Version classiqueVersion mobile

La dette, la dîme et le denier

 | 
Dominique Ancelet-Netter

Chapitre I. Corpus, co-texte et contextualité

Texte intégral

  • 1 Dont nous conservons la trace dans l’expression « avoir maille à partie avec quelqu’un ».
  • 2 J.P. Goudaillier, Comment tu tchates ou Dictionnaire du français contemporain des cités, Paris, Ma (...)

1Appréhender le vocabulaire économique et financier au Moyen Âge présente plusieurs dangers. L’obstacle principal est de projeter notre vision du XXIe siècle, habituée au discours du « tout économique » actuel sur une période et des mentalités qui n’appréhendent que partiellement – voire pas du tout – les phénomènes (au sens de manifestations physiques) économiques. L’autre danger est d’isoler quelques mots, qui paraissent appartenir au champ lexical de l’économique et du financier parce qu’actuellement nous en usons encore ainsi, de les analyser et de ne pas appréhender la spécificité de la perception médiévale. Pour l’immense majorité de la population au Moyen Âge, la circulation de la monnaie n’est qu’une réalité affleurant les campagnes. Une économie essentiellement de troc, et dans le meilleur des cas, d’autarcie en ces périodes endémiques de disettes et de famines, représente le quotidien des hommes de la fin du Moyen Âge. Cependant, il existe une matière lexicale recouvrant les aspects les plus concrets, les plus matériels d’un vocabulaire économique et financier des « espèces sonnantes et trébuchantes » ainsi que les éléments plus abstraits, ce qui est la marque peut-être d’une théorisation balbutiante de la pensée économique et financière. Ce sujet semble n’avoir été que peu exploré par les littéraires et les linguistes. Le tabou atavique de l’argent serait-il toujours vivace ? Serait-il si difficile de verbaliser et de concevoir les mécanismes économiques ? Pourtant les mots sont là, et des mots vivants très anciens, du début du Moyen Âge peuvent reprendre du service. La toute petite « maille1 », ce demi-denier en circulation dès les premiers Capétiens est devenue d’usage argotique pour désigner l’argent dans le langage des cités2. Cet exemple extrême du faufilage d’un mot, fondé sur une réalité économique concrète, puisque l’élément monétaire, la piécette « maille » a bien circulé pendant plusieurs siècles, étaye peut-être la permanence de structures mentales fondamentales sur l’appréhension des phénomènes économiques et financiers.

  • 3 Ph. Wolff, Commerce et Marchands de Toulouse, in La France à la fin du XIVe siècle, renouveau et a (...)
  • 4 B. Chevalier, Les Bonnes villes en France du XIVe siècle au XVe siècle, Paris 1994.

2Dans la période médiévale qui nous intéresse, la Guerre de Cent Ans et son cortège de désastres humains et économiques ainsi que les discours dominants des prédicateurs dès le XIIIe siècle sur les dangers de l’avarice ont eu un effet déterminant sur la perception de l’argent, auréolé ainsi d’une certaine puissance maléfique. Mais les conséquences se font cependant vite sentir. « La France a d’ores et déjà au XVe siècle un retard considérable dans le commerce de l’argent et le développement des banques3 ». La particularité française, notamment par rapport à l’Angleterre et à l’Italie réside dans le fait que le désintérêt pour les choses de l’argent est aussi partagé par les hommes d’argent eux-mêmes, les bourgeois et marchands. Bernard Chevalier4 parle ainsi de la « trahison » des bourgeois qui préfèrent acheter des charges d’officiers, premier degré de la montée vers un anoblissement tant appelé de leurs vœux au détriment de leurs métiers de leurs pères, d’affaires et de négoce. Cette disposition sociologique d’une classe sociale est l’une des raisons du retard séculaire que la France va enregistrer sur l’Angleterre notamment en matière bancaire et commerciale. Cet état de fait est d’autant plus accentué que la prise d’un bénéfice commercial est considérée en France comme un péché mortel. Il n’est pas étonnant alors que les bourgeois, effrayés par les sermons des prédicateurs, ne transmettent pas leur patrimoine à leurs enfants mais facilitent la prospérité des ordres religieux florissants de l’époque, soit par des aumônes substantielles de leur vivant, soit par des donations importantes à leur décès. On peut ainsi parler en France d’une construction consentie d’un tabou, celui de l’argent, à tel point que celui-ci en devient atavique.

  • 5 M.T. Lorcin, Les fabliaux français, pp. 133 à 157.

3La possession de richesses est très rapidement assimilée à de l’avarice, l’un des pires péchés mortels pour les prédicateurs. À ce discours ambiant se surajoute la dimension psychosociologique de la conception médiévale de l’étymologie qui fonde les concepts sur les mots. Ainsi pour les esprits médiévaux qui aiment tant les oppositions lexicales symboliques, le « negotium » s’oppose à l’« otium ». Ce dernier terme ne se traduit pas exactement comme le reflet de l’oisiveté d’une certaine classe sociale, en l’occurrence, les seigneurs, mais comme un art de vivre qui permet à l’esprit et au cœur de rester disponibles pour des pensées élevées face à la bassesse engendrée par le « negotium », commerce du monde ici-bas. Principal instrument du « negotium », l’argent est ainsi moqué, vilipendé dans la poésie médiévale, des auteurs des fabliaux à Villon, qui, cependant regrettent toujours son absence dans leurs poches. Jongleurs et autres troubadours sont convaincus que l’argent, symbolisé par la monnaie, est fait pour circuler. Dans le chapitre IX de son ouvrage sur les fabliaux « Du bon usage des richesses5 », Marie-Thérèse Lorcin met bien en exergue la place à la fois nécessaire et contingente dans les fabliaux du XIIIe siècle. Dans l’esprit du conteur médiéval, on ne peut demander à l’argent plus qu’il n’en donne : trop d’argent suscite la convoitise, trop peu d’argent la misère. L’argent cependant a une valeur relative selon les classes sociales mais il a toujours une forte coloration négative dans les fabliaux, servant souvent à rendre encore plus antipathiques des personnages déjà odieux.

  • 6 Idem p. 151.

4L’argent, quand il est possédé, doit être donné aussi généreusement que possible. C’est la « largesse » dont doivent faire preuve les seigneurs vis-à-vis des pauvres troubadours, qui vantent toujours leurs largesses autant qu’ils stigmatisent l’avarice. « Dans les fabliaux, l’économie elle-même est en défaveur, et l’avarice est le plus haïssable des vices, la source de tous les autres6 ». Au XVe siècle, c’est du bout des lèvres et de la plume que Villon concède une place à l’argent. Villon est ainsi un représentant de l’intellectualisme médiéval pour lequel toute thésaurisation peut être entachée du péché capital qu’est l’avarice. Villon, qui, par modestie dans le lai XI fait rimer son propre nom avec « billon » pour signifier sans doute qu’il ne vaut rien (qu’il est un vaurien ?), souligne la futilité de la possession de richesses matérielles face aux trésors du moment présent, hédonisme certain qui préfigure Pierre de Ronsard dans son sonnet à Hélène. Face à la mort, la vie et la jeunesse sont les seules richesses :

  • 7 F.Villon, Lai XXXVI « Les Regrets de la Belle Heaumière » in Œuvres complètes, ouv. cité.

« Mieux vaut vivre sans gros bureau
Pauvre, qu’avoir été seigneur
Et pourrir sous riche tombeau7 ».

5François Villon concède cependant une place à l’argent dans ses poèmes pour deux cas de figure : le plaisir et le pouvoir.

  • 8 F.Villon, Lai XLIX « Ballade la Belle Heaumière aux filles de joie » in Œuvres complètes, ouv. cit (...)

« N’épargnez homme, je vous prie,
Car vielles n’ont ne cours ne etre
Ne que monnaie qu’on decrie8 ».

  • 9 F.Villon, Œuvres complètes, ouv. cité.

6Il fait mention d’ailleurs dans ces vers de l’un des traumatismes économiques de toute la fin du Moyen Âge, la dépréciation monétaire. L’emploi de mots du vocabulaire économique et financier est suffisamment rare pour que l’on puisse aussi citer dans sa presque intégralité sa « Requête à Monseigneur de Bourbon9 » :

« Vous supplie par cette humble écriture
Que lui fassiez quelque gracieux prêt.
De s’obliger en toutes cours est prêt.
Sans y avoir dommage n’intérêt,
Vous n’y perdrez seulement que l’attente.
A prince n’a un denier emprunté
Fors à vous seul, votre humble créature
De six écus que lui avez prêté
Cela pieça il mit en nourriture,
Tout se paiera ensemble, c’est droiture, Mais ce sera legièrement et prêt…
Allez, lettres, faites un saut ;
Combien que vous n’ayez pied ni langue
Remontrez votre harangue
Que faute d’argent si m’assaut ».

7Dans ce poème, Villon utilise la plupart des termes du champ lexical du vocabulaire économique et financier de l’époque mais cet extrait est suffisamment rare pour être cité. Les liens pécuniaires entre le Prince et le Poète ne sont que peu évoqués en littérature, sauf en début d’ouvrage pour remercier les bonnes grâces du mécène. Au Moyen Âge, du XIIIe eu XVe siècle, l’argent n’est ni un objet ni un sujet de littérature. En ce sens, les écrits littéraires sont l’exact reflet des mentalités médiévales. C’est la raison pour laquelle l’ensemble des œuvres proprement littéraires de notre corpus ne présente que de rares occurrences du vocabulaire économique et financier. De fait, ce vocabulaire semble circonscrit à un corps tout à fait spécifique avec bien sûr une représentativité significative dans les livres de compte et une bonne fréquence dans les chroniques et les Miroirs

8Ces quelques réflexions étant posées, notre propos ne sera pas bien évidemment de faire de la sociologie historique et de l’histoire des mentalités, mais d’établir un recensement et une analyse sémantique du vocabulaire économique et financier dans une période délimitée de la fin du Moyen Âge (1355 – 1405) et sur un corpus de sources et de textes sélectionné pour leur degré de représentativité.

  • 10 Le propos de cette étude n’est pas de retracer le débat des historiens contemporains depuis enviro (...)
  • 11 Et non à la personne du Roi comme le souligne Ph. Wolff dans l’Automne du Moyen Âge ou printemps d (...)

9Les cinquante dernières années du XIVe siècle sont riches en faits réellement innovants dans l’histoire économique de la France. Sur fond permanent de Guerre de Cent Ans, de crises économiques10 (ralentissement économique, voire recul, disettes, famines, crises démographiques après les vagues successives de pestes ayant démarré en 1348) et de crises monétaires (Philippe le Bel inaugure au début de ce siècle la longue série des « remuements » de monnaie qui sont un équivalent des dévaluations), deux faits majeurs intimement liés surviennent : la naissance de l’impôt dû à l’État11 et la création du franc (1360), à la suite de la capture de Jean II le Bon par les Anglais en 1356 à la bataille de Poitiers.

  • 12 N. Oresme, Traictié de la première invention des monnoies, textes français et latins, d’après les (...)
  • 13 Ph. Contamine, Guerre, État et société au Moyen Âge, Paris, 1972, Ph. Contamine, Marc Bompaire, St (...)
  • 14 J. Delaruelle, Histoire du Catholicisme en France, t. I et II, Paris, 1956.

10Par ailleurs, le premier ouvrage d’économie monétaire en langue vernaculaire, et qui débute l’histoire des ouvrages économiques en français, fut traduit quelque dix ans plus tard par Nicole Oresme12 selon le texte latin de 1355 de son propre ouvrage De mutatione monetarum ac variatione facta per reges. Il fut écrit au cours d’une tourmente monétaire sans précédent puisque de 1351 à 1360, la livre tournois changea soixante et onze fois de valeur avec un pic en 1359-1360 avec respectivement seize et dix-sept « mutations ». 1355 est aussi l’année de l’extension de la gabelle à l’ensemble du royaume de France. Resté longtemps sans concurrence, le second traité d’économie monétaire en langue française d’importance fut sans doute au XVIe siècle l’ouvrage de Jean Bodin, Réponses aux paradoxes de M. de Malestroict touchant le faict des monnaies et l’enchérissement de toutes choses en 1568. C’est la raison pour laquelle il nous est apparu raisonnable de débuter la recherche de vocabulaire économique et financier à partir de 1355, afin que l’axe diachronique choisi soit en cohérence tant avec des faits économiques majeurs qu’avec le début de l’histoire de la pensée économique rédigé en langue française. Ces crises économiques et monétaires s’accompagnent également de crises des mentalités et des structures sociales avec un ébranlement progressif des structures féodales. Cette donnée sociologique influence également le vocabulaire financier lié à la guerre puisque le « service » dû par le vassal à son seigneur sera de moins en moins accompli au fil des ans et de plus en plus rémunéré13. Cette période de « remuement » des monnaies est aussi une époque de « remuement » des âmes, d’interrogations eschatologiques et des crises religieuses aiguës avec le Grand Schisme de l’Église d’Occident14 et l’émergence du gallicanisme.

  • 15 M. Mollat et Ph. Wolf, Ongles bleus, Jacques et Ciompi, Les révolutions populaires en Europe aux X (...)
  • 16 Ph. Contamine, Guerre, État et société au Moyen Âge, ouv. cité.

11Dans ce brassage des âmes et des idées, dans ce contexte d’instabilité monétaire chronique qui est aussi une période dangereuse d’instabilité sociale (les Jacqueries, les révoltes des « ongles bleus »15) et guerrière (le royaume de France est ravagé par les Grandes Compagnies16), l’émergence de la théorisation du politique en langue vernaculaire – toujours intimement liée aux positions de l’Église catholique – est favorisée par un souverain, Charles V.

  • 17 F. Autrand, Charles V, Paris, Fayard, 1994.
  • 18 Ce mot est inconnu au Moyen Âge, il a été « créé en 1890 par Sudrier et Gaston Paris pour désigner (...)

12Charles V17 (1337-1380), qui a su s’entourer des meilleurs penseurs et clercs du moment (nous dirions des « intellectuels »), a été un grand « défenseur et illustrateur » de la langue française avant l’heure, en favorisant la traduction dans la langue de son fief, le francien18, de nombreux ouvrages théologiques et philosophiques. Le règne de Charles V a débuté bien avant son sacre puisqu’il fut lieutenant général du royaume, puis régent après la capture de son père Jean II le Bon par les Anglais à la bataille de Poitiers en 1356. Lors de sa période de gouvernement, il fut confronté à l’ennemi extérieur (« l’Anglois »), à la déstabilisation de son royaume par les ravages causés par les Grandes Compagnies et aux contestations intérieures (révolte conduite par Étienne Marcel, intrigues de Charles le Mauvais), toutes épreuves politiques dont il se tira finalement gagnant. Assurant une relative stabilité politique à son royaume, il fut également le souverain du rétablissement sinon économique, en tous les cas monétaire, avec l’augmentation du Trésor royal grâce aux « aides » exceptionnelles accordées par les États Généraux.

  • 19 Christine de Pisan, le Livre des fais et bonnes meurs du sage roy Charles V, éd. S.Solente, Paris (...)

13Il laisse à sa mort à son fils alors âgé de douze ans un royaume pacifié, assaini, situation qui se détériora rapidement sous la régence des oncles du Roi. C’est l’un d’entre eux, Philippe le Hardi, qui commanda à Christine de Pisan un ouvrage sur la vie et les mœurs de Charles V, pour servir de guide à un futur roi, dans un contexte politique de déchirement. Achevé par Christine de Pisan en 1404, année aussi de la mort de son commanditaire, Philippe le Hardi, cet ouvrage nous permet de clore l’axe diachronique démarrant en 1355 avec l’ouvrage de Nicole Oresme par un écrit référent sur la période du règne de Charles V, même s’il est postérieur à celui-ci. Écrit par une ancienne familière du Roi, le Livre des fais et bonnes meurs du sage roy Charles V19 permet un retour contemporain sur la période considérée et introduit dans le corpus de base tant un exemple d’un genre majeur, les Miroirs du Prince, qu’un auteur au cœur des débats politiques et littéraires de la fin du XIVe siècle, Christine de Pisan, considérée comme la première femme de lettres françaises.

  • 20 F. Autrand, Charles VI, ouv. cité, p. 413.

14Pour englober une période de cinquante années, l’année 1405 est retenue pour clore l’axe diachronique de notre étude. Cette année qui vit la levée d’un nouvel impôt par Philippe d’Orléans, suscitant un fort mécontentement populaire, est aussi la dernière année d’une paix aléatoire qui se clôt par le sermon du 7 novembre 1405 « Vivat rex » de Jean Gerson. Ce cri est lancé trois fois car « le roi a trois vies, toutes trois menacées, sa vie corporelle, ou personnelle, sa vie civile ou politique, sa vie spirituelle20 ».

  • 21 Ibidem.

151405 est une crise politique et financière profonde, ce sont les premiers assauts entre Armagnacs et Bourguignons avec un début d’émeute populaire le 10 octobre 1405 à Paris. Le jeu est calmé grâce aux dernières lueurs jetées par les sages Marmousets, mais la folie qui s ‘ empare régulièrement de Charles VI contribuera à jeter le royaume dans le chaos. Le royaume de France sombre ensuite, dans la droite ligne des conséquences de la démence de Charles VI et des luttes pour le pouvoir entre ses oncles, dans une grande période d’instabilité politique avec la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons. Sur le plan de l’événementiel monétaire et financier, la période 1380-1405, au début du règne de Charles VI est marquée par une reprise des impositions en 1382, génératrice d’émeutes et de conspirations. Sur son lit de mort, Charles V avait aboli les fouages et aides « extraordinaires », puisque, nous le verrons dans le corps de l’ouvrage, l’impôt dans la conception politique du temps, n’a pas vocation à durer. Charles VI ou plutôt ses oncles régents ressentirent rapidement les limites d’une telle mesure. Quatre ouvrages, tant originaux que traduits, écrits par les membres du « club Charles V », selon l’expression de Françoise Autrand21, vont constituer le centre du corpus pour cette recherche sur le vocabulaire économique et financier.

Délimitation du corpus central

  • 22 B. Guenée, L’opinion publique à la fin du Moyen Âge d’après la « Chronique de Charles VI » du Reli (...)

16Le fondement du corpus de base, pour cette étude de vocabulaire, est de se centrer sur les familiers de Charles V, sinon gens de cour, mais gens de même appartenance intellectuelle, déjà par leur admiration vis-à-vis de ce souverain, sinon leur allégeance. Il ne faut pas occulter le fait que nous sommes au Moyen Âge, que les gens d’écrit, de surcroît, les « composants » d’œuvres originales, sachant non seulement écrire et lire en français mais qui plus est, en latin, voire en grec, sont en infime minorité. Dans ce contexte, il est alors logique que parmi les quatre auteurs, il y ait deux clercs, Nicole Oresme et Evrard de Tremaugon, Philippe de Mézières, un chevalier marqué par la dévotion et l’« exception » littéraire du XIVe siècle, Christine de Pisan, femme – écrivain, qui vit grâce à sa plume, qui dialogue, par écrit, avec les plus grands esprits de ce siècle. Ces deux derniers auteurs se consacreront à la rédaction de leurs ouvrages, au crépuscule de leurs vies, dans le calme des couvents. Quatre personnages avérés, une production littéraire et philosophique conséquente pour deux d’entre eux, autant de raisons de les sélectionner dans notre corpus. D’autant plus, que dans tous ces ouvrages, ils se citent les uns les autres. Plus exactement, ils font référence aux écrits de leurs contemporains, dans la tradition médiévale, sans citation « verbatim » mais par des reprises dans leurs textes mêmes des propos de leurs contemporains. Ces « gens d’autorité » selon l’expression de Bernard Guenée22 dialoguent entre eux, débattent, forgent la pensée de leur temps et forme une élite au service du pouvoir royal et de Charles V. Et bien sûr, ils se connaissent personnellement. Christine de Pisan a croisé Nicole Oresme à la cour de Charles V. Celui-ci ne devait d’ailleurs pas lui prêter grande attention, dans la mesure où il combattit intellectuellement son père, Thomas de Pisan, astrologue de Charles V.

  • 23 S. Solente, Christine de Pisan, Paris, Klincksieck, 1969, p. 8.
  • 24 Philippe de Mézières, Le livre de la vertu du sacrement de mariage, ed. from Paris, Bibliothèque n (...)

17Selon Suzanne Solente, Christine, pour subvenir à ses besoins, vendit des biens en Seine-et Marne à Philippe de Mézières, le 14 novembre 139223. Les échanges entre Christine de Pisan et Philippe de Mézières semblent désormais dépasser la seule transaction financière conclue entre eux. Christine aurait pu le rencontrer mais surtout, il n’est pas impossible, selon Anna Loba, qu’elle se soit inspirée du Livre de la vertu du sacrement de mariage24 pour rédiger le Livre de la Cité des dames. Mais surtout, elle débattit avec Jean Gerson et d’autres clercs du temps sur Le Roman de la Rose. Christine de Pisan est donc au cœur littéraire de son époque, ce qui demeure une place d’exception pour une femme.

18Evrart de Tremaugon et Philippe de Mézières sont nommés quant à eux par Charles V dans le conseil de tutelle du dauphin, créé par l’ordonnance d’octobre 1374. Tous deux, par leurs ouvrages et leur personnalités sont les promoteurs d’une certaine idée du Prince, plus exactement de la royauté à l’image de ce que fit Charles V de son règne : un pouvoir centralisé qui se veut fort, sans partage systématisé avec la noblesse ou le Tiers État et incarné par un prince sage, vertueux et craignant Dieu, dont il doit être le plus fidèle serviteur.

Un traité d’économie monétaire écrit par un évêque

  • 25 N. Oresme, Traictié de la première invention…, ouv. cité.

19Nicole Oresme (1325-1382) est un théologien et un ecclésiastique. Après huit années passées comme étudiant au collège de Navarre, il en devint maître en théologie de 1348 à 1352, puis grand maître et professeur de théologie de 1356 à 1361. Doyen de l’Église de Rouen de 1361 à 1377, il fut évêque de Lisieux en 1382. Docteur en théologie et professeur, avec le prestige d’un grand maître du réputé collège de Navarre, il fut choisi par Jean II le Bon comme précepteur du futur Charles V. Cet universitaire ne participa jamais en tant que tel à l’exercice du pouvoir mais il officia à la mort de la reine Jeanne de Bourbon. Il écrit, en 1355, le premier traité d’économie monétaire connu en France25, d’abord en latin, puis traduit par ses soins en français. Pour Sylvain Piron, la rédaction du Traictié de Nicole Oresme est d’abord et avant tout une réponse polémique avant d’être théologique à l’acte du 16 janvier 1347, par lequel Philippe VI de Valois affirme sa pleine « majesté royale » dans le domaine des monnaies.

  • 26 Benoit Santiano, Les problèmes monétaires au Moyen Âge, ouv. cité, p. 28.

20Voici le texte original tel que cité par Benoit Santiano26 :

  • 27 Ce texte figure également dans sa version manuscrite sur le site http://www.ordonnances.org/index. (...)

« Nous ne povons croire ne presumer que aucun puisse ne doit faire doute, que a nous et anostre majesté royal n’appartiegne seulement et pour tout nostre royaume, le mestier, le fait, l’estat, la provision et toute l’ordenance de monoie, et de faire monnoier teles monnoyes, et donner tel cours, pour tels prix, comme il nous plaist et bon nous semble pour le bien et le proufit de nous, de nostre royaume et de nos subgiez, et en usant de nostre droit27 ».

  • 28 S. Piron, Monnaies et majesté royale dans la France du 14e siècle, Annales HSS, mars-avril 1996, p (...)
  • 29 Idem, ouv. cité, p. 346.
  • 30 Idem, ouv. cité, p. 347.

