Version classiqueVersion mobile

Le maurrassisme et la culture. Volume III

 | 
Olivier Dard
, 
Michel Leymarie
, 
Neil McWilliam

Résumés

Texte intégral

1Grégoire Kauffmann

2De Drumont à Maurras, une veine pamphlétaire

3Recours à l’injure antisémite, véhémence du verbe, attaques ad hominem, volonté de susciter la violence ligueuse : la parole pamphlétaire maurrassienne emprunte largement aux écrits de Drumont. Cette imprégnation remonte à la fin des années 1880, lorsque le jeune Maurras, critique à L’Observateur français, applaudissait aux charges de Drumont contre la « République juive », les abus du capitalisme et les errements de la société moderne. Tout au long de sa carrière, il ne cessera de se référer au combat du « pape de l’antisémitisme », estimant, comme l’écrit Léon Daudet, que les livres de Drumont « font partie du bagage intellectuel de tout royaliste d’Action française ». Néanmoins, dans les années 1900, à mesure que progresse son influence dans les milieux nationalistes, Maurras affirme de plus en plus ouvertement sa différence. Enfant du siècle romantique, Drumont exalte la puissance de l’imagination et de la sensibilité, valorise l’intuition au détriment de la sèche intellectualité, vibre à l’unisson d’une « voix intérieure » de nature mystique, supérieure à la raison. Nul élan semblable chez Maurras, qui reproche à Drumont la nature irrationnelle de ses écrits, son pessimisme, son incapacité à jeter les bases d’une méthode d’action cohérente et, surtout, son romantisme. Le style pamphlétaire du théoricien royaliste reflète ces divergences. Même dans ses éditoriaux les plus agressifs, Maurras fait montre d’une colère froide, cherche à rationaliser ses haines, se méfie des emportements de la passion : le théoricien perce toujours derrière le journaliste de combat. Polémiste dans l’âme, Drumont ne partage pas ces exigences, comme en témoigne la violence débridée de ses écrits.

4Philippe Secondy

5Léon Daudet pamphlétaire

6Léon Daudet (1867-1942) occupe une place à part au sein de l’Action française. Attiré très jeune par le projet de société préconisé par les monarchistes, il met sa fougue au service du prétendant au trône de France, tout en adhérant aux perspectives théoriques des « nationalistes de raison » définies par Charles Maurras. Tribun reconnu, il arpente les tribunes électorales et utilise de manière frénétique sa plume pour propager les idées chères à ses deux mentors tout en prenant plaisir à brosser des portraits au vitriol de ses contemporains. Car le fils du célèbre Alphonse Daudet se délecte du genre pamphlétaire, comme en témoignent les cent-vingt-huit ouvrages et les milliers d’articles publiés dans de nombreux journaux. Ses souvenirs des années 1890 à la Grande Guerre présentent les ressorts d’une veine pamphlétaire qui se focalise de manière obsessionnelle sur les républicains, instrumentalisés à ses yeux par les juifs. Ses textes sont nourris par un antisémitisme haineux calqué sur celui d’Édouard Drumont, qu’il considère comme « un historien et critique génial des phénomènes sociaux ».

7Christophe Dickès

8Jacques Banville, une critique culturelle éphémère ?

9Avant de devenir le chroniqueur de politique étrangère bien connu ou l’historien vulgarisateur et engagé, Jacques Bainville entre dans la carrière littéraire par une série de critiques littéraires de 1901 à 1908. Par ailleurs, son éclectisme l’amène aussi à s’essayer, pendant une année, à la critique théâtrale en 1912. Classé à l’extrême droite dans l’historiographie contemporaine, le cercle politique dont Bainville faisait partie fera l’objet de quelques commentaires dans le sens de la nuance. Les critiques culturelles qu’il écrit dans plusieurs journaux avant la Grande Guerre en sont des exemples évidents. A la fois classiques et conservatrices, elles savent aussi apprécier la nouveauté et l’originalité. Elles peuvent douter des hauteurs de vue et du classicisme extrême d’un Maurras, tout en refusant le romantisme, le naturalisme et le sentimentalisme du XIXe siècle. Quant au style, Bainville peut se révéler tranchant, mais aussi faire preuve de finesse et de nuance. Surtout, on décèle dans cette œuvre une réelle sensibilité que l’on dira absente de son œuvre d’après-guerre. Il apparaît finalement que le constat de René Rémond sur la complexité des composantes et des piliers de l’Action française se trouve une nouvelle fois confirmée.

