Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La santé des populations civiles et militaires

 | 
Élisabeth Belmas
, 
Serenella Nonnis-Vigilante

Prologue : Aux origines des services de santé militaire

Sources de l’histoire du Service de santé et des hôpitaux militaires au ministère de la Défense (XVIIe-1re moitié du XXe siècle)

Archives of ministère de la Défense for history of military health department and hospitals (XVIIth-First half of XXth century)

Emmanuel Pénicaut

Résumé

Marquées par une histoire mouvementée au cours des deux derniers siècles, les archives du service de santé des armées sont aujourd’hui conservées dans trois centres principaux : le Service des archives médicales hospitalières des armées, à Limoges, qui détient principalement les dossiers individuels des patients et les archives médicales des établissements hospitaliers ; le musée de Val-de-Grâce, à Paris, qui conserve des collections lacunaires d’archives et de documentation relatives au Service de santé au XIXe siècle et au début du XXe ; le Service historique de la Défense, à Vincennes, où se trouvent les archives de l’Hôtel des Invalides, les dossiers individuels de médecins ainsi que les archives du Service de santé aux XIXe et XXe siècles qui lui ont été versées.

Archives of military health department are now contained into three main warehouses: the Service des archives médicales hospitalières des armées in Limoges, where are mainly kept invalids individual dossiers and medical archives of hospitals; museum of Val-de-Grâce in Paris, where are stocked incomplete archives and papers collections on Health military department during XIXth century and at the beginning of XXth century; the Service historique de la Défense in Vincennes, where can be found archives of the Hotel des Invalides, individual dossiers of military physicians and archives of Health Military department during XIXth and XXth centuries.

Texte intégral

1L’histoire des archives du Service de santé, qu’il s’agisse des archives de l’administration centrale de ce service ou de celles des hôpitaux militaires et établissements assimilés depuis l’Ancien Régime, reste encore à écrire. Quelques éléments, cependant, permettent de retracer les grandes lignes de la constitution des fonds, et d’établir un rapide état des lieux, qui permettra aux chercheurs de mieux comprendre les causes d’un éparpillement qu’on aurait peine à expliquer autrement.

Une histoire mouvementée

2Dès la fin du XVIIe siècle, les ministères de la Guerre et de la Marine ont été dotés d’un service « historique » (Dépôt de la guerre pour l’un, de la marine pour l’autre), ayant pour mission, principale ou annexe, de collecter les archives produites. Ces structures n’ont pas été les seules habilitées à conserver les archives laissées par les militaires. Le Génie eut très tôt son propre « Dépôt des fortifications », et la force des traditions comme l’autonomie relative de certaines structures du ministère ont conduit à la création, au long du XXe siècle, d’organismes à vocation historique. On peut ainsi citer, à titre d’exemple, le Centre des archives de l’armement, ouvert en 1969, aujourd’hui réuni au Service historique de la Défense, ainsi que les organes du Centre des hautes études de l’armement dédiés à la recherche historique, ou encore le Centre d’histoire et d’étude des troupes d’outre-mer, situé à Fréjus.

  • 1 Les services d’archives locaux extérieurs au ministère de la Défense (archives départementales ou c (...)
  • 2 Deux lieux de conservation d’archives médicales militaires seront laissés de côté dans cet exposé, (...)

3L’apparition de ces structures a souvent permis la collecte et la conservation d’archives qui, sans leur existence, auraient été irrémédiablement perdues, à une époque où le Dépôt de la guerre, puis le Service historique, n’avait pas les moyens, ni même l’ambition, d’assurer une collecte efficace. Mais, au sein de ce tableau, le Service de santé des armées constitue une exception. Alors que nous avons fêté, en 2008, son 300e anniversaire, on chercherait en vain l’existence d’un Dépôt organisé des archives du SSA, ou encore un « Service historique » de la Santé militaire. Sans doute, l’existence parallèle du SAMHA (Service des archives médicales hospitalières), destiné à la conservation des archives médicales des hôpitaux, et du Val-de-Grâce, avec le musée et la riche bibliothèque qui y sont installés, ont-ils conduit les médecins militaires à considérer qu’un service spécifiquement dédié à la recherche historique et aux archives ne s’imposait pas. Mais la conséquence de cette absence se fait aujourd’hui sentir : les archives des organes centraux du Service de santé, pour les XVIIIe-XIXe siècles et la première moitié du XXe siècle, ont été versées de façon très lacunaire au Service historique de l’armée. Les archives historiques et administratives des hôpitaux, quant à elles, ont été le plus souvent dispersées sans ordre ni réglementation1. À l’orée du XXIe siècle, trois dépôts conservent l’essentiel des archives du Service de santé : le Service historique de la Défense, le musée du Val-de-Grâce, et le Service des archives médicales hospitalières des armées2.

