Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quel film voir ?

 | 
Claude Forest

Conclusion

Texte intégral

  • 1 HALBWACHS Maurice, La classe ouvrière et les niveaux de vie, Paris, Gordon et Breach, 1970 (1912), (...)

1Alors que la décision d’achat se trouve disposée centralement dans le paradigme de l’analyse économique, les sociologues ont pu moins s’intéresser aux dépenses des individus qu’aux effets provoqués par l’acquisition des biens, moins aux biens eux-mêmes qu’à leurs usages. Après avoir été regroupés en ménages puis en classes, de nombreuses études ont été menées sur les agents et leur comportement économique. Par exemple, s’intéressant aux familles, y compris les plus pauvres, il a depuis longtemps été noté que certaines décisions n’étaient pas prises isolément par le père ou la mère séparément, mais pouvaient faire l’objet de discussions entre adultes (logement, etc.) ou entre tous les membres (certaines nourritures, habillement), et qu’en ce cas la famille devait être considérée comme un tout1. S’opposant à l’égoïsme rationaliste, le comportement « altruiste » du chef de famille a également maintes fois été relevé, ce dernier pouvant choisir de dépenser sa paie dans ses intérêts ou plaisirs personnels (jeux, boissons, loisirs), comme en faire bénéficier le reste de sa famille, tous les états intermédiaires pouvant d’ailleurs coexister chez le même individu, selon les postes de dépenses. Il peut certes en retirer des avantages symboliques (reconnaissance de son pouvoir voire de son prestige, prééminence de sa place à table ou en société) mais en tant que consommateur il ne peut dès lors pas être pris comme étant isolé au sein d’un milieu peuplé d’étrangers indifférents ou hostiles. Dans toute société, il s’agit bien d’un individu dont le niveau et le mode d’existence influe sur la pérennité du groupe qu’il constitue, ce dernier l’influençant en retour ; un changement de milieu, ou de partenaire, peut modifier son comportement et la nature de ses dépenses dans un mouvement d’adaptation et d’imitation réciproque. Ce dernier pourra se voir camouflé derrière un discours rationalisateur, une sémantique adaptée à son milieu et son époque, par exemple d’altruisme (pour faire plaisir à l’autre) ou du « devoir ».

  • 2 L’industrie cinématographique sut montrer sa reconnaissance, puisque Strongheart, Lassie et Rintint (...)
  • 3 Société Central Canine, Statistiques 2007, www.scc.asso.fr. Sur plus de 300 races enregistrées, ils (...)

2La proximité géographique de foyers aux conditions de vie similaires peut pareillement créer des modifications dans les dépenses, dans le type ou la variété des biens demandés. La naissance des « envies » et le processus d’imitation des modèles peut s’effectuer de proche en proche au sein du même milieu, mais naît souvent d’un ailleurs, extérieur considéré comme enviable, devenant modèle, donc désirable. Prenant sa source dans notre fonctionnement biologique, dans la quasi-totalité des cas le processus est inconscient et involontaire, échappant aux sujets, émetteurs comme récepteurs, imités ou imitateurs. N’importe quel événement, tel le succès d’un chanteur, d’un film ou de séries télévisées provoque des engouements pour l’un de ses éléments le composant : il en alla ainsi de la vente de chiens bergers allemands après 1960 en France après le succès de Rintintin, qui succédait au succès de Strongheart2 autre berger allemand de l’entre deux guerre, et Lassie (collie dont on fit pas moins de sept films et 600 épisodes TV depuis 1943) puis cinq ans plus tard de la vente de chiens des Pyrénées après Belle et Sébastien diffusé sur la chaîne de l’ORTF. Si la taille de ce dernier a empêché sa large adoption dans les milieux urbains, l’engouement pour le premier, inconnu en France avant la Première Guerre mondiale, s’est inscrit dans la durée avec des effectifs le plaçant encore à la deuxième des races enregistrées un demi siècle plus tard3.

  • 4 Le Crrav (Centre régional de ressources A.V.) investit 300.000 euros dans la coproduction et en réc (...)
  • 5 La Tribune, lundi 7 avril 2008.

