Version classiqueVersion mobile

La dette, la dîme et le denier

 | 
Dominique Ancelet-Netter

Chapitre VI. Le vocabulaire des métiers de la finance

Texte intégral

1Dans ce chapitre, seront seulement envisagés les métiers de la finance dans la sphère d’échanges économiques et marchands, différenciés des professions liées aux finances royales et seigneuriales, telles que les officiers collecteurs de l’impôt royal ou les maîtres de monnaie ou monnayeurs. Le cas particulier d’« usurier » et de son contexte a été traité dans le chapitre du vocabulaire de la dette. Les marchands concentrent certes au Moyen Âge l’intégralité des métiers de la finance, pouvant même toucher au domaine public, mais la dénotation financière n’est pas associée au lexème « marchand » dans notre corpus. En revanche, la première occurrence attestée de « banquier » en langue française se situe dans notre corpus central, employée à une à deux reprises par Nicole Oresme. Aucune autre occurrence de « banquier » n’apparaît dans notre corpus en synchronie. Pourtant la fonction existe, mais les lexèmes de « changeur » et de « billonneur » l’ont précédée en moyen français pour la désignation de cette profession indiquant peut être ainsi après une certaine concomitance des fonctions, leur progressive séparation. Par ailleurs, le vocabulaire théorique de l’économie et de la finance, émergeant en langue vernaculaire autour de ces deux lexèmes en cette fin de XIVe siècle, ne connaît qu’une faible fréquence d’occurrences, et celles-ci sont rattachées pour « économie » presque exclusivement à une seule œuvre, la traduction des écrits d’Aristote par Nicole Oresme. L’« économie » est alors définie co-textuellement comme appartenant uniquement à la sphère domestique, tandis les « finances » relèvent essentiellement du domaine public dans les exemples tirés des œuvres de notre corpus.

Autour du vocabulaire des métiers de la finance

  • 1 M. Kriegel, Les Juifs à la fin du Moyen Âge dans l’Europe méditerranéenne, Hachette, Paris, 1979, (...)
  • 2 Idem.
  • 3 Le Livre des Métiers d’Etienne Boilea, ed. R. de Lespinasse et Fr. Bonnardot, Paris, 1879.
  • 4 De la charité médiévale à la sécurité sociale, sous la direction d’André Gueslin et Pierre Guillau (...)
  • 5 Le Livre des Métiers d’Etienne Boileau, ouv. cité, p. 562.

2Comme nous l’avons vu précédemment, la prohibition de l’usure fait de l’usurier un métier honteux, voire interdit mais en tout état de cause exercé. Nous ne reviendrons pas dans ce chapitre sur l’usure et les usuriers, sauf à rappeler deux points essentiels. Les usuriers n’ont pas pignon sur rue. Nulle charte, nulle confrérie, nulle guilde ne les regroupent. Et pour cause, dans des siècles où les confréries sont obligatoirement imprégnées des rites et des traditions chrétiennes, l’usurier est par essence un mauvais chrétien. Le deuxième point réside dans le paradoxe qu’un des métiers constitutifs de la banque, le prêt à intérêt, est – malgré sa prohibition – constamment exercé du haut en bas de l’échelle sociale. Du marchand lombard aux activités de négoce international1 au prêteur juif de Perpignan exerçant en milieu rural2, les usuriers sont les banquiers de toutes les couches de la société au Moyen Âge sans qu’ils soient reconnus comme tels ou se sentent appartenir aux métiers de la banque. En effet, pour le Moyen Âge, le banquier est d’abord un changeur. « Banco » en italien signifie « comptoir de change ». Mais il nous faut distinguer les petits banquiers ambulants ou billonneurs qui se promènent à Paris avec leur banque autour du cou pour changer quelque menue monnaie, dans ce lieu mal famé entre tous qu’est le Cimetière des Innocents et les grands marchands à vocation internationale. Les changeurs parisiens du Pont-au-Change sont un exemple de ces métiers parisiens, nécessaires entre tous à la circulation monétaire médiévale. Ce métier de Paris semble à peine toléré mais il est cependant encadré par une réglementation comme en témoigne Le Livre des Métiers d’Etienne Boileau3 bien que ces titulaires soient regroupés tardivement en cette fin de Moyen Âge en confrérie, tout comme leurs cousins de métiers, les usuriers. Ils ne partagent pas alors le grand objectif commun des confréries de métier : « La dimension la plus ancienne et la plus communément partagée de l’entraide mutuelle au sein du monde professionnel est de nature religieuse4 ». Cette fraternité s’exerce en interne : assurer une sépulture et des obsèques chrétiennes aux membres de la confrérie, mais aussi en externe, ce sont alors les grandes œuvres caritatives au profit des plus démunis. Les changeurs semblent exclus de ce mode de fonctionnement qui représente pourtant la norme de l’exercice des métiers au Moyen Âge à tel point qu’à la fin de l’Ancien Régime, « les agents de change, n’ayant jamais fait partie de la société commerciale, ne figurent ni dans les unions d’office, ni dans les listes des communautés réorganisés après Turgot5 ». Sans confrérie véritablement établie ni communauté définie, les changeurs, dont la synonymie avec « billonneurs » est établie pour une diachronie, et un lieu (Paris), sont encadrés par les ordonnances royales du XIIe au XVIIe siècle. Ils subissent au fur et à mesure des siècles le rétrécissement de leurs champs d’action. Vers 1141, Louis VII établit les boutiques des changeurs sur le Grand Pont sur la Seine à Paris qui prend alors la dénomination de « Pont-au-Change ». En 1292, la taille enregistre 16 changeurs à cet endroit, Philippe le Bel y interdit par la suite le change partout ailleurs qu’en ce lieu. Comme toujours avec Philippe le Bel, le privilège de change accordé aux quelques bourgeois installés sur le Pont-au-Change, avec exonération de taxes, (le 3 juin 1348, une ordonnance stipule l’exemption de toute imposition pour la vente de billon et d’or), s’accompagne d’un contrôle régulier du pouvoir royal. De fait, la royauté n’a eu de cesse d’encadrer et de taxer les changeurs. Le 23 février 1359, tous les changes regroupés sur le Pont-au-Change seront réunis au domaine royal au fur et à mesure de leur vacance.

3Une autre ordonnance complète la mainmise du pouvoir royal avec un mandement du 24 janvier 1384 autorisant les maîtres particuliers des monnaies à exercer le « fait du change » avec consentement des changeurs. Cet encadrement du pouvoir royal ne doit guère plaire à cette profession mouvante, qui change certes de la menue monnaie, du « billon » mais qui se livre aussi à tout échange de marchandises, plus ou moins licite… Et la sanction tombe : les changeurs s’étaient établis progressivement avec leurs banques au cou (petites boites en bois) au Cimetière des Innocents, lieu mal famé du Paris du Moyen Âge et l’une ses ses cours des Miracles. Ils profitaient de leur présence et de la fréquentation d’autres « ribauds » aux limites de la légalité pour se livrer à un trafic illicite de marchandises. Le 13 février 1386, le prévôt de Paris, Audouin Chauveron, leur fait jurer sur les Évangiles :

  • 6 Idem, p. 566.

« Que ils n’acheteront ne feront acheteer occultement ne en appert aucunes denrees ou marchandises souspeçonneuses, en la maniere que les orfevres ont accoustumé à faire au faict de l’orfevrerie6 ».

4Cette interdiction de commercer s’accompagne bien évidemment d’une défense de fréquenter le Cimetière des Innocents et de demeurer sur le Pontau-Change. Le lexème de « changeur » est parfois une synonymie de « billoneurs », d‘« orfévres », d’« usuriers », qui entraîne le chaînage sémantique synonymique avec « juifs » et « lombard ». Mais le même mot recouvre aussi une autre catégorie économique de grands marchands, négociants à l’international.

5À cause de la multiplication des espèces monétaires européennes, surtout au XIVe siècle, va donc se développer un métier spécifique qui répond à un besoin monétaire : celui de changeur. L’Europe du XIe et XIIe siècle ne connaissait que les deniers, la politique monétaire de Rois de France avec son cortège de mutations monétaires à partir du début du XIVe siècle rend la profession de changeur indispensable… et florissante.

  • 7 C. de la Roncière, article « Change » dans le Dictionnaire Du Moyen Âge, ouvrage cité.

6Les premières banques (le mot apparaît à Gênes), qui s’occupaient de change manuel, acceptèrent ensuite des dépôts, ce qui leur permit, dès la fin du XIIe siècle, en mobilisant une partie de leurs avoirs, de développer toutes les fonctions bancaires pour eux mêmes et pour leurs clients. Premièrement la circulation de grosses sommes d’argent, en se fluidifiant, contribua à l’irrigation de l’économie européenne. Avec l’insécurité et l’aléatoire des conditions de transport, les changeurs acceptèrent de procéder à des virements sans circulation monétaire immédiate concomitante au paiement. Il s’agit là de la première création d’une fonction bancaire attachée à la dématérialisation des espèces. Les transactions réelles de monnaie se réalisaient une fois par an, sur un lieu défini (les foires de Champagne à partir de 1250, puis Medina Del Campo et Lyon au XIVe siècle) : les chambres de compensation étaient nées. Mais la matérialité des échanges monétaires subsiste toujours : des sacs de monnaie changent de main… jusqu’à l’utilisation de plus en plus sophistiquée des lettres de change, qui à partir du XIVe siècle, sur l’impulsion des Italiens, devinrent de véritables instruments financiers « dématérialisés ». Ces procédures aidèrent considérablement la papauté pour le rapatriement des sommes perçues dans la chrétienté par les agents pontificaux. Les grands marchands introduits dans les plus hautes sphères politiques sont bien sûr éloignés sociologiquement du changeur qui tient son comptoir au Pont au Change mais cette confrérie est l’un des métiers les plus puissants et les plus fortunés du Moyen Âge, sans que sa réputation soit entachée du même opprobre que celle de l’usurier. Pourtant, certaines opérations de change ne sont autres que du prêt à intérêt déguisés pour contourner les interdictions canoniques. Un « métier » bancaire en entraîne un autre même si l’exercice des professions de banquier ne se dissocie pas au Moyen Âge de l’activité de négoce des marchands. Seuls « quelques banquiers prirent le risque, dès le début du XIVe siècle, de se consacrer entièrement au prêt et à toutes ses formes de change en délaissant la marchandise (Gianfiglazzi et Covoni à Florence)7 ».

  • 8 H. Bonin, La banque et les banquiers en France du Moyen Âge à nos jours, Larousse, Paris, 1992.
  • 9 J.Verger, Les gens de savoir dans l’Europe à la fin du Moyen Âge, ouv. cité, p. 29.

