Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Football et identité

 | 
Ulrich Pfeil

VI. Le football et la dissolution des identités au temps de la globalisation

Sentiments mitigés - identités multiples

Le football contemporain à l’ère de la globalisation

Albrecht Sonntag

Texte intégral

  • 1 Jean-Michel Faure, Charles Suaud, « Introduction » du dossier « Pour une sociologie des sports en (...)
  • 2 Christophe Charle, « France-Allemagne, deux histoires contrastées », in : Actes de la Recherche en (...)
  • 3 Tzvetan Todorov, « Le croisement des cultures », in : Communications, 43 (1986), pp. 5-24.

1Quel que soit le domaine où on l’applique, la perspective franco-allemande débouche quasi-systématiquement sur une analyse de type comparative, et le présent ouvrage consacré au thème « football et identité » en est un bel exemple. Il est vrai que l’approche comparative interculturelle peut s’avérer très fertile, notamment lorsqu’il s’agit de rendre possible « un regard plus distancié sur la réalité »1, regard qui permet « au chercheur de relativiser la doxa interne de la culture dans laquelle il est lui-même pris »2. Selon la formule heureuse de Tzvetan Todorov, « le meilleur résultat d’un croisement des cultures est souvent le regard critique qu’on tourne vers soi »3.

2Il n’en va pas autrement pour le football, d’autant plus que la proximité dans le temps entre la Coupe du monde 1998 en France et la Weltmeisterschaft 2006 en Allemagne suggère fortement de procéder à une étude de type comparatif afin de dégager les différences qui existent entre ces deux nations, tant sur le plan du football que sur le plan des identités nationales qui s’affirment à travers celui-ci.

  • 4 Gunter Gebauer, Sebastian Braun, Charles Suaud, Jean-Michel Faure, Die soziale Umwelt von Spitzens (...)

3Cependant, l’approche comparative comporte aussi un certain nombre de dangers. Souvent, ce n’est que la comparaison elle-même qui construit le comparable. Autrement dit, ce n’est qu’en comparant, en « cherchant des instances équivalentes dans deux pays et en les mettant en relation les unes avec les autres » que le chercheur construit lui-même des équivalences qui devraient en fait pré-exister à toute comparaison4.

  • 5 Michel Espagne, « Problèmes d’histoire interculturelle », in : Revue germanique internationale, 4 (...)

4Un autre danger, lié à ce dernier, est celui de déboucher sur une vision essentialiste des différences nationales. Selon Michel Espagne, le « principal reproche qu’on puisse » adresser au comparatisme tient « au fait qu’il pétrifie les oppositions entre deux aires culturelles, en fait des oppositions essentielles, et compromet les possibilités de communication »5.

5Inévitablement, le comparatisme privilégie donc les différences et minimise les similitudes. Or, dans le but de comprendre l’interaction complexe entre le football et les représentations contemporaines d’identité nationale, cette approche comparative se serait vite avérée stérile. Car en dépit de toutes les différences culturelles qui peuvent déterminer les espaces nationaux du sport, l’analyse sociologique des mutations que les identités nationales semblent subir dans le mouvement accéléré de globalisation qui caractérise notre époque dégage davantage de surprenantes convergences entre Français et Allemands.

6Citons brièvement quelques exemples de différences culturelles « classiques » du champ sportif qui se révèlent vite peu pertinentes pour l’étude des aspects identitaires du football en France et en Allemagne.

  • Le rôle de l’État dans l’organisation du sport est traditionnellement l’une des différences structurelles les plus visibles dans les deux pays. Or, en ce qui concerne par exemple l’organisation de la Coupe du monde de football, les différences s’estompent. Dans les deux pays, l’État intervient très fortement dès l’acte de candidature en apportant les garanties financières nécessaires et en contribuant massivement au développement des infrastructures. Les retombées qu’il espère de cet événement (officiellement organisé par une fédération sportive et non pas par un État-nation) sont exactement les mêmes : auto-promotion, travail sur l’image, répercussions économiques et symboliques. Pour ce qui est des équipes nationales de football, on ne prend guère de risque à affirmer que dans toutes les nations où le football est le sport le plus populaire, l’État attend d’elles qu’elles servent de vecteur d’inclusion et de cohésion nationale6.
  • En ce qui concerne le rang du football dans la hiérarchie nationale des activités sportives, les enquêtes exhaustives et détaillées menée par l’entreprise « Sportfive » dans les cinq plus grands marchés européens montrent très clairement que le football est de très loin le sport numéro un dans chacun des pays ciblés (Allemagne, Espagne, France, Italie, Royaume-Uni). Les sports qui se trouvent relégués à la deuxième ou troisième place varient certes selon les goûts sportifs et l’histoire nationale plus ou moins « glorieuse » des sports en question et selon certaines traditions régionales, mais l’écart entre le football et le sport numéro deux (la Formule 1 en Allemagne, le tennis en France) est sensiblement le même partout7. Retenons en même temps que la France et l’Allemagne possèdent toutes deux une histoire footballistique nationale plus que centenaire, un certain palmarès international, ainsi qu’un football qui est considéré comme étant parmi les plus performants du monde.
  • Quant au prestige social associé à l’activité sportive, on a traditionnellement vu, notamment en ce qui concerne le football, une grande différence entre la France et l’Allemagne. Il est vrai que le DFB (« Deutscher Fußball-Bund ») compte environ trois fois plus de membres (plus de six millions) que la Fédération Française de Football, et que les stades du championnat allemand sont généralement mieux remplis qu’en France8. Ceci dit, la ferveur autour de l’équipe nationale est pour le moins égale, sinon encore plus forte en France depuis 1998 : le Stade de France affiche complet pour n’importe quel match amical de l’équipe de France, alors que ce n’est pas automatiquement le cas en Allemagne. De même, le discours intellectuel français sur le football a considérablement évolué depuis 1998, donnant bien plus de prestige à cette activité corporelle que par le passé.
  • Autre similitude : le discours des fédérations, qui s’articule systématiquement autour du thème de « la grande famille du football ». Aussi bien en France qu’en Allemagne, la fédération s’érige en défenseur des vraies valeurs du football, c’est-à-dire de l’amateurisme (« Breitensport ») contre le tout-commercial prôné par les ligues professionnelles. L’équipe nationale, bien que composée de professionnels hautement rémunérés est également positionnée comme émanation de cet idéal amateur. Nous y reviendrons plus loin.
  • 9 Marc Bloch, « Pour une histoire comparée des sociétés européennes », in : Id., Mélanges historique (...)

7Tout compte fait, il paraît donc plus opportun de ne pas systématiquement opposer les observations faites dans les deux pays, mais plutôt de les assembler comme autant d’illustrations emblématiques des tendances plus profondes propres au processus de la globalisation. Pour reprendre une expression de Marc Bloch, il s’agit de voir dans le couple franco-allemand simplement deux « sociétés à la fois voisines et contemporaines, sans cesse influencées les unes par les autres, soumises dans leur développement, en raison de leur proximité et de leur synchronisation, à l’action des mêmes grandes causes »9.

8Les grandes causes auxquelles la France et l’Allemagne se trouvent aujourd’hui simultanément soumises, ce sont d’un côté le processus de la globalisation et de l’autre côté la construction européenne. Les deux touchent directement l’État-nation en tant que cadre identitaire traditionnel.

Le football comme agent de la globalisation culturelle

  • 10 Ulrich Beck, Was ist Globalisierung ?, Francfort/M., 1997.
  • 11 Theodore Levitt, « The Globalization of Markets », in : Harvard Business Review, (mai-juin 1983), (...)

9Le processus de globalisation – terme qui est préférable à celui de « mondialisation » parce qu’il semble plus apte à décrire l’essence même de ce phénomène – est un concept problématique10. Sa première apparition date d’un article de 1983 signé par l’économiste américain Theodore Levitt dans la « Harvard Business Review »11. Initialement conçu pour décrire l’évolution des marchés financiers, puis, par extension, de l’économie mondiale, il ne fait aujourd’hui plus aucun doute qu’il ne s’agit pas que d’un processus limité à la seule sphère économique, même s’il y est plus vérifiable et quantifiable. Il est désormais communément admis que la globalisation est également un phénomène culturel, social, et politique.

  • 12 Voir par exemple Thierry de Montbrial, « Perspectives à la fin du millénaire », in : RAMSES (Rappo (...)

10Il existe cependant un débat au sein des sciences politiques sur la question de savoir s’il s’agit d’un phénomène radicalement nouveau ou d’un processus d’accroissement de l’interdépendance à l’échelle planétaire qui serait en fait déjà ancien, mais se trouverait seulement renforcé, accéléré à la fois par les événements politiques consécutifs à la chute du mur de Berlin et par le progrès des technologies de la communication propres à l’ère postindustrielle12.

