Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Football et identité

 | 
Ulrich Pfeil

VI. Le football et la dissolution des identités au temps de la globalisation

La culture footballistique au niveau local et mondial

Remarques sociologiques à propos d’un phénomène de masse

Dieter H. Jütting

Texte intégral

1La culture footballistique est répandue sur tous les continents et partout, elle constitue un phénomène médiatique. Il n’est pas rare qu’un match en particulier soit regardé et diffusé au niveau mondial. Or, le match (tout comme les spectateurs et les entraîneurs) se situe toujours au niveau local, dans un lieu précis et sur un terrain précis. De tout temps, les équipes ou les clubs ont été associés à des lieux ; les clubs professionnels, autrement dit le grand football, associé à de grandes villes, la multitude de clubs amateurs à des quartiers, petites villes ou villages. La culture footballistique est répandue mondialement et ancrée localement.

  • 1 Cf. l’importante bibliographie parue dans : Jürgen Schiffer, Fußball als Kulturgut. Eine kommentier (...)

2Les origines de ce phénomène culturel de la société moderne, une discipline sportive dotée de règles du jeu, remontent à près de 150 ans1. On admet communément que le coup d’envoi de ce sport fut donné vers le milieu du 19e siècle en Angleterre avant de s’exporter de sa mère-patrie, d’abord vers le continent européen et les colonies britanniques, pour se diffuser progressivement sur l’ensemble de la planète.

3Cette contribution vise dans un premier temps à soutenir la thèse suivante : si cette compétition anglaise qu’est le football est parvenue à s’imposer, après des débuts difficiles, au sein de la culture sportive allemande, c’est parce qu’elle a intégré à sa propre idéologie, sans pour autant modifier ce qui fait d’elle une compétition et un tournoi, certains éléments idéologiques de son concurrent, l’éducation physique allemande. En Allemagne, dès ses premières heures, le football (tout comme le sport en général) s’est montré hautement compatible avec les multiples éléments du contexte social, économique et idéologique. Cette thèse du haut degré de compatibilité de ce sport qu’est le football va se prolonger dans un deuxième temps. Le match de football, invention culturelle nationale anglaise et construction sociale élitiste, doit sa diffusion mondiale et sa massification à sa remarquable neutralité, son innocence et sa capacité d’adaptation, en un mot à sa compatibilité face à (presque) toutes les contingences territoriales, les orientations culturelles et les idéologies. Les règles du football font de ce sport un sous-espace culturel qui peut être intégré à (pratiquement) toutes les autres cultures. On peut jouer, regarder et s’entraîner au football aussi bien sur la pelouse anglaise que sur le sable sec et caillouteux du désert, dans les villages que les villes, dans les sociétés chrétiennes que musulmanes, socialistes que capitalistes, que l’on soit pauvre ou riche.

4Dans un troisième temps, je présenterai le réseau d’organisations liées au football en Allemagne pour montrer qu’au niveau des municipalités, les clubs constituent une forme d’organisation sociale dominante en terme quantitatif. Ils composent dans leur ensemble le lieu de rencontre, de communication et de socialisation des masses.

5Dans un quatrième temps, je m’attacherai à démontrer, à partir des exemples fournis par les systèmes footballistiques allemand, français et britannique, que ce sous-espace culturel reflète particulièrement bien l’importance politique, économique et culturelle des municipalités. Ceci se manifeste à travers le lien qui existe entre l’appartenance des clubs aux différentes divisions et la taille des villes dans lesquelles ils sont implantés.

6Dans un cinquième temps, je poserai la question de savoir pourquoi ce loisir populaire et égalitaire qu’est le football n’est pas ressenti comme contradictoire avec l’organisation élitiste et hiérarchisée de son système, mais qu’au contraire, ces deux aspects constituent son unité. Dans le système élitiste des divisions, le football synthétise sous une forme particulière des éléments traditionnels et modernes de l’organisation sociale. C’est ce caractère hybride, en d’autres termes cette forme de transfert qui fait l’attrait de ce sous-espace culturel particulier.

Les difficiles débuts du football en Allemagne et sa « germanisation »

  • 2 Voir surtout Christiane Eisenberg, « English Sports » und deutsche Bürger. Eine Gesellschaftsgeschi (...)

