Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le maurrassisme et la culture. Volume III

 | 
Olivier Dard
, 
Michel Leymarie
, 
Neil McWilliam

Qui a peur de George Sand ? : Antiromantisme et antiféminisme chez les maurrassiens

Maurrassian anti-romanticsm

Neil McWilliam

Résumé

La publication en 1907 de la thèse de Pierre Lasserre, Le Romantisme français, marque un moment important dans l’évolution d’un débat qui s’est déroulé entre les années 1890 et la Deuxième Guerre mondiale. La critique du romantisme s’articule à travers un champ intellectuel très large, mais c’est Charles Maurras et l’Action française qui ont dominé le discours antiromantique et lui ont donné une cohérence idéologique capitale pour la définition des termes du débat.
Ce discours révèle ses liens avec la crise de la masculinité, notée par les historiens de la Troisième République ; cette crise est perçue à la fois d’une part dans l’émergence de la ‘Femme nouvelle’ comme figure symbolique qui met en cause la hiérarchie sexuelle traditionnelle, et, d’autre part, dans la représentation de l’intellectuel dreyfusard comme figure cosmopolite et efféminée. Elle joue un rôle important dans l’évolution du discours maurrassien de « l’intelligence », fondé sur un modèle viril de l’homme de lettres rationnel aux antipodes du sentiment et de l’individualisme des romantiques.

The 1907 publication of Pierre Lasserre’s thesis Le Romantisme français marks an important point in the development of a debate that extended from the 1890s to the Second World War. The critique of Romanticism was pursued across a broad intellectual field, but it was Charles Maurras and the Action française that dominated anti-romantic discourse, providing it with an ideological coherence critical in defining the terms of the debate. This paper analyzes the stakes of this discourse by revealing its links with the crisis of masculinity that has been noted by historians of the Third Republic and that can be seen both in the emergence of the “Femme nouvelle” as a symbolic challenge to traditional sexual hierarchies and in the representation of the Dreyfusard intellectual as an effeminate cosmopolitan. This crisis played an important role in the development of the Maurrassian discourse of “intelligence”, which was rooted in a virile conception of the man of letters antithetical to romantic sentiment and individualism.

Texte intégral

1Le 18 juillet 1906 eut lieu en amphithéâtre de Sorbonne un événement qualifié presque trente ans plus tard par Gilbert Maire, ancien disciple de Bergson et apostat royaliste, de « coup de foudre ». La soutenance de thèse du jeune critique Pierre Lasserre, présentée sous le titre apparemment anodin de Romantisme français. Essai sur la révolution dans les sentiments et dans les idées au XIXe siècle provoqua une controverse qui garantit la célébrité de son auteur. D’après Maire, la confrontation constitua une victoire hautement symbolique :

  • 1 Gilbert Maire, Bergson, mon maître, Paris, Bernard Grasset, 1935, p. 149.

« Le talent, l’audace du candidat avaient triomphé des dispositions du jury. Ses ripostes cinglantes avaient brisé les perfidies d’Aulard, les insolences de Basch. Dans ce combat oratoire que la sympathie du public faillit transformer en mêlée générale, la Sorbonne avait dû s’avouer vaincue. Elle en gardait comme la meurtrissure d’une gifle sur un visage1. »

  • 2 Henri Clouard, « Les Doctrines et les faits, » Les Entretiens idéalistes, vol. 1, no 8, mai 1907, (...)

2La publication de la thèse en 1907 renouvela la controverse et redoubla les éloges. Le jeune militant royaliste Henri Clouard félicita l’auteur d’avoir offert une formule qui marqua un « retour conscient, et magnifiquement motivé, à l’Ordre, au Classicisme intégral. » Déclarant que ce livre de critique était « un livre de vie, » il indiqua la dette que devait Lasserre, ainsi que bien de ses contemporains, à l’exemple de Charles Maurras : « Une forte part de la France pensante lui doit d’avoir éliminé l’anarchie des sentiments et de la pensée. Il fut un précurseur2. »

  • 3 Voir Gaetano Deleonibus, Charles Maurras’s Classicising Aesthetics, New York, Peter Lang, 2000, p. (...)
  • 4 Voir, par exemple, P. Mansell Jones, Tradition and Barbarism. A Survey of Anti-Romanticism in Fran (...)

3Dès le début des années 1890 et la fondation avec Jean Moréas de l’École romane française, Maurras met en cause le romantisme3. Avec des titres aussi célèbres que ses Amants de Venise, analyse mordante de la liaison entre Alfred de Musset et George Sand apparue en 1902, et L’Avenir de l’intelligence, publié en 1905 avec des chapitres consacrés au « romantisme féminin », Maurras pose les termes du débat bien avant l’irruption sur scène de Lasserre. Mais, il importe de reconnaître que le réquisitoire prononcé contre le romantisme par des personnalités royalistes se situe au cœur d’un débat plus large et aux implications multiples, influencé par des penseurs comme Friedrich Nietzsche, Henri Bergson, et Charles Darwin, et formé par des discours concernant, entre autres, la dégénérescence nationale, le mysticisme religieux, la hiérarchie sociale et l’émancipation de la femme. La centralité symbolique du romantisme, ainsi que la longévité de ces débats qui se poursuivent jusqu’aux années 304, forment bien sûr un pôle d’une dialectique politico-esthétique dont le terme opposé, le classicisme, figure largement dans les études consacrées au maurrassisme culturel. Dans ce qui suit, notre intention est principalement d’interroger les termes de la lutte antiromantique pour mettre en lumière l’enjeu plus large de cette croisade royaliste, vue de la perspective du champ intellectuel dans lequel Maurras et ses épigones tentaient de s’imposer.

