Version classiqueVersion mobile

La dette, la dîme et le denier

 | 
Dominique Ancelet-Netter

Conclusion

Texte intégral

1À l’épreuve des observations établies lors de cette étude, il est apparu trois axes conclusifs différenciés.

2Le premier tient, d’une part, au périmètre des champs lexicaux initialement circonscrit pour cette étude. L’un des objectifs initiaux de cette étude était d’effectuer une analyse descriptive sémantique du champ lexical théorique de l’économie et de la finance, à l’identique des autres champs lexicaux du vocabulaire économique et financier. En effet, « finance » (dans son emploi au singulier comme au pluriel) et « yconomie » et leurs dérivés morphologiques sont présents dans notre corpus. Mais cette projection, avec le regard de notre temps habitué au « tout économique », s’est avérée anachronique pour une approche définitoire des lexèmes du vocabulaire économique et financier employé par les auteurs de notre corpus. Le vocabulaire théorique de l’économie et de la finance ne peut se circonscrire en champ lexical délimité dans un fonctionnement sémantique relativement permutable et autonome puisque la théorisation sur l’économie n’existe pas en en tant qu’objet d’étude à part entière mais qu’elle est au contraire parcellaire et disséminée dans les différents écrits théologiques majoritairement en latin repris par les auteurs de notre corpus.

3L’autre axe conclusif concerne les limites prévisibles de l’emploi d’une analyse componentielle désormais historiquement datée. Cette étude nous a permis de dégager effectivement un certain nombre de sémèmes sans toutefois nous permettre d’aller jusqu’à la distinction totale des sens par rapport aux significations. Mais les outils méthodologiques de l’analyse sémantique componentielle, certes dans une application parcellaire et différenciée selon ses concepts plus ou moins opératoires, nous ont cependant permis d’isoler les traits sémiques les plus pertinents du vocabulaire économique et financier et peut être de tendre vers le cœur sémique (au sens atomique du terme) des mots du vocabulaire économique et financier.

4En effet, et c’est notre principale conclusion, nombre de sèmes dénotatifs sont communs aux deux champs lexicaux de l’argent et de la morale, sous-tendue par la problématique médiévale autour du « dû », symbolique des différentes natures de la dette.

  • 1 F. Rastier, Sens et textualité, ouv. cité, p. 17.
  • 2 Cette proposition est l’illustration même de la difficulté d’application des métalangages, et du c (...)

