Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Football et identité

 | 
Ulrich Pfeil

IV. Football et ethnicité

Identités recomposées

Sur quelques usages contemporains du football1

Nicolas Bancel

Texte intégral

  • 1 Cette contribution est une version refondue d’un article publié dans la revue Migrances, « L’intég (...)
  • 2 François Dubet, La galère. Jeunes en survie, Paris, 1987.
  • 3 François Dubet, Didier Lapeyronnie, Les quartiers d’exil, Paris, 1992.
  • 4 Martine Fourier, Geneviève Vermès, Ethnicisation des rapports sociaux. Racisme, nationalismes, eth (...)
  • 5 Didier Lapeyronnie, Marcin Frybes, L’intégration des minorités immigrées. Étude comparative France (...)
  • 6 Bien qu’on ne dispose pas, à ma connaissance, d’un chiffrage précis des dépenses publiques consacr (...)

1Face aux crises qui traversent régulièrement les « cités »2 depuis le milieu des années 1980, devant la question récurrente de l’« intégration » pour des populations françaises « issues de l’immigration » reléguées dans des « quartiers d’exil »3, face à la déstructuration socio-économique d’une partie des « banlieues » et aux indicateurs d’une « ethnicisation des rapports sociaux »4, les politiques publiques en direction de l’immigration se sont multipliées depuis une vingtaine d’années5. Parmi les dispositifs classiques d’intégration, hérités notamment de l’action du Fonds d’Action Sociale (FAS) au cours des années 1960-1970, se sont développées depuis le début des années 1980 des actions plus spécifiquement centrées sur les activités physiques et sportives, et en particulier sur les sports collectifs réputés « populaires », notamment le football et le basket-ball. Cette inclinaison à financer des actions fondées entièrement ou en partie sur les activités sportives et le football, ne s’est pas démentie depuis6. Cet engouement pour le sport – et plus spécifiquement pour ce qui nous intéresse ici le football – nous semble devoir être interrogé. D’une part parce que les discours qui accompagnent cet investissement dans les activités sportives reprennent pour l’essentiel une série de lieux commun sur les vertus nécessairement « éducatives », « formatrices » et, par extension « intégratrices » des activités physiques, et d’autre part parce que les dispositifs d’« intégration par le sport » réalisés jusqu’alors n’ont pas fait l’objet, à ma connaissance, d’une analyse systématique, à même de vérifier les effets « intégrateurs » (ou non) des pratiques proposées. Nous formons l’hypothèse que cet engouement pour le football comme vecteur d’intégration répond à une crise des dispositifs « classiques » d’intégration et que l’une des tentatives de réponse à cette crise s’est cristallisée sur les activités physiques et plus particulièrement le football, et ce d’autant plus facilement que les valeurs sportives censées être véhiculées par le football semblent correspondre à celles de l’« intégration ».

L’essor des pratiques sportives et du football dans les dispositifs publics d’intégration

  • 7 Créé en 1958 et destiné à l’origine à aider les ressortissants du Maghreb en France en facilitant (...)
  • 8 Lionel Arnaud, Politiques sportives et minorités ethniques, Paris, 1999.
  • 9 Il est également très probable que le spectacle sportif du football, qui symbolise la « réussite » (...)
  • 10 La délégation interministérielle à la ville ressemble trois organismes préexistants : Banlieues 89 (...)
  • 11 On se souviendra qu’une véritable « politique de la ville » n’a pas été envisagée avant ces émeute (...)
  • 12 De séjours de campings sont ainsi proposés (avec l’aide de l’armée qui prête des tentes), de même (...)
  • 13 Le principe des « J Sports » était de créer des micros équipements sportifs, tous parrainés par un (...)
  • 14 Voir pour un bilan récent : Jacques Vergnes, Patrick Bayeux, « Les politiques sportives des consei (...)
  • 15 Sur ces questions, on consultera Pierre Collomb, Sport et décentralisation, Paris, 1988 ; Centre d (...)
  • 16 Cf. Linhart, « Des Minguettes à Vaulx-en-Velin » (note 11).