I. Le Service des archives médicales hospitalières

4Le Service des archives médicales hospitalières des armées (SAMHA) trouve son origine dans la fusion, au cours de la Seconde Guerre mondiale, du Service de la statistique médicale et du Bureau central de comptabilité du Service de santé des armées, tous deux repliés à Limoges (Haute-Vienne) en 1940. Le nouvel établissement prit en 1962 le nom de Centre d’archives et de statistique médicales des armées (CASMA), mais perdit progressivement ses compétences en matière de statistique médicale au profit de la seule conservation des archives. En 1972, il fut rebaptisé Section des archives médicales des armées (SAMA) et l’adjectif « hospitalières » fut ajouté en 1984. Enfin, le 1er janvier 2004, l’établissement est devenu un service à part entière, rattaché à la direction centrale du Service de santé des armées.

  • 3 La constitution d’un dossier médical a varié avec le temps. Les plus anciens ne sont, le plus souve (...)
  • 4 Les archives collectives médicales des hôpitaux sont constituées, la plupart du temps, de registres (...)

5Le SAMHA est chargé de la conservation des archives médicales hospitalières : il s’agit des archives médicales produites par les hôpitaux militaires ayant fonctionné, en France ou dans les colonies, depuis la fin du XIXe siècle. Le SAMHA n’est pas destinataire des archives administratives de ces hôpitaux, non plus que des archives médicales produites par les infirmeries rattachées aux différentes unités militaires. Ne sont pas non plus concernées les archives de la direction du Service de santé des armées. La typologie des archives conservées par le SAMHA est donc simple ; il s’agit des dossiers médicaux de personnel hospitalisé dans un hôpital militaire d’une part3, d’archives collectives médicales de ces établissements, d’autre part4. Si la plupart des patients concernés par ces archives sont des militaires, on note la présence, en particulier dans les fonds de la Seconde Guerre mondiale et de la période contemporaine, de nombreux dossiers de patients civils.

6Les fonds du SAMHA sont classés par tranches chronologiques et géographiques, et, à l’intérieur de ces tranches, par hôpitaux. Les documents les plus anciens remontent au début du XIXe siècle, mais la grande masse des documents conservés date de la période de la Première Guerre mondiale à nos jours.

A. Première Guerre mondiale et période antérieure

1. Fonds « avant 1914 »

7L’ensemble du fonds représente une trentaine de mètres linéaires, classés par villes (48 hôpitaux représentés pour la France métropolitaine, 26 pour l’Algérie, 26 pour le Maroc, 5 pour la Tunisie, 1 pour l’Indochine) ; on prendra garde que plusieurs formations sanitaires peuvent avoir séjourné dans la même ville. La plupart du temps, on ne trouve que des registres d’entrée et de sortie des patients. Peu de dossiers individuels sont conservés ; il ne s’agit en général que de quelques liasses de billets d’hôpitaux.

2. Fonds « 1914-1918 »

8Le fonds d’archives correspondant à la Première Guerre mondiale se divise en deux grandes collections.

– Collection des « bulletins 46 C »

9Ces bulletins sont des formulaires indiquant, pour chaque formation sanitaire, les dates de passage des patients, et, en général, le diagnostic ou la raison de leur hospitalisation. Ces bulletins sont conservés à partir du quatrième trimestre de 1916 : ils sont classés par formation (ambulance, hôpitaux d’étape ou d’évacuation, autres hôpitaux), et, pour la fin de 1916 et le début de 1917, par ordre alphabétique intégral de nom de patient.