21Benoit Santiano souscrit entièrement à l’analyse de Sylvain Piron, qui voit dans cette affirmation du pouvoir royal, « la majesté royale comme expression de la souveraineté monétaire28 ». Philippe VI a certes besoin de s’affirmer dans cette période où son pouvoir et sa légitimité sont contestés par Edouard III, roi d’Angleterre, son cousin germain et rival ; ce texte est l’expression d’un souverain courroucé. Mais cette appropriation de la souveraineté monétaire par le pouvoir royal, même dans un contexte de guerre, de crise et de contestation de l’autorité d’un roi français sur le Royaume de France, ne peut que déplaire au grand maître en théologie du collège de Navarre. C’est la réponse en fait de l’Université française et des clercs, gardiens et défenseurs du pouvoir spirituel face aux visées expansionnistes du pouvoir temporel, fut-il royal, aux légistes du pouvoir royal, tenants d’un certain absolutisme. « Le nœud de l’argumentation politique de Oresme vise à montrer que le véritable droit sur la monnaie revient à la communauté qui seule peut statuer à son sujet29 ». Partisan d’un pouvoir modéré, Nicole Oresme étaya sa première thèse par une traduction de son propre ouvrage du latin en français qu’il entreprit lui-même, et à un autre moment critique pour le pouvoir royal. Dix ans séparent l’acte du 16 janvier 1347 des États Généraux de 1355 et de la révolte parisienne de 1357 ; le roi Jean II le Bon a été capturé, sa rançon est énorme et les Parisiens sous la houlette d’Etienne Marcel peuvent faire vaciller le pouvoir royal représenté par le dauphin Charles. Nicole Oresme réitère son affirmation du scandale des mutations arbitraires donc tyranniques mais « elle peut être parfois nécessaire, lorsque varie la masse métallique disponible, et c’est pour cette raison seulement que Nicole Oresme l’envisage dans le cas d’une rançon à payer pour délivrer le roi prisonnier (cas étudié au 24e chapitre, ajouté en 1358, qui reste, comme on le voit, conforme à son analyse antérieure30) ».

22Contre vents et marées, et même quand l’Université française se rapprocha du dauphin Charles, Oresme continua d’affirmer sa vision issue des réflexions aristotéliciennes d’une monnaie appartenant à la communauté et non au Prince. La genèse et les traductions, modifications et ajouts du Traictiè semblent ainsi éclaircis. Elles précèdent les traductions d’Aristote réalisées sur commande qui complètent et étayent la pensée politique d’Oresme.

  • 31 J. Le Goff, La bourse ou la vie, Paris, 1986.
  • 32 Cf. Autour du vocabulaire de la dette, Chap. IV, p. 227, infra.

23Ce traité n’est pas conçu comme un ouvrage économique, ce mot comme nous le verrons, n’a pas la même signification que la nôtre à la fin du Moyen Âge, mais comme un traité de philosophie et d’éthique. Il s’inscrit aussi dans la problématique de la condamnation théologique de l’usure31 argumentée dès Saint Augustin et étayée par de nombreuses bulles papales et résolutions de conciles tout au long du Moyen Âge32. Mais surtout, il expose à la suite d’Aristote une théorisation de la monnaie, et de ses mutations considérées comme « pire que usure ». Nicole Oresme s’est emparé de ce sujet car ce théoricien du pouvoir, et du pouvoir royal, ne peut que s’intéresser à l’un des principaux instruments de la puissance royale, la monnaie. Mais l’on aurait pu également imaginer qu’il établisse un traité sur les impôts royaux, l’appréhension théorique de la fiscalité royale lui étant par ailleurs facilitée par ses prédécesseurs quodlibétistes qui alignent arguments et arguties à partir de la maxime « Le Roi doit vivre du sien » ? La réponse est aussi dans le contexte et la propre histoire personnelle de Nicole Oresme, témoin de son temps.

  • 33 D. Menjot, « La politique monétaire de Nicole Oresme » in P. Souffrin et J.-P. Weiss, Nicolas Ores (...)
  • 34 Idem, ouv. cité, p. 181.
  • 35 Idem, ouv. cité, p. 182.
  • 36 Ibidem, p. 182.

24L’instabilité monétaire fut la règle dans la première moitié du XIVe siècle, avec « pas moins de 85 mutations entre le premier janvier 1337 et le 5 décembre 1360, sans tenir compte des émissions spéciales pour Paris et le Languedoc. Elles se multiplient en six ans de 1355 à 1360 où on en compte 51, dont 8 en 1355, 15 en 1359, 17 en 1360 !33 ». Les conséquences sur la valeur de la monnaie sont énormes ; « on estime que, de 1330 à 1360, la valeur intrinsèque de la monnaie de compte fut réduite de 50 %. Le sou tournois tomba en 1359 à 2,3 % de sa valeur de 1330-133634 ». Le bimétallisme, avec son alternance de périodes de pénurie et de relative suffisance tant en or qu’en argent, contribue à l’instabilité monétaire, puisque le rapport or/argent n’est pas non plus fixé tout comme les cours. Nicole Oresme est un théoricien de la monnaie, mais un théoricien de la monnaie royale. La monnaie royale se doit d’être abondante, stable mais le Prince peut se réserver le droit de la muer, dans la limite du raisonnable. « Pour Oresme la cause essentielle des mutations réside dans la volonté des souverains de se procurer des ressources financières35 ». C’est une sorte d’impôt qui se garde bien de dire son nom, appelé « seigneuriage », « bénéfice prélevé par le souverain sur la fabrication des pièces36 ». Cette technique apporte au souverain une source de revenus permanente, non soumise au consentement de ses sujets, comme un impôt classique et finalement répartie sur tous les ordres de la société féodale. Plus indolore et moins visible qu’un impôt classique, la mutation des monnaies n’en a pas moins de graves conséquences, quand elle est pratiquée sans fondement, et surtout quand elle participe à l’enrichissement personnel du prince et non à celui de la communauté qu’il représente. Le roi outrepasse ainsi son pouvoir, puisque la monnaie ne lui appartient pas en propre, d’où la condamnation de ces innombrables mutations qui semblent pire que l’usure à notre évêque, docteur en théologie.

  • 37 Richard Arena, « Réflexions sur la théorie monétaire de Nicole Oresme », in P. Souffrin et J.-P. W (...)

25Nicole Oresme est ainsi au carrefour des deux traditions, l’antique et la chrétienne : celle de la stérilité de la monnaie développée par Aristote et « comme à la même époque Jean Buridan et Henri de Langenstein,… celle de l’origine de l’inégale répartition des richesses entre les hommes dans leur exclusion du Paradis, à la suite du péché originel37 ».

  • 38 Idem, p. 200.

26Sa condamnation des mutations est donc vive, le gain destiné au seul profit, le bénéfice indu tiré d’une mutation monétaire « étant assimilable au gain pris par l’usurier lors de la perception de l’intérêt sur un prêt d’argent. Dans les deux cas, l’homme, simple usurier ou grand prince, ne peut jamais se prétendre être l’égal de Dieu, en manipulant le temps et la richesse. Le temps n’appartient pas à l’usurier comme la monnaie n’appartient pas au Prince. La monnaie n’est qu’une marchandise mais elle est aussi plus qu’une marchandise, c’est un instrument d’échange et de mesure de l’échange : la transformer, c’est transformer aussi l’ordre du monde. « Malgré sa nature de richesse artificielle, le Prince ne peut modifier la Valeur-marchandise de la monnaie. En effet, la monnaie ne lui appartient pas. Elle est la propriété de la communauté, i.e. pour l’essentiel des producteurs de richesse naturelle38 ».

27Les mutations monétaires ont aussi des conséquences dommageables pour le bon fonctionnement de l’économie, la bonne circulation des richesses serait une expression plus appropriée pour le Moyen Âge. Les mutations monétaires, en empêchant la monnaie de fonctionner comme une unité de mesure attentent à l’objectivité des échanges et favorisent la plus grande des spéculations, au détriment de l’activité de production.

  • 39 J. Verger, Les gens de savoir dans l’Europe à la fin du Moyen Âge, Paris, PUF, 1997, p. 30.
  • 40 D. Menjot, « La politique monétaire de Nicole Oresme », ouv. cité.
  • 41 S.Piron, Monnaies et majesté royale dans la France du 14e siècle, ouv. cité, p. 348.

28Pour Jacques Verger, « Le Traité des Monnaies de Nicole Oresme,…, est dans cette perspective une œuvre originale mais bien trop isolée, et au service de conceptions d’ailleurs conservatrices et timorées, pour qu’on puisse y voir l’acte de naissance d’une véritable science économique chez les hommes de savoir issues des écoles et des universités39 ». Nicole Oresme comme dénonciateur avant l’heure de l’économie-casino, dans la mouvance des penseurs économistes altermondialistes est une proposition qui serait hasardeuse à tenir, d’autant plus que l’historien40 constate que l’application partielle de la théorie monétaire de Nicole Oresme favorise le pouvoir royal et sa prégnance sur ses sujets. « On a coutume de faire de Nicole Oresme l’inspirateur des choix monétaires suivis à partir de 1360. En réalité, seules ont été adoptées ses recommandations pratiques en faveur de la stabilité monétaire et non le cœur de son programme41 ». Mais il semble bien que le programme et les fondements théologiques et philosophiques de Nicole Oresme ont été utilisés, voire pervertis par ce pouvoir royal en quête d’absolutisme qu’il combattit pourtant sur le papier. Nicole Oresme demeure cependant un proche du pouvoir royal, il fit partie de l’entourage de Charles V dont il fut même le précepteur. Et si, dans le texte, Nicole Oresme semble supprimer au Prince une partie de ses revenus en transférant la propriété de la monnaie (et donc la possibilité de les muer) à la communauté, théorèmes repris par Christine de Pisan, Philippe de Mézières et Evrart de Tremaugon, le Prince agit effectivement sur les monnaies à partir de 1360 avec une réalité numismatique bien concrète, celle de la bonne monnaie qui ne profite pas équitablement semble-t-il à toute la communauté. À partir de Jean II le Bon, avec l’ordonnance du 5 juin 1360, ce sont deux décennies de stabilité monétaire qui s’annoncent avec des conséquences inégales pour les différentes catégories de la population. Les nécessités de la guerre et du paiement de l’énorme rançon permirent d’appliquer dans un premier temps le programme politique de Jean II et de son fils, à savoir « bonne monnoye » contre un alourdissement des impôts.

  • 42 D. Menjot, « La politique monétaire de Nicole Oresme », ouv. cité, p. 187.

29L’ordonnance du 5 décembre 1360 qui porte création du franc, instaure une lourde fiscalité indirecte sur les transactions (5 % sur les marchandises, 7,5 % sur les boissons et 20 % sur le sel). Pour Denis Menjot, « la stabilité monétaire, c’est bien au XIVe siècle au moins, une victoire des privilégiés qui étaient les principales victimes des mutations42 ». Pour les détenteurs de richesses foncières, donc pour les seigneurs aristocratiques et ecclésiastiques percepteurs de rentes libellées en monnaie de compte, celles-ci diminuaient au fur et à mesure de l’affaiblissement de la monnaie. Ces catégories au Moyen Âge ne sont que rarement affectées par les impôts, à la différence des paysans, artisans et même bourgeois qui subissent une pression fiscale directe liée à leur appartenance à un ordre. La preuve en est donnée par les révoltes urbaines des Maillotins à Paris en 1382, de la Harelle à Rouen la même année qui eurent pour déclencheur le rétablissement des fouages, abolis un peu vite par Charles V sur son lit de mort, selon l’avis de ses successeurs au trône.

  • 43 Idem, p. 188.
  • 44 Ibidem.

30Les mutations monétaires ne semblent pas conduire directement à une révolte populaire. C’est même l’inverse qui se produit. La décision du dauphin Charles, en 1356, de frapper une monnaie 48e au lieu de la monnaie 60e qui courait, déclencha la première émeute de ce qui allait être la « Révolution parisienne43 ». Car le peuple semble aussi s’accommoder de la stabilisation monétaire malgré ses conséquences négatives car « il semble bien que les salariés soient parvenus à éluder, du moins en partie, les conséquences néfastes pour eux des réévaluations, en réussissant à limiter la revalorisation des rentes et loyers qu’ils payaient et à obtenir que leurs salaires ne baissent pas en monnaie de compte c’est-à-dire donc à recevoir davantage de pièces d’argent pour prix d’un travail identique44 ».

31À qui profitent la mutation et la stabilité monétaires ? Au-delà de sa ferme conception théorique et morale de la stabilité de la monnaie qui appartient à la communauté et non au Prince, Nicole Oresme n’illustra jamais ses propos par l’exemple de l’expérience vécue de la stabilité monétaire ; son traité n’eut pas de suite, à part dans les commentaires d’Aristote, mais il n’illustra jamais ses avancées philosophiques et théologiques d’exemples concrets. Nicole Oresme demeure donc un théoricien, un théologien et non pas un sociologue ni même un chroniqueur. En ce sens, il est pleinement un penseur médiéval, et non un économiste qui théorise à partir de faits et de cycles observés. Même si les évènements historiques des grandes mutations monétaires de 1330-1355 ont pu l’influencer, il ne relie pas, dans ses écrits tout du moins, la théorie à la pratique, alors que ses idées ont bien été mises en œuvre, au profit d’un pouvoir royal de plus en plus fort qui utilisa, en les combinant, les juxtaposant ou les opposant, suivant son intérêt, le glaive de l’impôt et le bouclier de la monnaie.

  • 45 L.F. Meunier, Essai sur la vie et les ouvrages de Nicolas Oresme, Paris, Lahure, 1857.
  • 46 J. Quillet, « Nicole Oresme, traducteur d’Aristote », in P. Souffrin et J.-P. Weiss, Nicolas Oresm (...)

32Nicole Oresme fut également l’un des plus grands traducteurs de son temps. Sur ordre de Charles V, en 1370, il traduit Aristote, Pétrarque et vraisemblablement la Bible en langue vernaculaire. Ne connaissant pas le grec, il traduit Aristote dans sa version latine. Sa traduction des écrits d’Aristote « lui valut, outre une gratification pécuniaire, le titre de chapelain du Roi. Ces traductions lui valurent plus de cent livres45 ». Nicole Oresme est-il un suiveur dans le mouvement général des traductions impulsé par Charles V ? Son originalité et son esprit d’initiative seraient alors limités. Jacqueline Quillet précise effectivement qu’« en français, la traduction de la Politique par Oresme n’est pas, du reste, la première, puisque vers 1305, un certain Pierre de Paris, attaché au service de Simon le Rat, commandant des chevaliers de Saint Jean de Chypre (1299-1310) fit une traduction française de la version de Guillaume de Moerbeke (ca-1269)46 ».

  • 47 Idem p. 86.

33Mais ne serait-ce pas plutôt sous son influence que Charles V entreprit une véritable politique de traductions des œuvres sacrées et profanes des auteurs grecs et latins ? Nicole Oresme est en effet un promoteur de la langue vernaculaire avec une « grande richesse de néologismes… dans le domaine du vocabulaire français de l’éthique et de la politique47 ». Il est l’initiateur d’un mouvement qui se continuera avec son presque contemporain, Jean Gerson, ecclésiastique comme lui, mais qui ne se contentera pas de la langue latine comme support de diffusion de son œuvre et surtout de ses idées morales et politiques. Car Nicole Oresme ne se contente pas de traduire. Dans la tradition de la littérature philosophique du Moyen Âge, et comme tout auteur médiéval, il glose et il commente. On reconnaît à cela le théologien mais aussi le professeur, le maître, l’éducateur, rôle pédagogique qu’il exerça jusque dans le quotidien avec le tutorat du futur Charles V. Pour Jacqueline Quillet, l’originalité et la novation des traductions de Nicole Oresme se situent dans les gloses. « À notre connaissance, Nicole Oresme émerge comme le seul parmi tous les traducteurs médiévaux à pouvoir inscrire son entreprise à l’intérieur d’un topos reçu de la pensée médiévale et à se reconnaître des antécédents qui font autorité.

  • 48 Idem, p. 100.
  • 49 P. de Mézières, Le Songe du Viel Pèlerin, edited by G. W. Coopland, Cambridge, 1969.
  • 50 Ibidem.

34Tous les autres répondent de façon ponctuelle à une demande particulière, sans donner à leur geste un sens culturel profond48 ». Il est certain que Le traité de la première invention des monnaies influença son époque, d’abord Charles V qui n’eut de cesse de stabiliser la monnaie, puis ses contemporains, dont Philippe de Mézières, qui se réfère sans cesse à Nicole Oresme et à son Traité dans les débats du Songe du Viel Pèlerin49. « La signification morale de la monnaie est omniprésente dans Le Songe du Viel Pèlerin50 ». L’ouvrage est pour l’essentiel construit sur la parabole des talents qui reçoivent ici le nom de « bons besants » de l’âme. Philippe de Mézières employa le nom éponyme de la monnaie de Byzance, monnaie étrangère exotique avec une très faible circulation dans le royaume de France pour établir un gigantesque réseau métaphorique de la vertu dans l’exercice du pouvoir royal à travers son ouvrage de référence, Le Songe du Viel Pèlerin, Miroir des Princes aussi décalé que son auteur.

Un miroir des princes écrit par un aventurier éducateur

  • 51 N. Jorga, Philippe de Mézières et la croisade au XIVe siècle, Paris, 1986, p. 416.

35Philippe de Mézières (1327-1405) est un chevalier picard nourri aux récits de croisade qui fascinent à cette époque les cadets et il est le dernier né d’une famille de douze enfants. Après ses études chez les chanoines de Notre Dame d’Amiens, il participe à ces mouvements de croisades réelles ou avortées quasiment ininterrompues tout au long du XIVe siècle. Après sa participation à la croisade d’Humbert II, celle d’Alexandrie en 1365, il est nommé chevalier après la bataille de Smyrne. Il suivit avec passion son ordre de chevalerie, la Chevalerie de la Passion de Jésus-Christ, qui succéda aux autres ordres de chevaliers croisés. Il fut également chancelier du roi de Chypre, Pierre de Lusignan auquel de profonds liens d’amitié le lient, et il accomplit pour lui de nombreuses missions diplomatiques. Ardent défendeur de la cause des royaumes chrétiens d’Orient menacés par les Turcs, c’est un homme riche d’expériences qui est habilement détecté par Charles V pour diriger l’éducation du dauphin. Sa carrière aventureuse orientale s’arrête pour les débuts d’une aventure politique puis mystique en France. Mais il n’abandonna jamais l’idée de relancer la croisade, en plaidant sa cause auprès des papes en Avignon, sans grand succès. « Comme Philippe de Mézières, Charles V rêvait de cette délivrance de Jérusalem sans jamais l’accomplir51 ». Le rêve demeura à l’état de songe, sans devenir jamais réalité mais Philippe de Mézières demeura à la cour du Roi et bénéficia de sa protection. Le roi Charles V lui assure une pension, puis lui donne domaine et maisons. De 1373 à 1380, il est membre du Conseil du roi Charles V, conseiller aux affaires spirituelles et conseil de tutelle des enfants de Charles V. Ecarté du conseil de régence après la mort du roi et malgré les volontés écrites de Charles V, il se retire alors dans le couvent des Célestins à Paris. Ce chevalier mystique a des aspirations spirituelles plus que politiques. Fervent défenseur, comme Jean Gerson, de la dévotion à la Vierge, il enrichit son culte en introduisant dans les milieux franciscains la fête de la Présentation de Marie au Temple célébrée jusqu’à présent dans l’Église d’Orient. La première « représentation » fut célébrée le 21 novembre 1373 en présence de toute la cour.

  • 52 F. Autrand, Charles VI, ouv. cité, p. 198.
  • 53 P. de Mézières, Le Livre de la vertu du sacrement du mariage et réconfort des dames mariées, ouvra (...)

36L’éducation d’un Prince est pour lui plus spirituelle et religieuse que politique et morale. Il compose Le Songe du Viel Pèlerin en 1389, dans le calme du couvent des Célestins dans lequel il se retire après la mort de Charles V. Il demeure cependant un laïc, très pieux certes, mais sans jamais prendre l’habit. Mais il garde une grande influence sur la politique française. Il est « le théoricien des Marmousets52 » dans le bref intervalle d’accalmie de la folie du Roi avant le déchirement de ses proches. Il écrit ainsi Le Songe du Viel Pèlerin pour asseoir des principes d’un bon gouvernement, ouvrage allégorique mais surtout politique et de propagande en faveur des Marmousets. Ce ne fut guère suivi d’effets, même si, par la suite, Louis d’Orléans « le jeune faucon gentil aux blanches ailes », frère de Charles VI demeurera un familier de Philippe de Mézières et un fidèle des Célestins qu’il dota largement par testament. Ce n’est pas son premier ouvrage, puisque entre 1385 et 1389, il écrit le Livre de la vertu du sacrement du mariage et réconfort des dames mariées53 dans lequel il se présente selon Pierre Yves Bodel comme « un serviteur zélé des princes ».

  • 54 J. Quillet, Charles V le Roi Lettré, essai sur la pensée politique d’un règne, Perrin, Paris, 1984 (...)
  • 55 S. P. Molenaer, Li livres dou gouvernement des rois, a XIIth century french version of Egidiv Colo (...)
  • 56 J. Krynen, Idéal du Prince… ouv. cité.
  • 57 Prier au Moyen Âge, Pratiques et Expériences (Ve - XVe siècles), Textes traduits et commentés sous (...)

37Cet « inconditionnel de Charles V54 » écrit donc un ouvrage directement en langue vernaculaire qui s’inscrit dans la tradition de la littérature politique du Moyen Âge débutant en 1285 avec l’ouvrage de Gilles de Rome, De regimine principum55, composé à la demande de Philippe IV Le Bel. Ces Miroirs des princes sont des manuels didactiques sur l’art de gouverner et de se comporter pour les rois. Ouvrages éthiques, ils se développent au XIIIe et au XIVe siècle à l’instar de l’essor de la théologie morale. Analysés par Jacques Krynen56, ils ont également un pendant au féminin dans les « miroirs des princesses », tels que cités par Nicole Bériou dans Prier au Moyen Âge57.

  • 58 V. Brants, Philippe de Mézières et son projet de banque populaire, 1389, dans Revue catholique de (...)

38Le livre de Philippe de Mézières est un ouvrage complexe, dans la lignée des « Songes » de la littérature didactique du Moyen Âge, forme littéraire convenue qui lui permet de mettre en scène des personnages imaginaires, traités allégoriquement (Vérité, Paix, Miséricorde et Justice) mais référents à des personnalités réelles de la sphère politique (le Pape, le Roi…). Ceux-ci débattent des grands sujets du moment. Composé de trois livres distincts, le premier est le récit du voyage de Reine Vérité en un Avignon à la fois imaginaire et réel empli de péchés que le personnage stigmatise. Le second livre est centré sur le Royaume de France que Vérité, Paix, Miséricorde et Justice visitent. Ce voyage de ces figures allégoriques permet à Philippe de Mézières de dresser un tableau de la société française de son époque avec les trois ordres traditionnels. Le Tiers Livre constitue de fait le Miroir des Princes dans ses codes établis dès le XIIIe siècle. Traité d’éthique morale, Philippe de Mézières rédige un manuel destiné au jeune Charles VI « Beau Cerf », pour gouverner son futur royaume. La structure même de cette œuvre est déterminée selon la logique du découpage de l’échiquier, dont on connaît la valeur symbolique au Moyen Âge. Philippe de Mézières est également l’auteur de nombreux sermons, d’une Vitas Petri Tomasini et d’une Epistre lamentable et consalatoire. Il fut un grand lecteur de Nicole Oresme. Comme lui, il pourfend les ordres mendiants, considère que la richesse est l’une des conditions de la sagesse, condamne l’usure (et les Juifs qui selon lui la pratiquent essentiellement) et développe pour la contrer un projet original de banque populaire58 dans le respect du droit canonique. Le principe de cette « banque populaire » est le suivant. Le Prince offre une somme d’argent à un homme sans enfant sachant lire et compter ; cette précision est importante, car il est impératif que tout prêteur, que tout usurier sache maîtriser le calcul et l’écriture pour tenir ses livres de compte, ce qui, par cette connaissance, en fait un homme déjà hors normes pour l’époque.

