Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le maurrassisme et la culture. Volume III

 | 
Olivier Dard
, 
Michel Leymarie
, 
Neil McWilliam

Maurras lecteur de Rousseau et de Chateaubriand

Maurras as a reader of Rousseau and Chateaubriand

Robert Kopp

Résumé

Le propos n’est pas ici de traiter le sujet dans son ensemble et de traverser toute l’œuvre de Maurras, mais d’étudier un court texte de sa trentième année : Trois idées politiques : Chateaubriand, Michelet, Sainte-Beuve. Publié en 1898 et réédité en 1912 et en 1925, ces pages fondatrices du système de Maurras appartiennent d’abord à un contexte historique : l’affaire Dreyfus, un nationalisme revanchard de plus en plus exacerbé et, concernant Rousseau et Chateaubriand, l’anti-romantisme toujours plus virulent des maîtres à penser de l’heure : Brunetière, Faguet, Lemaître, Lasserre, Bainville et bien d’autres. Il a ses racines dans la réaction néo-classique qui commence dès la fin de la monarchie de Juillet et s’amplifie durant tout le Second Empire. À la fin du siècle, cet anti-romantisme devient politique. L’extension du romantisme à Rousseau permet de faire du romantisme non seulement la conséquence mais la cause de la Révolution française.
Maurras, par une dialectique implacable et un sens du paradoxe qui fait le succès de certains de ses écrits, montre que la droite a tort de célébrer Chateaubriand, promoteur de l’anarchie révolutionnaire dans le sillage de Rousseau, que la gauche se trompe en reconnaissant en Michelet l’homme du peuple aspirant à sa souveraineté, alors qu’il reste un auteur attaché à la tradition. La synthèse étant représentée par « l’empirisme organisateur » de Sainte-Beuve, le romantique repenti. Se dessine à travers ses affirmations péremptoires tout le système de pensée de Maurras, tel qu’il apparaîtra dans L’Avenir de l’intelligence ou dans L’Enquête sur la monarchie, un système qui reposera sur l’alliance entre le positivisme (Comte ayant pris la place de Sainte-Beuve), le monarchisme, le catholicisme et le nationalisme intégral.

Rather than treating the subject as a whole as revealed in Maurras’s complete writings, we analyze here a brief text written when he was thirty years old: Trois Idées politiques: Chateaubriand, Michelet, Sainte-Beuve. Published in 1898 and reissued in 1912, these foundational pages of Maurras’s system belong first of all to a context that must be specified: the Dreyfus affair, a declining revanchard nationalism and, in regard to Rousseau and Chateaubriand, an increasingly virulent anti-romanticism promoted by the influential thinkers of the day – Brunetière, Faguet, Lemaître, Lasserre, Bainville and many others. Its roots lay in the neo-classical reaction that dated back to the end of the July Monarchy and the Second Empire. At the end of the century, this anti-romanticism acquired political overtones. By extending it back to Rousseau, Romanticism could be viewed not only as a result, but as a cause, of the French Revolution.
Through his implacable sense of dialectic and a sense of paradox which enhances certain of his works, Maurras demonstrates the right’s error in celebrating Chateaubriand, who had followed Rousseau in celebrating revolutionary anarchy, and the left’s mistake in regarding Michelet as a man of the people committed to their sovereignty when he was in fact an author dedicated to tradition. Synthesis was represented by the “empirisme organisateur” of the penitent Romantic, Sainte-Beuve. Through such implacable affirmations, Maurras’s complete system of thought emerges, just as it would appear in L’Avenir de l’intelligence or the Enquête sur la monarchie, a system founded upon the alliance between positivism (with Comte taking over the role of Sainte-Beuve), monarchism, Catholicism, and integral nationalism.

Texte intégral

  • 1 Albert Thibaudet, Trente Ans de vie française, t. I, Les Idées de Charles Maurras, Éditions de la (...)
  • 2 Ibid., p. 319.

1La pensée de Maurras est simple mais efficace. Elle s’est fixée très tôt. Grâce à des formules percutantes, elle s’est imposée bien au-delà du cercle de l’Action française. À preuve, la place que lui accorde Albert Thibaudet dans la vie intellectuelle française, au lendemain de la Première Guerre. « Avec son centre de perspective sur le passé et sur le présent de la France, avec le patriotisme qui l’inspire, avec l’instinct de divination intérieure qui lui fait épouser souvent l’être même de la France politique, la pensée de M. Maurras peut être considérée comme une place où l’on vient utilement se renseigner sur l’intérêt français1. » Pour Thibaudet – qui n’avait pourtant rien d’un royaliste - le mérite de Maurras était d’avoir retrouvé « l’idée de roi » : « Dans le corps français, construit en dix siècles sur une ossature de quarante rois, il était juste que cette idée fût retrouvée. » Il ne s’agit point de rétablir la monarchie, mais lui donner la place qui est la sienne dans l’histoire et, partant, dans l’identité française. « La restauration de l’idée royale doit être envisagée […] pour la lumière et la force qu’elle projette dans notre passé, pour le sens intérieur avec lequel elle nous permet de vivre notre histoire, pour l’air humanisé et intelligent dont elle enveloppe à la façon de Poussin le paysage français2. » La critique de Maurras est une critique « créatrice de valeurs », de valeurs affirmées avec vigueur dès les tout premiers textes, dont Trois idées politiques. Chateaubriand, Michelet, Sainte-Beuve, petit livre inaugural sur lequel je voudrais attirer l’attention.

2Publié pour la première fois en 1898, réédité avec quelques ajouts et compléments en 1912, puis en 1922 sous le titre générique Romantisme et Révolution, à la suite de L’Avenir de l’Intelligence et de textes consacrés à Auguste Comte, au romantisme féminin et à mademoiselle Monk, ce texte occupe une place capitale dans l’œuvre de Maurras : toute sa philosophie politique s’y trouve ébauchée, elle ne variera plus guère par la suite. Maurras a d’emblée trouvé les idées et les formules qu’il ne cessera de répéter, voire de ressasser de livre en livre, ayant compris un des principes fondamentaux de la publicité qui est le matraquage.

  • 3 Max Nordau, Entartung, Berlin, C. Dunker, 1893 ; traduit de l’allemand par Auguste Dietrich, Dégén (...)

