Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La santé des populations civiles et militaires

 | 
Élisabeth Belmas
, 
Serenella Nonnis-Vigilante

La prise en charge sanitaire par les services de santé militaire (XVIIIe-XIXe siècles)

Activités et statistiques médicales de l’hôpital maritime de Rochefort au XIXe siècle

Medical activity and statistics of Naval hospital of Rochefort in the XIXth century

Michel Sardet

Résumé

L’hôpital de la marine de Rochefort ouvert en 1683 et son école de chirurgie créée en 1722 par Jean Cochon-Dupuy s’avérèrent rapidement un modèle du genre. Cet ensemble connaîtra son apogée au XIXe siècle, à l’époque où le Corps de santé de la marine assurait aussi le service des colonies. D’éminents praticiens s’illustrèrent par leurs compétences et leurs travaux, prenant en compte au fur et à mesure les progrès de la science, de la médecine et de l’hygiène avec la mise en œuvre de l’asepsie. Parmi eux, Charles-Adolphe Maher établit des relevés statistiques méthodiques durant quatorze années consécutives, de 1854 à 1867, publiés en 1874 dans un ouvrage intitulé Statistique médicale de Rochefort comportant deux cents tableaux de relevés. On peut ainsi découvrir la démographie médicale d’une ville à population mixte, civile et militaire, de 30 000 habitants, sur la période considérée. La mortalité de Rochefort, étudiée sous plusieurs aspects, est plutôt moindre que celle des autres ports, en particulier pour les fièvres intermittentes (paludisme) et surtout pour les fièvres typhoïdes. Les statistiques de l’hôpital sont particulièrement riches d’enseignement par leur ampleur et leurs détails. Si les fièvres intermittentes demeurent la pathologie dominante avec 28,5 % des admissions, la mortalité qui leur est imputable n’est que de 0,11 %, grâce au traitement par le sulfate de quinine utilisé à Rochefort depuis 1825. En tout état de cause ces statistiques donnent un cliché temporel tout à fait explicite de la santé de cette population civile et militaire, au Second Empire, dans une ville tout entière consacrée à la marine.

The navy hospital in the port of Rochefort, a model since 1683, reached its peak in the XIXth century, when the navy medical corps served also in colonies. Doctors and surgeons were renowned for their experience and their works. Among them, Charles-Adolphe Maher drew up during fourteen years, from 1854 to 1867, many statistics about the population in the city and in the hospital. So, the mortality appeared not higher than in the others military ports. The hospital statistics are particularly interesting. If the intermittent fevers (paludism) are 28,5% of the admissions, only 0,11% drive to death, thanks to sulfate de quinine administered in the hospital since 1825. These statistics are a precious picture of medical demography in a maritime city in the second part of the XIXth century.

Texte intégral

1Le premier hôpital de la marine de Rochefort, dit hôpital « Charente », ouvrit ses portes en 1683. Jean Cochon-Dupuy (1674-1757), premier médecin du port depuis 1712, y fonda une école de chirurgie en 1722 dans le but d’améliorer la formation des chirurgiens embarqués. Ce fut la première des écoles de chirurgie de la marine qui servit de modèle à celles de Toulon et de Brest, respectivement créées en 1725 et 1731. Cette école devint rapidement l’une des plus prestigieuses du royaume par son organisation et surtout la qualité de son enseignement théorique très complet mais aussi pratique centré sur les dissections à l’amphithéâtre. Elle fut enrichie en 1741 par un jardin botanique dirigé par Gaspard Cochon-Dupuy (1710-1788) qui succéda à son père en 1757 comme premier médecin du port et directeur de l’école de chirurgie. Dès cette époque le jardin servait de relais pour les végétaux exotiques destinés au Jardin du roi que les vaisseaux rapportaient de leurs voyages outre-mer.

2Jean Cochon-Dupuy, homme de sciences accompli, membre correspondant de l’Académie des sciences dès 1726, s’entoura de médecins de qualité comme Dulaurens, hygiéniste avant l’heure, Lucadou et Retz qui travaillèrent et publièrent sur les maladies épidémiques intermittentes qui n’étaient autres que les fièvres paludéennes.