7Lorsque dans les années 1880, le football s’est progressivement implanté sur le continent européen, il s’est heurté à une pratique sportive nationale reconnue et déjà bien établie en Allemagne : l’éducation physique. À cette époque, elle avait derrière elle une histoire mouvementée. En 1811, Friedrich Ludwig Jahn (1778-1852), fondateur de ce mouvement, s’était rendu, accompagné de quelques élèves, sur la « Hasenheide » (« Prairie aux lièvres »), un terrain sablonneux situé aux portes de Berlin, pour y établir un gymnase en plein air et s’adonner à l’éducation physique. Ce que l’on entendait alors par éducation physique ? Le saut, la course à pied, l’escalade, le jeu, mais aussi le chant et la randonnée. Autant d’exercices d’encadrement normatif. Plus largement, l’éducation physique avait pour mission la préparation militaire, la santé publique et la construction nationale et visait dans le même temps à repousser rapidement hors des frontières allemandes l’occupant français. Pourvu de ces orientations normatives, ce concept sportif se retrouvait en adéquation avec les projets des réformateurs prussiens qui, après la défaite que leur État avait essuyée face à Napoléon en 1806, s’étaient attelés à sa reconstruction. De Jahn, qui passait pour être le père de l’éducation physique, ils firent leur favori en raison de ses convictions nationalistes (« deutsches Volksthum ») et de son rejet de la domination napoléonienne. Après la défaite de l’État prussien face à Napoléon et la restauration de l’ordre européen ancien lors du Congrès de Vienne, l’éducation physique et Jahn tombèrent en disgrâce politique. Alors que le particularisme et le système féodal reprirent du service, le mouvement sportif continuait à défendre l’idée d’un État national allemand unifié et à promouvoir l’adoption d’une constitution. Lorsqu’en 1819, Karl Ludwig Sand, ancien sportif de la « Hasenheide », assassina August von Kotzeboe, un conseiller d’État russe, l’éducation physique fut interdite (jusqu’en 1842) et Jahn condamné à trois ans d’emprisonnement. Ils s’ensuivirent trois décennies mouvementées jusqu’à ce que dans les années 1880, l’éducation physique puisse finalement s’établir comme une culture de mouvement et de sociabilité reconnue2. Pourtant, à peine l’éducation physique allemande était-elle parvenue à s’établir au sein de la culture de sociabilité de l’empire allemand, qu’elle vit se profiler les « english sports » en dignes concurrents. Konrad Koch, professeur de lycée originaire de Brunswick, classa sans hésitation le football dans la catégorie des jeux de groupe. Il devint ainsi une pratique propre aux lycéens, puis aux étudiants (surtout ceux des universités techniques) et aux employés. Pour les instances dirigeantes et professeurs d’éducation physique cependant, le football n’était rien moins qu’une « maladie anglaise » et un jeu de pied vulgaire. Ce n’est qu’au lendemain de la Première Guerre mondiale que le football amorça sa fulgurante ascension.

  • 3 Cf. Michael Krüger, « Fußball im Prozess der Zivilisierung und Nationalisierung des Sports und der (...)
  • 4 Cf. Christiane Eisenberg, Fußball, soccer, calcio. Ein englischer Sport auf seinem Weg um die Welt,(...)

8La reconnaissance générale du football, de la part des élites politiques également, s’explique aussi souvent par le fait que les footballeurs y ont réinvesti les normes de l’éducation physique (conviction nationaliste, sentiment d’appartenance, pédagogie). Ce que Michael Krüger qualifie de « Turnisierung » (« germanisation du phénomène »). Citons à ce propos un emploi langagier révélateur : Jusqu’à aujourd’hui, la « Fédération allemande de football » (DFB) dénomme les entraîneurs qu’elle forme des « professeurs de football »3. Christiane Eisenberg considère que le football en Allemagne, depuis sa naissance sous l’empire, se caractérise par la complémentarité avec l’État et l’amateurisme4.

9Ces deux aspects structurent le football allemand jusqu’à aujourd’hui. Et du point de vue idéologique, le football anglais a pu devenir en Allemagne un jeu populaire justement parce qu’on en a fait un jeu des Allemands, c’est-à-dire qu’il s’est montré compatible avec cet espace idéologique.

Le football comme sous-espace culturel

10Le football moderne, en tant que sport, c’est ce que défend cette thèse, est un phénomène culturel particulier. Un phénomène né, comme le souligne Christiane Eisenberg, non pas sur le terrain de football, mais sur le tas, et dont les règles du jeu en font un sous-espace culturel. Cet emploi lexical de sous-espace culturel servira ici à introduire différentes descriptions et interprétations du sport que nous ne pourrons expliciter dans le détail. Seuls certains de ses emplois appliqués au football seront mentionnés par la suite.

  • 5 Ibid., pp. 17s.
  • 6 Cf. Frederik Jacobus Johannes Buytendijk, Das Fußballspiel. Eine psychologische Studie, Würzburg, 1 (...)
  • 7 Cf. Hans Ulrich Gumbrecht, « Epiphany of Form. On the Beauty of Team Sport », in : New Literary His (...)
  • 8 Cf. Bernd Schulze, Sportarten als soziale Systeme, Münster, 2005, pp. 91ss.
  • 9 Klaus Harney, Dieter H. Jütting, « Massenhaftes Zuschauen, FIFA-WM und Projekt Klinsmann. Beobachtu (...)

