Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le maurrassisme et la culture. Volume III

 | 
Olivier Dard
, 
Michel Leymarie
, 
Neil McWilliam

L’Indépendance : avec ou sans Maurras ?

L’Indépendance with or without Maurras?

Thomas Roman

Résumé

L'Indépendance (1911-1913), revue traditionaliste dirigée par Georges Sorel et le jeune nationaliste Jean Variot, est l'une des nombreuses revues éphémères de la Belle Époque. Son étude présente un double intérêt : malgré son projet culturel et artistique, la revue, par son discours antimoderne et les évolutions de ce dernier, est aussi -et surtout- un outil de combat, montrant qu'en ce temps de « sortie » de l'Affaire Dreyfus et dans ce milieu, il ne peut y avoir de discours sans politique. L'étude de l'Indépendance permet aussi de comprendre la difficulté d'une prise de position dans un microcosme intellectuel polarisé. L'Indépendance a ainsi manqué d'une ligne claire permettant de la singulariser dans un champ magnétisé par l'Action Française et dans lequel maintes revues se concurrencent. Née de l'échec de la rencontre entre soréliens et maurrassiens, l'Indépendance meurt également d'un amalgame fait entre sa production, la figure de Sorel et ceux que ce dernier appellera par la suite « les pipelets du nationalisme ». Force incontournable, l'Action Française acquiert alors une aura contagieuse, rendant malaisé tout positionnement analogue mais autonome à son égard : L'Indépendance est porteuse à la fois de cette volonté d'autonomie et de cette contagion.

L'Indépendance (1911-1913) was one of a number of short-lived reviews to appear during the Belle Epoque. This traditionalist review, edited by Georges Sorel and the young nationalist Jean Variot, warrants examination for two reasons. L'Indépendance despite being a culture and arts journal, was above all a weapon into the political fray of its times, with its evolving anti-modernist message. A study of the review reveals the extent to which all discourse-especially in this milieu and with the Dreyfus Affair in the headlines-was political discourse. A second way that l'Indépendance rewards scholarly attention is with a greater understanding of the difficulty of positioning oneself or one's journal in the polarized Parisian microcosm. L'Indépendance was never able to establish a clear editorial line in an intellectual force field dominated by the magnetism of the Action Francaise and at the same time cluttered with innumerable reviews. Born out of the impossibility of an entente between followers of Sorel and those of Charles Maurras, l'Indépendance would soon die of an overly-close identification with the figure of Georges Sorel and with those that Sorel had labeled "chirping nationalists". L'Action Française was an undeniable force to be reckoned with at the time, developing a sort of contagious aura that infected any entity attempting to position itself independently in the same sphere as the A.F. Sorel's review caught this contagion and succumbed to its own indépendance.

Texte intégral

  • 1 Voir Frédéric Gugelot, La Conversion des intellectuels en France. 1885-1935, Paris, C.N.R.S. Editi (...)
  • 2 Selon Zeev Sternehll, « l’Indépendance ne parvient pas à se démarquer vraiment de l’hebdomadaire l (...)

1Avec 48 numéros en moins de trois ans (Mars 1911 – Août 1913), l’Indépendance, revue de culture fondée par l’écrivain nationaliste Jean Variot pour Georges Sorel, intéresse néanmoins l’historien des idées et de la « Belle époque ». Traditionaliste, la revue témoigne des renaissances nationaliste, catholique et classique de ces années1, de même que d’une difficile sortie de l’Affaire Dreyfus. Elle pose aussi la question du « cas Sorel » : ces années montrent, chez l’auteur des Réflexions sur la violence (1908), un basculement du syndicalisme révolutionnaire, dont il fut l’un des théoriciens, vers une doctrine au conservatisme pugnace. L’un des intérêts de l’étude de l’Indépendance est ici ; elle permet de vérifier tout en les corrigeant les affirmations de l’époque et celles d’historiens actuels2 sur les liens entre Sorel, cette revue et le mouvement royaliste de Charles Maurras. L’Action française (AF) a en effet à voir avec la naissance, l’évolution et la disparition de cette revue, sans qu’on puisse confondre les deux milieux intellectuels ; le titre de la revue le dit à lui seul.

Une naissance avec puis contre l’Action française : la Cité française et l’Indépendance

  • 3 Voir Michel Prat, « Georges Sorel et la décomposition du dreyfusisme », in Michel Leymarie (dir.),(...)
  • 4 Marion Dachry de Flers, Lagardelle et l’équipe du Mouvement socialiste, Paris, Institut d’Études P (...)
  • 5 Géraldi Leroy (dir.), « Charles Péguy et Georges Sorel. Correspondance », in Bulletin de l’Amitié (...)
  • 6 Jean Variot, Propos de Georges Sorel, Paris, Gallimard, 1935, p. 15.

2Ces années d’avant guerre sont en effet le temps d’un rapprochement entre Sorel et le mouvement de Charles Maurras, du fait de Sorel lui-même comme de celui de l’AF et des milieux conservateurs. Les écrits du philosophe attestent de cette évolution. Chez ce « déçu du dreyfusisme3 », auteur de La Révolution dreyfusienne (1909), une pensée réactionnaire aux accents parfois contre-révolutionnaires se fait jour (voir Les Illusions du Progrès, 1908). Ses intérêts évoluant alors de la question ouvrière vers des préoccupations plus morales et religieuses, le philosophe s’isole peu à peu dans le champ intellectuel : en 1908, il rompt avec le Mouvement socialiste d’Hubert Lagardelle4 alors que des tensions apparaissent déjà avec Péguy et le milieu des Cahiers de la Quinzaine5 (il n’y publiera aucun Cahier). C’est d’ailleurs dans la Boutique des Cahiers que Sorel rencontre, le premier jeudi d’octobre 1908, Jean Variot6. Parallèlement à ces déceptions et ruptures, l’AF commence à retenir son intérêt : Sorel voit dans les menées des jeunes maurrassiens le déploiement d’une énergie capable de défendre la culture française et de régénérer une société jugée décadente.

