Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Football et identité

 | 
Ulrich Pfeil

IV. Football et ethnicité

« Schimanski joue au football »

Sport, football et ethnicité en Allemagne

Diethelm Blecking
Traduction de Isabelle Marivin

Texte intégral

  • 1 Birgit Szepanski, « Boris Mikhailov », in : Christoph Doswald (éd.), Rundlederwelten. Special Edit (...)

« Lorsque Boris Michailkov se promenait dans les rues de Berlin, il vit à proximité d’une brasserie un homme fracasser de sa tête le nez d’un autre homme. ‹ Je me suis dit que c’était cela le football et compris que le football était un sport pratiqué dans tout le pays › ».
(Birgit Szepanski)1

  • 2 Boris Mikhailov fait partie des photographes les plus éminents de notre époque. Il a exposé du Ste (...)
  • 3 Thomas Steinfeld, « Ein Ball sie zu knechten, Wenn La Ola den Geist erfasst : Wider die intellektu (...)

1L’exposition « Autour du ballon rond » (« Rundlederwelten ») dont est extraite cette citation2, s’est tenue au Martin-Gropius-Bau de Berlin dans le cadre du programme culturel élaboré par André Heller autour de la coupe du Monde de football 2006. Elle eut le mérite de présenter un regard réflexif sur le football et de créer la distance intellectuelle nécessaire qui faisait défaut à certains esprits critiques dans leur jugement sur le football : « Les intellectuels ont renoncé à l’isolement, à la distance indispensable à la réflexion. Ils écrivent des poèmes sur le football, chantent des chansons sur le football et écrivent des livres sur le football : en d’autres termes, ils transfigurent le football en symbole de notre société moderne […] ». Tel est le constat résigné auquel se livre Thomas Steinfeld dans un article publié par le « Süddeutsche Zeitung »3. L’exposition « Rundlederwelten » a corrigé cette image. Dans les années 1980, le photographe berlinois Jörg Boström a produit un documentaire sur un groupe de Sinti vivant dans un bidonville de Gelsenkirchen, non loin du stade de Schalke 04. Sa photographie exposée à Berlin sous le titre « Les terrils du football » présente des enfants Sinti sur un terrain de football improvisé. Un terrain reconnaissable uniquement à des buts matérialisés par des tubes d’acier rouillés sur un terrain vague désolé et entouré de terrils :

  • 4 Marcel Deubelbeiss, « Jörg Boström », in : Doswald (éd.), Rundlederwelten (note 1), p. 76.

« Pris parmi toutes les photographies présentant et célébrant le football aux yeux du monde, ce cliché-là apporte la preuve que le football se vit aussi bien dans les stades surdimensionnés des métropoles que sur une pelouse accidentée, sur du macadam ou dans les arrière-cours. Si les premiers peuvent compter sur des spectateurs par millions, les autres doivent lutter pour attirer l’attention »4.

  • 5 Les catégories fondamentales « ethnicité » ou « minorités ethniques » s’appliquent, selon Heckmann (...)
  • 6 Voir pour ce qui est de l’établissement d’une liste d’organisations sportives ethnico-nationales d (...)

2Longtemps, le sport des minorités ethniques5 en Allemagne n’a fait l’objet ni de recherches scientifiques ni d’investigations journalistiques. De ce fait, les clubs les plus anciens composés de Danois, Juifs, Polonais et Sorabes ainsi que celui des Alsaciens francophiles de l’empire (ceux du « Reichsland »6) trouvèrent aussi peu les faveurs du public que les « clubs de travailleurs immigrés », plus récents, des joueurs italiens, grecs, portugais, espagnols, yougoslaves et turcs. Entre temps, ces derniers sont parvenus à créer, sur l’ensemble du territoire allemand, pas moins de 500 clubs qui ont joué un rôle important tant au sein des communautés turques que dans les ligues amateur du football allemand.

  • 7 Christoph Klessmann, « Nationalitäten im deutschen Nationalstaat », in : Dieter Langewiesche (éd.) (...)
  • 8 Philipp Ther, « Soll und Haben. Warum das deutsche Reich kein Nationalstaat war », in : Le Monde d (...)
  • 9 Voir au sujet de l’histoire migratoire de ces groupes : Cornelia Schmalz-Jacobsen, Georg Hansen (é (...)

3Pourtant, depuis sa création, l’empire allemand est une construction multiethnique et polyglotte. Cette « grande puissance semi-allemande » (Ernst Nolte) s’étirant d’est en ouest par delà le Rhin, rassemblait dans ses frontières Polonais, Lituaniens, Cachoubes, Mazures, Sorabes, Alsaciens, Lorrains, Wallons et Danois7. Récemment, Philipp Ther l’a qualifié d’empire multinational8. Cette liste ne mentionne ni les minorités autochtones des 500 000 à 600 000 Juifs allemands ni les Sinti et Roms vivant dans des provinces allemandes depuis la fin du Moyen Âge9.

  • 10 À propos de la mise en œuvre efficace de cette « intégration négative », cf. l’ouvrage de référenc (...)
  • 11 La minorité d’origine polonaise fut particulièrement visée et soumise à un large éventail de mesur (...)
  • 12 Pour ce qui est de la nationalisation des sportifs allemands et de la représentation du peuple et (...)

4Vers la fin du XIXe siècle, les activistes des clubs danois, polonais, alsaciens et juifs d’Allemagne ont réagi face à une politique d’« intégration négative »10. On entend par là cette tentative de l’État-nation allemand de parvenir à une homogénéité ethnique et politique par l’exclusion et la répression, en d’autres termes par la germanisation11. Leurs clubs constituaient alors un pendant au sport de masse allemand12.

