimir, à la gloire des armées alliées ; ni critique ni objectif, il est construit à partir de documents dont l’intérêt est d’être parfois cités in extenso. Sa rédaction a lieu avant l’épidémie de typhus de l’hiver 1855-1856. Le livre de Maxime du Camp, plus tardif, comporte un chapitre sur les questions sanitaires de la guerre de Crimée ; il s’agit d’un mélange d’opinions tranchées et de données issues des ouvrages de Chenu et de Scrive17. De nombreux travaux ont été ensuite publiés18

Les statistiques dont on dispose et leur critique

  • 19 « We are, the reofore, considerably at fault for official data of the kind », C. Bryce, op. cit., p (...)

13Selon plusieurs auteurs, aussi bien français qu’anglais ou russes, la tenue des statistiques médicales aurait grandement laissé à désirer. En 1857, les Anglais se plaignent de ne disposer, quant à l’état sanitaire de l’armée française, d’aucune donnée autre que le rapport du maréchal Vaillant, ministre de la Guerre19. Le Dr Baudens s’en plaint aussi :

« Dans deux ou trois infirmeries seulement, j’ai trouvé un registre spécial portant les noms de tous les hommes du corps que le feu de l’ennemi avait atteints […], et indiquant le jour, le siège, la gravité, les suites de la lésion reçue. Il est regrettable que cet exemple ne soit pas plus généralement suivi, que cette mesure ne soit pas prescrite par une disposition réglementaire. L’authenticité de ces documents serait fort utile pour les statistiques et toute sorte de renseignements. »

  • 20 L. Baudens, op. cit., p. 91 et p. 402-403.

« Les documents statistiques, à partir du 31 mars 1854 […] jusqu’au 10 avril 1855, n’étant pas parvenus au Conseil de santé des armées avec l’exactitude rigoureuse que comporte un tel travail, nous avons dû prendre pour point de départ cette dernière date20. »

  • 21 « Everything relating to statistics of the medical etablishments was more or less in a state of con (...)
  • 22 Docteur Hubbeneth, op. cit., p. 7-12.

14John Macdonald, qui administre le fond charitable levé par The Times, fait état de l’absence de statistiques britanniques21. Deux rapports russes officiels font état d’une mortalité différente : 14 671 morts sur 61 581 blessés (un sur quatre) dans le premier, 10 803 pour 86 429 (un pour huit) dans le second. « Il parait difficile d’établir lequel de ces deux calculs approche le plus de la vérité, parce que, selon nous, les deux évaluations sont inexactes […] ; tout dépend de la méthode que l’on adopte pour compter22. »

  • 23 « Situation quotidienne des ambulances de l’armée 1855, Liasse de janvier 1855 », SHD-DAT, Carton G (...)
  • 24 « Registres des hôpitaux de Constantinople », SHD-DAT, Carton GR 1 G 111.

15Or, les sources ne sont pas si mal tenues… Les Français tiennent une « situation quotidienne » pour les formations sanitaires de campagne que sont alors les « ambulances ». Le décompte des « restants », résultant des entrées, des sorties et des morts, est réalisé matin et soir pour les officiers, sous-officiers et soldats. Journées d’hospitalisation et décès sont recensés en quatre catégories : « fiévreux », « blessés » (séparés en « feu de l’ennemi » et « accidentels »), « vénériens » et « galeux » (en janvier 1855, la colonne « vénériens » est biffée pour compter les « cholériques » ; les « vénériens » sont alors ajoutés à la colonne « galeux »). Il ne semble pas exister de document faisant un cumul mensuel de chaque état journalier23. Les établissements de l’arrière tiennent des registres d’ordres et des registres de correspondance24.

Les organisations sanitaires anglaises et françaises

Une guerre de transition entre deux époques

  • 25 « Journal de l’armée d’Orient, signé à Gallipoli le 30 avril 1854 par le général chef d’état-major (...)
  • 26 « Tackling historical data requires not only statistical techniques, but also understanding of the (...)

16Bien qu’appartenant au XIXe siècle, la guerre de Crimée témoigne de la transition entre deux époques, les Temps modernes et l’ère contemporaine. À titre d’exemple, la frégate à vapeur Christophe Colomb, transportant l’état-major de l’armée d’Orient, quitte Marseille le 19 mars 1854 tout en remorquant le voilier Mistral25… L’évaluation des performances des organisations sanitaires françaises et anglaises doit prendre en compte les connaissances techniques du moment26.

  • 27 « Lettre du 19 septembre 1855 de l’armée du Nord au ministre de la Guerre », SHD-DAT, Carton GR 1 G (...)
  • 28 « Dépêche télégraphique du 21 octobre 1854 du chef de bureau de l’intendance du ministère de la Gue (...)

17En France, le rail transporte les troupes vers les ports de Méditerranée d’où est projeté le corps expéditionnaire27. En Crimée, les Anglais construisent une voie ferrée reliant leur base de ravitaillement de Balaklawa à leur camp devant Sébastopol. Si les navires de commerce sont encore majoritairement sous voile, six paquebots à vapeur, « moyens extraordinaires de transport », sont à disposition de l’armée d’Orient afin qu’ils « profitent de leur voyage de retour pour ramener les convalescents et les malades qui devront rentrer28 ». Par une traversée plus courte, la vapeur contribue au maintien d’un meilleur état sanitaire.

  • 29 « Enabling soldiers and sailors to send their simple narratives to home-friends, with a frequency w (...)
  • 30 Le premier article critique de William Russel est une dépêche issue de Gallipoli en avril : « The w (...)
  • 31 Le fait que le commissariat soit sous l’autorité du Trésor et non pas de l’armée, ainsi que les pré (...)
  • 32 « The sufferings of the British army and the deaths from sickness during the first five months of t (...)

18Trois éléments facilitent la transmission des informations et accélèrent les réactions de l’opinion publique. En premier lieu, notamment chez les Britanniques, les soldats accèdent avec un coût réduit au courrier postal29. Ensuite, le télégraphe électrique permet d’acheminer des dépêches reprises par la presse. Enfin, l’apparition des premières photographies complète les gravures dans l’illustration de la guerre. Le résultat en est la rapide publication par le journal The Times des reportages des correspondants de guerre30, ainsi que des lettres de soldats communiquées par leurs familles. Un « cartoon » publié dans Punch en avril 1855 [Fig. 2], fait état d’une visite de la reine Victoria aux « imbéciles de la Crimée », lesquels s’avèrent être le Service de santé (Medical Department), le commandement (Routine) et le commissariat (Green Coffee)31… Il ne semble pas que l’opinion publique se soit exprimée en France comme en Grande-Bretagne, sans doute, selon les Anglais, en raison d’une moindre liberté d’information32.

  • 33 G. Dodd, op. cit., p. 387-390.
  • 34 British and Foreign Medico-chirurgical Review, janvier 1858, XLI, Rev. X, p. 158-160. Dans British (...)
  • 35 John Codman, An American Transport in the Crimean War, New-York, Bonnell, Silver & Co, 1896. Cité d (...)

19La médecine est, elle aussi, à une phase charnière. Si l’importance de l’hygiène en campagne est perçue par le corps médical (moins bien par le commandement), le contrôle sanitaire de l’eau n’existe pas, bien qu’une installation de désalinisation soit installée à Balaklawa pour pallier les difficultés d’approvisionnement33. Ce manque de connaissances contribue au développement de l’épidémie de choléra dont la nature, contagieuse ou non, est encore débattue à l’époque34. Certains sont plus attentifs ; le capitaine Codman explique l’absence de choléra à son bord par le fait que l’équipage ne boive que de l’eau filtrée ou distillée35.

  • 36 « This operation is admissible as a last resource. […] Saline solution were injected into the veins (...)
  • 37 « Exposure to the temperature of boiling water has a remarkable influence in preventing fermentatio (...)
  • 38 « It is necessary that shirts in hospital should boiled, because it is impossible to get out, other (...)
  • 39 Jean-Christian Boudin, Traité de géographie et de statistique médicales et des maladies endémiques (...)

20Deux domaines font l’objet de prémices, mais sans une réelle mise en pratique. Le premier est l’administration intraveineuse des médicaments, controversée, bien que le terme de « transfusion » soit déjà employé. L’utilisation de solutés salés est testée pour traiter le choléra36. Le second domaine est celui de la prévention des infections. L’action des « désinfectants » (terme de l’époque) reste attribuée à la purification de l’air. Celle des « antiseptiques » (eux aussi qualifiés comme tels) est limitée à la prévention de la putréfaction. L’intérêt de faire bouillir l’eau est perçu, mais le pas qui aurait permis de prévenir les infections n’est pas franchi37. Florence Nightingale doit insister pour que cette pratique soit appliquée dans les hôpitaux britanniques de Constantinople38. Pourtant, les observations de Semmelweis sont connues ; ce médecin viennois demande en mai 1847 à ce que les personnels entrant en maternité se nettoient les mains. Ses résultats sont publiés en France en 1851 dans les Annales d’Hygiène publique et de médecine légale mais personne ne prend en compte ces travaux pendant encore plusieurs années39.

  • 40 L. Baudens, op. cit., p. 210-211.

