Version classiqueVersion mobile

La dette, la dîme et le denier

 | 
Dominique Ancelet-Netter

Chapitre II. Le vocabulaire de la monnaie

Texte intégral

1L’histoire monétaire de la période médiévale est celle de la famine ou de la disette monétaires, comme pour tout le Moyen Âge. Le mot varie selon les historiens mais le fait demeure : les monnaies en circulation sont rares dans toute l’Europe, par pénurie notamment de métaux précieux. Le bimétallisme exclusif (or/argent) en est à la fois une cause et une conséquence. Certains historiens évoquent également le trimétallisme avec la circulation de nombreuses espèces de « monnaie noire » tant décriée, au propre comme au figuré, mais si nécessaire pour les échanges et la circulation des richesses dans les couches les plus pauvres de la société médiévale. À la pluralité d’espèces monétaires en circulation à la fin du XIVe siècle correspond une richesse sémantique du champ lexical des pièces de monnaie. Disette monétaire, abondance sémantique, les lexèmes des pièces de monnaies peuvent être sémantiquement classés en deux groupes. Le premier regroupe des éléments participants d’une monosémie monétaire pour les plus descriptifs d’entre eux (agnel, mouton, écu à la chaise, lexèmes des motifs figurant sur l’avers de la pièce…). Cette monosémie s’établit à partir d’une métonymie polysémique empruntée à d’autres champs lexicaux. Le deuxième est constitué de lexèmes présentant une grande richesse polysémique liée au caractère intrinsèque d’une pièce de monnaie (avec les référents de poids, de valeur, et d’objet matérialisé par un rond de métal, la pièce). Enfin, le « franc », nouvelle création numéraire et lexicale est aussi une affirmation sémantique usant de la triple polysémie « libre »/« noble »/« non soumis à l’impôt » pour amplifier encore la valeur de la pièce et de la volonté royale. C’est pourquoi nous nous attacherons particulièrement à l’étude de ce lexème.

2L’événement monétaire de notre axe diachronique est bien sûr la création du franc, l’une des mesures nécessaires pour le paiement de l’énorme rançon de Jean II. Le paiement requis de cette rançon accélère une création monétaire de qualité pour des sommes jamais atteintes. Le traité de Brétigny du 8 mai 1360 fixe les conditions de paiement, taux et change inclus.

  • 1 E. Cosneau, Les grands traités de la guerre de Cent ans, Picard, Paris, 1889, p. 18 (Traité de Brét (...)

« Item, est parlé que le dit Roy françois, pour la rançon et delivrance de sa personne et de autres prisonniers françois, payera audict Roy d’Angleterre, ou à ses hoirs, ou aient cause de lui, quatre millions de deniers d’or à l’escu, chascun au prix de quarente deux flourins d’or, dont accordé est que ledict Roy françois payera en la cité de Londres trois millions des dicts escus, qui font cincq cens mil livres d’esterllins, ou monnaie d’or ou d’argent a la value1 ».

3Le même évènement est relaté ainsi par Pierre d’Orgemont, qui reproduit dans ses chroniques le Traité de Bretigny quasiment mot pour mot :

  • 2 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I. p. 280.

« Item, accordé est que le roy de France paiera au roy d’Angleterre trois milions d’escuz d’or dont les II valent un noble de la monnaie d’Angleterre…. Et enseront paiez au dit roy d’Angleterrre ou a ses deputez six cent mile escus à Calais… chascun an prochain ensuivant, IIII cenz mile escuz telz comme devant… jusques a tant que les diz trois milions seront parpaiez2 ».

  • 3 E. Cosneau, Les grands traités de la guerre de Cent ans, ouv. cité, p. 47 (Traité de Brétigny).

« Item, accordé est que le Roi de France paiera au Roi d’Angleterre trois millions d’escuz d’or, dont les deux valent un noble de la monnoie d’Angleterre ;… jusques à tant que les diz iii millions seront parapiez3 ».

4Ces deux exemples, tirés, l’un d’un texte diplomatique, l’autre d’une chronique, illustrent la grande force dénotative alliée au vocabulaire de la monnaie. Chaque lexème du champ lexical de la monnaie, même s’il est polysémique, ne peut supporter, pour la compréhension globale de l’énoncé, aucune ambiguïté sémantique. Si l’axe syntagmatique d’une proposition peut induire polysémie par la répétition d’un même lexème sans archisémème, la restriction polysémique s’effectue par l’adjonction d’adjectifs épithètes ou de compléments de nom qualifiant le sème dominant dans l’axe syntagmatique de l’énoncé du lexème. De même, les substitutions dans l’axe paradigmatique ne fonctionnent qu’avec l’emploi des syntagmes verbaux comme « valoir » qui dénotent une équivalence numismatique sans que celle-ci recouvre une équivalence sémantique. Ces taux de change et de valeur sont nécessaires pour la précision arithmétique des sommes engagées.

5La deuxième remarque générale concernant le vocabulaire de la monnaie dans notre corpus peut être établie à partir de l’observation d’une majorité d’occurrences présentant des éléments chiffrés à une époque où la valeur relative des pièces de monnaie n’est jamais absolue. Enfin, à l’image de cet exemple si célèbre du chiffrage de la rançon de Jean II, les montants énoncés pour un décaissement sont, dans notre corpus de textes (excepté celui, particulier, des livres de comptes), spécifiés en monnaie de paiement et non en monnaie de compte. En usage depuis l’époque carolingienne, le maniement de celle-ci est pourtant parfaitement maîtrisé par les hommes de l’époque, lettrés ou gens du peuple, comme peuvent nous le démontrer les exemples issus des livres de comptes.

Autour du vocabulaire de la monnaie

  • 4 J. Favier, De l’or et des épices, Paris, Fayard, 1987.
  • 5 E. Fournial, Histoire monétaire de l’Europe, Paris, Nathan, 1970 p. 82.

6Le système monétaire de la fin du Moyen Âge est fondé sur le système carolingien. Charlemagne et son fils Louis le Pieux marquent la fin matérielle du « solidus », le sou d’or de l’Empire romain. Ils mettent en circulation en 825 les deniers d’argent. Le denier est en effet le « denarii » ou « per deneratas » c’est-à-dire les 240 rondelles de métal pur de la livre-argent. Le sou devient alors une monnaie de compte avec son multiple, la livre qui vaut 20 sous. Un rapport 12 entre le sou et le denier, « chiffre magique4 » est institué. Il subira de fortes fluctuations jusqu’au XIIe siècle avec l’intervalle de la monnaie stabilisée sous Saint Louis, mais du VIIIe au XIIIe siècle, une seule monnaie circula, le denier. « La grande et durable innovation de Louis IX5 » fut la création d’une grosse pièce d’argent, le gros, et de l’écu d’or. Mais surtout, par les ordonnances de 1262, il instaure la suprématie de la monnaie royale, qui a cours dans tout le Royaume de France. Les seigneurs, qui ont un droit héréditaire de battre monnaie, le conservent mais celui-ci n’a cours que sur leurs propres terres.

  • 6 M. Bloch, Esquisse d’une histoire monétaire de l’Europe, Paris, 1954.
  • 7 J.P. Cormier, Monnaies médiévales. Reflet des pouvoirs, Paris, Desclée, 1996, p. 77.

7Ces ordonnances instituent la monnaie comme « véritablement une fonction d’État6 ». Les monnaies féodales circulèrent encore pendant longtemps, mais seulement sous forme de deniers, le Roi interdisant la frappe de monnaie d’or et d’argent. Après la mort de Philippe le Bel, la réaction seigneuriale voulut revenir aux anciennes coutumes féodales, avec le droit d’émettre de nouvelles espèces de monnaie mais Louis X, fils de Philippe le Bel, après un accord pour la forme, « renouvela les prescriptions de Saint Louis en matière de monnaie. Il en profita pour dénombrer les monnayages féodaux subsistants et leur imposer des conditions d’émission, poids, titres et types, et pour établir le change avec la monnaie royale. Ainsi fixées, les monnaies féodales étaient condamnées à moyen terme, puisqu’elles ne pouvaient plus être dévaluées7 ». Le monopole de la frappe nouvelle de monnaies ayant cours dans tout le royaume est un pas décisif vers la consolidation du pouvoir financier royal centralisé, même si les cycles des mutations monétaires décidées par les souverains français affaiblissent les finances royales. Parfois imitée mais jamais égalée, la monnaie royale remplit peu à peu les fonctions d’une monnaie d’État. À partir du XIIe siècle, une explosion du nombre de monnaies différentes en circulation correspond à une pulsion plus forte de l’économie médiévale. La diffusion des espèces est parfaitement hétérogène. Certaines sont utilisées uniquement dans le périmètre politique et géographique de leurs émissions, d’autres circulent à travers toute l’Europe, comme le florin, ce « dollar du Moyen Âge », d’autres encore rencontrent un tel succès, qu’elles sont imitées, en toute légalité…

8Les faits marquants de notre axe diachronique sont la création du franc et une pause dans les mutations monétaires. Par l’ordonnance du 5 décembre 1360, la création du « franc à cheval » fut un des remèdes appliqués pour faire face la fois au fléau des mutations monétaires et au besoin de financement de la rançon colossale du roi Jean II, de près de trois millions de livres. La nouvelle monnaie est criée le 12 décembre de cette même année. L’arrêt relatif dans le long cycle de mutations des monnaies voulu par Charles V (en application apparente des théories économiques de Nicole Oresme) fut d’une durée trop courte pour que les effets en soient suffisants. Mais elle marqua durablement les esprits d’une population dont les revenus fluctuent au gré des mutations monétaires synonymes de dévaluation et par la multiplication des pièces et de leurs cours sans arrêt « criés » ou « décriés » quand une monnaie était décrétée hors d’usage par une ordonnance monétaire royale.

  • 8 E. Fournial, Histoire monétaire de l’Occident médiéval, Paris, Nathan, 1970.

9La monnaie médiévale possède un double caractère : c’est à la fois un instrument de mesure et une marchandise. Elle est constituée dans son immense majorité par des pièces métalliques, la monnaie de « banque », monnaie scripturale par rapport à la monnaie fiduciaire n’est qu’utilisée marginalement. Le système des lettres de change occasionne des mouvements monétaires réels même s’ils sont différés dans le temps. Les lettres de change ne peuvent donc être considérées comme une source de création monétaire, même en période de disette monétaire. Ce n’est qu’en 1640 avec la création de l’endossement et de l’escompte et les premiers développements de la banque moderne que se développera la monnaie scripturale. La monnaie qui nous importe est donc constituée par la masse des espèces sonnantes et trébuchantes qui circulent mais qui se jaugent toujours par rapport à la monnaie de compte. Comme instrument de mesure, la monnaie a un cours. Au Moyen Âge, aucune monnaie ne porte sa valeur inscrite sur l’une de ses faces : le cours légal d’une monnaie est précisé lors de son émission, en même temps que son titre et son poids. Le titre ou « aloi » est « la proportion de métal fin (or ou argent) entrant dans la composition de l’alliage avec lequel la pièce est frappée8 ».

  • 9 Idem, ouv. cité.
  • 10 Benoit Santiano, Les problèmes monétaires au Moyen Âge, Mémoire de DEA, sur le site http://www.sant (...)

10Dans ses instructions au maître des monnaies, responsable d’un des ateliers de fabrication monétaire agréés par l’autorité royale, le roi précisait donc le titre et le poids ou la « taille » c’est à dire « le nombre de pièces qui devaient être taillées dans l’unité pondérale de métal monnayable9 ». À partir du XIe siècle, en France, le marc devient la nouvelle unité pondérale pour la taille des monnaies mais elle ne fut pas nationale : chaque province eut son marc. Cette complexification des éléments entrant dans la composition de cet instrument de mesure qu’est la monnaie explique le succès du métier de changeur et la facilité pour les rois de décréter les mutations monétaires ; de surcroît à l’époque médiévale, circulent des monnaies « réelles », dont le cours doit être ajusté à la valeur intrinsèque. Autrement dit, une monnaie valant 20 francs d’or doit contenir pour 20 francs d’or. Mais elle est également définie à partir du XIIe siècle par rapport à la monnaie de compte (valant pour la comptabilité royale comme pour la comptabilité « privée » des seigneurs et des marchands) qui s’établit soit en deniers parisis (monnaie de Paris), soit en deniers tournois (monnaie de Tours), selon les lieux des deux principaux ateliers royaux de frappe de monnaie, avec les deux autres déclinaisons que sont le sou et la livre. La monnaie de compte est, comme nous l’avons vu, une création carolingienne. « C’est au cours du VIIIe siècle qu’apparut le système de compte monétaire. Le denier d’argent fut l’étalon de ce système monétaire. Ce système se construisit par analogie avec le système pondéral de l’argent. Comme 240 deniers de poids équivalaient à une livre de poids, on en vint tout naturellement à établir une équivalence entre 240 deniers de compte à une livre de compte. De même, comme 12 deniers de poids équivalaient à un sou de poids, alors douze deniers de compte valaient un sou de compte. Le système de compte monétaire était construit : 1 £ = 20 s. = 240 d ; 1 s. = 12d. […] Seul le denier admettait une correspondance entre monnaie réelle et monnaie de compte10 ». Fort heureusement pour les hommes du temps et les historiens médiévistes, les deux monnaies de compte établies au XIIe siècle restèrent dans un rapport inchangé selon la proportion 4 deniers parisis pour 5 deniers tournois, malgré les nombreuses fluctuations ou mutations monétaires.

  • 11 Idem, p. 148.
  • 12 Ibidem.

11La monnaie de compte médiévale est-elle concrète ou abstraite ? Dépendante ou non de la monnaie réelle en circulation ? Quels sont les rapports que ces deux monnaies entretiennent ? Car le même mot « monnaie » recèle et révèle deux réalités bien différentes à partir d’une même base, le denier, seul lexème polysémique à l’intersection du champ sémantique et numismatique des deux monnaies. Benoit Santiano établit une synthèse des débats des historiens sur la monnaie de compte au Moyen Âge, à partir des classifications de Hans van Werveke, selon que la monnaie de compte est assise ou non sur la réalité des espèces sonnantes et trébuchantes. Cette catégorie serait alors référente au passé pour le type A « la monnaie de compte représente un poids de métal fixe… dans ce cas, la monnaie de compte correspond à une espèce en circulation ou qui a disparu11 » ou au présent, dans le cas du type B où « la monnaie de compte correspond à l’unité de compte réelle12 », autrement dit, le denier de compte correspondrait à la valeur intrinsèque du denier en circulation. Enfin, le type C où « la monnaie de compte est absolument indépendante de la monnaie réelle… la monnaie de compte correspond alors à l’unité de compte abstraite ».

12Les péréquations adoptées par les différents historiens et statisticiens étayent l’une ou l’autre thèse, en articulant leur raisonnement autour du denier, pour savoir s’il est ou non une unité de compte réelle ou non, invariable ou non. En tout état de cause, la monnaie de compte au Moyen Âge existe bel et bien, elle appartient au champ lexical de la monnaie et sémantiquement, un seul de ses lexèmes, le denier, est polysémique comme nous le verrons, à la différence de la livre et du sou, qui ne franchissent jamais dans la période médiévale le cap de la matérialité de la pièce de monnaie.

13Par ailleurs, au moment des paiements, des décaissements et des encaissements, une conversion en espèces sonnantes et trébuchantes devait de toute façon s’effectuer ; comme nous le verrons, nos auteurs médiévaux, quelle que soit la nature des écrits, philosophiques, hagiographiques, comptables ou événementiels comme journaux et chroniques, dominent parfaitement les mécanismes des monnaies, et la coexistence des deux systèmes, réel et comptable, et ce, malgré la complexité de l’appréhension de la monnaie médiévale qui ne se conçoit qu’en trois dimensions. Trois éléments définissent donc la monnaie : le titre, le poids, le cours. Une mutation monétaire s’effectue à partir du moment où l’on change au minimum l’un de ces trois éléments, la combinaison pouvant se faire sur les trois à la fois.

  • 13 E. Fournial, Histoire monétaire…, ouv. cité.

14La mutation est donc un changement dans les composants matériels (poids, titre) que dans la composante « immatérielle » (cours) de la monnaie. Toutes les monnaies médiévales sont majoritairement des alliages : les monnaies d’argent ou d’or purs sont rares, étant donné la pénurie de ces deux métaux, surtout de l’or réservé aux échanges internationaux pendant tout le Moyen Âge. Si le Prince diminue le poids du métal fin dans l’unité monétaire, il l’affaiblit, à l’inverse une augmentation du poids de métal fin renforce la monnaie, puisque la valeur d’une monnaie ne peut être qu’intrinsèque pour un homme du Moyen Âge. Mais, comme le cours légal, précisé lors de la frappe d’une monnaie peut être modifié – « les espèces de bon aloi peuvent être reçus à une valeur supérieure à leur cours légal : c’est le cours parallèle ou cours commercial13 » – les mutations peuvent donc être nominales. À partir du XIIe siècle, des mutations modifient uniquement le cours des espèces déjà en circulation, sans modifier la valeur intrinsèque de la monnaie. Ceci est amplifié par le fait que jusqu’en 1266, seuls les deniers circulaient. Les mutations réelles peuvent agir soit par un « changement visible, par modification de la masse, de l’effigie et de l’appellation de la pièce », soit par « un changement invisible ou dissimulé par la diminution du titre ». Autrement dit, le Prince modifie le titre de la monnaie, mais sans le dire, rognant au passage les monnaies et accroissant son bénéfice. Ces procédés furent de nombreuses fois employées de 1347 à 1355, autrement dit juste avant le début de l’axe diachronique de notre étude.

15Cette période d’extrême fluctuation monétaire marqua tous les esprits de l’époque, petites gens comme théologiens, avec une condamnation unanime sur la dissimulation des titres, tant pragmatique que théologique. Les monnaies n’étaient plus frappées au coin du bon sens. L’unification et le renforcement des monnaies menés en parallèle avec l’unification des poids et mesures en 1321 dénotent bien la volonté du pouvoir royal d’asseoir la royauté face aux barons grâce à la prééminence de la monnaie royale. Monnaie royale qui fut d’ailleurs imitée tant par le souverain lui-même que par ses proches… Une parenthèse se doit d’être ouverte sur ce fameux chapitre de la fausse monnaie. L’accusation de faux-monnayeur portée à l’encontre de Philippe le Bel, et la fâcheuse réputation qui s’en suivit, trouvent leur origine dans les propos de Bernard Say, évêque de Pamiers, relayés par Boniface VIII. Mais ces accusations ont eu une portée limitée au temps de Philippe le Bel. En revanche, ceci fait partie des assertions historiques amplifiées jusqu’à la légende.

  • 14 « Le faussaire exposé, l’État et l’écrit dans la France du XIVe siècle » par Kouky Fianu dans Cl. G (...)
  • 15 N. Gonthier, Le châtiment du crime au Moyen Âge, Presses Universitaires de Rennes, 1998, p. 168.
  • 16 Registre criminel de la Justice de Saint-Martin-des-Champs à Paris au XIVe siècle. Juridiction des (...)

16Les faux-monnayeurs inclus ainsi dans la grande famille des faussaires, commettent un crime de lèse-majesté, accusation difficilement probante à l’égard de la personne royale. « Le faussaire porte sur lui l’objet de son délit : faux sceaux et fausses lettres ornaient son cou… avec parfois l’intitulé de son crime inscrit sur une mitre14 ». Mais il s’agit là d’un crime de faux simple et pour la fausse monnaie, la législation royale est encore plus intransigeante. « Le faux-monnayeur sera bouilli vif dans un chaudron qui symbolise sans doute le matériel de ses coupables amalgames : une mise à mort reste rare à la fin du Moyen Âge15 ». Le crime de fausse monnaie est si important que l’on va même jusqu’à infliger aux effigies des criminels les mêmes châtiments qu’aux personnes. Un cas connu bien identifié illustre une « double peine » effigie/personne. Cela se passait au prieuré de Saint-Martin-des-Champs, juridiction seigneuriale importante de Paris sous tout l’Ancien Régime. « Bien que le crime de fausse monnaie fût royal entre tous, les juges de Saint-Martin en revendiquaient la reconnaissance […] Une femme justiciable de ce crime-là fut arrêtée à Paris par la justice royale […] après qu’elle eut été exécutée par la gens du roi […] (sa) figure fut bouillie dans une chaudière sous les fourches patibulaires de Noisy16 ». Le lien faute/peine dans la justice civile est une constante de l’histoire des crimes et délits et de leurs châtiments au Moyen Âge. En 1309, Philippe le Bel obtint du pape Clément V l’excommunication des faux-monnayeurs. Ceux-ci sont donc aussi poursuivis normalement par la justice divine jusqu’en en Enfer. Mais pour Marc Bompaire, le grand débat monétaire vers 1322 n’est pas tant celui de la fausse monnaie, ni de l’affaiblissement de la monnaie, que celui d’un monnayage fixe, abondant et de qualité.

  • 17 E. Fournial, Histoire monétaire…, ouv. cité.
  • 18 M. Bloch, Esquisse d’une histoire monétaire…, ouv. cité, p. 75.

17Les mutations sont donc mesurées à partir de 1338 pour les monnaies d’argent avec la création du « pied de monnaie » qui constitue un instrument de mesure : c’est « le rapport entre la valeur intrinsèque du gros tournois de Philippe de Valois de 1329 à la valeur intrinsèque de l’émission considérée ou de l’espèce en tenant lieu17 ». Comme la frappe des monnaies est définie par le Roi, la mutation de la monnaie est également décidée par lui, et diffusée au moyen des ordonnances royales. La frappe et l’émission des monnaies, la fixation de leurs valeurs sont donc dès l’époque médiévale des fonctions d’État. De 1275 à 1340, se succèdent ainsi des « avis donnés au roi » sur les monnaies. Selon M. Bloch18, quatre motifs peuvent être invoqués pour expliquer les mutations monétaires. Deux raisons sont « techniques » : l’ajustement du rapport légal au rapport commercial des métaux précieux, et l’ajustement à la dépréciation spontanée de la monnaie (les pièces naturellement s’usent par manipulation). Deux raisons participent de la politique économique du Prince : la nécessité d’augmenter les moyens de paiement et le besoin fiscal pour faire face aux dépenses publiques croissantes.

18La mutation monétaire peut être effectivement en concurrence avec la levée de nouveaux impôts pour renflouer les caisses du Royaume. Les détenteurs de revenus en numéraire que sont les seigneurs ecclésiastiques et laïcs ne s’y trompent pas : ils consentent tout au long du Moyen Âge des impôts contre la promesse que les monnaies ne seraient pas « muées ». Le financement de la rançon de Jean II, étant donné son importance, est le résultat combiné de la levée d’aides extraordinaires et de la création d’une nouvelle monnaie forte, le franc. La mutation monétaire devient donc un moyen au service d’une politique. Théorisée par Nicolas Oresme à partir d’Aristote, après une période de mutations monétaires quasi-continue, elle est déjà dénoncée par Saint Thomas d’Aquin pour ces effets désastreux pour le peuple et les finances publiques. La réflexion sur les mutations monétaires constitue l’un des éléments principaux de la « pensée économique » au Moyen Âge marquée par la stabilité de l’époque de Saint Louis.

19L’autre grand fondement établi par les ordonnances monétaires de 1262 et 1266 de Saint Louis, consiste en la création de deux unités monétaires sous forme de pièces : le gros d’argent et l’écu d’or. L’écu d’or fut nommé ainsi car il représentait un bouclier fleurdelisé. D’une faible circulation nationale, eu égard à sa forte valeur, Saint Louis affirmait par la représentation de la médaille de cette pièce, et son titre en métal-or, la puissance royale française. Le système monétaire français s’est ensuite enrichi (ou appauvri si l’on songe à la dépréciation monétaire) de nombreuses autres pièces. Par l’ordonnance du 15 août 1266, Saint Louis institua le gros d’argent, première grosse monnaie d’argent à être frappée en dehors d’Italie. Au moment de sa création, il valait 12 deniers tournois et 9 ½ deniers parisis. Les successeurs de Saint Louis cherchèrent à rétablir la confiance en une monnaie forte, notamment avec la création du franc.

20Par l’ordonnance du 5 décembre 1360, portant création du franc, Jean II ordonne que « le denier d’or fin que nous faisons faire à présent et entendons à faire continuer sera appelé franc d’or ». C’est le fameux « franc à cheval » tel qu’il fut familièrement dénommé, car il représentait le roi en armure, monté sur un cheval caparaçonné. Mais il n’eut jamais le succès du denier, dans ses différentes attributions monétaires. Charles V ordonna également la création de nouveaux deniers aux fleurs de lys, qui furent dénommés « franc à pied », puisque le roi y apparaît sous un dais fleurdelisé. Le franc médiéval n’eut cours qu’une vingtaine d’années, mais il fut utilisé temporairement comme monnaie de compte. En effet, sa valeur unitaire relativement élevée facilite son emploi dans les lignes de compte des échanges internationaux. Charles VII émit cependant l’ultime franc-or de la période médiévale. Le franc « à cheval » valait 20 sous tournois ou une livre tournois. Autre monnaie de compte avec le denier, instituée également comme lui par le système carolingien, en référence à la livre-poids, la livre, n’est à la différence du denier, qu’une monnaie de compte. Dernière déclinaison du denier, la maille, qui, sous les premiers Capétiens, équivaut à un demi-denier, est le nom générique ou l’archilexème pour toute la menue monnaie pendant tout le Moyen Âge. Pour la grande majorité du peuple, ce sont les petites monnaies « noires » ou de « billon » qui circulaient.

  • 19 E. Fournial, Histoire monétaire…, ouv. cité, p. 188.
  • 20 J.P. Cormier, Monnaies médiévales…, ouv. cité, p. 104.

21Les lexèmes du champ lexical de la petite monnaie peuvent désigner le métal, la mesure du métal, l’unité de mesure comme la piécette de monnaie. Le « billon » désigne d’abord le lingot d’or ou d’argent, puis un alliage d’un métal fin (or ou argent) avec du bronze. Par extension, toutes les monnaies usées refondues à l’Hôtel des Monnaies deviennent « billon ». La famine monétaire du Moyen Âge interdit tout gâchis de métal un tant soit peu précieux et oblige à un recyclage permanent des monnaies anciennes, usées, dépréciées. Pour E. Fournial, le « sens le plus ordinaire de « billon » est toute espèce de monnaie d’argent à très bas titre19 ». Jusqu’au XIXe siècle, le billon désigna la monnaie d’appoint de très faible valeur intrinsèque. Et le « billonage » est pour J.P. Cormier « un trafic illégal sur des monnaies fausses ou défectueuses20 ».

  • 21 J. Favier, De l’or et des épices, ouv. cité, p. 174.

22Car, avec l’accélération des mutations monétaires, et pour renforcer la monnaie royale, les rois de France créèrent ensuite de nouvelles monnaies comme les agnels d’or aux valeurs différentes qui seront appelés par le peuple « les moutons » (à partir de janvier 1311), et les bourgeois (doubles et demi-maille). Que « Philippe VI fasse successivement apparaître un écu, un lion, un pavillon, une couronne, un ange, une chaise, toutes pièces d’or entre lesquelles le plus bref regard suffit à faire la différence21 » est une réponse concrète pour pallier la confusion des pièces entre elles : les monnaies médiévales ne comportent pas de valeur inscrite sur leur face, à leur émission, la différence de poids et d’aloi étant signifiée par la multiplicité des représentations. Avec la reprise de la Guerre de Cent Ans qui aggrava la situation monétaire, l’agnel (dont le nom provient de l’Agnus Dei gravé sur l’avers) fut remplacé en février 1326 par le royal. Mais les monnaies continuent de circuler, malgré les interdictions royales (elles sont alors « décriées »), les nouvelles émissions se surajoutent les unes aux autres, et les motifs, obligatoirement distinctifs pour une population illettrée, finissent par imprimer des noms d’usage aux espèces, contribuant ainsi à la confusion monétaire générale des XIVe et XVe siècles.

