Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La santé des populations civiles et militaires

 | 
Élisabeth Belmas
, 
Serenella Nonnis-Vigilante

Prologue : Aux origines des services de santé militaire

L’admission aux Invalides (1670-1791) : facteurs sociaux et démographiques

The admission conditions in the Hôtel royal des Invalides: social and demographic observations (1670-1791)

Élisabeth Belmas

Résumé

Les conditions d’admission à l’Hôtel royal des Invalides sont étudiées ici à partir de 11 528 notices individuelles de militaires reçus de 1670 à 1791, sélectionnées par un sondage au 1/10e effectué sur plus de 111 000 enregistrements, consignés dans 47 registres d’admission dans la célèbre institution, fondée par Louis XIV et destinée à recueillir les « anciens soldats » et « les estropiés des guerres ». L’immense succès obtenu par l’Hôtel des Invalides a obligé la monarchie à allonger la durée des services exigés et à « externaliser » les pensionnaires de plus en plus nombreux, quand ils étaient encore valides, un peu par la pratique des congés de longue durée, mais surtout des détachements et après 1764 de la pension d’invalidité militaire remplacée en 1776 par la pension de récompense militaire. L’analyse des 11 528 enregistrements par des méthodes de statistique descriptive montre que l’admis-type aux Invalides est un homme d’un peu moins de 50 ans, originaire du royaume, catholique, célibataire et souffrant de traumatismes dus aux combats qu’il a livrés.

The admission conditions in the Hôtel royal des Invalides are studied through a sample of 11 528 soldiers, extracted from a 10% random poll carried out about 110 000 registrations of soldiers from 1670 to 1791, at the moment of their reception into the famous institution, founded by king Louis the XIVth and devoted to old soldiers and war crippled. Huge success of the Hôtel royal des Invalides forced successive monarchs to increase number of years asked for entering the Hôtel and to externalise boarders, more and more numerous, any time they were still spry enough: they were allowed to take long vacations, they were sent «en détachement», to keep fortresses on boarders and inside country. After 1764, lots of them received a pension of military disability, which was replaced in 1776 by a pension of military reward. The analyze of the 11 528 registrations sample by descriptive statistic methods reveals that typical boarder was a little less than 50 years old, born in France, catholic, bachelor and particularly handicapped by wounds received during wars.

Texte intégral

1L’état de santé des populations modernes reste assez mal connu, en partie faute de sources décrivant les maux dont celles-ci souffraient réellement. Les listes d’admission dans les hôpitaux « civils » – encore largement, et pour longtemps des hôpitaux de charité –, donnent des renseignements succincts sur les pathologies et les traumatismes qui touchaient les entrants ; les « fièvres » y représentant le motif d’admission le plus fréquent. Par contre, les registres de réception à l’Hôtel royal des Invalides, institution fondée en 1670 par Louis XIV, destinée aux anciens soldats et aux estropiés des guerres, constituent une source irremplaçable pour l’étude de la santé en ces temps lointains. Chaque militaire qui s’y présente est enregistré de façon minutieuse : sont consignés son état-civil – patronyme, prénom, surnom pour les soldats français, âge et lieu de naissance –, ses services militaires présents et passés, le motif sanitaire de sa demande d’admission aux Invalides, sa situation matrimoniale, sa religion et parfois son métier d’origine [Fig. 1]. En outre, figurent dans la marge des registres et en regard des notices individuelles, des additions inscrites au fil des ans, qui renseignent sur le devenir de l’admis, indiquant assez souvent la date de son décès [Fig. 2].

  • 1 Jean-Pierre Bois, Les Anciens Soldats dans la société française au XVIIIe siècle, Paris, Economica, (...)
  • 2 Jean Chagniot, Paris et l’armée au XVIIIe siècle. Étude politique et sociale, Paris, Economica, 198 (...)
  • 3 Cette enquête a été menée par Élisabeth Belmas (Université Paris 13) et Joël Coste (Université Pari (...)

2Ces registres, qui commencent en 1670, se poursuivent sans lacune jusqu’à l’époque contemporaine ; ils offrent un fonds d’archives unique, déjà largement et brillamment exploité en histoire militaire et sociale. Jean-Pierre Bois les a beaucoup utilisés dans Les Anciens Soldats dans la société française au XVIIIe siècle1 tout comme Jean Chagniot dans Paris et l’armée au XVIIIe siècle. Étude politique et sociale2. Ils ont permis d’entreprendre aujourd’hui une étude d’épidémiologie historique d’envergure : 47 registres rassemblant plus de 110 000 notices consignées de 1670 à 1791, ont été soumis à un sondage aléatoire au 1/10e, c’est-à-dire qu’une page sur dix y a entièrement été dépouillée. Les 11 528 signalements, ainsi réunis, ont été saisis dans une base informatique, agencée pour en permettre l’exploitation statistique, tout en conservant le « verbatim » d’origine3. Les premiers résultats en sont présentés ici, même si bien des interrogations subsistent et si bien des hypothèses restent à confirmer.

3Dans l’immédiat, on s’efforcera d’apporter une réponse à la première question que doit se poser le chercheur, celle des modalités d’admission à l’Hôtel royal des Invalides, en rappelant quels en sont les critères et les procédures administratives avant de tracer un portrait de l’admis, tel qu’il apparaît à la lumière des 11 528 notices recueillies et analysées.

Les critères d’admission à l’Hôtel royal des Invalides

  • 4 Robert Burnand, L’Hôtel Royal des Invalides 1670-1789, Paris, Berger-Levrault, 1913.

4L’immense succès de l’Hôtel l’a obligé à moduler constamment ses conditions d’accueil initiales, ce qui a aussi contribué à assurer sa pérennité. Les critères et les conditions d’admission en ont été étudiés d’abord par Robert Burnand au début du XXe siècle4 et plus récemment par Jean-Pierre Bois, dans les années 1985-1990 ; ils sont donc bien connus. Néanmoins, la comparaison avec les données enregistrées dans notre enquête amène à nuancer certaines de leurs conclusions.

1670-1764 : l’impossible maîtrise de la croissance

5Rappelons-en les grandes lignes, en commençant par la période antérieure à la création de la pension d’invalidité en 1764, laquelle entraîne des modifications dans les critères d’admission.

  • 5 Édit du 24 février 1670, dans Recueil des édits, déclarations, ordonnances, arrêts et règlements co (...)

6L’édit du 24 février 1670 qui institue l’Hôtel des soldats estropiés – en attendant l’« Hostel que Sa Majesté a résolu de faire incessamment construire5 » –, impose une double condition d’ancienneté et d’état de santé : il faut d’une part justifier de dix années de services et des blessures qui y ont été reçues et/ou d’autre part avoir été grièvement blessé ou estropié. Le texte ne fixe pas de limite d’âge, laissant supposer que les fatigues et les blessures font la vieillesse du soldat autant sinon plus que le poids des ans.

  • 6 J.-P. Bois, op. cit., p. 42.
  • 7 R. Burnand, op. cit., p. 32 sq.
  • 8 Règlement du 3 janvier 1710, art. 1 et 2, dans R. Burnand, op. cit., p. 34.
  • 9 J.-P. Bois, op. cit., p. 47.
  • 10 Ordonnance du 19 février 1716, dans R. Burnand, op. cit., p. 35 ; ordonnance du 29 août 1731 et règ (...)

7La croissance rapide des effectifs – déjà plus de 5 000 hommes inscrits en 1680 sur les registres de l’Hôtel ouvert en 1674, presque 10 000 accueillis entre 1700 et 1712, d’après J.-P. Bois6 –, dans une institution conçue pour abriter 1 500 pensionnaires et qui pouvait à la rigueur en recevoir 2 000, obligea le pouvoir royal à restreindre le nombre des postulants, d’autant que les prescriptions de l’édit d’origine souffraient d’entorses répétées7. Le règlement du 3 janvier 1710 exige au moins « vingt années de service actuel consécutif et sans interruption8 », sauf en cas de blessures reçues au service et certifiées par le chirurgien-major, mettant le soldat « hors d’état de servir », sans parvenir toutefois à ralentir le flux des arrivants. Lorsque la guerre de Succession d’Espagne s’achève, ce sont 7 000 soldats nouveaux qu’il faut recueillir. L’inflation continue au XVIIIe siècle, à la fin de chaque conflit : en 1735-1737, plus de 6 000 hommes se présentent après la guerre de Succession de Pologne ; entre 1744 et 1749, environ 10 000 blessés de la guerre de Succession d’Autriche demandent leur réception9. En outre, différents corps qui n’étaient pas admis dans les débuts – telles l’artillerie en 1716, la compagnie du prévôt général des Monnaies en 1731, les quatre compagnies des gardes du Corps en 1734 –, obtiennent le droit d’accéder aux Invalides10.

  • 11 Ordonnance du 10 mars 1729, art. 8, ibid., p. 35.
  • 12 Ordonnance du 3 décembre 1730, ibid., p. 35.

8Si en 1729, dans une période de paix, la durée des services demandés est réduite à trois engagements – à savoir 18 ans –, pour les soldats qui ont toujours servi dans le même régiment, « en cas que, dans les six dernières années de leur service leur survienne des infirmités qui les mettront hors d’état de les continuer11 », un an après, l’ordonnance du 3 décembre 1730 stipule que nul ne sera admis s’il ne justifie de vingt ans de service ou de deux engagements de six ans et d’être estropié12 ; elle exclut en outre ceux auxquels leur âge et leur état de santé permettent encore de servir, bien qu’ils aient accompli le temps prescrit. C’était reconnaître que l’état de santé – usure, traumatisme ou pathologie –, primait désormais sur la durée des services rendus sous les drapeaux.

