Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Football et identité

 | 
Ulrich Pfeil

III. Football et milieu

Le FC Schalke 04, une équipe d’ouvriers ?

Analyse d’un mythe

Stefan Goch
Traduction de Jean-Léon Muller

Texte intégral

  • 1 Voir, entre autres, Rolf Lindner, Heinrich Th. Breuer, « Sind doch nicht alles Beckenbauers ». Zur (...)
  • 2 Voir le travail de référence – il n’en sera plus fait mention par la suite – de Stefan Goch, Norbe (...)

1Une conception fort répandue veut que le FC Schalke soit un pur produit de la commune de Schalke, rattachée en 1903 à celle de Gelsenkirchen, ce qui en faisait, et en fait toujours, une équipe du milieu ouvrier de l’industrie minière de la Ruhr1. Mais l’histoire démontre que cette équipe, ses joueurs, son club et ses supporters ont été liés à la société ouvrière de la Ruhr dans des configurations très diverses2.

Les origines, de 1904 à 1918 : liens avec le milieu petit-bourgeois d’un quartier ouvrier et avec la mine

  • 3 Gerd Voss, Thomas Spiegel, Jörg Seveneick (éd.), 100 Schalker Jahre – 100 Schalker Geschichten, Da (...)
  • 4 Christiane Eisenberg (éd.), Fußball, soccer, calcio. Ein englischer Sport auf seinem Weg um die We (...)

2Le 4 mai 1904, des jeunes gens de la petite commune industrielle de Schalke, pour la plupart originaires des environs de la Hauergasse, fondèrent un club de football baptisé « Westfalia Schalke »3. L’entreprise était dans l’air du temps. À la fin du XIXe siècle, parallèlement au développement de la société industrielle, la pratique du football, importée d’Angleterre, se répandait en Allemagne. Les premiers bastions du football furent des centres urbains au secteur tertiaire développé comme Berlin, Hambourg, Hanovre, Leipzig, Dresde, Düsseldorf, Cologne ou Francfort. Parmi les joueurs se trouvaient des lycéens, des étudiants, des juristes, des médecins, des journalistes et des officiers, mais l’essentiel d’entre eux se recrutaient chez les contremaîtres et les employés de commerce. À l’époque, c’est bien cette majorité d’employés, qui sans diplôme universitaire, ne pouvait adhérer aux corporations estudiantines qu’elle considérait avec une certaine envie, ce qui explique les noms donnés à certains clubs comme « Germania », « Borussia » ou « Alemannia », typiques de ces corporations. De plus, dans la Ruhr, ce furent avant tout des lycéens, issus de la minorité bourgeoise locale, qui fondèrent les premiers clubs de football. Au sein de nombreuses sociétés de gymnastique, des sections de football furent alors créées4.

  • 5 Pour ces débuts, voir notamment Arthur Heinrich, Der Deutsche Fußballbund. Eine politische Geschic (...)
  • 6 Uwe Wick, Markus Fiesseler, 100 Jahre Fußball im Westen, Zwischen Alm, Wedau und Tivoli, Kassel, 1 (...)

3En 1900, le Deutscher Fußballbund ou DFB (Fédération allemande de football) vit le jour, et le premier championnat d’Allemagne eut lieu en 19035. Existant déjà depuis 1898, sous le nom de Rheinischer Spielverband (Fédération rhénane), le futur Westdeutscher Spielverband (WSV) (Fédération d’Allemagne occidentale) ne tarda pas à adhérer à son tour au DFB. En 1904, il ne rassemblait pas plus de 46 clubs et avait été rebaptisé Rheinisch-Westfälischer Spielverband (Fédération de Rhénanie-Westphalie), avant de trouver son appellation définitive en 1907. Le 1er janvier 1914, le WSV comptait déjà 608 clubs, totalisant 44 003 adhérents. Selon les statistiques de 1911, 70 % des 25 595 membres, alors répartis en 412 clubs, avaient moins de 30 ans et plus de la moitié, souvent de simples lycéens, avaient entre 17 et 20 ans. Plus de 50 % des adhérents aux clubs de la WSV appartenaient au milieu bourgeois des professions libérales et commerciales ou à celui des employés, alors que 30 % d’entre eux étaient issus de familles d’artisans6.

  • 7 Siegfried Gehrmann et Hans Joachim Teske ont soigneusement recensé les données professionnelles et (...)
  • 8 Wolfgang Köllmann, Frank Hoffmann, Andreas E. Maul, « Bevölkerungsgeschichte », in : Wolfgang Köll (...)
  • 9 Voir notamment la mention récente de Siegfried Gehrmann, « Der FC Schalke 04 und seine frühe Gesch (...)
  • 10 Pour Gelsenkirchen, en l’absence d’un registre de déclaration de domicile fiable et complet, les d (...)
  • 11 En 1906, sur 57 968 immigrants de Mazurie, vivant dans la Ruhr, 15 854 étaient domiciliés à Gelsen (...)

4De même, l’analyse de la composition sociale du club de Schalke, lequel recrutait seulement dans ce quartier modeste de Gelsenkirchen, montre que les adhérents n’étaient pas exactement à l’image du milieu ouvrier7. Dans le contexte prolétaire propre à Schalke et au nord de la Ruhr, les footballeurs semblaient davantage issus de familles de salariés, partiellement établies, appartenant pour ainsi dire à la « petite bourgeoisie ». En recensant les membres fondateurs du futur FC Schalke 04, ayant adhéré avant 1914, il a été possible de collecter des données biographiques sur 51 personnes : 41 d’entre elles (80,4 %) étaient nées dans les années 1890 et cinq avaient vu le jour entre 1885 et 1889. On avait donc affaire à une majorité de jeunes. À l’inverse d’une idée répandue, il ne s’agissait pas de nouveaux arrivants mais de descendants directs de ces derniers. Sur ces 41 membres, 27 (65,9 %) étaient nés à Gelsenkirchen, six (14,6 %) étaient originaires des environs et seulement huit (19,5 %) venaient des provinces orientales de l’Allemagne. Ces origines distinguaient les fondateurs du club du reste de la population de Gelsenkirchen. De fait, sur 154 585 habitants recensés en 1907, seuls 59 612 (38,6 %) étaient nés à Gelsenkirchen, 44 019 (28,5 %) venaient de Rhénanie-Westphalie, 3 496 (2,3 %) de Hesse-Nassau, de Hesse et du Waldeck, 34 325 (22,2 %) des provinces de Prusse orientale, de Prusse occidentale et de Posnanie, 10 432 (6,7 %) des autres régions d’Allemagne et 2 701 (1,7 %) de l’étranger8. Par ailleurs, les données, certes parcellaires, dont nous disposons sur les parents des 41 membres mentionnés plus haut incitent à penser qu’ils n’étaient pas tous originaires des provinces d’Allemagne orientale. Si pas un des pères n’était de Gelsenkirchen, huit venaient des environs et dix d’Allemagne occidentale, alors que 23 avaient pour origine une localité d’Allemagne orientale. Quant à l’origine essentiellement mazure9 des membres fondateurs, tant de fois évoquée dans les présentations du club, elle est démentie par le fait que sur 51 d’entre eux, 29 étaient de confession catholique et seulement 22 de confession protestante10, une donnée d’autant plus révélatrice que Gelsenkirchen était en majorité protestante. Rappelons que les habitants de la Mazurie étaient en général protestants et, conformément à l’histoire de cette région, de tradition prussienne réformée11. Par conséquent, dans la première phase d’existence du club, si l’on en croit les données sur les origines parentales des membres, ils étaient bien, pour partie, issus de Mazurie, sans que l’on puisse parler d’une empreinte mazure prédominante. Enfin, parmi les membres précoces, une proportion significative d’immigrants polonais – leur installation dans la Ruhr datant surtout des années 1890 – n’a pu être mise en évidence.

  • 12 Agents de maîtrise, contremaîtres dans une mine, en allemand : Steiger, ndt.
  • 13 Il faut au moins relativiser l’idée d’une majorité de jeunes joueurs évoquée par Gehrmann, « Der F (...)

5Outre les origines des « fondateurs » du Westfalia Schalke, témoignant de liens déjà établis avec la région de Gelsenkirchen, leurs professions démontrent qu’ils relevaient d’une « élite » plutôt qualifiée au sein du milieu ouvrier de la Ruhr. Sur les 50 personnes dont on a pu déterminer le métier, 22 étaient mineurs – quatre d’entre eux ayant ensuite accédé à la catégorie, alors assez fermée, des porions12 –, seize étaient artisans, huit ouvriers (sans plus de précision), deux étaient employés de commerce et deux déjà établis à leur compte. En définitive, les fondateurs du Westfalia Schalke étaient donc des « immigrés de la 2e génération », à la situation professionnelle plutôt établie13.

  • 14 Siegfried Gehrmann, « Der FC Schalke 04 : Ein ›bürgerlicher‹ Arbeiterverein », in : Hans-Joachim T (...)
  • 15 Goch, Sozialdemokratische Arbeiterbewegung (note 7), pp. 105ss.
  • 16 Cf. Wilhelm Hermann, Gertrude Hermann, Die alten Zechen an der Ruhr, Königstein/Taunus, 1994 ; Joa (...)
  • 17 Voss, Spiegel, Seveneick, 100 Schalker Jahre (note 3), pp. 26ss.
  • 18 Röwekamp, Der Mythos lebt (note 3), pp. 55ss. ; Voss, Spiegel, Seveneick, 100 Schalker Jahre (note (...)

6L’appartenance à la petite bourgeoisie locale des membres du futur FC Schalke rend beaucoup moins surprenants qu’on ne l’a souvent dit, les efforts entrepris par le club pour être reconnu par l’aile « bourgeoise » des équipes de football, à savoir le WSV. Mais, pour ce dernier, le Westfalia Schalke, avec sa forte proportion de jeunes, manquait de solidité, si bien que l’accès lui fut refusé et qu’il ne put participer aux compétitions de la fédération. Comme beaucoup d’autres clubs plus ou moins structurés, il resta donc « hors-cadre » et joua contre d’autres clubs « hors-cadre » de la région. Eu égard à l’origine plutôt bourgeoise de ses premiers membres et à leurs conditions de vie relativement stables, par rapport à la masse des immigrants récents, l’histoire « hors-cadre » du Westfalia Schalke (pour qualifier l’absence d’appartenance à une fédération avec ses compétitions régulières) se prête mal à une quelconque mythification. Une telle lecture est d’autant plus malaisée que, dès la phase précoce de son développement, le football a dû porter la marque d’une culture « jeune », dépassant les milieux sociaux14. Mais alors qu’à l’époque de la fondation du club de Schalke, le taux de renouvellement de la main-d’œuvre avait souvent atteint les 100 % par an, entraînant d’incessants déménagements au sein ou entre les communes du nord de la Ruhr15, les jeunes membres de Schalke, descendants d’immigrés, s’étaient désormais « établis » dans leur commune et travaillaient régulièrement chez le même employeur. Ces nouveaux arrivants ne pouvaient, semble-t-il, pas (encore) être intégrés (durablement) dans l’organisation relativement stable que représentait un club de football. On ne saurait pourtant parler d’exclusivité bourgeoise, même si les piliers du club étaient à n’en pas douter plus « bourgeois » ou « petits-bourgeois » que le reste de la population de Gelsenkirchen. L’intégration des adhérents du futur FC Schalke dans l’économie et la société locales se manifesta aussi par l’attribution du poste de président à un cadre des mines « Consolidation »16 – une situation plutôt en vue à l’époque –, alors que le club cherchait à être reconnu et admis aux compétitions du WSV. En 1909, il réussit donc à se doter d’un président respectable, en la personne de Heinrich Hilgert, contrôleur des pesées à « Consolidation »17. Dès lors, la « bourgeoisie » n’occupa pas uniquement la direction du club – pendant la Première guerre mondiale, le poste revint à un employé de banque du nom de Robert Schuermann et, après son incorporation, à sa femme Christine –, mais la cooptation des « notables » de la petite bourgeoisie et des membres de la classe moyenne caractérisa aussi son administration. Cependant, malgré la nomination de Heinrich Hilgert, le WSV refusa à nouveau d’admettre les joueurs de Schalke et préconisa la fusion avec un club déjà existant qui, pensait-on, offrait l’avantage d’une structure plus solide. Finalement, en 1912, la société de gymnastique « Schalker Turnverein 1877 », dirigée par Fritz Udel (lui aussi employé des mines « Consolidation »), se déclara prête à intégrer le Westfalia Schalke, qui constituerait sa section de football. La même année, les footballeurs de Schalke furent enfin admis par le WSV. Mais leur participation aux championnats fut de courte durée. Dès le début de la Première Guerre mondiale, les activités du WSV furent presque interrompues, de nombreux joueurs ayant été appelés sous les drapeaux18.