21Alors qu’apparaissent des idées annonçant une autre médecine, persistent des conceptions étranges. Il est ainsi fait état de la résistance particulière des blessés russes à la douleur : « l’élément nerveux étant beaucoup moins développé, ils n’éprouvent pas, quand on les opère, autant de souffrances que nos soldats. » Leur anatomie est jugée aussi différente, avec plus d’artères à ligaturer lors des amputations40 !

  • 41 « Have no assimilated rank with others officers of the army, nor do they exercise any command eithe (...)

22Enfin, il n’existe pas réellement en France d’organisation sanitaire indépendante. Sur le plan civil, la santé est sous l’autorité du ministre de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics. Sur le plan militaire, le Service de santé n’est pas autonome ; il est soumis au Service de l’intendance. Ses médecins n’ont pas un grade comme les autres officiers et ne peuvent exercer aucun commandement, que ce soit dans les formations hospitalières ou en campagne41.

Fig. 2 : « The Queen visiting the imbeciles of the Crimea ».

Fig. 2 : « The Queen visiting the imbeciles of the Crimea ».

Source : John Leech, Punch, 14 avril 1855.

  • 42 « Every one is now familiar with the application of these anaesthetics for the prevention of pain d (...)

23La seule – mais réelle – nouveauté dans la pratique médicale du moment est le recours à l’anesthésie générale. Une décennie sépare le premier emploi d’un gaz anesthésique en pratique civile de la généralisation de cette technique lors des opérations militaires. Il en résulte que « tous les médecins sont informés de l’intérêt des anesthésiques pour la prévention de la douleur lors des opérations et de l’accouchement42 ». Hormis le protoxyde d’azote, peu puissant, deux gaz soporifiques ont déjà été utilisés :

  • l’éther est testé en 1842 par Crawford Long aux États-Unis ; la première démonstration publique est faite par le dentiste William Morton en 1846 au Massachusetts General Hospital ;

  • un obstétricien d’Édimbourg, James Young Simpson réalise en 1847 un accouchement sous chloroforme ; John Snow devient célèbre pour l’avoir administré à la reine Victoria en 1853.

  • 43 J. A. Aldrete, G. M. Marron et A. J. Wright, « The first administration of anesthesia in military s (...)
  • 44 Guillaume Fevre, Philippe Juvin, Caroline Chahine, Jean J. Ferrandis et Jean M. Desmonts, The Crime (...)
  • 45 « It would kill him at once. » « The Select Committee of the House of Commons Enquiry into the War. (...)
  • 46 « The Select Committee of the House of Commons Enquiry into the War in the Crimea. Evidence given i (...)
  • 47 « This lower figure was only partly due to the reluctance of some surgeons to use the agent. There (...)

24Après des essais en 1847, lors de la guerre entre les États-Unis et le Mexique, mais aussi dans le Caucase (à l’initiative de Nicolaï Ivanovitch, Pirogoff, professeur à l’école de médecine militaire de St-Petersbourg43) la campagne de Crimée est la première au cours de laquelle l’anesthésie est couramment utilisée. Chez les Français, le Dr Scrive, médecin-chef de l’armée d’Orient, l’encourage dans trois indications : la compassion (administration aux mourants), la nécessité (interventions chirurgicales), la prudence (grands pansements44). À l’inverse, le Dr Smith, responsable à Londres du Army Medical Department, exclut tout usage de chloroforme chez un blessé grave car « cela le tuerait immédiatement ». Il aurait cependant préféré que le Dr Hall, médecin-chef de l’armée de l’Est, privilégie des conseils privés à une instruction qui en déconseillait l’usage pour les amputations45. Malgré ce, le chloroforme est utilisé par la plupart des chirurgiens qui avaient déjà constaté son intérêt dans les hôpitaux de Grande-Bretagne46. Mais cette utilisation est bien inférieure à celle des Français, lesquels auraient ainsi déjà pratiqué 25 000 anesthésies en 1855, nombre à comparer aux 1 500 procédures anglaises47.

25En résumé, l’organisation et les moyens du système de santé n’ont guère connu de changements depuis les guerres napoléoniennes, à l’exception de deux points d’importance. D’abord l’introduction de l’anesthésie générale, ensuite l’emploi des navires à vapeur pour les évacuations sanitaires maritimes. C’est la diffusion par la presse anglaise des souffrances des troupes, dont témoignent, presque en direct, les correspondants de guerre, qui permet une rapide amélioration de la prise en charge des blessés et des malades.

L’avant, l’arrière et les chaînes d’évacuation sanitaire…

  • 48 M. Du Camp, op. cit., p. 306-307.
  • 49 L. Baudens, op. cit., p. 30 ; M. Du Camp, op. cit., p. 323-324.
  • 50 L. Baudens, op. cit., p. 240.

26À l’avant, l’activité des « ambulances » est liée à l’intensité des combats, soit modérée mais continue lors des opérations de siège, soit plus intense lors des grands affrontements. Lors de la bataille de l’Alma (20 septembre 1854), les ambulances françaises disposent de 31 officiers de santé et prennent en charge 1 197 blessés français et 297 blessés russes. On compte donc un médecin pour 50 blessés reçus48. Un an plus tard, lors de l’assaut final sur Sébastopol au cours duquel est occupée la redoute Malakoff (8 septembre 1855), les trois ambulances et leurs 42 médecins reçoivent 3 360 blessés français, à raison d’un médecin pour 80 blessés. Ce combat a été particulièrement coûteux, puisqu’on dénombre pour les seuls Français 1 634 tués (dont cinq généraux), 1 410 disparus et 4 487 blessés49. En janvier 1856, l’armée française d’Orient dispose en Crimée de 5 000 lits complets sous baraques et de 5 000 lits sous tentes50.

  • 51 Ibid., p. 196 et p. 305.
  • 52 M. Du Camp, op. cit., p. 322.

27En arrière, le gouvernement turc met des bâtiments à la disposition des Alliés. À l’exception de l’hôpital de la Royal Navy, les Britanniques ont leurs établissements sur la rive asiatique du Bosphore, notamment à Scutari (aujourd’hui Usküdar) ; les Français sont sur la rive européenne. « De 1854 à 1856, dix-neuf hôpitaux français furent successivement installés à Constantinople, dans des bâtiments de quatre espèces différentes : casernes, hôpitaux turcs, palais, baraques en bois51. » En juillet 1855, les armées alliées disposent de 19 182 lits dans 23 hôpitaux52.

28Les niveaux successifs de soins, depuis la ligne des combats jusqu’à la métropole, constituent lors de la guerre de Crimée ce qui est qualifié aujourd’hui de « chaîne médicale d’évacuation », laquelle est constituée de quatre étapes (ou role selon la terminologie anglo-saxonne actuelle) :

  • infirmeries des régiments (role 1) ;

    • 53 L. Baudens, op. cit., p. 104-105 ; « Hospital accomodation in the field », dans Florence Nightingal (...)

    ambulances divisionnaires (role 2) de Crimée, au nombre maximum en août 1855 de quatorze pour les Français (chacune de 750 places), et de quatre pour les Britanniques53 ;

  • hôpitaux de Constantinople après une première évacuation maritime (role 3) ;

  • hôpitaux de métropole après une seconde évacuation maritime (role 4).

  • 54 « Statement by Archibald McNicol », dans Florence Nightingale and the Crimea, 1854-55… op. cit., p. (...)

29L’organisation de la prise en charge des blessés est illustrée par le devenir d’un soldat anglais (« Private » du 55th) blessé lors de la bataille de l’Alma (20 septembre, jour « 0 »). Atteint au côté par un éclat d’obus après trois quarts d’heure de combat, il rampe seul vers une maison où il reste toute la journée. Un hôpital est installé dans cette maison le jour suivant (J + 1) ; il est alors pansé par le Dr Cowan du 55th. Il est évacué dans la matinée du 22 (J + 2) sur le navire Arthur the Great, bien ventilé, mais sans que personne nettoie les ponts. Il n’existe pas de garçons de salle (orderlies) et ce rôle doit être assuré par des blessés légers. Le choléra apparaît à bord ; il ajoute ses morts à ceux résultant des blessures. Arrivé à Constantinople le 26 (J + 6), il ne bénéficie que le lendemain d’un second pansement (J + 7), soit près d’une semaine après le premier. En outre, il perd son sac, pourtant embarqué avec lui54.

La mortalité constatée et ses causes

Une mortalité difficile à quantifier précisément, mais majeure

  • 55 Colonel Gary H. Rice, « The Evolution of Military Medical Services 1854 to 1914 », Journal of the R (...)

30Les valeurs extrêmes de l’estimation du nombre de morts de l’armée française d’Orient sont de 43 406 et 106 61555. Cette comptabilité se décline selon au moins deux versions, l’une optimiste, basée sur les déclarations des acteurs, l’autre plus pessimiste, basée sur l’analyse des rapports d’effectifs.

    • 56 J.-C. Boudin, op. cit., p. 292-293.
    • 57 L. Baudens, op. cit., p. 313.

    Une vision optimiste est-celle du Moniteur de l’Armée dans ses numéros du 8 et du 11 juillet 1856 : les pertes françaises de l’armée d’Orient du 1er mai 1854 au 30 mars 1856 auraient été de 62 519 morts56. « Si nous consultons la statistique médicale des établissements hospitaliers, le chiffre des morts relevé dans les ambulances et les hôpitaux a été en Orient, pour toute la campagne, de 63 000 environ, dont 31 000 en Crimée, 32 000 à Constantinople57. » S’y ajoutent les morts avant hospitalisation (combats et infirmeries régimentaires) et ceux des évacuations terrestres ou maritimes.