10Laurent Joly

11Autour de la Revue critique des idées et des livres

12L’histoire de la Revue critique des idées et des livres, modestement lancée en avril 1908, est attachée aux deux années précédant la Grande Guerre, qui signent le succès et la reconnaissance symbolique d’une revue alors luxueusement éditée, tirant à plus de 3000 exemplaires, qui s’impose comme l’organe officiel du néo-classicisme et la seule rivale de la NRF : plusieurs numéros spéciaux font date, notamment un « Stendhal » en mars 1913, qui marque le début des études stendhaliennes en France. Ce succès vient consacrer le travail d’un groupe de jeunes intellectuels réunis par la fréquentation du salon de la comtesse de Courville, la célèbre et influente amie de Barrès et Maurras, et soudés derrière leur directeur Jean Rivain. Nés au milieu des années 1880, Gilbert, Clouard, Longnon ou Marsan appartiennent à la première génération des disciples formés par Maurras, la première à le considérer comme un « Maître »… et la première à se séparer de l’Action française.

13Cette première (et méconnue) « dissidence » met en jeu un classique affrontement de générations et toute une série de luttes d’ambition internes aux jeunes maurrassiens. Jusqu’en 1910, la RCIL est tenue par le groupe de Georges Valois et de ses amis, qui tente de faire de la revue la tribune du rapprochement entre antidémocrates de gauche et de droite… À partir de 1911, Rivain reprend la main sur la RCIL, avec le dessein d’en faire une revue de haute tenue littéraire et intellectuelle. Les prétextes politiques et philosophiques mis en avant par Maurras au moment de la rupture de février 1914 (Stendhal, la défense de Bergson) cachaient cet affrontement de personnes et une hostilité de plus en plus irrémédiable à l’égard d’un jeune homme riche, arrogant et jalousé, dont les succès semblaient autoriser la prise de liberté avec la « ligne du parti » et faisaient ombrage à la vieille revue grise fondée par Vaugeois…

14Thomas Roman

15L’indépendance avec ou sans Maurras ?

16L'Indépendance (1911-1913), revue traditionaliste dirigée par Georges Sorel et le jeune nationaliste Jean Variot, est l'une des nombreuses revues éphémères de la Belle Époque. Son étude présente un double intérêt : malgré son projet culturel et artistique, la revue, par son discours antimoderne et les évolutions de ce dernier, est aussi -et surtout- un outil de combat, montrant qu'en ce temps de « sortie » de l'Affaire Dreyfus et dans ce milieu, il ne peut y avoir de discours sans politique. L'étude de l'Indépendance permet aussi de comprendre la difficulté d'une prise de position dans un microcosme intellectuel polarisé. L'Indépendance a ainsi manqué d'une ligne claire permettant de la singulariser dans un champ magnétisé par l'Action Française et dans lequel maintes revues se concurrencent. Née de l'échec de la rencontre entre soréliens et maurrassiens, l'Indépendance meurt également d'un amalgame fait entre sa production, la figure de Sorel et ceux que ce dernier appellera par la suite « les pipelets du nationalisme ». Force incontournable, l'Action Française acquiert alors une aura contagieuse, rendant malaisé tout positionnement analogue mais autonome à son égard : L'Indépendance est porteuse à la fois de cette volonté d'autonomie et de cette contagion.

17Patricia Parkhurst Ferguson

18Les chroniques de la vie ordinaire dans L’Action française

19Quels seraient les rapports entre un organisme à forte présence politique et la façon dont il véhicule la vie dite ordinaire ? Y aurait-il des domaines d’où la politique serait exclue ? Ou bien l’impulsion idéologique s’infiltre-t-elle jusque dans les recoins apparemment à l’abri du conflictuel ? L’Action française fait-elle œuvre de propagande dans ses chroniques de la vie quotidienne : les sports, la bourse, les chats et chiens écrasés, et même les rubriques codées féminines telles la mode et la cuisine ? Des sondages (non systématiques) dans le quotidien de 1908 à 1934 saisissent la complexité d’une réponse éventuelle à cette question de l’identité du journal politique. Si bon nombre de chroniques, voire la plupart, sont dépourvues de résonance idéologique, d’autres s’inscrivent bien dans un discours immédiatement reconnaissable. La mode et la cuisine/gastronomie, elles aussi, traduisent à l’occasion les préoccupations du journal.