2L’usage de politiques publiques incluant, privilégiant ou stratégiquement tournées vers l’insertion par le sport peut être identifié selon un double repère. D’une part, le FAS7 s’est progressivement tourné – d’abord très timidement – vers les associations sportives locales au milieu des années 1980, dans la mesure où celles-ci étaient censées favoriser par la création de réseaux locaux de sociabilité l’intégration des jeunes issus de l’immigration8. Les pratiques sportives urbaines informelles – sports collectifs et pratiques de glisse notamment –, connaissent alors une phase de développement, aussi bien en centre-ville que dans les « quartiers » et ces pratiques ont été saisies comme des vecteurs de mobilisation, dans la perspective de l’« intégration ». L’intérêt, par ailleurs, des nouvelles générations d’immigrés pour certaines pratiques collectives, et tout particulièrement le football qui demeure le sport le plus populaire dans les « quartiers », à probablement suscité l’intérêt du FAS9. D’autre part, la délégation interministérielle à la ville10, créée en 1988 en réponse aux explosions de violence dans les « banlieues chaudes » – désormais régulières depuis le fameux « été-chaud » des Minguettes en 198111 –, va consacrer une part non négligeable de ses interventions au sport et en particulier au football, en favorisant les structures locales, ou en participant à la réalisation d’événements créés de toutes pièces. Dès 1983 est ainsi organisée l’opération « anti été-chaud » aux Minguettes, qui tente de coordonner différentes actions en direction des jeunes. Le sport n’est alors qu’une des facettes de cette action12, en 1989, la mission « Banlieues 89 » propose une série d’activités socioculturelles (dont de nombreuses activités sportives), alors que la nouvelle « Commission nationale de développement social des quartiers » propose de coordonner des actions du même type dans les « quartiers difficiles ». En 1991, les « J Sports » conçus par le ministère de la Jeunesse et des Sports en 1991, ciblent spécifiquement les activités sportives pour favoriser l’« intégration » des jeunes issus de l’immigration13. Durant toute cette période, on assiste également à la multiplication des actions dédiées ou comprenant dans leur dispositif des activités sportives destinées à ce public, essor qui ne se démentira pas dans la période suivante, c’est-à-dire jusqu’à aujourd’hui. Par ailleurs, depuis le milieu des années 1980, à la suite de la décentralisation (1982), on assiste également au renforcement des politiques sportives départementales et municipales14, avec la création dans pratiquement toutes les communes de moyenne importance d’un responsable aux sports. Enfin, à partir du début des années 1990, ce mouvement va être renforcé par les fédérations sportives elles-mêmes, qui créent régulièrement des événements destinés aux quartiers sensibles, dans l’espoir d’attirer un public peu sensible au sport institutionnel15. Il faut noter que les fédérations sportives répondent aux demandes publiques – qu’elles émanent d’un ministère, d’un conseil régional ou général, voir d’une municipalité –, étant fortement dépendantes de leur financement. Le développement des politiques municipales, par ailleurs, s’accompagne d’un essor spectaculaire des contrats signés entre l’État et les villes dans le cadre du « développement social des quartiers » (de 148 pour le IXe plan entre 1984 et 1988 à 400 pour le Xe plan, entre 1989 et 1993)16, comprenant presque toujours un volet dédié aux pratiques physiques. La convergence de ces facteurs explique l’essor des dispositifs d’« intégration » ou d’« insertion » des jeunes des « quartiers sensibles », ainsi que l’augmentation significative en leur sein des dispositifs comprenant – ou entièrement structuré autour – des activités sportives. On notera que malgré une offre pourtant importante de pratiques sportives, deux d’entre-elles sont particulièrement sollicitées dans ces dispositifs : le football et le basket « de rue ». En effet, d’une part, on attribue des vertus spécifiques à ces pratiques collectives, qui doivent contribuer à la socialisation par le jeu en équipe, à l’incorporation de valeurs citoyennes par le respect des règles et de l’arbitre, à l’apaisement des tensions par une pratique sollicitant fortement les ressources physiologiques ; d’autre part on s’appuie sur la popularité du football dans les « quartiers » et sur une pratique « de rue », difficile à quantifier, mais perçue comme l’une des pratiques informelles les plus répandue.

  • 17 Voir, à titre d’exemple Catherine Louveau, « Le sport comme moyen d’intégration des modèles sociau (...)

3Ce qui frappe dans ce mouvement d’intérêt vers les pratiques sportives et le football, c’est qu’il s’est opéré sans qu’à l’origine de véritables expertises aient été sollicitées quant à l’efficacité des dispositifs mis en place. Ces expertises ne vont apparaître que tardivement, à la toute fin des années 1980 et au début des années 1990 et pas toujours à la demande des institutions publiques17. Les conclusions de ces expertises sont contradictoires, tant du point de vue de la simple socialisation des participants que de la fonction régulatrice de la violence du football, sans parler de l’efficacité de l’incorporation des normes et valeurs sportives. En l’absence d’une réelle expertise et de résultats tangibles, l’engouement pour le football comme moyen d’insertion des jeunes semble donc s’ancrer, à l’origine (soit le milieu des années 1980), dans une croyance dans les vertus supposées de la pratique sportive du football dans le processus d’intégration des jeunes issus des secondes et troisième génération de l’immigration (l’on vise depuis vingt ans, par cette expression, essentiellement les populations issues de l’ex-empire colonial français). On doit donc chercher à comprendre quelles sont les conditions pour que, sur un temps relativement bref, autant d’espoirs s’investissent sur le sport et plus spécifiquement sur le football, comment, en d’autres termes, le sport devient une médiation incontestable du « processus d’intégration ».

Une réponse aux « crises » ?