    • 58 « Ministère de la Guerre. Embarquements, débarquements », dans « Évacuations. Dispositions générale (...)
    • 59 « Leave a wide margin for any possible addition, and there must remain a missing force, which, with (...)

    La vision plus « pessimiste » est basée sur la différence entre personnels embarqués et débarqués. Sur 325 710 Français envoyés vers l’Orient, 212 779 sont revenus, soit un manque de 112 931 hommes58. Cette analyse est aussi celle des Anglais59.

    • 60 Cité par T. Longmore, op. cit., p. 14-15.

    Entre ces extrêmes, les pertes françaises en Orient sont comptabilisées par le Dr Chenu à 95 307 tués, morts de blessures ou de maladies et disparus60.

  • 61 Sir Harry Jackson, Florence Nightingale and the Crimean War, Conférence du 26 novembre 2001, Medica (...)

31Des incohérences existent aussi dans les sources britanniques, quoiqu’à un degré moindre. Sur 97 864 soldats impliqués dans la guerre, les morts en représentent 21 % (20 813), la quasi-totalité par maladie (2 755 tués au combat, 1 761 morts de blessures et 16 297 morts de maladie)61.

Tableau 1 : Pertes de la guerre de Crimée 1854-1856.

Tableau 1 : Pertes de la guerre de Crimée 1854-1856.

Source : Maxime Du Camp, Orient et Italie. Souvenirs de voyage et de lectures, chap. XV : « De la mortalité pendant la guerre de Crimée », p. 293-348, Paris, Didier,, 1868, p. 333.

  • 62 L. Baudens, op. cit., p. 199, 210-211 et 259-260.

32S’il est impossible de fixer un nombre précis, il est par contre certain que les pertes – liées certes à l’intensité des combats, mais surtout aux maladies, notamment dans leur forme épidémique – furent élevées [tableau 1], voisines du quart (Britanniques) ou du tiers (Français) des effectifs. Malgré le délai des évacuations maritimes, favorisant le décès précoce des patients graves entre la Crimée et le Bosphore, les hôpitaux de l’arrière présentent une importante mortalité. L’hôpital français de Dolma-Batchké reçoit du 24 septembre 1854 au 1er avril 1856 un total de 8 582 patients, presque tous blessés. On compte 2 318 décès, soit une mortalité de 27 %. L’hôpital de Pera prend en charge en vingt-deux mois 27 500 malades avec le devenir suivant : 9 460 guéris, 13 000 évacués et 5 040 décès soit une mortalité de 18 %62.

Les maladies tuent bien plus que les combats

  • 63 Revue Militaire Suisse, 5 mars 1860 (5e année, no 5), signé A. N., p. 67 et p. 107.

33Un article de la Revue militaire suisse reprend les chiffres des pertes françaises : 217 303 entrées dans les ambulances et les hôpitaux pour l’ensemble de la guerre, dont 33 662 pour blessure au combat [tableau 2]. « Les maladies ont tué plus d’hommes que le fer et la poudre63. »

Tableau 2 : Bilan des entrées en formation sanitaire (ambulances et hôpitaux) de l’armée d’Orient.

Tableau 2 : Bilan des entrées en formation sanitaire (ambulances et hôpitaux) de l’armée d’Orient.

Source : Revue Militaire Suisse, 5 mars 1860 (5e année, no 5), signé A. N., p. 67 et 107.

  • 64 H. Jackson, op. cit.
  • 65 L. Baudens, op. cit., p. 62.

34Les maladies responsables ne sont pas identiques chez les Français et les Britanniques ; s’ils partagent le choléra, ces derniers sont épargnés par l’épidémie de typhus [tableau 3]64. Le respect des règles d’hygiène en serait la cause : « les habitudes de propreté qui distinguent l’armée anglaise devraient bien s’introduire dans nos camps […]. Nos soldats […] laissent sur leur passage une odeur de caserne bien connue : la propreté est-elle incompatible avec le métier de soldat ? Le Turc trouve moyen, même en campagne, de faire chaque jour, à plusieurs reprises, les ablutions prescrites par sa religion ; la discipline militaire serait-elle moins puissante que la loi de Mahomet65 ? »

Tableau 3 : Maladies responsables de la mort de 16 297 Britanniques en Crimée (1854-1856).

Tableau 3 : Maladies responsables de la mort de 16 297 Britanniques en Crimée (1854-1856).

Source : Sir Harry Jackson, Florence Nightingale and the Crimean War, op. cit., p. 31-36.

  • 66 César Lecat Bazancourt (baron de), L’Expédition de Crimée : jusqu’à la prise de Sébastopol, chroniq (...)
  • 67 « Copie d’une lettre de M. le vice-consul de France à Messine, Hugues Boulard, adressée le 30 juin (...)
  • 68 « Lettre du 10 juillet 1854 adressée de Constantinople par M. Fauvel au ministre de l’Agriculture, (...)
  • 69 « 2 notes pour la 1re direction du 5 août 1854, issues du ministère de la Guerre, direction de l’ad (...)
  • 70 Samuel Dumas et Kund Otto Vedel-Petersen, Losses of life caused by wars, Oxford, 1923.

35Le choléra est exporté de France en Orient, issu « des apports successifs de la 5e division, embarquée sous l’influence cholérique qui régnait à Avignon, Arles, Marseille66 ». Les premiers cas, à bord du navire Alexandre sont débarqués à Messine, où le vice-consul de France écrit : « Dieu veuille surtout que ce malheureux navire n’aille point porter la contagion tant aux armées alliées qu’aux populations de l’Orient67 ! » Le risque n’est pas apprécié à sa juste valeur par les autorités sanitaires d’Orient ; le diagnostic porté est celui d’accidents cholériformes (« cholérine »), et non pas de choléra épidémique. L’Alexandre bénéficie à Constantinople d’une quarantaine réduite : « à force d’insister […] j’ai réussi en m’appuyant de l’autorité de M. Michel Levy à obtenir du conseil que la contumace serait réduite à cinq jours d’observation68. » L’arrêt des transports n’est demandé que le 5 août 1854 : « le corps médical espère que l’épidémie ne prendra pas de proportions alarmantes, surtout si votre Excellence veut bien suspendre tout envoi de troupes de France en Turquie69. » Le choléra touche sans distinction les deux armées alliées ; sa mortalité est d’environ 50 % (Français, 11 196 morts sur 20 400 cas, Britanniques, 4 512 morts sur 7 575 cas70).

  • 71 L. Baudens, op. cit., p. 227-230 et p. 238.

36Le typhus dans sa forme épidémique ne frappe que l’armée française, essentiellement lors de l’hiver 1855-1856. « L’apparition du typhus contagieux fut la plus terrible épreuve qu’eut à subir l’armée d’Orient71. » Il résulte de l’encombrement et du manque d’hygiène, comme le montrent deux exemples opposés.

    • 72 Ibid., p. 245-246.

    À l’hôpital Daoud-Pacha on compte 525 hospitalisés le 21 décembre 1855 et « tout allait bien ». Leur nombre augmente progressivement : 729 au 1er janvier 1856, 877 au 10 janvier et 1 140 au 20 janvier. « C’est à partir de cette date, où il a fallu rapprocher les lits, qu’apparaît le typhus72. »

    • 73 M. Du Camp, op. cit., p. 330.

    En unité, on compte « peu de malades au 17e bataillon de chasseurs […] caserné dans des hangars très-convenables, d’une bonne élévation, et qui ont été améliorés par un pavage soigné ; chaque soldat s’y est construit une couchette distante de 30 centimètres du sol ; une propreté exquise règne partout. C’est l’exemple le plus remarquable de ce qu’une bonne direction peut obtenir73 ».

  • 74 « Lettre du 2 avril 1856 de la 1re direction à la 4e direction du ministère de la Guerre », SHD-DAT (...)
  • 75 « Lettre du ministre de l’agriculture au ministre de la Guerre le 4 avril 1856 » et « Arrêté du 29 (...)
  • 76 A. Mordecai, op. cit., p. 72-73.

37Le typhus est exporté de l’Orient vers la France, ce qui contraint à des mesures sanitaires en métropole. Il est envisagé « la possibilité de voir tout l’Empire ravagé dans un délai plus ou moins long par ce terrible typhus […] ; aujourd’hui, c’est une armée tout entière qu’il faut pouvoir mettre dans une espèce de quarantaine avant de la répandre en France74 ». Une réunion des chefs de service au sein de la 9e division militaire de Marseille aboutit à la rédaction d’une note qui sert ensuite de support à la publication d’un arrêté sanitaire par le ministre de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics75. Des camps d’observation sont installés en Provence, à Cavalaire (12 000 places et 250 lits), sur les îles de Porquerolles (12 000 places et 500 lits) et sur celle de Sainte-Marguerite (6 000 places et 500 lits)76.

Tableau 4 : Morts britanniques en Crimée 1854-1856.

Tableau 4 : Morts britanniques en Crimée 1854-1856.

NB : Les morts liées aux blessures ou au choléra ne figurent pas dans ce tableau.

Source : Adapté de Sir Thomas, Surgeon-General Longmore, The Sanitary Contrasts of the British and French Armies During the Crimean War, Londres, Charles Griffin and Co., 1883, p. 8.