3Ainsi, tout succès, qui n’est autre que la mesure d’une demande et d’une appropriation en grand nombre, s’explique quantitativement par le phénomène de contagion mimétique, mais il génère à son tour des effets du même ordre, et cela à des niveaux et sur des objets fort peu prévisibles. En 2008, le niveau de demande historique en France pour Bienvenue chez les Ch’tis provoquera ainsi un retour sur investissement totalement inespéré pour la région Nord-Pas de Calais4 par une croissance de 30 % du tourisme dans les semaines qui suivirent, les tours opérateurs en particulier ne désemplissant pas pour faire visiter la ville de Bergues, les produits régionaux s’arrachant partout5, jusqu’aux ruptures de stock des fromagers dans de nombreuses grandes villes qui ne purent répondre à la demande de maroilles. Ne s’agissant évidemment pas d’une curiosité immanente ou un soudain éveil culturel tombé du ciel, plus nombreux à aller voir ce film qu’à aller voter aux élections municipales de la même période, les Français souhaitèrent spontanément, massivement et inconsciemment voir ou posséder les attributs de ceux qui leur avaient procuré du plaisir. Pas plus que la coupe de cheveux des Beatles ou d’Amélie Poulain, pas plus que la robe de la diva ou le tee-shirt de la star, l’objet lui-même n’a d’importance ni de valeur intrinsèque, mais il est signifiant en ce que le spectateur lui incorpore la valeur ou les attributs de celui qui l’endosse. Il sera désiré uniquement parce qu’il est déjà possédé par cet Autre à qui l’on prête la capacité de jouir certes de capacités, compétences, valeurs admirées (dans le film cité, sûrement la solidarité, la fraternité, la simplicité, la gentillesse, le refus d’un monde strictement fondé sur les rapports hiérarchiques ou commerciaux, etc.), mais surtout parce que cet Autre, toujours, nous semble jouir, lui, de ce à quoi nous aspirons le plus : l’auto réalisation, l’autonomie, la libre détermination. La sortie de l’enfer mimétique.

4Ces modèles semblent, eux, ne pas avoir besoin de modèle ? Imitons-les, faisons comme eux, approprions-nous leurs attributs et il en ira de même pour nous.

5Si les phénomènes d’imitation des comportements humains, de propagation ou de contagion ont été soulignés depuis longtemps, leurs excès jusqu’aux effets de foules craints et décriés au siècle dernier semblent s’estomper des préoccupations contemporaines, alors même qu’ils demeurent agissants (mouvements boursiers, effets de « bulles » spéculatives à répétition, génocides).

  • 6 BOZON Michel, Vie quotidienne et rapports sociaux dans une petite ville de province, Lyon, Presses (...)
  • 7 GODBOUT Jacques T., Ce qui circule entre nous, op. cit.

6Au-delà de formes officielles de rassemblements (groupes de rencontres, associations, etc.) qui possèdent une visée bien définie (l’activité sportive, culturelle, humanitaire, perdurent de nombreuses occasions, formelles ou non, de regrouper des gens qui se ressemblent. Dans ces réunions régulières, prétextes à se retrouver, à communier, (des amis d’enfance aux fêtes du village en passant par les dîners de rue ou de quartier qui se multiplient), l’idéal festif qui s’y manifeste est bien à chaque fois égalitaire (on oublie les différences de métier, de revenu, d’age) et matérialiste (on mange et boit bien, sans formalisme), tentant de réaliser temporairement une vie épanouie dans une bonne socialité, dans un temps et un espace où tout le monde fait pareil, et donc où, grand soulagement générateur de bien-être, chacun se voit dispensé de devoir rechercher et suivre un modèle. Évidemment, plus la ville grandit, plus le monde s’ouvre, moins ces rapports sont aisés, d’où le repli sur le local ; quartier, rue, immeuble, activité. Mais il n’est point besoin de connaître beaucoup de gens pour se sentir « intégré » : la constitution d’un réseau de connaissances, par utilité ou affinité, le repérage de quelques personnes phares (celle qui est « bien avec les élus », celle qui connaît des astuces pour bricoler, l’enseignant, le notable) peuvent suffire6. Ces dernières pourront d’ailleurs – volontairement quelquefois, mais inconsciemment surtout, – jouer un rôle de « leader d’opinion » dans tel ou tel domaine : la vie culturelle, la mode vestimentaire, le style décoratif de la maison, etc. Des modèles à suivre, à imiter, là encore volontairement quelquefois, inconsciemment la plupart du temps. Et au fond ce n’est pas important, car, fondamentalement, l’être humain recherche nettement moins des biens que des liens et le renforcement de ces derniers passe très souvent par l’échange, le don, l’imitation ou la fuite de la dissonance, dans un geste qui échappe largement au secteur marchand et à l’économie. Les plus grands plaisirs peuvent résider dans l’acte de donner, puis de recevoir, de rendre à nouveau, de faire circuler de l’indicible qui peut toutefois s’inscrire matériellement, mais qui passe, toujours, par l’autre7.

