Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Football et identité

 | 
Ulrich Pfeil

I. Football et nation

Football et identité nationale en Allemagne

Wolfram Pyta

Texte intégral

  • 1 Pour un développement systématique de cette approche, voir Wolfram Pyta, « German football : A cul (...)
  • 2 Thomas Luckmann, « Die massenkulturelle Sozialform der Religion », in : Hans-Georg Soeffner (éd.),(...)
  • 3 Andreas Reckwitz, Die Transformation der Kulturtheorien, Weilerswist, 2000.
  • 4 Habbo Knoch, « Gemeinschaft auf Zeit : Fußball und die Transformation des Nationalen in Deutschlan (...)

1Cet article tente d’évaluer, au moyen de propositions conceptuelles des sciences de la culture, le potentiel culturel inhérent au football1. Culture est entendue ici comme « configuration de sens orientée vers l’action », selon la définition que propose le sociologue de la culture Thomas Luckmann2. Elle se compose de schémas d’interprétation conditionnés qui non seulement viennent se fixer dans les têtes de certaines entités sociales, mais qui se manifestent aussi dans des actions ancrées dans le monde de la vie quotidienne3. C’est par le lien indéfectible entre certains contenus cognitifs et une pratique qui permet leur développement que l’historien de la culture peut repérer des champs d’action dans lesquels ces structures cognitives sont insérées et dans lesquels elles deviennent visibles. Et ainsi, nous en arrivons au premier point qui nous rapproche du football : en effet, le football peut être analysé comme une pratique culturelle intégrant des références extra-sportives. Il présente l’avantage particulier de se prêter aisément à une foule d’interprétations différentes et de proposer une « surface de projection » aussi claire que fidèle à des offres de sens très diverses4.

  • 5 Bernhard Giesen, Kollektive Identität, Francfort/M., 1999.

2Nous en arrivons au second point de nos réflexions, à savoir : quelle est la fonction sociale de ces références collectives ? Il est bien évident qu’il n’y a pas de communalisations stables possibles sans un tel fondement culturel. Les membres d’une communauté sont contraints, en effet, pour que celle-ci fonctionne, de s’entendre en permanence sur l’emploi de modèles culturels communs. Pour fonder une identité collective, il faut que l’entente se fasse sur les références communes et qu’elle se renouvelle sans cesse5. Aussi l’histoire culturelle essaie-t-elle de repérer des potentiels culturels qui ont la capacité de produire de l’intégration. Et l’historien de la culture ne doit pas négliger ici le football. Il est vrai que de lui-même le football ne fournit aucune explication du monde ; mais il n’en constitue pas moins une très forte caisse de résonance pour des schémas interprétatifs préexistants dont il parvient à exprimer, de façon spécifique, le pouvoir de communalisation.

I.

  • 6 Hans-Ulrich Wehler, Nationalismus. Geschichte, Formen, Folgen, Munich, 2001.
  • 7 Wolfram Pyta, « Der Beitrag des Fußballsports zur kulturellen Identitätsstiftung in Deutschland », (...)

3La question centrale que nous nous proposons de discuter ici est la suivante : dans quelle mesure le football a-t-il contribué, par le mécanisme précédemment évoqué, à la fondation d’une identité nationale en Allemagne ? La nation peut être considérée comme la construction culturelle qui disposait, jusqu’à une époque récente, de la plus grande force de mobilisation6 – ce que montre en autres l’enthousiasme avec lequel les soldats partaient au front en 1914, dans l’Allemagne du « Burgfrieden » et dans la France de l’« Union sacrée ». Jusqu’à la chute du Reich en 1945, le nationalisme était la plus grande force intégrative disponible – et c’est justement pour cette raison que le football n’était absolument pas nécessaire pour la formation de la nation. En d’autres termes : en Allemagne jusqu’en 1945, le football n’a joué qu’un rôle marginal en tant que miroir de l’idée de nation. Il est certain que le football a renforcé les identités – mais seulement au niveau local et régional7. Le football en Allemagne, c’était à l’époque un championnat dépourvu de ligue nationale supérieure, dans lequel on sacrait le champion d’Allemagne parmi les meilleures équipes régionales. Ainsi donc, dès les années 1920 et 1930, le football a renforcé des identités existantes sur le plan régional, ce que montre par exemple l’origine géographique des supporters des grands clubs allemands de l’époque, qui se recrutaient presque exclusivement parmi la population des grandes villes d’où ces clubs étaient issus, ou des environs.