3Maurras, au moment de la première publication de ce texte, a trente ans. Il n’a pas encore mené sa grande Enquête sur la monarchie dans la Gazette de France (du 29 juillet au 15 novembre 1900). En revanche, il connaît Barrès depuis plusieurs années et sa collaboration au quotidien boulangiste remonte à 1894-1895. Par ailleurs, son séjour en Grèce d’où il couvre pour la Gazette de France les premiers jeux olympiques en août 1896, lui a révélé à la fois l’idéal de la beauté classique à travers la statuaire de Phidias, érigée en canon absolu par Winckelmann, et son contraire, la décadence de l’Europe contemporaine, stigmatisée par Max Nordau, dont le livre sur la Dégénérescence venait d’être traduit en français par Auguste Dietrich (1894)3. Signalons enfin que Trois idées politiques paraît au moment même du procès de Rennes, qui fournit à Maurras l’occasion de ses premiers articles politiques. Dans la Gazette de France des 6 et 7 septembre 1898, il prend la défense du colonel Henry (« Le premier sang »). Sept mois plus tard est fondé L’Action française. Trois idées politiques fait donc figure de texte inaugural. C’est ainsi d’ailleurs que Maurras l’a généralement présenté plus tard, en insistant sur les circonstances de son apparition.

  • 4 Il n’est jamais inutile de relire Umberto Eco, L’Œuvre ouverte, Paris, Seuil, 1979, coll. « Points (...)

4Il existe bien d’autres raisons de s’arrêter à ce texte. D’abord parce qu’il traite de trois commémorations, événements aussi fréquents et aussi importants hier qu’aujourd’hui, et qui obéissent toujours aussi à des mobiles politiques. Maurras ne s’intéresse pas à Chateaubriand, à Michelet ou à Sainte-Beuve, mais à l’utilisation qui est faite de leur nom et de leurs œuvres. Ces appropriations devraient nous rappeler qu’une œuvre n’existe jamais « telle qu’en elle-même… », mais qu’elle se transforme sous le regard des lecteurs successifs et que ces transformations ne font pas partie de sa survie mais de la vie même de l’œuvre4. Enfin, Maurras établit, dans Trois idées politiques, un lien direct entre Romantisme et Révolution, lien que souligne encore le titre générique de la troisième édition.

  • 5 Voir l’étude « Le premier centenaire de la mort de Rousseau et de Voltaire : signification d’une c (...)
  • 6 Voir, pour une description satirique des événements, sous la date du 1er et 2 juin 1885, le Journa (...)

5Trois idées politiques s’inscrit donc dans l’actualité de trois commémorations : le cinquantenaire de la mort de Chateaubriand, le centenaire de la naissance de Michelet et l’érection d’un buste de Sainte-Beuve dans le jardin du Luxembourg – sur proposition de François Coppée – à la veille du vingtième anniversaire de la mort du critique. Ces commémorations s’inscrivent dans une longue liste de célébrations qui ne sont pas une invention de la Troisième République, mais celle-ci en a considérablement augmenté le nombre. Une étude statistique, qui ne se limiterait pas aux seules commémorations nationales mais prendrait en compte les commémorations en province, serait sans doute pleine d’enseignements. Parmi les plus spectaculaires figurent évidemment celles de Rousseau et de Voltaire en 18785, celle de Diderot en 1884, sans parler des funérailles nationales de Victor Hugo en 18856 et du premier centenaire de la Révolution en 1889. À chaque fois, les discussions à la Chambre, au moment de voter les crédits nécessaires, furent d’autant plus vives qu’elles étaient relayées par d’amples polémiques dans la presse.

  • 7 Expression créée par Pierre Nora pour désigner le courant majeur de l’historiographie de la Troisi (...)

6Font partie de cet élan commémoratif les projets de statues dont Paris et la province commencent à être hérissés dès la Monarchie de Juillet et surtout, depuis le Second Empire. Le XIXe siècle a été plus sensible que nous ne le sommes aujourd’hui à la valeur symbolique de ces gestes : la mémoire est un élément indispensable à la constitution d’une identité nationale. Celle-ci, ayant été mise à mal par la défaite de Sedan, se reconstruit à travers l’idée de revanche et par l’invention du « roman national7 ».

7De nos jours, les commémorations sont devenues encore plus nombreuses. Elles semblent obéir pour le moins autant à des impératifs de marketing culturel qu’à des préoccupations identitaires. Par conséquent, ce ne sont pas les commémorations effectivement célébrées mais les oublis qui deviennent significatifs : oubli de Malraux en 2001, car ni la gauche ni la droite ne pouvait se réclamer de lui sans susciter la contradiction ; oubli de Corneille en 2006, car l’héroïsme est visiblement passé de mode. En revanche, avec Dumas fils, c’est la France métissée qui est entrée au Panthéon (30 novembre 2002).

  • 8 Voir H. R. Jauss, Pour une esthétique de la réception, préface de Jean Starobinski, Paris, Gallima (...)

8Quant aux lectures successives d’une œuvre, elles constituent l’œuvre en « monument » (dans le sens que Michel Foucault donnait à ce terme par opposition à « document »). Il faudrait que l’histoire littéraire prenne enfin systématiquement en compte ce que l’on appelait autrefois la « fortune » de l’œuvre et ce que l’on désigne aujourd’hui par le terme, popularisé par H. R. Jauss et l’École de Constance, de « réception8 ». À ce titre, Dante et Shakespeare sont, en Allemagne, les contemporains de Goethe, de Schlegel et de Tieck et, en France, de Stendhal, de Delacroix et de Victor Hugo. Il ne serait sans doute pas inutile de repenser l’histoire littéraire en terme de survival, notion dont l’École de Warburg a démontré depuis longtemps la fécondité pour l’histoire de l’art.

9Le dernier point concerne les rapports établis par les historiens, les philosophes, les poètes et les romanciers du XIXe siècle entre Romantisme et Révolution. Pour Victor Hugo et la plupart des écrivains de sa génération, le Romantisme est une conséquence de la Révolution, un équivalent littéraire de 1789. Et Maurras, plus d’une fois, cite la Réponse à un acte d’accusation :

  • 9 Victor Hugo, Les Contemplations, I, 7, dans Poésies, t. II, p. 267, dans la collection des Œuvres (...)

« J’ai dit aux mots : Soyez république ! soyez
La fourmilière immense9 […]. »

10Or, dans le dernier tiers du siècle, cette relation s’inverse : le Romantisme devient la cause de la Révolution, Rousseau étant considéré comme un romantique, comme le père et du Romantisme et de la Révolution. À travers la notion de pré-romantisme, qui devient courante dans la critique vers 1900, les historiens de la littérature – et Maurras le premier – font remonter la rupture au milieu du XVIIIe siècle. Voilà les raisons qui pourraient justifier une attention particulière donnée à Trois idées politiques, texte qu’il convient de situer, pour commencer, dans le contexte de l’anti-romantisme fin de siècle.

  • 10 Delphine de Girardin, Lettres parisiennes du vicomte de Launay, édition annotée par Anne Martin-Fu (...)

