Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Football et identité

 | 
Ulrich Pfeil

I. Football et nation

Une petite nation sportive ?

L’entre-deux-guerres miroir de l’inégal enracinement du football en France

Paul Dietschy

Texte intégral

  • 1 Le regard sur la puissance « footballistique » effectuerait ainsi un parcours inverse à celui de l (...)

1Malgré le « grand soir » du 12 juillet 1998, la victoire au Championnat d’Europe en 2000 et la place de finaliste obtenue à la dernière Coupe du monde disputée en Allemagne, la France reste une « puissance moyenne » du ballon rond au moins en Europe. En effet, au contraire de l’Italie où le « calcio » parvient périodiquement à ressouder un pays désuni autour des exploits de sa « squadra » ou de l’Allemagne, longtemps paradigme de l’équipe victorieuse par excellence, les relations entre la nation française et le football n’ont jamais pris un cours passionnel ou contribué véritablement à la construction de l’identité nationale. Ainsi, la France n’a pas été définie par une qualité footballistique particulière jusque dans les années 1980 – 1990, même si le Stade de Reims et l’équipe de France qui remporta la troisième place de la Coupe du monde 1958 face à la République fédérale d’Allemagne (RFA), ont pu faire illusion, au moins dans l’Hexagone. À ce titre, on ne peut identifier nulle « hantise du déclin1 » dans un football français marqué jusqu’aux années Platini par la recherche sisyphienne d’une première consécration internationale.

2Est-ce le signe qu’au contraire d’un grand nombre des 207 nations sportives membres de la Fédération internationale de football association (FIFA), le football ne peut être considéré comme le jeu « national » du peuple français ? De fait, pâtissant de l’hégémonie de la culture sportive vélocipédique et concurrencé par le football-rugby, le football-association n’a gagné qu’assez tard une position réellement dominante dans le paysage des sports français, pendant que ses voisins se convertissaient totalement au culte du ballon rond. C’est donc ce « paradoxe français » que nous désirons analyser ici : celui d’un sport dont le triomphe est annoncé dès 1914 dans l’Hexagone et qui, à partir des années 1920, réunit le plus grand nombre de licenciés du sport fédéral, mais qui n’a pas compté, jusqu’à nos jours, parmi les attributs de l’identité nationale ou plus précisément de l’identité masculine française. Est-ce à dire qu’il existe donc une exception française en Europe : la « Grande nation » ne serait qu’un petit peuple de footballeurs ayant peiné pendant plus d’un siècle à affirmer son identité ?

  • 2 C’est-à-dire accepté faute d’une formule qui puisse concilier vertus sportives et sécurité matérie (...)
  • 3 Dans sa célèbre conférence à la Sorbonne intitulée « Qu’est-ce qu’une nation ? » prononcée le 11 m (...)

3Pour sonder cet enracinement relatif du « people’s game » en terre française, il nous semble essentiel de revenir à une période-clé de la construction des identités footballistiques en Europe : l’entre-deux-guerres. Alors qu’en Italie, en Espagne, en Belgique ou en Europe centrale, le jeu s’impose à des degrés divers mais néanmoins définitivement comme le « sport national » par excellence, la situation semble alors plus ambiguë en France. À l’ère du sport-spectacle et du professionnalisme enfin victorieux qui voit l’enracinement de la culture football au sein des masses urbaines européennes, le pays ne paraît pas gagné par la passion nationale de « l’association » malgré la création d’un championnat professionnel en 1932. Les vicissitudes d’un « professionnalisme de résignation »2 jusque dans les années 1980 semblent confirmer cet état de fait dont nous tenterons d’établir les causes. Cependant, il serait également abusif de prendre pour hypothèse de départ l’échec de l’acculturation footballistique en France. On peut en effet identifier deux « caractères originaux » du football français prouvant un relatif enracinement dans l’entre-deux-guerres : il s’agit d’une part, au-delà du succès de la pratique de masse, de l’importation réussie de la tradition inventée de la Coupe d’Angleterre et de son insertion dans la culture républicaine ; d’autre part, de la précoce importance numérique des footballeurs étrangers évoluant dans les clubs français et, pour les naturalisés, dans le onze tricolore, qui fait de l’équipe de France une vitrine de la nation élective par excellence, « plébiscite de tous jours » pour reprendre les célèbres propos d’Ernest Renan3, fondée sur le droit du sol et non sur celui du sang.

L’exception française : une « petite nation » du football ?

  • 4 Sur la construction du mythe Zamora en Espagne, cf. Andrew McFarland, « Ricardo Zamora : The First (...)

4C’est dans l’entre-deux-guerres que se constituent les traditions et les représentations sportives sur lesquelles s’est construit le succès du football dans les pays de l’Europe latine, succès ensuite amplifié par l’essor économique de l’Italie, puis de l’Espagne dans la seconde moitié du vingtième siècle, et par l’entrée dans l’âge de la télévision triomphante. Le professionnalisme, apparu au milieu des années 1920, accouche des premières vedettes du football dont l’aura dépasse les enceintes sportives, à l’instar de Ricardo Zamora « el Divino », le gardien de but de l’équipe d’Espagne4. De même, les succès des « azzurri » dans les Coupes du monde de football contribuent à faire du « calcio » l’un des divertissements préférés des masses urbaines et un motif de fierté nationale.

  • 5 Felix Martialay, Amberes. Allí nació la furia española, Madrid, 2000, p. 287.
  • 6 Juan Deportista, La Furia Española. De la Olimpiada de Amberes à la de Paris, Madrid, 1924.
  • 7 Paul Dietschy, Yvan Gastaut, Stéphane Mourlane, Histoire politique des Coupes du monde de football (...)

5Dès les Jeux olympiques d’Anvers en 1920, la presse espagnole s’approprie les appréciations d’Henri Desgrange, patron de « L’Auto », sur le style de jeu de leur équipe nationale qui obtient la troisième place dans le tournoi de football. L’art plein de vivacité et de fougue des footballeurs ibériques devient alors l’expression de la « furia española », écho lointain de la « furia francese » déployée par les soldats de Charles VIII à la fin du XVe siècle pour forcer le Val de Suse5. Le journaliste Martin Fernandez publie ainsi, sous le nom de plume de Juan Deportista, un ouvrage célébrant ces vertus sportives portant le même titre de « Furia Española »6. Dès lors, l’identification entre le sort et le style de jeu de l’équipe nationale et le destin et les attributs de la nation, devient un lieu commun de la presse sportive à tel point que la défaite litigieuse de l’équipe d’Espagne face à l’Italie, après deux rencontres de quarts de finale de la Coupe du monde, provoque une véritable indignation de l’opinion publique madrilène dont l’ambassadeur de France à Madrid, Jean Herbette, rend compte à Louis Barthou, son ministre de tutelle7.

  • 8 Football, 5 juillet 1934, no 236.
  • 9 Football, 2 août 1934, no 239.
  • 10 Football, 26 juillet 1934, no 238.
  • 11 Football, 19 juillet 1934, no 237.
  • 12 Football, 9 août 1934, no 240.
  • 13 Football, 11 octobre 1934, no 248.
  • 14 Football, 25 octobre 1934, no 250.

6Il serait malaisé de retrouver de tels phénomènes d’identification et les mêmes passions latines dans l’histoire du football hexagonal de l’entre-deux-guerres. Ainsi, alors que l’hebdomadaire français « Football » publie dans les mois qui suivent la Coupe du monde de 1934 une série de caricatures représentant les styles nationaux, la seule nation à ne pas se voir attribuer une manière particulière de jouer au ballon est… la France. De fait, si le footballeur autrichien incarne « l’artiste8 », son cousin allemand « le mathématicien9 », ses homologues hongrois et tchécoslovaque « le savant10 » et « le géomètre11 » ou encore l’exotique argentin « l’acrobate12 » et son frère ennemi uruguayen « le glorieux13 », le qualificatif du football français se résume seulement à la formule suivante : « en pleine ascension »14.

7Dans l’entre-deux-guerres, une telle assertion peut d’ailleurs passer pour très exagérée. En effet, le football français peine alors à se faire reconnaître sur le plan international alors que les résultats de l’équipe de France restent très irréguliers, oscillant entre victoire prometteuse mais sans lendemain, « Sedans footballistiques » répétés et défaites malheureuses sans avoir, comme à Bazeilles, « brûlé les dernières cartouches ». Le bilan des bleus est en effet résolument négatif : sur 117 rencontres, 67 se soldent par une défaite, 37 par une victoire et 11 par un match nul. Certaines années sont particulièrement désastreuses : au printemps 1927, l’équipe de France est laminée 4 à 1 par l’Espagne, 6-0 par l’Angleterre et même 13 buts à 1 par la Hongrie. La veille de cette déroute subie le 12 juin 1927, les bleus ont, il est vrai, abusé des petits fours et du champagne offerts par l’ambassadeur de France à Budapes. Par ailleurs, l’équipe de France ne dépasse pas le stade des quarts de finale pendant les trois premières Coupes du monde, en étant tout d’abord éliminée de justesse au premier tour par l’Argentine 1 à 0 en Uruguay et par le « Wunderteam » autrichien sur le score de 3 buts à 2 au stade Mussolini de Turin en 1934. Quatre ans plus tard, elle subit, au stade de Colombes, la loi des azzurri de Vittorio Pozzo, vêtus tout de noir pour l’occasion, en quart de finale du tournoi mondial sur le score de 3 buts à 1.