39Cet homme, choisi par le Prince, va ensuite prêter cette somme d’argent aux pauvres, en échange d’un gage. Lors de la restitution de la dette, il offre à Dieu le dixième de la somme prêtée, c’est la pratique de l’aumône que Philippe de Mézières qualifie de « Sainte Usure » ou « sainte pratique », association syntagmatique qui peut paraître curieuse pour l’époque. Pour Philippe de Mézières, ces « fonctionnaires » doivent être rétribués, car ce système participe de la lutte contre l’usure telle qu’elle est pratiquée par les Juifs, que Philippe de Mézières abhorre. Mais elle est aussi une réelle reprise en main des œuvres charitables pratiquées par les dominicains et surtout les franciscains. On sait que Philippe de Mézières, qui revêtit l’habit des Célestins à la fin de ses jours, contestait avec virulence les ordres mendiants rivaux entre eux qui avaient pignon sur rue à Paris. Ce devoir d’entraide participe d’un système de gouvernement proche du gallicanisme, qui permet de transférer des tâches des mains des religieux au domaine royal. Ceci permettrait pour Philippe de Mézières de confirmer la puissance de l’État, qui exécute ainsi une mission ecclésiastique traditionnelle au Moyen Âge. Malgré son influence auprès des cercles de pouvoir, cette tentative d’une banque « populaire » ou plutôt royale, amorce d’une banque centrale ne vit pas le jour.

  • 59 Le Songe du Vieil Pélerin, ouv. cité.
  • 60 cité par N. Jorga, Philippe de Mézières et la croisade au XIVe siècle, ouv. cité, p. 417.

40Philippe de Mézières cite Nicole Oresme et le donne en exemple à Charles VI dans Le Songe du Vieil Pelérin59 où il lui recommande de « lire et estudier… les II livres sollempnelz que composa le très sage phillozophe et théologien, maistre Nichole Oresme, evesque de Lisieux, à la requête de ton bon pere, qui fu sage et preudomme. C’est assavoir les livres d’Etiques et de Pollitiques60 ».

41Philippe de Mézières a pour autre point commun avec Nicole Oresme de dénoncer une certaine forme d’astrologie, et toutes formes de sciences occultes auxquelles le jeune Louis d’Orléans pourrait sacrifier… Il s’oppose notamment à l’astrologie pratiquée par Thomas Pisan, astrologue de Charles V et père de Christine de Pisan.

Une chronique hagiographique écrite par « la » femme de lettres du XIVe siècle

  • 61 S. Solente, Christine de Pisan, Paris, Klincksieck, 1969, p. 8.

42Christine de Pisan (1364-1430) fut familière, enfant, de la cour de Charles V. Son père, Thomas de Pisan, médecin originaire de Bologne, fut l’astrologue et le médecin de Charles V, après un parcours universitaire brillant à Bologne et à Venise. Christine de Pisan naquit près de Pise, mais son enfance se déroula à la cour de France, la plus brillante d’Europe. Christine eut une jeunesse dorée, contrastant par la suite avec son existence de veuve sans le sou, n’ayant plus que sa plume pour vivre. La mort du roi Charles V, le 13 septembre 1380, marqua le début du déclin pour la famille des Pisan. Après les largesses prodiguées par le roi Charles V, Thomas de Pisan tomba en disgrâce ainsi que les siens. Il joua un rôle politique certain, même si Christine amplifia et exagéra l’influence de son père auprès de Charles V, par dévotion filiale. Elle-même n’exerça pas de fonction politique à la cour de Charles V contrairement à ses homologues intellectuels masculins, parce que trop jeune et femme. Veuve à 25 ans (1389), après un bon mariage en 1379 avec un gentilhomme picard, Étienne Castel, dont la mort suivit de peu celle de son père en 1390, elle connaît à la suite de ses malheurs, un destin tout à fait original pour la fin du Moyen Âge : vivre plutôt mal que bien de sa plume. C’est au cours de cette période de deuil qu’elle compose l’une de ses plus célèbres ballades, dont ces quelques vers expriment toute sa solitude et ses tourments. Il lui fallut effectivement subvenir aux besoins d’une nombreuse famille, se débattre dans de multiples procès qui l’épuisèrent. Elle dut emprunter et vendit plusieurs de ses biens (« à Philippe de Mézières à Mémorant, Perthes Etrelles, près de Melun, le 14 novembre 139261 »). Mais elle se remit à l’étude des lettres et de l’histoire ancienne pour oublier et trouver ainsi un gagne-pain.

  • 62 Au champ des escritures, IIIe Colloque international sur Christine de Pisan, ouv. cité.
  • 63 P. Y. Bodel, Le Roman de la Rose au XIVe siècle…, ouv. cité et Christine de Pisan, Jean Gerson, Je (...)
  • 64 C. de Pisan, Le Livre du chemin de long estude, Édition critique du ms. Harley 4431/Christine de P (...)
  • 65 C. de Pisan, Le Livre du corps de Policie, éd. Kennedy, Paris, Champion, 1998
    C. de Pisan, Le Livre (...)
  • 66 C. de Pisan, Le Livre de la paix, ed. Charity Cannon Willard, La Haye, 1958.

43Déjà dotée d’une solide éducation par son père, ce qui était rarissime pour une femme à cette époque, son goût pour les lettres s’affina et elle se mit à écrire. Première « écrivaine62 » de langue française, elle écrivit en prose comme en vers et nous a légué une abondante production littéraire et polémique, débattant avec les plus grands esprits de son temps et prenant une part active dans « le » sujet du moment, le débat sur le Roman de la Rose63. Outre son œuvre littéraire et poétique, les ouvrages politiques de Christine de Pisan peuvent se diviser en trois types distincts : d’abord, ceux dotés d’un cadre allégorique où figure l’auteur elle-même en tant que protagoniste et narrateur à savoir Le livre du chemin de Long estude, Le Livre de Mutacion de Fortune, et l’Advision-Christine64. Un deuxième groupe de textes regroupe des appels directs au mécène… Enfin, un troisième groupe d’ouvrages se compose de traités d’éducation destinés pour la plupart à Louis de Guyenne… ». Outre le Livre des fais et bonnes moeurs, il s’agit du Livre de Corps de Policie65, ainsi que du Le Livre de la Paix66. Dédiant ses livres à de nombreux mécènes, princes d’Europe, elle reçut principalement la protection des princes français, d’abord les frères de Charles V, et leur famille, puis celle du duc Jean de Berry. Elle en deviendra la protégée et elle lui dédiera son Livre des faits et bonnes moeurs du sage roi Charles V (1404), puis elle s’adressera au duc d’Orléans, à qui elle destine le Livre de preudhommie (1405-1406).

  • 67 J. Krynen, Idéal du Prince…, ouv. cité, p. 64.
  • 68 Gilles de Rome, Le Livre du gouvernement des princes, trad. franç. du De regimine principum par He (...)
  • 69 Christine de Pisan, Le Livre du corps de policie, ouv. cité.
  • 70 Le Livre du chemin de long estude, Édition critique du ms. Harley 4431/Christine de Pizan, trad ; (...)
  • 71 S. Solente, Christine de Pisan, ouv. cité, p. 82.

44Cherchant et obtenant ainsi protection auprès des princes de l’époque, elle reçut une commande de la part de Philippe le Hardi, frère du roi Charles V en 1402 : composer un traité didactique retraçant la vie de Charles V aux fins d’édification officiellement du dauphin Louis de France, duc de Guyenne, mais aussi de Charles VI, dont les crises de démence se rapprochent. Composé entre janvier et novembre 1404, il est présenté cette même année à Philippe le Hardi avant son décès. Ce livre connut une fortune certaine auprès des lettrés et des princes au-delà de la fin du Moyen Âge. Ce livre où « Charles V est confondu avec la figure du Prince idéal67 » qui est à mi-chemin entre la biographie, l’hagiographie plus exactement, et le traité d’éducation politique du genre du Miroir des princes, s’inspire largement de Gilles de Rome. Christine l’a sans doute lu dans la traduction d’Henri de Gauchi68 jusqu’à s’en inspirer pour des passages entiers… Protégée par de nombreux princes de sang royal, elle reçut même le soutien de Charles VI, et ensuite de son épouse Isabeau de Bavière, qu’elle introduit dans la Cité des dames. Entre 1404 et 1407, Christine de Pisan rédigera Le Livre du Corps de Policie69 reproduisant abondamment des pages du Livre des fais et bonnes meurs. C’est la raison pour laquelle, outre sa datation incertaine, il n’est pas retenu dans le corpus central. Ces poèmes allégoriques en vers70 composés durant la période 1400-1405 figurent quant à eux dans notre corpus élargi, mais le vocabulaire employé, attaché aux grandes figures imagées de ce genre poétique, ne recèle que de très faibles occurrences des champs lexicaux du vocabulaire économique et financier. Christine est plutôt axée sur la ligne politique du Prince, elle prône dans tous ses ouvrages un renforcement de l’autorité du monarque. Sans être tout à fait une théoricienne du politique, Christine est cependant dans la ligne idéologique de ses contemporains masculins. « Elle n’a pas craint de s’attaquer aux plus grandes questions philosophiques et sociales (cause déterminante de l’histoire universelle, morale, défense du sexe féminin, éducation), et ses écrits nous font connaître les idées qui avaient cours de son temps sur ces sujets ;… la langue de Christine est le dialecte de l’Ile de France et ses œuvres nous offrent un excellent exemple du langage parlé à la cour et dans la meilleure société parisienne à la fin du XIVe siècle et au début du XVe siècle71 ».

  • 72 Christine de Pisan, Oeuvres poétiques de Christine de Pisan, éd. Maurice Roy, Paris, Firmin Didot, (...)
  • 73 R. Thomassy, Essai sur les écrits politiques de Christine de Pisan, Paris, 1838.
  • 74 Christine de Pisan, Oeuvres poétiques, ouv. cité.

45La production écrite de Christine de Pisan est donc partagée entre vers et prose, ses œuvres poétiques observant le plus souvent les formes conventionnelles de l’époque, ballades et épîtres72 ; la production prosodique consiste en une littérature « politique » dont l’originalité a suscité débat73 et en des traités essentiellement moraux, sortes de centons laïcs mêlant les Pères de l’Église et les auteurs de l’Antiquité tels que connus au milieu du XIVe siècle. Cette abondante production est dédiée à ses nombreux protecteurs, avec, chez Christine une part d’auto-saisine comme de littérature de commande. Sa longue vie lui permit de vivre tous les bouleversements de cette fin de Moyen Âge mais sans connaître la mort de Jeanne d’Arc. Elle chanta la victoire de celle-ci, dans le Ditié a la Pucelle74, de la paix de son couvent. En effet, Christine de Pisan écrivit à un rythme soutenu jusqu’en 1418, date à laquelle elle se retire au couvent, probablement celui de l’abbaye de Poissy (Yvelines), où sa fille est religieuse. Cette retraite marque la fin de sa carrière d’écrivain et les dernières années de sa vie, qu’elle passe dans ce couvent, sont consacrées à la méditation.

46Le couronnement de Charles VII ne pouvait que satisfaire cet ardent défenseur du pouvoir royal, même si sa pensée politique ne fut pas aussi conceptualisée que celle de ses contemporains. Christine de Pisan conçut son œuvre comme une véritable entreprise, et pas seulement littéraire et poétique. Elle apporta un soin particulier à la confection et à l’enluminure des exemplaires destinés aux princes, ses protecteurs. La diversité de son œuvre démontre effectivement qu’elle sait tout faire, tout écrire et… tout recopier.

  • 75 Christine de Pisan database, http://www.arts.ed.ac.uk/french/christine/cpstart.htm.
  • 76 J. Blanchard et M. Quereuil, Lexique de Christine de Pisan, Paris, Klincksieck, 1999 (Matériaux po (...)
  • 77 M. J. Pinet, Christine de Pisan, Paris, 1927.
  • 78 S. Solente, À propos d’un livre récent sur Christine de Pisan, Revue Belge de Philologie et d’hist (...)
  • 79 Le Songe du Vergier, ouv. cité.

47Christine de Pisan est au cœur des études des médiévistes avec la vigueur des études christiniennes75 et l’étude stylistique, sémantique76 et littéraire de ses œuvres. La biographie de M. J. Pinet77, a été complétée par Suzanne Solente, éditeur du le Livre des fais et bonnes meurs78. Dans la logique de l’analyse diachronique, ne sont retenues dans le corpus élargi que les œuvres de Christine écrites jusqu’en 1405. Christine n’est pas exactement la contemporaine de Nicole Oresme, ses principales œuvres se situent après sa mort. Il n’est pas certain qu’elle ait connu Evrart de Tremaugon, auquel est attribué le dernier ouvrage de notre corpus central, Le Songe du Vergier79 mais elle partage avec lui la même conception de l’affirmation de la puissance royale sans concurrence et sans partage.

Un livre politique de commande rédigé par un clerc canoniste

  • 80 L’édition de Mme Schnerb- Lièvre comporte l’édition française. Nous renvoyons à son introduction e (...)

48Le Songe du Vergier, dont une première version fut écrite en latin, Somnium Viridarii80 en 1376, est une commande expresse de Charles V, voulant retranscrire les débats du temps et asseoir son autorité face au Pape.

  • 81 Cette expression empruntée à J. Quillet, Charles V, ouv. cité p. 65 est la seule qui nous paraisse (...)
  • 82 F. Autrand, Charles V…, ouv. cité p. 669.

49Cet ouvrage, rempli de maximes et de règles de droit canonique et de décrétales dont il use et abuse, est le seul parmi ces « manuels de gouvernements81 » du corpus central à débattre autant des relations entre l’Église et l’État ; son auteur, Evrart de Tremaugon, est un clerc enseignant le droit canon à la faculté de Paris. Il reçut même une rémunération de « conseiller et maître de requêtes de l’Hôtel, avec 600 francs de gages annuels82 » pour spécifiquement écrire cet ouvrage, reflet des débats politiques du temps sur le gallicanisme. Ceci explique sans doute que l’auteur n’écrivit pas d’autres ouvrages en français par la suite mais qu’il est probablement le traducteur de son propre texte latin. La traduction en français fut terminée en 1378 et présentée au roi Charles V. Avec le Traictié de la première invention de Nicole Oresme, c’est le seul ouvrage que le souverain lut, les autres œuvres étant postérieures à sa mort. Mais avec la traduction et le commentaire de la Politique d’Aristote du même Nicole Oresme, ces œuvres parallèles dans l’axe diachronique assoient les débuts de la science politique et économique rédigée en français.

50Pour étayer l’étude du vocabulaire économique et financier du corpus central, et afin de traiter de l’originalité de ces quatre œuvres dans la pensée politique et « économique » du temps, quoique le mot ne convienne pas au Moyen Âge, il paraissait pertinent de recourir à un corpus élargi d’ouvrages en langue française, ainsi que des traductions en français ordonnées par Charles V, qui fut un ardent promoteur de la langue française.

Délimitation du corpus élargi

51Pour conserver une cohérence diachronique, en lien logique avec les ouvrages originaux de base et avec les faits de l’histoire politique et économique, il a donc été décidé d’encadrer la période entre les premières et dernières dates de conception des ouvrages, à savoir 1355 pour le Traité sur l’invention des monnaies de Nicole Oresme et 1405 pour Le livre des fais et bonnes mœurs du sage roi Charles V de Christine de Pisan. L’objectif mené par l’auteur de cette étude a été de dépouiller sinon l’intégralité en tous les cas une majorité des productions écrites et traduites en langue d’oïl sur la période 1355-1405 éditées aux XIXe et XXe siècles. Les sources, pour la recherche du vocabulaire économique et financier, ont été classées selon leur nature et leur destination.

Les traductions recensées

  • 83 A. Lombard-Jourdan, « Montjoie et Saint-Denis », Le centre de la Gaule aux origines de Paris et de (...)

52Charles V fut le premier souverain à promouvoir la langue française. Entouré d’intellectuels, de clercs plus exactement, il leur donna pour mission – le plus souvent rémunérée – de traduire les textes fondateurs des courants de pensée au Moyen Âge issus des sources antique et chrétienne. Les présentations de ces traductions par leurs auteurs ont aussi donné lieu à une iconographie très élaborée, dans de superbes manuscrits destinés à enrichir la magnifique bibliothèque de Charles V. Les principaux traducteurs de Charles V furent Philippe de Vitry, le traducteur d’Ovide et le correspondant de Pétrarque, Pierre de Bressuire, qui traduisit Tite-Live, Evrard de Conty, médecin du roi et traducteurs des poèmes d’Aristote, L’Hospitalier Simon de Hesdin, traducteur de Valère Maxime, et bien sûr Raoul de Presles qui traduit La Cité de Dieu de Saint Augustin. « Rompu à la lecture du latin et du grec, possédant une bonne connaissance de la littérature ancienne, Raoul de Presles était, parmi la troupe de savants dont avait su s’entourer Charles V, le seul, sans doute, à être laïc ; aussi était-il moins tenu, sur certains sujets délicats, à la réserve observée pour les ecclésiastiques. Il possédait une bibliothèque très importante pour l’époque et avait assimilé ce qu’elle contenait83 ». Raoul de Presles est emblématique de l’esprit « Charles V » des intellectuels de cette période qui, avant la Renaissance, renouent avec les sources antiques, avec même pour Raoul de Presles, un goût certain pour une certaine forme d’archéologie grâce aux vestiges romains et gaulois encore nombreux en région parisienne. Premières traductions du latin et du grec en français, ces œuvres connurent une diffusion remarquable dans les milieux intellectuels au-delà du Moyen Âge, le succès durant pratiquement sous tout l’Ancien Régime.

53Ces traductions, par leur impact et leur diffusion nous paraissent avoir une mention dans le corpus élargi de nos textes, ainsi que le texte fondateur du christianisme, la Bible, traduite en langue vulgaire dès le XIIIe siècle mais retraduite ensuite toujours sous l’impulsion de Charles V. L’ensemble de ces traductions des textes fondateurs de la Chrétienté furent stabilisées et demeurèrent sans grandes modifications ensuite : elles furent diffusées pendant pratiquement toute la durée de l’Ancien Régime.

  • 84 A ce sujet voir D. Ancelet-Netter, « Dettes et débiteurs dans le Notre Père », Revue Transversalit (...)
  • 85 J. Subrenat, « Quatre Paternostres parodiques » dans La prière au Moyen Âge », CUERMA, Aix-en-Prov (...)

54Les traductions de la Bible étaient quant à elles réservées aux seules élites et à la fin du XIVe siècle, au seul Roi, devant l’inquiétude doctrinale de l’Église. En revanche, le peuple continue d’avoir une instruction religieuse orale des textes bibliques, et des prières de la liturgie, en particulier, pour réciter le Notre Père. Cette prière, l’une des plus usitées et diffusées au Moyen Âge en langue vernaculaire, le « Pater Noster » dans sa version « longue » (Matt. 6) par rapport à celle de Luc 11-2-4 comporte deux mots du vocabulaire économique et financier (« dettes » et « débiteurs »), qui furent au cours des siècles remplacés par « offenses » et « ceux qui nous ont offensés »84. La version parodique établie par les goliards notamment atteste au Moyen Âge de son succès et de sa diffusion85.

55Or le concept de « dette » est au cœur de ce débat théologique médiéval, aux accents économiques, focalisé sur l’usure et sa condamnation. Les premières réflexions économiques médiévales sont des discussions théologiques sur l’usure qui deviennent un corpus législatif. Sémantiquement, les lexèmes « dette » et « débiteur » sont représentatifs de la polysémie du champ lexical du vocabulaire économique, avec cette constante dualité entre les sphères morale et financière. En effet, pour Alain Boureau, la spiritualité de l’homme médiéval est renforcée dans le concept de dettes infinies envers Dieu, le trésor des grâces fonctionnerait alors comme une sorte de chambre de compensation. Marquée par l’influence franciscaine, la diffusion de ces thèses renforce encore les liens conceptuels entre spiritualité chrétienne et vision des échanges économiques sur les mêmes thèmes centraux de la dette et de l’impôt. Et c’est parmi les franciscains que l’on compte nombre de prédicateurs qui participent de la diffusion orale des textes sacrés en langue vernaculaire.

  • 86 S. Berger, La Bible française au Moyen Âge, Étude sur les plus anciennes versions de la Bible écri (...)

56En effet, les traductions et les gloses de la Bible en vigueur dans la période 1305-1405 sont réservées aux seules élites. Le XIIe siècle n’ayant encore produit aucune traduction complète de la Bible, l’Université de Paris, aiguillonnée par les franciscains, dans leur logique de prédicateurs et de « vulgarisateurs » de la parole sacrée, établit une version unique de la Bible au XIIIe siècle. Selon Samuel Berger86, « à la mort de Charles V, la puissance productive de la littérature biblique est à peu près épuisée. Il existe fort peu de textes en langue française qui soient postérieurs à l’an 1380 ». Charles V, dans son élan traducteur, commanda des traductions de la Bible, dont une est attribuée à Nicole Oresme.

  • 87 La Bible de Jehan Malkaraume, éd. J.R. Smeets, Assen 1978 et éd ; W. Lourdeaux et D. Verhelst, Leu (...)
  • 88 La Bible de Macé de la Charité, Leyde
    I. Genése, Exode, éd. J.R.Smeets, 1967
    II. Lévitique, Nombres, (...)
  • 89 Les Bibles en français, Histoire illustrée du Moyen Âge jusqu’à nos jours, sous la direction de P. (...)
  • 90 F.Rapp, L’Eglise et la vie religieuse en Occident à la fin du Moyen Âge, PUF Paris, 1971, p. 325.

57La Bible de Jehan Malkaraume87, La Bible de Macé de la Charité88 et la Bible Historiale de Guyard des Moulins – qui mixée avec la Bible du XIIIe siècle fut la seule qui eut « une très large diffusion au Moyen Âge89 » sont de la fin du XIIIe siècle. Cependant, dans la continuité d’un ancien travail de traduction de la Bible, Raoul de Presles, sur ordre de Charles V, revisita le travail de Guyard des Moulins. Ce chanoine d’Artois entre 1286 et 1289 s’était inspiré déjà de l’Historica scolastica de Pierre Comestor en 1170, traduction libre, en latin, de faits historiques de la Bible ainsi que des textes apocryphes. Il établit ainsi un texte en ancien français, dont Raoul de Presles s’inspira largement. Ces Bibles, magnifiquement illustrées figurent d’ailleurs en bonne place dans la célèbre librairie de Charles V. Les versions en langue vulgaire de la Bible sont condamnées par l’Église, d’autant plus que ces premières traductions coïncidaient avec l’hérésie vaudoise. « Les autorités ecclésiastiques commencèrent alors à s’inquiéter. Elles promulguèrent des interdictions ou créèrent des services de censure. Elles le firent d’abord en Angleterre, où l’hérésie semblait menaçante et s’appuyait sur une version en vulgaire de la Bible, en Allemagne ensuite, le berceau de l’imprimerie dont le flot de productions charriait, pensait-on, le pire et le meilleur90 ». Ces bibles en langue vernaculaire n’ont fait que peu l’objet d’éditions savantes, elles sont recherchées pour leurs miniatures ou leur calligraphie, évidemment somptueuses. C’est la raison pour laquelle, outre le fait qu’elles excédent notre axe diachronique, nous ne pouvons les retenir dans notre corpus. Cependant, pour une bonne compréhension de la place de l’argent dans l’Occident chrétien, il faut également mentionner les thèmes transversaux économiques et financiers dans les textes bibliques.