5La technique d’analyse sémantique structurale nous a permis ainsi d’établir des récapitulatifs décomposant les sémèmes du vocabulaire économique et financier du moyen français en sèmes dénotatifs et connotatifs afin d’en isoler les traits sémiques pertinents. Le concept de « sème » ainsi que sa définition comme « unité minimale de signification » est entendue pour tous les linguistes, y compris par François Rastier dans ses développements les plus récents. La décomposition en traits sémiques dénotatifs et connotatifs des différents sémèmes attachés aux lexèmes du champ lexical économique et financier est apparue nécessaire lors de l’établissement d’approches définitoires pour chaque lexème. Les propositions discursives ont donc été resituées dans leur contexte historique et dans leur co-texte. « Oser lever les yeux de la phrase » comme le préconise François Rastier permet également d’observer les connexions intertextuelles des paradigmes du vocabulaire économique et financier en équivalence diachronique et synchronique. La décomposition du « thème », au sens de François Rastier, en sèmes, nous a semblé opératoire pour cette étude, et sans aller jusqu’à une affirmation définitive des sens et des significations. « Non seulement, on se doit d’admettre que le sens d’un énoncé varie avec son contexte, mais on se doit de se donner les moyens théoriques de décrire cette variation1 ». L’objectif fut donc de se concentrer au plus près des préoccupations de l’homme médiéval, peut être de l’homme du peuple, disposant du minimum de lettres et ignorant le latin. À l’exception des témoignages archéologiques, qui n’ont pas été exploités dans cette étude, peu de documents de la pratique, accessibles parce qu’imprimés au XIXe et au XXe siècle permettent d’approcher cette réalité diffuse de la perception du « phénomène » économique et financier au Moyen Âge. Le sens d’un texte est immanent à une situation de communication : l’herméneutique ne permet pas de percer la question de la généralité puisque la tendance veut qu’elle s’attache à un type de texte. L’émergence de sens ne procède pas d’une addition purement arithmétique de sèmes mais d’une problématique combinatoire et complexe de ceux-ci. Le caractère parfois « mécanique » de l’analyse structurale sémantique est à la fois générateur de frustrations pour l’analyste (avec un sentiment diffus que la vérité du sens lui échappe), et de contradictions. Ainsi, le sémème de « aides », dans le champ lexical de l’impôt, est composé des sèmes « direct » et « indirect » participant de la « nature » de l’impôt. Or ces termes sont parfaitement antinomiques au plan strictement sémantique. Les historiens de la fiscalité démontrent, quant à eux, chiffres et modalités de perception à l’appui, que les « aides » peuvent être aussi bien directes qu’indirectes selon les lieux, les époques, les seigneurs, mais avec parfois également une incertitude quant au classement affiné des multitudes d’impôts médiévaux en catégories en fonction de leur caractère direct ou indirect. Constats également effectués sur le plan de l’analyse sémantique structurale, puisqu’il a été établi que les sèmes « direct » ou « indirect » composant le sémème d’« aides » sont aussi bien dénotatifs que connotatifs dans l’intertextualité. Ceci contribuerait également à conférer à « aides » le statut d’archilexème désignant l’impôt, tout impôt au Moyen Âge, comme l’impôt est l’archilexème de… l’impôt en français contemporain2. Mais si l’on se réfère aux exemples précis du corpus dans l’axe diachronique, « aides » n’accède que progressivement au statut d’archilexème ou de « générique » pour désigner l’impôt, mais sans suivre une progression totalement linéaire ou exponentielle. En effet, les très nombreuses occurrences de « aides » de l’axe synchronique de notre corpus prouvent aussi une coexistence des deux traits sémiques « indirect » et « direct », parfois même dans une même suite énumérative. L’analyse structurale sémantique est un outil décomposant. Comme tout outil d’observation, il est aussi déformant, c’est la raison pour laquelle nous avons étayé nos observations analytiques sémantiques de référents historiques, afin de resituer, pour chaque champ lexical, le contexte en se fondant sur les travaux actuels des historiens. Le recours à la lexicologie traditionnelle des dictionnaires historiques de moyen français nous a également permis de cerner par cercles concentriques les sens et les emplois des mots et aussi d’établir une synthèse sur la formation des champs lexicaux du vocabulaire économique et financier. Nous avons tenté ainsi d’enfoncer un coin dans la transversalité des lexèmes envisagés dans leur axe paradigmatique grâce à un corpus unifié en diachronie et en synchronie, englobant aussi les textes les plus humbles et les plus « économiques » de la pratique car au plus près des réalités comptables et historiques du temps.

6Dans cette étude, nous nous sommes également attachés à retracer les étymons historiques de chacun des mots étudiés. Au Moyen Âge, l’appréhension linguistique simplifiée des hommes du temps entendait à faire accroire que le mot – et son origine – pouvaient signifier la chose. Nicole Oresme en fait à plusieurs reprises la démonstration, en s’appuyant sur l’étymologie de son époque. Sans prétendre nullement à cette affirmation, il ne nous est pas apparu non plus indifférent de situer cette étude, certes dans la lignée de la linguistique contemporaine telle qu’elle s’est développée depuis Ferdinand Saussure, mais aussi dans l’historicité d’une certaine conception linguistique avant l’heure telle quelle peut être conçue par les auteurs en moyen français. C’est la raison pour laquelle, cette étude a tenté de cerner au plus près les mots et les contenus des champs lexicaux de l’économie et de la finance tels qu’usités en fréquence d’occurrences dans un corpus centré sur les Miroirs des Princes et le Traité de la Première Invention des Monnaies de Nicole Oresme, et élargi essentiellement aux chroniques et aux documents de la pratique.

