Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Football et identité

 | 
Ulrich Pfeil

Introduction

Ulrich Pfeil

Texte intégral

  • 1 Cf. pour un essai sur la passion et les vertus conférées au football : Wolfgang Frank (éd.), Nach d (...)
  • 2 Cf. Alfred Wahl, Archives du football, Paris, 1989 ; Id., La balle au pied. Histoire du football, P (...)

1Qui veut aujourd’hui écrire une histoire du XXe siècle doit avancer de solides arguments pour contourner le « monde merveilleux du football »1. Quoi qu’en disent les encyclopédies, qui nous enseignent que le football n’est qu’un jeu dans lequel deux équipes de onze joueurs chacune tentent avec les pieds, les jambes, la tête ou le torse, de mettre la balle dans le but adversaire, un regard rétrospectif sur le siècle passé montre que le football a été et reste bien plus que le foot ; il est, à bien des égards, un miroir de nos sociétés contemporaines2. L’historien allemand Dietrich Schulze-Marmeling a récemment affirmé :

  • 3 Dietrich Schulze-Marmeling, Fußball. Zur Geschichte eines globalen Sports, Göttingen, 2000, pp. 9s.

« Le football compte au nombre des grandes institutions culturelles qui, partout dans le monde, ont formé et cimenté les identités nationales. Le football a la capacité de définir, de célébrer et de mettre en scène l’identité culturelle et la mentalité d’un village, d’une ville, d’une région, d’un pays et même d’un continent »3.

  • 4 Cf. Dirk Schümer, Gott ist rund. Die Kultur des Fußballs, Francfort/M., 1998.
  • 5 Ror Wolf, Das nächste Spiel ist immer das schwerste, Königstein, 1982, p. 319 ; voir aussi : Frankl (...)

2Sans aller aussi loin que Dirk Schümer qui, dans ses considérations sur la culture du football, conclut que « Dieu est rond »4, nous adhérons pleinement au propos de l’écrivain allemand Ror Wolf : « Le Monde ne se résume sans doute pas au football, mais dans le football, et ce n’est pas un secret, se retrouve toute une partie du monde »5.

  • 6 Cf. Raymond Thomas, Histoire du sport, Paris, 2006, pp. 58ss. ; Alfred Wahl, Pierre Lanfranchi, Les (...)
  • 7 Cf. Kathrin Engel, « Stars ohne Grenzen », in : Vis-à-vis : Deutschland und Frankreich, sous la dir (...)
  • 8 Le 9 juillet 1982, suite à la demi-finale, le chancelier Helmut Schmidt envoya un télégramme au pré (...)
  • 9 Peu après la finale, Fritz Walter a publié ses souvenirs de la Coupe du monde de 1954 qui se sont v (...)
  • 10 Sönke Wortmann, Das Wunder von Bern. Lesung, Dialog-Mitschnitte des Films, Original-Ton der WM-Ends (...)
  • 11 Cf. Christoph Bausenwein, Geheimnis Fußball. Auf den Spuren eines Phänomens, Göttingen, 1995 ; Wolf (...)
  • 12 Cf. Christoph Biermann, Wenn du am Spieltag beerdigt wirst, kann ich leider nicht kommen. Die Welt (...)
  • 13 Cf. Christiane Eisenberg, « Sportgeschichte. Eine Dimension der modernen Kulturgeschichte », in : G (...)

3L’observation de la situation présente et passée, en France et en Allemagne, renforce cette thèse : en effet ce sport, né en Angleterre6, a réussi, quoique de manière différente, à devenir un phénomène de masse dans chacun des deux pays. La passion avec laquelle la France réagit à la demi-finale perdue contre la République fédérale à Séville en 1982, réveilla dans l’opinion publique des stéréotypes7 et conduisit Helmut Schmidt, alors chancelier, à faire un communiqué pour calmer les esprits8. Comme le soi-disant « miracle de Berne », c’est-à-dire la victoire de la RFA de la finale de la coupe du monde de football gagnée par l’Allemagne contre la Hongrie, en Suisse, en 1954, qui, neuf ans après la fin de la guerre, plongea le „Fußballdeutschland“ dans un enthousiasme collectif9, et provoqua un nouveau mouvement d’émotion en 2004, lors de la sortie du film de Sönke Wortmann10 ces événements ne traduisent pas seulement la popularité du football mais démontrent qu’il s’agit d’un phénomène sociétal et culturel, partout porteur d’émotion11. Aujourd’hui, le football est globalement lié à la passion, la ferveur et l’enthousiasme12, mais le succès mondial de ce sport reste à expliquer. Les chercheurs s’accordent à penser que l’origine de son succès doit être recherchée dans les conditions sociales, économiques, politiques et culturelles de son développement, et, par conséquent, il prend sens dans un système de relations extérieur au sport13.

  • 14 Cf. Christian Möller, Hans Georg Ulrichs (éd.), Fußball und Kirche – wunderliche Wechselwirkungen, (...)
  • 15 Nobert Elias, « Der Fußballsport im Prozess der Zivilisation », in : Rolf Lindner (éd.), Der Satz › (...)
  • 16 Cf. Rundlederwelten. Special Edition Fußball – Kunst (20.10.2005-8.1.2006, Martin-Gropius-Bau Berli (...)

4Traiter du football offre ainsi une chance unique de se frayer un chemin dans divers secteurs de l’humain pour en apprécier les « merveilleuses interactions »14. Chaque match de foot est non seulement un « chef-d’œuvre collectif », comme l’a écrit Norbert Elias15, mais ces dernières années, l’art et le football ont établi de fructueuses liaisons dans l’exposition « Rundlederwelten » au Martin-Gropius-Bau de Berlin. L’art donne au football sa liberté de pensée et le football donne à l’art son sens immédiat ; les deux ensemble font un mélange séduisant. Enfin c’est aussi parce que le foot, avec toutes ses scènes annexes, est un miroir mouvant de notre société qu’il mérite de faire l’objet d’un projet de recherche interdisciplinaire16.

  • 17 Cf. Rainer Moritz, Immer auf Ballhöhe. Ein ABC der Befreiungsschläge, Munich, 1997.
  • 18 Rainer Moritz, « Fußball-Medien-Kultur », in : Der Deutschunterricht, 2 (1998), pp. 6-17 ; Id., Dop (...)
  • 19 Alfred Wahl, « Le football. Un nouveau territoire de l’historien », in : Vingtième siècle, 26 (1990 (...)
  • 20 Cf. Tony Mason, Association football and English society, 1863-1915, Brighton, 1980.
  • 21 Christiane Eisenberg, « Die Entdeckung des Sports durch die moderne Geschichtswissenschaft », in : (...)