L’hôpital de la marine de Rochefort au XIXe siècle et son école de chirurgie

3En 1788 l’hôpital « Charente » fut abandonné. Le 9 juin, on inaugura le nouvel hôpital conçu selon les plans de l’ingénieur Toufaire. Prévu pour recevoir 1 200 malades, ce magnifique ensemble monumental impose par sa grandeur, sa simplicité et sa symétrie. La bibliothèque, instituée en 1798, forte de 12 000 volumes, était alors la bibliothèque de la marine la plus importante de province. Actuellement dépendante du Musée national de la marine, elle compte 25 000 volumes.

4Après les vicissitudes de la Révolution et de l’Empire, cette école connaît un nouvel essor à la Restauration. Les programmes, les cours, les concours sont réorganisés. Les naturalistes des grands voyages de circumnavigation et de découverte – qui vont se dérouler jusqu’en 1840 – sont dorénavant choisis parmi les médecins ou les pharmaciens de la marine. Ceux-ci vont alors accomplir une œuvre immense en étroite collaboration avec le Muséum d’histoire naturelle dont ils enrichirent considérablement les collections, participant ainsi de façon significative aux progrès des sciences naturelles. Plusieurs d’entre eux seront d’ailleurs admis comme membres correspondants ou titulaires de l’Académie des sciences. On citera ici les noms des chirurgiens Quoy et Gaimard, des pharmaciens Gaudichaud-Beaupré et R.-P. Lesson qui se sont illustrés au cours des voyages de l’Uranie, de la Coquille et de l’Astrolabe.

5À partir de 1823, le Corps de santé de la marine assura le service des colonies et cela perdurera jusqu’en 1890 jusqu’à ce que soit créé le Corps de santé des colonies. Sur place ces praticiens vont découvrir les maladies tropicales qu’ils contribueront à faire connaître par leurs travaux et leurs publications. Ils sont confrontés au paludisme, à la peste, à la dysenterie, aux parasitoses mais surtout à la fièvre jaune qui fit des ravages dans leurs propres rangs. Le port de Rochefort, ouvert vers l’outre-mer, acquiert de ce fait une spécificité particulière au sein de l’ensemble des hôpitaux militaires et même maritimes.

Son rayonnement au XIXe siècle. Ses éminents praticiens et leurs travaux

6Déjà brillante sous l’Ancien Régime, l’école de médecine navale de Rochefort connaît son « âge d’or » au XIXe siècle. L’activité de l’hôpital maritime y est particulièrement dense. La pathologie est variée : le paludisme, entretenu par les conditions climatiques et la présence des marais, demeure prédominant, même si son importance a considérablement régressé depuis le siècle précédent, loin devant la fièvre typhoïde, la tuberculose pulmonaire et les maladies vénériennes. Les maladies exotiques rapportées des pays chauds n’y sont pas rares non plus. Les épidémies de choléra de 1832, de 1834 et de 1849 impliqueront ponctuellement un engagement total du corps hospitalier. De ce fait les médecins ont une grande expérience qui participe à la renommée de l’établissement.

7Quelques praticiens s’y distinguèrent plus particulièrement comme le chirurgien Jean-Baptiste-Joachim Clémot réputé non seulement pour son habileté opératoire mais aussi pour son génie inventif, Amédée Lefèvre, observateur avisé, Charles-Adolphe Maher le statisticien, Joseph-Henri Bourru l’épidémiologiste, Charles-Jean Duplouy l’apôtre de l’anesthésie au chloroforme, Ferdinand Burot le clinicien ou encore Louis Tribondeau coauteur avec Bergonié de la loi sur l’effet des radiations ionisantes. Nous avons choisi de présenter trois d’entre eux qui nous paraissent avoir contribué tout spécialement à la renommée de l’hôpital.

8Amédée Lefèvre (1798-1869), entré à l’école de Rochefort en 1816, reçu docteur en médecine en 1827 à Montpellier, nommé professeur après concours en 1836 était titulaire de la chaire d’histoire naturelle médicale. Il s’illustra dans la lutte contre le choléra à Rochefort et en étudia les différentes modalités d’évolution. La France entière après Paris était touchée. À Rochefort il y eut trois principales épidémies : la première en 1832, qui fit 233 morts entre août et novembre ; la seconde en 1834 qui entraîna 120 décès d’octobre à décembre ; enfin celle de 1849, la plus meurtrière, qui causa la mort de 541 personnes entre mai et novembre (soit 298 hommes et 243 femmes). Lefèvre publia en 1850 le résultat de ses investigations dans un ouvrage, Recherches sur la marche et les effets du choléra asiatique à Rochefort, qui retrace l’historique de ces trois épidémies, avec un relevé topographique méthodique des cas par quartiers, par rues et par maisons, complété de cartes précises. Il établit dans ce travail une comparaison entre ces trois invasions, en étudiant leur période d’apparition, leur durée, leur mode de développement par quartiers, l’évolution de la maladie elle-même, les catégories sociales et professionnelles des personnes atteintes, le sexe et l’âge des malades, la contagion et enfin le traitement. Il considère enfin la morbidité comparée de la population civile, de la population militaire et de celle de l’hôpital de la marine. Il en tire les constatations suivantes :

