Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La santé des populations civiles et militaires

 | 
Élisabeth Belmas
, 
Serenella Nonnis-Vigilante

La prise en charge sanitaire par les services de santé militaire (XVIIIe-XIXe siècles)

Un aperçu de la relation médecin-patient dans l’armée française sous le Second Empire : l’exemple des expéditions lointaines

Doctor-patient relations in the French Army during the Second Empire: The case of overseas expeditions

Claire Fredj

Résumé

L’armée sous le Second Empire se révèle particulièrement intéressante pour l’analyse de la relation médecin-malade : l’armement se transforme, les armées françaises se livrent à plusieurs expéditions lointaines qui imposent des contraintes physiques nouvelles et des troupes d’origines très variées, recrutées chez les « indigènes » d’Algérie, du Sénégal, du Darfour, de Cochinchine complètent les contingents métropolitains. Chacun de ces groupes développe des attitudes différentes vis-à-vis de la médecine « officielle », représentée par le médecin militaire, qui s’impose à eux durant le temps plus ou moins long passé sous les drapeaux. La surveillance sanitaire constante du soldat, destinée à assurer à l’armée un certain niveau de santé contribue à familiariser toute une population au contact de la médecine « officielle ». Médecin administratif, médecin des grands effectifs, le médecin militaire se situe ainsi entre une médecine clinique censée uniformiser et un rapport au soin plus personnalisé.

The Second Empire Army gives us a particularly interesting view on the relations between doctors and their patients: weaponry had changed, several long-distance expeditions brought new physical constraints to the Army, and troops were now recruited among much more diverse populations, with soldiers from Algeria, Senegal, Darfur and Cochinchina. Those groups developed very different attitudes toward «official» medicine – embodied by the army physician – that got imposed on them during their service. The constant sanitary monitoring of soldiers, aimed at assuring a level of health condition to the armed forces, familiarized large groups to «official» medicine. By its administrative duties and the large number of patients under their rule, army physicians thus occupied an intermediate position between a generalizing clinical medicine and a personalized approach to treatment.

Texte intégral

  • 1 Michael Balint, Le Médecin, son malade et la maladie, Paris, Presses universitaires de France, 1957
  • 2 Olivier Faure, « La médicalisation vue par les historiens », dans Pierre Aïach et Daniel Delanoë (é (...)

1Université Paris Ouest Nanterre La Défense Depuis l’ouvrage de Michael Balint, Le Médecin, son malade et la maladie, paru en 19571, nombreux sont les médecins qui écrivent sur la relation médecin-malade. C’est aussi un thème de plus en plus volontiers abordé par les sciences sociales de la santé comme par les historiens, qui se penchent sur la pratique du médecin ou tentent de cerner la figure du patient2.

  • 3 Pour une analyse plus détaillée, voir Claire Fredj, Médecins en campagne, médecine des lointains. L (...)

2Les liens noués dans l’armée française au XIXe siècle entre le médecin militaire et le patient-soldat commencent eux aussi à être explorés, grâce aux sources nombreuses que produit l’administration militaire. Le moment du Second Empire se révèle particulièrement intéressant pour leur analyse : l’armement se transforme, les armées françaises se livrent à plusieurs expéditions lointaines qui imposent des contraintes physiques nouvelles et des troupes d’origines très variées, recrutées chez les populations indigènes d’Algérie, du Sénégal, du Darfour, de Cochinchine complètent les contingents métropolitains. Chacun de ces groupes développe des attitudes différentes vis-à-vis de la médecine « officielle », représentée par le médecin militaire et s’impose à eux durant le temps plus ou moins long passé sous les drapeaux3.

3Quelques textes de soldats malades ou blessés permettent d’envisager le geste médical « d’en bas » mais les écrits de médecins se décrivant en train de soigner dominent. Évidemment conditionnée par l’asymétrie des témoignages, la relation médecin-malade dans l’armée semble pouvoir être définie par trois éléments : une surveillance continue du soldat par le médecin, une adaptation du soldat à la médecine mais aussi de la médecine au soldat, enfin une attention à la parole du patient plus importante que celle attendue dans une institution où s’élabore une médecine de masse.

La population militaire, une population médicalement surveillée

  • 4 Odile Roynette, « Bons pour le service ». L’expérience de la caserne en France à la fin du XIXe siè (...)
  • 5 Archives du Service de santé des armées (désormais SSA), 54/2, Maffre, Inspection générale du 1er r (...)
  • 6 Charles Delahousse, Étude sur le service médical en campagne, Alger, Imp. de l’Akhbar, 1866, p. 17.
  • 7 Ibid.

4La médecine encadre le soldat tout au long de sa vie sous les drapeaux. L’attention à sa santé commence dès qu’il est question de le juger « bon pour le service4 » et des visites médicales scandent ensuite régulièrement sa vie. Elles peuvent avoir une visée pédagogique au Mexique par exemple, où les médecins en profitent « pour répéter aux chasseurs les moyens hygiéniques à employer pour assurer la propreté du corps et spécialement celle de la bouche et des pieds5 ». En opération, le médecin de régiment est censé examiner la troupe chaque jour afin de déterminer qui peut continuer à marcher. En Algérie, le docteur Delahousse, très sévère à la visite du soir, repasse le lendemain matin, « afin de contrôler [s]a manière de voir de la veille et d’agir en conséquence6 ». La volonté de traquer les tire-au-flanc et les simulateurs amène aussi le médecin à accroître sa surveillance en s’aidant des commandants de compagnie qui mettraient « une très grande complaisance à édifier le médecin sur les antécédents d’un homme dont on doute7 ».