  • 13 Zaki Laïdi, « État, Politique et Mondialisation (Préface à la nouvelle édition) », in : Id., Un mo (...)
  • 14 Bertrand Badie, Marie-Claude Smouts, Le retournement du monde, Sociologie de la scène internationa (...)
  • 15 Pour une discussion critique de la théorie de l’affaiblissement de l’État-nation, voir à titre d’e (...)

11C’est la deuxième acception de ce terme qui sera privilégiée dans le cadre de ce texte, car c’est elle qui domine le débat public, c’est-à-dire les représentations que notre époque de fait de ce processus, représentations largement créés et relayées par les mass médias13. Cette globalisation, perçue et ressentie comme une évolution récente, se caractérise par une inexorable « montée des flux transnationaux »14 qui n’aboutit pas forcément au dépérissement de l’État-nation moderne souvent évoqué depuis une quinzaine d’années15, mais qui incite à en percevoir un affaiblissement certain. Ces flux transnationaux, produits par les acteurs les plus divers et faisant preuve d’une grande variété tant dans leurs fins que dans leurs mises en œuvre, n’englobent pas seulement les flux économiques et financiers dont l’impact est si fortement ressenti sur les marchés du travail, mais aussi des flux religieux, migratoires, culturels et flux informationnels.

  • 16 Benjamin Barber, Djihad versus McWorld, Paris, 1996, p. 80.
  • 17 Jean-Pierre Warnier, La mondialisation de la culture, Paris, 1999, p. 39.
  • 18 Zaki Laïdi, « Les imaginaires de la mondialisation », in : Esprit, (octobre 1998), pp. 85-98.

12Au sein de ces flux transnationaux, le football se positionne plus précisément dans les flux culturels qui ont connu, ces dernières années, un accroissement et une intensification énormes grâce au développement des technologies et des infrastructures de communication. Le football est un enjeu majeur pour les acteurs économiques qui dominent et exploitent ces infrastructures, il est devenu du « software » pour la production culturelle de masse, un contenu visuel privilégié situé dans ce que Benjamin Barber appelle le « cœur informationnel-récréatif » des industries culturelles16. Il est diffusé mondialement, au même titre que la musique anglo-américaine, les films ou les programmes de télévision de Hollywood17, ses stars ont la même notoriété mondiale, si ce n’est davantage, que les héros de la culture pop. Il fait partie de ces composantes essentielles de la globalisation « en tant qu’imaginaire social » dont parle Zaki Laïdi quand il évoque ces « formes de modernité, styles de vie, […] qui dégagent à travers le monde un ›style international‹ orienté vers la consommation et la distraction »18.

  • 19 Ibid.

13L’imaginaire dominant qui est produit par les flux transnationaux culturels massifs rendus possibles par la globalisation des systèmes de communication et de leurs contenus audio-visuels est « l’idée d’une uniformisation du monde »19 dont l’apparente irréversibilité et universalité suscitent des craintes fortes d’hégémonie ou d’impérialisme culturels.

  • 20 On pense aux « méga-fusions » de Time-AOL-Warner ou de Vivendi-Universal, à la domination croissan (...)
  • 21 Armand Mattelart, La mondialisation de la communication, Paris, 1996.
  • 22 Barber, Djihad versus McWorld (note 16). Il est probable que le sens de la formulation succincte q (...)

14Ces craintes ont pour origine l’ouverture de zones continentales de libre-échange dotées de marchés uniques et le développement exponentiel des canaux de diffusion audio-visuelle qui a eu pour conséquence des mouvements de concentration massifs dans le secteur de la communication20. Les grands acteurs économiques multinationaux qui en sont issus ont besoin d’alimenter leurs réseaux par des « universaux culturels »21, c’est-à-dire des contenus relevant d’une culture qui puisse être partagée (et donc rentabilisée) à l’échelle la plus universelle possible. Cette quête de contenus audio-visuels qui permettent de viser un public de consommateurs appartenant à des cultures les plus diverses ne peut qu’entraîner des processus d’homogénéisation, de standardisation, d’uniformisation culturelle. Cette force centripète de la globalisation a été baptisée « McWorld » par le politologue américain Benjamin Barber, à l’image de la standardisation excessive qui est à l’origine du succès global du fast-food américain22.

  • 23 Olivier Mongin, « L’impérialisme à l’heure de la mondialisation », in : Esprit, (mai 2001), pp. 10 (...)
  • 24 Bernard Gournay, Exception culturelle et mondialisation, Paris, 2002.
  • 25 À titre d’exemple, on peut consulter Ignacio Ramonet, Propagandes silencieuses. Masses, télévision (...)

15D’un côté, le mouvement d’homogénéisation culturelle semble s’accorder à merveille avec les désirs des individus consommateurs23, de l’autre côté, il éveille de très fortes craintes chez les défenseurs de la diversité culturelle24 qui se voient, souvent à juste titre, comme des espèces condamnées dans une « jungle culturelle » aux accents darwiniens dominée par la puissance financière de l’industrie de divertissement américaine25.

  • 26 Pascal Boniface, Le monde contemporain – grandes lignes de partage, Paris, 2001, pp. 215-216. Voir (...)
  • 27 Georges Vigarello, « La naissance d’un mythe planétaire », in : Le Figaro, 29 mai 2002.

16Le football, lui, fait sans aucun doute partie de « McWorld ». Pour Pascal Boniface, il est « certainement l’exemple le plus accompli de la mondialisation, […] si, par ce terme, on entend l’accroissement des échanges, la suppression des frontières et des distances par le développement des moyens de communication »26. Selon Georges Vigarello, il est devenu « un show planétaire », du vrai entertainment à l’instar des autres produits de l’industrie des loisirs27.

  • 28 Pierre Bourdieu, « Comment peut-on être sportif ? », in : Id., Questions de sociologie, Paris, 198 (...)
  • 29 Alain Ehrenberg, « Le football et ses imaginaires », in : Les Temps Modernes, 460 (nov. 1984), pp. (...)

17Le football, surtout dans sa forme de sport-spectacle, « marchandise de masse » proposée « comme une branche parmi d’autres du show business » et destinée à « la simple consommation passive »28 répond donc parfaitement aux besoins de l’industrie culturelle transnationale. Il cumule deux grands avantages : d’un côté, il demande très peu de capital interprétatif pour être une source de divertissement et de plaisir et peut donc être facilement exporté sur les écrans des marchés émergents, surtout si cette exportation est accompagnée d’une promotion à l’image des productions hollywoodiennes. De l’autre côté, il est sans doute l’un des sports les plus compatibles avec les valeurs fondamentales du capitalisme. Comme l’ont souligné de manière très convaincante Alain Ehrenberg et Christian Bromberger, il donne à voir l’illusion égalitaire de l’idéal méritocratique qui est à la base même de la société libérale et capitaliste29. En ce sens, le football doit sans doute remplir, aux yeux des acteurs économiques qui le diffusent mondialement, non seulement les critères d’attractivité et de rentabilité, mais aussi ceux de l’« idéologiquement correct ».

  • 30 Voir aussi Serge Latouche, L’occidentalisation du monde. Essai sur la signification, la portée et (...)

18Le football participe donc bel et bien d’une occidentalisation des esprits30, d’une universalisation des goûts occidentaux de consommation, des codes de comportement et de pratiques de mise en scène – tant pour les habitudes de réception visuelle que pour la mise en scène de soi-même telle qu’elle s’exprime dans le vestimentaire ou la manière de célébrer, comme on a pu le constater à merveille lors de la Coupe du monde 2006. Rappelons que cela n’a rien de nouveau : depuis ses débuts, le football a apporté une touche d’occident aux cultures qui l’ont adopté, ce qui se voit encore aujourd’hui jusque dans les noms anglais des clubs sud-américains. Ce qui est nouveau aujourd’hui, ce sont les dimensions spatiales et temporelles dans lesquelles ce processus se produit : l’étendue du phénomène est désormais véritablement planétaire, vu qu’il concerne des cultures qui n’avaient eu que peu de contact avec cet élément de la culture populaire occidentale, et tout se passe de manière extrêmement accélérée suite aux évolutions techniques et économiques récentes.

  • 31 Martin Jacques, « Worshipping the Body at the Altar of Sport », in : The Observer, 13 juillet 1997

19Ce qui est nouveau aussi, c’est le poids du sport dans la culture de consommation de masse de nos jours. C’est dans le processus de globalisation culturelle que devient plus visible que jamais « une caractéristique clé du sport : son caractère global, sa capacité de franchir les frontières nationales et de transcender des cultures différentes »31.

20Martin Jacques résume ainsi ce qui apparente désormais le sport – « métaphore de notre temps » – des autres cultures de consommation de masse, tout en mettant en relief ce qui le distingue d’elles :

  • 32 Ibid.

« À côté de la musique pop, d’internet, des multinationales et du mouvement environnemental, c’est l’un des agents clé de la globalisation. Et le sport est une culture particulièrement mobile. La plupart des formes culturelles ont des limites dans leur capacité de voyager, limites dont la plus évidente est la langue, mais le sport a une capacité extraordinaire de communiquer »32.