  • 15 Le Miroir des Sports, 767 (5 juin 1934).

8Au-delà d’un bilan sportif peu glorieux, des réserves avaient pu être émises sur la capacité des sélectionnés français à représenter dignement leur nation. C’est, par exemple, le jugement sévère porté par Gabriel Hanot à propos de certains membres de la délégation française en déplacement à Turin pour son premier et dernier match de la Coupe du monde de 1934. Pour l’ancien joueur devenu le directeur lettré du « Miroir des Sports », le comportement de certains bleus paraissait particulièrement inconvenant au pays de la discipline fasciste : « Tel ce remplaçant – relève Hanot – qui, connaissant une chanson italienne défaitiste et désobligeante pour le régime actuel, ne manqua pas de la chanter à ses camarades […]. Ou encore ce joueur qui alla assister à une réception au cours de laquelle il tenait le rôle de capitaine de l’équipe de France, avec une barbe de trois jours »15. Indisciplinés, peu soucieux de leur fonction représentative et perdant presque deux matches sur trois, les bleus renvoient alors une image peu flatteuse de ce que les organes de presse appelaient alors la « race française ».

9Leurs matchs disputés au Stade de Colombes ou au Parc des Princes n’en attirent pas moins la grande foule. À l’exception des parties de fin de saison disputées face à des adversaires d’envergure modeste et qui attirent un public clairsemé, la plupart des rencontres jouées face à l’Espagne, l’Autriche, la Hongrie, l’Italie ou l’Allemagne réunissent plus de 35 000 personnes. La première partie jouée dans l’histoire contre les footballeurs d’outre-Rhin le 15 mars 1931 établit même un record avec 40 076 spectateurs. Signe d’engouement pour le football ? Plutôt curiosité sportive pour « l’ennemi héréditaire » et expression d’un « patriotisme sportif » pouvant se déployer aussi bien dans le rugby à l’encontre des anglo-saxons, du cyclisme à l’égard des Belges et des Italiens ou encore de l’automobile. La même remarque semble valoir pour l’engouement suscité par le match nul arraché sur le score de trois buts partout à l’équipe d’Allemagne au stade du Grunewald à Berlin moins d’un mois après l’accession au pouvoir d’Hitler. La dramatisation du contexte peut ici encore justifier un enthousiasme inédit puisque selon la presse sportive :

  • 16 « Derniers échos du match France-Allemagne à Berlin », in : Match-L’Intran, 342 (28 mars 1933).

« À l’arrivée à Paris, lorsque le rapide entra en gare, ce fut un concert de cris, d’acclamations, d’interpellations frénétiques. On se bouscula pour les voir, pour les toucher, pour entendre le son de leur voix. On les réclama sur l’air des lampions. Jamais équipe de France de football ne reçut pareil accueil à son retour d’un match à l’étranger, eût-il été victorieux ! »16

  • 17 Eric Hobsbawm, Nations et nationalisme depuis 1780, Paris, 2001, p. 264.
  • 18 Georges Vigarello, « Les premières Coupes du monde, ou l’installation du sport moderne », in : Vin (...)

10Au-delà du contexte historique exceptionnel expliquant en grande partie cet enthousiasme inédit, il convient de resituer ce type de manifestation dans l’inscription du football dans la culture de masse des années trente. En effet, malgré la couverture de la presse et de la radio, le cas français ne semble être que la déclinaison très atténuée de la trajectoire du sport et du football qui deviennent dans l’entre-deux-guerres, selon Eric Hobsbawm, « une expression de lutte nationale, et les sportifs représentant leur nation ou leur État essentiellement des expressions de leur communauté imaginée »17. De même, les soutiens apportés alors à l’équipe de France, comme les 15 000 spectateurs français qui se pressent dans les tribunes du stade Mussolini de Turin en mai 1934 pour voir leur équipe perdre de justesse face au « Wunderteam » peuvent apparaître comme l’expression d’un premier tourisme sportif identifié par Georges Vigarello18. Et, alors que l’hebdomadaire « Football » crée dans les années trente un premier club de supporters de l’équipe de France, le voyage dans la capitale piémontaise fournit autant l’occasion d’une escapade à l’étranger et d’apprécier de visu les maîtres danubiens à l’œuvre, en l’occurrence les Autrichiens favoris de l’édition de 1934, que d’exprimer un engouement véritable pour les représentants, chaussés de crampons, de la nation.

Le football pratique de masse et jeu de la France industrielle

  • 19 Alfred Wahl, Les archives du football. Sport et société en France (1880-1980), Paris, 1989, pp. 17 (...)
  • 20 Jean Loup, Les sports et le droit, Paris, 1930, p. 49.
  • 21 Les fédérations affinitaires sont les organisations sportives constituées au début du vingtième si (...)
  • 22 Chiffres tirés du Fußball-Jahrbuch 1937, p. 66.
  • 23 La fédération principale (FIGC) réunissait 66 432 footballeurs dont les effectifs sont complétés p (...)

11Pourtant, entre les deux conflits mondiaux, la pratique du football se diffuse très largement en France : de 35 000 licenciés en 192119, le nombre de ses adeptes officiellement dénombrés passe à environ 116 277 en 193020, auxquels il convient d’ajouter les membres des fédérations « affinitaires21 » populaires telles que la fédération des patronages de France ou les organisations du sport ouvrier. Ainsi, le chiffre serait plus près des 200 000 que de la centaine de mille de footballeurs « encartés » par la Fédération Française de Football Association. Si le « Deutsche Fußball-Bund » compte dès 1921 plus de 467 962 membres, joueurs et dirigeants confondus, 986 046 en 1930 et 598 970 en 193622 dans un pays il est vrai plus peuplé, le football est bien, à la mesure de la France, un sport de masse alors que les effectifs des autres fédérations latines, au palmarès plus glorieux, ne dépassent pas ceux de la Fédération française de football-association (FFA). En 1931, par exemple, la péninsule italienne ne compte que 108 442 footballeurs23 et les années 1930 ne sont pas marquées par une augmentation remarquable.

  • 24 La Vie au Grand Air, 14 mars 1914.
  • 25 Sur cette diffusion, cf. Wahl, Les Archives du football (note 19), pp. 131-139 ; Paul Dietschy, «  (...)
  • 26 Voir notamment le cas du Racing Club de Lens qui au lendemain de la guerre perd son caractère bour (...)
  • 27 Loup, Les sports et le droit (note 20), p. 49. Sur un chiffre global de 300 125 licenciés, la FFFA (...)
  • 28 Gérard Noiriel, Les ouvriers dans la société française XIXe-XXe siècle, Paris, 1986, pp. 123s.
  • 29 Cf. Patrick Fridenson, « Les ouvriers de l’automobile et le sport », in : Actes de la Recherche en (...)
  • 30 Nicolas Ksiss, Mouvement ouvrier et ballon rond. L’exemple du football « corporatif » à la F.S.G.T (...)

12En France, en tout cas, la popularisation du football a été semble-t-il accélérée par l’acculturation sportive des tranchées. En effet, alors qu’en 1914, « l’association triomphante »24 semble dépasser son frère-ennemi, le football-rugby, la stabilisation du front consécutive aux premiers mois de guerre et l’introduction du ballon rond comme l’un des divertissements des poilus dans leurs cantonnements, favorisent la « conversion » des masses rurales et des classes populaires au jeu25. Désormais, le football-association n’est plus l’apanage de rejetons des dynasties industrielles dans le nord de la France ou du patriciat urbain des cités du sud-est26. En se diffusant dans toutes les couches de la population française, il devient un poids-lourd du sport français dont le nombre des licenciés représente environ un tiers du nombre de titulaires d’une licence fédérale27. Il prend alors, et la mutation s’accentue dans les années 1940-1950, le visage d’un sport populaire, voire prolétaire alors que la classe ouvrière s’uniformise avec la modernisation de l’industrie et l’essaimage de grandes unités de production dans la métallurgie, la construction électrique ou encore la chimie28. Le football devient aussi l’activité essentielle des clubs sportifs, d’entreprise que ce soit au CO Billancourt créé initialement par Louis Renault sous le nom de Club olympique des usines Renault et chez Berliet ou Peugeot29 ; de même, est-il au cœur du football travailliste et corporatiste qui se développe après la création de la FSGT en 193430.

  • 31 Sur le rapport des écrivains français au sport et au football dans l’entre-deux-guerres, cf. Pierr (...)

13Cependant, cette popularisation porte en elle-même ses limites. Se faisant moins élitiste, le football ne peut gagner les faveurs de la « génération intellectuelle » issue du front, qui croit retrouver dans le sport la fraternité des tranchées et aspire à fonder une éthique sportive exigeante. Même si un Jean Giraudoux préface en 1933 un recueil de nouvelles intitulé « La gloire du football », les écrivains sportifs tels que Jean Prévost ou Marcel Berger plébiscitent le vrai football, c’est-à-dire le rugby, contre « l’assoce » ce jeu de manchots et de mercenaires. Les préjugés des élites britanniques contre le caractère populaire et professionnel du football connaissent ainsi des prolongements durables sur le continent31.

  • 32 On placera le FC Sète, le SO Montpellier et l’Olympique Alésien dans cette France de l’Est.