20L’adresse des chroniques « féminines » se voit particulièrement bien dans les écrits de Marthe Allard Daudet, l’épouse de Léon connu sous le nom de « Pampille ». Bien qu’elle signe des articles de mode aux débuts de l’Action française, Pampille doit sa renommée à ses écrits sur la cuisine, notamment Les Bons Plats de France (1913, rééditions en 1927 et 2008). Elle ne semble pas avoir écrit directement dans le journal sur les sujets culinaires— il est douteux qu’elle se cache sous « Ravigote » qui se charge du Carnet du gourmet dans les années vingt. Il n’empêche que le « chauvinisme culinaire » animant les recettes qu’elle propose identifie le discours culinaire qu’elle tient aux courants de pensée du journal. Malgré les affinités électives entre ce discours et L’Action française, force est de reconnaître que ce discours, la promotion déterminée de la cuisine française sur laquelle il insiste, dépasse, et de loin, ce seul journal. Les thèmes qui sont chers à Pampille– les traditions culinaires et le rejet de nouveautés dites modernes, l’éloge de la cuisinière qui incarne ces traditions– ne lui sont pas propres. Une France qui sort de la Grande Guerre se replie sur ce qu’elle a de solide. En fait, Pampille devance la remise en valeur gastronomique des provinces des années vingt. La force du discours culinaire réside précisément dans ce qu’il réunit dans une même fête toutes les France, toutes les obédiences, tous les partis.

21Michael Sutton

22Le maurrassisme face aux philosophies bergsonienne et blondélienne

23Le maurrassisme en tant que système philosophique, ancrant une véritable philosophie politique, est presque mort-né. Le positivisme de Charles Maurras est en effet vite démodé. A la veille de la Grande Guerre, deux philosophies de l’action se présentent aux jeunes gens nés vers 1890 et animés de sentiments nationalistes ou patriotiques : l’une de Henri Bergson et l’autre de Maurice Blondel. La philosophie bergsonienne a le vent en poupe, tandis que la philosophie blondélienne se trouve marginalisée ou est à peine connue. Après la guerre les cartes sont redistribuées. Le bergsonisme s’estompe ; la philosophie de Blondel fait sa percée ; et l’Action française arbore enfin son propre pôle philosophique, représenté par le thomisme de Jacques Maritain. La condamnation romaine de 1926 prive le mouvement de cet apport considérable. Dès lors, le maurrassisme perd tout ancrage philosophique valable.

24Jean-Michel Wittmann

25Gide, un anti-Maurras ?

26Maurras a exercé sur Gide une influence ambivalente et relativement durable, notamment de la querelle de 1903 jusqu’à la publication des Faux-Monnayeurs, en 1925. Comme écrivain et comme chef de la N.R.F., Gide a été souvent contraint de définir sa position idéologique, mais aussi littéraire, face à Maurras et à l’Action française, dans le contexte d’une réaction générale contre la décadence, propre à mettre en question la définition même de l’écrivain et de la littérature. En 1903, Gide affronte Maurras sur le terrain idéologique, en débattant de la thèse barrésienne du racinement. Dans les années suivantes, il se rapproche de Maurras et de l’Action française, tout en continuant de prôner une nette séparation entre l’art littéraire et l’engagement politique. Il subit fortement l’attraction du maurrassisme durant la Grande Guerre, avant de prendre ses distances en redéfinissant la fonction de l’écrivain, dès 1920, puis de faire l’inventaire du maurrassisme dans Les Faux-Monnayeurs. La relation entre Gide et Maurras épouse donc assez exactement la courbe générale du rayonnement de Maurras dans le monde intellectuel et littéraire, de l’Affaire au milieu des années 20.

27Carole Reynaud Paligot

28Maurras et la notion de race

29Maurras reste en dehors de la grande fascination qu’éprouve la communauté intellectuelle fin de siècle pour les sciences naturelles et plus précisément pour l’anthropologie raciale. Il demeure avant tout un littéraire, un poète plus fasciné par la littérature, l’histoire des civilisations que par les sciences naturelles. Ses écrits concernant les origines nationales de la France nous montrent néanmoins qu’il conçoit bien l’existence d’une « race française » dont il a décrit les composantes indigène, celte puis et surtout latine. Maurras évalue la proportion de sang fourni par chacun de ces éléments, tout comme les caractéristiques culturelles qui leur sont attachées. Maurras adhère au paradigme de son temps qui fonde les particularités culturelles sur des spécificités biologiques qui se transmettent d’une génération à l’autre grâce à l’hérédité. Cependant il se démarque des analyses qui font de l’élément racial le seul facteur explicatif des phénomènes historiques. Sa minimisation du rôle du facteur racial tient aussi à sa volonté de se démarquer des théories raciales nazies.