  • 33 Gerry Finn, Richard Giulianotti (éd.), Football Culture. Local Contests, Global Visions, Londres, (...)

21Aucun autre sport ne (se) communique aussi bien que le football. S’exhiber avec un maillot de Beckham, Ronaldo ou Zidane à Shanghai, Singapour ou Sydney ne relève plus du supportérisme sportif mais d’un moyen pour le consommateur « d’acheter sans risque une part de la culture pop globale »33, de prendre part au lifestyle global dominant.

22Le football est-il pour autant ressenti comme faisant partie d’un quelconque impérialisme culturel ? Il est surprenant de constater qu’il n’est quasiment jamais montré du doigt comme vecteur d’uniformisation culturelle même par ceux qui dénoncent avec vigueur le niveau déplorable et les effets prétendument néfastes des séries télévisées américaines, de la musique pop anglo-américaine ou des films insipides hollywoodiens.

  • 34 Boniface, Le monde contemporain (note 26), p. 217.

23Il y a plusieurs raisons à cela : d’abord, sur un plan plus superficiel le football, « rare exception » dans la globalisation culturelle, « n’est pas dominé par les Américains »34. Comme la peur de l’uniformisation ou de l’homogénéisation culturelle qui nourrit l’imaginaire de la globalisation est toujours implicitement une peur de « l’américanisation » des différentes cultures indigènes, le football échappe à la critique de l’impérialisme.

24Mais c’est la deuxième raison selon laquelle le football, malgré sa diffusion et commercialisation globalisée, est perçu comme étant à l’opposé même de tout impérialisme culturel qui nous paraît bien la plus importante. Il s’agit de sa puissance en tant que producteur d’identité nationale et pour ainsi dire poche de résistance des particularismes nationaux dans la globalisation culturelle. Que cette puissance se soit renforcée depuis le milieu des années 1990, c’est-à-dire depuis que la globalisation culturelle a été reconnue comme telle par le grand public et qu’elle se soit cristallisée dans des imaginaires sociaux suggérant une perte de repères identitaires, n’en est que plus significatif. Les grandes compétitions entre nations nous montrent que le football est perçu et saisi par les populations comme un vecteur de « renationalisation », un terrain privilégié de l’affirmation des appartenances culturelles en contre-point des tendances d’uniformisation transnationale.

Le football poche de résistance des identités culturelles

  • 35 Tony Mason, « Some Englishmen and Scotsmen abroad : the spread of world football », in : Allan Tom (...)

25Le football a toujours fait preuve d’une grande souplesse d’adaptation. Dès les débuts de son expansion mondiale à la fin du XIXe siècle, il s’est avéré être un jeu qu’il est facile de « créoliser »35, c’est-à-dire d’adapter à un environnement culturel local et le métisser en quelque sorte avec les activités corporelles et de loisir existantes. Lors de son développement ultérieur, l’invention et la mise en exergue des fameux « styles nationaux » – notamment à travers le travail pédagogique des médias – a évidemment renforcé son rôle de producteur de singularité culturelle locale et nationale.

  • 36 Warnier, La mondialisation de la culture (note 17), pp. 93-97.
  • 37 Bertrand Badie, L’État importé. Essai sur l’occidentalisation de l’ordre politique, Paris, 1992, p (...)

26Aujourd’hui, ce processus se poursuit même dans le contexte d’une circulation des flux culturels accélérée et intensifiée par les réseaux globaux de communication. Le football est même un bon exemple pour ce que la recherche récente en sciences de communication, abandonnant « le schéma qui voyait dans le récepteur une instance passive devant les messages diffusés par la source »36, qualifie désormais de « phénomène d’hybridation culturelle », c’est-à-dire une ré-appropriation et contextualisation des flux culturels qui résulte de « la réceptivité sélective et critique des flux de communication »37.

  • 38 Warnier, La mondialisation de la culture (note 17), p. 96. Voir aussi l’excellent panorama « Les t (...)
  • 39 Arjun Appadurai, Modernity at Large. Cultural Dimensions of Globalization, Minneapolis, 1997. (Pub (...)

27Dans son ouvrage sur « La mondialisation de la culture », Jean-Pierre Warnier met en garde contre l’illusion optique qu’induit un point de vue global, « mal armé pour saisir la manière dont ces produits culturels sont reçus, décodés, recodés, domestiqués, réappropriés »38. L’anthropologue américano-indien Arjun Appadurai place ce processus dialectique d’appropriation et de recréation des contenus et des formes culturels importés au cœur de sa théorie de la globalisation, étayée par de nombreuses études sur la réception des flux transnationaux en Inde ou Asie du Sud, déconstruisant le mythe de l’uniformisation39. Selon Appadurai, la mondialisation engendre même davantage d’hétérogénéité, de différences, que d’uniformité et de ressemblances.

  • 40 Roland Robertson, Globalisation. Social Theory and Global Culture, Londres, Sage1992. Voir aussi R (...)

28Si la réussite de l’exportation globale d’une pratique culturelle dépend de la facilité dont elle se laisse contextualiser localement, réinterpréter, et enfin adopter dans une forme hybridisée qui reste compatible avec les formes en vigueur dans d’autres endroits de la planète, il n’y a rien d’étonnant à ce que le football se fonde à merveille dans la globalisation culturelle. Depuis le premier match organisé au Havre en 1872 ou à Montevideo en 1861, il s’est toujours prêté à cette redéfinition sélective des flux culturels transnationaux en vue de les rendre adaptables aux exigences culturelles locales, processus pour lequel le sociologue écossais Roland Robertson a inventé le néologisme de « glocalisation »40.

  • 41 Mike Featherstone (éd.), Global Cultures, Londres, 1990.

29Le football est ainsi un bel exemple pour l’axiome selon lequel la globalisation culturelle produit automatiquement son contraire. À la fois agent puissant des flux transnationaux propulsés par la globalisation culturelle et vecteur des poussées identitaires qui en résultent, il est effectivement une formidable métaphore pour la dialectique qui sous-tend le processus de globalisation dans son ensemble41.

30D’un côté, le football contemporain participe d’une logique incontestablement transnationale. Joué, regardé, aimé par un nombre d’êtres humains plus grand que pour toute autre activité, il est régi par des organisations non-gouvernementales (FIFA, UEFA), produit par des acteurs non-étatiques (les clubs), financé de plus en plus par des entreprises privées (sponsors, partenaires, équipementiers), et diffusé par des conglomérats médiatiques qui sont pour la plupart des entreprises à dimension véritablement multinationale.

31De l’autre côté, aussi universel qu’il soit, le football est également déclinable à l’infini. Il se laisse approprier par tout type de communauté et se montre extrêmement propice à servir d’écran de projection pour les identités culturelles locales et nationales, produisant ainsi de la singularité à tous les niveaux. Que celle-ci soit souvent imaginée et n’existe plus que dans les représentations collectives ne change rien à l’affaire, ainsi que le montre par exemple la fascination pour les derbys qui résiste à la mobilité presque sans limite des joueurs ou encore la persistance, contre bon escient, des croyances concernant les styles nationaux.

32Que le football soit apte à se fondre à ce point dans le processus de globalisation, il le doit non seulement à certaines de ses qualités intrinsèques qui ont toujours rendu possible une créolisation ou « re-localisation » efficace de la pratique culturelle qu’il représente, mais tout autant à l’évolution récente de son organisation. Le clivage toujours plus prononcé entre le football des clubs régi par des ligues professionnelles et le football des sélections nationales organisé par les fédérations nationales ou internationales lui permet de faire l’objet d’un double positionnement. Il est possible de le percevoir à la fois comme faisant partie d’un processus de globalisation post-national et comme fermement ancré dans la modernité qui l’a vu naître. Il en résulte une offre d’identification hautement ambiguë qui épouse la confusion identitaire propre à notre époque.

Le football des clubs à l’heure post-nationale

33Il n’est pas exagéré de dire que la dernière décennie du XXe siècle a vu une évolution sans précédent du football professionnel. Les grands changements qui ont bouleversé le monde du football sont notamment le processus de libéralisation du paysage audio-visuel qui est à l’origine du boom médiatique et économique du football, tout comme la professionnalisation du management des clubs et des ligues ainsi que l’optimisation de la commercialisation du produit football qui en résulte. D’autres bouleversements ont été apparentés à de véritables révolutions : sur le plan juridique, l’arrêt Bosman a sans aucun doute ouvert une nouvelle ère pour le football européen, et sur le plan sportif, on peut dire que la création de la Champions League a changé, au sens propre du terme, « les règles du jeu » dans la mesure où la compétition sportive a été soumise aux impératifs des marchés médiatiques. De plus en plus, les équipes nationales sont perçues comme étant en opposition fondamentale avec le monde des clubs, alors qu’elles étaient auparavant plutôt censées en être le prolongement naturel.