14Sans aucun doute, les réticences nourries contre le ballon rond sont alimentées par la géographie du football français des années 1930. Certes, mis à part le quart sud-ouest de l’Hexagone gagné au rugby, l’association est assez bien diffusée : par le biais des patronages dans la France catholique de l’ouest et comme phénomène induit par l’urbanisation et l’industrialisation à l’est de la ligne Le Havre-Marseille. Toutefois, au plus haut niveau, la France industrielle s’arroge l’exclusive du football : ainsi, les clubs participant au premier championnat professionnel de Division I appartiennent tous à cette France de l’Est à l’exception du Stade Rennais32. Cinq ans plus tard, lors de la saison 1937/38, le club disputant le championnat de l’élite situé le plus à l’ouest est le FC Sète. Là encore, cette adéquation avec la France des métropoles et de l’industrie constitue sans doute un frein à l’adoubement du ballon rond comme sport national. De même, la position sociale des premiers promoteurs du professionnalisme tels que Georges Bayrou, président du FC Sète et négociant en vin, Jean Bernard-Lévy, patron du Racing-Club de Paris, homme d’affaires de la capitale, et Jean-Pierre Peugeot, fondateur du FC Sochaux et directeur des usines automobiles situées dans la périphérie de Montbéliard ou encore le constructeur automobile alsacien Émile Mathis pour un club en pleine ascension dans les années trente, le RC Strasbourg, ne plaide pas pour l’identification nationale au jeu.

  • 33 Cité par Jean-Luc Bœuf, Yves Léonard, La République du Tour de France, Paris, 2003, p. 95.
  • 34 Ibid., pp. 103-113.
  • 35 Sur ce thème du « chemin de ronde », cf. Paul Boury, La France du Tour. Un espace géographie varia (...)
  • 36 Sur la célébration du territoire hexagonal et de la nation française, cf. Georges Vigarello, « Le (...)

15En effet, dans une France partagée entre l’amour de la petite propriété et la méfiance voire le refus des trusts, secouée enfin par les différents scandales financiers, le football, sport professionnel par excellence, n’a pas toujours bonne presse. De plus, dans un pays où la population urbaine n’est devenue majoritaire qu’en 1931, il reste également le sport de la ville quand le cyclisme est, grâce aux courses sur route et en premier lieu le Tour de France, le sport-spectacle qui s’invite dans les campagnes. Surtout, depuis l’édition 1930, le Tour de France se dispute selon la formule des équipes nationales. Même si le patron de l’épreuve et du quotidien « L’Auto », Henri Desgrange, a aussi adjoint à cette innovation celle de la caravane publicitaire, la « nationalisation » des modalités de l’épreuve laisse à penser que les coureurs hexagonaux courront désormais avant tout pour défendre le drapeau tricolore, dans un sport valorisant l’endurance et l’abnégation. « Nos Français disciplinés, assagis » peuvent « accepter désormais n’importe quel défi de l’étranger » annonce Desgrange dans « L’Auto » du 22 juillet 193033 : le Tour devient alors « la fête nationale de la bicyclette » non exempte de débordements cocardiers34, suscités notamment par la symbolique du « chemin de ronde » que suit l’épreuve depuis la veille de la Grande Guerre35. Il se réinscrit ainsi dans la tradition politique républicaine des fêtes nationales empruntée à la Révolution : ces dernières peuvent désormais être aussi sportives36.

Le « génie national » français et le football

16Le tour de « passe-passe » effectué alors par Henri Desgrange ne peut être défini alors comme profondément original. De fait, le terme de « fête nationale » sportive apparaît au même moment dans le football. S’il est en effet une première expression du « génie national » français, s’il existe un trait caractéristique de la nation française trouvant place dans le champ du football, c’est bien d’avoir paré sa « tradition inventée » ou plutôt « importée » la plus populaire, la Coupe de France de football, des attributs de la fête républicaine.

  • 37 Il s’agit d’abord d’honorer le « glorieux » dirigeant des patronages ; cf. Fabien Grœninger, Sport (...)

17Certes, la compétition est née en 1871 outre-Manche et, avant la Grande Guerre, la fascination du football passe par l’admiration des foules océaniques que rassemble chaque année la finale de la Coupe d’Angleterre, honorée à partir de 1914 de la présence du roi ou d’un membre de la famille royale. Loin de copier servilement Albion, les dirigeants de la Fédération gymnastique et sportive des patronages de France (FGSPF) et ceux du Comité français Interfédéral (CFI), qui fait alors office de fédération de football, adaptent à partir de la saison 1917/18 l’idée et le format de la compétition au contexte français. La Coupe Charles Simon ou Coupe de France, du nom du secrétaire général de la FGSPF tombé au « champ d’honneur » en 191537, est en effet d’abord une compétition à fonds mémoriel honorant les footballeurs poilus morts pour la France et fournit l’occasion, pendant un entre-deux-guerres sur lequel plane l’ombre tutélaire des anciens combattants, de commémorer le souvenir de leur sacrifice, d’autant que la lecture des carnets, lettres et autres témoignages laissés par les soldats montrent que le ballon rond a été très largement découvert et pratiqué pendant les temps de repos derrière les lignes. D’ailleurs, pendant la saison 1939/40, la Coupe de France redevient la Coupe Charles Simon, comme un retour aux sources patriotiques. Cependant, comme le montre la correspondance échangée par les dirigeants français en 1916/17 et conservée par la Fédération française de football, il s’agit aussi d’intégrer la nouvelle épreuve aux exigences de la culture de masse : dès la première édition un premier contrat de parrainage est signé avec Lectures pour Tous du groupe Hachette, avant que l’un des fleurons de la presse populaire héritée du XIXe siècle, « Le Petit Parisien », ne patronne la compétition jusqu’en 1944. Ainsi, Henri Delaunay, ici encore la cheville ouvrière du projet, reprend la recette gagnante du Tour de France : l’association d’un groupe de presse, « L’Auto » pour la « grande boucle », à une épreuve à forte symbolique nationale.

  • 38 Voir par exemple la liste et les photographies des équipes engagées reproduites dans l’album commé (...)
  • 39 Cf. Alfred Wahl, « Les patronages et le football (1895-1918) » in : Yvon Tranvouez, Gérard Cholvy (...)
  • 40 Paul Dietschy, « La Coupe de France ›fête nationale du football français‹ dans l’entre-deux-guerre (...)

18De fait, la Coupe de France réemploie pour partie la thématique des « petites patries » déclinée par Henri Desgrange, le patron du Tour. La Coupe, étant ouverte à toutes les équipes affiliées à partir de 1919 à la Fédération française de football association (FFFA puis FFF), fait concourir toutes les France dont l’association des particularismes est gage de richesse nationale : Paris et la province, les France rurale et urbaine, laïque et catholique, ouvrière et bourgeoise, professionnelle et amateur38. Issue en partie de la fraternisation des tranchées entre les « hussards » de la République et les curés « sac au dos », reprenant donc indirectement l’héritage de la fête révolutionnaire lieu d’édification et de glorification de la nation, la Coupe de France symbolise la sécularisation du football, sport d’abord promu par la FGSPF et donc associé jusqu’au premier conflit mondial au cléricalisme39 et célèbre, à sa façon, un consensus républicain qui connaît alors son apogée avant de s’effriter dans les années trente. Henri Delaunay, désormais secrétaire-général de la FFFA et ancien des patronages qui a « trahi » la FGSPF en optant pour « dieu unique » le football, est l’incarnation de ce choix. Et, à partir de 1927, la présence à la finale du président de la République, du truculent Gaston Doumergue au plus pâle Albert Lebrun, renforce ce caractère de rituel républicain de la Coupe, dont les valeurs coïncident avec les idéaux méritocratiques d’une République de boursiers : dans un système par élimination directe, les valeurs sont nivelées et les amateurs méritants peuvent bouter hors de la compétition les professionnels indolents40. Mariant donc l’incertitude propre à la compétition sportive aux idéaux de la République, la compétition connaît un succès avéré aussi bien par le nombre de participants (202 équipes en 1921/22, 562 en 1934/35 et même 778 en 1939/40) que par le public de la finale dont le nombre dépasse les 40 000 spectateurs dès l’affiche FC Sète-Marseille disputée le 6 mai 1934 à Colombes.

  • 41 Gérard Noiriel, Le creuset français. Histoire de l’immigration XIXe-XXe siècle, Paris, 2006, nouve (...)
  • 42 Pour reprendre le titre de l’ouvrage d’Yves Lequin paru en 1988 chez Larousse.