5Rainer Moritz, vice-président de la « Marcel Proust Gesellschaft » et auteur d’un des ouvrages les plus attachants sur le football17, présente ainsi l’une des raisons du succès massif de ce sport : « Le football dépasse les frontières des milieux sociaux et, depuis les années 1980, il est même devenu intellectuellement respectable »18. Sans vouloir exclure en soi les historiens du cercle des intellectuels, il faut pourtant constater, que les sciences historiques, tant en France qu’en Allemagne, ont longtemps ignoré l’histoire du football, ce qui paraît bien avoir été l’expression du fossé quasiment infranchissable entre l’intellectualité et le sport. En 1990 encore, Alfred Wahl conclut que le football était certes étudié comme un phénomène de notre temps, mais que ses dimensions historiques restaient toujours à éclaircir19. Pourtant, depuis que des sociologues et historiens britanniques, notamment, ont fait du football un objet de recherche scientifique, depuis les années 198020, on constate aujourd’hui que l’histoire du sport est devenue « une partie bien établie d’une historiographie méthodiquement réflexive du 20e siècle »21.

  • 22 Cf. Alan Tomlinson, Christopher Young (éd.), German football. History, culture, society, Londres, 2 (...)
  • 23 Cf. Norbert Seitz, Doppelpässe. Fußball & Politik, Francfort/M., 1997.
  • 24 Cf. dans une perspective internationale comparative : Henri Hélal, Patrick Mignon (éd.), « Football (...)
  • 25 Cf. Markwart Herzog (éd.), Fußball als Kulturphänomen. Kunst – Kult – Kommerz, Stuttgart, 2002 ; Fa (...)
  • 26 Wolfram Pyta, « Einleitung : Der Beitrag des Fußballsports zur kulturellen Identitätsstiftung in De (...)
  • 27 Cf. sur le football en Allemagne sous le « 3e Reich » : Nils Havemann, Fußball unterm Hakenkreuz. D (...)
  • 28 Cf. Jürgen Bertram, Die Helden von Bern. Eine deutsche Geschichte, Francfort/M., 2004.
  • 29 Cf. pour les réactions en RDA : Christian Becker, Wolfgang Buss, « Das ›Wunder von Bern‹ und die DD (...)

6Les recherches les plus récentes, en particulier, ont reconnu le football comme fondateur d’identités22, comme un sport qui, en tant que pratique anthropologique, se trouve en symbiose avec les évolutions politiques23, culturelles et mentales des différentes nations24, et dont les interactions commencent seulement à être comprises aujourd’hui25. Wolfram Pyta accorde plus d’importance à cette perspective constructiviste, surtout pour la seconde moitié du XXe siècle, qu’aux études socio-historiques, qui prétendent expliquer « l’attractivité du football par la référence aux catégories sociales qu’il implique ». L’affaiblissement des structures sociales traditionnelles après 1945 doit conduire à rechercher ailleurs l’énorme gain de popularité du football, si bien que Pyta se focalise, dans l’analyse de la capacité du football pour faire naître un sentiment de communauté, sur la dimension symbolique qui « constitue la part interne d’une collectivité ». Par sa fonction de représentation dans la modernité et par sa capacité à forger des symboles, le football permet « l’appropriation de modèles collectifs porteurs de sens, qui lui sont inhérents sur le plan symboliques ». Mais il n’acquiert sa réelle capacité à les imposer qu’en s’amalgamant à d’autres formes fondatrices d’identité26. Ces thèses trouvent leur confirmation dans l’état émotionnel d’urgence dans lequel se trouvait l’Allemagne, et pas seulement le petit monde allemand du football, après le « Miracle de Berne » (« Wunder von Bern »), pour reprendre l’expression consacrée. Il reflétait le dénuement psychique d’une nation en quête d’identité, dont les repères, les orientations et les valeurs étaient perdus après la terreur du national-socialisme27 et qui, dans le chaos de la « Zusammenbruchgesellschaft », de la « société allemande en faillite », recherchait l’ordre, la communauté et la continuité historique28. À une époque de misère matérielle et émotionnelle, il fallait pour cela bien des miracles et de nouveaux mythes collectifs (« Nous sommes à nouveau quelqu’un »), pour reconstruire le foyer identitaire des Allemands29. Le football comme part d’un processus de construction communautaire, qui se reflète de manière inimitable dans le titre du roman de Friedrich Christian Delius (« Der Sonntag, an dem ich Weltmeister wurde »/« Le dimanche où je suis devenu champion du monde »), permet de saisir un début d’explication à la « Erfolgsgeschichte » du football (le football comme histoire d’une réussite), bien qu’il faille y apporter des nuances. Dans le domaine du sport en particulier, il s’agit de déconstruire des « mythes » ou « miracles » intemporels, sans pré-histoire, ou des légendes et de replacer les événements historiques dans leur contexte causal et temporel.

  • 30 Thomas Meyer, Die Identität Europas, Francfort/M., 2004, p. 22 ; cf. aussi : Lutz Niethammer, Kolle (...)
  • 31 Thomas Meyer, Identitätspolitik. Vom Mißbrauch kultureller Unterschiede, Francfort/M., 2002, p. 41.
  • 32 Marcus Pyka, „ Geschichtswissenschaft und Identität. Zur Relevanz eines umstrittenen Themas », in :(...)