11Christiane Eisenberg et d’autres chercheurs parlent du caractère sui generis du monde du football, comme du sport en général5. En leur temps déjà, les anciennes théories de la culture et du sport s’étaient attachées à illustrer le caractère culturel original et particulier du sport6. Actuellement, les études que Hans Ulrich Gumbrecht consacre aux sports collectifs (analysés à l’aune du base-ball et du football) connaissent un certain écho. Dans les sports collectifs, il n’en va pas selon lui de la construction de signification mais de production de présence7. À partir du football également, Bernd Schulze a quant à lui décrit les sports collectifs comme des systèmes fonctionnellement différenciés. Il a souligné qu’en tant que système sociaux, ils disposent d’un statut privilégié, sans pour autant être uniquement des systèmes d’interactions, des systèmes organisationnels ou même des systèmes fonctionnels de la société moderne8. Partant du football moderne, K. Harney et Dieter H. Jütting ont pour leur part développé l’idée d’une forme particulière de transfert, voire d’hybridité9. Alors que toutes les formes d’activités, par le biais de la formation et de la carrière, pourraient être transférables à la profession, un tel transfert n’est pas possible, selon eux, pour ce qui est de l’activité sportive et du sport. Ils ne peuvent constituer ni une profession, ni un spectacle (si l’on pense notamment à la lutte ou l’acrobatie). L’origine de l’activité sportive se situe, précisent-ils, dans l’aptitude du corps, dont on exige maîtrise physique et technique, à lutter pour la victoire. Certes, le mythe du sport est exploité de façon multiple à travers la profession et a fortiori aussi à travers l’entreprise, mais il ne peut pas simplement se défaire sans, paradoxalement, renoncer également à ses fondements qui font de lui un commerce et un support publicitaire, ce qu’il est aussi devenu.

12Le football (comme le sport en général) se présente comme une réalité non mise en scène ayant une visée ontologique. C’est une construction sociale régie par des règles spécifiques qui constituent un système clos. L’essence de ce sous-espace culturel se situe dans le jeu lui-même, dans la tension dramatique qui existe dans le combat auquel se livrent deux équipes selon des règles propres. Paradoxalement, c’est ce caractère partiel qui conditionne sa diffusion mondiale et sa reconnaissance au niveau international. Les règles spécifiques du football reposent d’un côté sur des valeurs et normes générales, qui sont par ailleurs indifférentes à celles des sociétés dans lesquelles s’inscrit ce monde à part.

13Citons notamment les convictions religieuses, les systèmes politiques, les cultures de groupes sociaux, les différences de sexe etc. À l’égard de ces phénomènes qui, sociologiquement, séparent ces groupes les uns des autres, le football se montre indifférent, neutre et compatible. Doté de son arsenal de règles, il ne prétend à la totalité qu’en direction de l’intérieur, au sein du milieu du football lui-même, tandis qu’en direction de l’extérieur, il n’est pas soumis à des mécanismes d’exclusion. Bien au contraire. La FIFA met tout en œuvre pour le diffuser jusque dans les endroits les plus reculés de la planète. Les normes, règles et rituels du football constituent d’une part un système fermé qui, dans le même temps, est ouvert pour une utilisation par tous les autres systèmes possibles. Aujourd’hui, le football est incorporé à (pratiquement) toutes les autres cultures. Et c’est ce caractère partiel de la culture footballistique qui a permis sa diffusion mondiale au niveau géographique et sa massification.

Le football comme jeu des classes moyennes et de la classe ouvrière

14En Allemagne, l’idée que le football serait un sport d’origine ouvrière est largement répandue. Ceci toutefois n’est qu’à moitié vrai. Pas plus sur l’île que sur le continent, les premiers footballeurs n’ont été des ouvriers. Le berceau du football (dont les deux variantes sont le rugby et le soccer) se situe dans les « public schools » anglaises à la première moitié du XIXe siècle. C’est là que la jeunesse issue de l’aristocratie et la grande-bourgeoisie, par souci pédagogique, s’est mise à modifier des formes de jeux préindustrielles. Gentlemen ou sportifs, les anciens élèves de ces écoles ont continué à pratiquer ce jeu pendant leurs loisirs. Mais la classe ouvrière n’a pas tardé à vouloir elle aussi s’adonner au football et assister aux rencontres. L’implication des ouvriers dans le football en a également modifié le contexte : la compétition, la frénésie du pari, la tension et le travail d’équipe en sont devenus des éléments constitutifs importants qui ont accéléré sa professionnalisation. Parallèlement, assister à des rencontres est devenu un loisir de masse. Ce qui a conduit à l’enrichissement des clubs et à l’ascension sociale des joueurs. Par conséquent, c’est dès 1888 que la première division professionnelle a vu le jour en Angleterre.

