Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Football et identité

 | 
Ulrich Pfeil

II. Football et région

Sport et Politique

De la difficile quête d’autonomie du football sarrois entre 1945 et 1956

Dietmar Hüser
Traduction de Isabelle Marivin

Texte intégral

  • 1 Sur l‘histoire sarroise au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, cf. Rainer Hudemann, Raymond P (...)

1L’histoire dont il va être question dans les pages qui suivent concerne un petit pays, la « grande Histoire » et un sport « inoffensif ». Un petit pays tout d’abord, puisqu’il s’agit de la Sarre. Dans les premières années de l’après-guerre, elle était peuplée d’environ 750 000 habitants, ce qui représente tout de même 2,5 fois plus que son voisin luxembourgeois, mais 50 à 60 fois moins que la France ou la RFA. Et ce sur une surface inférieure à 2500 km², correspondant environ à un tiers de la surface moyenne d’un département français en métropole1.

  • 2 Cf. Dietmar Hüser, « Die Saar in den internationalen Beziehungen nach dem Zweiten Weltkrieg – Unge (...)

2La « grande Histoire » ensuite, dans la mesure où ce petit pays sur les rives de la Sarre, cet espace frontalier entre la France et l’Allemagne doté d’une importante industrie lourde suscitait quelques convoitises. Au lendemain de 1945, comme en 1918 déjà, la Sarre était devenue un enjeu en matière de négociations internationales et de règlements de paix entre les vainqueurs. En fin de compte, après quatre années d’occupation allemande, de crimes commis sur son sol et d’exploitation de ses ressources, elle avait servi à satisfaire les exigences françaises, en partie sur le plan économique, mais surtout au niveau politico-symbolique2.

  • 3 Cf. pour une vue d‘ensemble Jeffrey Hill, « Sport and politics », in : Journal of Contemporary His (...)

3L’histoire d’un sport « inoffensif » enfin. Du sport de masse moderne et de ses clubs qui, dès le début, se considéraient – à juste titre d’ailleurs – comme « innocents », « apolitiques » et « neutres », mais qui de facto continuaient à être pris dans un rapport de forces opposant d’une part cette neutralité inhérente au sport et de l’autre un contexte politique, en d’autres termes des projets bien concrets d’instrumentalisation politique3.

  • 4 Malgré une étude détaillée de Wolfgang Harres, Sportpolitik an der Saar 1945-1957, Sarrebruck, 199 (...)

4L’histoire du football sarrois entre 1945 et 1955 se situe à la croisée des chemins sportif et politique4. Concrètement, il s’agit de montrer dans quelle mesure la dimension institutionnelle de ce sport et le potentiel émotionnel qu’il engendre ont consolidé l’autonomie politique de la Sarre. Ceci s’est réalisé en trois temps : D’abord par le fait que très tôt, le football s’est joué à haut niveau. Ensuite, par son intégration à des structures sportives françaises et enfin par l’européanisation puis l’internationalisation du phénomène. Ce qui répondait à un double objectif : Vu de l’extérieur, il s’agissait de témoigner plus ostensiblement encore du statut autonome de la Sarre, soulignant par là son indépendance politique par rapport à l’Allemagne et d’en rendre compte au monde entier. Au plan intérieur, il s’agissait pour le gouvernement de renforcer l’adhésion de la population afin de s’assurer son soutien durable et, partant, de promouvoir « une conscience sportive propre à la Sarre », sorte d’identité sarroise « autonome » :

  • 5 Voir le courrier personnel adressé par Gilbert Grandval au ministre des Affaires étrangères Robert (...)

« Le maintien de l’autonomie politique de la Sarre dépend du développement du particularisme sarrois qui ne peut être obtenu que par la rupture des liens qui, sur le plan politique, administratif, culturel et intellectuel ont uni, jusqu’à ce jour, la Sarre à l’Allemagne […]. La rupture des liens intellectuels dépend principalement du résultat de l’action que nous avons engagée sur le plan sportif et qui a pour but de séparer le sport sarrois du sport allemand »5.

5Écrire une histoire située aux confluents du sport et de la politique, consiste aussi – nous le verrons par la suite – à raconter celle d’une tentative de récupération politique du sport. Une tentative qui a du reste largement échoué. En effet, cinq ans avant l’absorption politico-administrative de la Sarre par la RFA le 1er janvier 1957, les équipes sarroises du haut du tableau rejouaient déjà dans la Oberliga Südwest. À leur tête, le 1. FC Saarbrücken rencontra, lors de la finale du championnat d’Allemagne disputée en juin 1952, le VfB Stuttgart qui l’emporta de justesse.

Démocratie et autonomie

  • 6 Cf. Hervé Alphand, Note, Problèmes allemands, 18 juillet 1946, Archives nationales (AN), Paris, Ar (...)
  • 7 Cf. Hüser, Die Saar in den internationalen Beziehungen (note 2), pp. 101, 118s.

6À la fin de la guerre, les projets de la France en matière de politique sarroise, d’abord hésitants, présentaient une constante : au plan économique, le potentiel en industrie lourde de la Sarre devait profiter à la reconstruction et à la modernisation de la France, tandis qu’au plan politique, la région devait conserver quoi qu’il arrive un statut spécial lié à sa situation extérieure à l’Allemagne. Comparée à la Ruhr qui, à la fin des années 1930, livrait à la France, alors plus grand importateur de charbon au monde, les deux-tiers de ses besoins, la « petite » Sarre aux gisements modestes du point de vue quantitatif et qualitatif resta d’abord pour le Quai d’Orsay un sujet marginal. La démarche adoptée par la diplomatie française à partir de l’été 1946 consistait en des « demi-mesures »6 oscillant entre deux pôles : faire cavalier seul ou ne rien faire. Ce n’est que dans les années 1947/48, quand les fronts en présence sur la scène internationale se sont clarifiés officiellement, que la région est devenue le symbole d’une politique allemande en partie réussie – du point de vue territorial aussi –, aux yeux d’une opinion publique française encore massivement germanophobe7 C’est alors que les projets d’ordre général ont commencé à se concrétiser : économiquement d’une part, avec l’annexion de cette région à la France, politiquement ensuite, avec son autonomie et l’adoption d’une constitution propre.

7Parmi les acteurs du concept d’autonomie de la Sarre, on trouvait côté sarrois le ministre-président chrétien-démocrate Johannes Hoffmann et Gilbert Grandval côté français. D’abord gouverneur militaire, puis haut-commissaire avant de devenir ambassadeur, Grandval s’attacha sans relâche à promouvoir l’attractivité de la France, à trouver les mots qui touchent la sensibilité pour faire accepter l’autonomie de la région par rapport à l’Allemagne et à ouvrir la voie à une sorte de « constitution d’une nation culturelle » sarroise. Le sport en général – non pas le tir, l’escrime, la boxe ou encore la gymnastique aux agrès, considérés comme paramilitaires, mais les sports de ballon –, et plus particulièrement ce sport de masse qu’est le football se révélèrent d’une importance cruciale pour la politique d’occupation et de démocratisation française.

  • 8 Cf. Stefanie Woite-Wehle, Zwischen Kontrolle und Demokratisierung. Die Sportpolitik der französisc (...)
  • 9 Cf. Hardy Grüne, Enzyklopädie der europäischen Fußballvereine, Kassel, 1992, pp. 438-439 ; cf. sur (...)