7Après avoir resitué tout au long de cette étude, chacun des mots dans leur perspective historique, dans leur lien contextuel et à l’épreuve des approches discursives co-textuelles, l’examen des champs lexicaux du vocabulaire économique et financier de notre corpus situé dans l’axe diachronique de 1355 à 1405 nous permet de tirer les principales conclusions suivantes, pour chaque champ lexical de l’impôt, de la monnaie, du revenu et de la dette.

8Les suites énumératives et les associations syntagmatiques énumératives des syntagmes nominaux appartenant au champ lexical de l’impôt, ne conduisent pas obligatoirement à une substitution synonymique des syntagmes entre eux. En effet, il semble que le recours aux énumérations n’est pas le signe d’une permutation synonymique opérée entre des mots perçus comme imprécis par nos auteurs, mais de la recherche d’un effet stylistique qui apparaît signifiant. Visant à démontrer l’accumulation des impôts divers et variés, les auteurs procèdent à un choix éclairé dans les paradigmes des mots de l’impôt, même si leur accumulation syntagmatique peut faire accroire une confusion sémantique paradigmatique. Par l’accumulation stylistique syntagmatique, nos auteurs illustrent déjà un précepte de base typiquement français : « Trop d’impôt tue l’impôt ». En ce sens, la pensée d’Evrard de Tremaugon est la plus précise, relayée par Philippe de Mézières sur un plan plus allégorique. Parmi les auteurs de notre corpus central, Christine de Pisan semble avoir la « pensée économique » la moins aboutie, comme en témoigne d’ailleurs la faible fréquence des occurrences de tous les champs du vocabulaire économique et financier dans son ouvrage sur Charles V.

9Par contraste, la fréquence des occurrences des lexèmes du vocabulaire fiscal est la plus élevée du vocabulaire économique et financier dans le corpus élargi des Chroniques. Deux auteurs de Miroirs, Evrart de Tremaugon et Philippe de Mézières ont fait également de l’impôt une question centrale et politique, qui traite de l’économique sans le nommer, avec les seuls mots de l’impôt. La fréquence est utile également pour la représentativité du discours sur l’impôt. Ainsi, par exemple, « tonlieu » est quasiment absent de notre corpus. Cet impôt indirect technique, essentiellement urbain, semble effectivement circonscrit aux grandes agglomérations (Paris pour l’essentiel) et aux rassemblements marchands comme les foires de Champagne. Mais en cette fin du XIVe siècle, les échanges commerciaux sont tellement perturbés qu’ils s’accompagnent naturellement d’une nette décrue des taxes sur les chiffres d’affaires. La « tonlieu » représente le type même de ces impôts « techniques » strictement monosémiques qui ne suscitent pas des développements théoriques chez les auteurs de notre corpus central. Cependant l’accumulation énumérative des syntagmes nominaux du champ lexical de l’impôt peut aussi être envisagée sémantiquement comme la volonté des auteurs d’individualiser chaque impôt dans une suite énumérative afin d’éviter toute tentative de substitution synonymique syntagmatique. L’effet syntaxique et stylistique peut alors être perçu comme illustrant une pensée conceptuelle de dénonciation de l’accumulation des impôts. L’association des suites énumératives est ainsi très élevée avec « gabelles » et « impositions » dans les Chroniques, alors que pour Evrart de Tremaugon, qui utilise à maintes reprises ces suites énumératives, celle-ci est plus élevée avec « aides » ou « imposition ». « Imposition » puis « impôt » vont connaître une montée en puissance sémantique progressive au cours des siècles pour acquérir, par métonymie, le statut d’archilexème dans le vocabulaire fiscal alors qu’il ne désigne au départ qu’un impôt indirect le plus souvent communal. Le sémème d’« imposition » évolue d’ailleurs diachroniquement dans les cinquante dernières années de cette fin de XIVe siècle. L’inversion se révèle nette : d’exceptionnelle et occasionnelle, l’« imposition » devient un impôt indirect ordinaire. Le sème d’exceptionnel se mue en son exact contraire d’habituel. Les trais sémiques d’obligation, d’absence de choix face aux « impositions » sont renforcés par l’emploi du syntagme verbal d’« imposer », dans sa double appartenance au champ lexical de l’impôt et de celui de l’obligation et du « dû ».