19Outre l’insertion de la Coupe de France dans les rituels républicains, le football et ses dirigeants ont su composer avec un impératif découlant pour partie de la structure de la population française dans l’entre-deux-guerres : l’appel nécessaire à une main-d’œuvre étrangère pour combler le manque d’hommes d’un pays qui, dès la première moitié du XIXe siècle, avait été le premier à réaliser sa transition démographique. De fait, après l’embauche initiale de Britanniques, les clubs français ont commencé dans les années 1920 et 1930 à importer des footballeurs de l’Europe danubienne, productrice de talents que les difficultés économiques et politiques rencontrées par la Hongrie et l’Autriche forçaient à partir monnayer leur talent à l’étranger. Durant les années 1930, d’après Alfred Wahl et Pierre Lanfranchi, les équipes françaises comptent, selon les saisons, de 55 à 30 % de footballeurs étrangers originaires en grande partie de l’Europe centrale. Cette présence témoigne directement de la nécessité d’importer des travailleurs qualifiés qui manquent à l’économie du football et, de manière plus indirecte, de faire face à la terrible saignée de la Grande Guerre qui a atteint les forces vives de la population française en particulier masculine. En tout cas, le football français est alors largement cosmopolite et recourt massivement aux naturalisations, comme celle des Viennois Gusti Jordan ou Rudi Hiden qui viennent renforcer le RC Paris et aussi l’équipe de France : en ce sens les dirigeants des clubs contribuent au large flot de naturalisations, aux origines et aux motivations très diverses, qui marquent l’entre-deux-guerres en France41. Avec l’incorporation du « Marocain » Larbi Ben Barek en 1938 ou celle du fils du député du Sénégal Blaise Diagne, Raoul, l’équipe et le championnat de France présentent un visage affirmé de cosmopolitisme et d’« assimilation », en puisant dans le vivier des colonies, et incarnent sur les terrains de football « la mosaïque France42 », tout à la fois terre d’accueil dans une Europe en proie au nationalisme et à la xénophobie et nation élective pour ceux qui n’ont pas eu l’heur d’y être nés.

  • 43 Voir sur ces débuts : Alfred Wahl, « La Fédération Internationale de Football Association (1903-19 (...)
  • 44 Voir sur la vie de Jules Rimet : Jean-Yves Guillain, L’œuvre de Jules Rimet, Paris, 1998.
  • 45 Voir sur ces questions politiques et sportives : Christiane Eisenberg, Pierre Lanfranchi, Tony Mas (...)
  • 46 Jules Rimet, Le football et le rapprochement des peuples, Zurich, 1954, p. 11.
  • 47 Dietschy, Gastaut, Mourlane, Histoire politique des Coupes du monde (note 7), pp. 30s.
  • 48 Maurice Pefferkorn, Football joie du monde, Paris, 1944, p. 99.

20Pour finir avec cette période fondatrice du rapport particulier entre le football et les Français, il convient de relever une autre expression de l’inscription du ballon rond dans le « génie national ». Il s’agit de la capacité des dirigeants hexagonaux à projeter dans le champ du sport la tradition universaliste française. En effet, le footballeur français jusque dans les années cinquante ne s’illustre pas sur les pelouses ; il s’exprime avant tout dans les assemblées générales ou la commission exécutive de la Fédération internationale de football association. Fondée en mai 1904, la FIFA avait eu jusqu’en 1906 pour premier président un Français, Robert Guérin, journaliste au « Matin » et trésorier de l’Union des sociétés françaises de sports athlétiques (USFSA)43 et comme grande figure présidentielle de 1921 à 1954 Jules Rimet. Originaire de la France rurale (Haute-Saône), ancien sillonniste et dirigeant d’une société de contentieux44, Rimet a réussi à faire valoir ses talents de diplomate dans les nombreux dossiers mêlant sport et politique durant ses différents mandats45 et pensé la FIFA comme une « petite société des nations sportives » œuvrant pour « le rapprochement des peuples » réunis « dans un accord unanime sur l’intérêt du jeu46 ». Fin diplomate se faisant le promoteur d’une conception des relations internationales sportives pénétrée de l’esprit de Genève, il a su corriger l’effet des forces centrifuges qui menaçait l’existence de la fédération internationale dans les années trente. En ce sens, il a exprimé un « génie national » s’accomplissant davantage dans l’invention et l’organisation d’événements sportifs que dans la performance footballistique. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les dirigeants de la FIFA ont d’ailleurs décidé de l’honorer en baptisant, de son vivant, la Coupe du monde, symbole de l’internationalisme sportif, Coupe Jules Rimet. Si l’attribution était en partie usurpée, puisque c’est un autre Français, Henri Delaunay, qui lors des travaux préparatoires de 1927/28 et du Congrès d’Amsterdam de 1928, s’était fait le champion d’une compétition mondiale disputée tous les quatre ans et avait emporté la décision contre des projets géographiquement plus circonscrits47, elle n’en constituait pas moins un hommage indirect à ces deux dirigeants défenseurs de l’universalisme hexagonal. Synthétisant l’apport des deux Français animateurs des cénacles du football international, le journaliste Maurice Pefferkorn pouvait affirmer en 1944 que le football en général était « redevable de son éclat à M. Rimet, de sa solidité à M. Delaunay »48.

Héritage et infléchissements – Le football et les Français dans la seconde moitié du XXe siècle

  • 49 50 ans UEFA ; 1954-2004, Nyon, 2004, pp. 44-47.
  • 50 Cf. Gilles Monteremal, « L’Équipe : médiateur et producteur de spectacle sportif (1946-1967) », in (...)
  • 51 Depuis 1995, il s’agit du meilleur joueur évoluant en Europe quelle que soit son origine.
  • 52 Cf. Michel Platini, L’avenir de l’UEFA. Cinq engagements pour un mandat, disponible à l’adresse In (...)

21Si après le départ en retraite de Jules Rimet en 1954, la Fédération internationale n’a plus compté de Français parmi ses présidents, l’œuvre très héxagonale de création de compétition et de mise en place d’organisation a été perpétuée au moins dans les années cinquante. À l’universalisme de l’entre-deux-guerres a succédé un européanisme sportif devant autant à la logique de constitution de blocs continentaux du football qu’au contexte de la construction européenne. Ainsi Henri Delaunay compte aussi parmi les « pères de l’Europe »… du football avec l’Italien Ottorino Barassi et le Belge José Crahay. L’initiative de cette troïka sportive aboutit en effet à la naissance de l’Union Européenne de Football Association en juin 1954 à Bâle49, le siège du nouvel organisme étant installé jusqu’en 1960 dans les locaux de la Fédération Française de Football à Paris. Contre l’avis d’une partie des Européens, Delaunay plaide aussi en faveur d’un championnat d’Europe des nations qui serait disputé sur une base continentale à l’instar de la « Copa America » organisée depuis 1916 par les équipes sud-américaines. Cette initiative accueillie froidement par les grandes fédérations européennes ne se concrétise qu’en 1960 et la première édition disputée à Paris porte le titre posthume de coupe Henri-Delaunay. Entretemps, à l’instigation de Gabriel Hanot, Jacques Ferran et du quotidien « L’Equipe », avait été créée la Coupe d’Europe des clubs champions dont la première édition voit la victoire au Parc des Princes du Real Madrid face au Stade de Reims par quatre buts à trois50. Par la suite, si les personnalités d’envergure européenne ou mondiale ont fait souvent défaut au football hexagonal, le « génie français » se manifeste encore de manière sporadique. C’est le « ballon d’or » de l’hebdomadaire « France Football » qui, depuis 1956, récompense le meilleur joueur européen51 élu par un jury de journalistes continentaux ; c’est aujourd’hui le discours égalitariste du candidat puis président de l’UEFA Michel Platini qui défend une Europe démocratique du football contre les puissances de l’argent et s’oppose à l’adoption de l’arbitrage vidéo au nom de l’universalisme du ballon rond52.

  • 53 Encyclopédie générale des sports et sociétés sportives, 1946, p. 398.
  • 54 Chiffres proposés dans Pierre Delaunay, Jacques de Ryswick, Jean Cornu, Dominique Vermand, 100 ans (...)

22Cependant, les prétentions françaises à penser ou à organiser le football souffrent, jusque dans les années 1990, de faiblesses structurelles qui retiennent l’historien de classer la France parmi les grandes nations de football. Certes, le football reste le premier sport pratiqué en France. Il bénéficie comme des disciplines plus neuves telles que le basket-ball ou le handball de l’essor de la pratique sportive sous Vichy : alors que les footballeurs français sont au nombre de 188 760 en 1938, ils sont 216 527 dès 1942 et 277 832 en 194453. Et, pendant les trente glorieuses, le succès du football ne se dément pas : dès 1950, les footballeurs encartés sont plus de 440 000 et presque 700 000 vingt ans plus tard. Alors que la génération Platini n’a laissé qu’entrevoir son talent, on compte 1 412 718 footballeurs licenciés en 198054.

  • 55 Miroir du football, 193 (23 mai 1973).
  • 56 Le Groupement des clubs autorisés était alors le nom de la Ligue de football professionnel.
  • 57 Rapport à Monsieur le Secrétaire d’État auprès du Premier Ministre, chargé de la Jeunesse, des Spo (...)