11En réalité, l’anti-romantisme remonte au temps du Romantisme même. Le reflux date des années 1840. C’est par un article de la Revue des Deux Mondes, « Dix ans après en littérature », que Sainte-Beuve, le 1er mars 1840, prend congé du Romantisme qu’il avait soutenu jusqu’alors. Une défection dont Maurras lui saura gré et que les contemporains déjà n’avaient pas manqué d’enregistrer. Ainsi Delphine de Girardin dans ses Lettres parisiennes : « Comment se fait-il que Sainte-Beuve, dont nous apprécions le talent incontestable, mais que tout le monde a connu jadis républicain et romantique forcené, soit aujourd’hui le favori de tous les salons ultra-monarchiques et classiquissimes, et de toutes les spirituelles femmes qui règnent dans ces salons ? On répond à cela : Il a abjuré. Belle raison10 ! » Sainte-Beuve, critique officiel, évolue dans le sens du goût dominant, et ce goût n’est plus au Romantisme dans les années 1840, c’est celui de l’école du bon sens. Par ailleurs, il prépare son élection à l’Académie française, où il remplacera Casimir Delavigne en mars 1844.

  • 11 Cité par Joseph Autran, « Discours de réception à l’Académie française, prononcé le 8 avril 1869 » (...)
  • 12 Voir en particulier son article sur la reprise de Bérénice, inséré à la suite de l’article sur Rac (...)

12Le 7 mars 1843, la dernière pièce romantique, Les Burgraves de Victor Hugo, est sifflée à la Comédie-Française, alors que le 22 avril suivant, la Lucrèce de Ponsard triomphe sur cette même scène. Il y a jusqu’à Musset qui applaudit : « Un pareil langage ne s’était plus entendu au théâtre depuis Corneille11. » À la même époque, Rachel reprend les grands rôles de Racine, ce dont Sainte-Beuve n’oublie pas de la féliciter12.

13Les signes d’un changement de goût sont nombreux et multiples. Ce que les histoires littéraires omettent toutefois de mentionner, c’est que le succès de Ponsard n’est pas dû aux conservateurs mais à la jeunesse des Écoles. La plupart de ses pièces sont montées à l’Odéon, notamment celles qui marquent son opposition au Second Empire.

  • 13 Voir Henri Peyre, Bibliographie critique de l’hellénisme en France de 1843 à 1870, New Haven, Yale (...)

14Néo-classicisme dans les lettres et dans les arts13, dont se moque Offenbach et que fustige Daumier, mais dont témoignent les poèmes de Banville, de Leconte de Lisle ou de Vigny, pour ne citer que les plus grands et faire l’économie des Laprade, Louis Ménard et autres minores. 1844 est également l’année où paraît le premier volume de l’Histoire de la littérature française de Désiré Nisard, trois autres volumes suivront entre 1855 et 1861. L’ensemble a été souvent réimprimé et a donné lieu, dès 1841, à un Précis de l’histoire de la littérature française, d’autant plus répandu que Nisard dirigeait l’École Normale Supérieure.

  • 14 Voir les éditions critiques des Salons de 1845 et 1846 par André Ferran (Toulouse, L’Archer, 1933) (...)

15Il suffit également de feuilleter les livrets des Salons des années 1840 pour se rendre compte du nombre croissant de tableaux d’inspiration antique, sans parler de la sculpture14.

  • 15 Victor Hugo, Choses vues, dans Œuvres complètes, Histoire, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins (...)

16On comprend que ce nouveau climat ait été peu propice à l’accueil des Mémoires d’outre-tombe. Le « sachem » du Romantisme, au moment de sa mort, le 4 juillet 1848, est un personnage oublié, voire honni. Excepté pour Victor Hugo, qui est allé saluer la dépouille du grand homme, rue du Bac, apercevant à cette occasion « deux caisses de bois blanc posées l’une sur l’autre » et dont « la plus grande contenait le manuscrit complet de ses Mémoires, divisés en quarante-huit cahiers15 ».

  • 16 Xavier Marmier, Journal (1848-1898), édition établie, présentée et annotée par Eldon Kaye, Genève, (...)

17C’est Xavier Marmier qui, dans son Journal, note sous la date du 8 juillet, se faisant l’écho de l’opinion commune : « M. de Chateaubriand est mort. Dans un autre temps quelle émotion eût produite la disparition de ce patriarche de la littérature ! Lui-même comptait sur l’effet de sa mort, et parlait depuis longtemps de sa tombe avec une sorte de coquetterie. Mais il s’en est allé en une heure funeste pour tous ceux qui prétendent occuper le public de leur personne16. » Publiés dans le feuilleton de La Presse à partir du 21 octobre et en douze volumes chez Penaud entre janvier 1849 et octobre 1850, les Mémoires d’outre-tombe furent accueillis par la plus complète indifférence et il fallut attendre le cinquantenaire de la mort de l’auteur pour qu’Edmond Biré rééditât l’œuvre chez Garnier, en six gros volumes.

  • 17 Cité par Pierre Moreau, Chateaubriand, Paris, Éditions Ducros, coll. « Tels qu’en eux-mêmes », 196 (...)
  • 18 Journal, 21 février 1876, op. cit., t. II, p. 690.

18Les témoignages de cette indifférence, en France et à l’étranger, sont nombreux. Voici celui de Sully Prudhomme : « Combien la mélancolie hautaine, poseuse, et le style de Chateaubriand sont passés de mode ! Quand on pense à l’énorme popularité dont il a joui et au peu qui lui en reste, on reconnaît que la sincérité seule assure la durée des œuvres, parce que la sincérité est le gage de la vérité des sentiments, qui seule a son prix dans tous les temps. Cette lecture m’enseigne que l’imagination, si riche qu’elle soit, ne suffit pas à soutenir un ouvrage17. » Et Edmond de Goncourt se fait l’écho de l’avis de Tourguénieff affirmant que Chateaubriand, « en Russie, en Allemagne, en Angleterre […] n’a pas la moindre autorité » et que « sa belle prose poétique, mère et nourrice de toutes les proses colorées de l’heure actuelle, ne jouit d’aucune estime18 ».

  • 19 Le chapitre consacré à Chateaubriand est le dernier chapitre consacré à un grand auteur ; à partir (...)
  • 20 Gustave Lanson, Histoire de la littérature française, Paris, Hachette, 1903, p. 892.