7Par le choix de son titre, Delius illustre le contexte social et psychologique si important pour les identités, qui, dans le football aussi, est l’expression « d’une prise en compte de soi comme membre d’une collectivité sociale plus large »30, et permettant aux joueurs qu’aux fans de se considérer comme membres potentiels d’une communauté revendiquée, mais dont la reconnaissance par l’extérieur doit cependant encore être acquise. Le football comme possibilité individuelle de s’assurer une appartenance sociale paraît ainsi se voir attribuer la fonction de donner à l’individu orientation, cohérence, continuité et consistance dans le quotidien et de susciter une disposition à la solidarité entre les membres d’une collectivité sociale. Si l’on considère l’identité comme « un processus ouvert de négociation entre les images de soi, ébauchées par l’individu lui-même, et l’image que ses partenaires se font de lui, par leurs relations mutuelles31, le football devient alors un champ d’action sociale, au sein duquel l’individu, avec ses multiples images de lui-même, peut s’affirmer comme un membre reconnaissable au sein d’une communauté si caractéristique des sociétés plurielles. L’identité est ainsi l’une des stratégies porteuses de sens, par laquelle l’individu peut durablement continuer à se développer et chercher à transmettre « l’impression d’une totalité autonome et cohérente, structurée et sensée ». À juste titre, Marcus Pyka souligne qu’il faut faire « la distinction entre l’identité globale de chaque personne et chacune de ses identités partielles, de nature qualitative », car les identités collectives reposent sur ces identités partielles qualitatives, qui se forgent dans la différence et la mise à distance de l’autre32.

  • 33 Cf. Hans Mol, Identity and the Sacred. A Sketch for a New Social-Scientific Theory of Religion, Oxf (...)
  • 34 Cf. Étienne François et al. (éd.), Nation und Emotion, Göttingen, 1995.
  • 35 Cf. Pierre Lanfranchi, « Football, cosmopolitisme, et nationalisme », in : Pouvoirs. Revue français (...)
  • 36 Albrecht Sonntag, « Le football, image de la nation », in : Pascal Boniface (éd.), Géopolitique du (...)
  • 37 Matías Martinez, « Warum Fußball. Zur Einführung », in : Id. (éd.), Warum Fußball ? Kulturwissensch (...)
  • 38 Clemens Pornschlegel, « Wir kommt die Nation an den Ball ? Bemerkungen zur identifikatorischen Funk (...)

8La recherche d’identité et d’identification semble tout à fait faire partie des besoins de base existentiels de l’être humain (« need for identity »), qui trouve dans le football, à différents niveaux (social, générique, local, régional, national etc.), le moyen de développer une identité de groupe par le fait de supporter des équipes de football33. Jusqu’à aujourd’hui, la nation compte comme l’une des plus puissantes sources d’identités collectives, qui cependant ne se construit que très rarement par des données objectives, telles que le territoire, l’ethnie ou la langue, mais le plus souvent par un univers commun de représentations et peut ainsi être qualifiée de « imagined community » (Benedict Anderson)34. Le football n’en tire pas seulement ses conceptions communautaires, mais il contribue, par le biais des équipes nationales à la visualisation de ces « communautés représentées »35, si bien qu’Albrecht Sonntag, il y a quelques années déjà, a relevé que l’ascension du football depuis la fin du XIXe siècle s’est produite en parallèle avec la diffusion de l’idée de nation36. Bien que le football ait rapidement dépassé les frontières nationales, il reste avant tout pratiqué et organisé – en dépit des championnats européens – dans un cadre national ; le système des compétitions est organisé selon des critères régionaux et nationaux et reflète ainsi un ordre politique37. Dans ce contexte, il ne faut pas oublier non plus que, dans les coupes du monde et les championnats européens, les joueurs, citoyens des différentes nations, jouent en tant que représentants de leurs nations respectives. Malgré toute la rhétorique sur sa capacité à tisser des liens entre les peuples, le football par son caractère de compétition est une pratique symbolique et rituelle par laquelle les nations en tant que communautés délimitées génèrent une cohésion à l’intérieur et une démarcation vis-à-vis de l’extérieur, par lesquelles elles affirment leur caractère exclusif par le biais d’une compétition sportive. La victoire 3 à 2 contre la « dreamteam » hongroise en 1954 en tant que « deuxième », voire « véritable fondation de la République fédérale », comme on le cite souvent, renvoie dans ce contexte à la signification symbolique de ces soi-disant récits fondateurs et identités construites, présents dans les histoires que l’on raconte sur les nations, dans les souvenirs qui lient leur présent à leur passé et dans les représentations dont elles font l’objet. C’est ce qui a amené Clemens Pornschlegel à conclure : « Le nationalisme du football ne pourra ainsi disparaître que quand le principe politique de l’État nation n’existera plus – et pas avant – »38.

  • 39 Cf. Siegfried Gehrmann (éd.), Fußball und Region in Europa. Probleme regionaler Identität und die B (...)
  • 40 Cf. en général sur le football dans la Ruhr : Rolf Lindner, Heinrich Th. Breuer, ›Sind doch nicht a (...)
  • 41 Le FC Hansa Rostock, sur son site internet, insiste sur « mélange sain de tradition et d’innovation (...)
  • 42 Cf. aussi Christian Koller, « Das Derby – traditionelle sportliche Rivalitäten innerhalb und zwisch (...)
  • 43 Cf. Jérôme Sagnard, Jérôme Bernard-Abou, Les Verts. Le douzième homme, Saint-Cyr-sur-Loire, 2006.
  • 44 Cf. Helmut Böttiger, Kein Mann, kein Schuß, kein Treffer. Das Drama des deutschen Fußballs, Munich, (...)
  • 45 Christiane Eisenberg, « Fußball als globales Phänomen. Historische Perspektiven », in : Aus Politik (...)
  • 46 Bild, 3 avril 2001.
  • 47 Le 15 décembre 1995, la Cour de justice européenne prononçait l’« arrêt Bosman » et annulait les rè (...)
  • 48 Martinez, « Warum Fußball. Zur Einführung » (note 37), p. 24.

