Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Football et identité

 | 
Ulrich Pfeil

III. Football et milieu

Un football ouvrier dans le « chaudron » ?

Le cas de l’A.S. Saint-Étienne (1932-2006)

Pascal Charroin

Texte intégral

  • 1 On retrouve également cette pratique d’intimidation en rugby, notamment dans les vestiaires des vi (...)

1« Ici vous êtes dans le chaudron ! » Telle est l’inscription que les joueurs et les arbitres peuvent lire, lorsqu’ils sont dans le couloir qui les mène à la pelouse du stade Geoffroy Guichard de Saint-Étienne. Ce « rappel à l’ordre » est là pour impressionner l’adversaire, peut-être pour influencer l’arbitre, en tout cas pour montrer aux footballeurs, notamment locaux, qu’ils doivent respecter cette enceinte et se dépasser pour le public qui l’investit1. Nous sommes donc dans un stade particulier qui, par cette inscription, devient un lieu de commémoration d’un passé qui s’inscrit dans la pierre.

  • 2 Décrit comme un des archétypes du sport : Johan Huizinga, Homo ludens Essai sur la fonction social (...)
  • 3 Sur la couleur des maillots : Desmond Morris, The soccer tribe, Londres, 1981.
  • 4 Christian Bromberger, Alain Hayot, Jean-Marc Mariottini, « Allez l’O.M. ! Forza Juve ! La passion (...)
  • 5 Élias Canetti, Masse et puissance, Paris, 1966.
  • 6 Jean-Paul Sartre, Critique de la raison dialectique, Paris, 1960.
  • 7 Pascal Charroin, « Allez les Verts ! » – De l’Épopée au Mythe : la mobilisation du public de l’Ass (...)

2Nous pouvons accoler au terme de « chaudron » une multitude de sens et de qualificatifs. Dans le langage commun, cela désigne un récipient à l’intérieur duquel, on fait bouillir un liquide. Ce qui suppose que la ferveur des spectateurs qui en prennent possession est en tout point comparable à l’effervescence d’une mixture en fusion. Cela signifie aussi sans doute, que la pression du public est directement ressentie par les vingt-deux acteurs. Mais un « chaudron » est aussi magique. Cette caractéristique nous fait dire qu’une alchimie particulière est à l’œuvre, comme si l’aléa2, le hasard jouaient un rôle plus important ici qu’ailleurs. Cette dimension-ci est renforcée par la couleur verte des maillots des joueurs locaux qui montre que la chance, symbolisée dans l’univers des jeux par le tapis vert, est un paramètre à prendre en compte3. Rajoutons à cela que l’usage du pied est, par essence, aléatoire4 et explique, pour partie, la popularité de cette discipline de grande incertitude qu’est le football. Mais nous pouvons également déceler dans ce terme de « chaudron » l’image de la fusion. Pas forcément celle d’Elias Canetti5, voire de Jean-Paul Sartre6, mais celle de l’acier en fusion. Comme ci, par l’utilisation de ce terme, les dirigeants du club honoraient le lien qui unit L’A.S.S.E. au monde de l’usine, de l’industrie, de la sidérurgie7. Se pose alors la question ici d’une identité ouvrière du public, mais aussi du club, de la ville, de l’environnement. Et c’est bien de cela dont il sera question ici.

  • 8 Pour reprendre le vocabulaire de : Luc Boltanski, Laurent Thévenot, De la justification Les économ (...)
  • 9 Karl Marx, Le capital, Livre 1, Paris, 1969.
  • 10 Jean-Marie Brohm, Sociologie politique du sport, Paris, 1976.

3Au plan institutionnel, normatif et sociologique, l’INSEE répertorie la C.S.P. « Ouvrier » par le chiffre 6 qui se décline en plusieurs sous-catégories, allant globalement du chef d’équipe jusqu’au manœuvre. Cette « classe sociale » est, pour cet organisme officiel, presque totalement inféodée au secteur secondaire, donc au monde8 de l’industrie. Marx, en son temps, avait conféré à la classe ouvrière le terme de prolétariat. Le plus éclairé de celui-ci devait participer activement à l’accélération de la « roue de l’histoire », pour conduire la société à la révolution prolétarienne. La lutte des classes devenait, par là même, le moteur de l’Histoire. Marx considérait donc la classe ouvrière de façon objective et subjective. Selon la première posture, elle est considérée comme un ensemble d’individus détenant la force de travail, mais pas les moyens de production, ni le capital que la bourgeoisie fait prospérer. Selon la seconde posture, la classe ouvrière se caractérise par la conscience sociale qui habite les individus qui la composent. Marx distingue alors le prolétariat éclairé dont la mission est de faire la révolution et le « Lumpenprolétariat » trop aliéné pour jouer un quelconque rôle dans la contestation et la protestation9. S’appuyant sur les concepts marxistes, Jean-Marie Brohm, pour sa part, considère les publics du football comme des exemples de ce « Lumpenprolétariat », dont les membres se transforment, les jours de match, en « machines hurlantes à sens unique »10. Dans notre exposé, nous utiliserons ces différentes définitions qui nous semblent englober la totalité de la réalité ouvrière : dimension institutionnelle (métiers attachés à l’industrie), dimension objective (classe ne possédant pas les moyens de production, mais uniquement la force de travail) et dimension subjective (conscience de classe ou aliénation). Nous emprunterons donc notre appareillage conceptuel en nous référant à la catégorisation institutionnelle produite par l’INSEE, mais aussi à Marx et au courant post-marxiste de l’histoire et de la sociologie du sport.

  • 11 Thierry Terret, « L’identité de la natation scolaire au XXe siècle », in : Jean-Paul Clément, Mich (...)
  • 12 Nathalie Einich, « Art contemporain et fabrication de l’inauthentique », in : Authentique ?, 33 (1 (...)
  • 13 Sans donner ici à ce terme la signification que donne Bourdieu de ce concept dans plusieurs de ses (...)

4Si la définition de la classe ouvrière se positionne autour d’une double posture, il semble bien que le concept d’identité s’appréhende également ainsi. Thierry Terret, dans un article célèbre sur la natation scolaire, a assis définitivement ce concept dans le champ des S.T.A.P.S.11. Il considère l’identité d’une discipline d’enseignement comme liée à deux principes : l’unité et la spécificité. Pour notre part et en nous référant aux travaux de Nathalie Einich12, il nous semble que cette définition est un peu restrictive. Nous considèrerons alors l’identité comme un concept lié à trois paramètres : une dimension objective (l’appartenance institutionnelle), une dimension subjective interne (la conscience que les individus d’une même corporation ont) et enfin la dimension subjective externe (celle conférée par les autres, autrement dit les représentations que les agents extérieurs ont d’une population liée à un « champ »13, un métier, un domaine et ici une classe sociale).

  • 14 Notamment les chercheurs du C.R.I.S. de l’U.F.R.S.T.A.P.S. de Lyon et Pascal Charroin, « Le derby (...)

5Mais notre propos ne se réduit pas à interroger le lien entre stade, classe ouvrière et identité. Il ajoute un quatrième paramètre qui est celui du local, en particulier ici de la situation géographique du club, de l’équipe, du stade, du public de Saint-Étienne. Là encore, la polysémie est de rigueur. Certains auteurs donnent au mot local une signification strictement administrative : les contours d’une ville, d’un département, d’une académie, d’une région, d’un pays. D’autres délivrent une définition géographique, dont les contours s’incarnent dans des frontières naturelles. Enfin, une dernière catégorie d’auteurs s’appuie essentiellement sur la subjectivité, c’est-à-dire le sentiment d’appartenir à une localité14. Pour ce qui nous concerne, compte tenu que l’engouement pour l’A.S.S.E. a transcendé les frontières administratives et naturelles, nous serons amenés à penser le local de façon subjective. Le fait d’être supporter, dirigeant et a fortiori joueur de l’A.S. Saint-Étienne justifiant l’appartenance au local, en l’occurrence ici la ville de Saint-Étienne.