10Ainsi, l’analyse sémantique des lexèmes du vocabulaire fiscal révèle que celui-ci participe également d’un vocabulaire moral, assez peu technique et encore moins technicien car même nos chroniqueurs, qui relatent les faits et semblent tenus à une certaine objectivité du récit, portent implicitement ou explicitement un jugement sur les impôts perçus comme lourds, pesants, « mauvais ». Tous les lexèmes du champ lexical fiscal ont cependant tous la même connotation la plus négative de tout le vocabulaire économique et financier. Le parallèle peut certes être établi entre une fiscalité galopante toujours mal perçue par les hommes du temps et le foisonnement lexical et polysémique, en cette fin du XIVe siècle, des mots de l’impôt, considérés comme des maux rendus plus ou moins nécessaires selon les discours régaliens. Car le discours politique et « économique » médiéval est étroitement lié dans ces deux facettes à l’expression du pouvoir régalien : l’impôt et la monnaie.

11Les lexèmes des monnaies en circulation, à la fin du XIVe siècle, pris dans leur individualité sont strictement monosémiques. Par contraste, le denier domine par sa polysémie dans le champ paradigmatique et lexical du vocabulaire de la monnaie à la fin du Moyen Âge. Mais sa polysémie ne l’établit pas cependant comme archilexème des autres monnaies, qui, chacune, dans leur seul sème commun, représentent une unité, participative de la monnaie. Malgré sa richesse sémantique, le denier n’atteindra jamais le statut d’archilexème comme « monnaie ». Si le lexème « denier » a pu s’approcher sémantiquement de ce statut, il ne l’atteindra jamais pour tomber ensuite dans la plus parfaite désuétude et d’un emploi inusité en français contemporain. Mais le lexème « monnaie » ne recouvre cependant pas une polysémie sémantique marquée. Le trait sémique inhérent de moyen de paiement est le même tant pour la monnaie prise dans son acception globale médiévale d’instrument d’échange entre les hommes, comme pour les monnaies, entendues comme ensemble des espèces monétaires. Entre les deux, masse ou pièces, le sème distinctif réside dans les propositions syntagmatiques des discours, soit descriptifs, soit théoriques sur la monnaie. La monnaie, sémantiquement, est tout et partie. Par glissement sémantique, du concret vers l’abstrait, le métal de la monnaie devient valeur, et c’est en moyen français que l’éventail de ces connotations permet de se centrer sur la nature constitutive de la valeur. C’est aussi tout l’objet de la démonstration de Nicole Oresme dans son Traité qui défend la théorie de la bonne monnaie, garante de la prospérité économique mais aussi du bon gouvernement d’un Prince aussi sage que chrétien. L’ensemble des occurrences de notre corpus dans la pluralité de la nature des textes, présentent la grande diversité des connotations du lexème « monnaie », empruntées pour la plupart au champ lexical de la valeur, à la fois financière et morale. Comme nombres d’autres lexèmes du vocabulaire économique et financier, la monnaie est donc au croisement des champs lexicaux de la morale et de l’argent. Philippe de Mézières joue d’ailleurs sur ces deux registres par l’utilisation allégorique des « bons besants » à la fois monétaires et moraux. L’axe paradigmatique de l’argent recoupe celui de la monnaie, et même si pour définir l’argent, la lexicologie utilise le terme « monnaie », une substitution synonymique totale entre « argent » et « monnaie » ne peut cependant pas aussi clairement être établie, grâce aux outils de l’analyse structurale. En effet, l’observation des exemples de notre corpus permet d’établir que l’argent n’entretient aucun lien d’hyperonyme à hyponyme comme la monnaie peut le faire avec tous les autres lexèmes de son champ lexical.

12L’argent, dans notre corpus, revêt une connotation plus abstraite que la monnaie : d’une plus grande puissance de globalisation, son abstraction même permet une meilleure affectation sémantique, lorsque le discours doit rester dans la généralité. Les richesses sont, dans leur conceptualisation signifiées par « argent », vecteur de puissance, de possession et de domination jusqu’à la perversion de l’âme dans le discours médiéval. Le lexème « monnaie », par différence, ne possède pas toute la richesse sémantique connotative, même négative, du lexème « argent ». Car le mot « argent » s’est imposé au détriment de son concurrent paradigmatique dans notre langue en raison de la prédominance de l’utilisation de ce métal pour la frappe des pièces de monnaie. Il agit aussi comme archilexème pour l’ensemble des lexèmes du vocabulaire du paiement, de l’encaisse, du débours et de la rémunération.