  • 8 Archives du Service historique de la Défense (désormais SHD), G5/9, Correspondance générale, no 189 (...)
  • 9 Arch. du SHD G5/4, Gerrier au colonel commandant en chef de la place de Shanghai, 6 septembre 1860.
  • 10 Arch. du SSA 53/6, Bazaine à Intendant en chef, envoyé pour copie conforme à Fuzier, 26 mai 1865.

5En campagne particulièrement, la santé des hommes est la« préoccupation constante8 » du commandement et compte tenu de sa rareté, la prise en charge médicale rapide du soldat est préconisée : face à un risque d’épidémie de choléra à Shanghai, le médecin Gerrier engage ainsi les commandants de compagnie à envoyer les hommes à l’hôpital dès qu’ils sont indisposés, car « l’on a souvent à regretter d’avoir perdu dans l’expectative un temps précieux9 ». Pourtant, le général Bazaine dénonce le fait que trop de malades traités dans les hôpitaux du Mexique en sortent avant une guérison complète et que ces militaires, « après quelques étapes retombent malades et entrent successivement dans les divers hôpitaux des places que nous occupons [et] nous perdons en disponible un certain nombre d’hommes qui auraient pu par des soins prolongés une première fois, rentrer et rester dans les rangs10 ». Les médecins militaires sont donc priés de ne laisser rentrer dans leur corps que des hommes complètement guéris.

  • 11 Félix Rizet, « Des suites éloignées du scorbut », Recueil de mémoires de médecine, de chirurgie et (...)

6L’état physique des soldats est ainsi régulièrement contrôlé, un contrôle certainement plus important que ce que la plupart d’entre eux ont connu dans la vie civile, à la campagne dont beaucoup sont issus mais aussi en ville. Le médecin militaire Félix Rizet souligne les avantages de cette « surveillance journalière ». À connaître les antécédents de ses hommes, le médecin de régiment peut notamment « suivre les modifications qu’ont fait éprouver les épidémies à chacune des victimes qui en furent frappées. Pareille recherche devient presque impossible dans la pratique civile [car] à peine guéri, le malade échappe bien souvent au médecin qui lui a prodigué ses soins11 ». Le possible suivi du malade lui apparaît comme la marque d’une médecine militaire proposant un rapport différent au patient que la médecine civile.

  • 12 Joseph Barudel, « Note sur le traitement du typhus observé à l’hôpital de l’école militaire à Const (...)
  • 13 Bon-Auguste Catteloup, Quelques considérations sur le service sanitaire en campagne, principalement (...)
  • 14 François Quesnoy, « Notice médico-chirurgicale sur l’armée d’Orient », RMMCPM, 2e série, t. XXI, 18 (...)
  • 15 Ibid., p. 208.

7Ce point revient souvent sous la plume de ses confrères. La connaissance du patient fait par exemple trouver à Barudel « des indications spéciales pour entamer le traitement chez des malades […] dont le tempérament m’était connu et m’était un guide et un appui pour oser davantage12 ». Un des éléments du service de santé que certains souhaitent voir réformer est cependant le statut du médecin de régiment pour des raisons diverses dont l’une est l’impossible suivi des malades et des blessés en campagne : obligés d’accompagner leurs troupes dans leurs mouvements « ils ne peuvent ni se faire suivre par les malades, ni les soigner au bivouac13 ». En Crimée où les blessés sont évacués vers Constantinople, « il ne nous a pas été donné de suivre la marche et d’étudier dans son ensemble aucune blessure par arme de guerre14 », déplore le médecin-major Quesnoy. De plus, « tant que les blessés restent à l’ambulance, on peut les surveiller, et leur apprendre » mais, évacués, « ils négligent de remplir les prescriptions qui leur sont faites15 » et les complications sont nombreuses.

  • 16 Arch. du SHD, G5/1, Montauban à Collineau, Instructions pour M. le général Collineau, commandant su (...)

8Blessé ou malade, le soldat est transféré à l’infirmerie ou à l’hôpital et son hospitalisation se déroule selon un cadre fixé dans ses moindres détails, en théorie du moins. Bâtiment militaire, la discipline doit y être « maintenue avec la plus grande rigueur16 », rappelle le général Montauban à Tien-Tsin. Le médecin doit s’adapter à ce cadre. Selon le médecin Félix Jacquot, le « véritable » médecin militaire n’oublie jamais qu’il s’occupe de soldats. En cela, il diffère de son confrère civil :

  • 17 Félix Jacquot, Réorganisation du corps des officiers de santé militaires. Note présentée au Conseil (...)

« Ses ordres et ses conseils sont formels et précis ; il ne se prononce jamais qu’après avoir réfléchi, aussi évite-t-il cette hésitation, ces concessions et ces retours qui, aux yeux du soldat habitué à la formule inflexible et à la presque infaillibilité du commandement, passent pour de la faiblesse […] et ne manquent jamais de diminuer la confiance du malade dans son médecin17. »

  • 18 C. Delahousse, op. cit., p. 21.