8D’un côté, ces sports apparaissaient comme un investissement dans un avenir plus démocratique et leur promotion constituait un maillon essentiel de l’ambitieuse offensive culturelle menée par la France dans le sud-ouest de l’Allemagne8. Les activités sportives devaient contribuer à transmettre, à la jeunesse surtout, un nouveau système de valeurs, aux antipodes de ceux d’inspiration prussienne et grand-allemande ou nationale-socialiste. Ce n’est pas seulement dans le domaine du sport amateur que l’on assista dès décembre 1945 à la création d’innombrables clubs basés sur le principe omnisport à l’échelle locale. Au niveau professionnel aussi, après l’épuration sévère commencée à l’hiver 1945/46, le football sarrois se réorganisa dans le groupe du Nord de la Oberliga-Südwest de l’époque9.

  • 10 Cf. Reinhard Klimmt, Herbert Günther (éd.), Die Molschder 1903-2003. 100 Jahre 1. FC Saarbrücken, (...)

9D’un autre côté, et c’est ce que nous allons voir par la suite, il s’agissait de mettre le sport sarrois au service de la politique d’autonomie et de l’affranchir de ses liens avec les structures allemandes. Dès lors, ce « sport innocent » est devenu un moyen de mener une « grande politique ». Ceci concerne surtout les grands clubs de la région qui avaient quelques résultats à leur actif et pouvaient potentiellement servir de faire-valoir. En 1943 encore, la meilleure équipe de Sarrebruck, qui s’appelait alors 1. FC Saarbrücken, avait affronté le Dresdener SC en finale du championnat d’Allemagne. Le club semblait vouloir renouer avec ses victoires les plus récentes, dans la mesure où lors du championnat régional, les joueurs de Sarrebruck, premiers du Groupe Nord, l’ont emporté en finale des matchs aller et retour face au SV Rastatt, haut du tableau du groupe Sud10. Il était clair que le football sarrois allait devenir un champ de bataille symbolique sur lequel les acteurs politiques viendraient « négocier » le concept d’autonomie.

10Écrire une histoire située aux confluents du sport et de la politique, consiste aussi – nous le verrons par la suite – à raconter celle d’une tentative de récupération politique du sport. Une tentative qui a du reste largement échoué. En effet, cinq ans avant l’absorption politico-administrative de la Sarre par la RFA le 1er janvier 1957, les équipes sarroises du haut du tableau jouèrent une fois encore dans la Oberliga Südwest. À leur tête, le 1. FC Saarbrücken rencontra en finale du championnat d’Allemagne disputée en juin 1952, le VfB Stuttgart qui l’emporta de justesse.

  • 11 Au sujet du football sarrois, cf. Pierre Lanfranchi, « Le football sarrois de 1947 à 1952. Un cont (...)

11On peut dégager deux phases dans la mise en œuvre de cette politique d’affiliation : une première phase allant de la fin 1947 à l’été 1949, au cours de laquelle il s’agissait d’obtenir une intégration complète du sport sarrois dans les structures sportives françaises. Puis une seconde phase – encore peu investie par la recherche – qui concerne l’européanisation, si ce n’est l’internationalisation du phénomène dans les années qui ont suivi et qui se retrouve tant au niveau des clubs qu’au niveau d’une équipe sarroise autonome. Revenons dans un premier temps sur la politique d’affiliation11.

Autonomie de la Sarre et affiliation du sport

  • 12 Cf. Cornelius Frie, « Der Sport im Saarland in der Nachkriegszeit. Olympiamannschaften und Nationa (...)

12Depuis le printemps 1947, les rencontres amicales entre clubs allemands et français s’étaient multipliées. La première se déroula le 27 avril dans le stade Kieselhumes de Sarrebruck, appelé à l’époque « Stade Jean Bart » – du nom d’un flibustier flamand au service de Louis XIV –, en présence de Jules Rimet, longtemps président de la Fédération Française de Football (FFF) et de la Fédération Internationale de Football Association (FIFA). Devant un parterre de 20 000 spectateurs, le 1. FC Saarbrücken s’inclina face à la grande équipe du Stade Reims, concédant 3 buts à 512. D’autres rencontres suivirent, face au FC Nancy ou au FC Metz, à l’Olympique lillois, l’AS Saint-Étienne ou le Stade français Paris. Il n’était pas rare que les matchs soient émaillés d’incidents. Ainsi, il pouvait arriver que les équipes sarroises perdent leur place de vainqueur, ce que le quai d’Orsay ne voyait pas d’un très bon œil et qui suscitait de sa part quelques sarcasmes :

  • 13 Correspondance des services administratifs du Quai d‘Orsay adressée au directeur de cabinet en cha (...)

« Les deux premières rencontres sportives franco-sarroises ont permis de constater : […] L’absence totale d’esprit sportif et de tenue du public sarrois, dont la frénésie chauvine rappelle de façon fâcheuse les manifestations des foules à l’époque d’Adolf Hitler […]. Il est donc essentiel que, dans tous les cas, la supériorité française s’affirme […]. En conséquence : 1) peu de rencontres, 2) ne présenter que des équipes de haute qualité, 3) victoire éclatante de la France sur les Sarrois lors de la prochaine rencontre »13.

  • 14 Cf. Correspondance de Grandval à Schuman, Orientation du sport sarrois, 4 juin 1949, APGG, dossier (...)

13Mais derrière tout cela se cachait bien davantage. Car le projet que nourrissaient Grandval et le gouvernement Hoffmann, c’est ce qu’on appelait l’« affiliation » du football sarrois. Ceci dit, les meilleurs clubs sarrois manifestaient également un intérêt certain pour leur intégration à des structures françaises. En fin de compte, l’adoption de la constitution de la Sarre fin 1947, impliquant son autonomie et sa séparation de l’Allemagne, signifiait la sortie du championnat d’Allemagne. Ce qui entraîna un certain nombre de difficultés découlant les unes des autres : manque d’adversaires de même rang, équipes moins performantes, chute du nombre de spectateurs, solde débiteur dans les caisses des clubs14. Un cercle vicieux qui a pu être enrayé à moyen terme par des rencontres de qualité et une compétition de haut niveau. Mais où auraient-elles pu se dérouler si ce n’est en France ?

  • 15 Cf. Harres, Sportpolitik an der Saar (note 4), pp. 66-68.
  • 16 Un championnat officieux qui n‘est évidemment pas répertorié dans les publications françaises : cf (...)

14Depuis la fin 1947, c’est le Cabinet en charge des questions de la Jeunesse et des Sports du Haut-commissariat français en Sarre qui se consacrait à la politique d’affiliation. Et en avril 1948 à Paris, des fonctionnaires en charge du sport côté français et sarrois décidèrent d’autoriser la libre compétition entre les clubs de part et d’autre, avec prise d’effet immédiate15. L’étape suivante fut d’abord la création de la Fédération de Sarre de Football (« Saarländischer Fußballbund ») en juillet 1948, puis l’introduction d’une Coupe de la Sarre disputée contre des équipes françaises de haut niveau, ainsi que la participation du 1. FC Saarbrücken, en tant qu’équipe invitée, au championnat de France de deuxième Division pour la saison 1948/49. Après les défaites du début contre Lille et Nantes, le club sarrois s’est ressaisi pour finir par triompher de ses adversaires. Il avait comptabilisé 59 points, avec 148 buts marqués et 50 encaissés. Si bien qu’à la fin de la saison, le 1. FC Sarrebruck, avec une avance incontestable, avait fini officieusement premier au classement du championnat de France de deuxième Division16.

  • 17 Courrier de Grandval à Schuman, Orientation du sport sarrois, 4 juin 1949, APGG, dossier 8, sous-d (...)