15Le football doit d’abord sa diffusion mondiale aux milieux aristocrates et bourgeois. Ingénieurs, touristes, étudiants et voyageurs de commerce ont ensuite fait voyager le ballon rond qui s’est intégré à des contextes locaux, régionaux et nationaux spécifiques.

16En Allemagne aussi, le football est issu de la bourgeoisie et se voit d’abord pratiqué par les élèves, les étudiants et les anciens élèves des universités techniques. Plus tard, il l’est aussi par les nouvelles professions bourgeoises, employés et techniciens, aux yeux de qui il apparaît comme un moyen de distinction culturelle qui leur permet de se démarquer non seulement des professions anciennes mais aussi de l’éducation physique, pratique sportive ancienne également. Pendant la Première Guerre mondiale, c’est au tour des simples soldats de faire connaissance avec ce sport, un sport qu’ils continuent à pratiquer après la guerre. Ce n’est qu’à cette époque que le football s’empare également de la classe ouvrière urbaine et de la population rurale allemandes et c’est sous la République de Weimar qu’il deviendra véritablement un sport de masse.

  • 10 Cf. Christiane Eisenberg, « Deutschland », in : Id. (éd.), Fußball, soccer, calcio (note 4), pp. 97 (...)

17Sport de masse : il l’est dans une triple perspective. Au niveau du spectacle, au niveau du jeu et au niveau de l’organisation. C’est dans les années 1930 que l’Allemagne réalise la construction de ses grands stades. Et en 1935, ce seront plus de 60 000 personnes qui viendront assister à la première finale de la Coupe d’Allemagne à Düsseldorf. Assister à un match est ainsi devenu un loisir populaire relativement bon marché. Le nombre de membres de la Fédération allemande de Football n’a d’ailleurs cessé d’augmenter : de 190 000 en 1914, il est passé à plus d’un million au début des années 193010.

18Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le football a poursuivi une ascension sans relâche. Sport grand public et sujet de discussion, il séduit aujourd’hui l’ensemble des couches sociales allemandes. Il est devenu un élément de la culture populaire comme de la « culture cultivée ». La Coupe du Monde de football est un événement sportif et culturel qui passionne le monde entier. Aucun autre événement, que ce soient les Jeux Olympiques, les festivals de films ou les événements musicaux, ne passionne autant les foules. Et comme sujet de discussion, le football peut s’enorgueillir d’une brillante carrière : on parle de football aussi bien lors de réceptions organisées par les sociétés d’amis des arts qu’à des congrès, aussi bien dans les conférences qu’aux comptoirs des bars à bière et à la table des habitués.

  • 11 Cf. les contributions dans : Dieter H. Jütting (éd.), Die lokal-globale Fußballkultur – wissenschaf (...)

19Le football est devenu un sujet pour les pages littéraires des grands journaux allemands, la littérature contemporaine s’en est emparée et la sociologie en fait désormais un de ses objets d’étude11.

  • 12 Cf. Guido Kellermann, « Die Amateurfußballspieler – Karriereverläufe und Leistungsniveau », in : Jü (...)
  • 13 Jütting (éd.), Die lokal-globale Fußballkultur (note 11) ; Id., « Zivilgesellschaft und Fußball in (...)

20Sport-spectacle et sujet de discussion, le football intéresse toutes les couches sociales. Toutefois, il faut nuancer pour ce qui est du jeu en tant que tel. Aux yeux du garçonnet, le football reste le sport favori par excellence. Mais à mesure qu’on avance en âge, pratiqué dans le cadre d’un club amateur, ce sport perd son caractère exclusif. Pour ce qui est du football des seniors, on remarque qu’il est surtout pratiqué par des hommes disposant d’un niveau de formation élevé, occupant des emplois qualifiés avec des revenus en conséquence12. Dans le football amateur, entraîneurs et dirigeants bénévoles sont eux aussi en grande partie originaires de ces milieux13. À l’âge adulte, joueurs, entraîneurs et présidents de clubs sont en majorité issus de la classe moyenne. Pour ce qui est du football de loisir non institutionnalisé, il en est sans doute autrement, mais aucune étude scientifique ne l’a encore systématisé.