7En plus d’être un marchand, « le banquier est un prêteur, un cambiste et un « correspondant qui ouvre ses coffres au client d’un confrère : ses métiers de base sont déjà prêts au Moyen Âge8 ». Cependant, le marchand français n’est pas l’égal de ses confrères anglais ou italiens. Il faudra attendre la fin du XVe siècle et Jacques Cœur pour voir une courte dynastie de marchands mécènes et cultivés émerger. « Quant aux marchands français, le caractère très sommaire de leurs techniques commerciales et le peu de goût évident pour les livres et les études – on ne trouve parmi eux ni possesseurs de bibliothèques ni fondateurs de collèges – ne permettent pas des les considérer, si peu que ce soit, comme des « gens de savoir9 ». Leurs cousins professionnel sont les orfèvres, métier richissime s’il en est, un métier d’artisanat autour de l’or, distinct des métiers de l’argent. Ceux-ci offrent à Pâques un dîner aux pauvres grâce au fruit des ventes réalisées le dimanche et jour de fête. C’est « le denier-Dieu », où l’on retrouve encore une fois toute la symbolique du denier, lexème, qui par extension désigne l’argent dont les orfèvres ne sont pas les spécialistes. Mais nous ne citons cette profession que pour mémoire, étant précisé qu’elle ne fait l’objet d’aucun relevé sémantique dans notre étude, centrée sur les métiers liés au maniement des espèces et à l’échange d’argent.

Changeurs, billonneurs et banquiers

Graphie

8Changeur, substantif masculin, dérivé morphologique de « changer ».

9Au XIIe siècle « cangeeur », « changëor », « changeor » selon le TLF et Alain Rey.

10Billonneur, substantif masculin, dérivé morphologique de « billon ».

  • 10 A. Rey, Dictionnaire historique de la langue française, ouv. cité, p. 315.

11Banquier, substantif masculin, dérivé morphologique de « banque », « nom féminin de bans (1376) attesté par le latin médiéval banca dès le XIIIe siècle (1253) pour « comptoir de marchand », désignant une sorte d’étal avec différents usages techniques répertoriées10 ».

Dérivés morphologiques de changer

12Changeable XIIe siècle), changement (1120), change au XIIe siècle.

Dérivés morphologiques de billon

13Billonner (1356), billonnement (1401), billonnage (1405) selon Alain Rey.

Dérivés morphologiques de banquier

  • 11 www.atilf.fr/blmf.

14« Banquière » apparaît selon le TLF en 1570 pour désigner une entremetteuse. Ce n’est qu’au XXe siècle que la profession de banquier se féminise. « (Carl., II, 11 dans Gdf. Compl. : Sous prétexte de ce mariage, elles s’entrescrivoient de belles lettres ; et estoient comme banquieres des menees de ces deux princes)11 » mais cette expression est donnée comme isolée.

15« Banqueroute », de l’italien « bancarotta » qui est l’expression matérielle et figurée du banc rompu en cas de faillite du banquier très exactement du changeur. Selon le Dictionnaire du Moyen Français, l’italien bancarotta est composé de banca « banc, banque » et de rotta, participe passé féminin de rompere « rompre, briser » et il est noté en 1565 dans « Estienne, Traicté de la conformité du lang. fr. avec le grec d’apr. Tracc., p. 112 ». Il paraît également attesté dès la fin du XVe siècle, « 1466 fin. (H. Baude, Poésies, 37, Quicherat d’apr. Delboulle, R. Hist. litt. Fr., t. 4, p. 134 : Je feroy donc… quoy ? − Bancqueroute ».

16Nous n’avons pas rencontré ces deux dérivés morphologiques de « banquier » dans notre corpus, même si le fait devait exister entre 1355 et 1405, mais il n’est peut être pas suffisamment fréquent puisque ni les chroniqueurs, ni les bourgeois de Paris dans leurs journaux n’ont noté ce type d’incidents qui devaient cependant être spectaculaires.

Références étymologiques

  • 12 A. Rey, Dictionnaire historique de la langue française, ouv. cité, p. 697.

17L’expression « cangeeur de monoies » est attestée dès 1200 selon le TLF chez Robert de Clary. Composé du radical chang- et du suffixe-eur, ce dérivé de changer est issu du « latin tardif cambiare (également cambire « echanger, troquer », terme du vocabulaire commercial, probablement emprunté au gaulois12 ».

  • 13 Idem, p. 399.
  • 14 P.Guiraud, Dictionnaire des étymologies obscures, ouv. cité, p. 114.

18Billonneur, comme dérivé morphologique de « billon » est issue de « bille », qui est lui-même « l’adaptation du latin médiéval billa… peut être issu d’un gaulois °bilia que permettent de reconstruire l’irlandais bile « tronc d’arbre » et le gaëlique bile dont le sens est très éloigné « petite feuille »13 ». Pour Pierre Giraud, « on trouve une base bill-dans un certain nombre de mots exprimant l’idée d’une « divergence14 », et selon lui, les dérivés morphologiques de bill- (dont billon) ont assez peu de parenté avec un tronc d’arbre. Il est possible de le rejoindre eu égard aux connotations négatives de « billon » qui est finalement une monnaie de travers et « billonneur », qui exerce une activité illégale. Billonneur reste attesté dans la plupart des dictionnaires du XIXe et du XXe siècle. Ce mot, apparu dès 1347 dans les ordonnances de monnaies, selon le TLF, a complètement disparu de notre langue contemporaine.

  • 15 www.atilf.fr/blmf.

19En revanche, le terme de « banquier » apparaît pour le TLF avant celui de banque, et il figure dans notre corpus puisqu’il est attesté chez Nicole Oresme, avec une seule occurrence et en association syntagmatiques avec « changeurs » exemple repris dans tous les dictionnaires étymologiques. « Banquier » n’apparaît ensuite qu’avec une faible fréquence dans le vocabulaire médiéval et dans l’ensemble du corpus des textes tel que peut le retracer le Dictionnaire du Moyen Français15. La banque, « établissement bancaire, lieu où l’on fait commerce » n’apparaît qu’en 1458 selon le TLF qui cite une lettre de Louis XI : « Nous avons emprunté en ceste ville a la banque ». Emprunté à l’italien banca utilisé au sens de « table, comptoir de vente » depuis le XIVe siècle, puis d'« établissement de crédit » depuis le XVe siècle, ce qui confirme par la suite une synonymie discursive entre banquiers et lombards.

Référent historique et économique

  • 16 Marc Bompaire, « Les changeurs parisiens », dans Paris au Moyen Âge, résumé du séminaire de recher (...)

20Toutes les professions ayant trait à la finance sont étroitement liées au Moyen Âge jusqu’à une certaine confusion entre elles. Mais il convient de distinguer les professions « officielles » comme changeurs, maîtres de monnaies, orfèvres et banquiers de l’activité illégale mais cependant nécessaire qu’exercent les billonneurs. Au Moyen Âge, il existe une amorce d’autorité centralisée régulatrice des marchés et des cotations organisées des prix des monnaies. Le seul organisme officiel réside dans le contrôle monétaire très strictement encadré de l’émission des monnaies mais les changeurs y participent par leur fonction d’alimentation des forges monétaires royales. À la fin du Moyen Âge, il est cependant impropre de parler de marché des changes centralisé même si les cours sont fixés par l’autorité publique royale. « La législation royale interdisait le change extérieur et toute monnaie étrangère devait obligatoirement être apportée aux changeurs qui l’envoyaient à l’atelier monétaire pour être fondue et frappée à la monnaie nationale (par exemple en 1385). Le changeur sélectionnait, parmi les monnaies disponibles en masse sur le marché, celles dont le cours allait augmenter et il jetait celles qui allaient baisser ; il exerçait des activités de type bancaire : tenue de comptes et virement de compte à compte ; il jouait, enfin, un rôle d’expert : vérification de l’authenticité des pièces, et certification de leur cours16 ». Pour le change manuel, deux distinctions peuvent s’établir entre les changeurs qui changent les monnaies selon leur valeur intrinsèque (c’est-à-dire selon le poids de métal contenu dans la pièce) et ceux qui échangent les monnaies sur leur cotation (c’est-à-dire selon leur valeur extrinsèque ou légale). C’est d’ailleurs l’objet d’un débat nourri entre scolastiques et thomistes notamment, lorsqu’ils relient la question du change à celle du règlement de la dette, lorsque celui-ci est différé. Quelle est la valeur d’une monnaie d’aujourd’hui par rapport à celle de demain ? S’interrogeant sur les fondements de la valeur des monnaies, thomistes et nominalistes s’opposent ainsi sur la théorie de la monnaie marchandise. Seuls les banquiers italiens pratiquent un change « dématérialisé » grâce à la technique de la lettre de change. Usuriers et prêteurs (juifs et lombards) sont également, dans le cadre de l’exercice de leurs professions, des changeurs : ils ont donc une illustration concrète et matérielle des débats théologiques du temps sur la valeur de la monnaie en cas de remboursement de la dette.

  • 17 Ibidem.
  • 18 M. Ornato, Dictionnaire des charges, emplois et métiers relevant des institutions monarchiques en (...)

21Le change manuel des espèces sonnantes et trébuchantes est local et plus spécifiquement parisien. Ces changeurs ont leur officine sur le Pont-au-Changes à Paris. « Des efforts ont été faits à Paris pour organiser et contrôler le métier de changeur : en 1343, les changeurs doivent recevoir des lettres du roi ; en 1380, 120 changeurs se font enregistrer auprès de la Chambre des monnaies et s’inscrivent à l’atelier monétaire ; à partir de Charles VI, les changeurs devaient renouveler leurs lettres à l’avènement du nouveau roi et fournir une caution ; ils s’engageaient à apporter tout leur métal à l’atelier monétaire ou une somme minimale ; s’ils ne le faisaient pas, ils devaient verser une somme forfaitaire comme dédommagement ; au XVe siècle, enfin, les changeurs sont enregistrés17 ». Monique Ornato distingue ainsi pour le Moyen Âge deux catégories de changeurs, l’un ayant une attractivité sémantique et professionnelle vers la catégorie des marchands, l’autre vers celle des agents de la royauté. « Les changeurs détiennent le monopole du commerce des métaux précieux, reçoivent et changent les monnaies étrangères, défectueuses et démonétisées, moyennant certains droits qu’ils perçoivent. La charge du métier n’est pas libre, la charge n’est accordée qu’à un petit nombre de personnes investies par lettres royales et placées sous la juridiction et surveillance de la Cour des Monnaies. Ils sont pourvoyeurs des ateliers de fabrication des monnaies. Le changeur du Trésor est le receveur payeur général du trésor, il fait aussi office de receveur des amendes à la Chambre. C’est un technicien et il peut être étranger18 ».