23Le besant (de Byzance), le florin (de Florence) et le ducat (du Doge de Venise notamment) sont des monnaies étrangères éponymes de forte valeur, utilisées dans les échanges internationaux. Si les florins et les ducats ne se rencontrent que dans la poche des riches marchands… et plus rarement dans le Trésor royal, des monnaies étrangères de faible valeur comme le postulat des Flandres peuvent pénétrer le territoire national et contribuer à l ‘ augmentation de la masse de la « monnaie noire » et à la fragilisation de la « bonne monnaie », problème économique récurrent de cette fin de Moyen Âge. La monnaie – et sa stabilité – est indissociable pour la bonne tenue des finances royales de sa collecte : l’impôt.

  • 22 F.Autrand, Charles VI, Paris, Fayard, 1986, p. 545.

24La politique financière des princes aux XIVe et XVe siècles est dépendante de ces deux paramètres, avec une certaine tradition française rompue un moment par Charles V : « tirer les ressources monétaires de l’État des monnaies plutôt que des impôts22 ». Les monnaies, dans leurs caractéristiques numismatiques et, nous le verrons, sémantiques, sont les miroirs démultipliés des Princes.

Occurrences des différentes monnaies en circulation

Les monnaies de compte : livre, denier, sou. Graphies et emploi dans les livres de comptes

25Livre, libvre, substantif féminin

26Denier, desnier, substantif masculin

27Sol, sou, soult, substantif masculin

  • 23 E. Fournial, M. Gonon, Comptes de la réparation du donjon et de la construction de la Chambre des c (...)
  • 24 Ed. Forestié, Le livre de comptes des frères Bonis, ouv. cité.
  • 25 Livre de comptes 1395-1406. Guy de la Tremoille et Marie de Sully, ouv. cité.

28Les monnaies de compte sont utilisées généralement sous forme d’abréviations dans les livres de compte avec leurs initiales à l’exemple de cette reproduction des Comptes du donjon de Montbrison23, du Livre de comptes des frères Bonis24 ou de celui de Guy de la Tremoille25 :

  • 26 Idem, p. 6.

2965 l. 10 s.t26 (pour sous tournois)

  • 27 Idem, p. 49.

3040 l. p27 (pour livre parisis)

31Les livres de comptes précisent toujours s’il s’agit de monnaie tournois ou parisis, quand il s’agit de comptes riches en détails et en montants comme ceux des grands aristocrates. Les comptes de construction figurent, quant à eux, dans une seule monnaie de compte, sans que celle-ci soit précisée à chaque ligne de compte ; en effet, les comptes de construction sont essentiellement des comptes de débours. Les mesures médiévales étant peu stabilisées, il faut au moins avoir une aune de mesure stable, le type de monnaie de compte étant parfois indiqué en début de livre. Dans le libellé des comptes, les chiffres, même quand s’ils s’enchâssent dans un axe syntagmatique, sont malgré tout écrits en abrégé, comme par exemple dans Le Livre de comptes de Guy de La Trémoille :

  • 28 Livre de comptes 1395-1406. Guy de la Tremoille et Marie de Sully, ouv. cité, p. 11.

« Et est assavoir que la dite somme de 7.080 l.p., qui est tant seulement rendue et baillée au changeur du trésor, pour la dite somme de 5.600 fr., sont encore deubz a ma dite dame, qui fauldra recouvrer : 2.000 frans28 ».

32Cet exemple prouve l’utilisation concomitante dans une période diachronique très courte du franc et de la livre comme monnaie de compte, sans que ce syntagme nominal « franc », dans sa forme complète ou abrégée, n’entre d’une façon automatique et aisée dans le paradigme de « livre » même s’il peut y avoir substitution dans certains emplois syntagmatiques. Pour les livres de comptes royaux, la même structure en abrégé est utilisée pour la monnaie de compte, mais la monnaie de paiement est libellée de façon explicite. L’exemple suivant est aussi significatif dans l’ordre syntagmatique, de la distinction déjà établie dès le Moyen Âge, entre ordonnateurs et payeurs :

  • 29 Douët d’Arcq, Comptes de l’Hôtel des rois de France au XIVe siècle, ouv. cité, p. 3.

« Des diz trésoriers, sus ladicte despence, par lectre dudit Guillaume, faicte XXVI jours de may dessus dit ; compté par Pierre de Soissons, changeur du Trésor, en 2.000 franz d’or, 16s. p. la pièce, et le demourant en blans 4d.p. la pièce 2.880 l.p.29 ».

  • 30 E. Fournial, M. Gonon, Comptes de la réparation du donjon et de la construction de la Chambre des c (...)
  • 31 « Le blanc était une piècette d’argent de 5 d.t. dite « Blanc au K » ordonnée le 20 avril 1365, au (...)

33De façon très exceptionnelle, les comptables privés inscrivent dans leurs comptes la contre-valeur de la monnaie de compte en monnaie réellement en circulation : Pierre Serrer cite une fois le florin (sous son abréviation « flor30 »), trois fois le blanc31 sur plus de deux cent lignes de comptes. Le comptable qui a établi les comptes de Guy de la Tremoille transcrit une contre-valeur en monnaie de paiement, le plus souvent en écus, en utilisant ensuite, par abréviation, les lexèmes de la monnaie de compte toujours sous leur forme abrégée :

  • 32 Livre de comptes 1395-1406. Guy de la Tremoille et Marie de Sully, ouv. cité, p. 109.

« Pour employer en linge à coucher les povres, en 30 escuz, par quittance de ladite prieure donnée, XVIIIe jour de juin audit an : 33 fr. 15 s.t.32 ».

34Plus fréquente est l’utilisation de l’écu, les frères Bonis sont quasiment obligés d’inscrire la contre-valeur de la monnaie de compte en monnaie de paiement (le plus souvent en écu) dans les périodes de fortes turbulences monétaires. Dans la trilogie livre/denier/sou, vient s’insérer parfois l’obole, qui représente un demi-denier, la plus faible valeur en monnaie de compte dont la traduction en monnaie de paiement est la maille. Mais les occurrences d’« obole » sont très peu fréquentes. Cet exemple isolé figure dans les comptes de Guy de la Tremoille :

  • 33 Idem, p. 99.

« Les sommes de deniers qui y sont contenues, comme puet apparoir par les parties et quittances, lesquelles sommes montent en somme toute deux cens vint frans dix neuf solz neuf deniers oboles, tournois. Somme : 220 frans, 5 s. 2 d.ob.t.33 ».

35L’emploi adjectivé de « obole » dans le groupe nominal du syntagme nominal « denier » qualifie le denier en le minorant, comme un bémol abaisse la note d’un ton ; cette transcription sémantique de la valeur est une transcription s’apparentant à une notation musicale et chiffrée. L’emploi syntagmatique des monnaies de comptes dans les livres de comptes, sous leurs formes complètes ou abrégées, permet de conclure à une utilisation strictement monosémique des lexèmes « livre », « denier » et « sou » avec la définition de « unité de monnaie de compte ». Si une substitution a pu se faire jour dans l’axe paradigmatique et syntagmatique entre « livre » et « franc », elle n’a eu qu’une portée diachronique très limitée lors de la totale parité livre/franc, en raison de l’étonnante stabilité de celui-ci pour une monnaie médiévale.

36Les lexèmes de la monnaie de compte offrent un rare cas de permanence et de stabilité sémantique et référentielle du champ lexical du vocabulaire de la monnaie au Moyen Âge. Mais ces emplois doivent être alors considérés comme complètement exclusifs du sémème « pièce de monnaie » qui est pourtant attaché au lexème « denier », seul lexème parfaitement polysémique du sous-ensemble formé par la monnaie de compte dans le vocabulaire de la monnaie. Un dernier exemple issu du livre de compte de Guy de La Tremoille est parfaitement significatif de la différentiation sémantique et référentielle qu’établissent les praticiens des comptes entre la « monnaie de compte » (ou leur référentiel de système de paiement) et la monnaie de paiement. Cependant le groupe nominal SN + SN associant « monnaie » à « compte » n’est jamais utilisé dans les textes de notre corpus, ce concept étant sous-entendu par les hommes du Moyen Âge. Ce sont les historiens contemporains qui établirent ensuite cette précision. Mais le concept apparaît, à la lecture des textes, parfaitement maîtrisé par les comptables, les chroniqueurs et apparemment toute la population qui perçoit des menues sommes en rémunération de ses travaux.

  • 34 Idem, p. 110.

« Audit Jehan Garnier, qu’il avoit paié a Poitiers et ailleurs pour le change de 787 l. 10 s.t. en menue monnoye changiez a or34 ».

37La redondance des deux lexèmes « change » « changiez à » appartenant au réseau morphologique du change dans un même libellé de compte appuie par contraste l’intangibilité apparente de la monnaie de compte, scripturale, qui est « changée » avec le sème dominant dans cet exemple d’« échanger » en espèces sonnantes et trébuchantes, « en menue monnoye », l’adjectif « menue » qualifiant la monnaie venant renforcer dans cet exemple le sème de « pièce » que ce lexème inclut. La monnaie de compte constitue un acquis : les contemporains, marchands, chroniqueurs mais aussi les philosophes comme Nicole Oresme en ont une parfaite conscience et expression :

  • 35 N.Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. XXVI.

« En signe de laquelle loy et cours, toutes les pensions et revenues annuelles sont taxées au pris de la monnoie, c’est assavoir, à certain nombre livres, solz et deniers, par quoy il appert que jamais ne se doit faire mutacion35 ».

38Dans cette énumération, Nicole Oresme associe dans l’axe syntagmatique de sa proposition, et dans l’ordre décroissant de leur valeur, les trois lexèmes de la monnaie de compte qui constituent, ainsi, pour lui la monnaie considérée comme unité de chiffrage monétaire, système de mesure auquel, pour Nicole Oresme, nul ne doit déroger.

Référent numismatique et comptable, référence étymologique de la livre, du denier et du sou

  • 36 Dictionnaire de Numismatique, ouv. cité, article « livre ».

39Issue de la livre romaine, en usage jusqu’en 794, la livre carolingienne est d’abord comme son aînée une unité de poids, à savoir 15 onces d’argent fin. Cette mesure d’argent était elle-même subdivisée de façon à pouvoir y tailler 240 deniers ou 20 sous de 12 deniers chacun. C’est le fondement du système comptable de tout l’Ancien régime, le système comptable carolingien qui établit la division de la livre en 240 deniers ou 20 sous durera jusqu’à la Révolution française. Mais les livres peuvent être dans toute l’Europe de poids différents à tel point que leur poids doit être spécifié : par exemple, « la livre de poids de marc de Paris ou de Troyes (489,506 g) se subdivisait en 2 marcs, 16 onces, 128 gros, 320 esterlins, 1280 felins, 2304 carats et 9215 grains36 ».

40Si le système comptable est stable, y compris dans la parité de 4 deniers parisis pour 5 deniers tournois, la valeur intrinsèque des livres européennes et par voie de conséquence les rapports de change, varièrent considérablement durant toute l’époque médiévale ; quelques parités furent cependant conservées grâce aux marchands pour la bonne tenue de leurs livres de compte, par exemple, la livre sterling anglaise valait 4 livres tournois.

  • 37 Idem, article « denier ».
  • 38 Dictionnaire historique de la langue française, ouv. cité, p. 1034.

41Le denier, à l’origine par ses fondements romains, n’est pas, contrairement à la livre, une unité de poids mais une monnaie. « Créé pendant la deuxième guerre punique, entre 214 et 211, le denier était destiné à remplacer la quadrigat. Il avait une parité fixe avec le bronze et valait dix as sextantaires37 ». Son étymologie latine, « substantivation de l’adjectif denarius38 » confirme sa parité décimale avec l’as. Initialement, le denier est donc une monnaie d’argent mais avec la féodalisation et la pénurie monétaire, d’autres métaux peuvent entrer dans son aloi.

42Il n’y a pas un denier mais des deniers : les frappes seigneuriales multiplient le nombre de deniers, variant dans leur forme, comme dans leur composition, tout en demeurant monnaie de compte. Mais le denier est aussi une unité pondérable, variable selon les systèmes monétaires et une unité de mesure pour la taille de nouvelles pièces tout en demeurant une unité monétaire en tant que monnaie de compte. Et, à l’époque médiévale, le denier est aussi une pièce de monnaie, avec le même nom utilisé comme générique ou archilexème pour la plupart des plus petites monnaies frappées, et ce parallèlement à son utilisation comme monnaie de compte. Jusqu’à Saint Louis, le denier, seigneurial ou royal, de France ou d’Europe est pratiquement la seule pièce émise par les différents ateliers monétaires.

  • 39 Dictionnaire de Numismatique, ouv. cité, article « denier ».
  • 40 Ibidem.

43Afin de distinguer ces différents référents, qui sont aussi des réalités différentes, les numismates différencient et précisent leurs termes en distinguant le « denier de fin » ou « denier de loi » qui est « l’unité exprimant le degré de pureté de l’argent fin ou pur étant à 12 deniers39 » du « denier de poids » qui est une « unité divisionnaire de poids, représentant 1/2e de l’once40 ». L’once représente 1/16e de la livre de Paris, unité divisionnaire de la livre, elle varie donc en fonction des livres (sterling, parisis, tournois)… mais toujours dans un rapport fixe. À la différence du denier, la livre et le sou ne se sont pas matérialisés sous forme de pièces de monnaie à l’époque médiévale.

44Le sou, le solidus romain, qui servait à payer leur dû aux soldats de l’armée romaine, est une monnaie de compte équivalent à 12 deniers soit un 1/20e de livre. Pour les numismates, le sou a revêtu une réalité monétaire d’espèces sonnantes et trébuchantes avec la frappe du gros tournois par Saint Louis en 1266. Mais sa réalité monétaire ne recouvre son habit sémantique que sous Henri IV, le lexème « sou » appliqué à une monnaie – et non à une valeur – devient effectif en 1565 avec la frappe dans le système de monnaie de compte parisis puis dans le système tournois, où l’on parle alors de « douzain » pour la monnaie ainsi frappée. À l’époque médiévale, livre et sou ne sont jamais des monnaies en circulation mais des unités de la monnaie de compte de toute l’époque médiévale, et même au-delà, de tout l’Ancien Régime en France. L’Angleterre abandonne ce système seulement en 1971 avec l’adoption du système décimal. Les occurrences des lexèmes « sou » et « livre » sont donc d’une fréquence particulièrement élevée dans les livres de compte, avec un emploi le plus souvent sous forme de leurs initiales ou d’une abréviation convenue. En effet, afin d’assurer une stabilité monétaire dans la tourmente des mutations monétaires, la pérennité du système stable et fixe de la monnaie de compte était un garde-fou contre le total délitement de la monnaie médiévale, et par voie de conséquence de son économie. La monnaie de compte remplit au Moyen Âge les fonctions d’une sorte de langage commun dans la complexité de la réalité monétaire. Ainsi, dans le Journal de Nicolas de Baye, l’emploi des monnaies de comptes est assimilable aux emplois dans un livre de compte. De nombreux montants d’amende sont chiffrés en monnaie de compte et en monnaie de paiement pour une même somme. Il utilise, mais sa fonction de greffier l’y invite, les lexèmes de « livre », parfois de « sou » ou « sol » à de fréquentes occurrences.

  • 41 N. de Baye, Journal, p. 77.

« J. Tarenne, changeur et bourgoiz de Paris, promez paier au Roy nostre sire pour Bureau de Dampmartin, bourgoiz de Paris, la somme de VIxx livres parisis, pour cause de double amende41 ».

  • 42 Idem, p. 114.

« Alexandre des Marez, changeur de Paris, a dit en la Court qu’il avoit ij mil frans touz prest de par messire Charles de savoisy, et d’autres cousté mil et Vcfrans, d’autres cousté pour certeinne rente de C libvres parisis pour l’université de Paris42 ».

  • 43 Idem, p. 125.

« Pour lui avoient acheté C libvres parisis de rente rendues à Paris43 ».

  • 44 Idem, p. 135.

« Mil escus qu’avoit ordonné messire J. de Poupaincourt… seront mises devers la Court pour convertir en la rente admortie desdictes messes que la Court arbitre à L libvres parisis44 ».

  • 45 Idem, p. 137.

« Par requeste la somme de cccc libvres tournois, restant de plus grand sommes venant des deniers et biens de dame Perrenelle de Crepon, et laquelle somme estoit en despost de par la Court au change dessuy le Pont45 ».

45Les énoncés de Nicolas de Baye sur le vocabulaire de la monnaie de compte marquent également deux particularités sémantiques du lexème « franc » et du lexème « denier ». L’une a eu une durée de vie diachroniquement limitée, c’est l’emploi de « franc » avec comme sémème « unité de monnaie de compte équivalent à la livre ». L’autre, au contraire, a traversé les siècles, c’est l’emploi métonymique de « deniers » pour désigner une somme d’argent sans que celle-ci soit précisément déterminée. La diversité des énoncés de Nicolas de Baye marque aussi par leur fréquence à la fin de notre axe diachronique, la nécessaire qualification du système bipolaire de la monnaie de compte, suivant qu’il s’agit de la monnaie de Tours ou de Paris.

« Tournois » et « parisis » : qualificatifs des monnaies de compte

46En effet, l’ensemble des exemples précédents dénote bien, pour les chroniqueurs, la nécessité de qualifier le lexème « livre » comme le lexème « sou » par les adjectifs « tournois » ou « parisis », indissociables à l’époque médiévale de ces lexèmes sous peine d’imprécision chiffrée et de confusion monétaire. Les comptes tenus seraient alors parfaitement faussés. Les adjectifs « parisis » ou « tournois » ne sont jamais employés isolément mais toujours dans un groupe nominal associé à l’un des syntagmes nominaux de la monnaie de compte, même si dans une même proposition, lors de trois occurrences, la précision qualificative est donnée par trois fois.

  • 46 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I. p. 32.

« Car un setier de froment à Paris, par aucun temps, en la dite année, VIII livres parisis, un setier d’avoine LX sous parisis, un setier de pois, VIII livres parisis46 ».

47De même, lorsque les monnaies sont criées, le système de monnaie de compte dans lequel est inscrit leur contre-valeur est toujours spécifiée, même si les ordonnances des rois de France établissent qu’en fréquence, le système parisis est le plus employé.

  • 47 Idem, T. I. p. 140.

« Et ainsi fut fait et valu un mouton XXX sols parisis47 ».

48A contrario, même quand les lexèmes de « franc » ou d’« écu » (à de rares exceptions pour ce dernier) établissent, par leur emploi paradigmatique le sémème de « unité de monnaie de compte », ceux-ci ne sont jamais associés aux adjectifs qualificatifs « tournois » et « parisis ». Mais la qualification des monnaies de compte par leur déterminant de système comptable, parisis ou tournois, n’est cependant pas systématiquement employée. C’est le cas de la livre.

La livre : une haute fréquence d’utilisation

49La livre est l’unité monétaire la plus utilisée pour chiffrer les rentes la plupart du temps assises sur les terres ; dans les groupes nominaux SN + SN « x livres de rente », le lexème « livre » est précisé ou non par le qualificatif « tournois » ou « parisis » avec un emploi syntaxique comme dans les Chroniques de Jean II et Charles V différent des acceptions générales avec l’adjonction de la préposition « à » :

  • 48 Idem, T. I. p. 41.

« Le dit roy de France bailleroit au dit roy de Navarre XXXVIII mil livres a tournois de terre48 ».

  • 49 Chronique du Mont-Saint-Michel, ouv. cité, p. 3.

« En recompensassion de LX mille livres de rente qu’il prenoit sur les cofres du roy49 ».

50Dans tout notre corpus, le groupe nominal SN + SN « x livres de rente » a de fréquentes occurrences. Plus rarement rencontre-t-on le groupe nominal SN + SN sous la forme « x livres de terres », qui indique clairement en numéraire la valeur monétaire d’un fief.

  • 50 Chronique des quatre premiers Valois, ouv. cité, p. 159.

« Il tenoit la duchié pour la comté de Dol et trente mille livres de terres parmy la dicte comté50 ».

51Rare est également l’association du lexème « livre » avec l’autre lexème polysémique comme lui et représentatif de la confusion possible pour les lecteurs actuels entre les sémèmes, Σ1unité de poids/Σ2 unité de mesure/Σ3 unité de paiement dans une expression comme :

  • 51 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I. p. 236.

« Cent mile livres d’esterlins51 ».

52Cependant, dans cet exemple, la distribution entre les sémèmes « monnaie de compte » de « livre » et « unité monétaire de paiement » de « esterlin » est bien établie dans ce groupe nominal. La livre est aussi l’unité monétaire la plus fréquemment employée par les auteurs de notre axe diachronique pour chiffrer le montant de l’imposition dans des démonstrations à valeur de réquisitoires contre l’impôt, dont Philippe de Mézières est le pourfendeur :

  • 52 Ph. de Mézières, Le Songe du vieil Pèlerin, ouv. cité, p. 152.

« Car trop mieulx vouldroient. C. livres des subgiez bonnement octroyees ou seigneur, avecques la benediction, que mille livres come dit et tollues et ravies et remplies de toute malediction52 ».

  • 53 Dictionnaire historique de la langue française, ouv. cité, p. 1034.

53Les occurrences du groupe nominal SN + SN « x deniers par livres » sont fréquentes, le groupe nominal est encore précisé par l’emploi d’un lexème du vocabulaire fiscal comme, par exemple, chez Philippe de Mézières. Apparaîtrait alors l’un des derniers sémèmes de « denier » défini ainsi par Alain Rey comme « taux d’intérêt d’une somme53 », définition datée selon lui de 1349.

  • 54 Ph. de Mézières, Le Songe du vieil Pèlerin, ouv. cité, p. 420.

« VI deniers d’imposition pour livre54 ».

54La livre dans son acception d’unité monétaire est très souvent ainsi qualifiée et chiffrée pour distinguer ce sémème ici présenté de celui de « unité de mesure de poids ». Mais, dans cet exemple, où la livre représente bien l’unité de poids d’une marchandise, la confusion n’est pas possible. Le lexème « livre » se situe à l’intersection de plusieurs champs lexicaux, dont celui de la monnaie et de la mesure. Mais les emplois du lexème « livre » dans l’une ou l’autre acception ne souffrent aucune ambiguïté chez les auteurs de notre axe diachronique, comme le démontrent ces deux exemples tirés des œuvres de Jean Gerson, l’une en vers dans La danse macabre, l’autre en prose, dans le sermon « Pour le jour des morts » :

  • 55 Jean Gerson, Oeuvres complètes, ouv. cité, volume VII. p. 446.

« C’est bien dit ; ainsi doit on dire
Il n’est qui soit de mort delivre
Qui mal vit aura du pire
Sy pense chascun de bien vivre
Dieu pesera tout a la livre
Bon y fait penser soir et matin
Meilleure science n’a eu livre
Il n’est qui ait point de demain55 ».

55Cet exemple est intéressant dans la mesure où Jean Gerson utilise le lexème « livre » dans les rimes pour exploiter deux de ses sémèmes : la mesure de poids et le recueil de textes. Dans son sermon « Pour le jour des morts », il fait s’interroger le pénitent :

  • 56 Idem, ouv. cité, volume VII. p. 556.

« Se je donne quatre livres pour une messe sera toute la messe a mon profit ?56 ».

56Dans cet exemple, le champ lexical d’appartenance est sans ambiguïté, Gerson est l’un de nos auteurs à employer, parfois par jeu de mots, les trois sémèmes de « livre » : Σ1 « unité de poids », Σ2 « unité monétaire de compte » Σ3 « unité de recueil de textes ». Le sème commun est alors l’« unité » sans que ceci soit suffisamment qualifiant pour la livre, celui-ci pouvant aussi être employé pour le « sou »

Le sou : un parent pauvre

57Le sou a finalement peu d’occurrences dans notre corpus, en dehors des livres de comptes. À la différence de la livre et du denier, il est strictement monosémique et sert à chiffrer une somme avec exactitude :

  • 57 Chronique des quatre premiers Valois, ouv. cité, p. 293.

« Un aide pour les provisions et deffense du royaume, c’est assavoir par fourme de feux, dont le plus grant paioit pour sepmaine deux sous six deniers57 ».

58Le groupe nominal SN + SN « sous de tournoys », dans lequel le qualificatif « tournois » du sou est substantivé par Philippe de Mézières, cet emploi syntaxique étant renforcé dans un exemple par l’emploi de la majuscule.

  • 58 Ph. de Mézières, Le Songe du vieil Pèlerin, ouv. cité, p. 181.

« Pour un petit interest apparant et non existant aucunes foiz de quatre solz de Tournoy du demoyne royal, qui acent et (a) miliers se donne autre part58 ».

  • 59 Idem, ouv. cité, p. 312.

« Car il me souvient que es requestes royalles les pauvres gens qui par les officiers royaulx pour dix solz de tournoys qu’ilz devoiebt de taille, de feuage, d’imposicion ou de gabelle et veritablement n’avoient de quoy paier59 ».

59Ces emplois avec la nominalisation de l’adjectif « tournois » sont les seuls que nous avons rencontrés dans notre corpus, ils apparaissent d’un emploi tout à fait rare. Le sou est donc une sous-unité de monnaie de compte, il sert à préciser les petites sommes. Peu fréquent dans les textes, il l’est beaucoup plus dans les têtes car les rémunérations du travail de la grande majorité de la population se chiffrent à de faibles montants, en sous. Il est intéressant de noter que le lexème « sou » est devenu ensuite métonymique de l’argent, très exactement d’une somme d’argent, mais dans sa forme plurielle, « des sous » et avec une appartenance marquée au langage populaire et aux manifestations revendicatrices du pouvoir d’achat. Le slogan « Pompidou, des sous » fut ainsi utilisé dans les années 60 avec son effet allitératif pour réclamer des augmentations générales de salaire.

Les polysémies sémantiques et numismatiques du lexème « denier »

60Comme nous l’avons vu, le denier peut être une unité pour la taille des espèces, mais aussi soit une unité pondérale de valeur variable suivant les systèmes monétaires dans lesquels il s’inclut, soit une unité de mesure pour la taille des nouvelles espèces monétaires, soit une unité monétaire en monnaie de compte comme en monnaie réelle. C’est aussi une monnaie en soi, qui circule comme toutes les autres, sans compter que le denier peut être aussi employé comme synonyme de « pièce de monnaie », pendant tout l’Ancien Régime. Les différents emplois du mot « denier » illustrent bien la complexité du système monétaire et numismatique médiéval, ayant pour instrument de base, le denier.

  • 60 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I. p. 280.

61Dans l’ensemble des Chroniques, l’auteur précise assez régulièrement leur valeur en espèces et parfois le mécanisme de la mutation monétaire. C’est Pierre d’Orgemont, auteur des Chroniques de Jean II et Charles V60 qui établit la description technique la plus précise des modalités de la mutation, et à plusieurs reprises. Dans l’exemple suivant, il est à noter l’absence d’article défini ou indéfini devant le lexème « denier » et la corrélation que l’auteur établit entre les deniers de compte, les deniers de taille et les deniers d’aloi :

  • 61 Idem, T. I. p. 92.

« C’est asavoir deniers blans de VI sols VIII deniers de taille et IIII deniers d’aloy, appelée monnoie XLVIIIe ; et avoit cours chascun denier pour XII deniers tournois. Et autres deniers blans, qui par avant couroient pour VII deniers tournois la piece, furent rabaissiers a trois tournois ; et le mouton d’or fu mis à XXX sols tournois61 ».

  • 62 Idem, T. II. p. 256.

« Le denier blanc, qui par avant valoit II sols parisis, et le royal d’or que l’on mettoit par avant pour XIIII livres parisis, à XXXII sols parisis62 ».

62Les processus des mutations monétaires, avec comme base d’unité de référence, le denier, sont ainsi clairement établis. L’action volontaire et contrainte de la mutation est soulignée par l’emploi de la forme passive « furent rabaissiers », « fut mis » ; quand la forme active est utilisée, c’est pour laisser l’entière responsabilité au sujet, en l’occurrence le Roi de France, de l’action sur le denier, par une dévaluation forcée. Dans la Chronique des quatre premiers Valois, l’auteur simplifie ainsi et la proposition syntaxique, et le mécanisme de la mutation qu’il réduit à sa plus simple expression, mais qui n’en a que plus de vigueur :

  • 63 Chronique des quatre premiers Valois, ouv. cité, p. 14.