  • 42 Cité par Jean-Paul Picaper, « Beckenbauer pousse les clubs », in : Le Figaro, 10 juillet 1998.

34Ces évolutions simultanées ont fait pronostiquer à certains la mort annoncée des équipes nationales. Pour Franz Beckenbauer, il était dit qu’« un jour, il n’y aura plus d’équipes nationales, l’Europe se soude »42. Le manager du Bayern Munich, Uli Hoeneß, en arrivait à la même conclusion :

  • 43 Cité par Lars Becker, « Bosman läßt grüßen », in : Rhein-Zeitung/Sport-Informationsdienst, 22 sept (...)

« Les clubs occuperont au plus tard dans dix ou vingt ans le premier rang comme aux États-Unis ou au Canada. Les équipes nationales ne seront plus constituées qu’à l’occasion de certains événements majeurs – à l’instar du Dream Team du basket américain aux Jeux Olympiques. Si l’Europe continue à se rapprocher, les différentes nationalités perdront, même dans le sport, toujours plus de leur importance »43.

35Très rares étaient ceux qui, comme Berti Vogts à la fin de l’année 1996, contredisaient les prophètes de la disparition des sélections :

  • 44 Cité par Klaus Brinkbäumer, Alfred Weinzierl, « Sieger finden Gehör », in : Der Spiegel, 50 (1996)

« Ils se trompent. L’équipe nationale gagnera au contraire encore en attractivité. L’Allemand veut voir cette équipe, il veut voir des Allemands entre eux. Et l’Italien est exactement pareil, tout comme l’Espagnol. Même le Hollandais, qui aime toujours à s’ouvrir vers l’international, aime trop son équipe nationale »44.

36Aujourd’hui, tout porte à croire que le développement récent lui donne entièrement raison. Face aux images de l’été 2006, il est effectivement difficile de croire en un quelconque affaiblissement du statut des équipes nationales. Bien au contraire : jamais, en effet, l’engouement pour les compétitions entre nations n’a été aussi fort. Il est donc peu étonnant qu’un acteur majeur du football international comme Uli Hoeneß soit amené à concéder sans ambages qu’il s’était trompé dans son analyse de 1996 :

  • 45 Entretien personnel avec Uli Hoeneß.

« Je pensais que les grands moyens financiers et les évolutions dans le domaine commercial apporteraient des changements, mais aujourd’hui, force est de constater qu’il n’y a aucune baisse en ce qui concerne l’importance des équipes nationales, et nous devons en tenir compte. Cela doit nous amener à réfléchir à ce que cherchent les gens dans le football et à changer notre opinion »45.

  • 46 Voir Jean-Philippe Bouchard, « La victoire d’un melting-pot », in : France Football, 15 mai 1998.

37La tendance est nette : de plus en plus, les équipes nationales sont perçues comme étant en opposition fondamentale avec le monde des clubs, alors qu’elles étaient auparavant plutôt censées en être le prolongement naturel. La manifestation la plus visible de ce fossé qui se creuse est bien entendu la composition résolument post-nationale des équipes alignées par les clubs professionnels dans les différents championnats. Dans les ligues anglaise, allemande et italienne, il est désormais courant de voir des équipes dans lesquelles les joueurs de nationalité étrangère sont plus nombreux que les nationaux, ce qui aurait été impensable il y a dix ans seulement. L’évolution a été extrêmement rapide. En Angleterre, le club londonien de Chelsea a été le premier à miser sur une équipe multinationale qui se contentait d’aligner un seul joueur anglais46. En Allemagne, c’est pendant le championnat 1998/1999 que le Borussia Mönchengladbach, suite à l’entrée d’un remplaçant en cours de match, a été la première équipe de la Bundesliga à utiliser six joueurs étrangers sur le terrain et donc à basculer vers une composition d’équipe majoritairement non-allemande. Il n’a fallu attendre que deux années supplémentaires pour voir, le 6 avril 2001, l’équipe d’Energie Cottbus, par ailleurs dotée du plus petit budget de l’élite allemande, aligner au coup d’envoi une équipe composée de onze joueurs étrangers (avec trois autres étrangers sur le banc des remplaçants…).

38Depuis les débuts du professionnalisme, le marché du football a connu des flux de migration plus ou moins canalisés et limités par les réglementations en matière de licences édictées par les fédérations nationales ou internationales. Mais c’est pendant la dernière décennie du XXe siècle que ces flux ont pris une ampleur sans précédent. Les chiffres sont éloquents : rien qu’entre les saisons 1992/93 et 2001/02, la part des joueurs allemands dans la Bundesliga a baissé de 84,2 % à tout juste 51,6 % des effectifs. Des pourcentages comparables peuvent être observés dans l’ensemble des grands et moyens championnats européens. Si des écarts persistent entre les pays, ils dépendent de quelques limitations du nombre de joueurs extra-européens encore en vigueur dans certains championnats, tout comme, bien entendu, de l’attractivité financière et sportive des différents environnements nationaux.

  • 47 Voir à titre d’exemple les ouvrages de Marcus Flory, Der Fall Bosman-Revolution im Fußball ?, Kass (...)
  • 48 Lanfranchi, Taylor, Moving with the Ball, (note 47), p. 222.

39De nombreux observateurs présentent le désormais célèbre « arrêt Bosman » comme le grand tournant dans la migration des footballeurs professionnels. Cette décision de la Cour de Justice Européenne de décembre 1995 qui a fait couler beaucoup d’encre47 ne saurait cependant à elle seule pleinement expliquer le phénomène. Si l’arrêt Bosman peut être considéré comme révolutionnaire, c’est avant tout pour deux raisons qui sont seulement indirectement liées au principe de la libre circulation des travailleurs au sein de l’Union Européenne : premièrement pour le précédent qu’il a créé en appliquant la loi communautaire à la sphère sportive, signalant ainsi aux instances sportives qu’elles ne pouvaient (plus) se soustraire au cadre légal en vigueur ; et deuxièmement pour l’annulation du système traditionnel des transferts, garantissant la libre circulation des joueurs en fin de contrat. En revanche, en ce qui concerne le phénomène de migration proprement dit, l’impact de l’arrêt Bosman a été quelque peu surestimé. Il paraît plus prudent de constater avec Pierre Lanfranchi et Matthew Taylor que l’arrêt Bosman « n’a fait que donner une impulsion supplémentaire à une tendance déjà enclenchée, […] une excuse pour la dérégulation du marché plutôt que comme sa cause »48.

40Peu importe l’impact réel de l’arrêt Bosman, son nom est devenu le synonyme de l’intensification des flux migratoires dans le football professionnel. À quelques très rares exceptions près – comme l’Atletico Bilbao qui persiste à recruter exclusivement des joueurs basques – la composition des équipes professionnelles est désormais tellement multinationale qu’il est permis de parler d’un véritable brassage transnational, multiculturel et pluriethnique dans les stades d’Europe.

41La première conclusion qui semble s’imposer en constatant l’ampleur de ce brassage est de présumer que l’identification à un club ou une équipe, basée sur les sentiments d’appartenance locale ou régionale, devraient forcément s’en ressentir. Étant donné l’importance primordiale de l’opposition binaire dans la construction de l’identité partisane – celle-ci étant préalable à l’expérience pleine du spectacle du football et par conséquent pilier central de son attractivité – on en vient à s’interroger si ces oppositions ne risquent pas de se diluer, de perdre leur sens. Quel est le sens des derbys si aucun des 22 joueurs sur le terrain n’est originaire de la même ville ou région que les spectateurs ? À qui s’identifier en tant que spectateur français si, lors d’un match entre Arsenal London et l’Olympique Lyon, il y a cinq joueurs (et un entraîneur) français de chaque côté et que ceux qui jouent sous les couleurs anglaises sont de surcroît auréolés de leur gloire de Champion du monde et d’Europe avec l’équipe nationale française ?

  • 49 Pascal Boniface, « Puissance, identité et régulation – le football, miroir de l’Europe », in : Yve (...)

42Or, les stades continuent à être pleins et la ferveur ne cesse d’entourer les grands clubs malgré l’internationalisation excessive de leur personnel. La théorie selon laquelle « à partir d’un certain degré d’éloignement entre des vedettes surpayées, auxquelles on reproche fréquemment de ne pas montrer l’attachement à un maillot et qui passent de club en club, le sentiment d’identification viendra à diminuer et avec lui le succès du football »49 semble être infirmée chaque semaine. Visiblement, les clubs et les communautés qui y sont liées sont en effet parvenus à se doter d’une signification symbolique qui dépasse le seul aspect de la représentativité locale ou territoriale. Le discours qu’ils développent désormais n’est plus celui des « racines », mais celui, plus abstrait, des « valeurs ». Ces valeurs qu’ils prétendent incarner, sont regroupées dans une entité intangible et purement sémiotique : la « marque ».