L’ascension 1918-1930/31 : immigrants, ouvriers, premiers champions et public ouvrier

  • 19 17 noms furent mentionnés sur une plaque commémorative au stade « Glückauf-Kampfbahn », voir la pu (...)

7Parmi les membres fondateurs bien identifiés, 16 perdirent la vie ou furent portés disparus au cours de la Première Guerre mondiale19. Seuls dix membres du Westfalia Schalke de 1904 participèrent après-guerre aux activités du club, certains dans des fonctions administratives. Pour l’histoire du club, la guerre marqua donc une coupure très nette.

  • 20 Voir la présentation dans Goch, Sozialdemokratische Arbeiterbewegung (note 7), pp. 201-244.
  • 21 Joachim Wendt, Grundzüge der Geschichte des Deutschen Fußball-Bundes und des bürgerlichen deutsche (...)
  • 22 Fußball-Club Gelsenkirchen-Schalke 04 e.V., Festschrift, 1928, p. 9 ; Röwekamp, Der Mythos lebt (n (...)

8Une fois le conflit achevé et dans l’agitation révolutionnaire des premiers mois de la République de Weimar20, survivants et nouveaux adeptes du football se retrouvèrent au sein du Westfalia Schalke, refondé après sa séparation de la société de gymnastique, en 1915. Le premier match d’aprèsguerre fut disputé le 25 mai 1919. Il eut lieu à Mülheim, contre l’équipe du corps franc Hacketau. Cette première rencontre de l’entre-deux-guerres, contre des combattants des corps francs, fut interprétée comme un révélateur des tendances réactionnaires ou militaristes de l’équipe de Schalke21. Mais ce jugement doit être nuancé. De fait, d’autres clubs de la très « bourgeoise » DFB disputèrent des matchs contre les soldats des corps francs qui, bien que largement opposés à la démocratie, furent loin d’être rejetés par le camp politique de la bourgeoisie. Certes, pour ce qui est du Westfalia Schalke, un tel comportement ne témoigne pas précisément des options politiques de « gauche », dont on crédite généralement le monde ouvrier. En 1919, comme aucun local n’était disponible pour le club, ce dernier fut contraint de fusionner à nouveau avec la société de gymnastique « Schalker Turnverein 1877 ». En juillet 1919, les deux entités formèrent le « Turn-und Sportverein Schalke 1877 », qui comptait à peine quelques centaines d’adhérents et était membre du WSV. Si cette nouvelle union n’alla pas sans frictions, elle n’empêcha pas les footballeurs d’entamer leur ascension. Conformément au nouveau classement de la ligue, ces derniers ne cessèrent de progresser, jouant jusqu’en 1924 dans le cadre du club susmentionné22.

  • 23 Voir la liste dans Kreisel, 5 (1956), p. 11 ; Goch, Silberbach, Zwischen Blau und Weiß liegt Grau (...)
  • 24 Ce changement a souvent été négligé, voir Siegfried Gehrmann, « Football and Identity in the Ruhr  (...)
  • 25 Anecdote rapportée dans Koch, Die Königsblauen (note 9), p. 28 ; Voss, Spiegel, Seveneick, 100 Sch (...)

9De 1920 à 1924, sur vingt-et-un joueurs, tous considérés comme champions dans leur catégorie23, il a été possible de reconstituer vingt biographies. Certes, ces footballeurs étaient un peu plus jeunes que la génération des fondateurs, mais treize d’entre eux étaient encore nés dans les années 1890, les sept autres ayant vu le jour après 1900. La proportion des sportifs vivant depuis longtemps à Gelsenkirchen avait encore augmenté. Sur les dix-neuf joueurs dont a pu retrouver le lieu de naissance, quatorze étaient originaires de Gelsenkirchen, trois étaient des environs et deux étaient nés à l’est de la Prusse. Pour ce qui est de l’origine des pères, les provinces orientales occupaient à présent la première place, avec dix-sept pères sur vingt. Totalisant quatorze membres, la confession protestante était aussi majoritaire parmi les joueurs du début des années 1920, si bien que l’on peut cette fois supposer une origine mazure dominante (des pères), avec ses traits caractéristiques. En ce qui concerne l’activité professionnelle, la mine dominait : douze des vingt joueurs mentionnés étaient mineurs, trois travaillaient comme artisans, quatre étaient ouvriers, la profession du 20e restant inconnue. On constate donc un changement des structures sociales du club. Contrairement à la génération des fondateurs, membres de la petite bourgeoisie catholique, le club, ou du moins le cœur de l’équipe, étaient devenus plus protestants et plus mazures, tandis qu’ouvriers et mineurs étaient désormais majoritaires24. Mais, dans ces premières années de la République de Weimar, marquées par des conditions proches de la guerre civile et une situation de pénurie généralisée, les joueurs de l’équipe venaient toujours de familles installées de façon stable à Gelsenkirchen, travaillant régulièrement pour le même employeur et appartenant donc à une catégorie d’ouvriers plutôt établie. Alors que, dans le contexte d’une région industrielle en pleine effervescence sociale, une partie du monde ouvrier avait perdu tout contact avec l’Église et que d’autres familles ouvrières peinaient à trouver l’argent pour acheter les vêtements de communion de leurs enfants, il est révélateur que le futur champion Ernst Kuzorra ait pu gâter ses chaussures de confirmation, en jouant au football25.

  • 26 Eisenberg (éd.), Fußball, soccer, calcio (note 4), pp. 102ss. ; Eggers, « Die Anfänge des Fußballs (...)

10Les joueurs du club de Schalke enregistrèrent leurs premiers succès à l’époque de la diffusion rapide du football et de son ascension jusqu’à devenir un spectacle sportif de masse. En Allemagne, une part substantielle de cette évolution revenait aux militaires, le football ayant été introduit dès 1910 dans les plans de formation de l’armée. Pendant la guerre, le commandement avait aussi institué le football comme distraction et entraînement sportif, entre les combats, si bien que des millions d’hommes furent mis en contact avec ce sport, lequel y perdit ce qui lui restait d’exclusivité bourgeoise. Ainsi commença la marche triomphale du football, non pas comme « élément subversif contre le chauvinisme, le militarisme allemand et la manie germanique de l’autorité », non pas comme sport ouvrier correspondant à un mouvement politique, mais bien comme un sport de masse qui devait sa percée à l’intérêt que lui avait porté l’armée26.

  • 27 Eggers, « Die Anfänge des Fußballsports » (note 5), p. 70.
  • 28 Kaspar Maase, Wolfgang Kaschuba (éd.), Schund und Schönheit. Populäre Kultur um 1900, Cologne, 200 (...)
  • 29 Hering (éd.), Im Land der tausend Derbys (note 4), p. 73.
  • 30 Gerd Hauk, « Fußball, Eine ›proletarische Sportart‹ im Arbeiter-Turn- und Sportbund », in : Teichl (...)
  • 31 Eisenberg, « Vom ›Arbeiter-‹ zum ›Angestelltenfußball‹ ? » (note 26), pp. 21, 34, 38ss. Pour ce qu (...)

11C’est aussi pendant la République de Weimar que l’on assista à l’explosion du nombre de spectateurs. Dans la Ruhr, en raison de la structure sociale locale, l’afflux de nouveaux adeptes du football ne pouvait s’expliquer que par une adhésion massive du monde ouvrier27. Pourtant, sous la République de Weimar, l’ascension du football comme sport de masse n’était pas l’expression d’une conscience proprement prolétaire. Elle participait d’une culture des loisirs qui dépassait les limites sociales et dont les débuts remontaient aux dernières années de l’Empire. L’évolution (commerciale) du football en spectacle sportif de masse s’inscrivait dans le processus de constitution d’une culture populaire, indépendante des choix politiques et liée à la diminution du temps de travail et à son corollaire : l’augmentation du temps libre. Des tendances analogues pouvaient alors s’observer dans l’essor de nouveaux médias de masse comme le cinéma, la radio, les disques et les chansons à succès, la presse des petites annonces, les revues et les romans populaires bon marché28. Parmi la masse des spectateurs se trouvaient avant tout des ouvriers sans attaches sociales particulières, autrement dit tous ceux qui n’appartenaient pas au noyau des travailleurs culturellement et politiquement organisés. De par son fort investissement physique, le football correspondait au mode de vie ouvrier. Il faisait écho au travail physique et le complétait tout en répondant à la conscience corporelle des travailleurs et aux représentations viriles de l’endurance, de la force et de sa mise en œuvre29. À sa manière, le football constituait donc tout à la fois la reproduction et le supplément du quotidien ouvrier. Quant au mouvement ouvrier et à ses structures sportives, à l’époque de la République de Weimar, malgré leurs efforts pour constituer leurs propres équipes, ils ne purent établir de rapports fructueux avec le football. De plus, au-delà de l’engagement politique espéré, l’idée même de compétition leur posait un problème30. Pour un petit nombre d’ouvriers, le football représentait une chance d’ascension sociale par la performance sportive. Il ne faut pas non plus sous-estimer la valeur des primes, aussi modestes fussent-elles, ni celle des repas chauds, servis après l’entraînement, dans les locaux du club (pour ce qui est de Schalke, chez la « mère Thiemeyer »). Autant de gratifications appréciables pour les joueurs, à la fin des années 1920 et dans les années 1930, avec un taux de chômage atteignant jusqu’à 30 %, à Schalke, du fait la crise mondiale, et un chômage partiel frappant durement ceux qui avaient encore un emploi. Mais plus importantes encore étaient les relations pour obtenir un emploi stable, voire le capital nécessaire à l’ouverture du débit de tabac ou du bistrot tant espérés. Et si rien de tout cela n’advenait, la seule réputation d’un bon joueur de football représentait un atout appréciable en ces temps de tourmentes économiques31.

12Les conditions de vie plutôt chaotiques et les âpres luttes politiques, qui n’épargnèrent pas Gelsenkirchen, n’eurent pas d’influence durable sur les activités sportives des footballeurs du club de Schalke. Ainsi, la radicalisation politique qui marqua le milieu ouvrier de Gelsenkirchen – les communistes prirent la tête du mouvement ouvrier et l’extrême gauche fut parfois majoritaire dans les conseils d’entreprise des mines locales – ne se reflète guère, à quelques rares exceptions près, dans les biographies documentées des footballeurs de Schalke. En ces temps politiques troublés et dans des conditions de grande pénurie matérielle, les adhérents se préoccupaient avant tout de sport et d’affaires concernant le club.

  • 32 Fußball-Club Gelsenkirchen-Schalke 04 e.V., Festschrift, 1928, p. 9 ; Röwekamp, Der Mythos lebt (n (...)

13Au milieu de la saison 1923/24, une nouvelle scission intervint entre les gymnastes et les footballeurs. La rupture eut lieu le 5 janvier 1924. Sous la présidence de l’ancien dirigeant du club commun, le « fonctionnaire des mines » Fritz Unkel, les footballeurs fondèrent le « Fußballklub Schalke 04 e.V. ». Évoquant l’année 1904, le nom se réclamait de l’héritage des joueurs du vieux Westfalia Schalke32. Le fait que la démarche des footballeurs fût alors suivie par une personnalité de la stature de Fritz Unkel – déjà âgé de 57 ans, cet employé de longue date de la mine « Consolidation » et fils de son premier directeur, avait été membre de l’ancienne société de gymnastique – démontre assez le degré d’intégration du football et du club, dont les membres étaient à présent respectés comme sportifs et citoyens de Schalke.

  • 33 Röwekamp, Der Mythos lebt (note 3), pp. 71, 362.
  • 34 Ibid. ; Fiesseler, 100 Jahre Fußball in Nordrhein-Westfalen (note 18), p. 89.
  • 35 Voir leur composition dans Kreisel, 5 (1956), p. 11 ; Goch, Silberbach, Zwischen Blau und Weiß lie (...)
  • 36 Ce changement n’est souvent pas suffisamment pris en compte. Voir Gehrmann, « Es war nicht nur Sch (...)
  • 37 Hartmut Hering, « Legenden in Blau und Weiß, Ausnahmeerscheinung FC Schalke 04 », in : Id. (éd.), (...)
  • 38 Ibid., p. 150, 153ss.
  • 39 Lindner, Breuer, « Sind doch nicht alles Beckenbauers » (note 1), p. 52.