  • 8 VEYNE Paul, Le pain et le cirque, sociologie historique d’un pluralisme politique, Paris, Seuil, 19 (...)
  • 9 MARTEL Frédéric, De la culture en Amérique, Paris, Gallimard, 2006.

7Dans cette circulation des biens, l’insertion sociale des dominants diffère par des détails liés à leur fortune ou position sociale, non par le mécanisme mis en œuvre. À Rome les opulents finançaient les thermes comme les jeux du cirque pour le reste de la population8 ; auparavant, et au-delà du clientélisme, l’évergétisme développé par les Grecs apparaît bien comme l’ancêtre du mécénat et a joué un rôle considérable pour asseoir cette obligation, sociale, puis morale, de se montrer généreux en donnant, en redistribuant plus que nécessaire. Que cela soit ultérieurement devenu obligatoire pour briguer des charges de magistrature, puis ait été repris par les rois, puis l’État moderne, n’a pas fait disparaître cette contrainte sociale qui s’élève avec les strates patrimoniales. Les fondations financées par de riches mécènes qui permettent à la vie culturelle étatsunienne de s’épanouir sans intervention de l’État illustrent parfaitement qu’aux États-Unis aussi, la culture obéit à de strictes logiques sociales et n’est pas qu’une marchandise. Relevant massivement d’une multitude d’agents (Universités, communautés, philanthropes) la richesse de la vie culturelle s’y est développée grâce à ces agents disposant de larges moyens financiers, et qui l’utilisent ici à des fins non financières et non commerciales9. De tous temps la richesse individuelle ou de groupe a entraîné des obligations de dépenses. Quelle liberté, quelle rationalité dans la multiplication des cérémonies, des dîners d’apparat, mais également des contributions d’entraide ou charitables dont on peut se gausser de ce côté-ci de l’Atlantique, mais qui n’en forment pas moins une offre culturelle riche et variée ?

 

  • 10 CHATEAUBRIAND, Mémoires d’outre-tombe, t. V, App.

8Du côté de la demande, la concentration par imitation s’observe partout. Chaque année en France une vingtaine de films attirent plus de quatre spectateurs sur dix, la moitié voyant 5 à 6 % des films sortis dans l’année, tandis que la moitié des titres en queue du box-office ne cumule que moins de 1 % des entrées annuelles. En déduire que la moitié des œuvres possède 99 % de moins de qualité ou d’accessibilité que celles les plus demandées n’est soutenu par personne. Pourtant, au-delà du strict constat maintes fois renouvelé que la moitié des efforts, la moitié des moyens humains, techniques, et une grande part des investissements financiers, n’intéresseront structurellement que 1 % des spectateurs, le phénomène a suscité peu d’interrogation alors que les théories économiques dominantes se voient ainsi contredites par une simple observation du réel. D’autant que ce phénomène de concentration constitue une règle générale et n’est absolument pas une exception dans les activités humaines, et si la culture n’y déroge pas, bien au contraire, la notion de justice, ou plutôt d’équité entre les œuvres, devient assez peu pertinente en la demeure. « L’égalité, notre passion naturelle, est magnifique dans les grands cœurs, mais, pour les âmes étroites, c’est tout simplement de l’envie »10. Au contraire des arguments souvent avancés par certains dominés, ni les composants de l’offre (cinéma « facile » vs « de qualité »), ni ses modes de commercialisation (les petits vs les gros) n’explicitent cette concentration de la demande, qui n’a ainsi à voir qu’avec elle-même, renvoyant au comportement et à la responsabilité de chacun, selon une analyse nettement moins acceptable et aisée que la nomination d’un bouc émissaire extérieur, du côté de l’offre, qui serait responsable de tous les maux.