  • 50 Roland Barthes, « Sémantique de l’objet », in : Id., L’aventure sémiologique, Paris, 1985, pp. 249 (...)

43Le club de football, dont l’existence même repose sur le pouvoir de susciter de l’adhésion et de l’identification à travers la croyance partagée en certaines valeurs, en une identité inscrite dans la durée – avec son histoire souvent centenaire, son identité visuelle facilement identifiable, son nom unique – se prête à merveille au processus du « branding » (« marquage »), un processus déjà décrit par Roland Barthes dans ses réflexions sur la « sémantique de l’objet »50, lorsqu’il parle de la transformation, à l’aide d’un processus universel de sémantisation, de l’objet de consommation en instance chargée de sens, d’une substance matérielle en substance signifiante.

44La stratégie de la marque que développent les grands clubs de football s’inscrit dans une logique entièrement commerciale et transnationale, comme le montre déjà l’existence du « G-14 », et son statut légal de « groupement européen d’intérêt économique » (G.E.I.E.). Il est cependant rare qu’un dirigeant se laisse aller dans un entretien destiné au grand public à autant de franchise que l’ex-président du Real Madrid, l’homme d’affaires Florentino Perez :

  • 51 Rachel Pretti, « Perez : ‹ Le Real est une marque › (entretien) », in : France Football, 5 mars 20 (...)

« Le Real est une marque comme Disney, connue dans le monde entier. Mais nous avons encore des efforts à faire pour que tous les gens qui la connaissent deviennent des clients. Nous pensons que tous les supporters sont, en théorie, des clients du produit Real Madrid. Grâce à eux, nous pourrons obtenir des recettes supplémentaires et augmenter encore le nombre de supporters sur tous les continents »51.

45Bien que de tels propos – qui pourraient aussi émaner de Karl-Heinz Rummenigge pour le compte du Bayern de Munich ou de Jean-Michel Aulas pour l’Olympique Lyonnais – soient normalement tenus en dehors des médias du grand public, cette vision du club en tant que marque, sortie tout droit du vocabulaire de la gestion d’entreprise, commence lentement à faire son chemin dans les esprits du monde du football. Il faut dire que la perspective d’un glissement vers une offre d’identification affranchie des pesanteurs des aspects concrets et réels de l’enracinement local ou national et basée principalement sur les valeurs abstraites et virtuelles véhiculées par la « marque » est très séduisante en termes de potentiel commercial.

46Il n’en reste pas moins que le football professionnel tel qu’il est incarné par les clubs est désormais caractérisé par une mobilité sans limite et une perte progressive de repères stables, par une économisation du discours et une commercialisation à outrance. Il en résulte une banalisation des croyances. Il y a comme une « profanation » qui s’opère et à laquelle ne semblent s’opposer que les traditions et représentations véhiculées par les équipes nationales.

Le retour du sacré

47Si l’ère du football post-Bosman est symbolisée par le mélange et le brassage, les sélections nationales en constituent tout le contraire. En 1964 déjà, la FIFA a pris la décision d’empêcher les footballeurs de représenter plus d’une nation pendant leur carrière, coupant court ainsi à toute tentation de dénaturer la compétition internationale à l’aide de naturalisations « de complaisance » ou de mise à profit de la double-nationalité de certains joueurs. Cette mesure fut prise sous la pression des pays du bloc soviétique qui souhaitaient pouvoir empêcher des joueurs ayant fui leur pays illégalement de jouer pour une autre nation, utilisant la carrière en équipe nationale comme « carotte » et « bâton » à la fois.

48Aujourd’hui, le monde du football montre plus de fermeté ou d’intransigeance avec l’appartenance nationale que les États-nations eux-mêmes qui, même pour les plus « fermés » d’entre eux, ont tous prévu dans leur code de la nationalité une procédure de naturalisation selon certains critères. Dans le football, c’est avant sa première convocation en équipe « A » d’une sélection nationale qu’un joueur doté d’une double-nationalité ou de la possibilité d’en acquérir une doit se décider une fois pour toutes pour un seul et unique pays, sans aucune possibilité de changement au cours de sa (future) carrière de footballeur.

49Les exceptions à la règle de la « mobilité zéro » que cherche à instaurer et maintenir la réglementation de la FIFA pour les équipes nationales – comme certaines naturalisations accélérées ou l’engagement d’entraîneurs de nationalité étrangère – sont rares et ont un impact négligeable. Face au brassage et aux changements incessants qui caractérisent le football de clubs, le football de sélection reste perçu comme étant à l’abri des « dérives » liées aux transferts de joueurs si souvent brocardées. Dans la perception populaire – et les fédérations nationales font bien entendu tout leur possible pour la renforcer – le football de sélections est marqué par « l’amour du maillot », il n’y a pas d’agissements suspects de la part d’agents de joueurs ayant intérêt à augmenter le nombre de transferts, et le seul « brassage » qu’il permet est celui que fixe (et souhaite donc produire) le cadre légal du code de la nationalité. C’est là une perception que défend de manière intransigeante Aimé Jacquet qui, depuis la Coupe du monde en France, est considéré par les médias français comme la grande autorité morale nationale du football, soustraite au « régime des partis » et dont la parole a valeur de dogme éthique. Pour lui, il n’y a aucun doute :

  • 52 Michel Dalloni, Frédéric Potet, « Les clubs français réussiront comme l’équipe de France a réussi  (...)

« Au regard du public, les équipes nationales restent plus importantes que les clubs. L’image du football, ce sont les équipes nationales, pas les clubs […]. Le football de club, pour moi, ça ne veut pas dire grand-chose : les joueurs vont d’une équipe à l’autre ; l’identité locale n’existe plus »52.

  • 53 Entretien personnel avec Pierre Littbarski, entraîneur, ancien international allemand.

50« Dernière équipe avec laquelle les gens peuvent s’identifier sans réserve »53, la sélection nationale se voit ainsi d’une certaine manière anoblie, entouré d’un « halo » de pureté. Cette notion de « pureté » comporte plusieurs acceptions sémantiques qui la rendent parfaitement apte à rendre compte de la perception communément partagée des équipes nationales, notamment par opposition au monde du football de clubs. Selon le « Petit Robert », le mot « pur », synonyme d’« absolu », de « parfait » peut revêtir les significations de

  • sans mélange : « qui n’est pas mêlé avec autre chose, qui ne contient en soi aucun élément étranger » ;
  • authentique : « qui s’interdit toute préoccupation étrangère à sa nature » ;
  • droit : « rigoureusement fidèle, sans mélange, sans concession » ;
  • innocent, honnête : « sans souillure morale, sans corruption, sans tache ».
  • 54 Michel Maffesoli, Le temps des tribus, Paris, 2000, préface à la troisième édition, p. X.

51On le voit bien : ces définitions sont parfaitement applicables aux sélections nationales et au discours qui les entoure. Dans un monde de plus en plus complexe qui semble régi par la seule loi des marchés et par le concept de la concurrence et du choix, fondements même de la société de consommation contemporaine, la limpidité des règles qui régissent la composition des équipes ressenties comme représentatives des communautés nationales répond à un véritable besoin de simplicité. L’absence totale de choix qui caractérise pour la grande majorité l’appartenance nationale semble être vécue sinon comme une délivrance, tout du moins comme une relâche de « l’embarras du choix » auquel on est exposé en permanence ailleurs. C’est dans la sélection nationale que peut s’exprimer « la nostalgie d’une fusion pré-individuelle »54, c’est-à-dire un sentiment rassurant d’appartenance non-révocable, prédéterminée, à laquelle on ne peut échapper, mais qui garantit en même temps une solidarité profonde.

52C’est une erreur de présupposer que l’individu post-moderne cherche justement à avoir des options de choix quant à ses appartenances. Rien ne nous permet de dire que le fait de ne pas avoir à choisir ne soit pas ressenti par beaucoup comme un soulagement. On peut tout aussi bien concevoir que dans la société post-moderne, la valeur de « pureté » qui caractérise le rapport « non-corrompu » avec une communauté originelle, l’emporte dans l’esprit de beaucoup sur celle du « choix », toujours sujet à des intérêts ou des ambitions personnels. Tout comme la valeur des « racines » peut parfaitement bien être considérée par les individus comme supérieure à celle de « mobilité ».

  • 55 Entretien personnel avec Wolfgang Niersbach, vice-président du Comité d’Organisation 2006.

53Dans un monde où les interdépendances deviennent de plus en plus complexes et opaques, les occasions qui permettent de s’adonner de manière intuitive et irréfléchie à une telle identification aveugle deviennent de plus en plus rares, alors que « le public est assoiffé d’identifications nationales », comme le constate, presque fataliste, Wolfgang Niersbach55. On ne saurait dire que les événements de l’été 2006 lui aient donné tort…

  • 56 Entretien personnel avec Bernard Brivet, ancien directeur du reportage sportif à l’AFP.