15Cette équipe ne devait-elle donc pas monter en première Division ? Ou tout du moins obtenir l’autorisation officielle de jouer les matchs inscrits au calendrier de la prochaine saison ? En tout état de cause, la voie du succès de la « politique d’affiliation » dictée par Grandval n’était-elle pas toute tracée ? Loin de là, car au bout du compte, cette « affiliation » connut un échec cuisant. Et ce en dépit de la mobilisation de l’ensemble des forces au service de cette « grande politique », depuis les partisans de l’autonomie côté sarrois et français en Sarre, en passant par le Quai d’Orsay jusqu’à Rimet, président de la FFF et de la FIFA. Dans une correspondance privée adressée à son ministre des Affaires Étrangères, Grandval expliqua de son point de vue la situation du football sarrois et les diverses options possibles : « La question qui se pose est de savoir s’il est préférable que l’équipe de Sarrebruck soit un jour en tête du Championnat de France ou en tête du Championnat d’Allemagne »17.

16Or, de part et d’autre, les choses avaient pris une tournure compliquée. Car en France, ce n’était pas d’hier qu’on entendait s’élever des protestations contre une « affiliation », surtout dans les rangs des clubs régionaux frontaliers d’Alsace et de Lorraine. Et ce n’était pas d’hier non plus qu’en Sarre, les fonctionnaires du football voyaient émerger en Allemagne de l’Ouest des alternatives. Ici et là en tout cas, dès juin/juillet 1949, ce fut l’escalade dans la « crise estivale » politico-sportive.

  • 18 Cf. Rapports des Préfets (RP) Moselle, 4 novembre 1946, AN F1cIII 1222 ; RP Bas-Rhin, avril 1946, (...)
  • 19 Pour ce qui est du département annexé de la Moselle, cf. Michel Laurent, Histoire du football en L (...)

17L’Est de la France avait de bonnes raisons de faire de la résistance, et ces raisons s’étaient accumulées : sans doute, la peur qu’il existe une concurrence entre clubs n’y était pas étrangère dans la mesure où les joueurs du Racing Strasbourg venaient d’être rétrogradés en deuxième Division. Aussi, en cas d’annexion officielle de la fédération sarroise, des matchs contre le 1. FC Saarbrücken seraient inévitables. Derrière tout cela, il y avait aussi et surtout le souvenir encore bien vivace de la guerre, l’occupation, l’annexion et l’enrôlement forcé. Qui plus est à une époque où les frontaliers français voyaient d’un mauvais œil la persistance des difficultés matérielles et où en Sarre, on espérait des conditions de vie meilleures18. S’ajoute à cela le souvenir – ressenti comme tel – de la mentalité foncièrement « prusso-allemande » des Sarrois, de leur vote massif en faveur de l’Allemagne – et d’Hitler – lors du plébiscite de 1935 mais aussi de celui des rencontres forcées entre Mulhouse, Colmar ou Metz et des équipes sarroises dans les championnats des « Gaue » (« Gauligen ») à partir de 194019.

  • 20 Cf. Christiane Eisenberg, Pierre Lanfranchi, Tony Mason, Alfred Wahl, FIFA 1904-2004. 100 Jahre We (...)

18Dans les hautes sphères du football sarrois, le scepticisme croissant vis-à-vis de l’affiliation s’expliquait moins par les problèmes du passé que par les perspectives d’avenir. Les premières options viables ont commencé à se dessiner après le 10 juillet 1949, date à laquelle la Fédération Allemande de Football réapparut avec nombre de vieux routards du football. Ainsi, Peco Bauwens par exemple, quelques années auparavant encore membre du comité exécutif de la FIFA avant d’en devenir le président, avait défendu au moins dans les premiers temps les projets nationaux-socialistes de mise au pas de la Fédération internationale de football20.

  • 21 Cf. Lanfranchi, « Der saarländische Fußball » (note 11), pp. 124-127.
  • 22 Cf. « Les deux tiers des footballeurs sarrois hostiles à toute affiliation à la Fédération françai (...)
  • 23 Courrier de Grandval à Schuman, Orientation du sport sarrois, 4 juin 1949, APGG, dossier 8, sous-d (...)

19Lors des assemblées cruciales au cours desquelles le sort de la politique d’affiliation se jouait à quitte ou double, des majorités clairement tranchées s’imposèrent21. Dans un premier temps, fin juin 1949, l’assemblée générale de la ligue d’Alsace rejeta à l’unanimité l’affiliation des clubs sarrois. Puis, l’assemblée plénière de la Fédération de Sarre de Football qui s’était tenue à Sulzbach le 17 juillet se prononça – avec une majorité de 601 voix contre 299 et 55 abstentions – contre une entrée dans la Fédération française de football22, décision que le quotidien messin « Le Lorrain », non sans un certain mépris, qualifia de « petit plébiscite » dont le résultat en faveur de l’Allemagne n’avait rien de surprenant : « Ce fut en somme sur une échelle très réduite, un petit plébiscite dont le résultat n’est pas fait pour étonner ceux qui connaissent les Sarrois ! »23

  • 24 Cf. l‘étude détaillée de Grossmann, « Sportpolitik im Saarland » (note 11), p. 520.
  • 25 Cf. sur ce thème Wahl, « La reprise des relations sportives » (note 11), pp. 218s.

20Ce qui est frappant, ce sont les différences d’appréciation importantes selon l’origine géographique des équipes affiliées à la SFB. Ainsi, contrairement aux clubs sarrois éloignés de la frontière, nombreux étaient les clubs frontaliers à considérer l’affiliation comme un avantage. Et ce sont justement des clubs de haut niveau à proximité immédiate de la frontière qui, dans les jours qui ont suivi le « non », ont déposé leur demande d’adhésion directement auprès de la FFF24. Mais le 23 juillet, le conseil national de la FFF a définitivement rejeté la motion qui prévoyait d’intégrer ces clubs au championnat de France : en dépit de l’abstention de sept membres de la direction, l’ensemble des 354 délégués a voté contre. Sur ce, Jules Rimet, après trente années passées à la tête de la Fédération, ne fut pas réélu lors du renouvellement partiel du bureau. Après s’être entretenu avec le Quai d’Orsay, Rimet, « en parfait citoyen », n’avait pas voulu s’opposer aux intérêts sarrois et par là aux desseins formulés par la « grande politique »25.

  • 26 Cf. la lettre de démission adressée par Grandval à Schuman, 26 juillet 1949, APGG, dossier 8, sous (...)

21Une chose est sûre, c’est qu’après de tels résultats, tout projet d’affiliation avait disparu de l’agenda franco-sarrois. Ce que Grandval ressentit non seulement comme une perte de prestige colossale pour la France, mais aussi comme l’annonce d’un retour inéluctable du sport sarrois dans le giron ouest-allemand : « Je constate, hélas, que l’incident qui vient de se produire dans le domaine du sport, nous fait emprunter une voie sur laquelle nous nous sommes déjà engagés il y a un quart de siècle, et qui nous mena au plébiscite qui nous fit perdre la Sarre »26.

  • 27 Cf. la réponse de Schuman à Grandval, 20 août 1949, APGG, dossier 8, sous-dossier Sport ; note de (...)

22À ses yeux, deux responsables étaient à l’origine de cette débâcle : d’un côté le ministre des Affaires étrangères et son manque d’engagement, de l’autre la pression insuffisante que Paris, par le biais des autorités préfectorales, avait exercée sur les responsables du football alsacien. Comparée aux autres aspects de la question sarroise, cette affaire de football n’était pas anodine. Au contraire, elle touchait du doigt la question fondamentale du concept d’autonomie. De nouveau, le haut-commissaire présenta sa démission, que Schuman accepta cette fois, tout en lui reprochant vertement « un ton que je juge inadmissible » à l’encontre du gouvernement et du ministre des Affaires étrangères. Ce qu’il confirma, après que Grandval, dans un autre courrier, se fût d’abord rétracté verbalement avant de changer d’avis – on ne sait pour quelles raisons – dans les jours qui suivirent27.

