Version classiqueVersion mobile

La dette, la dîme et le denier

 | 
Dominique Ancelet-Netter

Chapitre V. Le vocabulaire des revenus et des dépenses

Texte intégral

1Les travaux, les fonctions et les charges sont rémunérés en cette fin de Moyen Âge de plus en plus majoritairement sous forme d’espèces sonnantes et trébuchantes. Les rémunérations en nature sont presque exclusivement consécutives du fonctionnement de l’économie féodale, rurale et seigneuriale, lorsque les paysans versent une partie de leurs récoltes en nature à leurs seigneurs. À l’intensification des flux monétaires correspond une diversification des désignations des rémunérations attachées soit à un travail, soit à une charge ou à une fonction ainsi qu’à des revenus issus d’un domaine seigneurial ou royal. En effet, si le salaire est le mode de rémunération communément admis du travail, les historiens médiévistes s’interrogent actuellement pour savoir jusqu’à quel point, le travail peut être considéré comme une marchandise au Moyen Âge.

2Sur le strict plan sémantique, l’examen de notre corpus permet de constater une spécialisation des lexèmes représentatifs des revenus marquant ainsi l’amplification de l’émergence des métiers urbains, clercs, greffiers, notaires, domestiques, artisans, toute une population dont la substance des revenus est en devenir monétaire. Notre grille d’analyse sémantique se fonde donc sur la notion de revenus et de leurs origines, à savoir s’ils sont consécutifs à un travail, à un lien, à une fonction ou à une possession. Parallèlement, le discours sur la nature des gains et des profits et sur leur légitimité s’accompagne chez nos penseurs politiques d’un développement des connotations liées aux termes génériques du revenu. En revanche, le vocabulaire des dépenses est bien moins riche, à l’image de son signifiant : seront ainsi envisagés essentiellement les « dépenses » ainsi que ses dérivés morphologiques signifiant les sorties d’argent, pourtant problématiques pour l’équilibre des budgets médiévaux.

Autour du vocabulaire de l’encaisse et des revenus

3À l’image de la création étagée de l’impôt d’État, l’institution des organes administratifs de comptabilité publique s’établit sur une dissociation progressive du domaine privé du Roi et du domaine public des finances. Confondus au départ, ces différents organes connaissent une dissociation progressive au fur et à mesure de la précision de leurs fonctions respectives. À partir du corps d’origine, nous allons tenter d’en retracer le cheminement jusqu’à notre axe diachronique retenu 1355-1405. L’Hôtel du Roi est le pivot initial de cette organisation. L’Hôtel est l’organe qui sert à l’entretien du Roi et de sa Cour, dont il est le noyau, d’où la confusion jusqu’au début du XIVe siècle entre les deux notions, les termes, pourtant sans synonymie, recouvrant la même réalité dans les esprits. Dès la fin du XIIIe siècle, L’Hôtel comprend six métiers : la fourrière, la paneterie, l’échansonnerie, la cuisine, la fruiterie et l’écurie. Les six métiers servent à l’entretien de la personne royale et de ses serviteurs. À l’imitation de ce fonctionnement, le Moyen Âge voit se développer les Hôtels de la Reine et les Hôtels princiers. L’hôtel comprend aussi six chambres : le « scel », le confesseur, l’aumônier, la chapelle, le maître d’Hôtel et la Chambre aux Deniers. Celle-ci a en charge toutes les encaisses et surtout les débours (paiement des gages, des fournitures etc.) liés au fonctionnement de l’Hôtel. Celui-ci possède dès sa mise en place, un organe de contrôle, la Chambre des comptes, qui connaît à partir du début du XIVe siècle, une destinée publique et nationale. Progressivement, l’Hôtel comme institution attachée aux dépenses globales du royaume s’efface devant la Chambre. Il demeure cependant lié à la personne du Roi et de sa cour pour la gestion des dépenses au domaine privé, de l’entretien le plus courant au plus festif.

4Portée sur les fonds baptismaux par Enguerrand de Marigny, conseiller roturier de Philippe le Bel, la Chambre est issue de la curia regis, à la suite du transfert en 1295 du Trésor du Temple vers le Louvre, puis dans le Palais de la Cité. Déplacement symbolique qui permet à Philippe le Bel d’éliminer les grands féodaux de l’administration financière du royaume et d’en confier la gestion à une équipe de spécialistes dirigée par Enguerrand de Marigny, lequel instaure aussitôt une tradition d’organisation des archives.

5Son organisation administrative est fixée par l’ordonnance du Vivier-en-Brie de janvier 1320. Corps constitué avec ses petits et grands clercs, la Chambre des Comptes, organe d’administration exclusif des finances du royaume, a une double fonction de contrôle et de justice. Comme organe de contrôle, elle vérifie la comptabilité des agents publics pour les revenus ordinaires, (donc ceux du domaine du Roi), comme pour les revenus extraordinaires (fouages, aides et gabelles). Ce parallélisme dans ses domaines d’intervention est bien la démonstration de la confusion initiale public/privé et de leur dissociation progressive, au fur et à mesure de l’affirmation au cours du XIVe siècle de la puissance étatique royale.

  • 1 A. Rigaudière, Pouvoirs et institutions, ouv. cité, p. 176.

6Les doubles commandes de la Chambre des comptes sur les finances ordinaires et extraordinaires se prolongèrent jusqu’à la création de la Chambre ou de la Cour des aides en 1389. En 1348, fut établie la Chambre des monnaies, démembrement de la Chambre des comptes, en raison des multiples contentieux liés aux monnaies mais celle-ci ne devint cour souveraine qu’en 1552. En tant qu’organe de justice, elle intervient sur les litiges provenant de la liquidation des comptes. Mais « la Chambre des comptes se heurte à la compétence de la Chambre du Trésor et, surtout, du Parlement dont les compétences en font le premier juge du domaine1 ». La Chambre des comptes royale connut un véritable succès administratif : à son image se créèrent des Chambres des comptes régionales dont l’examen des comptes s’avère précieux pour l’enrichissement de notre corpus. Un autre organe rattaché directement à la personne royale aura un riche avenir financier et sémantique : le Trésor.

7Le Trésor est, comme l’Hôtel, initialement attaché à la personne et au domaine du Roi. Il comprend toutes les valeurs : ornements précieux, numéraires, vaisselle et archives. C’est encore Philippe le Bel qui jette les bases de l’administration financière française qui aura cours sous Charles V et Charles VI. En 1317, après transfert définitif au Louvre, le Trésor comprend deux entités chargées l’une de gérer les finances ordinaires et l’autre les finances extraordinaires. Mais plus les impôts s’amplifient et se spécialisent, plus les organes afférents à leur collecte et à leur contrôle s’établissent comme corps constitués et se distinguent les uns des autres, ce qui ne se fait d’ailleurs pas sans concurrence ni lutte de prérogatives entre les différents corps constitués et leurs représentants.

  • 2 Article « Aides » rédigé par O. Mattéoni dans le Dictionnaire du Moyen Âge, ouv. cité.

8« Dès 1355, une administration distincte de celle du Trésor est mise sur pied pour s’occuper de la levée des aides… Rapidement, cette administration passe sous le contrôle du Roi. De la spécialisation judiciaire naît, en 1390, la cour des Aides. C’est une juridiction chargée du contentieux et des litiges consécutifs à la levée de l’impôt […] outre leur fonction judiciaire, les Cours des aides conseillaient le roi en matière financière et fiscale2 ». Entre 1355 et 1405 fonctionnent donc déjà les organes administratifs financiers d’un État souverain, de moins en moins féodal et de plus en plus « moderne » : collecte (revenus et impôts), affectation et contrôle de la collecte, et juridiction des litiges sur la perception des collectes.

  • 3 Philippe de Beaumanoir, Les Coutumes du Beauvaisis, 1282.

9Cette mise en place des finances royales est une illustration des préceptes dominants sur la position du roi de France, « Li rois est souverains par dessus tous3 », qui sont étayés et commentés par tous les auteurs de notre corpus central. L’assise financière de la royauté va de pair avec l’ancrage politique de la monarchie française, dont les bases administratives établies par Philippe le Bel, sont consolidées par Charles V. En parallèle du développement de la comptabilité publique, la comptabilité « privée », nécessaire à la tenue des comptes de toute nature, commerciaux, seigneuriaux, ecclésiastiques, se met en place.

  • 4 J. Favier, De l’or et des épices, ouv. cité.
  • 5 B. Colasse, Les fondements de la comptabilité, La Découverte, 2007.

10Dans le domaine de la comptabilité, ce sont les Italiens, précurseurs en matière commerciale, qui « inventèrent » la comptabilité en partie double. Pour Jean Favier4, la première véritable comptabilité en partie double démarre en Italie vers 1300 et s’étend progressivement à toute l’Europe surtout au XVe siècle. Dès le XIIIe siècle, les locutions « doit avoir » et « doit donner » sont employées dans les livres de comptes en Italie, puis dès le début du XIVe siècle en France. « La naissance de la comptabilité en partie double est attestée par le moine mathématicien Luca Pacioli, dans un ouvrage célèbre « Summa di arithmetica, geometrica et proportionalita » publié à Venise en 1494 et dont le chapitre IX est considéré comme le premier texte imprimé de la comptabilité5 ». Il faut présenter au client ses comptes de manière intelligible, et pour le marchand conserver la mémoire de ses opérations de plus en plus complexes, la vente de marchandises s’accompagnant le plus souvent d’une opération simultanée de crédit pour l’acheteur. Pour ce faire, les livres de compte sont toujours rédigés en langue vernaculaire, même si la fameuse formule de protection de l’en-tête est le plus souvent en latin :

11« Au nom de Notre-Seigneur-Jésus-Christ et de la Sainte Vierge Marie Sa Mère et de toute la Sainte Cour du Paradis, que par leur très Sainte Grâce et Miséricorde il nous soit accordé des bénéfices et de la santé tant sur mer que sur terre, et que nos richesses et nos enfants se multiplient avec le salut de l’âme et du corps. Ainsi soit-il ».

  • 6 J. Favier, De l’or et des épices, ouv. cité, p. 179.

12La comptabilité en partie double est d’origine commerciale. Elle s’étend progressivement à toutes les tenues de comptabilité : seigneuriales, princières, ecclésiastiques, royales et pontificales. La comptabilité des grands livres, livres de comptes et livres de caisse est progressivement libellée en monnaie de compte (livre, sou, denier) qui sont, comme nous l’avons vu, dans un rapport inchangé durant tout le Moyen Âge. Ceci représente pour les marchands qui s’adaptent au cours des monnaies quasiment au jour le jour la stabilité dans les périodes de mutations monétaires mais « dès le XIIIe siècle, […] la fixation en livres, sous et deniers des redevances dues par les paysans pour leurs terres a quasiment ruiné la seigneurie foncière6 ». La façon de compter aussi est stable : le marchand médiéval retranscrit ses comptes en chiffres romains, malgré la connaissance et la diffusion des chiffres arabes, jugés trop facilement falsifiables.

Revenus liés au travail

Emolument

Graphie

13Emolument, esmolument, emploi fréquent au pluriel avec la graphie « emolumens » au pluriel, substantif masculin.

Dérivés morphologiques

14Emolumentaire, émolumenter.

  • 7 D’après le TLF, édition du site en ligne, www.atlif.atlif.fr.

15Ces termes sont vieillis, le syntagme adjectif « émolumentaire », « qui concerne l’émolument » a été surtout employé dans l’expression « portion émolumentaire », et le syntagme verbal « émolumenter » était usité pour désigner les revenus perçus régulièrement par les officiers de marine, notamment. La définition de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert (1761) l’applique à l’ensemble des officiers ministériels : « On dit qu’un officier cherche à émolumenter, lorsqu’il multiplie sans nécessité les vacations, ou qu’il allonge un procès verbal ou autre acte, afin de gagner davantage7 ».

Référence étymologique

  • 8 Testament, 938, éd. Méon, Rose, t. 4, p. 48, d’après le TLF, édition du site en ligne, www.atlif.at (...)

16Le mot apparaîtrait à la fin du XIIIe siècle chez Jean de Meun8. Emprunté au latin classique, emolumentum, « somme payée au meunier pour moudre son grain », il a pris ensuite par extension métonymique le sens de « bénéfice, profit ». Cet emploi est désormais vieilli. Le lexème « émolument » au singulier appartient maintenant entièrement au vocabulaire juridique. Il désigne l’actif ou la part d’actif que recueillent un héritier, un légataire universel ou à titre universel, ou un époux commun en biens. Il est également employé pour désigner la rémunération des avocats et officiers ministériels (avoués, huissiers de justice, notaires), généralement soumise à un tarif. Cet emploi spécifique aux professions juridiques est issu de l’emploi du lexème « émoluments » au pluriel pour désigner les profits casuels d’une charge, en particulier d’officier ministériel. Par extension, « émolument » désigne l’ensemble de la rémunération nette des fonctionnaires, indemnités et allocations incluses. La synonymie avec « salaire, gain » se restreint donc au fil des siècles par cercles concentriques sur la spécificité des salaires de fonctionnaires, puis des professions de justice en charge d’offices ministériels.

17Cette spécialisation n’est pas attestée dans notre corpus. Le syntagme nominal « émolument » est rarement employé isolément. Il figure dans les locutions nominales associées à d’autres lexèmes du champ sémantique du revenu. Cette redondance participe à la synonymie presque totale entre « gain » et « émolument », « profit » et « émolument », « fruit » au sens figuré de profit et « émolument », qui sont le plus souvent cités. Dans toutes ces expressions, « émolument » figure à chaque fois dans l’ordre syntagmatique en seconde position. Cette énumération peut conduire à la substitution totale entre les deux membres de la locution nominale soit avec « gain », soit avec « profit ».

  • 9 N. Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. XI.

« Prendre gain et emolument9 ».

18Dans le traité de Londres du 24 mars 1359 figurent les conditions suivantes de conclusion entre les parties :

  • 10 E. Cosneau, Les grands traités de la Guerre de Cent ans, ouv. cité, p. 5.

« Avecques touttes ses appartenances, prouffictz et emolumens ; ensembleblement, avecques les proufficts, les droitures lesquelz les Roys d’Angleterre souloient avoir iceulz en aucuns temps10 ».

19La redondance avec « gain » ou « profit » dénote l’abondance, par opposition à la pauvreté, comme dans l’exemple suivant :

  • 11 Le Songe du Vergié, ouv. cité, p. 150, Tome II, Livre II. Chap. CXXVI.

« Il [Jésus-Christ] povet estre povre voluntaire et souffreteulx, non mie pour deffaute de royaume, nez pour faute des fruis et dez emolumens11 ».

20Le sémème de « émolument » usité exclusivement dans notre corpus est donc celui de « S1 profit/s2 attaché/s3 à quelque chose ». La provenance légale des émoluments est même parfois explicitement notée comme dans l’exemple suivant, avec la qualification par le syntagme adjectival « juste » :

  • 12 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 347.

« Selon les esmolumens de (tes) justes entrees12 ».

21L’emploi généralement au pluriel du lexème « émolument » ainsi que sa redondance associative peuvent conduire à introduire un sème dénotatif de quantité. Plutôt qu’une substitution totale avec « profit », le sémème de « émoluments » au pluriel peut se noter comme « S1 profit/s2 subséquent ». Mais la provenance de l’émolument, l’attachement par un lien juridique de l’émolument à une charge, à une fonction sont cependant sous-jacentes implicitement voire explicitement comme dans l’exemple suivant :

  • 13 Jean Gerson, Oeuvres complètes, ouv. cité, volume VII, Discours sur le fait des mendiants, p. 987.

« S’ensuit que les curez euent licitement exiger leurs dismes ou autres emolumens deutz par droit et par coustumes qui hault droit avoit que ce soit sans maniere de symonie13 ».

22Dans la proposition syntagmatique d’Evrart de Tremaugon, la substitution synonymique entre « dismes » et « émolumens » ne peut s’opérer car l’auteur prend soin de qualifier les émoluments comme différents, « autres » que les dîmes.

23Mais il établit alors un lien d’hyperonyme entre « dîme » et « émolument », la dîme, selon lui faisant partie intégrante des émoluments issus « par droit et par coustumes ». Ce glissement explicitant « émolument », associé au vocabulaire juridique, marque la progression de ce lexème vers son sémème actuellement usité même s’il est spécialisé dans le champ sémantique du droit de : « S1 profit/s2 subséquent/s3 revenant/s4 légalement/s5 à quelqu’un ».

24Ainsi ce sémème s’applique parfaitement à notre dernier exemple de notre corpus. Par extension de sens, un autre sémème est actuellement vieilli.

25« S1 rémunération/s2 subséquente/s3 attaché/s4 à une charge/s5 en particulier/s6 d’officiers/s7 ministériels »

26Il spécialise « émoluments » dans une catégorie précise de rémunération, inconnue encore pour le moyen français de notre corpus.

Appointement

Graphie

27Appointement, appointemens, appoinctement, substantif masculin.

Dérivés morphologiques

28Avec le préfixe ap- : appoint, appointer. « Appointement » appartient au réseau morphologique de « pointe », par adjonction du préfixe ap- et du suffixe – ment.

Référence étymologique

29Pour Alain Rey, le verbe « appointer » apparaît en 1268 et, plus d’un siècle plus tard en 1388 le substantif « appointement », dans sa première acception participant du vocabulaire juridique « règlement, accommodement dans un différend ». Par extension de sens, « appointement » recouvra alors la somme convenue à la suite d’un jugement, qu’Alain Rey date de 1573.

30Nous n’avons relevé dans notre corpus qu’une seule occurrence de ce lexème, dans le Journal de Nicolas de Baye. Mais ce juriste écrivant vers 1400, acte également, par le chiffrage de l’appointement, de l’émergence du nouveau sens de « appointement ».

  • 14 Ableiges (Jacques d’), Le Grand Coutumier de France, ouv. cité, p. 25.

« Item que les parties ou procureurs qui vouldront lever aucun plaidoyé ne payeront pour icelluy que deux sols parisis pour roole, eet seize deniers parisis pour appointement14 ».

31Dans ce rare exemple de notre corpus, le sémème d’appointement est en effet juste émergent, avec un montant de règlement en espèces statué après un jugement. Comme « émolument », « appointement » participe du champ sémantique du droit par ses sèmes d’appartenance de la provenance légale du versement d’une somme d’argent.

32Tel qu’employé dans notre corps, le sémème d’appointement est effectivement : « S1 règlement/s2 d’une somme/s3 d’argent/s4 attaché/s5 à un jugement ».

33Par le même glissement sémantique que pour « émolument », en se fondant sur le pivot sémique du droit, le lexème « appointement » se spécialisa par la suite au XVIe siècle dans la rémunération convenue légalement des employés principalement de commerce et d’industrie puis des fonctionnaires. Contrat et rémunération sont donc souvent liés.

34À l’intersection du vocabulaire de la rémunération et du vocabulaire juridique se trouve le lexème « gage ».

Gages

Graphie

35Gaiges, gages, substantif masculin.

36Ce lexème est toujours employé au pluriel pour désigner une rémunération versée, l’emploi singulier appartenant au vocabulaire juridique de la garantie liée à la conclusion d’un contrat. Les deux sémèmes et les deux orthographes de « gage » figurent dans notre corpus mais l’analyse sémantique est centrée sur « gages » dans son emploi au pluriel du fait de son appartenance au vocabulaire de la rémunération.

Dérivés morphologiques

37Gager, gageure, engager.

Référence étymologique

38Le francique °waddi « gage » (qui a servi à bâtir le néerlandais wedde, et l’allemand Wette) a pu se croiser avec le latin vas, vadis « caution » pour donner naissance à l’ancien français gwage, guage vers 1130 dans le sens d’« objet mis en dépôt en échange d’une garantie ». Employé au pluriel, il signifie la rémunération versée à une personne, sens attesté dès 1170, soit peu après l’apparition en ancien français du même mot au singulier. Mais la rémunération versée signifiée par « gages » est destinée à une personne considérée comme inférieure dans l’échelle sociale. La relation contractuelle établie dans le versement des gages implique un lien de subordination, qui est alors très clairement connoté dans le lexème « gages » dans son emploi au pluriel.