  • 8 À ce sujet, voir l’ouvrage important de Steffen Bruendel, Volksgemeinschaft oder Volksstaat. Die « (...)
  • 9 Voir à ce propos le résumé instructif de Thomas Mergel, « Führer, Volksgemeinschaft und Maschine. (...)
  • 10 Cf. Nils Havemann, Fußball unterm Hakenkreuz. Der DFB zwischen Sport, Politik und Kommerz, Francfo (...)

4L’existence d’une organisation centrale du football allemand, la « Fédération allemande de football » (« Deutscher Fußballbund » – DFB), témoigne cependant de ce que le football a également renforcé sur le plan national le sentiment d’appartenir à une communauté. Le discours du football participait naturellement de la tendance, accentuée par la première guerre mondiale, à dépasser les différences socioculturelles qui demeuraient très marquées en Allemagne. La notion de « Volksgemeinschaft »8 constituait une catégorie de référence pour ce vaste mouvement qui touchait tous les camps politiques – elle servait de « point de fuite » terminologique pour exprimer des perspectives qui bénéficiaient d’un large consensus, notamment dans les milieux libéraux et sociaux-démocrates, avant que les nationaux-socialistes ne s’approprient peu à peu cette expression sur le plan politique pour en faire le cœur de leurs conceptions de la société9. Il n’est donc pas surprenant de voir que les dirigeants du DFB, dont les sympathies politiques étaient assez diverses sous Weimar, associaient à l’activité sportive qu’ils organisaient une mission hautement éducative qui consistait à s’opposer à la fragmentation socioculturelle en rassemblant des individus de milieux sociaux et culturels différents10.

  • 11 Per Leo, « ›Bremsklötze des Fortschritts‹. Krisendiskurse und Dezionismus im deutschen Verbandsfuß (...)

5Malgré tout, l’intégration du football dans le discours national était rendue difficile par des problèmes structurels dans l’organisation du football allemand. Les fédérations régionales de football veillaient jalousement à préserver leur indépendance et empêchaient la création d’une ligue nationale supérieure. Même les clubs les plus populaires des années 1930, comme le 1. FC Nuremberg ou le FC Schalke 04, se contentaient des défis de leur propre division régionale, et ils se montraient peu disposés à se mesurer à une plus rude concurrence nationale ou internationale. Ces déficits structurels, qui ont d’ailleurs persisté après l’établissement du « Troisième Reich », affectaient le niveau compétitif du football allemand sur le plan international11. La troisième place de l’Allemagne lors de la coupe du monde de 1934 est restée exceptionnelle ; en 1936, aux très prestigieux jeux olympiques de Berlin, l’équipe nationale allemande atteignait le comble du ridicule en perdant 2 à 0 contre le « nain » norvégien. Et lors de la coupe du monde de 1938, en France, l’équipe « grande-allemande » était encore éliminée au premier tour, malgré le renfort des joueurs autrichiens, par la Suisse.

6Le maigre bilan de l’équipe nationale d’Allemagne empêchait le football de prendre une dimension réellement nationale. En période d’exacerbation ultranationaliste, la nation allemande n’avait nul besoin du football pour construire sa propre image – pour cela, elle disposait d’un riche répertoire d’éléments symboliques qui relevaient en particulier du domaine militaire. Dans l’imaginaire nationaliste, l’Allemagne était une nation en armes et non en maillot de football.

II.

7En 1945, la chute du Reich rendait le nationalisme provisoirement suspect comme force constitutive de communauté. Désormais étaient également douteuses toutes les dispositions normatives qui avaient alimenté culturellement l’ultranationalisme. En particulier, les valeurs militaires étaient tellement méprisées que les Allemands de l’Ouest, en quête d’une nouvelle identité collective, devaient chercher à tâtons des offres de sens d’une autre nature. C’est cette situation historique exceptionnelle qui a permis au football de devenir le catalyseur de cette réorientation culturelle. Car il en est venu à occuper une place dans la société ouest-allemande comme dans aucun autre pays européen : en Allemagne de l’Ouest, après 1954, le football obtenait un statut symbolique et devenait une expression privilégiée de l’identité collective du jeune État ouest-allemand et de ses habitants.

  • 12 Rudolf Schlögl, Bernhard Giesen, Jürgen Osterhammel (éd.), Die Wirklichkeit der Symbole. Grundlage (...)

8Il est bon de faire ici quelques remarques sur la notion de symbole – en sa qualité de concept-clé des sciences de la culture. La force opératoire du concept de symbole réside dans sa capacité à donner une expression cohérente aux configurations de sens collectives et à les ériger en objets de communication. Une idée pure – comme l’idée de nation – ne peut se matérialiser et développer, par suite, sa force intégrative que lorsqu’elle est médiatisée par une forme concrète qui se fige en symbole. Aussi les symboles remplissent-ils une indispensable fonction de médiation : ils condensent des représentations culturelles qui échappent à nos sens, de telle sorte qu’elles épousent la forme sensible du symbole qui va les extérioriser12.