19Parmi les derniers fidèles, on compte Baudelaire et Flaubert, d’authentiques romantiques. Mais Taine et Renan sont hostiles au vicomte. Gustave Lanson, en 1894, dans son Histoire de la littérature française, consacre vingt pages à Chateaubriand, contre trente à Rousseau et quarante à Voltaire19. Et de conclure : « Il y a des parties mortes dans l’œuvre de Chateaubriand : ses idées philosophiques, son style empire, et – ce qu’il faut regretter – son romantisme classique, sa vision pittoresque de la civilisation grecque et romaine. On laissera tomber tout cela : et l’on ne prendra que les parties franchement modernes de son inspiration. De celles-ci coulera tout le romantisme, histoire et poésie20. » Le principal mérite de Chateaubriand est d’avoir donné des leçons d’individualisme, d’avoir créé le héros romantique (victime de sa destinée), d’avoir su faire une place à la nature dans la littérature (comme, après lui, George Sand ou Loti), d’avoir eu le sens de l’histoire (montrant la voie à Augustin Thierry et à Michelet) et, enfin, d’avoir fait de la Bible un classique de la littérature. La plupart de ces qualités, aux yeux de Maurras, se transformeront en défauts.

  • 21 Edmond et Jules de Goncourt, Journal, 20 janvier 1857, op. cit., t. I, p. 232.

20Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, l’hostilité envers le romantisme en général, et envers le romantisme des années 1830 en particulier, allait grandissant. Étaient spécialement suspectés les petits romantiques, Alphonse Rabbe, Pétrus Borel, Xavier Forneret, Philothée O’Neddy, sceptiques, nihilistes, hostiles à la religion du progrès. Flaubert, Baudelaire et les Goncourt étaient de leur descendance et c’est bien pour cela que la justice du Second Empire les a accusés d’offense à la morale publique et religieuse et aux bonnes mœurs. Le romantisme – les Goncourt le notent dans leur Journal – était devenu « un crime d’État21 ».

  • 22 Voir Daniel Mornet, Histoire de la clarté française, Paris, Payot, 1929 et Roland Mortier, « Le My (...)
  • 23 Frédéric Godefroy, Morceaux choisis des prosateurs et poètes français des XVIIe, XVIIIe et XIXe si (...)

21À partir de 1870, cette hostilité se double d’une réaction nationaliste contre les influences étrangères, notamment allemandes, dans la littérature française. Parmi les cibles préférées : Mme de Staël et Rousseau. Le Romantisme est volontiers présenté comme un phénomène aberrant, étranger à l’esprit français, qui est fait d’ordre et de discipline. Parallèlement au mythe du Grand Siècle se développe celui de la clarté française22. La meilleure illustration de cette idéologie est fournie par les manuels scolaires, encore insuffisamment étudiés. Choisissons un exemple au hasard : Frédéric Godefroy, Morceaux choisis des prosateurs et poètes français des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles, pour les classes de troisième, de seconde et de rhétorique, première édition 1874. Dans sa préface, l’auteur suit Sainte-Beuve et Nisard : « La plupart des auteurs qui ont écrit depuis 1800, et surtout depuis 1828, ont témérairement porté le ravage dans toutes les parties de la littérature française. Trop peu des plus vantés ont un style simple, vrai, fidèle à la pensée. Le plus grand nombre, ne soupçonnant pas le prix de la propriété lumineuse et simple de l’expression, veulent continuellement éblouir par l’éclat et l’imprévu du mot. L’affectation, la fausse couleur, la fausse éloquence, le faux lyrisme, le galimatias à perte de vue donné audacieusement pour du sublime, voilà les caractères de ces littérateurs de décadence ambitieuse23. »

  • 24 Victor Hugo, « À Théophile Gautier », dans Toute la lyre (IV, 36), Œuvres complètes, op. cit., Poé (...)

22Rares sont les manifestations de sympathie, comme celle de Théophile Gautier, dont l’Histoire du Romantisme est publiée en 1872, l’année de sa mort, elle aussi passée plus ou moins inaperçue, sauf par Victor Hugo, notant dans son carnet : « Gautier mort, je suis le seul survivant de ce qu’on a appelé les hommes de 1830. » Et d’envoyer à Catulle Mendès un poème qui figurera en tête du Tombeau de Théophile Gautier, élevé par Leconte de Lisle, Heredia, Coppée, Banville et Mallarmé24. C’est Gautier qui aura érigé la bataille d’Hernani en événement emblématique du Romantisme tel qu’il est présenté dans la plupart des manuels jusqu’aujourd’hui. Autre essai de compréhension sympathique, le cours professé en 1872 par Paul Albert au Collège de France et publié dix ans plus tard sous le titre : La Littérature française du XIXe siècle : les origines du Romantisme.

  • 25 Le Manifeste de l’école romane, comme précédemment le Manifeste symboliste, fut publié dans Le Fig (...)

23À partir de 1890 et jusqu’au-delà de la Première Guerre, les romantiques seront la cible préférée des nationalistes et des conservateurs. L’époque, traversée de scandales, s’y prêtait : boulangisme, affaire Wilson-Grévy, affaire de Panama, grèves, attentats anarchistes, affaire Dreyfus. Il fallait réagir contre tant de désordres et dénoncer les campagnes de subversion menées par l’esprit romantique et cosmopolite. Un retour aux valeurs latines s’imposait. Ainsi, Jean Moréas, ancien promoteur du symbolisme, se fit le chantre d’un néo-classicisme qui correspondait aux attentes de Maurras25.

  • 26 Voir J.-P. Rioux, Nationalisme et conservatisme. La Ligue de la patrie française, 1899-1904, Paris (...)

24Cosmopolitisme et romantisme sont ainsi dénoncés, tour à tour, par les maîtres à penser de l’heure, Brunetière, Faguet, Lemaître, dont on retrouve les noms dans la « Ligue des patriotes », fondée en 1882 par Paul Déroulède, puis présidée par Barrès. En janvier 1899, c’est la « Ligue de la patrie française », animée par François Coppée et Jules Lemaître, qui rassemble la droite conservatrice26.

  • 27 Voir aussi Raphaël Molho, L’Ordre et les ténèbres ou la naissance d’un mythe du XVIIe siècle chez (...)

25Brunetière, Faguet et Lemaître font partie – avec Loti, de Vogüé, Bourget, Édouard Rod et Anatole France – de cette génération de 1870 à laquelle Victor Giraud consacre une importante étude dès 1911, Les Maîtres de l’heure, dont les réimpressions successives, y compris pendant la Première Guerre, attestent le succès. Ils participent tous à l’édification de ce mythe d’un classicisme français dont le siècle de Louis XIV serait la plus parfaite expression27. La série des « Grands écrivains de la France », fondée en 1862 par Adolphe Régnier et consacrée aux écrivains du XVIIe siècle, fournissait la meilleure illustration du bien-fondé de leurs thèses. Ce n’est qu’à la veille de la Première Guerre, sous la direction de Gustave Lanson, que la série allait s’ouvrir aux écrivains du XVIIIe et du XIXe siècle.