  • 7 Voir Paul Bourget, La Barricade. Chronique de 1910, Paris, Plon-Nourrit, 1910.
  • 8 Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Paris, Librairie des « Pages Libres », 1908, p. 47.
  • 9 Édouard Drumont, Sur le chemin de la vie (souvenirs), Paris, Crès, 1914, p. 247.

3Ces évolutions intéressent en retour certains penseurs conservateurs, à commencer par Paul Bourget qui, avec sa pièce La Barricade7, montée au Vaudeville en 1910, propose une lecture résolument conservatrice des Réflexions sur la violence. S’inspirant du deuxième chapitre de l’essai sorélien – « La décadence bourgeoise et la violence »-, où Sorel explique que la lutte sociale peut « opérer, d’une manière indirecte, sur les bourgeois, pour les rappeler au sentiment de leur classe8 », l’écrivain ne retient que cette idée, ouvrant à Sorel un public nouveau. Drumont ne s’y trompe pas, qui écrit alors dans son Journal : « Georges Sorel, qui a écrit un livre bien intéressant, La Révolution dreyfusienne, est en train de devenir à la mode parmi les conservateurs mondains9. »

  • 10 Fonds Charles Maurras — Archives Nationales, 576AP.
  • 11 « M. Sorel est original. Il faut l’admirer en nous séparant de lui quand il célèbre l’honneur synd (...)
  • 12 Georges Valois, « Enquête sur la Monarchie et la Classe ouvrière : Quelques réflexions de M. Georg (...)
  • 13 Georges Sorel, « Socialistes antiparlementaires. Un article de M. Georges Sorel », in L’Action fra (...)

4À partir de 1908, une relation épistolaire et par articles interposés se met en place entre Sorel et l’AF. Le fonds Charles Maurras des Archives nationales10 en témoigne, avec une série de lettres entre Sorel et Maurras, mais aussi avec plusieurs maurrassiens, durant l’année 1908 notamment. Le 13 août, dans l’article « La Violence », Maurras s’essaie à un éloge prudent de Sorel11. La même année, Sorel répond à L’Enquête sur la Monarchie et la classe ouvrière de Georges Valois12, l’un de ses disciples, devenu maurrassien, dans la tout aussi maurrassienne Revue Critique des Idées et des Livres (RCIL), fondée en avril, qui saluera en Sorel, malgré tout dubitatif quant aux possibilités d’une restauration de la monarchie en France, l’un des maîtres à penser du syndicalisme. L’année suivante, le 22 août, le quotidien monarchiste publie « Socialistes parlementaires », article déjà publié en Italie dans Il Divenire Sociale sous le titre « La Déroute des mufles » et proposant une critique du parlementarisme accompagnée d’une référence flatteuse à l’AF : conscient de ce que les « amis de Maurras ne réussiront sans doute pas dans leur entreprise de restauration monarchique », il les félicite cependant de rendre au pays « le sentiment des valeurs intellectuelles qu’il a un peu trop perdu ». Pour Sorel, il « fallait qu’une énergique protestation fût élevée contre cet esprit de décadence : aucun autre groupe social que celui de l’Action française n’était en mesure de remplir un rôle qui exige à la fois des lettres et de la foi13. »

  • 14 Bruno Somalvico, « Georges Sorel et Giuseppe Prezzolini : convergence ou malentendu ? 1908-1911 »,(...)
  • 15 « Lettre de Georges Valois à Édouard Berth », le 3 juin 1910, in Cahiers Georges Sorel, no 4, 1986 (...)
  • 16 « M. Valois fonde avec eux une revue royale syndicale », écrit Hubert Lagardelle dans le Mouvement (...)
  • 17 Georges Navet, « Le Cercle Proudhon (1911-1914). Entre le syndicalisme révolutionnaire et l’Action (...)

5C’est par l’antidémocratisme qu’une rencontre est ainsi possible. Le projet de la Cité française, revue réunissant soréliens et maurrassiens, naît de ce trait d’union, mais aussi d’un malentendu, avec Valois du côté des maurrassiens et Édouard Berth, disciple de Sorel. Berth rencontre les maurrassiens de la RCIL Pierre Gilbert, Henri Lagrange et Gilbert Maire en mars 1910. Le 10 juillet paraît un petit tract-prospectus de huit pages. À son ami Giuseppe Prezzolini, Sorel écrit à l’automne : « [n]otre œuvre est faite en dehors de tout parti politique : il est naturel que quelques jeunes de l’Action Française viennent à nous, parce qu’ils n’ont pas peur. D’ailleurs, ce sont eux qui les premiers ont apprécié la valeur des Réflexions sur la violence qu’ils ont beaucoup mieux comprises que les socialistes14. » Mais Sorel ne réalise pas encore que la Cité française relève des nombreuses entreprises de conquête des milieux intellectuels de l’époque par l’AF. En juin 1910, une lettre de Valois à Berth le dit bien : « Au lieu d’apparaître comme deux groupes bien distincts d’origine se rencontrant sur un terrain commun, nous mettrions en avant le groupe Sorel, et nous groupe d’A.F. nous nous présenterions comme vos invités et nous vous remercierions d’avoir bien voulu nous accueillir parmi vous et de nous laisser toute liberté d’expression. Ce serait une bonne façade15. » L’automne constitue un tournant décisif en la matière : comprenant le malentendu sur lequel se fonde la revue, et redoutant tout amalgame avec les milieux maurrassiens16, Sorel se désengage du projet, qui avorte en décembre 1910, renvoyant chacun vers ses propres horizons intellectuels : les maurrassiens de la RCIL fonderont le Cercle Proudhon17 sans Sorel. Variot propose alors à ce dernier de créer une nouvelle revue ; ce sera l’Indépendance.

