Version classiqueVersion mobile

Bollywood

 | 
Camille Deprez

Avant-propos

Kristian Feigelson

Texte intégral

1L’Inde nous apparaît comme un grand mélodrame exotique et baroque. Avec brio, Camille Deprez déconstruit cette mise en scène. Son ouvrage rend enfin explicites les perspectives actuelles du cinéma indien, plus particulièrement celle de Bollywood face à la mondialisation.

2Camille Deprez nous aide à réajuster ici nos propres regards sur ce cinéma populaire indien : le redéploiement de la filière dans un contexte de mondialisation, son renouveau face à l’émergence d’une diaspora indienne puissante dans le monde, les enjeux de l’audiovisuel indien face aux groupes multimédias… Il s’agit bien là d’une réflexion en profondeur sur la culture visuelle de l’Inde avec tout ce que cela implique d’expériences de terrain et de connaissance intime de la société indienne. Nous avions par ailleurs mené ensemble dans le cadre de sa thèse différentes enquêtes de terrain en 2001-2003, tant dans le nord que dans le sud de l’Inde. Dotée d’une production prolifique, ancrée dans une histoire séculaire de l’image, l’Inde a déployé une industrie cinématographique nationale, bien que répartie sur plusieurs pôles régionaux. Camille Deprez s’est attachée ici à décrypter ce phénomène plus spécifique de Bollywood, un pôle multiculturel en Inde, qui fabrique depuis des décennies un cinéma à la fois auteuriste et populaire, musical et dansant, cosmopolite et hybride.

3Introduit en 1897 par un opérateur des Frères Lumière à Bombay, le cinéma suscite très tôt un vif intérêt dans l’Inde coloniale. Sa construction nationale anticipa quasiment les phénomènes récents de la globalisation, puisque le cinéma indien s’efforça d’exister dans un univers contraint, tant par le colonisateur britannique que par la progression d’Hollywood. Au carrefour déjà de différentes influences, le premier film de Dadasaheb Phalke (de facture indienne) fut néanmoins produit à Bombay en 1913. Bollywood est donc de fait héritier de paradoxes et d’emprunts les plus divers. Comme si, fruit d’une histoire chaotique, il restait en soi une contradiction sémantique combinant en permanence des facteurs à la fois nationaux et transnationaux. Devenu un cinéma essentiellement populaire, largement soumis à des impératifs commerciaux, il intègre aujourd’hui une grande partie des industries culturelles, en amont comme en aval. Bollywood suit à sa manière les grandes tendances du cinéma-monde. Ce pôle est dispersé entre 10 000 sociétés de production, marquant la fin de l’ère des grands studios. Bollywood est devenu l’une des plus grandes industries du film en Asie, employant au nord de Bombay près de 150 000 personnes, qui dans des contextes de savoir-faire artisanaux, participent à l’élaboration de longs-métrages aussi compétitifs que stéréotypés.

4L’analyse de Bollywood proposée ici montre que la mondialisation n’est pas synonyme d’américanisation. À l’instar de V. S. Naipaul, qui dans son roman L’Inde en 1992 transposait une perception plutôt intimiste de la mondialisation, Bollywood irrigue depuis Bombay une petite partie du cinéma-monde. Cette production filmique peu significative de l’ensemble des flux cinématographiques dans le monde, circule pourtant bien au-delà d’une seule diaspora indienne. Et comme le montre en profondeur Camille Deprez, Bollywood occupe une place nouvelle aujourd’hui dans l’industrie du cinéma-monde. À l’extérieur, Bollywood reste en grande partie associé à l’ensemble du cinéma indien. À l’intérieur, dans ce contexte de globalisation accélérée, Bollywood incarne paradoxalement une certaine forme de renouveau du « nationalisme indien » et de repli sur soi. Marquée par un contexte colonial, cette industrie clivée entre le colonisateur britannique et l’envahisseur américain, fut confrontée dès les années 1930 à la concurrence hollywoodienne, pour peu à peu élaborer au cinéma son propre imaginaire indien. Aussi pour des millions de spectateurs, Bollywood est devenu au fil du temps le fer de lance d’une unification culturelle, ciment des valeurs familiales traditionnelles et d’une identité nationale modernisée. Le réveil indien de ces deux dernières décennies décrit par Camille Deprez se retrouve dans cette modernité à l’ancienne, que révèle aujourd’hui Bollywood. Deux films récents incarnent en miroir inversé ces relations complexes entre cinéma et mondialisation analysées dans cet ouvrage. L’Inde devient du coup plus accessible pour le public occidental, mais aussi plus énigmatique pour le public indien. D’une part Devdas (2002), superproduction bollywoodienne de Sanjay Leela Bhansali, à la fois somptueuse et légendaire, maintes fois adaptée à l’écran, témoigne de tous les mythes répétés d’une histoire indienne destinée maintenant à l’exportation. Ce conte mélodramatique, au budget record, autour de l’ex-miss Monde Aishwarya Rai, fait l’ouverture du festival de Cannes en 2002, après le précédent succès de Lagaan (2001) d’Ashutosh Gowariker, nominé aux Oscars de 2002. D’autre part Slumdog millionaire (2009) du britannique Danny Boyle, tourné dans les bidonvilles de Dharavi, remporte les Oscars à Hollywood pour conquérir aussi de vastes publics. L’Indien Devdas traite du thème universel de l’amour qui vire au drame humain et met en lumière les inégalités sociales. Adulé, le film véhicule en Occident une Inde enchantée, aux décors fastes et grandioses. L’occidental Slumdog millionaire traite de l’enfance maltraitée des bidonvilles indiens qui devient millionnaire grâce à la télévision, sur fond de corruption de la plus grande démocratie du monde. Controversé en Inde à sa sortie, générant multiples débats, ce film redonne aux indiens l’opportunité de réévaluer leur modernité. Dans les deux cas, la musique double le conte et magnifie la mise en scène pour réinterpréter l’Inde sur la scène mondiale. L’émergence de ces régimes visuels a contribué à façonner durablement le nouveau visage de l’Inde.

5Grâce à ce livre, il s’agit de comprendre l’évolution de ce système cinématographique depuis 1991, période clé de la dérégulation au cours de laquelleBollywood seconfronte aux enjeux récents de la mondialisation. Bombay (Mumbai) s’est peu à peu singularisé dans un contexte d’internationalisation accentué du cinéma. De nouvelles questions se posent. Comment continuer à fabriquer du local dans un contexte de globalisation ? Comment un cinéma populaire est amené à innover pour s’adapter, générant des formes esthétiques parfois inédites pour concurrencer le cinéma hollywoodien comme d’autres. Bollywood : cinéma et mondialisation permet de comprendre toutes ces interactions dans une approche interculturelle. À partir de l’ancrage indien, mais tout en s’inspirant d’autres modèles, Bollywood propage son influence vers d’autres régions du globe, sans toutefois perdre son identité ou être submergée par de nouveaux modèles hégémoniques. Grâce au cinéma, l’Inde mobilise en permanence des ressources nécessaires pour marquer à la fois sa singularité et sa créativité. Le regard original de Camille Deprez réévalue au prisme de la mondialisation un cinéma devenu aussi local que global, pour nous offrir les clés de compréhension d’un système à la fois complexe et méconnu.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search