  • 77 British and Foreign Medico-chirurgical Review, XLI, Rev. VIII, janvier 1858, op. cit., p. 131‑132.
  • 78 « During the winter of 1854-55, it was an exception to find any one in a sound state of constitutio (...)

38Pour l’armée anglaise, la plupart des morts surviennent lors du premier hiver, au point qu’elle n’est guère opérationnelle en janvier 1855. Sur un effectif théorique de 23 382 hommes, 12 015 sont hospitalisés (4 158 en Crimée et 7 857 à Constantinople)77. Les 16 297 morts de maladie sont très inégalement répartis dans le temps : 1 284 avant le débarquement en Crimée, 13 150 de septembre 1854 à juin 1855 (dix mois), 1 863 de juillet 1855 à juin 1856 (douze mois). Pour les seuls mois d’hiver (novembre à avril), on dénombre 10 283 décès en 1854-1855 et 551 seulement en 1855-1856. Si les effectifs se sont accrus de 40 %, les conditions difficiles du siège cessent en septembre 185578.

39Si les taux de mortalité mensuelle, rapportés aux effectifs, s’effondrent entre le premier et le second hiver chez les Britanniques [tableau 4], il n’en est pas de même chez les Français, seuls touchés par le typhus. Bien que la comparaison de ces taux soit à l’avantage de l’armée britannique lors du second hiver (la mortalité y est dix à trente fois moindre), l’avantage attribué à l’armée française lors de l’hiver précédent n’est pas aussi important que ce qui a pu être écrit (la mortalité n’y est que deux fois moindre) [tableau 5].

Tableau 5 : Morts françaises en Crimée 1854-1856.

Tableau 5 : Morts françaises en Crimée 1854-1856.

NB : Les morts liées aux blessures ou au choléra ne figurent pas dans ce tableau. Les décès survenus avant l’hospitalisation ou lors des évacuations maritimes vers la France ne sont pas inclus.

Source : Adapté de Sir Thomas, Surgeon-General Longmore, op. cit., p. 13-14.

Une analyse à l’origine d’adaptations précoces

Les causes d’un désastre sanitaire

  • 79 « The French, though they had tents, had no cavalry ; the Turks had neither cavalry nor food ; the (...)

40À l’occasion du débarquement en Crimée, un journaliste irlandais du Times note que « les Français, bien qu’ayant des tentes, n’avaient pas de cavalerie. Les Turcs n’avaient ni cavalerie ni nourriture. Les Britanniques avaient de la cavalerie, mais n’avaient pas de tentes, pas de moyens de transports, pas d’ambulances et pas de civières ». Il existait d’emblée des déficiences logistiques79.

  • 80 « Not merely by the ordinary contingencies of war, but by mismanagement and imperfect administrativ (...)
  • 81 « To be prepared for war in time of peace. » Dans T. Longmore, op. cit., p. 19-21. « What was the r (...)
  • 82 « The inefficiency of our arrangements became more evident and the excellence of the French commiss (...)
  • 83 « Nobody knows what they are, nobody knows where they are, nobody knows how to get them, nobody kno (...)
  • 84 British and Foreign Medico-chirurgical Review, XLI, Rev. VIII, janvier 1858, op. cit., p. 131-132. (...)

41Le nombre de malades de l’armée britannique lors du premier hiver est lié « non seulement aux hasards de la guerre, mais aussi à un défaut d’organisation et à des défaillances administratives ». Il y aurait eu une volonté de cacher ces dernières en mettant en avant des erreurs médicales80. Les leçons acquises pendant les guerres de la Révolution et de l’Empire ayant été perdues, il n’existe aucun des éléments d’un service de santé81. Le Dr George Lawson critique la logistique britannique dès son arrivée à Gallipoli : « Les défaillances de notre organisation devinrent évidentes, et l’excellence du Service français de l’intendance n’en apparut que davantage ». Les médecins se plaignent des pénuries, ce qui intrigue le Dr Smith qui avait approvisionné le corps expéditionnaire pour six mois. Or, le directeur du Army Medical Department n’a ni la maîtrise ni la connaissance des convoyages ; de plus le ravitaillement est bien souvent débarqué avec retard dans des bases que les troupes viennent juste de quitter82. Quant aux marchandises présentes à bord des navires ancrés à Balaklawa, « personne ne sait ce qu’elles sont, où elles sont, comment les récupérer, à qui les donner ; personne ne sait rien sur rien, y compris sur ce que chacun devrait savoir, ce qui fait que personne ne peut obtenir quoi que ce soit83 ». Ces carences sont accrues par les conditions de vie du soldat britannique, déjà affaibli par son séjour dans les zones insalubres de Bulgarie : exposition à de mauvaises conditions climatiques sans protection (bivouac sans abri), vêtements mal adaptés (trop serrés), manque de combustible, de nécessaire de nettoyage, régime alimentaire pauvre en produits frais, travail excessif (notamment de nuit, encore accru par la réduction des effectifs liée aux maladies). La tempête de novembre 1854 et la perte d’une partie des équipements d’hiver liée au naufrage du Prince aggravent la situation84.

  • 85 « In their system of transport of the wounded, they [French] were superior. They had trained ambula (...)
  • 86 « Neglect of the advice of those who were competent to advise on the means necessary for preserving (...)

42À l’inverse des Britanniques, l’armée française dispose d’une organisation sanitaire et logistique : tentes « abri », manteaux épais, boulangeries et importance de la soupe, ambulances et mules permettant le transport des blessés et des malades, existence d’un corps d’infirmiers. Si l’organisation des transports entre les camps devant Sébastopol et la base logistique de Kamiesch est efficace, par contre les conditions d’hygiène collective laissent grandement à désirer85. Lors du second hiver, le resserrement des troupes lié à l’arrêt des opérations militaires, associé au rejet des conseils d’hygiène pourtant prodigués par le Service de santé, expliquent le désastre sanitaire subi86.

Les mesures correctrices

  • 87 « Supplies of various kinds of food were sent to the army, not merely in abundance, but in profusio (...)

43La connaissance précoce des difficultés sanitaires provoque, en raison de l’influence de la presse sur l’opinion publique, des efforts extraordinaires d’adaptation de la part des Britanniques. Ces mesures efficaces sont favorisées par l’absence de mouvement des armées liée à la nature d’une guerre de siège ; l’adaptation eut été plus difficile autrement. Cet effort ne résulte pas – ainsi que le pense le Dr Chenu – de la performance du Army Medical Department, mais de la mobilisation de la nation87.

  • 88 « Military effectiveness of English and French armies at the close of the war », dans C. Bryce, op. (...)
  • 89 « The truth was recognized that woman is the best nurse for the sick, the best comforter. In the ho (...)
  • 90 « In every other respect, however, except that of mere numbers, we regard this branch of the hospit (...)
  • 91 « In what state did you find the hospitals ? » ; réponse : « Nothing could be worse. The Barrack Ho (...)

44Dès l’hiver 1854-1855, la logistique est améliorée en Crimée ; la construction d’une voie ferrée et la création du Land Transport Corps permettent d’acheminer vers les troupes les stocks qui abondent à Balaklawa88. La situation des hôpitaux est prise en compte le 5 novembre 1854, jour où Florence Nightingale est désignée pour exercer un « contrôle moral et pratique » sur les infirmières (nurses) qui arrivent à Constantinople. Les Britanniques admettent ainsi que la femme puisse être le meilleur soignant pour celui qui souffre89. Leur présence permet de suppléer aux manques des garçons de salle qui, s’ils sont en nombre suffisant, ne sont pas d’une bonne qualité90. Lorsqu’une commission parlementaire interroge Sidney Herbert (Secretary at War) sur ce qu’était l’état des hôpitaux, ce dernier répond que « rien ne pouvait être plus mauvais » et qu’en l’absence de Miss Nightingale (à laquelle il est lié d’amitié) et de ses infirmières, cela aurait été une situation désastreuse91.

  • 92 « During the three weeks previous to that date, the proportion of deaths among the sick in the Barr (...)
  • 93 « The laws of health were obeyed. […] The troops. In the East became absolutely healthier than the (...)
  • 94 L. Baudens, op. cit. p. 23 et p. 104-105.

45Plusieurs commissions d’enquête sont créées au Royaume-Uni pendant la guerre. En janvier 1855 un vote aux Communes installe, à l’initiative du parlementaire John Arthur Roebuck, le comité éponyme et entraîne la démission du gouvernement. Le mois suivant une commission sanitaire (Sanitary Commission) est envoyée en Orient pour analyser et corriger les désordres des hôpitaux. Son impact aurait été bien plus important que celui attribué à Florence Nightingale. En quelques mois la mortalité hospitalière, initialement de 10 %, est réduite à 1 %. Près de neuf sur dix des décès par maladie étaient évitables par des mesures d’hygiène92. Les résultats sont tels que la mortalité dans les unités de Crimée – mais à la fin du conflit seulement – est inférieure à celle, non seulement des garnisons, mais aussi de la population civile d’Angleterre93. Le jugement français sur le service médical des Anglais est élogieux car il « ne laissait plus rien à désirer à la fin de la campagne. […] Les ambulances anglaises étaient d’une remarquable propreté. On a vu que cette qualité ne se rencontrait pas dans les nôtres. [À Balaclawa] les camps de nos alliés ont été largement pourvus de tous les bienfaits du confortable : aussi les Anglais ont-ils été préservés en 1856 du scorbut et du typhus. Quand on compare les conditions où se trouvèrent les Anglais au début de la guerre, qui les prenait au dépourvu, et celles où ils s’étaient placés en 1856, on est forcé de reconnaître la grandeur de la nation britannique94 ».

