Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Football et identité

 | 
Ulrich Pfeil

V. Football et les relations entre les sexes

Les Femmes, le football et la nation

Le cas de la France de 1917 à nos jours

Xavier Breuil

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple, Eric Hobsbawm, Terence Ranger, The Invention of Tradition, Cambridge, 1993 ; Chr (...)

1Sport le plus populaire de la planète, le football n’est pas un simple loisir permettant de se divertir ou de se dégourdir. Les historiens ont notamment rappelé comment, en Grande-Bretagne tout d’abord, sur le reste du continent ensuite, le jeu du ballon rond avait conquis une place importante dans la vie politique des États-nations européens : les masses masculines ont notamment pu y voir un puissant vecteur d’intégration à la sphère publique1.

  • 2 Selon une enquête publiée par la FIFA en 2000, la Finlande accusait encore un retard important par (...)
  • 3 L’enquête de la FIFA de 2000 rappelle que les femmes représentent 6,5 % du total des licenciés en (...)

2Cette dimension politique ne doit évidemment pas être ignorée dès lors que l’on s’intéresse au rapport de sexes dans le football. Les évolutions sociales, économiques et culturelles, qui ont pu affecter la condition des femmes au cours du XXe siècle, n’expliquent qu’imparfaitement les inégalités observées dans le développement du football féminin au sein du monde occidental. Sinon comment expliquer, par exemple, le retard de la Finlande et de la Norvège sur la Suède et le Danemark jusqu’au milieu des années 19802, alors que les femmes de ces pays évoluaient dans des contextes sociaux, économiques et culturelles similaires ? Des disparités qui s’observent également dans l’Europe latine puisque, en 2000, le taux de licenciées en Espagne était quatre fois supérieur à celui de la France et de l’Italie3 ?

3À partir du cas français, nous tenterons de montrer dans quelle mesure le football a pu refléter la division des sexes dans la vie publique nationale et même contribuer à l’exclusion des femmes de la gestion de la cité. Notre analyse s’appuiera, d’une part, sur la presse d’information et sportive française et, d’autre part, sur les archives de la fédération française de football. Après avoir envisagé « l’âge d’or du football féminin » au cours des sorties de guerres, nous reviendrons sur le déclin de ce jeu à partir des années 1930, décennie au cours de laquelle la pratique masculine arrive à maturité. Enfin, une dernière partie sera consacrée aux difficultés rencontrées par les nouvelles militantes du ballon rond depuis 1965.

L’âge d’or du football féminin (de 1917 jusqu’au milieu des années 1920)

  • 4 Sur cette question, voir par exemple, Françoise Thébaud, La Femme au temps de la guerre de 1914, P (...)
  • 5 Sur Alice Milliat, voir André Drevon, Alice Milliat. La pasionaria du sport féminin, Paris, 2005.
  • 6 Archives du Musée national du sport, « Registre de la F.S.F.I. ».

4Le premier conflit mondial a pu apparaître comme « une divine surprise » pour les féministes européennes. À l’instar du mouvement sportif international, celui des militantes pour l’égalité des sexes vole en éclats en août 1914. Un peu partout en Europe, les femmes s’emparent du thème de « l’Union sacrée » et se mettent au service de la nation. En manifestant ainsi leur patriotisme, elles attendent surtout une reconnaissance de leur droit civique une fois les hostilités terminées4. Cet aspect se retrouve également dans le domaine des activités physiques. Lorsqu’elle prend en main les destinées du mouvement sportif féminin, Alice Milliat n’a pas pour seul objectif de contribuer au bien-être physique de la femme en lui procurant des exercices hygiéniques. Dès l’origine, cette ancienne institutrice, qui a enseigné à Londres5, ambitionne de faire reconnaître et d’imposer le droit des femmes de participer aux Jeux olympiques qui se dérouleront après le conflit afin qu’elles puissent prendre part à la vie des nations6. Dans cette perspective, les sportives de son association Femina Sport n’hésitent pas à manifester leur patriotisme, en jouant les « marraines de guerres » et surtout en récoltant des fonds pour l’achat de ballons devant être expédiés aux « Poilus ».