23Pourtant, les dirigeants de la fédération française préfèrent tempérer l’illusion du nombre. Bien qu’au début des 1970 la FFF soit la quatrième association nationale de la zone UEFA en terme de licenciés après l’Allemagne, l’URSS et l’Angleterre, le nouveau président Fernand Sastre invoque un « indice de rayonnement », c’est-à-dire « le quotient du nombre de licenciés par le nombre de milliers d’habitants », défavorable à la France. L’indice français (17 ‰) aurait été situé alors en dessous de la moyenne européenne (20 ‰) et loin derrière les deux nations phares du football européen de la première moitié des années 1970 : les Pays-Bas (67 ‰) et la RFA (46 ‰)55. Selon Philippe Séguin, jeune énarque missionné en décembre 1972 par Joseph Comiti, secrétaire État chargé de la jeunesse, des sports et des loisirs, pour penser une réorganisation de fond du football professionnel en France, les dirigeants de la FFF et du Groupement56, tiennent alors « l’indice de rayonnement » pour un handicap structurel indépassable. Si l’on pouvait espérer une rationalisation de ses modes de gestion, « le football français était à sa place dans la hiérarchie européenne ». Cette position n’était que la manifestation d’un « indice de rayonnement tout simplement moyen qui lui-même [était] à rattacher à une constatation d’évidence : la France est un pays moyennement sportif »57. Plaidoyer pro domo contesté par le directeur du mensuel d’obédience communiste, « Miroir du football », François Thébaud, l’appel au chiffre aurait en fait visé à justifier le sérieux trou d’air dans lequel est ballotté le football français après l’embellie rémoise et suédoise. Alors que l’horizon continental des clubs français ne dépasse pas le deuxième tour des Coupes d’Europe et que l’équipe de France a été piteusement éliminée de la course à la qualification au Mundial mexicain de 1970 par l’équipe nationale norvégienne composée de joueurs amateurs, l’alibi de la tiédeur des Français pour le football sert surtout à exonérer, aux yeux de Thébaud et de son équipe, les dirigeants français et le directeur technique national, Georges Boulogne, de leurs responsabilités.

  • 58 Chiffres et estimations proposés par Loïc Ravenel dans La géographie du football en France, Paris, (...)

24Par-delà ces considérations sportivo-idéologiques, le football hexagonal est surtout affecté par un autre mal : les spectateurs désertent les stades. En effet, si en 1950 un match de première division attire en moyenne 11 403 spectateurs, il ne réunit, dix ans plus tard, que 8 244 personnes et seulement 6 555 en 1968. En deuxième division, la moyenne passe d’environ 5 000 en 1959 pour passer à 1 803 en 196958. Cet effondrement touche la plupart des stades de l’Hexagone mais est particulièrement spectaculaire à Paris. Or, il n’est pas fortuit que dans un État et une nation progressivement forgés par le centralisme royal puis jacobin, où le poids démographique de la région parisienne s’accroît pendant les trente glorieuses pour atteindre presque 20 % de la population totale du pays, le football professionnel sombre à Paris dans les années soixante. Faute de ressources financières et de spectateurs, le Racing Club de Paris abandonne son statut professionnel pendant la saison 1965/66 et disparaît pour de longues années de l’élite du football. Un autre club aux origines glorieuses, le Stade Français, déclare forfait en plein championnat de deuxième division en 1968. Seuls le Red Star et le Paris Football Club continuent à exister en faisant l’ascenseur entre la première et la seconde division, sans attirer la grande foule.

  • 59 Paul Dietschy, Antoine Mourat, « Professionnalisation du football et industrie automobile : les mo (...)
  • 60 Séguin, Rapport (note 56), p. 8.

25Les causes de cet échec sont multiples et renvoient aussi bien à des facteurs nationaux que locaux. La crise est d’abord une crise de financement qui a sans doute fort à voir avec les bouleversements structurels qui ont touché l’économie française à l’issue du second conflit mondial. En effet, l’essentiel des grands groupes industriels français sont depuis la Libération nationalisés : si certains comme Renault sont devenus des « laboratoires sociaux », leur action en faveur du sport passe avant tout par la promotion des activités de loisir de leurs comités d’entreprise ou encore timidement par la course automobile en tant que sponsor ou concurrent. Pour ceux qui ont pu garder leur indépendance comme Peugeot, l’heure n’est plus aux fastes du professionnalisme. L’entreprise de Montbéliard est toujours présente dans le football mais son club, le FC Sochaux, suit désormais la voie de la formation et de la vertu sportive au contraire de ses homologues européens tels que la Juventus de Turin désormais partie intégrante du groupe FIAT et fer de lance d’un professionnalisme dispendieux en Italie59. À Paris, comme ailleurs, l’ère des mécènes au solide patrimoine est révolue et bien des clubs doivent leur survie à des montages financiers dans lesquels le poids des collectivités locales ne cessent de d’augmenter. De fait, selon le rapport Séguin, le montant total des subventions versées par les municipalités à l’ensemble des clubs de première division à l’exception de Sedan et de Sochaux a crû de 38 % entre la saison 1969/70 et la saison 1971/72, passant de 5 662 372 à 7 827 300 francs60. Toutefois, il s’agit d’une transfusion de liquidités assurant davantage la survie des clubs que la mise en place d’une politique ambitieuse. Le Paris FC reçoit ainsi une subvention de 800 000 francs pour la saison 1971/72, ce qui le place en troisième position derrière le RC Strasbourg et le Stade de Reims, mais n’en fait pas pour autant un club d’envergure. Le statut particulier de la capitale qui ne redevient municipalité de plein exercice qu’en 1977 limite sans doute les prétentions des dirigeants parisiens, le Conseil de Paris ne voulant pas encore s’engager dans la voie suivie plus tard par Jacques Chirac à l’égard du Paris-Saint-Germain après son élection à la tête de la Mairie de Paris.

  • 61 Cf. Bernard Marchand, Paris, histoire d’une ville XIXe-XXe siècle, Paris, 1993, pp. 288-305.

26Il faut dire que les transformations de l’espace du Paris intra-muros pendant les Trente glorieuses ont porté un coup fatal au caractère populaire et ouvrier d’une partie de la capitale61, sans compter les effets de la décentralisation industrielle. La population parisienne devient toujours plus une population de cols blancs, moins encline à aller supporter une équipe de football qu’à assister à une rencontre de rugby, et se comportant de surcroît davantage comme un groupe de consommateurs exigeant quant à la qualité du spectacle que comme une communauté de supporteurs fidèle à son équipe contre vents et marées. La reconstruction du parc des Princes où évoluent le Paris FC et le Paris-Saint-Germain dans les années 1970 est à ce titre exemplaire puisque le stade est situé à la périphérie ouest de Paris à la limite du XVIe arrondissement et de la partie « bourgeoise » de Boulogne-Billancourt, bien plus loin des périphéries ouvrières du nord et de l’est parisien que ne l’était, aux grandes heures du Racing, le stade de Colombes. Si bien d’autres éléments pourraient venir expliquer les difficultés du football professionnel à Paris, comme la double identité provinciale et parisienne revendiquée par une grande partie des déracinés que compte la population de la capitale ou la place particulière du « show sportif » dans l’industrie du spectacle parisien, il n’en demeure pas moins que la place mineure occupée alors par le ballon rond dans la culture parisienne détermine pour partie sa position relativement marginale dans la culture nationale telle qu’elle est construite par le modèle centralisateur français.

  • 62 Cf. Jean-Pierre Augustin, « La percée du football en terre de rugby. L’exemple du sud-ouest frança (...)
  • 63 Ravenel, La géographie du football (note 57), p. 84.
  • 64 Paul Dietschy, « Une passion urbaine : football et identités dans la première moitié du vingtième  (...)

27Par conséquent, les places fortes du football français peuvent être appréhendées comme des isolats culturels dans lesquels le relatif succès du football s’explique par les conditions locales de son enracinement. Certes, après la seconde guerre mondiale, le football d’élite a conquis des positions à l’ouest de la ligne Le Havre-Marseille à Angers, Rennes et Nantes dans ou à la périphérie de l’aire bretonne et au sein même de la zone de prédilection du rugby à Toulouse et de manière plus pérenne à Bordeaux qui remporte dès 1950 un premier titre de champion de France62. Si en comptant le championnat de deuxième division des « interstices » sont comblés entre les « trois pôles originels » de la France de l’est (Paris, le département du Nord et le littoral méditerranéen jusqu’à Sète)63, il n’en reste pas moins que le football demeure un spectacle propre à la France la plus urbanisée. C’est ainsi la tradition portuaire et de ville d’immigration qui, à Marseille, fait très tôt du stade-vélodrome un creuset d’intégration des populations italienne, espagnole, corse et pour finir africaine ; c’est encore la culture ouvrière à Saint-Étienne ou Lens qui, dans des espaces urbains déstructurés, impose l’enceinte sportive comme l’un des rares lieux de sociabilité et de partage, alors que les cultures communiste et syndicale commencent à fléchir. Les raisons de la réussite du football ne sont pas alors à chercher dans une problématique nationale comme en Italie où le rapport à l’autre, c’est-à-dire à une partie de la population d’une ville considérée comme potentiellement antagoniste ou aux autres entités urbaines, concurrentes ou non de l’espace national, a constitué un puissant vecteur de développement du football64. Elles sont à retrouver dans les spécificités locales qui font que la passion pour le football se distingue de la moyenne nationale et peut être partiellement rapportée à celle qui caractérise les masses anglaises, italiennes ou espagnoles.

  • 65 Guy Roux, la « forte personnalité » ayant fait d’Auxerre un club réalisant le doublé coupe-champio (...)
  • 66 Voir sur les ressorts politiques locaux du club de Guingamp : François Prigent, « Football, argent (...)
  • 67 Didier Rey, La Corse et son football 1905-2000, Ajaccio, 2003, pp. 243-304.