  • 13 Voir aussi Rudolf Oswald, « Das ›Wunder von Bern‹ und die deutsche Fußball-Volksgemeinschaft 1954  (...)

9Les symboles sont éphémères du point de vue historique. Quand les sensibilités politico-culturelles viennent à changer, les vieux symboles en déclin cèdent la place à des symboles plus jeunes qui prennent le relais. C’est d’ailleurs une période de changement qui a ouvert au football des perspectives exceptionnelles dans l’Allemagne de l’après-guerre : le football a acquis une dignité symbolique qu’on ne pouvait auparavant imaginer et il est devenu en Allemagne de l’Ouest l’expression concentrée des dispositions culturelles dans le monde de la vie quotidienne. Le sport en général et le football en particulier prouvaient ainsi de manière frappante leur caractère profondément symbolique13. On ne saurait pourtant expliquer la fortune extraordinaire du football en Allemagne de l’Ouest sans un contexte particulier que je voudrais maintenant aborder.

III.

10Nous devons tout d’abord nous arrêter un instant sur un aspect qui relève exclusivement de l’histoire du sport : la coupe du monde de 1954 en Suisse. La victoire, en finale, de l’équipe allemande 3 buts à 2 contre une équipe hongroise qui semblait invincible, déclenche une vague d’enthousiasme pour le football d’une ampleur inédite en Allemagne. Pour les supporters allemands, le scénario était idéal : l’équipe ouest-allemande était arrivée en Suisse comme outsider ; après un démarrage difficile, elle avait progressivement élevé son niveau de jeu et surclassé magistralement (6 à 1), en demi-finale, l’équipe autrichienne qui pourtant imposait le respect. En finale contre les Hongrois qui restaient invaincus depuis des années, les choses avaient paru reprendre un cours normal : menant 2 à 0 au bout de huit minutes, les archi-favoris semblaient s’être mis à l’abri de toute mauvaise surprise. C’est alors qu’on avait assisté à un retournement de situation comme on n’en avait encore jamais vu en finale de coupe du monde. L’équipe outsider égalisait à la 16e minute, et finissait, après avoir résisté aux furieuses attaques des Hongrois, par inscrire le but de la victoire six minutes avant le coup de sifflet final. Pour la première fois, une équipe allemande avait remporté la coupe du monde – et surtout au cours d’un match d’une rare intensité.

  • 14 Franz-Josef Brüggemeier, Zurück auf dem Platz. Deutschland und die Fußball-Weltmeisterschaft 1954,(...)

11En somme, il a fallu un grand exploit sportif sur le plan international pour que le football puisse avoir cette destinée extraordinaire. Nous devons maintenant quitter le domaine purement sportif, car ce qui retient ici l’attention de l’historien de la culture, c’est qu’un événement au départ essentiellement sportif ait attiré des millions de personnes qui, en général, avaient montré jusqu’ici très peu d’intérêt pour le football14. La victoire de Berne avait plongé tout un pays dans l’euphorie alors que, dans la foule en liesse, très peu de gens connaissaient toutes les subtilités des règles du jeu. Cet état de choses s’explique simplement par le fait que ces personnes avaient associé des références extra-sportives à un match de football et qu’elles lui avaient donné une très grande signification. Mais pour quelle raison s’étaient-elles approprié un événement sportif important et l’avaient elles transformé en phénomène culturel ?

  • 15 Commentaire du 5 juillet 1954, reproduit in : Uwe Knüpfer, Rolf Potthoff (éd.), 1954. Das Jahr in (...)

12Pour rendre compte de la victoire de leur équipe nationale, des millions d’Allemands invoquaient une forme de communalisation qu’ils avaient eux-mêmes connue dans la Wehrmacht : cette « fraternité d’armes » (« Kameradschaft ») qui leur avait permis de survivre plus d’une fois, ils la considéraient comme le seul élément encore capable de transmettre, dans un environnement hostile, le sens de la communauté. La « Westdeutsche Allgemeine Zeitung », le grand journal de la Ruhr qui paraissait à Essen, donnait pour eux la prétendue recette miracle de la victoire de Berne : « Une équipe de onze frères d’armes (Kameraden), combattant jusqu’au bout, a réussi l’exploit »15.

  • 16 Habbo Knoch, Die Tat als Bild. Fotographien des Holocaust in der deutschen Erinnerungskultur, Hamb (...)
  • 17 Franz-Josef Brüggemeier, « Eine virtuelle Gemeinschaft. Deutschland und die Fußballweltmeisterscha (...)
  • 18 Oswald, « Wunder von Bern » (note 13), pp. 98-101, montre aussi ce lien, mais il ne tient pas comp (...)