13La spécialisation de ces lexèmes représentatifs des revenus marque ainsi l’amplification de l’émergence des métiers urbains, clercs, greffiers, notaires, domestiques, artisans, toute une population dont la substance des revenus est en devenir monétaire. Parallèlement, le discours sur la nature des gains et des profits ainsi que sur leur légitimité s’accompagne chez nos penseurs politiques d’un développement des connotations liées aux termes génériques du revenu. Ainsi « bénéfice » est à l’intersection des deux champs sémantiques de la morale et de la finance, comme tant d’autres lexèmes du vocabulaire financier. Par ailleurs, dans le champ lexical du revenu, la distinction des paradigmes, s’opère par les traits sémiques connotatifs relatifs à la nature des liens entre ceux qui versent le revenu et ceux qui le perçoivent. Plus le lien s’apparente à un lien de service, de vassalité ou d’allégeance, plus le caractère d’appartenance au vocabulaire fiscal est fort. Les différents lexèmes peuvent être alors distribués selon la force de la subordination entre les redevables d’un revenu et les bénéficiaires de celui-ci. L’axe discriminant se situe alors entre la distinction sémantique sous l’angle du « revenu dû » et du « revenu perçu ». Ces deux sémèmes de base se juxtaposant sur un seul lexème, la « rente », dont la place syntagmatique et le co-texte déterminent alors, seuls, le caractère de revenu dû ou perçu. Revenu pour celui qui le perçoit, redevance pour celui qui le paie, les lexèmes du revenu domanial ou personnel sont ainsi polysémiques dans l’architecture du vocabulaire du revenu, avec une articulation forte autour du trait sémique du « dû ». Le revenu et la redevance, symboliques des liens féodaux, peuvent aussi participer ainsi du vocabulaire de la dette.

14Le discours « économique » le plus précis et le plus important au Moyen Âge est celui sur la dette et l’usure. Il bénéficie effectivement, depuis le XIIIe siècle, du solide étayage théologique que les auteurs de notre corpus central ne peuvent ignorer. Le vocabulaire de la dette est l’illustration la plus aboutie de l’axe sémantique du dû. Au niveau symbolique, comme sur le plan contextuel, le vocabulaire économique et financier du Moyen Âge, en particulier celui de la dette, recouvre les traits sémiques dénotatifs de celui de la morale, issu des débats des théologiens sur l’usure qui se traduit au plan sémantique par une association avec des syntagmes adjectivaux négatifs qualifiant l’usure. Dans l’ensemble des éléments discursifs de notre corpus, aucun propos neutre sur l’usure ne figure. L’association de « usure » avec le vocabulaire du mal est systématique chez Philippe de Mézières. Et toutes les différentiations subtiles des théologiens se retrouvent grâce à l’analyse structurale sémantique dans les traits sémiques distinctifs d’« usure » et de « prêt ». Le sème dominant de l’usure n’est pas le prêt mais le trait sémique pertinent dominant de l’usure est le profit indu. Mais il ne peut y avoir usure que parce qu’il y a prêt. Le sème distinctif entre « prêt » et « usure » réside donc dans l’absence de profit du premier. « Prêter » est une action neutre, le sème d’« argent » n’est pas inclus dans le sémème de « prêter », il agit d’ailleurs comme sème discriminant entre « prêt » et « usure » dans l’axe paradigmatique. L’usure est particulièrement pourfendue dès le XIIe siècle, par les prédicateurs, pour ce profit injustement acquis. Jean Gerson, comme Philippe de Mézières, se montrent particulièrement virulents contre l’usure. Par comparaison, Christine de Pisan, quant à elle, n’emploie ce lexème qu’à de faibles fréquences, et sans les discours moraux de ses contemporains comme Philippe de Mézières, qui décrit et condamne les effets négatifs temporels de la pratique de l’usure sur les populations, ou Jean Gerson qui se concentre sur le risque spirituel occasionné par celle-ci.