  • 13 Ibid., p. 52.
  • 14 Ibid., p. 55.
  • 15 Archives du Service histoprique de la Défense, Département de l’armée de terre (désormais SHD-DAT), (...)
  • 16 René Baillargeat (éd.), Les Invalides : trois siècles d’histoire, Paris, Musée de l’armée, 1974, p. (...)

9Pour alléger la surpopulation de l’Hôtel, les autorités encourageaient les renoncements qui n’ont jamais dépassé 2 à 3 % des admis par an13 – ici au nombre de 186, ce qui représente une moyenne annuelle de 1,4 renoncement dans la cohorte des 11 528 impétrants recensés sur 131 ans – ; elles accordaient aussi des congés, de plus en plus longs au fil du temps – en particulier les « grands congés » assortis d’une gratification à partir de 172914 –, et surtout elles ont institué et développé les compagnies détachées d’abord dans les places frontières du royaume puis dans la capitale et à Versailles, y envoyant les soldats encore suffisamment valides pour assurer une mission de garde et de protection. Ce système remplace celui des légions, créées sous François Ier – succédant elles-mêmes aux mortes-payes de Charles VII –, et définitivement supprimées en 1683, date à laquelle apparaissent les premiers soldats envoyés en détachement – Paul de Marie et Jacques Agasse dépêchés tous deux le 13 mars 1683, le premier dans la garnison du Havre de Grâce et le second dans celle de Montreuil-surmer15 –, donc bien avant que l’ordonnance du 13 avril 1690 n’établisse les quatorze premières compagnies détachées structurées16.

  • 17 J.-P. Bois, op. cit., p. 57.

10La pratique du détachement a permis à l’Hôtel Royal d’« absorber » un nombre de pensionnaires excédant de beaucoup ses capacités d’accueil, portées à 4 000 places à la fin de la guerre de Succession d’Espagne. En 1709, 78 compagnies détachées de l’Hôtel regroupaient 4 400 soldats, en 1756 on dénombrait 10 620 soldats ou bas-officiers détachés, commandés par 755 officiers17. À cette date, l’Hôtel comptait deux fois plus d’invalides soumis à sa juridiction en dehors de ses murs qu’à l’intérieur.

  • 18 SHD-DAT, registre 2 Xy 14, no matricule 13047.
  • 19 Ibid., registre 2 Xy 33, no matricule 69947.

11Sur les 11 528 invalides répertoriés, 4 833, soit 41,92 % de l’effectif total, ont été expédiés dans les compagnies détachées des places frontières, mais aussi employés à la garde des châteaux dès 1702 et des bâtiments royaux après 1737, tels Jean Roturier, dit bellebrune, grenadier de 37 ans, affecté à Versailles en 170218 ou François de Méon, dragon de 33 ans, en poste à l’hôpital Saint-Louis de Paris en 174819 ; la majorité des contingents détachés se situant avant 1764, avec 4 393 soldats soit 90,89 % de l’ensemble des détachements [Tableau 1].

  • 20 Tels le régiment de Royal-Barrois, supprimé le 1er janvier 1749 et celui de Royal-Artillerie diminu (...)
  • 21 Lettre du maréchal de Belle-Isle, 25 juin 1759, ibid., p. 38.
  • 22 Ordonnance du 19 avril 1760, ibid., p. 39.
  • 23 Ordonnance du 27 novembre 1765, art. 48, ibid., p. 40.

12Ainsi, vers 1750, 4 000 hommes vivaient-ils dans l’Hôtel ; presque autant avaient obtenu un congé, 15 000 étaient détachés. La multiplication des ayants droit, parmi lesquels les vieux soldats des corps de troupes supprimés en 174920, les milices gardes-côtes en 175821, les troupes des maréchaussées en 176022, contribuait également à entraver les efforts de l’état-major de l’Hôtel pour contenir les effectifs. En 1763, ils étaient 30 000, pensionnaires et détachés, placés sous son autorité, à bénéficier de son assistance23.

Les réformes de la seconde moitié du XVIIIe siècle et leurs effets sur l’admission

  • 24 Les invalides pensionnés recevaient un habit tous les quatre ans ; leur pension n’était susceptible (...)
  • 25 Fonds annuel lui-même prélevé sur les caisses de l’Hôtel pour être versé aux ayants droit à l’admis (...)
  • 26 Ordonnance du 10 mai 1764, R. Burnand, op. cit., p. 64.
  • 27 Ibid., p. 45.
  • 28 SHD-DAT, registre 2 Xy 42, no matricule 98440.
  • 29 Ibid., registre 2 Xy 42, no matricule 98319.
  • 30 L’expression « reçu ailleurs » n’est pas employée à l’époque. Elle a été forgée aujourd’hui pour ca (...)
  • 31 SHD-DAT, registre 2 Xy 16, no matricule 20607.
  • 32 J.-P. Bois, op. cit., p. 62.
  • 33 Ibid.
  • 34 SHD-DAT, registre 2 Xy 17, no matricule 22941.
  • 35 Ibid., registre 2 Xy 20, no matricule 30346.
  • 36 Ibid., registre 2 Xy 21, no matricule 34266.
  • 37 Ibid., registre 2 Xy 23, no matricule 46698.
  • 38 Ibid., registre 2 Xy 25, no matricule 46983.

13Les ordonnances des 26 février et 30 novembre 1764, qui créent et règlent la pension d’invalidité militaire, entraînent des modifications dans les conditions d’admission à l’Hôtel royal des Invalides. Les pensionnaires installés à l’Hôtel se voient offrir le choix d’y rester ou d’en partir, avec une pension annuelle – de 54 l.t. pour les soldats et de 72 l.t. pour les bas-officiers –, à laquelle s’ajoutent divers avantages et franchises24 ; ils furent alors 521 (5,11 %) dans la cohorte sélectionnée ici à préférer cette dernière solution. Ensuite, les soldats admis aux Invalides après 1764 sont répartis en trois catégories : les plus atteints sont soignés sur place. Les plus valides sont envoyés en détachement : dans notre échantillon, 435 des 1 301 admis (33,43 %) après 1764 partent dans les garnisons des places frontières ou de l’intérieur. La troisième catégorie regroupe ceux qui désirent se retirer chez eux avec la pension attribuée à leur grade, qu’ils soient sujets du roi ou étrangers ; les Suisses de religion réformée qui, de 1710 à 1764, bénéficiaient d’une pension d’invalidité prise sur un fonds annuel de 6 000 livres25, peuvent désormais prétendre à une pension, quelle que soit leur religion, s’ils remplissent les conditions requises d’ancienneté et/ou d’état de santé26. Les deux dernières catégories comportent des soldats « reçus absents » – en majorité pensionnés, quelquefois envoyés directement en détachement –, admis par le conseil d’administration de l’Hôtel au vu des certificats délivrés par les autorités militaires et sanitaires de leur corps d’origine, et dispensés de comparaître en personne à Paris27. La catégorie des « reçus absents », qui débute timidement à la fin de l’année 1764, prend de l’ampleur à partir de novembre 1765 : ils sont 235 sur 1 301 admis (18,06 %) à être « reçus absents » entre 1764 et 1791 [Tableau 1] ; 206 d’entre eux (88 %) étant pensionnés. Jacques Douvry, 45 ans, 23 ans et demi de services, est « reçu absent sur ses congés et certificats » le 2 février 1765, « pour estre détaché28 » ; le 29 août de la même année, Jean Leblanc, dit de Vizille, 43 ans, 23 ans de services, est également « reçu absent sur son signalement », mais il est pensionné sur l’extraordinaire des guerres, à Vizille en Dauphiné29. La pratique d’envoyer en détachement des soldats jugés « hors d’état de servir », sans passer auparavant par l’Hôtel des Invalides, semble avoir commencé pendant la guerre de Succession d’Espagne, donc cinquante ans avant que la mention « reçu absent » ne figure dans les registres. Les premiers « reçus ailleurs30 » apparaissent dans notre sondage en mai 1711, à l’image de Lazare Bartelet dit « sans soucy », 27 ans, soldat au régiment de Saintonge, « estropié du bras droit d’un esclat de bombe qu’il reçeut à la deffense de Doüay », et qui « sort à présent d’une compagnie d’invalides qui est à Amiens » ; il meurt le 30 décembre 1749 au fort Saint-Pierre de Strasbourg où il était reparti au détachement31. Ces militaires – dont certains étaient volontaires32 –, sont expédiés dans une compagnie détachée à leur sortie de l’hôpital ou depuis leur régiment, après une inspection et préalablement à leur réception aux Invalides33 ; ils peuvent ensuite y séjourner plus ou moins longtemps, comme Martin Gaye, dit petit Jean, soldat de 58 ans au régiment de Gâtinais « incommodé de plusieurs blessures » qui « joint à ses infirmitez, le mettent hors de service » ; reçu le 11 août 1713, il sort d’une « compagnie d’invalides qui estoit à Chamberry ». Il finit ses jours le 28 avril 1731 à l’Hôtel-Dieu d’Amiens où il avait été renvoyé en détachement34. À partir de 1718, des soldats issus des régiments réformés sont aussi détachés avant même d’être enregistrés à l’Hôtel, tels ces deux soldats du régiment de La Marine : le premier, André Aldebert dit Fribourg, 55 ans, inscrit en juin 1718, « est du nombre des soldats reformez envoyé dans une compagnie d’invalides au chasteau de Nantes35 », le second, Antoine Hardouin dit provençal, 35 ans, lui aussi « du nombre des soldats reformez envoyés dans une compagnie d’invalides au chateau de Dijon », est enregistré en juin 172136. Les « reçus ailleurs », de plus en plus nombreux après 1730-1740, sont alors dépêchés dans différentes compagnies « par ordre de la cour », en même temps que leur nom est porté sur les registres des Invalides, à l’instar de Pierre Rolland, dit saint Pierre, 62 ans, caporal au régiment de Toulouse « receu par ordre de la Cour à Salces » en novembre 173137 ou de Jacques Plandin, dit tourniquet, 47 ans, soldat au régiment de Quercy, également « receu par ordre de la Cour au fort Saint-André de Villeneuve les Avignons » en janvier 173238. Entre 1711 et 1764, on relève dans notre cohorte 703 « reçus ailleurs » sur 7 670 admis, dont 598 (85 %) étaient déjà détachés au moment de leur admission à l’Hôtel [Tableau 1].