– Fonds d’hôpitaux

10Comme les autres fonds d’hôpitaux, ces fonds contiennent les archives collectives des unités et les dossiers individuels des patients. On distingue, pour cette période, quatre grands types d’unités hospitalières, dont les trois premières sont propres aux temps de guerre :

11– Groupes de brancardiers

12Les groupes de brancardiers étaient chargés de la récupération des blessés sur le front. Les conditions de travail de ces unités expliquent l’état lacunaire des fonds qui les concernent.

13– Ambulances

14Les ambulances étaient des groupes sanitaires mobiles, chargés d’accueillir les blessés en attendant leur transfert dans les hôpitaux.

15– Hôpitaux d’évacuation (ou « HOE »)

16Les HOE représentent la troisième « étape » par laquelle passaient les blessés, avant leur accueil dans un hôpital de l’intérieur. Les pièces les plus représentées dans les fonds d’HOE sont des carnets de passage, plus ou moins détaillés.

17– Hôpitaux militaires de l’intérieur

18Ces formations correspondent au réseau traditionnel des hôpitaux militaires sur le territoire national. Elles sont classées par département et, au sein de chaque département, par unités.

3. Fonds « Armée d’Orient » (1915-1923)

B. Entre-deux-guerres ; Extrême-Orient

19Fonds « 1919-1938 », « Armée du Rhin » (1919-1930), « Levant » (1917-1946), « Extrême-Orient » (1914-1956).

C. Seconde Guerre mondiale

20Fonds « Première période » (1939-1940), « Deuxième période » (1940-1958), « Prisonniers de guerre » (1939-1945).

D. Période contemporaine ; anciennes colonies françaises

21Fonds « Algérie », « Maroc », « Tunisie », « Territoires d’outre-mer et Afrique noire ».

V. Fonds ouverts

22(1946 →).

II. Le Val-de-Grâce

23Les archives conservées au Val-de-Grâce, rattachées au musée du Service de santé, sont de provenance diverse ; on y trouve aussi bien des archives institutionnelles, issues de la haute administration du Service de santé ou des unités du service, que des dossiers documentaires réunis sur telle grande figure de l’histoire du Service, mêlant archives et documentation rapportée, ou encore des fonds privés, souvent légués par des médecins quittant le Service. Il n’en existe pas d’inventaire détaillé, mais les principaux domaines couverts sont les suivants :

  • le Service de santé pendant la Première Guerre mondiale (organisation et fonctionnement au niveau central, notices sur les différents hôpitaux des armées, organisation et fonctionnement des trains sanitaires et de l’aviation sanitaire, œuvres d’assistance et sociétés médicales pendant la guerre, journaux des marches et opérations des formations sanitaires pendant la guerre, notes sur l’emploi de ces formations sanitaires) ;

  • les grandes figures du Service de santé (XIXe-XXe siècles) et du personnel soignant de la Première Guerre mondiale.

24Les dossiers documentaires concernent différents domaines de la médecine, de la pharmacie et du service vétérinaire militaires, ainsi que la présence du Service de santé outre-mer (Levant, Maroc, Algérie, Tunisie, armée du Rhin, etc.).

III. Le Service historique de la Défense

25Dépositaire officiel des archives du ministère de la Guerre, le Service historique de l’armée de terre, devenu en 2005 Service historique de la Défense, détient de nombreuses archives relatives au Service de santé, aujourd’hui conservées par le département de l’armée de terre. Il convient, cependant, de rechercher ces archives dans différentes séries, aussi bien thématiques (A) que chronologiques (B).

A. Séries thématiques : M, X et Y

  • 5 L’inventaire de la sous-série 1 M est disponible en ligne sur le site Internet du Service historiqu (...)
  • 6 Pour la sous-série Ya, on consultera Jean-Claude Devos, Samuel Gibiat et Pierre Waksman, Inventaire (...)