  • Les causes locales, les variations atmosphériques et les changements de température ne lui paraissent avoir eu aucune influence. Il n’a jamais pu être démontré que la maladie eût été importée. À chaque apparition, elle s’est déclarée presque simultanément en plusieurs points de la ville, frappant dans les mêmes endroits, concentrant son effet meurtrier sur certains quartiers, établissements, habitations ou même parties d’habitations.

  • Le risque de contracter le choléra dépend de la durée de séjour dans les foyers d’infection et il est immédiat pour ceux qui y habitent en permanence. Après une durée n’excédant pas deux mois, le danger disparaît et la maladie cesse. Celle-ci ne se transmet pas d’un homme cholérique à un homme sain par simple contact. Elle attaque principalement les dénutris, les faibles, les malades, les enfants et les vieillards.

  • À chaque fois, le choléra a présenté le même caractère de gravité et la même rapidité d’action. Au début comme à la fin des épidémies, il peut foudroyer en quelques heures.

  • De bonnes conditions d’hygiène peuvent l’en préserver. Une première atteinte de choléra ne préserve pas d’une deuxième ni même d’une troisième. Les maladies chroniques et les fièvres éruptives ne mettent pas à l’abri.

  • Le traitement mercuriel ne protége pas du choléra et d’ailleurs les différents traitements utilisés au cours de ces trois épidémies n’ont donné aucun résultat.

  • Enfin la mortalité moyenne des trois épidémies observées à Rochefort a concerné les deux tiers des sujets atteints.

9Membre correspondant de l’Académie de médecine en 1841, second médecin en chef en 1846, premier médecin en chef en 1852, Lefèvre deviendra directeur du Service de santé en 1854. Il eut aussi le grand mérite de découvrir que les « coliques sèches », si souvent constatées à bord des bâtiments à vapeur, étaient en fait dues à la présence de plomb. L’auteur de l’extinction du saturnisme livrera le résultat de ses travaux dans un ouvrage de référence, Recherches sur les causes de la colique sèche à Paris en 1859.

 

10Le médecin général Ferdinand Burot, né en 1849, a soutenu sa thèse de doctorat en médecine en 1872 à Paris sur Les phénomènes réflexes considérés au point de vue du diagnostic dans les maladies du système nerveux. Reçu professeur agrégé de pathologie générale en 1883, coauteur d’un important ouvrage de pathologie générale en 1896, lauréat de l’Académie française, des sciences et de médecine, il est nommé médecin général de 2e classe en octobre 1907. Dans son discours prononcé le 17 novembre 1910 lors de la rentrée de l’école annexe de médecine navale, il dresse un état de l’hôpital maritime de Rochefort et un bilan de son activité au XIXe siècle. On apprend ainsi qu’à l’époque cet hôpital était en mesure de recevoir 350 malades mais qu’en quelques jours on pouvait prévoir 900 lits dans de bonnes conditions d’hygiène. La moyenne journalière était de 220 malades, le nombre d’entrées par an variait entre 3 000 et 4 000 et le nombre des journées de traitement était de l’ordre de 85 000. Le chiffre des décès ne dépassait pas 40 annuellement dont le tiers dû à la tuberculose. Les maladies contagieuses étaient rares (10 cas de typhoïde au maximum). Le paludisme avait disparu de la région, sinon quelques rares cas observés chez des coloniaux. En 1910, la morbidité était de 23 % par rapport à l’effectif, la mortalité de 0,22 % par rapport au même effectif et de 0,90 % par rapport aux cas traités (contre respectivement 0,87 % et 2 % pour la période 1854-1867).