9En marge des identités nationales, l’histoire du football renvoie aussi au besoin qu’à l’être humain de disposer d’autres ancrages, que les supporters croient trouver tant dans la région39 que dans le milieu. Ainsi, sur son site internet, le VfL Bochum renvoie à l’identité du bassin de la Ruhr (« Mein Revier ist hier ») et joue explicitement sur le collectif (wir = nous) en renommant son stade « Rewirpowerstadion »40. Le football paraît parvenir à trouver des résonances avec d’anciennes traditions culturelles et régionales et à se saisir des identités régionales41, ainsi qu’en témoignent à chaque fois les rivalités régionales qui marquent les duels entre l’Olympique de Marseille et le Paris Saint-Germain ou bien entre le Bayern de Munich et le Werder Brême42. Alors que les Français et les Allemands, jusqu’à présent, se sont sentis liés à leur origine régionale et que le régionalisme semble connaître un nouvel essor dans le cadre de l’intégration européenne, le football se libère depuis longtemps des stratifications sociétales, cependant, dans un mélange de tradition et de modernité, il tente souvent de maintenir l’ancrage dans son milieu initial par une affirmation identitaire. Le fait que les footballeurs du FC Schalke 04 sont toujours désignés par le terme de « Knappen » et les jeunes de l’école de football les « Knappenkids », bien qu’il n’y ait plus depuis longtemps de « mineurs de formation » au sein de l’équipe, ou bien encore que le stade de la AS Saint-Étienne soit toujours mystérieusement qualifié de « Chaudron », bien que tous les hauts-fourneaux aient fermé les uns après les autres au cours des dernières années dans cette ville ouvrière43, tout cela renvoie à la fidélité à un milieu et à une « unité de sens bien constituée »44 dans le football, créant encore une dynamique identitaire, bien que la réalité sociale ait été transformée entretemps, ce qui veut dire que le football « ne peut plus compter sur une base sociale enracinée dans la réalité concrète »45, mais qu’il n’a pu atteindre sa dimension culturelle croissante que par l’érosion du milieu, observée depuis les années 1950. Pour le moment, on ne peut ici que formuler l’hypothèse selon laquelle le football – et pas seulement en France et en Allemagne – parvient à se profiler comme un élément solide d’une identité, en comparaison d’autres sports moins populaires, car, comme pour le cas de la nation, la région et le milieu disposent d’une dynamique propre, qui sont d’ailleurs liées entre elles (« Heute sind wir alle Bayern »/« Aujourd’hui, nous sommes tous bavarois »46). Que le sport en général et le football en particulier suggèrent malgré tout l’intemporalité nous conduit à poser la question suivante : à l’époque dite post-moderne, ne revient-il pas à « la plus belle bagatelle du monde », avec tous ses anachronismes et ses stéréotypes patents, d’être un média contre la perte menaçante d’appartenance collective et la désagrégation de formes de vies traditionnelles ? À une époque de forte mobilité géographique et sociale, il revient au football s’assumer une fonction compensatoire relative à l’identité collective, ce qui, selon l’« arrêt Bosman »47 et avec la globalisation, peut conduire à la situation paradoxale suivante : « Que des fans chauvins se ruent sur des équipes au sein desquelles aucun joueur n’est issus de la ville même et presque aucun de la nation en question »48.

  • 49 Cf. Stéphane Beaud, Gérard Noiriel, « L’immigration dans le football », in : Vingtième siècle, 26 ( (...)
  • 50 Cf. Alfred Wahl, « Le football, dernier vecteur d’intégration ? », in : Georges Vigarello (éd.), L’ (...)
  • 51 Cf. les réflexions pertinentes dans : Paul Dietschy, Yvan Gastaut, Stéphane Mourlane, Histoire poli (...)

10Le minage et le morcellement des grandes appartenances collectives liés à la modernité font apparaître les identités toujours plus comme des constructions socio-culturelles, qui doivent être reproduites sans interruption et stabilisées par des discours puissants. Ainsi suffit-il de jeter un coup d’œil à l’histoire coloniale pour voir, entre autres, combien la catégorie apparemment biologique de la « race » est en fait une construction socioculturelle. L’intégration de joueurs étrangers dans les équipes locales et nationales – en France, il s’agit surtout des joueurs originaires des anciennes colonies depuis les années 1950 – soulève la question de la relation entre ethnicité et identité49. Les émeutes de l’automne 2005 dans les banlieues françaises ne renvoient pas seulement à l’échec des politiques d’intégrations des gouvernements français successifs, mais amènent à conclure que le sport aussi, en tant que véhicule de l’intégration sociale, se trouve devant un champ de ruines et que le foot comme vecteur de l’intégration n’est pas cette nouvelle puissance mythique si souvent attribuée au sport50. Que reste-t-il aujourd’hui du slogan « Black-blanc-beur », qui avait cours dans l’opinion publique française au lendemain de la victoire de la coupe du monde, en 1998, censé suggérer, à l’exemple de Zinedine Zidane, une intégration réussie des immigrés et personnes issues de l’immigration51.

  • 52 Cf. Winfried Speitkamp, Deutsche Kolonialgeschichte, Stuttgart, 2005.
  • 53 Cf. Marc Thomé, « Ausländer in der Fußball-Bundesliga », in : Volkskunde in Rheinland-Pfalz, 18 (20 (...)

11Pour l’Allemagne, dont le passé colonial prit fin en 1918/191952, mais qui constitue cependant aujourd’hui elle aussi une société pluriéthnique façonnée par les migrations, les aspects postcoloniaux restent présents en arrière-fond. Le nombre croissant de joueurs issus de l’immigration dans les clubs de la Bundesliga et dans l’équipe nationale soulève en Allemagne aussi la question de la place du sport dans le processus d’intégration sociale et des conséquences pour la construction identitaire53. Cet ensemble de questions souligne considérablement le poids de l’histoire sur les réalités actuelles.

  • 54 Cf. Beate Fechtig, Frauen und Fußball. Interviews, Porträts, Reportagen, Dortmund, 1995.

12La thèse des identités en tant qu’objets socio-culturels construits est également pertinente pour appréhender la relation du football et des sexes. À côté de différences biologiques indéniables, la dualité générique n’est-elle pas la construction résultant d’un rapport de force, dont les conséquences s’étendent jusqu’au football féminin ? La réduction au football féminin ne permettrait pas de trouver les réponses aux questions, car la thématique du « football et du genre » renvoie nécessairement aux questions essentielles des « images de la masculinité ». Dans quelle mesure le football, en tant que subsystème sociétal complexe, est-il seulement le reflet de ces efforts de constructions identitaires, ou bien a-t-il été et est-il encore leur vecteur ? Ce point reste à éclaircir54.

13De surcroît, le football renvoie aussi à la concomitance de liens traditionnels et d’identités dépassant les frontières au temps de la globalisation. Si l’on considère la globalisation comme la construction, la densification et l’importance croissante de réseaux globaux, il faut alors s’interroger aussi, dans le cas des sports, sur leur intensité et leurs conséquences.

14On ne pense pas seulement à l’industrie des articles de sport qui, depuis longtemps déjà, contribue à l’accélération des liens de par le monde et qui, d’une part, est l’exemple typique de ce faisceau si complexe d’interactions économiques au niveau mondial et, d’autre part, comme acteur qui contribue à sa manière à la création d’identités globales. Ainsi l’équipementier « Adidas », originaire de Franconie, a, depuis bien des années, dépassé les frontières régionales et nationales et est devenu un « global player » qui, dans ses campagnes publicitaires, se réfère à une identité globale.

