Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Football et identité

 | 
Ulrich Pfeil

Conclusion

Alfred Wahl

Texte intégral

1Le groupe de recherche sur le football et son histoire demeure numériquement limité pour cause de jeunesse de la discipline. Et c’est grâce notamment à la présence de chercheurs de la nouvelle génération que cet ouvrage peut aborder des thématiques inédites. La discipline s’inscrit désormais solidement comme l’une des plus légitimées de la recherche universitaire. La barrière édifiée initialement par les sceptiques est désormais enfoncée. Aujourd’hui, la recherche sur le football représente une particularité : c’est la cohabitation dans les manifestations scientifiques entre historiens et sociologues, voire géographes ou même ethnologues. Sans doute, le football peut-il être abordé par le biais de la sociologie ou de la géographie ; mais au départ, c’est aux historiens de restituer les grandes lignes de l’implantation de cette pratique qui a duré un siècle et même un siècle et demi s’agissant de la Grande-Bretagne. Toute approche disciplinaire autre doit pouvoir s’appuyer sur des bases historiques solides qui fournissent des lignes directrices indispensables.

2Pour l’heure, la confrontation directe portant sur le thème de l’identité en rapport avec le football a eu l’avantage de révéler à la fois l’intérêt d’une démarche pluridisciplinaire et la nécessité de disposer d’une solide connaissance historique. En ouverture, Ulrich Pfeil se réfère notamment aux appréciations d’auteurs français et allemands sur la signification du football jugé comme un véritable miroir de nos sociétés contemporaines dans le passé et dans le présent. À toutes les phases de son histoire, donc dès ses débuts, le football a été le reflet des problèmes du temps au sein d’une nation, d’une région ; il en a aussi exalté l’identité. Ce sujet, le football et l’identité n’est pas neuf. Plusieurs colloques l’ont déjà abordé au cours des années écoulées. Mais le thème est inépuisable ; ici, il a donné lieu à des contributions, toutes stimulantes, portant sur six thématiques.

  • 1 Cf. Franz-Josef Brüggemeier, Zurück auf dem Platz. Deutschland und die Fußball-Weltmeisterschaft 1 (...)

3La première thématique, football et nation a fait l’objet d’études nombreuses. Mais l’intérêt ne se dément pas pour autant. Wolfram Pyta consacre sa contribution à l’Allemagne d’après guerre surtout. Comme d’autres, des journalistes avant tout, il a largement évoqué l’événement emblématique de la victoire de 1954 dans la coupe du monde de football qui a tant contribué au retour d’une fierté nationale relégitimée. L’expression « Wir sind wieder wer » employée au lendemain de la victoire ponctuait le retour de la nation quasiment interdite depuis 1945. Ainsi, l’appartenance nationale, la fierté nationale ont fait leur réapparition grâce au football ; le football s’étant substitué à toutes les autres valeurs qui définissent la nation. L’on sait que l’événement a donné lieu à des controverses résultant de quelques dérives, en particulier de la part du président du « Deutscher Fußball Bund », Peco Bauwens. La discussion a permis d’évoquer les travaux les plus récents relatifs à ce dernier point et notamment ceux de Franz-Josef Brüggemeier1. Celui-ci expose d’abord que le titre mondial n’a pas eu, en réalité, de grand retentissement en son temps. Il n’a pris cette dimension que plusieurs décennies après, avec des évocations historiques. Enfin, il relativise aussi la signification des références au vocabulaire nazi de Bauwens. Ainsi, lorsqu’il a employé le mot « Führerprinzip », Bauwens aurait manié l’ironie pour s’excuser d’avoir pris une décision rapidement, sans avoir consulté les autres dirigeants du DFB.

4À compter de 1970, les remarquables performances de l’équipe nationale allemande confortent au sein de la population la sérénité et l’assurance retrouvées par elle, sans s’accompagner d’une quelconque exaltation nationaliste qui serait perçue comme suspecte. D’ailleurs, après 1970 et les mouvements de contestation des valeurs nationales traditionnelles, soit venues de l’extrême gauche ou des spécialistes de la « Vergangenheitsbewältigung », la nation était dévaluée. Wolfram Pyta remarque, à juste titre, qu’après 1990 avec la réunification et depuis l’accélération de l’unification européenne et récemment l’abandon de la monnaie nationale, le football est davantage encore le grand repère de la nation allemande.