11L’hôpital de Rochefort était alors un modèle d’organisation hospitalière. Des « boxes » avaient été aménagés pour isoler les malades graves. On avait aussi séparé le service des blessés septiques de celui des blessés aseptiques, lequel possédait une salle d’opérations moderne. On avait créé une clinique ophtalmologique, une clinique oto-rhino-laryngologique et une clinique dentaire. Plusieurs tentatives de forage dans l’enceinte de l’hôpital maritime avaient fini par aboutir en 1865. Ce puits artésien avait délivré une eau chloro-sulfatée ferrugineuse utilisée à des fins thérapeutiques mais il sera abandonné vers les années 1890. En 1890 précisément, après 170 ans de formation à part entière des médecins et des pharmaciens de la marine, la création de l’École principale du Service de santé de la marine à Bordeaux, place les écoles de médecine navale de Brest, de Toulon et de Rochefort au rang d’écoles annexes préparant au concours d’entrée à l’École principale. Elles gardèrent néanmoins à ce titre un rôle essentiel. Selon une tradition solidement ancrée, les cours théoriques, les stages hospitaliers et les travaux pratiques étaient considérés comme les trois piliers indispensables à une formation médicale bien comprise. L’école annexe de médecine navale de Rochefort, implantée dans l’enceinte même de l’hôpital, bénéficiait d’un enseignement dispensé par six professeurs (d’anatomie, de chirurgie, de médecine, de physiologie, d’histologie, de physique et chimie). Ces professeurs étaient en même temps médecins ou pharmaciens de l’hôpital, responsables d’un service. L’école avait aussi l’immense avantage d’avoir à sa disposition l’hôpital civil dont le service avait été de tout temps assuré par les médecins de la marine. Les étudiants pouvaient ainsi se familiariser avec la gériatrie, la pédiatrie, la gynécologie et même l’obstétrique. La formation ne pouvait être ainsi plus complète.

12Les succès enregistrés par cet hôpital modèle étaient aussi naturellement liés aux progrès accomplis par la médecine au cours de la seconde moitié du XIXe siècle. C’est à ce moment-là que les choses vont le plus évoluer avec les découvertes fondamentales de Louis Pasteur (1822-1895) mais on rappellera quand même à cette occasion que la vaccination jennérienne fut adoptée dans la marine dès 1817. On va bientôt identifier la plupart des agents des maladies infectieuses et découvrir les vecteurs de ces affections (fièvre jaune, paludisme, typhus épidémique, peste).

13L’hygiène hospitalière d’abord, l’antisepsie découverte en 1867 par Lister ensuite, avaient déjà permis d’améliorer les résultats mais c’est l’asepsie physique, conséquence directe des travaux de Pasteur, instaurée vers les années 1880-1890, qui va vraiment révolutionner médecine et chirurgie. Je cite le professeur Coquiard en 1889 : « Avec Lister on était antiseptique, aujourd’hui il faut être aseptique, c’est-à-dire sans microbes, but que l’on atteindra par une absolue propreté. Les résultats obtenus sont merveilleux dans les hôpitaux. La mortalité des opérés est tombée de 50 à 5 %. La chirurgie est devenue plus audacieuse et on pratique aujourd’hui des opérations regardées auparavant comme coupables. » Rochefort fut tôt doté d’un bloc opératoire aseptique.

14Mais si l’asepsie est primordiale, l’anesthésie ne l’était pas moins. Son utilisation va aussi permettre à la chirurgie de connaître un essor considérable. À Rochefort, l’anesthésie à l’éther fut utilisée par Maher, celle au chloroforme par Charles Duplouy, professeur en 1861 et directeur du Service de santé en 1885, depuis 1863.

15Enfin on rappellera la découverte capitale des rayons X en 1895 et du radium en 1898 complétée par celle du médecin de la marine Tribondeau (1872-1918) lequel, avec Bergonié, découvre en 1906 l’effet des rayonnements ionisants sur les cellules tumorales rapporté dans la loi qui porte leurs noms.