6Toutes ces définitions nous renvoient alors à un poly-questionnement. Comment le local, à caractère strictement administratif et géographique, a pu se transformer en une identité phénoménologique ? Comment, finalement, une identité « footballistique » a vu se combiner une dimension objective et une dimension subjective, tant interne qu’externe ? Cette double identité renvoie-elle aux joueurs, au club et à ses dirigeants, à tout ou partie du public, à l’architecture du stade ? Comment « l’ouvriérisme », lui-aussi, passe d’une conception institutionnelle, objective, puis culturelle et enfin conscientisée ? Comment cette identité sociale a-t-elle pu se rapprocher d’une identité locale ? Comment aujourd’hui cette culture commune renvoyant à l’histoire d’une région, dotée d’un passé minier et industriel, trouve-t-elle à s’incarner ? Enfin et surtout est-ce qu’historiquement ce mariage du social et du local, de l’objectif et du subjectif, du passé et du présent s’est pérennisé ou n’a-t-il eu qu’une existence éphémère, dont l’examen de la réalité actuelle ne rend plus compte ? Autrement dit : est-ce que cette identité « footballistique » ouvrière stéphanoise a existé et si c’est le cas, perdure-t-elle jusqu’à aujourd’hui ?

  • 15 Alfred Wahl, « Le footballeur français de l’amateurisme au salariat (1890-1926) », in : Le Mouveme (...)
  • 16 Charroin, « Allez les Verts ! » (note 7).
  • 17 Que nous avons relatées dans la partie « Définitions » de cette Introduction.
  • 18 Christian Bromberger, « Chez les ultra », in : Les Cahiers de la Sécurité Intérieure, 26 (1996), p (...)
  • 19 Christian Bromberger, « L’Olympique de Marseille, la Juve et le Torino Variations ethnologiques su (...)
  • 20 Problématique étudiée par : Pierre Arnaud, Gérard Broyer, « Techniques sportives… techniques du co (...)

7Nous montrerons que depuis la saison 1932/33, date de la légalisation en France du professionnalisme dans le football15, le public et le club de l’A.S. Saint-Étienne ont, pendant de longues années, revendiqué leur appartenance, de multiples manières, au monde ouvrier. Les publics d’autres clubs les ont également bien souvent catégorisés, voire stigmatisés ainsi, au travers des banderoles et des symboles brandis à leur effigie. Par ailleurs, notre enquête statistique de 1989, issue de notre thèse, auprès des spectateurs du stade Geoffroy Guichard16, démontre, objectivement, cet état de fait, aussi bien au plan quantitatif (représentativité de la C.S.P. « Ouvrier »), que qualitatif (style de jeu, types de joueurs plébiscités, architecture du stade, etc.). Si nous considérons l’identité d’un point de vue subjectif interne (manière de se représenter), externe (singularité énoncée par l’extérieur) et objectif (dimension statistique, appartenance institutionnelle), en nous référant notamment aux définitions de l’identité produites par Thierry Terret et Nathalie Einich17, nous constatons donc que l’hypothèse de l’appartenance au monde ouvrier du public stéphanois, voire du club lui-même se vérifie en grande partie. Pourtant, si ce constat est recevable jusqu’au milieu des années 1980, il semble que depuis, avec l’avènement du phénomène « ultra »18 et de l’internationalisation généralisée du football, une progressive rupture se soit opérée. En effet, la référence ouvrière s’estompe, pour laisser place à un « supporterisme » plus neutre, plus conventionnel, plus violent aussi, qui ne singularise plus les fans foréziens d’autres publics, qu’il soit français ou étranger, notamment italien. Les modalités de la « partisanerie », pour reprendre le terme de Christian Bromberger19, tendent à s’unifier, à s’internationaliser, à se mondialiser, niant, par là même, tous les particularismes autrefois revendiqués20. De surcroît, la gestion du club et de ses infrastructures (stade) emprunte aux théories les plus récentes du management, au détriment de l’ancienne « gestion du personnel » teintée de paternalisme et « d’ouvriérisme ».

  • 21 Ibid.

8Dans une première partie, au regard de divers indicateurs, nous validerons l’hypothèse selon laquelle de 1932 jusqu’à 1983, l’A.S. Saint-Étienne, le club, le public ont revendiqué explicitement une identité ouvrière. Puis dans une seconde partie, allant de 1984, date à laquelle la France organise le Championnat d’Europe des Nations, nous monterons qu’avec l’internationalisation du football, tant au plan sportif, managérial, qu’au niveau du public, les repères sociaux se sont dilués dans une mondialisation universalisante qui lamine l’identité ouvrière et lisse les particularismes locaux21.

L’A.S.S.E. de 1932 à 1983 : une identité ouvrière « verte » explicite

  • 22 Alfred Wahl, Pierre Lanfranchi, Les footballeurs professionnels des années trente à nos jours, Par (...)
  • 23 Dupuy, 1919-1934 (note 15).
  • 24 Pascal Charroin, Les fondements de la mobilisation sportive et de l’identification des spectateurs (...)

9La saison 1932/33 marque, en France, l’entrée officielle du football dans le professionnalisme. Or nous savons avec Alfred Wahl et Pierre Lanfranchi22 que la revendication vers une accession au statut professionnel des footballeurs émane, certes du patronat, qui par ce biais promotionne ses entreprises, en particulier Peugeot ; mais également indirectement des organisations sportives ouvrières, qui y voient un moyen d’émancipation et de promotion sociale, ainsi qu’une manière de prendre définitivement de la distance avec l’idéologie sportive noble et bourgeoise colportée par Pierre de Coubertin et Georges de Saint-Clair. Ainsi, Fabien Dupuy23 a bien montré que le cas stéphanois symbolisait complètement ce paritarisme revendicatif. La borne de 1983 est, elle, doublement révélatrice d’une rupture. Elle marque l’émergence progressive du phénomène « ultra » à Saint-Étienne avec le début d’institutionnalisation du « Fan-Club »24 qui marque une défiance d’une partie du public par rapport au groupe officiel de supporters, en l’occurrence : les « Membres Associés ». Par ailleurs, l’année suivante, le stade est, au plan architectural, profondément modifié en vue de l’organisation du Championnat d’Europe des Nations par la France. Ce changement aura pour conséquence de transformer les modalités du « supporterisme » jusqu’alors teinté « d’ouvriérisme ».

  • 25 Maxime Cogny, FC Nantes/AS Saint-Étienne, de 1970 à 1984 : une certaine idée du football, Mémoire (...)
  • 26 Comme l’a bien montré Christian Bromberger dans ses nombreux travaux relatifs au public de l’Olymp (...)
  • 27 Charroin, « Allez les Verts ! » (note 7).
  • 28 Pascal Charroin, « Roger Rocher. Une figure emblématique de ›l’épopée stéphanoise‹ », in : Jean-Mi (...)
  • 29 Cogny, FC Nantes/AS Étienne (note 25).