  • 13 Des éléments biographiques de « Gus » Gustav Manning, Pollack et Bensemann sont répertoriés dans : (...)
  • 14 Pour plus de détails sur la biographie de Bensemann, cf. Bernd-M. Beyer, « Walter Bensemann – ein (...)
  • 15 Ils étaient polyglottes, globe-trotters et fines plumes – cf. à ce propos Schulze-Marmeling, « Das (...)
  • 16 Cité d’après Beyer, « Walter Bensemann » (note 13), p. 87.
  • 17 Cité d’après ibid., p. 88.
  • 18 Félix Linnemann, président de la Fédération allemande de football de 1925 à 1945. Membre du NSDAP (...)
  • 19 Cité d’après Beyer, « Walter Bensemann » (note 13), p. 90.
  • 20 Cf. Erik Eggers, « Jan Buschbom, Vergessene Wurzeln. Jüdischer Fußball in Berlin », in : Schulze-M (...)
  • 21 Ibid., pp. 34ss.

5Aux premières heures de l’histoire du football, les fonctionnaires, joueurs ou journalistes Juifs allemands ayant certaines responsabilités ont tout fait pour échapper à ce piège ethnico-national. À l’instar de Gus Manning13, fondateur du FC Fribourg (créé en 1897), de Joseph Pollack, originaire de Fribourg et cofondateur du Bayern de Munich (créé en 1900) ou encore de Walter Bensemann14, fondateur et premier rédacteur en chef du « Kicker » – magazine consacré au football dont le premier numéro remonte à 1920 –, les Juifs allemands étaient résolument cosmopolites15. Leur origine et leur mode de vie en faisaient d’authentiques Européens, voire des citoyens du monde. Aussi, leur rôle ne consistait pas seulement dans le transfert d’une culture moderne du sport venue d’Angleterre. Ils étaient conscients de sa dimension internationale et y voyaient un moyen de surmonter les barrières sociales et les frontières entre les peuples. Par son mode de vie cosmopolite et bohème, Bensemann nourrissait un espoir qu’il formulait ainsi : « Le sport est une religion, c’est peut-être le seul véritable moyen de communication entre les peuples et les classes sociales »16. Moyennant quoi, il conçut son magazine « Kicker » comme « un symbole de réconciliation des peuples par le sport »17. Pour connaître la position dominante dans les hautes sphères du football allemand, il faut lire la réplique de Félix Linnemann, à l’époque responsable des relations internationales au sein de la Fédération allemande de football (« Deutscher Fußballbund » – DFB). En 1923, le futur directeur du DFB18 fit à Bensemann ce reproche : « Vous n’êtes pas sans savoir que non seulement vous rêvez en version originale, mais malheureusement, pour mon goût, vos sentiments aussi empruntent par trop aux mentalités étrangères »19. Les lignes de front qui traversaient le sport moderne étaient donc clairement définies. Sans être inquiété, le club du Tennis Borussia Berlin, qui jusqu’en 1933 recensait la plus grande proportion d’adhérents juifs20, joua un rôle important dans la resocialisation internationale du football allemand après la Première Guerre mondiale et dans le soutien apporté à la politique étrangère de Gustav Stresemann. En 1924, il fut la première équipe à jouer contre les onze français, ces « ennemis héréditaires ». Le « Club de France » enregistra une défaite de 3 buts à 1 à domicile et perdit à Berlin par 5 buts à 121.

  • 22 Cf. Werner Skrentny, « Julius Hirsch – der Nationalspieler, der in Auschwitz starb », in : Schulze (...)
  • 23 Cf. Werner Skrentny, « Gottfried Fuchs, Nationalspieler mit Torrekord », in : Schulze-Marmeling (é (...)

6Très tôt, des Juifs allemands ont été appelés à jouer au sein de l’équipe allemande. Le premier footballeur d’origine juive à y être incorporé était Julius Hirsch en 1911. Il avait remporté le championnat d’Allemagne dans les clubs du FC Karlsruhe et du SpVgg Fürth22. En 1943, Hirsch fut exécuté dans le camp d’extermination d’Auschwitz. Un autre joueur du FC Karlsruhe était Gottfried Fuchs23, qui lors des Jeux Olympiques de Stockholm en 1912 marqua dix buts contre la Russie, match qui se solda par le score légendaire de 16 buts à 0. Un record inégalé jusqu’à aujourd’hui. En 1937, Fuchs émigra juste à temps, d’abord en Suisse, puis via la France vers le Canada.

  • 24 Voir au sujet de l’organisation du sport juif en Allemagne : Eric Friedler, « Makkabi chai – Makka (...)
  • 25 Cf. Werner Skrentny, « Die Blütezeit des jüdischen Sports in Deutschland : Makkabi und Sportbund S (...)
  • 26 Ibid., p. 194.

7Outre l’engagement individuel de certains joueurs juifs, il existait aussi depuis 1898, date de la création du club berlinois « Bar Kochba », un mouvement sportif juif sioniste. Ce club faisait partie d’une organisation internationale, le mouvement « Maccabi », qui en Allemagne, jouait parfois dans les matchs de championnat contre les clubs allemands ou restait entre soi24. Sous la République de Weimar, l’éventail des clubs juifs s’était encore élargi avec l’union neutre des clubs de sport et d’athlétisme juifs et les clubs du Reich des soldats juifs du front « Schild ». Après l’avènement du nazisme en 1933, c’est au sein des organisations « Maccabi » ou « Schild » que se sont retrouvés les joueurs juifs exclus des clubs allemands et leurs homologues déjà présents dans ces associations25. Ceci a conduit, ironie du sort, à ce que ce soit justement sous le régime nazi que le sport juif en Allemagne connaisse son heure de gloire, aussi éphémère soit-elle. En juillet 1938 à Berlin eut lieu la dernière rencontre des deux « clubs sélectionnés » « Schild » et « Maccabi » devant un parterre de 2000 spectateurs26. Et au lendemain du pogrome du 9 novembre 1938, tous les clubs juifs furent interdits. Aussi, l’histoire du football juif en Allemagne reflète tout l’éventail des options choisies par les juifs allemands, allant de l’assimilation et du sionisme aux espérances cosmopolites.