Les travaux de Charles-Adolphe Maher

16Les travaux de Charles-Adolphe Maher méritent une place à part dans la mesure où les nombreuses et précieuses statistiques qu’il donne sur la ville de Rochefort et son hôpital maritime à cette période me paraissent correspondre plus particulièrement au sujet de ce colloque. Né le 29 mars 1805, Maher entre comme élève à l’école de Rochefort le 16 mars 1822. Chirurgien de 1re classe en 1836, il soutient sa thèse de doctorat à Montpellier l’année suivante intitulée Essai sur les fièvres intermittentes pernicieuses. Chirurgien professeur le 6 décembre 1841 après concours, il se révèle un professeur exceptionnel. Nommé second chirurgien en chef en 1846, premier chirurgien en chef en 1854, il sera promu directeur du Service de santé en février 1856, fonction qu’il assumera jusqu’à sa retraite en 1870. Voilà pour la carrière ici singulièrement condensée.

17Maher se fit d’abord connaître par sa campagne sur la frégate Herminie au cours de laquelle il fut confronté à deux graves épidémies de fièvre jaune. Il rapporta ces événements dans un ouvrage, Relation médicale de deux épidémies de fièvre jaune à bord de la frégate L’Herminie en 1837 et 1838, à La Havane et à Vera-Cruz, publié en 1839. À côté de la fièvre jaune classique (continue), comme celle survenue à La Havane, l’auteur individualise une nouvelle forme clinique, la fièvre jaune pernicieuse intermittente (ou vomito pernicieux), apparue à Sacrificios, qu’il traita comme les fièvres intermittentes paludéennes du fait de sa ressemblance avec la maladie palustre par le sulfate de quinine. Toute la médication se résume en un seul mot, la quinine. Pour donner une idée de cette épidémie, en 1838, sur un équipage total de 505 hommes, seuls 91 (soit 18 %) purent échapper à la maladie. Il n’y eut toutefois que quinze décès dus à la fièvre jaune. Dans ce travail, l’auteur dénonce le rôle des marais environnants infestés de moustiques et évoque déjà la nature infectieuse de l’affection.

18Mais Maher s’est surtout signalé par ses études statistiques. D’abord, en 1856, le Congrès scientifique de France avait posé la question de savoir comment avait évolué l’état sanitaire de Rochefort depuis vingt-cinq ans. Après de minutieuses enquêtes, Maher donna sa réponse en 1857 dans une brochure : De la constitution médicale de Rochefort. Se basant sur les chiffres de la population fixe de Rochefort (21 372 habitants en 1856) et de la population flottante comprenant militaires et ouvriers (12 147 individus en 1855), il constate que la longévité moyenne est passée, entre 1799 et 1849 (donc en 50 ans), de 19 ans et 10 mois à 32 ans et 10 mois. Inversement, dans le même espace de temps, la mortalité à l’hôpital a considérablement régressé : on compte 709 décès en 1799 pour 199 décès en 1849. La moyenne annuelle des décès pour la période 1850-1855 est établie à 125 décès, révélant une nouvelle amélioration. Enfin le rapport décès/population qui était de 5,18 % (1/19,30) en 1809 n’est plus que de 2,77 % (1/36,08) en 1854.

19Maher en conclut que la « constitution médicale » de Rochefort s’est considérablement améliorée au cours des vingt-cinq années précédentes. Les fièvres intermittentes sont de plus en plus rares et le paludisme chronique a bien diminué. Cette amélioration tient certes au dessèchement des marais mais surtout au traitement par le sulfate de quinine utilisé à Rochefort depuis 1825 selon un protocole bien défini, dès la première pyrexie.

20Mais ceci n’était qu’un préambule. Maher va en effet ensuite établir des relevés statistiques réguliers et méthodiques pendant quatorze années consécutives, de 1854 à 1867. Le résultat complet figurera dans un ouvrage de 389 pages intitulé Statistique médicale de Rochefort, publié en 1874, qui comporte deux cents tableaux de relevés. Cette série homogène permet de faire de très utiles constatations comparatives. En se basant sur la population de la ville de 1854 à 1867, évaluée alors à 30 000 âmes (population fixe et population flottante, comprenant militaires et ouvriers, confondues), Maher comptabilise pour toute cette période les naissances, les mariages et les décès. Ces derniers en particulier font l’objet d’une étude approfondie.

  • Il établit d’abord la proportion des décès par rapport au nombre d’habitants, en comparant celle-ci avec les quatre autres grands ports militaires. Ainsi, pour 100 habitants, on dénombre 2,51 décès à Rochefort (quatorze années d’observations), 2,60 décès à Lorient, 2,62 à Toulon, 2,58 à Brest (onze années d’observations pour ces trois derniers ports) et 2,84 à Cherbourg (trois années d’observations). Les chiffres sont légèrement inférieurs à Rochefort.