23En termes de politique sportive, Grandval et le gouvernement Hoffmann devaient limiter la casse et chercher des portes de sortie afin de conserver et de justifier l’autonomie de la région malgré ce revers. Et ce d’autant plus que les craintes que des fonctionnaires ouest-allemands pourraient désormais parier sur un revirement politique du sport sarrois étaient fondées. Comme l’atteste une correspondance confidentielle d’un membre de la direction de la « Fédération de football de la région sud-ouest » (« Südwestdeutscher Fußballverband ») au président de la SFB, Willy Koch, dans laquelle il fait allusion à un possible retour des clubs sarrois dans le giron du championnat d’Allemagne :

  • 28 Cf. Correspondance de Dr. Ernst Fürst, Neustadt/Haardt, adressée à Willy Koch, 25 juillet 1949, AM (...)

« Les footballeurs professionnels de Malstatt ont ramassé un tel carton contre la FFF samedi à Paris que ces messieurs proches de Helmer et Groenke pourraient bien trouver la possibilité de se rapprocher de la ‹ Ligue de la zone Nord › (Nordzonenliga). Pensez-vous […] que les joueurs de Malstatt et Neunkirchen à leur tour pourraient prétendre à une compétition officielle avec les clubs de la Nordzonenliga ? »28

  • 29 Cf. Judith Hüser, « Frankreich und die Abstimmung vom 23. Oktober 1955. Innen- und außenpolitische (...)
  • 30 Pour une analysée détaillée et accessible, cf. Bernardi, Fischer, Meyer, Olympische Geschichte des (...)

24La solution de rechange ardemment souhaitée consistait – comme quelques années plus tard dans le domaine politique29 – en une sorte de statut européen du football, les acteurs à Paris ou en Sarre optant davantage pour la carte de l’Europe de l’Ouest, voire la carte internationale. C’est ici que s’amorce la deuxième tentative d’instrumentalisation politique du football sarrois, tant des clubs que de l’équipe (nationale) sarroise. À l’époque, les projets discutés – et dont certains se sont en partie concrétisés –, se voulaient à bien des égards sous le signe de la modernité et des perspectives d’avenir. Mais dans le même temps, on peut les lire comme la disparition successive d’options décisives pour une intégration réussie et durable du football sarrois, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. À la fin, bien sûr, on a vu sa réintégration en 1951/52 dans les structures ouest-allemandes et à la fin aussi, on a vu cette vague de liesse après des « miracles sportifs » de la RFA, tel celui de Berne dans le stade Wankdorf en 1954. Pourtant, les gens étaient fiers de leur équipe « nationale » depuis l’adhésion provisoire de la Sarre à la FIFA en juin 1950 et depuis sa surprenante adhésion au CIO en mai de la même année, fiers aussi de la constitution d’une équipe olympique aux Jeux d’été de Helsinki deux bonnes années plus tard30.

Alternatives européennes et ré-intégration

  • 31 Cf. Der neue FCS – 1. FC Saarbrücken 1903-1983, édité par 1. FC Saarbrücken, Taunusstein, 1983, pp (...)
  • 32 Cf. correspondance de Grandval à Schuman lors la veille du premier match de qualification, 17 sept (...)

25Au niveau des clubs, le Haut-commissariat et le gouvernement sarrois avaient organisé pour la saison 1949/50 une coupe de la Sarre à laquelle allaient prendre part des stars internationales. Au départ, dix-huit clubs européens, dont dix pour la France seule, s’étaient portés candidats. Au final, entre septembre 1949 et mai 1950, quinze étaient entrés en lice et avaient affronté le 1. FC Saarbrücken sur la pelouse du Kieselhumes. Les derniers matchs de demi-finale et finale se sont déroulés les 10 et 11 juin 1950. Devant 22 000 spectateurs et en présence de Gilbert Grandval qui avait serré la main des finalistes avant le coup d’envoi, les joueurs de Sarrebruck se sont imposés face au Stade Rennais par 4 buts à 0, remportant ainsi la Coupe31. L’importance que la politique sarroise accordait à ce championnat se manifeste à travers la généreuse dotation financière, que ce soient les sommes rondelettes allouées aux dépenses de fonctionnement pendant les matchs de qualification ou les prix accordés aux vainqueurs à hauteur de deux millions de francs : « Outre une Coupe d’Honneur, 4 prix en argent seront distribués. Le premier est de 1 million, le second de 500 000, le troisième de 300 000 et le quatrième de 200 000 francs français »32.

26En dépit de telles largesses et de la présence des meilleures équipes venues d’Europe et d’Amérique du Sud, en dépit aussi de la victorieuse équipe qui jouait à domicile lors de la première édition de cette Coupe : le public se montra peu enthousiaste, et manifestement, il aurait préféré, semaine après semaine, assister à des matchs de qualité avec des clubs de première Division. Au contraire, il s’enflamma pour une rencontre amicale avec le 1. FC Kaiserslautern, le premier disputé depuis longtemps face à une équipe allemande réputée. À la surprise générale, le Haut-commissariat avait autorisé les clubs à jouer ce match le 26 octobre 1949 sur la pelouse du stade Kieselhumes. Aux yeux de Herbert Binkert, célèbre avant-centre de l’époque, les choses étaient limpides :

  • 33 Cf. L‘entretien avec Herbert Blinkert dans le cadre d‘une émission radiophonique de Ulf Dammann, « (...)

« Nous avons disputé ce match, le premier depuis longtemps où le 1. FC Kaiserslautern jouait à l’extérieur un jour ouvrable. Et les ouvriers n’ont pas eu de jour de congé parce qu’on était en semaine. Mais d’un coup, on a vu affluer 36 000 spectateurs au stade de Kieselhumes. On ne pouvait plus tirer un corner puisque tout le monde était sur la pelouse autour du drapeau. Les gens ont débrayé pour aller remplir les gradins du stade. Ils s’en fichaient. Comme c’était la première fois depuis longtemps, on peut en déduire que la majorité des Sarrois étaient foncièrement allemands, le sont et le resteront »33.

  • 34 Voir l‘analyse détaillée de Klimmt, Günther (éd.), Die Molschder (note 10), pp. 53-58.
  • 35 Cf. Grüne, Enzyklopädie (note 9), p. 439.
  • 36 Au sujet du Borussia et de son « voyage africain de la victoire », cf. Erich Manz (éd.), Festschri (...)

27Dans le même temps, les projets européens politico-sportifs des tenants de l’autonomie ont offert aux joueurs sarrois, dès l’après-guerre, des chances inespérées de s’adonner au tourisme du football et d’élargir leur horizon. Étaient concernées les équipes du haut du tableau. Ceci n’est pas uniquement attesté par les 23 000 kilomètres en train que les joueurs du 1. FC Saarbrücken ont avalés pour disputer leurs matchs de championnat de France de deuxième Division pendant la saison 1948/49. Ni par la Coupe de la Sarre mentionnée plus haut. Il y avait non seulement les nombreux matchs amicaux disputés contre des équipes étrangères de renom, les compétitions internationales comme le tournois de Pâques catalan, en Espagne, les semaines du « Festival of Britain » en Angleterre ou le « Copa Rio » au Brésil, mais aussi des tournées qui conduisaient en Belgique ou en France, en Espagne ou en Grande-Bretagne, au Danemark ou en Suède34. L’équipe est devenue un « véritable globe-trotteur »35. Des chances inespérées de s’ouvrir à de nouveaux horizons, ceci concernait en outre des clubs moins performants dont les chroniques et brochures commémoratives mentionnent les nombreux déplacements au-delà des frontières sarroises. Ainsi, le VfB Neunkirchen a entamé des tournées européennes, poussant même jusqu’en Afrique en 1951, le FC Ensdorf quant à lui a pris le chemin de la France, à plusieurs reprises et pour plusieurs jours. Au programme de ces séjours ? De petites rencontres aux environs de Paris, ou bien direction le sud ou les Pyrénées, avec un crochet par les châteaux de la Loire, où l’équipe finissait la saison par un match contre E.N.D. Lourdes, avant d’aller découvrir l’espace de quelques jours la côte méditerranéenne36.