14Sur le plan sportif, l’équipe continua de progresser. Au cours de la saison 1924/25, le FC Schalke 04, se classa premier de la ligue du district d’Emscher (Emscherkreis-Liga) et obtint les titres de champion de la Ruhr et de champion d’Allemagne occidentale des ligues de district (Ruhrgaumeister und Westdeutschen Meister der Kreisligen). Mais en raison de l’interdiction du passage en division supérieure, édictée en 1923 par le WSV, le FC Schalke ne put fêter son entrée attendue dans la ligue régionale de la Ruhr. À Schalke, comme ailleurs, cette interdiction fut ressentie comme une mesure destinée à protéger les anciens clubs bourgeois du WSV au détriment des clubs ouvriers, alors en pleine ascension. Avivées par le souvenir du premier refus du WSV d’admettre les joueurs de Schalke en son sein, cette distance et cette discrimination, vécues comme une injustice, incitèrent joueurs et supporters à se forger une image de club ouvrier qui voulait et devait s’affirmer dans un environnement bourgeois, étant entendu que le qualificatif d’ouvrier se réfère ici plus à une origine sociale qu’à un mouvement politique33. Finalement, l’admission dans la ligue de la Ruhr, première ligue régionale, intervint au cours de la saison suivante. En 1926/27, soit dès sa première saison en division régionale, le club de Schalke remporta le championnat de la Ruhr (Ruhrgau-Meisterschaft). Sa victoire lui permit de disputer le championnat d’Allemagne occidentale (Westdeutschen Meisterschaft), où il remporta la seconde place. Sa performance lui donna même la possibilité de participer au championnat national (Deutsche Meisterschaft), mais les joueurs de Schalke furent éliminés dès les qualifications. En 1929, le club remporta pour la première fois le championnat d’Allemagne occidentale et renouvela ce succès en 193034. Ce furent en tout 33 joueurs qui furent sélectionnés pour participer aux différentes finales35, marquant l’ascension et les succès du club jusqu’en 1930. Nous disposons d’informations biographiques détaillées sur 31 d’entre eux. Ces joueurs présentent un profil social analogue à ceux de la première moitié des années 1920. Avec dix hommes, les mineurs constituent le premier groupe. On compte ensuite neuf artisans (certains travaillant pour la mine), six ouvriers, quatre employés et un commerçant (la profession du dernier homme nous est inconnue). Remarquons que la proportion de joueurs occupant des emplois plus qualifiés a augmenté, pour atteindre presque les 50 %. Il ne faut toutefois pas surestimer la valeur informative des données professionnelles quant au milieu social des joueurs. Eu égard à la commercialisation et à la professionnalisation croissante du football, il se pourrait que nombre d’entre eux aient été à l’origine des ouvriers, avant l’obtention de postes de faveur qui, en les attachant au club, leur laissaient en outre le loisir de s’entraîner et de disputer des matchs36. Avec une continuité et une stabilité démographique croissante, les joueurs étaient dans leur grande majorité nés à Gelsenkirchen. Sur 31 d’entre eux, 25 avaient vu le jour dans la commune, trois étaient des environs, un d’Allemagne occidentale et seulement deux des provinces de l’Est. Il est vrai que leurs pères étaient encore des provinces orientales pour dix-huit d’entre eux contre un né à Gelsenkirchen, sept des environs et quatre d’Allemagne occidentale. Pour ce qui est de la religion, dix-huit des footballeurs étaient protestants pour treize catholiques, si bien qu’on peut toujours supposer des origines mazures chez certains d’entre eux. Remarquons qu’en moyenne les joueurs étaient assez âgés : huit étaient nés entre 1895 et 1899, douze dans les cinq années suivantes, neuf entre 1904 et 1909, alors que les deux plus jeunes étaient nés entre 1910 et 1914. Les footballeurs demeuraient en général fidèles à leurs origines. Ils continuaient à habiter dans leur quartier, restaient des collègues de travail et des voisins, dont le succès, certes enviable, ne dépassait pas certaines limites. Supporters, spectateurs et joueurs formaient une même communauté. La jalousie suscitée par les privilèges des footballeurs pouvait être d’autant mieux contenue que, dans le cas du FC Schalke, ces derniers alignaient de bonnes performances à chaque fin de semaine, en remportant victoire sur victoire37. De plus, leur technique fascinait littéralement les spectateurs. Avec leur jeu de passe au ras du sol et leur légendaire « toupie de Schalke » (« Schalker Kreisel »), ils étaient nettement supérieurs à leurs adversaires des années 1920 et 1930 et la question fut longtemps de savoir où s’arrêterait leur ascension38. La « toupie de Schalke » reposait sur un jeu collectif sans faille, et leur conscience de former une équipe s’en trouva encore renforcée, même si, avec le recul, il faut bien admettre que Fritz Szepan et Ernst Kuzorra furent particulièrement mis en avant. La communauté du FC Schalke 04 se vivait (et se fêtait) de bien des manières, en compagnie du président Unkel, surnommé « papa », au restaurant du club tenu par la « mère » Thiemeyer, et le sentiment d’appartenir à une grande famille était d’autant plus grand que Szepan et Kuzorra étaient parents par alliance. Relativement homogène du point de vue économique et social, mais, en ces temps difficiles, singulièrement fragmentée en termes de des parcours personnels, de confessions et de choix politiques, la population ouvrière de la Ruhr pouvait satisfaire ici son aspiration à l’harmonie. Dans les dernières années de la République de Weimar, l’enthousiasme pour l’équipe de Schalke était un facteur d’intégration et permettait au spectateur d’oublier un instant sa descente dans l’échelle sociale et politique, alors que le chômage frappait durement la Ruhr39.

  • 40 Composé de Glück (chance) et de auf (pour), ce salut avait aussi une valeur conjuratoire, ndt.
  • 41 Gehrmann, Fußball, Vereine, Politik (note 3), p. 106 ; Siegfried Gehrmann, « Der FC Schalke 04. Ei (...)
  • 42 Cf. Peter Konzen, Fünfzig Jahre FC Schalke 04, Gelsenkirchen, 1954, p. 55 ; Goch, « Stadt, Fußball (...)

15Bénéficiant de la commercialisation et de la professionnalisation du football, les joueurs de Schalke n’occupaient plus leur poste de travail que de façon épisodique, mais restaient majoritairement issus du milieu ouvrier local ou régional. Ainsi put naître le mythe du club ouvrier ayant réussi, à force de performances sportives, à imposer une équipe de prolétaires dans un sport bourgeois et contre des clubs de « chaussures vernies ». Le milieu ouvrier de la Ruhr put d’autant mieux s’identifier à ces joueurs de football qu’ils étaient parvenus, en tant qu’ouvriers (ou prétendus tels), à se faire reconnaître et célébrer par la bourgeoisie, allant jusqu’à battre – souvent sans appel, mais toujours avec élégance – des adversaires « bourgeois »40. Le mythe fut encore renforcé par la volonté du FC Schalke 04 de se présenter comme le club des « Knappen » (jeunes mineurs qualifiés) et l’idée (somme toute flatteuse) qu’en raison de ses origines prolétaires, le club était systématiquement défavorisé par les instances du football. C’est ainsi que fut interprétée l’interdiction, en 1930, des principaux joueurs pour non-respect du principe d’amateurisme mais aussi le veto opposé dans les années 1920 à la montée en division régionale ou encore nombre d’arbitrages de match, toujours sujets à contestations. Remarquons que la dénomination « Knappen » donnait une vision embellie de la réalité, puisque ce terme qualifiait les travailleurs des mines de l’époque préindustrielle, lesquels étaient devenus de simples prolétaires depuis la libéralisation des activités minières, dans la seconde moitié du XIXe siècle. En dépit de la régulation du secteur minier par l’État, les mineurs des années 1920 étaient bien des travailleurs « comme les autres » et n’avaient plus rien de commun avec les « Knappen » privilégiés des exploitations préindustrielles. Mais au-delà de toute volonté d’embellissement, le FC Schalke 04 entretenait bien des liens étroits avec la mine Consolidation. C’est là que travaillait le directeur et aussi plusieurs joueurs, au moins de façon temporaire. La mine mettait des terrains d’entraînement et de jeu à la disposition du club. Elle apporta aussi son soutien à la construction d’un stade en louant au FC Schalke le terrain nécessaire et mit son équipe de construction à disposition pour l’achèvement du chantier. En adoptant le nom de « Glückauf-Kampfbahn », l’assemblée des membres du club faisait directement référence au salut traditionnel des mineurs (Glückauf !)41 et aux liens avec l’industrie locale et avec la mine42. Ce nom accompagna dès lors le club tout au long de son histoire.

  • 43 À propos du débat sur le principe d’amateurisme et le professionnalisme, voir Eggers, « ›Berufsspi (...)
  • 44 Eggers, « Die Anfänge des Fußballsports » (note 5), pp. 166ss. ; Röwekamp, Der Mythos lebt (note 3 (...)
  • 45 Voss, Spiegel, Seveneick, 100 Schalker Jahre (note 3), pp. 90ss. ; Konzen, Fünfzig Jahre FC Schalk (...)
  • 46 Voss, Spiegel, Seveneick, 100 Schalker Jahre (note 3), pp. 94-97 ; Schulze-Marmeling, Der gezähmte (...)
  • 47 Röwekamp, Der Mythos lebt (note 3), pp. 15, 86, 90.

16Déjà évoquée plus haut, l’interdiction de 1930 fut déterminante pour asseoir le mythe de l’équipe de football ouvrière de Schalke. Le football allemand vivait sous la loi du « principe d’amateurisme »43. Celui-ci remontait à l’époque pionnière, où personne ne dépendait encore des recettes générées par le sport. Ce principe fut contourné à l’envi par les équipes les plus en vue et leurs joueurs se virent accorder divers types de subventions. Des primes financières étaient même versées en cas de changement d’équipe. Sur fond de querelles à propos de ce principe d’amateurisme – de nombreux manquements avaient été constatés alors que clubs et joueurs n’avaient écopé que de simples pénalités – les autorités du football voulurent faire un exemple. En définitive, ce fut le FC Schalke 04 qui, à l’été 1930, fut sanctionné pour violation du principe d’amateurisme : quatorze joueurs furent interdits et huit membres de la direction du club exclus du WSV. Dans le même temps, d’autres équipes (plutôt « bourgeoises ») échappèrent aux sanctions. Encore considérée aujourd’hui comme une injustice commise à l’endroit du football populaire par les autorités sportives, cette interdiction de 1930 est devenue un élément d’indentification du club et de ses supporters44. Le souvenir de l’événement a acquis une dimension émotionnelle supplémentaire du fait de la mort tragique du trésorier du club, Willi Nier. Cet employé de commerce à la mine « Consolidation » avait couvert certains versements par des artifices comptables. Préférant éviter la honte d’une condamnation, il s’était donné la mort en se jetant dans le canal Rhin-Herne. Son enterrement se transforma en manifestation de sympathie pour le club et de protestation contre le jugement « inique » de la fédération45. Le 1er juin 1931, après la levée partielle des sanctions, 70 000 spectateurs vinrent assister au premier match des joueurs graciés. Si cette affluence record – le stade « Glückauf-Kampfbahn » offrait alors 34 000 places – illustrait le nombre considérable des supporters du FC Schalke, elle traduisait aussi le soutien d’une grande partie de la population aux « présumés » fautifs considérés, depuis cette affaire, comme les victimes de fonctionnaires du sport « bourgeois »46. Ne serait-ce que par son retentissement massif, le scandale de la violation du principe d’amateurisme ancra le FC Schalke 04 et ses adhérents dans leur image de « mouton noir »47, de club ouvrier éternellement désavantagé et en lutte pour la justice.

Une « grande époque », 1933-1945 : des champions dans la communauté nationale-socialiste du peuple

  • 48 Voir les études antérieures de Hajo Bernett, « Der deutsche Sport im Jahre 1933 », in : Stadion, 7 (...)
  • 49 Goch, Silberbach, Zwischen Blau und Weiß liegt Grau (note 2), pp. 65-77.
  • 50 Röwekamp, Der Mythos lebt (note 3), p. 99 ; Gehrmann, Fußball, Vereine, Politik (note 3), pp. 377s (...)