22L’organisation du métier de changeur, ancêtre de la profession de banquier relève aussi d’une organisation matérielle et spatiale, sur le Pont-au-Change où sont installées les tables des changeurs ou « bancs », qui fondent ainsi l’étymologie de « banquier ». La table du changeur est une table en bois, avec un plateau assez large et coulissant pour qu’une distance soit suffisante entre le changeur et le client afin d’éviter toute rapine, mais aussi pour que les transactions de la monnaie se déroulent en toute transparence sous le regard du client. Ces tables peuvent se trouver dans toute l’Europe ainsi toujours à proximité des centres urbains et des grands lieux d’échanges marchands. Nécessaire à la circulation des monnaies et donc des marchandises, le changeur peut procéder à plusieurs opérations. Bien sûr, il pèse et il échange les pièces de monnaie qui lui sont présentées sur des balances dûment homologuées, étalonnées et contrôlées par les officiers royaux. Les changeurs sont les seuls autorisés à acheter des pièces de monnaie dévaluées (mais contre leur valeur métallique) ou intrinsèque pour pouvoir ensuite les revendre aux maîtres de monnaie (qui fondent ainsi la « vielle » monnaie pour en obtenir une nouvelle) ou aux orfèvres pour que ces derniers puissent confectionner les vaisselles d’or et d’argent des tables princières. Le changeur remplit donc, somme toute, une mission d’utilité publique, même si la notion de bien public est étrangère à cette fin de Moyen Âge. Leur rémunération provient de commissions fondées sur les transactions qu’ils opèrent et qui rendent ce métier très lucratif. Strictement encadré, le métier de changeur rend par contraste illégal celui des petits billonneurs du Cimetière des Innocents avec leurs boîtes, bien moins transparentes et bien moins assises que les tables des changeurs. Ceux-ci sont cependant indispensables aux populations urbaines les plus défavorisées pour la circulation des toutes petites pièces métalliques, la « monnaie noire » ou les « billons », nécessaires cependant lors de la modicité des échanges économiques de subsistance. Le banc du changeur dispose aussi d’un à plusieurs tiroirs pour stocker les différentes monnaies mais aussi peut être pour les livres de compte, les reçus délivrés au client en cas de prêt (ce sont les toutes premières origines du papier-monnaie) et peut être le texte des ordonnances monétaires, tous éléments nécessaires au suivi au jour le jour les fluctuations monétaires en période de remuement des monnaies.

23Très encadré par la puissance royale, le métier de changeur participe du bon fonctionnement de l’autorité royale par sa mission de garant des changes et donc des monnaies. Le changeur du Pont-au-Change est donc le pilier de la bonne circulation monétaire en ces périodes de disette métallique et le garant de la bonne monnaie par rapport à son cousin professionnel, le billonneur du Cimetière des Innocents.

Changeurs et billonneurs : Le livre des métiers d’Etienne Boileau

  • 19 Marc Bompaire, « Les changeurs parisiens », dans Paris au Moyen Âge, ouv. cité.
  • 20 E. Boileau, Le Livre des Métiers, ouv. cité, T. I, p. 566.

24De nombreuses occurrences des lexèmes « change » « changeur », « changier » se retrouvent dans le Livre des Métiers d’Etienne Boileau. Cet ouvrage, qui consigne les us et coutumes d’une profession, le plus souvent organisée sous forme de confrérie, relate quelques faits et quelques mandements sur les changeurs. Profession parfois à la limite de la légalité, les changeurs désignent en fait ceux qui exercent un commerce plus ou moins licite, qu’il soit de marchandises ou d’argent. Le métier s’organise et fait l’objet de plusieurs réglementations. Vers 1141, Louis VII établit les changeurs sur le Pont-au-Change, qui enjambe la Seine. La taille de 1292 recense 12 changeurs. Philippe le Bel règlement la profession : il cantonne les changeurs à n’exercer leur activité que sur le Pont-au-Change. En 1305, il accorde le privilège de change à plusieurs bourgeois de Paris, moyennant un contrôle régulier du pouvoir royal. « Les changeurs sont installés sur le Grand Pont (à partir de 1320, il leur est interdit d’exercer le change ailleurs) où 54 emplacements en amont leur sont réservés (50 emplacements pour les orfèvres en aval) ; en 1343, en raison de la pression démographique, est envisagée la possibilité de leur louer un emplacement d’orfèvre en contrepartie d’une rente plus importante. En 1408, enfin, ils sont autorisés à s’installer au Châtelet, comme une partie des changes « ont cheu dans l’eau ». Par lettres patentes du 25 novembre 1421, le métier de changeur est réglementé : les changeurs sont sous la dépendance du Maître des Monnaies, avec un apprentissage de trois ans, examens d’admission, serment et obligation de tenir boutique sur le Pont-au-Change19 ». Dans le Livre des métiers, changeurs et billonneurs sont des professions étroitement liés sans se confondre tout à fait. D’après la sentence du 13 février 138620 rendue par le prévôt Audoin Chauveron, les billonneurs sont des marchands d’or et d’argent dépréciés, sorte d’orfèvres de catégorie inférieure. Leur commerce plutôt louche faisait l’objet d’une surveillance accrue des autorités royales. Leur lieu de prédilection était le Cimetière des Innocents, l’une des cours des Miracles du Paris médiéval. Mais les billonneurs sont parfois utiles au pouvoir royal pour faciliter la circulation et le recyclage de la menue monnaie, le billon. Le 26 Juillet 1359, Charles V donne lettres patentes au billonneurs :

  • 21 Idem, T. II, p. 288. Lettres patentes sur les billonneurs. Coll. Lamoignon, T. II, fol. 244, d’apr (...)

« Charles…, donnons en mandement au prevost de Paris et à son lieutenant present et avenir que desoremais facent, souffrent et laissent lesdiz billonneurs faire et exercer leurdit fait de marchandise de billon, sanz leur donner destorbe, moleste ou empeschement, ne souffrir estre donné pour occasion de quelconques aiz faiz ou à faire ou autrement en quelque matière que ce soit21 ».

25Grâce aux éléments discursifs contenus dans cette lettre de patente, le sémème de « billonneur » est clairement défini : « S1 ceux qui/S2 font commerce/s3 de billon ».

26Le sème dénotatif d’illicite, voire d’illégal, lié à la profession de billonneur peut être alors annihilé par le co-texte lui-même. Le Livre des métiers se situe pour partie en dehors de notre corpus, il nous permet cependant de resituer changeurs et billonneurs dans une perspective diachronique pour leurs stricts contours professionnels. Un proverbe de la fin du Moyen Âge l’atteste également :

  • 22 Le Roux de Lincy, Le Livre des proverbes français précédés de recherches historiques, Paris, A.Del (...)

« Il n’est que monnayeur pour se connaître en billon22 ».

27Cet adage proverbial marque à la fois la spécialisation complexe des métiers de l’argent et leur étroite interconnexion. Ceci participe aussi par transversalité intertextuelle de la dénotation négative du « billonneur ». C’est effectivement le monnayeur, qui lui, a pignon sur rue, et non le billonneur qui possède la maîtrise technique et commerciale du billon. Cet axiome populaire révèle aussi la méconnaissance des populations des mécanismes monétaires et de la circulation des espèces, qui demeure ainsi un système relativement opaque pour ne pas dire occulte. L’ensemble de ces allégations contextuelles participent des inflexions sémantiques oscillant entre dénotations négative et technicienne des sémèmes des métiers de l’argent.

28La perspective sémantique est cependant plus complexe chez les auteurs de notre corpus central qui placent les métiers de l’argent dans une perspective morale.

Changeurs et billonneurs : risques financiers et risques spirituels

29Toutes les professions liées à l’argent prennent autant de risques financiers que de risques spirituels dans leurs entreprises. Leur cousinage professionnel est aussi une parenté spirituelle, entachée de l’opprobre lié à l’exercice des métiers d’argent et au profit qui en est généré. L’une des origines bibliques de cette condamnation est d’ailleurs retracée par Philippe de Mézières. Les paraboles bibliques sont d’ailleurs l’occasion d’emplois métaphoriques chez les auteurs du corpus central. Le premier des évangélistes exerçait un métier d’argent : le publicain Mathieu, à Capharnaüm, recevait les droits de péage exigés par les Romains sur une table de douane, (ou une table de change selon les traductions et les versions) auprès du lac de Génésareth. Par assimilation à toutes les professions d’argent, Saint Mathieu devient le patron des changeurs dès le XVe siècle, en 1414, puis des banquiers, et des douaniers. Matthieu (ou Lévi) abandonna ses registres quand Jésus lui demanda de le suivre. Nicole Oresme s’en fait l’écho, pour mieux dénoncer l’incompatibilité entre le service de Dieu et celui de Mammon.

  • 23 N.Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. LI.

« Pour quoy l’Apostre Saint Mathieu qui avoit esté changeur23 »

30Par ailleurs, l’épisode biblique des marchands chassés du temple (Matt.21.12, Luc 19.23) et des tables des changeurs renversées est également mentionné par Evrart de Tremaugon dans ce commentaire théologique de l’incompatibilité du service de Dieu et de l’argent.

  • 24 Le Songe du Vergié, ouv. cité, p. 70, Livre II. Chap. CXII.

« Comme il [Jesus Christ] appiert quant il mist hirs de l’Eglyse lez acheteurs et lez vendeurs, et quant il tumba lez tables dez changeurs24 ».

31Mais, l’assimilation de la table des changeurs à celle des vendeurs et acheteurs permet de confirmer la proximité sémique entre métiers de l’argent et ceux du commerce. Le changeur est celui qui exerce un commerce d’argent, de change de monnaie très exactement.

32Le changeur a donc pour sémème « S1 celui qui/S2 fait commerce/s3 de change/s4 de monnaie ».

33Dans les éléments discursifs syntagmatiques de notre corpus, y compris dans les processus métaphoriques, le changeur est toujours relié à son élément physique qui l’ancre dans la réalité matérielle du change : la table.

  • 25 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 118-119.

« Pensez vous doncques dist la royne a Ardent Desir que nous avons oublie le jeune Cerf-Volant, le grant changeur de la riche table du change, le riche marchant auquel le gracieux forestier doit prester a usure ?25 ».

34Philippe de Mézières utilise encore une fois le discours allégorique et métaphorique fondé sur la parabole des besants, et même s’il s’agit des besants de l’âme et de la Sainte Usure, il recourt à l’image d’un métier monétaire, le plus familier aux hommes de ce temps. Dans toutes ces comparaisons métaphoriques, le « changeur » recouvrant toujours le même sémème, est souligné de sèmes connotatifs positifs, accentués par les syntagmes adjectivaux « grant » et « riche ».

  • 26 Idem, tome II, p. 131-189.
  • 27 Idem, tome II, p. 156-205.

« Au grant changeur et riche marchant, au maistre de la nef françoise, au Cerf Volant26 ».
« C’est assavoir de cestui grant marchant de la riche table du change des Francois27 ».

35La circulation « morale » est alors symbolisée par les échanges monétaires, qui par proximité métaphorique, revêtent une connotation positive. Même s’il est un métier lié au maniement d’argent, le changeur est finalement la profession la moins décriée, car, d’une part, elle est nécessaire eu égard à la multiplicité des monnaies en circulation, et d’autre part le sème de « commerce » est plus déterminant que celui d’argent ou de profit, même si le changeur s’octroie une commission. Flux monétaires, mise en circulation des vertus, l’utilisation métaphorique du changeur et de sa table de change chez Philippe de Mézières apporte un éclairage positif sur le sémème de l’un des métiers de l’argent. Cette position induite par les propos discursifs métaphoriques n’est pas cependant identique chez le même auteur, quand il s’agit de faire référence aux changeurs réels, ceux qui font effectivement commerce de change. Les suites énumératives alors employées, similaires aux propositions syntagmatiques de Nicole Oresme, portent un éclairage différent sur le sémème des métiers de l’argent.

36Ces deux propositions discursives de Philippe de Mézières et de Nicole Oresme sont intéressantes à plus d’un titre. Dans ces suites énumératives, tous les lexèmes appartenant au champ lexical des métiers de l’argent figurent dans un ordre syntagmatique précis et presque similaire.

  • 28 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 542.
  • 29 N.Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. LXII.

« Encores, en la dicte nef avoit monnoyers, changeurs, orfevres, et marchans groz et moyens, faisans leur office et leur marchandise28 ».
« Mais l’austre part d’icelle communaulté n’est empeschée de croistre et de multiplier sa pecune par venun acquest, si comme sont changeurs, marchans de Monnoie, billonneurs et telz semblebles29 ».