  • 5 Lettre à Serge Basset, publiée dans Le Figaro du 27 février 1907, citée d’après Ivan P. Barko, L’E (...)
  • 6 « C’est par l’analyse des dernières erreurs littéraires du Romantisme que nous avons été induits e (...)
  • 7 Charles Maurras, Trois Idées politiques, Paris, Champion, 1898, p. 68.
  • 8 Id., Révolution et romantisme in Œuvres capitales, vol. 2, Paris, Flammarion, 1954, p. 59.

4En 1907, l’année de la publication du livre de Lasserre, Maurras lui-même déclara : « la moitié au moins de ma vie intellectuelle s’est dépensée à la critique du sentiment et du goût romantiques5 ». Cette affirmation rappelle l’observation, faite ailleurs non seulement par Maurras mais aussi par d’autres militants, que leur engagement politique fut le fruit d’une prise de conscience esthétique6. Pour ce qui concerne les tares attribuées au romantisme, Maurras en avait identifiés trois principales dans Trois Idées politiques, publié en 1898 : « manque d’observation, arrêt du sens critique, lésion profonde de la faculté logique7. » Attribuant cette maladie mentale aux conséquences de la Révolution française – et surtout à l’exemple de son précurseur Rousseau --, Maurras condamna le romantisme comme la manifestation culturelle d’un individualisme qui avait porté un coup fatal aux structures traditionnelles de l’autorité politique. L’échec d’un empirisme nourri d’une compréhension raisonnable du monde avait entraîné, selon Maurras, un déséquilibre épistémologique permettant la domination du sentiment, qualité foncièrement subjective et égoïste, qui affaiblissait les liens sociaux essentiels au bien-être de la cité. Si la révolution et le régicide furent les premiers fruits de ce mal, le siècle qui la suivit lui semblait tout marqué par l’anarchie et la désorientation semées par l’esprit romantique. Dans une perspective plus longue, Maurras prévoyait une chute inexorable, un processus entropique qui étoufferait toute possibilité d’organisation collective et de création individuelle. Comme il le prédit dans la préface de Romantisme et révolution en 1922 : « Qui prolonge la double courbe romantique et révolutionnaire ouvre à l’esprit une ample liberté de mourir8. »

  • 9 Id., « Les Amants de Venise, » Minerva, vol. 3, 1 juillet 1902, p. 111.

5Tout comme Maurras, Lasserre considérait le romantisme moins comme un mouvement littéraire que comme une pathologie collective. À l’instar de l’auteur des Amants de Venise, qui s’en prenait aux défauts caractériels de l’instable Musset et de Sand la « barbare9 », Lasserre décortique les personnalités des écrivains qu’il traite, essayant de démontrer le lien entre leur art et leurs faiblesses, elles-mêmes attribuées à une organisation politique où l’abus de la liberté individuelle sème le chaos psychologique et social. C’est ainsi qu’il présente ses doléances antiromantiques :

  • 10 Pierre Lasserre, Romantisme français. Essai sur la révolution dans les sentiments et dans les idée (...)

« Ruine psychique de l’individu, eudémonisme lâche, chimérisme sentimental, maladie de la solitude, corruption des passions, idolâtrie des passions [sic], empire de la femme, empire des éléments féminins de l’esprit sur les éléments virils, asservissement au moi, déformation emphatique de la réalité, conception révolutionnaire et dévergondée de la nature humaine, abus des moyens matériels de l’art pour masquer la paresse et la misère de l’invention (...)10 »

  • 11 Id, « Chronique des lettres », L’Action française, 31 mai 1910.
  • 12 Pierre Lasserre, op. cit., p. 314.
  • 13 Ibid., p. 308.

6Au cœur de cette critique impitoyable se trouve ce que Lasserre qualifie ailleurs de « séparatisme moral11 », état qui déforme la compréhension de l’individu en l’isolant dans son propre moi, minant sa capacité d’interpréter le monde avec une sérénité et un équilibre garantis par la raison. En rejetant les relations humaines en faveur d’une exploration obsessionnelle des paysages intérieurs des passions, le romantique fait preuve, selon Lasserre, d’une rupture avec la réalité qui rappelle la lésion de la logique diagnostiquée par Maurras en 1898. En énumérant ces symptômes, le jeune critique suit son maître sur plusieurs points. Sa condamnation d’eudémonisme – la recherche du bonheur – rejoint la position maurrassienne qui rejette la vision optimiste de la nature et de la bonté humaine prônée par Rousseau. L’eudémonisme romantique s’inspire, selon Lasserre, d’une vision déformée de la perfection, investie dans l’appréciation inexacte d’une nature souriante et bénévole perçue intuitivement par l’artiste. Au contraire, insiste-t-il, la beauté n’est atteinte que par un « enthousiasme de l’ordre, l’harmonie étant le caractère, la condition d’existence et de floraison des formes supérieures de la vie12 ». La perfection, ainsi comprise, est le prix d’une obéissance à un modèle absolu de l’ordre, et non un don de la nature conjurée dans un état de bonheur. Pour Lasserre, l’eudémonisme n’est qu’un mensonge complaisant, puisqu’une vision lucide du monde convie à une lutte âpre pour la survie : « Le pessimisme est le postulat de l’héroïsme, l’excitant nécessaire de la conservation et du progrès13. »

  • 14 Léon Daudet, Le Stupide XIXe siècle [1922], in Souvenirs et polémiques, Paris, Robert Laffont, 199 (...)

7Ces modèles contrastés de la perfection -- l’eudémonique et le pessimiste --, font partie d’une série d’antithèses dont le plus important est peut-être celui entre la nature et la culture. Pour Maurras et ses disciples, dominer les forces de la nature, conçue comme imprévisible, irrationnelle et atavique, est la tâche fondatrice de toute organisation sociale qui veut survivre. La nature est ainsi perçue comme objet de méfiance et sujet de contrôle. Comme le déclare Léon Daudet dans son chapitre consacré à « l’aberration romantique » dans Le Stupide XIXe siècle : « Qu’est-ce, en somme, que la civilisation ? C’est, comme l’humanisme, avec lequel elle se confond, l’obstacle de l’être pensant, de la raison, équilibrée et réfléchissante, aux forces aveugles de la nature, dont le dépôt en nous est l’instinct. Cet instinct appelle la nature, et celle-ci renforce l’instinct14. »

  • 15 Pierre Lasserre, Romantisme français, op. cit., p. 320.