  • 7 Xavier Breuil « Le Corps féminin en mouvement : les munitionnettes et leurs loisirs en France et e (...)

5Dans le même temps, les premières compétitions de sport féminin sont organisées à Paris et réunissent les trois clubs féminins existant ainsi que l’école normale d’institutrices et l’école commerciale pour jeunes filles. Si, à l’instar des hommes, les femmes adoptent une pratique omnisports, et donc le football, elles concentrent leur effort sur l’athlétisme, le sport roi des Jeux. Mais il faut attendre les rencontres avec les voisines anglaises, dans l’immédiat après-guerre, pour voir le ballon rond être mieux considéré par les dirigeantes de la fédération française de sports féminins (F.F.S.F.). En effet, en mai 1920, une équipe nationale française, sélectionnée par Alice Milliat et composée des joueuses des clubs parisiens d’En Avant et de Femina, est invitée à disputer une série de matches en Grande-Bretagne, où le football a rencontré un succès important parmi les ouvrières des usines de guerre7. Au total, quatre rencontres sont disputées, à Londres, Preston, Manchester et Stockport qui attirent un peu plus de 60 000 spectateurs. L’esprit de l’Entente Cordiale souffle également dans les rues des villes que traversent les jeunes Françaises. Alice Milliat en témoigne dans son « retour d’Angleterre » :

  • 8 Le Miroir des Sports, 21 octobre 1920. Voir également les articles publiés dans Football Associati (...)

« Aussi, nous subîmes avec le sourire le supplice que nous infligèrent, pendant plus d’une heure, au débarquement du train à Londres, reporters et photographes […]. À chaque gare importante, il nous fallut descendre sur le quai ou nous mettre à la portière des wagons pour faire prendre une fois de plus notre effigie […]. Il faut avouer que l’accueil de la population de la grande ville de Preston fut pour nous très inattendu. Les rues étaient tendues de drapeaux, de bandes portant des inscriptions en français »8.

6Fort de ce succès populaire, on décide d’organiser des matches retour en octobre de la même année. Les Anglaises font le déplacement à Paris pour une rencontre qui se dispute au stade Pershing devant plus de 10 000 personnes, dont Jules Rimet, président de la Fédération française de football et futur président de la fédération internationale de football. Ces matches incitent Alice Milliat à faire de ce sport l’un des piliers de sa politique sportive, au même titre que l’athlétisme. Dans cette perspective, la F.F.S.F. encourage ses associations affiliées à développer le jeu. Dans la première moitié des années 1920, le ballon rond devient le sport collectif le plus apprécié des employées de bureau et autres couturières qui s’adonnent désormais aux activités physiques : le nombre d’équipes passe de 7 à 40 entre 1919 et 1924, principalement situées à Paris mais également dans les grandes villes de province, comme à Marseille, Lille, Lyon ou encore Toulouse.

7Cette pratique réussit d’autant plus à se développer qu’elle ne rencontre pas une critique spécifique de la part du mouvement sportif masculin. Au cours du conflit et des « sorties de guerres », la société française, comme britannique d’ailleurs, n’a que faiblement condamné l’initiative. L’activité physique des femmes est considérée comme une pratique temporaire qui, comme leur travail à l’arrière, est lié à un contexte exceptionnel. Le retour à la paix devait entraîner leur retour au foyer et mettre un terme au sport féminin. C’est d’ailleurs pour reconnaître leur sacrifice pendant le conflit, mais aussi pour fêter la victoire des deux pays alliés sur l’Allemagne, que les foules accourent vers les enceintes sportives afin d’encourager ces jeunes footballeuses. Ces France-Angleterre de football féminin font la manchette de la presse sportive et les journalistes louent l’habilité technique et tactique des joueuses.

  • 9 Sur ces débats, voir la presse sportive française : « L’Auto », « Le Miroir des sports », « L’Écho (...)