  • 28 Joseph Texte, J.-J. Rousseau et les origines du cosmopolitisme littéraire, Paris, Hachette, 1895 ; (...)

26Lorsque Maurras entre dans la carrière des lettres, la condamnation du romantisme et du cosmopolitisme était devenue un lieu commun. On retrouve celui-ci jusque dans les travaux universitaires, dont la thèse que Joseph Texte consacra en 1895 à J.-J. Rousseau et les origines du cosmopolitisme littéraire28. Disciple de Brunetière, il occupera la toute première chaire française de littérature comparée crée à l’université de Lyon. Pour Joseph Texte, le cosmopolitisme « met en jeu l’existence de notre génie national ». Son instigateur est J.-J. Rousseau, « c’est lui qui a ébranlé, au profit de l’Europe germanique, la vieille hégémonie littéraire de l’Europe latine […] C’est du jour où il a écrit, et parce qu’il avait écrit, que les littératures du Nord se sont ouvertes et imposées à l’esprit français. » Mais Rousseau est un étranger, comme l’avait déjà souligné Melchior de Vogüé que Texte se plait à citer, montrant ainsi que son avis est partagé par des personnalités littéraires en vue et qui ne sont pas a priori hostiles au cosmopolitisme : « Il n’y a qu’une raison très forte à opposer aux gens qui veulent voir dans le romantisme français un produit des influences étrangères : c’est que tout notre romantisme est en germe dans Rousseau. Or ce diable d’homme, père authentique de Bernardin et de Chateaubriand, grand-père de George Sand et des autres, ne s’avise-t-il pas d’être Suisse ? N’arrive-t-il pas dans notre tradition française avec une physionomie étrangère très caractérisée, déjà septentrionale par plus d’un trait ? L’aveu est cruel, mais, pour nous défendre contre le reproche d’intoxication allemande et anglaise, nous sommes contraints de reconnaître qu’il est suisse, le sang qui coule, depuis un siècle, au plus profond de nos veines littéraires. »

  • 29 Daniel Mornet, Le Romantisme en France au XVIIIe siècle, Paris, Hachette, 1912 ; Genève, Slatkine (...)

27Au-delà du nationalisme exacerbé qui caractérise ce pionnier du comparatisme français, on notera l’extension de la notion de romantisme au XVIIIe siècle. Joseph Texte suit Sainte-Beuve dans sa lecture « romantique » de Rousseau et jette ainsi les bases d’un pré-romantisme dont l’idée s’établira définitivement dans la critique quelques années plus tard, grâce notamment aux travaux de Daniel Mornet sur Le Romantisme en France au XVIIIe siècle29. La question que pose Mornet est toujours celle qu’avait posée Taine en 1875 : quelles sont Les Origines de la France contemporaine, partant quelles sont les causes de la Révolution française ? Taine avait mis en cause les classiques, l’abstraction cartésienne d’où il voyait sortir l’idéal calamiteux de la souveraineté populaire. Les patriotes fin-de-siècle attribuent tous les maux aux romantiques à la Rousseau, responsables des aspirations révolutionnaires. Quant à la nouvelle Sorbonne, fidèle à l’éclectisme de la laïcité républicaine, elle ne voulait reconnaître de conflits là où il s’agissait de grands auteurs – Bossuet, Voltaire, Victor Hugo – dont la chaine ininterrompue pouvait être parcourue dans tous les sens.

  • 30 Jacques Bainville, « Jean-Jacques Rousseau et le Romantisme français », Mercure de France, 15 avri (...)

28Afin de situer Trois idées politiques dans leur temps, on ne saurait oublier enfin qu’entre la première édition de 1898 et la deuxième de 1912 avait paru toute une série d’études orchestrant la vulgate de l’anti-romantisme. Parmi elles, la même année 1907, le Jean-Jacques Rousseau de Jules Lemaître, Le Romantisme français de Pierre Lasserre (réimprimé en 1920) et la Philosophie de l’impérialisme d’Ernest de Seillière, dont le quatrième tome était consacré au Mal romantique. Elles avaient toutes trouvé une large audience dont la Revue des Deux Mondes et le Mercure de France se firent l’écho. Ainsi Jacques Bainville, dans le Mercure de France, le 15 avril 1907, se réjouit de voir qu’un « mouvement très réel de réaction […] se dessine depuis quelques années en France contre les désordres où plusieurs générations se sont complu ». L’initiateur de cette « anarchie moderne » est évidemment Rousseau, déjà désigné comme fauteur de troubles par Auguste Comte, pour qui « roussien » – de préférence « stupidement roussien » – désignait cet esprit de barbarie contre lequel il fallait défendre le souverain bien de la civilisation. Or Rousseau n’est pas seulement le père du Romantisme mais aussi de la Révolution française, comme l’avait déjà souligné Charles Maurras « un des initiateurs de ce mouvement anti-romantique et contrerévolutionnaire qui gagne et commence à porter les fruits que nous voyons ». Et Bainville de citer non seulement Trois idées politiques mais aussi cette page tirée de L’Action française (15 octobre 1899) où Maurras compare Rousseau « à ses ancêtres directs, les prophètes hébreux ». Comme eux, il promène ses mélancoliques hurlements à travers les rues de Paris, oubliant qu’il n’est pas dans une bourgade asiatique « peuplée de juifs crasseux », mais dans la capitale de la civilisation européenne. Mais la France était un peu lasse des plaisirs et des pouvoirs de l’humanité et avait envie de marcher à quatre pattes et de manger du foin. Ainsi Rousseau n’est pas seulement à l’origine du Romantisme, mais aussi de la Révolution. Les deux sont liés dans la personne de Rousseau, et Bainville – à la suite de Maurras – s’insurge contre l’erreur de Taine pour qui la Révolution était le résultat de l’esprit classique30.

29L’article de Bainville n’est pas celui d’un fanatique isolé. Dans la Revue des Deux Mondes du 15 avril 1907, René Doumic, dans un article au titre significatif, « Pathologie du Romantisme », se réjouit de voir élargie la définition du Romantisme pour désigner désormais « cette révolution générale de l’âme humaine qui date du milieu du XVIIIe siècle et s’opère grâce à l’œuvre de Rousseau ». Et il ajoute : « Le Culte de la Révolution, la Religion de l’Humanité, du Progrès ou de la Science, tout ce pathos est d’espèce romantique. » Et de conclure : « Nous apercevons aujourd’hui avec effroi les résultats de ce grand ébranlement qu’a subi l’âme française, au milieu du XVIIIe siècle. Qui sait ? Cette clairvoyance est peut-être, sinon le commencement, du moins la condition d’un retour à l’équilibre, au calme et à la santé. »

  • 31 Voir le livre du chanoine Constantin Lecigne, Le Fléau romantique, Paris, P. Lethielleux, 1910.