17L’accession au pouvoir des nationaux-socialistes, le 30 janvier 1933, fut suivie d’une « mise au pas » largement consentante du sport. Tandis que le mouvement sportif ouvrier fut démantelé puis interdit, le sport d’orientation bourgeoise opéra sa (propre) mise au pas, avec l’aide de nombreux représentants des fédérations – souvent issus du DFB et du WSV (Fédération de Rhénanie-Westphalie) – et subit une réorganisation et une centralisation au sein du Deutscher Reichsbund für Leibesübungen ou DRL (Union du Reich allemand pour les exercices physiques), placé, conformément au Führerprinzip (principe du chef), sous l’égide d’un Reichssportführer (chef du sport pour le Reich). Le DFB s’intégra dans les nouvelles structures sportives en témoignant d’une remarquable continuité de son personnel. Le Reichssportsamt (Office du Reich pour le sport), avec à sa tête le Reichssportführer, était divisé en 15 services spécialisés dont un pour le football. Le DFB fut maintenu de façon purement formelle afin d’assurer le bon déroulement des relations sportives internationales. Par le décret du 21 décembre 1938, le DRL, organe central des fédérations sportives « mises au pas », fut transformé en Nationalsozialistischen Reichsbund für Leibesübungen ou NSRL (Union nationale-socialiste du Reich pour les exercices physiques), et devint ainsi une organisation directement « encadrée » par le NSDAP48. Le FC Schalke 04 aussi s’adapta. Ses membres juifs abandonnèrent toutes leurs fonctions et le FC Schalke se conforma aux règles de réorganisation, suivant le Führerprinzip, en nommant un Vereinsführer (führer du club) en la personne de Fritz Unkel, lequel avait déjà quitté ses fonctions à la mine en raison de son âge avancé. Les sportifs eux-mêmes ressentirent à peine la prise de pouvoir par les nazis comme une coupure. À l’évidence, leur conscience politique était trop peu développée. Avant tout préoccupés par le chômage de masse et la situation sociale misérable des habitants de Gelsenkirchen, ils étaient trop heureux de bénéficier des avantages offerts par le FC Schalke 0449. Partout, la fédération régionale ou Landesverband fut remplacée par celle du Gau (province), conformément au découpage administratif nazi. Dès lors, les rencontres se disputèrent au sein d’une Gauliga (ligue provinciale). L’équipe de Schalke devint d’emblée championne de la Gauliga Westfalen (ligue provinciale de Westphalie) et le resta jusqu’en 1944, date d’interruption des championnats. Le FC Gelsenkirchen-Schalke s’imposa aussi dans le championnat d’Allemagne et remporta son premier titre national en 1934. Au regard de l’ascension continuelle des années précédentes, ce résultat n’était pas vraiment une surprise. Les joueurs de l’équipe comptaient certainement parmi les favoris pour le titre de champions d’Allemagne. Pour ce qui est de leurs origines, ils étaient définitivement les représentants de leur quartier, de leur ville et de leur région, et leur retour de Berlin se transforma en une marche triomphale50. Au cours du « troisième Reich » et jusqu’aux premières années de guerre, le FC Schalke domina le football national. Ses joueurs remportèrent le championnat en 1935, 1937, 1939, 1940 et 1942 et en 1937, furent aussi vainqueurs de la coupe. À chaque saison, de 1934 à 1942, l’équipe participa au moins à une finale de coupe ou de championnat.

  • 51 Voir la composition dans Kreisel, 5 (1956), p. 11 ; Goch, Silberbach, Zwischen Blau und Weiß liegt (...)

18Pendant cette « grande époque », elle manifesta une étonnante stabilité dans sa composition, une situation qu’il convient de mettre en rapport avec la nature du football dans les années 1930 et 1940. À cette époque, les joueurs pouvaient en effet exercer leur art jusqu’à un âge avancé. Les équipes des championnats de 1934, 1935, 1937, 1940 et 1942 ainsi que celle de la coupe de 1937, rassemblaient 23 joueurs. Ces derniers pouvaient vraiment être considérés comme le noyau de l’équipe de football de Schalke51. Conformément à la stabilité évoquée plus haut, ils étaient relativement âgés : quatorze d’entre eux étaient nés avant la Première Guerre mondiale et, parmi eux, la moitié avait vu le jour avant 1910. Ils étaient à 50 % fils d’immigrants : huit de leurs pères étaient originaires des provinces d’Allemagne orientale, trois de Gelsenkirchen même et douze des environs de la ville. La répartition confessionnelle était conforme à ces origines. Sur les 21 joueurs dont on connaît la confession, douze étaient alors protestants et neuf catholiques, autrement dit, d’origine autre que mazure. Remarquons que trois des douze protestants, peu attachés à leur religion, abandonnèrent leur confession d’origine sous le « Troisième Reich » et furent dès lors enregistrés comme « gottgläubig » (croyants). Aucun des joueurs n’était lui-même immigrant. Sur les 23 membres considérés, quinze étaient nés à Gelsenkirchen et huit étaient originaire de la région. Leur forte implantation locale était nécessairement liée à la stabilité de leurs relations sociales à Schalke comme dans les environs. Le caractère socialement établi, autrement dit l’ascension sociale de ces fils d’immigrants et d’ouvriers, se retrouve à travers la répartition des métiers. On a pu recenser neuf artisans, dont certains étaient employés à la mine, cinq ouvriers (sans autres indications) et employés, un fonctionnaire, deux indépendants et pas un seul mineur. Signalons que la profession d’un des joueurs reste inconnue.

  • 52 Cette tendance – l’appartenance au monde ouvrier y étant particulièrement soulignée – est aussi ma (...)

19Dans la phase préparatoire aux finales des championnats, de nombreux joueurs contribuaient aussi au succès de l’équipe. Ainsi, à côté des stars, qui disputaient les finales devant le public des grands jours, toute une série de joueurs, pour l’essentiel plus jeunes, exerçait leurs talents. Ces footballeurs étaient engagés dans les rencontres de ligue et les multiples matchs annexes, rencontres privées et rémunératrices (surnommées en allemand « Brot-und Butter Spiele » ou « rencontres pain-beurre »). En raison du partage des recettes, ces matchs rapportaient beaucoup d’argent au club, des revenus qui rendaient moins nécessaire la présence d’un grand nombre de spectateurs aux rencontres obligatoires, d’autant que la supériorité du FC Schalke était écrasante. Ainsi, une partie des rencontres régulières étaient-elles disputées par des équipes de réserve ou réduites, composés de remplaçants sélectionnés parmi les plus jeunes ou les « vieux briscards ». Les jeunes joueurs occupèrent aussi les places laissées vacantes par le service armé pendant la Seconde Guerre mondiale. Mais, sous le « Troisième Reich », qu’il s’agisse des matchs décisifs de championnat ou de coupe, ou retrouvait toujours le même groupe restreint de joueurs. En prenant en compte le cercle plus large des joueurs engagés de 1932 à 1944 dans les équipes disputant les rencontres locales et provinciales (Gau), en plus des championnats régionaux d’Allemagne occidentale ou des championnats nationaux, on aboutit à un effectif de 55 footballeurs dont le profil social reste très similaire. Ainsi, le groupe ne compte-t-il que trois mineurs. L’examen de l’encadrement des joueurs au sens large montre aussi que les membres actifs du club appartenaient à la catégorie des citoyens établis de la « petite-bourgeoise » de Schalke52.

  • 53 Voir la vision très anthropologique de Toni R. Meissner, Der politisierte Sport und seine Fachpres (...)
  • 54 Ibid., pp. 1 et 3, à propos de la politisation du sport et de sa subordination à des buts extérieu (...)

20Quand les nazis arrivèrent au pouvoir, le football était déjà un spectacle sportif de masse, si bien que les nouveaux dirigeants, soucieux d’imprégner politiquement la société, s’impliquèrent nécessairement dans ce domaine de la vie sociale. L’effet intégrateur du sport, au-delà des cadres sociopolitiques, et sa force de « catalyseur d’une communauté »53 ainsi que l’enthousiasme pour le football furent instrumentalisés par les nationaux-socialistes pour propager leur conception de la communauté nationale54. En définitive, le brillant FC Schalke 04, (prétendument) issu du monde ouvrier, et qui s’était donné l’image d’une équipe de « Knappen », se prêtait bien à la mise en scène et à la propagande pour la prétendue communauté nationale-socialiste du peuple allemand. Pour ce qui est du comportement des principaux acteurs du FC Schalke 04 sous le « Troisième Reich », on constate dans l’ensemble un positionnement largement apolitique, n’aboutissant qu’à de très rares oppositions, à la faveur d’interventions potentiellement manipulatrices du pouvoir dans le déroulement de la vie sportive. Sinon, on s’adapta, on se laissa fêter en héros en servant ici ou là de faire valoir aux dirigeants. Ainsi, les acteurs du club de Schalke, le sport restant leur principale préoccupation, purent-ils être instrumentalisés par le « Troisième Reich » et les nazis. L’attitude apolitique de nombreux joueurs et cadres du FC Schalke 04 aboutit à les priver des outils intellectuels pour juger de la véritable nature du national-socialisme : une idéologie qui méprisait l’homme et un système politique criminel. Remarquons que la conscience socio-politique des membres du club s’inscrivait dans le courant général de la mentalité petite-bourgeoise du temps : une conception de la société on ne peut plus nationale et fort peu démocratique. Les idées socio-politiques et les modèles de comportement des footballeurs du FC Schalke correspondaient bien à leurs origines et à leur position sociale, au sein d’un milieu ouvrier relativement établi et sans liens sociaux ou politiques avec le mouvement ouvrier. De plus, pour nombre de sportifs, le succès de leurs activités représentait un moyen d’assurer leur existence matérielle dans une période de crise et la chance d’obtenir une ascension socio-économique et l’accès reconnu à une vie « bourgeoise ». À ce titre, le club et ses membres n’étaient ni meilleurs ni pires que le reste des Allemands ou de la population locale. Le FC Schalke ne comptait pas de nazis convaincus et encore moins de partisans actifs ou fanatiques du nazisme. Mais on n’y recensa pas plus de résistants et presque aucun acte d’opposition démontré. L’éventualité même d’une utilisation abusive du club à des fins politiques ou la possibilité de son instrumentalisation pour des objectifs étrangers au sport furent rarement identifiées et, dans le cas contraire, on ne fit rien pour s’y opposer. L’attitude plutôt apolitique de la population masqua, au moins partiellement, le caractère criminel du régime nazi, qu’il eût été facile de reconnaître en y regardant de plus près.

Dans la ligue d’Allemagne occidentale jusqu’en 1963 : de petites gens au sein de la société locale

  • 55 Goch, Silberbach, Zwischen Blau und Weiß liegt Grau (note 2), pp. 94-98.

21Après la libération du national-socialisme, le football ne tarda pas à reprendre sa place au sein de la société ouest-allemande d’après-guerre et les autorités d’occupation britanniques autorisèrent rapidement la reconstitution des clubs, si bien que les rencontres ne tardèrent pas à reprendre. Faisant partie des rares distractions et moyens d’évasion dans un quotidien difficile, le football amena à nouveau de nombreux spectateurs dans les stades sommairement remis en état. Le FC Schalke 04 fut lui aussi refondé et autorisé. Ce faisant, il témoigna d’une grande continuité de ses adhérents, même si le club se dota provisoirement d’un président juif, en la personne d’un médecin et entrepreneur qui avait appartenu à la résistance aux Pays-Bas. Ce dernier n’était en rien un homme de paille, sa position de membre de l’union du patronat local lui permettant d’apporter de nouveaux soutiens au club. Mais, les notables locaux ayant décidé de reprendre la direction du club, il ne resta en poste qu’une année. Dans les dernières années du « Troisième Reich », le renouvellement naturel des joueurs n’avait pas pu s’opérer, si bien qu’au sein des équipes, les anciens footballeurs étaient toujours actifs, à l’exception bien sûr des victimes de guerre et des prisonniers. À cette époque, dans la Ruhr et les régions avoisinantes, on disputa de multiples rencontres surnommées « Kalorienspiele » (matchs pour les calories) qui permettaient de gagner des denrées alimentaires. Le FC Schalke 04, dont les anciennes stars étaient partout appréciées, remporta nombre de ces rencontres « caloriques »55.

  • 56 Fiesseler, 100 Jahre Fußball in Nordrhein-Westfalen (note 18), p. 220 ; Wick, Fiesseler, 100 Jahre (...)
  • 57 Lindner, Breuer, « Sind doch nicht alles Beckenbauers » (note 1), pp. 61-65 ; Hartmut Hering, « Mi (...)

22Après la tenue initiale des championnats dans le cadre des anciennes ligues provinciales (Gau), la restructuration des ligues aboutit à réviser l’organisation des rencontres. Le 14 septembre 1947, la première division de football d’Allemagne occidentale vit le jour, sous le nom d’Oberliga West. Au sein de la nouvelle ligue, où régnaient les équipes de la Ruhr, désormais dominée par l’industrie lourde, les footballeurs du FC Schalke perdirent leur position de leaders incontestés. Sur le plan sportif, il leur était impossible de renouer avec leurs succès antérieurs. Les piliers de l’équipe avaient vieilli, la relève se faisait attendre et l’on n’avait pas suffisamment fait appel aux talents des équipes voisines. Le FC Schalke 04 parvint cependant à décrocher le titre de champion de l’Oberliga West en 1951 et 195856. Sans que les joueurs de Schalke ne fussent particulièrement brillants (au moins jusqu’en 1958), les équipes de la Ruhr assurèrent l’essentiel des événements en matière de football, une situation qui ne manqua pas d’accroître la réputation du football ouvrier comme style de jeu propre à la région, ce cœur industriel de l’Allemagne de l’Ouest, toujours fortement marqué par sa population laborieuse. On y retrouvait les clubs soutenus par une mine ou un grand établissement industriel, où se nouaient des liens entre les ouvriers, les joueurs et l’entreprise. Les habitants considéraient les footballeurs comme faisant partie « des leurs », même s’ils bénéficiaient de privilèges afin de pouvoir exercer leur sport. Les joueurs continuaient à loger dans leur quartier, où se recrutait aussi l’essentiel des supporters des clubs57.