  • 55 Cf. Christiane Eisenberg et al. (éd.), FIFA 1904-2004. 100 Jahre Weltfußball, Göttingen, 2004.
  • 56 Jürgen Osterhammel, Niels P. Petersson, Geschichte der Globalisierung. Dimensionen, Prozesse, Epoch (...)

15Au XXe siècle, les championnats du monde, les coupes du monde et d’Europe et le nombre croissant de compétitions internationales n’ont pas peu contribué à densifier l’espace55, ce qui est l’expression de l’intensification des relations sociales à travers le monde et de l’ouverture d’un « horizon mondial » (Ulrich Beck) pour des actions, des décisions, des relations sociales qui, autrefois, étaient localement déterminées. Par sa tradition internationaliste, le sport a eu un rôle important pour remettre en cause « la représentation de la société comme une unité fermée, cohérente et bien délimitée »56 – « Container-Theorie » de la société (Ulrich Beck) – « si bien que l’histoire internationale du sport est en mesure de livrer des informations essentielles sur les contacts et les interactions entre les civilisations dans le cadre d’une histoire globale ».

  • 57 Cf. Pascal Boniface (éd.), Géopolitique du football, Bruxelles, 1998 ; Id., La terre est ronde comm (...)

16Jeter un coup d’œil à la pratique des sports au quotidien nous permet de mieux comprendre combien notre existence, aujourd’hui encore, dépend d’interactions globalisées. L’augmentation incessante du nombre de compétitions internationales fait des joueurs et des spectateurs des acteurs des relations internationales et des processus de transferts transnationaux. La mobilité croissante des athlètes et des supporters favorise la circulation globale des images, symboles, valeurs et idées, bien que l’on en connaisse encore trop peu les conséquences pour l’action et la réflexion. Selon moi, il faudra à l’avenir s’interroger que le problème suivant : le sport, en tant qu’espace au-delà des nations ne fait-il qu’intensifier les interactions entre des sociétés reflétant une nation ou un État ou bien contribue-t-il à disjoindre la territorialité de l’appartenance étatique d’un espace57 ?

  • 58 Cf. à sujet la revue Migrance, 22 (2003) qui présente un dossier sur « Sport et immigration ».
  • 59 Cf. Sebastian Conrad et al. (éd.), Jenseits des Eurozentrismus. Postkoloniale Perspektiven in den G (...)

17Le nombre croissant de joueurs étrangers dans les clubs des grandes nations européennes du football peut certes déjà avoir des conséquences sur « le style de jeu national », mais cette forme d’hybridation comme résultat d’influences changeantes est difficile à déterminer. Il semble plus fructueux de mettre en lumière les interdépendances entre les flux migratoires et les identités nationales ou régionales58. Les études sur les phénomènes migratoires devraient aussi prendre en compte le champ du sport pour rechercher les motifs et les occasions de ces courants. Dans le cas de la France, de telles études s’inscrivent nécessairement dans le champ des études post-coloniales s’interrogeant sur la constitution des identités culturelles. Dans une perspective sociétale globale, il faut s’interroger sur la nature du sport comme moyen adéquat d’intégration des étrangers et des immigrés. Dans le domaine du sport n’y a-t-il pas aussi la perpétuation de phénomènes de rejets, de ségrégations, et de « communautarisme »59 ?

  • 60 Cf. Albrecht Sonntag, « Mondial 2006. Un été noir-rouge-or », in : Radioscopies de l’Allemagne, (20 (...)
  • 61 Cf. Christian Bromberger, Football, la bagatelle la plus sérieuse du monde, Paris, 1998.

18Cet ouvrage vise à encourager le dialogue franco-allemand en général et la coopération scientifique entre les deux pays. Le thème « football » s’y prête particulièrement, car, bien que le sport soit un phénomène qui dépasse les frontières, il reste cependant marqué par la culture nationale60. Aussi le dialogue scientifique interculturel entre les chercheurs des deux pays donne l’occasion de passer de « la bagatelle la plus sérieuse du monde »61 aux convergences et divergences politiques, économiques, culturelles et sociétales entre la France et l’Allemagne et de déterminer un nouvel horizon de recherche.

  • 62 Voir pour une approche linguistique du langage footballistique en France et en Allemagne : Wolfgang (...)
  • 63 Cf. pour une approche comparée : Jean-Michel Faure, Charles Suaud, « Les enjeux du football », in :(...)

19Par ce thème « football et identité », traité dans une perspective comparative franco-allemande62, il s’agit premièrement d’appréhender par une approche culturelle la construction d’identités avec leurs spécificités nationales et culturelles. En cela, le football présente précisément des éléments importants pour une analyse du phénomène de non simultanéité sociale. Deuxièmement, le football reste à analyser en tant que phénomène de masse, qu’il faut resituer dans son contexte politique, social, culturel et économique afin, d’abord, d’éclairer les interactions entre le football et les autres secteurs de la société, ensuite, de saisir les dynamiques d’évolution propres à ce sport. Par-delà le terrain franco-allemand, le football, en tant que sport global, et la mondialisation, qui l’affecte, exigent en troisième lieu de porter le regard au-delà des frontières nationales des deux pays63.

Notes

1 Cf. pour un essai sur la passion et les vertus conférées au football : Wolfgang Frank (éd.), Nach dem Spiel ist vor dem Spiel. Die wunderbare Welt des Fußballs, Reinbek, 1996.

2 Cf. Alfred Wahl, Archives du football, Paris, 1989 ; Id., La balle au pied. Histoire du football, Paris, 1990 ; Gunter Gebauer, Poetik des Fußballs, Francfort/M., 2006.

3 Dietrich Schulze-Marmeling, Fußball. Zur Geschichte eines globalen Sports, Göttingen, 2000, pp. 9s.

4 Cf. Dirk Schümer, Gott ist rund. Die Kultur des Fußballs, Francfort/M., 1998.

5 Ror Wolf, Das nächste Spiel ist immer das schwerste, Königstein, 1982, p. 319 ; voir aussi : Franklin Foer, How Soccer Explains the World. An (Unlikely) Theory of Globalization, New York, 2004.