6L’échec de la Cité française est important car il explique à la fois la naissance de l’Indépendance (un titre qui, choisi par Sorel lui-même, prend alors tout son sens), tout comme il annonce son échec deux ans plus tard, à nouveau par l’amalgame qui sera fait entre la nouvelle revue, le philosophe et l’AF. Si Sorel manifeste un intérêt réel pour la mouvance de Maurras, il pense le faire de loin, en ne voulant surtout pas être confondu avec elle. Les premiers numéros de la revue, par les plumes y écrivant, les thèmes abordés et le comité de rédaction rassemblé témoignent de ce souci d’autonomie. Le projet éditorial cher à Sorel vise à parler d’art et de culture, avec certes une optique antimoderne mais, Sorel le précise à de nombreux correspondants, sans traiter de questions sociales ou politiques. La revue se met ainsi en place entre décembre 1910 et mars 1911, financée à parts égales par l’éditeur Marcel Rivière (éditeur de Sorel) et Jean Variot. Le recrutement des plumes et des noms pour le comité de rédaction se fait auprès des amis des deux hommes, notamment les réseaux artistiques de Variot. Le premier comité témoigne de l’objectif initial : avec Émile Baumann, René Benjamin, Paul Jamot, Ernest Laurent, Vincent d’Indy, Émile Moselly et les frères Tharaud, la revue rassemble des personnalités reconnues du monde des arts et des lettres, certes plutôt marquées à droite mais sans ostentation, surtout au regard de ce que deviendra la revue par la suite.

7Dès le départ cependant, l’Indépendance affiche une teinte résolument traditionaliste. Il s’agit en effet d’une revue combattant une modernité jugée décadente. Les vertus qu’elle exalte sont celles du travail, de la famille, de la terre et du sang. Son nationalisme, le plus souvent militariste, est également teinté de régionalisme. Catholique, la revue dénonce tant les anticléricaux que le modernisme. Dans le domaine des arts et des lettres, contre le romantisme, le symbolisme ou le naturalisme, elle développe un discours classique et une conception nationaliste et religieuse de l’art. Son antidémocratisme en fait une revue antiparlementaire, opposée à la république radicale et développant une conception élitiste mêlant, nous le verrons, libéralisme conservateur et monarchisme. Son anti-intellectualisme se traduit par des attaques violentes contre la Sorbonne et ses professeurs, et un anti-rationalisme virulent exaltant en retour des figures telles que Pascal ou Bergson. Enfin, son idéologie réactionnaire en fait une revue violemment antisémite, xénophobe, anti-protestante et anti-maçonnique. Mais est-elle maurrassienne pour autant ? Remarquons que, contrairement à la Cité française, la revue de Variot et Sorel n’accueille au départ aucun maurrassien et que l’AF est étrangère à sa fondation. L’Indépendance naît sans Maurras. Mais, en s’inscrivant dans cet univers intellectuel particulier, lui est-il possible d’éviter non seulement la contamination de ce discours prétendument indépendant par les idées de l’AF, mais aussi de se prémunir de tout amalgame ? De fait, les deux phénomènes se conjugueront et s’amplifieront durant les deux années suivantes.

L’évolution de la revue : un redéploiement nationaliste

8Par les nouveaux collaborateurs mobilisés et les thèmes traités, l’Indépendance voit son discours se radicaliser vers toujours plus de nationalisme, prêtant ainsi le flanc aux critiques et confusions avec les discours de l’AF. L’évolution des comités de rédaction témoigne de ces changements. Le 1er septembre 1911 (no 13), Elémir Bourges et René-Marc Ferry, fondateur au début du siècle de la revue Minerva (qui publia notamment Maurras et Barrès) remplacent Ernest Laurent et Paul Jamot, deux artistes par ailleurs amis. On peut supposer que Jamot comprend assez tôt que la ligne éditoriale de la revue ne correspond pas à celle annoncée, montrant un visage beaucoup plus politique et idéologique, pour ne pas dire polémique, qui a pu déplaire au conservateur du Louvre. Mais c’est le 10 octobre 1912 (no 36/37/38) que le changement le plus important s’opère. Aux côtés des anciens membres du comité, qu’Émile Moselly abandonne, sans doute par fidélité à Péguy, les trois académiciens Maurice Barrès, Paul Bourget et Maurice Donnay prêtent leurs noms à l’Indépendance. Avec eux, deux autres hommes de lettres font leur entrée : Henri Clouard, jeune critique littéraire au maurrassisme notoire, et Francis Jammes, écrivain proche des milieux catholiques et réactionnaires. Au numéro suivant, le 15 novembre 1912 (no 39/40), Jacques Gouverné, ami de Variot, occupe le poste de secrétaire de rédaction et entre au comité avec Jean Thogorma, autre proche de Variot, en février suivant (no 43). En termes de lisibilité, la revue se pose donc de plus en plus en organe, non pas artistique et culturel, mais traditionaliste.

  • 18 Entre le no 21 (1er janvier 1912) et le no 45/46 (avril/mai 1913).

9Tout tourne ici autour de Jean Variot qui, principal recruteur pour la revue, démarche certes auprès des milieux artistiques, mais aussi dans les cercles catholiques et, surtout, nationalistes. Via le jeune lorrain, diverses teintes du nationalisme français arrivent à l’Indépendance : les militaires, les barrésiens, et, finalement, des maurrassiens. La revue pourrait cependant être qualifiée de barrésienne plus aisément que de maurrassienne. Variot, en effet, est proche à la fois de la famille de Barrès et des milieux barrésiens. Dès janvier 1912, la revue publie des écrits posthumes de Charles Demange18, neveu de Barrès, et Variot est très proche du fils de ce dernier, Philippe. Barrès lui-même finit d’ailleurs par entrer au comité de rédaction de la revue. La revue est en outre proche des Marches de l’Est, revue barrésienne animée par Georges Ducrocq.