  • 18 On notera que les enquêtes montrent que le taux de chômage et l’échec scolaire sont les deux princ (...)
  • 19 Pour prendre le simple exemple français, près de 40 % des emplois annuellement créés depuis 1998 s (...)
  • 20 Pascal Blanchard, Nicolas Bancel, De l’indigène à l’immigré, Paris, 2002 ; Pascal Blanchard, Nicol (...)

4Nous formons l’hypothèse que l’investissement dans le sport est le produit d’une conjonction de crises qui toutes se croisent au cours de ces vingt dernières années. Ces crises convergentes provoquent, à notre sens, une fragilisation du modèle d’intégration républicain, dans ses attendus comme dans sa mise en œuvre institutionnelle. La dimension centrale de ces crises, depuis le début des années 1980, est d’ordre économique et social. Il est inutile dans le cadre de cette contribution de s’appesantir sur la persistance, depuis le début des années 1980 d’un chômage structurel de masse, touchant d’abord les populations les plus fragiles, face à la tertiarisation de l’économie et les remembrements industriels, c’est-à-dire les populations immigrées elles-mêmes ou issues de l’immigration18, mais aussi les couches sociales autochtones les moins qualifiées. À cette fragilisation par le chômage s’ajoute la précarisation généralisée du travail, touchant les emplois nouvellement créés19. Ces deux facteurs créent un large sentiment d’insécurité sociale dans tous les secteurs de l’économie concurrentielle. Second facteur de crise, la territorialisation des zones de déréliction sociale et économique, liée à la relégation dans des zones périurbaines, dans les années 1950 et les années 1960, du prolétariat, et tout particulièrement des ouvriers les moins qualifiés issus de l’immigration. À la stigmatisation sociale s’ajoute une représentation disqualifiant de ces espaces, particulièrement sensible dans le vocabulaire politique des années 1980 : dans l’imaginaire politique (mais aussi social, bien que peu d’enquêtes aient été réalisées sur cette question), ces zones sont désormais considérées comme des enclaves exclues de l’influence de la société globale et du pouvoir d’assimilation de la République20. Les métaphores médicales sont d’ailleurs légion dans la désignation de ces espaces : « cancers », « métastases », « tumeurs », ou encore « points noirs » ou « zones de non-droit ».

  • 21 Sur cette question très complexe, nous nous permettons de renvoyer à notre article : Nicolas Bance (...)
  • 22 Pour étayer cette assertion, on peut prendre comme référence les principaux thèmes de combats util (...)
  • 23 Manuel Boucher, Les théories de l’intégration. Entre universalisme et différentialisme, Paris, 200 (...)

5Enfin, dernier axe de crise, les profondes réformes institutionnelles et politiques européennes entraînent des pertes de souveraineté très sensibles dans tous les pays européens. Or, la dilution progressive des souverainetés nationales dans l’ensemble européen n’est pas sans provoquer des pertes de repères majeures de ce qui fonde, dans toute l’Europe, le sentiment d’appartenance collective, c’est-à-dire l’État-nation. Or, la fragilisation des repères nationaux n’est pas sans conséquence sur les représentations de la République. Historiquement, la République s’est construite, à partir des années 1880, sur la fusion de l’idéologie républicaine – structurée sur les idéaux universalistes de la Révolution – et l’idée de nation, jusqu’à progressivement identifier les valeurs nationales aux valeurs républicaines21. La déstabilisation des repères nationaux atteint donc directement l’axe central de l’idéologie républicaine : l’unité indivisible de la République22. À ces inquiétudes s’ajoute la perception d’un risque de dilution, de l’intérieur, des valeurs fondatrices de la République, par la pérennisation sur le sol français de cultures étrangères animées par les populations immigrées (le spectre du multiculturalisme), la création de cultures intermédiaires par la seconde et la troisième génération, véritable défi au modèle d’intégration républicain23, ou encore par la généralisation des comportements anomiques.

  • 24 Voir Nicolas Bancel, Pascal Blanchard, « L’invention de l’›indigène‹. Entre imaginaire collectif e (...)
  • 25 Gérard Chauveau, Lucile Dori-Courdesse, Écoles et quartiers. Des dynamiques éducatives locales, Pa (...)

6Toutes ces crises trouvent leur point de convergence au début des années 1980, conditionné par la sédentarisation des populations immigrées (qui change la nature de la présence et de la perception sociale de cette présence24) et la résurgence de l’expression politique du racisme. C’est précisément au début des années 1980, comme nous l’avons vu, que vont se déclencher les premières grandes flambées de violences collectives dans les banlieues, manifestation la plus claire de la construction d’une ligne de fracture sociale et culturelle dans la société française. Or, les institutions sur lesquelles la République s’appuie traditionnellement pour intégrer les populations immigrées traversent également une crise aiguë. Le service militaire supprimé, l’Armée n’intègre plus et l’École connaît de très grandes difficultés, faisant face à la multiplication des comportements anomiques et violents, suppléant souvent à la désaffection de l’autorité parentale25.