30Martha Hanna

31Contre Kant et la Kultur. La critique culturelle de l’Action française pendant la Grande Guerre

32La croyance selon laquelle le renouveau politique, social et culturel de la France dépendait de la réorientation de ses valeurs intellectuelles est un élément constitutif de l’idéologie de l’Action française. Charles Maurras fit de cette exigence la pièce centrale de son ouvrage L’Avenir de l’intelligence, publié pour la première fois en 1905 ; la création de l’Institut d’Action française l’année suivante prouva le sérieux de la détermination qu’avait le mouvement d’effectuer une réorientation radicale de la vie intellectuelle française. Mais si les arguments et le programme de l’Action française précédèrent la Grande Guerre, ce sont les débats intellectuels des années de guerre-et plus particulièrement la discussion incessante et passionnée au sujet des mérites et défauts de la philosophie kantienne-qui permirent aux néo-monarchistes de s’en prendre aux défenseurs de la Troisième République. Ceux-ci conférèrent à l’Action française une réputation de prescience intellectuelle qui aurait manqué avant 1914. La critique des principes kantiens fournit donc au mouvement le moyen idéal de combattre de manière continue à la fois l’ennemi allemand et la Troisième République.

33Michel Grunewald

34Les germanistes français et le maurrassisme : le cas de Louis Reynaud

35Louis Reynaud (1876 - 1946) fut, parmi les germanistes français de sa génération, le seul dont on puisse affirmer qu’il fut proche de l’AF. Les sept ouvrages qu’il a consacrés spécifiquement à l’Allemagne et aux relations franco-allemandes n’en font cependant pas un isolé parmi les germanistes français. Car ils reflètent aussi la doxa qui, à l’époque, était commune aux germanistes français et aux romanistes allemands et reposait sur la conviction qu’existaient des identités nationales figées et irréductibles les unes aux autres. Chez les germanistes français, cette conviction se traduisait par la mise en relief d’un comportement spécifique des Allemands que la plupart d’entre eux faisaient remonter à la Réforme, censée avoir engendré un repli sur elles-mêmes de « l’âme allemande » et de la nation allemande.

36L’autre fondement du consensus évoqué ici était une attitude parfois très critique envers le romantisme, dont Reynaud fut parmi ses pairs l’un des porte-parole les plus constants. Cet antiromantisme postulait que l’Allemagne était placée « aux antipodes de l’esprit latin, surtout français ». Comme le Maître de l’AF, Reynaud estimait que l’Allemagne représentait le principe radicalement opposé à la France, seule fille légitime d’Athènes et de Rome. Il estimait qu’au bout de deux millénaires les Allemands demeuraient des barbares qui n’avaient jamais eu la capacité de se doter de manière autonome d’une « règle » et, que contrairement aux Français, ils n’étaient pas spontanément accessibles à des discours fondés sur la raison. Il était légitime, de ce fait, à son avis, de les considérer comme inférieurs aux Français qui, eux, avaient permis à la seule véritable culture, le classicisme, de se développer.

37Robert Kopp

38Maurras, lecteur de Rousseau et de Chateaubriand

39Le propos n’est pas ici de traiter le sujet dans son ensemble et de traverser toute l’œuvre de Maurras, mais d’étudier un court texte de sa trentième année : Trois idées politiques : Chateaubriand, Michelet, Sainte-Beuve. Publié en 1898 et réédité en 1912 et en 1925, ces pages fondatrices du système de Maurras appartiennent d’abord à un contexte historique : l’affaire Dreyfus, un nationalisme revanchard de plus en plus exacerbé et, concernant Rousseau et Chateaubriand, l’anti-romantisme toujours plus virulent des maîtres à penser de l’heure : Brunetière, Faguet, Lemaître, Lasserre, Bainville et bien d’autres. Il a ses racines dans la réaction néo-classique qui commence dès la fin de la monarchie de Juillet et s’amplifie durant tout le Second Empire. À la fin du siècle, cet anti-romantisme devient politique. L’extension du romantisme à Rousseau permet de faire du romantisme non seulement la conséquence mais la cause de la Révolution française.

40Maurras, par une dialectique implacable et un sens du paradoxe qui fait le succès de certains de ses écrits, montre que la droite a tort de célébrer Chateaubriand, promoteur de l’anarchie révolutionnaire dans le sillage de Rousseau, que la gauche se trompe en reconnaissant en Michelet l’homme du peuple aspirant à sa souveraineté, alors qu’il reste un auteur attaché à la tradition. La synthèse étant représentée par « l’empirisme organisateur » de Sainte-Beuve, le romantique repenti. Se dessine à travers ses affirmations péremptoires tout le système de pensée de Maurras, tel qu’il apparaîtra dans L’Avenir de l’intelligence ou dans L’Enquête sur la monarchie, un système qui reposera sur l’alliance entre le positivisme (Comte ayant pris la place de Sainte-Beuve), le monarchisme, le catholicisme et le nationalisme intégral.