13Le recours à cet idéal de la « fraternité d’armes »16 – non suspect sur le plan politique – pour surmonter la victoire d’une manière cohérente signifiait également le refus de toute forme de nationalisme agressif. En ce 4 juillet 1954, les Allemands laissaient libre cours à leur joie, sans débordements nationalistes, pour célébrer un événement dans lequel ils ne voyaient pas le triomphe de la supériorité nationale17, mais la preuve que la communauté de survie que constituait la « fraternité d’armes » faisait encore bonne figure. Le « miracle de Berne » avait soudé les Allemands dans un grand collectif – seulement, la référence commune n’était plus, après les excès de l’ultranationalisme en Allemagne, la volonté de démontrer la supériorité nationale, mais de célébrer les vertus de la « fraternité d’armes ». Certains éléments du discours sur la « Volksgemeinschaft » ont été alors transposés dans le football sous une forme atténuée. Il est vrai que la réussite sportive semblait justifier dans une certaine mesure les positions des dirigeants influents de la DFB qui estimaient que, par-delà les clivages sociaux et culturels, le football avait une vocation intégrative sur le plan national18. La réussite sportive a pu être introduite dans des références familières à la communauté parce que la « fraternité d’armes » était disponible comme interprétation pour remplacer la « Volksgemeinschaft » politiquement suspecte.

  • 19 Sanna Inthorn, « A game of nations ? Football and national identities », in : Tomlinson, Young (éd (...)

14Ces références devaient d’ailleurs profondément marquer le football jusque dans les années 1960 : le football allemand semblait refléter des vertus que l’on considérait comme typiquement allemandes ; on avait là une équipe, composée de onze « frères d’armes » entièrement dévoués les uns aux autres, qui compensait ses insuffisances techniques par un jeu très physique et une combativité sans faille. En devenant l’expression équivalente d’un caractère national qui se développait en son sein, le football se révélait un miroir des stéréotypes nationaux19.

15Dans la jeune République fédérale d’Allemagne, l’offre symbolique était des plus réduite car, au début des années 1950, soit cinq ans après le retour de la souveraineté étatique, la nation allemande, séparée en deux États, ne pouvait prétendre aux symboles traditionnels de la souveraineté nationale ; de plus, les puissances occupantes avaient empêché la renaissance du nationalisme traditionnel allemand. C’est ce déficit symbolique qui a donné au football la possibilité historique de venir combler l’espace devenu vide. Ainsi, la première victoire de l’équipe nationale allemande en coupe du monde accédait en RFA au rang qui, dans les autres pays, eût été réservé aux héros de la nation ou aux triomphes militaires. À Bonn le 19 juillet 1954, dans son discours de réception en l’honneur des tout nouveaux champions du monde, le ministre de l’Intérieur ouest-allemand avait lui-même exprimé cette idée au nom du gouvernement fédéral :

  • 20 Le texte de ce discours de Schröder est rapporté par Thomas Raithel, Fußballweltmeisterschaft 1954 (...)

« Le football suscite un grand enthousiasme en Allemagne, et c’est pourquoi votre victoire à Berne nous a fait une aussi forte impression. Nous manquons, par rapport aux autres nations, de symboles ou de festivités qui nous permettent de vivre tous ensemble des temps forts. Aussi, nous vous sommes très reconnaissants pour cet événement qui nous donne le sentiment d’appartenir réellement à une communauté »20.

IV.

  • 21 Pour un aperçu concis des recherches menées à ce sujet, voir Andreas Rödder, Die Bundesrepublik De (...)

16La capacité symbolique du football était de deux ordres : d’une part, il constituait un miroir idéal pour les grands courants culturels ; d’autre part, il leur offrait une forme cohérente. Le football a conservé cette double capacité bien que, à la fin des années 1960, un changement culturel de fond se fasse jour en RFA comme dans toutes les sociétés industrielles occidentales : la transition vers ce qu’on a appelé le postmodernisme. À cette époque, les valeurs traditionnelles axées sur la communauté et les modes de vie qui leur correspondaient, tels que la famille bourgeoise, reculaient devant des valeurs qui privilégiaient l’autonomie individuelle21.

17Comment le football a-t-il pu résister à ce changement fondamental sans perdre de sa signification culturelle ? D’abord parce que, comme en 1954, le football allemand était préparé sur le plan sportif pour relever ce nouveau défi. En Allemagne de l’Ouest, les valeurs étaient en voie de transformation dans une période où l’équipe nationale allemande enchaînait les succès. Elle arrivait à la troisième place, après une prestation convaincante, lors de la coupe du monde de Mexico en 1970 avant de décrocher, deux ans plus tard, le titre de champion d’Europe. En 1974, elle couronnait ses succès en remportant, à domicile, la coupe du monde ; et à cela venait s’ajouter en 1976 une deuxième place en coupe d’Europe.