8Les choses commencent progressivement à évoluer au début des années 1920. En effet, le mouvement sportif manifeste bruyamment sa volonté d’un retour à la norme. Les critiques, jusque-là restées larvées, sont de plus en plus vives à l’endroit des sportives. Un certain nombre de spécialistes prennent la plume pour condamner les nouvelles pratiques féminines, le football donc, mais également l’athlétisme. Ils se réfugient derrière des discours médicaux et assurent que le sport aurait des conséquences néfastes pour la santé des femmes, les empêchant notamment de donner à la nation « les enfants dont elle a besoin ». Cependant, cette condamnation du football et, plus largement, du sport féminin ne fait pas l’unanimité. Des personnages influents du sport français comme Gabriel Hanot, Frantz Reichel ou encore Henri Desgranges acceptent, voire encouragent, les activités féminines. Il s’agit, plutôt que de les interdire, d’en redéfinir les contours pour éviter la confusion des genres : le sport doit être pratiqué sans exagérations, en privé et sous contrôle masculin. Se plaçant eux aussi dans une perspective nataliste, ils assurent que la pratique peut même contribuer à améliorer la condition physique des femmes et donc assurer la régénération de la nation9.

  • 10 Wahl, Les Archives du football (note 1), p. 185.

9De fait, jusqu’au milieu des années 1920, le football féminin tient sa place dans le paysage sportif français. Les journaux spécialisés, tels « L’Auto », « Le Miroir des Sports » ou encore « L’Écho des sports » font largement référence à la pratique en publiant des clichés photographiques ou les résultats du championnat de France ainsi que ceux des épreuves des coupes nationales. La situation des footballeuses françaises contraste donc avec celle de leurs homologues britanniques. Après sa condamnation par la F.A. en décembre 1921, la pratique disparaît outre-Manche et les dernières résistantes, telles les Dick Kerr Ladies de Preston, rejoignent la clandestinité sportive. Cette relative tolérance du mouvement sportif hexagonal à l’égard du football féminin s’explique par la plus faible maturité du ballon rond dans le pays. Bien qu’il soit déjà le sport le plus populaire, le football souffre encore d’un manque de reconnaissance des pouvoirs publics et surtout de la presse. Alfred Wahl a notamment démontré que les courses automobiles, le rugby et le cyclisme font la une des journaux alors que la pratique n’apparaît que très rarement en première page10. Le cas du club athlétique de la Société générale, l’un des principaux clubs français de l’entre-deux-guerres, est exemplaire de ce point de vue. Les dirigeants de cette association considèrent que le « sport collectif-roi », et donc viril par excellence, est le rugby. De ce fait, ils ne voient aucun inconvénient à ce que leurs sportives s’adonnent au ballon rond. Le CASG compte jusqu’à trois rois sections de football féminin, à Paris, Lille et Marseille. Dans l’Hexagone, il faudra attendre la seconde moitié des années 1920 et surtout les années trente pour voir le football être promu sport de la nation.

Le football féminin entre dans la clandestinité (de la fin des années 1920 jusqu’en 1965)

  • 11 Sport Banque, novembre 1928.
  • 12 Le Miroir des Sports, 23 Novembre 1926.
  • 13 Ce sport sera également adopté par la fédération roumaine de sport féminin qui, dans le cadre de l (...)

