Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La santé des populations civiles et militaires

 | 
Élisabeth Belmas
, 
Serenella Nonnis-Vigilante

La prise en charge sanitaire par les services de santé militaire (XVIIIe-XIXe siècles)

Introduction à l’histoire des hôpitaux thermaux militaires en France (XVIIIe-XIXe siècles)

Introduction to history of military thermal hospitals in France (XVIIIth-XIXth century)

Gersende Piernas

Résumé

Le thermalisme militaire, soignant les soldats à l’eau minérale loin du front, remonte en France à l’Antiquité mais ce n’est qu’à l’époque moderne qu’il ressurgit. D’abord fâcheusement mêlé au thermalisme civil, il s’institutionnalise au XVIIIe siècle sous la forme de lieux de soins spécifiques pour atteindre son apogée au XIXe siècle : petits et grands hôpitaux thermaux militaires ou salles réservées dans les hôpitaux thermaux civils se partagent, le temps de courtes saisons, le territoire national et les malades, qui bénéficient d’une prise en charge de leurs soins par l’état. Un personnel médical militaire, certes saisonnier mais de plus en plus spécialisé, se met en place, prônant le système de la « cure surveillée », qui allie discipline et traitements thermaux. Cette médecine fait rapidement des émules tant civils que militaires, tant en France qu’en Europe, grâce à un enseignement et à une littérature prolixes. Les sources archivistiques subsistantes, peu nombreuses, permettent néanmoins de reconstituer cette histoire thermale militaire, les contours de cette population hospitalisée et les résultats médicaux qui demeurent mitigés.

French military curing, heritage from Antiquity, begins really from the XVIIIth century through a rational organization on the all country, independent of civil curing and reaching gold age during the XIXth century. Hospitals and military rooms in civil hospitals constitute a geographical net, they have their own very expert seasonal medical staff who practises a specific thermal medicine with mixed results but who set an example for civil thermal medicine in France and for civil and military medicines abroad.

Texte intégral

1La France est réputée pour son exploitation thermale très ancienne. Ses villes d’eaux les plus importantes, dont l’apogée se situe au XIXe siècle, sont un des emblèmes de ce thermalisme ; mais seule l’image du thermalisme civil perdure. Pourtant, c’est dès la plus haute Antiquité que se manifestent les premières utilisations militaires des richesses thermales françaises avec les Gaulois puis les Romains. Ensuite le développement du christianisme, qui y voit des pratiques païennes, entraîne un déclin du thermalisme en général. Le thermalisme militaire renaît avec la nécessité de soigner les blessés rentrant des croisades (Gréoux, Ax, Cauterets, Luchon, etc.) et ceux des guerres avec l’Angleterre ou l’Italie (Eaux-Bonnes dites Eaux-Arquebusades).

2Le thermalisme militaire doit ainsi soigner sous contrôle médical avec de l’eau minérale, loin du front, les blessures de guerre et les maladies contractées en temps de paix. Il peut revêtir plusieurs aspects évoluant au cours des siècles, se juxtaposant et se complétant. Ainsi, les soldats malades ou blessés viennent prendre les eaux de façon informelle et sont logés chez l’habitant comme les autres baigneurs ; il en résulte une absence totale de surveillance qui nuit au traitement et à la bonne tenue. C’est alors que l’on s’aperçoit de la nécessité de donner aux soldats un traitement hydrominéral dans de meilleures conditions de confort et de surveillance. C’est pourquoi l’armée loue également dans certains endroits des salles réservées au sein des hôpitaux thermaux civils. Le thermalisme militaire dans sa pratique est donc avant tout aux mains de la médecine thermale civile (traitement, discipline, architecture) et dépend ainsi des administrations civiles locales. Pour contourner ces dispositions toujours pas satisfaisantes, l’armée recourt alors aux eaux minérales artificielles évitant l’hospitalisation lointaine du malade et une cure à domicile.

  • 1 Albert-Charles Poncin, Le Règne de Louis XIV et l’organisation du service de santé militaire, Lyon, (...)
  • 2 Raymond Thouvenin, « Lettres écrites par Louvois en 1680, pendant son voyage aux eaux de Barèges »,(...)

3Bien que très répandues, ces formes de thermalisme militaire sont les moins saisissables contrairement à la manifestation la plus importante et la plus visible qu’est l’institution des hôpitaux militaires. Il y a bien au XVIIe siècle deux projets d’hôpitaux thermaux, l’un à Cauterets, dont seule la route d’accès est terminée en 16471, et l’autre à Barèges en 1679, voulu par Louvois à l’issue de sa cure. Il étudie même la possibilité d’un hôpital militaire et établit un programme d’utilisation des eaux thermales du Sud-Ouest2 par les militaires. Néanmoins, il faut attendre le XVIIIe siècle pour que la France soit le premier pays d’Europe à se doter d’hôpitaux thermaux militaires, innovation connaissant une expansion croissante au XIXe siècle, liée entre autres aux extensions du territoire national (guerres et colonisation) qui procurent de nouveaux hôpitaux militaires étrangers. Cependant, tous ces hôpitaux thermaux militaires disparaissent au cours du XXe siècle, au grès des défaites, de la décolonisation, mais aussi de leur désuétude face à l’arrivée de nouvelles thérapies.

  • 3 Gersende Piernas, Le Regard médical sur le thermalisme en France du XVIe au XIXe siècles, Mémoire d (...)

4Cette contribution a pour objectif de faire sortir de l’oubli le thermalisme militaire à travers ses hôpitaux, qui permettent de le quantifier, et de mettre en évidence la politique thermale militaire de la France. Toutefois, les archives de ces hôpitaux ne semblent pas avoir survécu, quelques sources résiduelles subsistant dans les archives départementales et municipales correspondantes. Il faut aussi considérer les sources de seconde main que sont les ouvrages publiés par certains médecins militaires ou historiens contemporains à ces hôpitaux qui ont eu recours à ces archives disparues. Cette étude3 est quant à elle réalisée à partir des sources conservées – archives et documentation imprimée – à Paris (Société royale de médecine, Service de santé des armées, faculté de Médecine) c’est-à-dire au sein des institutions centrales. Elle permet d’aborder l’institution des hôpitaux thermaux militaires, leur administration, leur personnel médical, leur population puis la spécificité de la médecine thermale militaire.

La mise en place des hôpitaux thermaux militaires

Une carte hospitalière variable

5Le thermalisme militaire s’institutionnalise au XVIIIe siècle car il bénéficie d’un contexte favorable lié à la création d’un Corps de santé militaire permanent par l’édit royal de 1708 avec du personnel, des formations et des infrastructures qui gère le patient de son évacuation du champ de bataille (ou de sa caserne en temps de paix) vers un hôpital ambulant jusqu’à son admission dans un hôpital sédentaire. De plus, une spécialisation des hôpitaux militaires et de l’espace hospitalier militaire s’opère dès le XVIIe siècle avec notamment à Paris l’Hôtel royal des Invalides et l’hôpital des gardes françaises pour les syphilitiques, et à Thionville l’hôpital pour les écrouelles, selon l’ordonnance du 20 décembre 1718. Par ailleurs, les hôpitaux militaires réservent des espaces spécifiques pour isoler, à défaut de guérir, les maladies contagieuses, telles la syphilis, la galle et les écrouelles.

  • 4 Instruction adressée par M. François-Marie-Claude Richard de Hautesierck, baron d’Uberhernn, premie (...)

6Ainsi, le premier hôpital thermal militaire créé est celui de Bourbonne en 1702, par lettres patentes de Louis XIV. Prototype des hôpitaux militaires, il est le plus grand par rapport aux trois autres hôpitaux : Saint-Amand (fondé en 1714), Barèges (1732) et Digne (1754) ce dernier étant un hôpital de charité, quoiqu’entièrement consacré aux soins des blessés militaires. Il s’agit là des quatre hôpitaux thermaux principaux, les plus anciens et qui traversent les époques, hormis celui de Saint-Amand, démilitarisé après la Révolution car racheté par la ville. En 1774, une instruction du premier médecin général des hôpitaux militaires du royaume les mentionne et informe les médecins et chirurgiens des hôpitaux militaires qu’il existe une répartition des soldats à envoyer dans ces hôpitaux en fonction de leur indication et surtout de leur géographie4 [Fig. 1].

  • 5 Arch. de l’Académie de médecine, Société royale de médecine, Carton 88 Dossier 45 Corse, Carton 89, (...)

7Toutefois, ces hôpitaux demeurent éloignés pour une bonne partie du territoire. Ainsi pour le Roussillon, la Bretagne, la Franche-Comté et la Corse, des solutions locales sont trouvées. L’armée sollicite donc la Société royale de médecine entre 1781 et 1785 afin d’analyser les sources de Koualle, de La Preste et de Guagno pour y fonder des hôpitaux. Bien que ce projet n’aboutît pas, les soldats des garnisons voisines utilisent quand même ces eaux5.

  • 6 Robert Astrié, Les Hôpitaux thermaux militaires en France, Lyon, Vitte, 1958, p. 44.
  • 7 Arch. de l’Académie de médecine, Société royale de médecine, Carton 92, Dossier 48 Saint-Sauveur.

8Par ailleurs, plusieurs propositions de créations d’hôpitaux thermaux militaires émanent de civils avertis des besoins de l’armée et surtout attirés par les profits potentiels. C’est le cas de la fondation de l’hôpital thermal militaire des Bains-d’Arles (futur Amélie-les-Bains), qui est réalisée en 1783 sous la direction de l’intendant du Roussillon6. En revanche, l’intendant des eaux minérales de Saint-Sauveur, Daube7, qui souhaite créer en 1782 un hôpital thermal militaire qu’il offrirait au roi en 1782, n’y parvient pas, bien qu’ayant sollicité la Société royale de médecine.

9Pendant la Révolution et l’Empire, la carte thermale varie en raison du nombre croissant de blessés et malades mais aussi en fonction des frontières de la France. Cette affluence est telle que le décret du 20 août 1792 autorise l’envoi des soldats dans les différents lieux où il y a des eaux thermales ou minérales, même s’il n’y a pas d’hospice établi. Ils doivent percevoir une indemnité de trajet et d’hébergement en conséquence. Les contrats avec les hôpitaux civils se multiplient offrant une géographie thermale militaire plus étendue : Aix-en-Provence, Ax, Bagnères-Adour, Bagnères-de-Luchon, La Boisse, Luxeuil, Monestier, Tercis-les-Bains.

  • 8 Émile Regnault, Les Eaux thermales de Bourbon-l’Archambault de leurs effets dans le traitement des (...)
  • 9 Décret du 3 février 1880 portant division des hospices en deux catégories, Paris, Dumaine, 1880, p. (...)
  • 10 Louis-Léon-Cyrille Armieux, Barèges et les blessures de guerre, Toulouse, Douladoure, 1874, p. 7.

10Cette pratique se poursuit sous la Restauration mais la conquête de l’Algérie est en fait le nouveau point de départ de l’essor du thermalisme militaire. La nécessité de soigner tous les colonisants revenant gravement malades ou atteints de paludisme et tous les blessés des campagnes d’Italie, du Mexique, d’Allemagne, engendre cinq nouvelles fondations : deux hôpitaux militaires – Guagno (1840), Amélie-les-Bains (1847) – et trois hôpitaux mixtes – Bourbon-l’Archambault8 (1843), Vichy (1847), Plombières (1861). On réserve aussi quelques baignoires aux militaires à Cauterets, Châtel-Guyon, Dax9 et Thonon. De plus, lorsqu’il n’y a pas assez de places à l’hôpital thermal militaire de Barèges, un système d’ambulances thermales est mis en place pour les années 1871 et 1872 à Luchon10.