  • 22 David Downing, The Best of Enemies – England v. Germany : A Century of Football Rivalry, Londres, (...)

18Ce n’est pas seulement l’accumulation de succès sportifs qui suscitait l’intérêt constant d’un public toujours plus nombreux pour le football. En ce qui concerne la capacité d’adaptation culturelle du football, plus important était le fait que l’équipe nationale gagnait des titres grâce à son jeu. En particulier, lors de la coupe d’Europe de 1972, elle avait fait preuve d’une grande virtuosité technique. Un match précis est resté d’ailleurs gravé dans la mémoire collective des supporteurs de football : non pas la finale, mais le match aller en quart de finale qui opposait, le 29 avril 1972, l’Angleterre à l’Allemagne au stade londonien de Wembley. Au cours de cette soirée pluvieuse d’avril, non seulement l’équipe allemande s’était imposée pour la première fois sur la « pelouse sacrée » de Wembley ; mais elle l’avait fait avec une telle maîtrise que même la presse anglaise, impressionnée, rendait hommage à la culture de jeu des Allemands22. Pour la première fois, une équipe nationale allemande donnait ses lettres de noblesse à un football offensif d’un haut niveau technique. Et ce saut qualitatif du football allemand permettait à une opinion publique de plus en plus post-matérialiste de l’envelopper dans les valeurs nouvelles et de l’assimiler culturellement. La recette miracle de 1954 – onze amis formant un groupe soudé – était dépassée vingt ans plus tard. Elle avait pu céder la place sans difficulté parce qu’entre-temps le football allemand avait atteint un autre niveau qui correspondait mieux aux mutations du système des valeurs.

19Il faut ajouter que, en particulier, deux grandes personnalités incarnaient sur la pelouse des stades ces mutations tant sportives que culturelles. Car, dans les années 1970, pour la première fois dans le football allemand, on voyait évoluer des footballeurs qui sur les terrains avaient le niveau des joueurs internationaux et la prestance des hommes publics en-dehors, et dont l’attitude se distinguait radicalement de la simplicité des champions du monde de 1954. Dans les années 1970, l’individualisation du mode de vie était la tendance culturelle prédominante ; et, sur les pelouses, le football allemand pouvait proposer toute une série de fortes individualités – comme on n’en a jamais revue depuis. En particulier, deux grands joueurs sortaient du lot : Günter Netzer, le meneur de jeu génial au milieu du terrain et Franz Beckenbauer, surnommé le « Kaiser », qui a personnifié la position de libéro.

  • 23 Helmut Böttiger, Günter Netzer – Manager und Rebell, Francfort/M., 1994.

20Sur le terrain, le premier n’était pas seulement un artiste, un technicien doué et un véritable stratège, il était aussi très dangereux devant le but adverse : c’est l’un des rares grands meneurs de jeu que le football international ait connus. Les intellectuels allemands en avaient fait leur coqueluche – même ceux qui peu de temps auparavant ne voyaient dans le football qu’un sport de petit-bourgeois. Souvent, en effet, les anciens critiques du football tombaient en admiration devant l’esthétique du jeu, quand le joueur aux longs cheveux blonds et aux grandes chaussures se précipitait des profondeurs du terrain vers l’avant, faisait ses fameuses passes millimétrées ou s’apprêtait à décocher un tir des vingt mètres. Cet esthète du ballon incarnait à la perfection la vision que la gauche intellectuelle allemande avait de la vie ; elle se l’accaparait ouvertement pour en faire le prototype du non-conformiste23. Ainsi donc, Netzer était bien plus qu’un simple footballeur, car il semblait personnifier les changements de valeurs des années 1970. Et il fut le héros de la coupe d’Europe de 1972.

21Netzer avait un alter ego qui n’avait rien à lui envier sur le plan de la virtuosité technique, et qui reste à l’heure actuelle, à tous points de vue, le plus grand joueur allemand. Il s’agit ici de Franz Beckenbauer qui avait commencé sa carrière comme milieu de terrain offensif avant de lancer un style de jeu par son interprétation exemplaire du rôle de « joueur libre » (« Libero ») derrière la défense. Beckenbauer avait lui aussi parfaitement sa place parmi les personnalités qui correspondaient aux représentations culturelles dominantes. Il incarnait cette nouvelle légèreté de l’être sans attaches, ce que par ailleurs sa vie privée, assez mouvementée, semblait illustrer à merveille. Le football allemand des années 1970 ne véhiculait plus les vieilles images de persévérance et de combativité sans faille. Il se montrait créatif et ouvert à l’expérimentation ; aussi le football a-t-il parfaitement reflété une décennie où la société et la culture ouest-allemandes se sont transformées plus profondément qu’à toute autre période de leur histoire.