Le football institutionnalisé comme culture dominante

21Si l’on se réfère à un acquis de la sociologie, il existe un lien entre la taille (en nombre de membres) d’une formation sociale (famille, groupe, organisation par exemple) et sa stabilité, sa cohésion et sa vertu socialisatrice. Les propriétés d’une formation sociale, mesurée notamment selon les critères de l’identité des membres du groupe, la fréquence et l’intensité des contacts et échanges, la disposition à l’engagement, la capacité à être influencé par les élites, une communauté de vue en matière d’objectifs et de normes, ces propriétés sont d’autant plus présentes, et leur étendue et leur intensité d’autant plus importantes, que la formation sociale est réduite.

22De ce point de vue, le football institutionnalisé se présente comme une culture dominante. Ce constat est d’autant plus visible si l’on compare le football institutionnalisé avec l’institutionnalisation de la vie religieuse. L’Allemagne compte pratiquement 13 000 paroisses et autres organisations spirituelles catholiques. Pour un nombre de chrétiens catholiques qui avoisine les 26 000 000, ceci signifie qu’en moyenne, chaque paroisse compte 2 000 membres. On dénombre autour de 16 000 paroisses protestantes pour une population de 26 000 000 chrétiens protestants, ce qui donne pour chaque paroisse une proportion de 1 600 membres. Chaque club de football recense en moyenne 230 membres. Ainsi, dans les petits clubs, les chances de lier des relations de confiance, d’accroître son influence par la communication, de poursuivre des objectifs communs, de pouvoir s’entretenir avec des dirigeants, etc. sont comparativement entre sept et huit fois plus grandes que dans les grandes paroisses catholiques ou protestantes.

23Une culture dominante se caractérise également par sa présence et son accessibilité dans la vie quotidienne des individus. L’organisation matérielle du quotidien se détermine essentiellement par le principe des courts chemins. Les lieux dans lesquels nous nous rendons pour faire nos achats ou pratiquer nos loisirs à proximité de notre domicile (et pour un prix modique), doivent être rapidement accessibles. Nous ne voulons passer du temps ni à faire la queue, ni à chercher, ces lieux doivent nous être familiers.

24On dénombre trois clubs de football pour chaque commune d’Allemagne. La signification et les effets de ces organisations sur la l’organisation de la vie quotidienne apparaissent dès lors qu’on les compare avec d’autres qui lui sont strictement nécessaires ou simplement utiles (cf. le tableau sur le football et les lieux de vie quotidienne). Ainsi notamment : si l’on veut aller au cinéma, un loisir de proximité bon marché, on compte 0,5 écran de cinéma par commune ; pour ce qui est de la pratique religieuse, on dénombre 1,5 voire 1,8 paroisses ; pour avoir accès aux médicaments, chaque commune compte en moyenne 2,5 pharmacies. Le tableau ci-dessous montre également que l’éducation physique, ce mouvement sportif d’origine allemande, est toujours fortement implanté dans la société allemande.

Tableau 1 : Le football et les lieux de vie quotidienne

Tableau 1 : Le football et les lieux de vie quotidienne

Sources : données de l’auteur

  • 14 Cf. Dieter H. Jütting, Volker Oshege, Neil van Bentem, Vereine als sozialer Reichtum, Münster, 2003

25Les clubs de football, tout comme les clubs de sport en général – et ces chiffres n’en sont que la seule illustration –, se présentent comme des lieux familiers situés dans le voisinage ou, le cas échéant, dans le quartier ou dans le secteur. Ils sont accessibles à la majorité des classes d’âge sans grande perte de temps et constituent le maillage le plus serré de l’organisation de la vie quotidienne locale14.

Le football roi : du rapport entre le système des divisions et la taille des villes

  • 15 Cf. Jürgen Schwier, « Die Welt zu Gast bei Freunden – Fußball, nationale Identität und der Standort (...)

26Chacune des 8 500 communes allemandes compte trois clubs de football et un nombre correspondant de terrains, entendons par là infrastructures sportives. En règle générale, celles-ci sont composées d’une pelouse principale et de terrains stabilisés. Elles sont habituellement à la charge des collectivités locales (qui les ont construites), ou bien elles ont été réalisées au moyen de subventions publiques souvent versées par les municipalités. Le football ne serait pas devenu le phénomène de masse que l’on connaît s’il n’avait été soutenu financièrement par les pouvoirs publics (communes, Länder ou État fédéral). La complémentarité entre l’État et le football, et ce pas uniquement en Allemagne, est proverbiale. En effet, le football offre également quelque chose en retour à ses investisseurs publics : son utilisation pour une action symbolique. Et dans le cas allemand, la Coupe du Monde 2006 en a fourni un exemple éclatant15.

