Version classiqueVersion mobile

La dette, la dîme et le denier

 | 
Dominique Ancelet-Netter

Chronologie des faits économiques et sociaux

Texte intégral

1354

- Guerre de Cent Ans : échec des négociations de paix.
- L’épouse de Philippe de Navarre, la comtesse douairière de Bar, est excommuniée pour fausse monnaie.

1355

- Nouvel impôt imposé aux Normands pendant 3 mois pour l’entretien de 2000 hommes d’armes mais l’impôt rentre mal.
- 2 décembre : réunion des États Généraux qui consentent à la levée d’un subside pour l’entretien de 30 000 hommes d’armes avec comme financement, la gabelle, et un impôt direct ou aide de 8 deniers par livre sur toute marchandise vendue (dont personne n’est exempté).
- 25 décembre : ordonnance instaurant un nouvel impôt avec en même temps frappe d’une nouvelle monnaie mais qui sème le désordre dans les prix, les loyers et les salaires.
- 28 décembre : création des « élus » agents chargés de la perception financière pour lever l’aide, des receveurs et contrôleurs ainsi que des généraux des Finances (« super-intendants ») : l’administration fiscale royale est mise en place pour tout l’Ancien Régime.

1356

- 19 janvier : émeute parisienne dirigée par Étienne Marcel et rappel des États Généraux.
- 17 octobre : réunion de la première session des États Généraux où le dauphin demande « aide ».

1357

- 3 février : réunion des États Généraux.
- 3 mars : Trêve de Bordeaux entre la France et l’Angleterre.
- Publication de la Grande Ordonnance sur le contrôle des subsides par les États Généraux sous l’impulsion d’Etienne Marcel : première tentative de contrôle de la politique royale monétaire et fiscale par le peuple.

1358

- La Jacquerie, mouvement populaire de révolte sociale antinobiliaire s’allie avec la révolte parisienne d’Etienne Marcel.
- 11 février : Discours du dauphin Charles aux parisiens, clairement dirigé contre les États et les réduisant à leur rôle initial : le consentement à l’impôt dont il n’a vu « ni denier ni obole ».
- 21 février : ordonnance mettant en œuvre le programme politique des États. Levée d’un nouvel impôt :
- le clergé accorde un demi-décime sur les bénéfices
- les villes feront contribution pour 75 feux, d’un homme d’armes, payé 10 sous par jour.
- aucune disposition pour la noblesse, report à mai.
- 14 mai : Ordonnance de Compiègne après convocation des États Généraux du 29 avril :
-nouvel impôt d’un décime pour le clergé
- 1/20e des revenus nobles
- un homme d’armes pour 70 feux urbains
- la monnaie abaissée au pied 54e
- Ecrasement des Jacques par Charles le Mauvais.
- 31 juillet : Étienne Marcel est assassiné par un partisan du dauphin, fin du soulèvement parisien.

1359

- 28 mai : réunion des États Généraux.
- Charles V autorise les Juifs à revenir en France, après leur expulsion 10 ans auparavant.

1360

- 8 mai : traité de Brétigny, ratifié à Londres le 14 juin, qui fixe la rançon du Roi Jean à 3 millions d’écus et acte de la perte de près d’un tiers des provinces françaises.
- 5 décembre : ordonnance de Compiègne actant de la création du franc et de la mise en place d’impôts indirects (aide de 12 deniers par livre, taxes supplémentaires sur le vin, gabelle étendue quasiment à tout le Royaume) pour financer la rançon de Jean II. Création du premier corps des fonctionnaires des finances « les généraux trésoriers pour la rançon du roi ». Tout le peuple sujet du roi de France est tenu de payer l’impôt extraordinaire (y compris nobles et clergé).