  • Il étudie ensuite le nombre des décès pour chaque maladie sur 1 000 décès, à Rochefort, à Brest et à Toulon. Pour les fièvres intermittentes, sur 1 000 décès, on enregistre 12 décès à Rochefort, contre 14 à Brest et 13 à Toulon. Pour les fièvres typhoïdes, le mieux est sensible : on note 33 décès à Rochefort pour 43 à Brest et 72 à Toulon.

  • La proportion des décès pour chaque maladie sur 1 000 habitants est, pour les fièvres intermittentes, de 0,354 à Rochefort, de 0,382 à Brest et de 0,348 à Toulon. Pour la typhoïde, la proportion est de 0,828 à Rochefort, de 1,120 à Brest (75 908 âmes) et de 1,909 à Toulon. La situation est donc sensiblement meilleure à Rochefort pour la typhoïde ! Les décès sont par ailleurs étudiés par sexe et par âges pour les différentes maladies.

  • Un relevé statistique, focalisé sur l’année 1863, prenant également en compte les décès de l’hôpital civil, rapporté au chiffre total de la population (fixe et flottante), établit la mortalité globale de Rochefort à 1,96 % (608 décès/31 000 habitants, contre 708 naissances).

21Il consacre enfin un chapitre entier à la statistique médicale de l’hôpital de la marine. Sont successivement envisagées les principales maladies internes, en premier lieu les fièvres intermittentes sous leurs différentes formes cliniques, mais aussi les admissions pour chaque maladie, la moyenne des journées d’hôpital par maladie, les décès annuels et leur répartition selon les saisons. Le nombre total des admissions à l’hôpital en quatorze ans, de 1854 à 1867, toutes pathologies confondues, est de 69 510 (soit une moyenne annuelle de 4 965), ce qui ne veut pas dire autant d’individus, certains ayant pu être admis à plusieurs reprises. Pour cette période 1854-1867, à l’hôpital, il a été enregistré 2 % de décès chez les malades et 0,87 % de décès par rapport à l’effectif. L’auteur établit encore la proportion des décès sur 100 cas de chaque maladie puis la proportion des décès de chaque maladie sur 100 décès de la mortalité générale et sur 1 000 hommes de l’effectif. Ainsi pour le paludisme, sur cette même période, on trouve 0,11 % de décès parmi les fièvres intermittentes (22 décès sur 19 877 cas) tandis que leur mortalité représente 1,579 % du total des décès et 0,138 pour 1 000 des hommes de l’effectif. Au total, sur cette période de quatorze années d’observations, si les fièvres intermittentes demeurent la pathologie dominante, représentant encore 28,58 % des admissions à l’hôpital (19 877/69 510) et touchant 12,55 % des hommes de l’effectif, la mortalité qui leur est imputable est minime, de 0,11 %. Cette dernière est moindre que celle reconnue dans les autres ports, grâce essentiellement au traitement par le sulfate de quinine.

22La comparaison des statistiques médicales des ports met ainsi un terme à la fâcheuse réputation de Rochefort, considéré jusque-là comme le « tombeau de la marine ».

Conclusion : résultats et enseignements

23Cette étude brosse à grands traits l’évolution de cet hôpital modèle de la marine fondé en 1683, sous Louis XIV, qui connut son apogée au XIXe siècle en prenant en compte au fur et à mesure les progrès de la médecine. Sa vocation d’enseignement pour former les officiers de santé, son organisation méthodique mais aussi son ouverture sur l’outre-mer concoururent grandement à sa renommée et à sa spécificité. La compétence de ses médecins fit le reste. Les statistiques présentées permettent de juger de son activité et de découvrir la démographie médicale d’une ville à population mixte, fixe et flottante comprenant militaires et ouvriers, de 30 000 habitants au total, sur quatorze ans, en plein milieu du XIXe siècle. La mortalité de Rochefort, étudiée sous plusieurs aspects, n’est nullement supérieure à celle des autres ports. On y meurt même moins de la typhoïde. Et même si nous n’avons pu en donner qu’un rapide aperçu, les statistiques de l’hôpital concernant les maladies, la morbidité et la mortalité sont particulièrement riches d’enseignement par leur ampleur et leurs détails. Les tableaux ci-dessous annexés mentionnent de façon précise les pourcentages des maladies et des décès. On peut y vérifier que si les fièvres intermittentes représentent encore un pourcentage important des hospitalisations, en revanche leur taux de mortalité reste infime. Il faut dire à ce propos que le sulfate de quinine était utilisé à l’hôpital de Rochefort depuis 1825. En tout état de cause ces statistiques donnent un cliché temporel tout à fait explicite de la santé de cette population civile et militaire, au Second Empire, dans une ville tout entière consacrée à la marine.