  • 91 J.Ferry, M.Gilbert, E. Herr, E. Perrot, J.Taylor, Bible et économie, Servir Dieu ou l’argent, Pres (...)

58Quels sont les thèmes utilisés à la fin du Moyen Âge ? « La Bible est précisément une littérature susceptible de dévoiler quelques-uns des sens possibles de l’argent… Au détour, le lecteur aura remarqué le nombre élevé d’occurrences où Jésus parle d’argent : parabole de la drachme perdue, parabole des ouvriers de la onzième heure autour d’un denier, parabole des talents, paraboles des mines, paraboles du bon Samaritain et ses deux pièces d’argent, le didrachme en guise d’impôt du Temple, le tribut à César etc. Pour les Évangiles, l’argent revêt un sens, qui, manifestement, dépasse largement sa valeur monétaire91 ».

  • 92 Consultable sur le site http ://www.enluminures.culture.fr/documentation/enlumine/fr/index3.
  • 93 cité par F.Autrand, Charles VI, ouv. cité p. 374
  • 94 R. de Presles, introduction à la traduction de La Cité de Dieu de Saint-Augustin, dans Paris et se (...)
  • 95 D. Foulechat, Le Policratius de Jean de Salisbury (1372), éd. C. Brücker, Genéve, 1994.

59L’autre ouvrage majeur de la Chrétienté au Moyen Âge est la Cité de Dieu de Saint-Augustin. Sa première traduction en français, comme nous l’avons déjà évoqué, a été demandée par Charles V à Raoul de Presles en 1375. Raoul de Presles (1316-1383) est le fils du secrétaire de Philippe le Bel, l’un de ses intimes du roi de fer, mais que son fils Louis XI le Hutin fît emprisonner. Maître des requêtes sous Charles V, cet avocat, qui se pique de belles lettres et de poésie, a été immortalisé dans une célèbre miniature92, où il offre la traduction de la Cité de Dieu à son souverain. Cette traduction entame ainsi une longue carrière de célébrité. En 1398, Louis d’Orléans, frère du Roi Charles VI, « paie dix francs au collège de Presles pour louer la Cité de Dieu93 ». Cette traduction94 ne sera pas utilisée dans notre corpus de textes élargi malgré son importance car elle n’a pas fait l’objet d’une édition récente au moment de notre rédaction. Nous avons choisi de ne pas recourir au texte de Saint-Augustin dans sa traduction contemporaine, afin de respecter les critères de notre corpus de moyen français. Le Policratius de Jean de Salisbury, autre auteur influent de la Chrétienté, humaniste anglais, ami de Thomas Becket, fit quant à lui l’objet d’une traduction que le franciscain Denis Foulechat95, effectua en 1372 sous l’ordre de Charles V. Le Policratius de 1159 est l’un des tous premiers Miroirs des Princes connus au Moyen Âge. Ainsi dénomme-t-on les Traités d’éducation et de science politique médiévaux, rédigés tant en latin qu’en langue vernaculaire.

  • 96 A. D. Menut, Maître Nicole Oresme : Le Livre des Ethiques d’Aristote, with a Critical A.D. Introdu (...)

60Dans notre corpus de traductions ordonnées par Charles V, Aristote figure à double titre : c’est Nicole Oresme qui a entrepris les traductions96 et l’influence d’Aristote au Moyen Âge fut déterminante dans les courants intellectuels et spirituels du temps.

  • 97 « Extrait du compte du trésorier François Chanteprime : « À Nicole Oresme, doyen de l’église Notre (...)
  • 98 S. Luce, La France pendant la guerre de Cent ans, ouv. cité.
  • 99 Idem, p. 199.

61Moyennant finances97, Nicole Oresme entreprit la traduction de l’Éthique et de la Politique d’Aristote. Dans sa traduction de l’Éthique, il ajoute même un glossaire pour expliciter en français les notions abstraites contenues dans le texte d’Aristote. Dans sa double démarche de traducteur et de vulgarisateur, Nicole Oresme sublime l’œuvre de Charles V, qui agit en commandant ces traductions, non pas en mécène privé et féru d’érudition, mais en Prince soucieux du bien de son royaume. En effet, pour Siméon Luce98, Charles V lut avec attention l’ensemble des traités d’Aristote dans la traduction de Nicole Oresme et il s’en inspira pour « le gouvernement et l’administration de son royaume99 ».

Les textes religieux, théologiques et moraux en français

62La prégnance du discours théologique de l’Église catholique romaine dans la vision du monde et des réalités économiques est telle que les sources théologiques et religieuses en moyen français de notre période ont été exploitées, en sachant que la majorité d’entre elles est malgré tout en latin, ce qui réduit le champ d’investigation.

  • 100 J. Gerson, Œuvres complètes, Introduction, texte et notes par Mgr Glorieux, volume VII, L’œuvre fr (...)

63L’œuvre française de Jean Gerson100 rentre dans ce corpus élargi, même si certains sermons sont postérieurs de quelques années à l’axe diachronique délimité ; le sermon « Contre l’avarice » constitue un texte de choix pour la recherche du vocabulaire économique et financier. Jean Gerson, chancelier de l’Université de Paris, est un auteur privilégié à cause de son influence sur la pensée théologique et politique de son temps.

  • 101 Ad prefulgidum sapinencie culmen prolem regis inclitam provehere, L’intiation des dauphins de Fran (...)

64De son vrai nom Jean Charlier, Jean Gerson est né, dans la Marne au sein d’une famille de paysans aisés, dans la commune de Gerson ; élève boursier de Pierre d’Ailly au Collège de Navarre, il le remplaça comme chancelier de l’Université de Paris en 1395. Il s’impliqua très vaillamment dans une solution diplomatique pour en finir avec le Grand Schisme de l’Église catholique et romaine. Mais ses positions de conciliation modérée lors du concile de Constance en 1415 lui valurent l’hostilité du Duc de Bourgogne, et un exil forcé en Autriche, puis à Lyon, où il passa les dix dernières années de sa vie. Il mourut en 1429 chez les Célestins auprès desquels il s’était retiré. Principal débatteur et contradicteur dans le débat sur Le Roman de la Rose, c’est aussi, dans sa période parisienne, un prédicateur s’adressant à tous. Moraliste, il est l’introducteur en France de la dévotion à l’ange gardien pour la vulgarisation de la piété pour les plus simples. Il rédigea ainsi à l’intention de ses sœurs recluses un traité spirituel « accessible » et en français, La Montagne de Contemplation. Mais il est aussi l’auteur de traités pour l’éducation des dauphins de France, tant pour le futur Charles VII que pour le futur Louis XI, fils de Charles VII101. Il partage ainsi avec Philippe de Mézières qui fut le précepteur du futur Charles VI, un même souci d’éducation politique et religieuse des princes pour les conduire à la sagesse nécessaire dans l’exercice de leurs fonctions.

  • 102 G. Di Stefano, L’œuvre oratoire de Jean de Courtecuisse, Turin, 1969.

65L’œuvre oratoire de Jean Courtecuisse102, l’un des prédicateurs de renom de l’Université de Paris, a été incluse ainsi que les textes de prédications en langue vernaculaire glanés au cours de la recherche. Mais ces textes de prédication, avec les fameux exempla ont été conservés en très faible nombre pour notre période concernée.

  • 103 S. Sandqvist, Trois contes français du XIVe siècle tirés du recueil intitulé Le Tombel de Chartros (...)
  • 104 Guillaume de Digulleville, Le Pèlerinage de vie humaine, éd. J.J. Stürzinger, Londres, 1893.

66Dans la lignée de l’édification religieuse des fidèles, les contes pieux furent un outil au service des prédicateurs. Le Tombel de Chartrose103 et surtout Le Pèlerinage de vie humaine de Guillaume de Digulleville104 constituent un échantillonnage de textes à vocation dévote. L’écriture de ce dernier texte est improbablement située entre 1330 et 1358, aux franges de l’axe diachronique retenu, mais le texte fut possédé par Charles V, qu’il fait copier et illustrer pour enrichir sa bibliothèque. Ce texte, dans la lignée des voyages au Paradis que firent quelques appelés, nous ait apparu utile, même s’il se situe aux limites de notre axe diachronique, pour les descriptions allégoriques notamment de « Avarice », figure effrayante rencontrée par le pèlerin. Ce texte eut un retentissement considérable, au Moyen Âge, grâce aux magnifiques miniatures illustrant certains manuscrits.

  • 105 P. Rézeau, Répertoires d’incipit des prières françaises à la fin du Moyen Âge, Paris, 1986
    P. Rézea (...)

67Par ailleurs, quelques prières en moyen français105 et quelques proverbes tels que collationnés par J. Morawski nous sont apparus comme pouvant contribuer à un éclairage de sens sur certains lexèmes quand ils étaient employés.

  • 106 Le Mesnagier de Paris, Texte édité par Georgina E. Brereton et Janet M. Ferrier, Traduction et not (...)
  • 107 Le Livre du chevalier de la Tour Landry pour l’enseignement de ses filles, éd. Anatole de Montaigl (...)

68Pour parfaire l’échantillonnage des textes d’édification, deux ouvrages, l’un rédigé par un bourgeois106, l’autre par un noble107, nous permettent de sérier – y compris dans les détails de la vie quotidienne – les différentes utilisations des lexèmes du champ lexical du vocabulaire économique et financier.

  • 108 A.M. De Gendt, L’Art d’éduquer les nobles damoiselles, le Livre du Chevalier de la Tour Landry, Ho (...)
  • 109 Idem, p. 170-171.

69Le Livre du chevalier de la Tour Landry pour l’enseignement de ses filles fait partie intégrante de ces nombreux traités d’éducation de la fin du Moyen Âge, ouvrages de pédagogie à l’image des Miroirs des Princes mais destinés à une population féminine, aux fins de les initier aux principes domestiques de tenue d’une bonne maison « oikonomia » mais aussi pour « les préserver des dangers d’un monde corrompu108 ». Mais, contrairement au Mesnagier, l’ouvrage recèle peu d’indications d’ordre réellement pratique et insiste beaucoup plus sur les vertus domestiques à pratiquer et la conduite à tenir. Cet ouvrage est aussi le reflet du strict découpage de la société entre les trois ordres féodaux et il exalte bien sûr les vertus nobiliaires, face aux valeurs bourgeoises. « La montée de la classe bourgeoise et le développement d’une économie monétaire dans les derniers siècles du Moyen Âge font que ce péché (l’avarice) est attaqué plus souvent et avec plus de violence dans cette période-là… Abstraction faite des motifs religieux qui ont inspiré l’auteur, la condamnation de l’avarice ne nous semble pas être vraiment le reflet des changements économiques de la fin du Moyen Âge, mais plutôt celui de l’idéologie de la classe nobiliaire109 ».

70Peur de l’argent et méconnaissance, voire indifférence quant aux mécanismes économiques, sont l’apanage des traités d’éducation. L’économie au sens contemporain du terme n’est pas un sujet digne d’attention, pour pratiquement tous les auteurs, y compris les chroniqueurs.

Les chroniques et journaux

  • 110 Chroniques du Mont Saint-Michel, (1343-1468), éd. S.Luce, Paris, 1879 et 1883.
    Chroniques des quatr (...)
  • 111 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, Les Grandes Chroniques de France, éd. R. Dela (...)

71Dans ce corpus sont comprises les chroniques, dont la date de rédaction peut être située dans l’axe diachronique choisi, et avec le filtre supplémentaire de la diachronie relatée soit les faits décrits dans la période 1355-1405 pour les chroniques officielles110, comme pour les chroniques que nous avons qualifiées de « privées ». Charles V confie à Pierre d’Orgemont la rédaction des Grandes Chroniques de France111, et en français, rupture déclarée avec les chroniques historico-hagiographiques des religieux de Saint-Denis. De toutes les chroniques officielles ou commandées, ces dernières sont également destinées à justifier l’œuvre de Charles V comme à la relater. Il ne peut être question au Moyen Âge d’objectivité dans son acception moderne pour les historiens. Les chroniqueurs ne se perçoivent pas comme des historiens mais comme des témoins retraçant la marche du monde, qu’ils interprètent autant qu’ils la relatent.

  • 112 J. Froissart, Chroniques, Livre I, Le Manuscrit d’Amiens, bibliothéque municipale no 486 édité par (...)
  • 113 E. de Monstrelet, Chroniques, éd. Douët d’Arq, Paris, 1857-1862.
  • 114 J. Le Bel, Chronique de Jean le Bel, éd. J. Viard et E. Déprez, Société de l’Histoire de France.

72Dans les chroniques « privées », se situent notamment les chroniques de Froissart112, d’Enguerrand de Monstrelet113, de Jean le Bel114 pour les plus connues d’entre elles.

  • 115 N. Chareyron, Jean Le Bel, Le Maître de Froissart, Grant Imagier de la Guerre de Cent ans, De Boec (...)
  • 116 Idem, p. 159.

73Jean le Bel est un clerc : d’origine noble, il devint chanoine de la cathédrale Saint-Lambert, de Liège ; il fut aussi dans l’armée anglaise d’Édouard III, aux côtés de son protecteur et ami, Jean de Beaumont, fils du comte de Hainaut. Nicole Chareyron115 dans son ouvrage sur Jean Le Bel démontre point par point l’apport considérable de ce clerc à Froissart. Ses Vrayes Chroniques, écrites à la demande de Jean de Hainaut décrivent les débuts de la Guerre de Cent Ans en couvrant les années 1329-1357, ont été rédigées entre 1351 et 1362. « Jean le Bel analyse lucidement en termes économiques les guerres de son temps. S’il rêve encore d’une société fondée sur le service, l’honneur fidèle et le dévouement (a-t-elle jamais existé ?), il constate que le monde n’est plus celui des romans arthuriens116 ». Et comme les autres chroniqueurs, il ne voit que la partie immergée de l’iceberg économique à savoir les impôts et les mutations monétaires, qu’il condamne et qu’il amalgame. Œuvre d’une valeur historique de tout premier plan, les Vrayes Chroniques seront largement utilisées par Jean Froissart qui les évoque dans la première version de ses Chroniques.

  • 117 Chronique normande, éd. E. Molinier, Paris, 1882.

74La Chronique normande117 du XIVe siècle a été rédigée entre 1368 et 1372 par un auteur resté inconnu à ce jour, sans doute un laïc, petit noble normand ou officier d’administration. Cette vision régionale des événements de notre axe diachronique est bien évidemment centrée sur l’histoire normande : la langue utilisée est le moyen français sans particularisme linguistique régional normand marqué.

75La Chronique des quatre premiers Valois a été composée par un auteur anonyme normand, peu favorable à Charles V au point de soutenir les positions d’Etienne Marcel. Composée dans la deuxième moitié du XIVe siècle, cette chronique fait un large écho à la Jacquerie, qu’elle fustige, tout en faisant paradoxalement l’éloge de Guillaume Carle, chef des révoltés.

76Jean Froissart est né à Valenciennes en 1337. Poète à la cour des comtes de Hainaut, il suivra après 1361, Philippa de Hainaut, à la suite de son mariage avec le roi Édouard III. Différentes missions diplomatiques en Écosse, en France ou en Italie lui furent confiées, jusqu’à la mort de sa protectrice en 1386. Revenant dans son pays natal, sous la protection protégé du duc Wenceslas de Brabant, frère de l’empereur Charles IV, il rédige sur commande en 1373 le premier livre des Chroniques. Voyageant dans toute l’Europe, il trouve matière à la rédaction et au remaniement de ses Chroniques. À la demande d’un autre protecteur, Gui de Châtillon, comte de Blois, il remanie le premier livre des Chroniques et entreprend la rédaction du deuxième. Le troisième livre est composé à la suite d’un voyage au Béarn (1389). Revenu en Hainaut, il rédige son quatrième livre des Chroniques et réécrit entièrement le premier. Il meurt après 1404.

77Les quatre livres des Chroniques ont donc connu des rédactions successives, le texte initial étant enrichi par Froissart à la suite de ses voyages, de ses rencontres et de ses lectures. Le concept d’œuvre originale n’existe pas au Moyen Âge, la perception des droits d’auteur encore moins, Froissart n’hésite pas à faire de nombreux emprunts à des chroniqueurs dont nous n’avons peut-être pas gardé trace. Les récits oraux ont pu aussi enrichir sa prose. Le premier livre suit les événements jusqu’en 1369, 1372 ou 1377, en fonction de la date de l’élaboration. Rédigé en 1387 en deux versions, le deuxième livre enregistre les faits survenus jusqu’en 1385, insistant surtout sur les troubles de Flandre, sur la mort du roi Charles V et de son connétable, le preux Bertrand Du Guesclin. Achevé entre 1390 et 1392, le troisième livre est consacré essentiellement au voyage entrepris par Froissart au Béarn, à la cour du comte de Foix, Gaston Phébus, afin de constater sur place les effets de la guerre. Enfin, le quatrième livre, dont la rédaction finale est à situer entre 1398 et 1400, présente le début du règne de Charles VI, tout en élargissant la perspective vers les événements les plus importants qui se déroulent en Europe, en Espagne, mais aussi à l’Est, en Hongrie ou en Bulgarie, s’interrogeant sur les causes de la défaite des croisés face aux Turcs à Nicopolis (1396). Écrit pour garder en mémoire les

« grans mervelles et biau fait d’armes, liquel sont avenu par les gerres de France et d’Angleterre et des roiaulmes voisins »

78le texte est destiné « a la fin que tout baceler qui ainment les armes s’i puissent exempliier », les Chroniques de Froissart sont moins tant le reflet d’une époque que celui d’un état d’esprit, presque d’une idéologie, celle de la chevalerie conquérante et sans défaut.

  • 118 G.Diller, Attitudes chevaleresques et réalités politiques chez Froissart, 1984.

79À la différence de ses contemporains, clercs savants avant d’être nobles, Froissart se concentre sur les évènements guerriers, diplomatiques, sur la vie des têtes couronnées. Son « journalisme médiéval » se rapprocherait plus de la rédaction des tabloïds consacrés à la vie des grands de ce monde plutôt qu’à des enquêtes de société relatant la vie politique mais aussi la condition des plus démunis. Cependant Froissart émet des jugements sur les évènements qu’il relate, surtout dans son quatrième livre. Témoin de son temps, « gardien du temple » de la chevalerie, historien didactique, poète épique, Froissart est à la croisée de toutes ces attitudes et son style s’en ressent. Comme l’observe G. Diller, un des éditeurs de Froissart, « le chroniqueur décèle maintenant la dissimulation, la ruse et l’intérêt personnel derrière le geste héroïque, autrefois admirable et exemplaire118 ».

80En revanche, les faits économiques, mis à part ceux directement liés à la guerre (Froissart est très prolixe sur le montant des rançons et autres appatis) ne sont guère relatés dans les Chroniques de Froissart. Beaucoup plus tardive, la Chronique d’Enguerrand de Monstrelet a été rédigée de 1400 à 1442. Afin de respecter la cohérence de l’axe diachronique, seules les années 1400 à 1405 ont été incluses dans notre corpus. L’auteur se présente dans le prologue comme le continuateur de Froissart. Percepteur au service du duc de Luxembourg, puis prévôt et enfin bailli, ce cambrésien d’origine noble rédige ses Chroniques pour la maison de Luxembourg et défend de ce fait les points de vue du parti bourguignon. Enguerrand de Monstrelet (mort en 1453), un proche du comte de Saint-Pol, déclare explicitement dans sa Chronique en deux livres, couvrant la période qui va de 1440 à 1444, être son continuateur :

« Et commencera cette présente chronique au jour de Pâques communiaux l’an de grace 1400, auquel an finit le dernier volume de ce que fit et composa en son temps ce prudent et tres renommé historien, maître Jean Froissart ».

  • 119 N. de Baye, Journal, éd. A. Tuetey, Paris, 1885-1888.

81L’axe diachronique retenu ne permet pas en dépit de son intérêt de retenir le journal de Nicolas de Clamanges ; en revanche, une partie du Journal de Nicolas de Baye119 sera incluse dans le corpus élargi ainsi que des journaux anonymes même si leur tenue appartient au domaine de l’exception au Moyen Âge. Nicolas de Baye tient la plume de greffier du Parlement de Paris du 19 novembre 1400 au 12 novembre 1416. La relation des faits est précieuse pour la connaissance de la vie du Parlement ainsi que des crimes et délits que celui-ci juge.

Les livres de comptes des marchands

  • 120 A. Tuetey, Testaments enregistrés au Parlement de Paris sous le règne de Charles VI, Mélanges hist (...)

82Les livres de comptes des marchands, ainsi que leurs testaments120 ont été pris en compte dans la mesure où bien sûr ils sont écrits en langue vernaculaire et non en latin.

83Dès 1350, les écritures publiques et privées se multiplient : livres de comptes des marchands, des artisans avec les comptes de construction, documents fiscaux, judiciaires et notariés qui sont aussi le reflet de l’économie marchande de cette fin de Moyen Âge.

  • 121 A. Blanc, Le livre des comptes de James Olivie, marchand narbonnais du XIVe siècle, Paris, Picard, (...)
  • 122 Ed. Forestié, Le livre de comptes des frères Bonis, marchands montalbanais du XIVe siècle, Paris-A (...)

84Les clercs instruisirent progressivement les marchands dans la langue vernaculaire et l’abandon du latin dans la tenue des livres de comptes fut progressif. Plusieurs d’entre eux, dans leur version imprimée ont été utilisés. Il s’agit du livre des comptes de James Olivier121, et de celui des frères Bonis122. Ce livre de compte est écrit en franco-provençal, il regroupe les comptes pluridisciplinaires de cette génération de marchands. Comme tous les marchands au Moyen Âge, les frères Bonis font commerce de toutes denrées, de préférences rares et chères. Ils sont fruitiers, épiciers, marchands d’étoffe, d’armures, de bijoux, de bougies… Mais ils ont aussi une activité strictement financière de banquiers, de prêteurs sur gages mais aussi de collecteurs d’impôts et remplissent des fonctions de notaire dans le cadre des successions.

  • 123 Le Livre de comptes, 1395-1406. Guy de la Trémoille et Marie de Sully, publié d’après l’original p (...)

85Le Livre de comptes de Guy de la Trémoille et Marie de Sully123 est un autre exemple de livre de compte mais avec une autre perspective. C’est le registre de comptes de la veuve d’un grand seigneur, avec l’état de ses revenus (dont les pensions reçues) et les dépenses de la vie journalière de son hôtel. Comme pour le livre de comptes des frères Bonis, nombre de denrées de luxe y figurent, les seigneurs achetant aux bourgeois les denrées et autres objets précieux nécessaires à leur train de vie et à la tenue de leur rang.

  • 124 E. Fournial, M. Gonon, Comptes de la réparation du donjon et de la construction de la Chambre des (...)

86Une autre catégorie de comptes seigneuriaux a été utilisée avec les comptes de la réparation du donjon et de la construction de la Chambre des comptes de Montbrison124. À l’image des comptes tenus par les Rois de France, le seigneur de Montbrison fait effectuer une tenue scrupuleuse de ses comptes de construction par le comptable Pierre Serrer. La particularité de ce compte réside dans les quelques exceptions à la règle de la tenue des comptes en monnaie de compte (livre, sou, denier). Tout à fait exceptionnellement, Pierre Serrer enregistre des monnaies réelles comme le blanc, le sesterce, le gros et le franc mais donc l’équivalence à une livre lui valut une destinée bien provisoire au Moyen Âge de monnaie de compte.

  • 125 Denis Cailleaux, « Les comptes de construction des célestins de Sens », 1477-1482 in Pierre et mét (...)