9Les tailles et part de marché de quelques entreprises – voire individus – pèsent sur toute offre, et donc sur la demande et peut ainsi l’orienter partiellement (ne serait-ce d’ailleurs que par l’acte même de produire (id. commercialiser) tel produit), mais pas l’expliquer, ni expliciter pourquoi ce sont ces entreprises qui ont acquis ces positions dominantes. Par essence, avant qu’il ne soit créé et mis sur le marché, il n’existe aucune demande pour aucun bien comme pour aucun film : aucune demande ne préexiste ex-nihilo pour tel ou tel film, telle ou telle œuvre. Le marketing, le diagnostic stratégique, la claire identification des métiers de l’entreprise, les capacités managériales et organisationnelles, ainsi que toutes les techniques et savoir-faire des entreprises sont, parmi d’autres, autant d’atouts indéniables et indispensables pour leur survie ou leur croissance. Ces moyens de tous ordres dont elles sont, ou non, titulaires, créent d’indiscutables écarts de compétitivité entre entreprises, explicitant des facteurs clefs de réussite qui faciliteront les création, production puis commercialisation de tel bien ou service. Sur des marchés oligopolistiques comme le sont la totalité des marchés culturels, la probabilité d’accéder au podium est plus faible – mais pas impossible – si l’on n’est pas distribué par une Major. C’est d’ailleurs la présence successive ou simultanée de plusieurs succès importants ou « extrêmes » produits ou diffusés par l’entreprise qui permettront à celle-ci d’acquérir, puis de maintenir – ou non – une taille dominante ou compétitive. Mais au sein de chacune d’entre elles, tous les biens proposés ne rencontrent point une équiprobabilité de succès : la même courbe d’inégalité et de concentration aux extrêmes s’y observe. Ce n’est donc pas parce qu’un bien sera distribué par une firme dominant le marché (et qui possèdera donc un savoir faire, une puissance financière et commerciale, qu’elle mettra au service de ce bien) que son succès sera assuré, mais l’inverse : c’est l’acquisition progressive, puis la présence cumulée dans son catalogue d’auteurs qui rencontrent le succès qui fonde la puissance de la firme. Plus celle-ci sera importante, plus elle pourra produire ou distribuer un grand nombre de titres, et donc, et plus la probabilité de trouver l’un de ces titres en tête du B-O sera forte, mais ce n’est pas elle, intrinsèquement, qui forme la cause génératrice du succès : elle n’en n’est que l’agent, l’interface, l’intermédiaire.

10Pour expliciter la concentration des demandes solvables, y compris dans le domaine culturel point n’est donc besoin de faire appel aux forces obscures du Marché (pouvoir économique, libéralisme, etc.) soutenu par son bras armé le Marketing, censé exonérer les errements des consommateurs car apte à leur faire ingurgiter (quasiment) n’importe quoi, Méchants modernes qui ont aisément supplanté aujourd’hui le pouvoir d’hier, politique via ses armées et polices contrôlant ses outils de propagande médiatiques : presse, radio, télévision. Point n’est besoin non plus de conspirateur, ni de Grand Ordonnancier, pour influer sur les décisions si ressemblantes de tous les consommateurs ; à l’origine nul art de gouverner ou de convaincre, pas plus que celui de vendre ses marchandises, mais pur opportunisme de la part d’agents promptement aptes à analyser les frémissements de la demande sur les marchés pour y placer leurs produits, même si les conséquences peuvent n’en n’être pas moins absurdes, aveugles ou dramatiques.

11Quels que soient les moteurs de différenciation liés à la recherche de distinction sociale, c’est entre gens socialement proches que surgissent des propos transpirants une fascination qui peut rapidement devenir haineuse. N’est-il point de querelles plus durables que celles de voisinages, entre gens très semblables, querelles se perpétuant parfois sur des décennies voire des générations, tout le monde ayant oublié le fait générateur, mais qui se trouve sans cesse réactivé par cette proximité ? Ce sont effectivement les conditions d’égalité suffisante entre humains qui assurent le développement des rivalités mimétiques. L’absence de distance sociale favorisant d’autant l’imitation réciproque des gens égaux, cette imitation comme le désir peuvent assurément se moduler différemment selon les niveaux sociaux, mais ils se retrouvent partout, à tous les niveaux, et face au modèle à imiter qui fait en même temps obstacle, la frustration ressentie est universelle.

  • 11 GIRARD René, La route antique des hommes pervers, op. cit., p. 95.