30On aura noté que le mot romantisme, du vocabulaire de la critique littéraire, a passé dans celui des affrontements politiques. Étendu au XVIIIe siècle à travers Rousseau, le Romantisme n’est plus la conséquence mais la cause de la Révolution, voire de toutes les révolutions passées, présentes et à venir. Le Romantisme est devenu un « fléau » de l’histoire de l’humanité31.

  • 32 Les protestations existent pourtant, mais elles sont rares. Les premières viennent de Suisse et de (...)

31Dans beaucoup de ces textes, Maurras est cité. Par ses formules simples et percutantes, il a contribué à imposer du Romantisme une image d’une grande efficacité polémique contre laquelle il n’était pas facile de lutter32. Quelle est donc la spécificité de son argumentation ?

  • 33 Outre-mer avait paru en 1895 et relate le voyage de l’auteur aux États-Unis.

32Pour commencer, Maurras se place sous l’égide de Poe, un des maîtres à penser de Baudelaire, avec Joseph de Maistre. Pour Poe, l’univers est une construction organique fondée sur l’inégalité, d’où l’affirmation, tirée du Colloque entre Monos et Una, que la démocratie est incompatible avec l’ordre naturel. Le texte est en outre dédié à Paul Bourget, l’auteur d’Outre-mer, qui montre la voie pour retrouver – selon ses propres mots – « ce qui reste de la vieille France », de ses « provinces », de ses « corporations », de sa « vie religieuse » et pour « défaire systématiquement l’œuvre meurtrière de la Révolution française33 ».

  • 34 Note liminaire ajoutée à l’édition de 1912.
  • 35 Voir la réimpression de ce texte, préfacé et annoté par Antoine Compagnon dans le volume Réflexion (...)

33Trois idées politiques est un ouvrage de combat contre « les défenseurs de l’anarchie démocratique et libérale34 ». Et l’occasion de ce combat lui est donnée par trois commémorations. Ce n’est pas de Chateaubriand, de Michelet et de Sainte-Beuve que traite Maurras, il faut y insister, mais de l’usage qui est fait de leurs noms et de leurs idées ou de celles qui leur sont prêtées. Trois noms transformés en porte-drapeaux, mais tous utilisés à contre-sens. Toutefois, ce n’est pas l’éventuel mauvais usage qui est fait d’un texte qui doit retenir notre attention mais l’utilisation de la littérature dans le débat politique, procédé qui caractérise cette république des professeurs, parfaitement bien analysée par Albert Thibaudet35.

  • 36 Trois idées politiques, édition définitive, Paris, Nouvelle Librairie Nationale, 1922, p. 270.

34D’entrée de jeu, Maurras se pose en anti-Taine. Pour l’auteur des Origines de la France contemporaine, ouvrage conçu au lendemain de la Commune, la Révolution est la conséquence de l’esprit classique, qui s’incarne dans cette centralisation de la France qui ne cesse de progresser de Colbert aux jacobins. Pour Maurras, en revanche, « nommer classique l’esprit de la Révolution, c’était […] dépouiller un mot de son sens naturel et préparer des équivoques », car la Révolution « est venue d’un tout autre côté : la Réforme », « les théologiens calvinistes », « le vieux ferment individualiste de la Germanie », « l’esprit de Rousseau » qui a « ouvert l’ère romantique36 ». Ce romantisme révolutionnaire agit à la manière d’un virus. Certains terrains lui sont favorables, d’autres lui résistent plus ou moins. Il lui arrive de contaminer ceux que l’on croyait immunisés contre lui par leurs origines ; il en épargne d’autres qui pourtant semblaient exposés à la maladie. Ainsi, Chateaubriand est gravement atteint, alors que Michelet est relativement épargné.

35L’originalité de Maurras est de se saisir de deux figures emblématiques revendiquées respectivement par la droite et par la gauche et de montrer que les deux camps se trompent : Chateaubriand n’est pas un représentant de l’ancienne France mais un anarchiste et Michelet, malgré sa mystique du peuple, n’est pas un progressiste mais un homme de la tradition. L’arme favorite de Maurras est le paradoxe ; c’est le secret de l’efficacité de son style.

  • 37 Chateaubriand, De la nouvelle proposition relative au bannissement de Charles X et de sa famille, (...)

36Chateaubriand – selon Maurras – s’est lui-même dénoncé comme un homme des Lumières et de la Révolution. À preuve cet aveu, plus d’une fois répété, et que l’on aurait tort de ne pas prendre au pied de la lettre : « Quant à moi, qui suis républicain par nature, monarchiste par raison, et bourbonniste par honneur, je me serais beaucoup mieux arrangé d’une démocratie, si je n’avais pu conserver la monarchie légitime, que de la monarchie bâtarde octroyée de je ne sais qui37. »

37Chateaubriand, bien que de vieille souche française, a été contaminé par le virus de l’anarchie lors de son séjour en Angleterre, où déjà Voltaire et Montesquieu l’avaient attrapé avant lui. En filant la métaphore médicale, Maurras ajoute : « Il ne guérit jamais de son premier goût pour les plagiats du système britannique, libéralisme, gouvernement parlementaire et régime de cabinet. »

38Chateaubriand désorganise le génie classique français en faisant prévaloir l’imagination sur la raison et en donnant à la langue un goût de chair, une sensualité inconnue avant lui, sauf dans les littératures du Nord, dont il s’est plus tard distancié. Trop tard même. C’est à tort qu’il pensait restaurer le catholicisme par son Génie du christianisme. Ce livre qui, de bout en bout, respire un déisme sentimental, est totalement contraire au dogme. La révélation est quasiment passée sous silence et l’apologétique manque de sérieux. Comment prétendre que la vérité de la religion chrétienne réside dans sa beauté ? Ainsi Chateaubriand est grandement responsable de l’anarchie religieuse qui caractérise tant le XIXe siècle.

  • 38 Trois idées politiques, édition de 1922, p. 248.
  • 39 Ibid., p. 248.