  • 11 Henry Ossian, Sur les eaux minérales naturelles ferro-manganésiennes de Cransac, sources anciennes, (...)

11Mais les médecins militaires sont toujours à la recherche d’autres localités favorables. Ainsi, ils font analyser les eaux minérales de Cransac11 en 1849 puis de Prémeaux en Bourgogne en 1875 et Saint-Mélany (Ardèche) en 1877 afin de les destiner aux maladies contractées aux colonies, sans pour autant que ceci aboutisse à une fondation.

12Ainsi, avant 1914, ce sont en France une dizaine d’hôpitaux thermaux militaires et une vingtaine de localités repérées, soit quatre fois plus que sous l’Ancien Régime, qui peuvent traiter environ 6 000 malades aux cours des différentes saisons.

  • 12 Département de la Guerre. Inspection générale du Service de santé des armées. Instruction sur les e (...)
  • 13 Ibid.
  • 14 Arch. du Service de santé des armées, Carton 129, Dossier 18.

13Il faut aussi ajouter le tableau des stations thermales utilisées par les armées françaises à l’étranger et dans les colonies. Ainsi, les hôpitaux civils d’Aix-La-Chapelle (300 lits), Spa, Aix-en-Savoie (80 lits) accueillent vers l’an IV les militaires français afin d’éviter de nouvelles constructions ex nihilo12. En 1807, les Français réutilisent un hôpital thermal militaire à Acqui13, puis en 1850 ceux de Viterbe et Civitavecchia et en 1860 celui de Valdieri14. La même année, il est projeté d’utiliser les eaux minérales de Monfalcone, au nord de Trieste.

  • 15 Maxime Durand-Fardel, Étude sur les établissements thermaux militaires, Paris, Baillière, 1857, p.  (...)
  • 16 Nauroy, Le Thermalisme militaire et son évolution. Conférence faite le 27 novembre 1963 à l’amphith (...)

14Par ailleurs, dès le début de la colonisation de l’Afrique du Nord, les militaires français tirent profit des stations thermales africaines. En Algérie, les militaires utilisent les sources thermales de Hammam Mez-Coutin (Constantine), de Hammam Righa, où il existe un hôpital thermal militaire15, et Bou-Hamifia16 et au Maroc, celles d’Oulmes.

Tableau 1 : Localisation du thermalisme militaire dans les colonies et à l’étranger (Révolution-XIXe siècle)

Tableau 1 : Localisation du thermalisme militaire dans les colonies et à l’étranger (Révolution-XIXe siècle)
  • 17 Hautesierck, op. cit.
  • 18 Instruction sommaire sur les eaux minérales à l’usage des troupes, pour l’an IV de la République fr (...)
  • 19 Règlement général concernant les hôpitaux militaires de 1825, article 649.
  • 20 Nauroy, op. cit., p. 177.
  • 21 Christopher Meighan, A teatise of the nature and powers of Bareges’baths and waters. Wherin their s (...)

15Mais, lorsque toutes ces solutions s’avèrent impossibles, le Service préconise le recours aux eaux minérales artificielles et à l’achat de bouteilles d’eaux minérales naturelles. Une fois la composition des eaux thermo-minérales connue, à l’instar des scientifiques civils qui écrivent des guides de fabrication d’eaux minérales artificielles, les pharmaciens militaires tentent de créer des eaux minérales artificielles, recommandées dès le XVIIIe siècle par les autorités militaires17. Le recours aux eaux minérales artificielles (bain, douche ou boisson) ne se fait pas dans un pur but de conquête scientifique mais dans un but d’économie. L’Instruction sommaire sur les eaux minérales à l’usage des troupes18 de 1795 recommande aux officiers de santé des corps d’armée et des hôpitaux d’appliquer les principes de l’ouvrage de Duchanoy, livre de référence en matière de fabrication des eaux minérales artificielles imitant celles d’Aix-la-Chapelle, Aix-les-Bains, Bagnères-Adour, Bourbonne, Digne, Luxeuil, Passy, Spa. De véritables laboratoires sont donc installés dans les hôpitaux militaires. Ces eaux minérales constituent un premier recours pour soigner ; si ce n’est pas suffisant, on envoie le patient en station thermale19. En sus des eaux minérales artificielles, les hôpitaux militaires fixes peuvent utiliser des eaux minérales naturelles, soit en provenance d’un hôpital thermal militaire, soit d’une source civile20. Nous retrouvons la mention de commerce d’eaux minérales militaires dans le livre de l’anglais Christopher Meihgan21 sur les nombreuses observations qu’il a pu faire lors de son séjour à Barèges en 1741. Il stipule que des bouteilles de verre emplies d’eaux minérales de Barèges sortent avec « une fermeture en cachet de métal » de l’hôpital thermal militaire pour être acheminées vers des hôpitaux militaires fixes, dont nous n’avons pas le nom.

Architecture et coût des hôpitaux thermaux

16L’architecture thermale militaire est au fait des nouveautés et des réformes hospitalières mais elle oscille entre réemploi, aménagement, restauration et reconstruction, travaux qui incombent tous à l’État, en raison de leur importance, contrairement aux travaux d’entretien qui sont à la charge de l’hôpital lui-même. Pour la majorité des hôpitaux thermaux militaires, les grands programmes de construction ont lieu soit dans le premier XVIIIe siècle soit dans le premier XIXe siècle.

17Le principe est toujours le même : des médecins ou le Service de santé lui-même sollicitent des architectes pour qu’ils établissent des projets. Chacun défend son projet et le ministre de la Guerre tranche. L’intendant a ensuite pour tâche de faire exécuter plans et devis par plusieurs ingénieurs ou architectes. Le recours au Génie militaire est de plus en plus systématique. Il faut préciser qu’il n’existe pas de textes législatifs qui statuent sur les obligations architecturales dans la construction ou l’aménagement d’un hôpital thermal militaire. Nous n’avons trouvé que deux seules allusions à des questions architecturales. Le Code d’administration des hôpitaux militaires de 1780 indique clairement dans l’article 3 qu’une salle des hôpitaux thermaux militaires doit contenir dix à quinze lits pour accueillir les soldats atteints de maladies aiguës ou de graves infirmités. On devine l’existence de dortoirs classiques, d’un poste de garde à l’entrée de l’hôpital, d’une cuisine, de réfectoires, d’une chapelle. Et l’instruction de 1795 mentionne, dans l’article 9, l’existence d’une salle, voire plusieurs salles, pour les soldats ayant contracté une maladie pendant leur cure.

18Néanmoins, nous détenons quelques renseignements sur l’architecture de sept hôpitaux thermaux militaires en France et un en Italie : des récits de leur construction, de leur aménagement et de leur évolution, des plans, des reproductions. Ces hôpitaux thermaux militaires sont de petites structures qui intègrent la maîtrise des eaux, la question des eaux usées (latrines), la multiplication des cours, la maîtrise de la contagion et la séparation des salles. Ils se composent d’un hôpital et d’un établissement thermal qui est de plus en plus intégré. Au sein de l’hôpital, une dissociation fonctionnelle s’opère entre l’espace de soins et les services. On note aussi une séparation entre officiers, sous-officiers et soldats à laquelle correspondent des installations hospitalières et thermales plus ou moins nombreuses, confortables et individuelles. Une évolution des installations thermales apparaît. Le parcours vers l’établissement thermal est protégé et se trouve parfois intégré à l’hôpital lui-même. Aux bains collectifs s’ajoutent des baignoires et des douches individuelles avec des salles de repos.

19Le premier hôpital servant de modèle est celui de Bourbonne. Il s’agit d’un bâtiment en U dont le rez-de-chaussée est consacré uniquement à l’administration (supérieure), la logistique (cuisine, réfectoires, laverie, pharmacie) et une chapelle, l’étage étant doté de quatre grandes salles séparant officiers, sous-officiers et soldats. Pour prendre les eaux, les militaires sont obligés de sortir pour se rendre à la source aménagée en bain. Pourtant, le règlement de 1738 évoque déjà à plusieurs reprises le manque de place et le recours au logement chez l’habitant. Il faut attendre 1777-1780 pour voir un agrandissement de l’hôpital et la construction de thermes avec une cabine réservée aux officiers dotée de six baignoires, et de deux bassins pouvant contenir 120 à 140 hommes qui ont à leur disposition une salle avec huit douches. Puis, en 1818, on construit vingt baignoires supplémentaires pour les officiers équipées de robinets d’eau chaude et d’eau froide et de quatre douches. En 1820, l’hôpital est élevé d’un deuxième étage et en 1821 on le dote d’un amphithéâtre, d’une salle d’anatomie et on aménage la cour avec des arbres et un jardin-promenade. En 1843, une bibliothèque ouvre pour tous les malades grâce à certains donateurs. En 1857, les officiers bénéficient d’une piscine particulière. C’est en 1864 que l’hôpital prend la forme d’une vaste enceinte allongée au bord du ruisseau Borne. Elle comprend une caserne de soixante lits et englobe les thermes. Un système de réservoirs situés en sous-sol les alimente ainsi que les salles de soins par des tuyaux en provenance des sources et des réservoirs situés à l’étage. Les bassins demeurent à l’extérieur. L’administration occupe un bâtiment en dehors de cette enceinte. Cet hôpital peut accueillir en tout 385 places [Fig. 2, 3 et 4].

20Mais malgré des traits communs, les hôpitaux thermaux militaires ont tous une histoire distincte qui se reflète dans leur architecture et leur disposition. Ainsi, dans le cas de celui de Barèges, les autorités militaires rachètent en plein centre plusieurs maisons afin de faire construire en 1731 une caserne de soldats (24 lits), un pavillon pour neuf officiers et une chapelle. La construction du bâtiment des bains est guidée par l’emplacement des sources : quatre chambres de bains, dotées chacune de six baignoires avec douches. La route pour y accéder est achevée en 1734. Là aussi, le manque de place oblige à agrandir la caserne et à loger les soldats chez l’habitant en 1755 mais le bâtiment gagne en vétusté faute d’argent investi et surtout en raison des risques naturels auxquels il est exposé (crue du Bastan, éboulement, avalanche, etc.). Il faut attendre 1861-1864 pour racheter les maisons civiles voisines et augmenter la capacité de l’hôpital. Toutefois l’alimentation en eau minérale demeure peu satisfaisante, de même que la température dans les chambres [Fig. 5 et 6].

21L’hôpital le plus abouti est sans doute celui d’Amélie-les-Bains (Bains-d’Arles). Construit en 1783, il bénéficie d’une disposition hygiénique parfaite (SO/NE) avec trois pavillons autour d’un parc. Le bâtiment principal est consacré aux pièces communes et aux espaces de restauration avec une galerie-promenade, aux sous-officiers et soldats, les deux ailes accueillent les officiers (réfectoire, salons de jeu, lecture) et le personnel. L’établissement thermal jouxte l’hôpital et possède deux sources dont le captage et l’acheminement sont très élaborés (galeries, réservoirs, filtres). Les thermes sont très développés, selon un plan symétrique respectant la séparation des grades (douche, bains, piscine, inhalation, pulvérisation, repos) [Fig. 7 et 8].

22Pour ce qui est de Saint-Amand, le plan de l’hôpital civil de 1826 indique à l’est les bâtiments de l’ancien hôpital militaire organisé autour d’une cour. Les sources n’étaient pas aménagées avant cette époque.