12Toute petite différence, toute particularité, devient donc, en soi, par le simple fait qu’elle ait été perçue, enviable. Le nouvel objet qui s’est manifesté peut ainsi se voir grandi, magnifié, voire adulé, d’abord par ceux qui se trouvent socialement ou géographiquement proches du modèle. Il est fort probable que l’élite sociale puisse en premier s’en saisir, puis, corroborant en cela les thèses de Bourdieu, cette distinction suscitant l’envie, l’ensemble de la population suit. Mais elle ne fait en cela qu’imiter les premiers imitateurs. Le bien rare d’hier, inconnu avant-hier, pourrait donc susciter une demande progressive et modérée, remplissant ses fonctions pratique et symbolique, mais sans plus. Or il n’en n’est rien. Pour ceux qui ont « pénétré le marché », c’est-à-dire qui ont suscité suffisamment de convoitise pour se répandre ensuite de proche en proche dans l’ensemble du corps social via le mimétisme, ils vont devenir envahissants, tout submerger, supplantant les anciennes formes, devenues pire qu’obsolètes : arriérées, passéistes, impropres à la consommation. Selon Girard, cette absence de modération, « cette conjonction perpétuelle du manque et de l’excès caractérisent l’univers livré au mimétisme »11. Tout désir tend à se répandre et se diffuse par capillarité, du fait de sa propre existence, en faisant tache d’huile, sans acte volontaire de sa part. Et au contraire, il n’existe de meilleur pôle attractif qu’une indifférence affichée : le mimétisme se fixera d’autant mieux que son objet semblera de peu d’importance, évident, insuffisant voire dépassé par son titulaire. Sincèrement, la Belle ne comprend pas l’intérêt qu’autrui peut porter à ses traits (qu’après l’avoir constaté elle en joue est un autre aspect), pas plus que l’artiste talentueux ne pourra évaluer correctement ex-ante l’attirance qu’il suscitera (qu’il en ait quelquefois envie incarne également une autre problématique), tout porté qu’il est déjà à rechercher autre chose pour lui-même. Les jeux de miroir multiplient les renvois des désirs des autres, mais plus les imitations se succèdent, plus l’environnement, les consommations, se font illusoires et, au fond, décevants.

  • 12 WEBER Max, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Plon, 1964 (1905), p. 73.

13Quel que soit l’angle d’analyse choisi – nécessité d’un style de vie, imposition d’une légitimité culturelle ou consommation ostentatoire – le modèle mimétique opère. Même l’ascétisme protestant qui estime que le loisir ne rapporte plus rien une fois reconstituée la force de travail pointe bien « combien est irrationnelle cette conduite où l’homme existe en fonction de son entreprise et non l’inverse »12 car l’unique motivation se voit intrinsèquement constituée par le travail lui-même, par la conduite des affaires, par cette activité sans trêve, qui, dans une optique théologique, peut donner satisfaction en ayant le sentiment d’avoir rempli sa vocation. Donc d’avoir imité un modèle, certes inspiré d’une vision religieuse, mais peu importe.

  • 13 GODBOUT Jacques T., L’esprit du don, Paris, La découverte, 2000.

14La perversion intervient en ce que si nous croyons vivre en une société où ce qui s’offre (pas simplement le « gratuit », mais aussi l’évident, le don) n’a ni valeur (monétaire ou affective), ni intérêt, nous contribuons activement à la fabrication d’un tel monde, créant une funeste prophétie auto réalisatrice. La production exponentiellement croissante de quantités de biens et services au fond indésirables, transforme des régions géographiques et les liens sociaux en déserts au sein desquels les êtres humains s’expulsent mutuellement. Chacun y contribue activement, personne ne s’en rend compte, chacun voyant « tout le monde » faire pareil autour de lui : dès lors, pourquoi ne pas les imiter ? La mise en œuvre de nouvelles formes organisationnelles du travail, fondées sur la « responsabilisation » individuelle, et donc sur la disparition des normes, références, jeux de miroirs avec autrui, des liens et formes de soutien collectives, détruit certains individus isolés, peut en pousser certains aux pires extrémités, les fragilise tous en supprimant les références à un Autre facilement repérable, identifiable, enviable ou pour lequel se dévouer. Mais inversement, sur le lit des anciennes solidarités, ailleurs, en d’autres lieux ou circonstances, il peut toujours apparaître des ruses, des dons à des étrangers qui le demeureront absolument (lors de catastrophes naturelles ou sanitaires ou plus couramment, don du sang) phénomènes bien étranges concomitamment apparus et s’étant développés avec la croissance du marché13.