26Au sein de la série M, « Dépôt de la guerre », la sous-série 1 M, dite des « Mémoires et reconnaissances », constitue un ensemble cohérent d’archives relatives à l’organisation et au fonctionnement du ministère du XVIIe au XXe siècle5. Les séries X et Y, quant à elles, correspondent aux anciennes « archives administratives » du ministère, distinctes jusqu’en 1950 des archives historiques6. On y trouvera donc, principalement, des dossiers d’organisation et de personnel. Les quelques analyses citées ci-dessous donneront un aperçu du contenu de ces séries.

Sous-série 1 M. Mémoires et reconnaissances

271 M 1772

28Hôpitaux et infirmeries régimentaires, hôpitaux militaires : rapports, mémoires sur l’administration des hôpitaux, sur les maladies des soldats, sur certains hôpitaux en particulier.

29XVIIe-XVIIIe siècle

301 M 1973

31Notes sur l’administration des hôpitaux au début du XIXe siècle.

321 M 2039

33Conseil de santé, officiers de santé : procès-verbaux, notes, rapports, projets d’organisation.

341824-1874

351 M 2200

36Santé.

  • 7 Abréviation pour sous-dossier : (s.-d.).

37(Dossier 1) Conseil de santé : (sous-dossier 1) attributions des inspecteurs médicaux, inspections (1857-1859) ; (s.-d. 2)7 conseils et commissions d’hygiène publique et de salubrité, projet de loi, réorganisation (1885-1886).

38(Dossier 2) Santé : (s.-d. 1) précautions hygiéniques pour garantir des influences du climat des troupes envoyées en Algérie (1840) ; (s.-d. 2) observations du conseil de santé sur le mode de recrutement et sur les époques des mouvements de troupes relativement à la santé du soldat (1839-1840) ; (s.-d. 3) considérations hygiéniques sur l’habillement des troupes et sur les causes de maladies (1840-1862).

39(Dossier 3) Infirmeries régimentaires : (s.-d. 1) ustensiles nécessaires (1838) ; (s.-d. 2) organisation du service des infirmeries et des salles de convalescence, état sanitaire (1847-1869) ; (s.-d. 3) établissement de râteliers d’armes (1868) ; (s.-d. 4) quarantaine : promulgation de la convention sanitaire dans tous les ports de la Méditerranée à l’égard des navires portant le pavillon sarde (s. d.).

40(Dossier 5) Commission d’hygiène publique de la Chambre des députés : visites, rapports, questionnaires, comptes rendus, enquête Lachaud (1913-1915).

411838-1915

421 M 2212

43Officiers de santé et vétérinaires militaires

44(Dossier 1) Discipline militaire : (s.-d. 1) loi relative à l’exercice de la médecine du 19 ventôse an XI ; (s.-d. 2) rapports de subordination des officiers de santé des corps de troupe avec les chefs de ces corps (1867-1881) ; (s.-d. 3) actes contre la discipline et l’ordre public commis par les officiers de santé attachés aux hôpitaux militaires (1849) ; (s.-d. 4) rapports de service des chirurgiens aide-majors au chirurgien-major (1841) ; (s.-d. 5) rang d’assimilation des officiers de santé (1849-1866) ; (s.-d. 6) indépendance des officiers de santé vis-à-vis des chefs militaires en ce qui touche l’exercice de l’art de guérir (1851-1869) ; (s.-d. 7) obligation des médecins des corps de troupe vis-à-vis des officiers sans troupe (1862) ; (s.-d. 8) punitions disciplinaires infligées à des médecins militaires en dehors du service médical (1877) ; (s.-d. 9) place des médecins aide-majors de 2e classe dans les régiments (1860) ; (s.-d. 10) permissions accordées aux médecins des corps de troupe par des officiers généraux et des chefs de corps (1861).