  • 19 « Ne pourrons-nous trouver un gentil Jean Longnon, ou un autre à cause de l’A.F., honnête et sincè (...)
  • 20 Lettre de Jean Thogorma, Jean Variot, Jacques Gouverné et Henri Clouard à Charles Maurras, le jeud (...)
  • 21 Hervé Serry, Naissance de l’intellectuel catholique, Paris, La Découverte, 2004, op. cit. p. 387.

10Quant aux royalistes, c’est toute une cohorte bigarrée qui arrive dans les colonnes de la revue, entre les vieux royalistes – Émile Baumann, Elémir Bourges – et les jeunes maurrassiens, pour la plupart venus du barrésisme : Henri Clouard donc, secrétaire de la RCIL, Jean Thogorma (pseudonyme d’Édouard Guerber), Jacques Gouverné, André Fernet, Robert Launay, un jeune historien nationaliste et royaliste, également collaborateur à la RCIL, René Benjamin ou encore Jean Longnon, de la RCIL, futur bibliothécaire de l’Institut d’Action française. Si ce dernier n’écrit aucun article pour la revue, l’étude des correspondances démontre qu’il fut démarché par Variot, non sans prudence, d’ailleurs, vis-à-vis de l’AF19. C’est en effet Variot qui attire à l’Indépendance toute une série de « jeunes loups » dont Sorel aura par la suite à se plaindre. Ces jeunes critiques et écrivains subissent en ces années d’avant-guerre l’attraction littéraire, puis politique, du maurrassisme, à partir d’un barrésisme originel. Le schéma est assez classique et rend compte de nombreuses trajectoires intellectuelles à l’époque. D’abord fascinés par Barrès, « professeur d’énergie », tous ces jeunes nationalistes ont ensuite trouvé chez Maurras les directions canalisant cette fougue. C’est d’ailleurs du bureau de l’Indépendance que ceux-ci (Variot, Gouverné, Clouard et Thogorma) écrivent à l’époque à Maurras pour le féliciter de son succès au procès contre Worms, juif attaqué par l’AF20. Variot est ainsi proche des milieux maurrassiens. C’est indiscutable. Répondant en 1923 à l’Enquête sur les maîtres de la jeune littérature de Pierre Varillon et Henri Rambaud, il explique que si Sorel l’a initié aux « maîtres » de la pensée française, de Maistre, Bonald, Le Play, Fustel de Coulanges, c’est à Maurras qu’il doit d’avoir compris « l’incalculable service qu’ils ont rendu à l’Ordre, père de toute puissance nationale, intérieure ou extérieure21. » Jeune écrivain nationaliste, disciple de Barrès, Variot subit, en effet, comme beaucoup d’autres, l’attraction du maurrassisme. Pour autant, il n’est ni ligueur ni camelot et ne collabore à aucun des organes officiels de l’AF. Son évolution vers Maurras, sera, semble-t-il, plus tardive. Ces jeunes gens ne sont en effet pas tous encore maurrassiens et ne connaissent pas toujours Maurras personnellement. Si Clouard, via la RCIL, fait exception, ni Variot, ni Fernet, par exemple, ne côtoient encore le chef de file de l’AF. Fernet lui est présenté en 1913. De même, Variot sera très proche de Maurras après la Guerre, avec notamment la Société de Littérature Française qu’il gérera et qui éditera de nombreux ouvrages de Maurras. Mais cette relation n’est qu’embryonnaire dans les années 1910. À travers les lettres de Variot à Maurras, un virage semble s’opérer pendant la guerre. C’est entre 1916 et 1918, quand il commence à projeter d’éditer des ouvrages de Maurras, que Variot se rapproche de lui et entame une amitié intellectuelle.

  • 22 Lettre de Paul Acker à Charles Maurras, le 17 janvier 1912 (date du tampon) — Archives Charles Mau (...)
  • 23 La correspondance de Benjamin avec Maurras débute en effet au début des années 1920. Cf. Archives (...)
  • 24 Dom Besse, « La Consécration de la famille par la liturgie catholique », in l’Indépendance, no 37/ (...)
  • 25 Jacques Prévotat, Les Catholiques et l’Action française, Histoire d’une condamnation. 1899-1939, P (...)

11D’autres noms prêtent leur plume à l’Indépendance tout en étant proche de la nébuleuse maurrassienne. Paul Acker, ami de Péguy et barrésien, est à l’époque également maurrassien. Il écrit à Maurras en janvier 1912 : « Mon cher Maurras – Je ne cache à personne que je suis politiquement votre disciple. Mais il y a une considération de famille qui m’interdit encore une déclaration officielle22. » René Benjamin, jeune essayiste à la plume vive qui, passée la Guerre, sera l’un des proches de Maurras23, doit déjà éprouver, comme beaucoup de jeunes écrivains de sa génération, l’attirance de l’AF en ces années où débute sa carrière. Enfin, personnalité forte des rangs maurrassiens, Dom Besse, démarcheur de l’AF dans les milieux catholiques, donne un article à l’Indépendance24. Nous ignorons dans quelles circonstances Besse est contacté mais à la même époque, Variot entame une collaboration à l’Univers. Or, L’Univers, le vieux journal de Louis Veuillot, vient d’être annexé en 1912 par les catholiques d’AF25. Autre exemple, La Schola Cantorum, milieu lié à l’Indépendance via Vincent d’Indy et certains de ses élèves, est également proche de l’AF qui tente à l’époque de l’instrumentaliser, en publiant, dans ses divers organes, nombre d’articles élogieux sur le compositeur et son école. Auguste Sérieyx, l’un des élèves les plus proches de d’Indy, rapporteur de ses fameux cours de composition, est proche de l’AF (il anime une chronique musicale dans le quotidien monarchiste, entre 1908 et 1912) et sert donc de passerelle entre la Ligue et l’École.

  • 26 André Gide, Jacques Copeau, « Correspondance. I. Décembre 1902-Mars 1913 », in Cahiers André Gide,(...)