10Malgré cette relative tolérance du mouvement sportif masculin, le football féminin stagne et commence même à décliner après 1925. Le phénomène s’observe clairement en province : en 1928, deux formations marseillaises seulement prennent part aux championnats de France11. Ce reflux de la pratique n’épargne pas non plus la région parisienne qui ne présente que huit équipes à ces mêmes championnats. Gabriel Hanot revient sur ce déclin en 1926. Dans un article publié dans le « Miroir des Sports », il rappelle que, d’internationale, la grande épreuve de l’année est devenue non pas même nationale, mais locale12. Cette chute des effectifs tient plus aux stratégies développées par les fédérations nationales de sports féminins. Ces dernières encouragent leurs sociétaires à adopter les pratiques inscrites au programme des manifestations sportives internationales qu’organisent la fédération internationale des sports féminins (F.S.F.I.) fondée et dirigée depuis 1921 par Alice Milliat. Or, celle-ci ne parvient à imposer le football comme sport collectif aux autres nations affiliées : la Tchécoslovaquie et la Yougoslavie adoptent ce qu’elles considèrent comme leur sport national, d’origine slave, le Hazéna13 ; les États-Unis et le Canada proposent également leurs sports nationaux, base-ball et basket-ball ; les Britanniques, pour s’opposer aux Américaines, promeuvent le criquet. Quant aux footballeuses anglaises, qui auraient pu contribuer au développement de la pratique, elles restent fidèle au « splendide isolement » qui caractérise le football britannique des années 1920– 1930 : elles refusent d’intégrer la F.S.F.I. et ne cherchent pas à imposer le ballon rond lors des épreuves internationales de sports féminins. La seule autre organisation membre de la F.S.F.I. à avoir opter pour le football féminin est la fédération belge. Mais celle-ci est dirigée par Wydemans, un notaire bruxellois, qui est un opposant déclaré à Alice Milliat. Ils ne peuvent donc s’entendre pour imposer des compétitions de football. Au total, la Française se trouve isolée dans son choix du ballon rond et accepte d’autre sports collectifs, comme le Handball et le Basket-ball, lors des jeux mondiaux féminins de 1926 et 1930 ainsi qu’aux Jeux olympiques.

  • 14 Sur le football féminin en France, voir Laurence Prudhomme-Poncet, Ces Dames du ballon rond. Histo (...)
  • 15 Pierre Delaunay, « La Femme et le football », in : France Football, 23 février 1965.

11Dans cette perspective, la fédération française (F.S.F.F.) n’encourage plus la pratique du ballon rond et y renonce même à partir de 1933 pour se consacrer uniquement au développement de l’athlétisme et des sports collectifs promus par la Fédération internationale. Quelques dirigeants, notamment ceux de Femina Sport, tentent bien de pérenniser le jeu et forment une fédération autonome réunissant des équipes parisiennes. Mais le nouvel organe ne parvient pas à enrayer le mouvement et le football féminin disparaît à la fin des années 193014. Logiquement, l’image de la joueuse ressort progressivement de la presse. Quelques articles reviennent sur un France-Angleterre disputé à Saint-Ouen en 1935 et le journal « L’Auto » annonce les entraînements ou les matches des dernières équipes parisiennes. Mais, comme en Grande-Bretagne après 1921, les footballeuses entrent en clandestinité et attendront plusieurs décennies pour en ressortir, et ce malgré les tentatives de quelques passionnées entre 1947 et le début des années 196015. Ce déclin de la pratique n’encourage pas les différentes fédérations nationales de football et la F.I.F.A. à intégrer les femmes, contrairement aux fédérations d’athlétisme, de basket-ball et de hand-ball, qui, devant le développement important que connaît la pratique féminine dans leur discipline respective, intègrent autoritairement les associations féminins après 1933.

  • 16 Paul Dietschy, « Peut-on parler d’une idéologie du football dans les années trente ? Étude compara (...)
  • 17 Voir sur cette question Alfred Wahl, « Le footballeur français de l’amateurisme au salariat (1890- (...)
  • 18 Chrsitiane Eisenberg, Tony Mason, Pierre Lanfranchi, Alfred Wahl, FIFA 1904-2004. Le Siècle du foo (...)

