Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quel film voir ?

 | 
Claude Forest

Section D – De quelques déterminants de la demande

Chapitre XIV. Du besoin

Texte intégral

  • 8 Les carnets d’un malfaisant, Paris, Jean-Cyrille Godefroy éd., 2004.

L’homme sage doit connaître ses limites.
Moi c’est simple, j’arrête de boire
dès que je ne peux plus lire l’étiquette.
(Jean-Jacques Peroni)8

De la nécessité sociale des besoins

1Besoin, envie, désir, pulsion, demande, tous ces termes et quelques autres ont souvent été convoqués dans une équivalence, peu fréquemment de bon aloi.

  • 9 LITTRE Émile Maximilien Paul, Dictionnaire de la langue française, (1863-1876).
  • 10 ROMEYER-DHERBEY Gilbert, Critère, no 2, septembre 1970, p. 47.

2Le besoin fait partie des mots à l’usage le plus largement polysémique. Étymologiquement, « besoin dérive de soin et de la préposition romane bes, à sens péjoratif ; le bes-soin est alors mauvais soin, gêne, disette »9. Mais il est également paradoxalement signe d’abondance (« avoir de grands besoins »). Le besoin non satisfait produit l’inappétence, et donc sa disparition en tant que besoin ; à l’inverse, la permanence du besoin indique sa satisfaction entretenue, donc une relative abondance. C’est pourquoi ce sont les sociétés riches qui ont en même temps le plus de besoins ; « sous la pression du besoin-pénurie se crée l’abondance permettant le rebondissement du besoin-exigence, d’autant plus exigeant qu’il est plus souvent satisfait »10. Aussi, la dialectique de nos sociétés économiquement favorisées est-elle d’être submergée par les besoins pour avoir réussi à vaincre le besoin, illustrant le Gorgias de Platon où Socrate tente de montrer que les tonneaux de l’appétit n’ont point de fond et qu’il est donc vain de s’entêter à les emplir. L’avertissement ne sera pas écouté.

3À partir des « trente glorieuses », l’essor des économies occidentales et la prospérité de ces pays ont nourri de vives critiques envers les sociétés dites de consommation, c’est-à-dire enregistrant un emballement de la variété et de la quantité des biens et services produits, et vendus. Donc achetés. Ces biens et services étaient-ils demandés ? Ou sinon, comment l’appareil de production arrivait-il à les écouler ? De multiples essais et théories ont vu le jour jusqu’à fonder les événements d’un joli mois de mai, tentatives qui disparaîtront moins de deux décennies plus tard, sans pour autant avoir totalement répondu à cette question, qui semblait d’ailleurs passée de mode.

4La notion de besoin a souvent été utilisée pour tenter de faire accepter, de poser comme évidence la nécessité de la croissance économique qu’ont connue nos sociétés, même si cet argument sera progressivement remplacé par un autre impératif, celui de lutter contre le chômage, (la vente de biens accélère leur production, donc l’emploi de ceux qui les produisent, sauf… mécanisation elle-même accélérée et emploi… en d’autres lieux, mais c’est un autre sujet). Dès le début de l’industrialisation et de la manufacturation des biens, un distinguo a été opéré entre les besoins primaires fondamentaux (boire, manger, se reproduire) auxquels se sont rajoutés des besoins liés à l’amélioration des conditions de survie (se loger, se vêtir…), puis des besoins secondaires ou sociaux (se cultiver, se livrer à des activités non productives, posséder des biens non fondamentaux, etc.), par essence illimités. Ces besoins et biens secondaires d’un point de vue de la survie organique ont acquis une importance matérielle, symbolique et économique grandissante, suscitant des résistances plus ou moins vives selon les périodes, et des critiques notamment sur leurs effets sur l’environnement et le développement des autres pays, et vis-à-vis de leurs bénéficiaires apparents – les producteurs dominants des moyens de production qui en tirent apparemment le profit le plus grand.

5Au-delà de ces critiques, il nous faut tenter d’éclaircir un ensemble de concepts parfois hâtivement utilisés comme synonymes, équivalents interchangeables censés expliciter une demande, sur laquelle s’appuieraient ces productions.

  • 11 MARX Karl, Économie politique et philosophie, Paris, Costes, t. VI, 1924.

6La condition de la satisfaction du besoin, c’est-à-dire la prospérité, exige pour se constituer un report de cette satisfaction même, en raison de l’intervention nécessaire du travail. La satisfaction du besoin passe par la besogne, et Marx a pu évoquer un certain ascétisme, une mise entre parenthèses de la jouissance induite par la nécessité du travail et de la capitalisation : « l’accroissement des besoins et des moyens de les satisfaire produit le manque de besoins et le manque de moyens. »11 Au nom de la satisfaction de besoins de plus en plus complexes, peut reculer la satisfaction de besoins élémentaires ou fondamentaux.

  • 12 MASLOW Abraham, A Theory of Human Motivation, Psychological Review, 50, 370-396, 1943.