« En l’an mil trois cens quarante trois fit Philippe de Valloiz quinze deniers venir à trois63 ».

63Les auteurs des Chroniques connaissent donc la force polysémique du lexème « denier » et l’emploient dans sa quadruple dimension sémantique, Σ1 « pièce de monnaie » ou « denier blanc », Σ2 « unité de poids » ou « denier de taille », Σ3 « unité de mesure de métal » ou « denier d’aloy », Σ4 « unité de monnaie de compte », « denier » employé alors sans qualificatif.

64Un chroniqueur comme Jean Froissart quant à lui n’est pas très prolixe dans l’utilisation du denier par rapport au nombre d’occurrences élevées qu’il emploie des lexèmes « florin » ou « franc ». Il est vrai qu’il ne s’attache jamais à une narration des évènements du quotidien. Les péripéties guerrières qu’il décrit et leur lot de rançons se chiffrent rarement en menue monnaie ; l’exemple suivant est significatif de cette perception monétaire puisqu’il adjoint l’adjectif épithète « grand » au lexème « denier » pour qualifier non pas ceux-ci mais signifier l’importance de la somme versée :

  • 64 J. Froissart, Chroniques, Livre I, Tome III, p. 161.

« Qui cousta grans deniers au pays de Pikardie64 ».

65Dans cet exemple, l’adjectif « grans » est synonyme de « beaucoup de ». Les occurrences du lexème « denier » dans Froissart sont significativement associées à « florin » et « franc », qui sont des monnaies de plus grande valeur. La difficulté d’analyse provient de l’emploi simultané des différents sémèmes du lexème « denier » dans une même chaîne paradigmatique mais sans que ceux-ci ne prêtent à confusion. La lourdeur syntaxique avec des locutions d’explicitation telle que « c’est assavoir » permet d’isoler les sémèmes qui ne sont pas concurrents mais complémentaires dans les différentes acceptions du lexème « denier » dans sa distribution paradigmatique par rapport aux lexèmes des autres monnaies.

  • 65 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. II. p. 119.

« Cent mile deniers d’or à l’escu65 ».

66Le sémème de « pièce de monnaie » est renforcé par les éléments descriptifs de la matérialité de la pièce de monnaie qui est en « or » et avec un « écu » figurant sur l’une de ses faces.

  • 66 Chronique normande, éd. E. Molinier, Paris, 1882, p. 27.

« Les Flamans… ou bailleroient cinquante mil livres, un vieil gros tournois d’argent pour un denier66 ».

67Le taux de change est ainsi établi pour une transaction, cet exemple renforcerait la proposition selon laquelle, le « denier » comme « unité de monnaie de compte » est employé isolément.

  • 67 Christine de Pisan, Le livre des fais et bonnes mœurs…, ouv. cité, T II, p. 75, XXVI.

« Un de ces ribaulx… qui lui demanda un denier et au ribault donne un florin67 ».

68Dans cet exemple de Christine de Pisan, le denier est une pièce de faible valeur comparée aux autres dont la matérialité est décrite :

  • 68 Le Songe du Vergié, ouv. cité, livre II, Chap. CLXII 1-3, p. 98.

« Ouquel denie l’ymage du prince estoit enprainte68 ».

69Le denier, par métonymie, serait-il signifiant de la monnaie, concept englobant toutes les facettes de cette réalité économique ?

70Avec l’étude de « monnaie », toutes les acceptions seront envisagées mais deux exemples de propositions syntagmatiques, associant le denier à la monnaie permettent de révéler deux traits significatifs et d’adjoindre encore des sèmes aux riches définitions de « denier ». Le denier est le lexème employé pour désigner une pièce de monnaie dans de nombreux pays :

  • 69 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. II. p. 121.

« XV deniers paiez à une foiz monnoie de France ou XX deniers paiez tout a une foiz de ladie monnoie de Flandres69 ».

71Le denier est donc internationalement reconnu à l’échelle de l’Occident médiéval comme l’unité monétaire la plus courante sans qu’elle soit commune. Le denier n’est généralement pas synonyme de la monnaie, mais il est un de ses hyponymes les plus usités dans notre corpus, Nicole Oresme le précise d’ailleurs dans le groupe nominal « denier de monnaie » :

  • 70 N. Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. XXXVIII.

« Pareillemnt la subscription mise au denier de monnoie signifie la vérité de la mesure, du poix et bonté de la matière70 ».

72Le denier, comme signifiant, n’a donc pas les mêmes signifiés selon le lieu ou les époques :

  • 71 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. II. p. 282.

« Quatre deniers parisis de bonne monnoie courant lors71 ».

73Il est cependant employé à la fin du Moyen Âge qui tendrait à le faire passer d’hyponyme à hyperonyme dans le groupe nominal, « Chambre aux Deniers », avec l’acquisition d’un certain statut puisqu’il est alors écrit avec une majuscule. La Chambre aux Deniers est l’une des six chambres d’un hôtel princier, elle a en charge toutes les encaisses et surtout les débours (paiement des gages, des fournitures etc.) liés au fonctionnement de l’Hôtel. La Chambre aux Deniers s’effaça progressivement à la fin du XIVe siècle devant la Chambre des Comptes à vocation étatique, comme en témoigne cet exemple tiré du Journal de Nicolas de Baye :

  • 72 N. de Baye, Journal, ouv. cité, p. 24.

« Les dictes gens des Comptes firent commandement, à C ou L mars d’argent audit d’Aigny que à ce matin fust en ladicte Chambre des Comptes, pour rendre compte avec le maistre de la Chambre aux Deniers72 ».

74Dans le groupe nominal « Chambre aux Deniers », dans l’axe paradigmatique distributif de la monnaie de compte, le français a sélectionné « denier » de préférence à « livre » ou « sou », vraisemblablement parce que celui-ci se situe à l’intersection de la monnaie de compte et de la monnaie de paiement. Ce lexème est-il pour autant l’archilexème du moyen français de l’argent ?

75Deux séries d’emplois syntagmatiques, aux occurrences assez fréquentes, peuvent conduire à établir un dernier sémème de « denier » Σ5 « somme d’argent indéterminée » dans son emploi au pluriel qu’Alain Rey date d’ailleurs de 1186. Mais il s’agit à chaque exemple de décaissement effectif, et une substitution paradigmatique dans l’axe diachronique avec « monnaie » ne peut alors s’établir, mais avec le lexème « argent », dans notre acception du XXIe siècle, l’argent au Moyen Âge est d’abord, et avant tout, le métal avant d’être le moyen de paiement. « Denier » dans les groupes nominaux SN + SN est dans, ces deux exemples, le complément de nom, qualifiant un syntagme nominal du champ lexical du volume et du montant.

  • 73 Chronique des quatre premiers Valois, ouv. cité, p. 30.

« Et grant foison de bons chevaliers et escuiers, lesquelz furent tous delivrés par raençon de deniers qu’ils paierent aux Anglois73 ».

  • 74 Idem p. 8.

« Si il avoit aucun present de deniers, que tost lui feroit la guerre cesser. Donc lui envoia le roy quatre sommes de deniers74 ».

76« Denier » est aussi souvent associé aux SV « accorder », « donner », « payer ».

  • 75 Chronique normande, ouv. cité, p. 42.
  • 76 Proverbes et dictons populaires, avec les dits du mercier et des marchands et les crieries de Paris (...)

« Il leur rendit Lille et Douay, et que les deniers, qui furent accordez et donnez pour les deux, estoient paiez75 ».
« Merciers sui, si port mercerie,
Que ge vendisse volentiers,
Que ge ai besoing de deniers76 ».

77Ces deux exemples marquent l’usage du denier comme monnaie d’échange ; somme d’argent soumise à transactions, le denier va jusqu’à symboliser dans le dernier exemple, maxime empreinte de sagesse populaire, cet argent qui fait tant défaut pour les plus petites gens mais aussi pour les transactions pacifiques et guerrières. Marchands et banquiers, princes et suzerains doivent débourser des sommes conséquentes, les uns pour leurs affaires, les autres pour le paiement de leurs frais de guerre et autres rançons. Dans cette période de disette monétaire, le moindre denier compte, au point qu’il devient d’un emploi métonymique pour désigner l’argent et toute transaction monétaire. Cet emploi métonymique va jusqu’à un usage symbolique du denier, au service du divin. C’est le « denier de Dieu », le lexème « denier » étant alors associé à la personne divine à double titre : le denier, monnaie romaine est l’une des monnaies bibliques, le denier est le synonyme à titre principal de l’argent.

78Il demeure dans notre vocabulaire actuel un seul emploi usité du denier, le « denier du culte », successeur après la loi de 1905 sur la séparation de l’Église et de l’État du « denier de Saint Pierre » (1175), et du « denier de Dieu » (1283). Contribution volontaire, synonyme d’aumône aux pauvres ou à l’Église, « le denier à Dieu » est une expression qui passa dans les mœurs après 1678. Elle désignait la coutume consistant à verser une somme au concierge d’un immeuble dans lequel on souhaitait louer un appartement. Nous n’en avons trouvé qu’une seule occurrence dans notre corpus :

  • 77 Ph. Mézières, Le Songe du vieil Pèlerin, ouv. cité, p. 420-281.

« Un marchand en un jour a un denier a dieu gagnera cent mille francs77 ».

79Mais ce dernier exemple souligne l’amplitude sémantique du denier, y compris dans d’autres champs lexicaux que celui de la monnaie.

80En effet, la relation économique entre l’impôt et la monnaie tant de fois soulignée par les historiens est mise en lumière par les chroniqueurs. L’emploi paradigmatique de « denier » associé à « tribut » et à « monnoie » permet d’établir une permutation entre les trois termes. Dans l’exemple suivant, Nicole Oresme fait émerger grâce au chaînage syntagmatique une parosynonymie entre « denier » et « tribut », une synonymie métonymique entre « denier » et « monnoie », l’axe syntagmatique entretenant alors l’équivalence :

  • 78 N. Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. XXI.

« Nostre Saulveur Jhesu Crist, quant on luy monstra ung denier, interroga et demanda à celuy qui lui présentoit : De qui est cet imayge et ceste subscription ? il luy respondit que elle estoit de Cesar. Lors dit et sentencia Jhesus : rendez doncques à César ce qui est à César, et les choses qui sont à Dieu, à Dieu. Comme s’il voulsist dire : A Cesar est le denier ou la monnoie, veu que son ymaige est imprimée dedans icelle ; mais, enregardant l’ordre de l’evangie, appert legièrement que pour ce on ne doit dire appartenir le denier à césar, qui estoit soubzescript de son imaige ; mais, pour ce qu’il estoit tribut appartenant à César, et non autrement ; car, comme dist l’apostre : a qui est deu le tribut soit donné le tribut ; et à qui est deuee la betaille soit donnée la betaille. Jesu Crist, par ceste sentence donne à entendre à qui est deu le tribut, car à celuy est deu qui pour la chose publicque milite et combat et pour la defense du Royaulme et utilité publicque peut forgier monnoie78 ».

81Lexicologue avant l’heure, Nicole Oresme réécrit la célèbre parabole du tribut de César, pour les besoins de son argumentation, qui dissocie également l’origine divine antique de la monnaie en la sécularisant en quelque sorte.

  • 79 Idem, p. XVIII.

« Et que ce soit telle impression fu instituée ès deniers, en signe de vérité de la matière et du poix, les anciens noms des monnoies congnoissables, le nous monstrent manifestement par leurs impressions ès figures, si comme font la livre, le soult, le denier, la maille, le sterlin et le sizain, les deniers et les grains et semblables qui sont noms approriez au poix des monnoies, comme dit Cassiodore. Semblable sicle est proprement le nom de monnoie comme il a en Genése, et est le nom du poix, comme illec mesmes appert. Les autres noms des monnoies sont noms propres accidentaulx ou dénommmez du lieu, de la figure, du facteur ou de telle aultre matière. Les porcions de monnoie que on dit deniers doivent estre de figure et quantité habilles à traicter et à nombrer, de ma nière monnoyable et aussi doulce à recevoir impression et avecques tenant leur impression79 ».

82Dans cette démonstration, Nicole Oresme est au cœur de la vérité médiévale sémantique, pour lui, le nom contient la chose :

  • 80 Idem, p. XXIV.

« Mais les autres [noms] sont plus essentiaulx et appropriez aux monnoies, c’est assavoir, deniers, solz, livres et semblables noms, qui signifient et dénotent le pris, le pois et la valeur d’icelle80 ».

  • 81 Idem p. XXIV.

« A bon droit doncques est la livre ainsi appellée, laquelle détermine et contient en soy la considéracion de tant de choses… soient doncques, par exemple trois manières d’appellation : la première vaille ung denier, la seconde ung solt et le tiers, une livre. Se doncques le nom de l’un se mue, et non de l’autre, desjà la proportion se variera, si comme qui appeleroit ou feroit valoir la première pièce de monnoie deux deniers, le autres non muez, la proporcion seroit variée, laquelle chose ne doit se faire, comme il appert ou précédent chapitre81 ».

83Les mutations monétaires découlent de mutations sémantiques : mutation et permutation des référents comme des référés, des signifiants et des signifiés, le lexème et les sémèmes restant inchangés. Avec Nicole Oresme, quand on touche au nom, on touche à la chose et on trahit l’ordre naturel et divin.

  • 82 Idem p. XLIX.

« Par ceste raison preuve Aristote, ou premier des Politiques, que usure est chose contre nature, car le naturel usaige de la monnoie est qu’elle soit instrument à permuer et achecter les Richesses naturelles, comme souvent est dit ; qui doncques use d’elle par autre manière, il se abbuse et fait contre l’institucion naturelle de la monnoie, quant il veult que le denier enfante et parisse ung denier, qui est chose contre nature. Encores, en ces mutacions où l’on prend gaing, il convient d’appeler denier, ce qui en vérité, n’est point denier, et livre ce qui n’est pas livre, et ainsi des autres poix, comme il a esté dit devant82 ».

84Dans cette dernière proposition, Nicole Oresme tire le denier vers l’anthropomorphisme puisque celui-ci est le sujet de syntagmes verbaux comme « enfanter » et « paraître ». La « sur-écriture » d’Oresme sur la nature du denier et de la livre, deux des unités de la monnaie de compte, établit un commentaire sémantique et philosophique dans le respect de la tradition évangélique. Il est par ailleurs étonnant que Nicole Oresme ait tant écrit sur la monnaie et quasiment rien sur l’impôt, mis à part ce paragraphe tout à fait éclairant.

Les emplois sémantiques et métaphoriques de « maille » et « billon »

Graphie et réseau morphologique

85Maille, maile, maaille, substantif féminin

86Billon, substantif masculin

87Billonnage, billonneur

Référent numismatique et référence étymologique de « maille »

88La racine étymologique de maille, du latin médiéval medalia, permet d’appréhender le signifié numismatique. Issue du latin classique medialis, « qui est au milieu », la maille désigne la moitié du denier, tant en poids qu’en valeur. Comme nombre de lexèmes du champ lexical de la monnaie, la maille représente donc une pièce et une unité de mesure pondérale, incluse dans le système de comptage et de mesure du denier. Au fil des ans, avec la complexification du système monétaire féodal mais surtout royal, on distingua les mailles blanches, (qui valaient la moitié d’un gros), des mailles tierces (qui valaient un tiers de gros). La maille jusqu’au début du XIIIe siècle fut la seule espèce monétaire flamande, elle désignait en fait un denier de petit module émis par les villes et abbayes d’Artois et de Flandres. Synonyme le plus souvent de petite monnaie, de menue piécette, la maille dans d’autres contrées au Moyen Âge pouvait signifier de meilleures fortunes : la maille d’or dans les anciens Pays-Bas et les pays rhénans voulait dire florin d’or. La maille est surtout associée à un jeu de hasard mettant en jeu de faibles sommes.

Les occurrences de « maille » dans le corpus

  • 83 L’amour rendu cordelier à l’observance d’amours, poème attribué à Martial d’Auvergne publié d’après (...)

« Sy notés bien ces mots par ordre
Car ce n’est pas jeu de troys mailles83 ».

89Le chiffrage des mailles, par référence vraisemblablement à ce jeu, est utilisé par Denis Foulechat, dans sa traduction du Policratique :

  • 84 D. Foulechat, Le Policratius de Jean de Salisbury, ouv. cité, p. 214, Livre II, Chap.5.15.

« Et qui est celui qui ne riroit quant un garçon qui ne vault pas trois mailles est vestu et paré de pourpre et des robes de degré de honeur cousue se il eust aucun titre de office et de science ?84 ».

  • 85 S. Solente, Christine de Pisan, ouv. cité p. 3.

90Christine de Pisan estime n’avoir pris « au trésor de science de son père85 » que :

  • 86 Ibidem, vers 453-456 de L’Avision Christine.

« Des raclures et paillettes
Des petits deniers, des mailletes
Choites de la tres grant richesce
Dont il avoit a grant largece86 ».

91« Mailletes » dans les vers de Christine signifie « petite maille », avec l’emploi de l’affixe « – ette », fréquent chez Christine, qui l’affectionne dans ses poèmes pour renforcer la petitesse et l’humilité d’une condition.

92Dans la ballade XC de Cent ballades d’amant et de dames, Christine de Pisan rythme par le même décasyllabe en fin de chaque strophe, son poème pour souligner la velléité des intentions amoureuses de l’amant.

  • 87 Christine de Pizan, Cent ballades d’amant et de dame, texte établi et présenté par Jacqueline Cerqu (...)

« Mais ne leur tient au cuer pas d’une maille87 ».

93Son contemporain Jean Gerson dans son sermon sur la Passion utilise également le lexème « maille » dans son emploi métaphorique pour signifier une toute petite valeur, connotant l’abaissement :

  • 88 Jean Gerson, Oeuvres complètes, ouv. cité, volume VII, p. 496.

« Et nous la [l’âme] donnons au diable un chascun jour moins que d’une maille ou d’un morceau de pain88 ».

94La nécessité de toucher le cœur du public, dans ses périodes oratoires, incite Jean Gerson à déployer images fortes et références connues. Comme nombre de prédicateurs, il utilise un proverbe dans le sermon « Pour la Pentecôte » en citant ses sources, même si celles-ci participent du fond commun populaire :

  • 89 Idem p. 446.

« Selon le proverbe commun, bonne est la maille qui sauve le denier89 ».

95La « maille » est rarement bonne, et si elle l’est, la sagesse populaire le souligne alors dans les dictons et proverbes :

  • 90 Proverbes et dictons populaires… ouv. cité, p. 153.

« J’ai table, grefes et greffiers,
Dont ge reçois de bons deniers,
De cez clercs de bones maailles90 ».

96Cette qualification par l’épithète « bonne » est donc bien nécessaire pour un mot aux connotations négatives de petitesse et de faible valeur, que la « maille » partage avec le billon.

Les occurrences de « billon » dans le corpus

  • 91 F.Villon, Lai XL « Les Regrets de la Belle Heaumière » in Œuvres complètes, ouv. cité.

97L’emploi paradigmatique le plus célèbre du lexème « billon » est situé hors des limites de l’axe diachronique choisi (de 1355 à 1405). Mais la rime est si célèbre que, grâce à Villon, le lexème « billon » a traversé les siècles plus que la menue monnaie, pas toujours de bon aloi, qu’il désigne. La force poétique de Villon a privilégié la mémoire d’un des sémèmes de « billon », celui de « monnaie de faible valeur ». Mais le lexème « billon » est sans doute l’un des plus polysémiques du champ lexical de la monnaie. Le lexème « billon » est très peu employé dans notre corpus, plus fréquent est son parent morphologique « billonneur ». Ce lexème dont le sémème de « changeur » est accentué par les connotations négatives de petitesse, de faible valeur pouvant déboucher sur de la mauvaise valeur, retentit également sur le sens de « billon ». Cette connotation négative subsiste tout au long du Moyen Âge, à tel point que François Villon l’utilise dans le Lai XL91 pour s’assimiler à un mauvais sujet, un sujet de peu de valeur. François Villon l’a parfaitement compris puisqu’il joue sur l’extension progressive des connotations « faible valeur »/ « moins que rien »/ « bon à rien » induite par l’emploi de « billon » comme rime riche (et le terme de rhétorique est ici paradoxal !) avec son propre nom, donc sa propre personne, « Villon ». L’emploi paronymique de ce « billon » a influé par sa notoriété sur le renforcement des sèmes à la connotation la plus négative de « billon » : de faible, il se mue en mauvais.

Référent numismatique de « billon »

  • 92 Dictionnaire de Numismatique, ouv. cité, article « billon ».
  • 93 Ibidem.

98Le billon initialement n’est pas une pièce de monnaie mais un « alliage de cuivre ou d’argent dans lequel la proportion de métal précieux est inférieure à 50 %92 ». On le nommait alors « bas billon » mais si la proportion de métal précieux était supérieur à 50 %, le billon était dénommé alors « billon blanc ». C’est donc au départ un lingot de métal, or ou d’argent. Le billon ne devient une pièce de monnaie que lorsqu’il est en quelque sorte démonétisé : le billon peut en effet se définir comme « l’ensemble des espèces destinées à être rapportées aux changeurs ou directement à la Monnaie pour y être fondues93 ». Mais dans ces périodes de pénurie monétaire, la moindre piécette pouvait avoir une valeur et quelques billons échappaient au feu de la forge pour devenir ce qu’ils n’auraient jamais dû être : des pièces de monnaie. Quant les monnaies sont décriées, ce qui fut très fréquent entre 1360 et 1370, elles doivent retourner à la fonte.

  • 94 E. Fournial, Histoire monétaire de l’Occident médiéval, ouv. cité, p. 120.

99« Le 6 février 1370, on rappelle le cours officiel des monnaies et on exige que « toute [les] autres pièces [soient] mises au billon94 ». Les exceptions à la règle furent nombreuses et les billons, mêmes décriés, continuèrent à circuler, et le sémème du lexème « billon » (entendu comme « menue monnaie ») a été employée majoritairement à l’époque médiévale. La polysémie de billon implique, de fait, une concurrence entre les sémèmes qui peuvent être antinomiques : du lingot à la piécette sans valeur. Seul le contexte et la situation paradigmatique permettent de déterminer le sens. C’est Philippe de Mézières qui nous offre un emploi remarquable de « billon » :

  • 95 Ph. Mézières, Le Songe du vieil Pèlerin, ouv. cité, p. 320 – 254.

« Il t’est demoustre un fin besant qui doit ysir de ta royale forge et prent son fin alloy du billon de la forge de moi95 ».

100C’est l’utilisation d’un des sémèmes de « billon », sans que dans cet exemple, aucune connotation négative ne lui soit attachée. C’est l’aspect technique originel du lexème qui est ici employé. Mais il s’agit de l’emploi métaphorique que Philippe de Mézières fait avec un certain nombre de lexèmes du champ lexical de la monnaie. Comme pour tous les lexèmes du réseau lexical de la monnaie, c’est dans les œuvres de Nicole Oresme que se situent le plus grand nombre d’occurrences du lexème « billon ».

Les emplois de « marc »

Graphie

101Marc, mars, mar, substantif masculin

Référent numismatique et référence étymologique

  • 96 Dictionnaire de Numismatique, ouv. cité, article « marc ».

102Lorsque les monnaies ne sont prises qu’« au marc pour billon », occurrence d’expression très fréquente dans les ordonnances royales sur les monnaies, cette expression signifie qu’elles sont prises au prix de leur seul contenu métallique. Le marc n’est pas une monnaie et ce lexème ne revêtira la signification de pièce de monnaie qu’en allemand avec le « mark ». En ancien français comme en français contemporain, son sens est circonscrit à une unité de poids de métal. C’est un mot issu du francique « marka », « signe marquant une frontière », que l’on retrouve dans le réseau morphologique de « marche » ; par évolution sémantique, le marc désigna « la marque officielle sur un lingot de métal », puis par synecdoque, le lingot de métal lui-même muni d’une marque officielle. « Le marc représentait la moitié d’une livre et était utilisé comme unité de base matérialisé par un lingot de la taille des monnaies. Ainsi le marc de Paris, divisé en 8 onces, était la moitié de la livre de Paris de 16 onces. Il eut une diffusion internationale sous le nom de marc de Troyes, car on l’utilisait aux foires de Champagne96 ». Nos chroniqueurs s’en font l’écho, retranscrivant très exactement :

  • 97 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. II. p. 121.

« C’est assavoir le marc d’argent au marc de Troyes pour CXVIII solz parisis97 »

103Comme pour la livre, cette unité de poids varia selon les périodes et les pays durant tout l’Ancien Régime, jusqu’à l’introduction du système décimal et l’unification des poids et mesures à la Révolution française.

  • 98 Ibidem.

104Le « marc » avec comme sémème « lingot de métal pur » devient par extension sémantique une « unité de mesure de ce métal ». Dans le marc, on taille les deniers, le monnayage ou seigneuriage provient d’abord d’une taille de deniers dans une quantité donnée variable selon les besoins du Prince ; l’éditeur des Chroniques de Jean II et Charles V précise en note que « le 17 janvier 1355, il y eût un mandement du roi de faire fabriquer ces deniers d’or fin à l’aignel qui auront pour cours 20 sols parisis et de 52 de poins au marc de Paris. Le marc d’or fin sera payé 60 livres tournois, ce qui laisse au roi un bénéfice de 100 sous ou 5 livres tournois par marc98 ».

  • 99 N.Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. XXIV.

« Comme se d’un marc d’argent se puissent faire LXII solz, et pour le labeur des ouvriers pour ce necessaires soit requis, pour chacun marc, deux solz, lors le marc d’argent non monnoïe ne vauldra que LX solz, et les deux solz seront pour les despens du monnoier99 ».

105C’est Nicole Oresme qui décrit ainsi le mieux la technique du monnayage seigneurial, puis royal. Le Prince imprime sa marque sur la monnaie, au propre comme au figuré, déterminant le nombre de pièces taillées dans un lingot de métal qu’est le marc.

  • 100 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I. p. 49.

« Et le roy en donnoit, lors qu’il [les florins] furent faiz, XLVIII pour un marc de fin or100 ».

106Les quelques exemples suivants marquent par l’emploi de lexèmes appartenant au réseau morphologique de la pesée, la restriction sémantique du « marc », comme unité de mesure du poids.

  • 101 Idem, T. I. p. 277.
  • 102 Christine de Pisan, Le livre des fais et bonnes mœurs du sage roy Charles V, ouv. cité, T II, XXXIX (...)
  • 103 Ibidem.

« Un bel hanap d’argent tres bien doré, pesant XX mars, dedenz avoit mil frans d’or comptez101 ».
« Une nef pesans. ixxx. et. x. mars d’argent102 ».
« Du pois de. IIIIxx. et XIII. mars103 ».

107Le lexème « marc », quand il n’est pas associé explicitement dans l’axe syntagmatique au poids, l’est de toute façon implicitement, comme dans ces exemples d’association à la vaisselle, comme en témoignent quelques occurrences chez Christine de Pisan :

  • 104 Idem, T II, XLVIII, p. 131.

« . XX. mars de vaisselle dorée104 ».

Monnaies royales antérieures au franc : « gros » et « écus »

Graphie

108Gros, substantif masculin

Réseau morphologique

109Étendu avec le radical gros (grossier, grossièreté) mais hors du champ lexical de la monnaie.

Référent numismatique et référence étymologique

  • 105 Dictionnaire de Numismatique, ouv. cité, article « gros ».