Tableau 1 : Les modalités d’admission à l’Hôtel royal des Invalides, 1670-1791 (sondage au 1/10e)

Modalités d’admission

Nombre d’admis

Pourcentage d’admis

Effectif total concerné

Admis

11 319

96,68

11 522

Admis jusqu’à guérison

95

0,85

11 139

Admis ensuite pour toujours

51

53,68

95

Admis après renvoi initial

68

17,75

383

Admis (effectif total)

11 207

97,27

11 209

En détachement

4 833

41,92

‘’

Pensionné

1 014

8,80

‘’

Reçu absent

235

2,04

‘’

Reçu « ailleurs »

703

6,10

‘’

NB : l’information sur l’admission manque dans 6 cas sur 11 528 inscrits

14La sévère réduction en nombre et en effectifs que subissent en 1764 les compagnies détachées se reflète dans les données de notre sondage. Entre 1765 et 1776, le pourcentage des soldats invalides envoyés en détachement baisse, un phénomène qu’observait J.-P. Bois : avant 1764, ils étaient 4 398 sur 10 202 soit 43,11 % à être détachés de l’Hôtel, de 1764 à 1776 ils sont 135 sur 740, soit 18,22 % de l’effectif considéré.

  • 39 Ordonnance du 17 avril 1772, art. 27, J.-P. Bois, op. cit., p. 82-83.
  • 40 SHD-DAT, 2 Xy 44, no matricule 103982.
  • 41 J.-P. Bois, op. cit., p. 84.
  • 42 SHD-DAT, registre 2 Xy 44, no matricule 104 048.
  • 43 Ibid., registre 2 Xy 45, no matricule 104801.

15À partir du 17 avril 1772, tout soldat retiré peut demander sa réception à l’Hôtel – dans la limite des places vacantes –, ou son détachement, à condition de remettre sa pension dans l’un et l’autre cas39. C’est le choix qu’effectue en juillet 1772, Louis Valter, 44 ans, tambour au régiment suisse de Sonnenberg, « retraité » avec sa solde entière de 100 l.t., « supprimée par son admission à l’Hôtel, conformément à l’article 17 de l’ordonnance du Roy du 17 avril dernier40 ». Dès lors, souligne Jean-Pierre Bois, l’Hôtel des Invalides « devient une maison de retraite possible pour tous41 ». C’est également en 1772 que les titulaires d’une décoration apparaissent dans les registres de l’Hôtel Royal – 210 sur 727 reçus (27,51 %) entre 1772 et 1791, dans l’échantillon relevé –, tels Jean Sarcy, dit Cambray, 42 ans, 24 ans et 9 mois de services, qui entre le 3 décembre 177242 ou Claude Coulon, dit Bressan, 50 ans, 25 ans et 4 mois de services, accueilli le 13 juillet 177543.

  • 44 Règlement du 25 mars 1776, art. 9 et 10, J.-P. Bois, op. cit., p. 89.
  • 45 Ordonnance du 17 juin 1776, titre I, art. 4, R. Burnand, op. cit., p. 46.
  • 46 Sur ce point, voir les témoignages cités par J.-P. Bois, op. cit., p. 92-93. Voir également R. Burn (...)
  • 47 SHD-DAT, registre 2 Xy 45.
  • 48 J.-P. Bois, op. cit., p. 93-94.
  • 49 Ordonnance du 17 juillet 1777, art. 5 et 8, R. Burnand, op. cit., p. 49.
  • 50 Ordonnance du 1er mars 1778, titre III, art. 8, ibid.
  • 51 Ordonnance du 9 mars 1778, art. 9 et 10, ibid.
  • 52 Auxquels il est demandé trente-cinq ans de service au moins « en réunissant à ceux qu’ils auront re (...)
  • 53 Décision du 24 juillet 1784, R. Burnand, op. cit., p. 50.
  • 54 Soit 230 inscrits en 1782, 430 en 1783, 770 en 1784, 930 en 1785, 520 en 1786 [Tableau 2].

16Dans les années 1767-1768, avant l’institution de la vétérance militaire par les ordonnances des 16 avril et 9 décembre 1771, s’amorce un long mouvement de décrue du nombre des pensionnaires [Tableau 2]. La tendance à la baisse s’accélère de 1771 à 1773 : en l’espace de deux ans, les entrées diminuent en effet de moitié dans la cohorte recueillie pour cette étude, une déperdition à rapprocher de la création de la vétérance militaire, qu’accentuera – c’était l’objet de sa réforme –, la politique du comte de Saint-Germain, nommé au département de la Guerre en 1775. En mars 1776, le ministre de la Guerre remplace l’ancienne pension d’invalidité par une pension unique de récompense militaire destinée aux « vétérans et anciens soldats, cavaliers, hussards et dragons reconnus dans l’impossibilité de continuer leurs services44 ». Une fois encore, les soldats invalides doivent opter entre la pension de récompense militaire et le séjour à l’Hôtel. Parallèlement, la première des deux ordonnances du 17 juin 1776 qui réorganisent l’Hôtel, le ramène à 1 500 hommes, tous grades et armes confondus, en prenant soin de conserver « cent places vacantes, uniquement destinées pendant le courant de chaque année aux officiers, bas-officiers ou soldats invalides dont l’admission à l’Hôtel ne pourroit être différée par le genre de leurs infirmités ou de leurs blessures45 ». Nul ne pourra désormais être admis s’il n’est impotent au point de ne pouvoir assurer sa subsistance ou s’il n’est âgé de 70 ans révolus. C’est donc le grand âge et non plus la durée des services qui, avec les blessures, constitue un motif reconnu d’incapacité. Les suites de ces mesures drastiques, appliquées immédiatement, sont bien connues ; elles ont donné lieu à des scènes pathétiques, souvent racontées dans l’historiographie des Invalides46. Les pensionnaires les plus valides sont alors expédiés dans les compagnies détachées, comme soldats ou officiers « à la suite », ou renvoyés dans leurs provinces, avec la pension de récompense militaire augmentée d’une gratification. Pendant un an, de juin 1776 à mai 1777, les portes de l’Hôtel restent fermées à toute admission nouvelle47. La seconde ordonnance du 17 juin 1776 fixe à seize le nombre des compagnies détachées de bas-officiers, à huit celui des compagnies de canonniers et à soixante-cinq les compagnies de fusiliers, réduites chacune à cinquante hommes et quatre officiers48. Dans notre sélection, on compte encore 300 hommes sur 586 admis (51,19 %) à partir en détachement entre 1777 et 1791. Mais cette politique de rigueur connaît rapidement certains accommodements : en 1777, les gardes françaises obtiennent des « facilités » pour entrer à l’Hôtel49, en 1778 c’est le tour des troupes provinciales50 puis des compagnies de la Prévôté de l’Hôtel51 et ainsi de suite. Le règlement du 19 octobre 1783, réservant l’accès de l’Hôtel aux hommes malades ou très âgés52, tandis que les autres sont envoyés en compagnie détachée, ne parvient pas davantage à endiguer le flot des dérogations. En 1784, le gouverneur est autorisé à admettre « à guérison » aux infirmeries tous les invalides détachés ou pensionnés, sans qu’ils aient à renoncer à la pension de récompense militaire, ce qui était la règle jusque-là53. Cependant, et même si le nombre des militaires reçus double à partir de 1783, passant dans notre échantillon au dixième de 23 admis en 1782 à 43 en 1783, puis à 77 en 1784 et à 93 en 178554, il n’a jamais retrouvé le niveau qu’il avait atteint au XVIIe siècle et dans la première moitié du XVIIIe [Tableau 2].

Tableau 2 : Estimation du nombre de militaires enregistrés à l’Hôtel royal des Invalides de 1670 à 1791 (d’après un sondage au 1/10e)

Tableau 2 : Estimation du nombre de militaires enregistrés à l’Hôtel royal des Invalides de 1670 à 1791 (d’après un sondage au 1/10e)

NB : Registres 2 Xy 1 à 47. À partir de 1744, les officiers et les bas-officiers sont répertoriés dans des registres séparés ; ils ne sont plus comptabilisés dans notre échantillon.