12Cela est d’autant plus dommageable pour les femmes que, dans le même temps, le football masculin arrive à maturité. En France, il s’affirme comme le sport national. Très apprécié par les spectateurs français lors des Jeux olympiques de 1924, le ballon rond trouve la consécration avec la première participation d’un président de la République française à la finale de la coupe de France en 1927, qui, en tant que « tradition inventée », apparaît plus clairement comme un rituel mémoriel et républicain16. La mise en place d’un championnat professionnel à partir de 193217, qui permet d’unifier le territoire national et d’offrir un cadre plus large aux expressions identitaires, ainsi que la place toujours plus importante accordée par la presse au jeu sont autant d’indices des mutations en cours. Les joueurs deviennent des personnages publics, pour certains même des héros des temps modernes qui représentent la commune, la région lors des rencontres de championnats, voire la nation lors des rendez-vous internationaux. Le football devient donc une affaire sérieuse permettant, plus qu’aucun autre sport, d’inculquer au plus grand nombre un sentiment d’appartenance à une ou plusieurs communautés. Bien que déconsidéré pour son caractère plébéien par le régime de Vichy, sa popularité reste intacte pendant le second conflit mondial et se voit renforcée après 1945 grâce au développement de la radio et surtout de la télévision18.

  • 19 Pierre Delaunay, « La Femme et le football », in : France Football, 23 mai 1965.

13Plus que les qualités physiques nécessaires à sa pratique, c’est bien la place occupée par le football dans la vie publique nationale qui a progressivement conduit ce sport à s’imposer comme une pratique exclusivement viril. Dans cette perspective, les femmes ne peuvent prétendre taper dans le ballon rond et s’affirmer, elles aussi, comme les représentantes de leur communauté. Est-ce à dire qu’elles doivent être complètement exclues du mouvement footballistique ? Certains idéologues, comme Pierre Delaunay, répondent par la négative19. Selon lui, la femme peut d’abord jouer un rôle en tant que mère ou épouse de footballeur. Dans le premier cas, elle doit bien connaître le jeu pour savoir qu’il n’est en rien dangereux pour son enfant et, par là même, l’encourager à le pratiquer. Dans le second cas, elle a pour devoir d’encourager son mari et de l’aider à s’épanouir dans son activité sportive, qu’il soit joueur, dirigeant ou arbitre, en devenant sa première supportrice. Le directeur général de la F.F.F ajoute que les femmes peuvent également contribuer au développement du ballon rond en assurant des tâches administratives, tant dans les clubs que dans les ligues. Enfin, au milieu des années 1960, la fédération française de football commence à admettre l’idée des femmes en noir. Il s’agit ici d’une mesure pragmatique prise également par d’autres fédérations nationales de football comme aux Pays-Bas et en Allemagne en 1963 puis en Suisse à partir de 1965. L’idée des instances dirigeantes est de faire face à un déficit important dans ce secteur, lié à la multiplication des rencontres de jeunes. C’est donc dans cette catégorie qu’officient les jeunes filles. Mais cette timide réforme ne suffit pas à satisfaire les exigences des passionnées de football qui, dans la seconde moitié soixante, s’invitent sur les pelouses hexagonales.

Le renouveau du football (de 1965 jusqu’à nos jours)

  • 20 Jean-Pierre Rioux, Jean-François Sirinelli (éd.), Le Temps des masses. Histoire culturelle de la F (...)
  • 21 Selon un courrier envoyé par la F.F.F. à l’Union européenne de football (U.E.F.A.), Archives F.F.F (...)

14L’année 1965 est une « année tournante » dans l’histoire des sociétés occidentales. En effet, un peu partout en Europe, commencent à se développer des mouvements contestataires liés aux transformations socioculturelles20. Cette dynamique a pu également s’observer dans le monde du football : les femmes manifestent de plus en plus leur désir de pratiquer leur sport favori et de participer activement au développement du football. À partir de 1966/1967, elles réapparaissent sur les terrains balle au pied, d’abord dans le Nord-Est puis dans le reste du pays. En 1970, la fédération française de football avance le chiffre de 75 clubs21. L’équipe symbole de ce renouveau est celle de Reims. Fondée en 1968 sur l’initiative de Pierre Geoffroy, journaliste au quotidien régional « L’Union », la formation champenoise va dominer le football féminin français pendant près d’une décennie.

  • 22 Cette tentative de sensibilisation des femmes dans le domaine sportif fait écho à la stratégie dév (...)
  • 23 France Football, 22 septembre 1970.
  • 24 France Football, 13 juillet 1971.