  • 24 Dolf Sternberger, Verfassungspatriotismus, Francfort/M., 1990 ; Werner Weidenfeld (éd.), Geschicht (...)
  • 25 Knoch, Gemeinschaft auf Zeit (note 4), p. 135.

22L’équipe nationale allemande était également un miroir de son temps en ce qui concerne la représentation de la nation. Dans les années 1970, la RFA commençait à prendre davantage conscience d’elle-même. La Réunification, que l’on avait eu coutume d’évoquer au moins dans les déclarations officielles, était tacitement écartée de l’ordre du jour politique et renvoyée à une date inconnue. La RFA se reconnaissait de plus en plus dans cet État post-national qui commençait à se faire à l’idée de la séparation allemande et dont la prise de confiance en soi reposait sur une économie florissante et un ordre social en constante amélioration24. Sur ce point, les joueurs de l’équipe nationale étaient de formidables ambassadeurs. Il était très rare de les entendre tenir des propos patriotiques ; ils considéraient l’équipe nationale plutôt comme une simple entente de circonstance conclue entre plusieurs individualités. En outre, l’attitude qu’ils adoptaient au moment de l’exécution des hymnes nationaux convenait bien à la situation : le visage impassible, ils attendaient la fin d’une cérémonie qui leur était étrangère ; pas un seul ne remuait les lèvres pour chanter les paroles ; de toute manière, la plupart d’entre eux ne connaissaient pas la troisième strophe du « Chant des Allemands ». Ce n’est d’ailleurs qu’en 1988 que le DFB a décidé d’inviter les joueurs de l’équipe nationale à apprendre le texte de l’hymne national et à le chanter avant le début des rencontres25.

V.

  • 26 Thomas Gensicke, « Wertewandel und Nationalbewußtsein. Über die Modernisierung des Nationalgefühls (...)

23Cette situation ne devait pas durer longtemps – et le football démontrait une nouvelle fois sa grande flexibilité par sa capacité à exprimer et à représenter le changement culturel qui s’était amorcé en Allemagne au début des années 1990. Les Allemands de RDA remettaient le thème de la Réunification à l’ordre du jour politique dans une période où la plupart des intellectuels ouest-allemands avaient déjà abandonné l’idée d’unité nationale. La nation, qui avait été jetée dans les « poubelles de l’histoire » surtout par les forces politiques qui se considéraient comme progressistes, redevenait dans l’Allemagne réunifiée une forme valable de communalisation26 – et ce changement d’attitude se répercutait sur le rapport au football qui se révélait encore une fois un sismographe très précis pour mesurer les secousses culturelles et pour leur donner une expression concrète.

  • 27 Anna Maike Buss, « ‹ Den Deutschen zujubeln, das tut man einfach nicht ! › Überlegungen zum deutsc (...)

24La redécouverte de la nation en Allemagne s’inscrivait dans un processus général dont on retrouvait également la trace dans les autres pays membres de l’Union européenne. Il est certain que dans les pays voisins l’idée de nation, en raison d’expériences historiques différentes, n’avait pas été refoulée au profit de l’universalisme aussi radicalement qu’en République fédérale d’Allemagne. Mais c’est justement l’intégration européenne qui, avant de culminer dans la création d’une monnaie commune, avait été précipitée par la Réunification allemande, qui donnait au football une grande importance pour la conservation des identités nationales face à la montée de l’européanisation et de la globalisation. On le peut voir, par exemple, à la manière dont la conscience nationale, aux Pays-Bas, s’est de plus en plus définie par rapport à la rivalité avec l’Allemagne sur le plan du football27. Quand en 1988 l’équipe nationale des Pays-Bas a éliminé le pays hôte 2 à 1 en demi-finale du championnat d’Europe, tout le pays a été plongé dans une euphorie collective.

  • 28 Inthorn, « A game of nations ? » (note 19), p. 166.