  • 22 M. Durand-Fardel, op. cit., p. 10.

23En 1857, selon Durand-Fardel22, les effectifs de tous les hôpitaux réunis seraient de 1 504 lits, à raison d’un militaire par lit, soit 1 504 militaires à multiplier par le nombre de saisons thermales, soit 5 264 officiers et 15 792 soldats. On se rend compte que les plus grands hôpitaux, Amélie, Barèges et Bourbonne ont entre 300 et 500 places face à Bourbon-l’Archambault, Plombières et Vichy qui n’excèdent pas 100 et 200 places.

  • 23 Robert Tournier-Lasserve, Histoire médico-militaire de Barèges, Tarbes, Lesbordes, 1937, p. 40.

24Pour le coût de construction, nous savons que la mise en adjudication des travaux et leur coût total ne semblent pas très élevés. À Barèges, le rachat des maisons sur le futur terrain coûte au roi 2 650 livres et la construction de la caserne 17 590 livres, plus tard l’agrandissement de 1755, 7 800 livres dont 6 000 assurées par les États de Bigorre. La reconstruction de la chapelle en 1772 revient à 9 964 livres23. Soit un total de 39 000 livres ont été consacrées pendant l’Ancien Régime à l’hôpital et aux aménagements de la zone thermale, ce qui est dix fois moins que l’aménagement dans une ancienne seigneurie du petit hospice de Vaugirard en 1780 pour traiter les enfants et les femmes syphilitiques. Ce sont les travaux et les aménagements du XIXe siècle à Barèges qui coûtent le plus : 581 000 francs en 1864 pour un tout nouvel hôpital et 60 000 francs en 1893 pour un canal de dérivation du Bastan en cas d’avalanche ou de crue.

25La construction du nouvel hôpital d’Amélie qui est le plus équipé coûte 1 500 000 francs en 1847. Pour Vichy, le rachat de l’hôtel Cornil et l’installation reviennent à 160 000 F. Quant aux hôpitaux réutilisés en Italie, ce sont les villes de Venise et Trieste qui assument les frais.

Administration des hôpitaux militaires

Le personnel administratif

  • 24 Code d’administration des hôpitaux militaires et de charité au compte du roi du 1er janvier 1780, a (...)

26Le régime administratif des hôpitaux thermaux militaires relève de l’entreprise. Le roi fournit le local et le gros du matériel. L’entrepreneur fournit le directeur, les infirmiers et entretient les malades ou les blessés : il est payé au prorata du nombre de journées24.

27Cependant, un tel système amène naturellement abus et dilapidation. Dès avant 1783, on s’était préoccupé de prendre en main l’administration, de rendre réversibles au roi les bénéfices réalisés et de mettre en régie les quatre hôpitaux d’eaux minérales officiellement reconnus alors : Barèges, Bourbonne, Digne, Saint-Amand. Mais on était resté à des projets et ce ne fut que vers 1820 qu’on décida la mise en régie. Le roi tire avantage de la régie par rapport à l’entreprise car il n’a pas à payer d’avance et il peut ainsi faire patienter très longtemps ses créanciers.

  • 25 Jean Imbert, Le Droit hospitalier de l’Ancien Régime, Paris, Presses universitaires de France, 1993 (...)

28En théorie, comme les hôpitaux sédentaires, les hôpitaux thermaux militaires ont à leur tête un directeur qui veille à la bonne marche de l’ensemble des services et doit tenir un registre des entrants et des sortants, ou des morts. À ses côtés, un commissaire des guerres est chargé de la police de l’hôpital et assure la supervision des écritures, sans compter les contrôleurs, supprimés en 1777 parce que faisant double emploi mais rétablis en 178125. L’entrepreneur y est représenté par un commis.

  • 26 Danièle Voldman, Les Hôpitaux militaires dans l’espace sanitaire français au XVIIIe siècle, 1708-17 (...)

29Par ailleurs, la plupart du temps, les directeurs, entrepreneurs et autres commis administratifs sont des civils à la recherche d’un emploi stable et lucratif, recrutés selon l’offre et l’urgence, au hasard des recommandations et des connaissances. De même le personnel subalterne administratif et hôtelier n’est pas toujours recruté dans la troupe, à laquelle toutefois la priorité est donnée26. Le Code de 1780 mentionne aussi un préposé à la réception, un trésorier, un commis trésorier, ainsi que de multiples autres commis pour la partie hôtelière (cuisiniers, boulangers, tisonniers, blanchisseurs, employés de lingerie, de buanderie, de ménage).

  • 27 R. Tournier-Lasserve, op. cit., p. 49.

30Les hôpitaux thermaux militaires sont ainsi gérés sauf Digne, hôpital de charité, qui possède un personnel moins nombreux : directeur, commis aux entrées, commis aux écritures, garde-magasin, aide garde-magasin, dépensier, aide dépensier, portier, balayeur, cuisinier et aide de cuisine. Par ailleurs, le personnel administratif de Barèges est représenté directement par un commissaire des guerres et un contrôleur. De plus, l’État-Major de Barèges est composé en 1776 du médecin, de l’aumônier, du chirurgien, du contrôleur, du commandant d’armes, de l’apothicaire major et du commissaire des guerres. Tous les types de personnels s’imbriquent pour la bonne administration et la bonne gestion de l’établissement, surtout lors de la prise de décision de travaux d’entretien importants27.

  • 28 Antoine-Louis Lacordaire, Notes historiques sur l’hôpital royal militaire de Bourbonne-les-Bains (H (...)

31On note aussi à Bourbonne la présence de sœurs hospitalières de 1730 jusqu’en 1770, date de laïcisation, soit une supérieure et cinq religieuses. De plus, la mise en régie en 1820 voit disparaître l’entrepreneur et son commis. En 1880, le personnel administratif de Bourbonne n’est plus composé que de six personnes28 :

  • un sous-intendant, chef de l’hôpital et chargé de la police administrative et militaire ;

  • un officier comptable de 1re classe ;

  • quatre officiers d’administration.

Prix et prise en charge des militaires aux eaux

  • 29 Amédée Chassagne et Étienne-Joseph-Aristide-Ernest Emery-Desbrousses, Médecins-majors au 7e Dragons (...)

32L’installation de telles infrastructures ne revêt pas une grande importance au regard du nouveau système de prise en charge des malades militaires. Le déplacement des soldats devant se rendre aux eaux est pris en charge par un système dit des « routes », où à chaque étape, le gîte, la nourriture et les moyens de transport sont assurés par l’intermédiaire des intendants [Fig. 11]. Des commerçants nommés « étapiers » et les municipalités, se trouvant sur la route thermale, s’occupent de fournir les soldats, en échange de franchises. L’État prend aussi en charge le traitement thermal, d’après l’ordonnance royale de 1747. Le décret du 20 août 1792 mentionne que les soldats se rendant aux eaux auront une indemnité de voyage et de séjour, dont le montant n’est pas révélé. Le blessé qui, une fois la guerre finie, a besoin d’un traitement thermal, a droit en 1876, en cas d’infirmité, à une pension de retraite, droit transmissible à sa veuve et à ses enfants29.

33Le Service de santé des armées inaugure donc un système de prise en charge médicale, certes pas totale, puisque la nourriture est prélevée sur les soldes, mais l’idée d’un remboursement des frais de surplus occasionnés par le déplacement et le traitement aux eaux est très novatrice par rapport au monde médical civil. Ce concept s’approche des formes d’une sorte de sécurité sociale militaire.

34En outre, la principale ressource d’un hôpital militaire est le « prix de journée » perçu chaque jour pour le malade. Le roi et le malade s’en partagent le financement puisque ce prix est issu de la retenue faite sur la solde du soldat augmentée d’un supplément payé par le roi. Les tarifs sont variables car ils dépendent de la solde du soldat. Les officiers paient plus cher mais ils coûtent plus cher, car logés à part et traités séparément. Le prix de journée varie entre 10 et 20 sous.

35Après plusieurs lois, la grande ordonnance du 1er janvier 1747 règle la question du prix de journée jusqu’à la fin du siècle. Élément de la dépense autant que de la recette, objet de contrôle rigoureux, le prix de la journée réglementée consacre la bonne marche de l’hôpital. La solde des malades, officiers ou soldats est payée à l’entrepreneur. À la sortie, le malade reçoit le reliquat de sa solde si elle excède le prix à payer, tandis que l’entrepreneur reçoit de l’extraordinaire le supplément entendu lors du marché.

36Le prix de la journée est de 18 sous et 6 deniers à Barèges, 20 sous à Saint-Amand. Par ailleurs, pour éviter un tel montant de dépenses, Coste propose une géographie thermale bipolaire et ne conserverait que Bourbonne et Barèges, en 1790.

37Ainsi, le prix de journée est indispensable au fonctionnement de l’hôpital ; difficile à calculer, objet d’abus et de trafic, ce système explique l’importance prise par les contrôleurs. De ce fait, le ministère de la Guerre, par l’intermédiaire des inspecteurs généraux, exerce une surveillance centralisée.

38À l’échelon local, chaque hôpital est sous la direction d’un commissaire des guerres uniquement responsable devant l’intendant, en dehors des tournées des inspecteurs généraux. Il est la cheville ouvrière du contrôle, il tient et vérifie les entrées, les sorties, le nombre des décès et contrôle les états tenus par ceux qui sont sous ses ordres [Fig. 12].

  • 30 Code d’administration des hôpitaux militaires et de charité au compte du roi du 1er janvier 1780, a (...)

39Le commissaire des guerres subdélégué, ou le contrôleur si la première fonction n’existe pas, tient les états de journée ainsi que les états des sommes payées pour les appointements et les dépenses30 et peut être aidé par un trésorier. Les entrepreneurs et les directeurs possèdent des registres détaillés semblables aux précédents mais avec une grande rubrique pour les aliments, médicaments, matériel médical et thermal, et un état des employés.

La « cure surveillée »

40Néanmoins, quel que soit l’endroit où se situe la localité, elle se trouve régie par le principe de la « cure surveillée », c’est-à-dire que la répartition géographique des centres thermaux militaires se double d’une répartition temporaire, saisonnière des soins. Contrairement aux hôpitaux thermaux civils, qui relèvent tous d’une administration différente, aussi bien royale, municipale que privée, les hôpitaux thermaux militaires ainsi que les salles réservées dans les hôpitaux thermaux civils se placent sous l’administration unique du Corps de santé des armées installé à Paris. Ils se voient imposer le principe de la « cure surveillée », c’est-à-dire que leur ouverture et leur fermeture sont décidées en plus haut lieu et stipulées dans des textes officiels. Ce principe a été le seul admis comme susceptible de donner à la thérapeutique hydrominérale son maximum d’efficacité. Il recouvre également la conduite générale du traitement qui obéira toujours aux mêmes règles strictes alors que les modalités d’application pourront varier suivant les stations et leur indication particulière.

  • 31 Antoine Lomet et Louis Ramond, Mémoire sur les eaux minérales et les établissements thermaux des Py (...)
  • 32 R. Tournier-Lasserve, op. cit. p. 70 et p. 131-132.
  • 33 A. Chassagne et é. Emery-Desbrousses, op. cit., « Guide hygiénique, titre VI : Soldat blessé ou inv (...)