  • 27 Pour comprendre l’arrière-plan historique, il faut rappeler que la Pologne n’existait pas en tant (...)
  • 28 Diethelm Blecking, « Polish Community before the First World War and Present-Day Turkish Community (...)
  • 29 « Sokó ł », en polonais signifie « faucon ». Concernant l’histoire et la signification de ces club (...)
  • 30 Les citations de Schäuble et Rau sont extraites de Blecking, Polish Community (note 28), pp. 183 s (...)

8La nouvelle minorité ethnico-nationale polonaise en Allemagne avait d’emblée fait un autre choix. Depuis les vingt dernières années du XIXe siècle, elle avait quitté les provinces orientales de l’empire pour venir s’établir dans des métropoles comme Berlin ou servir de main-d’œuvre dans le bassin industriel de la Ruhr, alors en plein essor. Une « politique des Polonais » répressive, placée sous le signe de tentatives de germanisation mesquines de la part des autorités, allant jusqu’à l’interdiction de la langue polonaise, l’hostilité de la part de la population locale, et finalement le prolongement vers l’est de ce virulent conflit des nationalités27 qui oppose la Prusse allemande et le mouvement national polonais, tous ces éléments ont entraîné dans le bassin un processus d’éthnicisation rapide de la minorité polonaise28. C’est dans ce contexte qu’on a vu naître, en 1889 à Berlin et en 1899 dans la Ruhr, des clubs de sport polonais, appelés « Sokol »29. Ils ne se montraient nullement intéressés par un quelconque contact avec les clubs allemands, qui les combattaient violemment du reste, au même titre que les autorités prussiennes. L’histoire du mineur polonais qui, après son travail, se rend au « club des Polacks et des prolétaires » pour jouer au football avec ses collègues allemands n’est que pure légende. Elle permet aux hommes politiques désireux d’évoquer les vertus intégratives du sport, d’alimenter leurs conversations du dimanche30.

  • 31 Erik Eggers, Fußball in der Weimarer Republik, Kassel, 2001, p. 64.
  • 32 Concernant le nombre de clubs, cf. le rapport du 15.09.1921 sur l’état du mouvement polonais, Müns (...)
  • 33 Cf. le rapport sur l’état du mouvement polonais du 01.10.1922, StaM, Reg. Arnsberg, I PA 94.
  • 34 Susanne Peters-Schildgen, « Polish Pits and Community Formation in the Northern Ruhr Area until 19 (...)
  • 35 Kurier Pozna ń ski [Courrier de Posnan] 21 mars 1927.
  • 36 Polak w Niemczech [Le Polonais en Allemagne], 1er mai 1927.
  • 37 Voir au sujet des problèmes de la recherche et de cette piste à creuser : Britta Lenz, « ›Polen de (...)

9Mais comme toutes les légendes, ces histoires recèlent aussi un fondement historique qui vaut la peine d’être mis au jour. Après la Première Guerre mondiale, suite au formidable essor qu’a connu le football – le DFB comptait 190 000 membres en 1914, chiffre qui passa à 470 000 en 192031 – les clubs de sport polonais se sont rapidement dotés d’une section football. Dans les années 1920/21, quelque 52 clubs de Rhénanie-Westphalie proposaient du football à leurs adhérents ; et la revue polonaise de la fédération en avait imprimé les règles du jeu32. Le premier match de championnat des clubs polonais, opposant Linden et Castrop, s’est disputé à Recklinghausen le 18 décembre 1921. C’est Castorp qui l’emporta par 3 buts à 233. Mais le football restait encore une affaire interne aux clubs polonais. Seule la chute d’effectifs liée à la rémigration – le retour des populations dans le nouvel État polonais –, ou leur départ vers la Belgique et la France34 remirent ceux qui restaient sur la voie de l’assimilation. En 1927, le mouvement « Sokol » fut rebaptisé « Fédération des clubs de sport de Westphalie et Rhénanie »35. Les premiers matchs les opposant aux clubs allemands eurent lieu la même année36. On peut supposer – et cette question ouvre la voie à de nouvelles recherches – que dans les années 1920, au cours desquelles le football a marqué l’univers de la classe ouvrière, nombreux étaient les Polonais de la Ruhr qui jouaient dans des clubs allemands37.

  • 38 Cité d’après Lenz, « ‹ Polen deutsche Fußballmeister › ? » (note 37), p. 248.
  • 39 Andreas Kossert, Masuren. Ostpreußens vergessener Süden, Berlin, 2001, p. 12.
  • 40 Hans Linde, « Die soziale Problematik der masurischen Agrargesellschaft und die masurische Einwand (...)
  • 41 Lenz, « ‹ Polen deutsche Fußballmeister › ? » (note 37), p. 245.
  • 42 Schimanski, un enquêteur de la Ruhr incarné par Götz George et héros de la série télévisée du même (...)