8Pour Daudet, tout comme pour Maurras et Lasserre avant lui, le romantisme constitue une atteinte à la civilisation même. Il est, dans le plein sens maurrassien du terme, « barbare ». La manifestation de cette barbarie se traduit, pour Maurras, dans la sensualisation de la pensée qu’il décèle dans le lyrisme romantique, dans la valorisation de la spontanéité et de la sincérité comme critères de jugement esthétique et d’action morale, et dans l’aspiration vers l’infini. Si le classicisme exprime une vision lucide qui favorise l’action poursuivie en pleine compréhension du monde, le romantisme, par contre, est censé emprisonner l’individu dans une intériorité illusoire qui fausse les perceptions et corrompt le jugement. La constatation de Lasserre, que « le Romantisme est la décomposition de l’art, parce qu’il est la décomposition de l’homme15 » indique à quel point l’antiromantisme rejoint des préoccupations plus larges qui étayent la prétention maurrassienne de constituer la dernière défense de l’humanisme.

  • 16 L’antiféminisme nationaliste est un sujet important, mais peu étudié. Pour quelques indications, v (...)
  • 17 Charles Maurras, « Le Romantisme féminin » in L’Avenir de l’intelligence, Paris, Flammarion, 1927, (...)

9Cette prétendue lutte pour la civilisation contre les forces destructrices de la nature est au cœur de l’antiféminisme maurrassien, aspect du discours antiromantique qui révèle des inquiétudes idéologiques et sexuelles ; celles-ci, qui hantent l’entreprise royaliste, nous amèneront à considérer sa réflexion sur le rôle de l’artiste dans une économie culturelle marquée par l’affaire Dreyfus16. Le locus classicus du discours est bien sûr l’essai de Maurras sur le romantisme féminin publié en 1905 et qui met sur la sellette quatre femmes-poètes contemporaines, présentées à la fois comme exemplaires et aberrantes. Exemplaires, comme héritières du lyrisme romantique, elles sont accusées d’affecter un style où, à l’instar du symbolisme, la langue s’est libérée de la signification et par conséquent de sa responsabilité d’établir un lien entre le poète et son lecteur. C’est ainsi que Maurras imagine les méditations de Lucie Delarue-Madrus qui se justifie en proclamant : « Moi, je parle bizarre, comme d’autres parlent français. Le bizarre peut bien avoir l’impertinence de ne pas être beau : il est moi ; que puis-je désirer de plus ! Je serai de plus en plus mienne17. »

  • 18 Ibid., p. 208 ; la phrase est empruntée à un article de Duchot publié dans L’Idée du 1er mai 1903. (...)
  • 19 Voir Elaine Marks, « “Sappho 1900” : Imaginary Renée Viviens and the Rear of the Belle Époque », Y (...)
  • 20 Léon Daudet, Le Stupide XIXe siècle, op. cit., p. 1229.
  • 21 Pierre Lasserre, Romantisme français, op. cit., p. 158-59.
  • 22 Charles Maurras, « Le Romantisme féminin, » op. cit., p. 218.

10La bizarrerie formelle discernée par Maurras dans la poésie de ces femmes romantiques est liée aussi à ce qui constitue leur aberration : elles sont des « métèques indisciplinées18 », et, dans le cas de Lucie Delarue et de Renée Vivien, des lesbiennes notoires. En tant que femmes et étrangères, elles sont jugées insensibles à l’esprit français fondé sur la logique et exprimé par le classicisme19. Leur art est le produit d’une sensibilité déréglée que Maurras considère irrévocablement autre. Ainsi constitué, le féminin représente tout ce qui est hostile aux valeurs authentiquement françaises ; codé comme féminin, le romantisme n’est rien moins que castrateur. Les femmes-artistes, comme le quatuor présenté par Maurras ou comme George Sand, qui incarne pour Daudet « une erreur de la nature, qui lui avait donné la violence du mâle dans un organisme féminin20 », symbolisent une anarchie sexuelle ressentie comme autrement plus grave dans le domaine masculin. Inspiré par la leçon de Maurras, Lasserre y voit « la dévirilisation de l’homme, le fléchissement de la raison sous la spontanéité, la dispersion dans le sentiment par l’abdication des énergies organisatrices et constructives21 ». Maurras lui-même est formel : le Romantisme entraîna chez les mieux organisés un changement de sexe, et il passe en revue ses victimes, de la « prodigieuse coquette » Chateaubriand jusqu’à Baudelaire et Verlaine, ces « vieilles coureuses de sabbat », en passant par Musset, « une étourdie vainement folle de son cœur22 ».

  • 23 Voir Annelise Mauge, L’Identité masculine en crise au tournant du siècle, 1871-1914, Paris, Rivage (...)
  • 24 Voir, par exemple, Jules Lemaître, « Féminisme » in Opinions à répandre, Paris, Société française (...)
  • 25 Victor Joze, « Le Féminisme et le bon sens, » La Plume no .154, 15 septembre 1895, p. 391-92.