37Mais, même si il y a association syntagmatique, la permutation synonymique entre tous les syntagmes n’apparaît pas envisageable. Cependant, dans la proposition discursive de Nicole Oresme, l’association syntagmatique suit un ordre croissant dépréciatif. Les « changeurs » sont le premier syntagme de la suite énumérative, puis les « marchans de Monnoie », et enfin les « billonneurs ». Au centre de la suite énumérative se situe le groupe nominal qui est en fait le sémème, voire l’archisémème des lexèmes « billonneur » et « changeur », qui sont effectivement tous deux des « S1 marchands/S2 de monnaie ».

  • 30 Ibidem.

38Mais c’est seulement grâce au contexte que nous pouvons affirmer que l’un a un caractère connotatif dépréciatif, puisque les billonneurs exercent une activité illégale de trafic de monnaie, à la différence du changeur qui, lui, a pignon sur rue ou plutôt, sur pont… Mais le dernier terme de la suite énumérative « et telz semblebles30 » peut conduire au contraire à une complète substitution synonymique syntagmatique.

  • 31 À ce sujet, voir l’article de S. Piron « L’apparition du resicum en Méditerranée occidentale, XIIe(...)

39Philippe de Mézières, quant à lui, n’emploie pas le lexème de « billonneurs » mais utilise celui d’« orfèvre ». Le caractère connotatif dépréciatif n’est pas présent dans cette proposition syntagmatique. Dans la gradation des professions médiévales liées à l’argent, les marchands sont les moins coupables de commerce illicite. Le cœur sémique des profession d’argent est celui de « marchand », ce qui corrobore encore une fois la structure mentale médiévale tant théologique qu’empirique : ce n’est pas le marchand, qui intrinsèquement est porteur de métier, ni même l’objet de son commerce, (quand celui porte sur les manifestations concrètes de la matérialité de l’argent, en l’occurrence, les monnaies et leur change), mais le profit indu tiré de tout commerce, qu’il soit d’argent ou de marchandise, lorsqu’il n’est pas associé à une légitime prise de risque31.

40Ces suites énumératives associant tous les syntagmes nominaux des métiers de l’argent ne se retrouvent pas chez Christine de Pisan, qui, quant à elle, isole dans son discours les changeurs des marchands. Le syntagme nominal « changeur » dans les propositions discursives chez Christine de Pisan est associé à des syntagmes relevant d’un champ lexical concret et technique de l’argent allant même jusqu’au chiffrage et au montant des taxes et commissions que les changeurs peuvent percevoir.

  • 32 Christine de Pisan, Le livre des fais et bonnes mœurs, ouv. cité, T II, p. 3, I.
  • 33 Idem T I, p. 69, XXV.

« Item, comment le roy Charles tauxa à Vc francs son officier changeur32 ».
« A un sien ami, changeur de Paris, nommé Symon de Danmartin laissa mille frans en garde et commanda jusques à son retour, et bien gardast qu’à aultre qu’alui ne les rendist33 ».

41On retrouve plusieurs occurrences du lexème « changeur » chez Christine de Pisan, dans un même chapitre et pour désigner la même personne. Ces propositions syntagmatiques sont intéressantes à double titre : avec Christine, le récit ne se situe pas dans un discours moralisateur ou allégorique mais, quand il ne s’agit pas d’un discours hagiographique, les conditions du récit sont proches du discours factuel historique des Chroniques. Chez Christine de Pisan, les changeurs sont parisiens, ce qui constitue un fait historique avéré pour la grande majorité d’entre eux, et certains d’entre eux peuvent aussi être officiers royaux, ce sont les changeurs du Trésor, charge récemment créée. Mais Christine n’associe ni n’assimile changeurs et marchands, à la différence des autres auteurs de Miroirs. La séparation sémantique dans l’emploi de ces deux syntagmes nominaux est le reflet de la distinction opérée entre le métier de l’argent, exercé par les changeurs, et les métiers du commerce représentés par les marchands. Autrement dit, sur le plan sémantique, le sémème du changeur chez Christine est légèrement infléchi. Il n’est pas « S1 celui qui/S2 fait commerce/s3 de change/s4 de monnaie » mais au contraire « S1 celui qui/S2 change/s3 les monnaies ».

  • 34 C. de Pisan, Le livre du Corps de Policie, ouv. cité, p. 105.

42Qu’est-ce qu’un marchand alors pour Christine de Pisan ? Christine pointe aussi par différence l’opprobre dont sont entachés les métiers ayant trait à l’argent puisqu’elle parle de « loyaux marchans34 », conduisant son lecteur à imaginer que, par différence, des marchands déloyaux et malhonnêtes peuvent agir.

  • 35 Ibidem.

« Les marchands masniere d’estat d’argent, c’est a savoir les loyaux marchans en achetant et vendant par pris d’argent ou autre manier loyal d’entrechangier denrees a autres, font moult a amer et recommander si comme chose necessaire, et en plusieurs pais sont tenus en grant pris35 ».

  • 36 J. Le Goff, À la recherche du Moyen Âge, Points, Poches, 2006.

43La répétition du syntagme adjectival « loyal » et du descriptif des tâches et des compétences des marchands accentue le pivot sémique de commerce et d’échange accessoirement à tous les sèmes dénotatifs de l’argent contenu dans le sémème de « marchands ». Ce même sème est associé à celui de « l’argent » ou de la monnaie pour toutes les professions liées à l’argent. C’est peut être Christine qui illustre ainsi le mieux le constat de Jacques Le Goff36 de l’apparition d’une catégorie sociale nouvelle, celle du « marchand-banquier », deux métiers indissociables dans leurs fonctions. Mais la structure des métiers au Moyen Âge est tout autre. Comme tout est prétexte pour s’associer, en ces temps de rudesse, les confréries s’organisent autour d’un saint patron. Ainsi la confrérie des changeurs parisiens fête Saint Mathieu dans l’église Saint Leufroy sous l’Ancien Régime ; de même les marchands sont organisés à Paris selon la confrérie des marchands (la « hanse » parisienne) qui contrôle la circulation des marchandises et des denrées sur la Seine, notamment via le pont le plus important de Paris au Moyen Âge, le Pont-aux-Changes. Le partage du dit Pont-au-Change entre les trois autorités régissant Paris (le Roi, les marchands, les chanoines de Notre-Dame) est d’ailleurs excessivement réglementé : construit sur trois arches, ce pont, propriété seigneuriale au départ appartient pour sa chaussée au Roi (c’est d’ailleurs le Roi qui réglemente les activités des changeurs), pour ses arches latérales aux chanoines, et pour l’arche centrale à la confrérie des marchands de Paris. Les bateaux ne pouvaient franchir le pont que sous l’arche du milieu, moyennant la perception bien sûr d’une taxe versée à la hanse parisienne. Les deux corporations, changeurs et marchands, sont, dans ce cas précis, bien distinctes l’une de l’autre, même si l’on peut imaginer que les changeurs de la chaussée du pont encaissaient ou recyclaient les espèces monétaires provenant de la perception des taxes. Ceci corroborerait notre approche sémantique définitoire. Comme nous l’indiquaient les chaînages syntagmatiques précédents issus de notre corpus central, la substitution synonymique entre « changeurs » et « marchands » n’est pas opératoire. Il en est de même entre le sémème « monnoyeur » et celui de « changeur ». Dès Philippe Auguste, le monnayeur est le propriétaire d’un atelier de monnayage, soit de fabrication de monnaies, cette profession est régie selon des codes et des règlements rigoureux et précis, le plus souvent royaux, et dont l’activité de change, au sens bancaire du terme ne fait pas partie.

L’apparition du lexème « banquier » chez Nicole Oresme

  • 37 P. Contamine, L’économie médiévale, ouv. cité, p. 403.
  • 38 www.atilf.fr/blmf.

44Selon Philippe Contamine, « le terme de banquier s’introduit en France au XVe siècle37 ». Cependant il figure chez Nicole Oresme, dès 1355, attestation d’ailleurs mentionnée dans la base informatisée du Dictionnaire de Moyen Français38.

  • 39 N.Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. III.

« Et encores, qui est pire chose, les changeurs et banquiers qui sçavnet où l’or a cours à plus halut pris, chacun en sa figure, ilz, par secrètes cautelles en diminuent le pay, et l’envoient ou vendent dehors aux marchans, en recevant d’icelux autres pièces d’or mixtes et de bas aloy, desquelles ilz emplisssent le pays39 ».

45L’association énumérative « les changeurs et banquiers » pose cependant une énigme sémantique : peut-on envisager dans cet exemple une stricte substitution synonymique entre les deux syntagmes, le banquier étant avant tout un changeur, si l’on se réfère au contexte historique de l’émergence des grands marchands internationaux ? La matérialité du « banc » de la profession de banquier, dont la source étymologique, banc ou banca en italien, rejoint la nécessaire table du changeur, l’assimile-t-il à cette profession ? Ou bien, comme le décrit Nicole Oresme, c’est, par sa proposition discursive associative des deux syntagmes, l’émergence de la conscience d’une profession complexe résumant à elle seule tous les métiers d’argent, le banquier.

46Sur le plan lexical, en effet, le banquier est à la fois, en moyen français, changeur et prêteur, tout en étant marchand. Mais une seule occurrence ne peut permettre de conclure à une composante sémique dénotative négative du sémème de « banquier ». Elle est certes connotative dans la proposition syntagmatique de Nicole Oresme, par l’association avec des syntagmes adjectivaux et nominaux appartenant au champ lexical du mal et de la dissimulation comme « pires », « secretes cautelles ». Dans cette proposition, le « banquier », qui en en équivalence synonymique et syntagmatique avec « changeur », apparaît comme un acteur malfaisant sinon maléfique, qui agit sur les monnaies au détriment des intérêts du bien public.

47C’est également l’opinion de Philippe de Mézières, qui, pour contrer les agissements des usuriers chrétiens et juifs surtout, imagina, conjointement avec des représentants de l’ordre franciscain ou indépendamment d’eux, son projet de « banque populaire » qui n’est d’ailleurs jamais ainsi dénommée dans Le Songe du Viel Pèlerin.

  • 40 Summ. theolog.2a2ae q. 78. art 4. cité par V. Brants, Philippe de Mézières et son projet de banque (...)