5Ce constat mérite sans doute un approfondissement. Mais d’ores et déjà, l’on peut affirmer que devant les progrès à pas de géant de la globalisation, c’est le football qui constituera le noyau de résistance des nations. Drapeaux nationaux, hymnes nationaux, voilà qui suscite l’intense adhésion des grandes foules des stades de football. On n’y distingue pas de drapeau européen et l’on n’y joue pas l’hymne européen. Peut-être davantage que le monument aux morts, c’est le stade de football qui constitue le dernier refuge de la nation et le moyen trouvé pour résister à la volonté de faire disparaître la nation de la sensibilité des populations. On sait, par ailleurs, combien le football a permis la construction identitaire des anciens territoires coloniaux ayant obtenu l’indépendance nationale après 1945.

6La même problématique appliquée à la France et à son football offre davantage de variantes selon Paul Dietschy. La faiblesse du niveau du football français au cours des premières décennies de sa pratique n’a pas permis cette association fusionnelle entre l’équipe nationale et l’exaltation nationale comme en Allemagne. En revanche, cette association se serait forgée lors de la finale de la coupe de France, appelée métaphoriquement la fête nationale du football. On sait que cette compétition a donné lieu annuellement à un rituel de type national et patriotique autour du monument aux morts de sa ville pour le vainqueur. Cette association s’est formée autour de cette compétition parce que jusqu’en 1932, il n’existait pas d’autre compétition au niveau national. Le football français ne connaissait qu’un championnat au niveau régional. Une autre caractéristique du football français pose la problématique du rôle de ce jeu dans la construction de la nation : la présence des très nombreux joueurs issus des différentes phases de l’immigration après 1900. La participation de ces joueurs aux compétitions au sein d’équipe composées de Français « de souche » plus anciens, est alors censée contribuer à leur intégration dans la nation française, à l’instar de l’école, du service militaire et du lieu de travail. Bref, le football serait un facilitateur de la formation et de la pérennisation de cette « nation élective » que serait la France. C’est du moins ce que certains intellectuels médiatisés et pressés ont voulu voir dans les manifestations multi-ethniques consécutives aux exploits de l’équipe de France en 1998. Le démenti a suivi rapidement.

  • 2 Cf. Pierre Lanfranchi, « Le football sarrois de 1947 à 1952. Un contre-pied aux actions diplomatiq (...)

7Les deux contributions au thème portant sur le football et la région revêtent un caractère bien particulier puisque les régions prises en compte se situent à la frontière franco-allemande et furent longtemps disputées entre les deux nations. Dans ces conditions, la signification du football est plus grande que s’il s’agissait de deux régions ordinaires. En d’autres termes, les résultats obtenus ici ne peuvent être généralisés. Dietmar Hüser aborde la question du football sarrois entre 1945 et 1955. Le rôle du football durant la marche vers le rattachement de la Sarre à la République fédérale a déjà fait l’objet de deux études françaises2. Dietmar Hüser observe, lui aussi, la volonté d’instrumentaliser le football à des fins politiques, à la fois par la France et par l’Allemagne, mais également par certaines forces politiques locales animées par des projets régionalistes. Hüser met l’accent sur les tentatives d’intégrer le football sarrois dans le championnat de France puis il retrace les étapes de la marche inverse qui est passée par une phase brève d’autonomie où le football sarrois a pu adhérer à la FIFA. Au total, Hüser rappelle que le football sarrois a suivi la même trajectoire que le statut politique jusqu’à l’intégration dans la République fédérale.

8Le problème posé par Pierre Pirot est relativement semblable. Le football du Reichsland Elsaß-Lothringen a été intégré dans l’espace du sud-ouest du Reich afin de le sortir de son isolement et en tout cas de son espace trop étriqué pour autoriser une compétition attractive. Dans cette orientation, Pierre Pirot ne repère aucune volonté politique. Mais cette conclusion mérite sans doute d’être confirmée. Une recherche plus approfondie révélera peut-être de la part des autorités du Reich une volonté politique. Quoiqu’il en soit, l’intégration du football alsacien-lorrain dans le Reich n’a pu se réaliser puisque le territoire est retourné à la France, tout comme la Sarre est retournée à l’Allemagne. Pierre Pirot proposera prochainement, dans le cadre de sa thèse de doctorat, une problématique qui s’inscrit dans les objectifs de ce colloque : celle d’une ébauche de cohabitation des familles du football autochtone et du football des immigrés, les « Altdeutschen », par le biais des rencontres et de toutes les pratiques conviviales et festives qui les accompagnent. Toutefois, il est impossible de mesurer la qualité et l’étendue de cette cohabitation. Du moins, la conclusion de Pierre Pirot contredit-elle la thèse traditionnelle de l’existence de deux sociétés hermétiquement séparées dans les grandes villes du Reichsland.