41Gaetano DeLeonibus

42Discordances dans l’interprétation du classicisme maurrassien

43L’interprétation du classicisme maurrassien telle qu’on la retrouve chez Pierre Lasserre et Henri Clouard, respectivement critiques littéraires à l’Action française et à la Revue critique des idées et des livres, émane de la dialectique de la confession– révélation-méditation-conversion– régénératrice du moi et de l’esthétique politique maurrassiens. Mais, à l’apogée de la querelle du classicisme en 1913, une discordance se manifeste. Dans leur enthousiasme, les adeptes établissent un cortège d’auteurs classiques dans lequel s’infiltrent des figures littéraires jusqu’alors exclues par le veto du maître. Accusé de nietzschéisme et cherchant à se justifier auprès de Rome, Maurras dénonce les jeunes « lettrés » de la Revue critique qui venaient de consacrer un numéro spécial à Stendhal et de créer un Prix Stendhal. Clouard et Lasserre se détachent alors de l’Action Française et pendant des années « confieront » à leurs écrits le regret d’une esthétique politique maurrassienne close.

44Neil McWilliam

45L’anti-romantisme des maurrassiens

46La publication en 1907 de la thèse de Pierre Lasserre, Le Romantisme français, marque un moment important dans l’évolution d’un débat qui s’est déroulé entre les années 1890 et la Deuxième Guerre mondiale. La critique du romantisme s’articule à travers un champ intellectuel très large, mais c’est Charles Maurras et l’Action française qui ont dominé le discours antiromantique et lui ont donné une cohérence idéologique capitale pour la définition des termes du débat.

47Ce discours révèle ses liens avec la crise de la masculinité, notée par les historiens de la Troisième République ; cette crise est perçue à la fois d’une part dans l’émergence de la ‘Femme nouvelle’ comme figure symbolique qui met en cause la hiérarchie sexuelle traditionnelle, et, d’autre part, dans la représentation de l’intellectuel dreyfusard comme figure cosmopolite et efféminée. Elle joue un rôle important dans l’évolution du discours maurrassien de « l’intelligence », fondé sur un modèle viril de l’homme de lettres rationnel aux antipodes du sentiment et de l’individualisme des romantiques.

48Christian Amalvi

49Maurras et l’Antiquité

50A l'occasion des Jeux olympiques d'Athènes, en 1896, Charles Maurras, envoyé comme journaliste par la Gazette de France, découvre, ébloui, la Grèce antique, qui lui inspire de nombreuses œuvres, entre autres Anthinéa en 1901, puis les Vergers sur la mer. La Grèce ancienne, en général, et l'Athènes du Siècle de Périclès en particulier, constituent pour lui, sur le plan esthétique, l'expression suprême de la beauté, et, sur le plan philosophique, la naissance de la raison. Par l'intermédiaire de la Provence, terre natale du chef de file de l'Action française, le génie français a été à son tour fécondé par l'héritage grec. Par ce détour, le natif de Martigues célèbre à l'unisson et la culture française et la civilisation provençale que le Félibrige est en train de réhabiliter. Cependant, cette vision de l'Antiquité n'est pas univoque. Maurras dénonce à plusieurs reprises la contamination de cette pureté athénienne par les germes destructeurs inoculés à l'Occident hellénistique par l'Orient sémite. Rome elle-même est adulée parce qu'elle a répandu dans le bassin méditerranéen les bienfaits de la pensée grecque et vertement critiquée parce qu'elle fut aussi le Cheval de Troie de la « lèpre » du judaïsme et du christianisme, les quatre évangélistes étant considérés comme quatre « juifs obscurs ».

51La Grèce ancienne est donc chez Maurras le sujet d'une brillante méditation littéraire sur la fuite du temps et l'écroulement des empires, dans le prolongement des voyages en Orient de Chateaubriand, Lamartine, Gérard de Nerval, mais aussi le prétexte à un inquiétant exercice de pathologie politique, culturelle et sociale. Du reste, en 1921, dans son livre subtil sur Les Idées de Charles Maurras, - découpé en quatre séquences : Lumière de Grèce. Air de Provence. Pierre de Rome. Terre de France-, Albert Thibaudet démontre que l'instrumentalisation de l'Antiquité grecque et romaine forme le socle, le soubassement idéologique du nationalisme intégral de Maurras.