12Il n’est cependant pas pertinent de parler de réseau maurrassien. Ce n’est en effet pas par le vecteur de lieux de sociabilité maurrassiens — journaux, revues, sections d’AF, camelots du roi, etc. — que de jeunes écrivains ou de fortes personnalités du mouvement viennent à la revue, contrairement à la Revue Critique par exemple, qui recrute parmi les Camelots et les rédacteurs à l’Action française. C’est toujours par le biais d’amitiés particulières et de sociabilités se trouvant plutôt du côté de Barrès et des milieux conservateurs que ces rencontres se font. On ne peut donc pas parler de contamination de l’Indépendance par l’AF si l’on comprend par contamination le noyautage de la revue orchestré par Maurras et ses proches. L’Indépendance eût-elle vécu plus longtemps, peut-être aurait-elle été phagocytée par le mouvement maurrassien, étant donné le nombre croissant des plumes nationalistes s’investissant dans la revue et l’évolution personnelle de Variot vers Maurras à partir de 1912. Il faudrait plutôt parler de maurrassisme banal ou de proto-maurrassisme concernant l’Indépendance. Selon nous, à l’époque, les milieux conservateurs ne peuvent pas faire l’économie d’un intérêt pour un mouvement aussi puissant que celui de Charles Maurras, voire d’une sympathie. Et c’est Variot qui concourt à faire de l’Indépendance, une revue unissant « diverses formes de nationalismes littéraires, de traditionalisme et de catholicisme », d’après la définition — selon nous la plus fidèle qui ait été donnée — de Michel Decaudin26.

  • 27 Jean Thogorma, « Le Point de vue classique et ses adversaires », in l’Indépendance (Chroniques du (...)

13Cette analyse par les réseaux est confirmée par celle de la ligne éditoriale qui se durcit au fil des numéros. Précisons tout d’abord que c’est en libéraux que des hommes comme Sorel, Daniel Halévy, Georges Platon ou Gustave Le Bon critiquent dans les pages de la revue l’ordre en place. En la matière, ils se distinguent bien de la critique maurrassienne et royaliste du même régime. Ces hommes sont des bourgeois libéraux, hommes d’élite attachés au droit et aux libertés fondamentales, mais chez qui l’ordre social et politique ne saurait être confié ni aux masses, ni à des professionnels de la politique. Le modèle parlementaire de ces hommes est la Rome patricienne et sénatoriale, l’Angleterre victorienne ou les Monarchies censitaires du début du XIXe siècle en France. Mais bien que ce libéralisme conservateur appartienne au discours social et politique de l’Indépendance, il n’est qu’un son de cloche dans la polyphonie traditionaliste de la revue. De même que les rédacteurs de l’Indépendance expriment des nuances distinctes d’un catholicisme tantôt social, tantôt mystique, de même que diverses conceptions du classicisme artistique et littéraire s’y rencontrent, on peut affirmer que, sur le plan politique, autour d’un commun credo antidémocratique et antiparlementaire, plusieurs approches sont exposées, au point d’apparaître finalement comme inconciliables. Car quand Sorel et ses amis critiquent l’ordre en place en exprimant le regret d’un ordre ancien, Variot et les siens évoluent de plus en plus vers l’espoir du retour d’un autre ordre social et économique, en la personne du roi. L’Indépendance contient en effet un discours royaliste d’où le maurrassisme n’est pas absent. Pour Thogorma, par exemple, « [l] e vice est chez nous dans les institutions, non dans les hommes27 », au point qu’il faille donc espérer un retour au roi.

  • 28 Georges Sorel, « Trois problèmes », in l’Indépendance, no 19, 1er décembre 1911, n.2 p. 225.
  • 29 Id., « Aux ordres d’Arthur Meyer », in l’Indépendance (notes et comptes rendus), no 23, 1er févrie (...)
  • 30 Id., « Quelques prétentions juives (fin) », in l’Indépendance, no 31, 1er juin 1912, p. 336.

14La position de Sorel est plus nuancée ; il est conscient de ce que « [d] ans un pays où il n’existe plus d’autorités sociales, capables de transmettre la tradition royaliste, celle-ci ne peut plus être réelle28. » Attentif au mouvement et à son énergie protestataire, il ne partage en rien la doctrine royaliste et positiviste de Maurras. Il salue certes plusieurs fois l’école de Maurras, son acharnement, son intransigeance. « Charles Maurras a fondé toute sa politique sur une réforme de notre culture intellectuelle qu’il voudrait ramener vers ses principes traditionnels ; il espère que le bon sens français finira par expulser les importations slaves et nordiques qui ont halluciné tant de nos contemporains : il est persuadé que la royauté serait facilement restaurée en France si l’Intelligence parvenait à s’affranchir de la domination que des mufles exercent aujourd’hui sur elle29 », écrit-il ainsi dans des accents qui rappellent « La déroute des mufles ». « La défense de la culture française est aujourd’hui défendue par Charles Maurras30 », affirme-t-il encore. Cette phrase, souvent citée, ne constitue pas pour autant une profession de foi maurrassienne.

15Car les louanges n’empêchent pas la critique. Tout en louant l’opiniâtreté des maurrassiens, Sorel considère que leur doctrine frise trop souvent la naïveté : le système maurrassien ne tient pas assez compte, à ses yeux, des évolutions politiques et sociales rendant désormais impossible toute restauration monarchique. Bien plus, il dénonce le positivisme maurrassien, et les présupposés jacobins qui lui semblent soutenir l’édifice théorique de l’auteur de l’Enquête sur la monarchie. Sorel impute aux maurrassiens leur trop fort rationalisme. Ce sont, à ses yeux, de simples « dialecticiens ».