39Le lexème « gages » est celui du vocabulaire de la rémunération pour lequel les occurrences sont les plus fréquentes dans l’ensemble de notre corpus. Il est à de nombreuses occurrences associé aux syntagmes nominaux désignant des combattants quel que soit leur grade ou leur statut tant dans les Miroirs que dans les Chroniques. Dans tous ces exemples, nous pouvons constater que les gages sont versés à tous ceux qui font la guerre pour le compte d’un seigneur ou d’un Roi, qu’ils soient chevaliers, ou moins honorablement mercenaires, d’une de ces Grandes Compagnies qui sévissent dans la France de la fin du XIVe siècle.

40Jean Gerson, Christine de Pisan et Philippe de Mézières partagent le même point de vue politique et sémantique sur « les gages ». Ceux-ci doivent être versés aux chevaliers selon un montant substantiel, et sur les deniers publics, en raison de l’accomplissement de leur office au service du bien commun.

  • 15 Jean Gerson, Oeuvres complètes, ouv. cité, volume VII, Discours contre Jean Petit, p. 1027.
  • 16 Christine de Pisan, Le livre des fais et bonnes mœurs, ouv. cité, T I, p. 50, XVIII.
  • 17 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 391.

« [Je] dis que l’etat de chevalerie doit avoir loyer et gaiges publiq es pour defendre le Roy et son royaume par vigueur et par force15 ».
« Des chevaliers notables, et tous recepvoient beaulz gages pour la desserte de cel office16 ».
« Tes princes… ta chevalerie, te serviront comme ilz doyvront, selon la reigle qi sera ordonnee, et auront les gaiges qui leur appartiendrons pour les grans estaz17 ».

41De toutes ces propositions syntagmatiques, se dégagent trois traits sémiques distinctifs des gages versés aux chevaliers. Les gages sont attribués en rémunération d’un « office », comme le précise Christine de Pisan, mais d’un office considéré comme public au Moyen Âge, le service dû au Roi, comme le précisent Jean Gerson et Philippe de Mézières « pour défendre le Roy et le royaume » puisque le pronom personnel « te » désigne le jeune Prince dont il assure l’édification. L’association de « gages » et du syntagme adjectival « publiques » dans la phrase de Jean Gerson renforce encore le sème connotatif du poste budgétaire de provenance des gages : les deniers publics du Royaume. Les gages sont dus d’une façon légitime : l’association dans les propositions syntagmatiques de « gages » avec le syntagme verbal « devoir » est également renforcée chez Philippe de Mézières par la proposition relative « selon la reigle qi sera ordonnee ». Mais ils sont aussi la juste rémunération d’un « état », celui de chevalerie, qui est au service de son Prince. Si l’on considère la permanence des liens féodaux au Moyen Âge, il est clair alors que le sème connotatif de vassalité, qui peut être étendu à de la subordination, est une composante du syntagme nominal « gages » dans ces propositions. Le sémème générique de « gages » peut alors s’envisager comme ceci : « S1 rémunération/s2 versée/s3 à une personne/s4 pour services/s5 rendus/s6 au Prince ».

42Les variations sémiques peuvent alors s’établir essentiellement sur le sème S4 ; le service est le fait d’armes, sème dénotatif que l’on retrouve dans toutes les associations de « gages » aux syntagmes nominaux désignant les gens d’armes, les soldats et autres mercenaires. La différenciation par rapport aux chevaliers s’établit uniquement dans les propositions syntagmatiques, selon que le co-texte présente un discours autour des faits d’armes des chevaliers ou de la simple soldatesque. « Gages » peut être ainsi associé à la capitainerie « chevetaine », comme dans l’exemple suivant :

  • 18 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 391.

« Les gages des chevetaines18 ».

43Mais la fréquence des occurrences de notre corpus la plus nombreuse est avec le groupe nominal « gens d’armes » et ses synonymes partiels ou totaux, comme « soudoiers ».

  • 19 Idem, p. 401.
  • 20 J.Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. III, p. 148.
  • 21 Idem, T. IV, p. 80.
  • 22 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. II. p. 60.

« Et toutesfois les gens d’armes de leurs gaiges estoient tresmal paiez19 ».
« Les soudoiiers englez et ciaux de Paris que li prevos avoit retenus à ses gaiges pour garder le cité contre le ducq20 ».
« Il renforcha les gages des gens d’armes et des soudoiiers21 ».
« Les diz Gascoings de compaigne… et grant foision de gens d’armes, tant aux gaiges du Roy comme sanz gaiges22 ».

44Ces exemples choisis parmi quelques uns démontrent la fréquence de l’association du lexème « gages » aux lexèmes désignant les soldats, grands ou petits, notamment les gens des Grandes Compagnies, dont le but est de percevoir leur rémunération, qu’ils ont parfois du mal à obtenir.

  • 23 Idem, T. II. p. 100.

« Item, que le roy d’Angleterre et le prince son filz ont pris à leur soldées et gaiges pluseurs gens de compaigne, ennemis du roy et du royaume de France23 ».

45Les Grandes Compagnies dévastèrent le territoire français après l’arrêt provisoire des hostilités opposant les rois de France et d’Angleterre entre 1365 et 1370 environ. Mais, comme les souverains ne leur versèrent pas les sommes nécessaires à leur rémunération, ces soldats mercenaires et pillards s’organisèrent en bandes armées, dévastant les campagnes françaises et quelques villes, pour se payer eux-mêmes. Les « gages » représentent donc une rémunération mais qui n’est pas garante de l’honorabilité de celui qui la perçoit. Les « gages » sont attachés à un service et non à une fonction. Il n’existe pas d’association sémique entre le lexème « gages » et la fonction occupée. En revanche, le sème dénotatif de la subordination à celui qui verse les gages est présent dans toutes les propositions syntagmatiques. Ce sème dénotatif de la subordination est renforcée par l’ordre syntagmatique dans les expressions suivantes, et par l’emploi de la préposition « à » suivies d’un complément de nom ou précédées d’un possessif.

  • 24 Idem, T. II. p. 60.
  • 25 J.Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. III, p. 148.

« Tant aux gaiges du Roy comme sanz gaiges24 ».
« À ses gaiges25 ».

46« Etre aux gages de quelqu’un » est d’ailleurs une expression qui se développe au XIXe siècle pour spécifier l’état de domesticité. Quelle que soit leur position dans l’échelle sociale, chevaliers et simples soldats perçoivent des « gages », dont le montant peut être plus ou moins élevé en fonction des services rendus. Les « gages » sont donc dénotatifs du lien de subordination mais jamais de l’état plus ou moins élevé dans l’ordre féodal du serviteur. Les « gages » sont donc gradués en fonction du service rendu, puis de l’état occupé, mais pour indiquer le montant de la rémunération, le syntagme nominal « gages » doit être impérativement qualifié. C’est ainsi que, dans notre corpus, le syntagme nominal « gages » est très souvent associé à des syntagmes adjectivaux dénotant la quantification et la valeur de ceux-ci.

  • 26 Christine de Pisan, Le livre des fais et bonnes mœurs du sage roy Charles V, ouv. cité, T I, Livre (...)
  • 27 Idem, T II, p. 44, XII.
  • 28 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 372.
  • 29 Idem, tome II, p. 323.
  • 30 Idem, tome II, p. 359.
  • 31 Idem, tome II, p. 356.
  • 32 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I. p. 291.

« Il leur fu ordenné gages de deniers et pensions convenables26 ».
« Grans gage27 ».
« Grans gaiges28 ». (Nombreuses occurrences de ce groupe nominal).
« Tu donras bons gaiges et bien payez comme a deux chevaliers29 ».
« Sobres gaiges30 ».
« Noz gaiges et gras esmolumens31 ».
« Et, du surplus des doubles gaiges est accordé que, si les diz gaiges sont trop petis enregard au marché de vivres ou pays32 ».

47Le montant des gages est donc variable et il obéit à une certaine loi du marché, celle de la guerre, comme nous le prouve ce dernier exemple. Mais les gens d’armes, du chevalier au simple soldat, ne sont pas les seuls bénéficiaires des « gages », notre corpus recèle nombre d’occurrences de l’association de ce lexème avec d’autres professions notamment juridiques situées en dehors du champ militaire.

48Les livres de comptes, en particulier, ceux des hôtels princiers et royaux, enregistrent dans leur comptabilité les montants des « gages » versés aux différentes professions juridiques qui gravitent dans l’entourage royal. Le détail en est donné sous le libellé du compte :

  • 33 Douët d’Arcq, Comptes de l’Hôtel des rois de France au XIVe siècle, ouv. cité, p. 18.

« Gaiges de clercs et de notaires33 ».

49Mais aussi, dans nombre d’autres occurrences, dont les exemples suivants montrent la diversité et la dispersion dans notre corpus annexe d’écrits administratifs et comptables, mais aussi chez Philippe de Mézières. Le sémème de « gages » est alors à l’identique que celui défini pour les chevaliers et autres gens d’armes : « S1 rémunération/s2 versée/s3 à une personne/s4 pour services/s5 rendus/s6 au Prince ».

50Mais comme pour les militaires, le syntagme nominal « gages » est associé indifféremment aux syntagmes nominaux de tous les grades dans la corporation des métiers juridiques : présidents, clercs, notaires, conseillers.

  • 34 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 395.
  • 35 Idem, tome II, p. 423.
  • 36 Ableiges (Jacques d’), Le Grand Coutumier de France, ouv. cité, p. 7.
  • 37 Douët d’Arcq, Comptes de l’Hôtel des rois de France au XIVe siècle, ouv. cité, p. 19.

« Un riche bourgeois, un clerc et i hommes de consil seculier, qui, sans grans gaiges34 ».
« Tu as tant de notayres qui pou ou nyent te feront et toutesfois ilz ont leurs gaiges continuelz35 ».
« Le roy nostre sire en sa court de parlement a XV conseillers clercs et XV lais prenant gaiges acoustumés sans les quatre présidens, lesquels présidens ont gaiges séparés des dessusdits conseillers, et sans en comprendre aucuns conseilliers ausquels le roy donne gaiges à vie36 ».
« Maistre masse Fréron, pour ses gaiges de notaire, de 254 jours en ce terme, du XIVe jour d’octobre, qu’il eust les bourses et gaiges, par la mort de maistre Liébaut Bonnet37 ».

51Comme pour l’ordre des bellatores, les gages sont versés indifféremment aux présidents de cour comme aux plus humbles serviteurs.

  • 38 Idem, ouv. cité, p. 23.
  • 39 Ableiges (Jacques d’), Le Grand Coutumier de France, ouv. cité, p. 130.

« Gaiges de vallez le roy et d’autres gens d’ostel38 ».
« Item aucuns sergens à qui nous avons donné l’office de sergenterie soit a gaiges ou sans gaiges ne usera de sa coustume39 ».

52Mais toutes les associations du syntagme nominal « gages » comme rémunération d’une fonction ou d’un travail incluent le sème dénotatif de « service ». Ce sème peut être complété par la connotation de service rendu au Prince, au Roi. Ce lien de subordination est très clairement dénoté dans tous les emplois du lexème « gages », quelle que soit la fonction exercée et le grade tenu. La variation des gages est dans leur qualification, leur montant et leur durée de versement comme le démontrent les exemples ci-après :

  • 40 Douët d’Arcq, Comptes de l’Hôtel des rois de France au XIVe siècle, ouv. cité, p. 27.
  • 41 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 408.
  • 42 Ibidem.
  • 43 Ableiges (Jacques d’), Le Grand Coutumier de France, ouv. cité, p. 132.

« Gaiges à vie et extraordinaires40 ».
« Gaiges honnourables41 ».
« Gaiges royaulx42 ».
« Item quant aux gaiges ou pensions des maistres qui souloyent estre payés en diverses manières43 ».

53La notion de serviteur, afférente à celle de « gages » est également présente dans l’expression figurée de ce syntagme, dans l’emploi qu’en fait Jean Gerson, lorsqu’il pose les hommes en serviteurs de Dieu et de la foi :

  • 44 Jean Gerson, Oeuvres complètes, ouv. cité, volume VII, Pour la fête du Saint Sacrement, p. 497.

« Nos gaiges de la foy sont les miracles et les raisons44 ».

54Cette expression au figuré est à la frontière des deux champs sémantiques du lexème « gages ». En effet, « gages » au pluriel ne participe pas exclusivement du vocabulaire de la rémunération mais son emploi au pluriel est exclusif du vocabulaire de la rémunération. L’autre sémème de « gage » est alors : « S1 objet/s2 donné/s3 en garantie ».

55Il est marqué par sa double appartenance au vocabulaire juridique des garanties et à celui de la dette. Les deux exemples suivants, avec un emploi au singulier comme au pluriel, illustrent cette définition :

  • 45 Le Songe du Vergié, ouv. cité, p. 356, Tome I, Livre I. Chap. CLVI.
  • 46 Christine de Pisan, Le livre des fais et bonnes mœurs…, ouv. cité, T I, p. 61, XXII.

« Car lez Crestianes, par leur tres grant povrete et pour ravoir leurs gages, si se couchent avecques ceulx dampnablement45 ».
« Item, à un Juif semblablement fist droit d’un tort et extosion, que un crestien lui avoit faitte, et fu de lui avoir baillié un faulz gage pour bon46 ».

  • 47 L. Scordia, « Le roi doit vivre du sien » : la théorie de l’impôt en France (XIIIe-XIVe siècle), ou (...)

56La polysémie de « gage » est cependant bien différenciée entre l’emploi au pluriel et au singulier, le recouvrement synonymique de « gages » avec les autres lexèmes du vocabulaire de la rémunération peut également s’établir. Pour Lydwine Scordia, « la différence entre les pensions et les gages n’est pas toujours simple car les auteurs les emploient indistinctement. Rappelons que les gages désignent la rémunération d’une charge spécifique, alors que les pensions rassemblent l’ensemble des gains cumulés d’un serviteur47 ». Mais en fonction de la catégorie de bénéficiaires de la rémunération, le lexème désignant celle-ci est différent en moyen français, même si les spécialisations sont moins marquées qu’en français contemporain, où « gages » est exclusivement réservé aux salaires des domestiques… et des tueurs à gages. Le sème dénotatif de « services » a fini par prédominer sur tous les autres, pour un emploi spécifique de « gages » dans l’axe paradigmatique du vocabulaire de la rémunération.

Loyer

Graphie

57luer, loyer, loier, louyer, louïer, substantif masculin.

Dérivés morphologiques

58Louage (1170), louer (XIIe), loueur (XIIe) location (XIIe), locataire (1510), sous-louer (1609), colocation, colocataire (1875)

Référence étymologique

59Attesté dès 1080 sous la graphie « luer », « loyer » est issu du latin locarium « prix d’un service, d’hébergement », dérivé lui-même de locus « lieu ». Par extension, il recouvre, selon le TLF, dès 1100, la définition de « salaire, récompense » et sa définition est étendue en 1266 à la définition de « prix de location de choses » puis de rémunération versée à une personne. Mais le français contemporain retient le montant de la location d’un bien, en particulier d’un bien immobilier comme l’atteste le succès de l’abréviation HLM (Habitation à Loyers Modérés). En ancien et moyen français, « louer » est polysémique selon son étymologie différenciée entre locarium, déjà cité, et laudare, dérivé de laus, laudis, la louange.

60Dans les quelques exemples suivants, tous extraits du Songe du Vergier, l’hésitation est possible quant au sens appliqué dans certaines propositions syntagmatiques.

61Evrart de Tremaugon ne joue-t-il pas volontairement de la polysémie du lexème ? Pour Evrart de Tremaugon, deux types de personnages représentés par leur fonction touchent un loyer : le roi et le mercenaire.

  • 48 Le Songe du Vergié, ouv. cité, Tome I, Livre I. Chap. XVI, p. 31.

« Et primierement, Dieu dist de sez Apostrs, lesquelx il envoïet pour precher : « Le mercenaire est digne de son louyer48 ».

  • 49 Idem, Tome I, Livre I, Chap. XVI, p. 34.

62Dans le même ensemble discursif, Evrart de Tremaugon emploie la locution « gagner louïer49 » à plusieurs reprises, pour étayer son commentaire de la parabole. L’association de « gagner », lexème appartenant au champ sémantique de la rémunération et de « loyer » concourt à définir « loyer » selon le sémème suivant : « S1 rémunération/s2 versée/s3 à une personne/s4 pour services/s5 rendus/s6 au Prince ». La synonymie peut être alors totale avec « rémunération », comme le démontrent les exemples suivants. Dans le premier, l’énumération des deux syntagmes nominaux « loyer » et « rémunération » conduit à une substitution synonymique dans l’ordre paradigmatique des deux membres du groupe nominal relié par la conjonction de coordination « et ».

  • 50 Jean Gerson, Oeuvres complètes, ouv. cité, volume VII, La montagne de contemplation, p. 53.

« Et devons dire : sire tout puissant, bien me souffist que vous me gardes en paradis mon loyer et ma remuneration sans m’en bailer riens a present50 ».

63Dans cet autre exemple, la même position dans l’interpellation conduisant à une équivalence paradigmatique induit la substitution synonymique entre les syntagmes nominaux « loyer » et « rémunération ».

  • 51 Idem, Sur la Passion, p. 506.

« Est icy le loyer, o Juifs plains d’ingratitude, est ce la remuneration que vous rendez a mon fils pour tous les biens lesquels il vous a faiz51 ».

64Cet exemple met en relief l’une des connotations, de « loyer », le caractère singulier de ce type de rémunération. Ce sème connotatif de singularité, sans aller jusqu’à celui de l’exception, est étayé également par d’autres exemples de notre corpus par l’association dans l’axe syntagmatique entre « loyer » et l’acte de demander, explicite ou implicite, très clairement signifié chez Christine de Pisan,

  • 52 Christine de Pisan, Le livre des fais et bonnes mœurs…, ouv. cité, T II, XXVIII, p. 79.

« Adonc Pitagoras li demanda son loier52 ».

65Cette connotation est sous jacente chez Martial d’Auvergne.

  • 53 L’amour rendu cordelier à l’observance d’amours, poème attribué à Martial d’Auvergne publié d’après (...)

« Il n’est loyer que de povre homme
Ne charité que de pur don53 ».

66Dans les sèmes connotatifs de « loyer », l’idée de récurrence est donc absente, à l’inverse des « gages » qui doivent être régulièrement versés. Par ailleurs, une seule substitution syntagmatique avec « gages » s’établit dans un élément discursif de notre corpus.

  • 54 Jean Gerson, Oeuvres complètes, ouv. cité, volume VII, Discours contre Jean Petit, p. 1027.

« [Je] dis que l’etat de chevalerie doit avoir loyer et gaiges publiques pour defendre le Roy et son royaume par vigueur et par force54 ».

67Cet exemple unique se retrouve chez Jean Gerson, dont l’œuvre présente la plus haute fréquence d’occurrences du lexème « loyer » employé au sens propre comme au sens figuré dans tout notre corpus. Le thème du loyer divin est en effet très présent chez Jean Gerson, que ce soit dans un commentaire de parabole biblique comme dans ses sermons aux populations parisiennes.

  • 55 Idem, Contre la paresse, p. 885.
  • 56 Idem, Sur la Passion, p. 497.
  • 57 Idem, Sur la Passion, p. 497.
  • 58 Idem, Contre la paresse, p. 884.

« Se on doit de servir Dieu pour esperance de loyer ?55 ».
« Le loyer de paradis est tres grant et inestimable56 ».
« Nous avons ames immortelles pour recevoir loyer en l’autre monde, qui ne se paie point en celui-ci57 ».
« Quant vint au soir, le seigneur de la vigne dit a son procureur : huche les ouvriers et leurs rens leur loyer par commancement au dernier jusques au premier58 ».

68Dans toutes ces occurrences, la substitution synonymique peut s’établir avec un lexème appartenant au champ sémantique de la morale, à l’intersection de celui de la rémunération, la « récompense ». Dès lors, le premier sème du sémème de « loyer » peut être modifié par la permutation de S1 entre « rémunération » et « récompense », pour conduire ainsi à une légère inflexion de sens : « S1 récompense/s2 versée/s3 à une personne/s4 en contrepartie/s5 d’une action effectuée ».

69Cette caractéristique de l’infléchissement de l’emploi de « loyer » chez Jean Gerson se retrouve chez Evrart de Tremaugon, à propos du pouvoir royal. Plusieurs occurrences associent le roi et un loyer justement touché grâce à un bon gouvernement. Dans ces exemples, il est clair que l’auteur joue sur la polysémie louange/rémunération de « loyer » que le moyen français permet grâce à l’homonymie totale jusque dans la graphie.