Le cas spécifique du football

  • 26 Ce sont là le « sens commun » sur le sport, diffusé notamment par les médias à travers la diffusio (...)

7Le football (et le sport d’une manière générale), s’impose donc comme un recours possible dans ce contexte de crise. Or, ces institutions s’appuient sur un « sens commun », postulant à un idéal intégrateur des activités sportives : le sport encouragerait les relations sociales – particulièrement les sports collectifs et le football, sport très populaire dans les « quartiers »26. Le simple fait de pouvoir se rencontrer dans un espace déterminé, lors d’un temps contraint et à l’intérieur d’une institution – serait donc une solution pour « retisser du lien social » et lutter contre l’anomie. Le football en particulier encouragerait le goût de l’effort, la valorisation de soi, le contrôle des émotions et la maîtrise de soi, provoquerait des liens de solidarité à travers le jeu d’équipe, encouragerait le respect de l’autre (ceux de son équipe mais aussi les adversaires), inclinerait au respect de l’autorité incarnée par l’arbitre, susciterait le patriotisme…

  • 27 Lionel Arnaud, L’idéologie sportive au service des politiques d’intégration des minorités ethnique (...)

8Ce qui nous intéresse dans les attendus de ce « sens commun », ce n’est pas leur assise éventuelle dans le réel (on a compris qu’à l’origine, il s’agit plus d’une invocation que d’une politique réellement construite sur une efficience contrôlable), ni même l’efficacité réelle de ces politiques – on a vu que les résultats sont complexes à interpréter27 –, mais le pourquoi de ce recours massif au sport et plus spécifiquement au football. Et il nous semble possible d’émettre l’hypothèse que les politiques d’insertion par le football, à quelque échelon qu’elles s’opérationnalisent, répondent aux inquiétudes engendrées par la crise précédemment décrite comme à la perception de la fragilisation – institutionnelle, sociale et idéologique – du modèle d’intégration républicain. Il ne s’agit ni plus ni moins de substituer un modèle universel – les valeurs de la République – par un autre – les vertus du sport. En un mot, remplacer une croyance par une autre (ou plutôt d’espérer que l’incorporation de normes par le sport facilitera l’inclinaison vers les valeurs de la République), pour lutter contre le métissage culturel, l’invention d’autres modes de socialité et de reconnaissance propre à l’univers des cités, et contre l’anomie.

  • 28 Rappelons que ces formes auto-organisées se caractérisent par une grande latitude par rapport aux (...)
  • 29 La doctrine d’assimilation (du latin similare, faire du même), proclamée pendant plus d’un siècle (...)

9Or, ces politiques sportives utilisant le football ont pratiquement toutes, entre 1985 et 1990, été orientées vers l’insertion des jeunes dans les structures du football institutionnel. C’est là le résultat, en partie tout au moins, de la sollicitation de l’intervention des fédérations, qui, légitimement, ont sans doute cru pouvoir atteindre et capter un public qui leur était jusqu’alors peu accessible. Cette inclinaison au renforcement du sport institutionnel a pour conséquence que l’on se heurte, voire qu’on lutte, contre les formes d’inventivité sociale dont les jeunes des quartiers avaient fait preuve pour s’approprier la pratique sous des formes informelles, auto-organisées, transformant les modalités de pratiques du sport football institutionnel (football de « bas d’immeuble »28). Cette démarche semble marquée par l’atavisme fonctionnaliste des doctrines d’intégration, empruntant massivement à l’assimilation coloniale29. Elle constitue un point aveugle de la doctrine d’intégration, qui tendanciellement refuse d’entériner des innovations sociales qui pourraient être instrumentées dans la perspective d’une insertion (et non d’une intégration) souple. Il est vrai que le fait social de la création d’activités sportives sera par la suite reconnu et parfois encouragé, malgré de nombreuses préventions, dont la première est la crainte que ces activités renforcent le particularisme – social, culturel, ethnique… – des jeunes qui les pratiquent. Ici se pose, entre autres questions, la reconnaissance des doubles cultures qui forment l’entre-deux rendant possibles la créativité en matière culturelle (et donc sportive) des secondes et troisième générations. La négation de cette double culture, ou son identification sous la forme d’une figure menaçante, renvoie là encore aux principes de l’assimilation et à la difficulté d’accepter ce qui semble échapper à la norme.

Une régénération du modèle d’intégration par le football ?

  • 30 Pascal Duret, Muriel Augustini, Sports de rue et insertion sociale, Paris, 1993 ; IDEF (éd.), Du s (...)
  • 31 Les résultats dépendent beaucoup des conditions d’application : sensibilisation préalable des jeun (...)
  • 32 Pierre Arnaud, « Sport et intégration : un modèle français », in : Spirales, 10 (1996) (Sport et « (...)
  • 33 Jean-Marie Migon, Afrique, jeunesses uniques, jeunesse encadrée. Institutions de jeunesse d’éducat (...)
  • 34 Pour une approche générale, cf. Jean-François Loudcher, Christian Vivier, Paul Dietschy, Jean-Nico (...)