45(Dossier 2) Exercice professionnel : (s.-d. 1) officiers de santé des corps requis pour le service des hôpitaux (1820-1838) ; (s.-d. 2) interdiction d’indiquer la nature des maladies des officiers traités à la chambre par les officiers de santé (1846-1868) ; (s.-d. 3) participation des officiers de santé aux séances du congrès médical (1845) ; (s.-d. 4) médecins militaires ou civils ayant manqué aux devoirs de la profession, sanctions prises à leur encontre (1858-1881) ; (s.-d. 5) service de jour à imposer aux médecins militaires dans les corps de troupe (1877) ; (s.-d. 6) médecins militaires requis (1901) ; (s.-d. 7) correspondance de service des hôpitaux militaires et notes relatives aux rapports hiérarchiques entre les officiers de santé et les officiers d’administration employés dans les hôpitaux ; (s.-d. 8) concours des officiers de santé apporté aux médecins civils chargés par l’autorité municipale de la visite des filles publiques (1847) ; (s.-d. 9) réclamations formulées par des médecins civils contre des médecins militaires (1891-1906) ; (s.-d. 10) désignation des médecins militaires comme experts devant les tribunaux en Algérie (1897) ; (s.-d. 11) plaintes contre des médecins militaires par des familles attribuant la mort de leur fils à la négligence de ces médecins (1878-1906) ; (s.-d. 12) obligation de demander l’autorisation de la famille avant de pratiquer l’autopsie du corps d’un militaire (1881) ; (s.-d. 13) vétérinaires : exercice de leur profession en dehors du service, conditions dans lesquelles l’armée peut prêter son concours à des œuvres ou entreprises civiles ou se livrer à des activités non militaires (1867-1905).

461820-1906

Série Y. Archives collectives et individuelles du personnel

Sous-série Ya. Archives administratives du département de la Guerre. XVIIe-XVIIIe siècle.

47Ya 127

48Hôpitaux : ordonnances, règlements, décisions, rapports, mémoires, projets ; états de soldats hospitalisés, de médecins et chirurgiens, de contrôleurs des hôpitaux ; états de gratifications.

491724-1791

50Ya 128

51Hôpitaux aux armées : mémoires, inventions de médicaments, méthodes de traitement de diverses maladies (1728-1786) ; règlements, états de chirurgiens, correspondance, mémoires (1735-1778) ; états de personnel et de paiements (1743-1769) ; traités et conventions pour les malades, blessés et prisonniers de guerre (1759).

521728-1786

53Ya 129-131

54Hôpitaux aux armées : états d’employés dans les hôpitaux des forts, citadelles, places frontières, places occupées.

551747-1770

56Ya 132-141

57Dossiers individuels de médecins, chirurgiens, apothicaires et contrôleurs des hôpitaux.

58XVIIIe siècle

59Ya 231-233

60Bureau des Invalides.

611721-1792

62Ya 451-462, 495

63Registre de décès dans les hôpitaux militaires.

64XVIIIe siècle

Sous-série Yc. Contrôles de la troupe. XVIIIe-XXe siècle.

6527 Yc. Service de santé. 1809-1811.

6640 Yc. Infirmiers militaires. 1825-1879.

Série X. Archives administratives des unités et des états-majors.

Sous-série Xr. Personnel non-combattant, 1791-1906.

67Xr 12

68Inspections médicales, secours aux blessés : documents généraux.

691790-1882

70Xr 13-28

71Propositions, nominations, décisions relatives à des officiers de santé ; états nominatifs.

72An IX-1870.

73Xr 28

74Service de santé à l’armée d’Italie.

751859

76Xr 42-43

77Infirmiers militaires : organisation, équipement, uniforme, armement, présence dans les campagnes d’Italie, Rome, Chine, Crimée.

781812-1854

Sous-série Xs. Organisation générale de l’armée et de l’administration centrale. 1791-1940.

79Xs 99 [cote provisoire]

80Hôpitaux civils et militaires.

81(Dossier 1) Service de santé militaire, hôpitaux militaires et hospices civils : textes législatifs imprimés et manuscrits, circulaires et instructions du ministre de la Guerre aux commissaires ordonnateurs, aux administrateurs des hospices civils et aux économes des hôpitaux militaires, projets de règlement et rapports de la commission mixte des hôpitaux (an XIII-1874).

82(D. 2) Création et suppression d’hôpitaux : textes législatifs imprimés et manuscrits (an IV-1813).