6 Cf. Raymond Thomas, Histoire du sport, Paris, 2006, pp. 58ss. ; Alfred Wahl, Pierre Lanfranchi, Les footballeurs professionnels. Des années trente à nos jours, Paris, 1995 ; Christiane Eisenberg, English sports und deutsche Bürger. Eine Gesellschaftsgeschichte 1800-1939, Paderborn, 1999 ; Michael Broschkowski, Thomas Schneider, « Fußlümmelei ». Als Fußball noch ein Spiel war, Berlin, 2005.

7 Cf. Kathrin Engel, « Stars ohne Grenzen », in : Vis-à-vis : Deutschland und Frankreich, sous la direction de la Haus der Geschichte der Bundesrepublik Deutschland, Bonn, 1998, pp. 159-168, ici p. 163 ; Id., « Jacketkronen für die deutsch-französische Freundschaft », in : Zeitschrift für Kulturaustausch, 50 (2000) 1, p. 55 ; Pierre-Louis Basse, Séville 82 : France-Allemagne. Le match du siècle (1 DVD), Paris, 2005 ; René Martens, « 1871-1914-1939-1982 : Immer das Elsaß », in : Frank Goosen (éd.), Fritz Walter, Kaiser Franz und wir. Unsere Weltmeisterschaften, Francfort/M., 2004, pp. 107-115.

8 Le 9 juillet 1982, suite à la demi-finale, le chancelier Helmut Schmidt envoya un télégramme au président français François Mitterrand, dans lequel il l’assurait que la France avait autant mérité la victoire que la République fédérale : « Le jugement de Dieu, qui selon les mythes classiques, est la caractéristique de chaque duel, a voulu que la chance soit du côté allemand. Nous partageons les sentiments des Français, qui ont tout autant que nous mérité la victoire ».

9 Peu après la finale, Fritz Walter a publié ses souvenirs de la Coupe du monde de 1954 qui se sont vendus en un million d’exemplaires : Fritz Walter, 3 : 2. Das Spiel ist aus ! Deutschland ist Weltmeister !, Munich, 2004 [1954] ; cf. Arthur Heinrich, Tooor ! Toor ! Tor ! Vierzig Jahre 3 : 2, Berlin, 1994 ; Id., 3 : 2 – Die Gründung der Bundesrepublik im Wankdorf-Stadion zu Bern, Göttingen, 2004 ; Jürgen Bertram, Die Helden von Bern. Eine deutsche Geschichte, Francfort/M., 2004 ; Franz-Josef Brüggemeier, Zurück auf dem Platz. Deutschland und die Fußball-Weltmeisterschaft 1954, Munich, 2004 ; Thomas Raithel, Fußballweltmeisterschaft 1954. Sport – Geschichte – Mythos, Munich, 2004 ; Erik Eggers, Die Stimme von Bern. Das Leben von Hermann Zimmermann. Reporterlegende bei der WM 1954, Augsburg, 2004.

10 Sönke Wortmann, Das Wunder von Bern. Lesung, Dialog-Mitschnitte des Films, Original-Ton der WM-Endspiel-Reportage von 1954 (2 DVD), Munich, 2004 ; Christof Siemes, Das Wunder von Bern. Nach einem Drehbuch von Sönke Wortmann und Rochus Hahn, Cologne, 2004.

11 Cf. Christoph Bausenwein, Geheimnis Fußball. Auf den Spuren eines Phänomens, Göttingen, 1995 ; Wolfgang Schlicht, Werner Lang (éd.), Über Fußball. Ein Lesebuch zur wichtigsten Nebensache der Welt, Schorndorf, 2000 ; Andreas Hütig, Johannes Marx (éd.), Abseits denken. Fußball in Kultur, Philosophie und Wissenschaft, Kassel, 2004.

12 Cf. Christoph Biermann, Wenn du am Spieltag beerdigt wirst, kann ich leider nicht kommen. Die Welt des Fußballfans, Cologne, 1996 ; Patrick Mignon, La passion du football, Paris, 1998 ; Georges Vigarello, Passion sport. Histoire d’une culture, Paris, 2000 ; dans une perspective très critique : Jean-Marie Brohm, Marc Perelman, Le football, une peste émotionnelle, Paris, 2006.

13 Cf. Christiane Eisenberg, « Sportgeschichte. Eine Dimension der modernen Kulturgeschichte », in : Geschichte und Gesellschaft, 23 (1997) 2, pp. 295-310 ; Id. et al. (éd.), Fußball, soccer, calcio. Ein englischer Sport auf seinem Weg um die Welt, Munich, 1997 ; Beatrix Bouvier (éd.), Zur Sozial- und Kulturgeschichte des Fußballs, Trèves, 2006 ; Wolfram Pyta, « Nicht mehr im Abseits. Fußball als Gegenstand bundesdeutscher Geschichtswissenschaft », in : Jahrbuch der Deutschen Gesellschaft für Geschichte der Sportwissenschaft, 2, 2006 (2007), pp. 65-77 ; Id., « Sportgeschichte aus der Sicht des Allgemeinhistorikers – Methodische Zugriffe und Erkenntnispotentiale », in : Andrea Bruns, Wolfgang Buss (éd.), Sportgeschichte erforschen und vermitteln (Schriften der Deutschen Vereinigung für Sportwissenschaft ; 187), Hambourg, 2009, pp. 9-21.

14 Cf. Christian Möller, Hans Georg Ulrichs (éd.), Fußball und Kirche – wunderliche Wechselwirkungen, Göttingen, 1997.

15 Nobert Elias, « Der Fußballsport im Prozess der Zivilisation », in : Rolf Lindner (éd.), Der Satz ›Der Ball ist rund‹ hat eine gewisse philosophische Tiefe : Sport, Kultur, Zivilisation, Berlin, 1983, pp. 12-21, ici p. 13.

16 Cf. Rundlederwelten. Special Edition Fußball – Kunst (20.10.2005-8.1.2006, Martin-Gropius-Bau Berlin), Gütersloh, Hambourg, 2005.