10L’efficacité des politiques d’intégration par le football est aujourd’hui un sujet très controversé30. La plupart des rapports soulignent certains effets positifs en matière d’insertion des jeunes31 : sociabilités nouvelles, baisse des comportements violents (point très polémique), estime de soi, dynamique collective, promotion sociale, émergence d’une génération qui sert d’exemple… Mais la question de la substituabilité des valeurs sportives par les valeurs républicaines, ou l’effet de « passerelle » qui est recherché entre ces deux idéologies, demeure très problématique. En effet, tous les historiens du sport connaissent l’extraordinaire plasticité des sports modernes en général et du football en particulier aux différentes valeurs des groupes, États ou communautés dans lesquelles ils se déploient : participant à la mobilisation idéologique et corporelle des régimes autoritaires (des « Balilas » italiens aux Jeunesses hitlériennes et jusqu’aux organisations de masse des pays de l’ex-bloc soviétique), sollicité par les régimes libéraux dans l’extension des valeurs de la compétition interindividuelle et de la démocratie32, soumis aux impératifs de la « renaissance culturelle » des ex-nations colonisées33, le sport est constamment instrumenté dans des dispositifs politiques qui le légitiment34. Toutes ces configurations historiques n’épuisent pas les investissements dont il est l’objet, jusqu’à la récupération de ces icônes du stade par le marketing et les marques françaises. Pourtant, cette plasticité même indique que les valeurs des groupes (nationalisme, fascisme, racisme, libéralisme…) ne semblent pas affectées par la pratique sportive (sinon, pourquoi des régimes aussi différents utiliseraient-ils le sport ?). Pour le cas qui nous occupe – l’intégration républicaine –, il ne peut produire en conséquence qu’une intégration de surface. De fait, les jeunes beurs sifflant La Marseillaise et envahissant le terrain lors du match France-Algérie aiment le sport et le pratiquent en France… Cela n’empêche pas qu’ils donnent la démonstration cinglante – et à des millions de téléspectateurs – des impasses dans lesquelles se trouve aujourd’hui le modèle d’intégration.

  • 35 Nicolas Bancel, Entre acculturation et révolution. Mouvements de jeunesse et sports dans l’évoluti (...)
  • 36 De très nombreux travaux historiques existent sur cette question. Nous nous contentons ici de renv (...)

11Par contre, les vertus acculturantes du sport semblent largement démontrées35 : acculturation non pas aux discours qui le légitiment à un moment donné (ceux-ci n’ont finalement pas beaucoup d’importance), mais acculturation par les formes d’habiletés motrices qui sont mises en jeu dans les pratiques elles-mêmes. Autrement dit, les sports modernes et pour ce qui nous préoccupe ici le football, conçus à l’origine par et pour des ressortissants de l’aristocratie et de la bourgeoisie britannique36, dans une perspective pédagogique (encourager l’initiative individuelle, favoriser la compétition interindividuelle, transformer les rapports au temps, à l’espace et à la norme sociale), continuent de parler le même langage aux pratiquants (alors que les discours qui le légitimaient à l’origine ont évidemment disparu). Et ce langage ne passe pas par un discours, une énonciation, mais par la mise en mouvement du corps, médiateur de l’incorporation des valeurs et des normes pour lesquelles les sports modernes ont été conçus. Ceci signifie que les sports modernes sont un vecteur de diffusion de la modernité occidentale, quels que soient les discours qui les soutiennent, et dans tous les espaces sociaux dans lesquels ils se développent. La République – à la différence du libéralisme – n’a évidemment aucun apparentement avec le langage des sports modernes, et c’est pourquoi on peut gager l’inefficacité, en terme d’« intégration républicaine », de la diffusion des pratiques sportives aux jeunes issus de la seconde et troisième générations.

Conclusion

12Il apparaît que l’investissement politique et institutionnel dans les activités sportives et plus particulièrement le football semble répondre à une crise aux multiples dimensions, mais aussi à un affaiblissement tendanciel du modèle républicain (et sans doute de ce qui constituait les « valeurs nationales », en tant que ce modèle renvoie à celles-ci). Il témoigne d’une impuissance devant la marginalisation des « quartiers », malgré l’ampleur des politiques publiques dont ceux-ci ont été les réceptacles depuis plus de quinze ans, mais qui n’ont pas résolu ce qui constitue les conditions de possibilités essentielles de cette marginalisation : le chômage et la fragilisation sociale généralisée de certains « quartiers ». L’intégration, par le football, explore donc de nouvelles voies par lesquelles pourraient être transmises la « bonne parole » de l’intégration, sans, à notre sens, mesurer, et le caractère parfois absurde de l’acharnement contre le métissage des cultures et la créativité sociale lorsqu’elle s’exprime hors des cadres traditionnels (football de rue/football institutionnel) et, peut-être, l’incompatibilité des pratiques sportives elles-mêmes avec la diffusion du message républicain.