  • 58 Eisenberg (éd.), Fußball, soccer, calcio (note 4), p. 115.
  • 59 Hartmut Hering, « Die große Zeit des Westens, Nachkriegszeit und Oberliga West », in : Id. (éd.), (...)
  • 60 Ralf Piorr (éd.), Der Pott ist rund, Das Lexikon des Revier-Fußballs. Die Chronik 1945 bis 2005, E (...)

23Au sortir du national-socialisme, les employés étaient majoritaires parmi les footballeurs d’Allemagne de l’Ouest, et ce dans des proportions supérieures à leur représentation au sein de la population totale. Il apparaît toutefois qu’à l’époque la moitié des footballeurs déclara exercer un métier d’ouvrier58. Par ailleurs, le conflit à propos de la professionnalisation et du principe d’amateurisme reprit de plus belle au sein des clubs et parmi les joueurs. Comme les spectateurs souhaitaient assister à de bons matchs, il fallait multiplier les entraînements. Les clubs avaient besoin de nouvelles rentrées et les joueurs souhaitaient aussi en bénéficier. Dans ces conditions et en dépit du maintien du principe d’amateurisme, les footballeurs n’étaient plus en mesure de poursuivre une activité professionnelle régulière et suffisamment rémunératrice. Le débat se conclut par un accord sur un professionnalisme limité, qui prévoyait pour le joueur sous contrat un revenu plafonné (en plus de son activité professionnelle)59. Les joueurs se mirent à nouveau en quête d’emplois suffisamment attractifs et d’un capital de départ pour se construire une existence indépendante. Berni Klodt, capitaine de l’équipe championne de 1958, possédait ainsi un café près du marché de Schalke. Mais pour l’époque de l’Oberliga West, du fait des nouvelles conditions économiques et de données professionnelles peu parlantes, il devient difficile de faire un examen systématique des carrières et de la situation matérielle des joueurs du FC Schalke (ou des autres clubs). Les joueurs étaient de plus en plus nombreux à ne pas venir du quartier de Schalke, ni même de la ville de Gelsenkirchen. Les changements de club devenaient de plus en plus fréquents, tout comme les changements de métier, liés à la rémunération (supplémentaire) censée favoriser le maintien ou, à l’inverse, le débauchage d’un joueur. En raison des multiples formes d’avantages matériels accordés aux joueurs, souvent en violation des règles, il est quasiment impossible de collecter des informations univoques sur la façon dont on constituait les équipes. Au cours des sept championnats allemands disputés par le FC Schalke 04 en 1958, l’âge moyen de la jeune équipe du club était de 22 ans et demi. Seul Berni Klodt, qui marqua deux buts au cours de la finale contre le Hamburger SV (score 3 buts à 0), avait eu l’occasion de jouer aux côtés d’Ernst Kuzorra et de Fritz Szepan. En vérité, cette équipe fut la dernière du FC Schalke 04 à être issue d’un travail de promotion de jeunes joueurs du cru ou d’équipes voisines, pour l’essentiel, de la région de Gelsenkirchen. Elle comptait encore dans ses rangs un mineur de métier, en la personne de Willi Koslowski60. Le début de la crise du charbon – 1958 marqua l’apparition du chômage partiel – sonna le glas de l’époque des joueurs de compétition du FC Schalke, directement originaires du monde ouvrier.

  • 61 Pyta (éd.), Der lange Weg zur Bundesliga (note 4), pp. 1ss.
  • 62 Ralf Piorr, Thomas Tartemann, « Tradition schießt keine Tore, Fußball im Hinterhof der Großen », i (...)

24Les ouvriers représentaient toutefois la grande majorité des spectateurs et, en République Fédérale, il fallut attendre un certain temps avant de voir la passion du football gagner les classes bourgeoises plus instruites61. Quant à Gelsenkirchen, elle resta longtemps une ville marquée par sa population ouvrière. Après le national-socialisme, la fragmentation du milieu ouvrier avait à nouveau régressé et le football, pouvait, mieux encore qu’au cours de l’entre-deux-guerres, devenir un objet d’identification, au-delà des visions divergentes du monde. La perpétuation jusqu’à aujourd’hui du mythe d’un football ouvrier doit aussi beaucoup à l’image nostalgique du lien qui unissait à l’époque footballeurs et spectateurs : collègues de travail et voisins étaient et restaient de la partie. Même si cet enracinement dans le monde ouvrier local et régional avait ses limites, parmi les joueurs et les responsables du club demeurait toute une série de figures, de « modèles » incarnant ce souvenir. Le début de la crise du charbon initia le déclin des clubs des mines et de ceux que finançaient les grandes industries locales, toutes ces équipes auxquelles tenait tant la population du cru. Cette chute était certes partiellement due au soutien matériel défaillant des grandes compagnies minières. Mais il fallait aussi tenir compte des changements intervenus parmi les amateurs, qui se réclamaient volontiers d’une certaine nostalgie. Après le miracle économique de l’après-guerre, le football n’était plus la seule distraction ni le seul loisir possible. Le monde ouvrier évoluait. La proportion d’employés augmentait tandis que les changements socioéconomiques provoquaient un brassage de la population et que la société de consommation naissante offrait de nouvelles possibilités et éveillait de nouveaux besoins. En définitive, professionnalisation et commercialisation du football aboutirent à des échanges plus rapides de joueurs, lesquels ne jouissait plus d’une proximité aussi grande avec leurs supporters. Ni les rentrées traditionnelles, ni les recettes des matchs ne suffisaient à assurer le maintien des clubs dans le « commerce du football » et ceux-ci avaient besoin de structures indépendantes pour assurer leur cohésion. De plus, après l’institution de la Bundesliga, l’intérêt des spectateurs et des médias se concentra sur les équipes de première division. Dans ce processus de transformation du football ouest-allemand et de déclin des clubs du bassin minier, le FC Schalke 04, avec son passé victorieux, sa réputation et son mythe favorable à l’identification, parvint toutefois à se maintenir et à trouver de nouveaux soutiens62.

Dans la Bundesliga de 1963 à 1994 : hauts et bas dans la région de la Ruhr

  • 63 C’est aussi avant tout la « vente des joueurs allemands » sur le marché international du football (...)
  • 64 Stefan Goch, Eine Region im Kampf mit dem Strukturwandel, Strukturpolitik und Bewältigung von Stru (...)

25Après des décennies de débat autour du principe d’amateurisme, le 15e congrès fédéral du DFB décida le 28 juin 1962 de créer une ligue nationale rassemblant des joueurs licenciés et rémunérés63. L’introduction du football professionnel coïncida avec d’importants changements socioéconomiques. Depuis le début de la crise en 1958, laquelle culmina vers 1966/67 en une « seconde crise du charbon », et l’aggravation à partir du milieu des années 1970 de la situation de l’industrie métallurgique, le bassin de la Ruhr fut soumis à un difficile processus de restructuration dont les conséquences se font encore sentir aujourd’hui. Dans cette région comme ailleurs, l’industrie a reculé au profit du secteur tertiaire, les structures de formation ont été modifiées, tandis qu’avec les conditions de travail, le mode de vie a lui aussi changé. On ne peut donc plus dire que les adhérents du FC Schalke 04 sont issus de la classe ouvrière. Il s’agit davantage de « gens modestes » et des couches moyennes émergeantes ou « nouvelles »64. Au sein de la Bundesliga, tandis que les clubs de banlieue disparurent assez rapidement, le FC Schalke 04 se maintint comme une équipe auréolée de son ancien mythe ouvrier. Le fait que le FC Schalke 04 ait ses origines à Gelsenkirchen, une ville marquée par les fermetures de mines, une ville en proie à d’incessantes difficultés de restructuration et souvent en tête des statistiques de chômage, avec un parti social-démocrate particulièrement puissant, toujours perçu comme un parti ouvrier, a contribué à renforcer son image de club symbole d’une commune ouvrière de tradition industrielle.

  • 65 Hartmut Hering, « Kampf um den Platz an der Sonne, Bundesliga und Regionalliga West in den sechzig (...)
  • 66 Eisenberg, « Vom ›Arbeiter-‹ zum ›Angestelltenfußball‹ ? » (note 26), p. 20.

26On sait peu de choses sur l’origine sociale des joueurs depuis la création de la Bundesliga. On suppose qu’ils étaient issus de la classe ouvrière et de groupes d’employés modestes et d’artisans65. Avec la commercialisation du football et le développement d’un véritable « marché des transferts » a disparu un type de footballeur qui avait longtemps été de première importance au FC Schalke 0466 : « Les champions de football d’aujourd’hui ne correspondent plus au type de l’ouvrier enraciné dans son terroir et son milieu, qui, sa carrière achevée, ouvre un débit de tabac ou un bureau de loto et de paris footballistique (Toto) ». La ville et la région livraient toujours leur contingent de joueurs, mais la professionnalisation croissante du football et les échanges de plus en plus fréquents provoquaient aussi l’arrivée de footballeurs « étrangers ». Parallèlement, au sein de la direction – et surtout dans l’image qu’en donnaient les médias – s’agitaient toujours des hommes de la Ruhr, organisant des réunions de membres propres à susciter le scandale et ce, jusque dans les années 1980. L’arrivée de nouveaux sponsors a permis ensuite à de nouveaux « modèles » de dirigeants de peser sur la destinée du club, sans pour autant couper court aux confrontations avec les représentants locaux (ou présentés comme tels) des supporters.

  • 67 Röwekamp, Der Mythos lebt (note 3), p. 174

27Plus d’une personnalité et plus d’un scandale, qui ne pouvaient manifestement se produire qu’à Schalke, ont actualisé et entretenu le mythe de club ouvrier. Le FC Schalke 04 lui-même s’est toujours efforcé d’entretenir le mythe du « Knappen » grâce à certains joueurs ou acteurs du club faisant étalage de leur proximité avec la mine et la population régionale. Ainsi, au milieu des années 1970, l’équipe s’entraînait et faisait son jogging matinal devant le portail de la mine pour montrer qu’elle travaillait aussi à Schalke67. En remportant la coupe de 1972, l’équipe fit, au moins du point de vue sportif, revivre le souvenir de la grande époque. Dans un contexte difficile, le passé a ainsi pu être glorifié, les souvenirs, les histoires et leur exégèse, réinterprétés. Habitant toujours la ville et restant impliqués dans la vie du club, dont ils conservaient la mémoire et les anecdotes, de grands acteurs historiques contribuèrent aussi à ce mouvement. C’est ainsi que Ernst Kuzorra fut nommé citoyen d’honneur de Gelsenkirchen.

  • 68 Ibid., pp. 164-167ss.

28Les excès de la commercialisation se sont manifestés en 1971, lorsqu’une douzaine de matchs de la Bundesliga furent truqués contre le versement d’une prime. Parmi d’autres clubs, le FC Schalke 04 s’est retrouvé au cœur du scandale. La corruption a alors gravement discrédité la Bundesliga, et jamais il n’y eut aussi peu de spectateurs. Mais le championnat d’Europe, qui devait avoir lieu en Allemagne en 1974, approchait. On mit rapidement fin au scandale et les interdictions de joueurs furent levées. Même les fidèles supporters de Schalke, profondément choqués, finirent par se réconcilier avec leur équipe. Les spectateurs revinrent et l’image du club, qualifié de « FC Meineid » (FC « parjure »), n’en pâtit que partiellement. Le mérite en revint notamment aux joueurs impliqués qui, souffrant beaucoup de leur faute, surent faire amende honorable. À Gelsenkirchen, on fit même circuler une pétition contre les décisions prises par le DFB dans cette affaire68.

  • 69 Voss, Spiegel, Seveneick, 100 Schalker Jahre (note 3), pp. 264ss
  • 70 Röwekamp, Der Mythos lebt (note 3), p. 323.