10Si nous considérons le paramètre style de jeu comme un indicateur, nous constatons que l’équipe de l’Association Sportive de Saint-Étienne, sauf à quelques exceptions près et à certaines périodes bien particulières, est considérée, par les techniciens du football et par les journalistes sportifs, comme une formation besogneuse et laborieuse. Son style de jeu se teinte d’abnégation. L’entraînement que subissent les joueurs est rude. Le travail y est élevé au rang de valeur essentielle, voire exclusive. En effet, durant les années 1960/70, l’élégance, le jeu bien léché sont l’apanage du F.C. Nantes25 et de l’A.S. Monaco qui s’organisent autour d’un système à une touche de balle. L’Olympique de Marseille symbolise, elle, le panache, dont la garantie émane du recrutement de vedettes étrangères26. L’A.S.S.E. de ces années là tangibilise, elle, son style autour du labeur, du travail, les joueurs paraissent infatigables et par là même sont capables de retournement de situation. On parle, ça et là, d’Oswaldo Piazza et de ses chevauchées fantastiques, de Gérard Farison le vieil infatigable, de Christian Lopez le sérieux et sobre libéro, de Patrick Revelli le gaulois, du rugueux Alain Merchadier ou du rapide Gérard Janvion. Bref, dans la presse sportive spécialisée, toute une rhétorique se met progressivement en place qui consiste à dire que l’amour du travail bien fait est une caractéristique de l’équipe qui devient le reflet d’une cité industrielle où la métallurgie, la sidérurgie et l’exploitation des mines de charbon sont les principaux – seuls – gagne-pain de ses habitants27. Si cette identification entre le style de jeu de l’équipe et l’environnement socio-économique trouve sa pleine mesure durant les années 1960/70, elle naît à l’aube des années 1930 et 1940 avec la venue de joueurs des pays de l’Est à forte tradition industrielle et ouvrière. Si les clubs les plus fortunés enrôlent les professionnels britanniques, l’A.S.S.E. se contente de puiser du côté du levant où le professionnalisme est, depuis plus longtemps qu’en France, établi. Comme nous l’avons montré, les footballeurs polonais, tchèques, autrichiens, ainsi que la venue d’Albert Batteux, un nordiste d’origine polonaise dont le premier métier a été mineur de fond, confortent la symbiose public-équipe, via le travail28. Bien sûr, il nous est difficile de dire si cette représentation repose sur une réalité technique et tactique tangible, mais l’essentiel n’est-elle pas qu’elle soit crue et partagée par une majorité d’acteurs, comme le révèle Maxime Cogny dans son travail visant à comparer l’A.S.S.E. au F.C. Nantes29. Pour notre part, en réintroduisant la subjectivité du chercheur, nous considérions, en tant qu’adolescent supporter de l’équipe que le milieu de terrain des années 1970 composé de Jean-Michel Larqué, Dominique Bathenay et Christian Synaeghel, était une charnière plus talentueuse que travailleuse. Cela étant, cet avis n’était pas majoritairement partagé, notamment par les journalistes et les techniciens de l’époque.

  • 30 Charroin, « Roger Rocher » (note 28).
  • 31 Avec lequel nous nous sommes entretenus lors de notre thèse : Charroin, « Allez les Verts ! » (not (...)
  • 32 Que Bourdieu définit comme : « un ensemble de dispositions acquises par l’apprentissage qui foncti (...)

11Mais, cette image laborieuse ne se matérialise pas seulement au plan sportif, elle trouve également sa concrétisation parmi les dirigeants, le plus significatif d’entre tous étant le Président Roger Rocher. Ce dernier prend la destinée du club à la fin des années 1950 et il n’aura cesse de s’appuyer sur la valeur du travail. Enfant, son père est propriétaire d’une carrière, mais Roger Rocher refuse, dès l’adolescence, sa position de nanti et commence sa vie professionnelle comme mineur. Par la suite, à la fin des années 1940, son paternel embauche les ouvriers syndicalistes qui ont perdu leur travail, suite à leur participation active aux grèves de 194730. Politiquement et syndicalement parlant, le Parti communiste local ainsi que la C.G.T.U. redevenue CGT se sentiront toujours redevables de la famille Rocher. Cela expliquera partiellement pourquoi le maire communiste, Joseph Sanguedolce31, défendra jusqu’au bout le Président Rocher impliqué dans le scandale de la caisse noire à compter de 1982. Enfin et surtout, ce dernier a toujours conservé les stigmates d’un habitus32 populaire, malgré le fait qu’il ait repris, à la suite du décès de son père, les destinées de l’entreprise familiale. Cette « promotion » sociale n’a pas conduit à un embourgeoisement du personnage. Les coups de gueule, l’accent « gaga » (stéphanois) restent et sont là pour matérialiser l’attachement du Président au monde des ouvriers et des mineurs du cru, en dépit d’une position première d’héritier. Enfin, la présence du mythique sponsor « Manufrance », durant les années 1970, sur le maillot des joueurs tangibilisait, s’il en était encore besoin, ce rapprochement avec « le populo ». « Manufrance » est l’entreprise de production et de vente par correspondance populaire par excellence. Les monographies réalisées sur cette firme montrent notamment que le catalogue est un des livres de chevet des ouvriers masculins de la France entière, qui s’adonnent à la passion ordinaire du jardinage et du bricolage.

  • 33 Notamment Roland Passevant, Les « Verts ». Dans les coulisses du football stéphanois, Paris, 1971, (...)
  • 34 Norbert Élias, La civilisation des mœurs, Paris, 1973 ; Id., La dynamique de l’Occident, Paris, 19 (...)
  • 35 Charroin, « Allez les Verts ! » (note 7).

12Mais plus encore que le style de jeu ou la culture des dirigeants de l’A.S.S.E., c’est le public du stade Geoffroy Guichard qui estampille la connotation ouvrière du club. En effet, toutes les enquêtes33 réalisées sur le public du « chaudron » montrent que cette strate est particulièrement bien représentée, voire même sur-représentée dans les travées, des années 1950 jusqu’aux années 1980. Globalement, cette C.S.P.-ci représente le quart du public de Geoffroy Guichard. C’est supérieur à la moyenne nationale qui avoisine les 20 %, c’est également plus que la moyenne locale aux alentours de 22 %, mais c’est surtout davantage que la moyenne de fréquentation par cette classe sociale des stades de football de l’ensemble de l’hexagone. Nous pouvons donc dire que l’enceinte stéphanoise s’offre comme un espace social à l’intérieur duquel les ouvriers ont une part plus importante que celle qu’ils représentent réellement dans la société civile, qu’elle soit nationale ou locale. Au plan, cette fois-ci, plus qualitatif, nos observations ont montré que le fait de manger au stade est une pratique courante et que la ration alimentaire donne une part prépondérante à la charcuterie, au vin rouge… bref aux aliments nourrissants, qui « tiennent au corps » ou « font ventre », pour reprendre les termes de Norbert Élias, Georges Vigarello ou encore Luc Boltanski34. Par ailleurs, la préférence pour les joueurs de devoir (les « vaillants ») sur les joueurs de talent, naturellement doués et auréolés du statut de leader, est incontestable. Oswaldo Piazza est le joueur le plus plébiscité dans notre enquête de 198935. Certes, au plan chronologique, on pourra rétorquer que notre travail là-dessus ne concerne pas la période 1932-1983, mais l’année 1989. Il faut, nous semble-t-il, y voir une certaine inertie dans le recrutement social, quantitatif comme qualitatif et non comme un démenti à notre argumentation.

  • 36 Michel Beaulieu, Marc Perelman, « Histoire d’un espace. Le stade », in : Quel Corps ?, 7 (1977), p (...)
  • 37 Christian Civardi, « Des tribus de gredins sur les gradins des tribunes. Le football hooliganisme (...)
  • 38 Alain Ehrenberg (éd.), « Aimez-vous les stades ? Les origines historiques des politiques sportives (...)
  • 39 Charroin, « Il pubblico del Geoffroy-Guichard » (note 36) ; Id., « Le stade de football : une symp (...)