10Avec le FC Schalke 04 de Gelsenkirchen, ce prototype du « club des Polacks et prolétaires », une tout autre histoire commence. Entre 1934 et 1942, Schalke a remporté à six reprises le championnat d’Allemagne. L’équipe était nantie de joueurs portant des noms à consonance polonaise. Parmi eux, Ernst Kuzorra et Fritz Szepan pour citer les plus célèbres. Lorsqu’en 1934 Schalke remporta le championnat pour la première fois et posa devant les photographes en arborant le salut hitlérien, la presse polonaise ironisa sur « les Polonais, ces champions allemands ». Ce que les instances dirigeantes du football allemand s’empressèrent de démentir, arguant que « les parents de nos joueurs dans leur ensemble sont nés dans l’Allemagne d’aujourd’hui ou d’hier et ne sont donc pas des immigrés polonais »38. À l’évidence, les différentes parties ne parlaient pas le même langage. Les parents des joueurs de Schalke étaient en majorité originaires du sud de la Prusse orientale et ne comptaient donc pas parmi ces immigrés polonais mais appartenant au cercle des Mazures, évangélistes et pro-prussiens. Le groupe ethnique des Mazures parlant un dialecte issu de l’ancien polonais était un mélange constitué d’une ethnie majoritaire de Polonais et d’Allemands assimilés, Huguenots, Écossais et Salzbourgeois39. Leur destination allemande était Gelsenkirchen40. Entre 1920 et 1940, on recense 30 joueurs du club de Schalke d’origine mazure, et trois autres nés en Mazurie41. Aux yeux de leurs contemporains et de la plupart de leurs descendants, ils étaient des « Polacks », au sens péjoratif du terme. Comme chacun sait, « Schimanski »42 jouait à Schalke, mais il n’en devint pas moins une légende sous une identité (celle de « Polack » et non de Mazure) quasi erronée.

  • 43 Blecking, Polen – Türken – Sozialisten (note 6), p. 54.
  • 44 Christiane Eisenberg, « English Sports » und Deutsche Bürger. Eine Gesellschaftsgeschichte 1800-19 (...)
  • 45 Ibid., p. 396, note 40.

11Alors que les nazis ont su exploiter politiquement les succès de Schalke et la notoriété de ses stars du ballon rond, les clubs polonais ont été poursuivis et interdits au moment de la déclaration de guerre. Certains activistes du milieu culturel polonais, notamment du sport, ont été déportés en camp de concentration43. Le nazisme a mis fin, par la force, au sport ethnique en Allemagne ainsi qu’à tout le sport de la République de Weimar, qui comptait des clubs socialistes et communistes, mais aussi « Eichenkreuz » et « Deutscher Jugendkraft », à fondement religieux. En lieu et place de cette diversité, il a instauré une organisation sportive unique, la Fédération du Reich pour les exercices corporels (« Deutscher Reichsbund für Leibesübungen » – DRL). Dans ce contexte, Christiane Eisenberg indique – à juste titre me semble-t-il – que c’est là qu’il faut voir les prémices du sport institutionnalisé transposé l’Allemagne divisée d’après 194544. Elle évoque, véritable trouvaille à mes yeux, ce lapsus très révélateur de Carl Diem, qualifiant dans son « Histoire du sport dans le monde » la DRL de « fédération sportive allemande »45.

  • 46 Ther, « Soll und Haben » (note 8), p. 16.
  • 47 Cf. Erik Eggers, « Eine Oase im NS-Sturm – Der DFB und die Vergangenheit », in : Schulze-Marmeling (...)

12Après 1945, l’Allemagne a refoulé l’histoire du sport ethnique sur son territoire. Une histoire qui s’inscrit dans cette « autosuggestion de l’ahistoricité », pour reprendre le concept forgé par Ulrich Herbert, historien à Fribourg, au sujet du débat sur les étrangers. L’illusion d’un État national aux ethnies homogènes a également marqué la politique du souvenir d’un pays qui ne comptait pratiquement plus de Juifs et pour lequel les Polonais étaient comme retranchés dans un autre monde derrière un rideau de fer46. La politique du souvenir du DFB constitue, à cet égard, un chapitre à part entière sur lequel je ne peux m’attarder davantage47. Cette page blanche dans la conscience des fonctionnaires, des politiciens en charge des questions du sport et des associations sportives explique en partie le fait que la création de clubs ethniques intervenue avec la nouvelle vague migratoire de 1955 soit tantôt considérée comme une provocation, tantôt simplement passée sous silence. On attendait de la part des immigrés qu’ils s’intègrent à titre individuel aux clubs de la « Fédération allemande du sport » (« Deutscher Sportbund » – DSB) de la nouvelle organisation unique, conformément au principe de rotation socio-politique qui impliquait leur rémigration.

  • 48 Pour ce qui est de l’émigration turque, cf. l’ouvrage récent de Karin Hunn, « Nächstes Jahr kehren (...)
  • 49 Christoph Biermann, « Sonntag ist unser Tag », Völkerverbindender Sport ? Türkische Fußballer in D (...)
  • 50 Blecking, Polen – Türken – Sozialisten (note 6), p. 104.
  • 51 http://home.arcor.de/tuerkiyemspor.
  • 52 Blecking, Polen – Türken – Sozialisten (note 6), pp. 93ss.

13Mais la réalité sociale fut tout autre. Avec ses deux millions d’immigrés, l’ethnie turque de loin la plus nombreuse jusqu’à aujourd’hui48, s’est mise à développer un réseau de structures propre à toute communauté constituée. Elle créa des centres de formation dans les grandes villes et un réseau d’organisations dont les clubs de football turcs constituent le maillon central. L’univers du football est l’élément structurant le plus important pour la frange masculine de la minorité turque en Allemagne : « Même si 20 000 Turcs sont des militants du SPD et si la plupart des employés turcs sont syndiqués, ils sont actifs dans le football comme dans aucun autre espace social »49. Au sein de cette communauté, les clubs ont clairement une vocation de construction identitaire, de prévention sociale et de contrôle social. De plus, ils ont aussi une fonction de représentation lors des rencontres qui les opposent aux clubs allemands des deux ligues. Après avoir tenté de créer en Rhénanie du Nord-Westphalie une coupe des clubs étrangers entre 1966 et 1972 ainsi que des équipes établies selon des critères ethniques, qui ont existé dans le Wurtemberg jusqu’à la saison 1991/92, ils participent aujourd’hui aux matchs de championnats du DFB50. Avec un succès parfois impressionnant. Türkiyemspor, la « fierté des Turcs berlinois », a décroché la Coupe en 1986, passant en l’espace de six ans de la « Kreisklasse » à la division la plus élevée du football amateur51. La seule manifestation suprarégionale organisée entre clubs turcs est la « Coupe Atatürk » fondée par l’ambassade de Turquie52.