17 Cf. Rainer Moritz, Immer auf Ballhöhe. Ein ABC der Befreiungsschläge, Munich, 1997.

18 Rainer Moritz, « Fußball-Medien-Kultur », in : Der Deutschunterricht, 2 (1998), pp. 6-17 ; Id., Doppelpass und Abseitsfalle. Ein Fußball-Lesebuch, Stuttgart, 1995 ; Jean-Claude Michéa, Les intellectuels, le peuple et le ballon rond, Castelnau-le-Lez, 2003 ; Patrice Delbourg, Benoît Heimermann, Plumes et crampons. Football et littérature, Paris, 2006 ; Stéphane Baumont (éd.), Le goût du football, Paris, 2006.

19 Alfred Wahl, « Le football. Un nouveau territoire de l’historien », in : Vingtième siècle, 26 (1990), pp. 127-131.

20 Cf. Tony Mason, Association football and English society, 1863-1915, Brighton, 1980.

21 Christiane Eisenberg, « Die Entdeckung des Sports durch die moderne Geschichtswissenschaft », in : Historical Social Research, 27 (2002) 2/3, pp. 4-21 ; voir aussi : Id., « Aus der Geschichte lernen – aber was ? Neuere Literatur zum Fußball in der Zeit des Nationalsozialismus », in : Archiv für Sozialgeschichte, 47 (2007), pp. 569-578.

22 Cf. Alan Tomlinson, Christopher Young (éd.), German football. History, culture, society, Londres, 2006 ; Liz Crolley, David Hand, Football and European identity. Historical narratives through the press, New York, 2006 ; Albrecht Sonntag, Les identités du football européen, Grenoble, 2008 ; Paul Dietschy, David Ranc, Albrecht Sonntag, « Parallel myths, popular maps : the Europe of soccer », in : Journal of educational media, memory, and society, 1 (2009) 2, pp. 125-144.

23 Cf. Norbert Seitz, Doppelpässe. Fußball & Politik, Francfort/M., 1997.

24 Cf. dans une perspective internationale comparative : Henri Hélal, Patrick Mignon (éd.), « Football. Jeu et société », in : Les cahiers de l’INSEP, 25 (1999).

25 Cf. Markwart Herzog (éd.), Fußball als Kulturphänomen. Kunst – Kult – Kommerz, Stuttgart, 2002 ; Fabian Brändle, Christian Koller, Goal ! Kultur- und Sozialgeschichte des modernen Fußballs, Zürich, 2002.

26 Wolfram Pyta, « Einleitung : Der Beitrag des Fußballsports zur kulturellen Identitätsstiftung in Deutschland », in : Id. (éd.), Der lange Weg zur Bundesliga. Zum Siegeszug des Fußballs in Deutschland, Münster, 2004, pp. 1-30.

27 Cf. sur le football en Allemagne sous le « 3e Reich » : Nils Havemann, Fußball unterm Hakenkreuz. Der DFB zwischen Sport, Politik und Kommerz, Francfort/M., 2005 ; Lorenz Peiffer, Dietrich Schulze-Marmeling (éd.), Hakenkreuz und rundes Leder. Fußball im Nationalsozialismus, Göttingen, 2008 ; Markwart Herzog, Fußball zur Zeit des Nationalsozialismus. Alltag, Medien, Künste, Stars, Stuttgart, 2008.

28 Cf. Jürgen Bertram, Die Helden von Bern. Eine deutsche Geschichte, Francfort/M., 2004.

29 Cf. pour les réactions en RDA : Christian Becker, Wolfgang Buss, « Das ›Wunder von Bern‹ und die DDR », in : Deutschland Archiv, 37 (2004) 3, pp. 389-399 ; René Wiese, « Die ungeteilte Freude vom Wunder von Bern 1954 », in : Id., Jutta Braun (éd.), Doppelpässe – Wie die Deutschen die Mauer umspielten, Hambourg, 2006, pp. 62-67 ; Elke Wittich, « Doppelte Mauer – doppeltes Tor. Die Bundesrepublik zwischen der DDR und den Niederlanden. Betrachtungen zum Sparwasser-Tor von 1974 », in : Deutschland Archiv, 37 (2004) 3, pp. 399-404 ; Christoph Klessmann, « Das Sparwasser-Tor 1974 – Sieg über den Klassenfeind, Ende der ›Alleinvertretung‹, Zufallstreffer oder was sonst ? », in : Zeitgeschichte in Hamburg. Nachrichten aus der Forschungsstelle für Zeitgeschichte in Hamburg 2006, Hambourg, 2007, pp. 13-30 ; Thomas Raithel, « 1974. Das Sparwasser-Tor. Entwicklung und Bedeutung des Sports in beiden deutschen Staaten », in : Udo Wengst, Hermann Wentker (éd.), Das doppelte Deutschland. 40 Jahre Systemkonkurrenz, Berlin, 2008, pp. 259-282.

30 Thomas Meyer, Die Identität Europas, Francfort/M., 2004, p. 22 ; cf. aussi : Lutz Niethammer, Kollektive Identität. Heimliche Quellen einer unheimlichen Konjunktur, Reinbek, 2004 ; Rolf Eickelpasch, Claudia Rademacher, Identität, Bielefeld, 2004.

31 Thomas Meyer, Identitätspolitik. Vom Mißbrauch kultureller Unterschiede, Francfort/M., 2002, p. 41.

32 Marcus Pyka, „ Geschichtswissenschaft und Identität. Zur Relevanz eines umstrittenen Themas », in : Historische Zeitschrift, 280 (2005) 2, pp. 381-392, ici p. 382.

33 Cf. Hans Mol, Identity and the Sacred. A Sketch for a New Social-Scientific Theory of Religion, Oxford, 1976, pp. 14s., 151s.

34 Cf. Étienne François et al. (éd.), Nation und Emotion, Göttingen, 1995.

35 Cf. Pierre Lanfranchi, « Football, cosmopolitisme, et nationalisme », in : Pouvoirs. Revue française d’études constitutionnelles et politiques, 101 (2002), pp. 15-26.

36 Albrecht Sonntag, « Le football, image de la nation », in : Pascal Boniface (éd.), Géopolitique du football, Bruxelles, 1998, p. 34.

37 Matías Martinez, « Warum Fußball. Zur Einführung », in : Id. (éd.), Warum Fußball ? Kulturwissenschaftliche Beschreibungen eines Sports, Bielefeld, 2002, pp. 7-35, ici p. 22.

38 Clemens Pornschlegel, « Wir kommt die Nation an den Ball ? Bemerkungen zur identifikatorischen Funktion des Fußballs », in : Martinez (Hg.), Warum Fußball ? (note 37), pp. 103-111, ici p. 111.