41Dès le commencement du thermalisme militaire officiel français, coexistent une réglementation générale du thermalisme militaire et des règlements propres à chaque établissement. Cette réglementation, générale ou particulière, est indispensable pour contrôler le traitement et le comportement des militaires envoyés aux eaux. Ainsi, c’est le règlement propre à chaque hôpital thermal qui fixe les saisons, en général deux saisons annuelles, de mai à juin et de mi-août à septembre. Avec la Révolution, un calendrier unique apparaît pour les hôpitaux des Pyrénées31 avec des saisons de sept à huit mois consécutifs du printemps à l’automne. Quant à l’hôpital de Bagnères de Luchon, il s’agit d’une ouverture permanente. Puis avec l’arrêté du 24 thermidor an VIII (12 août 1800), on fixe pour le Midi une ouverture du 10 mai au 20 octobre et pour le Nord du 30 mai au 20 octobre. À la moitié du XIXe siècle, on note trois saisons de quarante jours (1er juin-10 juillet ; 11 juillet-20 août ; 21 août-30 septembre)32. Plus tard, en 1876, les saisons d’été s’étalent davantage. Plus courtes, elles passent au nombre de quatre voire cinq pour Vichy et Plombières, et commencent même plus tôt, en avril pour Amélie33. Cette dernière pousse même vers un fonctionnement encore plus tardif par rapport aux périodes printanières et estivales. Elle offre ainsi deux saisons supplémentaires (15 novembre-14 janvier, 15 janvier-15 mars) permettant une amplitude d’ouverture maximale, à savoir du 15 avril au 15 mars suivant, soit onze mois sur douze.

  • 34 Code d’administration des hôpitaux militaires et de charité au compte du roi du 1er janvier 1780.

42Les règlements internes découlent des ordonnances et abordent tous les sujets : fonctionnement de l’hôpital, personnels, admissions, discipline, administration des eaux, etc. Le Code d’administration des hôpitaux militaires de 178034 indique dans son article premier que le règlement de Bourbonne de 1778, concernant la police et l’administration, est posé comme le modèle des règlements des hôpitaux thermaux militaires, à savoir ceux de Saint-Amand et de Barèges. Seul l’hôpital thermal de Digne, hôpital de charité de son statut, n’obéit pas à ce règlement.

43Cependant, la rentabilité et l’efficacité ne se mesurent pas seulement au nombre de jours d’ouverture et aux dépenses mais également au nombre de personnes hospitalisées, soignées et surtout guéries.

La population des stations militaires

44Il s’agit d’un sous-ensemble des militaires blessés et malades qui reçoivent des soins.

Les effectifs

  • 35 Arch. du Service de santé des armées, Carton 129, dossier 19 : Barèges, Carton 130, dossier 19 : Bo (...)
  • 36 Arch. dép. du Nord et de l’Aisne, série C, fonds de l’intendance. On y trouve des états de malades, (...)

45Retracer les effectifs de fréquentation passe par une analyse des sources telles que les registres de mouvement des hospitalisés ; or, elles ne semblent pas avoir subsisté. Nous avons eu recours aux « états de mouvement journalier des malades35 » envoyés au Service de santé des armées, à la correspondance des intendants du Hainaut et de Soissons36 ainsi qu’à des sources imprimées.

  • 37 Arch. du Service de santé des armées, Carton 9, dossier 45.

46Pour comprendre les effectifs et les mouvements de la population thermale militaire, il faut rappeler la façon dont elle se constitue et comment elle arrive aux stations thermales. En effet, il n’existe pas d’organisme central pour procéder à une répartition méthodique des bénéficiaires de cures thermales, malgré l’institution très stricte de « la cure surveillée », analysée au préalable. Une visite médicale est cependant passée dans la garnison d’origine par le médecin militaire ou le chirurgien qui conclut à l’utilité de la cure. Des feuilles de route sont ensuite envoyées au Service de santé, telles que les deux feuilles de route, indiquant 15 et 23 militaires devant se rendre aux eaux de Bourbonne en 1793, et signées par un commissaire des guerres puis retournées au Service de santé37. Strictement organisé, le voyage des militaires se rendant aux eaux est pris en charge par ce dernier [Fig. 9, 10 et 11].

  • 38 A. C. Poncin, op. cit., p. 60.

47Les malades, munis du certificat du médecin de troupes, sont d’abord rassemblés dans une ville de garnison importante. De là, ils sont dirigés en groupe, sous la responsabilité des sous-officiers dudit groupe, et par étapes sur l’hôpital thermal. De province en province, les intendants et subdélégués donnent des ordres pour qu’à chaque étape le gîte, la nourriture et les moyens de transports soient assurés. L’itinéraire est fixé d’avance : des jours de repos sont établis tous les trois ou quatre jours ; des voitures et des chevaux sont réquisitionnés pour eux. Pour faciliter ce trajet, des routes furent conçues et réalisées très tôt, comme c’est le cas pour se rendre à Barèges, route construite en 174438. À l’arrivée, il faut résoudre la question du logement.

48Nous avons remarqué que se dessinent deux groupes distincts au sein des hôpitaux thermaux militaires : ceux qui ont une petite population d’hospitalisés et ceux qui en ont une importante. Nous retrouvons à peu près les mêmes remarques que pour les différences existant entre les capacités hospitalières thermales. Le groupe des hôpitaux à petite population est représenté par Saint-Amand, Digne, Bourbon-L’Archambault et Guagno avec environ entre 50 et 400 soldats. Le deuxième groupe est représenté par les stations de Bourbonne, Amélie, Vichy et Barèges, pouvant soigner entre 200 et 1 000 militaires.

  • 39 L. Armieux, op. cit., p. 6-7.

49De plus, Armieux estime à 50 000 le nombre des blessures graves reçues pendant la guerre contre la Prusse en 1870-1871. La moitié de ces blessés étant morts ou guéris depuis, il en reste encore 25 000 qui ont besoin des eaux pour améliorer leur état. Il évalue à cinq ou six mille le nombre des militaires ayant reçu le bénéfice d’une cure thermale. Il précise que les ambulances thermales fondées à Luchon, qui fonctionnaient en 1871 et 1872, ont reçu 826 militaires, dont 650 blessés de la dernière guerre39.

50Se profile alors une légère esquisse de ce que pouvait être la population du thermalisme militaire, qui représente une faible part du total des blessés soignés, environ 5 % pour le conflit de 1870. On peut imaginer un pourcentage inférieur étant donné le plus faible développement des stations et des voies de communication aux XVIIIe et XIXe siècles. L’effectif total des hospitalisés par an ne doit donc pas excéder les cinq ou six mille, dans les années de grand besoin. Sur l’ensemble de la période étudiée, le nombre de militaires ainsi soignés pourrait être de moins d’un million, en considérant que chaque année est une année de guerre à gros effectif.

  • 40 Charles Courtin, Recueil général des lois, règlements, décisions et circulaires sur le service des (...)
  • 41 A.-L. Lacordaire, op. cit., p. 24.

51Il faut maintenant connaître le rythme saisonnier et quotidien de la population. Nous savons que les militaires étaient envoyés par groupes, aussi nombreux que les saisons organisées à la station de destination. En effet, d’après la circulaire du 29 ventôse an XIII, les militaires malades qui se dirigent à Bourbonne y sont envoyés en deux convois successifs. Le premier envoi, composé des hommes pour qui l’usage des eaux est plus urgent, doit arriver dans le courant de mai, et le second, comprenant ceux qui peuvent, sans danger, attendre jusqu’en juillet, est destiné à remplacer le premier envoi à cette même époque40. Dans les années 1780, les bains de Bourbonne sont censés accueillir 1 200 à 1 500 malades par saison41.

52En principe, les malades arrivent et repartent ensemble. Cependant, nous avons plusieurs exemples qui prouvent que les entrées et les sorties peuvent s’effectuer en dehors des convois.

Le profil du patient militaire

53On constate la présence de plusieurs catégories de curistes dans les stations thermales, à savoir des militaires actifs, des retraités, des invalides, des civils et quelques femmes.

54Pour les militaires en activité, dans tous les textes de lois et règlements, il est toujours question de « soldats, cavaliers et dragons », de « bas-officiers, officiers », de « chevaux-légers, hussards, chasseurs », de « chasseurs à cheval », de « soldats des régimens suisses et grisons », des « gardes françaises et des gardes suisses ».

  • 42 Arch. de la Société royale de médecine, Carton 88, dossier 13 : Bourbonne.

55De plus, le grade, l’arme, et quelquefois l’âge sont mentionnés dans les états de mouvements des malades ou dans les observations des médecins retranscrites dans leurs ouvrages. Nous avons des informations pour Bourbonne, où de grandes personnalités militaires, tels les maréchaux d’Harcourt et de Villars, ont bénéficié des eaux au même titre que les officiers et la troupe. Pour le mois de juin 1789, nous avons quelques idées sur le profil des militaires hospitalisés42. Sur 21 hospitalisés, on note un quart d’invalides, un tiers de non identifiés, et une moitié comprenant essentiellement des cavaliers, des chasseurs, des dragons, des fantassins et des gardes suisses. Parmi eux, presque la moitié est âgée de 19 à 29 ans, un tiers a entre 40 et 49 ans et un dixième plus de 60 ans. On soigne donc des militaires de tous âges mais essentiellement des jeunes et des invalides âgés.

  • 43 Arch. de la Société royale de médecine, Carton 89, dossier 62 : La Preste.

56Nous voyons que les invalides sont acceptés aux eaux minérales comme cela était prévu dans le projet de La Preste de 1776-178243. Il s’agit également de pensionnaires de l’Hôtel royal des Invalides. Le décret du 20 août 1792 les accepte tout autant mais la décision du 26 floréal an XIII les en exclut au profit des militaires en activité, ce qui est rappelé dans le règlement de 1825.

  • 44 A.-L. Lacordaire, op. cit., p. 7.

57Les retraités sont eux aussi acceptés et nous devinons que des civils bénéficient des installations thermales militaires : jeune commis, garde municipal, gardes forestiers, entre autres. D’autres civils se font soigner aux eaux minérales militaires, dont des femmes. À Bourbonne, dans le règlement du curé Charles de 1702, soit le premier hôpital de Bourbonne, nous pouvons lire dans l’article 10 : « Les hommes n’auront aucune consommation avec leurs femmes qui auront un logement à part, sous peine d’être chassés honteusement de l’hôpital44. » Le plus souvent, il s’agit des épouses, ou concubines des militaires qui les suivent aux eaux. Cela n’est pas interdit, mais seulement toléré au XVIIIe siècle. Nous n’en avons pas trouvé trace pour le XIXe siècle, peut-être parce que la station thermale est davantage perçue comme une unité militaire et hospitalière. Par ailleurs, à La Preste, des femmes se font soigner, et il ne semble pas que le projet d’un futur hôpital militaire les exclut de ce soin.

58Les manuscrits et les sources imprimées livrent quelques indications sur l’origine géographique des curistes et parfois leur parcours. Plusieurs géographies se complètent : la nationalité du curiste ; la provenance, c’est-à-dire le lieu d’origine du régiment de rattachement, à supposer que ce soit en temps de paix ; le lieu où le curiste était juste avant son entrée à la station, garnison, hôpital, bataille. Bien entendu avec les documents en notre possession, nous ne pouvons qu’esquisser les contours de ces trois géographies, qui varient en fonction des périodes de paix et de guerre [Fig. 10 et 11].

  • 45 Comité d’histoire du Service de santé, Histoire de la médecine aux armées, t. I, De l’antiquité à l (...)