28C’est également le particularisme de ces isolats qui explique ensuite que de petites villes puissent accéder à l’élite grâce à l’action de fortes personnalités soutenues par des municipalités plus ou moins conscientes de l’intérêt de faire ressortir des villes telles que Auxerre65 ou Guingamp66 dans l’espace national et même européen. En revanche, la montée en puissance du football corse au début des années soixante-dix constituerait dans cette optique une exception « italienne » dans le paysage du football national. Après avoir accédé à la deuxième division en 1965, l’AC Ajaccio et le SC Bastia intègrent l’élite du football professionnel respectivement en 1967 et 1968. Bastia atteint même la finale de la Coupe de France en 1972 et celle de l’UEFA en 1978. L’un des ressorts de la passion du « peuple corse » pour le football serait à trouver, selon Didier Rey, dans le basculement de l’identité sportive insulaire du désir d’intégration dans la nation française dans le « victimisme » et pour finir le nationalisme. Alors que les autorités du football français ont longtemps traîné des pieds avant d’accepter les clubs corses dans les compétitions à caratère nationale, cette intégration s’est de fait révélée fort décevante. Très rapidement en effet, la presse nationale et continentale stigmatise les particularismes des footballeurs et supporteurs corses à l’occasion d’« affaires » ou d’incidents ayant émaillé les rencontres Lens-Bastia en mai 1972 ou Bastia-Nice en avril 1976. Dès lors, au sentiment d’intégration dans la communauté sportive nationale se substitue la sensation pour l’opinion insulaire de voir systématiquement dénoncer les « peccadilles » des spectateurs les plus passionnés du stade de Furiani comme la manifestation d’une culture étrangère aux usages traditionnels du football français67.

29En tout cas, au-delà du cas assez particulier de la Corse et de son football, il est tentant de considérer que la particularité du système français combinant une tendance à la métropolisation du football à un certain essaimage du football de haut niveau dans la France rurale comme une preuve d’un intérêt mesuré pour le football de la part des Français. Dans les grandes villes, en particulier à Paris, la passion du football n’est jamais assez forte pour permettre l’existence pérenne de deux clubs professionnels comme à Barcelone, Madrid, Milan, Turin, Manchester ou Munich. Dans les campagnes, c’est la faiblesse du football des grandes villes qui consent l’émergence de clubs qui, grâce à des recrutements avisés et une active politique de formation, ont réussi dans le cas d’Auxerre à réaliser le doublé coupe-championnat trois ans après avoir atteint en 1993 les demi-finales de la Coupe de l’UEFA. S’il donne lieu à d’étonnantes réussites, ces succès sont également symptomatiques d’une faiblesse certaine : en Europe, dans les « grands pays » de football, les bastions du ballon rond sont d’abord les grandes villes et notamment, dans le cas anglais, dans la capitale. Outre les facteurs évoqués pour Paris, d’autres causes « historiques » peuvent être convoquées pour expliquer cette exception française.

  • 68 Sur les ambitions et les moyens de cette politique en faveur non seulement du sport mais aussi de (...)

30C’est tout d’abord la politique sportive volontariste des années gaulliennes qui a privilégié dans la réalisation de ses équipements la pratique de masse et les sports olympiques, au détriment d’un football considéré comme très éloigné de l’éthique sportive d’un Maurice Herzog68. Ainsi, simple coïncidence ou fait révélateur, de Gaulle est un hôte peu assidu des finales de la Coupe de France. De plus, les conceptions de la FSGT et du sport communiste fort diffusées parmi les enseignants d’éducation physique et sportive ont pu également constituer un solide antidote à la culture du football professionnel, d’autant que celui-ci traverse comme on l’a dit une crise profonde dans les années soixante.

  • 69 Cf. le numéro spécial de la revue Migrance, « Sport et immigration : parcours individuels, histoir (...)
  • 70 Marianne Amar, Nés pour courir. Sport, pouvoirs et rébellions 1944-1958, Grenoble, 1987, p. 191.
  • 71 Chiffres tirés des effectifs des clubs présentés par France Football 59, numéro spécial, été 1958.

31Cependant, les deux spécificités françaises identifiées dans l’entre-deux-guerres sont encore bien vivaces dans le football français et le distinguent pour longtemps de ses grands voisins. C’est tout d’abord l’appel à l’étranger ou encore l’intégration sportive du fils ou du petit-fils d’immigré. Comme on le sait, les nécessités de la reconstruction puis de la croissance ont créé de nouveaux appels d’air et un renouvellement des espaces de provenance des travailleurs étrangers. Aux Italiens, Polonais et Espagnols ont succédé les travailleurs originaires du Portugal et du Maghreb, puis de l’Afrique noire et de l’Asie de l’est et du sud-est. Même si le sport en général, le football en particulier, ont d’abord été des lieux privilégiés de l’« entresoi » aux travers des clubs communautaires69, les équipes de France sont devenues en partie, depuis les années 1950, des révélateurs de ces courants migratoires, à l’instar de la formation de 1958 menée notamment par Raymond Kopa l’ancien galibot polonais et Roger Piantoni l’Italien de Lorraine. De plus, l’équipe qui comprenait aussi Just Fontaine un Français du Maroc ou Maryan Wisnieski aurait pu compter parmi elle le défenseur central de Monaco l’Algérien Mustapha Zitouni et son compatriote de l’AS Saint-Étienne, Rachid Mekhloufi, si des cadres du FLN n’avaient pas enjoint à ces deux vedettes du championnat de France de première division de rejoindre une équipe qui devait jouer, jusqu’en 1962, 91 matches de propagande dans les pays du bloc socialiste et dans le monde arabe. C’est qu’aux côtés des fils d’Italiens et de Polonais désormais mieux considérés en France, les joueurs africains ont fait massivement leur apparition, alors que depuis 1945 « les recruteurs multiplient les tournées de prospection et les contrats pour attirer en métropole les athlètes les plus doués70 ». Ainsi lors de la saison 1958/59, plus de 29 footballeurs d’origine africaine évoluent dans le championnat de France de division et plus de 33 dans la division inférieure71. Dans les années 1960 et 1970, les footballeurs d’origine africaine comptent parmi les grandes vedettes de l’élite française qu’il s’agisse de Rachid Mekhloufi et de Salif Keita à Saint-Étienne ou de Mustapha Dalheb au Paris-Saint-Germain bien qu’en raison des indépendances leurs effectifs aient fondu.

32Si les joueurs africains restent à partir de la décolonisation fidèles à leurs couleurs, refusant même, dans le cas de Keita, de devenir français, l’équipe de France continue à porter l’empreinte des mouvements migratoires. Il ne s’agit plus désormais d’immigrés naturalisés mais de fils et de petits-fils, dans le cas de Michel Platini, d’étrangers venus s’installer en France. Avec l’arrivée de joueurs originaires des DOM-TOM tels que Marius Trésor ou Gérard Janvion, l’équipe de France demi-finaliste de la Coupe du monde 1982 symbolise donc l’intégration dans la société française des descendants de l’immigration latine et des Antillais qui viennent chercher du travail en métropole depuis les années cinquante.

  • 72 Archives de la Fédération française de football, « Compte rendu moral de l’exercice 1950-1951 par (...)
  • 73 Ibid.

33L’autre tradition héritée de l’entre-deux-guerres, la Coupe de France, qui assure jusqu’au temps de la télévision triomphante et des « partenaires » l’essentiel des revenus de la Fédération française de football, demeure également bien ancrée dans la symbolique sportive nationale. Ainsi, plus de 1010 clubs petits et grands participent à l’épreuve au cours de la saison 1950/51 qui voit l’US Valenciennes-Anzin alors en deuxième division atteindre la finale « grâce – selon Henri Delaunay – au grand courage dont firent preuve ses joueurs72 » et la victoire du RC Strasbourg. « Ainsi – oursuit Delaunay – l’Alsace détient le trophée qui perpétue la mémoire de Charles Simon, ce précurseur de notre indépendance. Jamais notre finale n’a mieux illustré que cette année ses droits à son titre de fête nationale du football et le Président de la République, par sa présence fidèle, a rehaussé une fois de plus le prestige de l’épreuve et de notre sport national »73. Outre la venue de Vincent Auriol puis René Coty, la Coupe de France reste fidèle aux idéaux méritocratiques en des temps où l’unité et l’identité nationales sont passablement troublés. Lors de la saison 1954/55, les clubs nord-africains sont admis à participer à l’épreuve et participent à la rhétorique égalitariste de la « Coupe » devant des foules enthousiastes. Ainsi, dès la saison 1956/57, les amateurs algérois d’El Biar « sortent » de l’épreuve le Stade de Reims récent finaliste de la Coupe d’Europe des clubs champions. Depuis, l’intérêt de l’épreuve repose toujours sur cette « chasse au gros » et la promotion du « petit », comme en témoignent le parcours d’Auxerre finaliste malheureux face à Nantes en 1979 ou de Calais, « Petit Poucet de la Coupe » évoluant en Championnat de France Amateur, battu également de justesse par « l’ogre » de Loire-Atlantique en 2000.

34Le succès d’une telle formule a donc perduré et contribué à la création, pour satisfaire également le désir des chaînes de télévision du service public de retransmettre du football, d’une nouvelle compétition intitulée Coupe de la Ligue et réunissant tous les clubs à statut professionnel du National à la Ligue 1. Même si l’écart entre les divisions y est plus limité, le principe niveleur du système de coupe reste très prégnant. Outre le bon parcours de clubs modestes, la compétition a ainsi vu en avril 2000 au Stade de France, la victoire finale de Gueugnon, un modeste club bourguignon habitué à la deuxième division, aux dépens du Paris Saint-Germain sur le score de deux buts à zéro, succès réamorçant, à partir du cas parisien, toute la logorrhée méritocratique sportive.