52Gerd Krumeich

53Maurras, les maurrassiens et Jeanne d’Arc

54La « politique de Jeanne d’Arc » est chère au maurrassisme, qui a une position assez originale quant à Jeanne d’Arc ; en effet, le mouvement est, d’une certaine façon, en retard sur la mouvance générale de la Droite face à l’héroïne nationale. Jeanne avait été dans les années 1880 et 1900 une figure emblématique du « ralliement » des droites à la République. La mise en scène de scandales autour de la Pucelle (l’Affaire Thalamas) fut un moment fort de la « propagande par l’action » du nationalisme intégral, né lors de l’Affaire Dreyfus, qui contribua à affirmer la position originale des néo-royalistes. Après la trêve-toute relative-de la Grande Guerre, face à une Jeanne d’Arc canonisée et promue seconde patronne de la France républicaine, Maurras et ses disciples se retrouvèrent marginalisés, voire même exclus (de l’Eglise). Leur royalisme de principe et doctrinaire eut du mal à se faire entendre. On essaya de profiter de l’intérêt public pour la Pucelle (surtout lors des 500 ans de la libération d’Orléans et du Sacre, en 1929) en manifestant alors un activisme affiché. Enfin, sera discutée la part qu´ eut, dans l’action culturelle du régime de Vichy, la « politique de Jeanne d’Arc » du maurrassisme.

55Michela Passini

56Louis Dimier, l’Action française et la question de l’art national

57Parmi les historiens de l’art de la première partie du XXe siècle, Louis Dimier (1865-1943) se fait remarquer par l’originalité de ses vues et une approche extrêmement lucide des problèmes de méthode. Cette contribution se propose de situer son œuvre par rapport aux tendances majeures de l’histoire de l’art française contemporain (la polémique sur les origines de la Renaissance, la « redécouverte » des Primitifs français, le débat sur l’évolution de l’art français au XIXe siècle) et de reconstruire les relations complexes unissant son activité d’historien de l’art et son engagement au sein de l’Action française, dont il fit partie jusqu’en 1920. Le problème de la définition d’un « art national », en tout point décisif pour l’historiographie de l’époque, est au cœur de l’analyse.

58Olivier Dard

59Henri Massis

60Dans l’histoire de l’Action française et du maurrassisme, Henri Massis occupe une place à part. N’étant ni un doctrinaire ni une plume marquante du quotidien dans lequel il n’a pas écrit, il apparaît pourtant comme un des piliers de la galaxie maurrassienne, même s’il est négligé par les historiens et absent des anthologies. Pourtant, depuis ses premiers échanges épistolaires avec Maurras en 1912 et surtout son rapprochement avec l’AF au lendemain du premier conflit mondial, Massis a été en contact quotidien avec elle ; il a résisté, contre vents et marées, aux crises qu’elle a connues, à commencer par celle de la condamnation. Ce catholique militant, contrairement à son ami Maritain, a fait le choix de la fidélité au maurrassisme. Essentielle dans le parcours et la pensée de Massis, la dimension religieuse n’est pas la seule à devoir être prise en compte. Chez lui, la culture, l’esthétique et la littérature (de Bergson à Barrès) sont aussi des marqueurs de premier plan.

61Dès avant 1914, Massis est un critique littéraire dont les goûts et les choix, nets et assumés, annoncent les joutes contre André Gide et La NRF. A partir de l’entre-deux-guerres et de la publication de Défense de l’Occident (1927), il est aussi un essayiste politique reconnu. Pourtant, s’il est un homme de plume, on ne saurait le réduire à un homme de cabinet. Dans l’histoire de l’AF, il est tout à la fois un entraîneur et un entrepreneur culturel. Ainsi, dès la publication de la célèbre enquête d’Agathon, il fait montre de son goût pour la jeunesse, dont il est alors une des figures emblématiques, et il se place d’emblée, par un goût marqué pour les débats autour de la génération ou de la relation maître-disciple, comme un homme qui reçoit, diffuse mais aspire aussi à donner. Massis est en effet, après le premier conflit mondial, un remarquable éveilleur pour toute la Jeune droite. Il est aussi un entrepreneur culturel et politique via la rédaction de manifestes et surtout la mise sur pied de revues, du Roseau d’Or à la Revue universelle dont il est, avec Jacques Bainville, la principale cheville ouvrière.

62Figure majeure de la scène intellectuelle française, Massis est enfin un des maurrassiens les plus lus à l’étranger : ses ouvrages, à partir de Défense de l’Occident sont traduits (anglais, allemand, espagnol). Par la diffusion de ses idées mais aussi de ses récits et témoignages (en particulier sur Maurras), il peut être considéré comme une sentinelle et un ambassadeur de la culture maurrassienne.

63Ludovic Morel

64Thierry Maulnier, soldat maurrassien de l’humanisme

65Thierry Maulnier, en qui les jeunes maurrassiens voyaient dans les années 30 un possible successeur du Maître, est-il un dissident de l’Action française ? L’insurgé s’est-il réellement rangé « dans l’armée des refroidis, des tièdes et des incolores » quand il est entré dans ce bastion du conservatisme libéral qu’est le Figaro ? Pierre Boutang voit en lui un « loup devenu chien » avec la marque du collier encore visible, et Claude Roy, d’abord attiré par sa pensée, la compare finalement à un vélo d’appartement, cloué au sol et pédalant dans le vide. Force est de constater que l’engagement de Maulnier, attaqué à partir de l’Occupation, débouche sur un échec politique. Et l’intéressé lui-même parvient à cette conclusion.

