Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La santé des populations civiles et militaires

 | 
Élisabeth Belmas
, 
Serenella Nonnis-Vigilante

Introduction

Olivier Faure

Texte intégral

  • 1 Élisabeth Belmas et Marie-José Michel (éds), Corps, santé, société, Paris, Nolin, 2005.

1Après le colloque intitulé Corps, santé, société1 et avant celui qui sera consacré en novembre 2010 au thème des relations entre médecins et patients, le présent volume qui traite de la santé des populations civiles et militaires prouve le dynamisme de la petite équipe de Paris 13, dirigée par Élisabeth Belmas et Serenella Nonnis-Vigilante, au service de l’histoire de la santé comme il est convenu de l’appeler en France. Organisé en collaboration avec l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris et en lien avec le Service de santé militaire, les actes de ce colloque offrent trois originalités majeures : l’importance accordée aux soldats malades et blessés ainsi qu’à la médecine militaire ; l’attention portée aux hôpitaux et aux populations hospitalisées ; la mise en exergue des relations entre médecins et patients. Ce dernier thème, moins développé, sera sans nul doute repris et amplifié lors du prochain colloque.

  • 2 Sabina Loriga, Soldats, un laboratoire disciplinaire : l’armée piémontaise au XVIIIe siècle, Paris (...)
  • 3 Olivier Faure, « Les petites stations thermales en France au XIXe siècle : un autre thermalisme », (...)

2La moitié des contributions ont pour objet la santé des populations militaires et s’appuient sur les archives des services sanitaires et hospitaliers des armées. Il est vrai qu’à lire la présentation de ces archives faite par Emmanuel Pénicaut on réalise que ces sources documentaires constituent un continent fabuleux largement inexploré. Il se prête à deux types d’exploration. Le premier, classique mais indispensable consiste à décrire les institutions sanitaires militaires et à éclairer certains des épisodes de leur histoire. C’est ce que font ici Michel Sardet, Jean-Jacques Arzalier et Gersende Piernas. Le premier dresse un portrait très (trop peut-être ?) élogieux de l’hôpital maritime de Rochefort qui aurait été le premier à utiliser massivement (dès 1825) le sulfate de quinine. En revanche, on ne peut pas dire que les services de santé militaires britanniques et français aient été à la pointe du progrès lors de la guerre de Crimée. Jean-Jacques Arzalier nous rappelle que ce conflit fut le dernier au cours duquel les soldats moururent plus souvent de maladies que de blessures. Le tableau de ces pertes amena (surtout au Royaume-Uni) un réexamen total de la logistique et de l’hygiène des hôpitaux militaires. De logistique et d’hygiène, il en était déjà question un siècle et demi plus tôt lorsque le Corps de santé des armées se mit à envoyer massivement soldats et officiers prendre les eaux. En ce domaine comme dans d’autres, l’armée fut bien ici un laboratoire2. Habituant ses soldats à ce recours thérapeutique jusque-là aristocratique, l’armée ne fut certainement pas pour rien dans le développement d’un certain thermalisme populaire au début du XIXe siècle3. Mais dans l’immédiat, il fallait construire des hôpitaux.

  • 4 Yannick Marec (éd.), Accueillir ou soigner : l’hôpital et ses alternatives du Moyen Âge à nos jour (...)
  • 5 Par exemple Patrice Cugnetti, L’Hôpital de Grenoble des origines à la fin du Second Empire, Grenob (...)
  • 6 Jean Imbert (éd.), Histoire des hôpitaux en France, Toulouse, Privat, 1982.
  • 7 Olivier Faure, Genèse de l’hôpital moderne : les hospices civils de Lyon de 1802 à 1846, Lyon/Pari (...)
  • 8 Olivier Faure et Dominique Dessertine, Populations hospitalisées dans la région lyonnaise aux XIXe(...)