  • 14 THUREAU-DANGIN Philippe, La concurrence et la mort, Paris, Syros, 1995, p. 183.
  • 15 ANDREANI Tony, Un être de raison, Paris, Syllepse, 2000.

15La croissance des inégalités, tant dans les revenus que dans les dépenses, et en leur sein entre les différents produits mis sur le marché, la concentration de la demande sur quelques biens ou catégories de biens va de pair avec l’individualisme contemporain, car ce dernier est en réalité la condition nécessaire à son paroxysme. Faisant exploser la quantité apparente des offres censées devenir synonymes de diversité, de variété, et s’adresser à autant de consommateurs promus électrons libres, indépendants et autodéterminés, le discours de la demande semble comblé et pourtant sa pratique s’avère plus que jamais insatisfaite et surtout plus que jamais convergente vers un faible nombre de biens, produisant en retour un discours infini sur ce qu’il en serait d’un formatage, culturel ou autre, inversant ainsi tout simplement l’effet apparent et la cause qui l’a généré. C’est parce que l’individu est hétéronome que ses consommations imitent celles de son voisin et lui ressemblent, cette ressemblance s’apaisant mais croissant de fait avec le discours de la vente qui le promeut autonome et singulier. L’idéologie de la concurrence et de la compétition n’a d’autre rôle que d’abandonner l’individu dans sa course face aux autres, donc avec lui-même, objectivant son comportement, son statut de concurrent délaissant tous les sentiments devenus condamnables : à la rivalité qui supposait des affects (amitié, amour, haine), s’est substituée la concurrence, plus abstraite, (qui) interdit les affects autres que narcissiques14. L’homo oeconomicus n’est que la caution anthropologique d’un économisme dominant qui a pris aujourd’hui les traits du libéralisme15.

  • 16 DUMOUCHEL Paul, « L’ambivalence de la rareté », in op. cit., p. 137 sq.
  • 17 GIRARD René, Je vois Satan…, op. cit., p. 289.

16La rareté qui se multiplie avec la croissance des biens offerts dans une généralisation de l’identique se révèle toujours une institution créée socialement16 ; dans les sociétés primitives de sous-production, l’abondance régnait pour tous les membres qui vivaient « pauvrement » matériellement selon nos critères actuels, mais tous de manière quasi-équitable, et surtout sans misère en son sein : la demande, socialement déterminée et limitée, était fermement refrénée au risque de voir la communauté exploser sous l’emprise d’une envie réciproque de ses membres. Toutes les lois religieuses mises en place par les hommes depuis la nuit des temps sur toute la planète insistent fondamentalement sur cette interdiction de convoiter (les biens d’)autrui afin de canaliser une mimésis aveuglant toujours ses membres lorsqu’elle se développe, mais risquant dès lors de la mener au chaos. Que la quasi-totalité d’entre elles ait également eu besoin de recourir à un bouc émissaire, montre assurément que les interdictions ne suffisaient pas, et qu’en cas de montée paroxysmique, pour préserver l’unité du groupe, un animal, un être humain ou un sous-groupe devait être sacrifié pour reconstituer contre lui l’unanimité du groupe existant, sujet sacrifié systématiquement accusé de tous les maux dont ses accusateurs sont incapables de trouver la source réelle, car elle ne se trouve en fait nulle part ailleurs qu’en leur sein. De fait, les emballements mimétiques sont par définition unanimes, et « chaque fois qu’il s’en produit un, il persuade tous les témoins sans exception. Il fait de tous les membres de la communauté des faux témoins inébranlables car incapables de percevoir la vérité »17. Une autre manière, provisoire, d’y répondre, a été de multiplier les biens offerts plus rapidement que la mimésis elle-même, chacun étant dès lors condamné à courir sans cesse plus vite après une satisfaction qui s’éloigne de par son statut même.

  • 18 DUMOUCHEL Paul, op. cit., p. 198.

17Dans tous les secteurs, notre sur-production contemporaine l’est également d’une demande plus que jamais frustrée, qui va de pair avec une croissance des inégalités, comme d’une misère bien réelle, la plus grande d’entre elle n’étant plus matérielle mais relationnelle, celle de la dilution des liens avec les autres ; l’abandon, la solitude, l’estompement progressif de la solidarité au profit d’un devoir d’assistance dans un océan d’abondance de biens et de services. L’ensemble se tient, car l’ordre économique, qui a fabriqué ce type de misère ignoré sous cette forme et cette amplitude par les sociétés primitives, s’est fondé sur la croyance en une rareté, mais celle-ci ne peut jamais être mesurée concrètement. « L’institution sociale de la rareté est l’institution sociale de la misère »18 ; la rareté étant éternellement reconduite par l’écart grandissant qui se crée entre elle-même et un niveau de production, lui-même croissant mais qui la fonde en retour : s’il n’existe aucune quantité matérielle chiffrable, mesurable à cette rareté, l’écart ne peut que se perpétuer et grandir avec la production elle-même.