9Les dossiers d’inspection dessinent un idéal-type de médecin militaire qui se construit entre autres par son attitude vis-à-vis des soldats. Est particulièrement apprécié l’équilibre entre bienveillance et fermeté, nécessaire au maintien de la discipline18. La surveillance sanitaire constante du soldat, destinée à assurer à l’armée un certain niveau de santé contribue également à familiariser toute une population au contact de la médecine « officielle ».

Le soldat et la médecine

  • 19 Louis Cazalas, « Relation de l’épidémie cholérique dont la première division de l’armée d’Orient a (...)
  • 20 François Poncet, « Des maladies qui ont régné dans le corps expéditionnaire du Mexique, pendant son (...)
  • 21 Arch. du SSA, 54/2, Maffre, Inspection générale du 1er régiment de marche, 11 juillet 1863.
  • 22 Ibid., 60, Aronssohn, Rapport d’inspection, Noria le 1er juillet 1865.

10La santé apparaît comme le résultat d’un travail commun entre le praticien et son patient dont le premier attend du second plusieurs qualités, notamment la discipline individuelle qui semble souvent faire défaut : ainsi dans la Dobrudja, « les soldats, avec l’insouciance qui les caractérise au sujet de leur santé, ne songent que trop tard aux conseils d’hygiène qui leur ont été transmis19 » et pour Poncet au Mexique, l’acclimatement serait assez facile « si nous n’avions à compter avec […] les imprudences mêmes du soldat qui ne connaît qu’une chose, la satisfaction de ses désirs, dût-il mourir quelques heures plus tard20 ». D’autres médecins, en revanche, montrent une population militaire qui commence à se plier aux règles imposées par le Corps de santé, comme Maffre qui, au Mexique, se félicite de l’observation des règles hygiéniques par ses troupes21 ou Aronssohn constatant dans un de ses rapports d’inspection que ses hommes « comprennent trop l’importance » des soins de propreté pour les négliger. Ainsi échappent-ils à la gale22.

  • 23 F. Poncet, op. cit., p. 220.
  • 24 P.-A. Duges, Conseils aux soldats de la Grande Armée, ouvrage dans lequel ils trouveront le moyen d (...)

11La surveillance ne suffit pas au médecin pour connaître l’état de santé d’un soldat : il est parfois nécessaire que celui-ci se déclare souffrant. Or, cette démarche n’est pas toujours naturelle, pour diverses raisons, liées notamment à la vie au sein d’une communauté masculine où prévaut un code de l’honneur empêchant d’exprimer sa faiblesse. Au Mexique par exemple, Poncet souligne le délai qui s’écoule avant que ses hommes acceptent de se présenter devant lui « car ils mettent l’amour-propre à ne pas être malades et ne se déclarent qu’au moment où ils ne peuvent littéralement plus marcher23 ». Ce « sentiment d’honneur si puissant » relevé par le médecin Dugès au début du XIXe siècle amènerait le soldat à préférer « mourir de son silence et de son mal que d’emporter dans les hôpitaux l’idée que ses camarades le regardent comme un lâche, un calin24 ».

  • 25 Arsène Rabel, Considérations sur plusieurs maladies graves qui ont sévi à bord du Monge, pendant un (...)
  • 26 Pierre-Étienne Col, Histoire médicale du poste de Rach-Tra (Cochinchine) du 1er mars 1861 au 15 avr (...)

12La crainte entre aussi en ligne de compte dans cette temporisation. Rabel, en Chine, dit observer rarement les prodromes du choléra : « une certaine frayeur […] retient [ses soldats], ils résistent au désir de venir se faire soigner, espérant toujours que ces premiers symptômes, vomissements et diarrhées, vont cesser et redoutant surtout peut-être de voir confirmer la crainte qu’ils ont d’une attaque du terrible fléau25. » La peur peut néanmoins jouer dans l’autre sens : Col, en Cochinchine, prend ainsi la dysenterie de ses hommes au début, « les malades n’ayant pas attendu le second jour pour réclamer des soins contre une affection dont ils avaient pu constater la gravité dans la campagne de Chine26 ».

13La crainte que provoquent l’hôpital et ses soins est aussi à envisager. La médecine à l’armée est parfois le premier contact du soldat avec la médecine « officielle » qui suscite, semble-t-il, de l’appréhension. Dans cette lettre d’avril 1852, le soldat Parisot, récemment arrivé en Algérie, écrit à ses parents au sujet de l’hôpital :

« ces maisons me font peur : il y a trop de malades et il me semble sans cesse au-dessus de ces rangs de lits dans ces longues salles sombres voir l’oiseau de la mort qui plane en silence et attend le moment de vous enlever. Après la tisane, la quinine, le méreuve et tous les comprimés, donc qu’avec tous ces poisons, la vie d’un homme ne fait pas long feu. »

  • 27 Flavien Parisot, « Lettre du 30 avril 1852. Orléansville », dans M.-F. et J.-F. Michel (éds), Flavi (...)
  • 28 « Lettre du 10 septembre 1852. Hôpital de Tenez », ibid, p. 69.