  • 37 Cf. Note concernant un projet de Championnat International Belgique, Luxembourg, Sarre, 18 janvier (...)
  • 38 Cf. Emile Gauthier, directeur du département Jeunesse et Sports, Idées directrices pour un article (...)

28Ces séjours à l’étranger, qui n’ont fait l’objet d’aucune évaluation systématique, ne pouvaient rien changer à l’échec de la Coupe de la Sarre internationale. Dès la deuxième édition de 1950/51, les difficultés organisationnelles et financières avaient surgi et les spectateurs déserté les stades. Les matchs de demi-finale et de finale, prévus pour mai 1951, furent purement et simplement annulés et le prestigieux projet alla rejoindre les tiroirs du Haut-commissariat. À la place, on en sortit un projet – a posteriori beaucoup plus porteur –, l’organisation d’un championnat entre la Sarre, le Luxembourg et la Belgique37, discutée dès juillet 1949 et qui devait devenir à moyen terme un « championnat européen », une « superdivision européenne » comme l’indique une note de 1951 : « On pourrait même envisager un championnat européen qui placerait les équipes sarroises qui y participeraient sur un plan encore supérieur. Cette idée équivaudrait en fait à la création d’une superdivision européenne »38.

  • 39 Cf. Harres, Sportpolitik an der Saar (note 4), pp. 140-144, ici p. 141.

29Un accord côté luxembourgeois ayant été suivi par le refus de Bruxelles, le projet ne vit pas le jour. Un autre projet visait à associer le football et la politique du sport à de grandes entreprises sur les bords de la Sarre de façon à remplir les caisses régulièrement vides des meilleurs clubs, le 1. FC Sarrebruck et le VfB Neunkirchen en tête. Celui-ci non plus ne fut pas suivi des faits. On réfléchissait activement aussi à une « ligue industrielle » composée de huit équipes de joueurs professionnels disposant chacune de l’appui d’un puissant sponsor39. Une idée résolument avant-gardiste pour l’époque, qui certes était née de la nécessité, mais avait une longueur d’avance sur son temps.

30Le Haut-commissariat et le gouvernement Hoffmann avaient beau se raccrocher à la plus faible lueur d’espoir, ils n’avaient plus aucune alternative, au niveau des clubs, après l’échec de la Coupe de la Sarre. Il n’existait plus aucune possibilité vraiment viable de récupérer politiquement le football sarrois dans le sens de l’autonomie. Au contraire, la voie vers son intégration dans la ligue allemande Südwestliga semblait toute tracée. Une voie effectivement empruntée dès la saison 1951/52, au moment où début 1951, Hermann Neuberger, président de la Fédération de Sarre de Football (SFB), et futur président de la Fédération allemande de football (DFB), avec l’appui de la Rhénanie-Palatinat, sollicita la participation des meilleurs clubs sarrois au championnat de la Oberliga Südwest. Ce que DFB et FIFA acceptèrent en avril 1951. Les motivations des fonctionnaires de la SFB étaient d’ordre pragmatique : pas plus l’expression claire et nette d’une préférence nationale – préférence de la RFA cette fois – que l’échec de leur engagement pour l’« affiliation » du football à la France lors de l’assemblée de la Fédération de Sulzbach tout juste deux ans auparavant. Que ce soit calculé ou non, les effets se firent sentir bien au-delà.

  • 40 Cf. le télégramme d‘André François-Poncet du 19 juin 1952, AMAE Paris, Europe 1944-1960, sous-séri (...)

31Car il s’est exactement produit ce que la « grande Politique » sur les rives de la Sarre voulait éviter à tout prix. Fort de ses 6 points d’avance, le 1. FC Saarbrücken put, à la surprise générale, s’assurer le titre de la Oberliga Südwest (« Südwesttitel »), dès la première année de son retour, en battant le FC Schalke 04, le 1. FC Nuremberg et le Hamburger SV lors de matchs de qualification. Il remporta les trois matchs à domicile joués à guichet fermé au stade Kieselhumes qui, bien qu’ayant été agrandi à la hâte peu de temps avant, affichait complet avec ses 35 000 spectateurs. Ainsi, le symbole sportif de l’État autonome de la Sarre se retrouvait en finale du Championnat d’Allemagne pour affronter le 22 juin 1952 à Ludwigshafen, devant plus de 80 000 spectateurs, le VfB Stuttgart. Rongé d’inquiétude, André François-Poncet, Haut-commissaire français à Bonn, avait télégraphié à son ministère des Affaires étrangères trois jours plus tôt : « On s’accorde à prévoir que l’équipe sarroise l’emportera. Ce sera l’occasion des manifestations, en faveur de la Sarre et de son rattachement à l’Allemagne, qui risquent de prendre un tour désagréable pour la France »40.

  • 41 Cf. les souvenirs de contemporains diffusés lors de l‘émission radiophonique de Ulf Dammann, « Vor (...)

32Le 1. FC Saarbrücken s’inclina en finale, concédant à son adversaire un score de 2 buts à 3, mais à son retour, il n’en fut pas moins fêté comme un champion allemand. Des milliers de spectateurs avaient organisé des haies d’honneur dans les rues, comme si deux ans avant le « miracle de Berne », les fans sarrois venaient d’assister en petit à un « miracle de Ludwigshafen ». Le programme était classique : en Mercedes décapotable de la frontière sarroise jusqu’à la capitale, une réception prestigieuse aux frais du gouvernement, une montre en or offerte à chacun des joueurs, une émouvante allocution du ministre-président Johannes Hoffmann, qui seyait manifestement aussi à ses détracteurs41. À l’évidence, les années suivantes n’ont pas été marquées par les mêmes performances sportives, mais plus rien ne pouvait arrêter l’intégration d’une Sarre autonome dans les structures ouest-allemandes du football de haut niveau.

33Si la question du football sarrois a pris une dimension européenne puis internationale au niveau des clubs, il est un élément plus connu encore : ce sont les tentatives, au niveau de l’équipe sarroise – encore plus chargée symboliquement – de mettre sport et sportifs au service de l’autonomie. Des tentatives du reste couronnées de succès. Grâce à l’intercession française et à l’influence de Jules Rimet, la SFB est parvenue à intégrer en juin 1950 la Fédération internationale de football, une adhésion qui, en quelque sorte, posait les jalons pour une « équipe nationale » sarroise autonome. Les onze sarrois ont disputé seize matchs autour de Helmut Schön, futur entraîneur fédéral ; ces matchs contre les joueurs ouest-allemands étaient sans conteste les plus sensibles de la qualification pour la Coupe du monde 1954.

  • 42 Cf. note 21.
  • 43 Cf. à ce sujet Brüggemeier, Zurück auf dem Platz (note 20), pp. 76s.