83(D. 3) Mobilier, médicaments et objets de consommation des hôpitaux : textes législatifs manuscrits, circulaires aux commissaires ordonnateurs, aux membres des commissions administratives des hospices civils et aux économes des hôpitaux militaires, tarifs pour l’estimation des médicaments et du mobilier existant dans les établissements hospitaliers, formulaire pharmaceutique à l’usage des hôpitaux militaires (an II-1816).

84(D. 4) Directoire central des hôpitaux militaires, conseils d’administration et personnel : textes législatifs imprimés et manuscrits, circulaires du ministre de la Guerre aux commissaires ordonnateurs (an II-1815).

85(D. 5) Eaux thermales : textes législatifs manuscrits, circulaires du ministre de la Guerre aux intendants militaires et aux commissaires ordonnateurs, instruction sur les eaux minérales à l’usage des troupes (an VI-1820).

86(D. 6) Maisons et dépôts de convalescents : textes législatifs et réglementaires imprimés et manuscrits, instructions du ministre de la Guerre (an II-1812).

87An II-1874

88Xs 100 [cote provisoire]

89Hôpitaux civils et militaires.

90(Dossier 1) Service de santé des armées, hôpitaux civils et militaires : textes législatifs et réglementaires imprimés et manuscrits, circulaires et instructions aux inspecteurs aux revues et aux conseils d’administration des corps de troupe (1792-an XII).

91(D. 2) Circulaires de la commission des secours publics aux commissaires ordonnateurs, aux comités de surveillance des communes et aux comités de surveillance d’administration des hôpitaux militaires, instructions et délibérations de l’administration des hôpitaux militaires, comptes rendus de l’agence des hôpitaux militaires ou administration des hôpitaux militaires au comité de salut public (178l-an III).

921781-an XII

93Xs 100 bis [cote provisoire]

94Hôpitaux, ambulances.

95(Dossier 1) États du mouvement journalier des malades dans les hôpitaux parisiens (mars-mai 1871) ; bâtiments, pontons et hôpitaux : états nominatifs des détenus mis en liberté ou de ceux remis à la gendarmerie (1871-1872).

96(D. 2) Ambulances : dossiers des ambulances par légion ou arrondissement, états nominatifs des blessés et malades entrés dans les ambulances, rapports, pièces de comptabilité, personnel des ambulances, états du personnel du service médical, feuilles d’émargement (1871).

971871-1872

Sous-série Xy. Hôtel des Invalides.

98Distinct des établissements dépendants du Service de santé, l’Hôtel des Invalides tranche sur ceux-ci par la qualité et le caractère très complet de son fonds d’archives. Nous renvoyons le lecteur, pour tout ce qui concerne ce fonds, à l’inventaire qui en a été publié par le Service historique de la Défense : S. Gibiat et G. Longeard, Sous-série Xy. Hôtel des Invalides (fin du XVIIe-début du XXe siècle), Vincennes, 2006.

99On mentionnera également les séries V (Génie) et W (artillerie) : dans la première sont conservées toutes les archives relatives aux bâtiments militaires depuis le XVIIe jusqu’au début du XXe siècle (sous-série 1 V) : on peut y trouver des renseignements importants sur les hôpitaux militaires (voir en particulier la sous-série 1 Vh, places françaises, et la sous-série 1 Vr, objets d’art). Dans la seconde sont consignées des collections de textes réglementaires reçus à titre d’information, mais aussi des essais relatifs à différents matériels médicaux en usage dans les hôpitaux militaires, en particulier à la fin du XIXe et au début du XXe siècle (voir, par exemple, 4 W 280, 4 W 810, 6 W 175, 7 W 4, 5, 8, 46, 47, 54, 116).

B. Séries chronologiques

100Les archives centrales du ministère de la Guerre, qui constituent le fonds originel du Dépôt de la guerre, sont classées par séries chronologiques : A pour l’Ancien Régime, B pour la Révolution, C pour l’Empire, etc. À l’intérieur de ces séries, les correspondances ou les pièces relatives au Service de santé ne sont pas distinguées par des sous-séries particulières. Il convient donc de dépouiller les inventaires existants, afin de repérer les pièces intéressantes.