14Il se soigne donc lui-même et se dit guéri au bout de douze jours, mais, « dans la crainte que plus tard je ne sois atteint, et pour en prévenir les conséquences, j’ai, avec mes économies bien entendu, acheté une [flanelle] dite de santé, que je porte toujours depuis et dont je suis très content27 ». Dans ses lettres suivantes, la crainte s’atténue progressivement. Il décrit avec une certaine précision le traitement auquel il est soumis et beaucoup plus que dans le premier extrait, en discerne l’utilité : « tous les jours, je prends du sulfate de quinine, 8 décigrammes. Je suis bien rétabli, et je pense sortir le 1er octobre28. »

  • 29 Madeleine Akrich, « Petite anthropologie du médicament », Techniques & culture, no 25-26, 1995, p.  (...)
  • 30 Pierre-Augustin Didiot, « Relation médico-chirurgicale de la campagne de Cochinchine en 1861-1862 » (...)
  • 31 Prosper Daniel, Des fièvres observées dans les principales rivières du Mexique (Tampico, Alvarado, (...)
  • 32 Jean-Charles Duteuil, Quelques notes médicales recueillies pendant un séjour de cinq ans en Chine, (...)

15Toute observation médicale expose en effet en détail les moyens mis en œuvre pour guérir le malade et insiste particulièrement sur les remèdes prescrits, qui, largement consommés dans la médecine civile, sont dès le milieu du XIXe siècle également « au cœur de la relation thérapeutique29 » dans la médecine militaire. À l’infirmerie régimentaire comme à l’hôpital, les précisions données sur la posologie indiquent une certaine personnalisation du traitement témoignant de l’attention que le médecin porte à son patient. Cela ne l’empêche pas d’être parfois énergique, en particulier pour que le sulfate de quinine – remède souverain contre les fièvres paludéennes dont les médecins exerçant en Algérie se sont fait une spécialité et de plus en plus utilisé depuis les années 1830 dans l’Armée d’Afrique – pénètre l’organisme. Si le médicament ne peut être avalé, « dans des cas rares, on a été obligé de l’administrer par le rectum30 », signale Didiot. Pour qu’il fasse plus d’effet, Prosper Daniel va même jusqu’à dénuder « au moyen de la pommade ammoniacale, une partie de la peau du ventre31 », pour la recouvrir de sulfate de quinine. Ces méthodes ne s’excluent pas. Pour faire absorber à l’un de ses malades un des rares médicaments qui fonctionnent en ces temps d’impuissance thérapeutique, Jean-Charles Duteuil lui ferme le nez d’une main « tout en présentant de l’autre la solution à ses lèvres. Un lavement était en même temps administré avec deux grammes du même médicament ; enfin, des frictions sur tout le corps, principalement aux aines, à la partie interne des cuisses et des aisselles avec de l’eau de vie chaude contenant en dissolution 5 gr. de sulfate de quinine, furent continué pendant une demi-heure32 ».

  • 33 P.-A. Didiot, op. cit., p. 265.
  • 34 P.-É. Col, op. cit., p. 18.

16Plusieurs remèdes, comme le vin quinquiné, ne sont pris « qu’avec une grande répugnance à cause de [leur] amertume33 » et Pierre-Étienne Col, qui utilise – sans succès – la racine d’ipéca contre la dysenterie, autre maladie dont le soldat souffre fréquemment dans ces expéditions outremer, précise que ses malades boivent sous ses yeux « cette liqueur amère et nauséabonde34 ».

  • 35 Henri Lespiau, « Exposé clinique des blessures de guerre, soignées dans les hôpitaux militaires fra (...)
  • 36 Auguste Bonte, Relation topographique et médicale d’une campagne sur les côtes occidentales du Mexi (...)

17Confrontés à des malades issus de traditions médicales diverses, les médecins français peuvent cependant relativiser les éventuelles réticences de leurs patients. Lespiau souligne ainsi les différences entre « les soldats français, [qui], pleins de confiance dans leurs médecins, se conforment aux prescriptions qui leur sont faites et ne dérangent pas leurs pansements » et les Mexicains, dont il déplore l’indocilité, eux qui « portant dans les hôpitaux les préjugés indiens, défaisaient continuellement leurs pansements pour examiner leurs plaies et pour remplacer les topiques que les chirurgiens leur avaient appliqués le matin, par les matières les plus repoussantes35 ». Ce refus médical semble partagé par le bataillon algérien d’Acapulco, « proportionnellement plus éprouvé par la maladie du fait de la répugnance qu’ils semblent manifester pour les médicaments36 ».

18Un rapport de Fuzier sur les soins qu’il dispense aux soldats du Darfour, « prêtés » par le vice-roi d’Égypte et employés à Veracruz, montre néanmoins des adaptations de part et d’autre. Il expose le fait qu’une étude spéciale :

  • 37 Jean-Baptiste Fuzier, « Extrait d’un rapport sur le service médical de Veracruz pendant le mois de (...)

« est assez difficile, en raison du langage inconnu de ces hommes, a dû être commencée, de leur goûts, de leurs usages, de leurs besoins, de leurs répulsions, de leurs préjugés religieux, de manière à les ménager et à les respecter. À leur entrée, ces malades étaient méfiants et inquiets. L’eau pure ou aiguisée de jus de citron était la seule boisson qu’ils consentissent à accepter. Les médicaments étaient généralement refusés […]. La viande, non saignée par eux, était repoussée. Il a fallu s’appliquer, par de bons procédés, à leur donner toute confiance et sécurité37. »

  • 38 Ibid., p. 274.