  • 59 Le Songe du Vergié, ouv. cité, Tome II, Livre II, le Songent 4-5, p. 267.

« Et sera le louyer de teulx Roys, qui bien et justement gouverneent leur pueple59 ».

70« Loyer », lexème du vocabulaire de la rémunération, est associé aux plus hauts personnages de cette fin de Moyen Âge, comme le Roi, avec un emploi au sens propre comme au sens figuré. Le « loyer » n’est donc pas exclusivement pécuniaire, il peut être aussi recouvrir le sens d’une récompense morale, établie après un acte exceptionnel. Pour Jean Gerson, il figure aussi une récompense symbolique codifiée dans la hiérarchie spirituelle. Dans la hiérarchie temporelle et la spécialisation des rémunérations versées, les différents lexèmes de ce champ sémantique sont ainsi sémantiquement distribués en fonction de leurs bénéficiaires.

Salaire

Graphie

71Salaire, sallaire, salire, substantif masculin.

Dérivés morphologiques

72Salarier (attesté dès 1369 mais rare jusqu’au XVIIIe siècle), salarié (e), substantif au XVe siècle, salariat (1845), salarial (e), dans le milieu des années 50.

Référence étymologique

  • 60 E. Boileau, Le Livre des Métiers, ouv. cité, p 46.

73Le lexème est attesté dès la première rédaction du Livre des Métiers d’Etienne Boileau60 en 1260. Il dérive du latin salarium, « ration de sel ». Le latin emploie ce terme pour désigner la somme destinée aux soldats pour pouvoir acheter leur ration de sel ; il dépassera ensuite dès le XIIIe siècle les frontières du vocabulaire militaire pour désigner la rémunération de tout travail. Le sens s’élargit ensuite à un emploi plus figuré de récompense d’une action, que l’on retrouve dans l’expression populaire « Toute peine mérite salaire », issue du vocabulaire juridique du Moyen Âge, où les notaires insèrent dans les clauses de contrat que « tout travail mérite salaire ».

74Dans notre corpus, aucune association de « salaire » et de « soldat » conformément à l’étymologie n’a été relevée. En revanche, pour le lexème « salaire », Le Grand Coutumier de France enregistre de nombreuses occurrences d’association des lexèmes des professions juridiques, avocats, clercs, notaires officiant au Châtelet, ainsi que les baillis et sénéchaux relevant de la juridiction royale, ceci à la différence d’ailleurs des livres de comptes qui eux comptabilisent le paiement de « gages » à ces mêmes professions.

  • 61 Ableiges (Jacques d’), Le Grand Coutumier de France, ouv. cité, p. 49.
  • 62 Idem, p. 50.
  • 63 Idem, p. 60.
  • 64 Idem.
  • 65 Idem, p. 116.

« Item sur le salaire des advocats ordonnons que les advocats pourront demander de salaire pour plaider causes communes61 ».
« Item les advocats qui sont pensionnaires d’aucunes gens, plaideront et conseilleont les causes de leurs pensionnaires, et le mèneront jusques à diffinitive, sans demander ne avoir pour ces causes aultres salaires que leurs pensions seulement, si ce n’est pour le salaire des escriptures qu’il conviendra faire62 ».
« Item et deffendons ausdicts notaires que pour leur salaire de chascun jour, qu’ils entendrons ou vacquerons dedans la ville et banlieue de Paris au faict d’inventoires de biens, il ne prennent et demandent oultre la somme de dix sols parisis pour chascun d’iceulx notaires63 ».
« Item enjoignons aux clercs civil et criminel dudict Chastellet et aussi desdicts auditeurs… qu’ils n’exigent pour ce salaires excessifs, ne oultre la somme de seize sols parisis pour l’escripture d’une peau de parchemin commune64 ».
« Item le roy a ordonné t ordonne que les notaires et clercs des seneschaux, baillifs ou prévosts ou aultres escripvans soubs eulx preignent salaire modéré et attrempé65 ».

75Dans toutes ces occurrences, la nature du travail donnant lieu au versement d’un salaire, et la qualité du bénéficiaire, sont précisées, ainsi que l’équivalence en numéraire perçue.

76Le sémème de base de salaire recouvre les mêmes sèmes que ceux des autres lexèmes du champ lexical de la rémunération : « S1 rémunération/s2 versée/s3 à une personne/s4 pour son travail ».

77Cependant, la synonymie est presque absolue avec « gages ». En diachronie, deux sources proches par leur nature de notre corpus élargi, coutumes et comptes, établissent une équivalence paradigmatique mais qui n’impliquent cependant pas une synonymie totale. Dans l’ensemble de notre corpus, la fréquence d’association entre « gages » et « gens d’armes » est notoire mais aucun militaire ne perçoit un salaire, alors qu’étymologiquement, le lien entre « soldat » et « salaire » est établi à l’époque latine. Avocats et autres clercs perçoivent gages ou salaires indifféremment si l’on considère l’axe diachronique d’un même corpus de textes législatifs ou comptables, mais non chaque écrit discursif pris séparément. Le lien de subordination entre la personne rémunérée et son rémunérateur est également l’un des sèmes de « salaire », cependant il n’est pas dénotatif mais co-textuel dans quelques exemples exclusivement tirés du Songe du Vieil Pèlerin.

  • 66 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 226.
  • 67 Idem, tome II, p. 311.

« Les serviteurs en certain nombre ordonnez de ta personne et court royalle ne soient corrompables par deffaulte de salaire et qu’ilz soient de vie honneste66 ».
« Tes serviteurs clercs eussent de toy un bob et gras salayre et ne s’atendrissent pas, sans leur merite procedant, à telx promocions67 ».

78Philippe de Mézières se doit de préciser dans l’un des exemples « tes serviteurs clercs ». Les clercs, toutes professions et tous grades confondus, peuvent être au service juridique du Roi, mais le lien de subordination entre clerc et personne royale n’est pas à l’identique du lien de vassalité entre suzerain et chevalier ou autres gens d’armes. C’est ainsi qu’au travers de l’axe diachronique de l’ensemble des textes, le sème de subordination ressort comme dénotatif pour « gages » et connotatif pour « salaire ». La substitution synonymique entre « loyer » et « salaire » n’est également établie que dans une seule occurrence de notre corpus, mais chez un auteur, Jean Gerson, qui pour assurer le rythme de ses périodes oratoires, recourt à l’énumération de deux termes du même champ lexical.

  • 68 Jean Gerson, Oeuvres complètes, ouv. cité, volume VII, Le Miroir de l’âme, p. 203.

« Quant on retient injustement le salire et le loier de ses serviteurs ou laboureurs68 ».

  • 69 Christine de Pisan, Le livre des fais et bonnes mœurs…, ouv. cité, T II, p. 77, XXVIII.
  • 70 Jean Gerson, Oeuvres complètes, ouv. cité, volume VII. La danse macabre, p. 297.

79Ce sont les modalités de versement, et leur fréquence, qui déterminent la discrimination sémique entre « gages », « loyer » et « salaire ». Le salaire est dû et doit être justement versé. Plusieurs occurrences de l’expression chez Christine de Pisan « Demander son salaire69 » impliquent une revendication considérée comme légitime dans le discours de la juste rémunération d’un travail effectué, quel qu’en soit le montant. Le salaire est la rémunération du travailleur pour son travail, pour sa peine. Dans la Danse macabre, lorsque Jean Gerson s’en fait l’écho quand il fait s’exprimer la Mort, celle-ci, lorsqu’elle répond au ménestrel, réplique « À toute peinne est deu salaire70 ». Cet adage populaire démarque, par l’association de peine et de salaire, le lexème « salaire » des autres lexèmes du champ sémantique de la rémunération.

80Le noyau sémique de « émolument », « appointements », « gages », « loyer » et « salaire » est la rémunération, le trait sémique distinctif de « salaire » réside dans la caractérisation d’une rémunération liée à un travail. La pénibilité du travail, en conformité avec son étymologie, tripalium, le trépied (instrument de torture), induit une connotation morale, le salaire étant la juste récompense de la peine. Les distributions sémiques des lexèmes de la rémunération peuvent se distribuer ainsi :

81La différence de gradations sémiques dans l’axe paradigmatique de la rémunération s’établit aussi dans la connotation liée à la nature du lien de subordination entre bénéficiaire de la rémunération et rémunérateur, celui-ci pouvant être plus ou moins consenti, plus ou moins vassalisé ou domestiqué. Toutes ces catégories de rémunération apparaissent versées en numéraire, d’une façon certaine et explicite, pour les gages, salaires et appointements, dont le montant est enregistré dans les livres de comptes comme dans les propositions discursives des autres ouvrages. Les rémunérations symboliques ou récompenses d’actions morales comme le lexème « loyer » ne partagent pas avec les autres lexèmes du champ sémantique de la rémunération le sème adjonctif connotatif de l’« argent ». En revanche, celui-ci est présent, sans exception, dans tout le réseau morphologique de « payer ».

Paie

Graphie

82Paie, paye, substantif féminin.

Dérivés morphologiques

83Payer, paiier, parpayer, paiement, parpaiement, payeur, payeuse, payable (au XIIIe siècle)

Référence étymologique

84C’est le verbe « payer » qui apparaît en premier en ancien français dès 980. Issu du latin pacare, faire la paix, lui-même issu du latin, pax, pacis, payer a pour sens primitif issu de son étymologie latine, l’action de conclure la paix. « Payer » devient ensuite synonyme de « satisfaire », et ensuite le sens s’est étendu à « satisfaire avec de l’argent » pour ne retenir que le sens encore actuellement en vigueur de « rétribuer ». Le déverbal « paye » a suivi la même évolution, le sens étymologique d’« apaisement » étant supplanté par celui de « rétribution » apparu dès 1227. Alain Rey souligne qu’il désigne, depuis le XVe siècle, la rétribution d’un soldat.

85Dans notre corpus, le plus grand nombre d’occurrences du réseau morphologique de « payer » se retrouvent statistiquement avec tout le vocabulaire de la guerre et des « gens d’armes ». Est-ce parce que le paiement de ceux-ci s’avère par ailleurs problématique dans de nombreux cas ?

86Dans de nombreux exemples de notre corpus, en particulier dans les Chroniques, relatant les faits de guerre et leurs nombreuses transactions pécuniaires, les syntagmes du réseau morphologique de « payer » sont utilisés en redondance dans le discours.

  • 71 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I. p. 57.
  • 72 J.Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. III, p. 377.

« Pour trouver le paiement a paier les dis trente mil hommes d’armes71 ».
« Et li roys dans Pieres de Castille se robliga et jura par se foy de paiier et acquiter envers le prinche et dou premier paiement paiier72 ».

87Le verbe transitif « payer » est dans cet exemple doublonné de « paiement ». Or « payer » a pour sémème générique « S1 verser/s2 de l’argent/s3 à quelqu’un ».

88Le co-texte particulier des Chroniques conduit ainsi à une spécificité de la définition de « paiement » comme : « S1 rémunération/s2 versée/s3 aux gens d’armes ».

89De fréquentes occurrences tant dans les Chroniques comme dans les Miroirs associent dans leurs éléments discursifs le réseau morphologique de « payer » avec de nombreux lexèmes du vocabulaire de la guerre.

  • 73 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 285.
  • 74 Idem, tome II, p. 393.
  • 75 Christine de Pisan, Le livre des fais et bonnes mœurs…, ouv. cité, T I, XIX, p. 52.
  • 76 Le Mesnagier de Paris, ouv. cité, Le Chemin de Povreté et de Richesse, p. 816.

« Le paiement des gens d’armes73 ».
« Les dictes gens d’armes soient payees de moys en moys74 ».
« La paye de ses gens d’armes75 ».
« « Ils te mettront ta guerre à fin
Sans en prendre aucun paiement
Fors que ton prier seulement ;
Ce n’est pas oultageux loier,
Car il est aisié à paier76 ».

90Dans ces exemples, « paye » et « paiement » sont des synonymes absolus, de rémunération des soldats, recouvrant l’un des signifiants également de « gages ». La fréquence d’emploi de « paiement » est cependant supérieure à celle de « paye », pour la rémunération soldatesque. Mais cette association n’est pas une exclusivité. Le « paiement », quand il n’est pas associé contextuellement aux soldats, est en fait l’archilexème de l’axe paradigmatique de la rémunération, il est alors envisagé comme « S1 versement/s2 d’argent/s3 dû/s4 à une personne ».

  • 77 J. Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. III, p. 345.

91Le sème adjonctif connotatif de l’obligation des lexèmes du réseau morphologique de « payer » est renforcé dans notre cursus par de nombreuses associations syntagmatiques avec, soit les différentes formes du syntagme verbal « devoir », soit par l’emploi de la forme passive telle que « tout l’argent qui estoit à paiier77 ».

92Les très nombreuses occurrences de ces expressions dans lesquelles « argent » et « payer » entretiennent des liens syntagmatiques étroits permettent de dégager « argent » comme sème générique dénotatif dans l’axe paradigmatique de « paiement » et de tous ses dérivés morphologiques, alors qu’il apparaît seulement connotatif dans les autres lexèmes du vocabulaire de la rémunération. À l’exception des livres de comptes, l’association du chiffrage en espèces sonnantes et trébuchantes avec les syntagmes du réseau morphologique de « payer » enregistre la plus haute fréquence statistique. L’exemple suivant en est une illustration.

  • 78 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I. p. 195.

« Ceuls de Paris paieroient mile escuz de Phelipe pour le premier paiement de la raençon du Roy78 ».

93En moyen français, le « paiement » ne semble pas s’envisager en nature, comme il est parfois spécifié dans la langue française à partir du XIXe siècle. L’obligation liée à l’exécution du paiement est telle que l’ancien français a adjoint le préfixe « par » à « payer » et à ses dérivés morphologique pour signifier la réalisation intégrale du paiement. « Parpaier » a pour sémème S1 payer/s2 entièrement, « parpaiement » a pour sémème S1 paiement/s2 intégral. Ces deux définitions correspondent d’ailleurs à une réalité historique du paiement des dommages de guerre ou des rançons qui s’effectuaient en plusieurs versements en fonction des disponibilités monétaires des rois et princes tenus à l’exécution des paiements de celles-ci.

  • 79 J.Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. III, p. 470.
  • 80 Chronique des quatre premiers Valois, ouv. cité, T. II. p. 255.

« Car li roy englés li (li roi de France) li requeroit fortement qu’il se delivroit de parpaiier le redemption dou roy son pere et que ttrop y metoit au paiier ou autrement il li feroit guerre79 ».
« Le parpaiement de la rançon80 ».

94Les lexèmes de la rémunération entretiennent dans l’axe synchronique de notre corpus des rapports parasynonymiques. Mais la poursuite de la diachronie conduit le vocabulaire de la rémunération à une spécialisation entre les métiers, conformément à la diversification progressive des professions. Aux domestiques sont versés des gages, aux fonctionnaires des appointements, aux officiers de marine des émoluments et à l’ensemble des salariés, un salaire. Salaire qui diffère des honoraires du médecin ou de l’avocat, honoraire dont la paronymie et l’étymologie communes avec « honneur » accentue la connotation positive de rang social élevé. Le langage populaire retient quant à lui la paye, prononcée [pej], juste rémunération de l’ouvrier ou de l’employé, avec laquelle le patron achète la paix sociale ?

95Les revenus liés au travail ne représentent qu’une faible proportion de la richesse, qui est plus directement liée à la possession de terres ou de fonctions.

Les revenus liés à une fonction ou à un domaine

Pension

Graphie

96Pension, substantif féminin

Dérivés morphologiques

97Pensionnaire (1323), pensionner (1330-1350), pensionné (1790), pensionnat (1788)

Référence étymologique :

98Le lexème « pension » est emprunté au latin pensio, pensionis « paiement, indemnité » en 1216, au sens propre, « pesée », participe passé de pendere « peser (en général), peser le métal pour payer » et par simplification sémantique « payer ». Par sa référence étymologique, « pension » participe ainsi à la matérialité des flux monétaires comme tant d’autres lexèmes du vocabulaire de la monnaie comme la livre.

99De rares occurrences dans notre corpus associent « pension » avec « gages », autre lexème du vocabulaire de la rémunération, dans la redondance habituellement employée par les auteurs quand un mot ne leur apparaît pas suffisamment explicite par lui-même. C’est le cas de « pension » que nous retrouvons dans les deux exemples suivants, les plus significatifs de notre corpus :

  • 81 Christine de Pisan, Le livre des fais et bonnes mœurs, ouv. cité, T I, Livre II, Chap. III, p. 120
    N (...)

« Leur fu ordonné gages de deniers et pensions convenables81 ».
« Encores, en la terre mesmes où telles mutacions se font, le fait de marchandise est si trouble que les marchans et mechanicques ne sçavent comment communiquer ensemble, et pour ce, telles mutacions disans, es revenues du prince et des nobles, et les pensions et gaiges annuelz, les lievaiges et les sentiers et choses semblables, ne se pevent bien ne justement tauxer ne payer ».

100Dans l’axe synchronique de ces deux exemples, la substitution synonymique entre « gages » et « pension » n’est pas opérante du fait du bénéficiaire de cette dernière. Même si dans le champ sémantique restreint de la rémunération de la guerre, des faits de guerre, princes et seigneurs peuvent recevoir des « gages », la connotation de service rendu pouvant aller jusqu’à la servilité exclut une association syntagmatique systématique entre « seigneurs » et « gages ». Aux serviteurs sont versés des gages, aux princes, seigneurs et marchands sont versées des pensions, même si c’est aussi pour services rendus. C’est la qualité du bénéficiaire, du récipiendaire de la rémunération qui diffère entre « gages » et « pensions ». La discrimination sémique s’établit aussi selon l’exemple issu du Traictié de la première Invention des monnoies sur la périodicité et la pérennité du versement de la rémunération, ce que nous pouvons constater également dans les livres de comptes. La « pension » versée est annuelle, régulière et accordée en général pour sa vie entière à son bénéficiaire. Le sémème pourrait recouvrir exactement celui de « gages » tel que nous l’avons défini : « S1 revenu/S2 versé/S3 à une personne. Mais le cœur sémique de « pension » réside dans sa régularité avec les deux nuances ci-après pour le sème S3 :

101« S1 revenu/s2 versé/s3 régulièrement/s4 à une personne »

102« S1 revenu/s2 versée/s3 annuellement/s4 à une personne ».

103Le complément de définition « s5 pour services/s6 rendus/s7 au Prince » est alors implicitement contenue dans la qualité de la personne. Le sème s4 peut alors se préciser comme « à un seigneur ». Le sémème le plus étroit de « pension » serait alors comme nous le prouve l’exemple de Nicole Oresme : « S1 revenu/s2 versée/s3 annuellement/s4 à un seigneur ».

104Cependant, le lien sémique entre « pension » et « seigneur » n’est pas exclusif puisque les pensions peuvent être versées à des « marchands ». « Seigneur » est l’un des sèmes connotatifs de « pension ». En revanche, il apparaît dans tous nos exemples que la « régularité » est le sème dénotatif discriminant de « pension » dans l’axe paradigmatique du vocabulaire de la rémunération liée à une fonction ou à un domaine. Car si implicitement, un seigneur doit service à son Prince, c’est en raison de son état, et nécessairement en fonction de ses états de service, qu’il reçoit une pension. Dans l’axe paradigmatique du vocabulaire de la rémunération, la distribution des lexèmes de champ sémantique s’opère selon la distinction du fait générateur de la rémunération : le travail, la fonction, l’état (dans l’acception de sens de l’Ancien Régime), ou le domaine. Toutes les différenciations sémantiques des mots du vocabulaire de la rémunération s’articulent donc autour des trois ordres féodaux : bellatores, oratores, laboratores. Dans le dernier ordre, les « travailleurs », mot à employer si l’on suit la traduction latine au pied de la lettre, sont majoritairement les paysans, travaillant la terre du domaine sur lequel sont assis les « rentes », et le « cens », autres parasynonymes paradigmatiques et syntagmatiques de « pension » dans notre corpus.

105La parasynonymie entre ces deux lexèmes est telle dans notre corpus et en particulier dans Le Songe du Vergier, qu’une étude sémantique conjointe semble nécessaire, même s’ils n’appartiennent pas au même champ lexical, puisque « cens » participe aussi du champ lexical fiscal. Leur substitution possible induite par l’ordre syntagmatique conduit à les établir sur un même axe paradigmatique. Afin d’envisager l’ensemble des traits sémiques distinctifs de « cens » et de « rente » dans notre corpus, un bref rappel du référent historique en droit féodal autour de ces deux mots est proposé.