39La pensée politique de Chateaubriand n’a pas plus de consistance que sa pensée religieuse. Il exalte la monarchie légitime, mais ne souhaite aucunement son retour. Il aime trop les ruines et se complait dans leur contemplation. C’est ainsi qu’il se résigne à l’idée que l’avenir appartiendra à la démocratie et au socialisme. Les deux lui font horreur, mais « il aimait l’horreur », à la manière de Néron et de Sade, et il goûte « la joie de se faire un peu mal, associée à des plaisirs plus pénétrants38 ». C’est que Chateaubriand est de la race des « naufrageurs » ; il n’a jamais cherché dans le passé que le passé, c’est-à-dire la mort, et non pas ce qui est vivant et donc transmissible. Aussi la conclusion s’impose-t-elle : « Cette idole des modernes conservateurs nous incarne surtout le génie des Révolutions39. » Bien plus que Michelet, invoqué à tort par les républicains et les démocrates.

40Le texte de Maurras est bref et incisif. Il est polémique et vit de l’affirmation et non pas de l’argumentation qui, elle, est rejetée dans les notes. Affirmation et répétition : c’est ainsi que Maurras a réussi à imposer ses idées.

41Dans les notes concernant Chateaubriand – qui ne sont pas faites de références mais de digressions et d’ajouts deux fois plus longs que le texte lui-même –, Rousseau est omniprésent. C’est lui « le Père et Docteur des idées révolutionnaires » dont beaucoup sont d’ailleurs prises à Platon et à Plutarque. Ce dernier est d’ailleurs nourri « d’idées sémitiques » venues d’Orient. C’est lui qui a introduit le judaïsme dans la philosophie grecque et en a corrompu la pureté. Pour Maurras, le judaïsme est d’abord une philosophie proche-orientale, apparentée à la gnose. Son opposition est donc philosophique et non pas religieuse. L’anti-sémitisme de Maurras n’est pas un anti-sémitisme de race. Pas plus que celui de Léon Daudet, pour qui Proust n’est pas un grand écrivain malgré sa judaïté : Proust n’a rien de juif, littérairement et philosophiquement parlant.

  • 40 Ibid., p. 269.

42Quant à Platon, il a été défiguré aux yeux de Maurras par les commentateurs juifs d’Alexandrie. « Ce qu’on nomme platonicisme, ce qu’on peut nommer plutarchisme, risque, si on l’isole, de représenter assez mal la sagesse d’Athènes et de Rome ; il y a dans les deux doctrines des parties moins gréco-latines que barbares, et déjà « romantiques »40. » Ainsi le Romantisme devient une catégorie philosophique indépendante de tout enracinement historique. Il est le contraire du Classicisme qui, lui, représente l’essence même des doctrines de la haute humanité. La Grèce – celle de Phidias – incarne l’humanité par excellence.

43Cet idéal – qui doit beaucoup à Winckelmann – a été corrompu par le Romantisme venu d’Orient. C’est ce qu’avait vu Auguste Comte, contrairement à Taine. Comte, le premier, a compris que l’esprit révolutionnaire dérivait de la Réforme qui, elle, remontait aux hérésies nées dans les déserts orientaux.

44Dans la préface à l’édition « définitive » de Trois idées politiques, en 1922, Maurras souligne le caractère fondateur de son texte et le place dans la perspective de son œuvre. Celle-ci, définitivement, se veut une réponse à Taine et une continuation d’Auguste Comte. En 1898, c’était encore Sainte-Beuve qui incarnait « l’empirisme organisateur » face à Chateaubriand et à Michelet. Désormais, cette place revient à Comte.

  • 41 Ibid., p. 1.

45Désirant faire la synthèse de ses nombreux ouvrages critiquant tel ou tel aspect du romantisme, Maurras insiste sur l’époque qui a vu naître son texte, celle de « la dernière de nos révolutions, la révolution dreyfusienne41 ». Désormais, il peut mettre en ligne les dates de 1750, 1789, 1830, 1848, 1898 et réaffirmer que tout le mal vient des premiers Discours de Rousseau, de ce « misérable Rousseau ».

46Maurras s’accapare ainsi de l’anti-romantisme que, par ailleurs, partagent nombre d’écrivains et d’intellectuels. Il occupe si bien la place que, pour beaucoup, la question sera : comment refuser le Romantisme sans tomber du côté de Maurras et de l’Action française ? Question qui s’est posée à plus d’un membre du groupe de La NRF, par exemple. Parmi les réponses, il y a celle qui consiste à montrer que Maurras, au fond de lui-même, n’est pas un classique, mais un romantique qui s’ignore et que son envie d’ordre ne fait que trahir son profond romantisme. C’était lui appliquer la même rhétorique spécieuse que celle qu’il avait appliquée à Chateaubriand et à Michelet. L’efficacité n’était pas la même, sinon la « pensée » de Maurras n’aurait pas eu autant d’influence. On hésite d’ailleurs à utiliser le terme de « pensée », tant sa doctrine paraît simpliste et peu nuancée. Elle se résume à quelques idées fortes et quelques formules-choc.

Notes

1 Albert Thibaudet, Trente Ans de vie française, t. I, Les Idées de Charles Maurras, Éditions de la Nouvelle Revue Française, 1919, p. 316.

2 Ibid., p. 319.

3 Max Nordau, Entartung, Berlin, C. Dunker, 1893 ; traduit de l’allemand par Auguste Dietrich, Dégénérescence, Paris, F. Alcan, 1894. Maurras semble avoir lu Nordau puisqu’il y renvoie dans la note VI de Trois idées politiques.

4 Il n’est jamais inutile de relire Umberto Eco, L’Œuvre ouverte, Paris, Seuil, 1979, coll. « Points ».

5 Voir l’étude « Le premier centenaire de la mort de Rousseau et de Voltaire : signification d’une commémoration », de G. Benrekassa, J. Biou, M. Delon, J.-M. Goulemot, J. Sgard, E. Walter, dans le numéro spécial « Voltaire– Rousseau 1778-1978 » de la Revue d’histoire littéraire de la France, 1979, no 2-3, p. 265-295.

6 Voir, pour une description satirique des événements, sous la date du 1er et 2 juin 1885, le Journal des Goncourt, préface et chronologie par Robert Kopp, Paris, Robert Laffont, 3 vol., 1989, coll. « Bouquins ».

7 Expression créée par Pierre Nora pour désigner le courant majeur de l’historiographie de la Troisième République, dont un des principaux représentants est E. Lavisse. Voir Olivier Loubes, « Ernest Lavisse, « l’instituteur national » », dans numéro spécial « 1500 ans d’Histoire de France », Les Collections de L’Histoire, no 44, juillet 2009.

8 Voir H. R. Jauss, Pour une esthétique de la réception, préface de Jean Starobinski, Paris, Gallimard, 1978 ; coll. « tel », 1990.