59Pour ce qui est de la nationalité des curistes, nous avons aperçu quelques étrangers militaires ou civils prenant les eaux dans les stations militaires françaises. Ainsi, nous savons que des militaires anglais venaient se faire soigner à Barèges car le docteur militaire écossais C. Meighan accompagne ses patients en cure, comme ce fut le cas pour Barèges, où lui-même fit en 1741 une cure, réussie en raison de sa reprise de service au sein de l’armée d’Ukraine45 l’année suivante.

  • 46 Arch. de la Société royale de médecine, Carton 89, dossier 62 : La Preste.

60De même, le projet de La Preste de 1776-178146 prend soin de noter la provenance de ses curistes : une femme vient de Saint-Laurent du Canada, deux hommes de Prats de Mollo, dont un soldat invalide en garnison, deux de Catalogne, un du comté de Foix, en 1782. Français ou Espagnols, ce type de curistes militaires étrangers se conçoit aisément en raison de la proximité des frontières.

61Dans notre première partie, nous avons évoqué le cas des stations militaires créées ou réutilisées par les Français à l’étranger, il n’est donc pas impossible que les registres révèlent la présence d’étrangers dans ces stations. Néanmoins, les étrangers sont peu nombreux au regard des militaires français.

  • 47 Jean Descilleuls, Le Service de santé militaire. Paris, 1961, p. 47.
  • 48 Arch. de la Société royale de médecine, Carton 89, dossier 4.

62Pour les militaires français, nous pouvons plus aisément indiquer leur lieu de provenance en fonction de leur rattachement à un régiment, comme pour les stations de Digne, Bourbonne et Koualle. L’hôpital de charité de Digne est fréquenté depuis longtemps par les malades des garnisons voisines (Provence, Dauphiné, Corse et une partie du Languedoc) qui viennent faire une cure thermale aux eaux47. En 1755, un grand nombre de soldats malades venus de Corse arrive à Digne. En 1778, nous avons pu établir la provenance des militaires traités à Digne48. Sur 60 malades, l’armée de terre représente 48 %, la marine 15 % et les invalides 5 %. Parmi l’armée de terre, les régiments suivants sont représentés ainsi : Guyenne (23 %), Ile-de-France (10 %), Bressois, Piémont, Vermandois (8 %) et les autres – Artois, Bourbon, Brie, Foix, Hainaut, Lyonnais, Marne, Navarre, Picardie, Savoie, Soissonnais – (moins de 7 % chacun).

  • 49 J. Descilleuls, op. cit., p. 44.

63Bien plus que la provenance des curistes, nous pouvons établir la géographie de leurs blessures, savoir quel conflit envoie plus vers telle ou telle station. Mis à part le cas de militaires célèbres comme le maréchal de Villars, qui, blessé à Malplaquet, se fait soigner à Barèges49, il faut reconstituer l’ensemble de ces informations pour les particuliers militaires. Nous en avons un petit exemple avec les campagnes d’Italie en 1859, où deux stations en particulier reçurent les blessés nécessitant de prendre les eaux : Vichy et Barèges.

  • 50 Arch. du Service de santé des armées, Carton 129, dossier 19.

64À Vichy, en 1860, huit militaires blessés pendant les campagnes d’Italie de 1859 sont soignés, cinq en 1861, neuf en 1862. Quant à Barèges, pendant l’année 1860, 121 soldats de l’armée d’Italie sont hospitalisés, 43 en 1861, 28 en 1862 et huit en 186350. Nous savons donc qu’ils servent en Italie, nous avons même le nom de l’endroit où ils ont été blessés : en 1860, 41 à Solférino, 22 à Magenta, trois à Montebello et trois à Marignan, les autres en Italie sans précisions. En 1861, sept ont été touchés à Solférino, quatre à Magenta, en 1862, trois à Magenta et trois à Solférino et en 1863, trois à Solférino et un à Magenta.

  • 51 L. Armieux, op. cit., p. 9-10.

65Inversement, nous pouvons savoir quel est le lieu de provenance des blessés dans une station donnée. C’est dans ce but que le docteur Armieux, médecin principal de première classe à Barèges, réussit dans son étude sur Barèges en 187451 à retracer fidèlement pour les hospitalisés traités en 1871, 1872 et 1873, les noms et les dates des batailles au cours desquelles ils furent blessés. Ainsi, quelques militaires furent touchés à une époque plus ancienne, en Algérie (1840-1841), en Crimée (1855), en Italie (1859), en Chine (1865), soit 1 % des blessures. Quant à la majorité ce fut plus récemment au Sénégal et en Martinique (1870), en Algérie (1870-1872) et surtout à la Commune (8 % des blessures) et pendant la guerre franco-prussienne, qui à elle seule représente plus de 90 % des blessures. Armieux est parti des registres médicaux et il les a couplés aux registres d’entrées. Il obtient une géographie et une chronologie de la blessure qui nécessite un traitement thermal, et par là même une géographie et une chronologie des blessés.

66La géographie du curiste militaire est donc complexe et évolutive, elle dépasse également les frontières du pays.

67Il est évident que ces quelques informations sont dérisoires et ne permettent pas de s’avancer sur le profil réel de tous ces curistes dans les stations thermales militaires. Néanmoins, elles ont le mérite de laisser entrouvertes des pistes d’exploration pour les sources auxquelles nous n’avons pas encore eu accès. Une étude systématique du sexe, du statut civil ou militaire, du degré d’activité, du grade, de l’âge, s’imposerait. De tels critères conditionnent nécessairement la pratique de la médecine thermale et ses résultats.

La médecine thermale militaire

Un personnel médical saisonnier bien formé

68Le personnel médical de ces petites structures hospitalières est certes saisonnier mais expérimenté et d’une technicité particulière. D’un effectif important, il est logé sur place et appointé. Si leur constitution diffère selon les hôpitaux, leur histoire tend néanmoins à s’uniformiser avant 1914.

  • 52 Auguste Causard, De la cure thermale à l’hôpital militaire de Bourbonne (Publication de la Revue d’ (...)

69Deux textes officiels évoquent la composition du personnel médical des hôpitaux thermaux militaires. Le code de 1780 mentionne le médecin-major, le chirurgien-major et les premiers élèves en chirurgie. Seuls les médecins militaires portent un uniforme, semblable à ceux des médecins des hôpitaux militaires classiques. Plus tard, l’instruction de 1795 ne parle plus que d’officiers de santé en chef, de première, seconde et troisième classe. On note aussi au XIXe siècle la présence de médecins civils, comme le docteur Auguste Causard à Bourbonne52.

70Ainsi, chaque hôpital voit le nombre et la qualité de son personnel scientifique évoluer du XVIIIe siècle au début du XXe siècle. Les trois spécialités (médecine, chirurgie et pharmacie) ne sont pas toujours représentées. Néanmoins, chaque hôpital est au minimum doté d’un médecin, parfois d’un chirurgien et/ou d’un pharmacien. Dans les hôpitaux les plus importants (Bourbonne, Vichy), les trois spécialités sont toutes présentes et composées de tous les grades (de l’aide-major au principal en passant par le chef).

71Les soins sont donc donnés par des médecins et chirurgiens, et leurs adjoints, choisis parmi les plus distingués. Au sein de ce personnel médical militaire, quelques personnalités se dégagent : les Bordeu à Barèges, Cabrol et Tamisier à Bourbonne, Regnault à Bourbon-l’Archambault. Leur nomination est contrôlée par le premier médecin ou le premier chirurgien du roi. Quant aux apothicaires, qui ne sont pas nommés dans ces textes, ils sont en sous-ordre et dépendent du médecin ou du chirurgien, et surtout de l’entrepreneur qui les choisit après approbation du premier médecin de l’hôpital. Ils sont tous d’un hôpital militaire classique où ils exercent pour le reste de l’année. Il faut citer les apprentis chirurgiens, les futurs médecins et les garçons apothicaires qui forment le personnel subalterne médical.

  • 53 Rapport sur les eaux thermales d’Acqui présenté à S. E. le ministre de la Guerre par les officiers (...)

72Ce modèle est si bien rôdé que les militaires l’exportent et l’implantent dans les hôpitaux thermaux militaires étrangers qu’ils occupent. C’est le cas d’Acqui en 1809, où un médecin, un chirurgien aide-major et un pharmacien aide-major français reprennent la direction administrative et médicale de l’hôpital thermal militaire italien53. Nous apprenons que l’emplacement de la pharmacie italienne n’est guère convenable d’après les auteurs. Ils donnent donc la définition de ce que doit être la pharmacie dans un établissement thermal militaire, malgré une faible consommation de médicaments dans ces hôpitaux. Le pharmacien doit s’occuper pendant la saison des bains de récolter les plantes et les racines médicinales que le pays fournit, afin de confectionner un petit jardin dans une cour de l’hôpital. Sa pharmacie doit permettre la fabrication des médicaments à partir de la production du jardin et du contenu des boîtes de l’officine. Cette pharmacie a aussi pour rôle d’être un laboratoire d’analyse des eaux et des boues thermales. Elle doit être équipée de fourneaux, de vases, d’ustensiles, de réactifs, d’un thermomètre, d’un baromètre et d’un hygromètre. La pharmacie doit également contenir une petite bibliothèque avec des ouvrages sur l’hydrologie car les officiers de santé voyagent trop pour emmener les leurs. La consultation doit être facile, doit offrir aussi les nouveautés et éclairer les officiers sur la nature et les qualités des eaux, et la manière de diriger les traitements.

  • 54 Jean-François Coste, Du Service des hôpitaux militaires, rappelé aux vrais principes, Paris, Croull (...)
  • 55 François M. A. Aulagnier, Réponse au Mémoire de M. le Dr Corbin intitulé Notice sur les eaux therma (...)

73Le corps médical thermal militaire produit lui-même des ouvrages de référence et obtient de nombreux prix et récompenses de l’Académie de médecine entre autres. Mais l’hydrologie médicale militaire se distingue de celle du civil. En effet, ce personnel médical militaire qualifié doit se tenir informé des nouveautés scientifiques car la fondation de plusieurs hôpitaux thermaux militaires ne s’est pas accompagnée de la création d’un enseignement thermal militaire54. Ces ouvrages ont alors pour objectif d’informer l’ensemble du corps médical thermal civil et militaire mais aussi de former les nouveaux arrivants. Cette absence de cours est d’autant plus mal vécue que les médecins nouvellement arrivés doivent tout apprendre dans des livres ou sur le tas, ce qui ne fait que renforcer le rôle de promoteur de l’hôpital thermal militaire dans l’enseignement clinique. Dans de telles conditions, des médecins fraîchement arrivés et non formés à l’hydrologie peuvent douter de ses bienfaits. Nous avons l’exemple d’un médecin et d’un chirurgien qui évoquent, en 1841, leurs souvenirs au moment de leur nomination, respectivement à Barèges et à Bourbonne. Tous deux sont ignorants des pratiques thermales, l’un demeure sceptique tandis que l’autre découvre leurs bienfaits, les défend et souhaite les enseigner officiellement en créant un cours pour les militaires55.

74Ce personnel médical est secondé par un personnel soignant important en effectif et indispensable au service des eaux et des soins : infirmiers, baigneurs, garçons de salle aux tâches mi-hôtelières, mi-médicales et l’aumônier qui soigne les âmes. Dans chaque catégorie, des grades régissent les soignants qui sont détachés des hôpitaux de l’intérieur afin de diminuer les coûts d’exploitation. Ils sont logés sur place et appointés par l’entrepreneur puis par l’armée à partir de la mise en régie des hôpitaux. Nous n’avons trouvé aucun chiffre concernant leurs appointements. Ce personnel soignant est instruit sur place et est saisonnier. À noter que seul l’hôpital de Bourbonne de 1730 à 1770 emploie des religieuses comme personnel soignant.