Référent en droit féodal

  • 82 Dictionnaire du Moyen Âge, article « rente », ouv. cité.

106Les revenus seigneuriaux sont fondés selon une tripe dimension juridique, domaniale et fiscale. La discrimination entre les différents termes du droit féodal s’effectue selon l’origine des revenus, biens ou personnes. « On appelle rente les revenus stables tirés de la terre par des exploitants indirects. Au Moyen Âge, ceux-ci proviennent essentiellement de la seigneurie. Jusqu’au XIe siècle, ils reposent sur la seule exploitation de la terre. La rente est alors constituée par le prélèvement en nature ou en argent sur les tenures paysannes. Les cens, redevances fixes établies de façon coutumière en forment la plus grande part82 ».

107Le cens est l’une des rentes seigneuriales assises sur un domaine. Le cens, redevance principalement perçue en argent, est donc la rente féodale par excellence. Le cens est le signe d’une propriété directe du seigneur, fondé sur un titre écrit et valablement enregistré. Il est alors imprescriptible. Il peut être perçu par le seigneur sur le lieu où il est dû (cens quérable), mais il peut être porté au domaine du seigneur (cens portable). Il est généralement perçu annuellement. Au cens sont associés les droits de « lods et ventes », droits de mutation dus au seigneur à l’occasion de la vente d’un bien sur lequel un cens est établi.

  • 83 Idem, article « redevance ».

108« La redevance est ce qui est dû par une personne ou une communauté à l’autorité qui gère sa personne ou ses biens. Le Moyen Âge utilise pour la désigner le terme général de redditus ou de consuetudo quand elle a un caractère d’usage acquis, soit un mot spécifique spécifiant sa nature, tel que cens, taille, etc83 ». Sous l’appellation « redevance » sont donc regroupés des revenus fonciers et fiscaux, dus par une personne, ou une communauté, à une autorité possédante, en général le seigneur.

109Le champart est une redevance en nature due au seigneur sur certaines terres roturières. C’est une part des récoltes provenant des champs, comme son étymologie en témoigne. Il est appelé « terrage » dans la France du Nord, « agrière » ou « tasque » dans le Sud. Dans notre corpus constitué essentiellement de textes littéraires ou didactiques, ce lexème caractéristique du droit féodal n’a pas été relevé.

110Les péages sont des redevances soit en nature, soit le plus souvent en argent, perçues par le seigneur dans certains lieux de passage (ponts, chemins, routes etc.), sur des personnes, sur du bétail ou sur des denrées circulant sur son territoire.

111Dans cette architecture de revenus seigneuriaux, l’analyse sémantique permet de discriminer à travers les exemples de notre corpus, les traits sémiques distinctifs de chacun de ces lexèmes.

La « rente », un archilexème du revenu domanial ?

Graphie

112Rente, substantif féminin

Dérivés morphologiques

113Rentier, rentière (fin XIIe), renté (e), renter (fin XIIIe), rentable (1290 en picard mais cet adjectif est sorti d’usage jusqu’au XXe siècle). Cet adjectif a servi à former seulement au XXe siècle rentabilité (1909), rentabiliser (1962) et rentabilisation (1969).

Référence étymologique

  • 84 A.Rey, Dictionnaire historique de la langue française, ouv. cité, p. 3178.

114« Rente » est issu (vers 1112) d’un latin populaire °rendita « ce que rend l’argent placé », féminin substantivé d’un °renditus, participe passé de °rendere « donner en retour » ou « rendre », qui est lui-même l’altération du latin classique reddere84 ».

115Si la pension est nominative, liée à une personne désignée personnellement par l’autorité qui la verse, la rente est attachée à un bien, terre ou capital.

116Les montants chiffrés des rentes sont souvent indiqués dans notre corpus. La rente, dans son emploi tant au singulier, comme au pluriel, dans les livres de comptes, comme dans les Chroniques et les Miroirs, est l’archilexème du « S1 revenu/s2 régulier/s3 en argent ».

117Dans les deux exemples suivants, l’association avec des syntagmes adjectivaux et verbaux indiquant la provenance ou le retour « venir de » et « rendues » amplifie encore la systématique du retour, du rendu induit par la rente.

  • 85 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, Tome II, p. 329.
  • 86 N. de Baye, Journal, ouv. cité, p. 125.

« De xm et de xxm chacun an qui viennent de leurs rentes85 ».
« Ils avoient acheté C libvres parisis de rente rendues à Paris86 ».

118Dans ces deux exemples, pris parmi tant d’autres d’une même structure syntagmatique, il est très clair que le syntagme nominal « rente » est en parfaite coïncidence sémantique avec son étymon issu du latin populaire °reddita, « ce que rend l’argent placé ». Dans un exemple même, la « rente » est « achetée », et parce qu’elle est achetée, elle est ensuite due. L’association entre « rente » et les lexèmes du champ lexical de l’acquisition est fréquente comme le démontre aussi l’exemple suivant :

  • 87 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, Tome II, p. 356.

« Tu ne doys pas acquere les heritages et seigneuries, rentes, maisons ou possessions de tes subgiez encontre leur voulente87 ».

119L’énumération de différents syntagmes nominaux du champ sémantique de la possession permet également d’établir un trait sémique connotatif discriminant de « rente » comme « S1 possession/s2 en argent », trait sémique distinct de la possession en nature comme la maison.

120Dans ce même exemple, l’auteur distingue « rente » de la transmission juridique seigneuriale « les heritages et seigneuries ». « Rente » est donc une « S1 possession/s2 en argent/s3 acquise » ou une « S1 possession/s2 en argent/s3 donnée ».

121Ce qui est alors équivalent à un revenu. Le syntagme nominal « rente » est polysémique dans les différents exemples de notre corpus, il représente à la fois le capital et le revenu issu de ce capital, quand celui-ci est en argent. Toutes les associations avec les dérivés morphologiques de « amortir », en renforçant encore le trait sémique dénotatif de la périodicité attaché à « rente », conduisent aussi à la substitution synonymique discursive avec « capital ».

  • 88 N. de Baye, Journal, ouv. cité, p. 113.
  • 89 Christine de Pisan, Le livre des fais et bonnes mœurs…, ouv. cité, T. II, p. 38, XI.
  • 90 Idem T. II, p. 37, XI.

« Avecques ce, le Roy condempne ledit messire Charles de Savoisy en cent libvres parisis de rente admortie, qui sera assise à l’ordonnance de la Court de Parlement88 ».
« Par belles rentes amorties89 ».
« Lesquelz [couvent] il renta moult richement par amortissement perpetuel90 ».

122Ce dernier exemple est l’une des rares occurrences du syntagme verbal « renter », dont le sémème est « S1 attribuer/s2 une rente ».

123L’attribution et la possession de rentes obéissent à des règles, droit écrit ou coutumes que les auteurs s’attachent à définir, comme l’étayent les exemples suivants :

  • 91 Le Songe du Vergié, ouv. cité, Tome I, Livre I. Chap. XXXII, p. 44.
  • 92 Jean Gerson, Oeuvres complètes, ouv. cité, volume VII, Discours sur le fait des mendiants, p. 716.

« Come un seigneur rentier puet demander sez rentes91 ».
« Notez des oblations et subventions et rentes et costumes de prendre au baptesmes, aux sepultures… et telles choses sont toutes nombreuses comme pour dîmes92 ».

124Les plus littéraires de nos auteurs, Christine de Pisan et Jean Gerson, emploient « rente » dans une acception figurée, poétique pour l’une avec l’assonance de la rime, didactique et morale pour l’autre.

  • 93 Christine de Pisan, Cent ballades d’amant et de dames, ouv. cité, p. 99.
  • 94 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, Tome II, p. 268.

« Bon jour, bon an et bonne destinée
Vous envoit Dieux, et biens, a droite rente,
Et que souvent l’un l’autre ceste année
Nous nous voions entres joyeuse attente93 »
« Ta mere en Dieu, l’eglise, pourchassant ses justes rentes, qui est le patrimoine de Jhesuscrist94 ».

125Ce dernier exemple de Jean Gerson illustre parfaitement la richesse sémantique de « rente ». « Rente » est à la fois un capital, un « patrimoine », l’ordre syntagmatique de la proposition relative, et l’absence parfois d’accord en moyen français entre genre et nombre, peut effectivement conduire à cette assimilation. Mais « rentes » dans son emploi au pluriel comme au singulier est surtout un revenu, régulièrement perçu, là encore au deux sens du terme, temporel et moral. La rente est souvent perçue selon un rythme annuel comme le corrobore nombre d’occurrences, mais selon un droit acquis ou accordé, comme le démontrent aussi les syntagmes adjectivaux qui qualifient le syntagme nominal « rente » dans ces deux exemples littéraires, « ses justes rentes », « droite rente ». La rente, capital moral et patrimoine financier, productive d’intérêts moraux et de revenus financiers est l’un des lexèmes du vocabulaire du revenu lié à un domaine ou à un état qui s’emploie dans un sens figuré dans notre corpus, à la différence de son associé parasynonymique, le cens. Même si la substitution synonymique, renforcée par l’association syntagmatique, est fréquente dans notre corpus, le cens reste quant à lui confiné dans son acception financière et juridique, spécifique du droit féodal.

Cens

Graphie

126Cens, substantif masculin.

Dérivés morphologiques

127Censier, ière (1190), censuel, elle (1266), censitaire (1718)

Référence étymologique

  • 95 A.Rey, Dictionnaire historique de la langue française, ouv. cité, p. 672.

128Apparu vers 1190, ce substantif masculin est emprunté au latin census, déverbal de censere « évaluer le rôle et la fortune de chacun », lui-même se rattachant à « une racine verbale indoeuropéenne °kens- « proclamer solennellement », (en sanscrit « sams » louer, prononcer l’éloge de, notamment « réciter les hymnes védiques »95 ». Dans son contexte latin, le census est un impôt assis sur les biens des citoyens répartis dans les différentes classes, puis il désigne ensuite plus précisément la redevance due sur des terres. Cette notion est exportée en droit féodal médiéval pour désigner une redevance, en argent ou en nature, due par des tenanciers au seigneur du fief dont leur terre relevait. Il peut porter sur la terre comme sur les personnes. Le cens est un impôt direct pour celui qui le verse et qui constitue une rente régulière pour celui qui le perçoit. « Cens » est à l’intersection des deux champs du vocabulaire de l’impôt et du revenu. Par son association fréquente dans notre corpus avec « rente », nous avons choisi pour sa proximité syntagmatique et sémantique de le classer comme un lexème relevant du vocabulaire du revenu. Dans tous les traits sémiques qui le composent, la régularité est inhérente au cens car inscrite dans les coutumes seigneuriales, ce qui en fait l’un des impôts, régulièrement perçus et parfaitement ordinaires à la différence de tant d’autres.

129Entre cens et rente, censier et rentier, Evrart de Tremaugon peine à établir une différence entre ces deux lexèmes qui lui semblent si proches, comme il l’énonce lui-même et le répète à plusieurs reprises.

  • 96 Le Songe du Vergié, ouv. cité, Tome I, Livre I. Chap. XXXII, p. 44.
  • 97 Ibidem.

« Je ne fais pas grant difference entre cens et rente, et exactions, qui se font deüment, et diz que, ainsi comme je puis aucune rente ou cens annuel96 ».
« Je ne fais grant differance entre cens ou rentes, et exactions qui se font deüement, et diz que, ainsi conme je puis aucune rente ou cens annuel, qui me seroit deü, demander et exiger, par paraille voye, le roy de France en son royaume, pour deffendre son païs et son pueple, puest, en temps de neccessité et de guerre, lever aides convenables97 »

130Dans ces deux exemples, si Evrart de Tremaugon affirme pour sa part une synonymie entre « cens » et « rente », il prend cependant soin de préciser que le cens est dû annuellement à un seigneur, ce qui est la réalité du droit féodal. Si « rente », par son sémème, constitue l’archisémème du vocabulaire du revenu, voire l’archilexème : « S1 revenu/s2 régulier/s3 en argent »

131« Cens » a des traits sémiques distinctifs portants sur au moins trois sèmes dénotatifs ; le sémème de « cens » dans notre corpus consiste en une « S1 redevance/s2 annuelle/s3 en argent/s4 ou en nature/s5 assise/s6 sur des terres/s7 perçue/s8 par le seigneur/s9due/s10 par ses tenanciers ».

132Cette stricte définition conforme au droit seigneurial restreint la portée sémantique de cens, qui est un hyponyme de « rente », hyperonyme de tous les lexèmes du vocabulaire du revenu régulier. De nombreuses associations dans les propositions syntagmatiques entre les dérivés morphologiques conduisent à une parasynonymie des deux syntagmes dans le discours d’Evrart de Tremaugon.

  • 98 Le Songe du Vergié, ouv. cité, Tome I, Livre I. Chap. XXXXIV, p. 74.

« Le Chevalier respont que aussi justement puet le Roy, en cas de neccessité, prendre lez biens de sez subjés, come un seigneur censier puet demander sez rentes98 ».

133De nombreuses occurrences chez ce même auteur du groupe nominal SN + SN « cens et rente » confirment la parasynonymie, mais aussi la distinction.

  • 99 Idem, Tome I, Livre I. Chap. XXX, p. 43.

« Le seigneur ne doie perdre son cens ne sa rente99 ».

134La paronymie entre « censier » et « rentier » peut conduire à renforcer la substitution synonymique.

  • 100 Le Songe du Vergié, ouv. cité, Tome I, Livre I. Chap. XXXII, p. 44.

« Comme un seigneur censier puet demander sez rentes100 ».

135Mais dans toutes ces expressions, le lien d’obligation contenu dans les rapports entre seigneur censier et paysans teneurs de la censive, est le trait sémique distinctif de « cens » par à rapport à « rente ». L’autre grand trait sémique discriminant réside dans l’un des noyaux sémiques parallèles de « cens ». Si celui-ci est un revenu pour le seigneur, il est aussi un impôt, une redevance due par le tenancier.

136La rareté des occurrences de ces deux lexèmes dans notre corpus et leur association syntagmatique avec « cens » a conduit à privilégier leur classement et leur traitement dans le vocabulaire du revenu plutôt qu’au sein du vocabulaire fiscal ; mais l’impôt n’est-il pas aussi un revenu pour celui qui le perçoit ? « Cens » est à l’intersection de ces deux syntagmes nominaux dans notre corpus, avec lesquels il partage deux traits sémiques singuliers à chacun. « Cens » et « tribut » procèdent d’un étymon à la même signification originelle, la répartition et le comptage. « Cens » et « redevance » partagent la même régularité de paiement, le plus souvent annuelle. Christine de Pisan le reprend sous cette acception en retranscrivant la parabole biblique de la légitimité de l’impôt.

  • 101 Christine de Pisan, Le Livre du Corps de Policie, ouv. cité, p. 95.

« Et ce dit saint martin en son evangille, au. xxiie. chapitre, comment les Pharisiens firent demander a Nostre Seigneur se il devoient paier le cens a Cesar l’empereur. Leur respondi : Rendez a Cesar ce qui est a Cesar, a Dieu ce qui est sien101 ».

Redevance

Graphie

137Redevance, substantif féminin.

Dérivés morphologiques

138Redevancier (e) (1573).

Référence étymologique

139Dérivé de redevoir, (issu du verbe devoir, lui-même issu du latin debere, avec le préfixe re- qui indique la répétition) et employé avec le suffixe -ance, ce lexème est attesté dès 1260 dans l’acception de somme payable à date fixe et par extension, taxe et impôt. C’est dans sous sa forme latine, redditus, que la redevance est le plus employée dans les différentes coutumiers et actes notariés médiévaux. Son autre synonyme latin, consuetudo, marque bien son appartenance à la sphère des revenus consécutifs aux droits féodaux en vigueur. En dépit de très faibles fréquences d’emploi dans notre corpus, un emploi significatif chez Evrart de Tremaugon permet d’attester le lien d’hyperonyme à hyponyme entre « redevance » et « cens ».

  • 102 Le Songe du Vergié, ouv. cité, Tome I, Livre I. Chap. XXX, p. 43.

« Mez, ja soit ce que lez clers devant diz soient en leurs persones exemptés, si devent ilz poïer lez cenz et aultres redevances de leur terres et possessions, car se l’Église achete une terre censive, ce n’est pas raison que le seigneur doie perdre son cens ne sa rente102 ».

140De cette proposition syntagmatique, outre la position d’Evrart de Treamaugon sur l’assujettissement fiscal des clercs, l’association avec le syntagme verbal « payer » conduit à établir le sémème de « redevance » comme une : « S1 somme/s 2d’argent/s3 payée/s4 due/s5 au seigneur/s6 selon son droit ».

141Un autre exemple dans la même suite discursive des propos de notre auteur relie explicitement le syntagme nominal « redevance » à la structure de la féodalité avec « fief ».

  • 103 Idem, Livre I. Chap. XXXI, p. 59.

« Quicunques tient aucun fief d’aucun seigneur doit estre investi et establi ou fief par celluy seigneur et doit au seigneur aucune redevance comme il appiert et est noté103 ».

142Si l’on épure le sémème de « redevance » pour en arriver à sa plus simple expression, la redevance serait « S1 ce qui/s2 est légalement/S3 dû/s4 au seigneur ».

143Au fil des siècles, le sème de seigneur va se modifier pour désigner toute autorité, et la redevance désignera alors toute taxe due en fonction d’un droit établi. La discrimination sémique par rapport à « cens » s’établit dans notre corpus selon deux sèmes pleinement dénotatifs de « cens » concernant d’une part l’assise de la perception de ce revenu, les terres, et la régularité de paiement de celui-ci, annuel le plus souvent.

144Le cens est une : « S1 redevance/s2 annuelle/s3 en argent/s4 ou en nature/s5 assise/s6 sur des terres/s7 perçue/s8 par le seigneur/s9 due/s10 par ses tenanciers ».

145Par rapport à « redevance », « cens » conserve un caractère technique fort, dénotatif de la structuration des revenus de la période féodale. Repris au XIXe siècle pour désigner le montant de l’impôt nécessaire pour pouvoir être électeur (le régime électoral censitaire), le « cens » demeure un lexème historiquement daté alors que le lexème « redevance » en diachronie s’est étendu à « toute somme d’argent due en contrepartie d’un service à l’autorité » soit une parfaite synonymie avec « taxe ». Le lexème « redevance » opère alors un glissement sémantique du vocabulaire du revenu vers celui de l’impôt, alors que « tribut » appartient très nettement au champ sémantique de l’impôt dès son origine. Impôt guerrier, lui aussi aux fondements bibliques et antiques, dû par le vainqueur au vaincu, il ne connaît que de faibles occurrences dans notre corpus.

Tribut

Graphie

146Tribut, tribbus, tribu, substantif masculin.

Dérivés morphologiques

147Tributaire (vers 1130)

Référence étymologique

148Selon le TLF, « tribut » est emprunté au latin classique tributum « taxe, impôt, contribution, tribut », participe passé neutre substantivé de tribuere, sens premier « répartir entre les tribus » d’où « répartir, assigner, attribuer, imputer ». Il a remplacé la forme populaire « treüd » « tribut, impôt, taxe » en 1100 « treüt » début XIIe siècle, « treu » en 1165.

Référent en droit fiscal

149Le « tribut » n’est pas un terme de droit féodal, il n’est pas répertorié comme tel dans les coutumiers. C’est l’un des concepts du droit romain, le tributum est l’impôt auquel étaient soumises les provinces de l’empire, par opposition au stipendium, impôt versé au Sénat. Par métonymie, c’est devenu un impôt guerrier, représentation financière de soumission d’un peuple vaincu à un peuple vainqueur. À la différence de la rente, du cens et même de la redevance, il n’est assujetti à aucune périodicité et sa fréquence relève davantage de l’arbitraire imposé par le vainqueur que d’une quelconque coutume. C’est la raison pour laquelle nous n’effectuons pas une analyse sémantique complète de « tribut » mais les rares exemples de ce lexème dans notre corpus permettent d’apporter un éclairage sur les sèmes discriminants des lexèmes appartenant au champ sémantique du revenu.

  • 104 Mt, 22-15-21.