15Ce renouveau de la pratique divise le mouvement footballistique. Les jeunes filles peuvent compter sur le soutien de la presse sportive communiste dont l’influence ne cesse de décroître au cours des années 1960. « Miroir Sprint » et « Miroir du football » voient dans la pratique féminine l’occasion d’attaquer la politique fédérale et, plus largement, l’évolution du football. Ils soulignent notamment combien le jeu féminin est, contrairement à celui des hommes, basé sur l’offensive. Ils mettent en garde les joueuses contre une éventuelle mise sous tutelle de la part de la fédération et les encouragent à s’épanouir dans le cadre d’une organisation autonome. Mais cet intérêt de la presse communiste pour la pratique ne se limite aux hebdomadaires sportifs. Au cours des années 1970, « Antoinette », le journal de la C.G.T. ainsi que les « Heures claires des femmes françaises » ouvrent leurs colonnes aux jeunes footballeuses. Cette volonté des communistes de séduire les femmes s’observe également en Italie où l’union italienne du sport populaire intègre le football féminin en 196822. Ces prises de position sur le football féminin donnent un ton plus conservateur à « France Football ». Il faut dire que plusieurs articles s’offusquent du développement de la pratique, notamment lorsque les matches, comme le France-Italie de 1970, sont retransmis à la télévision ou bien encore lorsque l’hymne national est joué avant la partie23. Cependant, certains font preuve d’un peu plus de pragmatisme comme l’éditorialiste Jacques Ferran : « Le sentiment général était le suivant : on n’aime pas tellement que les femmes se ›mêlent‹ de jouer au football, mais puisque décidément elles le font, il est préférable de ne pas les laisser en marge des clubs et des fédérations »24.

  • 25 Annuaire de la F.F.F., de 1970 à 1980.

16De manière générale, la position de « France Football » reflète celle de la Fédération française de football. Malgré l’opposition exprimée par des responsables à « l’entrée des suffragettes au conseil fédéral », les instances dirigeantes abolissent les privilèges masculins en reconnaissant le football féminin en août 1969. Mais cette intégration n’exprime pas une quelconque volonté de développer la pratique. Se référant à la tentative des années 1920, les élus du football français pensent que le mouvement sera éphémère et qu’il ne survivra pas aux mouvements féministes. De fait, aucune mesure n’est mise en place pour favoriser l’accès des femmes aux terrains de jeu : on interdit la mixité dans les équipes ; on attend 1974 pour voir se disputer le premier championnat national. Cette politique porte ses fruits puisque le taux de licenciées au cours de la décennie 1970 évolue peu : 0,5 % en 1970, 0,55 % en 1974, 0,9 % en 198025. Les choses ne changent guère au cours des années suivantes : en 2000, les femmes représentent moins de 2 % du total des effectifs.

17Néanmoins, on ne peut imputer à la seule politique fédérale le faible développement du football féminin. En effet, toutes les fédérations nationales du continent européen, sous l’impulsion de l’U.E.F.A. et de la F.I.F.A., ont usé des mêmes recettes pour tenir les femmes à l’écart des pelouses de football. Pourtant, dans plusieurs pays, le football féminin progresse plus rapidement qu’en France et le taux de participation y est supérieur à celui des Françaises : les Suédoises par exemple représentent 0,6 % des effectifs de la fédération nationale en 1970, 9,9 % en 1974 et 15,5 % en 1980 ; les Allemandes, 5 % en 1974 et presque 9 % en 1980.

  • 26 Mathilde Dubesset, « De la citoyenneté à la parité », in : Eliane Gubin, Catherine Jacques, Floren (...)