75Ainsi, un hôpital thermal militaire peut compter jusqu’à une cinquantaine de personnes très spécialisées et étroitement surveillées.

Accueil, traitement et résultats

  • 56 Jean-François-Hyacinthe-Bernard Cabrol et Paul Tamisier, Eaux thermo-minérales chlorurées sodiques (...)
  • 57 Code de 1780, article 5.

76Lors de son arrivée, le militaire doit être en possession de son billet d’entrée et de son certificat médical qui comporte les raisons médicales de sa présence en cure. Il se présente aux officiers de santé des eaux qui l’interrogent, le visitent, comparent son état actuel à celui qui a été annoncé par le certificat et s’assurent, en dernier ressort, que le traitement thermal est véritablement indiqué. Si aucune contre-indication n’apparaît, le traitement peut être prescrit et commence le lendemain ou le surlendemain56, sinon le militaire est renvoyé dans les vingt-quatre heures dans son régiment, avec une mention au dos de son billet de route57.

77Ce premier examen par les médecins et chirurgiens-major de l’hôpital thermal décide de l’attribution d’un diagnostic et d’une salle appropriée, le tout mentionné dans un cahier. Le soldat, avant d’être couché, a donc été examiné mais aussi baigné et changé. Débarrassé de ses vêtements, il est revêtu d’une chemise et d’un bonnet.

78Grâce à ces billets, aux rapports mensuels des médecins adressés à l’intendant, on relève les blessures, les maladies dues aux intempéries atmosphériques ou climatiques, les fatigues excessives, les privations, et surtout les traumatismes engendrant des infirmités. Bien que la nosologie du XVIIIe siècle soit en plein balbutiement, on acquiert une certaine vision de l’état des troupes et on devine aussi des séries de pathologie pour un même régiment, peut-être par facilité, ou pour soutenir la prétention à une cure ou bien se débarrasser de soldats perturbateurs.

79Voici les maladies qui sont les plus représentées et guéries par les eaux minérales dans les hôpitaux thermaux militaires : paralysies, ankyloses, rhumatismes, maladies de la peau, cicatrices, rétraction de tendon, fractures, luxation, névroses, plaies par arme, suites de pathologie.

  • 58 Arch. du Service de santé des armées, Carton 129, dossier 19.

80De 1860 à 1863, nous pouvons déterminer la nature des pathologies des soldats de l’armée d’Italie hospitalisés à Barèges58 : 94 % proviennent de coups de feu directs ou indirects, 1 % de coups de baïonnette, 3 % de blessures diverses (dont fracture et chute de cheval). Il s’agit donc d’une population thermale spécifique, c’est-à-dire arrivant directement du front, en passant par les étapes sanitaires précédant l’hôpital thermal. Les temps de guerre occasionnent un changement radical des pathologies soignées. Les maladies et autres menues blessures laissent leur place aux blessures plus graves et plus étendues liées aux armes à feu et à une artillerie efficace. Presque la moitié de ces pathologies guerrières soignées à Barèges de 1871 à 1873, à l’issue de la guerre de 1870, se localisent sur les membres inférieurs, 28 % sur les membres supérieurs, 20 % sur le tronc et 3 % sur la tête. Ces deux dernières catégories sont peu représentées car il s’agit de blessures très graves voire mortelles, dont les patients qui en souffrent soit meurent soit demeurent dans un hôpital militaire classique. On envoie aux eaux les cas les moins graves.

81Les mémoires écrits par les différents inspecteurs, les médecins…, font connaître les indications et les contre-indications des stations. Ils les tirent des analyses chimiques mais avant tout des observations pendant les thérapies et inaugurent la chimie pathologique. De même, les premières tentatives pour savoir si les malades n’auront pas d’effets secondaires en usant des eaux minérales sont cristallisées dans la recherche du tempérament de l’individu, ses prédispositions physiques et physiologiques qui pourraient, avec l’action des eaux minérales, lui être néfastes, voire fatales. Si au XVIIIe siècle, tous les hôpitaux peuvent remplir toutes les indications, peu à peu les eaux sont classifiées selon leur minéralisation au XIXe siècle et répondent à des indications précises, ce qui est repris par la réglementation en vigueur. Vichy et Amélie sont réputées pour leurs soins contre le paludisme africain, les dyssentries, les problèmes digestifs et les fièvres intermittentes. Barèges reçoit les maladies des muscles et des nerfs, les maladies cutanées, syphilitiques, osseuses et génito-urinaires, ORL, pulmonaires et digestives. Ces nomenclatures des indications et des contre-indications sont mentionnées dans les codes, les instructions mais aussi dans les règlements intérieurs.

82Après la messe de 7 heures à 8 heures, le médecin, accompagné ou non du chirurgien, fait sa visite. Il prescrit remède, traitement thermal et régime alimentaire. Tout est mentionné dans un registre comportant le nom du malade, le numéro du lit, les symptômes, le jour du début de la cure, la quantité d’eau et le mode d’administration. Le Code d’administration des hôpitaux militaires de janvier 1780 indique, dans sa section 29 « Des eaux minérales à l’usage des soldats », ce que doit contenir ce registre et ce que doit comporter le tableau journalier de la chaleur des bains. Le registre des prescriptions, tenu par les médecins et chirurgiens-major du dépôt de convalescence, se déploie en neuf colonnes :

  • numéro des lits ;

  • noms des registres ;

  • noms de guerre ou des familles des Malades ;

  • nature de leurs maladies, blessures, infirmités ;

  • jour de l’Entrée ;

  • jours qu’ils ont commencé l’usage des eaux ;

  • quantité d’écuelles prescrites par jour à chaque malade ;

  • jours qu’ils ont commencé à baigner et à doucher ;

  • temps qu’ils doivent rester (dans le bain, et/ou sous la douche).

83Quant au tableau journalier du degré de chaleur du bain, reconnu par le chirurgien-major avec le thermomètre, il mentionne sur deux colonnes, le jour du mois et le degré relevé à 4 h 30 du matin et 1 heure de l’après

84midi.

85Bains communs ou individuels, douches, boissons, mais aussi boues sont prescrits. La température, la pression des jets, la quantité de la boisson, l’heure et la durée varient en fonction des symptômes. Ils peuvent s’accompagner de saignées, purgations ou tisanes. Il est toujours recommandé quel que soit le mode d’administration de s’allonger ensuite dans un lit chaud pour favoriser la transpiration par quelques infusions aromatiques. Au milieu du traitement, le malade se repose avant de reprendre. Au XIXe siècle, cet arsenal thermal se développe avec l’inhalation de vapeur minérale et les gargarismes d’eau minérale coupée de médicaments. L’usage de l’électricité fait son apparition à Bourbonne en 1854 permettant de stimuler les paralysés. Les installations thermales se mécanisent et se complexifient : on privilégie les baignoires aux bassins, offrant ainsi une individualité du traitement ; les douches deviennent de véritables alambics thermaux encerclant le curiste pour mieux cibler les zones à soigner ; les salles spécifiques aux appareils électriques ou inhalateurs jouxtent les salles d’administration d’eau. La prescription évolue et se codifie.

  • 59 R. Tournier-Lasserve, op. cit., p. 47.

86Les adjuvants à la cure, la nourriture et l’hygiène de vie sont aussi importants. Les repas se prennent à heure fixe : 8 heures le bouillon, 10 h 30 le dîner et 17 heures le souper. Il est interdit de manger en dehors des repas et de la nourriture extérieure. À Barèges, en 1756, chaque ordinaire, c’est-à-dire chaque tablée, est constitué de dix militaires et d’un sous-officier, qui en assure la discipline. Un tableau récapitule dans le réfectoire ces données. Les repas se composent de pain, de viande bouillie. Le sel est fourni à raison d’une livre six onces tous les cinq jours par ordinaire, le pain tous les deux jours, la viande de bonne qualité, tous les jours. Deux livres de pain et ¾ de livre de viande forment la ration quotidienne du militaire, qui semble faire lui-même sa cuisine au sein de son ordinaire. Bois et ustensiles leur sont fournis ainsi qu’un accès à une cheminée, peut-être dans le réfectoire, où la cuisine est prévue. La nourriture des officiers est la suivante : deux livres de viande de bœuf et de mouton avec un quartier de volaille par jour, 1,5 livre de pain, une pinte de vin. De même, des assiettes, des écuelles, des cuillères et des fourchettes d’étain, des nappes, des serviettes, des tables, des chaises et des armoires sont fournies par l’entrepreneur. Quant aux soldats, ils n’ont qu’une livre de viande par jour, 1,5 livre de pain et une chopine de vin. L’entrepreneur est tenu également de fournir œufs, pruneaux, bouillie de lait, œufs dans les bouillons, suivant les ordonnances du médecin ou du chirurgien59. Il s’agit donc d’une nourriture en quantité certes suffisante mais peu variée, dépourvue de légumes, de fruits frais et d’excitants (épices, liqueur, café…).

87Quant à l’hygiène, elle recouvre la propreté des locaux, chambres, cuisine et réfectoires assurée par les malades eux-mêmes. L’aération des lieux est de rigueur et le tabac y est interdit. On préconise aussi des promenades et de la gymnastique. On proscrit les veillées et autres mondanités mais la lecture au sein de la bibliothèque de l’hôpital est recommandée. Contre le mal de pays, la famille est autorisée à rendre visite au malade. La guérison passe aussi par le soin des âmes avec la prière ou la messe le matin (entre 6 heures et 8 heures), une messe commune à 10 heures, les vêpres à 13 h 30 et la prière du soir à 20 heures. Quant à la discipline, une compagnie d’invalides assure la garde et la police de l’hôpital tout en étant logée sur place. Ils surveillent les malades et veillent au couvre-feu à 20 heures. Ils escortent les curistes jusqu’aux installations balnéaires et les ramènent à l’hôpital pour faire sortir l’escouade suivante. Les curistes sous bonne surveillance ne peuvent recevoir de nourriture et de boisson de l’extérieur, ni faire de trafic de tabac ou autres marchandises, sous peine de prison. Ces escortes sont moins nombreuses lorsque les hôpitaux ont leurs propres infrastructures thermales à l’intérieur de leur enceinte.

88Dans les chambres, l’autodiscipline est de rigueur par la nomination d’un sous-officier responsable. Le numéro de lit attribué lors de l’admission du militaire ne peut être échangé. Un état des lieux d’entrée pour le matériel du couchage, composé d’une couchette, d’un matelas, d’un traversin, d’une couverture de laine et d’une paire de draps, est dressé pour chaque curiste. Des contraventions sont prévues en cas de dégradations, elles sont appliquées par le sous-officier responsable de la chambre.

89Quatre appels ont lieu pendant la journée pour vérifier les effectifs des curistes à 6 heures, 10 h 30, 17 h 30 et 20 heures. Les sous-officiers rendent compte de ces appels au commissaire des guerres qui accorde des permissions de sortie temporaires en donnant un billet.

90Toutes les étapes de l’emploi du temps s’exécutent au son de la cloche et la cour de l’établissement joue un rôle important dans le rassemblement, le contrôle et la distribution des soins. Les militaires curistes sont soumis à la juridiction du commissaire des guerres et, en cas d’absence, de l’officier de la maréchaussée.