150Les quelques exemples de notre corpus, sélectionnés parmi de rares occurrences, associent le syntagme nominal « tribut », non pas au « seigneur » mais au « roi » et à « l’empereur ». Le tribut est dû à la suite d’une défaite, il est la marque pécuniaire de la soumission à l’empereur. C’est le sens de la parabole extraite de l’Evangile selon Saint Mathieu sur l’impôt dû à César104 qu’Evrart de Tremaugon et Nicole Oresme utilisent avec, pour le premier, l’association énumérative des deux syntagmes « cens » et « tribut ».

  • 105 Le Songe du Vergié, ouv. cité, livre II, Chap. CLXII, p. 98.
  • 106 N.Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. XXI.

« Mez Jhesuchrist, qui cognoiscet leur malice et ce que ilz avoient dedans le cuer, quant ilz luy monstrerent le denier duquel l’en poïet le cens et le tribut a l’Impereur, ouquel denier l’ymage du prince estoit enprainte, il leur respondi : "Reddite que sunt Cesaris Cesari"105 ».
« Mais, pour ce qu’il estoit tribut appartenant à César, et non autrement ; car, comme dit l’Apostre : A qui est deu le tribut soit donné le tribut ; et à qui est deue la beteile soit donnée la beteille. Jesu Crist, par ceste sentence donne à entendre à qui est deu le tribut, car à celuy est deu pour la chose publicque milite et combat et pour la defenses du Royaulme106 ».

151Dans Le Songe du Vergié, les deux syntagmes nominaux sont reliés dans la suite énumérative par la conjonction de coordination « et ». Juxtaposés, les deux syntagmes ne fonctionnent pas en substitution synonymique. En revanche, dans la proposition syntagmatique suivante, formulée par le même auteur, les deux syntagmes nominaux sont reliés par la conjonction de coordination « ou », qui implique une substitution synonymique.

  • 107 Le Songe du Vergié, ouv. cité, Tome I, Livre I. Chap. XXIX, p. 42.

« Nostre Seigneur demanda a saint Pierre de qui lez roys dez terres prenoient cens ou tribbus, ou de leurs proppres enffans ou dez estrangés107 ».

152Le tribut est donc dans nos exemples la « S1 redevance/s2 due/s3 par ses sujets/s3 à l’empereur/s4 par soumission ».

153L’acte d’allégeance traduit par une contribution financière n’est pas lié au statut de la terre tenue mais à la nature du percepteur du revenu et de celui de ses assujettis. La suite énumérative reliant dans ces deux exemples « cens » à « tribut » implique une substitution synonymique entre ces syntagmes nominaux mais sous le seul noyau sémique de l’« impôt », comme nous l’avons vu précédemment chez Christine de Pisan. Dans l’attraction exercée entre deux pôles de champs sémantiques, « cens » par contamination de proximité syntagmatique avec « tribut », participe plus alors du vocabulaire de l’impôt que de celui du revenu. Ces exemples d’Evrart de Tremaugon et de Nicole Oresme relient également le tribut à un environnement biblique, alors que le « tribut » à la différence de « bénéfice » n’est pas connotatif d’un revenu ecclésiastique comme l’est le bénéfice.

Bénéfice

Graphie

154Benefice, beneffice, bénéfice, substantif masculin.

Dérivés morphologiques

155bénéficial (e) (1369), bénéficier (1272), bénéfique (1532), bénéficience (1541), bénéficiaire (1609), bénéficiel (le) (1823), abréviation familière en bénef (1842).

Référence étymologique

156D’après le TLF, ce lexème est apparu en 1198 dans le sens de « service, bienfait ». Il est issu du latin beneficium, lui-même issu de la locution verbale bene facere, bien faire. Le latin classique l’emploie déjà pour désigner une faveur attachée à une fonction, l’époque féodale conforte cette définition, en la spécialisant dans le domaine clérical. Pour le TLF, dès 1223, le bénéfice est « le bénéfice ecclésiastique ; toute fonction cléricale à laquelle est attaché un ensemble de biens-fonds ». Mais il lui accorde un sens spécifique en droit médiéval pour la première moitié du XIVe siècle comme « tenure concédée à un vassal ».

157Comme d’autres lexèmes du vocabulaire financier, « bénéfice » participe également du vocabulaire moral par ses emplois au sens figuré. Polysémique, le bénéfice n’est cependant pas univoque dans le moyen français. Notre étude sémantique de ce lexème dans notre cursus est cependant centrée sur son acception financière.

Référent en droit romain, médiéval et canon

  • 108 Dictionnaire du Moyen Âge, article « bénéfice », ouv. cité.
  • 109 M. Bordeaux, Aspects économiques de la vie de l’Église aux XIVe et XVe siècles, Paris, 1969, p. 7.
  • 110 Sur ce sujet, il convient de se référer à la section I « Le déséquilibre bénéficial » dans M. Borde (...)

158Sous l’angle de l’histoire des institutions, le bénéfice, en droit romain, beneficium, est dans son emploi au pluriel, beneficia, le terme retenu pour désigner les concessions de terre données par les empereurs à partir du IIe siècle à des vétérans romains, ou à des particuliers autochtones, dans les régions frontalières de l’Empire. Les rois francs et mérovingiens continuèrent cette coutume de donations de terres à leurs fidèles pour service rendu. « « Le terme apparaît dès les formulaires du VIIe siècle, pour désigner un don, généralement irrévocable, d’un homme puissant à un plus faible pour lui attirer sa faveur. C’est généralement une terre. Au IXe siècle, chaque fonction publique, chaque honor, s’associe à un beneficium, comme aussi chaque dignité ecclésiastique108 ». Le bénéfice, sous sa forme latine beneficium, est pratiqué majoritairement par les Carolingiens. Les terres concédées aux particuliers, aux seigneurs et à l’Église, le sont à titre d’usufruit et moyennant un service rendu, instaurant un lien de vassalité. Il devient progressivement héréditaire. Mais sa concurrence sémantique et juridique avec « fief » dès le XIe siècle restreint son usage sémantique et l’éclipse du droit féodal pour le spécialiser dans le droit canon. Ses modalités sont d’ailleurs entérinées au moment de la réforme grégorienne du XIe siècle par la Curie. C’est dans sa connotation ecclésiastique que le bénéfice est majoritairement employé dans notre corpus. Le bénéfice est le revenu attaché d’une façon inséparable à un titre ou à une dignité ecclésiastique. Selon la définition du Dictionnaire de Droit Canonique reprise par Michèle Bordeaux, c’est « « un office sacré ou spirituel auquel l’autorité ecclésiastique a annexé le droit perpétuel de percevoir les revenus des biens de l’église ». Cette notion prend un aspect essentiellement temporel et elle constitue de ce fait l’institution économique centrale de l’Église109 ». Revenu attaché à une fonction d’église (dîmes, rentes, seigneuries, domaines fonciers…) attribué à un ecclésiastique, il est inaliénable. Il existait des bénéfices séculiers (évêchés, canonicats, cures, chapellenies), des bénéfices réguliers (aumônier, sacristain, offices claustraux de chambrier…) et des bénéfices mixtes tels que les cures détenues par des réguliers, la règle étant que les bénéfices séculiers ne puissent être possédés que par des séculiers, et les réguliers que par des réguliers. Toute une législation canonique vient préciser l’attribution, le montant et la nature des bénéfices tout au long des siècles eu égard aux nombreuses querelles, suscitées par des abus et des problèmes de préséance entre les différents membres du clergé. En particulier au XIVe siècle, le déséquilibre dans la répartition des bénéfices participe également de la crise religieuse en cette fin de Moyen Âge110.

159Chez Evrart de Tremaugon, les bénéfices perçus par l’Église et ses représentants sont maintes fois décrits avec le détail de la nature des bénéficiaires. Dans tous ces exemples, le syntagme nominal « bénéfice » est employé au pluriel. Les propos d’Evrart de Tremaugon, les débats entre le Clerc et le Chevalier, sont également le reflet des différentes querelles et points d’usage sur la nature et l’attribution des bénéfices. Ces propos sont corroborés par les coutumes et les hommes de loi, comme le démontre les quelques exemples suivants :

  • 111 N. de Baye, Journal, ouv. cité, p. 135.
  • 112 Ableiges (Jacques d’), Le Grand Coutumier de France, ouv. cité, p. 23.
  • 113 Le Songe du Vergié, ouv. cité, Tome I, Livre I. Chap. LX, p. 98.

« La Court ne veille pas souffrir que des benefices qui ont esté donnez ou temps de la substraction qi fut faite à Nostre Saint Pere111 ».
« C’est assavoir des causes d’appel… et aussi des bénéfices donnés en régalle, et après d’aultres si avant que l’en pourra délivrer112 ».
« Des aultres dignités et benefices moindres que evechiés, abbaies et prieurés, et aultres dignités et benefices seculiers, Diex, qi tout scet, nous soit tesmoing quel nombre il y a en Sainte Eglise qui detienent et occupent lez dignités et lez benefices, qui ne scevent pas leur grantmaire113 ».

160Le sémème de « bénéfices » tel qu’il ressort des exemples de notre corpus est le « S1 revenu/s2 attribué/s3 aux hommes/s4 d’Église ».

161L’association énumérative de syntagmes nominaux comme « offices » ou « dignités » en redondance avec « bénéfices » permet également d’amplifier les sèmes dénotatifs d’attributaires des bénéfices « S3 aux hommes/S4 d’Église » par le sème connotatif de leur fonction. Les attributaires des bénéfices (les bénéficiaires) le sont en raison de leur titre et qualité d’hommes d’Église. Les occurrences nombreuses spécifiant la qualité de l’attributaire permettent de compléter ainsi ce sémème : « S1 revenu/s2 attribué/s3 aux hommes/s4 d’Église/s5 par l’Église ou le Pape ».

  • 114 Idem, Tome I, Livre I. Chap. IV, p. 19.
  • 115 Idem, Tome I, Livre II. Chap. CLXVI, p. 146.

« Benefices de sainte Eglise114 ».
« La puissance de conferer touz benefices appartient au Pape de Ronme115 ».

162Mais dans la querelle du gallicanisme, en plein schisme, se pose la question de l’attributaire des bénéfices.

  • 116 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, Tome II, p. 220.

« La seconde justice, qui est appellee distributive, appartient aux benefices et offices, lesquelx soient distribuez par toy en personnes souffisans au bien commun de la chose publique du royaume de Gaule116 ».

163Même dans cette perspective gallicane, le sémème de « bénéfices » reste constant comme « S1 revenu/s2 attribué/s3 aux hommes/s4 d’Église »

164Le sème caractérisant l’attributaire « S5 l’Église ou le Pape » peut disparaître au profit d’une autre autorité jugée alors comme compétente. Les bénéfices perçus dès le Moyen Âge le sont en espèces sonnantes et trébuchantes. Le sème de « pécuniaire » se dégage comme inhérent dès son emploi en moyen français. L’exemple suivant étaye la manne procurée par les bénéfices par une suite énumérative de syntagmes nominaux qualifiant les gains issus des bénéfices.

  • 117 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. II. p. 293.

« Les fruiz, issues et revenues, receues et levées de quelzconques benefices et autres choses temporels117 ».

165Le lexème « bénéfice » en perdant la marque du pluriel caractéristique de son appartenance au champ sémantique de la rémunération ecclésiastique conserve cependant son cœur sémique de « S1 revenu/s2 pécuniaire/s3 retiré/s4 de quelque chose », ce dernier sème pouvant être qualifié selon la connotation du contexte d’état, de fonction ou d’entreprise. Le bénéfice est un avantage, et pas seulement financier ; la polysémie est établie pour ce lexème grâce à sa double appartenance au champ du vocabulaire financier et celui de la morale.

166C’est dans son emploi au singulier que le lexème de « bénéfice » est utilisé dans quelques propositions syntagmatiques. Il est alors le synonyme absolu d’« avantage » qui constitue son noyau sémique dans son appartenance au champ sémantique du revenu et de la rémunération. Mais dans l’exemple suivant, « bénéfice » est le synonyme de sa traduction latine littérale, le bienfait. La connotation positive attachée alors à « bénéfice », bienfait moral, est cependant utilisée malicieusement dans cette traduction de Salisbury puisque la locution nominale « bénéfice de nature » est une périphrase pour évoquer un soulagement spontané par voie corporelle, le « bénéfice de ventre » évoquant plus prosaïquement au Moyen Âge, la diarrhée.

  • 118 D. Foulechat, Le Policratius de Jean de Salisbury, ouv. cité, Livre II, Chap.9.7, p. 224.

« Ce qui est hault et noble entre les hommes meurs du benefice de nature ou d’estude et diligence de savoir118 ».

167« Bénéfice » est à l’intersection des deux champs sémantiques de la morale et de la finance, comme tant d’autres lexèmes du vocabulaire financier. Les distinctions sémiques dans l’ensemble des lexèmes du revenu lié à une fonction ou à un domaine peuvent se regrouper autour de trois axes principaux : l’assise du revenu, domaine ou fonction, la qualité de l’attributaire, le lien créé par le revenu entre attribuant et attributaire. Elles peuvent avoir ainsi une double voire une triple appartenance aux champs sémantiques du vocabulaire du revenu, de l’impôt et de la morale. Dans le tableau suivant, la distribution des paradigmes du vocabulaire du revenu attaché à un domaine ou à une fonction est effectuée selon la présence de sèmes dénotatifs et selon leur appartenance à un autre champ sémantique.

168Mais la distinction de ces parasynonymes, sans qu’aucun archilexème ne s’en dégage, sur l’axe paradigmatique diachronique de notre cursus s’opère par les traits sémiques connotatifs sur la nature des liens entre ceux qui versent le revenu et ceux qui perçoivent.

169Plus le lien s’apparente à un lien de service, de vassalité ou d’allégeance, plus le caractère d’appartenance au vocabulaire fiscal est fort. Les différents lexèmes peuvent être alors distribués selon la force de la subordination entre les redevables d’un revenu et les bénéficiaires de celui-ci. L’axe discriminant est alors entre la distinction sémantique sous l’angle du « revenu dû » et du « revenu perçu ». Ces deux sémèmes de base se juxtaposant sur un seul lexème, la « rente », dont la place syntagmatique et le co-texte déterminent alors, seuls, le caractère de revenu dû ou perçu. « Pension » et « bénéfice » ont comme noyau sémique le revenu, « redevance » et « tribut », et partagent le même sème générique de « redevance ». L’attraction sémique de « cens » tend plus vers « redevance », mais « revenu » ne peut être exclu de sa définition. Revenu pour celui qui le perçoit, redevance pour celui qui le paie, les paradigmes du revenu domanial ou personnel doivent être envisagés sous un angle polysémique dans l’architecture du vocabulaire du revenu.

Le vocabulaire du revenu pécuniaire

Recette

Graphie

170Recoite, recete, recepte, recette (graphie moderne), substantif féminin.

Dérivés morphologiques

171Recetter

Référence étymologique

  • 119 Cité par le TLF, dans l’édition du site en ligne, www.atlif.atlif.fr.

172Il est emprunté au latin médiéval recepta, receptum, issu du participa passé du verbe recipere, recevoir. En 1283, apparaît dans les Coutumes du Beauvaisis119, le lexème « recoite », « somme d’argent perçue », à l’identique de sa définition en latin médiéval. Puis, dès le XIIIe siècle, le concept d’indications reçues, transmises se dégagea avec les recettes de pharmacie, puis de cuisine, comme attesté dans Le Menasgier de Paris qui en cite quelques unes devenues emblématiques de la cuisine médiévale.

173Deux exemples dans notre corpus ont été sélectionnés parmi de très faibles occurrences selon leur fonctionnement en associations discursives avec d’autres lexèmes du vocabulaire financier caractéristiques du décaissement d’argent.

  • 120 Christine de Pisan, Le livre des fais et bonnes mœurs, ouv. cité, T I, Chap. XXV, p. 70.
  • 121 Idem, T I, Chap. XIX, p. 52.

« Il les assigoit de paiement sus ses receptes et revenues cleres et bien venans jusques affins de paye120 ».
« Dispenser pecunes, meubles et receptes121 ».

174Dans ces deux exemples, tous les lexèmes ont pour sème commun, l’argent.

175La « recette » est donc « S1 l’action/s2 de recevoir/s3 de l’argent ». Par glissement métonymique, la recette représente aussi « S1 la somme/s2 d’argent/s3 perçue ». La perception, la réception, le listage sont les autres sèmes du lexème « recette » qui deviennent alors dominants dans le groupe nominal « recettes de cuisine », ou d’une façon encore plus explicites dans les « recettes » informatiques, livraisons de programmes informatiques en exploitation. La recette a un caractère de régularité et de matérialité mais non de globalité comme tous les autres lexèmes du vocabulaire du profit et du revenu. C’est le lexème, qui avec « pécune », a comme trait sémique commun, l’argent dans sa matérialité la plus concrète par rapport aux autres composantes du vocabulaire du revenu.

Pécune

Graphie

176Pescune, pecune, pécune, substantif féminin.

Dérivés morphologiques

177Pécuniaire (XIIIe siècle), pécuniairement (1355), pécunieux-euse (1370-1372), impécunieux-ieuse (1677).

Référence étymologique

  • 122 A.Rey, Dictionnaire historique de la langue française, ouv. cité, p. 2629.

178Le lexème « pécune » est issu du latin pecunia, « possession en bétail », puis par extension « richesses, fortunes » et par extension, « monnaie ». Le bas latin est lui-même issu du latin classique pecus, « bétail, troupeau ». L’intermédiaire commercial a longtemps été le bétail, pecus, qui formait alors la valeur d’échange notamment chez les Babyloniens. Pour Alain Rey122, le français « pécune », « argent comptant » s’employait encore comme archaïsme plaisant… jusque vers 1930. Le mot « pecunie » apparaît pour le TLF dans la première moitié du XIIe siècle, dans Le psautier de Cambridge puis sous la forme « pecune » dans Les Moralités sur Job.

179La pécune recouvre d’abord le sémème de « S1 l’argent/s2 monnayé ». Comme le prouve l’exemple ci-après extrait des propos de Nicole Oresme :

  • 123 N.Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. LXIII.

« Encores, ès pareilles mutacions est nécessaire que les rentes et revenues de pecune, tauxez au nombre soient justement diminuez ou justement augmentez123 ».

180Mais très vite, la « pécune » désigne « S1 l’argent/s2 comptant », c’est-à-dire sous forme de pièces de monnaie comme nous pouvons le constater dans ces deux exemples tirés de Christine de Pisan :

  • 124 Christine de Pisan, Le livre des fais et bonnes mœurs…, ouv. cité, T I, Chap. XIX, p. 52.
  • 125 Idem, T II, Chap. XXVIII, p. 79.

« Dispenser pecunes, meubles et receptes124 ».
« Il gaigneroit devant le juge, il lui donroit grant pecune et l’autre s’i accorda125 ».

181La fréquence d’emploi de « pecune » dans notre corpus est extrêmement faible, le terme est d’ailleurs tôt vieilli et considéré ensuite très rapidement comme archaïque. L’ensemble de ses dérivés morphologiques sous forme adjectivale a connu cependant une plus grande pérennité pour qualifier tout ce qui a trait à l’argent. Ce lexème, aux frontières du vocabulaire de l’argent et de celui du revenu, est une illustration de la difficile affectation, dans tout le vocabulaire médiéval, des types de revenus aux modes de fonctionnement de ceux-ci.

Revenu

Graphie

182Revenu, revenue, substantif masculin et féminin en moyen français

Dérivés morphologiques

183Revenir (vers 980), revenue (1155), revenant (e) vers 1360, revient (1833)

Référence étymologique

184« Revenu » est le substantif masculin de « revenue », terme vieilli employé apparu en 1155 en sylviculture pour signifier la repousse des branches, et en vénerie, pour indiquer le pâturage à découvert des bêtes sauvages ». En 1320, apparaît le substantif masculin « revenu », issu du très ancien verbe « revenir », issu du latin revenire « venir de nouveau » et « revenir à son point de départ », puis « échoir sous forme de profit », le plus souvent pécuniaire. Etymologiquement, « revenu » marque un retour, et l’emploi progressif de « revenu » associé à une certaine catégorie de bénéficiaires connote même un juste retour au bénéficiaire du revenu. Dans l’ensemble de notre corpus, l’association du lexème « revenu » est presque quasiment exclusive avec les lexèmes représentant les personnes et entités d’autorité, « princes », « chevaliers », « Eglise » mais surtout « roi » et « royaume ».