87À l’exemple des seigneurs, les communautés monastiques tenaient aussi des livres de comptes, tant pour leurs dépenses et revenus quotidiens, que des livres spécifiques pour la construction de leurs bâtiments conventuels. Denis Cailleaux a publié les comptes de construction des Célestins de Sens125 mais l’époque de 1477-1482 est au-delà de l’axe diachronique choisi. Ce texte est intéressant à signaler car peu de comptes monastiques médiévaux ont fait l’objet d’édition. Pour l’étude de notre vocabulaire, elle permet d’étayer, si besoin en était la permanence de la monnaie de compte pour tout le Moyen Âge.

  • 126 Douët d’Arcq, Comptes de l’Argenterie des rois de France au XIVe siècle, Table des mots techniques(...)
  • 127 Les Chambres des comptes en France aux XIVe et XVe siècles, Textes et documents réunis par Philipp (...)

88Nous avons utilisé les éditions savantes au XIXe siècle126 des comptes de l’Argenterie des rois de France et de la Maison du roi, (les éditions récentes n’étant pas encore publiées au moment de la rédaction de cet ouvrage) ainsi que l’édition de textes des Chambres des comptes régionales127. L’incendie de l’hôtel de la Chambre des comptes en 1773 occasionna de graves lacunes documentaires dans les comptes des différents organismes royaux. Et leur utilisation est essentiellement statistique et historique : ces comptes à la richesse certaine pour les historiens pour le calcul des revenus, la nature des dépenses, les modes vestimentaires et alimentaires ne révèlent que peu de richesses sémantiques, à part la prégnance de la monnaie de compte qui, par sa stabilité et sa longévité, favorisa les échanges commerciaux et une certaine ossature de l’économie médiévale.

  • 128 L. Delisle, Mandements et actes divers de Charles V, Paris, 1874
    Douët d’Arcq, Choix de pièces inéd (...)
  • 129 Ableiges (Jacques d’), Le Grand Coutumier de France, éd. E. Daboulaye et R. Dareste, Paris, 1868
    L. (...)
  • 130 Cl. Gauvard, Les rites de la justice : gestes et rituels judiciaires au Moyen Âge, Paris, le Léopa (...)

89L’utilisation des textes retranscrits notamment par les historiens du XIXe siècle a été systématique pour les comptes de la royauté128 mais peu de trésors sémantiques ont été décelés. Enfin, tous les textes officiels appartenant au domaine diplomatique, législatif et coutumier situés dans l’axe diachronique ont été examinés129 mais sans qu’ils constituent le cœur de notre corpus. À la frontière entre l’histoire privée et l’histoire publique, et parce qu’elles incluent des tarifications de peine, nous examinerons les lettres de rémissions figurant dans l’ouvrage de Claude Gauvard130. Les lettres de rémission recueillies dans le Trésor de Chartres permettent d’appréhender d’une part tout le système des amendes et leur complexité, ainsi que la violence du mouvement des Jacques. Les livres de comptes et toute cette partie du corpus essentiellement comptables connaissent une surreprésentation d’une catégorie de lexèmes, concentrés dans le champ lexical de la monnaie : livre, sou, denier et autres florins. Mais, comme nous l’expliciterons dans la méthodologie, un comptage systématique ne peut être établi, et par ailleurs, il n’aurait pas grand sens, en l’absence d’analyse historique de ces mêmes comptes.

Et la littérature, après toute chose ?

90Les œuvres littéraires incluses dans l’axe diachronique 1355-1405 ont été appréhendées sans qu’elles constituent le cœur de notre corpus. Il s’agit principalement des œuvres poétiques de Guillaume de Machaut, Eustache Deschamps et de Christine de Pisan. Les dépouillements effectués sur ce type de corpus (Le Livre du Voir dit de Guillaume de Machaut, Cent ballades d’amants et de dames de Christine de Pisan) n’ont pas permis une collecte abondante de lexèmes appartenant à notre champ lexical, ce qui est logique, les échanges courtois étant bien loin des préoccupations marchandes.

  • 131 Guillaume de Machaut, Le Livre du Voir Dit, Le Livre de Poche, Paris p. 646
    « Mais vous paierés la (...)
  • 132 F. Autrand, Charles V, ouv. cité, p. 399.

91Quelques expressions rares pourront néanmoins être rapportées comme « paier la lamproie » dans les vers 7193 et 7194 du Livre du Voir Dit de Guillaume de Machaut131 plus pour leur curiosité stylistique que pour leur usage sémantique. La Fontaine amoureuse « fut écrite pour le futur duc de Berry, troisième fils du roi, devant partir en Angleterre, comme otage contre le retour de son père132 » mais cette œuvre poétique est axée sur l’amant et la dame, selon les canons poétiques du temps et ne recèle que peu d’occurrences dans notre champ lexical.

Délimitation du champ lexical : critères et sélection

  • 133 P. Contamine, Guerre, fiscalité royale et économie en France, XVème, Proceedings of the Seventh In (...)
  • 134 S. Piron, « L’apparition du resicum en méditerranée occidentale, XIIe-XIIIe siècles », dans Pour u (...)

92« Yconomie », c’est l’économie domestique au Moyen Âge, l’entretien de la maison, son fonctionnement, les dépenses ménagères courantes et exceptionnelles. C’est la raison pour laquelle nous nous sommes efforcés de nous attacher au plus près de cette réalité médiévale pour délimiter notre champ lexical. Ainsi nous avons exclu du périmètre du vocabulaire économique et financier l’ensemble du vocabulaire de l’argent lié à la guerre soit « rançon », « butin » et surtout tout le réseau morphologique de « pâtis ». La question des pâtis et des appâtis, contributions en argent ou en vivres versée par les villes aux Grandes Compagnies pour éviter que celles-ci les assiègent est particulièrement bien traitée par Philippe Contamine133. Autre exclusion, le vocabulaire juridico-financier, largement calqué sur la langue latine, utilisé essentiellement par les marchands internationaux. Cette langue contractuelle et ses attendus philosophiques et linguistiques a fait l’objet d’une longue étude de Sylvain Piron, centré sur le « risque » et sa rémunération134.

93Notre délimitation s’est effectuée sur deux critères. Le premier critère est celui de la fréquence des occurrences des mots dans notre corpus, notamment ceux consignant l’échange et la circulation de la monnaie lors des actes de la vie quotidienne. Le deuxième critère a été de circonscrire le champ d’un vocabulaire économique et financier concret, le plus proche possible des actes de la vie quotidienne, loin des débats scolastiques sur le « lucrum cessans ». Le prédicateur, le chroniqueur, les proverbes et les livres de comptes sont pour notre étude un corpus privilégié, d’autant plus que tous les débats savants des quolibetistes ont lieu en latin et non dans la langue vernaculaire.

94L’objectif aurait pu être de ne travailler que sur le vocabulaire de l’argent mais le champ d’investigation aurait été réduit. Sous l’appellation « vocabulaire économique et financier » pour essayer de coller au plus près à la réalité de la langue de cette période, tous les mots ayant trait à l’argent, sa matérialité et ses mouvements ont été sélectionnés. Qui dit sélection dit exclusion. Dans l’ensemble de mots recouvrant des objets matérialisés (les monnaies), les mots « or » et « argent » signifiant le métal ont été écartés. Les textes du Moyen Âge regorgent de vaisselle d’or et d’argent, et leur recensement n’apporterait guère à l’analyse. En revanche, toutes les différentes monnaies en usage à cette époque et figurant dans les textes ont été sélectionnées. Le mot « argent » n’a été retenu que dans son utilisation métonymique, en dehors de toute référence au métal. La matérialité, ce sont les monnaies, les « espèces sonnantes et trébuchantes » selon l’expression consacrée, quoiqu’en période de « remuement de monnaies » les différentes pièces ne devaient pas sonner tant que cela. Dans le champ lexical des monnaies, un mot fait l’objet d’un traitement distinct : le besant, monnaie d’or d’époque byzantine, circulant dans le royaume de Palestine, et que Philippe de Mézières, pèlerin de Jérusalem, utilise de façon métaphorique dans Le Songe du Vieil Pèlerin, (à l’image de son utilisation par Saint Paul qui avait dit qu’il faut oublier ce qui est derrière et avancer devant soi pour multiplier son besant).

95La famille « monnaie », qui est l’objet même du traité écrit en latin puis en français par Nicole Oresme, fait l’objet d’une attention particulière. En effet, c’est le premier traité théorique d’une réflexion sur un des aspects constitutifs de l’économie, telle que nous le comprenons à notre époque. Loin de sa conceptualisation théorique, la matérialité, la représentation concrète du quotidien, de « l’économique » et du « financier » paraissent s’incarner pour le peuple de la fin du Moyen Âge essentiellement dans son aspect le plus douloureux : le poids des prélèvements fiscaux. Dans le même temps, en sus des prélèvements fiscaux féodaux habituels, l’un des événements majeurs est la naissance de l’impôt au niveau national. Tous les mots du champ lexical de la fiscalité ont donc été relevés et analysés.

  • 135 J. Le Goff, La Bourse ou la Vie, ouv. cité.

96L’autre pression financière sur les petites gens au Moyen Âge est le poids de la dette, « microcrédits » qu’ils contractent et qui les aident à développer ou à maintenir une petite activité économique de paysan ou d’artisan. Pour son importance économique mais aussi théologique, reflet des mentalités médiévales face à l’argent, tous les mots constituant le vocabulaire de la dette ont été relevés. L’ouvrage majeur de Jacques Le Goff135 sur la place de l’usure au Moyen Âge a conduit à faire une place particulière aux mots « usure » et « usurier » et à leurs déclinaisons morphologiques, leurs associations et leurs utilisations dans les textes.

97À la fin du XIVe siècle, la comptabilité en partie double est déjà pratiquée depuis près de deux siècles, les marchands, les banquiers, les trésoriers de la Chambre des Comptes, savent déjà transcrire les flux et les échanges monétaires sous forme scripturale. L’argent n’existe finalement que parce qu’il circule : le vocabulaire de l’encaisse et des revenus de toute nature a été examiné dans son intégralité. Enfin pour provoquer ces flux, les drainer et les canaliser, il faut des hommes qui exercent les métiers de l’argent et de la finance. Excepté l’usurier, traité avec sa famille « usure », les premiers métiers de la finance, changeurs, banquiers et billonneurs ont été étudiés malgré la faible fréquence de leurs occurrences. Notre recherche et notre sélection se sont donc portées sur un vocabulaire essentiellement concret, collant au plus proche des réalités économiques, telles qu’on peut les percevoir en cette fin de siècle. La difficulté d’appréhension de l’économique et du financier au Moyen Âge en tant que concepts-mis à part l’interdiction théologique de l’usure, mais l’usure ne représente pas quand même le « tout économique » de la fin du Moyen Âge – a fait que nous avons associé aux métiers de la finance l’examen de l’émergence d’un vocabulaire théorique de l’économie et de la finance autour de deux mots « économie » et « finance ».

Méthodologie de dépouillement des sources

98Étant donné le nombre de mots (près de soixante-dix) et la diversité des sources retenues, surtout les plus prosaïques comme les livres de comptes, il n’est pas apparu qu’un comptage systématique manuel des mots en vue d’un traitement statistique soit efficace dans l’approche du « taux de pénétration » des mots du vocabulaire économique et financier dans chaque source prise isolément, puis dans l’ensemble des sources classifiées par nature. Nous avons établi deux limitations quant au recueil des mots dans leurs occurrences (apparition du même élément linguistique dans un texte). L’une concerne le corpus, puisque nous n’avons pas retranscrit toutes les propositions des livres de comptes, car la fréquence des occurrences des mots relevant du champ lexical de la monnaie serait trop nombreuse et non pertinente. L’autre concerne les mots techniques, désignant les monnaies elles-mêmes (livre, denier, francs, ducats, florins etc.) du corpus central et élargi, pour la même raison. Notre autre limitation concernera aussi la fréquence. La fréquence est le nombre d’occurrences d’une unité linguistique dans un corpus, et ce, sans comptabiliser les diverses formes de sa flexion (conjugaison pour un verbe) ou les dérivés morphologiques quand ceux-ci apparaissent non pertinents pour l’analyse sémantique.

Méthodologie d’analyse sémantique

99L’argent et le langage présentent la même particularité, que connaissent bien chacun de leur côté même s’ils poursuivent des buts différents, linguistes… et banquiers. Les linguistes savent bien que l’on ne décrit le langage qu’avec… du langage – d’où l’utilisation d’un terme comme métalangage défini comme le modèle formalisé d’un langage, destiné à en rendre compte, que ce soit sous forme d’un système établi par les linguistiques que par l’usage courant. Ainsi les linguistes comme spécialistes du langage se lancent parfois dans des « mises en abyme » vertigineuses pour tenter de capturer les phénomènes linguistiques. D’une façon plus prosaïque mais présentant des similitudes de fonctionnement, les banquiers, eux, font de l’argent avec de l’argent. C’est le calcul des intérêts, mot déjà objet de multiples approches définitoires, empreintes de condamnations de l’objet. Avec de l’argent, on fait de l’argent, avec du langage on fait du langage. Pour sortir de ce carcan pour le moins tautologique, il convient de considérer les héritages. Héritage idéologique et technique de l’argent : le banquier, descendant en ligne directe de l’usurier du Moyen Âge, a une pratique de l’argent identique avec les mêmes méthodes et les mêmes éléments : l’argent, le temps, et la loi que l’actuaire (mot datant du XVIIIe siècle) donne à l’argent et au temps. C’est en ce sens que la condamnation théologique de l’usure est si forte au Moyen Âge puisque « le temps n’appartient qu’à Dieu ». Défiant encore actuellement les simples règles arithmétiques, l’actuaire ou son ancêtre éloigné, l’usurier peut apparaître aussi comme un démiurge, s’appropriant du « divin ». Les peurs, les envies, les tabous se focalisent tellement autour de l’argent, de son utilisation, de son maniement, et de ses serviteurs, qu’il est apparu intéressant de sérier autour de l’analyse sémantique d’une branche de vocabulaire les emplois stylistiques et métaphoriques de quelques mots phares dans certaines des sources retenues dans le corpus.

100L’héritage de la théorisation du langage s’inscrit également dans notre conception de notre pensée occidentale alimentée par le flux des deux sources antique et judéo-chrétienne. Par ailleurs, depuis les origines du langage, celui-ci fait l’objet d’une conceptualisation au tout départ chez les philosophes grecs jusqu’à une formalisation proprement linguistique entamée au début du XXe siècle par Ferdinand de Saussure.

  • 136 G. Kleiber, Le Mot « ire » en ancien français, XIe-XIIe siècles : essai d’analyse sémantique, Klin (...)

101Afin de ne pas recréer une méthode d’analyse sémantique, alors que de nombreux linguistes ont déjà exploré le sujet, il a été décidé de retenir comme grille méthodologique les principaux éléments de l’analyse componentielle de Bernard Pottier enrichis par les travaux du linguiste Robert Martin et de ceux de Georges Kleiber, auteur d’un « Essai d’analyse sémantique en ancien français136 ». Par ailleurs, le caractère pluridisciplinaire de ces travaux, au carrefour des disciplines de l’histoire, de la philologie et de l’analyse sémantique, a conduit à expliciter les concepts linguistiques par des paraphrases définitoires.

  • 137 B. Dupriez, Gradus, Les procédés littéraires, (dictionnaire), 10/18, Paris, 1980
    G. Molinié, Dictio (...)

102À cette analyse sémantique, dont l’objectif essentiel est d’arriver à constater ou non, l’émergence ou l’apparition de nouveaux sens, s’adjoindra une analyse stylistique de certains mots les plus abstraits ou les plus riches sur le plan symbolique. Afin encore une fois de se fonder sur des méthodes éprouvées et sur un métalangage connu de tous, les définitions de rhétorique et des figures de styles les plus usitées dans les dictionnaires de ce type de Bernard Dupriez et de Georges Molinié137 seront utilisées dans la recherche et l’analyse du vocabulaire économique et financier dans les quatre ouvrages des familiers de Charles V et dans le corpus élargi sur la période 1355-1405. Afin de faciliter la compréhension de notre méthodologie, nous établirons, pour chaque terme utilisé, une définition inspirée des travaux des linguistes contemporains, après un bref rappel de l’aperçu des débats en linguistique contemporaine.

  • 138 R.Martin, Comprendre la linguistique, Paris, PUF, 2002, p. 16.
  • 139 A.M. Brousseau, Y.Roberge, Syntaxe et sémantique du français, Fides, Collection Champs linguistiqu (...)

103« Le premier objectif du linguiste est ainsi de décrire ce que la réalité lui propose138 ». Mais l’objet de recherche du linguistique et son outil de description est le même : le langage. La langue par définition n’est pas finie et permet au contraire d’infinis processus combinatoires dans le respect du sens et de la compréhension. C’est la raison pour laquelle notre approche sémantique et linguistique se fondera sur les principes de la linguistique contemporaine, en particulier sur les préceptes de l’analyse componentielle de Bernard Pottier. « L’analyse componentielle qui décompose le sens d’un mot en sème est une méthode qui permet de formaliser la représentation sémantiques des expressions. Cette méthode permet d’établir des classes naturelles de concepts, de définir des concepts de façon distinctive à l’intérieur de ces classes et de classer les concepts de plus d’une façon139 ». L’analyse componentielle peut parfois se confondre avec l’analyse sémantique et les recherches linguistiques depuis une trentaine d’années ont enregistré les limites de la stricte analyse componentielle. C’est la raison pour laquelle, nous l’utiliserons comme outils ses principaux concepts qui permettent une grille de lecture du champ sémantique (entendu comme ensemble des sens couverts par une unité lexicale) de chaque mot du vocabulaire économique et financier. La grille d’analyse utilisée ensuite est aussi décrite dans le déroulé méthodologique employé pour chaque mot du vocabulaire économique et financier.

104Mes propos s’attacheront donc à la description de la réalité d’un certain nombre de mots, regroupés dans un même champ lexical entendu comme l’ensemble formé par les unités lexicales couvrant une aire de signification. La tendance de la linguistique contemporaine contribua à spécialiser les termes de champ lexical et champ sémantique. Dans cet esprit, le terme de champ lexical est réservé pour désigner l’ensemble des mots désignant les aspects divers d’une technique, d’une relation, d’une idée. Dans la stricte application de l’analyse componentielle, un champ lexical est un groupement de termes exprimant une même idée, c’est-à-dire contenant des sèmes, unités minimales de sens identiques. Il constitue aussi pour François Rastier une isotopie sémantique, c’est-à-dire la récurrence d’un même sème (ou unité minimale de signification).

105Autrement exprimé, un champ lexical est donc un ensemble de mots qui se rapportent à un même thème. Ainsi nous avons séquencé le vocabulaire économique et financier en cinq grands champs lexicaux : la monnaie, l’impôt, la dette, le revenu, les métiers de la finance. Le champ sémantique regroupe quant à lui un ensemble de notions ou de sens se rapportant à un même domaine conceptuel pour une même unité lexicale. Par exemple, le champ sémantique de « denier » recouvre aussi bien la monnaie de compte que la pièce de monnaie. Le champ sémantique est l’association d’un champ notionnel (l’idée) à un champ lexical (les mots).

L’analyse componentielle et sémantique : familles de concepts

  • 140 F. Rastier, Sens et textualité, Hachette, Paris, 1989.

106Nous nous fonderons donc principalement sur les analyses de Bernard Pottier, prolongées par celle de Robert Martin et François Rastier. Mais ces travaux ne sont pas l’application d’une stricte analyse componentielle, dans la pureté de ses principes. En effet, depuis les travaux de Bernard Pottier, la linguistique contemporaine s’est enrichie des différents travaux, notamment ceux de François Rastier, qui considèrent également les liens intertextuels et la construction dynamique du sens en contexte. Notre ouvrage s’adresse tant au lexicographe qu’à l’historien pour une proposition définitoire des mots du vocabulaire économique et financier en cette fin du Moyen Âge, dans notre structure mentale actuelle mais aussi, par la constante référence aux textes des schémas mentaux médiévaux. L’étude d’un sens qui serait hors situation contextuelle et co-textuelle nous est apparue nécessaire pour cette contribution à l’histoire des mots, mais aussi des faits, de l’économique et du financier en cette fin de Moyen Âge. En effet, en suivant François Rastier, c’est la connaissance des textes qui permet d’assigner du sens à la phrase et au mot. Nous nous approcherons ainsi d’une certaine sémantique interprétative, appréhendant l’ensemble du champ étudié. Cependant, pour tenter d’aller au cœur de la complexité des signes, nous utiliserons les outils méthodologiques d’une analyse componentielle allégée, d’autant plus que « le contenu linguistique n’a rien d’une donnée immédiate140 ». Nous considérerons donc aussi les différents ordres (syntagmatique, paradigmatique, thématiques et référentiel) qui constituent les différents faisceaux du spectre de l’analyse des signes ; pour approcher le cœur de ceux-ci, les concepts de l’analyse componentielle fondés sur le sémème (noté Σ) et sa structure – d’où la terminologie parfois employée d’analyse structurale – sont apparus suffisamment opératoires et acceptés pour rendre compte de l’observation d’une réalité textuelle et sémantique circonscrite en synchronie et en diachronie.

107Selon la définition de Bernard Pottier, le sémème est « l’ensemble des sèmes d’un signe, au niveau du morphème dont c’est la substance du signifié ». Le sème selon Bernard Pottier est un « trait distinctif de la substance du signifié d’un signe (au niveau du morphème), et relativement à un ensemble donné de signes ». Le sème est donc l’unité minimale de signification.

108Le sémème est aussi une unité qui peut être perçue comme le contenu ou le correspondant du lexème, c’est à dire de l’unité lexicale formée par le mot. Mais tous les linguistes ne s’accordent pas sur le lexème. Pour Bernard Pottier, le lexème est l’unité de base du lexique, le mot. Mais Alain Martinet le distingue quant à lui du morphème. Le morphème peut recouvrir une double définition. En grammaire distributionnelle, il est le plus petit élément significatif individualisé que l’on ne peut diviser en éléments plus petits sans passer au niveau phonologique. Le morphème s’oppose alors au phonème. Pour Alain Martinet, le terme morphème est réservé aux éléments grammaticaux comme les désinences ou les suffixes par exemple. Le morphème est alors opposé au lexème, qui constitue alors, en grammaire traditionnelle, le radical. Le lexème serait donc l’unité de base du lexique (ou morphème lexical selon Bernard Pottier), par opposition au morphème grammatical. Parmi les signes minimaux – ou morphèmes (monèmes, chez A. Martinet), les morphèmes lexicaux sont donc distingués des morphèmes grammaticaux. À la suite de Greimas et des travaux de Martinet, les morphèmes lexicaux sont souvent appelés lexèmes, pour les opposer aux morphèmes proprement dits.

109Pour que notre grille d’analyse sémantique soit cohérente, nous retenons, loin des débats, les définitions suivantes qui s’enchainent par cercles concentriques pour établir une cohérence de notre analyse, en suivant principalement les analyses de Pottier.

110Le lexème est l’unité de base, formelle, du lexique, le mot. À chaque lexème, correspond un ou plusieurs sémèmes, ensemble des sèmes d’un même lexème, constituant son sens ou l’un de ses sens Autrement dit, le mot peut être alors polysémique ou monosémique. Le sème est l’unité minimale de signification à l’image du phonème, qui est l’unité minimale du son. L’intérêt principal de l’analyse de Bernard Pottier est, qu’après avoir défini le sème comme unité minimale de signification, celle-ci permet d’aller à la recherche de traits sémiques communs pour les lexèmes d’un même champ lexical, sèmes qui peuvent eux-mêmes selon leur gradation permettre de rapprocher plusieurs sémèmes entre eux recouvrant des lexèmes différents.

  • 141 C. Touratier, La sémantique, Armand Colin, Paris, 2000, p. 54.