19Il fait boire à ces musulmans du vin, « si utile dans la convalescence, [qui] a été d’abord donné en potion cordiale [et est] aujourd’hui […] donné à tous comme boisson alimentaire à l’état pur », mais il insiste aussi sur un travail d’explication incessant : « l’emploi des lavements nous a paru d’une grande utilité […]. Aussi avons-nous insisté près des malades pour que l’emploi de ce moyen, qui leur répugnait, fût regardé par eux comme utile et indispensable à leur guérison38. » Les soins donnés aux membres du bataillon égyptien frappés du typhus, s’ils montrent l’entrée à marche forcée de ces soldats dans le monde médical européen, signalent aussi la manière dont tout un personnel tente de plier au cadre hospitalier des malades inhabituels :

  • 39 Ibid., p. 275.

« L’organisation de ce service a été pénible et dangereuse pour les médecins de l’hôpital. Ils ont dû passer chaque jour un temps considérable, au milieu de ce nouveau foyer d’infection, par suite de l’état grave des malades, de la difficulté à se faire comprendre par eux, de l’éloignement qu’ils manifestaient tout d’abord pour tout ce qui leur était offert. Par suite des mêmes circonstances et de l’ignorance où étaient les malades de tout soin de propreté, les infirmiers ont eu un surcroît de travail considérable39. »

20Ce besoin d’expliquer le bien-fondé d’une pratique rend la relation entre le soldat et son médecin plus complexe qu’il n’y pourrait paraître, construite, du moins dans les comptes rendus rédigés par les médecins, autour d’un intérêt réel à la personne du patient, plus ou moins possible selon les effectifs traités et les campagnes envisagées.

Le dialogue médecin-patient dans l’armée

  • 40 Ibid., p. 267 et 272.

21Une des fonctions du médecin est d’écouter son malade, dans le civil comme à l’armée. Certes, l’examen clinique a tendance à objectiver mais l’effacement de la parole du patient qu’il produirait est à relativiser, d’autant que des situations inédites rendent parfois caduques les procédures habituelles. Fuzier décrit ainsi les difficultés qu’il a éprouvées à soigner les soldats noirs du bataillon égyptien, notamment en raison « de l’absence d’indications fournies par une peau fortement pigmentée [ :] l’établissement du diagnostic en devenait d’autant moins sûr40 ». Plusieurs observations médico-chirurgicales rendent donc souvent compte d’un dialogue existant entre le médecin et le patient, fût-ce dans des conditions peu favorables.

  • 41 Jacob Masse, « Observations de plaies par armes à feu, recueillies dans les services de MM. Méry, m (...)
  • 42 F. Quesnoy, op. cit., p. 207.
  • 43 Auguste-Dominique Valette, « Documents pour servir à la solution de plusieurs questions relatives a (...)
  • 44 J.-B. Fuzier, op. cit., p. 267.

22Le médecin cherche ainsi le maximum d’informations sur ses blessés et l’historique de leurs affections. Masse raconte comment l’un d’eux, après la bataille de l’Alma « nous dit qu’au moment où il a été blessé, il a perdu connaissance et a eu plus tard, à l’ambulance, une hémorragie abondante par l’oreille droite41 », indications qui orientent ensuite la manière de le soigner. Cette étape a parfois lieu d’étonnantes façons : touché par un obus dans la figure, un homme « à qui M. Scrive enlevait avec peine des esquilles poussées jusque dans l’arrière bouche [aurait écrit] d’une main ferme tout ce qu’il ne pouvait pas dire42 ». Il arrive que le médecin ne parvienne pas à communiquer avec son patient pour des questions linguistiques : « le blessé ne parlant pas français, je ne puis savoir si le projectile a été retiré43. » La situation est donc éventuellement analysée par le filtre d’un interprète. Dans la difficile acceptation par les soldats du bataillon égyptien de Veracruz des médecins français et de leurs remèdes, Fuzier reconnaît volontiers le rôle des « deux mahométans, tirailleurs indigènes, dont l’un nègre originaire du Soudan, parlant une langue analogue à la leur, [qui] ont été d’un grand secours pour atteindre le but44 ». Il peut néanmoins arriver que l’interprète échoue à remplir sa tâche. Mais, toujours à Veracruz, le service devient beaucoup plus pénible et plus difficile :

  • 45 Arch. nat., CC2 936, Alfred Moufflet à amiral Bosse, le 10 juin 1864.

« par suite de la diversité des langues que parlent les hommes que nous avons à traiter. Nous avons bien un interprète pour les Égyptiens mais il traduit assez mal les questions spéciales de la médecine […]. Quant aux Indiens yucatanais, il est impossible de se faire comprendre d’un et ce n’est que par l’examen des signes extérieurs de la maladie que nous pouvons baser un traitement45. »

  • 46 Ibid., CC2 971, Gérard Bonnescuelle de Lespinois, Rapport médical de la campagne du Laplace dans le (...)

23A contrario, savoir rapidement « quelques mots d’annamite46 » explique, à Saigon, le déplacement du médecin de la marine Bonescuelle de Lespinois de l’hôpital militaire au dispensaire pour vénériens indigènes.

  • 47 Auguste Bintot, « Observations de blessures de guerre, traitées après la bataille de Majoma, 21 sep (...)
  • 48 Ibid., p. 50.
  • 49 Arch. du SSA 55/2, Gouchet. Pour plus de détail sur ces questions, voir Claire Fredj, « Écriture de (...)