185Ces associations dans les propositions syntagmatiques discursives de nos auteurs, en particulier, ceux de nos sources privilégiées, sont symptomatiques de la problématique des ressources financières du roi, qui selon l’adage, doit « vivre du sien ».

  • 126 L. Scordia, « Le roi doit vivre du sien » : la théorie de l’impôt en France (XIIIe-XIVe siècle), ou (...)

186Dans l’axe syntagmatique, la distinction s’opère toujours entre revenus du roi et revenus du royaume. L’association syntagmatique, par la conjonction de coordination « et » entre « roi » et « royaume » n’opère pas de substitution paradigmatique, bien au contraire, la dissociation est même parfois amplifiée par l’adjonction de l’adjectif qualificatif « ordinaires » pour cerner les uniques revenus du roi, ou bien par la précision au moyen du groupe nominal « de ton domaine royal ». Nos auteurs précisent le revenu du Roi et le décomposent selon les attributions royales réelles et théorisées. La thèse de Lydwine Scordia126 sur la théorie de l’impôt au Moyen Âge démontre bien la complexité de l’imbrication Roi/royaume et de la légitimité des revenus fiscaux. Lever l’impôt sur le peuple franc, le plus libre du monde n’est pas sans s’accompagner de discussions quolibétistes contrastées et étayées sur le bien fondé de la mise en place de la fiscalité royale, dont nos auteurs de notre corpus central se font l’écho. Notre propos n’est pas de commenter les théories politiques du temps, brillamment exposées dans la thèse de Lydwine Scordia mais d’établir comment l’approche d’une analyse sémantique du lexème « revenu » peut venir infirmer ou conforter ses propos.

187La fréquence d’emploi du lexème « revenu » au pluriel dans l’ensemble de notre corpus, et en particulier dans le corpus privilégié des Miroirs, corrobore la pluralité des sources de revenus pour le Roi et le Royaume. La distinction sémantique de « revenu » selon qu’il est employé au singulier ou au pluriel subit en revanche des inflexions sémantiques en français contemporain. Le langage économique et financier retient l’emploi au singulier dans des expressions telles que « le revenu brut disponible » des ménages. Mais ces mêmes ménages, selon leur propre optique, dispose de revenus, « les revenus du ménage ». La singularité ou la pluralité de « revenus » est aussi une question de perspective. Si le roi est un, et le royaume unique, leur revenu est cependant pluriel, grammaticalement et fiscalement. Mais l’association quasi systématique de « revenus » avec « roi » ou « royaume », la personne du Roi se confondant d’ailleurs parfois avec le royaume, selon une dialectique savamment établie et commentée à l’époque par les théoriciens politiques et théologiques du temps, permet d’établir ainsi le premier sémème de « revenu » comme « S1 ressource/s2 financière/s3 royale ». Le roi peut être considéré comme étant l’aboutissement du seigneur et des principes de « seigneurie » étant dans l’évolution des principes féodaux, socles de la royauté.

  • 127 N.Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. LXIX.

« Il convient aussi que icelles revenues soient de la seigneurie du Prince et du propre droit de la couronne royale127 ».

188Grand théoricien des finances royales, Philippe de Mézières établit une association sémantique intéressante par le groupe nominal :

  • 128 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, Tome II, p. 244.

« Les entrees et revenues de ton domaine royal128 ».

189Dans cet exemple, il est intéressant de noter que Philippe de Mézières emploie « entrées » et non « rentrées » comme pourrait le laisser entendre l’étymologie de « revenu ». Mais cette association syntagmatique des deux lexèmes ajoute, en sus de l’effet de répétition, de redondance, le sème connotatif de flux, discriminant de « revenu » par rapport aux autres lexèmes du champ lexical de la rémunération. Flux financier, le revenu est-il un « retour » et un juste retour ? La provenance du revenu royal est la condition de sa légitimité. À cette condition étroitement subordonnée au contexte historique, le lexème « revenu » n’est alors entaché d’aucune connotation négative, le revenu étant alors la juste ressource du roi.

190Dans l’ensemble de notre cursus, les « revenus » ne sont jamais qualifiés directement comme « fiscaux », ni même comme pécuniaires ou bien financiers. Ces associations qualificatives syntagmatiques ne figurent pas dans notre corpus. En revanche, les « revenus » sont souvent qualifiés d’« ordinaires » comme le sont les « aides », impôt seigneurial levé par le Roi de France dans des circonstances très précises, comme nous l’avons examiné au chapitre sur l’impôt. Les deux exemples suivants en sont une illustration :

  • 129 Le Songe du Vergié, ouv. cité, Tome I, Livre I. Chap. CXXXVI, p. 232.

« Se le Roy est assez riches et puissant de tresor et de sez revenues ordinaires pour son pays garder et deffendre… Il ne doit demander aucunes aides novelles de ses sujés, car les revenues ordinaires sont ordenés aux princes pour le paÿs garder d’opressions et deffendre129 ».

191Par contamination métonymique grâce à l’adjonction du qualificatif « ordinaire », qui est loin d’être banal, le sémème de « revenu » peut alors s’établir comme suit « S1 ressources/s2 pécuniaires/s4 royales/s5 issues/s6 du domaine ».

192Mais comment se matérialisent concrètement les revenus issus du domaine royal ? Le flux financier de retour vers la personne royale est-t-il d’origine fiscale, ce que semblent connoter toutes les associations avec l’adjectif « ordinaire » ? Ou bien est-il d’origine domaniale, comme les nombreuses occurrences du groupe nominal « rentes et revenus » de notre corpus incitent à le penser ?

193La différenciation sémantique entre « rente » et « revenu » s’opère sur les sèmes adjonctifs suivants, fondés sur la provenance d’origine de ce flux financier, la rente étant attachée à la terre, le revenu au domaine, et par extension sémantique au royaume, qui est un domaine royal, abstractions politiques se dégageant progressivement de la terre d’origine. Le retour, le rendu, la circularité des flux sont donc connotés tant dans « rente » que dans « revenu ».

194Mais l’association syntagmatique de « rentes » et « de « revenus » ne peut ainsi conduire à une substitution paradigmatique totale entre ces deux lexèmes. La connotation de régularité attachée à la rente n’est pas présente dans le revenu. La rente est foncière, le revenu est fiscal, même s’il est issu de la fiscalité foncière… La rente est fixée annuellement entre deux parties, elle participe tant du vocabulaire financier que du vocabulaire juridique par sa qualité de liens cocontractants entre deux parties. Et surtout, elle est intimement attachée à la terre, à la différence du revenu. L’exemple suivant en est une illustration qui permet de dégager par différence que le sème adjonctif de « terre » attaché à « rente » ne peut se retrouver dans le sémème de « revenu ».

  • 130 N. de Baye, Journal, ouv. cité, p. 32.

« Le Roy revoquoit tous dons de terres ou revenues130 ».

195Les frottements lexicaux entre ces différents lexèmes dans leur emploi dans notre corpus illustrent également les errements juridiques légalistes et théoriques du temps. Le revenu royal, en cette fin de Moyen Âge, ne s’inscrit ni dans la régularité, ni dans la permanence. La construction financière itérative du revenu royal s’accompagne de la précision progressive de la définition attachée au mot.

  • 131 Christine de Pisan, Le livre des fais et bonnes mœurs du sage Charles V, ouv. cité, T I, Livre II, (...)

« Cy dit l’ordenance que le roy tenoit en la revenue et distribucions de rentes de son royaume131 ».

196« Le roi doit vivre du sien », il doit demeurer le sage roi qui collecte avec parcimonie ses revenus pour les redistribuer tout aussi sagement, voire saintement comme le confirme Christine de Pisan, hagiographe de Charles V.

  • 132 Idem, T I, Chap. XIX, p. 52.

« Les revenues de son demeine et rentes accrut grandement… Les revenues de son royaume distribuoit sagement, dont l’une partie estoit appliquée pour la paye des gens d’armes et soustenir ses guerres, l’autre pour la despense de son hostel et estat de lui132 ».

  • 133 Idem T I, Chap. XV, p. 39.

« Le sage roy, sus l’estat des revenues de son royaume bien saintement et sagement distribuer, tyra a son sage conseil tous les sages prelas133 ».

197L’association syntagmatique de « revenus » avec des lexèmes du vocabulaire moral, « sage » et « saint », contribue à l’établissement du sémème de « revenu » comme « S1 ressources/s2 pécuniaires/s4 royales/s5 légitimes/s6 issues/s7 du domaine ». Christine de Pisan s’en fait la défenderesse la plus véhémente, il paraît alors logique que la légitimité morale et non seulement politique des revenus royaux soit la plus explicite dans son vocabulaire par comparaison avec celui de ses contemporains. Mais si le « revenu » est le lexème dénotatif de la ressource du roi, dans notre corpus, il n’est cependant pas exclusif de celui-ci.

198Les associations syntagmatiques entre « revenus » et d’autres personnages ou entités que le roi ou le royaume ne sont pas majoritaires dans le recensement des emplois de « revenus ». Le lexème « revenu » est associé presque exclusivement à des représentants de la noblesse, ou de l’Église, comme le démontrent les exemples suivants tirés aussi bien de nos sources privilégiés comme de notre corpus élargi.

  • 134 Le Songe du Vergié, ouv. cité, p. 232, Tome I, Livre I. Chap. CXXXVI.
  • 135 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, Tome II, p. 268.

« Les bienz et les revenues de Sainte Eglise sont la proie d’antre vous, chevalliers134 ».
« Que des rentes, honneurs et revenues que l’Église de Dieu prent sus ton propre demaine royal elle soit bien payee135 ».

199Ces deux exemples permettent par les associations énumératives avec des lexèmes du champ lexical de la possession et de la considération de discriminer « revenu » comme « S1 ressources/s2 financières/s3 seigneuriales/s4 issues/s5 du domaine ».

200Par rapport à « biens », la distinction sémique s’établit par rapport au flux induit par le revenu du domaine, le domaine étant alors équivalent au bien. Dans le second exemple, la suite énumérative permet de discerner de fonder une origine du revenu qui est issu du domaine, comme les « rentes » ou les « honneurs ». Cependant, la substitution sémantique ne s’opère pas avec « honneurs », ni même avec « rentes ». La discrimination sémique s’établit alors, non pas sur l’origine du flux financier, mais sur sa nature, et sa régularité. Dans nos exemples, « pécuniaire » apparaît comme un sème proprement dénotatif de « revenus », ainsi que le démontre l’exemple suivant, où « revenu » est d’ailleurs employé au féminin :

  • 136 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I. p. 105.

« Les gens d’eglise paieroient disième et demy de toutes leurs revenus136 ».

201Cet exemple, outre l’association syntagmatique de « revenus » avec le syntagme verbal « payer », dénotatif de flux d’argent, institue également le lexème « revenu » comme hyperonyme des ressources domaniales seigneuriales. D’autres exemples sélectionnés parmi les Chroniques, par essence descriptives et non théoriciennes, comme peuvent l’être les Miroirs, opèrent une distinction sémique implicite entre « rente » et « revenu », le « revenu », même « grant » étant distinct de la « terre » et dénotent l’origine domaniale du « revenu », en l’occurrence dans notre exemple, « les revenues de la conté ».

  • 137 Chronique normande, ouv. cité, p. 84.
  • 138 J.Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. IV, p. 53.

« Et en ce temps la Loys en Flandres et y fut receuz et obeiz comme sires de ses hommes tant pour lui paier les revenues de la conté, mais point ne vouloient estre de la partie du roy de France137 ».
« Il tenoit grant terre et grant revenue en Engleterre de par madame sa femme la fille dou roy que il avoit espeuse138 ».

202« Revenu » serait donc en ancien français le lexème spécialement attaché aux deux ordres féodaux des « bellatores », avec à sa tête la personne royale, et des « oratores ». Dans tout le vocabulaire de la rémunération, la distribution sémantique s’opère donc selon une différenciation sociale selon l’architecture des ordres au Moyen Âge, avec une spécialisation à l’intérieur de chaque ordre selon le métier, voire selon le rang (avec la prédominance dans notre de l’association syntagmatique Roi/revenu). Le lexème « revenu » n’est donc pas l’archilexème de la ressource financière… ou du revenu comme en français contemporain. Ce dernier exemple de Nicole Oresme par la précision qu’il induit ouvre également le champ sémantique du « revenu », en précisant son origine « de pécune », c’est-à-dire dans l’acception du moyen français, du revenu issu du monnayage.

  • 139 N.Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. LXIII.

« Encores, ès pareilles mutacions est nécessaire que les rentes et revenues de pecune, tauxez au nombre soient justement diminuez ou justement augmentez139 ».

203Dans son sémème générique, « revenu » est donc une « S1 ressource/s2 financière ». Cette définition constitue le noyau sémique de ce lexème dans le champ lexical du vocabulaire financier. Les sèmes adjonctifs suivants sont eux attachés au co-texte de l’image et de la réalité de la royauté en cette fin de Moyen Âge : « s3 seigneuriale/ou s4 royale/s4 issue/s5 du domaine ». Le sème s3 de « royal » est prédominant dans toutes les occurrences de notre corpus.

204Le revenu comme retour physique d’une personne n’est pas majoritairement employé dans notre corpus, le sens financier figuratif domine mais Froissart essentiellement l’emploie à quelques reprises, comme le démontre l’exemple suivant.

  • 140 J.Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. III, p. 377.

« Tantost apries le revenue des chevaliers qui avoient estet en Engleterre140 ».

205Froissart n’utilise pas a contrario le lexème « revenu » au sens de ressources financières mais choisit dans le champ lexical des revenus et autres ressources, le lexème de « richesse » pour désigner les biens royaux et seigneuriaux. Cet emploi sélectif dans le champ des possibles lexicaux du vocabulaire de la rémunération peut apparaître comme le reflet de l’absence de pensée économique voire politique de Froissart, dont la pensée théorique demeure sur des schémas féodaux classiques, selon lequel le Roi ne peut avoir d’autres « revenus » que ses propres richesses. Tirant sa légitimité d’une ressource assise sur un domaine, justement versée à un roi juste, le lexème « revenu », dans tout le champ lexical de la ressource financière, n’a aucune connotation négative, à la différence de « gain » voire de « profit ».

Gain

Graphie

206Gaaing, gaing, gain, substantif masculin

Réseau morphologique

207Regain (1175), gaignage.

Référence étymologique

208« Gain » est le déverbal de « gagner », il est apparu en 1145. « Gagner » est issu du francique  waidanjan « se procurer de la nourriture, faire paître le bétail ». Tous les dérivés morphologiques de « gagner » dont « gain » ont participé rapidement au champ sémantique du profit matériel issu du travail ou du jeu. La référence étymologique au pâturage est encore présente dans « regain » daté de 1175.

209Notre corpus ne connaît que de faibles occurrences du lexème « gain », avec des associations syntagmatiques renforçant sa connotation négative, tant dans ses qualificatifs « detestable » « petit », dans ses substitutifs syntagmatiques « butin », dans ses associations énumératives « gaaing et pillage », comme dans ses bénéficiaires, « les Grandes Compagnies », de triste réputation en cette fin de Moyen Âge.

210Dans tous nos exemples, le « gain » ne résulte ni d’un travail ni d’une possession, titre ou fonction, mais d’un profit occasionnel, très clairement connoté comme indu, dans les différents co-textes. La matérialité du gain, établi par son abondance d’or et d’argent, est aussi très clairement marquée, comme l’illustre l’exemple suivant.

  • 141 J.Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. III, p. 119.

« Parmy le gaaing d’or et d’argent qui là fu trouvés qu’en vaissellemence qu’en riches jouiaux qu’en deniers, mounnoies141 ».

211La profusion, comme la petitesse peuvent aussi caractériser le gain, comme le démontre l’exemple suivant.

  • 142 Jean Gerson, Oeuvres complètes, ouv. cité, volume VII, De la chastetée, p. 849.
  • 143 Le Songe du Vergié, ouv. cité, Tome I, Livre I. Chap. LX, p. 102.

« Le gaing de la femme est petit, aussi doit elle vivre et se passer de peu142 ». « Avoir gain et profit tres detestable143 ».

212Avec les exemples suivants issus des Chroniques de Froissart, l’association « gain » et « grandes compagnies » est systématique ; a contrario, dans un même ensemble discursif, Froissart emploie le lexème de « richesses » pour les profits des princes et des rois. L’axe paradigmatique de tous les lexèmes du profit notamment dans les Chroniques de Froissart démarque « gain » en le spécialisant sur un registre négatif par son association avec « les grandes compagnies », en l’occurrence des brigands de grand chemin.

  • 144 J.Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. III, p. 256.
  • 145 Idem, T. III, p. 391.

« Les grandes compagnies departirent entre eux leur gaaing et leur pillage en grant reviel144 ».
« Les grandes compagnies et leur routties departirent leur butin et tout leur gaaing dont il eurent grant fusion145 ».

213L’association gain/Grande Compagnie apparaît d’autant plus marquée si l’on considère cet exemple issu de Jean Gerson.

  • 146 Jean Gerson, Oeuvres complètes, ouv. cité, volume VII, Contre la paresse, p. 867.

« Notez du chevalier qui vot avoir sa part de gaignage146 ».

214L’emploi du dérivé morphologique « gaignage » et non gain est peut être caractéristique de l’absence de connotation négative que Gerson veut marquer pour désigner les ressources d’un chevalier. « Gaignage », également synonyme en moyen français de « terre labourable », se distingue de « gain » par la mention de l’origine de l’avantage (la terre) et par l’absence de connotation négative.

215« Gain » recouvre donc le sémème suivant « S1 avantage/s2 matériel/s3 issu/s4 d’une situation ». La substitution sémantique lexicologique opérée tant dans le TLF que dans la Base du Moyen Français entre « gain » et« profit » ne peut s’opérer dans l’axe paradigmatique de notre corpus. Le lexème « gain » par ses associations syntagmatiques revêt une très nette connotation négative et son sémème peut se compléter ainsi du sème connotatif « indu » « S1 avantage/s2 matériel/s2bis indu/s3 issu/s4 d’une situation.

216Dans le même axe paradigmatique se situe « profit » mais la différenciation sémique entre les deux lexèmes s’affirme sur deux points majeurs dans notre corpus : l’emploi possible au figuré de « profit » qui peut revêtir un aspect matériel ou spirituel, l’absence de connotation négative attachée au lexème « profit » en moyen français.

217En revanche, cette connotation négative peut se rencontrer dans la langue française contemporaine, avec certaines expressions comme « la logique du profit » qui vilipendent des pratiques capitalistiques. La concurrence entre « gain » et « profit » pour désigner très clairement un bénéfice financier a joué en faveur de « profit » au fil de l’évolution de la langue, ce lexème bénéficiant sans doute de ses associations sémantiques positives dans le champ lexical de la morale.

Profit

Graphie

218Prufit, profict, profit, proufit, profis, substantif masculin

Réseau morphologique

219Profitable (1155), profitablement (1280), profiter (1307), profiteur, profiteuse (1636), profitard (e) (1972)

Référence étymologique

220Il est issu du latin classique profectus, participe passé du verbe profacere, « faire en avant ». Il exprime l’avancement, le progrès et en ancien français l’avantage. Dès 1155, le sens spécialisé d’avantage matériel et pécuniaire apparaît en même temps que le mot, mais selon Alain Rey, ce sens ne se répand qu’au XIVe siècle. Dans notre corpus, les deux branches sémantiques du mot coexistent avec la problématique du « profit commun » largement développé par Evrart de Tremaugon ; le profit peut être tant matériel que spirituel. C’et sa double appartenance et son chevauchement sur les deux champs lexicaux du vocabulaire de l’argent et de celui de la morale qui le caractérise dans l’axe paradigmatique du vocabulaire du profit.

221« Pour le profict commun » est une expression fréquente chez Evrart de Tremaugon avec un nombre approximatif de près de cent cinquante occurrences. « Le profit commun » est une règle de bonne conduite politique du Prince qui doit œuvrer pour le bien de tous. Evrart de Tremaugon oppose dans une même proposition discursive le « profit commun » au « profit singulier » dont doivent se garder les Princes.

  • 147 Le Songe du Vergié, ouv. cité, Tome, II, Livre II, Le Songent, p. 264.