111Les sèmes génériques permettent ainsi de rapprocher deux ou plusieurs sémèmes voisins, par référence à une classe plus générale. Le sème générique renseigne sur la catégorie générale. Les sèmes génériques d’un sémème constituent le classème. Les sèmes spécifiques permettent d’opposer deux sémèmes voisins, par une caractéristique propre. Le sème spécifique donne un renseignement précis. Ils constituent le sémantème qui est l’équivalent de « noyau sémique » chez Greimas. Ainsi, dans la pure conception théorique, le sémème, comprend le classème et le sémantème. Le sémantème est l’ensemble des sèmes spécifiques d’une unité linguistique constituant un des éléments composant le sémème. Pour Bernard Pottier, le sémantème est un des éléments composant du sémème. Parmi les sèmes, trois groupements sont possibles à l’intérieur du sémème : les sèmes génériques (notés S qui constituent le classème), les sèmes occasionnels, le virtuème. Cette notion reste cependant très peu usitée et même contestée. En effet, « si l’on définit le classème comme un sème générique, ainsi que l’a parfois fait Bernard Pottier, comme « l’ensemble des sèmes génériques « d’un lexème (Pottier, 1974, 30, cela a le grave inconvénient de résoudre, sans avoir à l’examiner, l’opposition délicate entre la polysémie et l’homonymie141 ». En effet, si les classèmes fonctionnaient alors comme des « sur-sèmes », ils renverraient un signifiant identique à deux signifiés différents. Par ailleurs, le virtuème est un trait sémique virtuel, selon Bernard Pottier, ce qui peut apparaître contradictoire avec la notion de sème qui représente une unité et non pas une potentialité.

  • 142 N. Nabert, Les réseaux d’alliance en diplomatie aux XIVe et XVe siècles, étude sémantique, H. Cham (...)

112L’analyse componentielle présente l’avantage certain d’avoir été éprouvée dans nombre de travaux de recherche sur le vocabulaire142, y compris pour une recherche en ancien et moyen français, grâce à l’utilisation d’un métalangage soit, selon la définition du TLF, un modèle formalisé d’un langage, destiné à en rendre compte. Mais l’analyse componentielle ne peut constituer notre seule grille d’analyse pour trois raisons principales.

  • 143 A.Doillon, Le dico de l’argent, Fayard, Paris, 2003.

113Notre première préoccupation a été de retracer l’étymologie et l’histoire des mots constitutifs du vocabulaire économique et financier. En effet, il n’existe pas à ce jour de dictionnaire tel que le conçoivent les lexicologues du vocabulaire économique et financier. Des sommes et des glossaires existent mais regroupant des définitions applicables aux fins d’études économiques et financières. Le seul ouvrage qui soit un véritable dictionnaire lexicologique est Le dico de l’argent143 ouvrage fort précieux mais consacré à l’argot de l’argent.

114La seconde raison est le choix de l’axe diachronique et de notre cursus central. Cette période de la fin du Moyen Âge est centrale dans l’histoire de la pensée économique, de l’émergence de la perception des mécanismes financiers avec tous ses rouages techniques (comme la mutation des monnaies analysée par Nicole Oresme) et de l’institution de l’imposition au plan national. Il est apparu difficile de se passer alors de la richesse du co-texte et du contexte, c’est ainsi que les référents fiscaux, monétaires et économiques seront brièvement retracés avec leur perception par nos principaux auteurs

115Par ailleurs, l’arborescence de l’analyse componentielle, si elle est structurante pour circonscrire les significations et les définitions, est parfois limitative pour rendre compte de toutes les subtilités des figures du discours employées par un auteur. C’est la raison pour laquelle les ressources de la stylistique dans leur approche rhétorique traditionnelle et moderne nous permettront d’apporter un éclairage particulier sur l’emploi de certains mots.

Graphies et dérivés morphologiques

116D’abord, l’aspect du nom, en ancien français, et jusqu’au XVIe siècle, la graphie ou le mode de représentation du phonème dans le code graphique ne sont pas encore fixés. Toutes les formes graphiques, datées à l’aide des dictionnaires d’ancien français, seront mentionnées.

117Ensuite, en fonction du lexème, pour le radical, la distinction entre racine et radical n’est pas toujours très nette. Le terme racine est souvent réservé à la linguistique diachronique : ainsi des racines indo-européennes sont reconstituées à partir de la comparaison du grec, du latin et des autres langues. On appelle radical une des formes prises par la racine dans les réalisations diverses des phrases. Le radical est donc distinct de la racine, qui est la forme abstraite servant de base de représentation à tous les radicaux qui en sont les manifestations.

118Les dérivés morphologiques, c’est-à-dire l’ensemble des unités lexicales formées à partir d’un même radical, issu du lexème étudié, seront mentionnés mais en limitant leur analyse aux lexèmes figurant dans notre corpus. Travaillant en diachronie sur un corpus, il nous est apparu évident de resituer chacun des lexèmes du vocabulaire économique et financier dans son contexte.

Contexte, référent, étymologie et co-texte

119Pour chacun des lexèmes de chaque champ sémantique identifié, nous expliciterons de la manière la plus précise possible le référent, qu’il soit fiscal, numismatique, économique ou comptable. Le référent est ce que désigne le signe, les représentations auxquelles il renvoie soit dans la réalité extralinguistique ou dans un univers réel, soit dans un univers imaginaire. Pour Roman Jakobson, la fonction référentielle est la fonction cognitive ou dénotative par laquelle le référent du message est considéré comme l’élément le plus important.

  • 144 Dictionnaire historique de la langue française, sous la direction de A. Rey, Le Robert, Paris, 199 (...)

120Grâce aux différents dictionnaires étymologiques de la langue française, la référence étymologique sera mentionnée. L’étymologie s’attache la recherche de l’origine des mots en suivant leur évolution à partir de l’état le plus anciennement attesté. Elle propose un rapport de filiation établi à propos d’un mot donné et expliquant sa constitution. Nous nous sommes attachés à donner différentes pistes étymologiques quand pour certains mots, l’origine est obscure ou contestée. Toutes les ressources des dictionnaires étymologiques ont été utilisées144. Enfin, grâce à de nombreuses citations (texte emprunté à un auteur reproduit textuellement mot pour mot) issues quasi exclusivement de notre corpus, nous utiliserons les ressources co-textuelles ou le co-texte, quand celui-ci permet d’apporter un éclairage pertinent éclairant les sens d’un mot.

121Dans la stricte rigueur de l’analyse componentielle, deux contextes coexistent : le contexte textuel, qui est l’environnement syntagmatique d’une unité lexicale et le contexte situationnel qui, lui, retrace l’ensemble des conditions économiques, sociales, culturelles qui aboutissent à la production d’un message.

122Pour bien les distinguer, car dans les évolutions des emplois des linguistes, le co-texte est ce que l’on appelle généralement le contexte, c’est-à-dire ce qui se trouve au voisinage du mot. Le co-texte n’aura pour notre analyse d’intérêt que lorsqu’il affine la détermination du mot étudié, autrement dit quand celui-ci n’a pas le même sens suivant son co-texte. Le co-texte est donc pour notre étude synonyme du contexte textuel et c’est ainsi que nous l’emploieront. Il sera fait mention du contexte (pris au sens de contexte situationnel) quand celui-ci sera, comme le co-texte, fera ressortir une inflexion sémantique du mot étudié.

Analyse componentielle : utilisation des principaux concepts

123Un mot est composé de phonèmes. Un phonème est le plus petit des segments phoniques (dépourvu de sens) permettant seul ou en combinaison avec d’autres phonèmes de constituer des signifiants ou de les distinguer entre eux. Mais sur le simple plan phonique, des homonymes peuvent se trouver, et des mots peuvent créer entre eux un rapport recherché pour son effet stylistique. À partir de chacune des citations, un premier regroupement s’opère en réunissant les différentes occurrences (apparition d’une même unité linguistique dans le discours) d’un lexème pour avoir un processus itératif de la recherche progressive de significations différenciées pour aller par la décomposition par sèmes vers la constitution du sémème.

124Les sèmes seront distingués selon leur nature en sèmes adjonctifs, dénotatifs ou connotatifs (notés s). Le sème adjonctif est envisagé sous forme d’addition et il est possible de ne pas le dégager sans altérer le sémème. Cependant, s’il n’est pas un élément constitutif du sémème, il permet de noter, dans une analyse affinée des sèmes, des inflexions de sens. Nous ferons une utilisation plus fréquente des concepts de sèmes dénotatifs et connotatifs. Les sèmes dénotatifs constituent l’ensemble des traits distinctifs qui objectivement caractérisent le sémème. Ce sont les éléments stables et permanents du sens d’un mot non subjectifs de la signification. Ils s’opposent aux sèmes connotatifs, qui quant à eux, se rapportent aux éléments subjectifs et socioculturels et qui peuvent varier selon les locuteurs

125Selon d’autres conceptions terminologiques, dans l’analyse discursive, ils peuvent être aussi notés comme sèmes inhérents ou afférents. Le terme afférent désigne ce qui est relatif à un trait de signification exclusivement lié au contexte, par différence avec « inhérent » qui lie d’une manière permanente un trait de signification distinctif à un sème.

126Comme tous les lexèmes sont envisagés dans les différents textes de notre corpus, ils sont alors distribués dans l’ordre de la phrase. C’est pourquoi nous distinguerons bien sûr la nature syntagmatique de chaque lexème en syntagme nominal, syntagme verbal, syntagme adjectival, notés respectivement SN, SV, SA. Pour Saussure, le syntagme est toute combinaison de deux ou plusieurs unités linguistiques qui se suivent l’une l’autre. En linguistique structurale, on appelle syntagme un groupe d’éléments linguistiques formant une unité dans une organisation hiérarchisée. Le terme de syntagme est suivi d’un qualificatif qui définit sa catégorie grammaticale (syntagme nominal, syntagme verbal, syntagme adjectival). Le syntagme est toujours constitué d’une suite d’éléments et il est lui-même un constituant d’une unité de rang supérieur, c’est une unité linguistique de rang intermédiaire. Ainsi, le syntagme nominal est le constituant de la phrase, ce noyau étant formé de la suite : syntagme nominal + syntagme verbal, qui est la forme minimale d’une phrase. L’ordre syntagmatique est aussi éclairant pour enrichir et compléter un sémème. En effet les rapports syntagmatiques que les mots entretiennent entre eux dans le discours permettent de dégager le fonctionnement de certains styles. L’axe syntagmatique est l’axe horizontal du langage, c’est l’ordre des mots dans la phrase selon les lois de la syntaxe.

127Lorsqu’elle est porteuse de sens, la syntaxe sera notre alliée. La syntaxe, en grammaire traditionnelle, est une composante qui étudie les relations entre les mots constituant une proposition ou une phrase et les règles qui président à ces combinaisons. En linguistique structurale, elle est l’analyse descriptive appliquée à un ensemble d’énoncés, fondée sur des critères explicites qui permettent de déterminer les unités composant les énoncés et d’établir les relations hiérarchiques que ces unités entretiennent entre elles.

128Les rapports syntagmatiques ne sauraient cependant exister sans les autres rapports paradigmatiques que les signes entretiennent entre eux. Cette appréhension du discours selon son axe horizontal, dans la réalité discursive, peut être utilement complétée par l’axe vertical du langage, autrement dit l’axe paradigmatique. L’axe paradigmatique est l’ensemble des unités en relation de sens apparaissant dans un même contexte qui sont dans un rapport de substitution ou de permutation sémantique. Un locuteur, lorsqu’il émet une chaîne discursive, parlée ou écrite, a déjà opéré son choix paradigmatique en puisant selon sa culture et son éducation dans tous les niveaux du langage.

129Les niveaux de langage (élevé, soutenu, familier, vulgaire) existent dans le moyen français. L’argot (langage ou vocabulaire particulier qui se crée à l’intérieur de groupes sociaux ou professionnels déterminés) est aussi employé même si, langage populaire, il est très peu retranscrit par les lettrés de la fin du Moyen Âge. La fonction initiale de l’argot était d’ordre cryptographique : l’emploi, dans une communauté définie (les malfaiteurs) de termes non compréhensibles pour d’autres (les forces de l’ordre notamment). Mais les argots ont surtout pour fonction de marquer l’appartenance à une communauté spécifique contre les pouvoirs établis. C’est la raison pour laquelle un juge de Dijon, en échange d’une certaine clémence, demanda à un groupe de malfaiteurs relevant de sa juridiction une traduction d’un certain nombre de leurs mots. Au XVe siècle, l’argot des Coquillards a été conservé dans les minutes d’un procès et édité ensuite par Marcel Schwob. Quelques rares éléments argotiques figurent dans notre corpus

130Le niveau de langage évolue dans le temps autrement dit, le langage fonctionne dans un axe diachronique et synchronique. L’axe synchronique est l’état de langue considéré dans son fonctionnement à un moment donné. L’axe diachronique caractérise les faits linguistiques selon la perspective des phases d’évolution dans le temps. Pour Saussure, est synchronique tout ce qui se rapporte à l’aspect statique, diachronique tout ce qui a trait aux évolutions. De même synchronie et diachronie désigneront respectivement un état de la langue et une phase d’évolution. Le fonctionnement et l’utilisation du ou des sémèmes pour chacun des lexèmes de notre corpus sont donc analysés en synchronie selon les limites de l’axe diachronique circonscrit pour notre corpus de 1355 à 1405. Afin d’avoir une vision distributive des traits sémiques pertinents, nous les synthétiserons sous forme de tableau pour les lexèmes les plus importants de notre corpus. Cette approche nous permet de visualiser éventuellement les archisémèmes et archilexèmes pour chaque champ lexical. Pour Bernard Pottier, l’archilexème est un lexème, soit une unité lexicale qui contient l’ensemble des traits communs aux unités d’une série. Par exemple, « monnaie » est l’archilexème de toutes les monnaies. L’archisémème est le trait minimal de signification qui réunit tous les sémèmes d’un mot.

  • 145 N. Nabert, Les réseaux d’alliance en diplomatie aux XIVe et XVe siècles, ouv. cité, p. 537.
  • 146 Idem, p. 534.

131Pour Christian Touratier, « l’archilexème correspond à ce que l’on appelle parfois un hyperonyme (cf. gr. huper « au-dessus »), c’est-à-dire un nom qui, logiquement, en domine d’autres appelés hyponymes (cf. gr. hupo « sous, au-dessous). Ces définitions permettent d’envisager les rapports des lexèmes entre eux dans les liens d’hyperonyme à d’hyponyme. L’ensemble du contenu sémantique de l’hypéronyme est inclus dans le contenu sémantique de l’hyponyme. Pour Nathalie Nabert, l’hyperonyme est défini comme un « synonyme de super ordonné et de générique, hyperonyme est un terme dont le sens inclut celui d’un ou plusieurs termes en relation dès lors d’hyponymie avec lui. SIEGE est l’hyperonyme de CHAISE, TABOURET, FAUTEUIL etc.145 ». Nathalie Nabert dans son glossaire le distingue de l’archilexème, puisqu’à la suite de la lexicologie structurale, elle définit celui-ci comme « l’unit lexicale contenant l’ensemble des traits sémantiques communs aux unités d’une série146 ». Cette distinction entre les deux paraît justifiée si l’on considère l’hyperonyme comme un mot dont le signifié est hiérarchiquement plus spécifique que celui d’un autre, par exemple celle du genre à l’espèce, (ANIMAL est l’hyperonyme de CHIEN, CHAT, COCHON, etc.) même si les hypéronymes héritent du contenu sémantique de leur même hyponyme.

132Des compléments de l’analyse componentielle ont été établis par Rastier mais nous n’avons pas eu recours dans notre étude au concept de taxème. Le taxème est la classe minimale où les sémèmes sont interdéfinis. Les sèmes spécifiques sont définis à l’intérieur du taxème, ainsi que certains sèmes génériques de faible généralité, les sèmes microgénériques. Trait simple de disposition grammaticale, le taxème peut revêtir quatre formes : ordre des constituants, modulation (ou intonation), modification des phonèmes selon l’environnement, sélection des formes ayant la même disposition grammaticale, mais des sens différents. La phrase « Viens ! » contient deux taxèmes ou traits grammaticaux ; la modulation injonctive indiquée par le point d’exclamation et le trait sélectif qui consiste en l’utilisation d’un verbe à la deuxième personne de l’impératif. Même si elle peut apparaître simple, notre utilisation des concepts de l’analyse componentielle est gouvernée par le souci à la fois d’une parfaite lisibilité pour tous les lecteurs et par la volonté de rendre compte de la réalité de toutes les subtilités de la langue de cette fin du XIVe siècle. C’est la raison pour laquelle nous adjoignons aux concepts de la linguistique structurale, ceux de la grammaire et de la stylistique pour rendre mieux compte de la richesse des mots et des diversités des discours de notre corpus.

  • 147 F. Rastier, Sens et textualité, ouv. cité, p. 280.
  • 148 Ibidem.
  • 149 V. Schott-Bourget, Approches de la linguistique, Nathan, Paris, 1994, p. 25.

133L’objectif de cette étude vise à circonscrire les différents sens ou significations des mots et les liens entre signifiant et signifié, selon les concepts émergents avec les pères de la linguistique contemporaine. Le signifiant est la partie formelle, matérielle et sensible du signe. Pour Saussure, le lien unissant le signifiant au signifié est arbitraire, nécessaire et lexical. Les signifiants diffèrent selon les langues. Chez l’ensemble des linguistes, les débats furent nombreux pour arriver à une exacte définition de sens, signification, signifié, les frontières étant tenues. La théorie sémantique issue de l’analyse componentielle distingue le sens de la signification alors que l’usage courant les confond. En effet, François Rastier, à la suite de Bernard Pottier dissocie le sens de la signification par l’inclusion pour cette dernière des sèmes afférents alors que le sens ne serait que l’ensemble des sèmes inhérents propres à un sémème. Le sens pour François Rastier est le « contenu d’une unité linguistique, défini relativement au contexte et à la situation de communication147 ». Alors que la signification est « définie en faisant abstraction des contextes et des situations de communication148 ». Cependant la « composition » d’un sémème n’est pas aussi mécanique que l’analyse componentielle peut parfois l’induire. « En fait, plus qu’une simple addition de plusieurs sèmes, un signifié est un tissu de sèmes qui s’entremêlent149 ».

  • 150 C. Touratier, La sémantique, ouv. cité, p. 3.

134Ainsi, nous nous rangeons à la synthèse établie par Christian Touratier pour ces différents termes. « Puisqu’à côté de signification et de sens, il existe le troisième terme de signifié, on opposera plutôt le signifié aussi bien au sens qu’à la signification en considérant que les termes de sens et de signification sont effectivement quasi synonymes dans l’usage courant. On recourra au terme technique de signifié quand on aura en vue la signification abstraite qu’une unité linguistique a dans la langue, et aux termes usuels de signification ou de sens, quand il s’agira de sa signification particulière dans un énoncé donné150 ».

  • 151 J. Picoche, Structures sémantiques du lexique français, Nathan, Paris, 1986, p. 9.
  • 152 C. Touratier, La sémantique, Armand Colin, Paris, 2000, p. 62.

135À la suite de Gustave Guillaume, la linguistique structurale dégagera également le concept de « signifié de puissance » qui est selon la définition donnée par Jacqueline Picoche « toute construction sémantique dynamique (avec subduction) ou statique (sans subduction) capable de révéler l’unité d’un polyséme151 ». Christophe Touratier rappelle les distinctions opératoires de Gustave Guillaume, « ce dernier distinguant en effet le « signifié d’effet », « dont le signe se charge momentanément, par l’emploi qui en est fait, dans le discours, du « signifié de puissance » qui lui est « attaché en permanence dans la langue au signe » Guillaume, 1964, 246-247 ; cf. Picoche, 1977, 76-77152 ». Nous n’utiliserons que de façon sporadique ces notions par ailleurs inégalement partagées par tous les linguistes.

  • 153 J. Picoche, Structures sémantiques du lexique français, ouv. cité p. 3.

136Notre souci, par ce bref rappel des notions fondatrices de la sémantique, est d’arriver à dégager donc les différentes significations des mots constitutifs du vocabulaire économique et financier et de rendre compte, comme le souligne Jacqueline Picoche, « de l’indispensable richesse de la polysémie à aborder d’autant plus que nous sommes dans un domaine de vocabulaire historique153 ». Grâce à l’analyse componentielle, la décomposition en sèmes permet effectivement de dégager un ou plusieurs sémèmes et d’envisager les différents niveaux de polysémie d’un lexème. Deux définitions de la polysémie peuvent être envisagées selon les strates de la réflexion de linguistique structurale.

  • 154 R. Martin, Comprendre la linguistique, PUF, Paris, 2002, p. 42.

137La polysémie est la propriété d’un signifiant de renvoyer à plusieurs signifiés présentant des traits sémantiques communs. Pour l’analyse componentielle, la polysémie est l’association de plusieurs sémèmes à un même lexème. Mais le découpage des sens que propose la polysémie et les relations que les sens entretiennent entre eux permettent de distinguer plusieurs niveaux de polysémie. C’est Robert Martin qui a développé cette notion, en l’explicitant grâce au concept d’« interférence ». « La polysémie (le fait qu’un vocable ait plusieurs sens possibles peut aussi se décrire au moyen de l’interférence. Un vocable polysémique induit des interférences qui ne sont pas elles-mêmes reliées par des interférences154 ». En effet, pour Robert Martin, il existe d’une part des variations polysémiques selon la combinaison syntagmatique. D’autre part, il faut aussi envisager les relations que les sens entretiennent entre eux. Ainsi, si chaque lexème polysémique a plusieurs sémèmes différents, qui eux même interférent entre eux. Robert Martin distingue ainsi la polysémie étroite « combinaison de l’effacement et de l’addition de sèmes spécifiques », avec le maintien d’un noyau sémique central, de la polysémie lâche, pour laquelle il y a « substitution de sèmes spécifiques », mais dans ce cas, le lien peut apparaître tellement lâche, qu’il est plus facile de le noter comme lien métaphorique.

138En revanche, Robert Martin reprend les définitions classiques des dictionnaires de la restriction de sens (exemple de « femme », « personne du sexe féminin, par restriction de sens, personne du sexe féminin qui est ou a été mariée ») et de l’extension de sens, la « minute » « soixantième partie d’une heure » peut signifier « court espace de temps », à définir selon le contexte textuel.

  • 155 J. Picoche, Précis de lexicologie française, l’étude et l’enseignement du vocabulaire, Nathan, Par (...)

139Le contraire de la polysémie est la monosémie d’un lexème. C’est le caractère d’une unité significative, lexicale ou grammaticale, qui n’a qu’un seul sens, ce qui est rare, presque tous les mots d’usage courant étant polysémiques. « Ce rapport univoque entre un signifiant et un signifié155 » n’est le plus souvent établi que pour les termes du vocabulaire technique et scientifique. Ainsi, par exemple, dans le vocabulaire de la monnaie, les lexèmes des monnaies étrangères sont le plus souvent monosémiques alors que « denier » est polysémique.

140La recherche des traits polysémiques d’un lexème ne conduit pas à l’établissement d’un catalogue de synonymes car la synonymie définie comme l’équivalence de sens entre deux mots, ne peut rendre compte à elle seule de toute la richesse polysémique de chaque lexème. L’axe paradigmatique est l’outil vertical sur lequel circulent les mots dans leur rapport entre eux qui peut être celui de la synonymie, c’est-à-dire de la substitution sémantique sans altération du sens. Des termes synonymes sont des termes de même valeur sémantique et interchangeables dans tous les contextes, (c’est-à-dire qui ont la même distribution). Les synonymies sont nombreuses. C’est plutôt en termes de degrés que l’on peut parler de synonymie ; celle-ci deviendra aussi simplement la tendance des unités du lexique à avoir le même signifié et à être substituables les unes aux autres. La synonymie peut donc être complète ou non, totale ou non, ou selon d’autres acceptions, synonymie parfaite (absolue) ou synonymie partielle. Certains linguistiques excluent les synonymes dits absolus, c’est-à-dire que deux lexèmes aient exactement le même sémème. À la synonymie, est souvent associé son contraire, ou son antonyme, l’antonymie qui est le terme de sens contraire à un autre terme. Les antonymes peuvent être aussi multiples.