11Cette réaction hystérique envers un romantisme féminin dans le plein sens du terme semble être un symptôme de ce que plusieurs historiens ont identifié comme une crise de la masculinité à la fin du XIXe siècle23. La période voit une renégociation difficile des rapports entre les sexes, grâce surtout à l’apparition de la « Femme nouvelle » avec ses réclamations d’une liberté personnelle et politique plus large. Exacerbée par une crise de confiance entraînée par l’échec militaire de 1870, cette renégociation provoqua une résistance qui visa la restauration de l’équilibre soi-disant naturel entre les sexes. Les milieux conservateurs et nationalistes furent particulièrement virulents dans leur opposition à l’accès des femmes à l’instruction et à des campagnes féministes qui réclamaient une plus large autonomie civile, professionnelle et culturelle. Pour des personnalités comme Edouard Drumont, Jules Lemaître ou Gustave Le Bon24, ainsi que dans la presse catholique, la famille représentait le domaine privilégié, voire exclusif, de la femme, jugée inapte à assumer un rôle plus actif dans la société. C’est ainsi que le publiciste Victor Joze caractérise la femme en 1895 comme « une espèce de grand enfant nerveux, incapable de juger les choses à froid, avec justesse et bon sens. Voilà pourquoi les écrits de la plupart des bas bleus sont remplis de tant d’exagérations, d’emballements inutiles, de phrases épatoires et vides...25. » Vue d’une telle perspective, l’émancipation féminine, et les prétentions qui en découlaient, faisaient violence à la nature véritable de la femme et compromettaient la survie de l’ordre social. Dans une réquisitoire contre le féminisme publiée en 1897, Maurras est formel : la « curieuse interversion de sexes qui se produit autour de nous » n’était autre que le symptôme d’une crise radicale sapant les fondements de la société française :

  • 26 Charles Maurras, « Le Féminisme, » La Revue encyclopédique, vol. 7, no 191, 1 mai 1897, p. 355 et (...)

« Tout a beaucoup changé, malheureusement. Des révolutions politiques et économiques ont, en beaucoup de lieux divers, brisé la pierre du foyer. L’homme a cessé d’alimenter et de protéger, parce que la plupart des institutions qui aidaient la famille à se tenir debout ont péri. La femme est inquiète, et avec elle les hommes qui lui ressemblent : ils parlent de crise morale. Il n’y a pas de crise morale. Il y a crise philosophique et religieuse, crise politique, crise économique, dont les mœurs éprouvent et doivent éprouver le contre-coup naturel26. »

  • 27 Julien Chevalier, L’Inversion sexuelle : psycho-physiologie, sociologie, tératologie, Lyon, Storck (...)
  • 28 Voir, par exemple, Venita Datta, Birth of a National Icon. The Literary Avant-Garde and the Origin (...)
  • 29 Théodore Joran, Le Mensonge du féminisme, Paris, Jouve, 1905, p. 121. Ouvrage couronné du Prix Mon (...)
  • 30 Ibid., p. 6.
  • 31 Sur les femmes-artistes et le saphisme, voir Julien Chevalier, L’Inversion sexuelle, p. 219-27 et, (...)

12La dénatalité, grave sujet d’inquiétude à droite, fut perçue comme symptôme d’un affaiblissement de la hiérarchie familiale par une vague d’individualisme qui menaçait le beau sexe et entraînait « la pseudo-virilisation de la femme27. » Dépréciée en tant que créature dénaturée en voie d’assumer une identité masculine28, la « femme nouvelle » fut perçue comme une menace aussi nocive que le socialisme, l’anticléricalisme ou le protestantisme, victime d’une « maladie anti-française29 » cosmopolite et perverse. Selon ses ennemis, le féminisme entraînait « une glorification de l’instinct30 », vaine tentative de compenser l’infériorité intellectuelle du sexe, qui encourageait l’irruption des femmes dans le monde artistique et littéraire où elles se faisaient remarquer par un saphisme effronté dont Renée Vivien, la bête noire de Maurras, devint exemplaire31.

  • 32 Voir Christopher E. Forth, The Dreyfus Affair and the Crisis of French Manhood, Baltimore, Johns H (...)

13Cette image de confusion sexuelle se complique au tournant du siècle dans le climat conflictuel provoqué par l’affaire Dreyfus. Pour les publicistes anti-dreyfusards -- dont les militants de l’Action française -- les hommes de lettres ralliés autour du Capitaine, ainsi que Dreyfus lui-même, sont souvent dénigrés en tant que figures féminisées32. L’intellectuel dreyfusard est doué, dans le discours nationaliste, de traits qui suggèrent son insurmontable altérité : physiquement, il est faible et sans énergie ; moralement, il est narcissique et indifférent à ses obligations envers la patrie ; socialement, il fréquente un monde à part, cosmopolite et efféminé. Tout comme le romantique de la génération post-révolutionnaire, l’intellectuel dreyfusard est accusé d’être un individualiste qui privilégie les droits abstraits d’un seul homme sur l’intérêt collectif de la patrie.

  • 33 Maurras, L’Avenir de l’intelligence, op. cit., p. 45 et 47.

14L’actualité du discours antiromantique se profile dans L’Avenir de l’intelligence, où Maurras prétend démontrer les conséquences néfastes du rôle joué par les écrivains et les artistes dans la déstabilisation de la France depuis l’âge des Lumières. La prétention des littéraires à cultiver un esprit critique hostile aux institutions traditionnelles laissa émerger, selon Maurras, une nouvelle classe cosmopolite de financiers et d’industriels qui éclipsa au XIXe siècle le pouvoir consacré, monarchique et aristocratique. Le désintéressement caractéristique de l’homme de lettres à l’âge classique fait place, dans le schéma de Maurras, à un esprit de révolte élitiste où l’artiste s’isole de son public en cultivant le mythe de sa supériorité psychologique et de son indépendance sociale. « Le Romantisme, insiste-t-il, avait produit une littérature de cénacle ou de révolution » où l’artiste devient l’ennemi de l’ordre : « Les lettres romantiques attaquaient les lois ou l’État, la discipline publique et privée, la patrie, la famille et la prospérité ; une condition presque unique de leur succès parut être de plaire à l’opposition, de travailler à l’anarchie33 ».

  • 34 Ibid., p. 17.
  • 35 Ibid., p. 94.