13Par ailleurs, l’architecture du stade est également révélatrice de la fonctionnalité et de la symbolique ouvrières. En effet, l’enceinte compte 38 000 places dans sa configuration des années 1960/70 avec un total de 22 000 places debout, dont 1500 à 2000 « populaires »36. L’ambiance y est festive, la mise à distance des corps quasiment inexistante et la participation fusionnelle marquée. La « populace » s’y entasse et montre un mépris envers les usages de la bienveillance fondée sur la froideur et la bienséance. On est derrière les cages, on impressionne le gardien de but adverse, on est à l’endroit « chaud »37. Même si la vision d’ensemble demeure médiocre et contrecarre l’idéologie du bien voir chère à Pierre de Coubertin et à l’idéal de « l’apéritif des masses »38, c’est ici qu’il faut être pour vivre le match. L’architecture est très britannique, le stade est refermé sur lui même, ses délimitations sont cassantes, la circulation entre les différentes tribunes impossible, la rectangularité y est frappante39. Le public est considéré comme dangereux, cette masse, cette « populace » est parquée, canalisée, gérée à l’anglaise, comme si on voulait se prémunir d’un éventuel soubresaut d’une classe ouvrière à la dérive. Ici point de rondeur, point de « bien voir », priorité à une conception concentrationnaire et contrôlée de la foule. Par ailleurs, l’utilisation de matériaux froids : l’acier, le béton, s’apparente à un clin d’œil aux matières premières produites par les usines accolées « au cul du stade » et notamment l’entreprise C.A.F.L. (Compagnie des Aciéries et Forges de la Loire), devenue « Creusot-Loire ». L’épaisse fumée qui se dégage des cheminées d’usines s’apparente à un linceul que le monde ouvrier déploie pour enrober de sa culture le « chaudron vert ».

  • 40 Philippe Dujardin, « Souvenance de l’avenir ou de la règle de rétro-procession », in : Procès, 11/ (...)
  • 41 Roland Barthes, Mythologies, Paris, 1957.

14Au travers des cinq indicateurs que sont : le style de jeu, la culture des dirigeants, la composition par Catégories Socio-Professionnelles du public, l’architecture du stade Geoffroy Guichard et l’environnement de cette enceinte sportive, nous avons donc montré, de façon tangible, le caractère ouvrier du football stéphanois de 1932 jusqu’à 1983. Mais depuis 1984, il semble qu’une rupture s’amorce avec l’internationalisation et la mondialisation croissantes du football. En effet, l’ouvriérisme stéphanois a, depuis le milieu des années 1980, laissé place à une standardisation qui nous prive du qualificatif « ouvrier ». Celui-ci est à ranger au rang des souvenirs, d’un passé révolu, d’une histoire, d’une mémoire, mais plus d’une une réalité tangible40. Il ne nous reste donc plus que le mythe… reconnaissons tout de même, après les écrits de Roland Barthes41, que ça n’est toutefois pas négligeable et infra-dignate, au sens où cela structure les représentations… mais plus les pratiques.

L’A.S.S.E. de 1984 à 2006 – Une dilution de « l’ouvriérisme vert » dans la mondialisation « footballistique »

  • 42 Beaulieu, Perelman, « Histoire d’un espace » (note 36) ; Charroin, « Le stade de football » (note (...)

15L’année 1984 s’apparente à un tournant pour le football hexagonal : l’investissement de plus en plus marqué des grands capitaines d’industrie dans la sphère dirigeante, la loi Avice de 84 qui fait des clubs professionnels pratiquement des entreprises à part entière, la réfection du stade Geoffroy Guichard42 en vue de l’organisation du Championnat d’Europe et enfin la création d’un groupe « ultra » le « Fan-Club » sont autant d’indicateurs qui attestent d’une entrée totale du football forézien dans la mondialisation. Cette dernière s’apparente à une rupture, dont les conséquences sont facilement mesurables jusqu’en 2006.

  • 43 Christian Pociello, Le rugby ou la guerre des styles, Paris, 1983.
  • 44 Mauss, Sociologie et Anthropologie (note 20) ; Arnaud, Broyer, « Techniques sportives » (note 20)  (...)

16Il semble bien que cette année 1984 ainsi que l’arrêt Bosman de 1995 et l’arrêt Malaja de 2000 entèrent définitivement ce que Christian Pociello appelle dans le rugby : « La guerre des styles »43. En effet, pour ce qui concerne le football à Saint-Étienne, l’internationalisation généralisée a conduit à une harmonisation (certains diront à une disparition) des styles. En effet, les cultures locales se heurtent à la réalité de la mondialisation plongeant ainsi le football dans un « homomorphisme » qui lamine les particularismes tactiques régionaux44. La brèche entrouverte de 1984, puis l’ouverture définitive des frontières en 1995, puis en 2000 conduisent Saint-Étienne à recruter massivement des joueurs africains et des joueurs des pays de l’Est. Or tous les clubs de Ligue 1 et de Ligue 2, en tout cas ceux qui ont des budgets relativement modestes, sont contraints de mener cette politique. Il s’ensuit une absence de style de jeu ou plutôt l’émergence d’un style unique. Dès lors, l’identité ouvrière de l’A.S.S.E., en termes tactique et technique, n’émerge plus ou plutôt la presse ne s’en fait, en tout cas, plus l’écho. Notre propos n’est donc pas ici de nous positionner sur une réalité sportive, mais bien sur des représentations médiatiques et publiques. Or plus personne aujourd’hui ne considère l’A.S.S.E. comme une équipe vaillante et laborieuse. On retient finalement que l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations prive, tous les deux ans, l’équipe verte de ses meilleurs éléments.

  • 45 Cédric Daya, Le football : Une industrialisation contre nature, Mémoire de Master 2, U.F.R. Scienc (...)
  • 46 Cf. note 11, p. 8.
  • 47 Charroin, « Roger Rocher » (note 28).
  • 48 Une société est dite « post-moderne », lorsque les individus qui la composent doutent de la capaci (...)

17Pour ce qui concerne la gestion de ces joueurs, là-aussi les choses ont changé. Un club de football s’apparente désormais à une entreprise à vocation marchande. Les rennes de celle-ci sont alors confiées à des managers modernes, dont l’attitude traduit le sérieux, l’austérité, la mesure, la nuance, le professionnalisme45. Ainsi, à Saint-Étienne, suite à la crise de la caisse noire de 1982, le Président Rocher est contraint de quitter l’A.S.S.E. et tous ses successeurs vont s’évertuer à donner une image plus professionnelle à la gestion. Finis les coups de gueule et l’accent stéphanois du PDG bourru, place à la bienséance bourgeoise des nouveaux managers. L’exubérance, l’excentricité, mais aussi l’autorité, bref la Gestion du Personnel se transforme en Gestion des Ressources Humaines, emportant avec elle tous les traits d’un habitus46 populaire, dont Roger Rocher pouvait se targuer47. Là-aussi, l’identité ouvrière se dissout dans la logique managériale post-moderne48 à laquelle l’A.S. Saint-Étienne ne peut se soustraire. Seul bémol à ce tableau, la présence permanente de la société « Casino », créatrice, mécène, sponsor et aujourd’hui partenaire du club. Mais, là-aussi, malgré le souci de pérennité, la transformation rhétorique et sémantique est en marche, mettant à mal, par le même, l’identité ouvrière du club.