  • 37 Nous renvoyons à deux ouvrages sur cette question : Pascal Blanchard, Éric Deroo, Gilles Manceron,(...)

13Le modèle d’intégration reste aujourd’hui dans l’impasse, parce qu’il ne peut se défaire des schèmes coloniaux qui le traversent, parce qu’il refuse de saisir la spécificité de l’immigration issue de l’ex-empire et la perception « négative » (car produit de l’histoire) de cette immigration par la société d’accueil37, parce qu’il postule un modèle qui ne peut, aujourd’hui, donner autant qu’il promet (et qui ne peut donc résonner efficacement chez ceux à qui il est prioritairement destiné), parce qu’il est sous-tendu par une volonté normative qui ne correspond pas à la réalité sociale et culturelle, fait de mondes réticulaires et métissés, et bien sûr parce qu’il ne peut, en lui-même, résoudre les problèmes structurels du chômage de masse et de la précarisation généralisée. De fait, l’investissement dans le football nous semble plus correspondre à une crise de ce modèle qu’à sa refondation. Le sport est donc sans doute, dans la perspective de l’intégration, un miroir aux alouettes, une utopie de substitution, par lequel la République ne transmettra pas ses valeurs dans les zones où elle se perçoit comme exclue. Par contre, on peut gager que les valeurs véhiculées par les pratiques sportives pénétreront toujours plus avant dans la société française. Il reste à inventer d’autres dispositifs d’insertion (et non d’intégration), qui tiennent compte de l’inventivité sociale des acteurs, et à comprendre comment les pratiques sportives produisent leurs propres systèmes de normes et de sociabilités.

Notes

1 Cette contribution est une version refondue d’un article publié dans la revue Migrances, « L’intégration par le sport ? Quelques réflexions autour d’une utopie », 22 (2003).

2 François Dubet, La galère. Jeunes en survie, Paris, 1987.

3 François Dubet, Didier Lapeyronnie, Les quartiers d’exil, Paris, 1992.

4 Martine Fourier, Geneviève Vermès, Ethnicisation des rapports sociaux. Racisme, nationalismes, ethnicismes et culturalismes, Paris, 1994.

5 Didier Lapeyronnie, Marcin Frybes, L’intégration des minorités immigrées. Étude comparative France-Grande-Bretagne, Paris, 1991.

6 Bien qu’on ne dispose pas, à ma connaissance, d’un chiffrage précis des dépenses publiques consacrées à l’« intégration par le sport ». Ce chiffrage serait d’ailleurs très difficile à réaliser, puisque de très nombreux projets associatifs subventionnés par des organismes publics incluse un volet « activités sportives » dans leur action.

7 Créé en 1958 et destiné à l’origine à aider les ressortissants du Maghreb en France en facilitant l’insertion scolaire des enfants, l’aide aux familles et l’intégration associative, le FAS a progressivement étendu ses missions à l’ensemble des communautés immigrées, in : l’objectif de favoriser leur intégration.

8 Lionel Arnaud, Politiques sportives et minorités ethniques, Paris, 1999.

9 Il est également très probable que le spectacle sportif du football, qui symbolise la « réussite » de l’intégration des immigrés en France, ait joué un rôle non négligeable dans la perception qu’une « solution sportive » existât pour mobiliser les jeunes issus de l’immigration. On se souvient évidemment surtout de la victoire au mondial de 1998, qui avait fait naître l’espoir quelque peu irréaliste d’un « basculement » dans une époque de plus grande tolérance et de meilleure gestion des rapports intercommunautaires. Mais, en remontant plus loin (on pourrait d’ailleurs remonter au Ben Barek des années 1940), on constate que les équipes de France de football était déjà largement métissées dans les années 1970 et au début des années 1980. Cette tradition a sans doute jouée également un rôle dans le recours au sport comme médiateur de l’« intégration », mais nous sommes là dans une simple hypothèse qui demanderait des recherches à poursuivre.

10 La délégation interministérielle à la ville ressemble trois organismes préexistants : Banlieues 89, la Commission nationale pour le développement social des quartiers et le Conseil national de prévention de la délinquance.

11 On se souviendra qu’une véritable « politique de la ville » n’a pas été envisagée avant ces émeutes, qui marquèrent l’opinion. C’est à leur suite que plusieurs travaux, commandés par Pierre Mauroy, alors premier ministre, furent publiés, établissant à la fois le diagnostic de l’abandon des « quartiers », tout en proposant un certain nombre d’axes pour une future politique de la ville, qui marqueront les décisions publiques des années suivantes. Ces travaux sont : Bertrand Schwartz, L’insertion professionnelle et sociale des jeunes, Paris, 1981 ; Georges Bonnemaison, Face à la délinquance : prévention, répression, solidarité, Paris, 1982 ; Hubert Dubedout, Ensemble refaire la ville, Paris, 1983. On lira à ce sujet l’article de Virginie Linhart, « Des Minguettes à Vaulx-en-Velin : les réponses des pouvoirs publics aux violences urbaines », in : Cultures & Conflits, 6 (1992), pp. 91-111.