15Face à ce qu’il prenait pour l’issue fatale de cet abus, Maurras présente aux représentants de l’Intelligence un choix entre « l’or » et « le sang, » entre « l’Usurier et le Prince34 », entre le legs de l’individualisme romantique et l’héritage classique du Grand Siècle. Il ne suggère pas pour autant que l’avenir de l’intelligence se dessine sur une restauration du prétendu désintéressement d’autrefois. C’est plutôt sur une « fédération solide et publique des meilleurs éléments de l’Intelligence avec les éléments les plus anciens de la nation35 » qu’il mise. Cette nouvelle alliance fondée sur une notion d’élite singularisée par la lucidité de sa raison vaincrait l’élite postrévolutionnaire, née du romantisme et de sa glorification du sentiment. Ce dernier, féminin, dreyfusard et anti-autoritaire, croulerait devant la virilité d’une intelligence fondée dans l’ordre et capable de traduire la réflexion en action.

  • 36 Louis Dimier, « La Défense de la raison, » L’Action française, 1 octobre 1907, cité d’après Franço (...)
  • 37 Charles Maurras, « À propos de Bergson, » L’Action française, 11 février 1914, p. 1.
  • 38 Voir Mark Antliff, Inventing Bergson. Cultural Politics and the Parisian Avant-Garde, Princeton Un (...)

16L’antiromantisme maurassien fait ainsi partie intégrante d’une critique non seulement de la société post-révolutionnaire, mais aussi de la révolution épistémologique et ontologique entraînée par la montée de l’individualisme démocratique. Sa mise en cause de la prétendue défaite de la raison par le sentiment vise non seulement une tradition culturelle qui remonte à Rousseau, mais aussi la valorisation de l’instinct associée dans le présent à l’influence de Bergson, si largement contestée dans les cercles royalistes. Comme l’a bien montré François Azouvi, le bergsonisme est ciblé par Maurras et ses proches à partir de 1907 sous le signe de « La Défense de la raison » titre d’un article annonciateur signé par Louis Dimier qui s’en prend aux « droits de l’instinct et du sentiment36 » promus par le philosophe. Les origines juives et les sympathies dreyfusardes de Bergson accentuent la virulence de la critique d’une doctrine perçue comme anti-française dans le défi qu’elle présente à la tradition rationaliste. Mais l’altérité du bergsonisme froisse d’autres sensibilités, révélées en 1914 quand Maurras dénonce le « romantisme féminin » du philosophe37. Cette féminisation de Bergson, répétée par des adversaires comme Julien Benda, se manifeste aussi dans la critique des idées « déliquescentes » du maître publiée par Lasserre en 1910 qui emploie un vocabulaire rappelant les réquisitoires nationalistes contre George Sand et ses épigones38.

  • 39 Malgré ses articles fortement antiromantiques publiés sans la Revue critique des idées et des livr (...)
  • 40 Henri Lagrange, « Proudhon critique littéraire », in P.-J. Proudhon, Les Femmelins. Les Grandes Fi (...)
  • 41 Voir Mansell Jones, Tradition and Barbarism, p. 69-72.
  • 42 Voir Ernest Seillière, Le Mal romantique. Essai sur l’impérialisme irrationnel, Paris, Plon, 1908. (...)

17Ceci explique pourquoi de jeunes royalistes touchés par la philosophie vitaliste, comme Gilbert Maire lui-même, exprimaient des réserves au sujet de la rigidité doctrinale à l’égard du romantisme39. Cependant, à l’autre extrême, un jeune militant comme Henri Lagrange pourrait seconder la critique du sentiment associée au romantisme dans son introduction aux Femmelins, brûlot antiromantique de Proudhon contre « l’abaisement de l’intelligence qui se traduit [...] par une littérature féminine40 », ré-édité par la Nouvelle Librairie nationale en 1912. C’est aussi dans le giron du Cercle Proudhon, dans la revue L’Indépendance, que fut accueilli en 1912 l’un des principaux pourfendeurs du romantisme, le baron Ernest Seillière qui, lui aussi, retraça une hérésie « de nuance féminine » émanant à travers le siècle de Rousseau à Sand41. Adoptant une critique de « l’impérialisme irrationnel » qui, selon lui, caractérise le romantisme, Seillière fait écho sur bien des points à l’antiromantisme royaliste, en y ajoutant une perspective de darwinisme social avec son insistance sur l’infériorité des groupes, comme des sauvages, des femmes et des romantiques, chez qui l’instinct prédomine42.

  • 43 P.-J. Proudhon, La Justice dans la révolution et dans l’église, Paris, Lacroix, 1868, p. 135.
  • 44 Pierre Lasserre, La Morale de Nietzsche, Paris, Calmann-Lévy, 1902, p. 50.
  • 45 Id., « Nietzsche et l’anarchisme, » L’Action française vol. 1, no 11, 15 décembre 1899, p. 656.
  • 46 Ibid., p. 659.
  • 47 Ibid., p. 650.