Conclusion : football et nation en France entre télévision et succès internationaux

35Jusque dans les années 1990, on peut donc considérer que si les Français ont formé un peuple de footballeurs assez pratiquant, ils ont en revanche nourri une passion assez tiède pour le football en tant que spectacle et phénomène identitaire. Très longtemps mal représentés sur la scène internationale par leur équipe nationale, ils ont accordé parcimonieusement leur soutien aux clubs qui n’ont été entourés d’un véritable engouement populaire que dans des contextes urbains et économiques très particuliers et en tout cas, toujours hors de Paris. Ces sociétés sportives, pour des raisons diverses, n’ont pu bénéficier pendant longtemps du soutien du capitalisme français et ne peuvent prétendre incarner les mêmes « traditions » que leurs rivaux anglais, italiens ou espagnols. Enfin, alors que le professionnalisme l’emportait définitivement en Europe avec la création de la Bundesliga en 1963, le football a connu une crise profonde du début des années soixante jusqu’au milieu des années soixante-dix.

36Les ambivalences apparues dans le football français de l’entre-deux-guerres ont donc longtemps pesé sur le rapport plutôt tempéré de la nation, ou plutôt de sa moitié masculine, au spectacle du football. Toutefois, ce dernier constitue un véritable miroir dans lequel on peut distinguer certains aspects du « creuset français » et les valeurs tout à la fois méritocratiques et égalitaristes qui fondent encore pour partie le consensus national et républicain.

  • 74 Voir sur le rôle de la télévision dans l’évolution du spectacle sportif : Éric Maitrot, Sport et t (...)
  • 75 Patrick Mignon, La passion du football, Paris, 1998, pp. 212s.

37Cependant, depuis le début des années 1990, les termes de ce rapport tendent à changer. L’émergence de la télévision comme un acteur essentiel de l’économie et du spectacle du football a pu en effet contribuer, depuis la diffusion du premier match de championnat de première division en novembre 1984 par Canal+74, à changer la donne. La prise en main du Paris-Saint-Germain par la chaîne cryptée en 1991 a largement participé à la fabrication d’identités partiellement inventées dans un pays à tradition jacobine. Les confrontations entre le Paris-Saint-Germain et l’Olympique de Marseille, que certains journalistes surnomment « el clásico » par référence aux duels Real Madrid-FC Barcelone, ont suivi une logique autant sportive qu’économique destinée à donner un peu de couleurs au produit d’appel de la télévision à péage, devenu aussi progressivement celui du quotidien « L’Equipe ». Elles ont favorisé également l’accélération de l’introduction de pratiques de soutien importées d’Angleterre et d’Italie, entamée depuis « l’épopée des verts » entre 1974 et 1977 et l’irruption du carnavalesque dans les pratiques de soutien. Il s’agit des « kops » et parfois de leurs hooligans produits d’importation anglaise, les pratiques de « tifo » et les ultras restant une « invention » transalpine75. De même, la « divine surprise » de 1998 et ses suites ont attiré vers le football la sympathie d’un nouveau public de téléspectatrices rompant partiellement le caractère intrinsèquement masculin de la culture football. De ce point de vue, et même s’il est un peu tôt pour le dire, une forme d’alignement de l’intérêt pour le football-spectacle sur un modèle européen serait en cours.

  • 76 Dépêche AFP du 1er janvier 2007.
  • 77 Sources Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA).
  • 78 En 2004, les 45 902 heures de programmes de sport ne représentaient que 3,9 % des programmes diffu (...)
  • 79 Enquête Médiamétrie, janvier 2007.

38Toutefois, bien que le football occupe les neuf premières places des cent meilleures audiences télévisées enregistrées en France en 2006 avec un record absolu pour la demi-finale de la Coupe du monde France-Portugal avec 22,2 millions de téléspectateurs76, l’engouement pour l’équipe nationale ou pour les performances d’un club, ne doit pas être distingué des stratégies économiques des grands groupes de communication. Programme toujours renouvelé grâce à la « magie » du direct, le football trouve pour le moment grâce aux yeux des diffuseurs et occupe la première place des rencontres sportives retransmises en 2005 sur les chaînes hertziennes avec 511 heures devant le tennis (321 heures) et le rugby (206 heures)77. Toutefois, il ne constitue qu’un faible pourcentage de l’offre globale d’images78 proposée à des Français qui, en 2006, passaient en moyenne trois heures et 24 minutes devant leur écran de télévision79. TF1 a même réduit fortement la voilure de ses retransmissions footballistiques en laissant le groupe France Télévisions remporter le nouvel appel d’offre pour la retransmission de la Coupe de France et en limitant le temps d’antenne consacré à la Champions League. Si les amateurs de football disposent désormais de nouveaux canaux tels qu’Internet ou les chaînes sportives ou cryptées pour assouvir leur passion, les grandes chaînes hertziennes n’ont toujours pas connu, en dehors de la période des Coupes du monde ou du Championnat d’Europe des nations, un véritable mitage de leurs programmes par le football. Signe sans doute que si les Français restent toujours un grand peuple de footballeurs amateurs avec, en 2006, 2 143 688 licenciés dont 50 232 féminines, ils nourrissent encore et toujours une passion mesurée pour le spectacle du football.

Notes

1 Le regard sur la puissance « footballistique » effectuerait ainsi un parcours inverse à celui de la représentation du pouvoir de contrainte et d’influence exercé par l’État français sur la scène internationale, marquée, selon Robert Frank, par la « hantise du déclin » ; cf. Robert Frank, La hantise du déclin : le rang de la France en Europe, 1920-1960 : finances, défense et identité nationale, Paris, 1994.

2 C’est-à-dire accepté faute d’une formule qui puisse concilier vertus sportives et sécurité matérielle des joueurs de haut niveau ; cf. Alfred Wahl, « Un professionnalisme de résignation », in : Sociétés et représentation, 7 (1999), pp. 67-76.

3 Dans sa célèbre conférence à la Sorbonne intitulée « Qu’est-ce qu’une nation ? » prononcée le 11 mars 1882 ; cf. Ernest Renan, Qu’est-ce qu’une nation ?, Paris, 1992, p. 55.

4 Sur la construction du mythe Zamora en Espagne, cf. Andrew McFarland, « Ricardo Zamora : The First Spanish Football Idol », in : Soccer and Society, 7 (2006) 1, pp. 1-13.

5 Felix Martialay, Amberes. Allí nació la furia española, Madrid, 2000, p. 287.

6 Juan Deportista, La Furia Española. De la Olimpiada de Amberes à la de Paris, Madrid, 1924.

7 Paul Dietschy, Yvan Gastaut, Stéphane Mourlane, Histoire politique des Coupes du monde de football, Paris, 2006, pp. 100-101.

8 Football, 5 juillet 1934, no 236.

9 Football, 2 août 1934, no 239.

10 Football, 26 juillet 1934, no 238.

11 Football, 19 juillet 1934, no 237.

12 Football, 9 août 1934, no 240.

13 Football, 11 octobre 1934, no 248.

14 Football, 25 octobre 1934, no 250.

15 Le Miroir des Sports, 767 (5 juin 1934).

16 « Derniers échos du match France-Allemagne à Berlin », in : Match-L’Intran, 342 (28 mars 1933).

17 Eric Hobsbawm, Nations et nationalisme depuis 1780, Paris, 2001, p. 264.

18 Georges Vigarello, « Les premières Coupes du monde, ou l’installation du sport moderne », in : Vingtième Siècle, 26 (1990), pp. 5-10.

19 Alfred Wahl, Les archives du football. Sport et société en France (1880-1980), Paris, 1989, pp. 179 et 266.

20 Jean Loup, Les sports et le droit, Paris, 1930, p. 49.

21 Les fédérations affinitaires sont les organisations sportives constituées au début du vingtième siècle autour des Églises ou des partis ouvriers. En France, dans l’entre-deux-guerres, il s’agit de la catholique Fédération gymnastique et sportive du travail (FGSPF), de l’Union française des œuvres laïques d’éducation physique (UFOLEP), de la Fédération sportive du travail et de l’Union des sociétés sportives et gymniques du travail (communiste et socialiste) qui fusionnent en 1934 en Fédération sportive et gymnique du travail (FSGT).

22 Chiffres tirés du Fußball-Jahrbuch 1937, p. 66.

23 La fédération principale (FIGC) réunissait 66 432 footballeurs dont les effectifs sont complétés par les 42 010 joueurs d’une organisation secondaire destinée aux jeunes et aux amateurs (ULIC) ; cf. Antonio Papa, Guido Panico, Storia sociale del calcio in Italia, Bologne, 2002, nouvelle édition, p. 145.

24 La Vie au Grand Air, 14 mars 1914.

25 Sur cette diffusion, cf. Wahl, Les Archives du football (note 19), pp. 131-139 ; Paul Dietschy, « La guerre, ou le ‹ grand match › : le sport, entre représentation de la violence et expérience combattante », in : Rémy Cazals, Emmanuelle Picard, Denis Rolland (éd.), La Grande Guerre. Pratiques et expériences, Toulouse, 2005, pp. 45-54 ; Pierre Lanfranchi, « La Première Guerre mondiale et le développement du football en Europe : l’exemple italien », in : Yvan Gastaut, Stéphane Mourlane (éd.), Le Football dans nos sociétés 1914-1998. Une culture populaire, Paris, 2006, pp. 136-145.