  • 31 Pierre Gilbert, Georges Valois, « La Cité Française et l’Indépendance », in R.C.I.L., t. XII, no 6 (...)
  • 32 Criton, « Les Jeunes », in Action française (Revue de la Presse), 29 février 1912.
  • 33 Charles Maurras, La Contre-révolution spontanée. La recherche, la discussion, l’émeute. 1899-1939,(...)

16En retour, l’anti-intellectualisme sorélien, l’admiration du philosophe pour Bergson notamment, ne peuvent qu’éloigner Maurras de la revue animée alors par le philosophe. L’AF, de son côté, ne s’intéresse pas à la revue de Variot et Sorel ; aucune stratégie de noyautage de la rédaction, analogue à ce qui avait été prévu pour la Cité française, aucune surveillance des rédacteurs — comme cela peut être le cas chez certains collaborateurs de la RCIL par exemple, ni aucune conquête financière, comme pour l’Univers, ne sont mises en place du côté de la revue de Variot et Sorel. Le mot d’ordre semble même être de ne pas évoquer la revue. En effet, les références à l’Indépendance sont absentes des organes de l’AF : ni le quotidien, ni la revue d’AF, pas plus que la RCIL, ne citent l’Indépendance. Quand on sait à quel point les thématiques des deux milieux sont proches, de sorte que nombreux observateurs voient en l’Indépendance une antenne de l’AF, ce mutisme apparaît comme suspect. La RCIL n’évoque en fait qu’une seule fois l’Indépendance, en février 1911, pour annoncer sa naissance31. La revue d’AF n’évoque jamais l’Indépendance dans ses pages. Quant au quotidien, sous la plume de Criton/Maurras, il ne la cite qu’une seule fois, à travers une citation de Barrès32. Or, la « Revue de la Presse » de Maurras est un modèle du genre. Le quotidien évoque quantité de petites revues catholiques, classiques et nationalistes. Citons la RCIL, bien entendu, la Tradition, la Revue antimaçonnique, la Franc-maçonnerie démasquée, le Bloc catholique, la Vigie (revue catholique et royaliste publiée par la Nouvelle Librairie Nationale), l’Arsenal universel des catholiques, les Guêpes, Qui-vive, la Revue Grégorienne, la Revue Catholique des institutions et du droit, les Heures littéraires illustrées, Leurs Figures, la Coopération des Idées, Montjoie !, etc., sans compter les revues régionalistes et locales et des dizaines de quotidiens nationaux et régionaux. Que l’Indépendance manque dans un pareil tableau est surprenant. Nous l’interprétons comme un choix délibéré de Maurras qui, après l’échec de la Cité française et de la satellisation de Sorel, refuse de faire toute publicité envers un mouvement qui dès lors, se pose en concurrent. Ce différend avec Sorel, Maurras le confessera bien plus tard dans ses mémoires, en exprimant le regret que toutes les forces conservatrices ne soient pas venues au giron maurrassien à l’époque33.

17Malgré tout, comme pour le projet de la Cité française, la multiplication des rapprochements faits entre l’Indépendance, Sorel et l’AF conduiront au départ de ce dernier et à la disparition de la revue.

Printemps 1913 : de nouveaux amalgames ; la fin de l’Indépendance

  • 34 « L’Indépendance », in Revue de Métaphysique et de Morale Supplément (revues et périodiques), ma (...)
  • 35 Lettre de Georges Sorel à Joseph Lotte, le 8 janvier 1913, in Georges Sorel, « Lettres à Joseph Lo (...)

18Dans la lignée des articles de Lagardelle et d’autres au moment de son flirt avec l’AF en 1908-1910, Sorel subit plusieurs attaques, dans la presse de l’époque, le posant plus franchement dans les milieux de la réaction. En mai 1912, un article de la Revue de Métaphysique et de Morale, revue à laquelle il collabora, présente le philosophe en des termes qui peuvent le gêner34. À Joseph Lotte, il précise alors qu’il n’est, d’aucune façon, en relation avec la jeunesse maurrassienne : « Si donc votre collaborateur a voulu insinuer que je marche à la suite de Maurras, il a commis une grossière erreur35. »

  • 36 Jean Variot, Propos de Georges Sorel, op. cit., p. 41.
  • 37 Lettre de Georges Sorel à Joseph Lotte, le 25 février 1914, in Georges Sorel, « Lettres à Joseph L (...)
  • 38 L’Indépendance (comptes-rendus), no 35-36, 1er et 15 août 1912, p. 561.

19Sorel reproche en fait à Variot d’avoir, avec ses amis, écrit « certaines choses destinées aux pipelets du nationalisme36. » Le groupe ici incriminé comprend, outre Variot, Jacques Gouverné, André Fernet et Thogorma. « Variot a tiré de l’Indépendance l’avantage de se poser dans le monde nationaliste37 », écrit-il encore à Joseph Lotte. Homme de culture et de réflexions, Sorel reproche donc à Variot de faire, dans l’Indépendance, du journalisme nationaliste. Par conséquent, il s’en va. Ses premières inquiétudes apparaissent à l’automne 1912 ; six mois plus tard, il quitte définitivement la revue. En outre, s’il se consacre en effet, entre 1908 et 1913, aux questions morales, culturelles et religieuses, il reste, dans son idée, le théoricien du syndicalisme révolutionnaire. Il le dit d’ailleurs dans les pages de l’Indépendance : « mes Réflexions sur la violence constituent le principal document de la littérature syndicaliste38 », écrit-il contre Marc de Préaudau pour qui le syndicalisme révolutionnaire doit surtout à Bakounine. C’est d’ailleurs à l’époque de l’Indépendance que Sorel négocie avec son éditeur, Marcel Rivière, les traductions de son fameux ouvrage.