27À plus d’un titre, le système des divisions répond au besoin de prestige et de visibilité publique des individus et des groupes. Le football, comme le sport en général, est également devenu un élément de l’action symbolique des acteurs politiques à tous les niveaux de l’État. Ceci est particulièrement observable en Allemagne en raison de la structure fédérale du pays (avec un système politique qui compte 17 parlements et gouvernements) et de l’autonomie des communes. La structure hiérarchique du système des divisions débouche sur trois systèmes d’organisations hiérarchisées : une organisation de la performance, une organisation du pouvoir et une organisation du prestige. Ne pouvant les présenter ici dans le détail, je vais m’attacher à montrer, en retenant comme critère la taille des communes en terme de nombre d’habitants, leurs implications et leur influence sur la vie quotidienne des individus et des groupes. Le tableau intitulé « Système des divisions et tailles des municipalités » illustre le fait suivant : les grandes municipalités disposent généralement de grands clubs, entendons par là des clubs performants. C’est ce qui ressort pour le cas de l’Allemagne (et à titre d’exemples, pour les cas de la France et de l’Angleterre).

28La performance, le pouvoir et le prestige sont liés de façon caractéristique au nombre d’habitants (autrement dit à la taille) d’une municipalité. Si l’on croise ces trois éléments, on arrive à la conclusion suivante : La quasi totalité des grandes villes ont un club en 1re Division (« Bundesliga »). Ce qui implique également que tous les grands Länder abritent au moins un club dans leurs frontières. Tandis que les petits Länder aux capitales relativement petites (la Sarre avec Sarrebruck, le Schleswig-Holstein avec Kiel) n’ont pas de club en 1re Division.

Tableau 2 : Nombre moyen d’habitants et de clubs de football en fonction du rang de division et selon le pays

Allemagne

France

Angleterre

1re Division

709 334

304 887

317 349 (2,4 Millions)1

2e Division

248 160

94 668

254 281 (1,2 Millions)

3e Division

268 009/ 96 8932

66 157

177 579

4e Division

59 134/ 85 7613

5e Division

44 116/ 51 1744

1. Dans la mesure où en Angleterre, de nombreuses équipes de 1re et 2e Division (Premier League) sont issues de Londres, ville à forte densité de population, le nombre d’habitants de Londres n’a été comptabilisé qu’une fois dans les statistiques pour le calcul de la moyenne. Les chiffres entre parenthèses correspondent aux moyennes exactes après avoir intégré la population londonienne autant de fois que nécessaire dans les calculs.
2. Pour l’Allemagne, les chiffres de la 3e Division correspondent aux divisions régionales Regionalliga Nord et Regionalliga Süd.
3. Pour la 4e Division, on a ôté les chiffres des divisions Oberliga Westfalen et Oberliga Nordrhein.
4. Pour la 5e Division, on a ôté les chiffres des divisions Verbandsliga Westfalen 1 et Verbandsliga Westfalen

  • 16 Cf. Pierre Bourdieu, « Historische und soziale Voraussetzungen modernen Sports », in : Id., Soziolo (...)

29Cette utilisation symbolique du football permet aux clubs (du plus grand au plus petit) d’accéder à des ressources financières (fonds publics et privés), à un capital social (les maires des grandes villes et ministres-présidents sont souvent membres d’un club, y occupant parfois même des fonctions honorifiques) ainsi qu’à des ressources symboliques. Celles-ci sont toujours maigres, si bien que même dans le champ sportif16 également, la bataille pour ces ressources s’est engagée. Une bataille que le football, ce roi du champ sportif, a remportée depuis longtemps. En attirant à lui et en s’attachant le grand capital (capital financier, culturel et social), le football a par ailleurs relégué ses concurrents à des positions subalternes et les a mis sur la touche. Le cas du handball (autre invention sportive allemande) est à ce titre particulièrement éloquent : L’équipe d’Allemagne de handball (masculin) a la réputation d’être la meilleure du monde. Pour autant, elle n’est pas originaire de Dortmund, Gelsenkirchen ou Cologne par exemple, mais de Lemgo, Nordhorn, Minden ou Göppingen.

30Le grand football est ancré dans les grandes villes, là où se trouvent aussi les grands moyens financiers et les grands de ce monde. L’autre, le petit et moyen football, avec ses multiples divisions, se trouve dans les villes de petite et moyenne importance. Mais même au fin fond du dernier des villages, on se réjouit lorsque l’équipe locale remporte le championnat de 8e Division et monte en 7e. C’est à cela que l’on voit qu’un roitelet n’en reste pas moins un roi.