110Le gros est une pièce de monnaie en argent multiple du denier. Le denier carolingien s’affaiblissant, pour lutter contre la dévaluation monétaire, les villes d’Italie, puis la France mirent en circulation cette nouvelle espèce. Louis IX en 1266 créa le gros denier tournois, pièce d’argent quasiment pur de 4,22 grammes, avec un cours légal de 12 deniers tournois soit un sou tournois. Le succès fut immédiat et durable, le gros fut maintes fois frappé, imité et… déprécié. C’est « la bonne monnoye Monseigneur Saint Louis » tant de fois regrettée par les chroniqueurs de la fin du Moyen Âge devant la prolifération des espèces de faible valeur. Le gros connut un succès européen à l’époque médiévale, les « groschen » germaniques furent frappés dans une grande partie de l’Europe septentrionale. Le lexème « Groschen » en allemand a traversé les siècles : c’était jusqu’à la création de l’euro, la monnaie divisionnaire de l’Autriche. En France, le gros, signifiant et signifié, a eu une durée de vie relativement courte : « la dernière espèce dénommée « gros » fut le gros de Nesles de Henri II, valant 2 et 1 sou parisis, soit 30 et 15 deniers tournois (1550)105 ». Dès l’époque médiévale, le signifié de cette pièce est considéré comme ancien, ainsi en attestent les emplois sémantiques du syntagme nominal « gros », qualifiées par l’adjectif épithète « vieux ». La substantivation de l’adjectif « gros » (issu du latin impérial « grossus » : gros, épais puis rude, grossier en latin médiéval), avec comme sémème « personne de forte corpulence » est très faiblement antérieure (1er quart du XIIe siècle) à l’émergence du sémème « pièce de monnaie » appliqué au syntagme nominal « gros ». Par analogie avec la corpulence, le gros désigne une pièce de monnaie de bonne épaisseur, rassurante comme une bonne grosse personne, le poids étant conditionnel de la valeur.

  • 106 J.P. Cormier, Monnaies médiévales. Reflets des pouvoirs, Desclée, Paris, 1996, p. 80, note 20.

111Jean-Philippe Cormier signale également que « après une période de tâtonnements sous Jean II, l’usage prévalut d’appeler « blancs » les monnaies dont le cours était compris entre 5 et 10 deniers et « gros » celles de 12 deniers et plus106 ». L’adjectif épithète « vieil » qualifiant le gros marque bien l’ancienneté de cette monnaie. Le lexème « gros » vieillit aussi vite que son référent, la durée de vie de cette espèce monétaire fut effectivement très limitée, comme en témoigne l’auteur de la Chronique normande :

  • 107 Chronique normande, ouv. cité, p. 27.

« Les Flamans… ou bailleroient cinquante mil livres, un vieil gros tournois d’argent pour un denier107 ».

112Sous le règne de Philippe V de Valois, petit-fils de Saint Louis, les gros ne sont pas encore qualifiés de « vieux » malgré la référence temporelle à leur créateur. L’année 1343 enregistrant nombre de mutations monétaires, le gros demeura dans tous les esprits des hommes de la fin du Moyen Âge, synonyme de bonne monnaie, de forte monnaie, eu égard notamment à sa haute teneur en argent.

  • 108 Chronique des quatre premiers Valois, ouv. cité, p. 8.

« Et encore avec ce que fist le roy Philippe courir fieble monnoye. Car ung gros tournoiz de fin argent couroit pour cinq sous,…, pour le pris qu’il couroit en temps du regne monseigneur saint Louis son besaul jadis roy de France, c’est assavoir pour douze deniers tournois la piece, et d’autre monnoye à l’equipolent, pris pour pris108 ».

  • 109 B.M. Secousse, Recueil des Ordonnances des rois de France, ouv. cité, p. 675, in www.ordonnances.or (...)

113Le gros demeura une référence monétaire longtemps après sa création. Charles VI, par ordonnance du 11 Octobre 1382, fit fabriquer des « Gros Deniers d’Argent » qui « ont cours pour XII Deniers Parisis la pièce109 » ; dans cet exemple, le « gros » peut être syntaxiquement envisagé comme un adjectif ou un nom, ce sont les sèmes de « poids » et de « argent » qui dominent alors pour mieux qualifier ce nouveau « denier » forgé comme une bonne monnaie.

Les emplois de « écu »

Graphie

114Escu, ecu, escuz, écu, substantif masculin.

Réseau morphologique

115Ecuyer, escuyer mais ces lexèmes sont hors du champ lexical de la monnaie.

Référent numismatique et référence étymologique

116Créé presque concomitamment au gros, l’écu est la monnaie d’or de référence que Saint Louis fit frapper en 1270, pour les besoins de la croisade. Contrairement au gros d’argent, l’écu d’or connut une grande pérennité, jusqu’à la Révolution française, ainsi que de multiples émissions et imitations ; c’est la monnaie royale par excellence, bien que son aloi et son cours aient subi les fluctuations inhérentes à la politique économique et monétaire des Rois de France. L’écu fleurdelisé de Louis IX (4,20 grammes d’or fin pour un cours de 10 sous tournois) marqua certes le retour à la frappe d’or dans le Royaume de France, mais il n’eut pas le succès escompté, notamment face à ses concurrents italiens, florentins et vénitiens. Philippe VI de Valois, pour les besoins de financement de la guerre, frappa en 1347 les premiers écus d’or à la chaise (24 carats, 4,53 grammes, 20 sous tournois), puis il les réémit en 1343, (16 sous, 8 deniers), en 1348 (abaissement à 23 carats, 18 sous, 8 deniers tournois) et en 1349 (22 et 21 carats, 25 sous tournois). Cet écu est dénommé ainsi car au droit de la pièce, le roi trône sur une stalle de style gothique, avec une épée tenue de la main droite et un écu fleurdelisé de l’autre. Imité également par Edouard III d’Angleterre, l’écu fut frappé avec un poids diminué à 21 carats (et une valeur de 25 sous tournois) par Jean II le Bon en 1351, enregistrant une constante dévaluation de son cours. En 1385, Charles VI fait frapper un nouvel écu à la couronne de 4,079 grammes, 24 carats, 22 sous et 6 deniers tournois sur lequel figurait une représentation de trois fleurs de lis surmontés d’une couronne, et quadrilobe fleurdelisée et quatre couronnelles au revers. Les émissions successives sous le règne de Charles VI virent un affaiblissement progressif du poids de l’écu, significatif de la reprise de la période trouble des mutations monétaires. Charles VII malgré une volonté de stabilisation n’eut pas plus de succès avec ses émissions d’écus et leurs altérations successives. L’écu d’or à la couronne connut sa dernière émission en 1470, avec un cours de 30 sous 3 deniers pour un poids de 3,40 grammes. Remplacé l’année suivante par l’écu d’or au soleil, l’écu demeure la monnaie d’or constamment frappée sous l’Ancien Régime, chaque règne donnant lieu à une nouvelle graphie et à un nouveau dessin sur l’avers de la pièce, entraînant ainsi les dénominations les plus diversifiées : écu d’or au porc-épic (1507-1508), aux palmes (1693-1701), aux insignes (1701-1704), écu vertugadin (1715-1718 sous Louis XV)… pour ne citer que les groupes nominaux les plus originaux. Dans les sémèmes du lexème « écu », tout au long des siècles, le sème de « royal » est constamment présent, à condition que l’on désigne une monnaie française. Car l’écu royal français fut, bien entendu, imité, copié par les villes impériales, les communes des Flandres, les Anglais…

117Le lexème « écu » est issu du latin « sculum » (bouclier) lui-même tiré du grec « skutos » (peau travaillée, cuir). Le premier sémème de « écu » est le bouclier porté par les gens d’armes. Par métonymie, vers 1150, il désigna l’homme d’armes lui-même. Un autre cheminement métonymique conduit le lexème « écu », avec le sème de « bouclier », à désigner les armoiries elles-mêmes figurant sur le bouclier. Le sémème de « pièce de monnaie » se construirait donc par l’exploitation métonymique des armoiries figurant sur le revers du bouclier ; ainsi le roi de France frappe sur le revers et le droit de sa monnaie ses armoiries : fleurs de lis et couronne pour notre époque médiévale. L’émergence d’un nouveau sémème va de pair avec la création d’un nouveau signifié, la pièce de monnaie avec, à son avers, la représentation graphique des armoiries du seigneur qui l’a frappée. Monnaie de paiement, l’écu d’or n’échappe pas aux manipulations monétaires royales, et aux différentes dévaluations comme en témoigne cet exemple :

  • 110 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I. p. 246.
  • 111 Ibidem.

« Car un escu valoit bien XLVIII soulz parisis et assez tost apres valut LII soulz parisis110 ».
« Chascun tonnel de vin, VI escuz d’or111 ».

118L’association assez fréquente de l’adjectif « viel » à « écu » dénote les nombreuses manipulations monétaires et la référence à une bonne monnaie antérieurement émise, « viel » dans le contexte pouvant fonctionner dans l’axe paradigmatique comme un presque synonyme de « bon ». Le groupe nominal « viel écu » est alors dans le contexte, substituable à « bonne monnaie ».

  • 112 J. Le Bel, Chronique de Jean le Bel, ouv. cité, p. 30.
  • 113 Idem, p. 243.
  • 114 J.Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. III, p. 135.

« Je vous deliverray moyennant que vous m’envoyerez Xm vielx escus à Londres dedens III moys112 ».
« Charles de Bloys… c’estoit comme prisonnier,… et montoit sa raenchon à CCCCm escus vielz113 ».
« CC. mil viés escus114 ». [fait narré par Froissart en 1358]

119L’antéposition ou la postposition de l’adjectif « viel » n’a pas d’incidence sur le sens du syntagme nominal. Dans la diachronie de notre corpus, il est intéressant de noter également l’association du lexème « écu » avec l’adjectif « nouveau » quand il s’agit de pièces nouvellement frappées.

  • 115 J. Le Bel, Chronique de Jean le Bel, ouv. cité, p. 186.
  • 116 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I. p. 238.

« Si fut appelé le roy Jehan de France et empira tantost les monnoyes par convoitise, et fit faire nouveaulx escus qu’on nommoit Johannes, dont la tierce partie estoit cuivre115 ».
« VI mile escuz de Jehan116 ».

120L’écu peut être ainsi également marqué du nom ou du coin du Roi qui le fait frapper :

  • 117 Idem, T. I. p. 195.
  • 118 E. de Monstrelet, Chroniques, éd. Douët d’Arq, Paris, 1857-1862, p. 89.

« IV cenz mile escuz de Phelipe117 ».
« Fut promis à paier de par le roy de France deux cens mil escus d’or du coing du Roy118 ».

121Le « coin du Roi » est la marque royale dont les ateliers monétaires royaux sont les garants. Le sémème dominant d’« écu » est donc « pièce de monnaie d’or royale ». Mais les groupes nominaux tels que « florin à l’écu », « franc à l’écu » ou « flourins à l’ecu Philippus » peuvent générer une certaine confusion sémantique. Il ne s’agirait pas d’une proportionnalité d’une monnaie par rapport à une autre mais de l’emploi du premier sémème d’« écu » entendu comme « bouclier, armes d’un seigneur » issu de son étymologie. En effet, les monnaies comportaient une représentation sur l’une de leur face, et celle-ci consistait souvent dans le dessin simplifié des armoiries du seigneur qui était à l’origine de la pièce de monnaie ainsi frappée.

  • 119 J. Le Bel, Chronique de Jean le Bel, ouv. cité, p. 315.

« Encores debvoit il avoir pour ses frès et dommages III milions de flourins à l’escu Philippus, qui montent XXX foys cent mille florins, aà payer à VI foys119 ».

Nouveau sens et nouvelle réalité monétaire : la création du « franc »

Graphie

122Franc, frans, substantif masculin

Référent numismatique et référence étymologique

  • 120 Dictionnaire de numismatique, ouv. cité, article « franc à cheval ».

123La frappe du franc, monnaie d’or de 24 carats avec un poids de 3,885 grammes et un cours de 20 sous tournois, est l’une des conséquences de la capture de Jean II à la bataille de Poitiers en 1356. L’énormité de la rançon due au Roi d’Angleterre nécessita une double mesure fiscale et monétaire sans précédent : la levée des aides (cf. infra, chapitre III sur le vocabulaire fiscal) et l’émission d’une monnaie forte. Ce fut le franc, ainsi dénommé car Jean II le fit « crier » à la suite de l’ordonnance du 5 décembre 1360 : la substantivation de l’adjectif écrit sans majuscule du lexème « franc » avec pour sémème « pièce de monnaie d’argent » est clairement datée par le texte légal. Mais le franc de Jean II le Bon est bien plus qu’une pièce de monnaie, c’est un symbole : celui de la liberté retrouvée, de l’intégrité du royaume de France et de la souveraineté conservée du roi de France, lointain descendant de son ancêtre Clovis, le Franc. La Guerre de Cent Ans est, à l’origine, une guerre dynastique. Edouard III argue de son ascendance française par sa mère, Isabelle de France, fille de Philippe IV le Bel, descendante de Saint Louis, pour briguer la couronne de France. Le sème de « libre » est employé pour faire référence à la liberté retrouvée du roi de France, qui est aussi le roi des Francs « rex Francorum » comme il est inscrit sur le revers de la pièce. L’auteur du Dictionnaire de numismatique120 s’interroge sur une autre piste sémantique : le sème « de haute naissance » du franc serait employé dans le lexème « franc » désignant une pièce de monnaie par analogie avec la pièce anglaise équivalente, le « noble ». La guerre franco-anglaise peut aussi être une guerre des mots. Ces deux sèmes sont présents dans le lexème « franc » appliqué à un homme libre, de haute naissance, dès 1050, issu de bas latin « francus ».

124Le franc est la première monnaie royale française frappée avec la représentation du roi en armure et cotte de maille, juché sur un destrier caparaçonné aux fleurs de lis. Plusieurs fois émis, le franc est le symbole du retour à la stabilité monétaire tant souhaitée par Nicole Oresme. Ensuite Charles V frappa un « franc à pied » le 20 avril 1365. Monnaie plus légère (3,84 grammes), elle courait cependant pour 20 sous tournois comme la précédente. Imité aux Pays Bas comme en Provence, le franc connut en définitive son heure de gloire non pas sous la royauté mais sous la République. En effet, mis à part sous Charles V, le franc, monnaie d’or royale, s’éclipsa au profit de l’écu ; seul Henri III frappa en 1575 une pièce d’argent nommée franc, qui n’avait plus cours sous Louis XIII, supplantée par les écus d’argent. La République donna ses lettres de noblesse au franc, avec la frappe le 7 avril 1795 du franc comme nouvelle unité monétaire de la France, alignée sur le nouveau système métrique en vigueur, (un franc d’argent, 100e partie du grave ou kilo). Mais c’est Napoléon après les désordres monétaires de la Révolution qui assoit durablement le franc avec la création du franc germinal (une pièce d’argent de 5 grammes à 900 0/00 de fin, une pièce de 20 francs-or avec un rapport or/argent déterminé et stabilisé de 15,5 pour 1). Le franc germinal traversa les siècles jusqu’à Raymond Poincaré, qui, toujours sous le même vocable, créa un franc-or de 58,95 milligrammes d’or. La création des « nouveaux francs » le 1er juillet 1960 par le général de Gaulle vit la dernière métamorphose du franc, disparu le 1er janvier 2002 au profit de l’institution de la monnaie européenne commune, l’euro.

Les francs forts de France

125Le franc est la création d’une monnaie conçue comme durablement forte : elle est appréhendée sémantiquement dès son origine comme synonyme de « forte monnaie », comme le démontre l’exemple suivant, issu des Chroniques de Jean II et Charles V :

  • 121 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I. p. 330.

« Item le samedi a dessus dit, XIIè jour de decembre fu criée et publiée à Paris la forte monnoie, c’est asavoir un franc d’or, que l’en fist lors nouveaux pour XVI sols parissi, un royal pour XIII solz quatre deniers parisis, blancs neufs fins, qui furent lors fais, pour XII deniers parisis121 ».

126L’article défini « la » devant le syntagme nominal « forte monnoie » établit durablement le sème de « stabilité » lié au franc, renforcé dans la chaîne paradigmatique par l’emploi de la locution explicative « asavoir ». Cette structure syntaxique entraîne une synonymie que l’on doit comprendre comme parfaite entre « forte monnaie » et « franc ». Rédigée par Pierre d’Orgemont, qui écrit sous les instances de Charles V, l’accentuation du sémème « monnaie forte » du lexème « franc », apparaît significative d’une pensée et surtout d’une politique monétaire volontariste et novatrice pour l’époque médiévale. Ainsi que nous l’avons vu, et comme toute monnaie médiévale « à succès », le franc fut imité, copié, sans qu’il y ait forcément création de fausse monnaie. Mais nos deux chroniqueurs, Jean Froissart et Pierre d’Orgemont, les plus précis et les plus méticuleux dans la relation du montant des rançons ou des autres tractations diplomatiques (dont les arrangements de mariage) précisent en de nombreuses occurrences qu’il s’agit de :

  • 122 Idem, T. II. p. 124.
  • 123 Idem, T. II. p. 126.127.

« Frans de France122 ».
« Deux cens mile deniers d’or, frans de France, desquelx le Roy lui paiera cM frans huit jours avant le dit mariage123 ».

127Froissart emploie le groupe nominal « frans de Franche » (avec la marque de la palatalisation du picard ch-) lors de nombreuses occurrences dans la rédaction de ses Chroniques :

  • 124 J. Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. III. p. 233.

« Li roys d’Engleterre dounnoit respit de lui et des siens à toute la duchié de Bourgoingne entirement, de ce jour en trois ans, parmy. CC. mil frans de Franche qu’il devoit tous appareillés124 ».

128À de multiples reprises, il qualifie les « francs » par l’adjectif épithète « françois » :

  • 125 Idem, ouv. cité, T. III. p. 378.

« Si me samble qu’il dubt avoir pour ceste grasce qu’il feroit au prinche et au roy Piere. XIXX. mil frans franchois125 ».

129Ces propositions qui nous apparaissent redondantes sont simplement symptomatiques de la réalité monétaire de l’époque : le franc, monnaie forte fut maintes fois imité, il s’imposait alors pour les chroniqueurs soucieux de précision d’indiquer le pays d’origine de la pièce de monnaie dénommée « franc ». Les tractations financières entre Du Guesclin et les seigneurs bretons et normands sont aussi consignées en francs dans les Chroniques tenues année par année par les moines de l’abbaye du Mont-Saint-Michel :

  • 126 Chroniques du Mont-Saint-Michel, ouv. cité, p. 17.
  • 127 N. de Baye, Journal, ouv. cité, p. 34.

« L’an dessus dit, Jehan de Bretaigne fut délivré par monseigneur de Clisson, connestable, qui luy presta LX mille frans et de Lx mille bailla obligacion126 ».
« Le duc de Bourgoigne… et pour ce que l’en avoit mis suz une grande taille, montant, comme j’ay oy dire xij ou xxiije mil frans ou royaume127 ».

130« Franc » peut être associé à « or » dans les groupes nominaux SN + SN :

  • 128 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. II. p. 41.
  • 129 Idem, T. I. p. 277.
  • 130 Chronique des quatre premiers Valois, ouv. cité, T. II. p. 253.

« XIIII cens mile frans d’or128 ».
« Un bel hanap d’argent tres bien doré, pesant XX mars, dedenz avoit mil frans d’or comptez129 ».
« Se ilz rendoient le dit fort chastel de Saint Sauveur, ilz auroient cinquante mille frans d’or130 ».

131Dans ces exemples, comme pour l’adjonction de l’épithète « français », la qualification par le complément de nom « or » paraît superfétatoire mais le franc fut également frappé avec plus ou moins d’or, et dans un autre métal en argent… Un dernier exemple associant « franc » et « or » soulève quelques questions sur l’emploi syntaxique de « franc » : est-il syntagme adjectival ou nominal ?

  • 131 Idem, T. II. p. 259.

« Des deniers d’or frans du roy de France131 ».

132La substantivation du lexème « franc » apparaît ici comme la meilleure proposition sémantique. Le « denier » est dans son acception générique de « pièce de monnaie », comme dans les exemples suivants, le florin ou l’écu ; l’ellipse dans cette proposition d’un syntagme désignatif permet de caractériser le franc comme une nouvelle espèce monétaire, mais participant sémantiquement (et aussi au plan numismatique) du système des paradigmes des pièces de monnaie. En revanche, dans les phrases suivantes, la mention est explicite avec « nommés » et la locution « c’est assavoir », ou par la substitution syntaxique entre « franc » et « florin » pour le dernier exemple, sans qu’il y ait synonymie ni équivalence mais concordance entre le franc et florin. Autrement dit, le franc est un florin mais le florin n’est pasun franc ; ces deux lexèmes entretiennent des relations d’hyponyme à hyperonyme dans une grande variété de propositions syntagmatiques comme le prouvent les exemples suivants :

  • 132 Idem, T. II, p. 116.
  • 133 Idem, T. II. p. 116.
  • 134 J. Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. III. p. 469.
  • 135 Chronique des quatre premiers Valois, ouv. cité, T. II. p. 122.

« Et pour la raençon du roy de France, on lui paieroit trente six cenx mille flourins de fin or nommez frans, la piece pesant deux esterlins et demi d’or132 ».
« Mais ilz demandoient si grandes sommes de florins, c’est assavoir au moins XIIII cens mil frans d’or133 ».
« Et fu ranchonnés messires Bertrans de Claiequin deviers monsigneur Jehan Camdos qi estoit ses mestres à. C. mil frans. Bien lez paia li di messires Bertrans en biaux florins tous appareilliez134 ».
« Apres ce que le roy Jehan fut venu de prison, fut fait ung grand concille pour avoir voie de paier la raençon du dit roy qui se montoit, comme devant est dit, trente six cent mille francs flourins de fin or135 ».

133Le franc est dans son acception de « pièces de monnaie », mais son emploi temporaire comme monnaie de compte le met aussi en relation d’équivalence sémantique temporaire avec l’écu, monnaie de paiement, comme le démontrent les exemples suivants :

  • 136 N. de Baye, Journal, ouv. cité, p. 1.
  • 137 Idem, ouv. cité, p. 78.

« Que la somme de IIIm frans, de quoy avoit esté parlé, que ledit maistre Loiz estoit obligiez en la dicte somme de IIIm escus envers ledit Chanteprime136 » « Il a délivré à Bureau de Dampmartin, changeur, la sommme de ijm frans en escus137 »

134Les francs « appareillés » constituent un particularisme du vocabulaire de Froissart. De nombreuses occurrences de ce groupe nominal y figurent, comme par exemple :

  • 138 J. Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. IV. p. 32.
  • 139 Ibidem.

« Si rendy le fortrece et s’em parti et touttes ses gens sans dammaiges et eut sez pleges et. VIm. frans franchois tous appareilliées pour les pouveanches dou di castiel138 ».
« Si du li dis messires Istasses mis à finanche parmy. XIIm. frans qu’il dubt paiier pour se raenchon et en paya. VIIIm. tous appareilliés139 »

135Froissart est le seul auteur de tout notre corpus à employer cette expression qui soulève quelques problèmes d’interprétation. Jusqu’au XVIe siècle, ce verbe signifie « préparer », mais par touches successives de précision sémantique, il se spécialise dans la préparation technique pour des domaines aussi divers que l’architecture (avec une expression comme des « moellons bien appareillés »), la marine ou l’armement. Froissart, ancien chevalier, veut-il signifier par l’adjonction fréquente de cet épithète au lexème « franc » des pièces de monnaies bien taillées (donc de bonne valeur) ou assemblées ensemble dans un coffre ? L’adjectif démonstratif « tous » en ante position avant « appareillés » individualise-t-il ou collectivise-t-il les « francs » ? Les deux interprétations nous semblent envisageables.

Les emplois de « florin »

Graphie

136Florin, flourin, substantif masculin

Réseau morphologique

137Demi-florin, demy-florin

Référent numismatique et référence étymologique

138Le mot florin apparaît en 1278, grande période de création et de renouveau monétaire dans toute l’Europe ; adapté de flor, morphème de l’ancien français pour « fluer », cette monnaie italienne est elle-même issue de l’italien médiéval fiorino, dérivé de fiore, la fleur, emploi par synecdoque car la fleur de lis florencé est représentée au droit sur la pièce de monnaie. Le florin a été surnommé avec raison « le dollar du Moyen Âge » ; le succès de cette monnaie fut effectivement considérable dans l’Europe entière. Cette monnaie d’or d’un poids de 3,50 grammes a été imitée dans l’ensemble de la péninsule italienne, et l’importance des marchands florentins dans l’économie médiévale ne pouvait que contribuer à son succès et à sa large diffusion dans tout le monde occidental. C’est une monnaie de paiement reconnue dans tout l’Occident médiéval, et les soldats des différentes armées, mercenaires méfiants qui tiennent à leur solde, exigent parfois un paiement en florin.

  • 140 E. Cosneau, Les grands traités de la guerre de Cent ans, Picard, Paris, 1889, p. 14 (Traité de Brét (...)

« Il leur fera païer gages convenables… c’est assavoir a chascun chevalier un florin de Florence le jour ; a chascun escuier demi-florin140 ».

139Une autre équivalence de la rançon du roi Jean II telle que la chiffre l’auteur de la Chronique normande se rencontre dans cette citation :

  • 141 Chronique normande, ouv. cité, p. 153.

« Et deut avoir le roy Edouard III millions de flourins, qui pour le temps courroient par le royaume, et par ainsi seroit le roy Jehan delivré et bonne paix entre eulx141 ».

140« Florin » figure également dans le groupe nominal SN + SN « Florin de Florence »

  • 142 Idem, p. 211.
  • 143 Ibidem.

« Nuef cens florins d’or de Florence142 ».
« 1000 florins de Florence au bon lois143 ».

141Cette redondance syntagmatique indique, par défaut, qu’il peut exister des florins autres que de Florence, comme pour le franc. Ainsi que nous l’avons vu précédemment, la synonymie avec le lexème « franc » semble envisageable, les monnaies nationales et étrangères entretenant des rapports d’équivalence monétaire sans que l’équivalence sémantique soit totale :

  • 144 Chronique des quatre premiers Valois, ouv. cité, p. 116.

« Et pour la raençon du roy de France, on lui paieroit trente six cenx mille flourins de fin or nommez frans, la piece pesant deux esterlins et demi d’or144 ».

142Le florin n’est pas seulement la monnaie éponyme de Florence, le « dollar du Moyen Âge » est également utilisé par d’autres pays. Comme pour le dollar d’Amérique du Sud ou le franc CFA, l’utilisation du nom du la pièce est garant de sécurisation monétaire. Mais le lexème « florin » marque plus qu’une désignation dans la réalité monétaire : son signifié est toujours représentatif d’une forte valeur, comme le démontre cet exemple issu des Chroniques de Pierre d’Orgemont :

  • 145 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I. p. 49.

« En l’an dessus dit MCCCLIIIII, au mois de janvier, fist faire le Roy florins de fin ors appelez florins à l’aignel, pour ce que en la pille avoit un aignel, et estoient de LII ou marc… et deffendi l’eu le cours de tous les autres florins145 ».

143Deux groupes nominaux ont de fréquentes occurrences dans les Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, il s’agit premièrement du groupe nominal SN + SN « florin à l’ecu », dans l’expression du paiement des gens d’armes :

  • 146 Idem, T. I. p. 86.

« Des hommes d’armes demy florin à l’escu par jour146 ».

144Ces florins, monnaie internationale et commune, servent bien entendu au paiement des sempiternelles rançons :

  • 147 Idem, T. I. p. 145.

« Il feist rendre au dit roy ses forteresses et quarante mile florins à l’escu147 ».

145L’écu de ce florin est semble-t-il l’armoirie frappée sur l’une des faces de la pièce, comme dans le groupe nominal « franc à l’écu ». Le paiement des gens d’armes est nécessaire pour leur alimentation, Froissart nous transcrit le montant numéraire de la nourriture des soldats en employant la même expression que Pierre d’Orgemont, du « demi-florin » :

  • 148 J. Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. III, p. 415.
  • 149 Idem, T. IV, p. 17.