20Ce départ est enfin lié à l’insuccès de l’entreprise. L’Indépendance, bénéficiant d’une réputation au sein du microcosme intellectuel et littéraire parisien, se vend cependant très peu, n’a que quelques abonnés (49 à sa fondation, 69 en 1912) et constitue un naufrage financier. Compte tenu des noms qui figurent à l’ours de la revue, l’échec peut apparaître comme surprenant. Notre interprétation du phénomène est que l’Indépendance, non seulement peine à trouver sa place dans un champ intellectuel déjà saturé et fortement marqué idéologiquement, mais se trouve aussi en position de concurrence forte avec de nombreuses autres revues d’idées : La NRF et la RCIL dans le domaine du classicisme, la RCIL encore et l’Action française dans celui de l’anti-démocratisme et du nationalisme, et les nombreuses revues catholiques pour ce qui est de la religion. Sans les moyens de s’affirmer dans ces différents champs intellectuels et littéraires, l’Indépendance est contrainte à rejoindre le camp des revues éphémères. Ne survivant que le temps de deux derniers numéros, dirigés par Variot seulement et avec une mouture complètement renouvelée, elle s’éteint en août 1913.

21L’Indépendance montre ainsi qu’il existe, dans la France intellectuelle et parisienne des années 1900 et 1910 un fort tropisme conservateur et nationaliste. Un « dextrisme », pour reprendre l’expression de Thibaudet, qui explique la dérive de Péguy vers le catholicisme et le patriotisme et celle de Sorel à la limite de la Réaction. Entre l’Affaire Dreyfus qui imposa sa dichotomie dans la France intellectuelle de l’époque, jusque dans les arts, et une Guerre dont l’imminence est de plus en plus ressentie par de nombreux intellectuels, il faut choisir son camp : les couples traditionalisme/modernité, démocratie/antidémocratisme, laïcité/religion, militarisme/pacifisme, nationalisme/internationalisme renvoient tous à celui du dreyfusisme et de l’antidreyfusisme.

22Cet univers pris entre deux feux montre également la présence d’une force avec laquelle il faut de plus en plus compter : l’Action française de Charles Maurras acquiert en ces années d’avant-guerre une aura contagieuse rendant difficile toute prise de position analogue mais autonome à son égard. L’Indépendance est porteuse à la fois de cette volonté d’autonomie intellectuelle et de cette contagion : affichant un discours traditionaliste, reposant sur la mise en avant de forces ancestrales au premier rang desquelles se trouve la religion, elle subit, peu à peu, et via une jeunesse nationaliste venue du barrésisme, un maurrassisme de plus en plus affiché, mais un maurassisme inassumé par l’un de ses deux principaux animateurs, Georges Sorel.

Notes

1 Voir Frédéric Gugelot, La Conversion des intellectuels en France. 1885-1935, Paris, C.N.R.S. Editions, 1998 ; Eugen Weber, « Le Renouveau nationaliste en France et le glissement vers la droite. 1905-1914 », in Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome V, avril-juin 1958, p. 114-128.

2 Selon Zeev Sternehll, « l’Indépendance ne parvient pas à se démarquer vraiment de l’hebdomadaire l’Action française » à tel point que « Sorel devient un simple satellite de l’Action française, et, en somme, une créature de Maurras », « inféodé à Maurras » (Zeev Sternhell, Mario Sznajder, Maia Asheri, Naissance de l’idéologie fasciste, Paris, Gallimard (Folio Histoire), 1994, p. 158). Eugen Weber décrit un « Sorel patriote, nationaliste, antisémite, comparant les combats de la France contre les Juifs à la lutte de l’Amérique contre le Péril Jaune, et collaborant plus ou moins avec les Camelots » (Eugen Weber, L’Action française, Paris, Stock, 1964, p. 94). Enfin, dans l’une des dernières biographies consacrées à Sorel, Yves Guchet parle d’une « revue d’inspiration monarchiste » (Yves Guchet, Georges Sorel. 1847-1922. « Serviteur désintéressé du prolétariat », Paris, L’Harmattan, 2001, p. 11).

3 Voir Michel Prat, « Georges Sorel et la décomposition du dreyfusisme », in Michel Leymarie (dir.), La Postérité de l’affaire Dreyfus, Villeneuve-d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 1992, p. 15-30. Simone Fraisse, « L’Antidreyfusisme de gauche entre 1906 et 1910 », in Géraldi Leroy (dir.), Les Écrivains et l’affaire Dreyfus, Paris, P.U.F. (coll. Université d’Orléans), 1983, p. 113-121.

4 Marion Dachry de Flers, Lagardelle et l’équipe du Mouvement socialiste, Paris, Institut d’Études Politiques, thèse de doctorat de troisième cycle sous la direction de Raoul Girardet, 1982.

5 Géraldi Leroy (dir.), « Charles Péguy et Georges Sorel. Correspondance », in Bulletin de l’Amitié Charles Péguy, no 16, Octobre-décembre 1981, p. 250-273.

6 Jean Variot, Propos de Georges Sorel, Paris, Gallimard, 1935, p. 15.

7 Voir Paul Bourget, La Barricade. Chronique de 1910, Paris, Plon-Nourrit, 1910.

8 Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Paris, Librairie des « Pages Libres », 1908, p. 47.

9 Édouard Drumont, Sur le chemin de la vie (souvenirs), Paris, Crès, 1914, p. 247.

10 Fonds Charles Maurras — Archives Nationales, 576AP.

11 « M. Sorel est original. Il faut l’admirer en nous séparant de lui quand il célèbre l’honneur syndical » — Charles Maurras, « La Violence », in L’Action française, 13 août 1908.

12 Georges Valois, « Enquête sur la Monarchie et la Classe ouvrière : Quelques réflexions de M. Georges Sorel », in RCIL, tome I, no 2, 10 mai 1908, p. 145-174.

13 Georges Sorel, « Socialistes antiparlementaires. Un article de M. Georges Sorel », in L’Action française, 22 août 1909

14 Bruno Somalvico, « Georges Sorel et Giuseppe Prezzolini : convergence ou malentendu ? 1908-1911 », in Jacques Julliard (dir.), Shlomo Sand (dir.), Georges Sorel en son temps, Paris, Seuil, 1985, cit. p. 306.