  • 53 Blecking, Polen – Türken – Sozialisten (note 6), pp. 120-122.
  • 54 Uwe Wick, « Engländer, Polen, ›Schwatte‹ : Integration im Revierfußball – etwas Besonders ? », in  (...)

14Par un processus d’ethnicisation que l’on observe depuis la réunification, le nombre de clubs turcs a augmenté. Les rencontres ne se déroulent du reste pas toujours sans heurts ; et dans un contexte marqué par les prises de position publiques sur l’islam politique et la société parallèle, la polémique s’est durcie. Dans le même temps, on peut noter que le sport institutionnalisé tend de plus en plus à accepter ces clubs, dans la mesure où ils contribuent à promouvoir l’identité de jeunes adultes et leur intégration sociale53. Après plus de cent ans d’histoire migratoire, la politique semble à son tour avoir fait la paix avec cette terre d’immigration qu’est l’Allemagne. Mais l’histoire du sport ethnique n’en est pas achevée pour autant, ses difficultés et ses perspectives en Allemagne étant envisagées à long terme. Dans la Ruhr du reste, 15 à 20 % des équipes amateur sont des clubs ethniques54.

15L’installation vidéo intitulée « Dans la surface de réparation » (« Im Strafraum »), réalisée pour l’exposition berlinoise par Esra Ersen, a soulevé le problème cardinal des identités allemande et ethnique. On y voit trois femmes de type méditerranéen, toutes vêtues de noir, couper deux drapeaux allemands en morceaux et réassembler les bandes rouges et jaunes du Galatasaray Istanbul, vainqueur de la Coupe de l’UEFA en 2000 :

  • 55 Erden Kosova, in : Anstoss Nummer 3 (2005), Special Edition, Fußball : Kunst, Rundlederwelten, p.  (...)

« Cet acte de découpage du drapeau allemand apparaît d’abord comme un geste belliqueux et semble ternir l’intégrité allemande. Or, les femmes en noir allongées sur les bandes rouges et jaunes se révèlent un symbole de réconciliation : elles contribuent à restituer les trois couleurs du drapeau allemand. Cette photo reflète la volonté de ceux qui, bien que d’origine ethnique et de socialisation différentes, entendent être partie prenante dans la constitution de la nouvelle identité allemande après la réunification. Et plus uniquement en tant que minorités mais comme éléments sociaux constituants »55.

  • 56 Matthew Taylor, « Global Players ? Football, Migration and Globalization », in : Historical Resear (...)
  • 57 Voir pour une analyse détaillée du système migratoire des footballeurs professionnels : Pierre Lan (...)
  • 58 Cf. Wick, « Engländer, Polen » (note 54) ; Holger Jenrich (éd.), Radi, Buffy und ein Sputnik, Ausl (...)
  • 59 Der Spiegel, 36 (1998), pp. 162-164.

16Dans le contexte qui nous occupe, un problème particulier est celui des footballeurs étrangers au sein des deux divisions professionnelles allemandes (1re et 2e Bundesliga). Pour reprendre les termes de Matthew Taylor, on peut également reconstituer pour l’Allemagne un « système migratoire » (« migration system ») avec ses facteurs incitatifs et désincitatifs56. Les voies empruntées par les migrants du football suivent, à peu de choses près, celles de la migration du travail, exception faite de certaines particularités nationales, affinités linguistiques et autres facteurs57. À cet égard, outre la suprématie économique du football allemand à l’échelle mondiale, un facteur essentiel est la naissance tardive – en 1963 – du football professionnel. La première année, seuls cinq joueurs étrangers ont intégré l’équipe d’Allemagne ; et à la fin du siècle, on en comptait déjà 186 sur 449, soit 41 %. Aujourd’hui, on dépasse les 60 %. Dans ce contexte, on peut clairement identifier différentes vagues migratoires. Les premiers à avoir franchi la frontière pour s’installer prioritairement dans la Ruhr sont les Hollandais – Willi « Ente » Lippens en est à la fois le prototype et l’original – puis les Yougoslaves. Dans les années 1970, c’est au tour des Danois et des Suédois, plus tard celui des émigrés d’Amérique du Sud et d’Afrique noire58. Certains clubs ont développé des microsystèmes migratoires. C’est le cas du FC Fribourg – avec à sa tête Volker Finke, son entraîneur polyglotte – qui présente des affinités particulières avec l’Afrique noire. Toutefois, nous ne voulons pas nous attarder ici sur cet aspect, mais plutôt attirer l’attention sur un autre point. Après la débâcle de l’équipe allemande lors de la Coupe du monde de 1998 en France et l’époustouflante victoire de l’équipe de France, composée de joueurs issus de l’immigration, Ottmar Hitzfeld, le célèbre entraîneur, a demandé à ce qu’on puise aussi dans le réservoir des joueurs immigrés pour assurer la succession du football professionnel allemand59. De nombreux professionnels d’origine étrangère se sont mis à jouer dans l’équipe espoir (la U 21, division des joueurs de moins de 21 ans), mais aussi dans l’équipe nationale. Parmi ces derniers, on peut citer Miroslav Klose, Lukas Podolski, Lukas Sienkiewicz, Eugen Polanski et Piotr Trochowski d’origine polonaise, Kevin Kuranyi qui est natif de Rio, Gerald Asamoah du Ghana, Nando Raffael d’Angola, Patrick Owomoyela de Hambourg, mais dont la famille est originaire du Nigéria.

  • 60 Frank Lamers, « Migranten-Jugend forsch », in : Westdeutsche Allgemeine Zeitung, 28 janvier 2006, (...)
  • 61 « Les humiliations vis-à-vis des Turcs allemands se sont multipliées. Tant dans la vie quotidienne (...)