  • 95 British and Foreign Medico-chirurgical Review, janvier 1858, XLII, Rev. X, p. 424-443. Dans British (...)

46Les règlements relatifs au Service de santé ne seront publiés qu’après la fin de la guerre. La réforme du Army Medical Department aurait été sans doute retardée si la commission royale de 1857 (Royal Commission on the Health of the Army) n’avait pas été créée à la demande de M. Herbert et de Miss Nightingale. Elle remet son rapport en 1858, lequel recommande notamment un processus décisionnel reposant sur le seul directeur du Army Medical Department (sous réserve de l’avis écrit d’un conseil recensant les différentes opinions), l’utilisation d’uniformes adaptés au climat, le rôle de conseil sanitaire des médecins auprès du commandement (consultation d’hygiénistes avant l’installation des camps), le développement des moyens de transport par ambulance. Les points essentiels d’organisation sont mis en avant grâce à la création de quatre sous-commissions95 :

  • réglementation sanitaire des hôpitaux (système pavillonnaire) et des casernes (rapport en 1861) ;

  • création d’un département des statistiques pour identifier les problèmes, leur trouver des solutions adaptées et modifier la nomenclature des maladies (rapport en 1858, publié en 1851) ;

  • création d’une école spécifique de médecine militaire (Army Medical School inaugurée à Fort Pitten 1860, puis transferrée à l’hôpital militaire de Netley nouvellement construit) ;

  • amélioration du statut des médecins militaires.

  • 96 L. Baudens, op. cit., Avant-propos p. 4 et p. 247-248.

47Pour les Français, il faudra attendre les conséquences de l’épidémie de typhus lors du second hiver pour qu’une mission d’inspection sanitaire soit confiée au Dr Baudens. La lettre de mission du maréchal Vaillant précise : « L’armée anglaise, l’armée sarde pourront vous fournir des comparaisons et peut-être des enseignements. Ce sont les faits qu’il nous faut. » Cette lettre donne toute latitude à l’inspecteur de prendre, si nécessaire, le commandement du Service de santé, ce que Baudens est amené à faire durant l’épidémie de typhus de l’hiver 1855-185696.

Conclusions

  • 97 Ibid., p. 278.

« Il résulte d’un état que je pourrais publier, que la mortalité et les maladies dans les régiments ont toujours dépendu exactement du degré de sollicitude des colonels pour leurs soldats97. »

48Bien que les organisations de leurs services de santé soient différentes, il ne s’agit pas là de la cause première des différences de mortalité constatées dans les armées anglaise et française lors des deux hivers passés en Crimée. Les carences logistiques sont la cause des ennuis britanniques de la première année ; l’année suivante, le défaut d’hygiène et le resserrement des troupes favorisent l’épidémie de typhus qui ne touche que les Français.

  • 98 « It was impossible to doubt that our army medical staff […] continue silent on the true causes of (...)
  • 99 « When the medical department no doubt suffered from the general uncertainty and miscalculations re (...)

49Les Britanniques publient très tôt un essai d’explication du désastre du permier hiver car « il était impossible au Army Medical Department de rester silencieux. Des comparaisons entre armées alliées sont faites pour l’état sanitaire et pour l’organisation de leurs services de santé respectifs. Mais deux points importants souffrent d’un manque de documents officiels : d’une part, les conséquences d’un modèle organisationnel sur l’hygiène des armées anglaises et françaises, d’autre part les statistiques permettant d’apprécier la compétence professionnelle des chirurgiens98 ». Pour ce qui est de l’organisation, les Britanniques jugent le Service de santé français plus efficient ; ils estiment qu’il ne doit plus être sous l’autorité du Service de l’intendance car l’état sanitaire de l’armée française dépend ainsi in fine de la performance de ce dernier service. À l’inverse, le Army Medical Department, qui unifie les aspects médicaux, pharmaceutiques et logistiques, a son autonomie et son efficacité facilitées par le lien direct de son responsable avec le chef de l’armée et le ministre de la Guerre. L’exception en est l’hiver 1854-1855 « quand il eut à souffrir de l’incertitude et des erreurs d’appréciation quant à la situation géographique et à l’intensité des opérations qui devaient être engagées ». Pour ce qui est des médecins, le chirurgien anglais traite ses patients dans les régiments, alors que son homologue français ne garde que les patients « légers ». La plus grande expérience des chirurgiens français résulte de leur statut professionnel. Leur recrutement par concours et la poursuite de leur activité clinique – contrairement à leurs collèges anglais qui l’abandonnent une fois parvenus à un grade élevé pour se consacrer à l’administration – sont des facteurs de compétence pour ceux qui prennent en charge la direction sanitaire des établissements99.

50Lors du second hiver, s’agit-il, pour la France, d’une responsabilité du commandement ou du Service de santé ? En février 1856, le Dr Scrive écrit :

  • 100 M. Du Camp, op. cit., p. 334 sq.

« Les causes auxquelles on doit attribuer les maladies graves qui sévissent sur l’armée sont, dans l’ordre de leur plus grande influence : 1 ° les rigueurs extraordinaires de l’hiver, sans abris suffisants ; 2 ° le travail exagéré des troupes et l’insuffisance de sommeil ; 3 ° l’humidité et l’infection des abris ; 4 ° l’alimentation grossière, non variée, sans végétaux frais, souvent médiocre comme qualité et parfois insuffisante ; 5 ° le délabrement des plus fortes constitutions chez les plus vieux soldats, par suite d’une guerre sans relâche ; 6 ° la faiblesse des nouveaux contingents et les mille influences morales et physiques qui agissent sur les jeunes soldats100. »

51Les responsabilités sont manifestement partagées…

  • 101 J. Ladimir, op. cit., p. 69-70 et p. 245-247.
  • 102 L. Baudens, op. cit., p. 20-21.

52Cette guerre reste encore une guerre de gentlemen. À Sébastopol, « [l] e général [français] avait également fait demander au commandant de la place où étaient les hôpitaux, afin de les épargner […]. Des deux côtés du reste, les blessés et les prisonniers recevaient sans distinction de nation les mêmes soins et les mêmes égards ». Ceci n’empêche pas des erreurs : une correspondance entre les deux commandants français (Pélissier) et russe (Gortschakoff) fait état des difficultés qu’ont les Français à relever les blessés russes après le combat de la Tchernaïa (16 août 1855), en raison du tir des batteries adverses. Les Russes expliquent que le feu de leurs batteries est une conséquence du tir des tirailleurs français sur leurs propres brancardiers : « il est impossible de préciser de quelle part sont partis les premiers coups101. » L’idée de la neutralité des services de santé est alors exprimée par le Dr Baudens : « on rendrait ces méprises impossibles si, par une entente commune entre les nations, les médecins et le personnel hospitalier portaient un signe distinctif, le même dans toutes les armées, qui les fit reconnaître aisément des deux partis102. » Quelques années après, à Solferino (24 juin 1859), l’organisation française des soins donnés aux blessés n’a guère changé. Henry Dunant a alors l’idée de ce qui allait devenir la Croix Rouge, concrétisée par la première convention de Genève du 22 août 1864 pour l’amélioration du sort des militaires blessés.

  • 103 Une commission chargée d’évaluer le fonctionnement du Commissariat, remet un rapport sévère en janv (...)
  • 104 « The British part of the Allied Force before Sebastopol was remarkably unhealthy during the first (...)

53La guerre de Crimée est une des dernières guerres au cours de laquelle les maladies tuent davantage que les combats. Certes, les connaissances médicales de l’époque ne permettent pas encore de réduire la mortalité des maladies infectieuses. Par contre, une meilleure organisation logistique d’une part, et une plus grande prise en compte de l’hygiène en campagne d’autre part, auraient été à même de limiter les pertes subies par les armées françaises et britanniques en Orient. En effet, les différences d’approche et d’organisation des services de santé ne sont pas à l’origine du sort malheureux des soldats de ces deux corps expéditionnaires pendant les deux hivers passés en Crimée. En 1854-1855, les pertes de l’armée anglaise résultent d’abord de carences logistiques103, lesquelles sont parfaitement corrigées dans les mois qui suivent, notamment grâce à l’aiguillon de l’opinion publique. En 1855-1856, alors même que les combats sont terminés, l’épidémie de typhus, contrairement au choléra, ne touche que l’armée française qui n’applique initialement pas avec toute la rigueur nécessaire les mesures d’hygiène requises en campagne104. Si les Britanniques se remettent en question, il n’en est pas de même pour les Français qui en paieront encore le prix lors des campagnes suivantes du Second empire…

Notes

1 Ce doute est exprimé par le Dr Bryce, médecin britannique présent en Orient. « I very much doubt, founding my incredulity on high medical testimony, wether the rate of mortality from disease alone was ever considerably below that of the British for three months together. » Dans British and Foreign Medico-chirurgical Review, janvier 1858, XLI, Rev. VIII, p. 126-155 ; British and Foreign Medico-chirurgical Review or Quarterly Journal of Practical Medicine and Surgery, janvier-avril 1858 ; XXI, Londres, Churchill, 1858 [Numérisé sur http://books.google.com], p. 141-142.