  • 156 Article « métaphore » in http://www.cnrtl.fr/ : Centre national de Ressources Textuelles et Lexica (...)
  • 157 Jean Kokelberg, Les techniques du style, vocabulaire, figures de rhétorique, syntaxe, rythmes, Nat (...)
  • 158 M.Arrivé, F.Gadet, M.Galmiche, La grammaire d’aujourd’hui, guide alphabétique de linguistique fran (...)

141Le sémème peut ainsi apparaître dans son approche définitoire conceptuelle, comme à géométrie variable, la stricte application de l’analyse componentielle même si elle contribue fortement à objectiver l’observation du langage, ne permet toujours pas de rendre compte de l’infinie richesse des subtilités de celui-ci. C’est la raison pour laquelle en complément de l’approche conceptuelle de l’analyse componentielle, nous recourrons aux concepts de la stylistique, étude des procédés littéraires et des modes de composition, les figures de style, notamment celles la métaphore et de la métonymie, le langage métaphorique étant souvent employé par les auteurs du Moyen Âge. La métaphore est « une figure d’expression par laquelle on désigne une entité conceptuelle au moyen d’un terme qui, en langue, en signifie une autre en vertu d’une analogie entre les deux entités rapprochées et finalement fondues…. La métaphore se distingue de la similitude ou comparaison par le fait qu’aucun élément formel de comparaison ne s’y trouve présent (Rey Sémiot. 1979)156 ». La métonymie est « le mode d’expression qui consiste à évoquer une réalité au moyen d’un terme désignant une autre réalité associée à la première par un rapport logique de contiguïté. On exprime ainsi le contenant pour le contenu, la partie pour le tout, la cause pour l’effet, l’effet pour la cause, l’auteur par sa création, le signe pour la réalité, la matière pour l’objet, le singulier pour le pluriel157 ». Pour l’analyse syntaxique, nous utiliserons principalement les termes de la grammaire traditionnelle, en y ajoutant les concepts de la grammaire distributionnelle et en se fondant sur les définitions de La grammaire aujourd’hui158, quand la structure syntaxique est porteuse de sens.

142Toute cette démarche est établie pour contribuer à une approche du vocabulaire (soit l’ensemble des mots d’une langue considérés dans leur histoire, leur formation, leur sens) économique et financier à la fin du Moyen Âge pour avoir la meilleure des définitions possibles. Les définitions de mots, chez les lexicographes, ont pour but de faire connaître le sens d’un mot à ceux qui ont déjà une notion plus ou moins claire ou obscure, plus ou moins superficielle ou approfondie, de la chose que ce mot désigne. S’il s’agit d’un mot nouveau, la définition de mot a pour objet de désigner le mot dont un auteur a fait choix. Tous les mots (son ou groupe de sons articulés ou figurés graphiquement, constituant une unité porteuse de signification à laquelle est liée, dans une langue donnée, une représentation d’un être, d’un objet, d’un concept figurant en gras) font l’objet d’une approche définitoire fondée sur l’analyse componentielle dans le corps même du texte de notre étude, mais ces définitions doivent être comprises comme établies sur le seul socle de notre corpus, même si elles peuvent être étendues à l’ensemble du moyen français, dans la plupart des cas.

Contexte de l’histoire économique de 1355 à 1405

143Au Moyen Âge, il apparaît difficile d’isoler l’histoire économique et financière de l’ensemble du contexte politique, social et religieux. Quels faits significatifs de l’économie choisir sans aller dans les détails de l’histoire monétaire et fiscale ? La qualification de cette économie de la fin du Moyen Âge peut d’abord s’établir à partir d’un fait marquant à la fois début et fin d’une époque : la peste de 1348. C’est de cette date jusqu’à l’ordonnance monétaire de 1405, que nous compilerons les principaux faits de l’histoire économique et financière, couplés nécessairement aux données du contexte général. Aussi bien sur le plan économique que politique, un mot revient dans les propos des historiens : celui de crise, ou plutôt des crises. Crise monétaire, crises politiques (guerre, capture de Jean II, instabilité du pouvoir royal qui doit s’affirmer contre les barons, folie de Charles VI…), l’action politique pensée et réfléchie de Charles V, le souverain-phare de cette période ne doit pas masquer la fragilité du pouvoir royal qui oscille sous les coups de boutoir des révoltes populaires, des rebellions nobiliaires et des attaques de l’ennemi anglais auquel s’allie parfois quelque « ennemi » de l’intérieur. Le tout sur un fond généralisé de disettes en grain et en monnaie (plusieurs historiens parlent de « disette » ou de « famine monétaire »), ce qui peut masquer les avancées, en tous les cas sur le plan économique, de la théorisation de la pensée sur les obligations du Prince, et les premières fondations d’une fiscalité de l’État moderne qui s’élèvent de la gangue d’une économie seigneuriale et féodale. Parallèlement les marchands progressent, aussi bien dans l’utilisation de nouvelles techniques de plus en plus sophistiquées de comptes et d’échanges que dans leur importance en tant que corps social par rapport aux seigneurs. Classe montante et pas encore dirigeante, elle fait entendre sa voix dans l’histoire politique du pays, particulièrement avec la révolte parisienne menée par Étienne Marcel.

La situation politique (1355-1405) : troubles et désordres

144La toile de fond de cette période constitue un triste décor : la Guerre de Cent Ans perpétue ses ravages dans le royaume de France, pénalisant les pauvres gens comme le plus haut personnage du royaume. Jean II, battu avec toute son armée par les Anglais du Prince de Galles est fait prisonnier à Poitiers en juillet 1356 ainsi que nombre de seigneurs français. Les conséquences de cette capture bouleversent le paysage politique et économique français, mais aussi les consciences et les perceptions de la société française. À plus long terme, cette défaite apparaît aussi comme une faillite de la noblesse, qui n’a pas su défendre son roi et son pays ; l’ordre des « bellatores » n’est plus aussi infaillible qu’autrefois et sa justification, voire même son existence, sont remises en question. La Jacquerie de 1358, révolte contre les nobles, s’attaqua presque uniquement à cette population et non aux autres propriétaires fonciers et seigneurs que sont les ecclésiastiques, monastères et évêques. Pendant la captivité du roi, le dauphin Charles est nommé régent et doit faire face aux problèmes de financement des besoins militaires.

  • 159 F. Autrand, Charles V, ouv. cité, p. 161.

145La réunion des États Généraux du 2 décembre 1355 permet au jeune régent du royaume de lever un subside (toujours conçu comme exceptionnel dans l’esprit des hommes de ce temps qui ne se considèrent jamais comme des assujettis). La gabelle et une aide (impôt direct de 8 deniers par livre sur toute marchandise vendue) sont la source de financement de 30 000 hommes d’armes. Personne, pas même la famille royale, n’est exempté de cet impôt et les États Généraux contrôlent très étroitement sa collecte et son affectation. L’impôt en France ne va jamais de soi, il est consenti encore cette fois-ci moyennant la promesse de l’émission d’une monnaie forte, devenue réalité par l’ordonnance du 25 décembre 1355 mais qui « sema le désordre dans les loyers et les salaires159 ».

  • 160 Révoquée le 8 avril 1357 par le dauphin.
  • 161 M. Mollat, Ph. Wolff, Ongles bleus…, ouv. cité.

146Pendant l’emprisonnement du roi Jean II, son père, le dauphin Charles est nommé régent du Royaume et doit faire face à une révolte sociale citadine et rurale concomitante : l’insurrection parisienne de 1357-1358 dirigée par Étienne Marcel et les attaques contre les châteaux et leurs seigneurs des Jacques en 1358, menés par Guillaume Carle. Ces deux mouvements n’ont pas de liens structurels entre eux mais seulement conjoncturels. Alliés à la fin de leurs exactions, les deux mouvements échouèrent, les Jacques furent écrasés dans le sang par Charles le Mauvais, roi de Navarre, beau-frère du dauphin Charles et Étienne Marcel fut assassiné par Jean Maillart sur les ordres du dauphin. Mais les causes profondes à l’origine de ces soulèvements ne disparurent pas pour autant : les disettes endémiques et la pression fiscale. Même si une Grande Ordonnance du 3 mars 1357160 « tendit à subordonner au contrôle des États Généraux non seulement la levée des aides mais aussi le fonctionnement du Conseil et des Cours souveraines161 », cette ordonnance de réforme ne fut que de courte application. Dictée par les événements insurrectionnels parisiens, elle est l’expression légiférée du constant mécontentement du Tiers État face à l’impôt qu’il estime souvent à juste titre être le seul à supporter. Le traité de Brétigny du 8 mai 1360 acte le retour à la paix entre les nations anglaise et française mais les Grandes Compagnies, bandes armées de soldats sans emploi faute d’employeurs et surtout laissés trop longtemps sans solde, ravagent le pays. Il est perçu comme un traité honteux pour la France, le montant de la rançon de Jean II (3 millions de livres) est du jamais vu dans le monde médiéval et le pays perd un tiers de son territoire. Le territoire français est démembré. La création d’une nouvelle monnaie forte, donc non dévaluée, (le franc à cheval) et la mise en place en parallèle d’impôts complémentaires (aide de 12 deniers par livre, taxes supplémentaires sur le vin, gabelle étendue quasiment à tout le Royaume) indissociables de la nécessaire politique de financement de la rançon sont de lourds tributs à payer pour la libération et le rétablissement d’un roi de France français. Edouard III renonce ainsi à la couronne du royaume de France mais en échange reçoit en toute suzeraineté un quart de celui-ci : Calais, une partie de la côte picarde et tout le Sud-ouest.

147Le règne de Jean II s’achève avec l’avènement d’une nouvelle monnaie, l’alourdissement durable de la fiscalité et la restauration politique et sociale de la noblesse française, dont les plus beaux fleurons, après avoir été prisonniers en Angleterre, reviennent sur le sol français. Charles V, lorsqu’il accède à la couronne en 1364, rétablit et stabilise la situation politique d’une royauté de plein exercice. Mais il alourdit en la structurant la fiscalité directe royale, outil cependant de la floraison des arts sous son règne et surtout instrument de la reconquête du territoire sur les Anglais.

  • 162 Du nom des « maillets » dont la foule se saisit au Châtelet où Du Guesclin les avait faits install (...)

148Le règne de Charles V (1394-1380) fut marqué par une relative parenthèse de calme politique sinon guerrier et surtout par l’assainissement de la situation financière, menée sous le double front du rétablissement d’une monnaie stabilisée et de l’établissement durable des impôts. Les finances royales renflouées, Charles V put reprendre la guerre sur deux plans : mettre fin aux dommages des Grandes Compagnies grâce aux exploits de Du Guesclin et reprendre la guerre contre les Anglais. Une technique guerrière, toute différente des charges chevaleresques spectaculaires mais inefficaces, faite de harcèlements et d’escarmouches permit en 1380 de regagner la plupart des territoires perdus hormis quelques ports (Calais, Cherbourg, Brest, Bordeaux et Bayonne). Le royaume ressort exsangue ; en 1380, à la mort du Roi, Charles VI n’est encore qu’un enfant, ses oncles assurent la régence et comme partout en Europe, des soulèvements populaires apparaissent. En France, le motif profond est la haine de l’impôt même si Charles V a aboli sur son lit de mort les aides et les fouages. Mais son application fut différée par les oncles de Charles VI. Ces atermoiements provoquèrent la colère des Parisiens et en 1381 éclata la révolte des Maillotins162. Ce type de mouvements populaires dirigés contre les représentants royaux (collecteurs d’impôts et seigneurs proche du Roi) se généralisa à nombre de villes de France avec une apogée en 1382 mais ne perdura pas. Les révoltes furent écrasées dans le sang.

149Jusqu’en 1405, limite de notre axe diachronique, et avant la révolte des Armagnacs et des Bourguignons, la situation empira : Charles VI, dont la folie se révéla définitive en 1392, ne put contenir malgré quelques réformes (c’est l’épisode politique des Marmousets, anciens conseillers de Charles V rappelés à l’occasion d’une rémission de Charles VI), la politique de gabegie de ses oncles. Le trésor royal reconstitué par la politique financière de Charles V fut asséché, les factions nobiliaires rivales ne tardèrent pas à s’entre-déchirer et la stabilité monétaire reconquise par Charles V vola en éclats. Le cycle des « mutations » de monnaie reprit, aux grands dommages des populations rurales et citadines, et passée la répression des insurrections de 1382, et ce dans toute l’Europe, une relative stabilité sociale s’instaura, malgré les difficiles conditions économiques de cette fin du Moyen Âge.

La situation économique et sociale : crises et tourmentes

  • 163 M. Mollat, Ph. Wolfff, Ongles bleus… ouv. cité p. 9.
  • 164 Idem, p. 17.
  • 165 Idem, p. 104.
  • 166 J. Huizinga, L’automne du Moyen Âge, Paris, Payot, réédition 2002.

150Les cinquante années de notre axe diachronique se situent à la fin du XIVe siècle considéré par des historiens comme Michel Mollat et Philippe Wolff, comme « l’ère des révolutions populaires163 » et dans toute l’Europe. Après l’architecture consolidée des rapports sociaux de la féodalité du XIIIe siècle, le début du XIVe siècle connaîtrait « un véritable phénomène de fission sociale164 » dont les causes sont multiples. Les nouvelles techniques agraires occasionnent un défrichement qui, à l’échelon du Moyen Âge, s’avère massif mais cette conquête de l’homme sur son environnement ralentit, comme décélère également le progrès technique. Cette stagnation de la production céréalière ne correspond plus aux besoins croissants d’une population plus importante, qui s’affaiblit par des disettes et des épidémies endémiques. Pour Michel Mollat et Philippe Wolff « la peste de 1348 n’a pris cette ampleur que parce qu’elle s’attaquait à un organisme déjà malade165 ». Cette entrée dans « l’automne du Moyen Âge166 » selon l’expression consacrée par Johan Huizingua, s’accompagnent de 1378 à 1382 de troubles sociaux dans toute l’Europe dont les causes sont identiques : les marasmes céréaliers, les mutations monétaires entraînent la cherté de la vie quotidienne pour le petit peuple et la charge fiscale s’accroît. Cette dernière donnée est sans doute l’élément le plus novateur, la cause la plus caractéristique de cette période : la croissance des États qui se structurent aux dépens d’un système féodal qui se délite, la multiplication des guerres augmentant les besoins financiers. Le recours à l’impôt se fait de plus en plus massif et systématique au détriment de populations qui furent impitoyablement réprimées dans toute l’Europe après leurs soulèvements. L’attitude des populations change – révoltes accrues, comportements de contestation et d’attaques des nobles – et l’attitude vis-à-vis de la population notamment des plus pauvres se modifie. Le pauvre n’est plus tout à fait l’image du Christ sur terre mais un profiteur sans vergogne et paresseux, dont la paresse est fortement combattue ; une ordonnance de 1351 de Jean II condamne les vagabonds qui refusent de poursuivre une activité salariée. En novembre 1354, Jean II promulgue une nouvelle ordonnance fixant l’obligation de travailler pour des salaires à taux fixés.

  • 167 B. Geremek, La potence ou la pitié : l’Europe et les pauvres, du Moyen Âge à nos jours, Gallimard, (...)
  • 168 B. Geremek, Truands et misérables dans l’Europe moderne, (1350-1600), Gallimard, Paris, 1980, p. 1 (...)
  • 169 Idem, ouv. cité, p. 6.
  • 170 M. Mollat, Ph. Wolfff, Ongles bleus… ouv. cité p. 132.
  • 171 Voir à ce propos l’article de Philippe Contamine « Lever l’impôt en temps de guerre » dans L’Impôt (...)

151La peste noire de 1348 a décimé les populations et les bras valides sont rares, la main-d’œuvre fait cruellement défaut, désorganisant l’économie essentiellement urbaine et son cortège d’artisans. Parallèlement, la charité s’organise avec une mercantilisation des aumônes faites aux pauvres, c’est « une aumône contre une prière167 », tendance accrue par l’apparition des ordres mendiants qui institutionnalisent la pauvreté pour eux-mêmes et pour des pauvres pensionnés. Ces pratiques sont le reflet du changement idéologique amorcé dès la fin du XIIIe siècle qui théorise la charité chrétienne nécessaire au salut des plus nantis. Les pauvres sont nécessaires pour racheter les péchés des riches, par les aumônes que ceux-ci ne manqueront pas de faire pour le salut de leurs âmes. « Comme l’eau éteint le feu, l’aumône éteint le péché168 ». Mais cette charité nécessaire doit être régie et encadrée pour éviter la prolifération des gueux dont l’image se modifie à partir de 1350, à tel point que B. Geremek estime que la notion d’« inutilité sociale169 » pour les pauvres et les vagabonds se fait jour, relayée par des sarcasmes d’Eustache Deschamps et des sermons de Jean Gerson. Bien évidemment, la situation à la fin du XIVe siècle ne fut pas aussi uniforme : la reprise économique fut relative sous le règne de Charles V mais le revers de la médaille d’une monnaie forte, stabilisée consista en une « fiscalité lourde qui hypothèque l’avenir170 ». Le « petit peuple » s’appauvrit mais aussi, dans une certaine mesure, il y eut déclin des fortunes foncières (pour les nobles) et marchandes traditionnelles. Les faibles rendements fonciers et céréaliers affectent également des seigneurs qui par ailleurs sont aussi parfois décimés par lignées entières dans les combats de la Guerre de Cent Ans. Et quand ils ont la vie sauve car prisonniers de l’ennemi, les rançons ou le fameux système des « appatis171 » obèrent les finances seigneuriales sur plusieurs générations.

  • 172 G. Duby, R. Mandrou, Histoire de la civilisation française, Tome I, Moyen Âge – XVIe siècle, Paris (...)

152Le XVe siècle comparativement fut « calme », d’autant plus que la fin progressive de la Guerre de Cent Ans arrête aussi de décimer le territoire français et d’assécher les finances royales. Le recul général de la production s’accompagne aussi de celui des échanges : le dynamisme des foires de Champagne apparaît lointain, marchands et industriels connaissent aussi une « récession » qui contribue d’autant à la consolidation du mythe de cet âge d’or pour les gens de la fin du Moyen Âge qu’était « le bon temps du roi Saint Louis ». Cet état d’esprit du regret d’un temps jadis supposé meilleur a semblé général, d’autant plus que même l’autorité religieuse chrétienne incontestée certes dans l’esprit des fidèles, subit les assauts d’une crise majeure, le schisme d’Occident, et ne fait qu’ajouter au « désarroi des consciences172 ».

La situation religieuse : le schisme d’Occident

  • 173 E. Delaruelle, A. Latreille, J.R. Palanque, Histoire du catholicisme en France, Paris, 1957.
  • 174 dont Le Songe du Vergier, ouvrage de notre corpus central et rédigé à la demande de Charles V, se (...)

153L’époque du bon roi Saint Louis fut aussi une époque de « prospérité religieuse173 » avec l’expansion des ordres monastiques et la floraison de l’Université française au XIIIe siècle. La crise de l’Église catholique débuta en fait sous Philippe le Bel, avec l’établissement de la papauté en Avignon et elle s’amplifia avec le Grand Schisme d’Occident, Avignon contre Rome, de 1378 à 1417. Deux papes, avignonnais et romain, avec des titulaires successifs, se partagent l’obédience spirituelle… et financière de l’Europe, avec comme toile de fond permanente, l’affrontement entre les États princiers. C’est, pour le royaume de France les débuts du gallicanisme, avec les débats174 qu’il suscite et de réelles conséquences fiscales et financières. L’ordonnance de juillet 1398, interdisait à tout Français d’obéir désormais à Benoît XIII, disposait des bénéfices de ses partisans, mis sous séquestre et administrés par le Roi, et interdisait toute administration du Saint-Siège sur les évêques et les monastères. C’en est fini de la centralisation administrative et juridique, qui, depuis des siècles, mêlait de façon constante l’autorité du Saint-Siège. Le gallicanisme signifie de fait la soustraction d’obédience. L’Eglise de France cessant provisoirement de dépendre du Saint-Siège consentit au Roi Charles V d’importants avantages financiers.

  • 175 G. Duby, R. Mandrou, Histoire de la civilisation française, ouv. cité, p. 259.

154Il y eut deux papes et jusqu’à trois à un moment donné. Cette crise se résout après un quart de siècle par l’élection de Martin V, mais les effets immédiats du spectacle d’une papauté déchirée s’ajoutèrent à la crise des consciences : « ces antagonismes de grands prélats, encouragèrent une tendance déjà puissante, celle qui poussait les fidèles à vivre leur religion en dehors de la hiérarchie,… à rechercher un contact direct avec Dieu175 ». Les crises économique, sociale, politique et religieuse s’accompagnèrent aussi sans doute sinon de crises mais pour le moins d’ébranlements moraux.

Notes

1 Dont nous conservons la trace dans l’expression « avoir maille à partie avec quelqu’un ».

2 J.P. Goudaillier, Comment tu tchates ou Dictionnaire du français contemporain des cités, Paris, Maisonneuve, 2001.

3 Ph. Wolff, Commerce et Marchands de Toulouse, in La France à la fin du XIVe siècle, renouveau et apogée, Actes publiés sous la direction de B. Chevalier er de Ph. Contamine, éd. CNRS, Paris, 1985, p. 22.

4 B. Chevalier, Les Bonnes villes en France du XIVe siècle au XVe siècle, Paris 1994.

5 M.T. Lorcin, Les fabliaux français, pp. 133 à 157.

6 Idem p. 151.

7 F.Villon, Lai XXXVI « Les Regrets de la Belle Heaumière » in Œuvres complètes, ouv. cité.

8 F.Villon, Lai XLIX « Ballade la Belle Heaumière aux filles de joie » in Œuvres complètes, ouv. cité.

9 F.Villon, Œuvres complètes, ouv. cité.

10 Le propos de cette étude n’est pas de retracer le débat des historiens contemporains depuis environ 80 ans sur l’ampleur de la crise économique de l’Occident médiéval. Tous s’accordent malgré tout sur une certitude : il y a eu crise économique, ou plutôt des crises économiques aux ampleurs différenciées selon les régions et les secteurs économiques. Nous renvoyons à notre bibliographie sur l’histoire économique.

11 Et non à la personne du Roi comme le souligne Ph. Wolff dans l’Automne du Moyen Âge ou printemps des temps nouveaux, Paris, Aubier, 1986, pp. 53 et 54.

12 N. Oresme, Traictié de la première invention des monnoies, textes français et latins, d’après les manuscrits de la Bibliothèque Impériale publiés et annotés par M.L. Wolowski, Paris, 1864, réimpression Edizioni Bizzari, Rome, 1969.

13 Ph. Contamine, Guerre, État et société au Moyen Âge, Paris, 1972, Ph. Contamine, Marc Bompaire, Stéphane Lebecq, Jean-Luc Sarrazin, L’économie médiévale, Armand Colin, Paris, 1993.

14 J. Delaruelle, Histoire du Catholicisme en France, t. I et II, Paris, 1956.

15 M. Mollat et Ph. Wolf, Ongles bleus, Jacques et Ciompi, Les révolutions populaires en Europe aux XIVe et XVe siècles, Paris, Calmann-Lévy, 1970.

16 Ph. Contamine, Guerre, État et société au Moyen Âge, ouv. cité.

17 F. Autrand, Charles V, Paris, Fayard, 1994.

18 Ce mot est inconnu au Moyen Âge, il a été « créé en 1890 par Sudrier et Gaston Paris pour désigner le dialecte présumé parlé en Ile-de-France en le distinguant de la langue devenue ultérieurement nationale » J. Picoche, C. Marchello-Nizia, Histoire de la langue française, Nathan, Paris, 1994.