Un système de divisions élitiste et un loisir populaire égalitaire. Hiérarchies démocratiques et besoins de prestige

31Les sociétés pré modernes européennes n’étaient pas seulement marquées par un pouvoir clairement hiérarchisé et transmissible, mais aussi par une distribution du prestige complexe ; l’un et l’autre étaient affichés publiquement, avaient une fonction de représentation et leur validité s’établissait dans la durée. Dans les démocraties modernes, les systèmes hiérarchisés existent également. Mais comparativement, ils sont rarement publics, ne sont pas (du moins théoriquement) établis dans la durée, mais plutôt limités dans le temps. Ces démocraties produisent des ordres hiérarchisés fondés sur la performance et les choix électoraux (et ont par là même une durée de validité limitée) qui, dans l’espace public, sont plutôt considérés comme tabous et ne se montrent pas au grand jour. En tout état de cause, aucune institution n’affiche publiquement le nom, la position et le niveau de rémunération de chacun, qu’il soit agent de la fonction publique de catégorie A ou de catégorie D. Avec son système de divisions, le football tord le coup à cet état socio-logique.

32Aujourd’hui, le football est un loisir égalitaire. Mais dès lors que le football institutionnalisé dans son ensemble est pris comme système, il fait clairement apparaître un ordre hiérarchisé, celui du système des divisions. Quelques clubs se situent tout en haut, beaucoup au centre et davantage encore stagnent dans le no man’s land des divisions amateur. De ce point de vue, le football est un système élitiste.

33Pourquoi est-ce si différent dans le football (tout comme dans le sport en général) ? Pour quelles raisons les hiérarchies élitistes sont ici affichées publiquement et même favorisées ? Pourquoi le football est-il si populaire en dépit de sa structure clairement élitiste ? Je vais tâcher d’apporter à ces questions une réponse sociologique. Une réponse qui se trouve dans le système même des divisions, avec ses mécanismes d’ascensions et de relégations, son principe des saisons et le prestige qu’il offre en récompense.

34Dans le système des divisions (comme dans tout autre sport), on voit se dégager une pyramide de la performance que tout un chacun peut comprendre aisément (le meilleur est tout en haut, la lanterne rouge tout en bas du tableau). Toutefois, contrairement aux pyramides de la performance que l’on trouve dans le milieu professionnel et qui sont établies dans la durée et la stabilité, celles du milieu sportif sont soumises à des échéances et susceptibles de variations. Le meilleur club est le meilleur de la saison, décroche le titre de champion et peut passer dans la division supérieure ; la lanterne rouge est rétrogradée, mais peut remonter la saison suivante. Dans ce système, deux promesses de la démocratie opèrent une symbiose symbolique. L’ascenseur social fonctionne pour quiconque fournit une performance individuelle ; pouvoir et domination ont une validité limitée dans le temps. Il ne s’établit pas de hiérarchies élitistes (aristocratiques) à long terme, mais des hiérarchies égalitaires (démocratiques). Ce système offre à l’homme simple ou la femme d’à côté la possibilité, pour un temps donné du moins, d’être en haut.

35Mes ces mécanismes ne suffisent pas à expliquer la popularité du football. Il en existe un autre, typiquement humain, qui est ce besoin de reconnaissance, d’attention, de visibilité sociale et de reconnaissance par l’espace public. Ces besoins humains fondamentaux que je définis par le terme de prestige. Le prestige est un système social de récompense par lequel des individus, des groupes ou des lieux sont récompensés, qui possèdent des propriétés que la société admet comme dignes d’admiration. Le système des divisions du football est une source de prestige (quasi) inépuisable et accessible à tous. Un système qui récompense à quatre niveaux : il récompense le savoir-faire individuel, celui de l’équipe, la division et la ville d’origine du club. Ces quatre formes de prestige peuvent se combiner entre elles. Tous les acteurs du monde footballistique peuvent prétendre au prestige, se l’attribuer personnellement ou se le voir attribué. Dans le monde du football, le prestige est un bien également partagé, que l’on soit grand ou petit.

36C’est ce prestige protéiforme qui permet à tous les acteurs individuels (joueurs, entraîneurs, dirigeants, spectateurs et amateurs) et à tous les acteurs collectifs (équipes, clubs, villes, nations) du monde du football la célébration, l’auto célébration et la préservation de l’image de soi (et le contraire de tout cela), caractéristiques à cet univers et qui assurent l’appartenance à ce monde et la rendent si populaire. Seule cette diversité rend possible la diversité des histoires individuelles. « J’ai joué en 6e en toute connaissance de cause, uniquement avec des gens de mon quartier ; quand on était jeune, on jouait déjà ensemble, dans une division de la Ruhr ». « J’ai joué en 4e, mais maintenant, j’entraîne une équipe de 5e. Être en 4e, c’est trop stressant, et puis je veux aussi me consacrer à ma famille ». « Nous sommes une petite ville, 40 000 habitants dans la province profonde, mais nos joueurs sont en 4e ».