2 « This is a task which may well be undertaken by someone in the future. […] The study of both, side by side, will enable the inquirer to arrive at safer conclusions ; for the combined study will prevent him from making false estimates of the influence of particular causes – an error he is not unlikely to fall into if he studies either history alone. » Dans Surgeon-General Sir Thomas Longmore, The Sanitary Contrasts of the British and French Armies During the Crimean War, Londres, Charles Griffin and Co., 1883, p. 4-7 et p. 28. Longmore sert en Crimée comme chirurgien du 19e régiment.

3 « La France et l’Angleterre […] ne soutiennent pas l’islamisme contre l’orthodoxie grecque ; elles vont protéger le territoire ottoman contre les convoitises de la Russie. » « Circulaire du ministre des Affaires étrangères aux agents diplomatiques de l’Empereur du 5 mars 1852 [sic] », citée par Jules Ladimir, Histoire complète de la guerre d’Orient contenant le récit complet des opérations militaires dans la Turquie d’Europe et d’Asie, la mer Noire, la Crimée et la mer Baltique depuis le passage du Pruth jusqu’à la prise de Sébastopol inclusivement, Paris, Librairie populaire des villes et des campagnes, 1856 [14e édition], [Numérisé sur http://books.google.com], p. 30-31.

4 Par commodité, les mots « anglais » ou « britannique » sont employés ici sans spécificité. Le terme « Alliés » est utilisé parfois de manière restrictive pour désigner Français et Britanniques.

5 « Lettre du 29 janvier 1854 de l’empereur Napoléon III au tsar Nicolas Ier », citée par Jules Ladimir, op. cit., p. 20-23.

6 « Armée d’Orient, Journal des opérations militaires, mois de juin 1854 », Service historique de la Défense, département de l’armée de terre, Vincennes [SHD-DAT], carton GR 1 G 116.

7 « Armée d’Orient, Journal des opérations militaires, mois d’août 1854 », SHD-DAT, carton GR 1 G 116.

8 Lucien Baudens, La Guerre de Crimée. Les campements, les abris, les ambulances, les hôpitaux, etc., Paris, Michel Lévy, 1858, p. 8.

9 « When all the medical officers have retired for the night and silence and darkness have settled down upon those miles of prostrate sick, she may be observed alone, with a little lamp in her hand, making her solitary rounds. », The Times, 8 février 1855. L’expression est reprise en 1857 dans le poème Santa Filomena de Henry Wadsworth Longfellow : « Lo ! In that hour of misery, A lady with a lamp I see, Pass through the glimmering gloom, And flit from room to room. » Sur le site The National Archives, <http://www.nationalarchives.gov.uk/battles/crimea/> [Téléchargement 14 mai 2008].

10 L. Baudens, op. cit. ; Docteur Jean-Charles Chenu, De la mortalité dans l’armée, et des moyens d’économiser la vie humaine. Extraits des statistiques médico-chirurgicales des campagnes de Crimée en 1854-1856 et d’Italie en 1859, Paris, Hachette, 1870 ; Gaspard Scrive, Relation médicochirurgicale de la campagne d’Orient, du 31 mars 1854, occupation de Gallipoli, au 6 juillet 1856, évacuation de la Crimée, Paris, Librairie Victor Masson, 1854-1881.

11 Docteur Hubbeneth, Service sanitaire des hôpitaux russes pendant la guerre de Crimée, dans les années 1854-1856, Appendice à la description de la défense de Sébastopol, Saint-Petersbourg, 1870.

12 « No medical or military man can read his statement without perceiving the restreint – probably political – under which his pen moved. » Dans British and Foreign Medico-chirurgical Review, XLI, Rev. VIII, janvier 1858, op. cit., p. 138.

13 Commission of inquiry into the supplies of the British army. In the Crimea, Great Britain. Report of the Commission of Inquiry Into the Supplies of the British Army. In the Crimea, with Evidence Annexed. Presented to Both Houses of Parliament by Command of Her Majesty, Londres, Harrison and Sons, 1855.

14 Charles Bryce, England and France before Sebastopol, looked at from a medical point of view, Londres, John Churchill, 1857 [Numérisé sur http://books.google.com]. Sans excuser les maladresses du service médical britannique, le Dr Bryce estime injuste et inexacte la comparaison faite avec le service médical français ; il affirme que le deuxième hiver est une plus grande catastrophe pour l’armée française que le premier ne l’a été pour l’armée anglaise.

15 Florence Nightingale, Notes on matters affecting the health, efficiency, and hospital administration of the British Army, founded chiefly on the experience of the late war, Londres, Harrison and Sons, 1858.

16 Andrew Smith, Medical and Surgical History of the British Army Which Served. In Turkey and the Crimea During the War Against Russia. In the Years 1854, 1855, and 1856. Presented to both Houses of Parliament by Command of Her Majesty, 1858, Londres, Harrison and Sons, 1858.

17 Maxime Du Camp, « Orient et Italie. Souvenirs de voyage et de lectures », dans De la mortalité pendant la guerre de Crimée, Paris, Didier, 1868, chap. XV, p. 293-348. En ligne sur le site gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France, <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k106118h>, consulté le 22 avril 2010. ; Jules Ladimir, Histoire complète de la guerre d’Orient contenant le récit complet des opérations militaires dans la Turquie d’Europe et d’Asie, la mer Noire, la Crimée et la mer Baltique depuis le passage du Pruth jusqu’à la prise de Sébastopol inclusivement, Paris, Librairie populaire des villes et des campagnes, 1856 [14e édition], [Numérisé sur http://books.google.com].

18 Par exemple : John A. Shepherd, The Crimean Doctors : A History of the British Medical Services. In the Crimean War, Liverpool, Liverpool University Press, 1991.

19 « We are, the reofore, considerably at fault for official data of the kind », C. Bryce, op. cit., p. 15.

20 L. Baudens, op. cit., p. 91 et p. 402-403.

21 « Everything relating to statistics of the medical etablishments was more or less in a state of confusion ; there were not even returns of deaths on board ships ; and the returns of the deaths in the hospitals were inacccurately given. » « The Select Committee of the House of Commons Enquiry into the War in the Crimea. Evidence given in London in March 1855 by John Macdonald of The Times », dans Stationery Office (GB), Florence Nightingale and the Crimea, 1854-55, Londres, The stationery office, 2000.

22 Docteur Hubbeneth, op. cit., p. 7-12.

23 « Situation quotidienne des ambulances de l’armée 1855, Liasse de janvier 1855 », SHD-DAT, Carton GR 1 G 146.

24 « Registres des hôpitaux de Constantinople », SHD-DAT, Carton GR 1 G 111.

25 « Journal de l’armée d’Orient, signé à Gallipoli le 30 avril 1854 par le général chef d’état-major général », SHD-DAT, carton GR 1 G 116.

26 « Tackling historical data requires not only statistical techniques, but also understanding of the social history and the background of the cases. » Dans H. Nishiura, S. O. Brockmann et M. Eichner, « Extracting key information from historical data to quantify the transmission dynamics of smallpox », Theoretical Biology and Medical Modelling, vol. 5, no 1, 2008, p. 20.

27 « Lettre du 19 septembre 1855 de l’armée du Nord au ministre de la Guerre », SHD-DAT, Carton GR 1 G 258.

28 « Dépêche télégraphique du 21 octobre 1854 du chef de bureau de l’intendance du ministère de la Guerre à l’intendant militaire de la 9e division à Marseille », SHD-DAT, Carton GR 1 G 256.

29 « Enabling soldiers and sailors to send their simple narratives to home-friends, with a frequency which, in earlier times, would have been rendered by costly postage almost impracticable. » Dans George Dodd, Pictorial History of the Russian War, édimbourg, Chambers, 1856, p. V-VI.

30 Le premier article critique de William Russel est une dépêche issue de Gallipoli en avril : « The worst thing was the continued lack of comfort for the sick » Dans J. Shepherd, op. cit., p. 42-44.

31 Le fait que le commissariat soit sous l’autorité du Trésor et non pas de l’armée, ainsi que les préoccupations de réduction des coûts dans les décennies précédentes, seraient les principales causes des carences constatées. Dans Warwick N. Funnell, Pathological responses to accounting controls : the British Commissariat in the Crimea 1854-1856, New South Wales, University of Wollongong, Department of Accountancy and Legal Studies, Working Paper no 5, 1988.

32 « The sufferings of the British army and the deaths from sickness during the first five months of the war were, on the instant, proclaimed with an ambitious fullness of details and severity of language that filled England with mingled grief and indignation. France, on the contrary, in camp and country alike, enforced silence of speech and disuse of pen, other than official, concerning the real state of her army. » Dans C. Bryce, op. cit., p. 6.

33 G. Dodd, op. cit., p. 387-390.

34 British and Foreign Medico-chirurgical Review, janvier 1858, XLI, Rev. X, p. 158-160. Dans British and Foreign Medico-chirurgical Review or Quarterly Journal of Practical Medicine and Surgery, janvier-avril 1858 ; XXI, Londres, Churchill, 1858 [Numérisé sur http://books.google.com], p. 160.

35 John Codman, An American Transport in the Crimean War, New-York, Bonnell, Silver & Co, 1896. Cité dans Philip Warner, The Crimean War. A Reappraisal [1972], Ware, Wordsworth Editions, 2001, p. 113.