9 Victor Hugo, Les Contemplations, I, 7, dans Poésies, t. II, p. 267, dans la collection des Œuvres complètes, Robert Laffont, 1985, coll. « Bouquins ».

10 Delphine de Girardin, Lettres parisiennes du vicomte de Launay, édition annotée par Anne Martin-Fugier, Paris, Mercure de France, 2004, coll. « Le temps retrouvé », 2 vol., t. II, p. 387.

11 Cité par Joseph Autran, « Discours de réception à l’Académie française, prononcé le 8 avril 1869 », dans Les Poèmes de la mer, Paris, Calmann-Levy, 1875, t. I, p. 25.

12 Voir en particulier son article sur la reprise de Bérénice, inséré à la suite de l’article sur Racine dans les Portraits littéraires (1844).

13 Voir Henri Peyre, Bibliographie critique de l’hellénisme en France de 1843 à 1870, New Haven, Yale University Press ; London, H. Milford, Oxford University Press, 1932.

14 Voir les éditions critiques des Salons de 1845 et 1846 par André Ferran (Toulouse, L’Archer, 1933) et David Kelley (Londres, Clarendon Press, 1975).

15 Victor Hugo, Choses vues, dans Œuvres complètes, Histoire, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1987, p. 1062.

16 Xavier Marmier, Journal (1848-1898), édition établie, présentée et annotée par Eldon Kaye, Genève, Droz, 1968, 2 vol.

17 Cité par Pierre Moreau, Chateaubriand, Paris, Éditions Ducros, coll. « Tels qu’en eux-mêmes », 1969, p. 55.

18 Journal, 21 février 1876, op. cit., t. II, p. 690.

19 Le chapitre consacré à Chateaubriand est le dernier chapitre consacré à un grand auteur ; à partir de la période romantique, Lanson procède par genre, ce qui rend les comparaisons plus aléatoires.

20 Gustave Lanson, Histoire de la littérature française, Paris, Hachette, 1903, p. 892.

21 Edmond et Jules de Goncourt, Journal, 20 janvier 1857, op. cit., t. I, p. 232.

22 Voir Daniel Mornet, Histoire de la clarté française, Paris, Payot, 1929 et Roland Mortier, « Le Mythe de la clarté française sous l’éclairage des Lumières », dans Revue de l’Institut de sociologie, 1989, no 1-2.

23 Frédéric Godefroy, Morceaux choisis des prosateurs et poètes français des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles, Paris, Gaume, 1882.

24 Victor Hugo, « À Théophile Gautier », dans Toute la lyre (IV, 36), Œuvres complètes, op. cit., Poésie IV, p. 340-341.

25 Le Manifeste de l’école romane, comme précédemment le Manifeste symboliste, fut publié dans Le Figaro le 14 septembre 1891. Voir Bonner Mitchel, Les Manifestes littéraires de la Belle Époque, Paris, Seghers, 1966.

26 Voir J.-P. Rioux, Nationalisme et conservatisme. La Ligue de la patrie française, 1899-1904, Paris, Beauchesne, 1977.

27 Voir aussi Raphaël Molho, L’Ordre et les ténèbres ou la naissance d’un mythe du XVIIe siècle chez Sainte-Beuve, Paris, Armand Colin, 1972.

28 Joseph Texte, J.-J. Rousseau et les origines du cosmopolitisme littéraire, Paris, Hachette, 1895 ; Genève, Slatkine Reprint, 1970.

29 Daniel Mornet, Le Romantisme en France au XVIIIe siècle, Paris, Hachette, 1912 ; Genève, Slatkine Reprint, 2000. Voir aussi les nombreux travaux qu’André Monglond a consacrés au pré-romantisme dans les années 1930.

30 Jacques Bainville, « Jean-Jacques Rousseau et le Romantisme français », Mercure de France, 15 avril 1907, à propos des livres de Jules Lemaître et de Pierre Lasserre, inspirés largement, selon Bainville, par les idées de Charles Maurras.

31 Voir le livre du chanoine Constantin Lecigne, Le Fléau romantique, Paris, P. Lethielleux, 1910.

32 Les protestations existent pourtant, mais elles sont rares. Les premières viennent de Suisse et de Belgique. Voir Louis Dumur, « Les Détracteurs de Jean-Jacques », Mercure de France, 15 juin 1907 et Maurice Wilmotte, « Jean-Jacques Rousseau et les origines du Romantisme », dans Études critiques sur la tradition littéraire en France, Paris, Champion, 1909.

33 Outre-mer avait paru en 1895 et relate le voyage de l’auteur aux États-Unis.

34 Note liminaire ajoutée à l’édition de 1912.

35 Voir la réimpression de ce texte, préfacé et annoté par Antoine Compagnon dans le volume Réflexions sur la politique, Paris, Robert Laffont, 2007, coll. « Bouquins ».

36 Trois idées politiques, édition définitive, Paris, Nouvelle Librairie Nationale, 1922, p. 270.

37 Chateaubriand, De la nouvelle proposition relative au bannissement de Charles X et de sa famille, 1831 ; cité dans Trois idées politiques.

38 Trois idées politiques, édition de 1922, p. 248.

39 Ibid., p. 248.

40 Ibid., p. 269.

41 Ibid., p. 1.

Auteur

Professeur de littérature française à l'Université de Bâle, a été doyen de la Faculté des Lettres de cette Université. Après avoir enseigné dans plusieurs Universités américaines, il a été professeur associé à l'Université Paris IV-Sorbonne puis à l'Université Paris X-Nanterre, directeur de recherche associé à l'École pratique des Hautes Études de Paris.
Ses travaux portent sur Rousseau, Chateaubriand, Balzac, Nerval, Baudelaire, Huysmans, les Goncourt, Apollinaire, André Breton, Pierre Jean Jouve, Yves Bonnefoy. Membre du comité de rédaction des Travaux de littérature et de la Revue des Deux Mondes, il collabore également à la revue L’Histoire, à Art Passions, au Magazine littéraire, à la revue Le Point. Il a récemment publié Baudelaire. Le soleil noir de la modernité, Gallimard, 2004, coll. « Découvertes » ; Baudelaire, édition critique du Spleen de Paris, Gallimard, 2006, coll. « Poésie » ; De la Mélancolie, en collaboration avec Jean Clair, Gallimard, « Cahiers de la NRF », 2007 ; Romantisme et Révolution(s), sous la direction de Jean Clair, Daniel Couty et Robert Kopp, Gallimard, « Cahiers de la NRF », 2008 ; Album Breton, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2008. La Place de La NRF dans la vie littéraire du XXe siècle : 1908-1943, sous la direction de Robert Kopp, Gallimard, « Cahiers de la NRF », 2009.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540