18C’est une large fraction des plus riches – individus comme sociétés – qui se sont convaincus de la rareté des ressources et qui ont parallèlement œuvré pour abandonner les obligations de solidarité qui unissaient la communauté. Celle-ci, soudée, de taille restreinte, limitait les mécanismes d’imitation et par-delà les demandes exprimables pour ne pas risquer la violence en son sein et garantir sa pérennité et sa survie. Son éclatement, en favorisant la « libre-expression » de chacun de ses membres, l’a surtout renvoyé à lui-même, la suppression de nombreuses barrières et interdits accroissant également la probabilité d’expression d’un mimétisme non contenu. Chacun de ses membres faisant de même, outre que la disparition des points de référence, des modèles, incontestés car incontestables de par l’ordre établi (religieux, divin, royal) a suscité de nombreuses pathologies (suicides, dépressions, addictions) pour des individus désorientés, elle a surtout accéléré la recherche pour chacun de la voie de son propre désir, le conduisant à être de plus en plus victime de la fascination mimétique et dépendre de facto de la conduite des autres, pour s’en démarquer apparemment, pour y ressembler de plus en plus dans les faits.

19Depuis longtemps, de manière péjorative en l’appliquant à autrui, ou pour s’en dédouaner soi-même, des métaphores animales ont été appliquées au comportement humain, tel le mouton pour évoquer son instinct grégaire ou le loup pour le comportement en bande. Il convient de remarquer que dans tous les cas, sans rien expliquer vraiment, évoquant la bêtise, la soumission à la force ou à l’autorité, la présence d’un chef (le berger, le vieux mâle dominant) tend à dévaloriser mais également à exonérer les autres membres du groupe. De Nuremberg à Arusha en passant par tous les codes pénaux occidentaux, d’un point de vue judiciaire, les guides officiels, les leaders, les modèles se sont ainsi toujours vus punir le plus sévèrement, tandis que la foule qui a « simplement » exécuté a été absoute : ce n’était « pas vraiment » sa faute, elle ne possédait « plus vraiment » son libre arbitre, la contrainte – réelle ou sa simple crainte – expliciterait et dédouanerait les comportements, fussent-ils les plus horribles. Pourtant, au terme du survol de quelques disciplines peu souvent convoquées dans le champ économique, pour expliciter le comportement des génocidaires comme des consommateurs, des spectateurs de films ou de concerts, les apports de l’éthologie, de l’anthropologie et des neurosciences nous porteraient plutôt à esquisser en conclusion une comparaison avec un autre animal : le poisson.

  • 19 ARON Serge, PASSERA Luc, Les sociétés animales : évolution de la coopération et organisation social (...)

20La moitié des espèces de poissons se réunit au moins une fois en bancs, nageant de manière plus ou moins durable au sein de cette structure collective commune, à une distance déterminée les uns par rapport aux autres, mais en étroite cohésion. Leurs formation et fonctionnement n’obéissent à aucune hiérarchie, il n’existe pas de « chef » poisson, leurs « meneurs » n’étant jamais permanents, les individus placés latéralement devenant immédiatement les pilotes en cas de changement de direction, les anciens conducteurs redevenant simples latéraux, les modifications étant permanentes. Aucun n’est contraint de rester, mais pourtant tous le font, trouvant certes des avantages à la coopération, comme grossir leur taille pour impressionner les prédateurs, défendre un territoire ou capturer des proies. De surcroît, tout poisson isolé peut rejoindre le banc à tout moment lors de son passage à proximité. En fait non, pas exactement tous les poissons : tous ceux qui ressemblent au banc formé, soit, la plupart du temps la même espèce, mais en son sein, certainement pour des motifs pratiques de déplacement (même occupation de l’espace, même résistance à l’eau), tous ceux qui ont des attributs semblables (même taille, forme, poids). Les bancs sont donc composés d’individus aux caractéristiques très ressemblantes, qui vont faire la même chose, non point exactement en même temps, mais dans un temps décalé très rapproché, par observation et adaptation permanente aux mouvements des autres. En effet, pour se déplacer, la vue des congénères, (quelquefois leurs sons ou substances émises), indique en permanence à chacun le mouvement du banc, permet et provoque une adaptation systémique des mouvements pour chaque individu qui observe et se guide à son (ses) plus proche(s) voisin ; et c’est parce que chacun fait de même que le banc existe et demeure homogène19. La formation et la cohésion des bancs reposent largement sur des réactions optomotrices qui permettent à tous les individus d’ajuster instantanément leurs vitesse et orientation en fonction de ces paramètres captés chez leurs congénères. Nous nous garderons de pousser plus loin l’analogie ni de nous livrer à un anthropomorphisme pas plus qu’à son inverse, soulignant juste que sans autorité ni contrainte, sans préméditation interne ni ordre reçu de l’extérieur, uniquement par la réception d’un signal sensoriel suivi d’une adaptation motrice automatisée, au sein d’une bande de poisson, chacun imite chacun, personne ne « décide » d’un mouvement ou orientation, mais tous font pareil instantanément.