9Les deux contributions suivantes sont consacrées à un aspect identique du rapport du football avec le milieu local. Les deux auteurs décrivent le phénomène de mythologisation intervenant sur la longue durée dans le cas de clubs devenus emblématiques. Ni le FC Schalke 04, ni l’AS St-Étienne ne sont demeurés des clubs représentatifs exclusivement de la classe ouvrière de Gelsenkirchen et Saint-Étienne. Mais le mythe a eu le temps de s’enraciner et de se perpétuer. Ce que montre Stefan Goch qui a retracé l’histoire du club de Schalke 04. Le club a lui-même agi afin que le mythe perdure. Et la presse a complaisamment repris le thème afin de donner aux articles le ton affectionné par le lectorat, c’est-à-dire le pittoresque et la spécificité. L’image médiatique de Schalke 04 est aujourd’hui encore celle d’un club ouvrier qui se distingue des autres clubs de la Bundesliga.

10De son côté, Pascal Charroin souligne combien l’AS Saint-Étienne aussi a charrié cette réputation de club ouvrier qui est accrochée à ses basques. Elle est encore validée si l’on se fonde sur les enquêtes portant sur la composition sociale du public du fameux « chaudron », le stade Geoffroy Guichard. Pascal Charroin distingue trois types d’identité pour se rapprocher de l’objectivité. L’identité objective est établie par les études statistiques ; l’identité subjective interne est la manière de se représenter par le groupe lui-même qui cherche à se donner une image vers l’extérieur ; l’identité subjective externe enfin, est celle conférée par la presse qui reprend volontiers les mythes forgés par le temps. Voilà qui autorise l’établissement de réalités solides. Le recours à ces définitions permet de montrer que les changements progressifs de la structure sociale du club et des spectateurs du stade n’ont en rien affecté la pérennisation du mythe d’un club ouvrier. Beaucoup trop de chercheurs se contentent encore de reproduire, sans les soumettre à la critique, les mythes que charrie le football sur le public, le style de jeu des équipes selon les régions, etc. La presse pratique particulièrement l’évocation de ces mythes et comme elle constitue la source principale du chercheur, surtout du sociologue, celui-ci oublie parfois de conserver ses distances par rapport au contenu. Mais au total, le football représente un excellent terrain pour étudier l’histoire des mythes.

  • 3 Cf. Alfred Wahl, « Le football, dernier vecteur d’intégration ? », in : Georges Vigarello (éd.), L (...)

11Au quatrième niveau d’approche des rapports du football et de l’identité, celui de l’ethnicité, Nicolas Bancel et Diethelm Blecking abordent la question de la confrontation de l’immigration avec le football, notamment dans les banlieues. Nicolas Bancel présente une brève synthèse sur le recours à la pratique du football par les politiques publiques françaises d’intégration et de socialisation des jeunes immigrés ou descendants d’immigrés. Diverses études ont déjà montré comment cette politique reposait sur une hypothèse ou une croyance selon lesquelles la pratique du football, par ses vertus éducatives supposées, serait en mesure de reconstruire le modèle républicain d’intégration. Les élus responsables oubliant seulement que la concrétisation des espoirs placés dans le football supposait la mise en place d’intermédiaires plus nombreux, les éducateurs3.