  • 49 Notamment ceux commandités par le club ou ceux réalisés par des étudiants de B.T.S. et d’I.U.T. de (...)
  • 50 Christian Bromberger, « Chez les ultra », in : Les Cahiers de la Sécurité Intérieure, 26 (1996), p (...)
  • 51 Pascal Charroin, « Attention danger ! Football extrême Contribution à une Sociologie des supporter (...)
  • 52 Mauss, Sociologie et Anthropologie (note 20) ; Arnaud, Broyer, « Techniques sportives » (note 20)  (...)
  • 53 Charroin, Les fondements (note 24).
  • 54 Le mot « Tifo » vient du mot italien « Tifosi » qui signifie fans. Il désigne le spectacle organis (...)
  • 55 Steeves Robert, Sébastien Page, « Membres des ›Magic-Fans‹ », Entretiens, Gymnase Youri Gagarine, (...)
  • 56 Comme l’ont montré les travaux de : Bromberger, « L’Olympique de Marseille » (note 19) ; Id., Hayo (...)
  • 57 Jean-Marie Brohm, Sociologie politique du sport, Paris, 1976 ; Id., Critiques du sport, Paris, 197 (...)
  • 58 Bromberger, « L’Olympique de Marseille » (note 19) ; Id., Hayot, Mariottini, « Allez l’O.M. ! » (n (...)
  • 59 Rejoignant ainsi les modalités américaines du spectacle sportif décrites dans : « Le football, spo (...)

18Cette dernière ne trouve plus non plus à s’incarner chez les supporters et le public en général. En effet, si l’enquête de Roland Passevant, notre thèse et différents autres travaux49 confirmaient l’hypothèse d’une importante représentation de la C.S.P. « Ouvrier » par le passé, il semble que ce ne soit plus le cas aujourd’hui. Ainsi, dès 1984, le phénomène « ultra » pénètre le public du stade Geoffroy Guichard et se renforce durant les années 1990 – 2000 faisant perdre, par là même, la spécificité ouvrière au profit d’un mode « supporteriste » dont la seule particularité n’est plus l’appartenance sociale, mais bien le critère générationnel. En effet, comme le montre Christian Bromberger50, c’est désormais l’âge qui façonne les modalités de la passion. La structuration, l’organisation des supporters s’opèrent davantage par l’imitation du modèle italien, que par la reproduction de l’exemple anglo-saxon considéré comme vieillot. La bande ouvrière façonnée à la Britannique disparaît au profit de l’organisation latine de la jeunesse « supporteriste »51. En effet, la référence ouvrière s’estompe, pour laisser place à une effervescence plus neutre, plus conventionnelle, plus violente aussi, qui ne singularise plus les fans foréziens d’autres publics, qu’ils soient français ou étrangers et notamment italiens. Les modalités de la « partisanerie », pour reprendre le terme de Christian Bromberger, tendent à s’unifier, à s’internationaliser, à se mondialiser, niant par là même, tous les particularismes autrefois revendiqués52. Dès le milieu des années 1980, le « Fan-Club » se crée en se singularisant des supporters officiels de l’époque : les « Membres Associés »53. La volonté est d’impulser un nouveau style et de nouveaux objectifs, notamment celui d’organiser le spectacle par des « tifos »54 de plus en plus élaborés. Ce groupe, dès 1991, s’institutionnalise davantage encore et prend l’appellation de « Magic-Fans ». Le modèle italien devient l’exemple, au détriment du modèle britannique plus informel, mais aussi plus ouvrier. Par la suite, comme dans d’autres clubs, une partie des « ultra » quitte le groupe d’origine pour fonder un groupe dissident. À Marseille, ce sont les « Yankees », à Saint-Étienne, les « Green-Angels ». Les oppositions entre les deux groupes se cristallisent notamment au niveau politique. En effet, les « Green-Angels » se réclament plutôt de la gauche, alors que les « Magics » véhiculent une image plus « droitière ». Les commémorations, suite aux attentats contre les tours du « World-Trade-Center », le 11 septembre 2001, ont donné lieu à des échanges verbaux mettant aux prises, les défenseurs de « l’American Way of Life » aux tenants d’une position plus française, non alignée. Grossièrement, les « Magics » et notamment leur composante avant-gardiste (qui se veut plus jeune et plus radicale) ont utilisé ces événements pour s’encrer davantage sur une posture pro-américaine, alors que les « Greens » ont fait preuve de davantage de retenue en la matière55. Même s’il ne faut pas donner trop d’importance à la politisation du supporter, bien souvent uniquement liée à une volonté de paraître qu’à une réelle idéologie56, il faut reconnaître qu’à Saint-Étienne, les « ultra » proches de la droite (les « Magics ») sont plus nombreux (aux environs de 3 à 4000 adhérents) que ceux proches de la gauche (les « Green », entre 1500 et 3000 adhérents)… ce qui est plutôt surprenant pour un public que l’on qualifiait jadis de populaire et d’ouvrier. Certes, nous ne faisons pas allégeance aux thèses défendues par la sphère dirigeante du ballon rond qui consiste à dire que les exactions et les violences sont commanditées par des bras politiques bien peu défendables et sans aucun rapport avec ce qu’est un « vrai » supporter et le « vrai » football. Malgré tout, faire un salut nazi ou entonner des slogans racistes, même par provocation, n’est jamais sans total fondement, même si de tels gestes n’ont jamais eu cours, à notre connaissance, au sein de l’enceinte stéphanoise. Le supporter n’est pas, comme le prétendait Jean-Marie Brohm, un crétin politique ou une « machine hurlante à sens unique »57. Sa conscience politique n’est pas inférieure à celle des autres citoyens, comme l’ont montré Bromberger ou Mignon58. De la même façon, certes la sociologie électorale nous dit que l’ouvrier n’est pas forcément de gauche et le bourgeois pas obligatoirement de droite, il n’en demeure pas moins que si nous raisonnons sur des masses critiques importantes, ce clivage socio-politique demeure structurant. Saint-Étienne la prolétaire se serait donc embourgeoisée, voire « extrêmisée » du côté droit de l’échelle politique, même si les « Green-Angels » se présentent sur leur site Internet comme une frange du public qui continue à véhiculer l’image prolétarienne des occupants du « Kop » sud des années 1970. Cela dit, ce groupe est quantitativement moins représentatif que celui des « Magics ». Voilà qui peut surprendre, mais qui atteste, à notre sens, d’un changement relativement significatif qui fait que nous ne pouvons plus considérer, dans sa majorité, le « peuple de Geoffroy Guichard » comme une populace ouvrière, bien que les revendications des supporters d’aujourd’hui soient beaucoup lisibles et explicites qu’elles ne l’étaient par le passé. Le reste du public ne fait pas apparaître non plus une quelconque conservation de l’identité prolétarienne. Bien évidemment, l’émergence d’une classe moyenne contribue aussi à lisser la différenciation sociale, encore faudrait-il valider statistiquement ce phénomène qui ne nous semble peut-être pas aussi marqué dans la région de Saint-Étienne qu’il ne l’est au plan national. Pour ce qui concerne maintenant les « personnalités », aux tribunes latérales certes confortables, mais point douillettes, se sont substituées les loges VIP où le luxe et la bienséance sont de rigueur, tout comme la volonté de continuer à entretenir le réseau et à faire des affaires, même en dehors de la sphère professionnelle. Cette dernière remarque nous conduit tout naturellement à nous questionner sur l’architecture du stade Geoffroy Guichard qui traduit, elle-aussi, le déclin du spectacle prolétarien, au profit d’une distraction pas mondaine, mais en tout cas, plus « propre », plus aseptisée, plus conforme au plan de la sécurité, que celle proposée durant les années 1970 notamment59.