21Le fonctionnement du mécanisme mimétique, propre à l’espèce humaine sous la forme que nous avons évoquée en raison du langage, conduit au paradoxe apparent que la croissance de l’isolement des individus au sein de la société provoque l’accroissement de la ressemblance, mesurable par la concentration de la demande et des consommations sur un nombre de plus en plus restreint d’objets, y compris culturels. C’est son inconscience qui aboutit à la situation que, n’ayant jamais autant cherché à être différents de notre prochain, nous avons rarement été autant semblables dans nos comportements, nos goûts et nos consommations, la quête infinie de la recherche de différenciation de notre double nous conduisant, en miroir, à reproduire plus que jamais des demandes identiques.

Notes

1 HALBWACHS Maurice, La classe ouvrière et les niveaux de vie, Paris, Gordon et Breach, 1970 (1912), p. 412.

2 L’industrie cinématographique sut montrer sa reconnaissance, puisque Strongheart, Lassie et Rintintin sont les seuls chiens à avoir leur étoile sur la célèbre « promenade de la gloire » à Hollywood.

3 Société Central Canine, Statistiques 2007, www.scc.asso.fr. Sur plus de 300 races enregistrées, ils représentent à eux seuls 4 % des inscriptions au L.O.F. (livre des origines françaises). Une concentration de la demande s’opère également pour nos animaux récemment devenus essentiellement « de compagnie » : les onze premières races (3 %) pesant plus du tiers des animaux confirmés.

4 Le Crrav (Centre régional de ressources A.V.) investit 300.000 euros dans la coproduction et en récupéra plus d’un million ; le Conseil Régional aida Pathé à hauteur de 600.000 euros pour la promotion du film dans sa région où se tinrent les soixante avant-premières durant une semaine.

5 La Tribune, lundi 7 avril 2008.

6 BOZON Michel, Vie quotidienne et rapports sociaux dans une petite ville de province, Lyon, Presses Universitaires, 1984.

7 GODBOUT Jacques T., Ce qui circule entre nous, op. cit.

8 VEYNE Paul, Le pain et le cirque, sociologie historique d’un pluralisme politique, Paris, Seuil, 1976.

9 MARTEL Frédéric, De la culture en Amérique, Paris, Gallimard, 2006.

10 CHATEAUBRIAND, Mémoires d’outre-tombe, t. V, App.

11 GIRARD René, La route antique des hommes pervers, op. cit., p. 95.

12 WEBER Max, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Plon, 1964 (1905), p. 73.

13 GODBOUT Jacques T., L’esprit du don, Paris, La découverte, 2000.

14 THUREAU-DANGIN Philippe, La concurrence et la mort, Paris, Syros, 1995, p. 183.

15 ANDREANI Tony, Un être de raison, Paris, Syllepse, 2000.

16 DUMOUCHEL Paul, « L’ambivalence de la rareté », in op. cit., p. 137 sq.

17 GIRARD René, Je vois Satan…, op. cit., p. 289.

18 DUMOUCHEL Paul, op. cit., p. 198.

19 ARON Serge, PASSERA Luc, Les sociétés animales : évolution de la coopération et organisation sociale, Bruxelles, De Boeck, 2000, p. 184.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540