12 De séjours de campings sont ainsi proposés (avec l’aide de l’armée qui prête des tentes), de même que sont subventionnés différentes activités sportives estivales, de l’initiation au cheval, aux sports mécaniques ou à d’autres pratiques sportives.

13 Le principe des « J Sports » était de créer des micros équipements sportifs, tous parrainés par un sportif reconnu, afin de favoriser la pratique sportive, et, au-delà, les rencontres, in : les quartiers sensibles. L’objectif est clairement de recréer un réseau de sociabilité autour d’une pratique semi-institutionnelle.

14 Voir pour un bilan récent : Jacques Vergnes, Patrick Bayeux, « Les politiques sportives des conseils généraux en 2002 », Observatoire du sport territorial, infosport.org. ; Jean-Pierre Théron (éd.), Sport et collectivités locales, Paris, 1993 ; Maele Henry, Les politiques sportives intercommunales, Mémoire de DESS, IEP de Lyon, non publié, 2002.

15 Sur ces questions, on consultera Pierre Collomb, Sport et décentralisation, Paris, 1988 ; Centre de recherche en innovation sportive, « Sport et « banlieue ». Pratiques sportives juvéniles et insertion », in : Spirales, 10 (1996), pp. 65-69 ; Pascal Chantelat, Michel Fodimbi, Jean Camy, Sports de la cité, Paris, 1996.

16 Cf. Linhart, « Des Minguettes à Vaulx-en-Velin » (note 11).

17 Voir, à titre d’exemple Catherine Louveau, « Le sport comme moyen d’intégration des modèles sociaux », in : IDEF (éd.), Du stade au quartier. Le rôle du sport dans l’intégration sociale des jeunes, Paris, 1993, pp. 65-80 ; Union nationale sportive Léo Lagrange, Sport et insertion sociale, Paris, 1992 ; Jean-Charles Basson, Sports et action publique localisée. Rapport d’enquête, CERAT-Institut d’Études Politiques de Grenoble, 1996 ; Dominique Charrier, Activités physiques et sportives et insertion des jeunes : enjeux éducatifs et pratiques institutionnelles, Paris, 1997 ; Michel Anstett, Bertrand Sachs, Sports, jeunesse et logique d’insertion, Paris, 1995.

18 On notera que les enquêtes montrent que le taux de chômage et l’échec scolaire sont les deux principaux facteurs sociaux interagissant qui éclaire le mieux la fragilité des « quartiers », et particulièrement ceux qui sont le plus fréquemment soumis à la « violence urbaine ». Cf. Didier Lapeyronnie, « De l’intégration à la ségrégation », in : Cultures & Conflits, 6 (1992), pp. 73-89. Sur la difficulté terminologique de la « violence urbaine », cf. François Dubet, « À propos de la violence et des jeunes », in : Ibid., pp. 7-24.

19 Pour prendre le simple exemple français, près de 40 % des emplois annuellement créés depuis 1998 sont des emplois précaires. Des différences de rythme existent, bien entendu, entre les différents pays européens, mais le mouvement de la dérégulation du travail n’est est pas moins général, ne seraient-ce que par le jeu des interactions de l’économie concurrentielle à l’intérieur de l’espace européen.

20 Pascal Blanchard, Nicolas Bancel, De l’indigène à l’immigré, Paris, 2002 ; Pascal Blanchard, Nicolas Bancel, Françoise Vergès, La République coloniale, Paris, 2006. Notons que de nombreux travaux sociologiques corroborent – sans généralement verser dans la stigmatisation – le constat d’une « dérive » de ces espaces, sans toujours cependant en saisir la profondeur historique. On peut se reporter, à titre d’exemple, à Sophie Body-Gendrot, Ville et violence. L’irruption de nouveaux acteurs, Paris, 1993 ; Dubet, Lapeyronnie, Les quartiers d’exil (note 3) ; Joël Roman, Ville, exclusion et citoyenneté, Paris, 1993 ; Jean-Marie Delarue, Banlieues en difficulté, la relégation, Paris, 1991.

21 Sur cette question très complexe, nous nous permettons de renvoyer à notre article : Nicolas Bancel, Pascal Blanchard, « Les pièges de la mémoire coloniale », in : Les cahiers français, La documentation française, 303 (2001), pp. 75-83.