48En effet, la pensée médiévale sur l’usure évolue entre le XIIIe et le XVe siècle au fur et à mesure de l’intensification des échanges économiques qui nécessitent une plus grande fluidité monétaire. Saint Thomas d’Aquin évoque dans sa Somme Théologique40 la possibilité d’emprunter aux Juifs sans violer les lois. En 1327, Jean Buridan se demande s’il n’est pas plus problématique, d’interdire l’usure que de la permettre, suivi en ce sens par le dominicain Durand de Saint Pourçain. Ce dernier pensait que tout prêt au nom du souverain pourrait être licite, avec un système de représentants du Roi agissant au nom du souverain. Philippe de Mézières a-t-il lu, a-t-il connu Durand de Saint Pourçain, antithomiste convaincu ? Nulle trace ne permet de l’affirmer à ce jour, mais il est certain que son projet de banque populaire s’apparente plus à un Mont-de-piété qu’à une banque commerciale. Au départ très contesté au plan théologique, le principe du Mont-de-piété fut déclaré licite par Léon X en 1515 (Discussion sur l’usure no 151). Mais ce système tel qu’imaginé demeure intrinsèquement un système de prêt comme l’usure participant de la fonction bancaire mais ne la représentant pas totalement. C’est la raison sans doute pour laquelle, Philippe de Mézières, pourtant au fait des mécanismes économiques, ne crée pas le néologisme de « banquier » même dans ses chaînages syntagmatiques de toutes les professions de l’argent. S’il s’avère que le lexème « banquier » apparaît une des premières fois, sinon la première fois en moyen français dans l’œuvre de Nicole Oresme, ce lexème est, dès son premier emploi discursif, employé avec une forte connotation négative attachée au co-texte. La substitution synonymique avec « usurier » n’est pas émergente. Mais, dès cette fin de Moyen Âge, le banquier médiéval préfigure déjà son personnage tant décrié, supposé agir contrairement à l’intérêt public et pour le seul profit individuel de quelques uns, et ce jusqu’à aujourd’hui. La sphère économique et financière, dans laquelle il évolue, est l’équivalent des marchés financiers actuels. Elle demeure cependant au Moyen-Âge imprécise dans ses contours théoriques même si les contours sémantiques des lexèmes « yconomie » et « finances » sont précis et d’un emploi restrictif par rapport au français contemporain.

« Yconomie » et « finance » : vers un vocabulaire théorique ?

Une économie domestique

Graphie

  • 41 A. Rey, Dictionnaire historique de la langue française, ouv. cité, p. 1173.

49« Économie » a pour graphie exclusive « yconomie » comme si notre auteur voulait, à toutes fins, marquer l’origine grecque de ce mot avec le epsilon grec « y », formé sur le grec « oikos » « maison » et le suffixe – nomos : « usage, règle, loi41 ».

Référent étymologique

50Selon Alain Rey, « économie » apparaît entre 1370 et 1372, ce qui confirme que la première occurrence se situe dans les œuvres traduites de Nicole Oresme. Cependant en 1265 apparaît une première forme « iconomike » à laquelle se substitue dès 1370-1372 « yconomique ».

Dérivés morphologiques

51« Econome », syntagme adjectival puis nominal (1546), réfection de « aconome » (1337) « administrateur de biens, d’une maison », « économiquement » adverbe (1690), « économiser » verbe transitif (1740), « économiste » substantif masculin (1767), « économisme » (1775) synonyme au départ d’économie politique, ces dérivés apparaissent au XVIIIe siècle, époque où l’on théorise l’économie politique, puis au XXe siècle, apparaissent les substantifs « économétrie » (1948), et « économètre » (1952), avec le développement du traitement statistique et mathématiques des données économiques.

Référent historique

  • 42 J. Ibanés, La doctrine de l’Église et les réalités économiques au XIIIe siècle, ouv. cité, p. 100.

52« Pour les théologiens et canonistes de l’époque, l’économie et son fonctionnement ne sont pas une fin en soi. Au contraire, il n’y a pas de dissociation de l’économique du tout spirituel42 ». En clair, les « économistes » et les penseurs qui ont spécifiquement étudié ces sujets, comme ont pu le faire Robert de Courson ou Nicole Oresme, ne se conçoivent pas comme économistes mais comme théologiens. L’étude du phénomène économique est une partie constitutive du tout théologique et toutes ses manifestations ne peuvent être dissociées du divin. Économie et spiritualité sont donc intimement liées. Ce n’est qu’avec la Réforme et la Renaissance que la pensée économique se sécularisa, mais toujours sur un fondement théologique. Les positions de Calvin notamment contribuèrent à la dissociation de l’économique du spirituel. La pensée « économique » au Moyen Âge appartient donc aux penseurs scolastiques et nominalistes. L’évolution des concepts, notamment sur l’usure fut très lente, de Saint Thomas d’Aquin à Jean Gerson. Notre lecture contemporaine ne peut être que « déphasée » par rapport aux penseurs du Moyen Âge. Le fait économique, dans la manifestation de ses phénomènes les plus visibles, prêt à intérêt, monnaie, fiscalité, n’est pas isolable comme pur objet d’étude. Il est indissociable des fondements théologiques et philosophiques étayés par deux courants de pensée qui traversèrent tout le Moyen Âge, les scolastiques et les nominalistes, sous-tendus également par la rivalité entre les deux ordres mendiants (dominicains et franciscain). L’enjeu de la théorisation économique est d’abord et avant tout un enjeu théologique fondé sur la glose des Évangiles, de la littérature patristique et bien sûr d’Aristote. Pour retracer brièvement les débats qui se sont étalés sur au moins trois siècles, nous isolerons trois concepts : la théorie du juste prix, élaborée par Thomas d’Aquin, et ses contradicteurs nominalistes, la théorie de l’usure que nous avons traitée au chapitre précédent sur l’usure et les différentes positions sur la monnaie liées étroitement à la fiscalité. Pour tenter de se sensibiliser à la vision de l’économie au Moyen Âge, il faut considérer premièrement qu’elle est indissociable du politique mais surtout de la morale divine. La très grande majorité des textes sont évidemment en latin, les débats sont ceux de théologiens éminemment lettrés, et même les chroniqueurs – tous clercs qu’ils soient- n’affleurent pas ces courants de pensée. La question pourrait d’ailleurs être posée de savoir s’ils les connaissent, à part les fondements finalement simples de l’interdiction de l’usure. Même un grand penseur comme Philippe de Mézières théorisa certaines conceptions sur la monnaie, sur la fiscalité et sur l’usure avec son projet de banque populaire, sans entrer dans les débats complexes initiés par les scolastiques sur le juste prix.

53L’économie dans son acception actuelle n’est en aucun cas un objet conceptuel, encore moins le sous-ensemble que représentent la finance, les finances, les questions financières d’un royaume ou d’un Prince. Tous les actes économiques (acheter, vendre, émettre une monnaie, taxer une marchandise, prêter à usure etc.) sont des faits le plus souvent soigneusement retranscrits par les chroniqueurs médiévaux, analysés parfois par nos auteurs de Miroirs mais jamais selon un mode séquencé.

  • 43 A. Lapidus, Une introduction à la pensée économique médiévale, in A.Béraud et G.Facacello, Nouvell (...)

54La pensée économique au Moyen Âge présente un effet d’éparpillement pour le lecteur contemporain, alors que tous ces faits du domaine de l’économique (les mutations de monnaie, le paiement des rançons, les décaissements en salaire etc.) ne sont pas décrits de façon désordonnés mais organisés autour de la notion centrale au cœur de la structuration de la pensée médiévale : celle du bien et du mal, du péché et de la rédemption. C’est ainsi que les grands penseurs de l’« objet économique » au Moyen Âge sont au départ les scolastiques, mais ceux-ci n’isolent jamais les faits ou les spéculations sur le système économique. « La pensée économique n’est jamais érigée en objet autonome43 ».

55Fondée sur les quatre assises théoriques des Évangiles, de la littérature patristique, des traductions d’Aristote, et du droit romain à travers le Décret de Gratien en 1140, ou des décrétales de Grégoire IX, la pensée économique participe des spéculations scolastiques en étant un sujet marginal. Mais Thomas d’Aquin, le grand penseur scolastique à la suite de son maître Albert le Grand, donna une impulsion capitale à une forme de pensée économique qui se diffusera lentement mais sûrement par capillarité chez les penseurs tout au long du Moyen Âge. La question 77 de la Somme théologique de Thomas d’Aquin est centrale avec la théorie du juste prix, imbriquant dans ce concept fondamental de la pensée économique, celui de la vertu, avec une notion qui représente sans doute l’élément le plus novateur, l’introduction du contrôle et de la régulation dans les phénomènes économiques. Chez Thomas d’Aquin, les passages concernant le juste prix sont dispersés et mêlés aux autres raisonnements des grands préceptes scolastiques. Très schématiquement définies, deux grandes idées scolastiques conséquences l’une de l’autre influèrent sur la théorie du juste prix ; la raison fondant la foi, il existe un ordre naturel du monde qui soumis à la justice et auquel on ne peut déroger sans fauter.

  • 44 P. Léon, Histoire économique et sociale du monde, Tome 1, L’ouverture du monde, XIVe - XVIe siècle (...)
  • 45 Pierre de Olivi (1248-1298), Pensée scolastique, dissidence spirituelle et société, édité par Alai (...)

56La division du travail, la répartition inégale des dons et des richesses, voulue par Dieu, nécessitent des échanges entre les hommes ; le commerce est donc nécessaire avec un instrument d’échange objectivé, la monnaie pour apprécier la valeur des objets… à leur juste prix. « Or les scolastiques, tout en étant nullement hédonistes, fondent leur théorie de la valeur sur l’indigentia, c’est-à-dire le besoin, l’utilité44 ». Justice distributive et justice commutative président à l’élaboration du juste prix vers lequel on doit tendre. Tout déséquilibre dans sa composition romprait alors l’ordre naturel et social et l’équilibre voulu par Dieu. Mais les scolastiques et leurs continuateurs se divisèrent assez rapidement sur cette notion centrale. Au XIVe siècle, les différentes composantes de la valeur se dégagent : l’utilité, la rareté, et l’« usage pauvre » comme le cite le précurseur des scotistes qu’est Pierre d’Olivi45, qui influença grandement les franciscains. Ces éléments peuvent être considérés comme les prémsses des conceptions des économistes du XIXe siècle avec leurs différentes théories sur l’offre et la demande.

  • 46 P. Léon, Histoire économique et sociale du monde, ouv. cité, p. 348.

57« Toute théorie de la valeur débouche sur la question de la détermination des prix. Mais à propos du juste prix, la scolastique s’est divisée en plusieurs courants. Le premier, qui ne devait avoir cause complètement gagnée qu’au XVIe siècle, comprit les juristes et les thomistes. Le deuxième, celui des scotistes, tint pour le prix de revient. Quant au troisième, celui des nominalistes, il était en faveur de la réglementation par les pouvoirs publics46 ».

  • 47 C. Dupuy et F. Chartrain, Traité des monnaies et autres écrits monétaires du XIVe siècle, Lyon, La (...)
  • 48 Idem, p. 24.

58Les scotistes représentent un courant de pensée initié par Jan Duns Scot (1266-1308), dont les thèses furent reprises par les franciscains. Les nominalistes, avec Guillaume d’Occham comme chef de file, sont « essentiellement recrutés parmi les intellectuels parisiens, ils se posaient d’emblée comme des réformistes, voire des révolutionnaires47 ». Ils s’opposent à leurs prédécesseurs « réalistes » sur des concepts purement philosophiques avec des débats fondés sur les places respectives de la science, du réel, et donc de la théologie dans l’arborescence des connaissances. « Pour les réalistes, la science ne devait porter que sur le général : elle se voulait abstraite, spéculative, universelle. Au contraire, pour le nominaliste, la science ne portait que sur le particulier : pour lui, l’universel n’était qu’un nom (d’où l’appellation de nominaliste) dépourvu de réalité, l’appréhension de la réalité et de ces phénomènes concrets ne pouvait être faite que par une approche de l’objet individuel48 »

  • 49 Idem, p. 127.