« Et enduroienet et souffroient gens d’armes et chevaux moult de durtez et de mallaises et y mengast bien un homs le jour pour demy florin de pain et otant de vin148 ».
« On vendoit en l’ost ung pain. I. florin : encorres n’en poit on recouvrer149 ».

146Le paiement des gens de guerre s’effectue en florins et Philippe de Mézières précise même le coût de l’armement d’un navire :

  • 150 Ph. Mézières, Le Songe du vieil Pèlerin, ouv. cité, p. 436.

« Car aujourduy une galee armee couste le mouys mil et iiiic florins ou m et v150 ».

147Ces différents emplois témoignent de la valeur internationalement reconnue du florin, dont le sème « international » peut être adjoint au sémème de « pièce de monnaie de forte valeur ». En second lieu, le groupe nominal SN + SN où « florin » est associé à des syntagmes nominaux du champ lexical de la masse comme « foison » ou « somme », généralement qualifié par l’adjectif épithète « grand », connaît de fréquentes occurrences.

  • 151 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I. p. 28.
  • 152 Idem, T. II. p. 62.

« Le prince de Galles… avoit receu grant somme de florins du dit roy Pierre de Castelle pour luy aidier151 ».
« Et [Charles V] fist donner aus ordres de Paris grant foison de florins, jusqu’au nombre de trois mile florins et de plus152 ».

148Froissart emploie la même structure de groupes nominaux lors de multiples occurrences, comme par exemple :

  • 153 J. Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. III, p. 123.

« Rachata li prinches à chiaux qui les avoient pour grandes sommes de florins, seloncq che que chacuns estoit153 ».

149Un exemple de réalité matérielle des monnaies et de l’étalon monétaire, que constitue, de fait, le florin, est éclairant chez Philippe de Mézières. Comme avec la synonymie ou substitution entre « drachme » et « ducat », nous rencontrons ici la véracité concrète des changes et de la circulation monétaire internationale en cette fin de Moyen Âge.

  • 154 Ph. Mézières, Le Songe du vieil Pèlerin, ouv. cité p. 415.
  • 155 Idem, p. 436.

« Un estrangier portera une petite balance pour peser le florin154 ».
« Ceci ne coustoit le moys que Vc florins ou ducaz155 ».

Les emplois de « ducat » et « drachme »

Graphie

150Drachme, dragme, substantif féminin.

151Ducat, ducaz, ducas, duca, substantif masculin.

Réseau morphologique

152Construit avec le radical duc-mais hors du champ lexical de la monnaie (duché, duchesse etc.)

Référent numismatique et référence étymologique

  • 156 Dictionnaire historique de la langue française, ouv. cité, p. 1133, article « drachme ».

153La drachme est la monnaie du monde grec par excellence. De poids, de taille et de cours variables, en or ou en argent, sa durée de vie fut exceptionnelle allant de la Grèce antique à la Grèce contemporaine ; la drachme cessa d’être en circulation avec l’arrivée de l’euro en janvier 2002. La drachme circula également dans l’Occident médiéval. Son étymologie le rattache, comme toutes les monnaies à une unité de poids. Issu du latin« drachma », lui-même emprunté au grec « drakhmé », il désigne initialement une unité de poids de 3,5 grammes. « Le mot se rattache directement à la famille de °drassesthal « saisir dans la main, empoigner », issu d’un thème °derk-ou °derghe-, sans étymologie claire156 ».

  • 157 Dictionnaire de numismatique, ouv. cité, article « ducat ».

154Autant la drachme demeura grecque, le ducat, d’origine italienne, fut une monnaie frappée dans de nombreux pays d’Europe (Flandres, Angleterre, Pays germaniques etc.). Emprunté à l’italien « ducato », issu lui-même du latin médiéval « ducatus », le mot désigne une pièce de monnaie à l’effigie d’un duc. « À l’origine, il s’agit d’une pièce d’argent frappée par Roger II, roi de Sicile en 1130 pour le duché des Pouilles dont il est investi en 1127157 ». Le ducat le plus répandu dans l’Occident médiéval est celui frappé par la République de Venise, à l’effigie de son doge.

  • 158 Ph. Mézières, Le Songe du vieil Pèlerin, ouv. cité, p. 360-269.

« Comme il appert par la monnoye de la seigneurie de Venise, qui ixc ans dure sans faire mutation ; c’est assavoie de fins ducaz d’or de XX et quatre quarraz, de XVI dragmes de fin argent pour le ducat, et bxiiii et aucunes fois iiiixx souldins de fin argent pour le ducat158 ».

Les emplois de « esterlin »

Graphie

155Esterlin, esterling, estrelin, strelin, sterlin (1578), substantif masculin.

Référent numismatique et référence étymologique

156Le latin médiéval « sterlingus » désignant le denier d’argent d’Ecosse et d’Angleterre à la fin du XIe siècle est issu de l’ancien anglais « steorling » « monnaie d’argent marquée d’une étoile » composée du radical germanique°steorra, étoile et du suffixe « – ling ». En français, le lexème « esterlin » dans l’ensemble de ses graphies désigne le denier émis par les souverains anglais, le premier le fut par Henri II Plantagenêt en 1180, puis par analogie, une unité de poids correspondant à 1/160 de marc. Employé comme substantif, le lexème « esterlin » connut ensuite une adjectivation pour un emploi dans le groupe nominal « livre sterling » encore en usage actuellement.

  • 159 Benoît Santiano, Les problèmes monétaires au Moyen Âge, ouv. cité, p. 132.
  • 160 S.Piron, Monnaies et majesté royale dans la France du 14e siècle, ouv. cité, p. 337.

157Les sèmes s1 pièce/de S2 monnaie/s3 anglaise constituent le sémème d’esterlin, même si les sèmes S1 unité/de s2 poids sont employés parfois en diachronie, mais sans qu’il y ait équivalence avec un autre paradigme dénotant l’unité de poids ou substitution des sémèmes entre eux qui sont exclusifs l’un de l’autre. Par une ordonnance du 2 novembre1265, Louis IX tolère les esterlins anglais seulement « a pois et a value de l’argent ». « La circulation de l’esterlin est admise jusqu’à la mi-août 1266 selon le cours légal suivant : 1 esterlin = 4 tournois. À un cours supérieur, on encourait une amende. Après la mi-août 1266 son cours fut interdit159 », avant une interdiction totale de toutes les monnaies étrangères le 19 mai 1305. L’esterlin anglais connut malgré tout encore bien des succès, comme toutes les monnaies étrangères de bon poids. « Les monnaies étrangères ne disparaîtront définitivement du royaume qu’au début du 18e siècle160 ».

  • 161 J. Le Bel, Chronique de Jean le Bel, ouv. cité, p. 113.
  • 162 E. de Monstrelet, Chroniques, éd. Douët d’Arq, Paris, 1857-1862, p. 30.
  • 163 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I. p. 236.
  • 164 J. Le Bel, Chronique de Jean le Bel, ouv. cité, p. 130.

« A chascuns fist donner III viels estrelins pour l’amour de Dieu161 ».
« Cinq cens mars d’esterlins162 ».
« Cent mile livres d’esterlins163 ».
« Et vous donneray de vostre bien venue Vc livres de terre à l’estrelin164 ».

158Ces exemples établissent la triple polysémie de l’esterlin qui est un denier sémantique comme numismatique.

Un emploi rare : le postulat

Graphie

159Postulat, substantif masculin.

Référent numismatique et référence étymologique

  • 165 Dictionnaire de numismatique, ouv. cité, article « postulat ».
  • 166 Dictionnaire historique de la langue française, ouv. cité, p. 2871.

160Pour l’auteur du Dictionnaire de numismatique, le postulat est « une monnaie à l’effigie de Saint Lambert frappée sous Jean de Horn, évêque de Liège de 1484 à 1505 ». Le postulat a dû être frappé avant cette date car Nicole Oresme, dans son « Prologue du Translateur » y fait référence165. Alain Rey parle d’une « évolution sémantique peu claire » pour cette monnaie liégeoise. Le « postulat » est emprunté au latin postulatum, « demande, prétention »166. Dès le XIIIe siècle, l’étymologie est savante. Pourquoi avoir alors choisi cette désignation ?

  • 167 N. Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. IV.

« Par quoy il est à doubter que quant il plaira au Roy ou Prince remestre ordre en sa monnoie, que tous ceulx qui seront empeschez trouvez de celle mauvaise monnoie n’y perdent largement ; comme des Postulas nouvellement forgies ou pays de Liege, ausquelz on donne cours en ce royaume pour demy escu d’or, et toutesfois ilz sont de si bas aloy que mendre ne se pourroit trouver167 ».

161Il est tout à fait intéressant de noter que Nicole Oresme utilise « postulat » comme exemple d’une monnaie étrangère synonyme pour lui de mauvaise monnaie. Parmi les lexèmes de toutes les monnaies étrangères qui couraient par le Royaume de France, il a justement choisi celle-ci. Par ailleurs, cette proposition argumentée est le seul paradigme de la diachronie de l’auteur. Nicole Oresme ne semble s’autoriser la relation d’un fait de son présent uniquement dans le Prologue pour illustrer son propos. Les exemples concrets, pratiques sont fort peu nombreux dans le Traité. Seuls figurent quelques relations de faits antiques, mythologiques ou bibliques, pour lesquelles Nicole Oresme utilise alors les lexèmes du champ lexical de la monnaie appartenant à l’époque antique comme « sicle ».

Les monnaies anciennes et leurs occurrences démonstratives

Graphie

162Sicle, substantif masculin

Référent numismatique

  • 168 Dictionnaire de Numismatique, ouv. cité, article « sicle ».

163Le sicle est « la monnaie d’argent du type du roi archer émise dans l’Empire perse depuis la fin du VIe siècle jusqu’à la conquête d’Alexandre168 ».

  • 169 N.Oresme, Traictié des monnoies, ouv. cité, p. XVIII.
  • 170 Idem, p. XLIV.

« Semblable sicle est proprement le nom de monnoie comme il a en Genése, et est le nom du poix, comme illec mesmes appert169 ».
« Monnoie donc est juste et vraye ensubstance et en poix, si comme il nous est signifié en la Saincte Escripture où il est parlé d’Abraham comment il achapta un champ pour lequel il donna IIIe sicles d’argent, monnoie publiqcquement approuvée. Sicle estoit lors ung certain poix ou mesure170 ».

164Les monnaies anciennes ne sont citées que par Nicole Oresme, en référence à Aristote, pour les besoins de sa démonstration. Ce type de lexèmes attachés à la réalité historique des temps bibliques et antiques n’est en aucun cas d’un usage courant en cette fin de Moyen Âge.

Agnels et moutons : une bergerie monétaire métonymique

Graphie

165Mouton, substantif masculin.

166Agnel, aignel, substantif masculin.

Dérivés morphologiques

167Agnelet, moutonnet.

Référent numismatique et étymologique

168Avec l’agnel et le mouton, nous sommes en présence de deux lexèmes du champ lexical de la monnaie qui appartiennent à un autre champ lexical, celui des animaux. L’agnel apparaît pour la première fois en 1311, lorsque Philippe le Bel fait frapper une monnaie d’or, une pièce d’un cours de 20 sous tournois, et portant sur l’une de ses faces l’agneau pascal, assorti du début de la prière de l’ordinaire de la messe « Agnus Dei, qui tollis peccata mundi ». Par métonymie, la pièce de monnaie prit le nom de l’animal qu’elle représentait. L’appropriation populaire transforma l’agneau pascal en « mouton », même si l’agneau pascal fut vraisemblablement reconnu. Même les rois de France s’approprièrent ce nom ainsi popularisé. Les fils de Philippe le Bel continuèrent les émissions de cette monnaie d’or. Puis Jean le Bon fit frapper des « moutons », le mouton de Jean II valant 25 sous tournois. Imités par les princes territoriaux germaniques et flamands, l’agnel rencontra une certaine diffusion dans l’Occident médiéval.

  • 171 J.Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. III, p. 163.

« Qui Robert Canolle prendrera
.C. mil moutons gagnera171 ».

169Froissart n’utilise que peu fréquemment le lexème « mouton » quand il entend désigner une somme d’argent, la forme de comptine reproduite dans ce chapitre explique sans doute la raison de l’emploi de ce lexème.

  • 172 Chronique des quatre premiers Valois, ouv. cité, p. 114.
  • 173 J. Le Bel, Chronique de Jean le Bel, ouv. cité, p. 275.
  • 174 J.Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. III, p. 166.
  • 175 Idem, T. III, p. 195.
  • 176 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I. p. 49.
  • 177 Idem, T. I p. 92.
  • 178 Idem, T. I. p. 140.

« Et fut raençonnée à deux mille moutons de fin or qu’ilz paierent au dit roy d’Angleterre172 ».
« Cil finast bien de CCm bons florins au mouton173 ».
« Et si ranchouna le dit comte… au. XIIm. florins au mouton174 ».
« Li dis messires Ustasses fu ranchonnés à. XXIIm. moutons tous appareilliés175 ».
« En l’an dessus dit MCCCLIIIII, au mois de janvier, fist faire le Roy florins de fin ors appelez florins à l’aignel, pour ce que en la pille avoit un aignel, et estoient de LII ou marc176 »
« Et le mouton d’or fu mis à XXX sols tournois. »177« Et ainsi fut fait et valu un mouton XXX sols parisis178 ».

170Comme pour le « florin à l’écu », le « florin au mouton » ou le « florin à l’agnel » signifie que la pièce de monnaie nouvellement émise est d’abord un florin. Dans ce cas, c’est le sème « or » du florin qui l’emporte. Par la suite, par raccourcissement sémantique, la pièce de monnaie toujours en or, voit son signifié se réduire à son inscription, par commodité de langage. Mais les moutons demeurent des monnaies d’or.

  • 179 Idem, T. I. p. 107.

« Item, le dimenche XXVIè jour du dit moys ensuivant,…, fu la monnoie publiée à Paris, par l’ordenance des gens des III estaz, c’est asavoir : I mouton d’or pour XXXIIII sols parisis et demy moutons qui furent faiz nouveaux pour XII sols parisis, deniers blans à la couronne pour X deniers tournois et les autres monnoies qui lors furent faites179 ».

171Les monnaies au Moyen Âge se distinguent aussi par leur représentation iconographique. Ces dessins sont ensuite nominalisés et désignent une entité monétaire telle le mouton.

172La diversité sémantique des paradigmes du vocabulaire des « espèces sonnantes et trébuchantes » est donc d’une grande variété. Les traits sémiques dominants et secondaires employés pour les différentes espèces monétaires peuvent être distribués comme suit :

173Ce tableau synoptique met en évidence la polysémie dominante du denier dans le champ paradigmatique et lexical du vocabulaire de la monnaie à la fin du Moyen Âge. Mais sa polysémie ne l’établit pas cependant comme archisémème des autres monnaies, qui, chacune dans leur seul sème commun, représente une unité, participative de la monnaie. Ce n’est qu’au pluriel qu’il signifie « somme d’argent », avec un usage diachronique limité, cette expression tombant assez rapidement en désuétude. Malgré sa richesse sémantique, le denier n’atteindra jamais la conceptualisation des lexèmes « monnaie » et « argent ». C’est le lexème « monnaie » qui dans les rapports paradigmatiques du champ lexical de la monnaie peut être établi comme l’archilexème, l’argent traversant les siècles comme archisémème. Le lexème « denier », qui s’approcha sémantiquement de ces deux concepts linguistiques en moyen français ne les atteindra finalement jamais pour tomber ensuite dans la plus parfaite désuétude et d’un emploi inusité en français contemporain.

Le lexème « monnaie »

Graphie

174Monnoie, monnoye, monoie, monoye, mounnoie, monnaie, substantif féminin

Réseau morphologique

175En moyen français : monnoyer, monoyer, monnoier, monoier, moneage, monnoyage, monneyeur, monnoieur, monnoyeur. En français contemporain : monnayer, monnayage, monnayeur, faux monnayeur.

Référence étymologique

  • 180 A. Rey, Dictionnaire historique de la langue française, ouv. cité, p. 2274.

176Dans une certaine mesure, l’étymologie relie ce lexème daté de 1170 du vocabulaire économique et financier au domaine du sacré. Issu du latin moneta, lui-même issu de monere, « avertir », il désigne initialement le temple de Junon Moneta, situé sur le Capitole, où les très célèbres oies, gardiennes de ce lieu sacré, avertissent par leur caquetage les Romains de l’arrivée des Gaulois. « Par métonymie, le nom s’est appliqué au temple de Junon où elle était adorée et où l’on frappait la monnaie180 ». Une autre piste étymologique ferait dériver ce terme du grec mnêmosunê "dont on conserve le souvenir" ou "conseillère" ; « celui-ci est à l’origine celui de Junon, « mère des Muses ». Le surnom de Junon aurait pour aboutir à moneta subit l’influence de la racine indo-européenne mên qui est l’ancien nom de la Lune. Cette racine a donné de nombreux mots désignant la période lunaire – le mois – comme par exemple monat en allemand et month en anglais. Ainsi le grec mênê "la lune" aurait eu un dérivé morphologique mêniskos "petit cercle ou petit croissant" assimilable à la monnaie qui, initialement, revêt la forme d’un petit disque de métal.

Les ordonnances des monnaies

  • 181 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 371.

« La monnaie royalle represente de la royalle mageste181 ».

177Toutes les ordonnances de monnaie des Rois de France pour notre axe diachronique, mais aussi bien dans les siècles suivants, débutent par les mêmes phrases nominales :

  • 182 B.M. Secousse, Recueil des Ordonnances des rois de France, ouv. cité, p. 624, in www.ordonnances.or (...)

« Charles par la grace de Dieu Roy de France. A nos amez et feaux les Generaulx – Maistres de noz Monnoyes : Salut et dilection182 ».

178Il est intéressant de noter que la majuscule de majesté souligne l’importance des monnaies royales jusque dans la graphie. Ce caractère royal est renforcé par l’adjectif possessif « nos », qui, par sa redondance dans cette phrase, matérialise syntaxiquement le lien de suzeraineté qui unit les féaux, que sont les maîtres de monnaies, au Roi de France, avec les monnaies, matérialisation de la souveraineté du Roi. Selon son emploi au singulier ou au pluriel, le lexème « monnaie » peut recouvrir au moins deux sémèmes différents. Dans ces édits royaux, le pluriel est presque toujours systématiquement utilisé, le lexème « monnaie » n’est employé au singulier que lorsque la monnaie est individualisée par un ou plusieurs qualificatifs. Cet emploi au singulier dénote la réalité monétaire : le Prince fait rarement crier (ou décrier) ou confectionner une seule monnaie. Chaque pièce de monnaie participant du système monétaire, dans sa triple dimension comptable, intrinsèque et métallique, sa valeur s’inscrit par rapport aux autres. Il semble alors cohérent que l’approche discursive royale, étatique du lexème « monnaie » privilégie l’emploi au pluriel et au possessif, comme le démontre l’exemple suivant :

  • 183 Idem, p. 544.

« Nous a esté humblement supplié, que sur le fait et gouvernement de noz Monnoyes, voëllions pourveoir et ordonner par telle manière, que les Monnoyes tant d’Or comme d’Argent, faictes hors de nostre Royaume, qui ont cours en iceluy, pour plus grant pris assez qu’elles ne valent, en grande déception et dommaige de Nous et dudit peuple soient du tout abatuëus et mises au marc pour billon183 ».

179Dans l’axe syntagmatique, « noz Monnoyes » sont opposées à « les Monnoyes », l’article défini marquant ainsi l’altérité des autres monnaies étrangères. La prégnance royale nécessaire dans le domaine des monnaies est accentuée par tous les dérivés morphologiques (« nostre Royaume », « noz monnoyes ») de « Nous », pronom personnel de majesté désignant la personne royale, de surcroît placé comme un syntagme nominal en tant que complément du nom « dommaige ». Le théoricien politique Evrart de Tremaugon emploie également le pluriel pour désigner la monnaie royale :

  • 184 Le Songe du Vergié, ouv. cité, p. 201, Livre I. Chap. CCLI.

« Au Roy appartient la cognoissance et punicion des crimes de lese majesté et de toutes les infractions de sauvegardes du Roy : forgement de fausses monnoyes, et de toutes transgressions des ordenances royaux faittes sur le fait dez monnoyes184 ».

180La monnaie royale est une, mais ses concrétisations sont multiples : « faire monnaie » appartient au roi, comme le rappellent chroniqueurs et auteurs des Miroirs :

  • 185 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I. p. 97.

« Le droit de faire monnaie et de la muer appartenoit au Roy pour cause de l’eritage de la couronne de France, toutesvoies voulit il, pour leur faire plaisir, que la dicte nouvelle monnoie n’eust plus point de cours185 ».

181Le lexème « monnaie », dans son emploi au singulier associé au roi, institutionnalise la monnaie comme concept caractérisant la souveraineté jusqu’à l’instauration d’une maxime, sous forme de phrase nominale, comme le démontre cet exemple de Philippe de Mézières :

  • 186 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 371.

« Telle la monnoye, tel le seigneur186 ».

182Mais si la monnaie sert le Roi, le Roi ne doit pas servir la monnaie. La monnaie en arrive presque à être personnifiée en rappelant que le lien de vassalité établit le roi comme suzerain et non la monnaie, ainsi que certains souverains pourraient être tentés de le faire en s’assujettissant à celle-ci et non à Dieu. Denis Foulechat rappelle aussi dans sa traduction du Policratius, le principe biblique que l’on ne peut servir à la fois Dieu et l’argent.

  • 187 D. Foulechat, Le Policratius de Jean de Salisbury, ouv. cité, Livre III, Chap. 12, p. 235.

« Et celi qui de tous est le greigneur, le premier nez et engendrez des mors et prince des roys de terre, si afferme que ce n’est pas chose possible que servir a Dieu et a monnoie187 ».

  • 188 Mat 6-24 « Nul ne peut servir deux maîtres […] Vous ne pouvez servir Dieu et l’argent ».

183Dans cet exemple, « monnaie » est synonyme d’argent par référence à l’Evangile selon Saint Mathieu188, la connotation négative du syntagme nominal apparaît alors très marquée. L’argent est aussi, selon l’Evangile selon Saint Luc, Mammon, l’argent idolâtré. L’assimilation entre l’argent et la monnaie dans la traduction effectuée par Denis Foulechat est révélatrice d’une approche d’un texte plus ancien. L’auteur Jean de Salisbury, envisage alors d’une façon plus archaïsante la dimension économique du gouvernement des princes par rapport aux théoriciens politiques du XIVe siècle.

184Le lexème « monnaie » dans son emploi au pluriel aurait alors pour sémème, « ensemble des espèces monétaires servant au paiement », mais l’emploi au singulier associé au réseau morphologique du roi désigne également l’ensemble des pièces de monnaie mais en le théorisant par son aspect institutionnel. La monnaie, dans ces occurrences, participerait alors d’un vocabulaire théorique de l’économie et de la finance en transcendant son caractère concret, pragmatique et matérialisé par les espèces sonnantes et trébuchantes. Nicole Oresme ne s’y trompe pas, quand il précise par des locutions, ce que désignent les ronds de métal que sont les pièces de monnaies,

  • 189 N.Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. XVII.

« Les porcions et pièces des monnoies189 ».

185Dans la droite lignée des conceptions aristotéliciennes, reprises par tous les théologiens du Moyen Âge, Nicole Oresme définit la monnaie comme un instrument :

  • 190 Idem, p. XI.

« Et pour ce doncques monnoie est l’instrument pour permuer les Richesses naturelles, les ungs aux aultres190 ».

186La lointaine appartenance de la monnaie au domaine du sacré, induite éventuellement par l’étymologie, ne ressurgit pas dans la définition médiévale de la monnaie mais sa double conceptualisation, comme outil nécessaire au fonctionnement des échanges, et comme domaine réservé au Prince, est définitivement assise par les propos de Nicole Oresme. Pour tous ses développements théoriques sur la monnaie, celui-ci privilégie l’emploi au singulier, sauf lorsqu’il explicite un phénomène précis, comme par exemple, la mutation des monnaies.

Monnaie (s) et mutation

187Monnaie au singulier, monnaies au pluriel, les auteurs médiévaux peuvent également contredire notre approche discriminante dans la conceptualisation ou non du lexème « monnaie » établie selon l’emploi circonstancié au pluriel et au singulier, par les incertitudes syntaxiques du moyen français. Gilles le Muisit cité par Françoise Autrand nous le prouve :

  • 191 F. Autrand, Charles VI, ouv. cité, p. 465.

« Monnaie est chose moult obscure. Elles vont haut, elles vont bas, et si ne sait que on que faire191 ».

  • 192 N.Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. V.
  • 193 Ibidem.

188Les mutations, comme nous l’avons vu, constituent le problème économique majeur de cette fin de Moyen Âge. Dans l’axe syntagmatique et paradigmatique des textes de notre corpus, quelques remarques sémantiques peuvent être formulées sur les associations du paradigme « monnaie » avec les paradigmes du réseau morphologique « muer » ou « mutation ». C’est bien sûr Nicole Oresme qui demeure le champion de la monnaie stable contre les méfaits de la mutation des monnaies dont il détaille les effets néfastes sur le gouvernement d’un royaume. Il emploie ainsi au singulier le groupe nominal « mutation de » suivi d’un complément de nom dans les titres de chapitres suivants : « la proporcion », « du nom », « du poix », « de la matière », « de la mutacion composée » suivie de « monnaie192 » au singulier. Toutes les composantes de la monnaie sont ainsi passée au crible, individuellement et dans leur globalité : « le huitiesme, des mutations des monnoies, en général193 ». La « mutation » est synonyme de « transformation », mais nous n’avons rencontré aucune substitution paradigmatique entre ces deux lexèmes dans notre corpus. Cette parfaite coïncidence sémantique masque dans le contexte syntagmatique l’association systématique entre les syntagmes, nominal « mutation », verbal « muer », et le syntagme nominal « monnaie ». Le sème de « mutation » est inséparable du sème « monnaie » : la « mutation » est S1 la « transformation » s2 des « monnaies » s3 « effectuée » s4 « intentionnellement » par s5 le « Prince ». Les deux exemples suivants illustrent cette définition, avec pour le premier, l’ellipse du syntagme « monnaie » comme complément de nom du syntagme nominal « mutation », celui-ci dans l’axe syntagmatique de la phrase, se suffisant à lui-même.

  • 194 N.Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. XXVI.
  • 195 Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. III, p. 458.

« En signe de laquelle loy et cours, toutes les pensions et revenues annuelles sont taxées au pris de la monnoie, c’est assavoir, à certain nombre livres, solz et deniers, par quoy il appert que jamais ne se doit faire mutacion194 ».
« Li prinches devoit tenir estable sans muer ses monnoies195 ».

189Contextuellement, dans les éléments discursifs des Chroniques comme des Miroirs ou Traités, les mutations monétaires se voient dans leur grande majorité associées à une condamnation (voire à une interdiction) avec des adverbes exclusifs comme « jamais » ou « sans ».

190Le syntagme nominal « monnaie » est également souvent qualifié par des adjectifs qualificatifs fonctionnant en couple antinomique : « bonne/mauvaise » ou « faible monnaie », « nouvelle/vielle monnaie ». Seul l’adjectif qualificatif « menue » n’a pas de connotation appréciative ou dépréciative mais au contraire il propose une indication sur la réelle valeur de la monnaie :

  • 196 Livre de comptes 1395-1406. Guy de la Tremoille et Marie de Sully, ouv. cité, p. 110.

« Audit Jehan Garnier, qu’il avoit paié a Poitiers et ailleurs pour le change de 787 l. 10 s. t. en menue monnoye changiez a or196 ».

191Les couples associatifs fonctionnent selon différentes combinaisons : la « nouvelle » monnaie peut être « faible » comme « forte », la vielle « mauvaise » ou « bonne », à l’instar du regretté gros d’argent du bon Monseigneur Saint Louis, tant pleuré par les chroniqueurs tout au long de leurs chroniques en cette fin du XIVe siècle.

  • 197 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I. p. 107.
  • 198 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 372-269.
  • 199 N. Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. XXVIII.
  • 200 Idem, p. LV.