  • 60 Pierre de Coubertin, « Les assises philosophiques de l’Olympisme moderne », in : Textes choisis, t (...)
  • 61 Canetti, Masse et puissance (note 5).
  • 62 Le « Pogo » est une danse violente inventée par les « punks », durant les années 1970, en Angleter (...)

19En effet, les réfections réalisées à l’occasion de l’organisation du Championnat d’Europe de 1984 et de la Coupe du Monde de 1998 ont eu des conséquences majeures tant au plan architectural, que dans la manière de concevoir le spectacle sportif. Le stade s’est, en effet, quelque peu arrondi. Les formes sont moins rectangulaires, les contours des tribunes sont moins cassants, les possibilités de passer d’un gradin à l’autre sont facilitées et surtout les barrières qui séparent les spectateurs des joueurs sont également moins imposantes. Enfin, l’intégralité des places disponibles est assise. On peut donc dire que la gestion de la foule passe d’une conception sécuritaire et « carcéralisée » à une conception ouverte, à une idéologie du « bien-voir », dont Pierre de Coubertin avait dit qu’elle apparentait le spectacle sportif à un « apéritif des masses »60. Par le passé, le gradin nord et le gradin sud représentaient potentiellement 11 000 personnes chacun en station debout. Le corps à corps était omniprésent, il fallait « tenir sa place », se situer au plus bas de la travée, afin que ceux situés au-dessous n’aient pas tendance à vouloir se hisser vers le haut du gradin. Les mouvements de foule, en particulier lorsqu’il y avait un coup de pied de coin ou un débordement sur les ailes, étaient nombreux, du fait que les supporters situés au centre du gradin orientaient leur regard et leur corps vers le côté gauche ou droit. Nous pouvions parler, comme Élias Canetti, d’une « foule en fusion », d’une « masse en anneau »61. Bref, le « supporterisme » était rude, populaire, la distance de garde inexistante et « l’in-corporation » d’un habitus ouvrier toujours à l’œuvre, dans ces deux parties du stade en tout cas. Aujourd’hui, les places assises ont rendu le corps à corps indirect. Certes, très souvent, les supporters du bloc nord et du bloc sud se mettent debout sur les sièges, mais la distance de garde, aussi minime soit-elle, existe et les mouvements latéraux de la foule sont endigués. Les « pogos »62, certes violents mais ritualisés, ne donnent qu’à voir des corps qui se meuvent du haut vers le bas des gradins. Aux turbulences anarchiques du passé, se sont substituées des pratiques ritualisées auxquelles tous les « ultra » de France s’adonnent. On comprend donc bien que la modernisation du stade Geoffroy Guichard ait apporté plus de confort, plus de sécurité et davantage de canalisation des rituels, rompant par là même, le lien qui unissait les spectateurs à la culture prolétarienne du passé. Mais, si ce déclin de l’habitus « supporteriste » ouvrier se vérifie à l’intérieur de l’enceinte, il se mesure également à sa périphérie immédiate. En effet, la C.A.F.L. (Compagnie des Aciéries et Forges de la Loire), rebaptisée « Creusot-Loire » au début des années 1970, ferme ses portes, à la fin des années 1980. Ce complexe sidérurgique qui crachait d’épaisses fumées enrobait le stade d’un linceul polluant. Mais ce temps-là est révolu, le technopôle, groupement d’entreprises du secteur tertiaire et des nouvelles technologies, ne rejette aucun déchet dans l’atmosphère. Aux ateliers noirs et crasseux où se mêlaient béton, briques, pierres, acier et tôle ondulée se sont substitués des infrastructures aux baie vitrées, marque d’un design « bon chic-bon genre ». Le bon goût fonctionnel et post-moderne a eu raison de l’insalubrité de l’ancien tissu industriel. Les crassiers, appelées terrils dans le Nord, se sont eux aussi transformés en de petites montagnes écologiques. Leur surface a été laissée aux bons soins des paysagistes et urbanistes qui sont passés maîtres dans l’art de vêtir d’une parure-presque-naturelle ces vestiges de l’industrie minière aujourd’hui révolue. La périphérie du stade a donc, elle aussi, perdu les traces d’un monde industriel, dont les impératifs économiques ont dicté la disparition. L’environnement immédiat de Geoffroy Guichard n’offre donc plus son image d’Epinal, désormais rangée au rang de musée, de patrimoine, de souvenirs et de mémoire. Aux grands complexes sidérurgiques et miniers, se sont substitué des Petites et Moyennes Entreprises (PME) porteuses de plus values financières, mais dépourvues de culture ouvrière.

  • 63 Jacques Gleyse, « Archéologie de la ›cognomorphose‹ d’un champ. Conceptions du travail, sciences e (...)

20Depuis le milieu des années 1980, au regard d’indicateurs signifiants, nous voyons que l’habitus populaire, autrefois véhiculé par le football stéphanois, perd de sa substance. Le style de jeu, les dirigeants du club, le public du stade, l’architecture de l’enceinte, ainsi que son environnement attestent, à coup sûr, d’un déclin de « l’ouvriérisme vert ». La mondialisation des transferts, la généralisation des techniques modernes de management, l’avènement du phénomène « ultra », les impératifs de sécurité et les exigences économiques, consécutives aux deux chocs pétroliers, ont laminé les particularismes locaux. La quête d’orthodoxie, l’homomorphisme ou encore la cognomorphose, pour reprendre le vocabulaire des spécialistes de l’Éducation physique et sportive63, se sont également insinués dans le champ du ballon rond, aboutissant finalement à une confusion des genres et à une dilution des repères identitaires. La tendance « naturelle » du sport à l’universalisation a fini par faire son œuvre, même si l’A.S.S.E. a, pourtant, résisté bien des années à cette standardisation. Toutefois, si la trace objective, structurelle, matérielle de la culture ouvrière stéphanoise s’est effacée, l’oralité semble sauvegarder (pour combien de temps encore ?) le souvenir de cette culture que les pères voire les grands-pères inculquent à leur fils et petits-fils épris, comme eux, d’une volonté de partager la « fièvre verte ».

  • 64 Roland Barthes, Mythologies, Paris, 1957.
  • 65 Philippe Dujardin, « Souvenance de l’avenir ou de la règle de rétro-procession », in : Procès, 11/ (...)
  • 66 Charroin, « Le derby Lyon-Saint-Étienne » (note 14).

21Au regard des cinq grands indicateurs qui embrassent quasiment la totalité du concept d’identité, tant au plan géographique que social, tant au niveau de l’unité que de la spécificité, tant à la dimension objective que subjective, « l’ouvriérisme » stéphanois n’est plus aujourd’hui qu’un mythe64, depuis l’internationalisation à grande échelle du football. Pourtant, cela ne signifie pas que tout ait disparu. Certes, l’identité ouvrière n‘est plus tangible. Pour autant, le mythe est ancré dans les esprits, car il s’est créé, s’est fondé et s’est transmis, ce qui est finalement sa spécificité65. Ce dernier trouve sa genèse dans les retournements de situation (matches de Split et Kiev), dans le triomphe de David contre Goliath (la revanche des plus faibles sur les puissants) et dans la présence d’un lieu fétiche (les grands exploits se sont tous produits au stade Geoffroy Guichard : Split, Kiev, Eindhoven, Nantes). Par ailleurs, lors de chaque derby contre le redoutable voisin lyonnais, les journalistes sportifs, de la presse écrite notamment, reconstruisent une rivalité opposant Saint-Étienne la prolétaire à Lyon la bourgeoise, sorte de « remake » des années 197066. Il reste donc la mémoire, le souvenir plus ou moins diffus, les croyances, les représentations de ce passé. Bref, l’histoire « s’objective dans la subjectivité » ne donnant que plus d’importance à une question épistémologique de fond qui taraude les sciences humaines et sociales quant à l’appréhension et à l’étude d’un objet. Structuralistes et interactionnistes s’opposent sur la démarche scientifique. Les raisons du conflit se cristallisent aujourd’hui autour de l’opposition entre deux paradigmes : l’objectivisme marxisant d’un côté et le subjectivisme libéralisant de l’autre.