1361

- Traité de Brétigny par lequel l’Angleterre rendait la liberté au roi Jean moyennant une rançon de trois millions d’écus d’or ; et la France renonçait à tous droits sur la Guyenne, le Ponthieu et les villes de Guînes et de Calais. Jean le Bon rentra en France, laissant son second fils, le duc d’Anjou, en otage à Calais, jusqu’au paiement de la rançon. Mais le jeune prince s’étant évadé, le roi vint reprendre à Londres sa captivité.
- Relèvement à 14 florins par tête de la protection royale accordée aux Juifs, assortie d’une redevance annuelle de 7 florins à titre de droit de séjour, en prolongement de l’ordonnance prise par le régent en 1359.
- Confirmation du placement des Juifs sous la protection du comte d’Etampes. - C’est leur juge unique et il est tenu de leur prêter assistance dans le cadre du recouvrement de leurs créances face à leurs débiteurs.
- Contrepartie de cette protection : signe distinctif obligatoire (la rouelle, déjà en vigueur sous Saint Louis) et privilèges accordés pour 20 ans seulement.

1362

- Début du pontificat d’Urbain V (jusqu’en 1370).

1363

- Création des « généraux élus pour la défense du royaume »
- La noblesse retrouve le bénéfice de l’exemption fiscale.
- 27 février : Urbain V réduit de moitié le taux de décime dans les provinces de Lyon, Reims, Sens, Rouen et Tours.

1364

- 18 mai : sacre de Charles V à Reims, mais le paiement du premier des trois millions n’est pas versé.
- Charles V pendant les quatre premières années de son règne continua l’exécution du Traité de Brétigny et versa encore 600.000 écus.
- Edouard II instaure Calais comme unique port d’exportation des laines vers l’Angleterre.

1365

- Les Grandes Compagnies ravagent l’Île-de-France et la Normandie. Le pape doit leur verser une rançon pour éviter la prise d’Avignon. Les États du Languedoc, incapables de trouver des troupes susceptibles de leur résister, monnayent le départ de Seguin de Badefol qui ravage tout le sud du royaume.

1366

- Charles V de France expédie en Castille les Grandes Compagnies de routiers, qui ravageaient les campagnes depuis 1360, sous la conduite de Du Guesclin.

1367

- 16 octobre : Urbain V quitte Avignon pour Rome.
- Du Guesclin est fait prisonnier.

1368

- 3 décembre : Naissance du futur Charles VI.
- Résistance à l’impôt levé par le Prince Noir en Guyenne, les États du Languedoc font appel à Charles V pour les délivrer de l’impôt et de l’Anglais.

1369

- Reprise des hostilités contre les Anglais qui nécessitent un financement accru jusqu’en 1380 fin du règne de Charles V.
- Création du collège des « généraux conseillers » pour la collecte des impôts.
- 3 avril : Ordonnance interdisant presque tous les jeux de hasard, sous peine d’une amende de 40 sous.
- Décembre : convocation des États Généraux pour la levée de l’impôt.

1370

- 18 mai : Ordonnance royale confirmant tous les privilèges précédemment accordés aux Juifs moyennant une taxation de 1 500 francs pour la réfection du pont de Saint Cloud.

1371

29 mars : Traité de Vernon entre Charles V et Charles le Mauvais.

1372

- Ordonnance du 13 novembre qui limite à 3 le nombre des secrétaires notaires qui établissent les ordres de paiement.

1373

- 24 janvier : Ordonnance affinant la réglementation sur le monopole du sel avec l’institution du « devoir de gabelle » ou dépôt du sel obligatoire dans les greniers royaux.
- Décembre : Ordonnance précisant les modalités de contrôle et les règles strictes sur la tenue des livres et des caisses.

1374

- Octobre : première fois qu’une ordonnance est appelée « loi », premières lois de constitution française fixant la majorité des rois de France à 13 ans, les règles de la régence, la tutelle des enfants de France, les apanages et les dots des cadets.

1375

- 1er juillet : Trêve de Bruges entre la France et l’Angleterre.

1376

- 3 septembre : Une ordonnance royale de Charles V met les forêts de Normandie au service des chantiers de construction navale.
- 13 septembre : Grégoire XI décide du départ des papes d’Avignon vers Rome (il n’y arrivera que le 17 janvier 1377).