« C’est celuy qui plus singulieremnt tent au bien commun et au gouvernement de la chose publique et non mie a son privé ne singulier prouffit… contre tielx princes qui tendent a leur prouffit ingulier et non pas au prouffit commun en disant « tristes et dolens soient lez princes et lez pasteurs qui quierent leurs propres et singuliers prouffis147 ».

  • 148 L. Scordia, « Le roi doit vivre du sien » : la théorie de l’impôt en France (XIIIe-XIVe siècle), ou (...)

222Dans cette proposition Evrart de Tremaugon associe à « profit » des qualificatifs antonymes de « commun », « singulier », « propre », « privé ». La problématique du « profit commun » a été analysée par Lydwine Scordia148.

  • 149 Le Songe du Vergié, ouv. cité, Tome I, Livre I. Chap. CLX, p. 344.

« Car qui eust pugny tous les Jaques, ce n’eust pas esté le proufit conmun, car les terres fussent demourees a labourer et lez euvres mechaniques et necessaires pour la vie humaine fussent laissier affaire149 ».

223Dans le dernier exemple d’Evrart de Tremaugon, il est assimilable au « bien commun ». La substitution sémantique entre « bien » et « profit » s’opère dans l’axe syntagmatique comme dans l’axe paradigmatique chez notre auteur. Dans ces emplois, « profit » est synonyme de « bien », il ne résulte pas d’un travail ni d’une action, mais il indique le but vers lequel tend cette action. « Profit » recouvre alors le simple sémème de S1 avantage.

224Mais dans le groupe nominal du « profit commun », ce sémème peut être complété par les deux sèmes connotatifs « S1 avantage/s2 moral/s3 et matériel ». Dans cette expression topique du bien commun, les sèmes connotatifs de « moral » et « matériel » sont complétifs l’un de l’autre et non exclusifs. En revanche, chez le même auteur, lorsque le syntagme nominal est dissocié des syntagmes adjectivaux « commun » ou « singulier », il ne recouvre que le sémème de « S1 avantage/s2 matériel ».

225Les exemples suivants le démontrent.

  • 150 Idem Tome I, Livre I. Chap. LX, p. 102.
  • 151 Idem, Tome I, Livre I. Chap. CLXIV, p. 360.
  • 152 Idem, Tome I, Livre II. Chap. CCCLXXIX p. 243.

« Car l’Evesque de Rome et lez aultres evesques, afin de crestre leur juridiction et de avoir gain et profit tres detestable150 ».
« Desquels Juyfz il ont plusieurs profis151 ».
« Car l’Escripture si dit… « L’amour du profit si aveugle lez yeux des sages et si fait changer lez paroles dez justes »152 ».

226Dans le premier exemple, une substitution synonymique entre « gain » et « profit » s’établit par l’association des deux lexèmes. Dans ce cas, « profit » ne recouvre que le sémème restrictif de « S1 avantage/s2 matériel ».

227Il comporte de surcroît une connotation négative forte, corroborée également chez notre auteur par la désignation des bénéficiaires ou des initiateurs des « profits », les « Juyfs », vilipendés par tous les auteurs de notre corpus et désignés comme profiteurs au détriment des chrétiens. Le « profit » est donc l’avantage que l’on retire de quelque chose, avantage matériel ou moral. Dans le champ lexical du vocabulaire du revenu, ce lexème n’est pas signifiant de la technicité des mécanismes financiers de la rémunération ou du revenu ; il relève d’un vocabulaire plus abstrait, celui de la morale et du bénéfice, même dan son acception d’avantage matériel. Le trait sémique dominant de ce lexème est celui d’« avantage » ; les exemples suivants issus de traités permettent par les suites énumératives énoncées d’envisager « profit » comme l’archilexème de l’avantage matériel, englobant ainsi tous les autres profits et revenus.

  • 153 E. Cosneau, Les grands traités de la Guerre de Cent ans, ouv. cité, p. 5.
  • 154 Idem, p. 10.

« Avecques touttes ses appartenances, prouffictz et emolumens ; ensembleblement, avecques les proufficts, les droitures lesquelz les Roys d’Angleterre souloient avoir iceulz en aucuns temps153 ».
« Diocèses, terres, païs, villes, isles et lieux, souverainetez, seignories, droiz, mer et mixt empire, juridicions, rentes [et] proufictz quelconques qui furent appartenans et appendans d’iceux, ou qui furent du demeine154 ».

228Tout le champ lexical du revenu, dans son sens le plus large se fonde sur les gradations d’inflexion de sens entre la « ressource » et « l’avantage », les sèmes discriminants établissant en fait la différenciation selon le co-texte mais toujours en relation avec l’attraction plus ou moins marqué entre un vocabulaire abstrait, celui de la morale, et un vocabulaire concret, voire technique, celui de la finance. Les différents sémèmes du vocabulaire du revenu peuvent se répartir comme suit :

229Le revenu participe de l’économie royale, de la subsistance du Roi et du bon fonctionnement de l’État. Face à ces revenus acquis grâce à toute une stratégie domaniale et fiscale, le Prince est cependant comptable de ses dépenses face à son peuple.

Le vocabulaire des dépenses

230Le vocabulaire des dépenses se caractérise par une bien moins grande richesse sémantique, en effet, seuls deux lexèmes avec leurs dérivés morphologiques ont été recensés : la dépense et le coût. Caractérisant les flux d’argent, ces deux lexèmes subissent deux attractions sémantiques bien distinctes, le débours pour « dépense », le prix, ou l’indication chiffrée pour « coût ». Nous avons privilégié le lexème « dépense » par ses associations avec la personne royale et donc les finances royales, et toute la problématique de l’argent public. En effet, à la dépense, souvent inconsidérée et avec une forte coloration négative, s’oppose le don qui est lui empreint de la charité chrétienne et y participe.

231Les syntagmes adjectivaux fréquents associés au syntagme nominal « dépense » dans son emploi au pluriel et au singulier permettent de préciser ce sémème et de le qualifier. En effet, selon l’emploi au pluriel ou au singulier, la connotation est plus ou moins positive.

Dépense

Graphie

232Despence, despenses, despens, substantif féminin et masculin.

Dérivés morphologiques

233Dépenser (vers 1255), dépensier-ière (1130)

Référent étymologique

234« Dépense » est issu du latin dispensa, participe passé féminin substantivé de dispendere. Il est attesté dès 1176, mais est probablement antérieur, comme son double masculin, qui, lui est recensé dès 1170. « Dépens » est issu participe passé neutre substantivé du même verbe latin dispendere. Ce verbe latin, avec le suffixe « dis-« est l’un des nombreux dérivés morphologiques de « pendere », peser, et même en latin classique, « peser en distribuant », le latin impérial retenant « distribuer ». On retrouve, par les étymons des deux lexèmes concomitants « dépense » et « dépens », l’une des constances des racines étymologiques du vocabulaire économique et financier, avec comme unité sémique le poids ou la pesée, qui renvoient à chaque fois à la matérialité de l’argent.

235« Dépense » et « dépens » sont dès leur emploi en ancien français clairement rattachés au vocabulaire de l’argent comme « action de dépenser de l’argent » puis par métonymie somme dépensée pour dépenses. « Dépens » signifie quant à lui ce que l’on dépense, et dès 1260 apparaît l’association des deux syntagmes « dépens » et « dommage » dans le vocabulaire juridique (selon le TLF, « despens et domage » figure dès le XIIIe siècle dans le Livre de Justice et de Plet, éd. Rapetti, IX, XII, p. 176). Autant « dépenses » et « dépens » furent en concurrence sémantique avec un emploi apparemment indifférencié de l’ancien français au moyen français, autant « dépens » est aujourd’hui vieilli et n’est plus employé que dans les locutions « aux dépens de » (au détriment de) ou bien toujours dans un contexte juridique dans des locutions comme « condamner aux dépens ». « Dépens » dans son acception de « frais » qu’il partageait avec « dépenses » s’est spécialisé en français du XVIIe pour signifier exclusivement les frais juridiques. Par ailleurs, dès Montaigne est attesté l’emploi de la locution « aux dépens de « comme synonyme de « au détriment de ». Le mot « dépense » a traversé les siècles puisqu’il conserve le même sens de somme donnée ou versée, qui correspond à un décaissement, à une sortie d’argent. Un autre cheminement métonymique a conduit « dépense » vers un sens spatial : « lieu où l’on conserve les provisions, cave ». L’archéologie médiévale connaît ainsi les « dépenses » d’un château, mais ce sens, s’il est désormais archaïque, demeure historique. Le verbe « dépenser » (1225) issu du nom a suivi le même cheminement sémantique. « Dépensier » (vers 1130) en ancien français désigne le maître qui administre les dépenses, qui les gère avant de qualifier, comme adjectif, une personne qui utilise avec prodigalité son argent, souvent de façon inconsidérée.

236Notre corpus étaye effectivement majoritairement cet emploi à connotation négative. Le fait de dépenser un argent considéré est très souvent comme public, puisque donné au Roi, est très mal perçu par les moralistes des Miroirs.

237Philippe de Mézières emploie avec une grande fréquence le syntagme nominal « dépense », orthographié « despense » au féminin singulier associé au syntagme adjectival « royal » pour qualifier les sorties monétaires occasionnées par les différents achats nécessaires au bon fonctionnement de l’Hôtel du Roi et qui sont consignées dans les livres de compte.

  • 155 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 226.

« Pour la despense de ton hostel royal155 ».

238Le sémème de « despense » est alors le » S1 décaissement/s2 d’argent » et l’argent est indissociable du cœur sémique de « dépense », quitte à le rappeler comme Philippe de Mézières peut le faire, par association syntagmatique, en mettant en garde le Prince contre toute dépense inconsidérée, car l’argent ne se trouve pas facilement.

  • 156 Idem, tome II, p. 225.

« Et, pour ce, en deschargeant la despense royalle, de l’argent ne se trouve pas legierement156 ».

  • 157 Idem, tome II, p. 227.

239Il insiste sur le nécessaire rôle de régulateur du Prince qui doit être économe des deniers qui lui sont confiés et dont il est le comptable. Le Prince doit ainsi se garder de tout excès. Dans le paragraphe suivant, l’association du syntagme adjectival « nécessaire » avec « dépenses » au masculin pluriel dans la première partie de la phrase est en miroir avec l’association du syntagme adjectival « grant » qui est associé au syntagme nominal « despens » dans son emploi au masculin singulier. C’est le syntagme adjectival qui nous permet de déterminer le nombre du syntagme nominal « despens » dans cette proposition. Le passage du pluriel au singulier permet d’infléchir les traits sémiques de « despens ». Autant les « despens » au pluriel sont nécessaires (sous entendu pour le fonctionnement de l’Hôtel et du royaume) autant la dépense dans son caractère unique mais « grant » est futile et contingente « servant a vaine gloire et non a necessite157 ».

  • 158 Ibidem.

« Jusques a certain temps de reformacion du royaume, des entrees royales tu soyes contemps des despens neccessaires, en detranchant et en dissimulant plusiuers choses qui sont de grant despens, servant a vaine gloire et non a necessite158 ».

240Le sémème « S1 décaissement/s2 d’argent » peut se voir adjoindre en fonction du co-texte les traits sémiques de « s3 superflues », voire « s4 inconsidérées ».

  • 159 Christine de Pisan, Le livre des fais et bonnes mœurs, ouv. cité, T I, Chap. XIX, p. 73-74.

241C’est Christine de Pisan qui classifie le plus précisément les dépenses royales pour mieux les circonscrire dans un de ces très rares chapitres du Livre des fais et bonnes meurs159 consacrés aux thèmes économiques. Cinq postes sont détaillés d’après le partage supposé par Christine effectué par Charles V. Le premier poste de dépenses est celui qui génère en fait l’impôt : l’armée et la guerre. Ensuite, viennent les dépenses liées à l’état du roi et de sa famille, dans un objectif de magnificence royale. Les dons aux proches et aux serviteurs sont suivis des dons et aumônes aux pauvres, et du paiement des gages des serviteurs, toutes dépenses que l’on peut retrouver dans l’examen des comptes de l’hôtel du Roi. Enfin figurent les travaux de construction, Charles V fut un grand bâtisseur comme en témoignent de beaux édifices comme l’hôtel de Saint-Pol. La classification retenue par Christine est implicitement reprise par Philippe de Mézières qui vilipende sur un plan plus général et moral les dépenses superflues du Prince.

De folles despenses ?

242Les occurrences d’une association co-textuelle des syntagmes nominaux « despens » et « despense » avec les syntagmes adjectivaux appartenant au champ lexical de la démesure sont d’ailleurs nombreuses dans Philipe de Mézières. L’emploi de « despense » est majoritairement au féminin, et encore plus majoritairement au pluriel, comme si l’auteur voulait souligner par l’emploi casuel du pluriel le caractère inconsidéré de ces dépenses, qui, toutes seraient le fait du Prince.

  • 160 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 227.
  • 161 Ibidem.

« Grande despense160 ».
« Fole despense161 ».

243Pour souligner encore le caractère excessif et inconsidéré des « dépenses », Philippe de Mézières emploie une qualification énumérative par l’association de « foles » avec « superfleuses ».

  • 162 Idem, tome II, p. 294.

« Foles et superfleuses despenses162 ».

244Ces qualifications sont intenses, à l’image de la réprobation de l’auteur sur le caractère de ces dépenses royales. Une gradation sémique intervient également avec l’emploi du syntagme adjectival « outrageux », appartenant au champ sémantique de l’excès et de sa réprobation morale.

  • 163 Idem, tome II, p. 317.
  • 164 Idem, tome II, p. 401.
  • 165 Idem, tome II, p. 318.

« Les oultrageux despens163 ».
« Les grans estaz et despens oultrageux164 ».
« Pour retrenchier les pompes et vaine gloire gallicane et despence superflueuse165 ».

245L’association avec le syntagme verbal « grever » renforce encore le poids de la dépense, connotation initialement contenue dans son étymon.

  • 166 Idem, tome II, p. 234.

« Grever de despense166 ».

246Même si les dépenses peuvent être ordonnées par le Prince lui-même dans leur impérative nécessité, comme le démontre cette autre association syntagmatique avec cette fois-ci le syntagme adjectival « ordonnée ».

  • 167 Idem, tome II, p. 228.

« Despense ordonnee167 ».

247Dans cet exemple (avec d’autres occurrences dans le texte de Philippe de Mézières), on retiendra l’emploi au féminin singulier. Ceci permet de confirmer l’infléchissement de sens différent entre « despense » au singulier, qui revêt une connotation moins négative que dans son emploi au pluriel. Pour résumer, les différents emplois grammaticaux en genre permettent de dégager la pensée, et l’enseignement moral au Prince, de Philippe de Mézières : la dépense est nécessaire mais les dépenses sont superflues. Philippe de Mézières est cependant le plus moralisateur de nos auteurs, celui pour qui le contrôle de la dépense royale publique est impératif. Christine de Pisan est plus neutre dans ses différents emplois de « dépense ». La connotation négative de « dépenses » est moins marquée chez cet auteur. Au contraire, la dépense royale est le signe de la majesté, si l’on reprend l’exemple suivant :

  • 168 Christine de Pisan, Le livre des fais et bonnes mœurs…, ouv. cité, T II, p. 133, X.

« Il donna grans dons, tint plus magnificent estat et plus grant despense168 ».

248Dans cette proposition syntagmatique, l’« estat » n’est pas pris bien sûr dans son sens souverain, mais dans le fait d’être, et de paraître, comme d’ailleurs dans un autre extrait de Philippe de Mézières.

  • 169 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 401.

« Les grans estaz et despens oultrageux169 ».

249Ces deux exemples, tirés de deux auteurs différents de notre corpus sont malgré tout symptomatiques par l’association du lexème « dépense » avec « royal » et « estat »- donc de la personne du Prince – du trait sémique émergent du caractère public des « dépenses » à l’image actuelle des comptes de la Nation.

250« Despens » et « despenses » dans leur emploi au masculin comme au singulier sont cependant synonymes, presque homonymes et monosémiques. Le sémème de « S1 décaissement/s2 d’argent » est certes infléchi de traits sémiques à connotation négative plus ou moins accentué selon le co-texte mais ce noyau sémique demeure stable dans tous les textes, y compris ceux de notre corpus élargi, où « despens » est employé dans un contexte moins princier et plus populaire. C’est d’ailleurs dans ces ouvrages que « dépens » est usité dans sa substitution synonymique presque parfaite avec « frais ».

  • 170 N. de Baye, Journal, ouv. cité.

251Dans l’ensemble des occurrences contextuelles juridiques de règlement, le lexème « dépense » est exclusivement employé dans sa graphie « despens » et dans son emploi au masculin. La spécialisation sémantique de « despenses » et de « despens » est actée dans les deux corpus littéraires et historiques du même axe synchronique. Et même si « despens » peut être parfois utilisé à égalité sémantique par les auteurs de Miroirs des Princes, il ne s’opère aucune substitution sémantique entre « despens » et « despense » dès lors que « despens » recouvre le sémème de « S1 règlement/s2 en argent ». Avec une fréquence relativement élevée, l’association du syntagme nominal avec un possessif à la troisième personne, soit du singulier, soit du pluriel dénote le décaissement et la circulation monétaire, entre un individu et un autre. « À ses dépens » est alors parfaitement synonyme de « à ses frais » même si l’expression consacrée du vocabulaire juridique « à leurs frais et dépens » est déjà normée dans sa redondance au travers de nombreuses citations du Journal de Nicolas de Baye170 ou dans les Chroniques comme nous le démontrent les exemples suivants :

  • 171 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I. p. 237.
  • 172 Idem, T. I. p. 291.
  • 173 Idem, ouv. cité, T. I, p. 57.

« A leur despens171 ». « A ses despens172 ».
« A leur fraiz et despens173 ».

252Dans cette association syntagmatique énumérative de « frais » et de « dépens », dont la fréquence est assez élevée surtout dans le Journal de Nicolas de Baye, la substitution synonymique peut aisément s’établir entre « frais » et « dépens » mais l’ordre dans la chaîne syntagmatique ne peut être inversé. « Frais » se retrouve toujours comme premier élément de la chaîne syntagmatique, à tel point que cette locution énumérative est devenue une expression consacrée du vocabulaire juridique jusqu’à nos jours.

253Les adjectifs possessifs sont employés pour qualifier le syntagme nominal au pluriel ou au singulier en fonction de la personne à laquelle ils se rapportent mais toujours à la troisième personne du pluriel. En effet, le procédé narratif des Journaux et Chroniques conduit par la narration d’évènements factuels à effectuer un certain nombre de constats juridiques avec des précisions allant jusqu’au chiffrage et à la nature des dépens comme le démontrent les exemples suivants issus du Journal de Nicolas de Baye et des Chroniques d’Enguerrand de Monstrelet.

  • 174 N. de Baye, Journal, ouv. cité, p. 10.
  • 175 E. de Monstrelet, Chroniques, ouv. cité, p. 89.

« Ledit Monnoier a juré en ladicte Court de la sommede xviijc frans et de leurs dommages, interests et despens174 ».
« En après, le corps dudit duc fut mené en Bourgogne et enterré aux Chartreux emprès Dijon, dedens l’église, laquelle lui mesme avoit fonder et edifier à ses despens175 ».

  • 176 Cf. Chapitre 3, Le vocabulaire de la dette.

254Dans le premier exemple, dans cette suite énumérative, l’association de la chaîne syntagmatique « dommages, interests et despens » est le reflet, semble t-il, de la pratique de Nicolas de Baye en tant que greffier du parlement, qui, est soumis à la répétition orale de nombre de formulations juridiques et qui les reproduit parfois telles quelles, au mépris dans certains cas de la syntaxe de la langue écrite. En effet, si l’association des syntagmes nominaux « dommages » et « interests » fait partie d’une formule convenue comme nous l’avons observé précédemment176, « despens » est inclusif de « dommages » et « interests » puisque l’addition aussi bien sémantique que mathématique des ces deux syntagmes nominaux constitue les « despens », chiffrés avec exactitude et évalués par le juge pour une personne nommément désignée.

255Le sémème de « despens » est ainsi étayé. Il s’agit de « S1 règlement/s2 en argent/s3 de quelqu’un/s4 pour quelque chose » ; dans notre second exemple, c’est une église par le Duc de Bourgogne.