54Le discours la pureté est sous-entendu par le discours nostalgique d’un prétendu bon vieux temps où il y avait moins d’argent dans le football et où celui-ci était régi par d’autres principes plus respectueux de la morale sportive. Cette tendance à idéaliser un bon vieux temps malheureusement révolu exprime le désir d’un contrepoids, d’une sphère où l’argent n’est pas roi. Elle n’est pas propre au football, mais dans sa dualité, le football propose lui-même une alternative au tout-commercial : les équipes nationales, présentées et perçues comme le dernier refuge du désintéressement. Comme le résume le journaliste Bernard Brivet qui a suivi plusieurs générations de « Bleus » pour le compte de l’AFP, « les équipes nationales restent une petite lueur d’espoir comme quoi, pour le dire vulgairement, le fric ne fait pas tout »56.

55Il est vrai qu’elles ne sont pas concernées lorsque sont évoqués les salaires « mirobolants » des joueurs, puisqu’elles représentent une activité qui n’est pas officiellement rémunérée. De même, grâce à la règle de la « mobilité zéro », il n’existe pas de transferts entre les équipes, et par conséquent, on ne peut les accuser de pratiquer ni un « esclavage moderne » ni des « enchères délirantes » lors de la vente de joueurs.

56Étant donné les sommes impressionnantes qui sont générées par les activités et les compétitions des équipes nationales, il est évident que ce positionnement repose sur une dénégation systématique des enjeux financiers considérables qui y sont liés. Dénégation qui est dénoncée dans des termes très clairs par les responsables des clubs. Pour le G-14, la perception des équipes nationales est une « conception archaïque ». Son secrétaire général, Thomas Kurth, la commente avec ironie :

  • 57 Entretien personnel avec Thomas Kurth, secrétaire général du G-14.

« Que les clubs mettent à disposition leurs joueurs pour le bien de l’équipe nationale, ce qui permet à l’équipe nationale de générer des revenus qui ensuite permettent à la fédération de nourrir son appareil de formation qui défend la nature du sport – tout ça c’est beau. C’est un idéal, mais ce n’est plus la réalité »57.

57Il est clair que pour les fédérations (y inclus la FIFA), l’organisation de matches entre équipes nationales représente en effet le seul grand générateur de moyens financiers dont elles disposent. Il est donc compréhensible qu’elles cherchent à en tirer le maximum. Leurs bénéfices sont d’abord réalisés grâce aux contrats avec les télédiffuseurs, les partenaires et les équipementiers. Mais les fédérations les plus prestigieuses font aussi rémunérer par leurs adversaires la simple participation à des matches amicaux, ce qui n’est un secret pour personne, mais dont on se garde toujours de faire grand cas ou d’énoncer les montants.

58En ce qui concerne les joueurs, leur situation est plus ambiguë. Certes, ils ne sont pas rémunérés de manière significative par les fédérations pour chaque apparition dans la sélection nationale, mais lors des grandes compétitions internationales, ils perçoivent des primes assez élevées. De plus, une sélection en équipe nationale augmente de manière sensible la valeur d’un joueur sur le marché. Cela est certes moins vrai aujourd’hui, en ce qui concerne le marché des transferts, puisque la Ligue des Champions assure une visibilité internationale suffisante et régulière sur un très haut niveau, mais c’est primordial pour le montant des contrats publicitaires qui leur sont offerts, puisque leur notoriété en tant que titulaire de l’équipe nationale dépasse de loin la cible des amateurs de football.

  • 58 Entretien personnel avec Jürgen Klinsmann, sélectionneur de l’équipe allemande entre 2004 et 2006.

59Un autre signe très visible du « désintéressement » que représentent les équipes nationales est l’absence de publicité sur les maillots, alors qu’il n’existe plus aucun niveau de la hiérarchie sportive où cette source de revenus ne soit pas exploitée. Si l’arrivée de la publicité a déjà souvent été annoncée comme imminente, il semble qu’il y ait encore, selon la formule de Jürgen Klinsmann, comme un « seuil d’inhibition plus élevé quant à ce qu’on accepte comme commercialisation pour les équipes nationales »58.

  • 59 Entretien personnel avec Jean-François Lamour, ministre des Sports de 2004 à 2007, de la Jeunesse (...)
  • 60 « La ferveur sportive », Le Nouvel Observateur, hors-série, 60 (oct.-nov. 2005). Voir aussi les tr (...)

60Quoi qu’il en soit réellement, tout porte à croire que le ministre des Sports, Jean-François Lamour, reprend très bien la perception du public lorsqu’il fait explicitement référence à « ce sanctuaire que représente l’équipe nationale dans un monde de libre-échange où ne compte que l’équilibre du budget, le résultat financier »59. Contrairement à ce que sous-tendent un certain nombre de réflexions philosophiques sur le sport comme celles rassemblées dans un hors-série du « Nouvel Observateur » exclusivement consacré à la question de savoir si « le formidable attrait du sport témoignait d’une résurgence du sacré dans nos sociétés »60, cette représentation du « sanctuaire » n’est pas intrinsèquement liée à une quelconque essence du football ou du sport en général. Elle résulte au contraire de la combinaison entre la capacité du football de servir d’écran de projection pour les identités collectives et ces liturgies symboliques qui confèrent traditionnellement une dimension de « sacré » aux nations. C’est cette combinaison qui parvient à faire des équipes nationales les dépositaires du besoin de sanctuaire qu’éprouvent les collectifs qui se veulent être des communautés de destin.

61Il est vrai que la symbolique nationale est déployée de manière impressionnante lors des matches de football entre sélections, comme les drapeaux (au sens propre et reflétés dans les couleurs des maillots), les emblèmes sur les cœurs des joueurs ou bien les hymnes nationaux, apparemment indispensables au prestige de ces rencontres. Tout est soumis à une liturgie précise qui emprunte nombre d’éléments à la cérémonie cultuelle : l’entrée des équipes se fait comme une procession religieuse, on se lève de son siège pendant l’hymne national, il y a un échange de dons rituels (les fanions).

62Il ne semble pas exagéré de dire qu’avec le développement des moyens technologiques des médias, le déploiement des éléments audio-visuels de la liturgie nationale s’est encore renforcé. À la télévision, les drapeaux et couleurs nationales sont déclinés sur l’écran dans ces nombreuses incrustations qui donnent des informations relatives au match ou aux joueurs, tandis que certains sites internet consacrés à la Coupe du monde permettent non seulement de se familiariser avec les différents blasons et emblèmes, mais même d’écouter les hymnes sur son ordinateur.

  • 61 Dominique Schnapper, La communauté des citoyens, Paris, 1995, p. 138.

63La proximité symbolique qu’on peut établir entre l’équipe nationale d’un côté, et l’hymne, le drapeau ou même le monument national de l’autre côté, suggère qu’effectivement que l’équipe nationale fait partie elle-même de ses « marqueurs concrets destinés à symboliser la nation elle-même » qu’évoque Dominique Schnapper au sujet du processus d’institutionnalisation de la singularité nationale, marqueurs qui suscitent « des conduites et des sentiments qui empruntent au sacré »61.

  • 62 Mircea Eliade, Le sacré et le profane, Paris, 1965, pp. 63-100 ; Patrick Vassort, Football et poli (...)
  • 63 Michel Raspaud, « Espaces et temporalités diffus du sport », communication non-publiée, colloque « (...)

64La Coupe du monde – cette grande messe des équipes nationales – est un événement pleinement inscrit, pour reprendre les définitions fondamentales de Mircea Eliade, dans « les intervalles de temps sacré, le temps des fêtes »62. Ce qui la met en contre-courant de la métamorphose que subit le sport à l’ère post-moderne qui, omniprésent dans la vie quotidienne et dans les thématiques discursives, est en train d’être « progressivement détaché du temps sacralisé »63. C’est là un processus qui aboutit paradoxalement à une banalisation de ce qui tirait son attractivité initiale de son caractère exceptionnel. C’est en se positionnant en bastion de résistance contre cette tendance de banalisation, de dissolution du temps sacré dans le temps profane, que les compétitions mettant en scène des équipes nationales ont vu grandir leur prestige et leur impact ces dernières années.

  • 64 Gérard Ernault, « L’étoffe d’un Euro », in : France Football, 30 mai 2000.

65Ce n’est pas un hasard si la redécouverte de la valeur des équipes nationales et le changement de discours des protagonistes soient intervenus très exactement au même moment où s’est fait pleinement sentir l’impact de la « post-modernisation » du football des années 1990. C’est à la veille du Championnat d’Europe 2000 que Gérard Ernault a résumé dans un éditorial la perception générale d’une scission du football en deux entités bien distinctes, celles des clubs et celle des équipes nationales : « Aujourd’hui, leurs routes et leurs objectifs se séparent […]. Le football de sélection demeure fidèle à ses engagements. Il compare des talents et des mœurs, en quelque sorte des cultures ; l’autre compare des budgets. Il met en scène des pays, son confrère couronne des multinationales. Le cynisme de celui-là s’apprête à relancer le romantisme, l’idéalisme, l’archaïsme, voire le nationalisme de celui-ci »64.