La procédure administrative d’admission

17De façon concrète, comment la procédure administrative d’admission à l’Hôtel royal des Invalides se déroulait-elle ?

Les étapes de la procédure d’admission

  • 55 Pour le règne de Louis XIV, on connaît les formalités d’admission grâce au témoignage qu’a laissé L (...)
  • 56 C’est ce qui ressort des calculs effectués sur les 11 414 admis entre 1670 et 1791.

18Il appartenait au colonel du régiment de proposer les soldats pour l’Hôtel55 ; le chirurgien-major du régiment établissait des certificats médicaux, que devait confirmer le chirurgien-major de l’hôpital où le soldat avait été soigné. L’inspecteur d’armes, quand il visitait les régiments, examinait à son tour chaque cas et décidait de l’envoi aux Invalides. Ces formalités accomplies, le soldat recevait un congé et une route pour se rendre à l’Hôtel des Invalides. Ce processus complexe d’admission et de vérification prenait un temps plus ou moins long selon la période – de paix ou de conflit –, l’arme, le régiment et la gravité des traumatismes et/ou des pathologies ; on constate que, dans notre échantillon, il s’écoulait en moyenne un peu plus de six ans entre le problème de santé le plus récent et l’entrée aux Invalides56.

  • 57 Le Jeune de Boulencourt, op. cit., p. 26.
  • 58 Ibid.
  • 59 Ibid., p. 29.

19À son arrivée, le soldat, le bas-officier ou l’officier, après s’être présenté au major, au gouverneur ou, en son absence, au lieutenant du roi, se faisait enregistrer par le secrétaire57 et passait devant le chirurgien-major de l’Hôtel qui, parfois, jugeait ses blessures insuffisantes. En attendant sa comparution devant le conseil de l’Hôtel, il recevait quelques subsides pour se loger et se nourrir58. Entre-temps, le secrétaire-archiviste préparait sur le registre d’admission un résumé de ses passeports et certificats de service59. Le jour et le déroulement des séances de réception semblent avoir subi peu de modifications entre la fin du XVIIe siècle et le milieu du XVIIIe siècle. Avec le temps toutefois, les secrétaires d’État à la Guerre prirent l’habitude de déléguer leurs pouvoirs au gouverneur, ce qui renforça son influence sur les admissions.

  • 60 Ibid.
  • 61 R. Burnand, op. cit., p. 51.
  • 62 Le Jeune de Boulencourt, op. cit., p. 29.
  • 63 SHD-DAT, registre 2 Xy 7, f. 294 r., sans no matricule.
  • 64 Ibid., registre 2 Xy 41, no matricule 95568.
  • 65 Ibid., registre 2 Xy 7, f. 109 v., sans no matricule.
  • 66 Ibid., registre 2 Xy 41, no matricule 93663.

20Les séances se déroulaient le samedi au début60 puis le jeudi61, en présence du ministre, du gouverneur, des membres du conseil de l’Hôtel, de l’état-major, et devant l’impétrant. Après avoir écouté le rapport lu à voix haute par le secrétaire-archiviste et examiné la validité de ses différents certificats, le conseil se prononçait sur son sort. C’est alors que le ministre-directeur portait la mention « receu » ou « resfusé » à côté de l’extrait correspondant, spécifiant brièvement dans la marge du registre la classe de réception – « soldat », « cavalier », « bas-officier », « officier » –, ou le motif du refus62 [Fig. 3]. Le secrétaire transmettait ensuite la liste des reçus au major pour qu’il s’occupe des formalités d’entrée. De 1670 à 1791, 11 141 militaires sur 11 528 (96,66 %) furent ainsi admis, alors que 383 (3,32 %) étaient écartés. C’est le cas de Thomas Poly, dit Ste Croix, âgé de 70 ans, renvoyé le 30 mai 1676, « attendu qu’il n’a fait voir que trois années de service et qu’il n’a point de blessures63 », ou encore d’Adrien Marquis, 58 ans, renvoyé le 15 septembre 1763 « n’ayant ni blessures ni services suffisants pour être receu64 ». L’Hôtel leur accordait en général une somme de 6, 9 ou 12 livres tournois « pour se conduire », autrement dit pour rentrer chez eux ou retourner dans leur régiment. Certains candidats rejetés la première fois étaient admis par la suite, soit parce qu’ils s’étaient procurés les certificats qui leur faisaient défaut, soit parce qu’ils avaient accompli des années de service supplémentaires qui leur permettaient d’intégrer l’Hôtel Royal, ou bien encore en vertu d’une faveur du gouverneur ou du secrétaire d’État à la Guerre : ils sont 68 dans cet heureux cas de figure sur les 383 renvoyés entre 1670 et 1791. Jean Bonpart, dit la Roze, 36 ans, est refusé « jusqu’à ce qu’il ayt rapporté le congé de son capitaine », ce qu’il fait le 15 février 167665 ; François Paquet, dit sans façon, 27 ans, « remis » le 28 avril 1763, « n’ayant ni blessures ni services suffisants pour être admis » est reçu pour toujours le 30 avril 1772, par ordre du gouverneur, et pensionné à Vincennes, à la demande du comte de Chabrillant, son ancien colonel66.

Les différentes catégories d’admis

  • 67 R. Burnand, op. cit., p. 35.
  • 68 Ordonnance du 3 décembre 1730 « pour régler les différentes classes de ceux qui seront reçus à l ‘H (...)
  • 69 Ordonnance du 15 juillet 1760, ibid., p. 39.
  • 70 À partir de 1744, sous-officiers et officiers sont répertoriés dans des registres séparés, ils n’ap (...)
  • 71 Édit d’establissement de l’Hostel des Invalides, avril 1674, Gustave Léon Niox, L’Hôtel des Invalid (...)

21Les militaires acceptés sont enregistrés en tant que soldats, cavaliers, bas-officiers ou officiers, qualités qui déterminent leurs conditions de vie dans l’institution, plus ou moins souples, plus ou moins confortables selon le grade. Les critères d’affectation dans les classes font régulièrement l’objet de révisions, chaque corps tentant de se faire attribuer une strate supérieure à celle que le règlement lui accorde. En 1719, les sergents des gardes françaises et suisses, reçus d’ordinaire sergents brevetés, demandaient au Régent d’entrer en tant que lieutenants après dix ans de service comme sergents, ce qui leur fut accordé67. En 1730, les catégories initiales sont regroupées en trois classes, en fonction du grade mais aussi de la compagnie ou du régiment d’origine68 ; à cette occasion, il est décidé que les bas-officiers – auxquels leur régiment octroyait souvent l’épaulette d’officier pour leur départ –, ne seraient acceptés comme lieutenants que s’ils justifiaient de cinq ans d’ancienneté dans le grade. Cependant, les monarques ne cessaient de multiplier les exceptions, en dépit des protestations de l’état-major de l’Hôtel : ainsi, en 1760 les maréchaux des logis totalisant dix ans de grade se voyaient-ils placés dans une catégorie nouvelle – créée à leur intention –, dite « classe intermédiaire » entre la première et la seconde classe69, alors qu’ils étaient jusque-là reçus cavaliers ou bas-officiers. Néanmoins, sur les 6 970 militaires enregistrés avant 174470, on compte 3 921 soldats (57,24 % de l’ensemble), 1 227 cavaliers (17,91 %), 860 bas-officiers (12,56 %) et 471 officiers (6,88 %). L’Hôtel royal des Invalides apparaît bien ici comme la maison des anciens soldats, « tant estropiez que vieux et caducques71 », conformément à la volonté de son fondateur.

  • 72 SHD-DAT, registre 2 Xy 1, f. 26 v., sans no matricule.
  • 73 Ibid., registre 2 Xy 2, f. 142 r., sans no matricule.
  • 74 Ibid., registre 2 Xy 8, f. 71 r., sans no matricule.
  • 75 Ibid., registre 2 Xy 11, no matricule 6043.
  • 76 Ibid., registre 2 Xy 30, no matricule 60838.
  • 77 Ibid., registre 2 Xy 30, no matricule 61182.

22Il arrive que le chirurgien-major décide, après examen du candidat, de l’admettre pour une durée limitée – deux, trois, voire six mois –, « jusqu’à guérison » [Tableau 1]. Sur l’ensemble de la période étudiée et sur 11 141 admis, 95 militaires sont acceptés sous cette condition : 60 soldats, 25 cavaliers, 4 bas-officiers et 6 officiers, soit 0,85 % de l’effectif total. Quarante-quatre rentrent au service, une fois le délai écoulé, tel Archange Cardon, 23 ans, dit la montagne, dragon du régiment de Tilladet, « admis jusqu’à guérison » le 10 novembre 1672, qui reprend du service deux ans plus tard, le 14 novembre 167472. Les cinquante et un autres sont « admis pour toujours » ; les uns partent alors en détachement, d’autres renoncent à l’Hôtel. Boniface Minguely, 33 ans, originaire de Lombardie est « admis sergent jusqu’à guérison » le 6 octobre 1674 ; il préfère renoncer le 16 décembre de la même année et regagner son pays, plutôt que de « souffrir une opération qui luy estoit necessaire73 ». Pierre Frise, dit la rose, affecté « d’une paralisie de tout le costé gauche » et reçu « soldat jusqu’à guérison » le 20 août 1678, reste à l’Hôtel où il meurt le 25 mai 168974. Urbain de Beaubé, dit la Villette, soldat de 34 ans qui entre « jusqu’à guérison » le 7 février 1692, est agréé « pour toujours » le 28 août de la même année75. Après 1726, la catégorie des « admis jusqu’à guérison » a tendance à disparaître de notre échantillon. Seuls deux soldats intègrent l’Hôtel de cette manière, en 1740 ; le premier, Gilles Maillard, dit vadeboncoeur, âgé de 55 ans, atteint « d’un rhumatisme universel », d’abord reçu « soldat jusqu’à guérison » le 20 juillet 1740, est ensuite accueilli définitivement76. Le second, Estienne Sillion dit saint Estienne, soldat enregistré le 15 septembre 1740, qui souffre à 49 ans de « veue et jambes foibles », est lui aussi « admis pour toujours », avant d’être envoyé en détachement à Bellegarde77.