24Jusqu’où le patient est-il impliqué dans les choix du médecin ? Lorsqu’elle est décidée, par exemple, comment une décision comme l’amputation est-elle annoncée ? Lorsque Bintot, après avoir endormi son blessé, lui incise le cubitus et met en évidence une lésion qui « fait décider unanimement l’amputation de l’avant-bras47 », rien ne permet de savoir si le blessé a été réveillé et informé de l’opération projetée. Mais on sait que le même médecin propose l’amputation à un blessé mexicain « qui hésite d’abord et finit par se décider48 ». D’autres font le « sacrifice de leur membre avec beaucoup de résignation, demandant seulement à être endormis49 ».

  • 50 P. Curel, Quelques considérations sur la colique sèche des pays chauds, thèse de médecine, Montpell (...)

25Le médecin tente aussi de se faire le récepteur de la douleur de ses patients. Malgré les difficultés de son enregistrement, quelques bribes en sont perceptibles dans les observations médico-militaires, en partie parce que son expression leur est utile. Le chirurgien de la marine Curel décrit les fortes douleurs qui accompagnent la colique sèche en Cochinchine, un des symptômes de l’affection qui attire son attention : « on le voit se tordre sur le lit, tantôt sur le ventre couché en travers du lit, tantôt couché sur le côté gauche, les cuisses fléchies sur l’abdomen […] Les malades comparent les douleurs qu’ils éprouvent à celle que ferait naître la torsion de la masse intestinale50. ». Tourraine teste les réactions de ses malades face aux différents traitements contre la pourriture d’hôpital, particulièrement virulente dans les établissements militaires, notamment la douleur. Il demande donc à l’un d’eux, dont il a déjà cautérisé d’autres plaies et dont il avait :

  • 51 Alfred Tourraine, « Essai sur la pourriture d’hôpital, spécialement au point de vue du traitement » (...)

« apprécié la belle énergie, s’il voulait que je lui verse sur sa blessure quelques gouttes de ce liquide qui causait de si vives douleurs à son voisin. Il me donna volontiers l’autorisation d’agir comme je le désirais : mais à peine quelques gouttes de perchlorure furent-elles versées dans sa plaie qu’il s’écria : “M. le docteur, c’est pire que le fer rouge”51. »

  • 52 Ibid., p. 311 et p. 315.
  • 53 Arch. du SSA 55/2, Gouchet.
  • 54 Arch. du SSA 55/2, Léon Gouchet.
  • 55 P.-É. Col, op. cit., p. 18.
  • 56 Byron Good, Comment faire de l’anthropologie médicale. Médecine, rationalité et vécu, Le Plessis-Ro (...)

26Le soin est, là encore, énergique mais le consentement du patient est souligné. Les succès atteints avec cette substance paraissent à Tourraine « chèrement achetés par la douleur » alors que d’autres « réussissent tout aussi bien sans faire payer leur efficacité par la souffrance ». Il conseille d’ailleurs de « faire usage du chloroforme autant que faire se peut, car la douleur n’est pas nécessaire pour obtenir la guérison52 », opinion partagée par la plupart des chirurgiens de l’armée. La réaction du malade et la douleur provoquée entrent donc en ligne de compte pour évaluer l’efficacité d’un remède. La douleur peut aussi être observée comme marqueur de l’évolution de la blessure. Elle entre dans la relation que le médecin entretient avec le blessé. Gouchet par exemple décrit la « profonde horreur des instruments » d’un de ses blessés et « que ce soit un stylet ou une pince, il craint qu’on le fasse souffrir et il se contracte d’avance53 ». D’autres textes indiquent la souffrance morale du malade que perçoit le médecin : Arnoud après sa blessure est en proie à un délire loquace « dans lequel il parlait de désespoir, d’avenir perdu, de mort prochaine54 ». Certains médecins suggèrent la misère morale des soldats et son accentuation liée à des conditions matérielles peu adaptées, comme les dysentériques soignés par Pierre-Étienne Col qui, en Cochinchine, se traînent jusqu’aux bailles nauséabondes, accompagnés par des nuées de moustiques, plus de vingt fois par nuit55. Loin d’être le froid récit d’un acte de soin, les observations médicales indiquent aussi une attention à la personne du malade. Le regard « anatomique » du médecin contribue certes à une reconstruction de la personne comme corps, cas, patient, cadavre56, mais sans éliminer toute autre manière de voir un blessé ou un malade qui est aussi un individu que le praticien est souvent amené à côtoyer, dans la société étroite du corps de troupe.

 

  • 57 M. Balint, op. cit., p. 245.

27Le soldat du XIXe siècle peut apparaître comme un patient particulier, passant fréquemment sous le regard du médecin, recevant « la routine de l’examen clinique57 », sans d’ailleurs en avoir le choix, dans le contexte contraignant de l’armée. Ressource précieuse, particulièrement en campagne et plus encore quand elle est éloignée de la métropole car elle devient alors d’autant plus rare, le soldat fait l’objet d’attentions qui ont pour but de préserver sa santé.

28Dans le cadre de moyens souvent limités, dans des conditions la plupart du temps difficiles, cette médecine poursuit finalement, dans une certaine mesure, la tâche de réconfort attendue du médecin, tout en tentant de préserver ou de rendre la santé. Médecin administratif, médecin des grands effectifs, le médecin militaire se place cependant entre une médecine clinique censée uniformiser et un rapport au soin plus personnalisé. L’analyse du rapport des troupes à la médecine permet ainsi de découvrir un autre pan de la médicalisation de la population française mais aussi, c’est particulièrement visible pour les campagnes du Second Empire, des populations extra-européennes.