29La crise traversée par le FC Schalke 04 ne l’avait cependant pas empêché de bénéficier de l’ouverture d’un nouveau stade, d’abord considéré comme moderne, puis vite critiqué. De fait, en 1966, lorsque la République Fédérale avait été désignée pour organiser le championnat du monde de 1974, le projet de construction d’un stade de 100 000 places dans la Ruhr avait été amendé en faveur d’un stade de 60 à 70 000 places. Après le championnat du monde, le FC Schalke 04 devait en devenir l’utilisateur, en remplacement de son ancien stade trop vieux et aux possibilités de développement restreintes, étant entendu que le nouveau lieu serait aussi réquisitionné pour de grandes manifestations d’athlétisme69. Le nom de « Parkstadion » fut trouvé à l’occasion d’un concours public et entériné en mai 1972 par le conseil municipal de Gelsenkirchen. Ce choix témoignait d’un adieu symbolique à l’industrie minière : au lieu du salut traditionnel des mineurs, il évoquait le nouveau quartier de Schalke et ses vastes espaces verts70. Au championnat du monde de 1974, Gelsenkirchen présenta une image conforme à l’esprit de l’époque, celle d’une « cité industrielle moderne », qui pensait avoir surmonté les problèmes essentiels de sa restructuration en se débarrassant de la mono-industrie minière.

30Mais dans les années 1970 et 1980, aucune source de revenu – recettes supplémentaires du nouveau stade, publicité sur les maillots ou droits télévisés en augmentation constante depuis les années 1980 – ne permirent au FC Schalke 04 de consolider ses finances. Structures dépassées, surestimation des capacités du club et méconnaissance de l’évolution du « business sportif » ne cessèrent, à l’inverse, de susciter de nouvelles turbulences. Ces défauts furent sans doute à l’origine des échecs sportifs qui menèrent à trois déclassements en seconde division (en 1981, 1983 et 1988). Mais, depuis 1991, le club s’est rétabli et est resté dans la Bundesliga. Au cours des années 1970 et 1980, les anciens mythes du club ouvrier et de sa grande tradition s’étaient aussi révélés être des obstacles, et ce pas uniquement au FC Schalke. De fait, la référence au passé avait souvent empêché la modernisation. Ainsi, fort peu de présidents professionnels avaient été nommés, une situation qui caractérisa tout particulièrement le club de Schalke.

En tête du marché du football à partir de 1994 : tradition et modernité

  • 71 Voss, Spiegel, Seveneick, 100 Schalker Jahre (note 3), pp. 324-327 et 344-351.

31Au début des années 1990, le club s’est donc efforcé d’appliquer un mode de gestion plus professionnel. Un remaniement du personnel, l’emploi de permanents, et, à titre de compensation, les nominations de Gerd Rehberg, ancien mineur et maire SPD, comme président, et du très « populaire » Rudi Assauer, comme manager, ont ramené le club dans des eaux plus calmes à partir de 1994. Ces changements lui ont assuré une assise économique plus stable, et, dans la deuxième moitié de la décennie, ont jeté les bases de nouveaux succès71.

  • 72 Voir FC Schalke 04 (Hg.), Das Kolosseum der Moderne, Die Faszination der Veltins-Arena, Essen, 200 (...)

32Au début de 1996, s’appuyant sur le projet d’un investisseur, le club a décidé de construire et de gérer une arène multifonctionnelle au Berger Feld, au nord de Gelsenkirchen. Ce projet résultait de la prise en compte de plusieurs conditions. Afin d’être rentables, les stades ne devaient pas être réservés aux trop rares matchs de football, mais servir également à d’autres manifestations. Ce choix était lié à des changements notables dans les modes de loisirs de la population et dans la composition des revenus des clubs de football professionnel : la vente des billets constituait une part déclinante des rentrées, tandis que les droits télévisuels, la vente de produits dérivés et les contrats publicitaires prenaient une importance de plus en plus grande. En contrepartie, il fallait offrir un « spectacle » de plus en plus parfait. De plus, les clubs internationaux exigeaient un niveau de sécurité étendu et des stades dotés majoritairement de places assises. Enfin, les changements socioéconomiques avaient modifié la composition du public. Les spectateurs des classes moyennes en expansion, une plus grande proportion de spectatrices, les sponsors, les personnalités et ceux qui se montraient aux matchs de football pour créer l’événement avaient de plus hautes exigences de confort dans les stades. La nouvelle arène fut inaugurée en août 2001. Outre les places normales, dont 20 000 places debout que s’arrachent les groupes de supporters lors des matchs de la Bundesliga, elle offre à ses visiteurs et organisateurs fortunés des zones dites « Hospitality », 72 loges de dix places, utilisables pour des rendez-vous professionnels, neuf autres loges dans la tribune Est et huit loges réservés à l’organisation d’événements, auxquels s’ajoutent d’autres espaces plus particulièrement destinés aux affaires. Avec pour arrière-plan le mythe du « Knappen » du FC Schalke 04, l’« Arena auf Schalke », nom initialement choisi pour le stade, évoquait toujours la tradition minière et l’expression consacrée « auf Zeche gehen » (aller à la mine). Mais cette référence a depuis disparu. Le 1er juillet 2005, en échange de confortables dividendes, le stade a été rebaptisé « Veltins-Arena » du nom du sponsor du club72.

  • 73 Voir Willibald Gebhardt-Institut (éd.), Fußballregion Ruhrgebiet, Göttingen, 2005, p. 48.
  • 74 Voss, Spiegel, Seveneick, 100 Schalker Jahre (note 3), p. 53 ; Röwekamp, Der Mythos lebt (note 3), (...)
  • 75 Voir Norbert Seitz, Bananenrepublik und Gurkentruppe. Die nahtlose Übereinstimmung von Fußball und (...)

33Sur fond de commercialisation et de professionnalisation croissantes du football allemand et international (remanié depuis 1994, le club s’est doté d’une équipe très internationale et composée de joueurs achetés), la mise en scène du mythe du club ouvrier était devenue une tradition d’autant plus cultivée73 qu’elle offrait une image médiatique efficace, permettant au FC Schalke de se distinguer de ses concurrents et de leurs partisans dans le grand « cirque du foot ». Issus de la ville de Gelsenkirchen et de sa région, se différenciant des autres par leur structure sociale, ses supporters sont unis par une forme de conscience régionale qui dépasse le simple soutien au football. L’autoreprésentation du club comme celui des « Knappen » fait référence aux origines et témoigne d’une forme d’« enracinement » local. Depuis 1994, le FC Schalke 04 s’est doté d’un président (ancien) mineur, en la personne de Gerd Rehberg. Même après le retrait de plus en plus net de l’activité minière, des joueurs de Schalke se rendent toujours dans des mines, donnant ainsi l’occasion de réaliser quelques images appréciées du public. On a aussi assisté à des opérations de solidarité avec les mineurs. À l’occasion des nombreux affrontements à propos de la politique charbonnière, au printemps 1997, le club, les joueurs et l’ensemble du stade ont manifesté leur soutien aux mineurs. En 2000, lorsque le dernier puits de Gelsenkirchen, celui de la mine Hugo, a été fermé, le FC Schalke 04 invita les quelque 3 000 mineurs encore en activité à assister à son match à domicile contre le Munich 1860. Le club a usé et use toujours de différents symboles pour sacrifier aux mythes et à l’expérience des mines vécue par la population régionale. Ainsi, la carte de paiement du nouveau stade a été surnommée « Knappenkarte » et les loges d’entreprises de la courbe nord du stade portent les noms de grandes mines de Gelsenkirchen74. Même le passé récent a apporté son lot de joueurs populaires et enracinés dans la région. Citons Olaf Thon, qui aurait commencé à pratiquer le football dans la rue (« Straßenfußballer »), avant d’entamer son ascension de star du ballon rond, ou, avant lui, le pauvre fils d’ouvrier Reinhard (« Stan ») Libuda, qui avait pris la direction du tabac de Kuzorra avant de faire faillite, sans oublier le président « populaire » Günter (« Oskar ») Siebert (1967-1976, 1978/79, 1987/88), ou encore le joueur et mineur Klaus Fichtel, lequel a travaillé quatre ans au fond de la mine. En 1997, la coupe de L’UEFA, remportée par une équipe de Schalke alors privée de grandes figures du football, contribua aussi à entretenir l’image d’un club de « petites gens ». En définitive, parmi les spectateurs du FC Schalke, l’idée de la véritable éthique du travail des habitants d’une région minière, coutumiers des travaux (physiquement) difficiles, s’est perpétuée jusqu’à aujourd’hui pour s’appliquer aux performances des joueurs. Si la technique peut avoir des défauts, on exigera des joueurs un haut degré de combativité et un vrai désir de performance. Les critiques les plus virulentes ont toujours pris pour cible le manque de combativité des « millionnaires du football ». Elles sont liées à la conception de ce que devrait être un football d’ouvriers, pratiqué après le travail, forme de jeu à distinguer de celle (plus élégante ?) de professionnels grassement payés75.

Perspective : les « Knappen » sans mine

34Le FC Schalke est caractéristique de cette conception fort répandue selon laquelle le football, à la différence des autres sports, demeure un sport du prolétariat, sans pour autant être une activité sportive d’ouvriers politiquement plus consciente ou plus active. L’analyse plus poussée des joueurs, du club et de l’environnement du FC Schalke 04, nous laisse plutôt supposer que les équipes de football les plus performantes plongeaient en réalité leurs racines dans un milieu bourgeois ou petit-bourgeois. Elles devaient y trouver une reconnaissance afin de mobiliser suffisamment de soutiens, tandis que les ouvriers s’enthousiasmaient en tant que spectateurs et supporters, les équipes témoignant d’une certaine proximité sociale avec eux, laquelle pouvait et devait être mise en scène pour répondre à la commercialisation du football. Le mythe de la région industrielle se perpétue ainsi après l’ère industrielle et est même cultivé dans bien des clubs.

  • 76 Henning Sussenbach, « Aus ! Aus ! Aus ! Fußball war ein Sport für die Arbeiterklasse, seit er in d (...)

35Il est toutefois exagérément pessimiste de conclure à la fin du football ouvrier et à la pure imitation d’anciens modes de jeux, parce que les joueurs ressemblent à des « employés de banque », des gendres parfaits ou des stars de la pop, qu’il y a moins de bagarres dans les stades, que les femmes sont plus nombreuses dans le public et que les bières sont sans alcool76. Au-delà de toute rationalité scientifique, un mythe est aussi quelque chose d’incompréhensible. Voilà longtemps que les joueurs ne sont plus des ouvriers, pas plus d’ailleurs que les spectateurs. Nous avons affaire à un sport commercialisé, une distraction dans une société moderne fortement différenciée. Mais les amateurs sont au rendez-vous, se déplacent en masse et se font une idée qui ne correspond certes pas totalement à la réalité mais correspond bien à la représentation idéale de leur propre monde (footballistique).

Notes

1 Voir, entre autres, Rolf Lindner, Heinrich Th. Breuer, « Sind doch nicht alles Beckenbauers ». Zur Sozialgeschichte des Fußballs im Ruhrgebiet Francfort/M., 1978, pp. 48ss. ; Gerhard Fischer, Ulrich Lindner, Stürmer für Hitler, Vom Zusammenspiel zwischen Fußball und Nationalsozialismus, Göttingen, 2003, pp. 152ss. ; enfin, sur un mode plus nostalgique, Hans-Josef Justen, Jörg Loskill, Anstoß. Fußball im Ruhrgebiet, Gummersbach, 1985, pp. 18-23 ; Stefan Goch, « Fußball im Ruhrgebiet. Der Mythos vom Arbeitersport », in : Jürgen Mittag, Jörg-Uwe Nieland (éd.), Das Spiel mit dem Fußball. Interessen, Projektionen und Vereinnahmungen, Essen, 2007, pp. 117-142.

2 Voir le travail de référence – il n’en sera plus fait mention par la suite – de Stefan Goch, Norbert Silberbach, Zwischen Blau und Weiß liegt Grau. Der FC Schalke 04 im Nationalsozialismus, Essen, 2005.

3 Gerd Voss, Thomas Spiegel, Jörg Seveneick (éd.), 100 Schalker Jahre – 100 Schalker Geschichten, Das offizielle Jubiläums-Buch des FC Schalke 04, Essen, 2004, pp. 8ss. ; Selbstdarstellung Fußball-Club Gelsenkirchen-Schalke 04 e.V., publié en hommage au club à l’occasion de l’inauguration d’un terrain de football dans le cadre d’une semaine du sport, du samedi 25 août, au dimanche 2 septembre 1928, sans lieu (très certainement Gelsenkirchen), sans date (1928), p. 8 ; voir aussi Siegfried Gehrmann, Fußball, Vereine, Politik. Zur Sportgeschichte des Reviers 1900-1940, Essen, 1988, pp. 90ss. ; Georg Röwekamp, Der Mythos lebt : Die Geschichte des FC Schalke 04. Das erste Jahrhundert, Göttingen, 2003, p. 49.