15 « Lettre de Georges Valois à Édouard Berth », le 3 juin 1910, in Cahiers Georges Sorel, no 4, 1986, p. 138.

16 « M. Valois fonde avec eux une revue royale syndicale », écrit Hubert Lagardelle dans le Mouvement socialiste d’octobre 1910 — Marion Dachry de Flers, Lagardelle et l’équipe du Mouvement socialiste, op. cit., cit. p. 267.

17 Georges Navet, « Le Cercle Proudhon (1911-1914). Entre le syndicalisme révolutionnaire et l’Action française », in Mil neuf cent. Revue d’Histoire Intellectuelle, no 10, 1992, p. 46-63 ; Géraud Poumarède, « Le Cercle Proudhon ou l’impossible synthèse », in Mil neuf cent. Revue d’Histoire Intellectuelle, no 12, 1994, p. 51-86.

18 Entre le no 21 (1er janvier 1912) et le no 45/46 (avril/mai 1913).

19 « Ne pourrons-nous trouver un gentil Jean Longnon, ou un autre à cause de l’A.F., honnête et sincère », écrit Variot à son maître Maurice Barrès à propos d’une rubrique nouvelle qu’il souhaite lancer à l’Indépendance — Lettre de Jean Variot à Maurice Barrès, n.d. (vraisemblablement au printemps 1912) — Correspondances Maurice Barrès, Bibliothèque nationale — Lettres de Jean Variot.

20 Lettre de Jean Thogorma, Jean Variot, Jacques Gouverné et Henri Clouard à Charles Maurras, le jeudi 30 janvier 1913 — Archives Charles Maurras — Archives Nationales — AP576/9 — 2e chemise (lettres reçues les 29 et 30 janvier 1913).

21 Hervé Serry, Naissance de l’intellectuel catholique, Paris, La Découverte, 2004, op. cit. p. 387.

22 Lettre de Paul Acker à Charles Maurras, le 17 janvier 1912 (date du tampon) — Archives Charles Maurras, Archives Nationales — AP576/44 : 4ème chemise — lettres de Paul Acker.

23 La correspondance de Benjamin avec Maurras débute en effet au début des années 1920. Cf. Archives Charles Maurras, Archives Nationales — AP576/45 : 3ème chemise — lettres de René Benjamin.

24 Dom Besse, « La Consécration de la famille par la liturgie catholique », in l’Indépendance, no 37/38, 15 octobre 1912, p. 5-28.

25 Jacques Prévotat, Les Catholiques et l’Action française, Histoire d’une condamnation. 1899-1939, Paris, Fayard, 2001, p. 39-42. L’auteur explique, dans un paragraphe consacré à Jean-Martial Besse, le rôle joué par le moine bénédictin dans le noyautage de nombreux milieux catholiques français, parisiens et, surtout, de Province.

26 André Gide, Jacques Copeau, « Correspondance. I. Décembre 1902-Mars 1913 », in Cahiers André Gide, no 12, 1987, Paris, Gallimard, cit., n.1 p. 528.

27 Jean Thogorma, « Le Point de vue classique et ses adversaires », in l’Indépendance (Chroniques du mois — Littérature et Politique), no 45/46, avril/mai 1913, p. 116.

28 Georges Sorel, « Trois problèmes », in l’Indépendance, no 19, 1er décembre 1911, n.2 p. 225.

29 Id., « Aux ordres d’Arthur Meyer », in l’Indépendance (notes et comptes rendus), no 23, 1er février 1912, p. 414.

30 Id., « Quelques prétentions juives (fin) », in l’Indépendance, no 31, 1er juin 1912, p. 336.

31 Pierre Gilbert, Georges Valois, « La Cité Française et l’Indépendance », in R.C.I.L., t. XII, no 69, 25 février 1911.

32 Criton, « Les Jeunes », in Action française (Revue de la Presse), 29 février 1912.

33 Charles Maurras, La Contre-révolution spontanée. La recherche, la discussion, l’émeute. 1899-1939, Paris, H. Lardanchet, 1943, p. 99.

34 « L’Indépendance », in Revue de Métaphysique et de Morale Supplément (revues et périodiques), mai 1912, p. 20.

35 Lettre de Georges Sorel à Joseph Lotte, le 8 janvier 1913, in Georges Sorel, « Lettres à Joseph Lotte » (présentées par Pierre Andreu), in Feuillets de l’Amitié Charles Péguy, no 33, mai 1953, p. 11.

36 Jean Variot, Propos de Georges Sorel, op. cit., p. 41.

37 Lettre de Georges Sorel à Joseph Lotte, le 25 février 1914, in Georges Sorel, « Lettres à Joseph Lotte » (présentées par Pierre Andreu), in Feuillets de l’Amitié Charles Péguy, no 34, juillet 1953, p. 12.

38 L’Indépendance (comptes-rendus), no 35-36, 1er et 15 août 1912, p. 561.

Auteur

Diplômé de Sciences-Po Paris, Thomas Roman est l'auteur d'une étude consacrée à la Revue Critique des Idées et des Livres ainsi que d'un mémoire de D.E.A. (I.E.P. de Paris) intitulé « L'Indépendance. Anatomie d'une revue traditionaliste de la Belle époque (1911-1913) ». Il a par ailleurs consacré plusieurs études à l'Indépendance (Revue Française d'Histoire des Idées Politiques, Mil Neuf Cent. Revue d'histoire intellectuelle) et participé à l'édition critique de correspondances adressées à Charles Maurras (Agnès Callu et Patricia Gillet (dir.), Lettres à Charles Maurras. Amitiés politiques, lettres autographes. 1898-1952, Villeneuve-d'Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2008). Ancien chercheur associé de la Bibliothèque nationale de France, il est actuellement directeur de programmes d'études pour étudiants américains à Paris, critique littéraire et rédacteur en chef du site Parutions.com.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540