  • 8 On consultera avec profit les deux volumes d’index de l’inventaire de la série N (période 1870-1919 (...)

101La série N, qui couvre la IIIe République (1871-1940), est naturellement plus riche que les précédentes, et les différents organismes qui composent le ministère y sont mieux différenciés. C’est ainsi qu’apparaissent des archives propres de la direction du Service de santé – créée en 1882 – sous les cotes 9 N 85-86 (période 1870-1919) et 9 N 265 à 267 (période 1920-19408). La consultation des autres sous-séries de la série N, par ailleurs, donne un regard extérieur sur le fonctionnement du Service de santé, qui n’est pas dénué d’intérêt : il en est ainsi, par exemple, des dossiers de la direction du contrôle (sous-série 8 N) portant inspection de tel ou tel établissement ou organisme sanitaire. Enfin, fait inespéré pour l’historien, la réapparition et le retour en France, en 1994 et 2000, des archives confisquées par les Allemands à Paris entre 1940 et 1943, puis par les Russes à Berlin en 1945, traitent, pour partie, du service de santé militaire. Les fonds issus de la direction du Service de santé représentent plusieurs mètres linéaires ; actuellement en cours de classement, ils permettront à ceux qui les exploiteront, dans les années à venir, des découvertes qui ne manqueront pas de susciter l’intérêt.

Notes

1 Les services d’archives locaux extérieurs au ministère de la Défense (archives départementales ou communales) peuvent ainsi conserver des fonds en provenance de ces établissements.

2 Deux lieux de conservation d’archives médicales militaires seront laissés de côté dans cet exposé, mais mériteraient à eux seuls une étude approfondie : l’Institut de médecine tropicale du Service de santé des armées, à Marseille, et les échelons locaux du département « Marine » du Service historique de la Défense (Cherbourg, Brest, Lorient, Rochefort, Toulon).

3 La constitution d’un dossier médical a varié avec le temps. Les plus anciens ne sont, le plus souvent, que de simples billets d’hôpitaux, signalant les dates d’entrée et de sortie des établissements, ainsi que les affections dont souffre le patient. Ils s’étoffent peu à peu, de telle sorte qu’on trouve aujourd’hui, dans les plus complets, les documents qui retracent toutes les étapes du séjour à l’hôpital et tous les examens subis.

4 Les archives collectives médicales des hôpitaux sont constituées, la plupart du temps, de registres et de répertoires. À l’intérieur des fonds, ceux-ci sont tous classés suivant un cadre déterminé : service général, services médicaux et chirurgicaux (en fonction des hôpitaux), laboratoires.

5 L’inventaire de la sous-série 1 M est disponible en ligne sur le site Internet du Service historique de la Défense, <www.servicehistorique.sga.defense.gouv>.

6 Pour la sous-série Ya, on consultera Jean-Claude Devos, Samuel Gibiat et Pierre Waksman, Inventaire des archives de la Guerre. Sous-série Ya : archives administratives du Département de la guerre, XVIIe-XVIIIe siècles, Vincennes, Service historique de l’armée de terre, 1999. Les sous-séries de la série X ont fait l’objet d’inventaires dactylographiés, disponibles en salle de lecture du Service historique de la Défense.

7 Abréviation pour sous-dossier : (s.-d.).

8 On consultera avec profit les deux volumes d’index de l’inventaire de la série N (période 1870-1919 et 1920-1940), dressés par Jean Nicot, disponibles en ligne sur le site du Service historique de la Défense.

Auteur

Archiviste-paléographe, conservateur du patrimoine au Service historique de la Défense, Emmanuel Pénicaut a consacré sa thèse à Michel Chamillart, ministre et secrétaire d’État de la Guerre. Il a publié, seul ou en collaboration, différents ouvrages et articles relatifs à l’histoire institutionnelle et militaire de la période moderne et contemporaine, parmi lesquels Le château de Vincennes. Une histoire militaire, Paris, DMPA/SHD éditions, 2008, et Les hôtels de la Guerre et des Affaires étrangères à Versailles, Paris, éditions Nicolas Chaudun, 2010.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540