Notes

1 On retrouve également cette pratique d’intimidation en rugby, notamment dans les vestiaires des visiteurs du stade de Bègles-Bordeaux avec des dessins de joueurs adverses chahutés par le « pack » local et quittant le terrain physiquement marqués par la « tortue » à damier noir et blanc.

2 Décrit comme un des archétypes du sport : Johan Huizinga, Homo ludens Essai sur la fonction sociale du jeu, Paris, 1951 ; Roger Caillois, Les jeux et les hommes. Le masque et le vertige, Paris, 1958 ; Bernard Jeu, Le sport, la mort, la violence. Essai sur le sport, ses archétypes et sa modernité, Paris, 1972 ; Bernard Jeu, Le sport, l’émotion, l’espace. Essais sur la classification des sports et ses rapports avec la pensée mythique, Paris, 1977 ; Id., Analyse du sport, Paris, 1987.

3 Sur la couleur des maillots : Desmond Morris, The soccer tribe, Londres, 1981.

4 Christian Bromberger, Alain Hayot, Jean-Marc Mariottini, « Allez l’O.M. ! Forza Juve ! La passion pour le football à Marseille et à Turin », in : Terrain, 8 (1987), pp. 8-41.

5 Élias Canetti, Masse et puissance, Paris, 1966.

6 Jean-Paul Sartre, Critique de la raison dialectique, Paris, 1960.

7 Pascal Charroin, « Allez les Verts ! » – De l’Épopée au Mythe : la mobilisation du public de l’Association Sportive de Saint-Étienne, Lyon, Thèse de Doctorat en S.T.A.P.S. soutenue à l’U.F.R.A.P.S.-Université Claude Bernard Lyon I, 1994.

8 Pour reprendre le vocabulaire de : Luc Boltanski, Laurent Thévenot, De la justification Les économies de la grandeur, Paris, 1991.

9 Karl Marx, Le capital, Livre 1, Paris, 1969.

10 Jean-Marie Brohm, Sociologie politique du sport, Paris, 1976.

11 Thierry Terret, « L’identité de la natation scolaire au XXe siècle », in : Jean-Paul Clément, Michel Herr, Paul Boyer (éd.), L’identité de l’Éducation Physique scolaire au XXe siècle, Clermont-Ferrand, 1993, pp. 241-249.

12 Nathalie Einich, « Art contemporain et fabrication de l’inauthentique », in : Authentique ?, 33 (1999), pp. 5-16.

13 Sans donner ici à ce terme la signification que donne Bourdieu de ce concept dans plusieurs de ses écrits : « sous-ensemble de l’espace social à l’intérieur duquel les agents luttent pour l’appropriation de profits symboliques, matériels ou financiers spécifiques ».

14 Notamment les chercheurs du C.R.I.S. de l’U.F.R.S.T.A.P.S. de Lyon et Pascal Charroin, « Le derby Lyon-Saint-Étienne : les ‹ Gones › contre les ‹ Gagas › ou les enjeux d’une lutte identitaire », in : Bernard Michon, Thierry Terret (éd.), Pratiques sportives et identités locales. Paris, Budapest, Turin, 2004, pp. 301-315.

15 Alfred Wahl, « Le footballeur français de l’amateurisme au salariat (1890-1926) », in : Le Mouvement Social, 135 (1986), pp. 7-30 ; Christiane Eisenberg, Pierre Lanfranchi, Tony Mason, Alfred Wahl, FIFA 1904-2004 Le siècle du football, Paris, 2004 ; Fabien Dupuy, 1919-1934 : de l’A.S. Casino à l’A.S. Saint-Étienne ; de l’amateurisme au professionnalisme, Maîtrise Entraînement, U.F.R.S.T.A.P.S. de Lyon, Année 2000-2001.

16 Charroin, « Allez les Verts ! » (note 7).

17 Que nous avons relatées dans la partie « Définitions » de cette Introduction.

18 Christian Bromberger, « Chez les ultra », in : Les Cahiers de la Sécurité Intérieure, 26 (1996), pp. 33-46.

19 Christian Bromberger, « L’Olympique de Marseille, la Juve et le Torino Variations ethnologiques sur l’engouement populaire pour les clubs et les matchs de football », in : Esprit, 125 (1987), pp. 174-195 ; Bromberger, Hayot, Mariottini, « Allez l’O.M. ! » (note 4).

20 Problématique étudiée par : Pierre Arnaud, Gérard Broyer, « Techniques sportives… techniques du corps ? », in : Revue E.P.S., 170 (1981), pp. 18-23 ; Id., « Des techniques du corps aux techniques sportives », in : La psychopédagogie des activités physiques et sportives, Toulouse et Saint Hyacinthe, 1985, pp. 135-157, en se référant à Marcel Mauss, Sociologie et Anthropologie, Paris, 2004.

21 Ibid.

22 Alfred Wahl, Pierre Lanfranchi, Les footballeurs professionnels des années trente à nos jours, Paris, 1995.

23 Dupuy, 1919-1934 (note 15).

24 Pascal Charroin, Les fondements de la mobilisation sportive et de l’identification des spectateurs aux pratiquants : l’exemple des supporters de l’Association Sportive de Saint-Étienne, Lyon, Mémoire de D.E.A. de Science Politique soutenu à l’I.E.P. de Lyon – Université Lumière Lyon II, novembre 1986.

25 Maxime Cogny, FC Nantes/AS Saint-Étienne, de 1970 à 1984 : une certaine idée du football, Mémoire de fin d’études, I.U.T. de Journalisme de Bordeaux, 2003-2005.

26 Comme l’a bien montré Christian Bromberger dans ses nombreux travaux relatifs au public de l’Olympique de Marseille.

27 Charroin, « Allez les Verts ! » (note 7).

28 Pascal Charroin, « Roger Rocher. Une figure emblématique de ›l’épopée stéphanoise‹ », in : Jean-Michel Delaplace (éd.), L’histoire du sport L’histoire des sportifs le sportif, l’entraîneur, le dirigeant 19e et 20e siècles, Paris et Montréal, 1999, pp. 215-229 ; Pascal Charroin, « De Borotra à Pascot ou le professionnalisme sous contrôle : Le cas de l’A.S. Saint-Étienne », in : Pierre Arnaud, Thierry Terret, Jean-Philippe Saint-Martin, Pierre Gros (éd.), Le sport et les Français pendant l’occupation 1940-1944, Paris, Budapest, Torino, t. 1, 2002, pp. 215-227.

29 Cogny, FC Nantes/AS Étienne (note 25).

30 Charroin, « Roger Rocher » (note 28).

31 Avec lequel nous nous sommes entretenus lors de notre thèse : Charroin, « Allez les Verts ! » (note 7).

32 Que Bourdieu définit comme : « un ensemble de dispositions acquises par l’apprentissage qui fonctionne comme un système de schémas cognitifs et corporels. L’habitus, en tant que produit des conditions objectives d’existence (appartenance sociale, familiale, régionale…), est un ensemble de dispositions et de représentations imposé et intériorisé par l’individu qui engendre tout un système de mise en action et d’évaluation distinctive des pratiques ».