25En Allemagne, il a fallu attendre le Championnat du monde de 1990 en Italie pour assister à une redécouverte sereine de la nation en tant qu’élément de l’identité collective. L’équipe nationale, encore à l’époque exclusivement ouest-allemande, reflétait la commercialisation croissante du football professionnel dans la mesure où, en finale, six joueurs allemands gagnaient leur vie, non pas dans la première division allemande, mais à l’étranger (tous jouaient en Italie). Mais cela n’empêchait pas ces joueurs de se sentir pleinement intégrés dans l’équipe nationale et de le faire savoir en chantant l’hymne national. Bien que certains de ces « légionnaires » aient été depuis longtemps des stars internationales (Lothar Matthäus, Rudi Völler, Jürgen Klinsmann) et des valeurs marchandes d’une industrie du football de plus en plus globalisée, ils faisaient l’objet d’une appropriation nationale en Allemagne où ils étaient considérés comme les représentants du football allemand à l’étranger. Ce processus montre clairement que les superstars du football qui évoluent à l’étranger n’ont pas à subir les conséquences de leur déracinement national quand elles respectent les lois du marché footballistique. Là encore, la nation demeure une perspective centrale, irremplaçable, pour la fondation des identités28.

  • 29 Alexander Brand, Arne Niemann, « The Europeanization of German Football », in : Tomlinson, Young ( (...)

26Tout porte à croire que la récente revalorisation de l’image de l’équipe nationale allemande est une conséquence de la forte européanisation du football. L’introduction réussie d’une nouvelle compétition pour les grands clubs européens – la « Ligue des champions » – a donné naissance à une ligue au fond européenne, ce qui s’est traduit par une perte de prestige des championnats nationaux29. De plus, l’augmentation rapide, depuis l’arrêt Bosman de la cour européenne en 1995, de la part des joueurs étrangers dans les effectifs des équipes allemandes a fait perdre aux grands clubs allemands leur fonction de représentants nationaux. Dans les années 1970, le Bayern de Munich gagnait facilement en général les cœurs des Allemands lorsqu’il remporta trois fois (1974, 1975 et 1976) – avec une équipe composée presque exclusivement de joueurs allemands – la coupe d’Europe des champions. Depuis les années 1990, en revanche, les meilleures équipes, soumises aux lois du marché footballistique européen, sont composées de joueurs venus du monde entier. Dans ce contexte, les équipes nationales détiennent désormais le monopole de la représentation nationale.

27La véritable joie, dans les deux parties de l’Allemagne, à l’occasion de la victoire de l’équipe nationale lors de la coupe du monde de 1990 en Italie, était dénuée de toute exagération nationaliste ; le « sentiment du nous » qui s’en dégageait n’était ni arrogant ni provocateur. Et cet état de choses n’a pas vraiment changé en 2006. Entre-temps, un patriotisme plus assuré est redevenu respectable – en complément des valeurs universalistes, et non en opposition à celles-ci. Cette fois encore, le football est un très bon indicateur pour saisir l’importance de la communalisation nationale en Allemagne.

Notes

1 Pour un développement systématique de cette approche, voir Wolfram Pyta, « German football : A cultural history », in : Alan Tomlinson, Christopher Young (éd.), German Football. History, Culture, Society, Londres, 2006, pp. 1-22 ; voir aussi Alan Tomlinson, Andrei Markovits, Christopher Young, « Mapping Sports Space », in : American Behavioral Scientist, 46 (2003), pp. 1463-1475.

2 Thomas Luckmann, « Die massenkulturelle Sozialform der Religion », in : Hans-Georg Soeffner (éd.), Kultur und Alltag, Göttingen, 1988, p. 38.

3 Andreas Reckwitz, Die Transformation der Kulturtheorien, Weilerswist, 2000.

4 Habbo Knoch, « Gemeinschaft auf Zeit : Fußball und die Transformation des Nationalen in Deutschland und England », in : Zentrum für Europa- und Nordamerika-Studien (éd.), Fußballwelten. Zum Verhältnis von Sport, Politik, Ökonomie und Gesellschaft, Opladen, 2002, pp. 117-153.

5 Bernhard Giesen, Kollektive Identität, Francfort/M., 1999.

6 Hans-Ulrich Wehler, Nationalismus. Geschichte, Formen, Folgen, Munich, 2001.

7 Wolfram Pyta, « Der Beitrag des Fußballsports zur kulturellen Identitätsstiftung in Deutschland », in : Id. (éd.), Der lange Weg zur Bundesliga. Zum Siegeszug des Fußballs in Deutschland, Münster, 2004, pp. 1-30.

8 À ce sujet, voir l’ouvrage important de Steffen Bruendel, Volksgemeinschaft oder Volksstaat. Die « Ideen von 1914 » und die Neuordnung Deutschlands im Ersten Weltkrieg, Berlin, 2003.

9 Voir à ce propos le résumé instructif de Thomas Mergel, « Führer, Volksgemeinschaft und Maschine. Politische Erwartungsstrukturen in der Weimarer Republik und dem Nationalsozialismus 1918-1936 », in : Wolfgang Hardtwig (éd.), Politische Kulturgeschichte der Zwischenkriegszeit, Göttingen, 2005, pp. 91-127, ici pp. 96-102.