Sentiments mitigés, identités multiples

66Nous l’avons vu : l’ambiguïté même de l’offre identitaire du football, le visage de Janus qu’il offre dans ses deux incarnations – les clubs et les équipes nationales – l’aide à se fondre à merveille dans le processus de globalisation. Il est une pratique culturelle à la fois moderne et postmoderne, il est le vecteur d’enjeux à la fois nationaux et post-nationaux. Il est à la fois le terrain d’expression de désirs archaïques de communautés traditionnelles et un objet de la culture pop globalisée de nos sociétés post-traditionnelles marquées par le métissage et la fluctuation.

67Le football peut ainsi être interprété comme une métaphore de la schizophrénie avec laquelle l’individu contemporain fait quotidiennement l’expérience du processus de globalisation. En tant que consommateurs individualistes, nous sommes parfaitement à l’aise avec le pluralisme culturel et les choix inédits qu’il nous offre, alors qu’en tant que citoyens, ce nouveau monde nous inquiète, car il manque singulièrement de chaleur et de lien social.

68Les images de l’été 2006 – comme d’ailleurs déjà celles de la Coupe du monde 2002 et du dernier Championnat d’Europe 2004 – ont montré que les grandes compétitions internationales de football sont autant d’occasions d’exprimer nos sentiments mitigés face à la globalisation et de concilier, ne serait-ce que de manière très éphémère, nos identités multiples. Elles nous permettent de re-sacraliser de manière symbolique notre quotidien désenchanté en recréant la « communauté imaginée » qui est le fondement de tout lien social dans nos États-nations malmenés par le processus de globalisation. Rien ne souligne plus ce besoin de communauté que la popularité grandissante du « public viewing » qui a atteint des sommets en 2006. C’est dans le partage des émotions et dans la prise de conscience de ce partage que la communauté se crée véritablement.

  • 65 Bien entendu, les hooligans – qui ont tendance à monopoliser la couverture médiatique – sont peu e (...)

69Et le football, ce jeu qui est marqué à la fois par une simplicité extraordinaire et des significations très complexes, nous permet de le faire sans que cela ne nous paraisse artificiel, car sa grande fête nous autorise à nous ré-approprier les symboles sacrés de la modernité sur un mode ludique. À observer la manière dont les spectateurs ne se contentent plus de s’habiller et de se maquiller aux couleurs nationales, mais se mettent désormais à détourner de façon ironique des objets et symboles stéréotypiques qui leur sont associés – comme par exemple les supporters français qui arborent une baguette et un béret basque, des Scandinaves qui portent des casques de Viking, ou encore des Hollandais coiffés d’une perruque faite de carottes – on serait tenté de diagnostiquer une ironie post-moderne appliquée aux symboles mêmes de la modernité65.

  • 66 Manuell Castells, L’ère de l’information, vol. II : Le pouvoir de l’identité. Paris, 1999, pp. 44- (...)

70Le sociologue catalan Manuel Castells parle d’un « nationalisme postmoderne » qui, « parce qu’il est une force de réaction plus que d’action, tend à être plus culturel que politique »66. Un tel nationalisme n’est plus un outil pour la création d’un État et l’institutionnalisation d’une culture nationale, mais plutôt une forme de résistance ponctuelle au grand brassage culturel de la globalisation. Il s’agit d’exprimer, dans des manifestations d’autocélébration massive et joyeuse, un désir nostalgique d’une communauté bien délimitée, comme pour exorciser la peur d’un monde sans frontières ni repères culturels.

71Devant une telle analyse, les différences entre les nations d’Europe s’estompent. C’est bien les mêmes désirs et besoins collectifs qui se reflètent dans la ré-appropriation surprenante des symboles nationaux en Allemagne que dans la re-découverte de la croix de Saint Georges en Angleterre ou dans le surinvestissement symbolique d’une équipe « black-blanc-beur » en 1998 en France. Le football révèle ainsi combien se ressemblent au fond les vieux États-nations d’Europe face au processus de globalisation. On serait tenté de les décrire effectivement comme « unis dans la diversité », d’après la devise officielle de l’Union européenne. Malgré toute la diversité de leurs histoires et de leurs cultures nationales, ils n’en sont pas moins unis par les mêmes peurs diffuses, le même besoin de singularité et de reconnaissance collective, la même absence d’un projet supranational qui pourrait définir de nouveaux repères, les mêmes sentiments mitigés de la post-modernité.

Notes

1 Jean-Michel Faure, Charles Suaud, « Introduction » du dossier « Pour une sociologie des sports en Europe », in : Lendemains, 88 (1997), pp. 5-13.

2 Christophe Charle, « France-Allemagne, deux histoires contrastées », in : Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 93 (juin 1992), pp. 69-70.

3 Tzvetan Todorov, « Le croisement des cultures », in : Communications, 43 (1986), pp. 5-24.

4 Gunter Gebauer, Sebastian Braun, Charles Suaud, Jean-Michel Faure, Die soziale Umwelt von Spitzensportlern. Ein Vergleich des Spitzensports in Deutschland und Frankreich, Schorndorf, 1999, p. 37.

5 Michel Espagne, « Problèmes d’histoire interculturelle », in : Revue germanique internationale, 4 (1995), pp. 5-24. Voir aussi du même auteur, « Sur les limites du comparatisme en histoire culturelle », in : Genèses, 17 (1994), pp. 112-121.

6 Dans une analyse comparative diachronique des politiques sportives en Europe, Pierre Lanfranchi dégage également plus de ressemblances entre la France et l’Allemagne que de divergences, notamment en ce qui concerne le rôle de l’État et la perception du sport en tant que « question nationale » ; voir Pierre Lanfranchi, « Entre initiative privée et question nationale. Genèse et évolution des politiques sportives en Europe (Grande-Bretagne, Allemagne, France, Italie) », in : Politix, 13 (2000) 50, pp. 29-48.

7 Sportfive, European Football 2002, Hamburg, 2002, ici pp. 46-49.

8 Voir aussi Albrecht Sonntag, « Des Königs verschiedene Kleider », in : Dokumente-Zeitschrift für den deutsch-französischen Dialog, 62 (2006) 2, pp. 32-43.

9 Marc Bloch, « Pour une histoire comparée des sociétés européennes », in : Id., Mélanges historiques, Paris, 1963, tome 1, p. 19.

10 Ulrich Beck, Was ist Globalisierung ?, Francfort/M., 1997.

11 Theodore Levitt, « The Globalization of Markets », in : Harvard Business Review, (mai-juin 1983), pp. 92-102.

12 Voir par exemple Thierry de Montbrial, « Perspectives à la fin du millénaire », in : RAMSES (Rapport Annuel sur le Système Économique et les Stratégies), Paris, 2000, pp. 11-24 ; ou encore Robert Keohane, Joseph Nye, « Globalization : What’s new ? What’s not ? (And so what ?) », Foreign Policy ; 118 (2000), pp. 104-119.

13 Zaki Laïdi, « État, Politique et Mondialisation (Préface à la nouvelle édition) », in : Id., Un monde privé de sens, Paris, 2001, p. IV.

14 Bertrand Badie, Marie-Claude Smouts, Le retournement du monde, Sociologie de la scène internationale, Paris, 1999, pp. 65-79.

15 Pour une discussion critique de la théorie de l’affaiblissement de l’État-nation, voir à titre d’exemple Noëlle Burgi, Philip Golub, « Le mythe trompeur du postnational », in : Le Monde diplomatique, (avril 2000) ; Michael Mann, « État-nation : mort ou transfiguration ? L’Europe et le monde », in : Le Débat, 84 (mars-avril 1995), pp. 49-69 ; Alain Dieckhoff, Christian Jaffrelot, « De l’État-nation au post-nationalisme ? », in : Marie-Claude Smouts, (éd.), Les nouvelles relations internationales. Pratiques et théories, Paris, 1998, pp. 59-74 ; Jean Musitelli, « 1991-2001 : permanences et changements », in : La revue internationale et stratégique, 41 (printemps 2001), pp. 37-45 ; Bertrand Badie, « Les grands débats théoriques de la décennie », ibid., pp. 47-54. Voir aussi les travaux de la polititologue australienne Linda Weiss sur « le mythe de l’État impuissant » : « Globalization and the Myth of the Powerless State », in : New Left Review, 225 (sept.-oct. 1997), pp. 3-27 ; travaux développés dans un ouvrage du même titre : The Myth of the Powerless State, New York, 1998.