18La ferveur antiromantique visa à dompter l’individualisme postrévolutionnaire par la discipline et la force d’un nouvel élite qui unit la raison classique avec ce que Proudhon appela la « puissance d’action » du mâle43. Pour Maurras, et pour Lasserre après lui, le classicisme instaure un ordre dans l’individu favorable à la plus grande santé morale de la collectivité. Inspiré par une interprétation particulière de Nietzsche, qu’il découvre au milieu des années 1890, Lasserre exalte le classicisme comme la manifestation esthétique de la discipline aux antipodes de l’indulgence romantique, produit d’une mentalité esclave. L’élite rationnelle est l’expression d’une aristocratie qui privilégie une moralité garantie par la tradition et exprimée par la force : « Tout droit, déclare-t-il, est un legs de la force44. » Se référant surtout au Gai Savoir, Lasserre souligne la faiblesse et le sensualisme du romantique, qui confond force et intensité, ambitionnant un effet métaphysique avec des formes esthétiques qui s’y opposent, essayant de traduire « quelque idéalisation énorme de la morale des esclaves » tout en rejetant la discipline inhérente à la véritable expression artistique – le classicisme – dans son envolée vers l’infini. Tandis que « pour de véritables artistes, l’art est artiste et rien d’autre45 », le romantique prétend s’affranchir de toute contrainte, « jusqu’à faire de la jouissance d’art une espèce de jouissance de tout le corps à la fois ». L’art est ainsi réduit à un « vertige sensuel46 » stupéfiant qui relâche la maîtrise de soi et plonge l’individu plus avant dans la dégradation qu’il veut transcender. « Le Romantisme naît de l’enthousiasme provoqué par des idéaux vides mais grandioses de la philosophie servile chez des hommes dont c’est l’ardent et secret besoin d’échapper, à tout prix, au sentiment cruel de la décadence qui, par eux, s’accomplit47. » Là encore, on est confronté à un schéma, calqué sur Nietzsche, qui aligne des valeurs négatives codées comme féminines, opposées à des antithèses positives qui portent des connotations viriles : esclave contre élite, corps contre esprit, sentiment contre raison, infinitude contre forme, romantisme contre classicisme.

  • 48 Charles Maurras, « Une Défense du romantisme » in Un Débat sur le romantisme, Paris, Flammarion, 1 (...)
  • 49 Voir Christopher Forth, Dreyfus Affair, op. cit., p. 203-34.
  • 50 Sous-titre de la revue La Culture physique (1904).
  • 51 Voir Tamar Garb, « Modelling the Male Body : Physical Culture, Photography and the Classical Ideal (...)
  • 52 Henri Massis et Alfred Tarde (Agathon), Les Jeunes Gens d’aujourd’hui [1913], Paris, Imprimerie na (...)

19La force et l’action sont aussi des attributs de la vision classique conçue par Maurras, qui considère la création littéraire comme un processus de maîtrise de soi essentiellement viril48. Plus généralement, le royalisme maurrassien se situe à l’aube du vingtième siècle dans une mouvance plus large qui aspire à retremper la culture et la société française, en revalorisant la volonté, la force musculaire et l’énergie morale49. La culture physique, conçue comme le « développement musculaire rationnel par les sports50, » promet de combattre la dégénérescence physique et morale qui hantait l’imaginaire collectif, et de transformer le citoyen chétif et médiocre en nouvel Apollon51. À la veille de la guerre, en 1913, Massis et Tarde se félicitèrent de la bonne influence du sport sur « l’optimisme patriotique des jeunes gens », notant qu’il « développe l’esprit de solidarité, ce sentiment d’une action commune où chaque volonté particulière doit consentir au sacrifice52 ». Au moment d’une réaction royaliste qui prônait une opposition à tous crins envers les pouvoirs républicains, la virilité est mise en valeur comme source d’action individuelle et ressort de rénovation nationale. À une telle conjoncture, si l’avenir appartient, selon Maurras, à l’action dirigée par l’intelligence, c’est le romantisme et son héritage sentimental, individualiste et féminin qui symbolise le trajet de la France depuis la Révolution contre laquelle le nationalisme intégral prétend se dresser.

  • 53 Gilbert Maire, Bergson, mon maître, op. cit., p. 198.
  • 54 Réponse à une enquête dirigée par Maurice Caillard dans Belles-Lettres, mai-juin 1924, cité dans J (...)
  • 55 Pierre Lasserre à Anne-Marie Gasztowtt, lettre datée le 21 septembre 1920, citée dans Wilbur Merri (...)
  • 56 Voir Paul Renard, L’Action française et la vie littéraire (1931-1944), Villeneuve-d’Ascq, Presses (...)

20Mais la rigidité de la position maurassienne finit par lasser certains jeunes critiques royalistes pour lesquels le classicisme doctrinaire semblait imposer des contraintes excessives. Pour Gilbert Maire, qui rompit avec l’Action française en 1914 à cause de ses sympathies bergsoniennes, l’orthodoxie fut difficile à supporter, et il avoue dans ses mémoires : « À plus d’un romantisme, je demeurais secrètement fidèle, malgré le classicisme prôné par la discipline53. » Son ami Henri Clouard, auteur en 1913 de Les Disciplines. Nécessité littéraire et sociale d’une renaissance classique, abandonna Maurras vers le même moment, et évolua vers une attitude plus ouverte. En 1924, dans sa réponse à une enquête sur le romantisme, il renie l’intransigeance de sa jeunesse, et observe plus généralement « Un commerce plus libre des textes et le mélancolique bienfait de l’âge raisonnable ont lavé ma génération de ces erreurs enthousiastes54. » Enfin, un trajet pareil se dessina chez le doyen antiromantique Pierre Lasserre lui-même, qui s’évada vers 1920 de ce qu’il décrit comme « l’appareil strangulatoire de Maurras55 ». Avec la modération de ses positions idéologiques, Lasserre adopta une attitude plus souple et judicieuse envers le mouvement qu’il traita avec une rare violence en 1907. Cet adoucissement esthétique ne marque pas pour autant une suspension d’armes dans la lutte antiromantique. Si la génération de 1914 évolua vers une accommodation avec l’héritage romantique, à la veille de la Seconde Guerre mondiale, une nouvelle vague de militants – Robert Brasillach, Thierry Maulnier et d’autres – poursuivit les fantômes du XIXe siècle avec une férocité attisée par l’intransigeance non diminuée de Maurras lui-même56.

Notes

1 Gilbert Maire, Bergson, mon maître, Paris, Bernard Grasset, 1935, p. 149.

2 Henri Clouard, « Les Doctrines et les faits, » Les Entretiens idéalistes, vol. 1, no 8, mai 1907, p. 382.

3 Voir Gaetano Deleonibus, Charles Maurras’s Classicising Aesthetics, New York, Peter Lang, 2000, p. 57-60. DeLeonibus trace les origines de l’antiromantisme de Maurras à 1885, ibid., p. 32.