59Les nominalistes nous intéressent d’autant plus que Nicole Oresme ou Jean Buridan (vers 1290-1372) s’en réclament et que tous deux développèrent des théories communes sur la monnaie mais avec une vision plus scientifique de Jean Buridan qui contra virulemment les scolastiques sur la théorie de la valeur, dont la source, pour lui, est l’utilité collective. Jean Buridan, contrairement à Nicole Oresme, ne fut jamais lié au pouvoir royal, il demeura un pur produit de l’université n’écrivant qu’en latin, même si ses écrits furent par la suite interdits au XVe siècle, justement pour leur tendance nominaliste. « La richesse de sa thèse est toute contenue dans deux Questions sur l’éthique, « Questions XVI et XVII », où il définit les fonctions monétaires à partir d’une étude de l’échange, du besoin et du prix.49 »

60Pour schématiser encore la complexité de la pensée scolastique et de ses dérivés, les conceptions thomistes et scolastiques traditionnelles sont contestées par les nominalistes qui replacent l’individuel, le sujet au centre de l’univers. Ce changement de perspective philosophique affleure par ricochet alors les quelques rochers de la pensée économique médiévale que sont la théorie de la valeur et de sa source, du juste prix et de sa détermination, et par conséquence, de la monnaie, instrument d’échange, et de mesure.

  • 50 Un traité de morale économique au XIVe, le Tracatatus de usuris de Maître Alexandre d’Alexandrie, (...)

61Avec l’usure, la monnaie est au centre des préoccupations spéculatives des philosophes du Moyen Âge mais sans occuper, en aucun cas, une place majeure dans leurs développements ; l’une des deux caractéristiques fondamentales de la pensée économique médiévale peut se définir dans sa marginalité par rapport aux autres controverses du temps. L’autre volet est l’extrême lenteur des débats sur plusieurs siècles, tant sur la monnaie que sur l’usure, comme si Thomas d’Aquin et les décrets de Gratien avaient figé les débats. Les discussions à la marge sur le « lucrum cessans », rendues indispensables par l’évolution économique et les prises de risques accrues des marchands, n’affectent pas les fondamentaux scolastiques. C’est la raison pour laquelle nous n’avons rencontré dans notre corpus de textes en français qu’une faible fréquence des occurrences d’un vocabulaire que nous considérons actuellement comme théorique, par exemple « économie » terme qui ne peut être envisagé dans le corpus de tous les textes médiévaux que dans son acception issue de son étymologie grecque et qui ne peut, en aucun cas, prétendre au Moyen Âge, à une généralisation extra-domo. Plus intéressant sur le plan sémantique sont les lexèmes appartenant du réseau morphologique de la finance, issus de leur matrice sémantique et morphologie de la « confiance » qui apparaissent bel et bien comme les premières approches d’un vocabulaire théorique sans que l’économie ne soit appréhendée comme objet philosophique autonome même si le lexème commence figurer dans le paradigme des écrits de Nicole Oresme. Notre champ d’étude de ce vocabulaire théorique est bien sûr restreint par la langue ; notre corpus ne comportant que des textes en moyen français. Or, tous les débats sont en latin. Les principaux traités comme le « De contractibus » de Pierre de Olivi ou le « De tractatus de usuris » du maître Alexandre d’Alexandrie50 pour les auteurs de la mouvance franciscaine sont de véritables traités économiques, avec des innovations sémantiques, comme chez Pierre de Olivi, où l’invention du mot « capital » mais en latin tendrait à justifier la légitimité de l’investissement économique et de sa rémunération. Le champ lexical du vocabulaire théorique de l’économie et de la finance est donc restreint, composé de mots représentant des signifiés concrets, et en dehors de toute théorisation. Si théorisation il y a, elle apparaît dans le reflet de valeurs morales et non économiques, même si la théorie de la valeur fut un débat théologique au Moyen Âge. Au plan sémantique, « yconomie » apparaît seulement chez Nicole Oresme et dans un sens restreint.

Les emplois de « yconomie » et de « yconomique » chez Nicole Oresme

  • 51 A.D. Menut, Maître Nicole Oresme : Le Livre de Yconomiques d’Aristote, ouv. cité

62« Yconomie » et « yconomique » sont des lexèmes dont les seules occurrences figurent dans la traduction d’Aristote « Le livre de Yconomie51 ».

  • 52 Ibidem.

63Nicole Oresme est le traducteur d’Aristote. C’est Charles V qui lui intime l’ordre de traduire ces traités, mais aucun document connu ne justifie la décision du souverain. Nicole Oresme s’acquitte de sa tâche avec une conception médiévale de la traduction : il traduit puis commente à l’attention de ses lecteurs en isolant les deux formes du discours par le « T », initiale de la traduction et le G, initiale de la glose, comme nous le reproduisons ci-après dans les exemples issus du Livre de Yconomiques d’Aristote52.

  • 53 A.D. Menut, Maître Nicole Oresme : Le Livre de Yconomiques d’Aristote, ouv. cité, p. 807.

« Cy commence le livre appelé Yconomique lequel compose Aristote et ouquel il determine de gouvernement de maison.
T. yconomique et politique ne different pas seulement tant comme different maison et cité, lesquels choses sont les subjects or les matières de cestes sciences.
G. Car maison est de quoi traicte yconomique et cité est de quoi traicte politique53 ».

64Et en érudit de son temps, il rattache sa traduction à une étymologie, même si elle est fausse car il fait dériver « yconomique » du mot grec « icône » et non de « oikos », maison »

  • 54 Ibidem.

« G. L’autre partie est dicte yconomique, de ycon en grec, que est image ou signe ; et de nomos, qu’est regle ; et de ycos qu’est science. Car par elle soit le principal de la maison faire signes et regles ou ordenance de gouverner sa famille et soy ou resgart de sa famille54 ».

65Mais malgré cette fausse étymologie, il rattache « yconomie » dans cette proposition syntagmatique, sinon au véritable étymon, en tous les cas, au premier des sémèmes. Pour Nicole Oresme, « yconomie » est « s1 l’art/de s2 gouverner/S3 la famille et la maison », par opposition au politique, art de gouverner la cité.

  • 55 Le Songe du Vergier, ouv. cité, T. I, Livre I, Chap. CLVI, p. 335.

« Le ruysseau de Yconomie qui enseigne le gouvernement d’une maison ; le ruysseau de pollitiques, qui enseigne le gouvernement dune cyté ou d’un paÿs55 ».

66Cette traduction (notée « T ») établie par Nicole Oresme d’Aristote restreint le sémème de « yconomie » à une acception strictement domestique. Ainsi employé, il apparaît d’une façon strictement monosémique, concernant uniquement le gouvernement d’une maison, donc l’économie domestique comme Nicole Oresme le traduit :

  • 56 A.D. Menut, Maître Nicole Oresme : Le Livre de Yconomiques d’Aristote, ouv. cité, p. 826.

« T. et appert aussi d’yconomique que est art par quoi l’en peut acquerir et instituer maison et user de elle56 ».

67Mais ce sémème est infléchi dans l’ordre des propositions syntagmatiques par la glose (notée » G ») de Nicole Oresme :

  • 57 Idem p. 807.

« G. Et [Aristote] prent maison pour commité domestique ou de ostel ovesques les appartements. Et selon ce, il enquiert apres quel ordre a yconomique a politique57 ».

68« Yconomique » s’étend alors non seulement à la maison mais aussi aux appartements et à l’hôtel ; elle dépasse le cadre de la famille et d’étend donc aussi à la domesticité nombreuse des hôtels et résidences des princes au Moyen Âge. Le sémème d’« yconomie » opère dans le même page un glissement extensif même si l’élément discursif est différent puisque dans l’ordre syntagmatique des propositions, la traduction est suivie de la glose. Le sémème peut alors s’établir comme suit, « yconomie » est « s1 l’art/de s2 gouverner/S3 son hôtel », paradigme de « maison » pour les maisons princières. Or en cette fin de Moyen Âge, le débat est continu sur l’étanchéité entre les revenus propres du prince, qui lui servent à gouverner son hôtel, et les revenus publics tirés de la fiscalité seigneuriale puis royale. La contiguïté sémantique est aussi une proximité financière même si les comptes des hôtels sont bien séparés des comptes du domaine à cette époque où se profile l’amorce de comptabilité publique. À l’administration des hôtels sont adjoints un certain nombre de fonctions plus ou moins affectés à des tâches spécifiques domestiques ; mais dans cette glose de Nicole Oresme, le lexème d’« économe » est employé dans sa signification initiale en moyen français d’administrateur des biens d’une maison ou d’un hôtel.

  • 58 Idem, p. 818.

« Le curateur ou procureur de la maison, lequel aucuns appelllent yconome, ce est expedient qu’il soit nourri a l’ostel du seigneur et que il soit introduit en oevres plus liberables et plus honorables que ne sunt celles que furent ceulz qui sunt serfs de nature58 ».

69Cette fonction « d’yconome », seule occurrence de notre corpus, est plus conceptualisée dans ses affectations que celle tout autant stratégique d’huissier ou de portier comme le démontre la phrase suivante telle qu’elle est traduite par Nicole Oresme.

  • 59 Idem, p. 826.

« T.Item, en grandes yconomies ou en grans ostelz, un huissier ou portier semble etre profictable qui soit inutile en autres œuvres59 ».

70La contiguïté sémantique peut aller jusqu’à la substitution synonymique dans une proposition syntagmatique de Nicole Oresme qui se situe au niveau de la traduction et non de la glose. Dans le chaînage syntagmatique, « yconomies » est d’une part employé au pluriel, et d’autre part, qualifié par le syntagme adjectival « grandes » ; la substitution synonymique entre « yconomie » et « ostels » est renforcée par la répétition de ce même syntagme adjectival « grandes » qui qualifient les deux syntagmes nominaux en équivalence synonymique (établie par la conjonction de coordination « ou »). De plus, la traduction d’Aristote telle qu’elle est envisagée par Nicole Oresme énonce des conseils d’économie domestique pour l’emploi d’« un huissier ou portier » qui occupe une fonction de serviteur attaché à un élément matériel et concret, la garde des entrées, donc de la porte. Dans cette proposition, « yconomie » serait alors envisagé comme le synonyme de « maison ». Ceci crée alors un glissement métonymique, amplifié par l’équivalence syntagmatique synonymique

  • 60 Ibidem.

« T. yconomique et politique ne different pas seulement tant comme different maison et cité, lesquels choses sont les subjects or les matières de cestes sciences60 ».

71D’« art », « yconomie » opère alors un glissement vers le domaine de la « science » qui s’enseigne pour les bienfaits du Prince qui se doit de posséder et de lire les trois livres d’Aristote comme le rappelle Evrart de Tremaugon.

  • 61 Le Songe du Vergier, ouv. cité, T. I, Livre I, Chap. CLXXXVI, p. 410.

« Le roy sceüt tout lez livres de Ethyques, Yconomiques et de Pollitiques61 ».

72Le rang de « science » attaché à l’« yconomie » est désormais dans son acception définie pour le reste de la période médiévale comme en témoigne cet unique exemple tardif, celui de l’Archilogue Sophie qui se situe aux extrémités de notre axe diachronique.

  • 62 J. Legrand, Archilogue Sophie, Livre des bonnes mœurs, éd. Evencio Beltran, Champion, Paris, 1986, (...)