3Qu’ils soient civils ou militaires, ceux-ci occupent aussi une place importante dans les textes ici présentés. Après celui de Fécamp4, ce colloque témoigne du retour en force de l’histoire hospitalière et même de l’histoire quantitative à laquelle Élisabeth Belmas rend un vibrant hommage. Dans le sillage du célèbre Surveiller et punir de Michel Foucault (1975), historiens du droit et historiens avaient rédigé des monographies5 couronnées par la synthèse dirigée par le doyen Jean Imbert6. Si ces travaux rompaient au moins partiellement avec une histoire purement institutionnelle, ils ne faisaient, sauf exception, que peu de place à la sociologie des malades7. Il est vrai que les très massifs registres d’entrée arrivaient sous les yeux des historiens de la santé à une époque où pâlissaient les feux de l’histoire quantitative et avant que la micro-informatique n’arrive sur le marché et ne séduise nombre d’historiens. Aussi les tentatives pour se confronter à ce matériau furent-elles rares, parfois incomplètes et vouées à une diffusion confidentielle8. Pourtant elles remettaient en cause plusieurs idées reçues comme celle qui postulait, à la suite du discours des élites, que l’hôpital n’était fréquenté que par des marginaux et des mauvais pauvres. Dès le milieu du XIXe siècle au moins, la population hospitalière ressemble comme une sœur à la population générale, exception faite d’une très étroite élite qui ne fréquente pas l’hôpital. En revanche, souffrant du complexe du non-médecin, effrayés par les premières enquêtes de Jean-Pierre Peter menées pour décoder les nosologies anciennes, marqués par le tournant critique, les historiens du social ont-ils sans doute trop négligé les renseignements diagnostiques gisant dans les archives. Aussi le plaidoyer de Joël Coste en faveur d’une épidémiologie historique est-il d’un optimisme rafraîchissant même si on ne le partage pas entièrement, en particulier en ce qui concerne les calculs de prévalence d’une maladie dans une population globale. Il n’est pas évident non plus que tous les hôpitaux offrent un tableau nosologique aussi clair et traduisible que celui des Invalides où sont reçus beaucoup de blessés. En effet, comme y insiste Élisabeth Belmas, les Invalides, pas plus que les autres hôpitaux, ne sont des réceptacles neutres de la misère et de la maladie. Limités par leur taille et leurs budgets, ils sont contraints de dresser des procédures d’admission qui ne prennent pas seulement en compte la gravité des blessures. Claire Barillé décrit aussi la manière dont on rentre dans les hôpitaux parisiens dans la seconde moitié du XIXe siècle. Plus encore, et malgré quelques réticences de langage, l’auteur tord le cou à la légende selon laquelle l’hôpital aurait été unanimement considéré comme un lieu de terreur et d’épouvante. Certes, les malades n’allaient-ils pas à l’hôpital sans appréhension et sûrement pas par plaisir. Il n’empêche qu’ils y allaient massivement et de plus en plus, sans attendre que ces lieux soient devenus des temples de l’asepsie. Amorcée avant même la période qu’étudie Claire Barillé, la ruée (j’exagère à peine) vers les hôpitaux s’accroît dans les années 1850, à partir du moment où les admissions sont plus faciles et que se développent les bonnes réputations d’établissements (Lariboisière) pourtant non indemnes d’affections nosocomiales. Menée par Serenella Nonnis-Vigilante, la passionnante étude des plaintes adressées à l’administration hospitalière à la charnière des XIXe et XXe siècles permet d’aller plus loin dans l’analyse des relations entre les populations et ses hôpitaux. Contrairement à ce que voudrait notre sensibilité contemporaine, ce n’est ni le régime alimentaire, ni l’inconfort de l’hébergement ni la promiscuité des salles qui suscitent le mécontentement. Les familles protestataires sont beaucoup plus sensibles aux manques d’égards et d’attention dont ferait trop souvent preuve le personnel de toute nature. À ce souci de voir respecter la dignité de leurs membres vivants ou morts – nombreux courriers outrés sur les autopsies effectuées sans autorisation – s’ajoute aussi de temps à autre une certaine « exigence de résultats » en matière de soins. Au total, ces plaintes pourraient contribuer à suggérer que les familles (au moins celles-là) se sont appropriées l’institution qu’il ne s’agit désormais plus d’éviter mais d’orienter dans le sens de ce que l’on souhaite.