34Ce n’est pas un hasard si l’on en était arrivé là. En effet, les groupes de qualification n’avaient pas été établis par tirage au sort mais fixés par la FIFA et Rimet – de nouveau « en parfait citoyen »42 – s’était investi en faveur d’une triangulaire Norvège – RFA – Sarre. Pour le grand public, la rencontre entre les deux équipes nationales signalisait clairement que la Sarre ne faisait pas partie de la RFA, mais représentait bien plus une création autonome tant au plan sportif que politique43. Par deux fois, Sarre et RFA ont dû s’affronter : à Stuttgart, le match aller d’octobre 1953 s’est soldé par la défaite sarroise 3 buts à 0. Fin mars 1954, le match retour s’est terminé par un score de 1 à 3 devant plus de 50 000 spectateurs. Ils avaient assisté à la rencontre dans le nouveau stade « Ludwigspark », la fierté du sport sarrois, inauguré officiellement quelques mois auparavant. Les deux rencontres se sont déroulées en l’absence totale de symboles de souveraineté nationale, en d’autres termes sans hymne ni drapeaux. C’est ce qu’avaient décidé d’un commun accord fédérations et acteurs politiques, non sans quelques hésitations préalables. Les sensibilités nationales étaient pourtant à fleur de peau, comme en témoignait l’important déploiement d’agents de police et ceux de la police criminelle à l’intérieur et autour du Ludwigspark, mais aussi un incident survenu dès le coup d’envoi que Weber, secrétaire de la police criminelle, présenta à son supérieur en ces termes :

  • 44 Cf. le compte-rendu de mission de Weber, secrétaire de la police criminelle, Betr. : Besonderes Vo (...)

« Le 28.3.1954, vers 15 heures 4, c’est-à-dire exactement 4 minutes après le coup d’envoi du match Sarre – RFA dans le stade Ludwigspark de Sarrebruck, des inconnus ont procédé à la diffusion illégale par hautparleur d’un message dont je juge la teneur communiste et pro-allemande, avec un passage du Deutschlandlied. Le volume était, à mon sens, suffisamment fort pour permettre au public massé dans le stade d’entendre clairement, malgré les cris d’encouragement à l’adresse des joueurs, une voix d’homme lancer : ‹ Les Allemands jouent contre les Allemands, ici même, dans le stade Ludwigspark bondé sur les rives de la Sarre allemande ! Le gouvernement séparatiste voulait interdire ce match contre nos frères allemands. Nous sommes allemands ! La Sarre est allemande ! La Sarre reste allemande ! › Suivit alors la première strophe du Deutschlandlied […] »44.

  • 45 Cf. l‘ouvrage concis de Thomas Raithel, Fußballweltmeisterschaft 1954. Sport – Geschichte – Mythos (...)

35On en arrive vite à la fin de l’histoire. Même si le « miracle de Sarrebruck » n’avait pas eu lieu lors des matchs de qualification pour la Coupe du monde en Suisse, les supporters sarrois, comme ceux de toute l’Allemagne d’ailleurs, saluèrent à peine quelques mois plus tard un autre « miracle », celui de Berne45. Quant à l’équipe sarroise, elle avait encore une dizaine de rencontres au programme des deux années à venir, la dernière début juin 1956 contre une équipe hollandaise du groupe B : depuis longtemps déjà, c’était le 23 octobre 1955, deux bons tiers des électeurs s’étaient prononcés par référendum contre le statut européen de la Sarre élaboré entre Paris et Bonn ; depuis longtemps déjà, son rattachement à la RFA au 1er janvier 1957 ne faisait plus aucun doute. Dès le printemps 1951, la situation était devenue hautement paradoxale sur le plan sportif, dans la mesure où l’équipe sarroise était, dès le départ, composée presque exclusivement de joueurs du 1. FC Saarbrücken. Ce sont donc ces mêmes joueurs qui, tantôt dans la Oberliga Südwest, vidaient de facto de sa substance sportive le concept politique d’autonomie, tantôt en tant que « joueurs de l’équipe nationale » devaient représenter l’État autonome de la Sarre. Les contradictions internes surgirent sans tarder sur le champ de bataille symbolique du terrain de football qui était aussi le lieu où la « grande politique » négociait l’autonomie.

Sport et politique

  • 46 Voir aussi le point de vue affirmé – à juste titre – de Michael Krüger, « Zehn Thesen zur Entwickl (...)

36De tout temps, le sport de masse organisé en fédérations – nationales ou internationales – s’est volontiers défini comme apolitique et neutre. Le sport et la politique étant deux poids deux mesures. Il n’existe pas de tir au but démocratique ou autoritaire, pas plus qu’un tir au but communiste ou fasciste, un catholique ou un protestant, un masculin ou un féminin, ni même un sarrois, français ou allemand. Il n’existe que le tir au but. Le sport moderne, qui a quitté l’Angleterre dans le dernier tiers du XIXe siècle pour se propager sur la planète entière, a beau apparaître officiellement comme innocent et inoffensif, il ne peut, par la force des choses, jamais l’être, compte tenu de ses implications dans des structures et des évolutions politiques et sociales46.

37Depuis ses premières heures, le sport moderne a été pris dans un rapport de force opposant d’une part la revendication de son indépendance, d’autre part la « nécessité de prendre position » politiquement parlant, en d’autres termes, la « récupération politique ». Un sport qui – davantage dans le rôle de l’acteur – a souvent revêtu lui-même une dimension politique du fait que des décisions politiques importantes aussi devaient être prises, et qui souvent – davantage dans le rôle de la victime – a été politisé de l’extérieur, puisque la politique a, de tout temps, instrumentalisé à ses propres fins ou à des fins nationales les sports populaires, événements ou succès sportifs. Un sport justement qui, dans la réalité historique et le contexte changeant d’une politisation de l’intérieur ou de l’extérieur, courait sans cesse le risque d’abandonner sa neutralité et de perdre son innocence.

  • 47 On retrouve les concepts de « Nations-Nations », « Nations-Régions », « Nations-Patries », « Natio (...)

38Ce qui, dans le sport de masse médiatisé, n’a cessé d’intéresser la « grande politique » aux couleurs et régimes les plus divers, ce n’est finalement pas, en premier lieu, le sport en tant que tel : ceci est peut-être venu ensuite. Le sport avait cela d’intéressant pour la et les politiques qu’il s’agissait d’un phénomène extraordinairement populaire, capable de mobiliser les foules et propre à remplir des fonctions politiques intérieures comme extérieures. Extérieures dans la mesure où le sport, les événements et succès sportifs peuvent être d’importants vecteurs des questions d’autoreprésentation nationale, régionale et locale et permettre de transmettre au monde des images de soi. Intérieures au moins pour trois raisons, correspondant aux différentes pouvoirs dont le sport dispose : un pouvoir de distraction et de divertissement d’abord (ainsi, il permet d’oublier les soucis quotidiens et d’envisager l’avenir avec sérénité) ; un pouvoir d’identification ensuite (lors des succès sportifs, il permet de transposer la fierté collective à un régime politique ou un gouvernement ; si bien que de la liesse collective émane loyauté politique et consolidation du système) ; un pouvoir d’intégration enfin (il permet de fusionner avec des événements sportifs par le biais de la médiatisation, suscitant une communion émotionnelle au niveau des « nations-nations », « nations-régions », « nations-patries », « nations-cités », « nations-quartiers », etc.47.

39Ces événements et ces succès ont-ils vraiment des effets politiques significatifs, comme on semble l’admettre à la tête des fédérations internationales ou sur la scène de la « grande politique » ? Ont-ils également un effet durable ou retombent-ils rapidement ? Peut-on y faire appel mécaniquement ou uniquement dans certaines circonstances ? Toutes ces questions nécessiteraient une réponse au cas par cas.