36 « This operation is admissible as a last resource. […] Saline solution were injected into the veins in malignant cholera, and often with apparent advantage. » Dans Jonathan Pereira, The Elements of Materia Medica and Therapeutics, Philadelphia, Blanchard and Lea, 1852, [Numérisé sur http://books.google.com], p. 177-178 et p. 203-204.

37 « Exposure to the temperature of boiling water has a remarkable influence in preventing fermentation and putrefaction ; and on this, as well as on the exclusion of air, is founded Appert’s method of preserving provisions. » ; « Antiseptics […] as the rapeutical agents, [they] are of little importance. They are sometimes employed to check the putrefaction of dead parts. In gangrene, necrosies and caries. » Dans J. Pereira, op. cit., p. 177-178 et p. 203-204.

38 « It is necessary that shirts in hospital should boiled, because it is impossible to get out, otherwise, the animal matter. This is particular detrimental, when A gets B’s shirt. » From the evidence given by Miss Florence Nightingale and one of her nurses, Miss Elizabeth Wheeler. Dans Florence Nightingale and the Crimea, 1854-1855, op. cit., p. 118-132.

39 Jean-Christian Boudin, Traité de géographie et de statistique médicales et des maladies endémiques comprenant la météorologie et la géologie médicales, les lois statistiques de la population et de la mortalité, la distribution géographique des maladies et la pathologie comparée des races humaines, Paris, Bailliere et Fils, 1857, t. II, [Numérisé sur http://books.google.com] p. 492-495 ; Professeur Pinard, « Du nouveau et de l’ancien sur Semmelweis », Études littéraires, vol. 18, no 2, 1985, p. 401-416 [Publication originale : Presse médicale, no 92, 17 novembre 1906, p. 739-742].

40 L. Baudens, op. cit., p. 210-211.

41 « Have no assimilated rank with others officers of the army, nor do they exercise any command either in hospital or in the field. » Dans Alfred Mordecai, Military Commission to Europe in 1855 and 1856. Report of Major Alfred Mordecai of the Ordnance Department, 36th Congress 1st Session, Ex. Doc. no 60, Washington, Bowman, 1860, [Numérisé sur http://books.google.com], p. 46 et 48.

42 « Every one is now familiar with the application of these anaesthetics for the prevention of pain during surgical operations and parturation. » Dans J. Pereira, op. cit., p. 238-240 et p. 412-413.

43 J. A. Aldrete, G. M. Marron et A. J. Wright, « The first administration of anesthesia in military surgery : on occasion of the Mexican-American War », Anesthesiology, vol. 61, no 5, 1984, p. 585-588 ; O. Secher, « Nikolai Ivanovich Pirogoff », Anaesthesia, vol. 41, no 8, 1986, p. 829-837.

44 Guillaume Fevre, Philippe Juvin, Caroline Chahine, Jean J. Ferrandis et Jean M. Desmonts, The Crimean War (1854-1855) : First Use of Mass Anesthesia under Military Field Conditions, American Society of Anesthesiologists 2000 Meeting, San Francisco, A-1148.

45 « It would kill him at once. » « The Select Committee of the House of Commons Enquiry into the War. In the Crimea. Evidence given in London in March 1855 by Dr Andrew Smith Director-General of the Army and Ordnance Medical Department », dans Florence Nightingale and the Crimea, 1854-55…, op. cit., p. 168-175.

46 « The Select Committee of the House of Commons Enquiry into the War in the Crimea. Evidence given in London in March 1855 by Dr WH Flower », dans Florence Nightingale and the Crimea, 1854-55…, op. cit., p. 165-167. L’instruction du Dr Hall est publiée le 23 septembre 1854 dans le Illustrated London News ; le Dr Syme y répond le 12 octobre suivant dans The Times et il en résulte une controverse. Voir Henry Connor, « The Use of Chloroform by British Army Surgeons during the Crimean War », Medical History, vol. 42, no 2, 1998, p. 161-193.

47 « This lower figure was only partly due to the reluctance of some surgeons to use the agent. There is no doubt that at first the supplies available were very much less, due to the incompetence of the Commissariat. » Dans D. D. C. Howat, « French and British anaesthesia in the Crimea – a comparison », Proceedings of the History of Anaesthesia Society, no 24, 1998, p. 27-32 ; N. H. Metcalfe, « The influence of the military on civilian uncertainty about modern anaesthesia between its origins in 1846 and the end of the Crimean War in 1856 », Anaesthesia, vol. 60, no 6, 2005, p. 594-601.

48 M. Du Camp, op. cit., p. 306-307.

49 L. Baudens, op. cit., p. 30 ; M. Du Camp, op. cit., p. 323-324.

50 L. Baudens, op. cit., p. 240.

51 Ibid., p. 196 et p. 305.

52 M. Du Camp, op. cit., p. 322.

53 L. Baudens, op. cit., p. 104-105 ; « Hospital accomodation in the field », dans Florence Nightingale and the Crimea, 1854-1855…, op. cit., p. 41-54.

54 « Statement by Archibald McNicol », dans Florence Nightingale and the Crimea, 1854-55… op. cit., p. 68-71.

55 Colonel Gary H. Rice, « The Evolution of Military Medical Services 1854 to 1914 », Journal of the Royal Army Medical Corps, no 135, 1989, p. 147-150.

56 J.-C. Boudin, op. cit., p. 292-293.

57 L. Baudens, op. cit., p. 313.

58 « Ministère de la Guerre. Embarquements, débarquements », dans « Évacuations. Dispositions générales ». SHD-DAT, Carton GR 1 G 245.

59 « Leave a wide margin for any possible addition, and there must remain a missing force, which, with the twelve thousands anaccountable, makes, at the lowest calculation, fifty thousand men beyond the recognised mortality, who once have been alive in flesh and blood, but now live only in ink and paper. » Dans Anonyme, « A lesson lost upon us », Household Words, vol. 17, no 407, 9 janvier 1858, p. 73-80 [Numérisé sur http://books.google.com]. L’auteur est probablement le Dr Bryce.

60 Cité par T. Longmore, op. cit., p. 14-15.

61 Sir Harry Jackson, Florence Nightingale and the Crimean War, Conférence du 26 novembre 2001, Medical Society of London, 2004 ; 118 : 31-36. Supplied by The British Library [www.bl.uk].

62 L. Baudens, op. cit., p. 199, 210-211 et 259-260.

63 Revue Militaire Suisse, 5 mars 1860 (5e année, no 5), signé A. N., p. 67 et p. 107.

64 H. Jackson, op. cit.

65 L. Baudens, op. cit., p. 62.

66 César Lecat Bazancourt (baron de), L’Expédition de Crimée : jusqu’à la prise de Sébastopol, chroniques de la guerre d’Orient [5e éd.], Paris, Librairie d’Amyot, 1857, t. I, p. 98.

67 « Copie d’une lettre de M. le vice-consul de France à Messine, Hugues Boulard, adressée le 30 juin 1854 au ministre des Affaires étrangères », SHD-DAT, Carton GR 1 G 255.

68 « Lettre du 10 juillet 1854 adressée de Constantinople par M. Fauvel au ministre de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics », SHD-DAT, Carton GR 1 G 255.

69 « 2 notes pour la 1re direction du 5 août 1854, issues du ministère de la Guerre, direction de l’administration, bureau des hôpitaux et des Invalides », SHD-DAT, Carton GR 1 G 256.

70 Samuel Dumas et Kund Otto Vedel-Petersen, Losses of life caused by wars, Oxford, 1923.

71 L. Baudens, op. cit., p. 227-230 et p. 238.

72 Ibid., p. 245-246.

73 M. Du Camp, op. cit., p. 330.

74 « Lettre du 2 avril 1856 de la 1re direction à la 4e direction du ministère de la Guerre », SHD-DAT, Carton GR 1 G 245.

75 « Lettre du ministre de l’agriculture au ministre de la Guerre le 4 avril 1856 » et « Arrêté du 29 mars 1856 », SHD-DAT, Carton GR 1 G 245.

76 A. Mordecai, op. cit., p. 72-73.

77 British and Foreign Medico-chirurgical Review, XLI, Rev. VIII, janvier 1858, op. cit., p. 131‑132.

78 « During the winter of 1854-55, it was an exception to find any one in a sound state of constitution who has been serving with the army from the time of its firts landing in the Crimea ; during the winter of 1855-56 it was almost equally an exception to find a man in it suffering from disease. » Dans T. Longmore, op. cit., p. 7-11 ; P. Warner, op. cit., p. 197-198.

79 « The French, though they had tents, had no cavalry ; the Turks had neither cavalry nor food ; the British had cavalry, but they had neither tents nor transport, nor ambulances nor litters. » Sur le site The National Archives, <http://www.nationalarchives.gov.uk/battles/crimea/before.htm>, consulté le 14 mai 2008.

80 « Not merely by the ordinary contingencies of war, but by mismanagement and imperfect administrative arrangments. » Dans G. Dodd, op. cit., p. 295-298. « In spite of the attempts made in high quarters, at one time, to conceal home administrative mismanagement, by imputating the devastative sickness in the camp to professional ignorance of the ordinary rules of medical hygiene. » Dans C. Bryce, op. cit., p. 15.