  • 9 L’humanisation de l’hôpital, Paris, Musée de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris, 2010.

4Cet intérêt pour les malades hospitalisés ne fait pas totalement disparaître des approches en apparence plus traditionnelles ou du moins plus institutionnelles. En examinant les règlements hospitaliers de l’ordre de Saint Maurice, Chiara Devoti aurait pu faire planer un petit parfum foucaldien sur ce volume. Pourtant, au lieu d’attirer l’attention sur les dispositions de surveillance morale et religieuse qui pèsent sur les malades, comme on l’aurait fait il y a trente ans, l’auteur insiste sur l’importance que les règlements accordent à ce que nous appellerions aujourd’hui l’humanisation de l’hôpital9 : respect de la dignité du malade, chaleur de l’accueil, douceur du traitement, qualité de la nourriture. Au terme de la lecture de l’article, on pourrait toutefois se demander si cette image quelque peu idyllique correspond mieux à la réalité des hôpitaux mauriciens que l’image noire que M. Foucault et ses épigones auraient pu en donner. Parmi les indéniables nouveautés des hôpitaux mauriciens figure l’ouverture de ces établissements aux payants et l’idée que tous ceux qui peuvent payer doivent le faire. C’est aussi à cette clientèle payante que s’adresse la constellation d’établissements privés dont la contribution d’Olivier Faure nous montre que même s’ils se sont multipliés depuis les années 1880, les premiers sont apparus à la fin du XVIIIe siècle, d’abord pour accueillir des aliénés aisés. Outre son importance et son ancienneté, cet équipement privé frappe par sa diversité. Trois types d’établissements coexistent aujourd’hui et représentent plus du tiers de l’hébergement hospitalier : longtemps connues sous le nom de maisons de santé, les cliniques désignent aujourd’hui les établissements privés à but lucratif ; créés au milieu du XIXe siècle pour des raisons identitaires, idéologiques et religieuses, les établissements protestants et catholiques constituent aujourd’hui l’armature des établissements à but non lucratif « participant au service public ». Venues plus tard sur le marché, les cliniques mutualistes s’adressent à ceux qui sont trop pauvres pour avoir accès aux cliniques privées et pas assez pauvres ou trop fiers pour aller dans les hôpitaux publics ou les maisons de charité. On imagine bien, comme le dit Chiara Devoti, que cette clientèle de payants ou de semi payants a avec les institutions et les médecins d’autres relations que la clientèle assistée.

  • 10 Laurence Brockliss, « The medical practice of E. F. Geoffroy », dans Ann La Berge et Mordechaï Fei (...)

5Même si elles seront reprises lors du colloque de novembre 2010, les relations médecins-patients sont du reste déjà bien présentes dans le présent volume. Que ce soit le quinquina qu’étudie Stanis Perez ou les eaux et produits chimiques que prescrivait Étienne-François Geoffroy (1672-1731), présenté ici par Isabelle Roméro dans le sillage de Laurence Brockliss10, le médicament joue déjà à la fin du XVIIe siècle un rôle essentiel et central dans la relation entre médecins et malades. Si les auteurs signalent que les prescriptions correspondent aux connaissances et aux convictions des médecins, voire pour le quinquina à des objectifs biopolitiques, ils ne peuvent masquer, surtout Stanis Perez, l’engouement que ces remèdes suscitent dans le public. Comme le démontrera bientôt la thèse de Cécile Floury-Buchalin (Lyon), les médecins doivent souvent prescrire des remèdes chimiques de peur de voir leur clientèle fuir chez les « charlatans » qui les débitent plus vite qu’eux. Comme l’indique Claire Fredj, le remède est tout aussi central mais plus diversement apprécié dans les régiments de l’armée française qui opèrent sur des théâtres extérieurs sous le Second Empire. En matière de santé, l’armée on l’a dit est un véritable laboratoire. De prime abord, le médecin semble ici réaliser le rêve de ses confrères civils : exercer une surveillance permanente et un pouvoir absolu sur une population captive. Pourtant, même dans ce cadre autoritaire et rigide, les patients gardent une certaine marge de manœuvre en refusant de se déclarer malade au nom d’une identité masculine que la caserne contribue à forger. Par ailleurs dans les régiments « indigènes » comme dans la médecine coloniale, dont Bertrand Taithe nous décrit les difficultés et les contradictions pour l’Algérie, les choses sont encore plus complexes. Au fossé déjà large entre un médecin et un homme du peuple vient s’ajouter le gouffre culturel et politique qui sépare un « indigène » d’Algérie asservi d’un métropolitain conquérant.