  • 78 Ibid., registre 2 Xy 8, f. 101 r, sans no matricule.
  • 79 Ibid., registre 2 Xy 11, no matricule 5870.
  • 80 R. Burnand, op. cit., p. 35.
  • 81 Ibid., p. 37.
  • 82 Ordonnance du 25 février 1768, art. 6, renouvelée le 27 décembre 1769, ibid., p. 13.
  • 83 Ibid., p. 33-34.

23De toute façon, l’admission à l’Hôtel royal des Invalides est considérée comme une grâce royale, qui peut être exercée – au nom du souverain –, par le secrétaire d’État à la Guerre, le chancelier ou le gouverneur. À partir de 1678 presque tous les officiers sont acceptés « par ordre du Roy », « par ordre du chancelier » puis des secrétaires d’État à la Guerre successifs, une manière de rendre hommage à leur qualité. C’est le cas, le 12 décembre 1678, de Michelle (sic) Camus, sieur de Desnoyers, garde du corps du roi, âgé de 46 ans « lequel Sa Majesté a jugé hors de service par un ordre dont il en est porteur donné à Versailles le 8e décembre présent mois78 » ; c’est également celui de Jacques Grosos, sieur de Saint-Jacques, lieutenant de 46 ans au régiment de Grancey, reçu le 15 mai 1691 « officier par ordre de Monseigneur79 ». La même faveur peut être accordée, mais plus rarement, aux sans-grades. En vertu de ce principe, les conditions d’admission prévues par les textes ne cessent d’être contournées : les artilleurs n ‘ avaient pas droit à l’Hôtel jusqu’à ce que le duc du Maine, grand maître de l’artillerie, parvienne à en faire entrer quelques-uns en 1704 puis à faire admettre l’ensemble du corps en 171680. En 1731, les officiers, archers, gardes et trompettes de la compagnie du prévôt général des Monnaies, assimilés aux troupes régulières, obtiennent d’accéder aux Invalides au bout de vingt ans de service81. En 1768, ce sont les bas-officiers des maréchaussées de France, Lorraine et Barrois qui reçoivent le même avantage après vingt ans de service, dont dix à ce grade82. L’état-major de l’Hôtel avait beau se plaindre du nombre excessif des demandes d’admission, rien n’y faisait83. Le fonctionnement de l’institution s’avère ainsi plus souple que ne le prévoyaient les ordonnances régissant les conditions d’admission dans la maison, une façon de procéder tout à fait caractéristique de la société française moderne.

  • 84 SHD-DAT, registre 2 Xy 43, no matricule 101767.

24Finalement, un admis aux Invalides conserve cette qualité pour le restant de ses jours, sauf s’il renonce, s’il déserte ou s’il est chassé. Qu’il soit en détachement ou pensionné chez lui, il garde le statut de pensionnaire de l’Hôtel Royal et peut toujours réintégrer la maison-mère quand son état de santé l’exige, à condition de remettre sa pension. Il n’est pas rare que certains reviennent y finir leurs jours, à l’image de Laurent Rouvroy, dit saint Laurent, brigadier au régiment de Penthièvre-cavalerie, admis le 16 août 1766 à 42 ans ; pensionné à Rouvray en Lorraine, son lieu natal, en 1784, il meurt le 17 avril 1788 à l’Hôtel royal des Invalides84.

Typologie des invalides

25Les notices individuelles des enregistrés renseignent sur leur origine géographique, leur religion, leur état matrimonial et leur âge, informations que l’on examinera successivement.

Les facteurs sociaux

  • 85 Ibid., registre 2 Xy 42, no matricule 98579.
  • 86 Ibid., registre Xy 6, f. 283 r., sans no matricule.
  • 87 Ibid., registre 2 Xy 13, no matricule 9952.

26Les 11 528 militaires répertoriés de 1670 à 1791 sont à 87,62 % originaires du royaume : quatre sont issus d’un autre continent que l’Europe, tel, en 1765, ce timbalier de 73 ans, dénommé Vincent, né au Brésil85. 1423, soit 12,38 % de l’effectif total, viennent d’un pays européen plus ou moins proche de la France. Les plus nombreux sont les Suisses, catholiques ou acceptant de se convertir rapidement, qui servent dans les gardes suisses et les régiments de Courten, Bettens, Castella ou Seedorff ; ils sont suivis de près par les sujets des différents États de l’Empire – Autriche, Hesse, Westphalie, Tyrol, pays Souabe –, engagés dans les régiments d’Alsace, de Greder allemand, de La Marck ou de Saxe. Les Irlandais les talonnent, sortis, selon les époques, des régiments de Rooth, Hamilton, Berwick, Clare, Dillon ou Lee. À l’opposé, les Scandinaves sont très peu représentés parmi les 11 528 militaires recensés en 131 ans : un Danois – Jean Janson, âgé de 30 ans, brigadier au régiment de Du Rozel en 167586 –, et quatre Suédois, dont Petre Laurent en 1698, sergent de 56 ans, qui a passé 24 ans dans le régiment suisse de Hessy87.

27Les 10 101 (87,62 %) pensionnaires natifs du royaume sont, pour l’essentiel, issus de neuf provinces : 885 (7,70 %) ont vu le jour en Guyenneet-Gascogne, 767 (6,67 %) en Normandie, 652 (5,67 %) en Bourgogne, 633 (5,51 %) en Ile-de-France, 610 (5,31 %) en Languedoc ; 569 (4,95 %) sont nés en Lorraine, 558 (4,86 %) en Champagne, 555 (4,83 %) en Franche-Comté et 542 (4,72 %) en Picardie. C’est incontestablement la moitié nord du pays – mais pas nécessairement la France des régions frontalières –, qui fournit les plus gros contingents à l’Hôtel royal des Invalides.

  • 88 Ibid., registre 2 Xy 1, f. 2 r., sans no matricule.
  • 89 Ibid., 2 Xy 13, no matricule 10827.
  • 90 Ibid., registre 2 Xy 44, no matricule 102416.
  • 91 Ordonnance du 10 mai 1764, R. Burnand, op. cit., p. 64.
  • 92 Lettre de Choiseul au baron d’Espagnac, 17 décembre 1770, ibid., p. 64.

2811 301 militaires sur les 11 528 enregistrés sont catholiques, soit 98,03 % de l’effectif total [tableau 3]. Sur l’ensemble de la période, on compte 62 protestants – 52 calvinistes, 10 luthériens –, soit 0,54 % de la cohorte étudiée. La mention de l’appartenance religieuse ne commence d’ailleurs à figurer dans les notices d’enregistrement qu’à partir de 1673. La quasi-totalité des protestants – luthériens ou calvinistes –, reçus ès qualités, rentre avant 1685, où l’édit portant révocation de l’édit de Nantes interdit l’exercice de la « religion prétendue réformée » dans le royaume de Louis XIV ; on remarque ainsi le cas de Petreman Dubois, lieutenant suisse de 48 ans, huguenot endurci, admis le 15 septembre 1674, qui, malade, refuse opiniâtrement d’abjurer et préfère quitter les Invalides pour « finir ses jours, le 7 mars 1681, dans la maison d’un calviniste88 ». Après 1685, les enregistrés sont catholiques, à quelques exceptions près ; il s’agit le plus souvent d’Allemands qui promettent d’abjurer au moment de la réception et s’exécutent rapidement dans l’église St Louis des Invalides, à la manière de Hans Faltcharen en 1699, soldat de 62 ans, du régiment suisse de Stoppa89, ou encore de Conrad Vehn en 1770, 21 ans, venant du régiment de La Marck90. Tous deux abandonnent le luthéranisme dans les trois mois qui suivent leur arrivée à l’Hôtel. Depuis 1710, un contingent limité de soldats suisses protestants bénéficiait d’une pension d’invalidité qui leur permettait de regagner leur patrie, leur épargnant le dilemme de la conversion. Lors de la création de la pension d’invalidité militaire, en 1764, tous les soldats originaires des cantons, quelle que soit leur confession, purent désormais prétendre à une pension, assortie de l’attribution d’un habit neuf tous les huit ans ; ils obtenaient en outre la permission de se retirer dans le royaume91. L’assimilation complète des troupes suisses intervint six ans plus tard, en 1770, lorsqu’à l’occasion d’une mesure particulière, l’Hôtel leur fut ouvert sans distinction de religion92.