81 « To be prepared for war in time of peace. » Dans T. Longmore, op. cit., p. 19-21. « What was the reason for this maladministration ? Basically, the fact that Britain had not been engaged in a major war for nearly forty years. », D. D. C Howat, op. cit.

82 « The inefficiency of our arrangements became more evident and the excellence of the French commissariat administration more strikingly in contrast […] To add to the confusion, stores were landed at Gallipoli after most of the troops had moved to Scutari, at Scutari after the move to Varna, and at Varna after the Crimean invasion had taken place. » Dans J. Shepherd, op. cit., p. 62-68.

83 « Nobody knows what they are, nobody knows where they are, nobody knows how to get them, nobody knows to whom to give them, nobody knows anything about anything that he ought to know and no one gets anything. » Dans G. Dodd, op. cit., p. 295-298.

84 British and Foreign Medico-chirurgical Review, XLI, Rev. VIII, janvier 1858, op. cit., p. 131-132. Sir Thomas Surgeon-General Longmore, op. cit., p. 19-21.

85 « In their system of transport of the wounded, they [French] were superior. They had trained ambulance personnel and light ambulances […]. They had also developed mule ambulances which could carry the wounded in rough country, having learnt their value during their engagements in Algeria. There were no ambulances in the British army. », D. D. C Howat, op. cit. ; « they knew the value of soup. » Dans T. Longmore, op. cit., p. 22-23.

86 « Neglect of the advice of those who were competent to advise on the means necessary for preserving the health of the troops, and the authority of the intendants who were quite incompetent to give directions on hygienic matters, led to the development of the scurvy and the typhus. » Dans T. Longmore, op. cit., p. 26-27.

87 « Supplies of various kinds of food were sent to the army, not merely in abundance, but in profusion. » Ibid., p. 24-25.

88 « Military effectiveness of English and French armies at the close of the war », dans C. Bryce, op. cit., p. 74-95.

89 « The truth was recognized that woman is the best nurse for the sick, the best comforter. In the hour of suffering […]. The next duty was, to provide a superior, gouvernante or matron ; one who should have a moral and practical control over the nurses. » Dans G. Dodd, op. cit., p. 305-311.

90 « In every other respect, however, except that of mere numbers, we regard this branch of the hospital service as most unsatisfactory. » ; « The hospital attendants including Florence Nightingale and her staff », dans Florence Nightingale and the Crimea, 1854-55…, op. cit., p. 87-89.

91 « In what state did you find the hospitals ? » ; réponse : « Nothing could be worse. The Barrack Hospital was in a disgraceful state. ». In « The Select Committee of the House of Commons Enquiry into the War. In the Crimea. Evidence given in London in March 1855 by The honourable Sidney Godolphin Osborne », dans Florence Nightingale and the Crimea, 1854-55…, op. cit., p. 145-150.

92 « During the three weeks previous to that date, the proportion of deaths among the sick in the Barrack, General, Palace and Kulali hospitals had been nearly ten in every hundred. During the three weeks next following the commencement of the improved arrangements the mortality fell to exactly one-half of what it had been. […] Finally, during the last three weeks of June, there died of the sick, in these hospitals, one in a hundred, only. » Dans Anonyme, A lesson lost upon us. Household Words…, op. cit. ; British and Foreign Medico-chirurgical Review, XLI, Rev. VIII, janvier 1858, op. cit., p. 131-132.

93 « The laws of health were obeyed. […] The troops. In the East became absolutely healthier than the men of the household brigade living in English garrison ; there was less death among them than there usually is among the quiet citizens who stay at home. » Dans Anonyme, A lesson lost upon us. Household Words…, op. cit. ; C. Bryce, op. cit., p. 21.

94 L. Baudens, op. cit. p. 23 et p. 104-105.

95 British and Foreign Medico-chirurgical Review, janvier 1858, XLII, Rev. X, p. 424-443. Dans British and Foreign Medico-chirurgical Review or Quarterly Journal of Practical Medicine and Surgery, XXI, janvier-avril, 1858. Londres, Churchill, 1858 [Numérisé sur http ://books. google. com] ; Royal Commission. Report of the Commissioners Appointed to Inquire into the Regulations Affecting the Sanitory Conditions of the Army, the Organization of Military Hospitals, and the Treatment of the Sick and Wounded. Presented to both Houses of Parliament by command of Her Majesty, Londres, Stationary Office, Eyre and Spottiswood, 1858. ; J. Shepherd, op. cit., p. 595-597.

96 L. Baudens, op. cit., Avant-propos p. 4 et p. 247-248.

97 Ibid., p. 278.

98 « It was impossible to doubt that our army medical staff […] continue silent on the true causes of the terrible mortality which befel the army. In the winter 1854-55. […] Comparisons were drawn, now, between the sanitary state of the Allied armies. In the field, and again, between the hospital practice of English, French and Constantinople surgeons. […] Even now, we do not possess official documents regarding the two chiefs points of this comparison, namely – (1) The medical organization and administration of the English and French armies respectively, influencing the general hygiene of each ; and (2) the professional knowledge of the regimental and staff surgeons, as tested by statistical results of medical practice in camp and hospital. », British and Foreign Medico-chirurgical Review, janvier 1858, XLI, Rev. VIII, op. cit., p. 126-127.

99 « When the medical department no doubt suffered from the general uncertainty and miscalculations respecting the scenes and magnitudes of hostilities to be engaged in. » Dans British and Foreign Medico-chirurgical Review, XLI, Rev. VIII, janvier 1858, op. cit., p. 138-141 et p. 148-151.

100 M. Du Camp, op. cit., p. 334 sq.

101 J. Ladimir, op. cit., p. 69-70 et p. 245-247.

102 L. Baudens, op. cit., p. 20-21.

103 Une commission chargée d’évaluer le fonctionnement du Commissariat, remet un rapport sévère en janvier 1856. J. McNeil et Alexander Tulloch, Report of the Royal Commission into the Supplies of the British Army. In the Crimea, 1856.

104 « The British part of the Allied Force before Sebastopol was remarkably unhealthy during the first period of the siege, and as remarkably healthy during the second period of the siege ; while a precisely opposite state of things existed in the French part of the force, which was in a generally good condition of health during the first period, but in an extremely unhealthy condition during the second period. » Dans T. Longmore, op. cit., p. 5-6.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Le théâtre des opérations en Orient (1853-1856).
Crédits Source : Adapté du site web : http://www.tejones.net/​Maps/​Crimea/​index.html. By L.M. Becker. London : George Routledge & Co.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/44844/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 2 : « The Queen visiting the imbeciles of the Crimea ».
Crédits Source : John Leech, Punch, 14 avril 1855.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/44844/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Tableau 1 : Pertes de la guerre de Crimée 1854-1856.
Crédits Source : Maxime Du Camp, Orient et Italie. Souvenirs de voyage et de lectures, chap. XV : « De la mortalité pendant la guerre de Crimée », p. 293-348, Paris, Didier,, 1868, p. 333.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/44844/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau 2 : Bilan des entrées en formation sanitaire (ambulances et hôpitaux) de l’armée d’Orient.
Crédits Source : Revue Militaire Suisse, 5 mars 1860 (5e année, no 5), signé A. N., p. 67 et 107.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/44844/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau 3 : Maladies responsables de la mort de 16 297 Britanniques en Crimée (1854-1856).
Crédits Source : Sir Harry Jackson, Florence Nightingale and the Crimean War, op. cit., p. 31-36.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/44844/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 4 : Morts britanniques en Crimée 1854-1856.
Légende NB : Les morts liées aux blessures ou au choléra ne figurent pas dans ce tableau.
Crédits Source : Adapté de Sir Thomas, Surgeon-General Longmore, The Sanitary Contrasts of the British and French Armies During the Crimean War, Londres, Charles Griffin and Co., 1883, p. 8.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/44844/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 5 : Morts françaises en Crimée 1854-1856.
Légende NB : Les morts liées aux blessures ou au choléra ne figurent pas dans ce tableau. Les décès survenus avant l’hospitalisation ou lors des évacuations maritimes vers la France ne sont pas inclus.
Crédits Source : Adapté de Sir Thomas, Surgeon-General Longmore, op. cit., p. 13-14.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/44844/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 116k

Auteur

Anesthésiste-réanimateur, chef du service d’aide médicale urgente du Var (SAMU 83 Toulon), Jean-Jacques Arzalier est médecin-en-chef (CR) du Service de santé des armées, membre de la Commission française d’histoire militaire (France) et de la Society for Military History (USA). Il est titutalire d’un DEA d’Histoire militaire, sécurité et défense sur Les pertes de guerre et leurs conséquences sur le facteur humain, le cas français 1792-1991, Aix-en-Provence, Institut d’études politiques, 1992. Il a publié « Diên Biên Phu : les pertes militaires », dans Pierre Journoud et Hugues Tertrais (éds), 1954-2004, la bataille de Diên Biên Phu, entre histoire et mémoire, p. 147-168, Paris, Publications de la Société française d’histoire d’outre-mer, 2004 ainsi que « L’évaluation du Service de santé des armées au moyen de l’étude des pertes », dans Philippe Richardot (éd.), Le Service de santé entre guerre et paix, Paris, Economica, 2003, p. 19-48, et « La campagne de mai-juin 1940. Les pertes ? », dans Christine Levisse-Touzé (éd.), La campagne de 1940, Paris, Tallandier, 2001, p. 427-447.
Master Histoire militaire et études de défense nationale

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540