19 Christine de Pisan, le Livre des fais et bonnes meurs du sage roy Charles V, éd. S.Solente, Paris Honoré Champion, 1936, réimpression 1977.

20 F. Autrand, Charles VI, ouv. cité, p. 413.

21 Ibidem.

22 B. Guenée, L’opinion publique à la fin du Moyen Âge d’après la « Chronique de Charles VI » du Religieux de Saint-Denis, Perrin, Paris, 2002, pp. 111 et suivantes.

23 S. Solente, Christine de Pisan, Paris, Klincksieck, 1969, p. 8.

24 Philippe de Mézières, Le livre de la vertu du sacrement de mariage, ed. from Paris, Bibliothèque nationale, MS. fr. 1175 by Joan B. Williamson, Washington (DC), the Catholic University of America press, 1992.

25 N. Oresme, Traictié de la première invention…, ouv. cité.

26 Benoit Santiano, Les problèmes monétaires au Moyen Âge, ouv. cité, p. 28.

27 Ce texte figure également dans sa version manuscrite sur le site http://www.ordonnances.org/index.html qui regroupe en ligne les ordonnances des rois de France, Lettres adressées au séneschal de Beaucaire et au receveur ou son lieutenant, touchant le cours des monoyes. - Ordonnances des roys de France de la troisième race…- t. II. - Paris : Impr. royale, 1729.- p. 254-256.

28 S. Piron, Monnaies et majesté royale dans la France du 14e siècle, Annales HSS, mars-avril 1996, p. 341.

29 Idem, ouv. cité, p. 346.

30 Idem, ouv. cité, p. 347.

31 J. Le Goff, La bourse ou la vie, Paris, 1986.

32 Cf. Autour du vocabulaire de la dette, Chap. IV, p. 227, infra.

33 D. Menjot, « La politique monétaire de Nicole Oresme » in P. Souffrin et J.-P. Weiss, Nicolas Oresme, tradition et innovation chez un intellectuel du XIVe siècle, Paris, 1988, p. 180.

34 Idem, ouv. cité, p. 181.

35 Idem, ouv. cité, p. 182.

36 Ibidem, p. 182.

37 Richard Arena, « Réflexions sur la théorie monétaire de Nicole Oresme », in P. Souffrin et J.-P. Weiss, Nicolas Oresme, tradition et innovation chez un intellectuel du XIVe siècle, Paris, 1988, p. 196.

38 Idem, p. 200.

39 J. Verger, Les gens de savoir dans l’Europe à la fin du Moyen Âge, Paris, PUF, 1997, p. 30.

40 D. Menjot, « La politique monétaire de Nicole Oresme », ouv. cité.

41 S.Piron, Monnaies et majesté royale dans la France du 14e siècle, ouv. cité, p. 348.

42 D. Menjot, « La politique monétaire de Nicole Oresme », ouv. cité, p. 187.

43 Idem, p. 188.

44 Ibidem.

45 L.F. Meunier, Essai sur la vie et les ouvrages de Nicolas Oresme, Paris, Lahure, 1857.

46 J. Quillet, « Nicole Oresme, traducteur d’Aristote », in P. Souffrin et J.-P. Weiss, Nicolas Oresme, tradition et innovation chez un intellectuel du XIVe siècle, Paris, 1988, p. 82.

47 Idem p. 86.

48 Idem, p. 100.

49 P. de Mézières, Le Songe du Viel Pèlerin, edited by G. W. Coopland, Cambridge, 1969.

50 Ibidem.

51 N. Jorga, Philippe de Mézières et la croisade au XIVe siècle, Paris, 1986, p. 416.

52 F. Autrand, Charles VI, ouv. cité, p. 198.

53 P. de Mézières, Le Livre de la vertu du sacrement du mariage et réconfort des dames mariées, ouvrage inédit, seul ms connu Paris BN fr.1175. P. Y. Bodel le cite dans son ouvrage, Le Roman de la Rose au XIVe siècle, étude de la réception de l’œuvre, Droz, Paris, 1980, une étude de E. Golenistcheff-Koutouzoff, Étude sur le Livre de la vertu du sacrement du mariage et réconfort des dames mariées, Belgrade, 1937 p. 200.

54 J. Quillet, Charles V le Roi Lettré, essai sur la pensée politique d’un règne, Perrin, Paris, 1984, p. 12.

55 S. P. Molenaer, Li livres dou gouvernement des rois, a XIIth century french version of Egidiv Colonna’s treatise De regimine principum, New York, 1899, cité par J. Krynen, Idéal du Prince et pouvoir royal à la fin du Moyen Âge, Picard, Paris, 1986.

56 J. Krynen, Idéal du Prince… ouv. cité.

57 Prier au Moyen Âge, Pratiques et Expériences (Ve - XVe siècles), Textes traduits et commentés sous la direction de N. Bériou et J. Longène et J. Berlioz, Bruxelles, 1991, p. 239.

58 V. Brants, Philippe de Mézières et son projet de banque populaire, 1389, dans Revue catholique de Louvain, 1880, janv. juin 1880, pp. 591-592.

59 Le Songe du Vieil Pélerin, ouv. cité.

60 cité par N. Jorga, Philippe de Mézières et la croisade au XIVe siècle, ouv. cité, p. 417.

61 S. Solente, Christine de Pisan, Paris, Klincksieck, 1969, p. 8.

62 Au champ des escritures, IIIe Colloque international sur Christine de Pisan, ouv. cité.

63 P. Y. Bodel, Le Roman de la Rose au XIVe siècle…, ouv. cité et Christine de Pisan, Jean Gerson, Jean de Montreuil, Gontier et Pierre Col, Le débat sur le Roman de la Rose, Édition critique, introduction, traduction, notes par Eric Hicks, Slatkine, Genéve, 1996.

64 C. de Pisan, Le Livre du chemin de long estude, Édition critique du ms. Harley 4431/Christine de Pizan ; trad., présentation et notes par Andrea Tarnowski, Paris, LGF, 2000 C. de Pisan,
C. Pisan Le Livre de Mutacion de Fortune, ed. Suzanne Solente, Paris, 1959-1966
C. de Pisan, L’Advision-Christine, ed. Sister Mary Louise Towner, Wahington, DC 1932.

65 C. de Pisan, Le Livre du corps de Policie, éd. Kennedy, Paris, Champion, 1998
C. de Pisan, Le Livre du corps de Policie, Droz, Genéve, 1967, édition critique par Robert H. Lucas.

66 C. de Pisan, Le Livre de la paix, ed. Charity Cannon Willard, La Haye, 1958.

67 J. Krynen, Idéal du Prince…, ouv. cité, p. 64.

68 Gilles de Rome, Le Livre du gouvernement des princes, trad. franç. du De regimine principum par Henri de Gauchi, éd. S. P. Molenaer, New York, 1899.

69 Christine de Pisan, Le Livre du corps de policie, ouv. cité.

70 Le Livre du chemin de long estude, Édition critique du ms. Harley 4431/Christine de Pizan, trad ; par Andrea Tarnowski, Paris, LGF, 2000 et Le livre de Mutation de fortune, Paris, Picard, 1959.

71 S. Solente, Christine de Pisan, ouv. cité, p. 82.

72 Christine de Pisan, Oeuvres poétiques de Christine de Pisan, éd. Maurice Roy, Paris, Firmin Didot, 1891.

73 R. Thomassy, Essai sur les écrits politiques de Christine de Pisan, Paris, 1838.

74 Christine de Pisan, Oeuvres poétiques, ouv. cité.

75 Christine de Pisan database, http://www.arts.ed.ac.uk/french/christine/cpstart.htm.

76 J. Blanchard et M. Quereuil, Lexique de Christine de Pisan, Paris, Klincksieck, 1999 (Matériaux pour le Dictionnaire de moyen français).

77 M. J. Pinet, Christine de Pisan, Paris, 1927.

78 S. Solente, À propos d’un livre récent sur Christine de Pisan, Revue Belge de Philologie et d’histoire, Tome VIII, 1929 no 1.

79 Le Songe du Vergier, ouv. cité.

80 L’édition de Mme Schnerb- Lièvre comporte l’édition française. Nous renvoyons à son introduction et son abondante bibliographie pour l’histoire de la réception de cette œuvre. Comme F. Autrand et B. Guenée, qui à la suite de M. Schnerb-Lièvre, attribuent Le Songe du Vergier à Evrart de Tramaugon, nous suivons l’avis des historiens spécialistes de la période.

81 Cette expression empruntée à J. Quillet, Charles V, ouv. cité p. 65 est la seule qui nous paraisse suffisamment fédératrice pour les quatre ouvrages de notre corpus central.

82 F. Autrand, Charles V…, ouv. cité p. 669.

83 A. Lombard-Jourdan, « Montjoie et Saint-Denis », Le centre de la Gaule aux origines de Paris et de Saint-Denis, Presses du CNRS, Paris, 1989, p. 68.

84 A ce sujet voir D. Ancelet-Netter, « Dettes et débiteurs dans le Notre Père », Revue Transversalités, DDB janvier-mars 2009, no 109, pp. 105-123

85 J. Subrenat, « Quatre Paternostres parodiques » dans La prière au Moyen Âge », CUERMA, Aix-en-Provence, Sénéfiance, no 10, pp. 515-548.

86 S. Berger, La Bible française au Moyen Âge, Étude sur les plus anciennes versions de la Bible écrite en prose de langue d’oil, Paris, 1884

87 La Bible de Jehan Malkaraume, éd. J.R. Smeets, Assen 1978 et éd ; W. Lourdeaux et D. Verhelst, Leuven, 1979.

88 La Bible de Macé de la Charité, Leyde
I. Genése, Exode, éd. J.R.Smeets, 1967
II. Lévitique, Nombres, Deutéronome, Josué, Juges, éd. Paris, E.R. Verhuyck, 1977
III. Rois, éd. ANL Prangsma-hagenius, 1970
IV Ruth, Judith, Tobie, Esther, Daniel, Job, éd. C. M. van de Krabben, 1964
V Cantiques des Cantiques, Maccabées, éd. J.R. Smeets, 1982
VI Évangiles, Actes des Apôtres, éd. R.L. Lops, s. d. Édition précédée d’une étude sur la morphologie de la Bible par Q.I.M Mok ; (Leidse Romanistiche Reeks (X/I-VII).

89 Les Bibles en français, Histoire illustrée du Moyen Âge jusqu’à nos jours, sous la direction de P.M. Bogaert, Brepols, Genéve, 1991.

90 F.Rapp, L’Eglise et la vie religieuse en Occident à la fin du Moyen Âge, PUF Paris, 1971, p. 325.

91 J.Ferry, M.Gilbert, E. Herr, E. Perrot, J.Taylor, Bible et économie, Servir Dieu ou l’argent, Presses Universitaires de Namur, 2003.

92 Consultable sur le site http ://www.enluminures.culture.fr/documentation/enlumine/fr/index3.

93 cité par F.Autrand, Charles VI, ouv. cité p. 374

94 R. de Presles, introduction à la traduction de La Cité de Dieu de Saint-Augustin, dans Paris et ses historiens aux XIVe et XVe siècles, Documents écrits et originaux recueillis et commentés par Le Roux de Lincy et L. M. Tisserand, Paris, 1867, réimpression partielle, Paradigme, Caen, 1992. Les traductions imprimées sont des éditions du XVIe et du XVIIe siècles, difficiles d’accès la BNF.

95 D. Foulechat, Le Policratius de Jean de Salisbury (1372), éd. C. Brücker, Genéve, 1994.

96 A. D. Menut, Maître Nicole Oresme : Le Livre des Ethiques d’Aristote, with a Critical A.D. Introduction and Notes, New-York, Stechert, 1940.
A.D. Menut, Maître Nicole Oresme : Le Livre des Politiques d’Aristote, with a Critical Introduction and Notes, Transactions of the American Philosophical Society, 60 (6), 1970.
A. D. Menut, Maître Nicole Oresme : Le Livre de Yconomiques d’Aristote, with a Critical Introduction and Notes, Transactions of the American Philosophical Society, 47 (5), 1957.

97 « Extrait du compte du trésorier François Chanteprime : « À Nicole Oresme, doyen de l’église Notre-Dame-de-Rouen, pour avoir écrit un livre appelé politique par le commandement du toi, l’an MCCCLXXI » », cité par S. Luce, La France pendant la guerre de Cent ans, Paris, Hachette, 1890, p. 197.

98 S. Luce, La France pendant la guerre de Cent ans, ouv. cité.

99 Idem, p. 199.

100 J. Gerson, Œuvres complètes, Introduction, texte et notes par Mgr Glorieux, volume VII, L’œuvre française, Paris, 1966.

101 Ad prefulgidum sapinencie culmen prolem regis inclitam provehere, L’intiation des dauphins de France à la sagesse politique selon Jean Gerson, par J. Verger dans Penser le pouvoir au Moyen Âge, Études d’histoire et de littérature offertes à F. Autrand. Textes réunis par D. Boutet, J. Verger, Paris, 2000, pp. 427 à 440.

102 G. Di Stefano, L’œuvre oratoire de Jean de Courtecuisse, Turin, 1969.

103 S. Sandqvist, Trois contes français du XIVe siècle tirés du recueil intitulé Le Tombel de Chartrose, Stockolm, 1982 S.
Sandqvist, La Mort du roi Souvain, le dix-neuvième conte du recueil intitulé Le Tombel de Chartrose, Stockolm, 1985
Contes pieux en vers du XIVe siècle tirés du recueil intitulé Le Tombel de Chartrose, éd. E. Walberg, Amsterdam, 1975.

104 Guillaume de Digulleville, Le Pèlerinage de vie humaine, éd. J.J. Stürzinger, Londres, 1893.

105 P. Rézeau, Répertoires d’incipit des prières françaises à la fin du Moyen Âge, Paris, 1986
P. Rézeau, Les Prières aux saints en français à la fin du Moyen Âge, Publications romanes et françaises, 166, Droz, Genéve, 1983.

106 Le Mesnagier de Paris, Texte édité par Georgina E. Brereton et Janet M. Ferrier, Traduction et notes par Karin Ueltschi, Le Livre de Poche, Paris, 1994.

107 Le Livre du chevalier de la Tour Landry pour l’enseignement de ses filles, éd. Anatole de Montaiglon, Paris, 1854.

108 A.M. De Gendt, L’Art d’éduquer les nobles damoiselles, le Livre du Chevalier de la Tour Landry, Honoré Champion, Paris, 2003, p. 69.

109 Idem, p. 170-171.

110 Chroniques du Mont Saint-Michel, (1343-1468), éd. S.Luce, Paris, 1879 et 1883.
Chroniques des quatre premiers Valois (1327-1357), éd. S.Luce, Paris, 1862.

111 Chronique des règnes de Jean II le Bon et Charles V, Les Grandes Chroniques de France, éd. R. Delachenal, 1910.

112 J. Froissart, Chroniques, Livre I, Le Manuscrit d’Amiens, bibliothéque municipale no 486 édité par George T. Diller, Tome III et IV. Depuis la bataille de Crécy jusqu’au mariage du duc de Bourgogne avec Marguerite de Flandre (1346-1369).

113 E. de Monstrelet, Chroniques, éd. Douët d’Arq, Paris, 1857-1862.

114 J. Le Bel, Chronique de Jean le Bel, éd. J. Viard et E. Déprez, Société de l’Histoire de France.

115 N. Chareyron, Jean Le Bel, Le Maître de Froissart, Grant Imagier de la Guerre de Cent ans, De Boeck, Bruxelles, 1996.

116 Idem, p. 159.

117 Chronique normande, éd. E. Molinier, Paris, 1882.

118 G.Diller, Attitudes chevaleresques et réalités politiques chez Froissart, 1984.

119 N. de Baye, Journal, éd. A. Tuetey, Paris, 1885-1888.

120 A. Tuetey, Testaments enregistrés au Parlement de Paris sous le règne de Charles VI, Mélanges historiques, t. III, Paris, 1880.

121 A. Blanc, Le livre des comptes de James Olivie, marchand narbonnais du XIVe siècle, Paris, Picard, 1899, t. 2.

122 Ed. Forestié, Le livre de comptes des frères Bonis, marchands montalbanais du XIVe siècle, Paris-Auch, 2 vol. 1890-1893.

123 Le Livre de comptes, 1395-1406. Guy de la Trémoille et Marie de Sully, publié d’après l’original par Louis de La Trémoille, Paris, 1887.

124 E. Fournial, M. Gonon, Comptes de la réparation du donjon et de la construction de la Chambre des comptes de Montbrison, 1382-1383, Klincksieck, Paris, 1967.

125 Denis Cailleaux, « Les comptes de construction des célestins de Sens », 1477-1482 in Pierre et métal dans le bâtiment au Moyen Âge, Études réunies par O. Chapelot et P. Benoit, Éditions de l’EHESS, Paris, 2001, pp. 118-131.

126 Douët d’Arcq, Comptes de l’Argenterie des rois de France au XIVe siècle, Table des mots techniques
Le Roux de Lincy, Comptes des dépenses faites par Charles V dans le château du Louvre des années 1364 à 1368, Paris, 1852, extrait de la Revue archéologique, VIIIe année.

127 Les Chambres des comptes en France aux XIVe et XVe siècles, Textes et documents réunis par Philippe Contamine et Olivier Mattéoni, 1998.

128 L. Delisle, Mandements et actes divers de Charles V, Paris, 1874
Douët d’Arcq, Choix de pièces inédites relatives au règne de Charles VI, Paris, 1863-1864.

129 Ableiges (Jacques d’), Le Grand Coutumier de France, éd. E. Daboulaye et R. Dareste, Paris, 1868
L. Carolus-Boné, Les plus anciennes chartres en langue française, Paris, 1964
E. Cosneau, Les grands traités de la guerre de Cent ans, Picard, Paris, 1889
L. Delisle, Mandements et actes divers de Charles V, Paris, 1874
M. Secousse, Recueil des Ordonnances des rois de France, Paris, 1732-1741
G. Van Dievot, Les coutumiers, les styles, les formulaires et les « artes notariae », Typologie des sources du Moyen Âge occidental, Fasc. 48, Turnhout, 1986.

130 Cl. Gauvard, Les rites de la justice : gestes et rituels judiciaires au Moyen Âge, Paris, le Léopard d’or, 2000.

131 Guillaume de Machaut, Le Livre du Voir Dit, Le Livre de Poche, Paris p. 646
« Mais vous paierés la lamproie,
Car vous n’estes pas advoés,
Ne Consillier ne poés. ».

132 F. Autrand, Charles V, ouv. cité, p. 399.

133 P. Contamine, Guerre, fiscalité royale et économie en France, XVème, Proceedings of the Seventh International Economic History Congress, Edimburg, 1978.

134 S. Piron, « L’apparition du resicum en méditerranée occidentale, XIIe-XIIIe siècles », dans Pour une histoire culturelle du risque. Genèse, évolution, actualité du concept dans les sociétés occidentales, sous la direction de E.Collas-Heddeland, M.Coudry, O. Kammerer, A.J. Lemaître, B. Martin, Éditions histoire et Anthroplogie, Strasbourg, 2004, p. 59-76.

135 J. Le Goff, La Bourse ou la Vie, ouv. cité.

136 G. Kleiber, Le Mot « ire » en ancien français, XIe-XIIe siècles : essai d’analyse sémantique, Klincksiek, Paris, 1978.

137 B. Dupriez, Gradus, Les procédés littéraires, (dictionnaire), 10/18, Paris, 1980
G. Molinié, Dictionnaire de rhétorique, Le Livre de poche, Paris, 1992.

138 R.Martin, Comprendre la linguistique, Paris, PUF, 2002, p. 16.

139 A.M. Brousseau, Y.Roberge, Syntaxe et sémantique du français, Fides, Collection Champs linguistiques, Québec, 2000, p. 35.

140 F. Rastier, Sens et textualité, Hachette, Paris, 1989.

141 C. Touratier, La sémantique, Armand Colin, Paris, 2000, p. 54.

142 N. Nabert, Les réseaux d’alliance en diplomatie aux XIVe et XVe siècles, étude sémantique, H. Champion, Paris, 1999
J. Picoche, Le vocabulaire psychologique dans les chroniques de Froissart, le plaisir et la douleur, Amiens, 1984 et Klincksiek, Paris, 1976.

143 A.Doillon, Le dico de l’argent, Fayard, Paris, 2003.

144 Dictionnaire historique de la langue française, sous la direction de A. Rey, Le Robert, Paris, 1994
W. von Wartburg, Französisches etymologisches Wörterbuch, Bonn, Tübingen, Basel, 1928.

145 N. Nabert, Les réseaux d’alliance en diplomatie aux XIVe et XVe siècles, ouv. cité, p. 537.

146 Idem, p. 534.

147 F. Rastier, Sens et textualité, ouv. cité, p. 280.

148 Ibidem.

149 V. Schott-Bourget, Approches de la linguistique, Nathan, Paris, 1994, p. 25.

150 C. Touratier, La sémantique, ouv. cité, p. 3.

151 J. Picoche, Structures sémantiques du lexique français, Nathan, Paris, 1986, p. 9.

152 C. Touratier, La sémantique, Armand Colin, Paris, 2000, p. 62.

153 J. Picoche, Structures sémantiques du lexique français, ouv. cité p. 3.

154 R. Martin, Comprendre la linguistique, PUF, Paris, 2002, p. 42.

155 J. Picoche, Précis de lexicologie française, l’étude et l’enseignement du vocabulaire, Nathan, Paris, 1977, p. 70.

156 Article « métaphore » in http://www.cnrtl.fr/ : Centre national de Ressources Textuelles et Lexicales.

157 Jean Kokelberg, Les techniques du style, vocabulaire, figures de rhétorique, syntaxe, rythmes, Nathan, Paris, 2004, p. 39.

158 M.Arrivé, F.Gadet, M.Galmiche, La grammaire d’aujourd’hui, guide alphabétique de linguistique française, Flammarion, Paris, 1986.

159 F. Autrand, Charles V, ouv. cité, p. 161.

160 Révoquée le 8 avril 1357 par le dauphin.

161 M. Mollat, Ph. Wolff, Ongles bleus…, ouv. cité.

162 Du nom des « maillets » dont la foule se saisit au Châtelet où Du Guesclin les avait faits installer en vue d’une bataille contre les Anglais.

163 M. Mollat, Ph. Wolfff, Ongles bleus… ouv. cité p. 9.

164 Idem, p. 17.

165 Idem, p. 104.

166 J. Huizinga, L’automne du Moyen Âge, Paris, Payot, réédition 2002.

167 B. Geremek, La potence ou la pitié : l’Europe et les pauvres, du Moyen Âge à nos jours, Gallimard, Paris, 1987, p. 65.

168 B. Geremek, Truands et misérables dans l’Europe moderne, (1350-1600), Gallimard, Paris, 1980, p. 114.

169 Idem, ouv. cité, p. 6.

170 M. Mollat, Ph. Wolfff, Ongles bleus… ouv. cité p. 132.

171 Voir à ce propos l’article de Philippe Contamine « Lever l’impôt en temps de guerre » dans L’Impôt au Moyen Âge, ouv. cité p. 11 et sv.

172 G. Duby, R. Mandrou, Histoire de la civilisation française, Tome I, Moyen Âge – XVIe siècle, Paris, Armand Colin, 1968, p. 258.

173 E. Delaruelle, A. Latreille, J.R. Palanque, Histoire du catholicisme en France, Paris, 1957.

174 dont Le Songe du Vergier, ouvrage de notre corpus central et rédigé à la demande de Charles V, se fait largement l’écho.

175 G. Duby, R. Mandrou, Histoire de la civilisation française, ouv. cité, p. 259.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search