66Dans les années 30, il vit la littérature comme un engagement politique, dans le sillon tracé par Maurras, mais avec une fidélité « qui s’accommodait de toutes les ouvertures » (Pierre Monnier). Analyser l’œuvre du Maulnier de cette époque, c’est donc approcher en quelque sorte les canons culturels maurrassiens, et notamment l’anti-romantisme et la défense du classicisme, deux conceptions esthétiques qui ont une application directe en politique. La rupture manifeste de Maulnier avec l’Action française après 1944 permet d’examiner s’il y a ou non persistance du maurrassisme dans l’œuvre littéraire d’un écrivain qui a clairement choisi de suivre sa propre voie. Une voie qui s’appuie sur la construction d’un humanisme de combat – mais qui reste au fond très littéraire – et la défense d’une civilisation occidentale en crise.

67Michel Leymarie

68Trois enquêtes et un hommage

69Pour rendre compte de l’audience de Charles Maurras et du maurrassisme au cours de trois décennies successives, trois enquêtes et un hommage sont pris ici en considération. L’enquête de la Revue française politique et littéraire sur « Maurice Barrès et la jeunesse » (1913) permet de comparer l’audience respective de Barrès, Maurras et Bergson dans un terreau commun aux jeunes et à leurs aînés. Même s’il apparaît davantage pour certains comme un intercesseur qui fait transition avec le maurrassisme, Barrès demeure un maître, alors que d’autres se tournent vers Bergson.

70L’Enquête sur les maîtres de la jeune littérature (1922), menée par Henri Rambaud et Pierre Varillon, montre que Bourget, Barrès et Maurras demeurent admirés, parfois plus comme maîtres de vie que comme modèles littéraires. L’Enquête sur le nationalisme (1923) conduite par Maurice Vaussard interroge d’abord les rapports entre nationalisme et catholicisme, qui vont aboutir à la condamnation de l’Action française trois ans plus tard.

71Enfin, l’hommage que la Revue universelle rend en janvier 1937 à Maurras, pour son jubilé, à l’occasion de ses cinquante années d’activité journalistique et littéraire, est marqué par la conjoncture nationale et internationale. Cet hommage montre la grande audience qu’a selon ses proches le doctrinaire et apparaît comme une étape dans la voie de la réconciliation avec Rome. Il est aussi une marche vers l’élection de Maurras à l’Académie française, en juin 1938, et figure une victoire idéologique et culturelle, précédant le second apogée de l’Action française.

72Francis Balace

73Les Camelots du roi : une jeunesse contestataire dans le roman français, 1908-1914

74L’actualité des années 1908-1914 est remplie des « exploits » des Camelots du Roi qui agitent le Quartier Latin, conspuent ou giflent les hommes politiques et les intellectuels qui leur déplaisent et endommagent les statues élevées aux pontifes de la République et de la laïcité triomphante. Ce sont les milieux conservateurs et les organisations monarchistes traditionnelles (qui se contentaient d’exister sans agir) qui s’en émeuvent le plus, craignant que la réprobation ou la répression ne nuisent à leurs intérêts et à ceux du prétendant. La volonté de l’AF et des Camelots « d’aller au peuple » et de trouver des alliés dans d’autres milieux tout aussi contestataires de l’ordre établi, ses velléités de « socialisme monarchiste » les indignent encore plus. Il est remarquable de constater que le phénomène « Camelot » a débouché sur la publication pour la période envisagée d’au moins cinq romans « à clé » brodant à l’envi sur ces thèmes, sortis de la plume d’un prolixe auteur « bien parisien » comme Abel Hermant, d’une infatigable polygraphe comme Gyp (avec ses obsessions antisémites et bonapartistes) ou du tandem Landre-d’Abzac, auteurs moins connus mais qui ont le mérite de dresser un catalogue de ce que l’on pouvait, à droite, reprocher aux Camelots. L’AF et ces derniers sortiront vainqueurs, parce qu’indispensables, de la crise ouverte avec le prétendant et obtiendront, peut-être en renonçant aux provocations les plus voyantes, un monopole sur l’action royaliste, largement comme résultat de la médiatisation de leurs actions passées et de la fascination exercée par elles sur la jeunesse.