12À propos de la même problématique, Diethelm Blecking choisit une approche historique pour souligner l’influence de l’ethnicité dans le football. Il rappelle d’abord le rôle des juifs dans la fondation des clubs (Bayern de Munich), puis le rôle des joueurs polonais durant l’entre-deux-guerres (l’emblématique Schimanski, le mineur polonais) ; enfin des joueurs turcs au cours du temps présent. Tout au long de cette longue période, un fait ne s’est pas démenti : la persistance des clubs ethniques que le DFB n’a pas su intégrer ou qui n’ont pas voulu participer aux compétitions avec les joueurs allemands d’origine, à quelques exceptions près dont celle de Schimanski. L’histoire étant jalonnée jusqu’à nos joueurs de conflits récurrents. La comparaison avec la France s’impose ici. La Fédération française de football a d’emblée accepté la participation des clubs ethniques aux diverses compétitions. Pour cause de contribution à la paix sociale, elle souhaiterait d’ailleurs, avec l’appui du gouvernement, aboutir aujourd’hui à l’extinction de ces clubs ethniques en raison des dangers du communautarisme qui agit en sens inverse. Contrairement à l’Allemagne, la séparation n’est pas aussi nette. On sait qu’au Luxembourg, les clubs ethniques ne participent même pas aux compétitions de la fédération de football. Mais le sujet restera brûlant et permettra aujourd’hui à des universitaires de sortir de leur rôle traditionnel pour intervenir directement dans le champ social.

13Après d’autres chercheurs, Mareike König et Xavier Breuil reviennent sur les rapports difficiles entre les femmes et le football en raison de l’image de la première qui veut qu’elle soit exclue d’un jeu arbitrairement défini comme étant spécifiquement masculin. Tant Mareike König pour l’Allemagne que Xavier Breuil pour la France s’interrogent sur les relations qui pourraient exister entre l’état des mentalités, entre la conjoncture historique d’un côté et le développement du football féminin de l’autre. Et l’on s’aperçoit que la reconnaissance actuelle du football féminin est le fruit d’une lutte entamée par le mouvement d’émancipation des femmes. Très globalement, l’on observe que l’Allemagne et tous les pays de l’Europe du nord de l’Europe, de culture protestante se trouvent en pointe tant pour l’émancipation féminine que pour le développement du football féminin. Il y a sans doute là davantage qu’une adéquation significative. Diverses hypothèses ont été avancées et notamment les conséquences de l’ouverture de cours d’éducation physique mixtes en Suède par exemple. L’on est encore au début de la recherche sur cette question. Elle révélera à coup sûr bien d’autres enseignements et comme à l’ordinaire des explications d’ordre général en partie contredites par de nombreuses exceptions, mais sans mettre en cause la règle dégagée. Par-delà les hypothèses avancées, les deux intervenants ont déjà dépassé le savoir existant.

14Les deux dernières contributions abordent les problèmes du rapport entre le football et la dissolution des identités au temps de la globalisation en cours. Albrecht Sonntag soulève la question de la double évolution du football d’aujourd’hui : sa globalisation et simultanément la tendance à renforcer son enracinement national. On sait que toute évolution nouvelle en matière économique, c’est-à-dire la modernisation génère des blocages et des résistances. La globalisation du football aussi produit des formes visibles de résistances dont l’exaltation autour des sélections nationales lors des compétitions les plus suivies comme la coupe du monde ou les coupes continentales est la plus spectaculaire. Depuis une quinzaine d’années, en effet, l’on peut observer que la mondialisation du football suscite simultanément une recrudescence de la mobilisation des publics autour de la sélection nationale. Ce sont les drapeaux nationaux qui flottent dans les stades et ce sont les hymnes nationaux qui sont désormais repris en chœur par le public et même par les joueurs. Une fois de plus, il s’avère que l’histoire du football reproduit les grandes phases de l’histoire générale. Même si, à l’intérieur de ces grandes phases analogues à celles de l’histoire générale, on distingue aussi des séquences qui sont propres à l’histoire du football. Cette double chronologie est au cœur des réflexions des chercheurs.

15Dieter H. Jütting s’interroge sur la diffusion globale du football présent dans le monde entier et ancré aussi localement. Cette diffusion s’expliquerait par son indifférence ou sa neutralité face à toutes les contingences territoriales ou orientations culturelles. L’argument est de poids, même s’il reste toutefois très général. Jütting poursuit sa contribution par des démonstrations sur la question de l’extension du jeu en s’appuyant sur des enquêtes : les résultats sont inédits lorsqu’il fait apparaître une adéquation significative entre la taille des villes et la position hiérarchique de leur club. L’on pourra objecter que ce lien n’est pas évident dans le cas de la France. Ce qui pose évidemment la question de l’originalité du professionnalisme français par rapport à celui de l’Allemagne notamment.