Tableau 3 : La confession des invalides, avant et après 1685 (sondage au 1/10e) : Effectifs (pourcentages)

Tableau 3 : La confession des invalides, avant et après 1685 (sondage au 1/10e) : Effectifs (pourcentages)
  • 93 SHD-DAT, registre 2 Xy 6, f. 235 v., sans no matricule.
  • 94 Ibid., registre 2 Xy 13, no matricule 11635.
  • 95 Ibid., registre 2 Xy 4, f. 75 v., sans no matricule.
  • 96 Ibid., registre 2 Xy 33, no matricule 38500.
  • 97 Comme l’observait J.-P. Bois, op. cit., p. 223-227.
  • 98 SHD-DAT, registre 2 Xy 15, no matricule 17950.
  • 99 Ibid., registre 2 Xy 28, no matricule 56913.
  • 100 J.-P. Bois, op. cit., p. 225.
  • 101 Ibid., p. 224-225.
  • 102 SHD-DAT, registre 2 Xy 45, no matricule 104768.
  • 103 Ibid., registre 2 Xy 11, no matricule 7147.
  • 104 Ibid., registre 2 Xy 13, no matricule 10644.

292 335 militaires (20,06 %) se déclarent mariés à leur réception, mais il se peut que le nombre en ait été plus important, certains impétrants dissimulant probablement leur union par crainte d’être refusés [Tableau 4]. De façon inattendue, la proportion des soldats étrangers mariés (317 sur 1 427 ; 22,21 %) se révèle légèrement supérieure à celle de leurs camarades sujets du roi de France (2 011 sur 10 064 ; 19,98 %). 417 – 3,62 % de l’ensemble recensé, 17,85 % du groupe des hommes mariés –, se disent « marié en son pays », ce qui reflète les pratiques matrimoniales endogamiques des temps modernes ; 445 – 3,86 % de l’ensemble recensé, 19,05 % du groupe des hommes mariés –, ont contracté alliance en province, dont plusieurs dans leur province d’origine, à l’instar du soldat Pierre Toully, dit la fortune, âgé de 35 ans en 1675, né à Quimper qui a pris femme dans sa ville natale93 ou de Pierre du Motier, dit le comte, 58 ans, sous-brigadier dans une compagnie de grenadiers à cheval du roi en 1700, natif de Chartres, marié à Nogent-le-Rotrou94. 438 – 3,8 % de l’ensemble recensé, 18,75 % du groupe des hommes mariés –, sont en puissance d’épouse à Paris au moment de leur admission. Parfois originaires de la capitale à l’image des soldats Pierre Thomas, dit la verdure, 66 ans en 167795 ou de Jean-François de Biéve, dit la rivière, 42 ans en 172296, ils appartiennent souvent aux régiments des gardes du Corps, des gardes françaises ou des gardes suisses97, tels Petre Pery, 44 ans, soldat aux gardes suisses en 170398 et Pierre Godefroy, dit sans chagrin, 53 ans, soldat des gardes françaises en 174099. Depuis 1710, les invalides dont la conjointe est installée dans la capitale ont l’autorisation de passer trois nuits par semaine dans leur foyer100 ; les pensionnaires issus des gardes du Corps, des chevau-légers et les bas-officiers des gardes françaises et suisses bénéficiant, dans la même situation, de six nuits par semaine. Leurs familles vivent dans le quartier du Gros Caillou, proche de l’Hôtel, ou dans les villages voisins, souvent à l’ouest de la capitale ou à proximité des châteaux royaux pour les gardes suisses101. Toutefois, être marié à Paris ne donne pas à l’invalide l’assurance de rester cantonné à l’Hôtel, si son état de santé autorise l’envoi en détachement. Louis Lucas, 46 ans en 1690, capitaine au régiment de Boufflers, finit ses jours lieutenant d’une compagnie détachée à Aigues-Mortes en 1722102. Hierosme Masse, dit l’espérance, 34 ans, carabinier au régiment de Bellegarde, meurt en détachement au Havre en 1703103 comme Robert Smith, Irlandais de 42 ans, soldat au régiment de Luttrell en 1698, détaché à Boulogne où il trépasse en 1725104.

Tableau 4 : Le statut marital des invalides, 1670-1791, sur 11528 inscrits (sondage au 1/10e)

Statut marital

Nombre

Pourcentage

Marié à Paris

438

3,8

Marié en son pays

417

3,62

Marié en province

445

3,86

Marié sans précision

1031

8,94

Marié à l’étranger

4

0,03

Célibataire

9137

79,26

Veuf

56

0,49

Total des invalides mariés

2335

20,26

30L’institution des pensions d’invalidité militaire en 1764 puis de récompense militaire en 1776 a-t-elle modifié cette situation ? Elle a probablement contribué à dissuader les hommes mariés de se présenter à l’Hôtel Royal, puisque 21,17 % (2 160) des militaires de notre échantillon étaient mariés à la réception avant 1764, alors qu’ils étaient seulement 12,55 % (93) à l’être entre 1765 et 1776 et 13,99 % (82) après 1776.

Les facteurs démographiques

31Cette première approche des pensionnaires aux Invalides par des méthodes de statistique descriptive s’achèvera sur la question de l’âge à l’admission, qui suscite maints débats.

32La répartition des enregistrés par tranches d’âge donne les résultats suivants [Tableau 5] : 2 653 sont âgés de moins de 40 ans, soit 23,01 % de l’effectif total ; 2 878 – 25,04 % du total –, ont entre 40 et 49 ans ; 3 818 – 33, 22 % –, se situent entre 50 et 59 ans ; 2 143 – 18,58 % –, ont ou dépassent les 60 ans. Les tranches de 45-49 ans, 50-54 ans et 55-59 ans sont les plus fournies, mais presque la moitié des militaires – 5 531 ; 47,97 % –, qui se présentent à l’Hôtel royal des Invalides, a moins de 50 ans. Les deux extrémités de la pyramide des âges sont peu représentées : dans notre cohorte, 24 pensionnaires (0,21 %) ont moins de 19 ans et 18 (0,16 %) ont dépassé les 80 ans. Sur l’ensemble de la période étudiée, l’âge moyen des soldats à la réception s’élève à 47,9 ans. Avant la création de la pension d’invalidité en 1764, il était de 48,2 ans ; il baisse sensiblement entre 1765 et 1776 jusqu’à 44,2 ans, puis remonte à 48,7 ans après la réforme de 1776, dépassant à peine l’âge moyen à l’admission avant 1764.

  • 105 J.-P. Bois, op. cit., p. 136.
  • 106 Ibid., p. 136.
  • 107 Ces moyennes ont été obtenues en calculant l’âge moyen des soldats à leur réception durant les anné (...)
  • 108 Selon l’expression de J.-P. Bois, op. cit., p. 133.

33Ces âges se révèlent inférieurs aux âges moyens des soldats à leur réception calculés par J.-P. Bois à partir d’un échantillon de 4 000 impétrants relevés à quatre dates différentes, 1716-1717, 1732, 1767, et 1786-1787105 ; celui-ci trouvait un âge moyen de 51 ans et 10 mois en 1716-1717 et de 54 ans et 4 mois en 1732, un vieillissement qu’il expliquait par la conjoncture de paix, laquelle aurait limité les risques de blessures et les fatigues du service106. Il observait également que l’âge moyen des invalides diminuait après la guerre de Sept Ans – de 49 ans et 1 mois en 1751 il s’abaissait à 39 ans en 1762-1763, ce qui tenait à l’afflux de jeunes soldats blessés ou invalides –, pour remonter avec la paix – 43 ans et 10 mois en 1767-1769 –, et atteindre 50 ans et 9 mois en 1786-1787. J.-P. Bois attribuait ces variations à une succession d’années sans conflit ainsi qu’à la politique restrictive menée alors par le comte de Saint-Germain et ses successeurs. Les résultats tirés de notre échantillon diffèrent sur plusieurs points [Tableau 6] ; de 1670 à 1791, l’âge moyen à l’admission durant une année de conflit s’abaisse à 46,1 ans ; dans les quatre ans suivants il revient à 48, 4 ans, pour culminer à 50,4 ans plus de cinq ans après107. En outre, les temps de guerre n’entraînent pas automatiquement un abaissement notable de l’âge à la réception. Cet âge est de 44,05 ans en 1672-1684, 45,79 ans en 1688-1700 (guerre de la Ligue d’Augsbourg), 43,39 ans en 1756-1763 après la guerre de Sept Ans, 46,12 ans en 1740-1748 (guerre de Succession d’Autriche) et 43,14 ans en 1778-1788 (guerre d’Indépendance américaine) ; mais il s’élève à 46,94 ans en 1701-1718 (guerre de Succession d’Espagne) et à 52,1 ans en 1733-1740 (guerre de Succession de Pologne). On observe enfin des écarts d’âge entre les différentes catégories d’admis. Les « admis après refus » ont en moyenne 51,69 ans alors que les détachés sont âgés de 49,29 ans et les admis jusqu’à guérison de 38 ans ; les refusés se situant dans la partie haute de la fourchette avec un âge moyen de 49,58 ans. Au bout du compte, l’âge de l’invalidité se situe bien pour les soldats, légèrement avant la cinquantaine. Faut-il pour autant y voir « l’âge de la vieillesse militaire108 », vieillesse que les démographes du XVIIIe siècle fixent à la soixantaine en population générale ? Le calcul des âges au décès permettra certainement de répondre d’une façon plus précise à cette question.