37Le football permet à ses nombreux acteurs d’obtenir multiples récompenses et reconnaissances symboliques. C’est ce mastic qui fait tenir ensemble le monde du football, dans la pluralité de ses acteurs et ses contours protéiformes.

Notes

1 Cf. l’importante bibliographie parue dans : Jürgen Schiffer, Fußball als Kulturgut. Eine kommentierte Bibliographie, Cologne, 2004.

2 Voir surtout Christiane Eisenberg, « English Sports » und deutsche Bürger. Eine Gesellschaftsgeschichte 1800-1939, Paderborn, 1999 ; Michael Krüger, Einführung in die Geschichte der Leibeserziehung und des Sports, vol. 2 : Leibeserziehung im 19. Jahrhundert. Turnen fürs Vaterland, Schorndorf, 1993.

3 Cf. Michael Krüger, « Fußball im Prozess der Zivilisierung und Nationalisierung des Sports und der Deutschen », in : Dieter H. Jütting (éd.), Die lokal-globale Fußballkultur – wissenschaftlich beobachtet, Münster, 2004, pp. 121-136.

4 Cf. Christiane Eisenberg, Fußball, soccer, calcio. Ein englischer Sport auf seinem Weg um die Welt, Munich, 1997.

5 Ibid., pp. 17s.

6 Cf. Frederik Jacobus Johannes Buytendijk, Das Fußballspiel. Eine psychologische Studie, Würzburg, 1953 ; Johan Huizinga, Homo Ludens. Vom Ursprung der Kultur im Spiel, Reinbek, 1987 ; Ommo Grupe, Sport als Kultur, Zürich, Osnabrück, 1987 ; Markwart Herzog, Von der ›Fußlümmelei‹ zur ›Kunst am Ball‹. Über die kulturgeschichtliche Karriere des Fußballsports, in : Id. (éd.), Fußball als Kulturphänomen. Kunst – Kult – Kommerz, Stuttgart, 2002, pp. 11-43.

7 Cf. Hans Ulrich Gumbrecht, « Epiphany of Form. On the Beauty of Team Sport », in : New Literary History, 30 (1999), pp. 351-372.

8 Cf. Bernd Schulze, Sportarten als soziale Systeme, Münster, 2005, pp. 91ss.

9 Klaus Harney, Dieter H. Jütting, « Massenhaftes Zuschauen, FIFA-WM und Projekt Klinsmann. Beobachtungen zur FIFA-Weltmeisterschaft 2006 », in : Jahrbuch für Pädagogik 2006, Francfort/M., 2007.

10 Cf. Christiane Eisenberg, « Deutschland », in : Id. (éd.), Fußball, soccer, calcio (note 4), pp. 97-129.

11 Cf. les contributions dans : Dieter H. Jütting (éd.), Die lokal-globale Fußballkultur – wissenschaftlich beobachtet, Münster, 2004.

12 Cf. Guido Kellermann, « Die Amateurfußballspieler – Karriereverläufe und Leistungsniveau », in : Jütting (éd.), Die lokal-globale Fußballkultur (note 11), pp. 105-120 ; Jürgen Schwark, « Die alten Herren : Fußball spielen als Lebensform », in : Jütting (éd.), Die lokalglobale Fußballkultur, (note 11)., pp. 195-208.

13 Jütting (éd.), Die lokal-globale Fußballkultur (note 11) ; Id., « Zivilgesellschaft und Fußball in Deutschland », in : Journal für politische Bildung, 3 (2005), pp. 20-27.

14 Cf. Dieter H. Jütting, Volker Oshege, Neil van Bentem, Vereine als sozialer Reichtum, Münster, 2003.

15 Cf. Jürgen Schwier, « Die Welt zu Gast bei Freunden – Fußball, nationale Identität und der Standort Deutschland » et Claus Leggewie, « Marke Deutschland – Sport als Medium kollektiver Identität im Globalisierungsprozeß », in : Id. (éd.), Wettbewerbsspiele, Francfort/M., New York, 2006, pp. 79-104 et pp. 105-119.

16 Cf. Pierre Bourdieu, « Historische und soziale Voraussetzungen modernen Sports », in : Id., Soziologische Fragen, Francfort/M, 1978, pp. 165-186.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Le football et les lieux de vie quotidienne
Crédits Sources : données de l’auteur
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/44667/img-1.jpg
Fichier image/, 119k

Auteur

Né en 1943, Professeur à l’Institut für Sportkultur und Weiterbildung de l’Université de Münster

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540