16En guise de conclusion, il convient d’avancer quelques remarques. À propos des thèmes évoqués au cours, rappelons, par exemple, qu’il ne faut pas perdre de vue la chronologie. L’histoire du football n’est nullement figée. Certes, depuis les débuts, le jeu se déroule à onze joueurs contre onze dans une aire bien délimitée ; mais ce jeu, tout comme le monde des dirigeants, le public, la presse a sans cesse évolué en fonction des changements économiques, sociaux et politiques. Un exemple suffira pour montrer les risques d’anachronisme : l’on se souvient des accusations portées très récemment par un parti politique français contre des joueurs de l’équipe nationale parce qu’ils n’avaient pas repris en chœur la Marseillaise. Or les accusateurs se sont appuyés sur des images d’une rencontre du début des années 1980, une époque où ce qui est devenu un rituel banal pour toutes les équipes nationales n’était encore qu’un fait exceptionnel. L’anachronisme est patent. D’autre part, l’inscription des essais sur le football dans le cadre de l’histoire générale est obligatoire, les sociologues et les historiens démontrant ainsi que leur discipline rentre bien dans le cadre des autres spécialités des sciences humaines.

17Il faut savoir gré aussi à Albrecht Sonntag, à Wolfram Pyta et à d’autres sociologues aussi pour leur souci de problématiser, de définir les concepts utilisés, de poser en permanence des questions théoriques. Voilà qui enrichit les approches historiques classiques. En revanche, l’on pourra regretter la rareté des références au problème des sources. Sur ce point, l’évocation de l’intérêt de l’analyse des caricatures a été la bienvenue.

18Nul ne s’étonnera que beaucoup d’intervenants aient conclu sur les difficultés à apporter des réponses convaincantes à plusieurs questions posées. Comment mesurer, en effet, l’influence du football sur l’évolution de la question nationale, sur la globalisation ? Comment évaluer le rôle de la pratique du football dans le processus d’intégration des minorités au sein des nations ? Cette pratique aide-t-elle vraiment à socialiser les jeunes des banlieues difficiles ? D’autres questions demeurent encore sans réponse satisfaisante pour l’heure : tout ce qui concerne l’histoire du football féminin notamment.

19Enfin, il est de coutume de conclure un ouvrage collectif en disant que de nombreux chantiers ont été ouverts, mais que beaucoup restent encore inachevées. Comment pourrait-il en être autrement pour celui-ci puisque la discipline est récente et que les chercheurs sont encore peu nombreux et pour la grande majorité très jeunes ? Une dernière question mérite d’être soulevée. L’augmentation progressive du nombre des chercheurs sur le football ne mettra-t-elle pas en cause la cohabitation jusque-là satisfaisante des historiens, des sociologues et d’autres ? Chaque discipline affichant généralement sa volonté d’autonomisation.

Notes

1 Cf. Franz-Josef Brüggemeier, Zurück auf dem Platz. Deutschland und die Fußball-Weltmeisterschaft 1954, Munich, 2004.

2 Cf. Pierre Lanfranchi, « Le football sarrois de 1947 à 1952. Un contre-pied aux actions diplomatiques », in : Vingtième Siècle, 26 (1990), pp. 59–65 ; voir aussi la version allemande : Id., « Der saarländische Fußball von 1947 bis 1952 – Gegenspieler der Diplomatie », in : Von der ›Stunde 0‹ zum ›Tag X‹ – Das Saarland 1945–1949, édité par Regionalgeschichtlichen Museum Saarbrücken, Merzig, 1990, pp. 121– 130 ; Alfred Wahl, « La reprise des relations sportives entre la France et l’Allemagne après 1945 », in : Hélène Miard-Delacroix, Rainer Hudemann (éd.), Wandel und Integration. Deutsch-französische Annäherungen der fünfziger Jahre. Mutations et intégration. Les rapprochements franco-allemands dans les années cinquante, Munich, 2005, pp. 211– 220.

3 Cf. Alfred Wahl, « Le football, dernier vecteur d’intégration ? », in : Georges Vigarello (éd.), L’esprit sportif aujourd’hui. Des valeurs en conflit, Paris, 2004, pp. 37–48.

Auteur

Né en 1938, Professeur émérite à l’Université de Metz

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540