17Cependant, si la minorité turque est de loin la plus nombreuse en Allemagne avec près de deux millions d’immigrés, elle n’a engendré qu’un seul joueur professionnel d’origine turque. En 1999, l’entraîneur Erich Ribbeck n’a accordé à Mustafa Dogan que deux périodes de jeu. Soit un total de 50 minutes60. Pourtant, le football n’en est pas moins le sport national en Turquie et la discipline sportive dominante au sein de la minorité turque. Jusqu’à maintenant, toutes les stars turques du ballon rond – que ce soit Yildiray Bastürk, les frères Altintop ou le talentueux Nuri Şahin, à qui Arsène Wenger a prédit un brillant avenir – ont choisi de jouer dans l’équipe de Turquie. Un choix qui témoigne d’une part de l’état piteux voire catastrophique des relations entre la majorité allemande et la minorité turque en Allemagne61, et qui de l’autre traduit l’importance et la profondeur du nationalisme turc qui se sert du football comme surface projective.

  • 62 Frankfurter Rundschau, 12 octobre 1998.
  • 63 Der Spiegel, 15 (2006), p. 40.

18Après la victoire de la Turquie sur l’Allemagne par 1 but à 0 lors du match de qualification au Championnat d’Europe en 1998, l’entraîneur turc a dédié la victoire de son pays « aux soldats qui, combattant les terroristes kurdes en Asie du sud, sont devenus des martyrs »62. Dans un entretien accordé au magazine « Spiegel », Yildiray Bastürk a exprimé en ces termes le dilemme des Turcs vivant en Allemagne : A la question : « Ne regrettez-vous pas de ne pas être un joueur de l’équipe d’Allemagne ? », Bastürk, né à Herne en Westphalie et détenteur de la double nationalité, a répondu : « Je ne le regrette pas. Je me sens turc et j’aime jouer pour la Turquie. Mais à l’heure qu’il est, je croise les doigts pour l’équipe d’Allemagne »63.

Notes

1 Birgit Szepanski, « Boris Mikhailov », in : Christoph Doswald (éd.), Rundlederwelten. Special Edition Fussball-Kunst, Gütersloh, 2005, p. 138.

2 Boris Mikhailov fait partie des photographes les plus éminents de notre époque. Il a exposé du Stedelijk Museum d’Amsterdam à la Kunsthalle de Zürich. Plus loin, Birgit Szepanski note au sujet du caractère des photos que l’on peut découvrir en parcourant l’exposition : « Boris Mikhailov […] barre le passage à un patriotisme du football agressif et couvert de sueur par des jeux de ballon agiles, ludiques et subtils. Les clichés de Boris Mikhailov reflètent en nous multiples facettes du football jusqu’à ce qu’on les suive du regard, ébahi et amusé » ; ibid.

3 Thomas Steinfeld, « Ein Ball sie zu knechten, Wenn La Ola den Geist erfasst : Wider die intellektuelle Leidenschaft für den Fußball », in : Süddeutsche Zeitung, 23 janvier 2006, p. 11.

4 Marcel Deubelbeiss, « Jörg Boström », in : Doswald (éd.), Rundlederwelten (note 1), p. 76.

5 Les catégories fondamentales « ethnicité » ou « minorités ethniques » s’appliquent, selon Heckmann, à des groupes sociaux « liés par leur croyance à des origines communes, par une proximité de culture et d’histoire ainsi que des expériences actuelles. De plus, ils possèdent une conscience d’identité et de solidarité particulière » (Friedrich Heckmann, Ethnische Minderheiten, Volk und Nation, Soziologie inter-ethnischer Beziehungen, Stuttgart, 1992, p. 56). Ces catégories ne sont pas des définitions nominalistes mais décrivent une réalité sociale elle-même soumise à des mutations historiques et sociales.

6 Voir pour ce qui est de l’établissement d’une liste d’organisations sportives ethnico-nationales dans l’empire allemand : Diethelm Blecking, Polen – Türken – Sozialisten, Sport und soziale Bewegungen in Deutschland, Münster, 2001, pp. 15-18.

7 Christoph Klessmann, « Nationalitäten im deutschen Nationalstaat », in : Dieter Langewiesche (éd.), Ploetz, Das deutsche Kaiserreich 1867/71 bis 1918. Bilanz einer Epoche, Fribourg, Würzburg, 1984, pp. 128-138.

8 Philipp Ther, « Soll und Haben. Warum das deutsche Reich kein Nationalstaat war », in : Le Monde diplomatique, (mai 2005), p. 16.

9 Voir au sujet de l’histoire migratoire de ces groupes : Cornelia Schmalz-Jacobsen, Georg Hansen (éd.), Kleines Lexikon der ethnischen Minderheiten in Deutschland, Munich, 1997, pp. 82-84, 130-133 et 140-143.

10 À propos de la mise en œuvre efficace de cette « intégration négative », cf. l’ouvrage de référence de Hans-Ulrich Wehler, Das deutsche Kaiserreich 1871-1918, Göttingen, 1973, pp. 96-100.

11 La minorité d’origine polonaise fut particulièrement visée et soumise à un large éventail de mesures allant de l’expulsion pure et simple à l’interdiction d’utiliser la langue polonaise lors de rassemblements publics. À cette politique administrative s’ajouta tout un travail d’agitation de la part de lobbys nationalistes comme le « Ostmarkenverein » et le « Alldeutscher Verband » (Hans-Ulrich Wehler, Deutsche Gesellschaftsgeschichte, vol. 3, Von der « Deutschen Doppelrevolution » bis zum Beginn des Ersten Weltkrieges 1849-1914, Munich, 1995, pp. 961-965 et 1071-1081). De même, l’organisation phare « Deutsche Turnerschaft » (« Association des gymnastes d’Allemagne ») jouait aussi dans le concert de ce nationalisme radical ; elle avait pour objectif affiché d’obtenir par la force l’homogénéité ethnique (Blecking, Polen – Türken – Sozialisten (note 6), pp. 48-50). Pour qualifier l’efficacité de cette politique, Wehler parle à juste titre de « lignes de continuité fatales qui ont traversé l’histoire allemande jusqu’en 1945 » ; Wehler, Deutsche Gesellschaftsgeschichte (voir supra), p. 1081.