10 Cf. Nils Havemann, Fußball unterm Hakenkreuz. Der DFB zwischen Sport, Politik und Kommerz, Francfort/M., 2005, pp. 73-77, 122 et 175.

11 Per Leo, « ›Bremsklötze des Fortschritts‹. Krisendiskurse und Dezionismus im deutschen Verbandsfußball 1919-1934 », in : Moritz Föllmer, Rüdiger Graf (éd.), Die ›Krise‹ der Weimarer Republik, Francfort/M., 2005, pp. 107-137.

12 Rudolf Schlögl, Bernhard Giesen, Jürgen Osterhammel (éd.), Die Wirklichkeit der Symbole. Grundlagen der Kommunikation in historischen und gegenwärtigen Gesellschaften, Constance, 2004.

13 Voir aussi Rudolf Oswald, « Das ›Wunder von Bern‹ und die deutsche Fußball-Volksgemeinschaft 1954 », in : Johannes Paulmann (éd.), Auswärtige Repräsentation. Deutsche Kulturdiplomatie nach 1945, Cologne, 2005, pp. 87-103, ici p. 88.

14 Franz-Josef Brüggemeier, Zurück auf dem Platz. Deutschland und die Fußball-Weltmeisterschaft 1954, Munich, 2004.

15 Commentaire du 5 juillet 1954, reproduit in : Uwe Knüpfer, Rolf Potthoff (éd.), 1954. Das Jahr in der WAZ, Essen, 2004.

16 Habbo Knoch, Die Tat als Bild. Fotographien des Holocaust in der deutschen Erinnerungskultur, Hambourg, 2002 ; Robert G. Moeller, « Heimkehr ins Vaterland : Die Remaskulinisierung Westdeutschlands in den fünfziger Jahren », in : Militärgeschichtliche Zeitschrift, 60 (2001), pp. 403-436.

17 Franz-Josef Brüggemeier, « Eine virtuelle Gemeinschaft. Deutschland und die Fußballweltmeisterschaft 1954 », in : Geschichte und Gesellschaft, 31 (2005), pp. 610-635, ici pp. 625-628.

18 Oswald, « Wunder von Bern » (note 13), pp. 98-101, montre aussi ce lien, mais il ne tient pas compte des recherches récentes sur l’idée de « Volksgemeinschaft » dans laquelle il ne voit qu’un projet national-socialiste.

19 Sanna Inthorn, « A game of nations ? Football and national identities », in : Tomlinson, Young (éd.), German Football (note 1), pp. 155-167.

20 Le texte de ce discours de Schröder est rapporté par Thomas Raithel, Fußballweltmeisterschaft 1954 : Sport – Geschichte – Mythos, Munich, 2004, p. 162.

21 Pour un aperçu concis des recherches menées à ce sujet, voir Andreas Rödder, Die Bundesrepublik Deutschland 1969-1990, Munich, 2004, pp. 207-211 ; Edgar Wolfrum, Die geglückte Demokratie. Geschichte der Bundesrepublik Deutschland von ihren Anfängen bis zur Gegenwart, Stuttgart, 2006.

22 David Downing, The Best of Enemies – England v. Germany : A Century of Football Rivalry, Londres, 2000.

23 Helmut Böttiger, Günter Netzer – Manager und Rebell, Francfort/M., 1994.

24 Dolf Sternberger, Verfassungspatriotismus, Francfort/M., 1990 ; Werner Weidenfeld (éd.), Geschichtsbewußtsein der Deutschen, Cologne, 1987 ; Werner Weidenfeld (éd.), Die Identität der Deutschen, Munich, 1983.

25 Knoch, Gemeinschaft auf Zeit (note 4), p. 135.

26 Thomas Gensicke, « Wertewandel und Nationalbewußtsein. Über die Modernisierung des Nationalgefühls in Westdeutschland », in : Bernd Estel, Tilman Mayer (éd.), Das Prinzip Nation in modernen Gesellschaften, Opladen, 1994, pp. 197-218.

27 Anna Maike Buss, « ‹ Den Deutschen zujubeln, das tut man einfach nicht ! › Überlegungen zum deutsch-niederländischen Fußballverhältnis in den deutschen Medien 1974-2002 », in : Pyta (éd.), Der lange Weg (note 7), pp. 215-240.

28 Inthorn, « A game of nations ? » (note 19), p. 166.

29 Alexander Brand, Arne Niemann, « The Europeanization of German Football », in : Tomlinson, Young (éd.), German Football (note 1), pp. 127-142.

Auteur

Né en 1960, Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Stuttgart

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540