1377

- 19 février : Charles V exempta les Vénitiens de l’impôt de six deniers par livre dit « traite foraine » et des lettres de marque prises contre eux virent leur effet suspendus, grâce à l’intervention de son astrologue, Thomas de Pisan, père de Christine.
- Juin : reprise des hostilités entre la France et l’Angleterre.

1378

- Début du Grand Schisme avec Urbain V (jusqu’en 1389) et « l’antipape » (jusqu’en 1394).
25 avril : capture de Charles le Mauvais par Charles V.

1379

- Révolte des tisserands en Flandres
- 20 juin : Grand Schisme d’Occident, Clément VII revient en Avignon comme antipape.

1380

- 13 juillet : mort de Du Guesclin.
- Abolition des aides et des fouages par Charles V sur son lit de mort.
- 4 novembre : sacre de Charles VI.
- 16 novembre : une ordonnance de Charles VI abolit les impôts mais entre temps la foule parisienne s’en prend aux Juifs

1381

- 1er mars : rétablissement des impôts, chaque province décide momentanément du montant des contributions.
- Mars-novembre : la Normandie consent une nouvelle aide. Ordonnance du 20 mars :
- Mesures contre les Juifs jusqu’alors protégés par Charles V avec :
- la limitation des taux d’intérêt,
- la soumission à toutes les aides,
- la privation d’acquisition et de possession des immeubles,
- l’abolition de la juridiction spéciale de Charles V,
- l’interdiction du port d’armes.
- la restriction des pouvoirs des receveurs et contrôleurs des aides, limitation de leur nombre.

1382

- 15 juin : publication de l’ordonnance royale rétablissant certaines aides indirectes.
- Violente opposition populaire au rétablissement des impôts mis en vigueur à partir du 1er mars (nouvelles imposition sur le vin, le sel et toutes autres marchandises) : révoltes populaire à Paris et en province, soulèvement des Tuchins en Languedoc et de la Harelle à Rouen.
- Avril : Les États Généraux refusent au roi de nouveaux subsides.

1383

- 21 janvier : rétablissement définitif du système des aides.
- Révolte des Maillotins : révolte fiscale des contribuables parisiens qui s’arment de maillets de plomb (d’où leur surnom de « Maillotins ») et descendent dans la rue. Cette révolte qi prend fin le 3 janvier débouche sur la loi martiale. La prévôté des marchands, l’équivalent de la mairie de Paris, est supprimée.

1384

- Retour de la Grande Peste en France

1385

- Charles VI épouse Isabeau de Bavière

1388

- Les Marmousets, anciens conseillers de Charles V, sont rappelés au pouvoir par Charles VI. S’en suivent quelques années de prospérité économique.

1392

- 5 août : première crise de folie de Charles VI.
- 6 août : renvoi des Marmousets.
- Régence d’Isabeau de Bavière sous le contrôle de Louis d’Orléans et de Philippe II, duc de Bourgogne.

1393

- 28 janvier : bal des Ardents, expression du faste de la Cour, le Roi manque de périr, aggravation de sa folie.

1394

- 17 septembre : ordonnance d’expulsion des Juifs du royaume.

1395

- Reprise d’une crise monétaire, conséquence notamment du déficit commercial avec l’Orient.
- Jean Gerson, chancelier de l’université de Paris, convoque un concile pour tenter de mettre fin au Grand Schisme.

1398

- L’Université de Paris propose une soustraction d’obédience pour résoudre la crise liée au Grand Schisme.
- La Bastille devient prison d’État, de nombreux prisonniers y sont incarcérés pour dettes.

1400

- 7 janvier : Ordonnance de Charles VI définissant le pays d’élection (juridiction royale de première instance dont les juges étaient élus par le peuple).

1402

- Fondation de la première banque allemande à Francfort.

1403

- 22 février : naissance du futur Charles VII.
- 30 mai : Charles VI replace la France sous l’obédience du pape.

1405

- Sermon « Vivat Rex » de Jean Gerson

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search