39 Cf. Siegfried Gehrmann (éd.), Fußball und Region in Europa. Probleme regionaler Identität und die Bedeutung einer populären Sportart, Münster, 1999 ; Thomas Raithel, « Preußen im Fußball : Borussische Vereinsgründungen im Deutschen Kaiserreich », in : Klaus Hildebrand (éd.), Geschichtswissenschaft und Zeiterkenntnis. Von der Aufklärung bis zur Gegenwart (Festschrift zum 65. Geburtstag von Horst Möller), Munich, 2008, pp. 99-116 ; voir pour le nord de la France : Williams Nuytens, « Le » supportérisme « régional : le mythe de la tradition », in : Revue du Nord, 86 (2004) 355, pp. 391-417.

40 Cf. en général sur le football dans la Ruhr : Rolf Lindner, Heinrich Th. Breuer, ›Sind doch nicht alles Beckenbauers‹. Zur Sozialgeschichte des Fußballs im Ruhrgebiet Francfort/M., 1978.

41 Le FC Hansa Rostock, sur son site internet, insiste sur « mélange sain de tradition et d’innovation » : « Par son lien étroit à la région, la fidélité des supporters, l’ancrage local des joueurs et la solide politique économique de ces dernières années, le FC Hansa Rostock n’est pas seulement le porteur d’espoir et de sympathie de la ville et de la région, mais de tout le Land de Mecklenburg-Vorpommern » [16 avril 2008].

42 Cf. aussi Christian Koller, « Das Derby – traditionelle sportliche Rivalitäten innerhalb und zwischen Städten », in : Id. (éd.), Sport als städtisches Ereignis, Ostfildern, 2008, pp. 157-166.

43 Cf. Jérôme Sagnard, Jérôme Bernard-Abou, Les Verts. Le douzième homme, Saint-Cyr-sur-Loire, 2006.

44 Cf. Helmut Böttiger, Kein Mann, kein Schuß, kein Treffer. Das Drama des deutschen Fußballs, Munich, 1997, pp. 96ss.

45 Christiane Eisenberg, « Fußball als globales Phänomen. Historische Perspektiven », in : Aus Politik und Zeitgeschichte, B 26/2004, pp. 7-15, ici p. 15. Voir aussi Id., « Le football comme phénomène mondial », in : Revue européenne d’histoire sociale, 18/19 (2006), pp. 8-23.

46 Bild, 3 avril 2001.

47 Le 15 décembre 1995, la Cour de justice européenne prononçait l’« arrêt Bosman » et annulait les règlements précédents en matière de transfert et de limitation du nombre d’étrangers dans les sports collectifs. Cette décision fut une vraie révolution dans les sports collectifs professionnels, car depuis le nombre de joueurs étrangers est pratiquement illimité dans les équipes ; voir à ce sujet : Andrea Manzella, « La dérégulation du football par l’Europe », in : Pouvoirs. Revue française d’études constitutionnelles et politiques, 101 (2002), pp. 39-48.

48 Martinez, « Warum Fußball. Zur Einführung » (note 37), p. 24.

49 Cf. Stéphane Beaud, Gérard Noiriel, « L’immigration dans le football », in : Vingtième siècle, 26 (1990), pp. 83-96 ; Philippe Liotard, « Sport, mémoire coloniale et enjeux identitaires », in : Pascal Blanchard et al. (éd.), La fracture coloniale. La société française au prisme de l’héritage colonial, Paris, 2005, pp. 227-236.

50 Cf. Alfred Wahl, « Le football, dernier vecteur d’intégration ? », in : Georges Vigarello (éd.), L’esprit sportif aujourd’hui. Des valeurs en conflit, Paris, 2004, pp. 37-48 ; Patrick Vassort, Football et politique. Sociologie historique d’une domination, Paris, 2002.

51 Cf. les réflexions pertinentes dans : Paul Dietschy, Yvan Gastaut, Stéphane Mourlane, Histoire politique des coupes du monde de football, Paris, 2006.

52 Cf. Winfried Speitkamp, Deutsche Kolonialgeschichte, Stuttgart, 2005.

53 Cf. Marc Thomé, « Ausländer in der Fußball-Bundesliga », in : Volkskunde in Rheinland-Pfalz, 18 (2003) 2, pp. 154-178 ; Diethelm Blecking, « Sport, Zuwanderung und Minderheiten in Deutschland : Zur Geschichte eines Vorurteils », in : SportZeiten, 7 (2007) 2, pp. 31-44.

54 Cf. Beate Fechtig, Frauen und Fußball. Interviews, Porträts, Reportagen, Dortmund, 1995.

55 Cf. Christiane Eisenberg et al. (éd.), FIFA 1904-2004. 100 Jahre Weltfußball, Göttingen, 2004.

56 Jürgen Osterhammel, Niels P. Petersson, Geschichte der Globalisierung. Dimensionen, Prozesse, Epochen, Munich, 2004, S. 17.

57 Cf. Pascal Boniface (éd.), Géopolitique du football, Bruxelles, 1998 ; Id., La terre est ronde comme un ballon. Géopolitique du football, Paris, 2002.

58 Cf. à sujet la revue Migrance, 22 (2003) qui présente un dossier sur « Sport et immigration ».

59 Cf. Sebastian Conrad et al. (éd.), Jenseits des Eurozentrismus. Postkoloniale Perspektiven in den Geschichts- und Kulturwissenschaften, Francfort/M., 2002.

60 Cf. Albrecht Sonntag, « Mondial 2006. Un été noir-rouge-or », in : Radioscopies de l’Allemagne, (2007), pp. 19-39.

61 Cf. Christian Bromberger, Football, la bagatelle la plus sérieuse du monde, Paris, 1998.

62 Voir pour une approche linguistique du langage footballistique en France et en Allemagne : Wolfgang Settekorn (éd.), Fußball – Medien. Medien – Fußball. Zur Medienkultur eines weltweiten populären Sports (Hamburger Hefte zur Medienkultur, t. 1 + 2), Hambourg, 2006.

63 Cf. pour une approche comparée : Jean-Michel Faure, Charles Suaud, « Les enjeux du football », in : Actes de la recherches en sciences sociales, 103 (1994), pp. 3-6.

Auteur

Né en 1966, Professeur d’études germaniques à l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540