Tableau 5 : La répartition des invalides par classes d’âge de 5 ans, 1670-1791, sur 11492 inscrits (sondage au 1/10e)

Âge (classes de 5 ans)

Nombre

Pourcentage

15-19

24

0,21

20-25

462

4,02

25-29

697

6,06

30-34

726

6,31

35-39

744

6,47

40-44

1 197

10,41

45-49

1 681

14,62

50-54

1 995

17,35

55-59

1 823

15,86

60-64

1 335

11,61

65-69

540

4,69

70-74

194

1,68

75-79

55

0,47

80-84

14

0,12

85 et +

4

0,03

NB : 37 âges ne sont pas renseignés sur 11 528 inscrits

Tableau 6 : L’âge moyen à l’admission suivant les périodes, 1671-1791 (sondage au 1/10e)

Période

Effectif concerné

âge moyen

1670-1791

11 485

47,93

1764 et avant

10 166

48,21

1765-1776

736

44,20

Après 1776

583

48,79

En année de conflit (tous conflits confondus)

4 686

46,13

En année de conflit ou moins de 5 ans après (tous conflits confondus)

9 053

47,32

5 ans après un conflit (tous conflits confondus)

2 432

50,44

NB : 37 âges ne sont pas renseignés sur 11 528 inscrits

  • 109 Durée moyenne des services calculée d’après les informations consignées dans les registres d’admiss (...)

34La durée moyenne des services effectués par notre cohorte109 apparaît à la fois supérieure aux normes fixées par l’ordonnance du 3 décembre 1730 et inférieure à celles de l’ordonnance du 17 juin 1776, puisqu’elle se situe à 23,27 ans sur les 131 ans étudiés. Tout comme l’âge à l’admission, elle enregistre des fluctuations selon le sort réservé à l’impétrant : si les refusés ne justifient que de 17,25 années de service, les admis après refus en ont effectué 21,86 et les détachés 24,97.

35Un bref aperçu de l’état de santé des militaires enregistrés aide à mieux comprendre les raisons d’une admission aux Invalides, et même, au-delà, le rôle l’institution. Plus du tiers des soldats enregistrés souffre de plusieurs maux identifiables : pour 6 755 arrivants (58,6 %) affligés d’un seul problème, 3 483 (30,21 %) en déclarent deux et 820 (7,11 %) trois et plus. Cependant, lorsqu’on retient uniquement la première pathologie mentionnée dans les notices, on constate que les traumatismes l’emportent (57,71 % des motifs de santé invoqués pour l’admission) sur les pathologies « médicales » (42,29 % des motifs de santé invoqués pour l’admission). En outre, le nombre des soldats admis pour « caducité » est très faible dans notre échantillon : ils ne sont que 74. On compte bien 334 « usés », mais cet adjectif correspond-il exactement à un âge considéré comme avancé à l’époque ?

  • 110 Édit d’establissement de l’Hostel des Invalides, avril 1674, G.-L. Niox, op. cit., p. 18.

36L’admis-type aux Invalides apparaît donc comme un homme d’un peu moins de 50 ans, originaire du royaume, catholique, célibataire et souffrant de traumatismes dus aux combats qu’il a livrés. En définitive, l’Hôtel royal des Invalides fondé pour recevoir « les soldats […] ayant vieilli dans le service ou […] ayant été estropié dans les guerres passées110 » accueille davantage les victimes de la guerre que celles de l’âge.

37Les archives laissées par l’Hôtel royal des Invalides s’avèrent ainsi d’une richesse exceptionnelle. Cantonnées trop souvent à l’histoire militaire ou à l’histoire de l’art, elles peuvent également servir à l’histoire de la santé et de la maladie, à l’histoire religieuse, à l’histoire culturelle comme à celle de la civilisation matérielle et de l’alimentation.

38La structuration des registres d’admission, qui se prête à l’emploi de méthodes statistiques, a permis de mener une étude d’épidémiologie historique et de renouer, pour l’occasion, avec l’histoire quantitative. Après avoir donné naissance aux magnifiques travaux des économistes François Simiand et Ernest Labrousse, à ceux des démographes Louis Henry, Pierre Goubert, François Lebrun – et on arrêtera là la liste car elle est trop longue –, celle-ci connaît une éclipse depuis une vingtaine d’années environ. Si certaines des critiques dont elle a fait l’objet étaient justifiées, elle demeure un formidable instrument au service de la connaissance historique quand elle est utilisée avec mesure et sens critique sur des sources adaptées ; c’est le cas avec les registres de réception à l’Hôtel royal des Invalides. L’ouvrage qui en sortira se veut aussi – à sa manière –, une modeste réhabilitation de l’histoire quantitative.

Fig. 1 : SHD, Département de l’armée de terre, sous-série Xy, registre 2 Xy 9

Fig. 1 : SHD, Département de l’armée de terre, sous-série Xy, registre 2 Xy 9

Fig. 2 : SHD, Département de l’armée de terre, sous-série Xy, registre 2 Xy 8.

Fig. 2 : SHD, Département de l’armée de terre, sous-série Xy, registre 2 Xy 8.

Fig. 3 : SHD, Département de l’armée de terre, sous-série Xy, registre 2 Xy 11.

Fig. 3 : SHD, Département de l’armée de terre, sous-série Xy, registre 2 Xy 11.

Notes

1 Jean-Pierre Bois, Les Anciens Soldats dans la société française au XVIIIe siècle, Paris, Economica, 1990.

2 Jean Chagniot, Paris et l’armée au XVIIIe siècle. Étude politique et sociale, Paris, Economica, 1985.

3 Cette enquête a été menée par Élisabeth Belmas (Université Paris 13) et Joël Coste (Université Paris V-Cochin, EPHE), avec l’aide de la MSH Paris-Nord et du CRESC, Université Paris 13. Les résultats en seront présentés dans un ouvrage à paraître.

4 Robert Burnand, L’Hôtel Royal des Invalides 1670-1789, Paris, Berger-Levrault, 1913.

5 Édit du 24 février 1670, dans Recueil des édits, déclarations, ordonnances, arrêts et règlements concernant l’Hôtel Royal des Invalides, 1670-1780, Paris, 1781, 2 vol., vol. I, p. 7-11, Bnf, Imp. 4° F 21801.

6 J.-P. Bois, op. cit., p. 42.

7 R. Burnand, op. cit., p. 32 sq.

8 Règlement du 3 janvier 1710, art. 1 et 2, dans R. Burnand, op. cit., p. 34.

9 J.-P. Bois, op. cit., p. 47.

10 Ordonnance du 19 février 1716, dans R. Burnand, op. cit., p. 35 ; ordonnance du 29 août 1731 et règlement du 24 septembre 1734, ibid., p. 37.

11 Ordonnance du 10 mars 1729, art. 8, ibid., p. 35.

12 Ordonnance du 3 décembre 1730, ibid., p. 35.

13 Ibid., p. 52.

14 Ibid., p. 55.

15 Archives du Service histoprique de la Défense, Département de l’armée de terre (désormais SHD-DAT), sous-série Xy, registre 2 Xy 9, no matricule 2520 et 2522.

16 René Baillargeat (éd.), Les Invalides : trois siècles d’histoire, Paris, Musée de l’armée, 1974, p. 150.

17 J.-P. Bois, op. cit., p. 57.

18 SHD-DAT, registre 2 Xy 14, no matricule 13047.

19 Ibid., registre 2 Xy 33, no matricule 69947.

20 Tels le régiment de Royal-Barrois, supprimé le 1er janvier 1749 et celui de Royal-Artillerie diminué le 10 janvier ainsi que les régiments de Royal-Italien et Royal-Corse également réduits le 16 janvier de la même année. R. Burnand, op. cit., p. 38.

21 Lettre du maréchal de Belle-Isle, 25 juin 1759, ibid., p. 38.

22 Ordonnance du 19 avril 1760, ibid., p. 39.

23 Ordonnance du 27 novembre 1765, art. 48, ibid., p. 40.

24 Les invalides pensionnés recevaient un habit tous les quatre ans ; leur pension n’était susceptible d’aucune retenue ; ils étaient exemptés du logement des gens de guerre, dispensés de la capitation – les officiers exceptés –, et de l’industrie. Cf. ibid., p. 56-57.

25 Fonds annuel lui-même prélevé sur les caisses de l’Hôtel pour être versé aux ayants droit à l’admission.

26 Ordonnance du 10 mai 1764, R. Burnand, op. cit., p. 64.

27 Ibid., p. 45.

28 SHD-DAT, registre 2 Xy 42, no matricule 98440.

29 Ibid., registre 2 Xy 42, no matricule 98319.

30 L’expression « reçu ailleurs » n’est pas employée à l’époque. Elle a été forgée aujourd’hui pour caractériser cette modalité d’admission.