33 Notamment Roland Passevant, Les « Verts ». Dans les coulisses du football stéphanois, Paris, 1971, pp. 207-211 ; Charroin, « Allez les Verts ! » (note 7).

34 Norbert Élias, La civilisation des mœurs, Paris, 1973 ; Id., La dynamique de l’Occident, Paris, 1975 ; Id., Éric Dunning, Sport et civilisation La violence maîtrisée, Paris, 1994 ; Georges Vigarello, Le propre et le sale L’hygiène du corps depuis le Moyen Âge, Paris, 1985 ; Luc Boltanski, « Les usages sociaux du corps », in : Les Annales E.S.C., 26 (1971) 1, pp. 205-233.

35 Charroin, « Allez les Verts ! » (note 7).

36 Michel Beaulieu, Marc Perelman, « Histoire d’un espace. Le stade », in : Quel Corps ?, 7 (1977), pp. 31-40 ; Pascal Charroin, « Il pubblico del Geoffroy-Guichard di Saint-Étienne », in : Pierre Lanfranchi (éd.), Il calcio e il suo pubblico, Napoli, Roma, Benevento e Milano, 1992, pp. 301-312.

37 Christian Civardi, « Des tribus de gredins sur les gradins des tribunes. Le football hooliganisme en Grande-Bretagne », in : Alfred Wahl (éd.), Sociologie de l’implantation du football dans la France de l’Est. Des jeux et des sports, Metz, 1986, pp. 163-174.

38 Alain Ehrenberg (éd.), « Aimez-vous les stades ? Les origines historiques des politiques sportives en France (1870-1930) », in : Recherches, 43 (1980).

39 Charroin, « Il pubblico del Geoffroy-Guichard » (note 36) ; Id., « Le stade de football : une symphonie polychrome », in : Pierre Arnaud, Thierry Terret (éd.), Sport, éducation et art XIXe-XXe siècles, t. 4, Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Paris, 1996, pp. 387-401.

40 Philippe Dujardin, « Souvenance de l’avenir ou de la règle de rétro-procession », in : Procès, 11/12 (1983), pp. 153-162.

41 Roland Barthes, Mythologies, Paris, 1957.

42 Beaulieu, Perelman, « Histoire d’un espace » (note 36) ; Charroin, « Le stade de football » (note 39) ; Id., « Il pubblico del Geoffroy-Guichard » (note 36)

43 Christian Pociello, Le rugby ou la guerre des styles, Paris, 1983.

44 Mauss, Sociologie et Anthropologie (note 20) ; Arnaud, Broyer, « Techniques sportives » (note 20) ; Jacques Gleyse, « Archéologie de la ›cognomorphose‹ d’un champ. Conceptions du travail, sciences et conception de l’E.P.S. », in : Clément, Herr, Boyer (éd.), L’identité de l’Éducation physique scolaire (note 11), pp. 283-296.

45 Cédric Daya, Le football : Une industrialisation contre nature, Mémoire de Master 2, U.F.R. Sciences de la Communication de Grenoble, 2005.

46 Cf. note 11, p. 8.

47 Charroin, « Roger Rocher » (note 28).

48 Une société est dite « post-moderne », lorsque les individus qui la composent doutent de la capacité du progrès à apporter le bonheur à l’être humain. Cette posture vise à la remise en question des grands idéaux de la modernité : la démocratie représentative, la science, les frontières édifiées par les États-Nations, les distinctions fondées sur le genre, etc., comme l’explique Gilles Lipovetsky, L’ère du vide Essais sur l’individualisme contemporain, Paris, 1983 ; Luc Ferry, Alain Renaut, La pensée 68 Essai sur l’anti-humanisme contemporain, Paris, 1985.

49 Notamment ceux commandités par le club ou ceux réalisés par des étudiants de B.T.S. et d’I.U.T. de Techniques de Commercialisation de Saint-Étienne, tous mentionnés dans le Tome III de : Charroin, « Allez les Verts ! » (note 7) ; Passevant, Les « Verts » (note 33).

50 Christian Bromberger, « Chez les ultra », in : Les Cahiers de la Sécurité Intérieure, 26 (1996), pp. 33-46 ; Philippe Broussard, Génération supporter Enquête sur les ultras du football, Paris, 1990.

51 Pascal Charroin, « Attention danger ! Football extrême Contribution à une Sociologie des supporters ›Ultras‹ », in : S.T.A.P.S., 11 (1990) 23, pp. 19-27.

52 Mauss, Sociologie et Anthropologie (note 20) ; Arnaud, Broyer, « Techniques sportives » (note 20) ; Id., « Des techniques du corps aux techniques sportives » (note 20).

53 Charroin, Les fondements (note 24).

54 Le mot « Tifo » vient du mot italien « Tifosi » qui signifie fans. Il désigne le spectacle organisé par les supporters « ultra » avant les rencontres. Ce dernier est toujours lié à un thème qui varie en fonction des circonstances, de l’adversaire, de l’équipe locale, etc.

55 Steeves Robert, Sébastien Page, « Membres des ›Magic-Fans‹ », Entretiens, Gymnase Youri Gagarine, La Ricamarie, mardi 7 mars 2006, 18h-20h.

56 Comme l’ont montré les travaux de : Bromberger, « L’Olympique de Marseille » (note 19) ; Id., Hayot, Mariottini, « Allez l’O.M. ! » (note 4) ; Patrick Mignon, « Profession de foi : ‹ supporter › », Esprit, 104/105 (1985), pp. 1-5 : « Le foot et la fureur Gentlemen, supporters, hooligans ».

57 Jean-Marie Brohm, Sociologie politique du sport, Paris, 1976 ; Id., Critiques du sport, Paris, 1976, pp. 73-84.

58 Bromberger, « L’Olympique de Marseille » (note 19) ; Id., Hayot, Mariottini, « Allez l’O.M. ! » (note 4) ; Mignon, « Profession de foi » (note 56).

59 Rejoignant ainsi les modalités américaines du spectacle sportif décrites dans : « Le football, sport du siècle », Vingtième Siècle, 26 (1990).

60 Pierre de Coubertin, « Les assises philosophiques de l’Olympisme moderne », in : Textes choisis, t. 2 : « L’Olympisme », 1986, pp. 15-19, Alain Ehrenberg (éd.), « Aimez-vous les stades ? Les origines historiques des politiques sportives en France (1870-1930) », in : Recherches, 43 (1980).

61 Canetti, Masse et puissance (note 5).

62 Le « Pogo » est une danse violente inventée par les « punks », durant les années 1970, en Angleterre. Elle a été reprise par les supporters qui, lors d’un but inscrit par leur équipe favorite, se ruent les uns sur les autres contre les grilles du bas du « Kop », pour manifester virilement leur joie.

63 Jacques Gleyse, « Archéologie de la ›cognomorphose‹ d’un champ. Conceptions du travail, sciences et conception de l’E.P.S. », in : Clément, Herr, Boyer (éd.), L’identité de l’Éducation physique scolaire (note 11), pp. 283-296.

64 Roland Barthes, Mythologies, Paris, 1957.

65 Philippe Dujardin, « Souvenance de l’avenir ou de la règle de rétro-procession », in : Procès, 11/12 (1983), pp. 153-162.

66 Charroin, « Le derby Lyon-Saint-Étienne » (note 14).

Auteur

Né en 1962, Maître de Conférences, 74e Section S.T.A.P.S., Département S.T.A.P.S.-Université Jean Monnet Saint-Étienne, Chercheur CRIS Lyon 1 (EA 647)

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540