6Face à la richesse et à la complexité de ce dernier dossier, on attend donc avec impatience la tenue du futur colloque et la parution de ses actes. Néanmoins l’histoire hospitalière et celle de la « santé militaire » méritent elles aussi d’être poursuivies dans le sillage des pistes que tracent les textes qu’on va lire maintenant.

Notes

1 Élisabeth Belmas et Marie-José Michel (éds), Corps, santé, société, Paris, Nolin, 2005.

2 Sabina Loriga, Soldats, un laboratoire disciplinaire : l’armée piémontaise au XVIIIe siècle, Paris, Mentha, 1991 [réédition, Les Belles Lettres, 2007].

3 Olivier Faure, « Les petites stations thermales en France au XIXe siècle : un autre thermalisme », dans Dominique Jarrassé (éd.), Deux mille ans de thermalisme, Clermont-Ferrand, Institut d’études du Massif Central, 1996, p. 33-47.

4 Yannick Marec (éd.), Accueillir ou soigner : l’hôpital et ses alternatives du Moyen Âge à nos jours, Rouen/Le Havre, 2007.

5 Par exemple Patrice Cugnetti, L’Hôpital de Grenoble des origines à la fin du Second Empire, Grenoble, 1980, 2 vol. Beaucoup plus récemment Pierre Guillaume, Les Hospices de Bordeaux au XIXe siècle (1796-1851), Bordeaux, Les études hospitalières, 2000.

6 Jean Imbert (éd.), Histoire des hôpitaux en France, Toulouse, Privat, 1982.

7 Olivier Faure, Genèse de l’hôpital moderne : les hospices civils de Lyon de 1802 à 1846, Lyon/Paris, PUL/CNRS, 1982, p. 59-78. Plus récemment Pierre-Yves Donzé, L’Hôpital bourgeois de Porrentruy (1760-1870), Porrentruy, 2000, p. 101-108.

8 Olivier Faure et Dominique Dessertine, Populations hospitalisées dans la région lyonnaise aux XIXe et XXe siècles, Lyon, Programme Rhône-Alpes en sciences humaines, 1988.

9 L’humanisation de l’hôpital, Paris, Musée de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris, 2010.

10 Laurence Brockliss, « The medical practice of E. F. Geoffroy », dans Ann La Berge et Mordechaï Feingold (éds), French medical culture in 19Th century, Amsterdam, Rodopi, 1994, p. 79-117.

Auteur

UMR LARHRA – Université de Lyon
Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Lyon, spécialiste d’histoire de la santé. Parmi ses publications récentes les plus importantes Les Nouvelles Pratiques de santé, Paris, Belin, 2005 (en codirection avec P. Bourdelais) ; La Mutualité de la Loire face aux défis : enracinement local et enjeux nationaux, Saint-étienne, Presses universitaires de Saint-Étienne, 2005 (avec D. Dessertine et D. Nourrisson) ; Religion et enfermements XVIIe-XIXe siècles (en codirection avec B. Delpal) et plusieurs articles ou contributions sur les hôpitaux, le thermalisme, l’homéopathie, la pharmacie, l’hospitalisation privée.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540