18Aussi doit-on en conclure que les sportives françaises n’ont manifesté que peu d’intérêt pour le ballon rond. Alors que dans les pays scandinaves, en Allemagne ou encore aux Pays-Bas, les femmes militent pour introduire le football féminin à l’école ou bravent les autorités fédérales, tant au niveau national qu’européen, en imposant la mixité dans les équipes de jeunes, les Françaises demeurent inactives. Elles n’influent que très faiblement sur la politique de la F.F.F. et il faut attendre les années 1990 pour voir la mixité être totalement reconnue dans les catégories de jeunes alors que cela était déjà une réalité à la fin des années 1970 dans les pays du Nord de l’Europe. Ce manque d’enthousiasme des Françaises pour le ballon rond peut-être mis en parallèle avec l’attitude généralement adoptée par les mouvements féministes dans l’Hexagone. Au début des années 1970, soit au moment de leur réapparition, ces derniers rejetent les pratiques ou institutions perçues comme des lieux emblématiques du patriarcat, notamment la politique. Cela est le cas en France, mais aussi en Italie, au Royaume-Uni ou encore en Belgique alors que, entre 1970 et 1985, dans les pays nordiques, en Allemagne ou encore aux Pays-Bas, les femmes cherchent à investir la vie publique nationale. Pour illustrer ces tendances, les spécialistes de l’histoire des femmes se sont appuyés sur les études de l’Union interparlementaire relative à la part des élus au sein de des assemblées nationales26. La volonté ou le refus de s’immiscer dans la gestion de la cité a pu également s’observer dans des pratiques culturelles qui constituent, aujourd’hui encore, des puissants vecteurs d’intégration à la vie publique comme le football.

19Introduit timidement au cours du premier conflit mondial, le football féminin a pu se développer jusqu’au milieu des années 1920. Dès lors que ballon rond est promu sport national et joue un rôle important dans la vie publique nationale, il devient une affaire exclusivement masculine dont les femmes sont écartées. Le renouveau du milieu des années 1960 ne change que très peu la donne : le football féminin peine à trouver sa place dans le champ des activités sportives, non seulement en raison de la politique de non-développement de la F.F.F. mais également en raison du faible intérêt des sportives françaises pour ce lieu de pouvoir. C’est sans aucun doute ce qui explique la difficile émergence du football féminin français sur la scène internationale.

Notes

1 Voir par exemple, Eric Hobsbawm, Terence Ranger, The Invention of Tradition, Cambridge, 1993 ; Christiane Eisenberg, Tony Mason, Pierre Lanfranchi, Alfred Wahl, FIFA 1904-2004. Le Siècle du football, Paris, 2004. Pour des approches nationales, Alfred Wahl, Les Archives du football. Sport et Société en France (1880-1980), Paris, 1989 ainsi que « Sport et politique », in : Jean-François Sirinelli (éd.), Dictionnaire historique de la vie politique française au 20e siècle, Paris, 2003, pp. 1171-1176 ; Matthew Taylor, « Football et culture politique en Grande-Bretagne », in : Yvan Gastaut, Stépahne Mourlane (éd.), Le Football dans nos sociétés. Une culture populaire (1914-1998), Paris, 2006, pp. 94-118.

2 Selon une enquête publiée par la FIFA en 2000, la Finlande accusait encore un retard important par rapport aux pays scandinaves. Les femmes n’y représentaient que 10,8 % du total de licenciés de la fédération de football alors que le taux de féminisation était de 24,2 % en Norvège, 22,6 % en Suède et 17,7 % au Danemark.

3 L’enquête de la FIFA de 2000 rappelle que les femmes représentent 6,5 % du total des licenciés en Espagne contre 1,2 en Italie et 1,8 % en France. Ces chiffres sont d’autant plus significatifs que les Espagnoles ont adopté le jeu après la « transition démocratique », soit environ quinze ans après leurs homologues françaises et italiennes.

4 Sur cette question, voir par exemple, Françoise Thébaud, La Femme au temps de la guerre de 1914, Paris, 1986 ; Id., « La Grande Guerre. Le triomphe de la division sexuelle », in : Georges Duby, Michelle Perrot (éd.), Histoire des femmes en Occident, t. 5, Paris, 2002, pp. 85-144 ; Yolande Cohen, Françoise Thébaud (éd.), Féminismes et identités nationales en Europe, Lyon, 1998 ; Christine Bard, Les Filles de Marianne. Histoire des féminismes 1914-1918, Paris, 1995.