40Pour ce qui est de l’histoire du football sarrois entre 1945 et 1955, une analyse de ses interrogations apporte au moins deux éléments de réponse. D’une part, elle atteste de la tentative, menée avec fermeté, de récupérer politiquement le football de haut niveau. Ceci avec la « double ligne d’attaque » déjà évoquée : tournée vers l’extérieur, pour témoigner partout de l’autonomie politique de la Sarre et de sa séparation avec l’Allemagne, tournée vers l’intérieur, pour renforcer l’« identité sarroise » de la population et pour contribuer à la faire évoluer vers une identité quasiment « autonome ». De l’autre, il faut bien reconnaître que ces tentatives de récupération ont largement échoué car, cela n’a été ni possible ni faisable comme on le croyait au départ avec optimisme. Et que rétrospectivement, le football des années 1950 apparaît moins comme une sorte de code secret permettant à une « autonomie sarroise » d’exister durablement, que comme un champ symbolique où étaient inscrits le référendum d’octobre 1955, le vote majoritaire contre le statut européen et en faveur d’une solution ouest-allemande. Un champ symbolique où il s’est rapidement révélé que la plupart des personnes concernées vivaient et combinaient sans mal le fait d’être sarrois et allemand, alors que dans le même temps, le fait d’être sarrois et autonome dans un cadre européen impliquait une attractivité réduite pour un effort intellectuel trop important.

Notes

1 Sur l‘histoire sarroise au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, cf. Rainer Hudemann, Raymond Poidevin (éd.), Die Saar 1945-1955. Ein Problem der europäischen Geschichte, Munich, 1992 ; Edwin Dillmann, Richard van Dülmen (éd.), Lebenserfahrungen an der Saar. Studien zur Alltagskultur 1945-1995, St. Ingbert, 1996 ; Armin Heinen, Saarjahre. Politik und Wirtschaft an der Saar 1945-1955, Stuttgart, 1996 ; Rainer Hudemann, Burkhard Jellonnek, Bernd Rauls (éd.), Grenz-Fall – Das Saarland zwischen Frankreich und Deutschland, St. Ingbert, 1997 ; Paul Burgard, Ludwig Linsmayer, Der Saarstaat – L’État sarrois, Sarrebruck, 2005 ; Rainer Hudemann, Armin Heinen (Hg.), Das Saarland zwischen Frankreich, Deutschland und Europa 1945-1957. Ein Quellen- und Arbeitsbuch, Sarrebruck, 2007.

2 Cf. Dietmar Hüser, « Die Saar in den internationalen Beziehungen nach dem Zweiten Weltkrieg – Ungewisse Planspiele, zögerliche Praxis und funktionales Potential in einem nachgeordneten Politikfeld », in : Hudemann, Jellonnek, Rauls (éd.), Grenz-Fall (note 1), pp. 97-120.

3 Cf. pour une vue d‘ensemble Jeffrey Hill, « Sport and politics », in : Journal of Contemporary History, 38 (2003), pp. 335-361 ; Allen Guttmann, « Sport, politics and the engaged historian », in : ibid., pp. 363-375 ; Dietmar Hüser, « Moderner Sport und Geschichte als Wissenschaft – Zur politischen, gesellschaftlichen und wirtschaftlichen Verflechtung eines massenkulturellen Phänomens seit der zweiten Hälfte des 19. Jahrhunderts », in : Neue Politische Literatur, 51 (2006) pp. 223-263.

4 Malgré une étude détaillée de Wolfgang Harres, Sportpolitik an der Saar 1945-1957, Sarrebruck, 1997, la question du sport sarrois à l‘époque française ouvre encore de larges champs encore inexploités par la recherche. Voir plus récemment : Volker Bernardi, Martina Fischer, Peter Meyer, Olympische Geschichte des Saarlandes, Blieskastel, 2004.

5 Voir le courrier personnel adressé par Gilbert Grandval au ministre des Affaires étrangères Robert Schuman, Orientation du sport sarrois, 4 juin 1949, Archives Privées de Gilbert Grandval (APGG), St. Cloud, dossier 8, sous-dossier Sport.

6 Cf. Hervé Alphand, Note, Problèmes allemands, 18 juillet 1946, Archives nationales (AN), Paris, Archives privées et familiales, Georges Bidault 457 AP 60.

7 Cf. Hüser, Die Saar in den internationalen Beziehungen (note 2), pp. 101, 118s.

8 Cf. Stefanie Woite-Wehle, Zwischen Kontrolle und Demokratisierung. Die Sportpolitik der französischen Besatzungsmacht in Südwestdeutschland 1945-1951, Schorndorf, 2001 ; Id., « Entpolitisiert – entmilitarisiert. Der südwestdeutsche Sport unter französischer Besatzung 1945-1950 », in : Momente – Beiträge zur Landeskunde von Baden-Württemberg, 3/4 (2003), pp. 43-49.

9 Cf. Hardy Grüne, Enzyklopädie der europäischen Fußballvereine, Kassel, 1992, pp. 438-439 ; cf. surtout la description des premières rencontres d‘après-guerre dans la chronique du club SV Saar 05 Saarbrücken de Paul Dittscheid, « Nach dem zweiten Weltkriege », in : S.V. Saar 05 e.V. 1905-1955, édité par le SV Saar 05 Saarbrücken e.V., Sarrebruck, 1955, pp. 65-70.

10 Cf. Reinhard Klimmt, Herbert Günther (éd.), Die Molschder 1903-2003. 100 Jahre 1. FC Saarbrücken, édité par le 1. FC Saarbrücken, Sarrebruck, 2003, pp. 38-42, 45.

11 Au sujet du football sarrois, cf. Pierre Lanfranchi, « Le football sarrois de 1947 à 1952. Un contre-pied aux actions diplomatiques », in : Vingtième Siècle, 26 (1990), pp. 59-65, en allemand : « Der saarländische Fußball von 1947 bis 1952 – Gegenspieler der Diplomatie », in : Von der ›Stunde 0‹ zum ›Tag X‹ – Das Saarland 1945-1949, ed. par le Regionalgeschichtliches Museum Saarbrücken, Merzig, 1990, pp. 121-130 ; Alfred Wahl, « La reprise des relations sportives entre la France et l‘Allemagne après 1945 », in : Rainer Hudemann, Hélène Miard-Delacroix (éd.), Wandel und Integration. Die Pariser Verträge 1954 – Mutations et intégration. Les accords de Paris 1954, Munich, 2005, pp. 211-220 ; Johannes Grossmann, « Sportpolitik im Saarland 1945-1954 », in : Jahrbuch für westdeutsche Landesgeschichte, 31 (2005), pp. 509-530.

12 Cf. Cornelius Frie, « Der Sport im Saarland in der Nachkriegszeit. Olympiamannschaften und Nationalmannschaften unter der Saarflagge », in : Bernard Müller, Jörg Rodenbüsch (éd.), 100 Jahre 1. FC Saarbrücken – Das Fanbuch, Sarrebruck, 2003, pp. 97-112, ici p. 101.

13 Correspondance des services administratifs du Quai d‘Orsay adressée au directeur de cabinet en charge de la Jeunesse et des Sports à Sarrebruck, Camille Brissat, 14 mai 1947, Archives du Ministère des Affaires Étrangères/Centre des archives diplomatiques de Nantes (AMAE Nantes), Haut-commissariat français en Sarre, Cabinet, dossier 101 : Questions culturelles, jeunesse et sports, Janvier 1946-Avril 1952.

14 Cf. Correspondance de Grandval à Schuman, Orientation du sport sarrois, 4 juin 1949, APGG, dossier 8, sous-dossier Sport. On trouve des informations à ce sujet dans les nombreuses brochures commémoratives des clubs sarrois ; Cf par exemple : Franz Knoblauch (éd.), 60 Jahre Sportverein Röchling Völklingen, édité par le SV Röchling Völklingen, Völklingen, 1966, pp. 54s. ; Bruno Bouillon, Hans Schiestel (éd.), 90 Jahre Borussia VfB e.V. Neunkirchen – Jubiläumsausgabe 1995, édité par Borussia VfB e.V. Neunkirchen, Neunkirchen, 1995, p. 43.