4 Voir, par exemple, P. Mansell Jones, Tradition and Barbarism. A Survey of Anti-Romanticism in France, Londres, Faber & Faber, 1930, et Hugo Friedrich, Das Antiromantische Denken in modernen Frankreich, Munich, Max Heuber, 1935. Pour un survol de l’antiromantisme littéraire chez les maurrassiens, voir René Wellek, « French “Classical” Criticism in the Twentieth Century », Yale French Studies no 38, 1967, p. 47-71.

5 Lettre à Serge Basset, publiée dans Le Figaro du 27 février 1907, citée d’après Ivan P. Barko, L’Esthétique littéraire de Charles Maurras, Genève, Droz, 1961, p. 107.

6 « C’est par l’analyse des dernières erreurs littéraires du Romantisme que nous avons été induits et même traînés à l’étude de l’erreur morale et politique d’un État en révolution. » Charles Maurras, « Une Défense du romantisme, » L’Action française, 11 septembre 1920. Voir aussi, par exemple, Louis Dimier, « Chronique artistique, » L’Action française, 17 mars 1912 : « si quelques-uns de nous sont devenus royalistes, il faut qu’on sache que l’aversion pour le romantisme [...] y a été pour beaucoup. »

7 Charles Maurras, Trois Idées politiques, Paris, Champion, 1898, p. 68.

8 Id., Révolution et romantisme in Œuvres capitales, vol. 2, Paris, Flammarion, 1954, p. 59.

9 Id., « Les Amants de Venise, » Minerva, vol. 3, 1 juillet 1902, p. 111.

10 Pierre Lasserre, Romantisme français. Essai sur la révolution dans les sentiments et dans les idées au XIXe siècle, Paris, Mercure de France, 1907, p. 311-12.

11 Id, « Chronique des lettres », L’Action française, 31 mai 1910.

12 Pierre Lasserre, op. cit., p. 314.

13 Ibid., p. 308.

14 Léon Daudet, Le Stupide XIXe siècle [1922], in Souvenirs et polémiques, Paris, Robert Laffont, 1992, p. 1223.

15 Pierre Lasserre, Romantisme français, op. cit., p. 320.

16 L’antiféminisme nationaliste est un sujet important, mais peu étudié. Pour quelques indications, voir Karen Offen, « Depopulation, Nationalism and Feminism in Fin-de-siècle France, » American Historical Review, vol. 89, juin 1984, p. 648-76. Pour une étude de la période après 1918, qui se préoccupe de questions linguistiques, voir Martha Hanna, « Metaphors of Malaise and Misogyny in the Rhetoric of the Action française, » Historical Reflections/Réflexions historiques vol. 20, no 1, 1994, p. 29-55.

17 Charles Maurras, « Le Romantisme féminin » in L’Avenir de l’intelligence, Paris, Flammarion, 1927, p. 185.

18 Ibid., p. 208 ; la phrase est empruntée à un article de Duchot publié dans L’Idée du 1er mai 1903. Renée Vivien est née à Londres ; Marie de Régnier est la fille du poète d’origine cubain José-Maria de Heredia ; Lucie Delarue-Mardrus vient de Honfleur, en Normandie, et Anna de Noailles est d’origine roumaine.

19 Voir Elaine Marks, « “Sappho 1900” : Imaginary Renée Viviens and the Rear of the Belle Époque », Yale French Studies n. 75, 1989, p. 175-89.

20 Léon Daudet, Le Stupide XIXe siècle, op. cit., p. 1229.

21 Pierre Lasserre, Romantisme français, op. cit., p. 158-59.

22 Charles Maurras, « Le Romantisme féminin, » op. cit., p. 218.

23 Voir Annelise Mauge, L’Identité masculine en crise au tournant du siècle, 1871-1914, Paris, Rivages, 1987.

24 Voir, par exemple, Jules Lemaître, « Féminisme » in Opinions à répandre, Paris, Société française d’imprimerie, 1901.

25 Victor Joze, « Le Féminisme et le bon sens, » La Plume no .154, 15 septembre 1895, p. 391-92.

26 Charles Maurras, « Le Féminisme, » La Revue encyclopédique, vol. 7, no 191, 1 mai 1897, p. 355 et p. 356. À la fin de son article, Maurras s’adresse à ses lectrices : « Ah ! mesdames mes sœurs, défiez-vous d’applaudissements si intéressés : quand vous aurez tous nos diplômes, c’est nous qui serons les princesses ! »

27 Julien Chevalier, L’Inversion sexuelle : psycho-physiologie, sociologie, tératologie, Lyon, Storck, 1893, p. 227. La première édition date de 1885, et une troisième parut en 1905. Voir Charles Maurras, « La Dépopulation, » La Revue encyclopédique, vol. 7, no 191, 1 mai 1897, p. 356-57.

28 Voir, par exemple, Venita Datta, Birth of a National Icon. The Literary Avant-Garde and the Origins of the Intellectual in France, Albany, State University of New York Press, 1999, p. 119 et Laure Murat, « The Invention of the Neuter, » Diogenes 52, n. 4, 2005, p. 61-72. Selon Murat, le rejet de l’indépendance de la femme chez les antiféministes se nourrit de la vision d’une confusion sexuelle aboutissant à l’apparition d’un troisième sexe– idée qui remonte au discours contre les « bas-bleus » des années 1830 et à la notion de « l’homme-femme » popularisée par Alexandre Dumas fils en 1872. Ainsi, en 1874, le publiciste protestant Agénor de Gasparin proclame dans L’Ennemi de la famille : « l’avènement de la femme-homme est plus qu’une menace, c’est presque un fait accompli. » La publication en français du roman satirique d’Ernest von Wolzogen, Le Troisième Sexe (Das dritte Geschlect, 1899), contribua à la diffusion de l’idée.