Notes

1 Michael Balint, Le Médecin, son malade et la maladie, Paris, Presses universitaires de France, 1957.

2 Olivier Faure, « La médicalisation vue par les historiens », dans Pierre Aïach et Daniel Delanoë (éds), L’Ère de la médicalisation. Ecce homo sanitas, Paris, Anthropos, 1998, p. 53-68 ; Philip Rieder, « L’histoire du patient : aléa, moyen ou finalité de l’histoire médicale ? », Gesnerus, t. 60, no 3/4, 2003, p. 260-271, p. 264.

3 Pour une analyse plus détaillée, voir Claire Fredj, Médecins en campagne, médecine des lointains. Le service de santé des armées dans les campagnes lointaines du Second Empire (Crimée, Chine-Cochinchine, Mexique), thèse de doctorat, histoire et civilisation, sous la direction de Daniel Nordman, Paris, EHESS, 2006.

4 Odile Roynette, « Bons pour le service ». L’expérience de la caserne en France à la fin du XIXe siècle, Paris, Belin, 2000, p. 180-198.

5 Archives du Service de santé des armées (désormais SSA), 54/2, Maffre, Inspection générale du 1er régiment de marche, 11 juillet 1863.

6 Charles Delahousse, Étude sur le service médical en campagne, Alger, Imp. de l’Akhbar, 1866, p. 17.

7 Ibid.

8 Archives du Service historique de la Défense (désormais SHD), G5/9, Correspondance générale, no 189, Instruction au lieutenant-colonel Favre, 27 juin 1860.

9 Arch. du SHD G5/4, Gerrier au colonel commandant en chef de la place de Shanghai, 6 septembre 1860.

10 Arch. du SSA 53/6, Bazaine à Intendant en chef, envoyé pour copie conforme à Fuzier, 26 mai 1865.

11 Félix Rizet, « Des suites éloignées du scorbut », Recueil de mémoires de médecine, de chirurgie et de pharmacie militaires (RMMCPM), 3e série, t. II, 1859, p. 42-59, p. 59.

12 Joseph Barudel, « Note sur le traitement du typhus observé à l’hôpital de l’école militaire à Constantinople », RMMCPM, 2e série, t. XVIII, 1856, p. 162-174, p. 168.

13 Bon-Auguste Catteloup, Quelques considérations sur le service sanitaire en campagne, principalement sur l’importance des évacuations des malades et des blessés au moyen de chemins de fer, Versailles, Auguste Montalant, 1862, p. 2.

14 François Quesnoy, « Notice médico-chirurgicale sur l’armée d’Orient », RMMCPM, 2e série, t. XXI, 1858, p. 193-261, p. 193.

15 Ibid., p. 208.

16 Arch. du SHD, G5/1, Montauban à Collineau, Instructions pour M. le général Collineau, commandant supérieur de Tsien Tsin, s. d.

17 Félix Jacquot, Réorganisation du corps des officiers de santé militaires. Note présentée au Conseil d’État sur les articles du règlement relatifs aux médecins-adjoints, extrait du Spectateur militaire, mai 1849, p. 6-7.

18 C. Delahousse, op. cit., p. 21.

19 Louis Cazalas, « Relation de l’épidémie cholérique dont la première division de l’armée d’Orient a été frappée dans la Dobrutscha en juillet et août 1854 », RMMCPM, 2e série, t. XV, 1855, p. 130-162, p. 154.

20 François Poncet, « Des maladies qui ont régné dans le corps expéditionnaire du Mexique, pendant son séjour à Orizaba », RMMCPM, 3e série, t. IX, 1863, p. 81-94 et p. 208-248, p. 93.

21 Arch. du SSA, 54/2, Maffre, Inspection générale du 1er régiment de marche, 11 juillet 1863.

22 Ibid., 60, Aronssohn, Rapport d’inspection, Noria le 1er juillet 1865.

23 F. Poncet, op. cit., p. 220.

24 P.-A. Duges, Conseils aux soldats de la Grande Armée, ouvrage dans lequel ils trouveront le moyen de traiter eux-mêmes la majeure partie des maladies auxquelles ils sont le plus sujets en campagne, Namur, D. Gérard, s. d., p. vij.

25 Arsène Rabel, Considérations sur plusieurs maladies graves qui ont sévi à bord du Monge, pendant une campagne de cinq années 1859-1864 en Chine, Cochinchine et Japon, thèse de médecine, Montpellier, 1865, p. 26.

26 Pierre-Étienne Col, Histoire médicale du poste de Rach-Tra (Cochinchine) du 1er mars 1861 au 15 avril 1863, thèse de médecine, Paris, 1864, p. 17.

27 Flavien Parisot, « Lettre du 30 avril 1852. Orléansville », dans M.-F. et J.-F. Michel (éds), Flavien de Fignévelle. Lettres d’Algérie et de Crimée d’un soldat vosgien (1850-1855), Éditions Saône-Lorraine, 1994, p. 61. Le texte imprimé mentionne une « flamme de santé ».

28 « Lettre du 10 septembre 1852. Hôpital de Tenez », ibid, p. 69.