Nombre de cas de chaque maladie et leur nombre proportionnel par rapport au chiffre des malades et de l’effectif. 1854 à 1867 (14 ans).

Nombre de cas de chaque maladie et leur nombre proportionnel par rapport au chiffre des malades et de l’effectif. 1854 à 1867 (14 ans).

Source : C. Maher, Statistiques médicales de Rochefort (Charente-Inférieure)…, Paris, J.-B. Baillière et fils, 1874, p. 308.

Proportion des décès de chaque maladie sur le nombre total des cas de chaque maladie.

Proportion des décès de chaque maladie sur le nombre total des cas de chaque maladie.

(1) Sur les 19877 cas de fièvre intermédiaire, il y a eu 56 cas de fièvre intermittente pernicieuse, qui ont donné des 22 décès indiques à la 3ecolonne. Ainsi, on compte :
1 fièvre pernicieuse sur 903,50 cas de fièvre intermittente ;
39,28 décès sur 100 cas de fièvre pernicieuse ;
0,139 décès sur 1000 hommes de l'effectif.

Source : C. Maher, Statistiques médicales de Rochefort (Charente-Inférieure)…, Paris, J.-B. Baillière et fils, 1874, p. 309.

Proportion des décès de chaque maladie traitée à l’Hôpital (14 ans) : au nombre total des décès ; au total de l’effectif des corps.

Proportion des décès de chaque maladie traitée à l’Hôpital (14 ans) : au nombre total des décès ; au total de l’effectif des corps.

Source : C. Maher, Statistiques médicales de Rochefort (Charente-Inférieure)…, Paris, J.-B. Baillière et fils, 1874, p. 310.

Table des illustrations

Titre Nombre de cas de chaque maladie et leur nombre proportionnel par rapport au chiffre des malades et de l’effectif. 1854 à 1867 (14 ans).
Crédits Source : C. Maher, Statistiques médicales de Rochefort (Charente-Inférieure)…, Paris, J.-B. Baillière et fils, 1874, p. 308.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/44823/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Proportion des décès de chaque maladie sur le nombre total des cas de chaque maladie.
Légende (1) Sur les 19877 cas de fièvre intermédiaire, il y a eu 56 cas de fièvre intermittente pernicieuse, qui ont donné des 22 décès indiques à la 3ecolonne. Ainsi, on compte : 1 fièvre pernicieuse sur 903,50 cas de fièvre intermittente ; 39,28 décès sur 100 cas de fièvre pernicieuse ; 0,139 décès sur 1000 hommes de l'effectif.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/44823/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Proportion des décès de chaque maladie traitée à l’Hôpital (14 ans) : au nombre total des décès ; au total de l’effectif des corps.
Crédits Source : C. Maher, Statistiques médicales de Rochefort (Charente-Inférieure)…, Paris, J.-B. Baillière et fils, 1874, p. 310.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/44823/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 289k

Auteur

Ancien médecin de la marine, ancien médecin des hôpitaux des Armées, docteur en Histoire (thèse soutenue à Paris IV-Sorbonne en 1997 sur un sujet de démographie historique). Se consacre ensuite à l’histoire de la médecine navale, en particulier à celle de Rochefort. A publié plusieurs articles dans différentes revues et prononcé des conférences en particulier à la Société française d’Histoire Maritime dont il est membre depuis plusieurs années. Membre aussi de la Société de Géographie de Paris. A publié une dizaine d’ouvrages parmi lesquels : La petite noblesse ardennaise. Approche socio-démographique (1650-1789), Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 1998 ; Médecins et pharmaciens de la marine à Rochefort au XIXe siècle, un apport scientifique majeur, Paris, éditions Pharmathèmes, 2005 ; Naturalistes et explorateurs du Service de santé de la marine au XIXe siècle, Paris, éditions Pharmathèmes, 2007 (récompensé par quatre prix littéraires).

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540