4 Christiane Eisenberg (éd.), Fußball, soccer, calcio. Ein englischer Sport auf seinem Weg um die Welt, Munich, 1997 ; Christiane Eisenberg, « Fußball in Deutschland, Ein Gesellschaftsspiel für bürgerliche Mittelschichten », in : Geschichte und Gesellschaft, 20 (1994), pp. 182, 196ss. ; Wolfram Pyta, Introduction de « Der Beitrag des Fußballsports zur kulturellen Identitätsstiftung in Deutschland », in : Id. (éd.), Der lange Weg zur Bundesliga. Zum Siegeszug des Fußballs in Deutschland, Münster, 2004, p. 9 ; Christiane Eisenberg, Pierre Lanfranchi, Tony Mason, Alfred Wahl, FIFA 1904-2004. 100 Jahre Weltfußball, Göttingen, 2004 ; voir aussi l’étude plus circonscrite de : Ludger Classen, Stefan Goch, « Von der Fußlümmelei bis zum Massensport : Fußball im Westen bis 1945 », in : Stefan Goch, Ralf Piorr (éd.), Wo das Fußballherz schlägt. Fußball-Land Nordrhein-Westfalen, Essen, 2006, pp. 17ss. ; pour la Ruhr, voir Hartmut Hering (éd.), Im Land der tausend Derbys. Die Fußball-Geschichte des Ruhrgebiets, Göttingen, 2002, pp. 21, 28ss.

5 Pour ces débuts, voir notamment Arthur Heinrich, Der Deutsche Fußballbund. Eine politische Geschichte, Cologne, 2000, pp. 20-28 ; Eisenberg, « Fußball in Deutschland » (note 4), pp. 181-210 ; Erik Eggers, « Die Anfänge des Fußballsports in Deutschland. Zur Genese eines Massenphänomens », in : Markwart Herzog (éd.), Fußball als Kulturphänomen : Kunst-Kultur-Kommerz, Stuttgart, 2002, pp. 73-77 ; Gehrmann, Fußball, Vereine, Politik (note 3), pp. 9ss. En ce qui concerne le reste de l’Europe, voir : Fabian Brändle, Christian Koller, Goal ! Kultur- und Sozialgeschichte des modernen Fußballs, Zurich, 2002, pp. 21-33 et 38-42.

6 Uwe Wick, Markus Fiesseler, 100 Jahre Fußball im Westen, Zwischen Alm, Wedau und Tivoli, Kassel, 1998, pp. 11-42 ; Christiane Eisenberg, « English Sports » und deutsche Bürger. Eine Gesellschaftsgeschichte 1800-1939, Paderborn, 1999 pp. 178-193. Chiffres extraits de Heinrich, Der Deutsche Fußballbund (note 5), pp. 32ss.

7 Siegfried Gehrmann et Hans Joachim Teske ont soigneusement recensé les données professionnelles et localisé les domiciles des membres du club de Schalke, en mettant en évidence le caractère restreint de sa zone de recrutement. Voir Siegfried Gehrmann, « Es war nicht nur Schalke 04 : Fußball und Arbeiterschaft 1918-1933 », in : Gewerkschaftliche Monatshefte, 47 (1996), pp. 457-464 ; Siegfried Gehrmann, « Fußball in einer Industrieregion. Das Beispiel FC Schalke 04 », in : Jürgen Reulecke, Wolfhard Weber (éd.), Fabrik, Familie, Feierabend. Beiträge zur Sozialgeschichte des Alltags im Industriezeitalter, Wuppertal, 1978, pp. 377-398 ; Gehrmann, Fußball, Vereine, Politik (note 3) ; Hans-Joachim Teske, FC Gelsenkirchen-Schalke 04, Zur Sozialgeschichte eines Fußballvereins in einer Industrieregion 1904-1944, Essen, 1977 (Mémoire non publié). Pour l’évolution industrielle de Schalke et de Gelsenkirchen, ibid. et voir aussi Stefan Goch, Sozialdemokratische Arbeiterbewegung und Arbeiterkultur im Ruhrgebiet, Eine Untersuchung am Beispiel Gelsenkirchen 1848-1975, Düsseldorf, 1990.

8 Wolfgang Köllmann, Frank Hoffmann, Andreas E. Maul, « Bevölkerungsgeschichte », in : Wolfgang Köllmann, Hermann Korte, Dietmar Petzina, Wolfhard Weber (éd.), Das Ruhrgebiet im Industriezeitalter, Geschichte und Entwicklung, Düsseldorf, 1990, p. 170. Il convient de rejeter, comme nettement surévalués, les chiffres mentionnés par Dietrich Schulze-Marmeling, Der gezähmte Fußball. Zur Geschichte eines subversiven Sports, Göttingen, 1992, p. 81.

9 Voir notamment la mention récente de Siegfried Gehrmann, « Der FC Schalke 04 und seine frühe Geschichte, Ein Fußballklub als Identifikationsmedium im Ruhrrevier », in : Pyta (éd.), Der lange Weg zur Bundesliga (note 4), pp. 151-170 ; de même chez Siegfried Gehrmann, « Fußball im Ruhrgebiet. Zur Bedeutung einer populären Sportart für die gesellschaftliche Integration von Zuwanderern aus dem Osten 1900-1940 », in : Westfälische Forschungen, 47 (1997), pp. 486ss. Voir aussi l’insistance de Wilhelm Herbert Koch, Die Königsblauen. Das Phänomen Schalke 04, Düsseldorf, 1973, p. 6. Que dire enfin de l’origine polonaise parfaitement erronée évoquée par Schulze-Marmeling, Der gezähmte Fußball (note 8), p. 82.

10 Pour Gelsenkirchen, en l’absence d’un registre de déclaration de domicile fiable et complet, les données confessionnelles bien documentées concernant 51 des « fondateurs » du club constituent un indicateur précieux quant à leurs origines.

11 En 1906, sur 57 968 immigrants de Mazurie, vivant dans la Ruhr, 15 854 étaient domiciliés à Gelsenkirchen. Voir Hans-Ulrich Wehler, « Die Polen im Ruhrgebiet bis 1918 », in : Id. (éd.), Krisenherde des Kaiserreiches 1871-1918. Studien zur deutschen Sozial- und Verfassungsgeschichte, Göttingen, 1979, p. 224 ; Hans-Ulrich Wehler, « Zur neueren Geschichte der Masuren », in : Zeitschrift für Ostforschung, 11 (1962), pp. 148, 151 et 164 ; Hans Linde, « Die soziale Problematik der masurischen Agrargesellschaft und die masurische Einwanderung in das Emscherrevier », in : Hans-Ulrich Wehler (éd.), Moderne deutsche Sozialgeschichte, Königstein/Ts., 1981, pp. 458ss. ; voir aussi Christoph Klessmann, Polnische Bergarbeiter im Ruhrgebiet 1870-1945. Soziale Integration und nationale Subkultur einer Minderheit in der deutschen Industriegesellschaft, Göttingen, 1978, p. 262 ; Valentina-Maria Stefanski, Zum Prozeß der Emanzipation und Integration von Außenseitern. Polnische Arbeitsmigranten im Ruhrgebiet, Dortmund, 1984, pp. 9ss. ; Ulrich Herbert, Geschichte der Ausländerpolitik in Deutschland. Saisonarbeiter, Zwangsarbeiter, Gastarbeiter, Flüchtlinge, Munich, 2003. Pour ce qui est, plus précisément, du football, voir Siegfried Gehrmann, « Masuren im Ruhrgebiet : Polacken und Proleten und der Mythos des FC Schalke 04. Anmerkungen zu Problemen gesellschaftlicher Integration am Beispiel eines Sportvereins », in : Ludwig W. Tegelbeckers, Dietrich Milles (éd.), Quo vadis, Fußball ? Vom Spielprozeß zum Marktprodukt, Göttingen, 2000, p. 86.

12 Agents de maîtrise, contremaîtres dans une mine, en allemand : Steiger, ndt.

13 Il faut au moins relativiser l’idée d’une majorité de jeunes joueurs évoquée par Gehrmann, « Der FC Schalke 04 und seine frühe Geschichte » (note 9), p. 159. De même, on ne peut pas souscrire à l’affirmation selon laquelle le FC Schalke 04 était issu d’un milieu « purement ouvrier ».

14 Siegfried Gehrmann, « Der FC Schalke 04 : Ein ›bürgerlicher‹ Arbeiterverein », in : Hans-Joachim Teichler, Gerhard Hauk (éd.), Illustrierte Geschichte des Arbeitersports, Berlin, 1987, p. 156 ; voir aussi Pyta (éd.), Der lange Weg zur Bundesliga (note 4), pp. 5, 9ss.

15 Goch, Sozialdemokratische Arbeiterbewegung (note 7), pp. 105ss.

16 Cf. Wilhelm Hermann, Gertrude Hermann, Die alten Zechen an der Ruhr, Königstein/Taunus, 1994 ; Joachim Huske, Die Steinkohlenzechen im Ruhrrevier. Daten und Fakten von den Anfängen bis 1997, Bochum, 1998, pp. 195-199, 281, 521.

17 Voss, Spiegel, Seveneick, 100 Schalker Jahre (note 3), pp. 26ss.

18 Röwekamp, Der Mythos lebt (note 3), pp. 55ss. ; Voss, Spiegel, Seveneick, 100 Schalker Jahre (note 3), pp. 38ss. ; Fußball-Club Gelsenkirchen-Schalke 04 e.V., Festschrift, 1928, p. 8 ; Markus Fiesseler, 100 Jahre Fußball in Nordrhein-Westfalen. Eine Chronik in Tabellen, Kassel, 1997, p. 23.

19 17 noms furent mentionnés sur une plaque commémorative au stade « Glückauf-Kampfbahn », voir la publication commémorative de 1928.

20 Voir la présentation dans Goch, Sozialdemokratische Arbeiterbewegung (note 7), pp. 201-244.

21 Joachim Wendt, Grundzüge der Geschichte des Deutschen Fußball-Bundes und des bürgerlichen deutschen Fußballsports im Zeitraum von 1918 bis 1933, thèse manuscrite, Halle-Wittenberg, 1975, p. 55 Pour des exemples de matchs comparables, avec des équipes issues des corps francs, voir Der Kreisel. Jubiläumsillustrierte. 50 Jahre Schalke 04, 1954, pp. 10ss, voir aussi Eggers, « Die Anfänge des Fußballsports » (note 5), p. 81.

22 Fußball-Club Gelsenkirchen-Schalke 04 e.V., Festschrift, 1928, p. 9 ; Röwekamp, Der Mythos lebt (note 3), pp. 60 et 362 ; Wick, Fiesseler, 100 Jahre Fußball im Westen (note 6), p. 55.

23 Voir la liste dans Kreisel, 5 (1956), p. 11 ; Goch, Silberbach, Zwischen Blau und Weiß liegt Grau (note 2), p. 44.

24 Ce changement a souvent été négligé, voir Siegfried Gehrmann, « Football and Identity in the Ruhr : The Case of Schalke 04 », in : Richard Giullianotti, John Williams (éd.), Game without Frontier. Football, Identity and Modernity, Aldershot, 1994, pp. 191ss. Au regard de la rupture provoquée par la Première Guerre mondiale dans l’évolution du club et de ses membres, l’étude de la période qui va de 1919 à 1923 est peu parlante ; voir aussi Siegfried Gehrmann, « Der FC Schalke 04 », in : Wilhelm Hopf (éd.), Fußball, Soziologie und Sozialgeschichte einer populären Sportart, Münster, 1998, p. 119.

25 Anecdote rapportée dans Koch, Die Königsblauen (note 9), p. 28 ; Voss, Spiegel, Seveneick, 100 Schalker Jahre (note 3), p. 12.

26 Eisenberg (éd.), Fußball, soccer, calcio (note 4), pp. 102ss. ; Eggers, « Die Anfänge des Fußballsports » (note 5), pp. 24ss. Voir aussi Nils Havemann, Fußball unterm Hakenkreuz. Der DFB zwischen Sport, Politik und Kommerz, Francfort/M., 2005, pp. 44-50. Pour ce qui est de la Ruhr, voir Gehrmann, Fußball, Vereine, Politik (note 3), pp. 108ss. En 1913, la DFB comptait plus de 160 000 membres, nombre multiplié presque par cinq en 1920 avec 756 000 membre ; Christiane Eisenberg, « Vom ›Arbeiter-‹ zum ›Angestelltenfußball‹ ? Zur Sozialstruktur des deutschen Fußballsports 1890-1950 », in : Sozial- und Zeitgeschichte des Sports, 4 (1990) 3, p. 23 ; Stefan Goch, « Stadt, Fußball und Stadion – Zusammenhänge am Beispiel Gelsenkirchen », in : Informationen zur modernen Stadtgeschichte, 1 (2006), pp. 42-47.