« Le tiers livre parle de sciences appartenans a philosophie tant naturelle comme moral lesquelles sont six, c’est assavoir : phisique, metaphisique, medecine, ethique, politique, yconomique62 »

73Evrart de Tremaugon avait certes ouvert la voie en s’inspirant directement des travaux de traduction de son contemporain Nicole Oresme. C’est l’une des preuves que le lexème « yconomie » commence à circuler, au moins chez les intellectuels du temps

  • 63 Le Songe du Vergier, ouv. cité, T. I, Livre I, Chap. CLXXXVI, p. 410.

« Et ainsi que medycine est la practique de Philosofie naturele, aussi la science du droit si est la practique de Philosophie morale, quant a toutes sez troys partiez : Ethique, yconomique et Pollitique63 ».

74Mais celui-ci reste strictement cantonné à la sphère privée, au domaine domestique et familial puisque « yconomie » traite également du mariage.

  • 64 A.D. Menut, Maître Nicole Oresme : Le Livre de Yconomiques d’Aristote, ouv. cité, p. 826.

« Cy commence le secunt livre de Yconomique, ouquel il determine en especial et plus complecteent de communication nuptial ou de mariage64 ».

75« Yconomie » et « yconomiste » recouvrent donc le sémème « s1 la science/de s2 gouvernance/S3 de la maisonnée », et ce, dans toutes ses composantes. Le glissement sémantique sur la sphère publique et politique ne s’effectua qu’à la fin de l’Ancien Régime. Si le Moyen Âge découvre le mot, il en ignore le concept dan son acception actuelle. Tout comme l’illustre le Mesnagier de Paris au XVe siècle, l’économie s’inscrit initialement dans le domaine des ménages avant de franchir la sphère domestique pour s’installer dans le domaine des économies des États et des finances publiques.

Des finances publiques ?

Graphie

76Finance, finanche, substantif féminin souvent employé au pluriel

Dérivés morphologiques

77Financier, substantif masculin et adjectif (1440), financement (1845), autofinancement 1943), préfinancer et préfinancement (1963) s’autofinancer (1966)

Référent étymologique

  • 65 G. Matoré, Le vocabulaire et la société médiévale, ouv. cité, p. 173.

78« Le mot « finance » n’apparaît que dans la seconde moitié du XIIIe siècle. Il est d’abord synonyme de paie, loier et paiement avant de désigner la « pécune », « argent monnayé65 ». Au pluriel, « finances » s’applique aux revenus de l’État puis des seigneurs ; les finances relèvent strictement du domaine du Roi et de sa législature.

  • 66 Ibidem.

79Métier d’argent public, le « financier » est un substantif qui n’apparaît qu’en 1440 sous la graphie « financiere au sens de personne qui possède, propriétaire ». Selon le TLF, en 1549, le financier a une forte connotation publique « celui qui s’occupait, sous l’Ancien Régime, des finances publiques » avant de s’orienter sémantiquement plus vers le domaine privé vers 1776 « celui qui s’entend au maniement des affaires d’argent » (Volt., Lett. Vaines, 30 mars ds Littré)66. »

80Dans notre corpus, représentatif en ce sens des emplois en ancien puis en moyen français, la finance est d’abord un « s1 versement/S2 d’argent ».

  • 67 Le Songe du Vergier, ouv. cité, T. I, Livre I, Chap. CLXIII, p. 358.
  • 68 J. Legrand, Archilogue Sophie, Livre des bonnes mœurs, ouv. cité, p. 366.

« Tel pecule ne finance67 ».
« Et de ce fait saint Pierre disoit de lui meismes qu’il n’avoit or ne argent ne finance68 »

81Dans ces deux exemples, « finance » est synonyme par substitution synonymique dans les suites énumératives de « numéraire », « d’argent monnayé », ce que le langage familier traduit souvent actuellement par « liquide »

82Dans nombre d’exemples de notre corpus, le syntagme nominal « finance » est associé co-textuellement au versement de l’argent en temps de guerre, notamment chez Christine de Pisan.

  • 69 Christine de Pisan, Le livre des fais et bonnes mœurs…, ouv. cité, T I, p. 69, XXV.
  • 70 Idem, T I, p. 236, XXXVII.

« Par neccessité convnoit trouver hastives chevances de finance69 ».
« Il fust tres ciconspect… tant en soustenir par finance, et savoir honnourer les capitaines et gens d’armes70 ».

83L’argent versé en temps de guerre s’assimile le plus souvent à une rançon. Chez Froissart, « finanche » est employé co-textuellement comme synonyme absolu de « rançon » dans les éléments discursifs de sesChroniques.

  • 71 J. Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. III, p. 362.
  • 72 Idem, T. III, p. 466.
  • 73 Idem, T. IV, p. 177.

« Il se mist a finanche71 »
« Il fi mis a finanche72 ».
« Et fu li vaissiaus peris et effondrés où li finanche estoit que li roys envoiioit en Poito pour gagier. III m. combatans et paiier se il besoingnoit. I. an73 ».

84Le clerc qu’est Evrart de Tremaugon renchérit, à quelques années d’écart, sur les propos du chevalier qu’est Froissart. Dans cette proposition discursive, « finance » est associé à deux autres lexèmes du champ lexical de l’argent, l’un et l’autre comportant une forte connotation négative « usurier » et « extorquer ».

  • 74 Le Songe du Vergier, ouv. cité, T. II, Livre II, Chap. CCXLII, p. 197.

« Quant aucun est usurier manifesre, l’en luy puet, justement et selon Droit, denier la sepulture jusques a tant que il ait restitué ou donne souffissante caucion de rendre et restituer tout ce que il a eu de l’autruy ; mez se, aultrement, il mettaient suz aucun, et sanz cause, que il fust usurier pour extorquier de luy finance74 ».

85« Finance » représente alors un « s1 versement/S2 d’argent/s3 obtenu/s4 sous contrainte ».

86Ce sont cependant les Princes qui mènent les guerres. Ils extorquent des « finances » à leurs ennemis sous la contrainte, comme un usurier fait rendre gorge à ses débiteurs mais, pour payer leurs soldats, ils ont aussi besoin de finances. Dans les Chroniques de Jean II et Charles V, l’auteur emploie le lexème « finance » dans de nombreuses occurrences quasiment systématiquement au pluriel. Comme le titre du chapitre le désigne, il s’agit de la collecte organisée par le gouvernement royal représenté par le dauphin Charles pour obtenir les financements nécessaires au soutien de l’effort de guerre. Les finances sont encadrées par tout un arsenal législatif qui s’organise en cette fin du XIVe siècle avec une affectation de celles-ci prioritairement à l’économie de la guerre. Dans les Chroniques de Jean II et Charles V, l’auteur emploie le lexème « finance » comme synonyme de « rançon » dans de nombreuses occurrences quasiment systématiquement au singulier. Il s’agit de la collecte organisée par le gouvernement royal représenté par le dauphin Charles pour obtenir les financements nécessaires au soutien de l’effort de guerre.

  • 75 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I., p. 17.
  • 76 Le Songe du Vergier, ouv. cité, T. I, Livre I, Chap. CCXLII, p. 357.

« De l’ordenance des finances faite pour soustenir le fait des guerres75 ».
« Et certes, je voudroie que le Roy, qui a present grant besoingz de chevance pour sa guerre soubstenir, meïst la main en telle finance76 ».

87Cette finance qui peut finir par manquer :

  • 77 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 392-274.

« Par deffaulte de finance les gens d’ames du royaume ne sont pas bien payez77 ».

88Cet exemple démontre bien la circulation : d’argent versé, la finance se transforme en argent collecté pour les besoins de la guerre.

  • 78 Idem, p. 243-234.

« Les tyrans de Lombardie… trayent de leurs subgiez quant a finance, tout ce que faire se puet… et de ceste grant finance ilz maintiennent leur guerre et reiglent leur despence78 ».

89La finance levée et perçue est alors assimilable à l’impôt. Ce sont les auteurs des Chroniques, attentifs tant aux dommages causés par les guerres qu’à la multitude des impôts du royaume de France qui établissent cette association syntagmatique laquelle peut valoir substitution synonymique dans le co-texte

  • 79 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I, p. 135.
  • 80 Idem, T. II, p. 357.

« De toute la finance qui avoit esté levée au royaume79 ».
« Et pour avoir finance leva fouage et plusieurs autres subsides, à la grant desplaisance des prelas, nobles et bonnes villes du païs80 ».

90Cet exemple est intéressant à plus d’un titre : il montre comment le glissement sémantique métonymique s’opère pour « finance », de l’argent versé à l’argent collecté mais qui transite par un même canal, le roi personnifiant alors le royaume.

  • 81 Christine de Pisan, Le livre des fais et bonnes mœurs…, ouv. cité, T II, p. 22, VI.

« Aultres lois et establissemns institua le roy sus le gouvernement de ses enfens, et aussi sus le royaume et sus les finances81 ».

91Les finances recouvrent alors le sémème de « S1 l’argent/s2 royal ou seigneurial/s3 attaché au/s4 domaine »

92Employé au pluriel, le lexème « finance » est alors qualifié par le syntagme adjectival « grandes » qui dénote l’ampleur de cette masse d’argent nécessaire au bon fonctionnement du royaume :

  • 82 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 356-274.

« Les grandes finances du dit domaine82 ».

93Les finances, même si elles sont attachées au domaine, ne le représentent pas dans son intégralité comme le prouve l’exemple ci-après, qui dans, sa suite énumérative, place sur le même plan, l’hôtel, la terre, et la finance.

  • 83 Idem, ouv. cité, tome II, p. 231-232.

« Le conte… et brefment le fist gouverneur de son hostel, de sa finance, et de toute la conte de Provence83 ».

94Qu’elles soient extorquées ou perçues – et c’est le caractère plus ou moins obligé de la contrainte qui attache alors un sème connotatif plus ou moins négatif au syntagme nominal- les finances dénotent cependant le mouvement de l’argent, et d’un certain argent « public » en tous les cas lié au domaine.

95« Finance » est aussi associé aux lexèmes du champ lexical de la mesure et de l’accroissement ; sans théoriser sur la circulation de l’argent et les mécanismes de l’économie, les auteurs de notre corpus notent cependant sémantiquement les mouvements représentatifs de la circulation de l’argent comme de la croissance des finances.

  • 84 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I, p. 105.
  • 85 Idem T. I, p. 106.

« Ilz ne savoient encore combien la dicte finance pourroit monter84 ».
« Si la dicte finance ne souffisist, ilz la croistroient85 »

96Quelle que soient leurs provenances, les finances sont donc nécessaires au domaine du Roi, comme le versifie Christine de Pisan :

  • 86 C. de Pisan, Le Livre du chemin de long estude, Édition critique du ms. Harley 4431 ; trad., prése (...)

« Mais il couvient, pour tele emprise
Faire que finance soit prise en mes coffres, d’où que elle vieigne,
Qui que l’ait qui que la tiengne86 ».

97Ces « finances » publiques sont bien matérialisées par une représentation de l’argent, collecté, parfois extorqué, mais aussi transmis et légiféré.

  • 87 Christine de Pisan, Le livre des fais et bonnes mœurs, ouv. cité, T II, p. 22, VI.