15 Cf. Harres, Sportpolitik an der Saar (note 4), pp. 66-68.

16 Un championnat officieux qui n‘est évidemment pas répertorié dans les publications françaises : cf. Eugène Saccomano, Mémo foot 95/96, Paris, 1995, p. 312.

17 Courrier de Grandval à Schuman, Orientation du sport sarrois, 4 juin 1949, APGG, dossier 8, sous-dossier Sport.

18 Cf. Rapports des Préfets (RP) Moselle, 4 novembre 1946, AN F1cIII 1222 ; RP Bas-Rhin, avril 1946, AN F1cIII 1224 ; RP Moselle, 3 juin 1947, AN F1cIII 1302 ; RP Moselle, 9 novembre 1949, ibid.

19 Pour ce qui est du département annexé de la Moselle, cf. Michel Laurent, Histoire du football en Lorraine, Nancy, 1984, pp. 26-28.

20 Cf. Christiane Eisenberg, Pierre Lanfranchi, Tony Mason, Alfred Wahl, FIFA 1904-2004. 100 Jahre Weltfußball, Göttingen, 2004, pp. 277s. ; dernièrement, Franz-Josef Brüggemeier a porté un regard différent sur Peco Bauwens dans : Zurück auf dem Platz. Deutschland und die Fußball-Weltmeisterschaft 1954, Stuttgart, 2004, pp. 30-35 ; Nils Havemann, Fußball unterm Hakenkreuz. Der DFB zwischen Sport, Politik und Kommerz, Francfort/M., New York, 2005, pp. 244-254.

21 Cf. Lanfranchi, « Der saarländische Fußball » (note 11), pp. 124-127.

22 Cf. « Les deux tiers des footballeurs sarrois hostiles à toute affiliation à la Fédération française de football », in : Le Lorrain, 20 juillet 1949, AMAE Paris, Europe 1944-1960, sous-série Sarre, dossier 322 : Jeunesse et Sports.

23 Courrier de Grandval à Schuman, Orientation du sport sarrois, 4 juin 1949, APGG, dossier 8, sous-dossier Sport.

24 Cf. l‘étude détaillée de Grossmann, « Sportpolitik im Saarland » (note 11), p. 520.

25 Cf. sur ce thème Wahl, « La reprise des relations sportives » (note 11), pp. 218s.

26 Cf. la lettre de démission adressée par Grandval à Schuman, 26 juillet 1949, APGG, dossier 8, sous-dossier Sport.

27 Cf. la réponse de Schuman à Grandval, 20 août 1949, APGG, dossier 8, sous-dossier Sport ; note de Grandval au sujet d‘un entretien avec Schuman du 30 août 1949, 1er septembre 1949, APGG, ibid. ; Courrier du 30 septembre de Schuman à Grandval dans lequel il accepte sa démission, 1er septembre 1949, ibid.

28 Cf. Correspondance de Dr. Ernst Fürst, Neustadt/Haardt, adressée à Willy Koch, 25 juillet 1949, AMAE Nantes, Haut-commissariat Français en Sarre, Cabinet, dossier 101 : Questions culturelles, jeunesse et sports, Janvier 1946-Avril 1952.

29 Cf. Judith Hüser, « Frankreich und die Abstimmung vom 23. Oktober 1955. Innen- und außenpolitische Problemstellungen zur Lösung der Saarfrage », in : Hudemann, Poidevin (éd.), Die Saar (note 1), pp. 359-379, ici pp. 360-364.

30 Pour une analysée détaillée et accessible, cf. Bernardi, Fischer, Meyer, Olympische Geschichte des Saarlandes (note 4), pp. 145-226.

31 Cf. Der neue FCS – 1. FC Saarbrücken 1903-1983, édité par 1. FC Saarbrücken, Taunusstein, 1983, pp. 62-63.

32 Cf. correspondance de Grandval à Schuman lors la veille du premier match de qualification, 17 septembre 1949, AMAE Paris, Europe 1944-1960, sous-série Sarre, dossier 322 : Jeunesse et Sports.

33 Cf. L‘entretien avec Herbert Blinkert dans le cadre d‘une émission radiophonique de Ulf Dammann, « Vor dem Wunder von Bern – Als das Saarland gegen Deutschland spielte », Deutschland-Radio Berlin, 11 février 2004 ; pour la version-texte, cf. www.dradio.de/dir/sendungen/laenderreport/233200/ [23 avril 2006].

34 Voir l‘analyse détaillée de Klimmt, Günther (éd.), Die Molschder (note 10), pp. 53-58.

35 Cf. Grüne, Enzyklopädie (note 9), p. 439.

36 Au sujet du Borussia et de son « voyage africain de la victoire », cf. Erich Manz (éd.), Festschrift anläßlich des 50-jährigen Jubiläums der Borussia VfB e.V. Neunkirchen (Saar), édité par Borussia VfB e.V. Neunkirchen, Neunkirchen, 1955, p. 49 ; pour une analyse générale du FC Ensdorf comme « club de football à l‘étranger », cf. Werner Martin (éd.), 50 Jahre Fußball-Club Ensdorf-Saar 1912-1962, édité par FC Ensdorf, 1962, pp. 75-83.

37 Cf. Note concernant un projet de Championnat International Belgique, Luxembourg, Sarre, 18 janvier 1951, AMAE Nantes, Haut-commissariat Français en Sarre, Cabinet, dossier 101.

38 Cf. Emile Gauthier, directeur du département Jeunesse et Sports, Idées directrices pour un article sur le football sarrois, 24 janvier 1951, AMAE Nantes, Haut-commissariat Français en Sarre, Cabinet, dossier 101.

39 Cf. Harres, Sportpolitik an der Saar (note 4), pp. 140-144, ici p. 141.

40 Cf. le télégramme d‘André François-Poncet du 19 juin 1952, AMAE Paris, Europe 1944-1960, sous-série Sarre, dossier 322 : Jeunesse et Sports.

41 Cf. les souvenirs de contemporains diffusés lors de l‘émission radiophonique de Ulf Dammann, « Vor dem Wunder von Bern – Als das Saarland gegen Deutschland spielte », Deutschland-Radio Berlin, 11 février 2004 ; pour la version texte, cf. www.dradio.de/dir/sendungen/laenderreport/233200/ [23 avril 2006].

42 Cf. note 21.

43 Cf. à ce sujet Brüggemeier, Zurück auf dem Platz (note 20), pp. 76s.

44 Cf. le compte-rendu de mission de Weber, secrétaire de la police criminelle, Betr. : Besonderes Vorkommnis während des Fußballänderspiels Saarland – Deutschland ; ici : illegale Lautsprecherübertragung kommunistisch-prodeutscher Tendenz, 28 mars 1954, Privatnachlaß des damaligen Innenministers Edgar Hector, Carton 40, Unterdossier 5 : Fußball-Länderspiel Saarland-Deutschland.

45 Cf. l‘ouvrage concis de Thomas Raithel, Fußballweltmeisterschaft 1954. Sport – Geschichte – Mythos, Munich, 2004, pp. 78-86, pp. 101-106.

46 Voir aussi le point de vue affirmé – à juste titre – de Michael Krüger, « Zehn Thesen zur Entwicklung der deutschen Sportgeschichte. Anmerkungen zu Christiane Eisenberg », in : Sport und Gesellschaft, 1 (2004), pp. 84-91, ici p. 85.

47 On retrouve les concepts de « Nations-Nations », « Nations-Régions », « Nations-Patries », « Nations-Villes », « Nations-Quartiers » chez Paul Yonnet, Huit leçons sur le sport, Paris, 2004, p. 128.

Auteur

Né en 1962, Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Kassel

Isabelle Marivin (Traducteur)

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540