27 Eggers, « Die Anfänge des Fußballsports » (note 5), p. 70.

28 Kaspar Maase, Wolfgang Kaschuba (éd.), Schund und Schönheit. Populäre Kultur um 1900, Cologne, 2001.

29 Hering (éd.), Im Land der tausend Derbys (note 4), p. 73.

30 Gerd Hauk, « Fußball, Eine ›proletarische Sportart‹ im Arbeiter-Turn- und Sportbund », in : Teichler, Hauk (éd.), Illustrierte Geschichte des Arbeitersports (note 14), pp. 160-169.

31 Eisenberg, « Vom ›Arbeiter-‹ zum ›Angestelltenfußball‹ ? » (note 26), pp. 21, 34, 38ss. Pour ce qui est du club de Schalke, voir Goch, Silberbach, Zwischen Blau und Weiß liegt Grau (note 2), pp. 160-180

32 Fußball-Club Gelsenkirchen-Schalke 04 e.V., Festschrift, 1928, p. 9 ; Röwekamp, Der Mythos lebt (note 3), p. 69.

33 Röwekamp, Der Mythos lebt (note 3), pp. 71, 362.

34 Ibid. ; Fiesseler, 100 Jahre Fußball in Nordrhein-Westfalen (note 18), p. 89.

35 Voir leur composition dans Kreisel, 5 (1956), p. 11 ; Goch, Silberbach, Zwischen Blau und Weiß liegt Grau (note 2), pp. 51ss.

36 Ce changement n’est souvent pas suffisamment pris en compte. Voir Gehrmann, « Es war nicht nur Schalke 04 » (note 7), p. 457. Dans Gehrmann, « Der FC Schalke 04 » (note 24), p. 119 ; Gehrmann, « Fußball in einer Industrieregion » (note 7), voir l’étude de la période 1924-1934, qui établit la baisse du nombre de mineurs et l’augmentation de celui des employés parmi les adhérents au club de Schalke. Pour l’évolution au-delà d’une seule région, voir Eggers, « Die Anfänge des Fußballsports » (note 5), pp. 68ss.

37 Hartmut Hering, « Legenden in Blau und Weiß, Ausnahmeerscheinung FC Schalke 04 », in : Id. (éd.), Im Land der tausend Derbys (note 4), p. 159.

38 Ibid., p. 150, 153ss.

39 Lindner, Breuer, « Sind doch nicht alles Beckenbauers » (note 1), p. 52.

40 Composé de Glück (chance) et de auf (pour), ce salut avait aussi une valeur conjuratoire, ndt.

41 Gehrmann, Fußball, Vereine, Politik (note 3), p. 106 ; Siegfried Gehrmann, « Der FC Schalke 04. Ein Verein und sein Nimbus », in : Roman Horak, Wolfgang Reiter (éd.), Die Kanten des runden Leders. Beiträge zur europäischen Fußballkultur, Vienne, 1991, pp. 51ss. ; Siegfried Gehrmann, « Fritz Szepan et Ernst Kuzorra – zwei Fußballidole des Ruhrgebiets », in : Sozial- und Zeitgeschichte des Sports, 2 (1988) 3, pp. 57, 62ss., avec des information sur l’origine immigrée de leurs familles ; voir aussi Classen, Goch, « Von der Fußlümmelei bis zum Massensport » (note 4), pp. 19ss.

42 Cf. Peter Konzen, Fünfzig Jahre FC Schalke 04, Gelsenkirchen, 1954, p. 55 ; Goch, « Stadt, Fußball und Stadion » (note 26), pp. 35-39.

43 À propos du débat sur le principe d’amateurisme et le professionnalisme, voir Eggers, « ›Berufsspieler sind Schädlinge des Sports, sie sind auszumerzen…‹. Crux und Beginn eines deutschen Sonderwegs im europäischen Fußball : Die Amateurfrage im deutschen Fußball der Weimarer Republik », in : Pyta (éd.), Der lange Weg zur Bundesliga (note 4), pp. 91-112 ; simples mentions dans Carl Koppehel, Geschichte des Deutschen Fußballsports, Francfort/M., 1954, pp. 181, 184, 187ss.

44 Eggers, « Die Anfänge des Fußballsports » (note 5), pp. 166ss. ; Röwekamp, Der Mythos lebt (note 3), pp. 82ss ; Konzen, Fünfzig Jahre FC Schalke 04 (note 42), p. 64 ; Gehrmann, Fußball, Vereine, Politik (note 3), pp. 99ss. ; Schulze-Marmeling, Der gezähmte Fußball (note 8), pp. 54-58 ; Fiesseler, 100 Jahre Fußball in Nordrhein-Westfalen (note 18), p. 99 ; Wick, Fiesseler, 100 Jahre Fußball im Westen (note 6), pp. 73ss.

45 Voss, Spiegel, Seveneick, 100 Schalker Jahre (note 3), pp. 90ss. ; Konzen, Fünfzig Jahre FC Schalke 04 (note 42), pp. 55ss., 64.

46 Voss, Spiegel, Seveneick, 100 Schalker Jahre (note 3), pp. 94-97 ; Schulze-Marmeling, Der gezähmte Fußball (note 8), pp. 57ss.

47 Röwekamp, Der Mythos lebt (note 3), pp. 15, 86, 90.

48 Voir les études antérieures de Hajo Bernett, « Der deutsche Sport im Jahre 1933 », in : Stadion, 7 (1981), pp. 225-283, Sportpolitik im Dritten Reich. Aus den Akten der Reichskanzlei, Schorndorf, 1971 ; Der Weg des Sports in die nationalsozialistische Diktatur. Die Entstehung des Deutschen (Nationalsozialistischen) Reichsbundes für Leibesübungen, Schorndorf, 1983 ; Hans-Joachim Teichler, Internationale Sportpolitik im Dritten Reich, Schorndorf, 1991, pp. 53-77.

49 Goch, Silberbach, Zwischen Blau und Weiß liegt Grau (note 2), pp. 65-77.

50 Röwekamp, Der Mythos lebt (note 3), p. 99 ; Gehrmann, Fußball, Vereine, Politik (note 3), pp. 377ss. ; Gehrmann, Schalke 04, 2004, pp. 166ss. ; Schulze-Marmeling, Der gezähmte Fußball (note 8), pp. 117ss.

51 Voir la composition dans Kreisel, 5 (1956), p. 11 ; Goch, Silberbach, Zwischen Blau und Weiß liegt Grau (note 2), pp. 85-92.

52 Cette tendance – l’appartenance au monde ouvrier y étant particulièrement soulignée – est aussi manifeste à travers les données de Gehrmann, Fußball, Vereine, Politik (note 3), p. 385.

53 Voir la vision très anthropologique de Toni R. Meissner, Der politisierte Sport und seine Fachpresse. Unter besonderer Berücksichtigung ihrer politischen Propaganda während des nationalsozialistischen Regimes (1933-1945), Munich, 1956, pp. 23ss.

54 Ibid., pp. 1 et 3, à propos de la politisation du sport et de sa subordination à des buts extérieurs à sa « nature » ; cf. également Franz-Josef Brüggemeier, « Entscheidend ist längst nicht mehr ›auf`m Platz‹. Zur Instrumentalisierung des Fußballs », in : Goch, Piorr (éd.), Wo das Fußballherz schlägt (note 4), pp. 128ss. ; Stefan Goch, « FC Schalke 04 : Vorzeigefußballer im Mainstream », in : Lorenz Peiffer, Dietrich Schulze-Marmeling (éd.), Hakenkreuz und rundes Leder. Fußball im Nationalsozialismus, Göttingen, 2008, pp. 404-414

55 Goch, Silberbach, Zwischen Blau und Weiß liegt Grau (note 2), pp. 94-98.

56 Fiesseler, 100 Jahre Fußball in Nordrhein-Westfalen (note 18), p. 220 ; Wick, Fiesseler, 100 Jahre Fußball im Westen (note 6), pp. 93-98 et 101. À propos de la mise en place du DFB, voir Wolfgang Niersbach, « Das Geheimnis der drei Buchstaben, Aufbau und Strukturen des DFB », in : Deutscher Fußball-Bund (éd.), 100 Jahre DFB. Die Geschichte des Deutschen Fußball-Bundes, Berlin, 1999, pp. 129-140. Pour l’histoire de l’Oberliga West voir Hans Dieter Baroth, ›Jungens, Euch gehört der Himmel !‹ Die Geschichte der Oberliga West 1947-1963, Essen, 1990, pp. 15ss. ; Hans Dieter Baroth, Als der Ball noch runder war. Die Oberliga West 1947 bis 1963, in : Goch, Piorr (éd.), Wo das Fußballherz schlägt (note 4), pp. 37-50 ; Röwekamp, Der Mythos lebt (note 3), pp. 127ss.

57 Lindner, Breuer, « Sind doch nicht alles Beckenbauers » (note 1), pp. 61-65 ; Hartmut Hering, « Mit den Zechen starben die Vereine, Aufstieg und Niedergang der Bergarbeiterclubs », in : Id. (éd.), Im Land der tausend Derbys (note 4), pp. 251-265.

58 Eisenberg (éd.), Fußball, soccer, calcio (note 4), p. 115.

59 Hartmut Hering, « Die große Zeit des Westens, Nachkriegszeit und Oberliga West », in : Id. (éd.), Im Land der tausend Derbys (note 4), pp. 224ss.

60 Ralf Piorr (éd.), Der Pott ist rund, Das Lexikon des Revier-Fußballs. Die Chronik 1945 bis 2005, Essen, 2005, p. 271 ; Röwekamp, Der Mythos lebt (note 3), p. 138.

61 Pyta (éd.), Der lange Weg zur Bundesliga (note 4), pp. 1ss.

62 Ralf Piorr, Thomas Tartemann, « Tradition schießt keine Tore, Fußball im Hinterhof der Großen », in : Goch, Piorr (éd.), Wo das Fußballherz schlägt (note 4), pp. 93-101.

63 C’est aussi avant tout la « vente des joueurs allemands » sur le marché international du football et la perte de compétitivité du football national qui ont conduit à revoir le principe de l’amateurisme.

64 Stefan Goch, Eine Region im Kampf mit dem Strukturwandel, Strukturpolitik und Bewältigung von Strukturwandel im Ruhrgebiet, Essen, 2002 ; Id. (éd.), Strukturwandel und Strukturpolitik in Nordrhein-Westfalen, Münster, 2004 ; vue d’ensemble dans Stefan Goch, Betterment without Airs : Social, cultural and political Consequences of the Deindustrialization in the Ruhr Area, in : International Review of Social History, 47 (2002) 3, pp. 87-111.

65 Hartmut Hering, « Kampf um den Platz an der Sonne, Bundesliga und Regionalliga West in den sechziger Jahren », in : Hering (éd.), Im Land der tausend Derbys (note 4), p. 293.

66 Eisenberg, « Vom ›Arbeiter-‹ zum ›Angestelltenfußball‹ ? » (note 26), p. 20.

67 Röwekamp, Der Mythos lebt (note 3), p. 174

68 Ibid., pp. 164-167ss.

69 Voss, Spiegel, Seveneick, 100 Schalker Jahre (note 3), pp. 264ss

70 Röwekamp, Der Mythos lebt (note 3), p. 323.

71 Voss, Spiegel, Seveneick, 100 Schalker Jahre (note 3), pp. 324-327 et 344-351.

72 Voir FC Schalke 04 (Hg.), Das Kolosseum der Moderne, Die Faszination der Veltins-Arena, Essen, 2006 ; Christiane Eisenberg, Fußball als globales Phänomen, Historische Perspektiven, in : Aus Politik und Zeitgeschichte, B 26/2004, p. 14.

73 Voir Willibald Gebhardt-Institut (éd.), Fußballregion Ruhrgebiet, Göttingen, 2005, p. 48.

74 Voss, Spiegel, Seveneick, 100 Schalker Jahre (note 3), p. 53 ; Röwekamp, Der Mythos lebt (note 3), pp. 229ss.

75 Voir Norbert Seitz, Bananenrepublik und Gurkentruppe. Die nahtlose Übereinstimmung von Fußball und Politik 1954-1987, Francfort/M., 1987, pp. 56ss.

76 Henning Sussenbach, « Aus ! Aus ! Aus ! Fußball war ein Sport für die Arbeiterklasse, seit er in die gesellschaftliche Mitte gerückt ist, verliert er seinen Reiz », in : Die Zeit, 8.12.2005.

Auteur

Né en 1958, Chercheur à l’Institut für Stadtgeschichte in Gelsenkirchen et Professeur à l’Université de Bochum

Jean-Léon Muller (Traducteur)

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540