15Associée à l’usure, la mutation de monnaie est reconnue comme pire que celle-ci mais seulement si le bénéfice que le Prince en retire est indu. On retrouve ainsi la problématique du « dû » associé à celle du contrat. Nicole Oresme explicite sa position en rappelant les principes afférents à l’usure et en introduisant dans l’ensemble du discours répressif sur l’usure une nuance : le contrat de prêt entre deux personnes que représente l’usure est librement consenti « voluntairement et de son bon gré ». Dans la synchronie de notre corpus, et très exactement chez Philippe de Mézières, le syntagme nominal « prêt » entretient une relation quasiment d’antinomie avec « usure », même si leurs traits sémiques et leurs mécanismes financiers sont comparables. Philipe de Mézières, avec sa proposition de banque populaire souhaitait introduire une moralisation dans les rapports d’argent qu’entretiennent les hommes entre eux. En supprimant l’usure et en la remplaçant par un prêt populaire, le péché est effacé et le chrétien protégé contre la tentation du Mal. « Prêter » et « emprunter » sont le résultat d’un contrat d’échange, le plus souvent d’argent, passé entre deux personnes. Selon la position de chacun, selon le sujet de l’action, la perspective sémantique et financière diffère avec un spectre de paradigmes pour les actants. « Prêteur » peut être alors synonyme de « usurier », avec toutes les connotations négatives de celui-ci. Si les syntagmes verbaux « prêter » et « emprunter » se distinguent sémantiquement par leurs sujets actants, l’évolution de la langue française, après le XVIIIe siècle, aboutit à une confusion entre « prêt » et « emprunt » qui subsiste dans le langage actuel. Pour des niveaux de langages populaires, « prêt » et « emprunt » sont des synonymes substituables alors que ce sont des antonymes, et pas seulement sous l’angle financier. Mais cette confusion synonymique ne s’établit que dans le domaine financier, pour les prêts et emprunts d’argent dans le français d’aujourd’hui. « Prêt », « emprunt », « crédit » et leurs dérivés morphologiques n’en sont qu’à leurs débuts sémantiques de lexèmes du vocabulaire économique et financier en cette fin de Moyen Âge.

  • 3 A. Boureau, « Pierre de Olivi et l’émergence d’une théorie contractuelle de la royauté au XIIe siè (...)

16Dans l’enseignement des Pères de l’Église, et dans la cinquième demande du « Notre Père », seule prière enseignée par le Christ, le lexème « dette » est indissociable du sémème « péché » dont il constitue le sens initial. Mais sémantiquement, « dettes » et « débiteurs », même dans le « Notre Père », ne peuvent être réduits à cette stricte équivalence. La substitution totale des ces deux lexèmes gommerait alors toutes les nuances de l’interaction induite par « dettes » et « débiteurs ». Nicole Oresme et Christine de Pisan n’emploient que fort peu ces lexèmes de dettes et de débiteurs. L’absence d’emploi, en tous les cas chez Nicole Oresme, est peut-être révélatrice. Car, si la « dette » est souvent qualifiée par adjonction d’un adjectif qualificatif ou d’un complément de nom, la locution « dette de monnaie » ne figure pas dans notre corpus. En revanche, la « dette de nature » apparait à quelques reprises dans les propos des théologiens. Qui dit dette, entend paiement obligatoire, par nécessité chrétienne. Jean Gerson assimile effectivement dans son discours de prédicateur la dette naturelle, la dette à Dieu et la dette d’argent. Dans l’ensemble de notre corpus, les contractants de dettes comme les redevables de celles-ci appartiennent à toutes les catégories de population. Ces exemples variés renforcent, si besoin est, le sème dénotatif de contrat entre au moins deux acteurs, le plus souvent clairement énoncés dans les éléments discursifs de notre corpus. L’analyse structurale sémantique de « dette » corrobore alors l’idée que « la théorie religieuse du contrat a durablement installé la Dette, à la fois personnelle et collective, au centre de l’institution politique, au fondement de l’État moderne3 ».