91À la fin de la cure, un nouveau diagnostic est dressé. Si le malade est guéri ou semble en meilleure santé, il rejoint son régiment avec un billet de sortie fourni par le commissaire des guerres, sinon on lui conseille de poursuivre sa cure ou de revenir l’année suivante, ce qui est rarement accordé. À la sortie de la cure, un repos est quelquefois nécessaire pour des curistes, qui se le voient mentionner sur leur billet de sortie et sont évacués sur l’hôpital ou l’hospice civil à proximité, d’après le règlement de 1825.

92Par ailleurs, il arrive que des militaires contractent des maladies aux eaux. D’après le code de 1780, des salles prévues les accueillent et on leur prescrit des médicaments. Plus tard, en l’an VI, les malades sont évacués vers d’autres hôpitaux sédentaires, ou civils en 1825.

93Toutefois, une cure thermale n’est pas, comme une pharmaceutique, l’effet simple et direct d’un remède déterminé. Elle est la résultante d’actions complexes dont l’association est aussi naturelle qu’indispensable. La situation topographique est favorable : air pur, altitude, calme sont autant de facteurs favorables reconnus par le corps médical. Les cures offrent des effets illusoires, des effets psychologiques et une période de repos reconnus. La cure thermale se présente comme un ensemble complexe qui doit aboutir à la guérison. En général, les résultats sont mitigés, comme par exemple pour les soldats de l’armée d’Italie venus se faire soigner à Barèges de 1860 à 1863. On note 8 % de guérisons, 62 % d’amélioration et 28 % de cures sans effet. Un seul cas d’aggravation a été relevé, un autre a nécessité une deuxième saison et un troisième une hospitalisation à Tarbes.

  • 60 R. Tournier-Lasserve, op. cit., p. 6.

94Les guérisons ne sont pas très nombreuses, les améliorations représentent 62 %, seul un cas peut revenir l’année suivante. Les eaux minérales ne guérissent pas systématiquement mais une deuxième saison est rarement jugée nécessaire. Pour les rares cas de décès, nous avons évoqué précédemment que les aumôniers tiennent le registre des morts. Les corps sont déposés à la morgue. Nous savons qu’à Barèges les officiers décédés aux eaux sont enterrés dès 182260.

95Les résultats ne peuvent pas vraiment être pris tels quels car ils se basent sur des diagnostics d’entrée et de sortie incertains : nosologiquement parlant, mais aussi à cause de la véracité douteuse de certains cas (un curiste fraudeur a plutôt intérêt à dire à sa sortie qu’il se sent mieux), et enfin en raison d’une volonté possible de justifier le maintien de tout un système et de corps professionnels médicaux et chirurgicaux réputés et très prisés pour leur action aux eaux militaires. Le thermalisme militaire n’échappe pas non plus aux suspicions et aux doutes de l’efficacité des eaux minérales sur les traumatismes et les pathologies. Comme dans le monde médical civil, les contestations se manifestent mais elles sont cantonnées aux relations entre médecins et ne semblent pas atteindre le Service de santé des armées. Néanmoins, l’étude globale des registres, des carnets médicaux et des journaux de cure montrerait que le thermalisme apporte avant tout un soulagement à une petite partie des malades blessés et malades.

96À travers le thermalisme militaire, nous pouvons lire l’état de santé des troupes en temps de paix comme en temps de guerre. Quels que soient leur arme, leur origine géographique, leur grade ou leur âge, les militaires blessés et malades ayant besoin des eaux minérales en tant que dernier recours à la médication classique peuvent s’y rendre. Les contrôles et les règlements évitent les abus. Mais il faut retenir que le thermalisme ne soigne qu’une petite partie des militaires à la santé atteinte. Une géographie des curistes militaires se dessine et se superpose à celle de l’organisation administrative des stations thermales militaires.

Conclusion

  • 61 M. Durand-Fardel, op. cit. L’auteur, médecin inspecteur des sources d’Hauterive, à Vichy et secréta (...)

97Dès le XVIIIe siècle, la prise en charge sanitaire de la population militaire, en particulier grâce à la diffusion sur tout le territoire des hôpitaux militaires, notamment thermaux, intègre rapidement les préoccupations hygiénistes et sanitaires de l’administration civile et y répond par anticipation. Le thermalisme militaire s’est donc créé au cours des siècles, offrant une couverture géographique la plus complète possible en France comme à l’étranger, en fonction des déplacements ou des occupations guerrières ou pacifiques des armées françaises. Ce qui fait l’originalité et la spécificité des hôpitaux thermaux militaires a été pris en modèle par l’ensemble du corps médical civil qui, tendanciellement, en a tiré des enseignements, mais aussi par les armées étrangères comme l’Angleterre61.

98Tels sont les aspects du thermalisme militaire perçus dans le corpus de sources à notre disposition à Paris. Ce corpus, certes incomplet, elliptique, offre un aperçu du thermalisme militaire dans ses grandes lignes au XVIIIe et au XIXe siècle. Les deux premiers siècles du thermalisme militaire montrent la médicalisation et la rationalisation de l’hydrologie médicale militaire qui tend à devenir un modèle du fait des larges appartenances du corps médical militaire aux plus hautes instances du monde médical civil. Le monde médical civil est donc informé du fonctionnement du thermalisme militaire par l’intermédiaire des rapports qui lui parviennent des médecins des stations militaires, et peut de facto s’en inspirer.

99Une analyse approfondie des archives dispersées de ces établissements thermaux militaires permettrait d’obtenir des conclusions plus nuancées, avec des statistiques plus fines, mettant en évidence des disparités chronologiques, géographiques, administratives, démographiques et médicales. Nous pensons néanmoins avoir fourni les grands axes de leur exploitation future.

Fig. 1 : Localisation du thermalisme militaire en France, XVIIIe-XIXe siècles.

Fig. 1 : Localisation du thermalisme militaire en France, XVIIIe-XIXe siècles.

Légende :
– en gras : hôpitaux militaires ;
– en italiques : salles réservées aux militaires dans hôpitaux thermaux civils ;
– en soulignés : eaux minérales utilisées par les militaires ;
– cadre en pointillés : projet de construction d’hôpital thermal militaire ;
– en majuscules : analyse d’eaux minérales.

Fig. 2 : Plan de l’hôpital de Bourbonne en 1732.

Fig. 2 : Plan de l’hôpital de Bourbonne en 1732.

Source : A. Lacordaire, Notes historiques sur l’hôpital royal militaire de Bourbonne-les-Bains (Haute-Marne) avec plusieurs plans et documents entièrement inédits sur les thermes de cette ville, Langres, J. Dallet, 1880, p. 147.

Fig. 3 : Plan de l’hôpital de Bourbonne en 1860.

Fig. 3 : Plan de l’hôpital de Bourbonne en 1860.

Source : Arch. du Service de santé des armées, Carton C/30721.

Fig. 4 : Idem, détail de l’établissement des bains, sous-sols avec galeries et citernes, rez-de-chaussée avec les salles de bains et de repos, 1er étage avec réservoirs.

Fig. 4 : Idem, détail de l’établissement des bains, sous-sols avec galeries et citernes, rez-de-chaussée avec les salles de bains et de repos, 1er étage avec réservoirs.

Source : Arch. du Service de santé des armées, Carton C/30721.

Fig. 5 : Plan de Barèges de 1731 avec l’emplacement des bâtiments à construire pour l’hôpital thermal militaire.

Fig. 5 : Plan de Barèges de 1731 avec l’emplacement des bâtiments à construire pour l’hôpital thermal militaire.

Source : Robert Tournier-Lasserve, Histoire médico-militaire de Barèges, Tarbes, Lesbordes, 1937, p. 42-43. D’après deux plans de l’ingénieur du 22 septembre 1731 (Arch. du Génie, Section historique, Barèges, Carton 1).

Fig. 6 : Plan de Barèges en 1794 présentant l’hôpital et l’établissement thermal militaires.

Fig. 6 : Plan de Barèges en 1794 présentant l’hôpital et l’établissement thermal militaires.

Source : Robert Tournier-Lasserve, op. cit., p. 31. Plan établi par l’ingénieur Maugis joint à une lettre de l’intendant de Pomereu du 22 septembre 1731 (Arch. du Génie, Section historique, Barèges).

Fig. 7 : Plan des thermes de l’hôpital thermal militaire d’Amélie-les-Bains en 1857.

Fig. 7 : Plan des thermes de l’hôpital thermal militaire d’Amélie-les-Bains en 1857.

Source : Robert Tournier-Lasserve, op. cit., p. 95.

Fig. 8 : Plan de l’hôpital thermal militaire réutilisé après la Révolution.

Fig. 8 : Plan de l’hôpital thermal militaire réutilisé après la Révolution.

Source : Louis Delmas, La pratique thermale à Amélie-les-Bains, 2e édition, Paris, Masson, 1887, Planche IV.

Fig. 9 : Certificat médical pour aller prendre les eaux de Saint-Amand, dressé par le médecin et le chirurgien-major de l’hôpital militaire de Valenciennes, 1775.

Fig. 9 : Certificat médical pour aller prendre les eaux de Saint-Amand, dressé par le médecin et le chirurgien-major de l’hôpital militaire de Valenciennes, 1775.

Source : Arch. dép. du Nord, Fonds de l’Intendance, C 5648.

Fig. 10 : État des soldats du régiment de Salis Grison envoyés par l’hôpital de Landrecy, 15 juin 1775.

Fig. 10 : État des soldats du régiment de Salis Grison envoyés par l’hôpital de Landrecy, 15 juin 1775.

Sources : Arch. dép. du Nord, Fonds de l’Intendance, C 5648.

Fig. 11 : Feuille de route de soldats envoyés de l’hôpital militaire de Givet aux eaux de Saint-Amand, 4 juin 1775.

Fig. 11 : Feuille de route de soldats envoyés de l’hôpital militaire de Givet aux eaux de Saint-Amand, 4 juin 1775.

Source : Arch. dép. du Nord, Fonds de l’Intendance, C 5648.

Fig. 12 : État des journées des militaires hospitalisés à Saint-Amand en juin 1750.

Fig. 12 : État des journées des militaires hospitalisés à Saint-Amand en juin 1750.

Source : Arch. dép. du Nord, Fonds de l’Intendance, C 5751.

Notes

1 Albert-Charles Poncin, Le Règne de Louis XIV et l’organisation du service de santé militaire, Lyon, Paquet, 1944, p. 60.

2 Raymond Thouvenin, « Lettres écrites par Louvois en 1680, pendant son voyage aux eaux de Barèges », Relais. Revue des Amis du Musée de la Poste, no 66, juin 1999, p. 11-21.

3 Gersende Piernas, Le Regard médical sur le thermalisme en France du XVIe au XIXe siècles, Mémoire de DEA, sous la direction de Jean-Pierre Poussou et Scarlett Beauvalet, Paris IV-Sorbonne, 2003, p. 431-607.

4 Instruction adressée par M. François-Marie-Claude Richard de Hautesierck, baron d’Uberhernn, premier médecin général des hôpitaux militaires du royaume, sur la nature, les propriétés et l’administration des eaux minérales de Bourbonne, Digne, Barège, Saint-Amand, le 1er avril 1774, Versailles, Imprimerie du département de la Guerre, 1774.

5 Arch. de l’Académie de médecine, Société royale de médecine, Carton 88 Dossier 45 Corse, Carton 89, Dossier 49 Koualle et Dossier 62 La Preste.