« Aultres lois et establissemns institua le roy sus le gouvernement de ses enfens, et aussi sus le royaume et sus les finances87 ».

98Ces propositions de Christine de Pisan participent d’un début de conceptualisation des finances publiques comme conçues comme élément de l’organisation de la cité, si l’on considère la contiguïté sémantique, entre royaume, domaine et cité. Même si Aristote, traduit par Nicole Oresme oppose l’« yconomique » au « politique », la maison est alors l’inverse de la cité étant précisé que le domaine économique n’est pas non plus dans un équivalent synonymique absolu, de « maison ».

99L’affectation des finances participe du domaine public avec une dénotation évidente dès ses premières occurrences. Par comparaison, l’économie appartient à la sphère strictement privée de l’entretien du foyer. Mais ces deux lexèmes ne sont cependant jamais en opposition sémantique chez les auteurs de notre corpus. Leur alliance sémantique et conceptuelle n’intervient que tardivement quand les premiers économistes, tenants de l’économie de marché tentent de circonscrire le domaine d’intervention de la puissance publique et celui du marché, tout en s’interrogeant aussi sur la détermination des prix. Ils sont, en ce sens, héritiers des thomistes et de leurs débats et interrogations sur le juste prix. En dehors d’« usure », c’est sans doute « prix » qui peut être considéré comme le premier lexème appartenant au vocabulaire théorique de l’économie et de la finance. Mais « yconomie » et « finance » ne peuvent en cette fin de Moyen Âge constituer le socle sémantique d’une approche conceptuelle qui appartient de toute façon aux mots du latin, langue des intellectuels thomistes, scolastiques et nominalistes. Les conceptualisations financières, alliées à la sophistication croissante des montages capitalistiques, apparaissent aussi très tardivement en diachronie concomitamment à la diversification des métiers de la finance. Le financier, héritier sémantique de l’usurier puis du banquier est, quant à lui, tardivement mis en équivalence synonymique avec ceux-ci, au XVIIIe siècle, avec les débuts balbutiants et assez catastrophiques de la banque de dépôts en France marqués par le scandale de Law sous la Régence. Mais une permanence de faisceaux de significations se dessine. Comme pour leurs ancêtres sémantiques et historiques, usuriers, changeurs et billonneurs, aux financiers et banquiers sont attachés, et encore maintenant, les connotations et les images les plus négatives associées aux métiers de l’argent exercés en France depuis des siècles, sur fond d’une problématique constante dans l’Occident médiéval du dû à Dieu et de la nécessaire exemplarité de la pauvreté choisie. Comme le rappellent sans cesse les prédicateurs, pourfendant Avarice et Richesse dans nombre de leurs sermons, l’opposition est systématique entre la matière peccamineuse de l’argent et la spiritualité du divin, le seul héritage à considérer est celui de la parole.

  • 88 G. Di Stefano, L’œuvre oratoire de Jean Courtecuisse, ouv. cité, p. 306.

« En ce testament le benoit filz de Dieu pour tous heritages, pour toutes finances de ce monde, laissa a ses apostres, pour et ou nom de tous ceulx qui en lui creroient88 »

Notes

1 M. Kriegel, Les Juifs à la fin du Moyen Âge dans l’Europe méditerranéenne, Hachette, Paris, 1979, pp. 88 à 90.

2 Idem.

3 Le Livre des Métiers d’Etienne Boilea, ed. R. de Lespinasse et Fr. Bonnardot, Paris, 1879.

4 De la charité médiévale à la sécurité sociale, sous la direction d’André Gueslin et Pierre Guillaume, Les Éditions Ouvrières, Paris, 1992, « Pratiques de l’assistance dans la vie associative professionnelle médiévale : aumônes ou secours mutuel » par Catherine Vincent, pp. 23-30.

5 Le Livre des Métiers d’Etienne Boileau, ouv. cité, p. 562.

6 Idem, p. 566.

7 C. de la Roncière, article « Change » dans le Dictionnaire Du Moyen Âge, ouvrage cité.

8 H. Bonin, La banque et les banquiers en France du Moyen Âge à nos jours, Larousse, Paris, 1992.

9 J.Verger, Les gens de savoir dans l’Europe à la fin du Moyen Âge, ouv. cité, p. 29.

10 A. Rey, Dictionnaire historique de la langue française, ouv. cité, p. 315.

11 www.atilf.fr/blmf.

12 A. Rey, Dictionnaire historique de la langue française, ouv. cité, p. 697.

13 Idem, p. 399.

14 P.Guiraud, Dictionnaire des étymologies obscures, ouv. cité, p. 114.

15 www.atilf.fr/blmf.

16 Marc Bompaire, « Les changeurs parisiens », dans Paris au Moyen Âge, résumé du séminaire de recherche, 1er février 2002 (Monnaie et argent des Parisiens : revenus et investissements), C. Bourlet, dir., Paris, IRHT, 2004 (Ædilis, Actes, 7) [En ligne] http://aedilis.irht.cnrs.fr/paris/14.htm.

17 Ibidem.

18 M. Ornato, Dictionnaire des charges, emplois et métiers relevant des institutions monarchiques en France aux XIVe et XVe siècles, CNRS, 1975.

19 Marc Bompaire, « Les changeurs parisiens », dans Paris au Moyen Âge, ouv. cité.

20 E. Boileau, Le Livre des Métiers, ouv. cité, T. I, p. 566.

21 Idem, T. II, p. 288. Lettres patentes sur les billonneurs. Coll. Lamoignon, T. II, fol. 244, d’après le Trésor des Chartres, reg. 90, pièce 219.

22 Le Roux de Lincy, Le Livre des proverbes français précédés de recherches historiques, Paris, A.Delahays, 1895, p. 141.

23 N.Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. LI.

24 Le Songe du Vergié, ouv. cité, p. 70, Livre II. Chap. CXII.

25 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 118-119.

26 Idem, tome II, p. 131-189.

27 Idem, tome II, p. 156-205.

28 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 542.

29 N.Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. LXII.

30 Ibidem.

31 À ce sujet, voir l’article de S. Piron « L’apparition du resicum en Méditerranée occidentale, XIIe-XIIIe siècles », dans Pour une histoire culturelle du risque. Genèse, évolution, actualité du concept dans les sociétés occidentales, sous la direction de E. Collas-Heddeland, M.Coudry, O. Kammerer, A.J. Lemaître, B. Martin, Éditions Histoire et Anthroplogie, Strasbourg, 2004, p. 59-76.

32 Christine de Pisan, Le livre des fais et bonnes mœurs, ouv. cité, T II, p. 3, I.

33 Idem T I, p. 69, XXV.

34 C. de Pisan, Le livre du Corps de Policie, ouv. cité, p. 105.

35 Ibidem.

36 J. Le Goff, À la recherche du Moyen Âge, Points, Poches, 2006.

37 P. Contamine, L’économie médiévale, ouv. cité, p. 403.

38 www.atilf.fr/blmf.

39 N.Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. III.

40 Summ. theolog.2a2ae q. 78. art 4. cité par V. Brants, Philippe de Mézières et son projet de banque populaire, ouv. cité, p. 10.

41 A. Rey, Dictionnaire historique de la langue française, ouv. cité, p. 1173.

42 J. Ibanés, La doctrine de l’Église et les réalités économiques au XIIIe siècle, ouv. cité, p. 100.

43 A. Lapidus, Une introduction à la pensée économique médiévale, in A.Béraud et G.Facacello, Nouvelle histoire de la pensée économique, tome 1, Des scolastiques aux classiques, Éditions La Découverte, Paris, 1992, p. 24.

44 P. Léon, Histoire économique et sociale du monde, Tome 1, L’ouverture du monde, XIVe - XVIe siècle, volume dirigé par B. Benassar et P. Chaunu, Armand Colin, Paris, 1977, p. 347.

45 Pierre de Olivi (1248-1298), Pensée scolastique, dissidence spirituelle et société, édité par Alain Boureau et Sylvain Piron, Librairie philosophique J.Vrin, 1999.

46 P. Léon, Histoire économique et sociale du monde, ouv. cité, p. 348.

47 C. Dupuy et F. Chartrain, Traité des monnaies et autres écrits monétaires du XIVe siècle, Lyon, La Manufacture, 1989, p. 24.

48 Idem, p. 24.

49 Idem, p. 127.

50 Un traité de morale économique au XIVe, le Tracatatus de usuris de Maître Alexandre d’Alexandrie, Texte publié et commenté par A.M. Hamelin, Montréal, 1962.

51 A.D. Menut, Maître Nicole Oresme : Le Livre de Yconomiques d’Aristote, ouv. cité

52 Ibidem.

53 A.D. Menut, Maître Nicole Oresme : Le Livre de Yconomiques d’Aristote, ouv. cité, p. 807.

54 Ibidem.

55 Le Songe du Vergier, ouv. cité, T. I, Livre I, Chap. CLVI, p. 335.

56 A.D. Menut, Maître Nicole Oresme : Le Livre de Yconomiques d’Aristote, ouv. cité, p. 826.

57 Idem p. 807.

58 Idem, p. 818.

59 Idem, p. 826.

60 Ibidem.

61 Le Songe du Vergier, ouv. cité, T. I, Livre I, Chap. CLXXXVI, p. 410.

62 J. Legrand, Archilogue Sophie, Livre des bonnes mœurs, éd. Evencio Beltran, Champion, Paris, 1986, p. 28.

63 Le Songe du Vergier, ouv. cité, T. I, Livre I, Chap. CLXXXVI, p. 410.

64 A.D. Menut, Maître Nicole Oresme : Le Livre de Yconomiques d’Aristote, ouv. cité, p. 826.

65 G. Matoré, Le vocabulaire et la société médiévale, ouv. cité, p. 173.

66 Ibidem.

67 Le Songe du Vergier, ouv. cité, T. I, Livre I, Chap. CLXIII, p. 358.

68 J. Legrand, Archilogue Sophie, Livre des bonnes mœurs, ouv. cité, p. 366.

69 Christine de Pisan, Le livre des fais et bonnes mœurs…, ouv. cité, T I, p. 69, XXV.

70 Idem, T I, p. 236, XXXVII.

71 J. Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. III, p. 362.

72 Idem, T. III, p. 466.

73 Idem, T. IV, p. 177.

74 Le Songe du Vergier, ouv. cité, T. II, Livre II, Chap. CCXLII, p. 197.

75 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I., p. 17.

76 Le Songe du Vergier, ouv. cité, T. I, Livre I, Chap. CCXLII, p. 357.

77 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 392-274.

78 Idem, p. 243-234.

79 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I, p. 135.

80 Idem, T. II, p. 357.

81 Christine de Pisan, Le livre des fais et bonnes mœurs…, ouv. cité, T II, p. 22, VI.

82 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 356-274.

83 Idem, ouv. cité, tome II, p. 231-232.

84 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I, p. 105.

85 Idem T. I, p. 106.

86 C. de Pisan, Le Livre du chemin de long estude, Édition critique du ms. Harley 4431 ; trad., présentation et notes par Andrea Tarnowski, Paris, LGF, 2000, vers 3900 à 3904 p. 316.

87 Christine de Pisan, Le livre des fais et bonnes mœurs, ouv. cité, T II, p. 22, VI.

88 G. Di Stefano, L’œuvre oratoire de Jean Courtecuisse, ouv. cité, p. 306.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search