16 Benjamin Barber, Djihad versus McWorld, Paris, 1996, p. 80.

17 Jean-Pierre Warnier, La mondialisation de la culture, Paris, 1999, p. 39.

18 Zaki Laïdi, « Les imaginaires de la mondialisation », in : Esprit, (octobre 1998), pp. 85-98.

19 Ibid.

20 On pense aux « méga-fusions » de Time-AOL-Warner ou de Vivendi-Universal, à la domination croissante de Google, ainsi qu’aux empires audiovisuels construits par Rupert Murdoch, Silvio Berlusconi ou Ted Turner.

21 Armand Mattelart, La mondialisation de la communication, Paris, 1996.

22 Barber, Djihad versus McWorld (note 16). Il est probable que le sens de la formulation succincte qui s’exprime dans ce titre ait porté préjudice à la réception de cet ouvrage dans le milieu académique. Trop souvent, l’intéressante analyse dialectique qu’il propose a été méprise, en raison d’une lecture superficielle ou simplement à cause d’un titre estimé « racoleur »…

23 Olivier Mongin, « L’impérialisme à l’heure de la mondialisation », in : Esprit, (mai 2001), pp. 106-109

24 Bernard Gournay, Exception culturelle et mondialisation, Paris, 2002.

25 À titre d’exemple, on peut consulter Ignacio Ramonet, Propagandes silencieuses. Masses, télévision, cinéma, Paris, 2000 ; Andréa Semprini, CNN et la mondialisation de l’imaginaire, Paris, 2000.

26 Pascal Boniface, Le monde contemporain – grandes lignes de partage, Paris, 2001, pp. 215-216. Voir aussi : Id., Football et mondialisation, Paris, 2006.

27 Georges Vigarello, « La naissance d’un mythe planétaire », in : Le Figaro, 29 mai 2002.

28 Pierre Bourdieu, « Comment peut-on être sportif ? », in : Id., Questions de sociologie, Paris, 1981, pp. 173-195, ici p. 183. Voir aussi « Programme pour une sociologie du sport », in : Id., Choses dites, Paris, 1987, pp. 203-216.

29 Alain Ehrenberg, « Le football et ses imaginaires », in : Les Temps Modernes, 460 (nov. 1984), pp. 841-884 ; Id., « Des stades sans Dieu », in : Le Débat, 40 (mai-sept. 1986), pp. 47-61 ; Christian Bromberger, Football, la bagatelle la plus sérieuse du monde, Paris, 1998.

30 Voir aussi Serge Latouche, L’occidentalisation du monde. Essai sur la signification, la portée et les limites de l’uniformisation planétaire, Paris, 1989.

31 Martin Jacques, « Worshipping the Body at the Altar of Sport », in : The Observer, 13 juillet 1997.

32 Ibid.

33 Gerry Finn, Richard Giulianotti (éd.), Football Culture. Local Contests, Global Visions, Londres, 2000, p. 266.

34 Boniface, Le monde contemporain (note 26), p. 217.

35 Tony Mason, « Some Englishmen and Scotsmen abroad : the spread of world football », in : Allan Tomlinson, Gerry Whannel (éd.), Off the ball, Londres, 1986, pp. 67-82 ; Christiane Eisenberg (éd.), Fußball, soccer, calcio. Ein englischer Sport auf seinem Weg um die Welt, Munich, 1997 ; Allen Guttmann, « Our Former Colonial Masters : The Diffusion of Sports and the Question of Cultural Imperialism », in : Stadion, 14 (1988) 1, pp. 45-63.

36 Warnier, La mondialisation de la culture (note 17), pp. 93-97.

37 Bertrand Badie, L’État importé. Essai sur l’occidentalisation de l’ordre politique, Paris, 1992, p. 52.

38 Warnier, La mondialisation de la culture (note 17), p. 96. Voir aussi l’excellent panorama « Les théories de la réception » par la revue Réseaux, 68 (nov.-déc. 1994).

39 Arjun Appadurai, Modernity at Large. Cultural Dimensions of Globalization, Minneapolis, 1997. (Publié en français sous le titre Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la mondialisation, Paris, 2005).

40 Roland Robertson, Globalisation. Social Theory and Global Culture, Londres, Sage1992. Voir aussi Richard Giulianotti, « Soccer goes glocal », in : Foreign Policy, 131 (juillet-août 2002), pp. 82-83.

41 Mike Featherstone (éd.), Global Cultures, Londres, 1990.

42 Cité par Jean-Paul Picaper, « Beckenbauer pousse les clubs », in : Le Figaro, 10 juillet 1998.

43 Cité par Lars Becker, « Bosman läßt grüßen », in : Rhein-Zeitung/Sport-Informationsdienst, 22 septembre 1996.

44 Cité par Klaus Brinkbäumer, Alfred Weinzierl, « Sieger finden Gehör », in : Der Spiegel, 50 (1996).

45 Entretien personnel avec Uli Hoeneß.

46 Voir Jean-Philippe Bouchard, « La victoire d’un melting-pot », in : France Football, 15 mai 1998.

47 Voir à titre d’exemple les ouvrages de Marcus Flory, Der Fall Bosman-Revolution im Fußball ?, Kassel, 1997 ; Roger Blanplain, Rita Inston, The Bosman Case – The End of the Transfer System ?, Louvain, 1996 ; ainsi que le chapitre « Bosman : A Real Revolution ? », in : Pierre Lanfranchi, Matthew Taylor, Moving with the Ball, The Migration of Professional Footballers, Oxford, 2001, pp. 213-230 ; voir aussi Denis Musso, « Conséquences de l’arrêt Bosman : réflexions sur la situations juridique du sportif », in : Henri Hélal, Patrick Mignon (éd.), « Football. Jeu et société », in : Les cahiers de l’INSEP, 25 (1999), pp. 245-255. La presse quotidienne a aussi largement couvert l’arrêt Bosman, voir à ce titre les nombreux bilans de l’arrêt Bosman à l’occasion de son dixième anniversaire en décembre 2005.

48 Lanfranchi, Taylor, Moving with the Ball, (note 47), p. 222.

49 Pascal Boniface, « Puissance, identité et régulation – le football, miroir de l’Europe », in : Yves Michaud (éd.), Qu’est-ce que la société ? (Université de tous les savoirs, Volume III), Paris, 2000, pp. 793-803.

50 Roland Barthes, « Sémantique de l’objet », in : Id., L’aventure sémiologique, Paris, 1985, pp. 249-260.

51 Rachel Pretti, « Perez : ‹ Le Real est une marque › (entretien) », in : France Football, 5 mars 2002.

52 Michel Dalloni, Frédéric Potet, « Les clubs français réussiront comme l’équipe de France a réussi », (entretien avec Aimé Jacquet), in : Le Monde, 22 novembre 2002. Voir aussi le commentaire de Gérard Ernault, « Les bœufs et la charrue », in : France Football, 24 décembre 2002.

53 Entretien personnel avec Pierre Littbarski, entraîneur, ancien international allemand.

54 Michel Maffesoli, Le temps des tribus, Paris, 2000, préface à la troisième édition, p. X.

55 Entretien personnel avec Wolfgang Niersbach, vice-président du Comité d’Organisation 2006.

56 Entretien personnel avec Bernard Brivet, ancien directeur du reportage sportif à l’AFP.

57 Entretien personnel avec Thomas Kurth, secrétaire général du G-14.

58 Entretien personnel avec Jürgen Klinsmann, sélectionneur de l’équipe allemande entre 2004 et 2006.

59 Entretien personnel avec Jean-François Lamour, ministre des Sports de 2004 à 2007, de la Jeunesse et de la vie associative.

60 « La ferveur sportive », Le Nouvel Observateur, hors-série, 60 (oct.-nov. 2005). Voir aussi les travaux de Paul Yonnet, à titre d’exemple Huit leçons sur le sport, Paris, 2004.

61 Dominique Schnapper, La communauté des citoyens, Paris, 1995, p. 138.

62 Mircea Eliade, Le sacré et le profane, Paris, 1965, pp. 63-100 ; Patrick Vassort, Football et politique. Sociologie historique d’une domination, Paris, 1999, p. 283.

63 Michel Raspaud, « Espaces et temporalités diffus du sport », communication non-publiée, colloque « Les lieux du sport. De la place du village aux écrans », Mons, Belgique, 5 mai 2000.

64 Gérard Ernault, « L’étoffe d’un Euro », in : France Football, 30 mai 2000.

65 Bien entendu, les hooligans – qui ont tendance à monopoliser la couverture médiatique – sont peu enclins à une telle ironie. Mais quel que soit l’impact disproportionné qu’ils ont sur la perception du spectateur ordinaire, quelques douzaines de hooligans ne sont tout simplement pas représentatifs des millions de personnes qui, en été 2006, ont transpiré ensemble dans les gradins ou devant les écrans géants.

66 Manuell Castells, L’ère de l’information, vol. II : Le pouvoir de l’identité. Paris, 1999, pp. 44-47.

Auteur

Né en 1962, Sociologue, Chaire intégration européenne à l’École Supérieure des Sciences Commerciales d’Angers (ESSCA)

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540