« Quatre deniers parisis de bonne monnoie courant lors197 ».
« Le roy Phelippes… fist forgier foible monnoie et a point importable198 ».
« Aultrement se peult faire mutacion de figure, en faisant nouvelle monnoie, et défendant le cours de la vieille199 ».
« D’aucune vielle mauvaise monnoie200 ».

192Seule la datation et l’événement de dépréciation (ou de renforcement) permettent aux chroniqueurs de statuer sur la qualification de la monnaie. En dehors de tout contexte historique, Philippe de Mézières est le seul à associer l’adjectif qualificatif « fin » au syntagme nominal « monnaie » mais par similitude d’emploi avec son expression métaphorique tant utilisée des « fins besants ».

  • 201 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 477-305.
  • 202 Idem, p. 372-269.
  • 203 Ibidem.

« La fine monnaye de noz precieuses forges201 ».
« Et lors, tu sauras forgier telle et si bonne monnoye, qui sera aimee et louee du peuple gallican202 ».
« Forgier bonne monnoye ne fust l’onneur, gloire et utile manifeste et conservation singuliere de leurs seigneuries, ilz garderoient trop bien forgier si fine monnoye, et sauroient bien gaignier cent ou iicent pour centenaire, en forgeant foible monnoye203 ».

193La connotation de valeur non seulement intrinsèque mais aussi morale de la monnaie est également accentuée chez cet auteur avec l’emploi d’un adjectif qualificatif comme « loyal » :

  • 204 N.Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. LXIV.

« Une manière de bonne et loyale monnoie204 ».

194Les partisans d’une monnaie forte insistent tellement sur cette nécessité que l’expression « la bonne monnaie » tendrait parfois vers la collocation tant elle est usitée.

La monnaie « franche »

195Philippe de Mézières est également le seul auteur de notre corpus qui associe l’adjectif qualificatif « franche » à « monnaie », en explicitant expressément, par l’emploi des antonymes « aservie » et « souillie de vil aloy » le caractère noble et fort que doit posséder la monnaie de France, à l’image de son roi. Il s’inspire aussi sans doute de la nouvelle monnaie forte, le franc, créé par Jean le Bon.

  • 205 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 371-269.

« Le noble et excellent royaume de France doit avoir monnoie franche et non pas aservie et souillie de vil aloy205 ».

196Dans ces associations avec des syntagmes adjectivaux du champ lexical de l’appréciation morale, le syntagme nominal « monnaie » amplifie son sémème par l’adjonction du sème de « valeur ». La monnaie est une valeur pécuniaire mais au fil de la plume des clercs, chroniqueurs ou penseurs, cette valeur peut revêtir une coloration morale. En effet, par balayage de l’axe paradigmatique du corpus, il est possible d’indiquer que la valeur intrinsèque de la monnaie est signifiée par sa composition métallique.

197C’est encore une fois Nicole Oresme qui établit les principes de la composition métallique de la monnaie, pour qu’elle soit une « bonne monnaie » :

  • 206 N. Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. VII.

« La monnoie et ès nobles métaulx dont elle se fait et doit faire206 ».

198Le syntagme adjectival « nobles » qualifiant « métaulx » se situe dans le même paradigme que « franche » associé à « monnaie », comme le désigne Philippe de Mézières, qui fait siennes les thèses monétaires de Nicole Oresme. La noblesse de sa monnaie est aussi déterminée par son alliage, avec une gradation dans l’utilisation des métaux :

  • 207 Idem, p. XV.
  • 208 Idem, p. XI.

« La première est or, la seconde est argent, et la troisième noire mixte. Mais il est à noter pour règle générale que jamais ne se doit faire mixtion en monnoie207 ».
« Et quant l’or ny peult souffire, on fait aussi Monnoie d’argent208 ».

199L’or est le métal le plus précieux, mais sa rareté dans l’Occident médiéval nécessite le recours à l’argent, à condition que celui-ci soit pur. À cette pureté s’oppose la « mixtion » et la « composition », qui peuvent être aussi considérés comme des antonymes de la « noblesse » dans le champ lexical des valeurs médiévales chevaleresques.

  • 209 Idem, p. XVII.

« La substance du métal dont la Monnoie estoit mixtionnée et composée209 ».

200Même pour la description de ses composants matériels et objectifs – nature et teneur en métaux – le lexème « monnaie » est qualifié par des adjectifs du champ lexical de la morale. Valeur marchande, valeur éthique, le dernier exemple de ce recoupement des deux champs lexicaux des qualificatifs de la monnaie, celui de l’économie et celui de la morale, s’établit avec la « monnaie noire ».

La monnaie « noire »

201La monnaie noire représente une nécessité pour le paiement des infimes sommes quotidiennes, réalité de la circulation monétaire médiévale, les ordonnances des Rois de France sont là pour le rappeler :

  • 210 B.M. Secousse, Recueil des Ordonnances des rois de France, ouv. cité, p. 624, in www.ordonnances.or (...)

« Pour ce que Nous avons entendu que à present il est grant necessité et deffault emmi nostre Peuple de petite Monnoie noire, tant pour faire aumosnes comme autrement. Nous avons ordonnné en nostre Monnoye de Paris, ou ailleurs, se mestier est, soïent faicts, ouvrez et monnoyez jusques à la forme de deux cens Marcs d’argent ou environ, pour faire petiz Deniers Parisis sur la forme et matière d’iceulx qui courent present pour ung Denier parisis la pièce210 ».

202Ce texte est particulièrement intéressant car il définit au plan numismatique la monnaie noire, qui est ainsi créée comme « noire ». En effet, celle-ci est parfois le résultat d’une transformation d’une monnaie d’argent de faible alliage par usure naturelle. Dans cette proposition syntagmatique, le syntagme adjectival « petite » vient renforcer la faiblesse de la valeur de la « Monnoie noire », qui est destinée en premier lieu aux aumônes. La « monnaie noire », par son association syntagmatique avec les menus dons que constituent les aumônes est alors synonyme de « piécette ». Ce sémème « S1 monnaie/s2 de faible valeur » du groupe nominal « monnaie noire » est dominant dans l’ensemble du corpus, associé parfois dans la proposition syntagmatique à une connotation négative, partiellement induite par la symbolique de la couleur noire (cependant bien réelle) qui lui est attachée.

  • 211 N.Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. XVII.

« La noire monnoie, afin que on cognoisse le pur et bon du mixte et composé211 ».

203Nicole Oresme demeure le pourfendeur de la monnaie noire, qu’il oppose ainsi aux valeurs pécuniaires et nobiliaires des monnaies d’or et d’argent, qui, elles sont précieuses.

204La monnaie possède une valeur intrinsèque déterminée par son alliage ; elle n’en est pas moins appréciée également sous l’angle plus général de son évaluation financière, comme un bien des plus précieux entre tous. Ces deux exemples de Philippe de Mézières, dans lesquels le syntagme nominal « monnaie » est qualifiée par deux syntagmes adjectivaux du champ lexical de la richesse nous le démontrent :

  • 212 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 445-292.
  • 213 Ibidem.

« L’arquemie de nostre precieuse monnoye212 ».
« Jadis ma riche monnoie avoit son plain cours213 ».

205Les occurrences fréquentes de ces groupes nominaux dans l’œuvre de Philippe de Mézières dénotent également la rareté de la monnaie. Celle-ci a une connotation morale et financière déterminée par un prix fabriqué. La monnaie est une évaluation mais elle sert aussi à évaluer. Elle aide à l’appréhension du prix mais elle-même a aussi un prix comme le précise Nicole Oresme :

  • 214 N.Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. III.

« En donnant à la monnoie à tel et si hault pris qu’il luy plaist214 ».

206C’est ainsi que le paradigme des syntagmes adjectivaux de la monnaie est aussi varié et aussi riche chez nos chroniqueurs que nos auteurs, mais toujours avec les aspects connotatifs de la valeur, bonne ou mauvaise, basse ou élevée. La monnaie se définit par sa composition, sa valeur mais également par son appartenance territoriale. La monnaie désigne aussi les monnaies, toutes les monnaies de tous les pays et toutes les époques.

207Pour marquer l’appartenance géographique, les chroniqueurs, dans les chiffrages des tractations diplomatiques entre pays, le plus souvent liées au paiement des rançons, précisent la contrée de la monnaie dans laquelle le paiement va être effectué.

  • 215 E. Cosneau, Les grands traités de la Guerre de Cent Ans, ouv. cité, p. 47 (Traité de Brétigny).
  • 216 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. II. p. 121.

« Item, accordé est que le Roi de France paiera au Roi d’Angleterre trois millions d’escuz d’or, dont les deux valent un noble de la monnoie d’Angleterre ;… jusques à tant que les diz iii millions seront parapiez215 ». « XV deniers paiez à une foiz monnoie de France ou XX deniers paiez tout a une foiz de ladie monnoie de Flandres216 ».

208Les rédacteurs des traités comme à leur suite les chroniqueurs indiquent le taux de change des monnaies entre elles. Les groupes nominaux composés du SN « monnaie » + SN « pays » sont fréquemment employés d’autant plus que le denier comme nous l’avons vu est une unité de compte monétaire européenne. Dans ce type d’occurrences, le lexème « monnaie » est toujours employé au singulier, son sémème est alors « s1 la masse/s2 circonscrite/S3 des espèces en circulation/s4 d’un pays ». Ce périmètre spatial de la monnaie est alors obligatoirement associé à un complément de nom. La forme syntaxique se présente alors sous la forme d’un groupe nominal où le syntagme nominal « monnaie » est déterminé par le complément du nom du pays. Dès que les auteurs évoquent la multiplicité des aspects de la monnaie sous forme de pièces, (nom, composition, poids et valeurs) et pour toutes ses déterminations temporelles, le lexème « monnaie » est généralement employé au pluriel. Dans certaines propositions syntagmatiques, il est peut être qualifiant, syntagme nominal employé alors comme complément de nom, et non plus qualifié par un complément de nom, comme le démontrent les exemples ci-après :

  • 217 N.Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. XVIII.
  • 218 Idem, p. XXIV.

« Et que ce soit telle impression fu instituée ès deniers, en signe de vérité de la matière et du poix, les anciens noms des monnoies congnoissables, le nous monstrent manifestement par leurs impressions ès figures, si comme font la livre, le soult, le denier, la maille, le sterlin et le sizain, les deniers et les grains et semblables qui sont noms approriez au poix des monnoies, comme dit Cassiodore. Semblable sicle est proprement le nom de monnoie comme il a en Genése, et est le nom du poix, comme illec mesmes appert. Les autres noms des monnoies sont noms propres accidentaulx ou dénommmez du lieu, de la figure, du facteur ou de telle aultre matière. Les porcions de monnoie que on dit deniers doivent estre de figure et quantité habilles à traicter et à nombrer, de manière monnoyable et aussi doulce à recevoir impression et avecques tenant leur impression217 ».
« Mais les autres [noms] sont plus essentiaulx et appropriez aux monnoies, c’est assavoir, deniers, solz, livres et semblables noms, qui signifient et dénotent le pris, le pois et la valeur d’icelle218 ».

  • 219 A. Rey, Dictionnaire historique de la langue française, ouv. cité, p. 227.

209Protéiforme, la monnaie est à la fois singulière et plurielle, indivisible quand elle est du Roi ou du Pays, divisible quand elle représente toutes les espèces en circulation. Mais le lexème « monnaie » ne recouvre cependant pas une polysémie sémantique marquée. Le noyau sémique de moyen de paiement est le même tant pour la monnaie prise dans son acception globale médiévale d’instrument d’échange entre les hommes, que pour les monnaies, entendues comme ensemble des espèces monétaires. Entre les deux, masse ou pièces, le sème distinctif réside dans les propositions syntagmatiques des discours, soit descriptifs, soit théoriques sur la monnaie. Comme l’atteste également Alain Rey, la fin du XIVe siècle voit l’émergence métonymique de la monnaie, tout pour la partie, ou « ensemble de pièces représentant la valeur d’une seule219 ».

210À chaque nouvelle émission ou à chaque nouveau cours, l’autorité royale (que ce soit le Roi lui-même, ou pour notre axe diachronique ses représentants comme le dauphin régent – futur Charles V – ou les oncles de Charles VI) publie une ordonnance qu’elle porte à la connaissance de la population en la faisant « crier ». Pour une population très majoritairement illettrée, le mode de transmission des décisions officielles est oral.

  • 220 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I. p. 92.
  • 221 Idem, T. I. p. 107.

« Fut publiée à Paris monnoie nouvelle220 ». (Le 23 novembre 1356)
« Item, le dimenche XXVIè jour du dit moys ensuivant,…, fu la monnoie publiée à Paris, par l’ordenance des gens des III estaz, c’est asavoir : I mouton d’or pour XXXIIII sols parisis et demy moutons qui furent faiz nouveaux pour XII sols parisis, deniers blans à la couronne pour X deniers tournois et les autres monnoies qui lors furent faites221 ».

211Dans cet exemple, la paraphrase débutant par la locution « c’est asavoir » est bien plus qu’explicative, elle est nécessaire à la compréhension de ce qu’est cette nouvelle monnaie. Comme dans les nombreuses occurrences de ces propositions syntagmatiques récurrentes de notre axe diachronique, (textes des Ordonnances et des Chroniques essentiellement), c’est le nouveau système monétaire mis en place qui est décrit. La monnaie inclut donc les monnaies, on assiste, dans cet emploi, l’émergence du sème de « système » qui entre dans le sémème de « système monétaire » pour le lexème « monnaie ». Bien que la tradition historique ait véhiculé l’image des monnaies « criées » et « décriées » au Moyen Âge, notre corpus ne recèle pas d’occurrences relevées de l’expression « crier monnaie », un exemple est cependant intéressant avec Jean Froissart avec l’emploi du syntagme verbal, intensifiant l’action de « crier », « clamer » :

  • 222 Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. III, p. 129.

« Forgier nouvelle mounnoie de fin or que on clammoit moutons222 ».

212Doit-on attribuer à la plume souvent archaïsante de Froissart ce rappel de la tradition orale ? Il use cependant du syntagme verbal très fréquemment utilisé dans tout notre corpus dans le groupe verbal « forger monnaie ». Cette association marque l’appartenance de la monnaie médiévale au domaine matériel : la monnaie médiévale n’existe que par la fabrication de ronds de métal forgés dans les ateliers monétaires royaux et seigneuriaux. Et Nicole Oresme étaye sa démonstration sur la nécessité de « forger monnaie » par de vives recommandations sur un seigneuriage ou monnayage (voir supra) des plus modérés. C’est le sens du titre de son chapitre :

  • 223 N. Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. V.

213« Le septiesme, à quelle despense doit estre la monnoie forgée223 ».

L’arquémie des forges : les métaphores allégoriques de Philippe de Mézières

  • 224 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 443 – 286.

« Mes tresamees suers, par vostre bon conseil, de la sainte arquemie de noz precieuses forges et de la divine et moralle monnoye, qui en l’evangille est appellee besans par le doy de mon pere, c’est asavoir par le saint Esperit en composant et forgeant a cler feue es deux tables du jeune Moyse couronne224 ».

214Cette proposition constitue le noyau allégorique central de toute l’œuvre de Philippe de Mézières qui utilise la parabole des talents comme une longue métaphore, fil de son discours. Pour lui, la monnaie matérialise l’échange entre l’homme et Dieu, entre le souverain – fils prodige – et son Dieu, représentant, aussi l’une des manifestations de l’Alliance.

  • 225 N. Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. XIII.

« Affin que l’or et l’argent qui sont moult convenables à faire monnoie, ne le puissent de legier avoir en grande copie ou habondance, ou aussi les hommes legièrement ne le puissent, par alkémie225 »

215Une fois forgée et publiée, la monnaie entame sa course :

  • 226 Idem, p. III.

« La course de la monnoie d’argent226 ».

216La paronymie entre « course » et « cours » peut être également synonymie : la monnaie circule à travers un pays, parfois dans toute l’Europe, comme son cours, par rapport à une valeur déjà établie, est fixé par les autorités compétentes :

  • 227 Idem, p. IV.
  • 228 Idem, p. XX.

« Par quoy il est à doubter que quant il plaira au Roy ou Prince remestre ordre en sa monnoie, que tous ceulx qui seront empeschez trouvez de celle mauvaise monnoie n’y perdent largement ; comme des Postulas nouvellement forgies ou pays de Liege, ausquelz on donne cours en ce royaume pour demy escu d’or, et toutesfois ilz sont de si bas aloy que mendre ne se pourroit trouver227 ».
« Jaçoit que pour l’utilité commune, le prince ait à signer la monnoie et aussi forger […] il ne sensuit pas que celluy Seigneur et prince soi et doibve estre propriétaire de la monnoie courant en sa principaulté et seignuerie228 ».

217Dans notre corpus, les dérivés morphologiques de « courir » sont fréquemment associés à la monnaie « monnaie courant lors », « faire courir monnaie », accompagnés le plus souvent dans les propositions syntagmatiques d’indications temporelles, comme dans l’exemple suivant :

  • 229 Chronique des quatre premiers Valois, ouv. cité, p. 8.

« Et encore avec ce que fist le roy Philippe courir fieble monnoye. Car ung gros tournoiz de fin argent couroit pour cinq sous,…, pour le pris qu’il couroit en temps du regne monseigneur saint Louis son besaul jadis roy de France, c’est assavoir pour douze deniers tournois la piece, et d’autre monnoye à l’equipolent, pris pour pris229 ».

218Marqués à des degrés plus ou moins forts par l’empreinte de la pensée aristotélicienne, les auteurs de cette fin du XIVe siècle font de la monnaie une création humaine, finie, et matérialisée, et ce, dès l’origine, comme l’explique Nicole Oresme :

  • 230 N.Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. IX.

« Les hommes subtilz trouvèrent ung usaige plus legier, c’est assavoir, de faire monnoie, laquelle fust instrument de preuver et marchander les ungs aux autres leurs naturelles richesses230 ».

219Mais si cette création, la monnaie, est en perpétuelle modification, ou « mutation » (surtout dans l’axe diachronique de notre étude), son lexème recouvre une grande stabilité sémantique. Dans l’axe paradigmatique du vocabulaire des espèces sonnantes et trébuchantes, les substitutions des lexèmes des monnaies entre eux sont inexistantes, à l’image d’un quasi absence de synonymie entre l’argent et la monnaie dans le vocabulaire économique et financier du XIVe siècle. Au Moyen Âge, les hommes n’ont pas encore créé la monnaie fiduciaire. L’aspect technique de la fabrication de la monnaie, matérialisé par des pièces de métal, imprime sa marque jusque dans le vocabulaire avec les dérivés morphologiques du mot « monnaie ».

« Monnayer », « monnayable », « monnayé »

220En dehors de la monnaie de compte, l’homme médiéval ne conçoit pas la monnaie en circulation autrement que sous forme métallique. La monnaie est fabriquée à partir de métaux que l’on transforme en monnaie, que l’on « monnaye ». Le syntagme verbal « monnayer » apparaît selon Alain Rey, dès 1135, sous la forme « moneer », puis « monoier » et en 1260, puis « monnoyer » en moyen français. L’apparition du syntagme verbal serait donc antérieure, si l’on se réfère à Alain Rey, de quelques années à celle du syntagme nominal « monnaie » daté de 1170. C’est Nicole Oresme qui donne sème par sème la meilleure conceptualisation du sémème de monnayer « faire pour monnaie » dans l’exemple suivant :

  • 231 Idem, p. XXIV

« Par telle manière que la matière monnayable, si comme or, quant on le baille à monnoyer, ou on veut le faire pour monnoie231 ».

221Ce même auteur précise également par un emploi à la forme passive de ce verbe transitif ainsi que dans la locution verbale « faire monnayer » l’objet de la transformation : « matière » ou « mixtion » (sous-entendue de métal).

  • 232 Idem, p. XL.
  • 233 Idem, p. XLII.

« Aucune matière se devroit délaisser à monnoïer, pour l’abondance excessive qui s’en trouve232 ».
« Affin que le prince (que Dieu ne vueille !) fist monnoïer telles mixtions233 ».

222L’action de « monnayer » désigne donc une opération physique sur la matière dont le résultat est d’être ainsi « monnayé » ; le second sémème de « monnayer » « échanger quelque chose contre argent comptant » n’apparaît pas au Moyen Âge mais seulement vers le XVIIe siècle. Le sème de « transformation », d’action sur un métal donné, associé au réseau morphologique du lexème « monnaie » est d’autant plus prégnant que le groupe nominal « argent monnayé » connaît des occurrences assez fréquentes dans notre corpus.

  • 234 Ableiges (Jacques d’), Le Grand Coutumier de France, ouv. cité.

223Dans le Grand Coutumier234, le groupe nominal « argent monnoié » est ainsi employé à deux reprises :

  • 235 Idem, p. 657.

« Se l’argent monnoié montoit à plus de X livres235 ».

224Un autre exemple se situe dans la Chronique de Jean le Bel :

  • 236 J. Le Bel, Chronique de Jean le Bel, ouv. cité, p. 222.

« Sy n’y avoit brigant ne garchon qui feist grand comte d’argent monnoyé236 ».

225Ce groupe nominal est d’autant plus intéressant qu’il se situe à l’intersection sémantique du lexème « argent » et du lexème « monnaie » ; ces deux lexèmes peuvent avoir un recoupement synonymique dans l’axe paradigmatique, mais l’association d’« argent » et de « monnayé » recouvre une notion tout à fait précise. C’est une somme d’argent sous forme de pièces de monnaie ou bien en forme de pièces de monnaie. Mais ces pièces ne peuvent être que d’argent. Le sème de « métal » est exclusif de tout autre dans cet exemple. L’argent en lingot est transformé en pièces de monnaie, son prix est différent selon qu’il se présente en bloc ou en pièces. Le Moyen Âge distingue ainsi deux formes et aussi deux prix pour l’argent selon sa forme physique. L’« argent monnayé » est un lingot d’argent transformé. La monnaie au Moyen Âge est une mutation en soi, une transformation, une transmutation de la matière. Celle-ci servant à la confection des monnaies est alors définie comme « monnayable ». Dans notre corpus, le syntagme adjectival « monnayable » est toujours associé à la matière, synonyme dans ce cas de « métal ». Les dérivés morphologiques adjectivaux du lexème « monnaie » sont toujours jointifs de l’aspect concret de la fabrication ; l’évolution sémantique de cet adjectif vers une plus grande abstraction n’interviendra qu’ultérieurement, lorsque la fluidité des échanges économiques fera que toute marchandise ou service puissent être monnayés et monnayables, comme le démontre ce dernier exemple :

  • 237 N.Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. XVIII.

« Les porcions de monnoie que on dit deniers doivent estre de figure et quantité habille à traicter et à nombrer, et de matière monnoyable et aussi doulces à recevoir impression et avecques tenant leur impression237 ».

226Seuls certains artisans accrédités peuvent opérer cette transformation, et selon des instructions très précises : ce sont les monnayeurs et autres maîtres de monnaie.

Artisans, « maîtres » et autres monnayeurs vrais et faux

  • 238 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I. p. 79.

« Jehan Poillevillain, bourgeois de Paris, souverain maistre des monnoies et maistre des comptes du Roy238 ».

  • 239 J.Ph. Cormier, Monnaie médiévale, ouv. cité, p. 18.

227Dans les Chroniques, ce personnage est évoqué à plusieurs reprises. Son importance est à la mesure de sa charge ; il dirige à la fois la Chambre des Comptes, la Chambre des monnaies et possède autorité sur les autres maîtres des monnaies. « Appelés « généraux maîtres » à partir de Philippe VI, ils furent entre 4 et 8 aux XIVe et aux XVe siècles. Ils composaient, avec les clercs des monnaies et l’essayeur, la Chambre des monnaies, à l’origine section de la Cour des comptes, puis séparée d’elle : sur l’exécutoire d’août 1358, pendant la captivité de Jean le Bon, apparaît la formule « Donné en la chambre des monnoyes239 ». Les maîtres de monnaie sont responsables des ateliers de fabrication monétaire. La formule d’incipit des ordonnances royales marque l’allégeance de ceux-ci à la personne du Roi et à l’autorité royale :

  • 240 B.M. Secousse, Recueil des Ordonnances des rois de France, ouv. cité, p. 624, in www.ordonnances.or (...)

« Charles par la grace de Dieu Roy de France. A nos amez et feaux les Generaulx – Maistres de noz Monnoyes : Salut et dilection240 ».

228Les généraux-maîtres des monnaies dirigent ces ateliers, employant des manœuvres assermentés. Ils sont contrôlés par des officiers royaux, qui s’assurent de la qualité des monnaies frappées. Les maîtres de monnaie reçoivent, en effet, des boîtes de coin, qui constituent le modèle de la nouvelle pièce à frapper. Les boîtes de coin sont des pièces nouvelles, à fleur de coin, qui n’ont encore jamais circulé et ne peuvent être encore altérées par l’usure. Chaque maître de monnaie imprime cependant une marque différente. Un denier de même poids, de même aloi, de même figure, de même date d’émission est donc distinct, par sa marque de fabrique, de l’atelier voisin. La production de pièces n’est donc pas uniforme.

229Les officiers peuvent également contrôler la quantité de métal employée. Sur les lingots, une part est laissée au suzerain, une autre laissée au maître de monnaie qui prend ainsi son bénéfice ou sa rémunération. Ces lexèmes désignant la rémunération des maîtres de monnaies ne figurent pas dans notre corpus. En revanche, Philippe de Mézières met en garde son jeune disciple contre les détournements possibles qui peuvent être opérés.

  • 241 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 372.

« Tu ne doyes pas croire du tout aux maistres de monnoyes, ne à leur adherans, qui ont les grans gaiges pour leurs offices et franchises et font souvent leur prouffit singulier de ce qui devroit venir a ta royalle mageste241 ».

230Philippe de Mézières évoque ainsi la part qui revient au souverain, qui, dans l’axe diachronique de notre corpus, est dénommée soit « monnayage », soit « seigneuriage », après son institution par Charles V, « fouage ». Le fouage est un impôt levé par feu d’un montant de douze sous par feu, en échange de la promesse royale de ne pas muer la monnaie. Le sème commun à ces trois lexèmes est donc celui de « bénéfice » auquel est adjoint, dans l’axe syntagmatique des différentes œuvres de notre corpus, le sème de « royal ». Le constat établi est celui d’une convergence sémantique de plus en plus grande entre la monnaie et la royauté. Ainsi Evrart de Trémaugon recommande un contrôle royal accru sur la monnaie :

  • 242 Le Songe du Vergié, ouv. cité, p. 202, Livre II. Chap. CCLI.

« Derechief, le Roy doit avoir la cognoissance de tous monnoyers et d’aultres gens necessaires pour la ditte monnoie242 ».

231Penseur politique et non chroniqueur, l’auteur du Songe du Vergié amalgame sous le syntagme nominal « monnoyer » tous les professionnels de la fabrication de la monnaie sans distinction de fonction. Mais cette substantivation du verbe transitif est peu employée par concurrence sémantique avec « maîtres de monnaie » et « monnayeur ». Dans l’élaboration de leur pensée « économique », nos auteurs étayent par nombre de démonstrations le concept émergeant du roi comme grand maître des monnaies. Par recoupement entre la personne royale et l’autorité royale, la notion de la monnaie comme expression de la souveraineté chemine en cette fin de Moyen Âge, qui connaît encore quelques émissions monétaires seigneuriales. Laissons Philippe de Mézières provisoirement conclure. Dans le droit fil de sa métaphore sur la parabole des talents, trame allégorique du Songe du Vieil Pèlerin, il subordonne l’autorité royale à l’autorité divine, en comparant Dieu, comme dispensateur de talents au sens propre comme figuré, au Grand Maître de la Monnaie.

  • 243 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 157-205.

« Il te fauldra rendre compte devant le grant maistre de la monnoye, qui vit et regne en pardurable joye243 ».

232Philippe de Mézières par l’allégorie renoue ainsi avec les sources étymologiques de l’origine divine de la monnaie avec la parabole des talents qu’il surexploite sur le plan littéraire.