26 Voir notamment le cas du Racing Club de Lens qui au lendemain de la guerre perd son caractère bourgeois pour devenir « un club minier populaire » soutenu par la Compagnie des Mines du Pas-de-Calais ; cf. Olivier Chovaux, 50 ans de football dans le Pas-de-Calais. « Le temps de l’enracinement » (fin XIXe-1940), Arras, 2001, pp. 139-142.

27 Loup, Les sports et le droit (note 20), p. 49. Sur un chiffre global de 300 125 licenciés, la FFFA occupe le premier rang (116 277) devant la fédération de rugby (60 000), celle de boxe (38 281), de cyclisme (27 983) et d’athlétisme (22 000).

28 Gérard Noiriel, Les ouvriers dans la société française XIXe-XXe siècle, Paris, 1986, pp. 123s.

29 Cf. Patrick Fridenson, « Les ouvriers de l’automobile et le sport », in : Actes de la Recherche en sciences sociales, 79 (1989), pp. 50-62.

30 Nicolas Ksiss, Mouvement ouvrier et ballon rond. L’exemple du football « corporatif » à la F.S.G.T. dans le département de la Seine (1936-1939), mémoire de maîtrise, université Paris-I, 1994, pp. 95-99.

31 Sur le rapport des écrivains français au sport et au football dans l’entre-deux-guerres, cf. Pierre Charreton, Les fêtes du corps. Histoire et tendances de la littérature à thème sportif en France 1870-1970, CIEREC-Université de Saint-Étienne, 1985 ; Id., Le sport, l’ascèse, le plaisir. Éthique et poétique dans la littérature française moderne, CIEREC-Université de Saint-Étienne, 1990.

32 On placera le FC Sète, le SO Montpellier et l’Olympique Alésien dans cette France de l’Est.

33 Cité par Jean-Luc Bœuf, Yves Léonard, La République du Tour de France, Paris, 2003, p. 95.

34 Ibid., pp. 103-113.

35 Sur ce thème du « chemin de ronde », cf. Paul Boury, La France du Tour. Un espace géographie variable, Paris, 1997, p. 112.

36 Sur la célébration du territoire hexagonal et de la nation française, cf. Georges Vigarello, « Le Tour de France », in : Pierre Nora (éd.), Les lieux de mémoire. Les France. 2. Traditions, Paris, 1992, pp. 885-925.

37 Il s’agit d’abord d’honorer le « glorieux » dirigeant des patronages ; cf. Fabien Grœninger, Sport, religion et nation. La Fédération des patronages de France d’une guerre mondiale à l’autre, Paris, 2004, pp. 104s.

38 Voir par exemple la liste et les photographies des équipes engagées reproduites dans l’album commémoratif Le livre d’or de la Coupe de France (1917-1936), Collection « Les sportifs français », Saint-Brieuc, 1936.

39 Cf. Alfred Wahl, « Les patronages et le football (1895-1918) » in : Yvon Tranvouez, Gérard Cholvy (éd.), Sport, culture et religion, les patronages catholiques (1898-1998), Brest, 1999, pp. 193-200.

40 Paul Dietschy, « La Coupe de France ›fête nationale du football français‹ dans l’entre-deux-guerres » in : André Gounot, Denis Jallat, Benoît Caritey (éd.), Les Politiques au stade. Étude comparée des manifestations sportives du XIXe au XXIe siècle, Rennes, 2007, pp. 95-109.

41 Gérard Noiriel, Le creuset français. Histoire de l’immigration XIXe-XXe siècle, Paris, 2006, nouvelle édition, pp. 205s.

42 Pour reprendre le titre de l’ouvrage d’Yves Lequin paru en 1988 chez Larousse.

43 Voir sur ces débuts : Alfred Wahl, « La Fédération Internationale de Football Association (1903-1930) » in : Pierre Arnaud, Alfred Wahl (éd.), Sports et relations internationales, Metz, 1994, pp. 31-45.

44 Voir sur la vie de Jules Rimet : Jean-Yves Guillain, L’œuvre de Jules Rimet, Paris, 1998.

45 Voir sur ces questions politiques et sportives : Christiane Eisenberg, Pierre Lanfranchi, Tony Mason, Alfred Wahl, FIFA 1904-2004. Le siècle du football, Paris, 2004, pp. 274-284.

46 Jules Rimet, Le football et le rapprochement des peuples, Zurich, 1954, p. 11.

47 Dietschy, Gastaut, Mourlane, Histoire politique des Coupes du monde (note 7), pp. 30s.

48 Maurice Pefferkorn, Football joie du monde, Paris, 1944, p. 99.

49 50 ans UEFA ; 1954-2004, Nyon, 2004, pp. 44-47.

50 Cf. Gilles Monteremal, « L’Équipe : médiateur et producteur de spectacle sportif (1946-1967) », in : Le Temps des Médias, 9 (2007) 2, pp. 107-120.

51 Depuis 1995, il s’agit du meilleur joueur évoluant en Europe quelle que soit son origine.

52 Cf. Michel Platini, L’avenir de l’UEFA. Cinq engagements pour un mandat, disponible à l’adresse Internet suivante : www.fff.fr/common/ressources/250714.pdf.

53 Encyclopédie générale des sports et sociétés sportives, 1946, p. 398.

54 Chiffres proposés dans Pierre Delaunay, Jacques de Ryswick, Jean Cornu, Dominique Vermand, 100 ans de football en France, Paris, 1998, nouvelle édition, p. 399.

55 Miroir du football, 193 (23 mai 1973).

56 Le Groupement des clubs autorisés était alors le nom de la Ligue de football professionnel.

57 Rapport à Monsieur le Secrétaire d’État auprès du Premier Ministre, chargé de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs sur certaines difficultés actuelles du football français, établi par monsieur Philippe Séguin, auditeur à la Cour des Comptes, 12 février 1973, p. 6.

58 Chiffres et estimations proposés par Loïc Ravenel dans La géographie du football en France, Paris, 1998, p. 88.

59 Paul Dietschy, Antoine Mourat, « Professionnalisation du football et industrie automobile : les modèles turinois et sochalien », in : Histoire et sociétés. Revue européenne d’histoire sociale, 18/19 (2006), pp. 154-175.

60 Séguin, Rapport (note 56), p. 8.

61 Cf. Bernard Marchand, Paris, histoire d’une ville XIXe-XXe siècle, Paris, 1993, pp. 288-305.

62 Cf. Jean-Pierre Augustin, « La percée du football en terre de rugby. L’exemple du sud-ouest français et de l’agglomération bordelaise », in : Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 26 (1990), pp. 97-109.

63 Ravenel, La géographie du football (note 57), p. 84.

64 Paul Dietschy, « Une passion urbaine : football et identités dans la première moitié du vingtième siècle. L’exemple de Turin et de l’Italie », in : Histoire Urbaine, 3 (2001), pp. 133-148.

65 Guy Roux, la « forte personnalité » ayant fait d’Auxerre un club réalisant le doublé coupe-championnat en 1996 avec l’aide d’une équipe soudée a retracé dans un livre d’entretien en partie hagiographique les étapes de cet incontestable succès ; cf. Guy Roux, Dominique Grimault, Entre nous, Paris, 2006.

66 Voir sur les ressorts politiques locaux du club de Guingamp : François Prigent, « Football, argent et socialisme. En Avant de Guingamp, des instituteurs laïques à Didier Drogba (1912-2003) », in : Histoire et sociétés. Revue européenne d’histoire sociale, 18/19 (2006), pp. 88-96.

67 Didier Rey, La Corse et son football 1905-2000, Ajaccio, 2003, pp. 243-304.

68 Sur les ambitions et les moyens de cette politique en faveur non seulement du sport mais aussi de la jeunesse, cf. Jean-Luc Martin, Histoire de l’éducation physique sous la Ve République, Paris, 2004, nouvelle édition.

69 Cf. le numéro spécial de la revue Migrance, « Sport et immigration : parcours individuels, histoires collectives », deuxième trimestre 2003, no 22.

70 Marianne Amar, Nés pour courir. Sport, pouvoirs et rébellions 1944-1958, Grenoble, 1987, p. 191.

71 Chiffres tirés des effectifs des clubs présentés par France Football 59, numéro spécial, été 1958.

72 Archives de la Fédération française de football, « Compte rendu moral de l’exercice 1950-1951 par le secrétaire général ».

73 Ibid.

74 Voir sur le rôle de la télévision dans l’évolution du spectacle sportif : Éric Maitrot, Sport et télé. Les liaisons secrètes, Paris, 2005.

75 Patrick Mignon, La passion du football, Paris, 1998, pp. 212s.

76 Dépêche AFP du 1er janvier 2007.

77 Sources Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA).

78 En 2004, les 45 902 heures de programmes de sport ne représentaient que 3,9 % des programmes diffuses en clair.

79 Enquête Médiamétrie, janvier 2007.

Auteur

Né en 1964, Maître de conférence à l’Université de Franche-Comté ; chercheur au Centre d’histoire de Sciences Po (Besançon)

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540