31 SHD-DAT, registre 2 Xy 16, no matricule 20607.

32 J.-P. Bois, op. cit., p. 62.

33 Ibid.

34 SHD-DAT, registre 2 Xy 17, no matricule 22941.

35 Ibid., registre 2 Xy 20, no matricule 30346.

36 Ibid., registre 2 Xy 21, no matricule 34266.

37 Ibid., registre 2 Xy 23, no matricule 46698.

38 Ibid., registre 2 Xy 25, no matricule 46983.

39 Ordonnance du 17 avril 1772, art. 27, J.-P. Bois, op. cit., p. 82-83.

40 SHD-DAT, 2 Xy 44, no matricule 103982.

41 J.-P. Bois, op. cit., p. 84.

42 SHD-DAT, registre 2 Xy 44, no matricule 104 048.

43 Ibid., registre 2 Xy 45, no matricule 104801.

44 Règlement du 25 mars 1776, art. 9 et 10, J.-P. Bois, op. cit., p. 89.

45 Ordonnance du 17 juin 1776, titre I, art. 4, R. Burnand, op. cit., p. 46.

46 Sur ce point, voir les témoignages cités par J.-P. Bois, op. cit., p. 92-93. Voir également R. Burnand, op. cit., p. 48.

47 SHD-DAT, registre 2 Xy 45.

48 J.-P. Bois, op. cit., p. 93-94.

49 Ordonnance du 17 juillet 1777, art. 5 et 8, R. Burnand, op. cit., p. 49.

50 Ordonnance du 1er mars 1778, titre III, art. 8, ibid.

51 Ordonnance du 9 mars 1778, art. 9 et 10, ibid.

52 Auxquels il est demandé trente-cinq ans de service au moins « en réunissant à ceux qu’ils auront rendus dans les troupes du Roi le temps qu’ils auront passé aux compagnies détachées ». Règlement du 19 octobre 1783, J.-P. Bois, op. cit., p. 96.

53 Décision du 24 juillet 1784, R. Burnand, op. cit., p. 50.

54 Soit 230 inscrits en 1782, 430 en 1783, 770 en 1784, 930 en 1785, 520 en 1786 [Tableau 2].

55 Pour le règne de Louis XIV, on connaît les formalités d’admission grâce au témoignage qu’a laissé Le Jeune de Boulencourt dans sa Description generale de l’hostel royal des Invalides, Paris, 1683, p. 26-30. La procédure en usage dans la seconde moitié du XVIIIe siècle est décrite dans un mémoire, non daté, probablement rédigé entre 1766 et 1776, R. Burnand, op. cit., p. 51.

56 C’est ce qui ressort des calculs effectués sur les 11 414 admis entre 1670 et 1791.

57 Le Jeune de Boulencourt, op. cit., p. 26.

58 Ibid.

59 Ibid., p. 29.

60 Ibid.

61 R. Burnand, op. cit., p. 51.

62 Le Jeune de Boulencourt, op. cit., p. 29.

63 SHD-DAT, registre 2 Xy 7, f. 294 r., sans no matricule.

64 Ibid., registre 2 Xy 41, no matricule 95568.

65 Ibid., registre 2 Xy 7, f. 109 v., sans no matricule.

66 Ibid., registre 2 Xy 41, no matricule 93663.

67 R. Burnand, op. cit., p. 35.

68 Ordonnance du 3 décembre 1730 « pour régler les différentes classes de ceux qui seront reçus à l ‘Hôtel royal des Invalides », art. 2, ibid., p. 35-36.

69 Ordonnance du 15 juillet 1760, ibid., p. 39.

70 À partir de 1744, sous-officiers et officiers sont répertoriés dans des registres séparés, ils n’apparaissent donc plus dans notre échantillon.

71 Édit d’establissement de l’Hostel des Invalides, avril 1674, Gustave Léon Niox, L’Hôtel des Invalides, Paris, C. Delagrave, s. d., p. 23.

72 SHD-DAT, registre 2 Xy 1, f. 26 v., sans no matricule.

73 Ibid., registre 2 Xy 2, f. 142 r., sans no matricule.

74 Ibid., registre 2 Xy 8, f. 71 r., sans no matricule.

75 Ibid., registre 2 Xy 11, no matricule 6043.

76 Ibid., registre 2 Xy 30, no matricule 60838.

77 Ibid., registre 2 Xy 30, no matricule 61182.

78 Ibid., registre 2 Xy 8, f. 101 r, sans no matricule.

79 Ibid., registre 2 Xy 11, no matricule 5870.

80 R. Burnand, op. cit., p. 35.

81 Ibid., p. 37.

82 Ordonnance du 25 février 1768, art. 6, renouvelée le 27 décembre 1769, ibid., p. 13.

83 Ibid., p. 33-34.

84 SHD-DAT, registre 2 Xy 43, no matricule 101767.

85 Ibid., registre 2 Xy 42, no matricule 98579.

86 Ibid., registre Xy 6, f. 283 r., sans no matricule.

87 Ibid., registre 2 Xy 13, no matricule 9952.

88 Ibid., registre 2 Xy 1, f. 2 r., sans no matricule.

89 Ibid., 2 Xy 13, no matricule 10827.

90 Ibid., registre 2 Xy 44, no matricule 102416.

91 Ordonnance du 10 mai 1764, R. Burnand, op. cit., p. 64.

92 Lettre de Choiseul au baron d’Espagnac, 17 décembre 1770, ibid., p. 64.

93 SHD-DAT, registre 2 Xy 6, f. 235 v., sans no matricule.

94 Ibid., registre 2 Xy 13, no matricule 11635.

95 Ibid., registre 2 Xy 4, f. 75 v., sans no matricule.

96 Ibid., registre 2 Xy 33, no matricule 38500.

97 Comme l’observait J.-P. Bois, op. cit., p. 223-227.

98 SHD-DAT, registre 2 Xy 15, no matricule 17950.

99 Ibid., registre 2 Xy 28, no matricule 56913.

100 J.-P. Bois, op. cit., p. 225.

101 Ibid., p. 224-225.

102 SHD-DAT, registre 2 Xy 45, no matricule 104768.

103 Ibid., registre 2 Xy 11, no matricule 7147.

104 Ibid., registre 2 Xy 13, no matricule 10644.

105 J.-P. Bois, op. cit., p. 136.

106 Ibid., p. 136.

107 Ces moyennes ont été obtenues en calculant l’âge moyen des soldats à leur réception durant les années de conflit et les quatre années suivantes, puis cinq ans après, de façon à pondérer l’effet des guerres.

108 Selon l’expression de J.-P. Bois, op. cit., p. 133.

109 Durée moyenne des services calculée d’après les informations consignées dans les registres d’admission.

110 Édit d’establissement de l’Hostel des Invalides, avril 1674, G.-L. Niox, op. cit., p. 18.

Table des illustrations

Titre Tableau 2 : Estimation du nombre de militaires enregistrés à l’Hôtel royal des Invalides de 1670 à 1791 (d’après un sondage au 1/10e)
Légende NB : Registres 2 Xy 1 à 47. À partir de 1744, les officiers et les bas-officiers sont répertoriés dans des registres séparés ; ils ne sont plus comptabilisés dans notre échantillon.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/44817/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Tableau 3 : La confession des invalides, avant et après 1685 (sondage au 1/10e) : Effectifs (pourcentages)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/44817/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 1 : SHD, Département de l’armée de terre, sous-série Xy, registre 2 Xy 9
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/44817/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 2 : SHD, Département de l’armée de terre, sous-série Xy, registre 2 Xy 8.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/44817/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 3 : SHD, Département de l’armée de terre, sous-série Xy, registre 2 Xy 11.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/44817/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 185k

Auteur

Professeur d’histoire moderne à l’université Paris 13, membre du CRESC ; elle est coordinatrice du thème « Construction et diffusion des savoirs médicaux », Axe « Santé, Société », à la MSH Paris-Nord. Elle enseigne également dans le master européen « Santé, Population, Politiques sociales », co-habilité EHESS-Paris 13. Elle travaille à la fois sur l’histoire du jeu dans la société française moderne (É. Belmas, S. Craipeau, J.-P. Martignoni, « Jeu(x) », Dictionnaire d’Histoire culturelle de la France contemporaine, Paris, PUF, 2010 ; É. Belmas, « Grandeur et décadence de la courte paume en France (XVIe-XVIIe siècles) », dans p. Clastres et p. Dietsky (éds), Paume et tennis en France (XVe-XXe siècle), Paris, Nouveau Monde éditions, 2009 ; É. Belmas, « De la théorie à la pratique : les difficultés d’exercice d’une police des jeux dans la France moderne (XVIe-XVIIIe siècles) », dans F. Durand et M. Fèvre (éds), Jeux de hasard et Société, Paris, L’Harmattan, coll. « Droit de la Sécurité et de la Défense », 2008 ; É. Belmas, Jouer autrefois. Essai sur le jeu dans la France moderne (XVIe-XVIIIe siècle), Seyssel, Champ Vallon, 2006) et sur l’histoire de la santé, en particulier les maladies professionnelles (é. Belmas et M.-J. Michel (éds), Corps, santé, société, Paris, Nolin, 2005 ; « L’infirmerie de l’Hôtel royal des Invalides : hôpital modèle, modèle d’hôpital ? », dans G. Comascini et G. Vigarello (éds), Morte, medecina e società in epoca moderna e contemporanea, Turin, Fondazione Ariodante Fabretti, 2008 ; É. Belmas, « Une institution au service des militaires blessés et estropiés aux XVIIe et XVIIIe siècles : l’Hôtel royal des Invalides », dans F. Collard et É. Samama (éds), L’aveugle, l’estropié et le paralytique. Penser et surmonter le handicap, Antiquité, Moyen âge, Ancien Régime, Paris, L’Harmattan, 2010).

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540