6 Robert Astrié, Les Hôpitaux thermaux militaires en France, Lyon, Vitte, 1958, p. 44.

7 Arch. de l’Académie de médecine, Société royale de médecine, Carton 92, Dossier 48 Saint-Sauveur.

8 Émile Regnault, Les Eaux thermales de Bourbon-l’Archambault de leurs effets dans le traitement des militaires admis à l’hospice en 1843, Moulins, Desrosiers, 1844, introduction.

9 Décret du 3 février 1880 portant division des hospices en deux catégories, Paris, Dumaine, 1880, p. 6-7.

10 Louis-Léon-Cyrille Armieux, Barèges et les blessures de guerre, Toulouse, Douladoure, 1874, p. 7.

11 Henry Ossian, Sur les eaux minérales naturelles ferro-manganésiennes de Cransac, sources anciennes, Haute et Basse Richard. Précédé d’une lettre autographe au Ministère de la Guerre recommandant la fondation d’un hôpital militaire de Cransac, Paris, Thunot, 1850, introduction.

12 Département de la Guerre. Inspection générale du Service de santé des armées. Instruction sur les eaux minérales à l’usage des troupes, pour l’an VI de la République française, une et indivisible, Paris, Imprimerie de la République, an VI.

13 Ibid.

14 Arch. du Service de santé des armées, Carton 129, Dossier 18.

15 Maxime Durand-Fardel, Étude sur les établissements thermaux militaires, Paris, Baillière, 1857, p. 9.

16 Nauroy, Le Thermalisme militaire et son évolution. Conférence faite le 27 novembre 1963 à l’amphithéâtre Bussy de la faculté de Pharmacie de Paris, p. 171.

17 Hautesierck, op. cit.

18 Instruction sommaire sur les eaux minérales à l’usage des troupes, pour l’an IV de la République française, point 13.

19 Règlement général concernant les hôpitaux militaires de 1825, article 649.

20 Nauroy, op. cit., p. 177.

21 Christopher Meighan, A teatise of the nature and powers of Bareges’baths and waters. Wherin their superiour effects for the cure of gun-shot wounds… with an enquiry into the cause of the heat of the waters in general, London, T. Meighan, 1742, p. 28.

22 M. Durand-Fardel, op. cit., p. 10.

23 Robert Tournier-Lasserve, Histoire médico-militaire de Barèges, Tarbes, Lesbordes, 1937, p. 40.

24 Code d’administration des hôpitaux militaires et de charité au compte du roi du 1er janvier 1780, article 3.

25 Jean Imbert, Le Droit hospitalier de l’Ancien Régime, Paris, Presses universitaires de France, 1993, p. 167.

26 Danièle Voldman, Les Hôpitaux militaires dans l’espace sanitaire français au XVIIIe siècle, 1708-1789, thèse de doctorat, Urbanisme et dynamique de l’espace, Paris VIII, 1981, p. 83.

27 R. Tournier-Lasserve, op. cit., p. 49.

28 Antoine-Louis Lacordaire, Notes historiques sur l’hôpital royal militaire de Bourbonne-les-Bains (Haute-Marne) avec plusieurs plans et documents entièrement inédits sur les thèmes de cette ville, Langres, J. Dallet, 1880, p. 108.

29 Amédée Chassagne et Étienne-Joseph-Aristide-Ernest Emery-Desbrousses, Médecins-majors au 7e Dragons. Guide médical pratique de l’officier, Paris, Delagrave, 1876, titre VI.

30 Code d’administration des hôpitaux militaires et de charité au compte du roi du 1er janvier 1780, article 30.

31 Antoine Lomet et Louis Ramond, Mémoire sur les eaux minérales et les établissements thermaux des Pyrénnées, Paris, Impr. de R. Vatar, 1794, p. 63, p. 116.

32 R. Tournier-Lasserve, op. cit. p. 70 et p. 131-132.

33 A. Chassagne et é. Emery-Desbrousses, op. cit., « Guide hygiénique, titre VI : Soldat blessé ou invalide ».

34 Code d’administration des hôpitaux militaires et de charité au compte du roi du 1er janvier 1780.

35 Arch. du Service de santé des armées, Carton 129, dossier 19 : Barèges, Carton 130, dossier 19 : Bourbon-l’Archambault.

36 Arch. dép. du Nord et de l’Aisne, série C, fonds de l’intendance. On y trouve des états de malades, des journaux de cures et des billets de routes, entre autres.

37 Arch. du Service de santé des armées, Carton 9, dossier 45.

38 A. C. Poncin, op. cit., p. 60.

39 L. Armieux, op. cit., p. 6-7.

40 Charles Courtin, Recueil général des lois, règlements, décisions et circulaires sur le service des hôpitaux militaires dédié à son E. Monseigneur le Général Dejean, Ministre Directeur de l’Administration de la Guerre. Paris, Imprimerie impériale, 1809, p. 233.

41 A.-L. Lacordaire, op. cit., p. 24.

42 Arch. de la Société royale de médecine, Carton 88, dossier 13 : Bourbonne.

43 Arch. de la Société royale de médecine, Carton 89, dossier 62 : La Preste.

44 A.-L. Lacordaire, op. cit., p. 7.

45 Comité d’histoire du Service de santé, Histoire de la médecine aux armées, t. I, De l’antiquité à la Révolution, Paris, Lavauzelle, 1982, p. 439.

46 Arch. de la Société royale de médecine, Carton 89, dossier 62 : La Preste.

47 Jean Descilleuls, Le Service de santé militaire. Paris, 1961, p. 47.

48 Arch. de la Société royale de médecine, Carton 89, dossier 4.

49 J. Descilleuls, op. cit., p. 44.

50 Arch. du Service de santé des armées, Carton 129, dossier 19.

51 L. Armieux, op. cit., p. 9-10.

52 Auguste Causard, De la cure thermale à l’hôpital militaire de Bourbonne (Publication de la Revue d’hydrologie médicale), Strasbourg, Silbermann, 1863.

53 Rapport sur les eaux thermales d’Acqui présenté à S. E. le ministre de la Guerre par les officiers de santé Guiesse… Jassier… d’Herbier… chargés en chef du service de l’hôpital militaire près les eaux thermales d’Acqui pendant la saison des bains de l’an 1809, Plaisance, Maur del dajno, 1809, p. 1.

54 Jean-François Coste, Du Service des hôpitaux militaires, rappelé aux vrais principes, Paris, Croullebois, 1790, p. 233.

55 François M. A. Aulagnier, Réponse au Mémoire de M. le Dr Corbin intitulé Notice sur les eaux thermales de Bourbonne, Adressée au Conseil de santé des armées, Paris, Moquet, 1841, p. 7.

56 Jean-François-Hyacinthe-Bernard Cabrol et Paul Tamisier, Eaux thermo-minérales chlorurées sodiques de Bourbonne-les-Bains (Ext. des rapports officiels adressés au Conseil de santé des armées et à l’Académie pendant les années 1855 et 1857), Paris, Noblet, 1858, p. 27.

57 Code de 1780, article 5.

58 Arch. du Service de santé des armées, Carton 129, dossier 19.

59 R. Tournier-Lasserve, op. cit., p. 47.

60 R. Tournier-Lasserve, op. cit., p. 6.

61 M. Durand-Fardel, op. cit. L’auteur, médecin inspecteur des sources d’Hauterive, à Vichy et secrétaire général de la Société d’hydrologie médicale de Paris, fait un rapport à cette Société sur un mémoire du docteur Pincoffs, ex-médecin civil des hôpitaux de Scutair. Pincoffs constate que la France, l’Autriche et la Sardaigne mettent largement à la disposition des soldats malades les propriétés salutaires des eaux minérales, tandis qu’aucune institution similaire n’existe en Angleterre. Pincoffs souhaite que les autorités anglaises copient le thermalisme militaire de ces pays.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Localisation du thermalisme militaire dans les colonies et à l’étranger (Révolution-XIXe siècle)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/44841/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 1 : Localisation du thermalisme militaire en France, XVIIIe-XIXe siècles.
Légende Légende : – en gras : hôpitaux militaires ; – en italiques : salles réservées aux militaires dans hôpitaux thermaux civils ; – en soulignés : eaux minérales utilisées par les militaires ; – cadre en pointillés : projet de construction d’hôpital thermal militaire ; – en majuscules : analyse d’eaux minérales.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/44841/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 2 : Plan de l’hôpital de Bourbonne en 1732.
Crédits Source : A. Lacordaire, Notes historiques sur l’hôpital royal militaire de Bourbonne-les-Bains (Haute-Marne) avec plusieurs plans et documents entièrement inédits sur les thermes de cette ville, Langres, J. Dallet, 1880, p. 147.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/44841/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 3 : Plan de l’hôpital de Bourbonne en 1860.
Crédits Source : Arch. du Service de santé des armées, Carton C/30721.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/44841/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 4 : Idem, détail de l’établissement des bains, sous-sols avec galeries et citernes, rez-de-chaussée avec les salles de bains et de repos, 1er étage avec réservoirs.
Crédits Source : Arch. du Service de santé des armées, Carton C/30721.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/44841/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Fig. 5 : Plan de Barèges de 1731 avec l’emplacement des bâtiments à construire pour l’hôpital thermal militaire.
Crédits Source : Robert Tournier-Lasserve, Histoire médico-militaire de Barèges, Tarbes, Lesbordes, 1937, p. 42-43. D’après deux plans de l’ingénieur du 22 septembre 1731 (Arch. du Génie, Section historique, Barèges, Carton 1).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/44841/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 6 : Plan de Barèges en 1794 présentant l’hôpital et l’établissement thermal militaires.
Crédits Source : Robert Tournier-Lasserve, op. cit., p. 31. Plan établi par l’ingénieur Maugis joint à une lettre de l’intendant de Pomereu du 22 septembre 1731 (Arch. du Génie, Section historique, Barèges).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/44841/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Fig. 7 : Plan des thermes de l’hôpital thermal militaire d’Amélie-les-Bains en 1857.
Crédits Source : Robert Tournier-Lasserve, op. cit., p. 95.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/44841/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig. 8 : Plan de l’hôpital thermal militaire réutilisé après la Révolution.
Crédits Source : Louis Delmas, La pratique thermale à Amélie-les-Bains, 2e édition, Paris, Masson, 1887, Planche IV.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/44841/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 9 : Certificat médical pour aller prendre les eaux de Saint-Amand, dressé par le médecin et le chirurgien-major de l’hôpital militaire de Valenciennes, 1775.
Crédits Source : Arch. dép. du Nord, Fonds de l’Intendance, C 5648.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/44841/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Fig. 10 : État des soldats du régiment de Salis Grison envoyés par l’hôpital de Landrecy, 15 juin 1775.
Crédits Sources : Arch. dép. du Nord, Fonds de l’Intendance, C 5648.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/44841/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 11 : Feuille de route de soldats envoyés de l’hôpital militaire de Givet aux eaux de Saint-Amand, 4 juin 1775.
Crédits Source : Arch. dép. du Nord, Fonds de l’Intendance, C 5648.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/44841/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 12 : État des journées des militaires hospitalisés à Saint-Amand en juin 1750.
Crédits Source : Arch. dép. du Nord, Fonds de l’Intendance, C 5751.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/44841/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 408k

Auteur

Chargée d’études documentaires aux Archives nationales du monde du travail à Roubaix, elle est responsable des programmes de numérisation et des archives d’entreprises et du mouvement sportif. Archiviste, elle a auparavant exercé dans d’autres administrations publiques. Elle est diplômée en histoire des techniques (CNAM-Paris) et en histoire de la médecine et de la santé (Paris IV-Sorbonne).

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540