233Les dénotations de la monnaie en moyen français et de ses dérivés ont un faible spectre sémantique. Les différents sèmes composant les deux sémèmes dominants peuvent être résumés ainsi dans le tableau ci-après :

sème adjonctif

pièce

de métal

servant

aux échanges

ensemble

des pièces

de métal

servant

aux échanges

234Le sème « métal » semble indissociable de la monnaie dans le vocabulaire médiéval économique et financier. Cependant l’existence d’une monnaie de compte, jamais dénommée en tant que telle, et les premiers pas de la monnaie scripturale avec les lettres de change, permettent de globaliser cependant ces premiers sémèmes fondés sur une réalité concrète :

sème adjonctif

unité

de valeur

servant

aux échanges

ensemble

des unités

de valeur

servant

aux échanges

235La monnaie, sémantiquement, est tout et partie, le sème de « système » est émergent par la caractérisation par ces deux sèmes antinomiques. Par glissement sémantique, du concret vers l’abstrait, le métal devient valeur, mais celle-ci doit pouvoir être déterminée précisément pour être reconnue comme telle. Ce sont les connotations liées à la monnaie qui nous permettent de la définir avec plus d’exactitude, l’éventail de ces connotations en moyen français permet de se centrer sur la nature constitutive de la valeur. L’ensemble des occurrences de notre corpus présente une grande diversité des connotations du lexème « monnaie », empruntées pour la plupart au champ lexical de la valeur à la fois financière et morale. La distribution connotative simplifiée peut être établie avec le tableau ci-après :

Connotations positives

Connotations négatives

Connotations positives ou négatives selon le co-texte

bonne

mauvaise

forte

faible

vielle/ancienne

nouvelle

vieille/nouvelle

argent/or

noire

236Le sème sous-jacent de l’un des qualificatifs connotatifs de la monnaie « royal » ou « du roi » n’est pas encore absolument dénotatif en moyen français. Mais ce sème s’impose progressivement, tant par la pratique monétaire des rois que par les écrits des théoriciens politiques de cette fin du Moyen Âge. La définition en moyen français de la monnaie s’approche alors de celle du français contemporain. La monnaie est une unité de valeur, qui peut être matérialisée par une pièce de métal, servant aux échanges, et garantie par l’autorité souveraine.

237C’est bien évidemment pour cette raison que le faux monnayage est un crime de lèse-majesté, comme la trahison, la sédition ou le régicide. Philippe de Mézières oppose faux monnayeurs, forgeurs de fausse monnaie et les rois, émetteurs de bonne monnaie, dans la proposition syntagmatique révélatrice ainsi des accusations parfois formulées de fabrication de fausse monnaie à l’égard des souverains.

  • 244 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 371-269.

« Que ceulx qui forgent faulce monnoye, selon les loix civiles doivent estre bouilliz. Et par le contraire, les roys qui font forgier bonne monnoye, de Dieu et du peuple, sont loez et beniz244 ».

238L’un des ouvrages de notre axe diachronique relate un fait divers curieux. Les abbés de l’abbaye de Saint-Martin-des-Champs à Paris avaient conservé un droit seigneurial de battre monnaie avec de faibles émissions. Une de leurs paroissiennes commit le crime de fausse monnaie. Bien que prise et suppliciée par les gens du roi, les abbés firent cependant symboliquement bouillir son effigie qu’ils réclamèrent à la justice royale :

  • 245 Registre criminel de la Justice de Saint-Martin-des-Champs à Paris au XIVe siècle, ouv. cité, p. 22 (...)

« Item, une feme, fause monnoiere, fu prise à Paris,… elle fut justiciée par les gens le Roy. Les gens le Roy en restablirent saint Martin d’une figure qu’ils restablissent à lieu ; celle figure fust menée à noisi et fust pour ce fait, boilie, sous les fourches de Noysi245 ».

239Le Registre criminel du Châtelet fait aussi mention d’un :

  • 246 Idem, T. I. p. 480-494.
  • 247 Ibidem.

« Jehan Joye, forgeur de fausse monnaie246 » qui, en octobre 1390, « moru en la chaudiere ou il avoit esté mis247 ».

  • 248 J. Ph. Cormier, Monnaie médiévale, ouv. cité, p. 26.
  • 249 Jacqueline Leclerq-Marx, Le rapport au gain illicite, entre réalités socio-économiques, contacts de (...)

240« Le supplice de l’huile bouillante était le châtiment habituel. On conserve des comptes d’atelier dans lesquels est mentionné l’achat d’une chaudière destinée au supplice d’éventuels faux-monnayeurs248 ». Cette mise à mort par plongée des faux monnayeurs dans un chaudron bouillant est « bien attestée dans le royaume de France entre 1200 et 1400 la tête en bas et les pieds maintenus en l’air au moyen d’une longue tenaille, jusqu’à ce que mort s’ensuive… Si l’on en croit Danièle Sansy, on pourrait également voir dans ce mode de pendaison particulière une allusion aux Juifs249 » ; comme on le sait, Judas s’est pendu après avoir vendu le Christ et jeté sa bourse d’argent. La condamnation pour le crime de fausse monnaie est exclusivement royale comme le précise Nicole Oresme :

  • 250 N.Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. LVI.

« Il a esté dit, en oultre, et est chose propre à ung Prince de condamner et pugnir les faulx monnoyers et ceulx qui en elles font aucune faulseté et larrecins250 ».

241Jusque dans le groupe nominal « fausse monnaie », le lexème « monnaie » est marqué au sens propre comme au sens figuré du sceau royal, puissance connotative amplifiée au cours du déroulement de notre axe diachronique, ce qui le dissocie notablement ainsi du lexème « argent », malgré leurs liens synonymiques dans l’axe paradigmatique.

Le mot « argent »

Graphie

242Argent, substantif masculin

243La graphie est unique pour ce lexème ce qui est assez rare dans le champ lexical du vocabulaire économique et financier médiéval. L’emploi au singulier est généralisé et pratiquement exclusif. Le pluriel « les argents » n’est possible que dans le vocabulaire de la décoration ou du blason, « les argents et les ors », groupe nominal ne figurant pas dans notre corpus.

Réseau morphologique

  • 251 A.Doillon, Le dico de l’argent, Fayard, Paris, 2003.

244Argenter (1233), argenté, argentée (1260), argentier (1272), argenture (1341), argenterie (1286), argentin, argentine (1541), argentifère (1596) sont les dérivés morphologiques présents en ancien et moyen français et dans la langue de la Renaissance. Aucune occurrence de ces dérivés ne figure dans notre corpus. Plusieurs dérivés morphologiques techniques apparaissent à partir du XVIIe siècle avec le développement industriel et minier en France : désargenter (1611) et réargenter (avant 1839), argentage (avant 1844), argentement (1866), argentite (1792), argentan (1838), argentique (1838). Le réseau des paradigmes de l’argent est parmi les plus étendus et les plus anciens qu’il soit en argot. Albert Doillon consacre un dictionnaire entier aux mots argotiques de l’argent avec près de six mille entrées251. Dans l’argot des Coquillards, bande de malfaiteurs jugés à Dijon en 1455, les lexèmes suivants ont été relevés dans l’édition savante de Marcel Schwob :

  • 252 Marcel Schwob, Œuvres, édités par Sylvain Goudemare, Phébus, Paris, 2002, p. 917.

« Ilz appellent argent aubert cuire ou puille [ou une hairgne pour. I. grant. blanc]252 ».

  • 253 Idem, p. 929.

245Le commentaire de Marcel Schwob est le suivant : « Le mot ne se rencontre pas dans les textes de Villon. Mais on le trouve dans le Mistere de la Passion et dans de nombreux textes de la fin du XVe siècle. Il n’a tyrande ne endosse, Aubert, temple, ne pain, ne poulce, (Mist.de la Pass. J-Chr., 3e journée-Scène de l’assemblée des tyrans). M. Bijvanck s’étonne avec raison qu’on ait pu rapporter aubert à autre chose qu’albus, « blanc ». On sait que l’explication de aubert a été généralement fournie par haubert parce que l’argent et la cotte sont formés de mailles… J’ai recueilli oralement blanc, dans le sens argent en 1890, ainsi que le mot aubert253 ». Le commentaire de Marcel Schwob prouve la permanence du vocabulaire argotique sur l’argent à travers le temps. Un autre cheminement sémantique est également avancé par Marcel Schwob.

« « Ilz appellent argent… caire ».

246Le mot est assez connu au XVe siècle.

Les duppes sont privez de caire
(Jargon de Villon, ball. III)
Chascun pour avoir du quaire
Vent dieu souvent et de main mise
(Anc. Poés. Fr., t. X, p. 157).

  • 254 « Dans Le jargon de l’argot réformé, on trouve thune avec le sens de « l’aumosne ». Ce sens général (...)
  • 255 Idem, p. 942.

247Le vocabulaire de la Germania de Juan Hidalgo donne cayra, cayre, cayro, cayron, caida « gain que fait une femme avec son corps ». C’est peut-être là le passage du sens de care, quaire, quayre (Anc.poés.fr.XI, 311), qui signifie « mine » au sens de argent… Le cayro de la Germania qui peut être a été employé par les gitanos, a pu servir d’appui au mot thune254 (pièce d’argent) à l’époque où les bohémiens prétendaient venir d’Egypte. Les noms facétieux de duc de Tunis, roi d’Egypte, etc. auraient eu pour point de départ des plaisanteries sur Cayro, Le Caire et Thunes, Tunis255 ». Par cet exemple, Marcel Schwob démontre également la contiguïté sémantique entre le vocabulaire de l’argent et celui de la sexualité, particulièrement en argot.

Référence étymologique

  • 256 Alain Rey, Dictionnaire historique de la langue française, ouv. cité, p. 195.

248En latin, argentum désigne déjà le métal et la monnaie. « Ce nom est rattaché à une vaste série, dérive d’un °argus « éclat, blancheur », d’où provient le verbe arguere, archaïquement « faire briller, éclairer », puis au figuré « démontrer » et « convaincre », ce qui a donné arguer, argument256 ».

Le métal « argent »

249L’argent, toujours dans un emploi au singulier, a d’abord comme premier sémème « S1 métal/s2 blanc/s3 précieux ». Il est avec l’or le principal métal utilisé pour la fabrication de la monnaie métallique. Au Moyen Âge, le bimétallisme constitue la règle, les pièces de monnaie sont donc frappées à partir de lingots d’or ou d’argent. La composition de la monnaie est très souvent spécifiée comme le démontrent ces quelques exemples dans lesquels le groupe nominal « monnaie d’argent » est employé.

  • 257 N.Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. III.
  • 258 Idem, p. XV.
  • 259 Idem, p. XI.

« La course de la monnoie d’argent257 ».
« La première est or, la seconde est argent, et la troisième noire mixte258 ».
« Et quant l’or ny peult souffire, on fait aussi Monnoie d’argent259 ».

250Nicole Oresme résume ainsi la position médiévale : l’or est préféré pour la monnaie car il est plus précieux et moins sujet aux alliages, donc à caution quant à sa pureté. Mais la situation géologique de l’Europe conditionne une production minière argentifère beaucoup plus conséquente qu’aurifère. La rareté de ces deux métaux est telle que nombre d’historiens parlent de « disette monétaire ». Si l’or est moins usité que l’argent, de nombreux auteurs de notre corpus, associent dans les éléments discursifs l’or et l’argent. Chez Froissart par exemple, de nombreuses occurrences de ce couple associant le syntagme nominal « or » au syntagme nominal « argent » apparaissent dans les descriptions des tractations entre parties. Mais le même ordre syntagmatique prévaut, l’or précédant l’argent. Les auteurs signifiaient par la syntaxe la valeur supérieure de l’un par rapport à l’autre.

  • 260 J. Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. IV, p. 345.

« Il prissent son or et son argent260 ».

251Chez Christine de Pisan, les occurrences de ce groupe nominal sont fréquentes, toujours dans le même ordre syntagmatique, mais ces syntagmes sont alors associés à de la vaisselle des puissants qu’elle décrit maintes fois.

  • 261 C. de Pisan, Le Livre des fais et bonnes mœurs du sage roy Charles V, ouv. cité, T. I, XX, p. 56.

« La vaisselemente d’or et d’argent261 ».

252Christine ne fait d’ailleurs que rendre compte d’un phénomène fréquent dans toute la période médiévale. Dans les grandes crises de pénuries métalliques, les Rois de France apportaient leurs trésors de vaisselle d’or et d’argent à la fonte de leurs ateliers monétaires pour accroître une production monétaire métallique de bonne qualité. Evrart de Trémaugon, quant à lui, l’exprime à de fréquentes reprises, notamment pour évoquer les possessions du Pape comme dans ces exemples :

  • 262 Le Songe du Vergier, ouv. cité, T. II, Livre II, Chap. XLVIII, p. 38.
  • 263 Idem, T. II, Livre II, Chap. XC, p. 69.
  • 264 Idem, T. II, Livre II, Chap. CXXVI, 9-12 p. 105.

« Ja soit que saint Pierre n’eust point d’or ne d’argent en propre, toutevoies il en povet avoir en comun entre luy et lez Apostres. Et, ainssi, il povet laissier or et argent et aultres seignories temporelles a son vicaire ou successeur le Pape de Ronme262 ».
« Le Clerc respont que saint Pere n’avoit ne or ne argent propre, mez il en avoit en comun263 ».
« Quant Jhesuchrist envoïa sez Apostres prechier, que il leur deffendi aucuneschoes, c’est assavoir que ilz n’eussent point d’or ne d’argent, ne que ilz n’en ususent point ne ne meïssent en leurs saintures264 ».

253Dans ce débat qui oppose le clerc et le chevalier, le groupe nominal « or et argent » dénote la possession temporelle de biens matériels. L’association des deux syntagmes, par leur redondance, conduit à l’expression de la symbolisation de la richesse. L’adjonction dans notre premier exemple du syntagme nominal « et aultres seignories temporelles » amplifie la matérialité de l’or et de l’argent par opposition au domaine spirituel. Matérialité du métal servant à l’échange, le sème dominant de « métal » du lexème « argent » peut concomitamment dans une même œuvre devenir un sème adjonctif, qualifiant le sème principal. « Argent » peut donc être synonyme de « S1 monnaie/s2 d’argent ».

  • 265 Le Songe du Vergier, ouv. cité, T. II, Livre II, Chap. CXXVI, 5-7, p. 103.

« Et aussi, il appiert que Jhesuschrist avoit bourses, esquelles il metoit son argent, pour la sustentatacion de lui et de sez disciples, et pour distibuer aux povres265 ».

254Dans cette proposition syntagmatique d’Evrart, l’emploi de « bourse » dans la proposition principale spécifie bien que le syntagme nominal « argent » est synonyme de « pièces de monnaie », servant à l’achat de marchandises et à l’aumône, sans que le texte apporte la certitude que ces pièces de monnaie soient effectivement en argent. Dès l’origine du mot, et déjà aux premiers temps romains, le lexème « argent » est, au plan dénotatif, une métonymie de la monnaie. D’alliage métallique servant à la frappe des pièces de monnaie, le lexème « argent » opère un glissement sémique vers la pièce de monnaie, puis vers la monnaie métallique, enfin vers la monnaie quelle soit en métal ou en papier, après l’apparition des premiers assignats au début du XVIIe siècle. Alors que l’axe paradigmatique de l’argent recoupe celui de la monnaie, et même si pour définir l’argent, la lexicographie utilise le terme « monnaie », une synonymie et une substitution totale entre « argent » et « monnaie » ne peuvent cependant pas être établies.

255L’argent a une connotation plus abstraite que la monnaie : il possède une plus grande puissance de globalisation, et son abstraction même permet une meilleure affectation sémantique, lorsque le discours doit rester général.

  • 266 Proverbes et dictons populaires, ouv. cité, p. 105.

« Et aus marcheanz comterai
Des diz noviaus si liement, Qu’ils me donront de lor argent.
Que Jhesucrist le filz Marie
Doinst aus marcheanz bone vie266 ».

256Dans cet exemple, de surcroît emprunté à une tradition populaire issue de l’oralité, le syntagme nominal « argent » est précédé de l’adjectif possessif « lor », adjectif qui marque la possessivité, l’appartenance à la personne ; les exemples sont nombreux, et pas seulement en moyen français. Si l’on tente une substitution paradigmatique entre « argent » et « monnaie » lorsque le syntagme nominal est précédé d’un possessif, la langue française contemporaine nous en rend l’usage mal aisé : « ma monnaie » ne désigne pas une somme d’argent mais quelques pièces de monnaie. Le lexème « argent » est pour ce motif associé, dès l’époque médiévale, à « somme » ou « nombre ». Les citations suivantes, toutes issues des Chroniques, représentent quelques exemples parmi les nombreuses occurrences du syntagme nominal « argent » dans son association avec ces syntagmes nominaux et adjectivaux dénotant l’importance en valeur et en volume des montants échangés.

  • 267 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. II, p. 141.
  • 268 J. Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. III, p. 362.
  • 269 Chronique normande, ouv. cité, p. 156.

« Par lequel traictié le dit roy de Navarre dot avoir Montpellier et toute la baronnie, et une grant somme d’argent267 ».
« Grans nombre d’argent268 ».
« Et en la fin les [les Grandes Compagnies] absolit le pape et leur donna grant argent pour aller en Lombardie269 ».

257Dans ces deux exemples, « nombre » et « somme » peuvent faire l’objet d’une substitution paradigmatique synonymique, d’autant plus accentuée par la qualification du syntagme adjectival « grand ». La dénotation arithmétique de ces deux lexèmes accentue le caractère abstrait de l’argent, ce qui est souligné dans l’axe syntagmatique de l’exemple suivant :

  • 270 J. Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. III, p. 63.

« Parmy une somme d’argent et de florins il delivra as Englés le castiel de Ghinnes270 ».

258« Argent » est associé à « florin » employé au pluriel sans qu’aucune substitution entre ces deux lexèmes ne puisse être opérante. Dans cette tractation, le paiement s’effectue en florins, pièces de monnaie en or, et le reste en monnaie d’argent. Froissart tient à marquer la différence, mais il est un des seuls à le faire, étant à nouveau rappelé combien sa langue est archaïsante par rapport aux autres auteurs. L’argent est une valeur d’échange, concrètement représenté par une somme conséquente, qu’il comprenne physiquement ou non des monnaies en argent-métal. Le dénominateur commun de « somme » pour le groupe nominal « de gens d’armes et d’argent » ancre l’argent comme valeur d’échange, indispensable, mais non suffisante, puisque les soldats, traités comme valeur d’échange, ont également leur prix.

  • 271 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. II, p. 290.

« Certainne somme de gens d’armes et d’argent271 ».

259Ainsi, le glissement sémantique du lexème « argent » du métal, de la monnaie en métal vers la métonymie de l’ensemble des pièces de monnaie est déjà effectif à la fin de notre axe diachronique. L’argent devient alors la métonymie de la valeur d’échange.

260Le moyen français n’adjoint pas toujours un article au syntagme nominal « argent » :

  • 272 C. de Pisan, Le Livre des fais et bonnes mœurs du sage roy Charles V, ouv. cité T. II, XI p. 38.
  • 273 J. Gerson, Œuvres complètes, ouv. cité, p. 297.

« A tous les convens de Paris des Mendiens donna argent pour reparacion de leur lieux272 ».
« Elle comptera argent, et marchandera, et fera grant tresor273 »

261Dans ces deux exemples, l’argent, indéterminé en montant et en valeur, est employé comme complément d’objet direct de syntagmes verbaux qui ancrent l’argent dans sa fonction métonymique de valeur d’échange avec « donner » et « compter ». Mais si dans ce sémème de « S1 valeur/s2 d’échange », la contiguïté sémantique avec la monnaie est évidente, la substitution synonymique paradigmatique ne s’opère pas à la lumière des exemples suivants. L’abstraction métonymique de l’argent transcende la matérialité des pièces de monnaie. L’argent n’entretient aucun lien d’hyperonyme à hyponyme comme la monnaie peut le faire avec tous les autres lexèmes de son champ lexical. En revanche, dans les paradigmes associatifs de l’argent, on observe que nombre de lexèmes du champ lexical de la possession matérielle figurent :

  • 274 Le Songe du Vergier, ouv. cité, T. I, Livre I, Chap. XII 3-7, p. 26.
  • 275 Ph. de Mezières, Le Songe du Vieil Pèlerin, ouv. cité, T. II, p. 410.

« Car c’est chose notoire a tout vray Crestien que, se Dieu veut prendre mon argent, ma maison, ma vingne, mon chastel ou aultre possession274 ». « L’argent de ton domaine et de tes aides275 ».

262Dans ces exemples, l’énumération des biens possédés est accentuée par la répétition des adjectifs possessifs. Face aux sonorités matérielles d’espèces sonnantes et trébuchantes de la monnaie, le sème connotatif d’abstraction de l’argent contribue à renforcer les extrapolations sur le concept lui-même. Quand l’argent a pour sémème « S1 somme/s2 de numéraire/s3 servant/s4 au paiement », l’imprécision du montant versé peut nourrir tous les phantasmes. Dans l’exemple suivant, l’emploi avec le translatif « pour »permet d’établir la synonymie entre la locution « pour argent » avec « rémunération ».

  • 276 Idem, T. II, p. 285. Guillaume de Digulleville, Le Pèlerinage de vie humaine, ouv. cité, v.9055 et (...)

« Les nourisses crestiennes pour argent alictent et nourissent les enfans des Juifs276 ».

263L’argent est à la fois anonyme et personnalisé. Il appartient le plus souvent à une personne ou à un groupe d’individus, et dans, ces emplois syntagmatiques, comme dans l’exemple ci-dessous, il peut être synonyme de « richesses » :

  • 277 Ibidem.

« Et tiercement, affin que le peuple crestien soit aidie en sa necessite de l’argent des Juifz277 ».

264La connotation de possessivité attachée à l’argent s’oppose à toute l’appréhension chrétienne médiévale du dépouillement et de la charité. L’argent va jusqu’à être personnifié pour être mis en scène avec l’avarice dans les sermons des prédicateurs comme le déclare ainsi Jean Gerson.

  • 278 J. Gerson, Œuvres complètes, ouv. cité, sermon 374, De la chasteté conjugale, p. 878,.

« Avarice marie aucunes personnes qui ne espousent que l’argent278 ».

  • 279 Guillaume de Digulleville, Le Pèlerinage de vie humaine, ouv. cité, v. 9055 et sv., pp. 282-316.
  • 280 G. de Lorris et J. de Meun, Le Roman de la Rose, ouv. cité, pp. 49 à 56.

265L’avarice – l’un des sept péchés capitaux – est maintes fois représentée et caricaturée dans les traités d’édification morale. L’une des meilleures descriptions qui en ait été faite, un peu en amont de notre axe diachronique, est celle qui figure dans le Pèlerinage de Vie humaine279 de Guillaume de Digulleville long poème composé entre 1300 et 1322, s’inspirant du Roman de la Rose280. Dans sa pérégrination, le narrateur rencontre, entre autres figures allégoriques, Avarice aux bras et langues multiples associant avidité et cupidité. Sur le strict plan de l’association syntagmatique, c’est le lexème « argent » et non le lexème « monnaie » qui a le plus grand nombre d’occurrences dans les multiples facettes descriptives de l’avarice de Guillaume de Digulleville. Le lexème « argent » fait partie intégrante du champ lexical de vocabulaire de l’avarice comme de celui du vocabulaire de la dette, ainsi que nous le verrons ultérieurement.

  • 281 A.Rey, Dictionnaire historique de la langue française, ouvr.cité, p. 2629.

266Le lexème « pécune » est issu du latin pecunia, « possession en bétail », puis par extension « richesses, fortunes » et toujours par extension, « monnaie ». Le bas latin est lui-même issu du latin classique pecus, « bétail, troupeau ». L’intermédiaire commercial a longtemps été le bétail, pecus, qui formait alors la valeur d’échange notamment chez les Babyloniens. Pour Alain Rey281, le français « pécune », « argent comptant » s’employait encore comme archaïsme plaisant… jusque vers 1930. La pécune est l’argent monnayé, l’explicitation en a été fournie dans le paragraphe sur le mot « monnaie ». En paraphrasant, c’est l’argent sous forme de pièces de monnaie. Par liens paradigmatique, l’emploi, d’ailleurs assez peu fréquent de « pécune » dans notre axe diachronique met d’autant plus en valeur la richesse sémantique de l’argent et ses différents sèmes distinctifs. Les sémèmes de l’argent peuvent être récapitulés ainsi dans ce tableau :

  • 282 La Bible de Jérusalem, ouv. cité, p. 853.

267Les sèmes connotatifs de l’argent « métal » et de l’argent « richesses » sont antinomiques. Le métal « argent » est précieux, brillant, valorisant, et représente une matière concrète. Dans le psaume 12, verset 7, Contre le monde menteur, l’argent « métal » est évoqué pour sa pureté : « Les paroles de Yahvé sont des paroles sincères, argent natif qui sort de terre, sept fois épuré282 ».

268Les richesses sont, dans leur conceptualisation abstraite signifiée par « argent » vecteur de puissance, de possession et de domination, et conduisent jusqu’à la perversion de l’âme. Le lexème « monnaie » par différence n’a pas toute la richesse sémantique connotative même négative du lexème « argent ». Car le mot « argent » s’est imposé dans notre langue au détriment de son concurrent paradigmatique, à cause de la prédominance de l’utilisation de ce métal pour la frappe des pièces de monnaie. Il agit aussi comme archilexème pour l’ensemble du vocabulaire du paiement, de l’encaisse et du débours et de la rémunération, comme nous allons l’envisager le chapitre sur le vocabulaire des revenus.

Le besant : une utilisation métaphorique

  • 283 Ph. de Mézières, Le Songe du vieil Pèlerin, ouv. cité.
  • 284 Idem, tome I, p. 83.
  • 285 « Il en va du royaume des cieux comme d’un homme qui part en voyage, appelle ses serviteurs et leur (...)

269La métaphore des « bons besants » du Songe du Vieil Pèlerin283 est construite par rapport à la métaphore des talents de l’Evangile. C’est d’ailleurs dès le début de son ouvrage, dès le Prologue, que Philipe de Mézières retranscrit la parabole des besants, « qui, en l’evangile sont appellez talents284 ». La parabole des talents figure dans les Évangiles (Matthieu 25,14-30)285 et (Luc 19-12-27). Les gloses se sont multipliées au long des siècles à propos de la nécessité de faire fructifier les dons reçus de Dieu, mais dans l’exégèse médiévale, ce sont les commentaires de Saint Grégoire, d’Origène et de Saint Jean Chrysostome qui priment. Philippe de Mézières le cite d’ailleurs dès qu’il réécrit les commentaires de la parabole de De instituto christiano, (1Co 15,10) : « Le Seigneur l’a dit à propos de la mine : la grâce de l’Esprit Saint est donnée à chacun en vue de son labeur, c’est-à-dire pour le progrès et la croissance de celui qui la reçoit. Car il est nécessaire que l’âme régénérée soit nourrie par la puissance de Dieu jusqu’à la mesure de l’âge de la connaissance dans l’Esprit ; elle est donc irriguée généreusement par la sève de la vertu et les enrichissements de la grâce. Tout vient du don et de la grâce de Dieu, y compris cet à-valoir) ». Pour Saint Grégoire, enfouir son talent, c’est employé son esprit aux choses matérielles, mais pour Origène, c’est laisser sans emploi ce talent tout en gardant une certaine religion dans son âme. Selon Jean Chrysostome, les talents représentent ce qui a été mis à notre disposition de chacun, la fortune, la science, l’influence, ce que reprend Philippe de Mézières. Et le moindre talent possédé doit être l’objet de fructification. Pour Origène, celui qui a reçu cinq talents, a reçu le don de pénétrer les quatre sens de l’Ecriture, celui qui a reçu deux talents est celui qui peut en comprendre le sens matériel. Philippe de Mézières retranscrit les commentaires de Saint Grégoire.

  • 286 Idem, p. 84.