5 Sur Alice Milliat, voir André Drevon, Alice Milliat. La pasionaria du sport féminin, Paris, 2005.

6 Archives du Musée national du sport, « Registre de la F.S.F.I. ».

7 Xavier Breuil « Le Corps féminin en mouvement : les munitionnettes et leurs loisirs en France et en Grande-Bretagne », in : Remy Cazals, Emmanuelle Picard, Denis Rolland (éd.), La Grande Guerre : pratique et expérience, Toulouse, 2005, pp. 35-44.

8 Le Miroir des Sports, 21 octobre 1920. Voir également les articles publiés dans Football Association, organe officiel de la FFFA, du 23 octobre 1920 et dans L’Écho des sports du 1er novembre 1920 qui insistent sur la dimension politique et diplomatique de ces rencontres de football féminin.

9 Sur ces débats, voir la presse sportive française : « L’Auto », « Le Miroir des sports », « L’Écho des sports ».

10 Wahl, Les Archives du football (note 1), p. 185.

11 Sport Banque, novembre 1928.

12 Le Miroir des Sports, 23 Novembre 1926.

13 Ce sport sera également adopté par la fédération roumaine de sport féminin qui, dans le cadre de la « Petite Entente », multiplie les contacts avec les sportives yougoslaves et tchécoslovaques.

14 Sur le football féminin en France, voir Laurence Prudhomme-Poncet, Ces Dames du ballon rond. Histoire du football en France au XXe siècle, thèse de doctorat, Université Claude-Bernard, Lyon I, novembre 2002.

15 Pierre Delaunay, « La Femme et le football », in : France Football, 23 février 1965.

16 Paul Dietschy, « Peut-on parler d’une idéologie du football dans les années trente ? Étude comparative de la France et de l’Italie », in : Id. et al. (éd.), Sport et idéologie, Besançon, 2004, t. 2, pp. 63-73.

17 Voir sur cette question Alfred Wahl, « Le footballeur français de l’amateurisme au salariat (1890-1926) », in : Le Mouvement social, 135 (1986), pp. 7-30 ainsi que Pierre Lanfranchi, Alfred Wahl, Les Footballeurs professionnels des années trente à nos jours, Paris, 1995.

18 Chrsitiane Eisenberg, Tony Mason, Pierre Lanfranchi, Alfred Wahl, FIFA 1904-2004. Le Siècle du football, Paris, 2004, pp. 252-269.

19 Pierre Delaunay, « La Femme et le football », in : France Football, 23 mai 1965.

20 Jean-Pierre Rioux, Jean-François Sirinelli (éd.), Le Temps des masses. Histoire culturelle de la France, t. 4, Paris, 2005, pp. 325-340. Sur l’histoire des femmes, Sylvie Chaperon, Les Années Beauvoir (1945-1970), Paris, 2002, plus particulièrement le chapitre 11, « 1965 : année politique, année féministe », pp. 301-340.

21 Selon un courrier envoyé par la F.F.F. à l’Union européenne de football (U.E.F.A.), Archives F.F.F., carton football féminin.

22 Cette tentative de sensibilisation des femmes dans le domaine sportif fait écho à la stratégie développée par les partis communistes italien et français envers l’électorat féminin, voir Mariette Sineau, « Droit et démocratie », in : Georges Duby, Michelle Perrot (éd.), Histoire des femmes en Occident, t. 5, Paris, 2002, p. 651.

23 France Football, 22 septembre 1970.

24 France Football, 13 juillet 1971.

25 Annuaire de la F.F.F., de 1970 à 1980.

26 Mathilde Dubesset, « De la citoyenneté à la parité », in : Eliane Gubin, Catherine Jacques, Florence Rochefort, Brigitte Studer, Françoise Thébaud, Michelle Zancarini-Fournel (éd.), Le Siècle des féminismes, Paris, 2004, pp. 269-276.

Auteur

Né en 1976, Docteur en Histoire, Chercheur au CEVIPOL, Université Libre de Bruxelles

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540