256Mais ces « despens » s’assimilent à un don. Dans ce co-texte, « despens » ne revêt pas la connotation négative de son presque homonyme « despenses ». Il représente le décaissement en argent, la somme versée dans sa stricte neutralité comptable, mais avec une destination et une origine qui permettent ensuite de l’assimiler à un don. Selon le même processus sémantique et comptable, les « despens » dans une chaîne syntagmatique « pour SN + despens » sont assimilables à un salaire pour ce libellé dans les livres de comptes de construction.

  • 177 Chambre des comptes de Montbrison, ouv. cité.

« Donne pour jorne et despens177 ».

  • 178 Les niveaux de vie au Moyen Âge, Mesures, perceptions et représentations, Actes du colloque interna (...)

257Cette expression suivie de la mention chiffrée de la somme journalière versée aux différents corps de métiers de la construction est par son emploi dans les livres de comptes de construction devenue une locution nominale qui signifie le versement du salaire. « Les comptabilités normandes emploient généralement la formule « pour poine et despens » indiquant qu’il s’agissait d’un salaire – non compris la nourriture178 ».

258Ces deux locutions nominales normées dans les livres de compte n’ont pas traversé les siècles, contrairement à l’association énumérative « à leurs frais et dépens ». Les dépens ont un caractère obligatoire, ils ne sont pas contingents mais nécessaires. Les exemples suivants sont représentatifs de l’association dans la chaîne syntagmatique de syntagmes verbaux appartenant au vocabulaire du paiement comme « taxer » et « payer » avec le syntagme verbal « despens » :

  • 179 N. de Baye, Journal, ouv. cité, p. 43.
  • 180 D. Foulechat, Le Policratius de Jean de Salisbury, ouv. cité, Livre II, Chap. 6, p. 142.

« Ce jour, la Court a taxé les despens de Paule Triboulet179 ».
« Et, quant les despens ne se porent paier pour la multitude des mourans, adont l’un se prist a geter les charoignes par-dessus les murs hors de la ville180 ».

259L’aspect monétaire du « despens » l’assimile toujours à un paiement mais la substitution synonymique ne peut être totale. Le sujet sémantique comme réel des « despens » est toujours clairement indiqué, comme « Paule Triboulet » ou le « duc » ; autrement dit l’emploi de « despens » permet de visualiser et d’identifier le cheminement monétaire sous forme de « S1 règlement/s2 en argent/s3 de quelqu’un/s4 pour quelque chose », chacun des sèmes distinctifs constituant le sémème de « despens » étant des sèmes inhérents, l’argent et le paiement constituant les noyaux sémiques de « despens » et de « despenses ». L’empreinte de connotations plus ou moins négatives de l’un et de l’autre est exclusivement le fait du co-texte. « Despens » et « despenses » impliquent de fait une sortie par décaissement, une sortie d’argent, l’aspect plus immatériel d’une connotation morale plutôt négative est somme toute relativement gommé par rapport à la tangibilité signifiée par le mouvement entraîné par les « dépenses » et autres « dépens », où l’on pourrait presque visualiser les pièces de monnaies sortant d’une poche. Quand la dépense est chiffrée, même si elle a un prix, elle n’est cependant pas un prix en soi.

260Dans le voisinage sémantique de « despens » et « despenses », nous avons rencontré à de nombreuses reprises le lexème « coût » dans une association énumérative avec « dépense ».

« Coût » et « dépense »

261« Coût » et « dépense » ont un trait sémique commun, celui de « somme » qui les rattache tous les deux à la matérialité de l’argent. C’est Evrart de Tremaugon qui utilise à de nombreuses reprises la suite énumérative « à leurs coûts et dépens », calqués sur la locution du vocabulaire juridique « à leurs frais et dépens », comme l’illustrent deux exemples choisis parmi de nombreuses occurrences :

  • 181 Le Songe du Vergié, ouv. cité, p. 31, Tome I, Livre I. Chap. XVI.
  • 182 Idem p. 39, Tome I, Livre I. Chap. XXVI.

« Saint Pol, de soy et dez aultres Apostres, dist : « Qui est celuy qui doit pour autruy labourer et travaveiller, en sez propres cous et despens ?181 ».
« Aultrement, se vous dittes que les Roys et lez princes, en leurs propres cous et despens182 ».

262En simplifiant au maximum la distinction sémantique entre les deux lexèmes, on pourrait affirmer que le coût se rapporte à la chose et la dépense à la personne. En effet le sème de « décaissement » est vraiment distinctif du sémème de « dépense » tandis que l’indication d’un coût n’implique pas nécessairement une sortie d’argent mais celui d’un prix. Si par métonymie, « coût » peut être synonyme de « dépense », l’inverse ne peut être exact. « Coût » et « dépense » sont les déverbaux de « coûter » et « dépenser » qui ne sont absolument pas substituables à la différence de leurs formes nominales : « coûter » représente un état, et « dépenser » une action.

263« Despens » et « despenses » à une connotation négative près sont presque synonymes dans notre corpus. Ils recouvrent tous les deux une action, le fait de dépenser, mais, dans l’ensemble du vocabulaire du revenu et de la dépense, ces deux lexèmes sont monosémiques. Le sémème de « S1 règlement/s2 en argent/s3 de quelqu’un/s4 pour quelque chose » est d’ailleurs resté invariant jusqu’en français moderne. En effet, si les modes de rétributions ont évolué en raison de la nature des fonctions occupées dans l’échelle sociale et de la diversité des métiers au fil du développement économique de l’Occident, la nécessité de recourir à un décaissement d’argent pour acheter, donc « dépenser », que ce soit de façon raisonnable ou inconsidérée, est constante. L’acception monosémique de « dépenses » et de « dépens » est étroitement liée à la nature de l’action impliquée par ces deux lexèmes parasynonymiques. Mais « dépens » a un usage sémantique désormais réservé exclusivement à un emploi syntaxique : le syntagme nominal est précédé de la préposition « à » et il n’est que rarement employé comme sujet mais le plus fréquemment comme complément d’objet indirect ou à un complément d’objet d’attribution.

264Ainsi dans le vocabulaire juridique s’en fait l’écho, comme à l’époque médiévale, lorsque une personne est condamné à payer une somme compensatrice d’un préjudice, il est spécifié que c’est « aux dépens de ». Par métonymie, tout préjudice au détriment de quelqu’un, même s’il n’est pas de nature financière, est exprimé également par la locution nominale « à ses dépens ». En revanche, « dépense » est caractéristique d’un flux de sortie, puisque par métonymie également, les dépenses ne sont plus uniquement pécuniaires mais elles peuvent être énergétiques ou caloriques, entre autres.

 

265Ayant pour trait sémique distinctif le flux, la ou les « dépenses » sont emblématiques, par leurs traits connotatifs négatifs, de ce vocabulaire économique et financier de cette fin du Moyen Âge qui appréhende tout mouvement d’argent, tout argent circulant, et ce, d’autant plus qu’il concrétise une sortie, comme périlleux et négatif. Le maniement d’argent est donc toujours entaché d’une souillure peccamineuse, les métiers spécialisés dans l’argent et leurs représentants demeurent ainsi suspects tout au long du Moyen Âge, ainsi qu’au cours des siècles en Occident, par simple contact quotidien avec le maniement des espèces.

Notes

1 A. Rigaudière, Pouvoirs et institutions, ouv. cité, p. 176.

2 Article « Aides » rédigé par O. Mattéoni dans le Dictionnaire du Moyen Âge, ouv. cité.

3 Philippe de Beaumanoir, Les Coutumes du Beauvaisis, 1282.

4 J. Favier, De l’or et des épices, ouv. cité.

5 B. Colasse, Les fondements de la comptabilité, La Découverte, 2007.

6 J. Favier, De l’or et des épices, ouv. cité, p. 179.

7 D’après le TLF, édition du site en ligne, www.atlif.atlif.fr.

8 Testament, 938, éd. Méon, Rose, t. 4, p. 48, d’après le TLF, édition du site en ligne, www.atlif.atlif.fr.

9 N. Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. XI.

10 E. Cosneau, Les grands traités de la Guerre de Cent ans, ouv. cité, p. 5.

11 Le Songe du Vergié, ouv. cité, p. 150, Tome II, Livre II. Chap. CXXVI.

12 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 347.

13 Jean Gerson, Oeuvres complètes, ouv. cité, volume VII, Discours sur le fait des mendiants, p. 987.

14 Ableiges (Jacques d’), Le Grand Coutumier de France, ouv. cité, p. 25.

15 Jean Gerson, Oeuvres complètes, ouv. cité, volume VII, Discours contre Jean Petit, p. 1027.

16 Christine de Pisan, Le livre des fais et bonnes mœurs, ouv. cité, T I, p. 50, XVIII.

17 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 391.

18 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 391.

19 Idem, p. 401.

20 J.Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. III, p. 148.

21 Idem, T. IV, p. 80.

22 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. II. p. 60.

23 Idem, T. II. p. 100.

24 Idem, T. II. p. 60.

25 J.Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. III, p. 148.

26 Christine de Pisan, Le livre des fais et bonnes mœurs du sage roy Charles V, ouv. cité, T I, Livre II, p. 120, III.

27 Idem, T II, p. 44, XII.

28 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 372.

29 Idem, tome II, p. 323.

30 Idem, tome II, p. 359.

31 Idem, tome II, p. 356.

32 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I. p. 291.

33 Douët d’Arcq, Comptes de l’Hôtel des rois de France au XIVe siècle, ouv. cité, p. 18.

34 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 395.

35 Idem, tome II, p. 423.

36 Ableiges (Jacques d’), Le Grand Coutumier de France, ouv. cité, p. 7.

37 Douët d’Arcq, Comptes de l’Hôtel des rois de France au XIVe siècle, ouv. cité, p. 19.

38 Idem, ouv. cité, p. 23.

39 Ableiges (Jacques d’), Le Grand Coutumier de France, ouv. cité, p. 130.

40 Douët d’Arcq, Comptes de l’Hôtel des rois de France au XIVe siècle, ouv. cité, p. 27.

41 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 408.

42 Ibidem.

43 Ableiges (Jacques d’), Le Grand Coutumier de France, ouv. cité, p. 132.

44 Jean Gerson, Oeuvres complètes, ouv. cité, volume VII, Pour la fête du Saint Sacrement, p. 497.

45 Le Songe du Vergié, ouv. cité, p. 356, Tome I, Livre I. Chap. CLVI.

46 Christine de Pisan, Le livre des fais et bonnes mœurs…, ouv. cité, T I, p. 61, XXII.

47 L. Scordia, « Le roi doit vivre du sien » : la théorie de l’impôt en France (XIIIe-XIVe siècle), ouv. cité, p. 347.

48 Le Songe du Vergié, ouv. cité, Tome I, Livre I. Chap. XVI, p. 31.

49 Idem, Tome I, Livre I, Chap. XVI, p. 34.

50 Jean Gerson, Oeuvres complètes, ouv. cité, volume VII, La montagne de contemplation, p. 53.

51 Idem, Sur la Passion, p. 506.

52 Christine de Pisan, Le livre des fais et bonnes mœurs…, ouv. cité, T II, XXVIII, p. 79.

53 L’amour rendu cordelier à l’observance d’amours, poème attribué à Martial d’Auvergne publié d’après les mns. et les anciennes éditions, vers 1094.

54 Jean Gerson, Oeuvres complètes, ouv. cité, volume VII, Discours contre Jean Petit, p. 1027.

55 Idem, Contre la paresse, p. 885.

56 Idem, Sur la Passion, p. 497.

57 Idem, Sur la Passion, p. 497.

58 Idem, Contre la paresse, p. 884.

59 Le Songe du Vergié, ouv. cité, Tome II, Livre II, le Songent 4-5, p. 267.

60 E. Boileau, Le Livre des Métiers, ouv. cité, p 46.

61 Ableiges (Jacques d’), Le Grand Coutumier de France, ouv. cité, p. 49.

62 Idem, p. 50.

63 Idem, p. 60.

64 Idem.

65 Idem, p. 116.

66 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 226.

67 Idem, tome II, p. 311.

68 Jean Gerson, Oeuvres complètes, ouv. cité, volume VII, Le Miroir de l’âme, p. 203.

69 Christine de Pisan, Le livre des fais et bonnes mœurs…, ouv. cité, T II, p. 77, XXVIII.

70 Jean Gerson, Oeuvres complètes, ouv. cité, volume VII. La danse macabre, p. 297.

71 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I. p. 57.

72 J.Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. III, p. 377.

73 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 285.

74 Idem, tome II, p. 393.

75 Christine de Pisan, Le livre des fais et bonnes mœurs…, ouv. cité, T I, XIX, p. 52.

76 Le Mesnagier de Paris, ouv. cité, Le Chemin de Povreté et de Richesse, p. 816.

77 J. Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. III, p. 345.

78 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I. p. 195.

79 J.Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. III, p. 470.

80 Chronique des quatre premiers Valois, ouv. cité, T. II. p. 255.

81 Christine de Pisan, Le livre des fais et bonnes mœurs, ouv. cité, T I, Livre II, Chap. III, p. 120
N. Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. LXI.

82 Dictionnaire du Moyen Âge, article « rente », ouv. cité.

83 Idem, article « redevance ».

84 A.Rey, Dictionnaire historique de la langue française, ouv. cité, p. 3178.

85 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, Tome II, p. 329.

86 N. de Baye, Journal, ouv. cité, p. 125.

87 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, Tome II, p. 356.

88 N. de Baye, Journal, ouv. cité, p. 113.

89 Christine de Pisan, Le livre des fais et bonnes mœurs…, ouv. cité, T. II, p. 38, XI.

90 Idem T. II, p. 37, XI.

91 Le Songe du Vergié, ouv. cité, Tome I, Livre I. Chap. XXXII, p. 44.

92 Jean Gerson, Oeuvres complètes, ouv. cité, volume VII, Discours sur le fait des mendiants, p. 716.

93 Christine de Pisan, Cent ballades d’amant et de dames, ouv. cité, p. 99.

94 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, Tome II, p. 268.

95 A.Rey, Dictionnaire historique de la langue française, ouv. cité, p. 672.

96 Le Songe du Vergié, ouv. cité, Tome I, Livre I. Chap. XXXII, p. 44.

97 Ibidem.

98 Le Songe du Vergié, ouv. cité, Tome I, Livre I. Chap. XXXXIV, p. 74.

99 Idem, Tome I, Livre I. Chap. XXX, p. 43.

100 Le Songe du Vergié, ouv. cité, Tome I, Livre I. Chap. XXXII, p. 44.

101 Christine de Pisan, Le Livre du Corps de Policie, ouv. cité, p. 95.

102 Le Songe du Vergié, ouv. cité, Tome I, Livre I. Chap. XXX, p. 43.

103 Idem, Livre I. Chap. XXXI, p. 59.

104 Mt, 22-15-21.

105 Le Songe du Vergié, ouv. cité, livre II, Chap. CLXII, p. 98.

106 N.Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. XXI.

107 Le Songe du Vergié, ouv. cité, Tome I, Livre I. Chap. XXIX, p. 42.

108 Dictionnaire du Moyen Âge, article « bénéfice », ouv. cité.

109 M. Bordeaux, Aspects économiques de la vie de l’Église aux XIVe et XVe siècles, Paris, 1969, p. 7.

110 Sur ce sujet, il convient de se référer à la section I « Le déséquilibre bénéficial » dans M. Bordeaux, Aspects économiques de la vie de l’Église aux XIVe et XVe siècles, ouv. cité, p. 28 et sv.

111 N. de Baye, Journal, ouv. cité, p. 135.

112 Ableiges (Jacques d’), Le Grand Coutumier de France, ouv. cité, p. 23.

113 Le Songe du Vergié, ouv. cité, Tome I, Livre I. Chap. LX, p. 98.

114 Idem, Tome I, Livre I. Chap. IV, p. 19.

115 Idem, Tome I, Livre II. Chap. CLXVI, p. 146.

116 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, Tome II, p. 220.

117 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. II. p. 293.

118 D. Foulechat, Le Policratius de Jean de Salisbury, ouv. cité, Livre II, Chap.9.7, p. 224.

119 Cité par le TLF, dans l’édition du site en ligne, www.atlif.atlif.fr.

120 Christine de Pisan, Le livre des fais et bonnes mœurs, ouv. cité, T I, Chap. XXV, p. 70.

121 Idem, T I, Chap. XIX, p. 52.

122 A.Rey, Dictionnaire historique de la langue française, ouv. cité, p. 2629.

123 N.Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. LXIII.

124 Christine de Pisan, Le livre des fais et bonnes mœurs…, ouv. cité, T I, Chap. XIX, p. 52.

125 Idem, T II, Chap. XXVIII, p. 79.

126 L. Scordia, « Le roi doit vivre du sien » : la théorie de l’impôt en France (XIIIe-XIVe siècle), ouv. cité.

127 N.Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. LXIX.

128 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, Tome II, p. 244.

129 Le Songe du Vergié, ouv. cité, Tome I, Livre I. Chap. CXXXVI, p. 232.

130 N. de Baye, Journal, ouv. cité, p. 32.

131 Christine de Pisan, Le livre des fais et bonnes mœurs du sage Charles V, ouv. cité, T I, Livre II, XIX, p. 52.

132 Idem, T I, Chap. XIX, p. 52.

133 Idem T I, Chap. XV, p. 39.

134 Le Songe du Vergié, ouv. cité, p. 232, Tome I, Livre I. Chap. CXXXVI.

135 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, Tome II, p. 268.

136 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I. p. 105.

137 Chronique normande, ouv. cité, p. 84.

138 J.Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. IV, p. 53.

139 N.Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. LXIII.

140 J.Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. III, p. 377.

141 J.Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. III, p. 119.

142 Jean Gerson, Oeuvres complètes, ouv. cité, volume VII, De la chastetée, p. 849.

143 Le Songe du Vergié, ouv. cité, Tome I, Livre I. Chap. LX, p. 102.

144 J.Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. III, p. 256.

145 Idem, T. III, p. 391.

146 Jean Gerson, Oeuvres complètes, ouv. cité, volume VII, Contre la paresse, p. 867.

147 Le Songe du Vergié, ouv. cité, Tome, II, Livre II, Le Songent, p. 264.

148 L. Scordia, « Le roi doit vivre du sien » : la théorie de l’impôt en France (XIIIe-XIVe siècle), ouv. cité.

149 Le Songe du Vergié, ouv. cité, Tome I, Livre I. Chap. CLX, p. 344.

150 Idem Tome I, Livre I. Chap. LX, p. 102.

151 Idem, Tome I, Livre I. Chap. CLXIV, p. 360.

152 Idem, Tome I, Livre II. Chap. CCCLXXIX p. 243.

153 E. Cosneau, Les grands traités de la Guerre de Cent ans, ouv. cité, p. 5.

154 Idem, p. 10.

155 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 226.

156 Idem, tome II, p. 225.

157 Idem, tome II, p. 227.

158 Ibidem.

159 Christine de Pisan, Le livre des fais et bonnes mœurs, ouv. cité, T I, Chap. XIX, p. 73-74.

160 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 227.

161 Ibidem.

162 Idem, tome II, p. 294.

163 Idem, tome II, p. 317.

164 Idem, tome II, p. 401.

165 Idem, tome II, p. 318.

166 Idem, tome II, p. 234.

167 Idem, tome II, p. 228.

168 Christine de Pisan, Le livre des fais et bonnes mœurs…, ouv. cité, T II, p. 133, X.

169 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 401.

170 N. de Baye, Journal, ouv. cité.

171 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I. p. 237.

172 Idem, T. I. p. 291.

173 Idem, ouv. cité, T. I, p. 57.

174 N. de Baye, Journal, ouv. cité, p. 10.

175 E. de Monstrelet, Chroniques, ouv. cité, p. 89.

176 Cf. Chapitre 3, Le vocabulaire de la dette.

177 Chambre des comptes de Montbrison, ouv. cité.

178 Les niveaux de vie au Moyen Âge, Mesures, perceptions et représentations, Actes du colloque international de Spa, 21-25 octobre 1998, Academia-Bruylant, Louvain-la-Neuve, 1999, p. 144.

179 N. de Baye, Journal, ouv. cité, p. 43.

180 D. Foulechat, Le Policratius de Jean de Salisbury, ouv. cité, Livre II, Chap. 6, p. 142.

181 Le Songe du Vergié, ouv. cité, p. 31, Tome I, Livre I. Chap. XVI.

182 Idem p. 39, Tome I, Livre I. Chap. XXVI.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search