12 Pour ce qui est de la nationalisation des sportifs allemands et de la représentation du peuple et de la patrie au travers d’un habitus de virilité, cf. Svenja Goltermann, Körper der Nation. Habitusformierung und die Politik des Turnens 1860-1890, Göttingen, 1998.

13 Des éléments biographiques de « Gus » Gustav Manning, Pollack et Bensemann sont répertoriés dans : Dietrich Schulze-Marmeling, « ‹ Das waren alles gute Leute › – der FC Bayern und seine Juden », in : Id. (éd.), Davidstern und Lederball. Die Geschichte der Juden im deutschen und internationalen Fußball, Göttingen, 2003, pp. 54-81 ici pp. 55ss. Dès 1905, Manning émigra aux États-Unis et en 1950, membre du comité exécutif de la FIFA, il s’engagea avec force en faveur d’une nouvelle admission de l’Allemagne.

14 Pour plus de détails sur la biographie de Bensemann, cf. Bernd-M. Beyer, « Walter Bensemann – ein internationaler Pionier », in : Schulze-Marmeling (éd.), Davidstern und Lederball (note 13), pp. 82-100 ; Id., Der Mann, der den Fußball nach Deutschland brachte. Das Leben des Walter Bensemann. Ein biografischer Roman, Göttingen, 2003.

15 Ils étaient polyglottes, globe-trotters et fines plumes – cf. à ce propos Schulze-Marmeling, « Das waren alles gute Leute » (note 13) ; Beyer, « Walter Bensemann » (note 14) ; Id., Der Mann, der den Fußball nach Deutschland brachte (note 14).

16 Cité d’après Beyer, « Walter Bensemann » (note 13), p. 87.

17 Cité d’après ibid., p. 88.

18 Félix Linnemann, président de la Fédération allemande de football de 1925 à 1945. Membre du NSDAP en 1937 et des SS en 1940. A participé, en tant que membre de la direction de la Police criminelle de Hanovre pendant la seconde Guerre Mondiale, à la déportation de Sinti et Roms vers le camp d’extermination d’Auschwitz. Pour une biographie complète de Felix Linnemann, cf. Hubert Dwertmann, « Sportler-Funktionäre-Beteiligte am Massenmord, Das Beispiel des DFB-Präsidenten Felix Linnemann », in : SportZeiten, 5 (2005) 1, pp. 7-46.

19 Cité d’après Beyer, « Walter Bensemann » (note 13), p. 90.

20 Cf. Erik Eggers, « Jan Buschbom, Vergessene Wurzeln. Jüdischer Fußball in Berlin », in : Schulze-Marmeling (éd.), Davidstern und Lederball (note 13), pp. 27-45, ici p. 32.

21 Ibid., pp. 34ss.

22 Cf. Werner Skrentny, « Julius Hirsch – der Nationalspieler, der in Auschwitz starb », in : Schulze-Marmeling (éd.), Davidstern und Lederball (note 13), pp. 115-122.

23 Cf. Werner Skrentny, « Gottfried Fuchs, Nationalspieler mit Torrekord », in : Schulze-Marmeling (éd.), Davidstern und Lederball (note 13), pp. 123-130.

24 Voir au sujet de l’organisation du sport juif en Allemagne : Eric Friedler, « Makkabi chai – Makkabi lebt ». Die jüdische Sportbewegung in Deutschland 1898-1998, Munich, Vienne, 1998.

25 Cf. Werner Skrentny, « Die Blütezeit des jüdischen Sports in Deutschland : Makkabi und Sportbund Schild », in : Schulze-Marmeling (éd.), Davidstern und Lederball (note 13), pp. 170-201.

26 Ibid., p. 194.

27 Pour comprendre l’arrière-plan historique, il faut rappeler que la Pologne n’existait pas en tant qu’État avant la première Guerre Mondiale, mais était partagée entre la Russie, l’Autriche-Hongrie et la Prusse allemande. Sur le territoire autrichien ou prussien, on vit opérer un important mouvement polonais en faveur de l’indépendance, dont le mouvement sportif polonais faisait partie intégrante. Au sujet du conflit des nationalités à l’Est, cf. William W. Hagen, Germans, Poles and Jews, The Nationality Conflict in the Prussian East, 1772-1914, Chicago, Londres, 1980.

28 Diethelm Blecking, « Polish Community before the First World War and Present-Day Turkish Community Formation – Some thoughts on a Diachronistic Comparison », in : John Belchem, Klaus Tenfelde (éd.), Irish and Polish Migration in Comparative Perspective, Essen, 2003, pp. 183-197, ici pp. 186-190.

29 « Sokó ł », en polonais signifie « faucon ». Concernant l’histoire et la signification de ces clubs, sur lesquelles on ne peut pas s’attarder ici, cf. A. Ryfowa, Dzia ł alno ść Soko ł a Polskiego w zaborze pruskim i w ś ród wychod ź stwa w Niemczech 1884-1914 (Le rôle du Sokol polonais sur le territoire prussien et dans le phénomène migratoire vers l’Allemagne), Varsovie, 1973.