« A l’un V, pour lesquelx, selon le dit saint Grégoire, sont entenduz les cincq sens naturelz, par lesquelx la creature humaine doit saigement marchander et prester a usure a dieu, premierement, et a son presme, et a soy mesmes, c’esta ssavoir par bonnes œuvres, par bons exemples, et par une sainte vie. Encores par les deux besans sont entenduz en l’omne, selon le dit du docteur, l’entendement et l’œuvre. et par le besant seul est entendu l’entendement seul. Nul ne puet doncques excuser selon le dit de saint Gregoire, qui a le sens entier, qu’il n’ayt receu le besant de Dieu assez suffisant pour faire la marchandise de l’ame et prester a usure meritoire286 ».

270Les « bons besants » sont aussi le symbole des vertus par opposition à la fausse monnaie que sont les vices de la société. Philippe de Mézières, dans ce processus déictique caractéristique de l’allégorie médiévale donne les clefs pour ouvrir toutes les portes de la longue symbolique déployée tout au long de son ouvrage. Dans le Prologue, il expose une « table figurée » avec la signification allégorique de l’ensemble des figures auquel il a recours.

  • 287 Idem, p. 107.

« Le besant de l’ame en l’evvangile est prins enfigure pour l’œuvre, faicte par les cinq sens naturelx, par l’entendement et par le franc arbitre de l’omme. Prester a usure meritoire le besant en l’evvangile propose est prins en figure pour la bonne voulente et pour l’œuvre que l’omme moustre a dieu et a son presme, faisant les œuvres de misericorde ou par bonne doctrine ou par l’example de vie meritoire ;
Marchandier et forgier les besans sont prins en figure pour le bien faire, dire, et penser, ou pour le contrayre…
Les besans et la monnoye des dames sont prins en figure pour l’effect des vertyz divines, naturelles et morales287 ».

271Cette thématique monétaire sert de leitmotiv à l’œuvre tout entière, notamment pour le Tiers Livre. Mais, à la différence des discours des prédicateurs fondés sur nombre d’exempla, les « bons besants » du Songe du Viel Pèlerin sont certes métaphoriques mais aussi bien réels pour signifier la nécessité de maintenir une bonne monnaie dans le royaume de France. La référence est aussi explicite aux quatre besants d’or que le roi de France dépose sur l’autel de Saint-Denis en signe d’allégeance et de servitude aux abbés de Saint-Denis. Offrande de besants que le souverain réitère à Reims lors de son couronnement en déposant du pain, du vin dans un vase en argent et treize besants d’or. Philippe de Mézières est aussi lecteur de Nicole Oresme dont il défend les thèses monétaires. Symboles de l’échange et de la valeur tant morale que monétaire, les besants peuvent revêtir les aspects du mal et de la fausseté ; Charles VI, interpellé sous le nom de ses différentes figures allégoriques, est à maintes reprises appelé à se méfier des « faulx besants », association syntagmatique, dont la fréquence est presque aussi importante que celle des « bons besants » dans l’ensemble du Songe du Viel pèlerin.

272Ainsi, selon Philippe de Mézières, de faux besants moraux peuvent être forgés, entre autres, par mauvaise « arquemie » (alchimie) par une catégorie de population qu’il abhorre, les Juifs, pour les raisons théologiques et anti judaïques de son époque mais aussi pour leur action économique en tant qu’usuriers.

  • 288 Idem, p. 388.

« Les autres besans horribles et encores pires sentoient du faulx aloy, viel ferment du viel testament et abhominable arquemie de mauldicte juiferie, troplus assez que en toute la crestiente ne enterre aussi de mescreans288 ».

  • 289 Idem, tome II, p. 125.

273Départager les bons des faux besants, c’est comme démêler le bon grain de l’ivraie, avec la même problématique, rendre compte in fine à son Seigneur. Philippe de Mézières file la métaphore financière du besant de Dieu à son extrême puisqu’il va jusqu’à utiliser l’image de « grand maistre de la monnoye289 » pour Dieu. Le noble Faucon (une des figures de Charles VI) s’exprime ainsi :

  • 290 Ibidem.

« Je cognoys bien, et non pas sans laermes, que soubz l’ombre de mes volees grandes et perilleuses, qui n’ont pas toutes este assez meureement ventilee, maint faulx besant a este forgie. Dont je recgnoys que unefoys il nen conviendra rendre compte au grand maistre de la monnoye, voire se vostre père, dame royne, n’aura mercy de moy290 ».

274Le grand maître de la monnaie recouvre une fonction bien réelle, royale et celle-ci est d’une importance capitale sous l’Ancien Régime pour garantir l’intégrité et l’aloi (donc la loyauté) des monnaies. Le recours systématique à la métaphore des bons besants de l’âme, avatar de la parabole biblique des talents, dans Le Songe du Viel pèlerin, peut apparaître comme obsessionnelle. La reine Vérité reprend la parabole des talents en l’amplifiant pour étayer le concept de Sainte Usure morale :

  • 291 Idem, p. 158.

« Comment verite la royne prent en figure les viii besans de l’evvangile et declaire leur valeur pour les prester a usure. Veau tresdoulx Filz, jeune Moyse, dist la royne, en notre sante arquemie esprirituelle je treeuve viii besans de grant avleur et principalux, lesquels qui les scet bien employer en juste marchandie, il ne fauldra point a la fin estre riche a grant pouoir et bien multiplier le bon besant de l’ame291 ».

275Mais son discours allégorique sert en fait à illustrer les qualités nécessaires du prince et les commandements moraux et chrétiens qui président à un bon gouvernement. De bons besants sont avant tout de solides qualités morales que l’on est tenu de faire fructifier dans une logique que l’on pourrait qualifier de « capitalistique », même si elle est au service des vertus. Mais cette démarche est à l’identique du mécanisme financier de l’investissement et du prêt à intérêt, de l’usure par ailleurs amplement dénoncée quand elle est purement pécuniaire. Position contradictoire de Philippe de Mézières ? Bien au contraire, cette utilisation martelée de la métaphore des bons besants est aussi situationnelle dans un contexte où la mauvaise monnaie apparaît comme l’une des sources du déséquilibre de la prospérité du royaume de France.

 

276Un prince vertueux ne peut que forger une monnaie vertueuse, à son image, au propre, en faisant graver son portrait sur la « médaille-monnaie », comme au figuré, par une constante vigilance sur les principes moraux de bon gouvernement. Seuls les besants « moraux » devraient ainsi avoir cours dans le royaume de France, mais pour Philippe de Mézières, une bonne monnaie matérielle et métallique est déjà une étape dans le bon gouvernement. Participant au principe d’un gouvernement éthique du Prince, la bonne monnaie se doit d’être sa médaille et son Miroir.

Notes

1 E. Cosneau, Les grands traités de la guerre de Cent ans, Picard, Paris, 1889, p. 18 (Traité de Brétigny).

2 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I. p. 280.

3 E. Cosneau, Les grands traités de la guerre de Cent ans, ouv. cité, p. 47 (Traité de Brétigny).

4 J. Favier, De l’or et des épices, Paris, Fayard, 1987.

5 E. Fournial, Histoire monétaire de l’Europe, Paris, Nathan, 1970 p. 82.

6 M. Bloch, Esquisse d’une histoire monétaire de l’Europe, Paris, 1954.

7 J.P. Cormier, Monnaies médiévales. Reflet des pouvoirs, Paris, Desclée, 1996, p. 77.

8 E. Fournial, Histoire monétaire de l’Occident médiéval, Paris, Nathan, 1970.

9 Idem, ouv. cité.

10 Benoit Santiano, Les problèmes monétaires au Moyen Âge, Mémoire de DEA, sur le site http://www.santiano.fr, p. 126.

11 Idem, p. 148.

12 Ibidem.

13 E. Fournial, Histoire monétaire…, ouv. cité.

14 « Le faussaire exposé, l’État et l’écrit dans la France du XIVe siècle » par Kouky Fianu dans Cl. Gauvard, Les rites de la justice : gestes et rituels judiciaires au Moyen Âge, Paris, Le Léopard d’or, 2000, p. 140.

15 N. Gonthier, Le châtiment du crime au Moyen Âge, Presses Universitaires de Rennes, 1998, p. 168.

16 Registre criminel de la Justice de Saint-Martin-des-Champs à Paris au XIVe siècle. Juridiction des Religieux de Saint-Martin (1066-1674) par Louis Tanon, Paris, Léon Willem, 1877 Chapitre VI p. XCVI.

17 E. Fournial, Histoire monétaire…, ouv. cité.

18 M. Bloch, Esquisse d’une histoire monétaire…, ouv. cité, p. 75.

19 E. Fournial, Histoire monétaire…, ouv. cité, p. 188.

20 J.P. Cormier, Monnaies médiévales…, ouv. cité, p. 104.

21 J. Favier, De l’or et des épices, ouv. cité, p. 174.

22 F.Autrand, Charles VI, Paris, Fayard, 1986, p. 545.

23 E. Fournial, M. Gonon, Comptes de la réparation du donjon et de la construction de la Chambre des comptes de Montbrison, ouv. cité.

24 Ed. Forestié, Le livre de comptes des frères Bonis, ouv. cité.

25 Livre de comptes 1395-1406. Guy de la Tremoille et Marie de Sully, ouv. cité.

26 Idem, p. 6.

27 Idem, p. 49.

28 Livre de comptes 1395-1406. Guy de la Tremoille et Marie de Sully, ouv. cité, p. 11.

29 Douët d’Arcq, Comptes de l’Hôtel des rois de France au XIVe siècle, ouv. cité, p. 3.

30 E. Fournial, M. Gonon, Comptes de la réparation du donjon et de la construction de la Chambre des comptes de Montbrison, ouv. cité, p. 77.

31 « Le blanc était une piècette d’argent de 5 d.t. dite « Blanc au K » ordonnée le 20 avril 1365, au titre de 0,319 et pesant 2, 549 g frappée en grande quantité sous le règne de Charles V. » cité par E. Fournial, M. Gonon, Comptes de la réparation du donjon et de la construction de la Chambre des comptes de Montbrison, ouv. cité, p. 44.

32 Livre de comptes 1395-1406. Guy de la Tremoille et Marie de Sully, ouv. cité, p. 109.

33 Idem, p. 99.

34 Idem, p. 110.

35 N.Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. XXVI.

36 Dictionnaire de Numismatique, ouv. cité, article « livre ».

37 Idem, article « denier ».

38 Dictionnaire historique de la langue française, ouv. cité, p. 1034.

39 Dictionnaire de Numismatique, ouv. cité, article « denier ».

40 Ibidem.

41 N. de Baye, Journal, p. 77.

42 Idem, p. 114.

43 Idem, p. 125.

44 Idem, p. 135.

45 Idem, p. 137.

46 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I. p. 32.

47 Idem, T. I. p. 140.

48 Idem, T. I. p. 41.

49 Chronique du Mont-Saint-Michel, ouv. cité, p. 3.

50 Chronique des quatre premiers Valois, ouv. cité, p. 159.

51 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I. p. 236.

52 Ph. de Mézières, Le Songe du vieil Pèlerin, ouv. cité, p. 152.

53 Dictionnaire historique de la langue française, ouv. cité, p. 1034.

54 Ph. de Mézières, Le Songe du vieil Pèlerin, ouv. cité, p. 420.

55 Jean Gerson, Oeuvres complètes, ouv. cité, volume VII. p. 446.

56 Idem, ouv. cité, volume VII. p. 556.

57 Chronique des quatre premiers Valois, ouv. cité, p. 293.

58 Ph. de Mézières, Le Songe du vieil Pèlerin, ouv. cité, p. 181.

59 Idem, ouv. cité, p. 312.

60 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I. p. 280.

61 Idem, T. I. p. 92.

62 Idem, T. II. p. 256.

63 Chronique des quatre premiers Valois, ouv. cité, p. 14.

64 J. Froissart, Chroniques, Livre I, Tome III, p. 161.

65 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. II. p. 119.

66 Chronique normande, éd. E. Molinier, Paris, 1882, p. 27.

67 Christine de Pisan, Le livre des fais et bonnes mœurs…, ouv. cité, T II, p. 75, XXVI.

68 Le Songe du Vergié, ouv. cité, livre II, Chap. CLXII 1-3, p. 98.

69 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. II. p. 121.

70 N. Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. XXXVIII.

71 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. II. p. 282.

72 N. de Baye, Journal, ouv. cité, p. 24.

73 Chronique des quatre premiers Valois, ouv. cité, p. 30.

74 Idem p. 8.

75 Chronique normande, ouv. cité, p. 42.

76 Proverbes et dictons populaires, avec les dits du mercier et des marchands et les crieries de Paris, aux XIVe et XVe siècles publiés d’après les manuscrits de la Bibliothèque du Roi par G.A. Crapelet, Paris, 1831.

77 Ph. Mézières, Le Songe du vieil Pèlerin, ouv. cité, p. 420-281.

78 N. Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. XXI.

79 Idem, p. XVIII.

80 Idem, p. XXIV.

81 Idem p. XXIV.

82 Idem p. XLIX.

83 L’amour rendu cordelier à l’observance d’amours, poème attribué à Martial d’Auvergne publié d’après les mns. et les anciennes éditions par A. de Montaiglon, Paris, 1881, p. 149.

84 D. Foulechat, Le Policratius de Jean de Salisbury, ouv. cité, p. 214, Livre II, Chap.5.15.

85 S. Solente, Christine de Pisan, ouv. cité p. 3.

86 Ibidem, vers 453-456 de L’Avision Christine.

87 Christine de Pizan, Cent ballades d’amant et de dame, texte établi et présenté par Jacqueline Cerquiglini, Bibliothéque Médiévale 10/18, 1982, p. 121.

88 Jean Gerson, Oeuvres complètes, ouv. cité, volume VII, p. 496.

89 Idem p. 446.

90 Proverbes et dictons populaires… ouv. cité, p. 153.

91 F.Villon, Lai XL « Les Regrets de la Belle Heaumière » in Œuvres complètes, ouv. cité.

92 Dictionnaire de Numismatique, ouv. cité, article « billon ».

93 Ibidem.

94 E. Fournial, Histoire monétaire de l’Occident médiéval, ouv. cité, p. 120.

95 Ph. Mézières, Le Songe du vieil Pèlerin, ouv. cité, p. 320 – 254.

96 Dictionnaire de Numismatique, ouv. cité, article « marc ».

97 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. II. p. 121.

98 Ibidem.

99 N.Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. XXIV.

100 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I. p. 49.

101 Idem, T. I. p. 277.

102 Christine de Pisan, Le livre des fais et bonnes mœurs du sage roy Charles V, ouv. cité, T II, XXXIX p. 106.

103 Ibidem.

104 Idem, T II, XLVIII, p. 131.

105 Dictionnaire de Numismatique, ouv. cité, article « gros ».

106 J.P. Cormier, Monnaies médiévales. Reflets des pouvoirs, Desclée, Paris, 1996, p. 80, note 20.

107 Chronique normande, ouv. cité, p. 27.

108 Chronique des quatre premiers Valois, ouv. cité, p. 8.

109 B.M. Secousse, Recueil des Ordonnances des rois de France, ouv. cité, p. 675, in www.ordonnances.org.

110 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I. p. 246.

111 Ibidem.

112 J. Le Bel, Chronique de Jean le Bel, ouv. cité, p. 30.

113 Idem, p. 243.

114 J.Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. III, p. 135.

115 J. Le Bel, Chronique de Jean le Bel, ouv. cité, p. 186.

116 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I. p. 238.

117 Idem, T. I. p. 195.

118 E. de Monstrelet, Chroniques, éd. Douët d’Arq, Paris, 1857-1862, p. 89.

119 J. Le Bel, Chronique de Jean le Bel, ouv. cité, p. 315.

120 Dictionnaire de numismatique, ouv. cité, article « franc à cheval ».

121 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I. p. 330.

122 Idem, T. II. p. 124.

123 Idem, T. II. p. 126.127.

124 J. Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. III. p. 233.

125 Idem, ouv. cité, T. III. p. 378.

126 Chroniques du Mont-Saint-Michel, ouv. cité, p. 17.

127 N. de Baye, Journal, ouv. cité, p. 34.

128 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. II. p. 41.

129 Idem, T. I. p. 277.

130 Chronique des quatre premiers Valois, ouv. cité, T. II. p. 253.

131 Idem, T. II. p. 259.

132 Idem, T. II, p. 116.

133 Idem, T. II. p. 116.

134 J. Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. III. p. 469.

135 Chronique des quatre premiers Valois, ouv. cité, T. II. p. 122.

136 N. de Baye, Journal, ouv. cité, p. 1.

137 Idem, ouv. cité, p. 78.

138 J. Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. IV. p. 32.

139 Ibidem.

140 E. Cosneau, Les grands traités de la guerre de Cent ans, Picard, Paris, 1889, p. 14 (Traité de Brétigny).

141 Chronique normande, ouv. cité, p. 153.

142 Idem, p. 211.

143 Ibidem.

144 Chronique des quatre premiers Valois, ouv. cité, p. 116.

145 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I. p. 49.

146 Idem, T. I. p. 86.

147 Idem, T. I. p. 145.

148 J. Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. III, p. 415.

149 Idem, T. IV, p. 17.

150 Ph. Mézières, Le Songe du vieil Pèlerin, ouv. cité, p. 436.

151 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I. p. 28.

152 Idem, T. II. p. 62.

153 J. Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. III, p. 123.

154 Ph. Mézières, Le Songe du vieil Pèlerin, ouv. cité p. 415.

155 Idem, p. 436.

156 Dictionnaire historique de la langue française, ouv. cité, p. 1133, article « drachme ».

157 Dictionnaire de numismatique, ouv. cité, article « ducat ».

158 Ph. Mézières, Le Songe du vieil Pèlerin, ouv. cité, p. 360-269.

159 Benoît Santiano, Les problèmes monétaires au Moyen Âge, ouv. cité, p. 132.

160 S.Piron, Monnaies et majesté royale dans la France du 14e siècle, ouv. cité, p. 337.

161 J. Le Bel, Chronique de Jean le Bel, ouv. cité, p. 113.

162 E. de Monstrelet, Chroniques, éd. Douët d’Arq, Paris, 1857-1862, p. 30.

163 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I. p. 236.

164 J. Le Bel, Chronique de Jean le Bel, ouv. cité, p. 130.

165 Dictionnaire de numismatique, ouv. cité, article « postulat ».

166 Dictionnaire historique de la langue française, ouv. cité, p. 2871.

167 N. Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. IV.

168 Dictionnaire de Numismatique, ouv. cité, article « sicle ».

169 N.Oresme, Traictié des monnoies, ouv. cité, p. XVIII.

170 Idem, p. XLIV.

171 J.Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. III, p. 163.

172 Chronique des quatre premiers Valois, ouv. cité, p. 114.

173 J. Le Bel, Chronique de Jean le Bel, ouv. cité, p. 275.

174 J.Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. III, p. 166.

175 Idem, T. III, p. 195.

176 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I. p. 49.

177 Idem, T. I p. 92.

178 Idem, T. I. p. 140.

179 Idem, T. I. p. 107.

180 A. Rey, Dictionnaire historique de la langue française, ouv. cité, p. 2274.

181 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 371.

182 B.M. Secousse, Recueil des Ordonnances des rois de France, ouv. cité, p. 624, in www.ordonnances.org.

183 Idem, p. 544.

184 Le Songe du Vergié, ouv. cité, p. 201, Livre I. Chap. CCLI.

185 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I. p. 97.

186 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 371.

187 D. Foulechat, Le Policratius de Jean de Salisbury, ouv. cité, Livre III, Chap. 12, p. 235.

188 Mat 6-24 « Nul ne peut servir deux maîtres […] Vous ne pouvez servir Dieu et l’argent ».

189 N.Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. XVII.

190 Idem, p. XI.

191 F. Autrand, Charles VI, ouv. cité, p. 465.

192 N.Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. V.

193 Ibidem.

194 N.Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. XXVI.

195 Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. III, p. 458.

196 Livre de comptes 1395-1406. Guy de la Tremoille et Marie de Sully, ouv. cité, p. 110.

197 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I. p. 107.

198 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 372-269.

199 N. Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. XXVIII.

200 Idem, p. LV.

201 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 477-305.

202 Idem, p. 372-269.

203 Ibidem.

204 N.Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. LXIV.

205 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 371-269.

206 N. Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. VII.

207 Idem, p. XV.

208 Idem, p. XI.

209 Idem, p. XVII.

210 B.M. Secousse, Recueil des Ordonnances des rois de France, ouv. cité, p. 624, in www.ordonnances.org.

211 N.Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. XVII.

212 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 445-292.

213 Ibidem.

214 N.Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. III.

215 E. Cosneau, Les grands traités de la Guerre de Cent Ans, ouv. cité, p. 47 (Traité de Brétigny).

216 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. II. p. 121.

217 N.Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. XVIII.

218 Idem, p. XXIV.

219 A. Rey, Dictionnaire historique de la langue française, ouv. cité, p. 227.

220 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I. p. 92.

221 Idem, T. I. p. 107.

222 Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. III, p. 129.

223 N. Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. V.

224 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 443 – 286.

225 N. Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. XIII.

226 Idem, p. III.

227 Idem, p. IV.

228 Idem, p. XX.

229 Chronique des quatre premiers Valois, ouv. cité, p. 8.

230 N.Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. IX.

231 Idem, p. XXIV

232 Idem, p. XL.

233 Idem, p. XLII.

234 Ableiges (Jacques d’), Le Grand Coutumier de France, ouv. cité.

235 Idem, p. 657.

236 J. Le Bel, Chronique de Jean le Bel, ouv. cité, p. 222.

237 N.Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. XVIII.

238 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. I. p. 79.

239 J.Ph. Cormier, Monnaie médiévale, ouv. cité, p. 18.

240 B.M. Secousse, Recueil des Ordonnances des rois de France, ouv. cité, p. 624, in www.ordonnances.org.

241 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 372.

242 Le Songe du Vergié, ouv. cité, p. 202, Livre II. Chap. CCLI.

243 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 157-205.

244 Ph. de Mézières, Le Songe du Vieil pèlerin, ouv. cité, tome II, p. 371-269.

245 Registre criminel de la Justice de Saint-Martin-des-Champs à Paris au XIVe siècle, ouv. cité, p. 226.

246 Idem, T. I. p. 480-494.

247 Ibidem.

248 J. Ph. Cormier, Monnaie médiévale, ouv. cité, p. 26.

249 Jacqueline Leclerq-Marx, Le rapport au gain illicite, entre réalités socio-économiques, contacts de culture et réseaux métaphoriques, dans Cahiers de civilisation médiévale, no 50, 2007, pp. 43-64

250 N.Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. LVI.

251 A.Doillon, Le dico de l’argent, Fayard, Paris, 2003.

252 Marcel Schwob, Œuvres, édités par Sylvain Goudemare, Phébus, Paris, 2002, p. 917.

253 Idem, p. 929.

254 « Dans Le jargon de l’argot réformé, on trouve thune avec le sens de « l’aumosne ». Ce sens général d’argent, plus tard spécialisé à la pièce de cinq francs, permet de supposer que thune (Tunis) serait un dérivé synonymique de caire (Le Caire) » note 2 de Marcel Schwob, Œuvres, ouv. cité, p. 942.

255 Idem, p. 942.

256 Alain Rey, Dictionnaire historique de la langue française, ouv. cité, p. 195.

257 N.Oresme, Traité des monnaies, ouv. cité, p. III.

258 Idem, p. XV.

259 Idem, p. XI.

260 J. Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. IV, p. 345.

261 C. de Pisan, Le Livre des fais et bonnes mœurs du sage roy Charles V, ouv. cité, T. I, XX, p. 56.

262 Le Songe du Vergier, ouv. cité, T. II, Livre II, Chap. XLVIII, p. 38.

263 Idem, T. II, Livre II, Chap. XC, p. 69.

264 Idem, T. II, Livre II, Chap. CXXVI, 9-12 p. 105.

265 Le Songe du Vergier, ouv. cité, T. II, Livre II, Chap. CXXVI, 5-7, p. 103.

266 Proverbes et dictons populaires, ouv. cité, p. 105.

267 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. II, p. 141.

268 J. Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. III, p. 362.

269 Chronique normande, ouv. cité, p. 156.

270 J. Froissart, Chroniques, ouv. cité, T. III, p. 63.

271 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, ouv. cité, T. II, p. 290.

272 C. de Pisan, Le Livre des fais et bonnes mœurs du sage roy Charles V, ouv. cité T. II, XI p. 38.

273 J. Gerson, Œuvres complètes, ouv. cité, p. 297.

274 Le Songe du Vergier, ouv. cité, T. I, Livre I, Chap. XII 3-7, p. 26.

275 Ph. de Mezières, Le Songe du Vieil Pèlerin, ouv. cité, T. II, p. 410.

276 Idem, T. II, p. 285. Guillaume de Digulleville, Le Pèlerinage de vie humaine, ouv. cité, v.9055 et sv., pp. 282-316.

277 Ibidem.

278 J. Gerson, Œuvres complètes, ouv. cité, sermon 374, De la chasteté conjugale, p. 878,.

279 Guillaume de Digulleville, Le Pèlerinage de vie humaine, ouv. cité, v. 9055 et sv., pp. 282-316.

280 G. de Lorris et J. de Meun, Le Roman de la Rose, ouv. cité, pp. 49 à 56.

281 A.Rey, Dictionnaire historique de la langue française, ouvr.cité, p. 2629.

282 La Bible de Jérusalem, ouv. cité, p. 853.

283 Ph. de Mézières, Le Songe du vieil Pèlerin, ouv. cité.

284 Idem, tome I, p. 83.

285 « Il en va du royaume des cieux comme d’un homme qui part en voyage, appelle ses serviteurs et leur remit sa fortune. À l’un il donna cinq talents, à un autre deux, un seul à un troisième. À chacun selon ses capacités. Puis, il partit. Aussitôt celui qui avait reçu cinq talents s’en alla les faire produire et en gagna cinq autres. De même celui qui en avait reçu deux en gagna deux autres. Mais celui qui n’en avait reçu qu’un s’en alla creuser un trou dans la terre et enfouit l’argent de son maître. Après un long temps, arrive le maître de ces serviteurs et il règle les comptes avec eux. Celui qui avait reçu les cinq talents s’avança et en présenta cinq autres en disant :"Maître, tu m’avais confié cinq talents, voici cinq autres que j’ai gagnés". Son maître lui dit : "C’est bien, bon et fidèle serviteur, tu as été fidèle en peu de choses, je t’établirai sur beaucoup. Entre dans la joie de ton seigneur". Celui qui a reçu deux talents s’avança à son tour et dit :"Seigneur, tu m’avais confié deux talents, voici deux autres que j’ai gagnés". Le maître lui dit : "C’est bien, bon et fidèle serviteurs, tu as été fidèle en peu de chose, je t’établirai sur beaucoup. Entre dans la joie de ton seigneur". Celui qui avait reçu un talent s’avança à son tour et dit : "Maître, je savais que tu es un homme dur : tu moissonnes où tu n’as pas semé, tu ramasses où tu n’as pas répandu. Par peur je suis allé cacher ton talents dans la terre : le voici, tu as ton bien !" Mais son maître lui répondit "Mauvais serviteur, peureux ! Ah ! tu savais que je moissonne où je n’ai pas semé, je ramasse où je n’ai pas répandu… Tu devais alors placer ton talent chez les banquiers, et, à mon retour, j’aurais recouvré mon bien avec intérêt ! Enlevez-lui donc son talent et donnez-le à celui qui en a dix. Car à tout homme qui a, l’on donnera et il aura du surplus : mais à celui qui n’a pas, on enlèvera ce qu’il a. Et ce propre-à-rien de serviteur, jetez-le dehors, dans les ténèbres, : là seront les pleurs et les grincements de dents. » in La Bible de Jérusalem, ouv. cité, p. 1690.

286 Idem, p. 84.

287 Idem, p. 107.

288 Idem, p. 388.

289 Idem, tome II, p. 125.

290 Ibidem.

291 Idem, p. 158.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search