17Pour le vocabulaire économique et financier, le lexème « dette », dans son sémème le plus élémentaire, de ce qui est dû à quelqu’un, ne constitue-t-il pas l’archisémème de toutes les contributions du Moyen Âge, impôts, dettes, redevances avec ce sème dénotatif d’« obligation » qui implique alors la mauvaise perception du mot… et de la chose, et de ses acteurs ? Les acteurs exerçant des métiers d’argent, principalement les usuriers, sont perçus comme de mauvais chrétiens quand ils ne sont pas juifs. L’association énumérative, « changeurs et banquiers » seule occurrence de notre corpus employée par Nicole Oresme dans son Traité pose cependant une énigme sémantique : peut-on envisager au travers de cet exemple une stricte substitution synonymique entre les deux syntagmes, le banquier étant avant tout un changeur, si l’on se réfère au contexte historique de l’émergence des grands marchands internationaux ? La matérialité du « banc » de la profession de banquier, dont la source étymologique, banc ou banca en italien, rejoint la nécessaire table du changeur, l’assimile-t-il à cette profession ? Ou bien, comme le décrit Nicole Oresme, c’est, par la proposition discursive associative des deux syntagmes, l’émergence de la conscience d’une profession complexe résumant à elle seule tous les métiers d’argent, le banquier.

18Sur le plan lexical, en effet, le banquier est à la fois, en moyen français, changeur et prêteur, tout en étant marchand. Mais une seule occurrence de notre corpus ne peut conduire à une conclusion générale sur la composante sémique dénotative négative du sémème de « banquier ». Elle est certes connotative dans la proposition syntagmatique de Nicole Oresme, par l’association avec des syntagmes adjectivaux et nominaux appartenant au champ lexical du mal et de la dissimulation. Dans cette proposition, le banquier, cousin professionnel de l’usurier (dont les traits sémiques négatifs sont dénotatifs dans notre corpus), est l’équivalent synonymique et syntagmatique avec « changeur ». Il demeure un acteur malfaisant sinon maléfique, qui agit sur les monnaies au détriment des intérêts du bien public. S’il s’avère que le lexème « banquier », comme professionnel de l’argent, apparaît pour une des premières fois, sinon la première fois en moyen français dans l’œuvre de Nicole Oresme, ce lexème est, dès son premier emploi discursif, employé avec une forte connotation négative attachée à l’élément discursif. Le banquier serait alors le digne héritier de l’usurier tant honni. La substitution synonymique avec « usurier » n’est pas émergente, mais, dès cette fin de Moyen Âge, le banquier médiéval préfigurerait déjà alors un personnage décrié, comme certaines monnaies.

19Cette étude a procédé au départ d’une démarche intuitive pour tenter de déterminer les connexions entre argent, langage et significations. Le champ lexical économique et financier de notre corpus, situé dans un contexte d’imprégnation d’un discours médiéval de l’Occident chrétien sur la richesse et l’avarice, a contribué sans doute, par les différents acceptions et glissements sémantiques des mots, à la détermination de la perception actuellement négative du domaine financier et à la permanence du tabou de l’argent. Le vocabulaire économique et financier au Moyen Âge est à l’image de sa théorisation : il n’existe pas comme thème autonome, c’est un vocabulaire moral même dans ses manifestations les plus concrètes, y compris dans les plus strictes représentations de la matérialité des signifiants que sont les monnaies. La pensée occidentale médiévale oppose cependant la spiritualité du divin à la matérialité peccamineuse de l’argent, alors que nombre de sèmes dénotatifs sont communs aux deux champs lexicaux de l’argent et de la morale. C’est le principal enseignement de notre étude sur le vocabulaire économique et financier entre 1355 et 1405.

Notes

1 F. Rastier, Sens et textualité, ouv. cité, p. 17.

2 Cette proposition est l’illustration même de la difficulté d’application des métalangages, et du caractère à tendance parfois tautologique de celui-ci.

3 A. Boureau, « Pierre de Olivi et l’émergence d’une théorie contractuelle de la royauté au XIIe siècle » dans Représentation, pouvoir et royauté à la fin du Moyen Âge, Joël Blanchard, Actes du colloque de l’Université du Maine, Picard, Paris, 1995, p. 165.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search