30 Les citations de Schäuble et Rau sont extraites de Blecking, Polish Community (note 28), pp. 183 ss.

31 Erik Eggers, Fußball in der Weimarer Republik, Kassel, 2001, p. 64.

32 Concernant le nombre de clubs, cf. le rapport du 15.09.1921 sur l’état du mouvement polonais, Münster Staatsarchiv Münster (StaM), Regierung (Reg.) Münster, Abt. VII, Nr. 31 ; pour les règles du football, cf. Przegl ą d Sokoli (Les Informations de Sokol), 2 (1920).

33 Cf. le rapport sur l’état du mouvement polonais du 01.10.1922, StaM, Reg. Arnsberg, I PA 94.

34 Susanne Peters-Schildgen, « Polish Pits and Community Formation in the Northern Ruhr Area until 1939 », in : Belchem, Tenfelde (éd.), Irish and Polish Migration (note 28), pp. 157-167 ici p. 165ss.

35 Kurier Pozna ń ski [Courrier de Posnan] 21 mars 1927.

36 Polak w Niemczech [Le Polonais en Allemagne], 1er mai 1927.

37 Voir au sujet des problèmes de la recherche et de cette piste à creuser : Britta Lenz, « ›Polen deutsche Fußballmeister‹ ? – Polnischsprachige Einwanderer im Ruhrgebietsfußball der Zwischenkriegszeit », in : Diethelm Dahlmann et al. (éd.), Schimanski, Kuzorra und andere. Polnische Einwanderer im Ruhrgebiet zwischen der Reichsgründung und dem Zweiten Weltkrieg, Essen, 2005, pp. 237-250, ici pp. 243ss. et pp. 249ss.

38 Cité d’après Lenz, « ‹ Polen deutsche Fußballmeister › ? » (note 37), p. 248.

39 Andreas Kossert, Masuren. Ostpreußens vergessener Süden, Berlin, 2001, p. 12.

40 Hans Linde, « Die soziale Problematik der masurischen Agrargesellschaft und die masurische Einwanderung in das Emscherrevier, in : Hans-Ulrich Wehler, (éd.), Moderne deutsche Sozialgeschichte, Cologne, 1973, pp. 456-470.

41 Lenz, « ‹ Polen deutsche Fußballmeister › ? » (note 37), p. 245.

42 Schimanski, un enquêteur de la Ruhr incarné par Götz George et héros de la série télévisée du même nom, joue sur l’image d’un personnage bohème et originaire de Pologne. Et le public l’apprécie. Walter Siebel a indiqué à juste titre qu’il aura fallu une centaine d’années, soit environ trois générations, avant que le nom de « Schimanski » cesse d’être associé à la dénomination péjorative de « Polack » mais évoque une star du petit écran ; Walter Siebel, « Die Stadt und die Zuwanderer », in : Leviathan 17 (1997), pp. 30-41.

43 Blecking, Polen – Türken – Sozialisten (note 6), p. 54.

44 Christiane Eisenberg, « English Sports » und Deutsche Bürger. Eine Gesellschaftsgeschichte 1800-1939, Paderborn, 1999, p. 396.

45 Ibid., p. 396, note 40.

46 Ther, « Soll und Haben » (note 8), p. 16.

47 Cf. Erik Eggers, « Eine Oase im NS-Sturm – Der DFB und die Vergangenheit », in : Schulze-Marmeling (éd.), Davidstern und Lederball (note 13), pp. 216-228.

48 Pour ce qui est de l’émigration turque, cf. l’ouvrage récent de Karin Hunn, « Nächstes Jahr kehren wir zurück », Die Geschichte der türkischen « Gastarbeiter » in der Bundesrepublik, Göttingen, 2005.

49 Christoph Biermann, « Sonntag ist unser Tag », Völkerverbindender Sport ? Türkische Fußballer in Deutschland, script de l’émission, WDR Cologne, 1993, p. 6.

50 Blecking, Polen – Türken – Sozialisten (note 6), p. 104.

51 http://home.arcor.de/tuerkiyemspor.

52 Blecking, Polen – Türken – Sozialisten (note 6), pp. 93ss.

53 Blecking, Polen – Türken – Sozialisten (note 6), pp. 120-122.

54 Uwe Wick, « Engländer, Polen, ›Schwatte‹ : Integration im Revierfußball – etwas Besonders ? », in : Hartmut Hering (éd.), Im Land der tausend Derbys. Die Fußballgeschichte des Ruhrgebiets, Göttingen, 2003, pp. 59-64, ici p. 63.

55 Erden Kosova, in : Anstoss Nummer 3 (2005), Special Edition, Fußball : Kunst, Rundlederwelten, p. 90.

56 Matthew Taylor, « Global Players ? Football, Migration and Globalization », in : Historical Research, 31 (2006) 1, pp. 7-30.

57 Voir pour une analyse détaillée du système migratoire des footballeurs professionnels : Pierre Lanfranchi, Matthew Taylor, Moving with the Ball. The Migration of Professional Footballers, Oxford, New York, 2001.

58 Cf. Wick, « Engländer, Polen » (note 54) ; Holger Jenrich (éd.), Radi, Buffy und ein Sputnik, Ausländer in der Fußball-Bundesliga 1963-1995, Essen, 1996.

59 Der Spiegel, 36 (1998), pp. 162-164.

60 Frank Lamers, « Migranten-Jugend forsch », in : Westdeutsche Allgemeine Zeitung, 28 janvier 2006, p. 2.

61 « Les humiliations vis-à-vis des Turcs allemands se sont multipliées. Tant dans la vie quotidienne qu’en politique […]. Ceci détruit durablement quelconque loyauté envers notre pays » ; jugement émis par Ursula Boos-Nünning, spécialiste des questions de l’immigration ; ibid.

62 Frankfurter Rundschau, 12 octobre 1998.

63 Der Spiegel, 15 (2006), p. 40.

Auteur

Né en 1948, Professeur à l’Institut für Sport und Sportwissenschaft de l’Albert-Ludwigs-Universität de Fribourg-en-Brisgau

Isabelle Marivin (Traducteur)

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540