29 Théodore Joran, Le Mensonge du féminisme, Paris, Jouve, 1905, p. 121. Ouvrage couronné du Prix Montyon de l’Académie française et le premier d’une série de polémiques antiféministes publiée par Joran avant 1914.

30 Ibid., p. 6.

31 Sur les femmes-artistes et le saphisme, voir Julien Chevalier, L’Inversion sexuelle, p. 219-27 et, sur Renée Vivien, Théodore Joran, Au cœur du féminisme, 1908, dans Carolyn Janice Dean, The Frail Social Body, Berkeley, California University Press, 2000, p. 180.

32 Voir Christopher E. Forth, The Dreyfus Affair and the Crisis of French Manhood, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2004.

33 Maurras, L’Avenir de l’intelligence, op. cit., p. 45 et 47.

34 Ibid., p. 17.

35 Ibid., p. 94.

36 Louis Dimier, « La Défense de la raison, » L’Action française, 1 octobre 1907, cité d’après François Azouvi, La Gloire de Bergson. Essai sur le magistère philosophique, Paris, Gallimard, 2007, p. 162.

37 Charles Maurras, « À propos de Bergson, » L’Action française, 11 février 1914, p. 1.

38 Voir Mark Antliff, Inventing Bergson. Cultural Politics and the Parisian Avant-Garde, Princeton University Press, 1993, p. 99. François Azouvi, La Gloire de Bergson, op. cit., p. 164. Dans Belphégor, écrit vers 1914 et publié en 1918, Benda joint à sa critique de Bergson un rejet du rôle joué par le sentiment dans l’art.

39 Malgré ses articles fortement antiromantiques publiés sans la Revue critique des idées et des livres (e.g. « Le Romantisme scientifique », vol. 8, n. 103, 25 juillet 1912, p. 155-71), Maire avoue dans Bergson, mon maître, op. cit., p. 198 : « à plus d’un romantisme je demeurais fidèle malgré le classicisme prôné par discipline. » Dans sa réponse à « Une Enquête sur M. Bergson » menée par Gaston Picard et Gustave-Louis Tautain (La Grande Revue vol. 84, 25 mars 1914, p. 3170), Maire déclare néanmoins « l’accord parfait de l’esthétique qui peut se dégager du bergsonisme, avec l’esthétique classique, » opinion partagée par Henri Clouard (ibid., p. 315). Sur Maire et la Revue critique, voir François Azouvi, La Gloire de Bergson, p. 177-83.

40 Henri Lagrange, « Proudhon critique littéraire », in P.-J. Proudhon, Les Femmelins. Les Grandes Figures romantiques, Paris, Nouvelle Libraire nationale, 1912, p. 19.

41 Voir Mansell Jones, Tradition and Barbarism, p. 69-72.

42 Voir Ernest Seillière, Le Mal romantique. Essai sur l’impérialisme irrationnel, Paris, Plon, 1908. Faute d’une étude moderne, on consultera J.-M.-L. Boudeau, Ernest Seillière. Historien du mysticisme romantique, Paris, Émile-Paul frères, 1925.

43 P.-J. Proudhon, La Justice dans la révolution et dans l’église, Paris, Lacroix, 1868, p. 135.

44 Pierre Lasserre, La Morale de Nietzsche, Paris, Calmann-Lévy, 1902, p. 50.

45 Id., « Nietzsche et l’anarchisme, » L’Action française vol. 1, no 11, 15 décembre 1899, p. 656.

46 Ibid., p. 659.

47 Ibid., p. 650.

48 Charles Maurras, « Une Défense du romantisme » in Un Débat sur le romantisme, Paris, Flammarion, 1928, p. 33.

49 Voir Christopher Forth, Dreyfus Affair, op. cit., p. 203-34.

50 Sous-titre de la revue La Culture physique (1904).

51 Voir Tamar Garb, « Modelling the Male Body : Physical Culture, Photography and the Classical Ideal » in Bodies of Modernity. Figure and Flesh in Fin-de-siècle France, Londres, Thames & Hudson, 1998, p. 55-79.

52 Henri Massis et Alfred Tarde (Agathon), Les Jeunes Gens d’aujourd’hui [1913], Paris, Imprimerie nationale, 1995, p. 79.

53 Gilbert Maire, Bergson, mon maître, op. cit., p. 198.

54 Réponse à une enquête dirigée par Maurice Caillard dans Belles-Lettres, mai-juin 1924, cité dans J.-M.-L. Boudeau, op. cit., p. 82, fn. 1.

55 Pierre Lasserre à Anne-Marie Gasztowtt, lettre datée le 21 septembre 1920, citée dans Wilbur Merrill Frohock, Pierre Lasserre. The Evolution of His Critical Doctrines, Ann Arbor, Edwards Brothers, 1937, p. 35.

56 Voir Paul Renard, L’Action française et la vie littéraire (1931-1944), Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires Septentrion, 2003, p. 71-82.

Auteur

Neil McWilliam est Walter H. Annenberg Professor of Art and Art History à Duke University aux Etats-Unis. Spécialiste des arts plastiques en France entre 1830 et 1914, et surtout des rapports entre esthétique et théorie politique, il a publié Rêves de Bonheur. L'Art social et la gauche en France, 1830-1850, Editions du Réel, 2007 (édition anglaise, 1993), 'Monumental Intolerance. Jean Baffier, A Nationalist Sculptor in fin-de-siècle France, Penn State, 2000, et A Bibliography of Salon Criticism in Paris from the July Monarchy to the Second Republic 1831-1851, Cambridge University Press, 1991. Il a dirigé, avec June Hargrove, Nationalism and French Visual Culture, 1870-1914, Yale University Press, 2005 et il prépare une édition de la correspondance du peintre Emile Bernard (avec Laure Harscoët-Maire et Sarah Linford) et un livre The Aesthetics of Reaction : Tradition, Identity and the Visual Arts in France, c. 1900-1914.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540