22 Pour étayer cette assertion, on peut prendre comme référence les principaux thèmes de combats utilisés par les républicains organiques autoproclamés (à l’instar de Jean-Pierre Chevènement, Max Gallo ou Philippe Séguin), dont l’union transcende largement les clivages politiques : tous utilisent la métaphore nationale dans la défense de la République, contre l’impérialisme américain, la technocratie européenne ou les dangers de dilution voir de submersion de l’identité républicaine-nationale engendrées par les difficultés d’intégration des populations issues de l’immigration : la République, c’est la nation.

23 Manuel Boucher, Les théories de l’intégration. Entre universalisme et différentialisme, Paris, 2000.

24 Voir Nicolas Bancel, Pascal Blanchard, « L’invention de l’›indigène‹. Entre imaginaire collectif et pensée républicaine », in : Passerelles, 16 (1998), pp. 161-176.

25 Gérard Chauveau, Lucile Dori-Courdesse, Écoles et quartiers. Des dynamiques éducatives locales, Paris, 2000.

26 Ce sont là le « sens commun » sur le sport, diffusé notamment par les médias à travers la diffusion du spectacle sportif. Voir les analyses réunies dans : Marc Falcoz, Michel Koebel (éd.), Intégration par le sport : représentations et réalités, Paris, 2005. Il serait intéressant de comprendre également comment les discours pédagogiques tissés autour du sport à l’école peuvent avoir leur part dans la perpétuation de ces lieux communs, mais c’est là une autre recherche.

27 Lionel Arnaud, L’idéologie sportive au service des politiques d’intégration des minorités ethniques de Lyon et de Birmingham. Analyse d’une ressource politique efficace, Thèse de doctorat STAPS, Université Lyon I, 1999 ; Falcoz, Koebel (éd.), Intégration par le sport (note 26).

28 Rappelons que ces formes auto-organisées se caractérisent par une grande latitude par rapport aux règles consacrées de la pratique : terrain de dimensions variables, temps de jeu non arrêté, nombre de joueurs aléatoire, etc.

29 La doctrine d’assimilation (du latin similare, faire du même), proclamée pendant plus d’un siècle de colonisation bien que rarement appliqué (et pour cause, son application littérale, signifie alors ni plus ni moins que la fin de l’Empire par l’accès des « indigènes » à l’égalité), fait suite à la colonisation de la métropole par les institutions républicaines tout au long du XIXe siècle : lutte contre le plurilinguisme, les cultures locales, transformations des sociabilités locales.

30 Pascal Duret, Muriel Augustini, Sports de rue et insertion sociale, Paris, 1993 ; IDEF (éd.), Du stade au quartier. Le rôle du sport dans l’intégration sociale des jeunes, Paris, 1993.

31 Les résultats dépendent beaucoup des conditions d’application : sensibilisation préalable des jeunes, compétences des intervenants, suivit, etc. ; cf. Falcoz, Koebel (éd.), Intégration par le sport (note 26).

32 Pierre Arnaud, « Sport et intégration : un modèle français », in : Spirales, 10 (1996) (Sport et « Banlieue ». Pratiques juvéniles et insertion), pp. 10-21.

33 Jean-Marie Migon, Afrique, jeunesses uniques, jeunesse encadrée. Institutions de jeunesse d’éducation populaire et de sports dans onze pays d’Afrique francophone, Paris, 1984 ; Fatou Loum, « Evaluation des politiques publiques sportive de 1960 à 1997 », in : Patrick Bouchet, Mohammed Kaach (éd.), Afrique francophone et développement du sport. Mythes et réalités, Paris, 2004, pp. 62ss.

34 Pour une approche générale, cf. Jean-François Loudcher, Christian Vivier, Paul Dietschy, Jean-Nicolas Renaud, Sport et idéologie, Tomes 1 et 2, Paris, 2004.

35 Nicolas Bancel, Entre acculturation et révolution. Mouvements de jeunesse et sports dans l’évolution politique et institutionnelle de l’AOF (1945-1960), Thèse d’histoire contemporaine, Université Paris I-Sorbonne, 1999 ; Nicolas Bancel, Daniel Denis, Youssef Fates, De l’Indochine à l’Algérie. La jeunesse en mouvement des deux côtés du miroir colonial (1940-1962), Paris, 2003.

36 De très nombreux travaux historiques existent sur cette question. Nous nous contentons ici de renvoyer au travail fondateur de Norbert Elias et Eric Dunning, Quest for Excitement. Sport and Leisure in the Civilizing Process, Londres, 1986.

37 Nous renvoyons à deux ouvrages sur cette question : Pascal Blanchard, Éric Deroo, Gilles Manceron, Le Paris noir, Paris, 2001 ; Pascal Blanchard, Éric Deroo, Driss El Yazami, Pierre Fournié, Gilles Manceron, Le Paris arabe, Paris, 2003.

Auteur

Né en 1965, Professeur à l’Université Strasbourg II-Marc Bloch, détaché à l’Université de Lausanne (UNIL-ISSEP)

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540