75Jane Fulcher

76Du classicisme réactionnaire au classicisme de la Résistance : l’Action française, le « problème Wagner » et le compromis idéologique de Vichy

77Vers la fin de l’été de 1944, alors que l’armée de la Libération fait route vers Paris, les journaux intellectuels de la Résistance appellent à la solidarité française, négociant habilement entre factions hostiles et symboles de division. De manière significative, ils cherchent à le faire en utilisant, non le vecteur de l’idéologie ou la médiation de la rhétorique républicaine et nationaliste, mais plutôt celui d’un discours esthétique capable d’énoncer des valeurs culturelles françaises constantes et subtilement reconfigurées.

78Ce discours sur le classicisme français, interprété à travers un nouvel amalgame comme synonyme de la France elle-même, souligne le compromis politique et culturel de Vichy et articule également un autre nationalisme signifiant désormais le refus, tout en créant une nouvelle communauté morale française, une nouvelle unité spirituelle, une nouvelle mémoire nationale. Deux influences fusionnent alors : le nationalisme réactionnaire et « le classicisme critique » de la gauche française. Également imbriqué dans l’apparition du « classicisme de résistance », le schisme interne de la Ligue de l’Action Française, après le compromis politique de Vichy, se trouve symbolisé pour certains dans le discours officiel sur Richard Wagner et sa prétendue influence persistante sur Debussy. La reconstruction du Debussy de la Résistance en tant que paradigme classique conduit à l’articulation de trois lignes d’argumentation différentes, de trois conceptions distinctes des valeurs classiques dans un discours politique et culturel dont les ramifications dépassent les frontières des champs culturels français proprement dits. C’est la structure d’une telle confrontation symbolique, d’une telle négociation dans ce discours ou dans ce langage politique et de sa manipulation de Debussy comme icône classique, qui est ici analysée pour découvrir son impact sur la culture politique, aussi bien que sur la musique, au moment où la France, une fois de plus est en train de se redéfinir.

79Bénédicte Vergez-Chaignon

80Des maurrassiens aux prises avec le nationalisme intégral : rupture résistante ou coexistence avec l’Action française (1941-1948) ?

81Passant pour l’inspiratrice du régime de Vichy, l’Action française a aussi été, par la doctrine du nationalisme intégral, le déclencheur de réels engagements résistants. Beaucoup de partisans de l’AF ont essayé de distinguer dans les textes de Maurras postérieurs à juin 1940 des consignes pour la revanche (Entre nous). La ligne choisie par le journal a suscité, au gré de l’évolution de la guerre, des ruptures entre les maurrassiens devenus résistants et leur maître à penser. Rupture qu’ils ont pensée conjoncturelle ou définitive, mais qui a cherché à s’exprimer dans des journaux ou des tracts (La Nouvelle Action française, du Jonchay).

82Après la Libération, la condamnation de Maurras pour intelligence avec l’ennemi laisse le champ libre aux expressions d’un maurrassisme pluraliste, néanmoins aux prises avec l’épuration. À côté d’orthodoxes rivaux, ne dédaignant pas la surenchère (Les Documents nationalistes, L’Indépendance française, Aspects de la France), le comte de Paris ainsi que des maurrassiens admettant la validité du principe de la Résistance – sinon ses modalités -, essaient d’occuper le terrain. Pierre Boutang se distingue par sa présence dans de nombreux journaux (Paroles françaises, La Dernière Lanterne), et sa volonté, tenace et vaine, de renouveler le débat pour sauver le maurrassisme.

83Guillaume Gros

84L’Action française, l’histoire et les historiens après 1945

85Malgré le discrédit qui frappe l’Action française en 1945, l’histoire persiste dans la culture maurrassienne. Entre une histoire mémorielle ou hagiographique (culte de Jacques Bainville) et une histoire académique et de vulgarisation enracinée dans une tradition contre révolutionnaire (Pierre Gaxotte), émerge une histoire plus novatrice qui s’exprime de manière diffuse et en dehors de tout projet strictement doctrinal autour de figures singulières comme Raoul Girardet, Philippe Ariès, Emmanuel Beau de Loménie. Entre ces trois groupes, on observe des passerelles nombreuses de M. Mourre à J.-F. Chiappe en passant par J. Carcopino, J. Laurent, F. Bluche, G. Comte, G.-C. Picard, M.M. Martin, V. Nguyen.

86Souvent en porte-à-faux vis-à-vis de l’Université, cette histoire trouve des relais à l’Institut ou dans l’édition. Les enjeux liés à une crise nationale (guerre d’Algérie, bicentenaire de la Révolution française) réactivent la vigueur d’un héritage politique qui est aussi l’occasion de s’interroger sur les liens entre culture politique, vocation d’historien et choix historiographiques.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search