29 Madeleine Akrich, « Petite anthropologie du médicament », Techniques & culture, no 25-26, 1995, p. 129-158 ; Olivier Faure, « Le succès du médicament en France au XIXe siècle et ses significations », dans J.-C. Beaune (éd.), Philosophie du remède, Seyssel, Champ Vallon, 1993, p. 216-225 ; Christian Bonah, « Les agents thérapeutiques : paradoxes et ambiguïtés d’une histoire des remèdes aux XIXe et XXe siècles », dans C. Bonah, et A. Rasmussen (éds), Histoire et médicament aux XIXe et XXe siècles. Pour une nouvelle histoire du médicament en France, Paris, Éditions Glyphe, 2005, p. 23-64.

30 Pierre-Augustin Didiot, « Relation médico-chirurgicale de la campagne de Cochinchine en 1861-1862 », RMMCPM, 3e série, t. XIV, 1865, p. 120-150, p. 140 et p. 240.

31 Prosper Daniel, Des fièvres observées dans les principales rivières du Mexique (Tampico, Alvarado, Goazacoalcos), thèse de médecine, Montpellier, 1865, p. 24.

32 Jean-Charles Duteuil, Quelques notes médicales recueillies pendant un séjour de cinq ans en Chine, Cochinchine et Japon, thèse de médecine, Paris, 1864, p. 38.

33 P.-A. Didiot, op. cit., p. 265.

34 P.-É. Col, op. cit., p. 18.

35 Henri Lespiau, « Exposé clinique des blessures de guerre, soignées dans les hôpitaux militaires français de Puebla et de Cholula », RMMCPM, 3e série, t. XIV, 1865, p. 422-440, p. 434-435, p. 427.

36 Auguste Bonte, Relation topographique et médicale d’une campagne sur les côtes occidentales du Mexique 1864-1865, thèse de médecine, Montpellier, 1866, p. 64.

37 Jean-Baptiste Fuzier, « Extrait d’un rapport sur le service médical de Veracruz pendant le mois de février 1863 », RMMCPM, 3e série, t. IX, 1863, p. 265-275, p. 266.

38 Ibid., p. 274.

39 Ibid., p. 275.

40 Ibid., p. 267 et 272.

41 Jacob Masse, « Observations de plaies par armes à feu, recueillies dans les services de MM. Méry, médecin principal et Morgue, médecin en chef des hôpitaux de Constantinople », RMMCPM, 2e série, t. XVI, 1855, p. 379-394, p. 381.

42 F. Quesnoy, op. cit., p. 207.

43 Auguste-Dominique Valette, « Documents pour servir à la solution de plusieurs questions relatives au traitement des plaies par projectiles de guerre, recueillis dans son service sur des blessés d’Alma et d’Inkermann », RMMCPM, 2e série, t. XV, 1855, p. 204-223, p. 212.

44 J.-B. Fuzier, op. cit., p. 267.

45 Arch. nat., CC2 936, Alfred Moufflet à amiral Bosse, le 10 juin 1864.

46 Ibid., CC2 971, Gérard Bonnescuelle de Lespinois, Rapport médical de la campagne du Laplace dans les mers de la Chine (1857-1862), daté du 21 avril 1862.

47 Auguste Bintot, « Observations de blessures de guerre, traitées après la bataille de Majoma, 21 septembre 1864 (expédition du Mexique) », RMMCPM, 3e série, t. XVI, 1866, p. 39-67 ; p. 148-162 ; p. 230-244, p. 154.

48 Ibid., p. 50.

49 Arch. du SSA 55/2, Gouchet. Pour plus de détail sur ces questions, voir Claire Fredj, « Écriture des soins, écriture du combat : six médecins militaires français au Mexique (1862-1867) », Revue d’histoire du XIXe siècle, no 30, 2005-1, p. 99-120.

50 P. Curel, Quelques considérations sur la colique sèche des pays chauds, thèse de médecine, Montpellier, 1866, p. 12.

51 Alfred Tourraine, « Essai sur la pourriture d’hôpital, spécialement au point de vue du traitement », RMMCPM, 3e série, t. V, 1861, p. 303-327, p. 320.

52 Ibid., p. 311 et p. 315.

53 Arch. du SSA 55/2, Gouchet.

54 Arch. du SSA 55/2, Léon Gouchet.

55 P.-É. Col, op. cit., p. 18.

56 Byron Good, Comment faire de l’anthropologie médicale. Médecine, rationalité et vécu, Le Plessis-Robinson, Les empêcheurs de penser en rond, 1998, p. 165-166.

57 M. Balint, op. cit., p. 245.

Auteur

Diplômée de l’Institut d’études politiques de Paris et agrégée d’histoire, Claire Fredj est maître de conférences à l’université de Paris-Ouest Nanterre La Défense. Elle a soutenu en 2006 une thèse intitulée Médecins en campagne, médecine des lointains. Le Service de santé des armées dans les campagnes du Second Empire (Crimée, Chine-Cochinchine, Mexique), préparée sous la direction de Daniel Nordman. En collaboration avec Manuel Charpy, elle a publié en 2003 Lettres du Mexique. Itinéraires du zouave Augustin-Louis Frélaut (1862-1867), édition commentée d’une correspondance inédite, Éditions Nicolas Philippe. Elle est aussi l’auteur d’une Histoire sociale du XIXe siècle, Paris, Hachette, coll. « Crescendo », 2001 et de La France au XIXe siècle, Paris, PUF, 2009. Elle poursuit actuellement ses travaux sur le monde médical en Algérie à l’époque coloniale.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540