7Par commodité, ceux-ci peuvent tenter d’être hiérarchisés, comme par exemple par Maslow12 sous la forme illustrative d’une pyramide, en montrant son aspect dynamique. Composée de cinq niveaux, les humains rechercheraient d’abord à satisfaire les besoins situés aux niveaux inférieurs avant de pouvoir penser aux besoins situés aux niveaux supérieurs de la pyramide : satisfaire les besoins physiologiques avant les besoins de sécurité, puis ceux d’appartenance, d’estime, et enfin de s’accomplir. La simplicité de ce modèle en a fait son succès durable, et malgré son utilisation fréquente en marketing pour positionner un produit, si son apparence scientifique a sans doute eu un effet rassurant, il ne s’agit pourtant que d’une ébauche de méthodologie, qui trouve de nombreuses exceptions (un parent qui par amour délaisse sa santé ; un ego enflé qui agit à l’encontre de sa sécurité, etc.), qu’il convient d’adapter à l’environnement comme à chaque cas étudié, ce cadre s’avérant éventuellement plus descriptif qu’explicatif.

8Mais quel que soit le niveau dans lequel il a été catalogué, né d’un état de tension interne (déséquilibre exigeant sa rééquilibration, manque exigeant son comblement), ce qui est nommé « besoin » trouve son apaisement, sa satisfaction immédiate, mais momentanée, par l’action spécifique que procure l’objet adéquat. Il diffère en cela du désir (infra, ch. 16) qui est indissolublement lié à des souvenirs (conscients ou non), et trouve son accomplissement dans la recherche infinie de reproduction de perceptions devenues les symptômes de cette satisfaction. Il n’est par nature jamais satisfait au sens où un besoin peut l’être. Sa satisfaction signifierait sa mort en tant que désir, et c’est donc par abus de langage que nous disons « désirer » une chose (objet, situation, etc.) ; consommée ou possédée, elle ne peut être l’instrument que d’un besoin.

9Mais il n’en n’existe pas un minimum, un seuil en deçà duquel la demande serait irrépressible, mettant en danger physiologique l’individu lui-même, et définissant par là même un au-delà strictement culturel. Depuis longtemps, anthropologues et sociologues ont constaté que ce seuil n’existait pas, que la fiction du (bon)sauvage inaliénable et auto déterminé constituait un mythe, et que par exemple une société peut obliger ses membres à vivre en dessous d’un minimum considéré ailleurs comme vital, par exemple pour consacrer un surplus (ou, en l’occurrence, un sur-moins), qui n’est pas comptable, objectif, rationnel ou lié à une surproduction, mais signe, manifestation visible ou ostentatoire d’une opulence, adressé à autrui (divinité, village voisin, hôte de passage, etc.).

  • 13 Apparues à la naissance de la société d’abondante consommation, sur ces thématiques et critiques no (...)
  • 14 DE CLOSETS François, Toujours plus ! Paris, LGF-Le livre de poche, 1984, suivi de Plus encore ! Par (...)
  • 15 VEBLEN Thorstein, Théorie de la classe de loisir, Paris, Gallimard, 1979 (1899).

10Le message de cette consumation est clair car, dépassant le réel pour s’astreindre au symbolique il fonde une inversion fondamentale : puisque seuls les riches (les opulents) peuvent se permettre de gaspiller, alors, si je gaspille, cela signifie que je suis opulent, c’est-à-dire que j’échappe au bes-soin qui ne me concerne plus. La part qui semble perdue économiquement n’est donc pas celle qui possède le moins de valeur : aujourd’hui plus que jamais, que je puisse tant gaspiller, acheter tant d’objets inutiles, emplir hebdomadairement mes poubelles de mon propre poids en détritus signe ma richesse13. D’ailleurs, que je puisse par exemple jeter mes emballages, mes bouteilles – contenants si précieux encore au début du xxie siècle pour la moitié sud de l’humanité – n’est-ce point le signe que l’âge d’or est déjà arrivé ? Dès lors que demander de plus ? Et bien justement, simplement, encore plus, toujours plus, insatiablement creusant ainsi sans cesse l’écart avec ceux qui ne peuvent suivre14. La volonté de se distinguer de ses semblables, ou plus exactement de ressembler à ceux qui nous paraissent les plus enviables, l’ostentation, sont des moteurs bien plus puissants et des déterminants supérieurs à ceux de la simple résolution des besoins, physiologiques ou autres, pouvant donner au paradoxe apparent que plus le prix d’un bien pourra s’élever, et plus sa demande pourra croître15. Mais l’important ici, c’est que s’il n’existe même pas un minimum vital anthropologique, disparaît alors pour tous les individus un aspect de la notion de besoin, celui d’aspiration naturelle, et ne demeurent plus que des besoins en tant qu’exigences nées de la vie sociale, générant des demandes par essence inextinguibles, et en cela forcément génératrices de fuites en avant insolubles, de frustrations et de gaspillages.

De la critique de la consommation à la consommation de la critique

  • 16 MARCUSE Herbert, L’homme unidimensionnel : essai sur l’idéologie de la société industrielle avancée (...)
  • 17 MARCUSE Herbert, Culture et société, Paris, éd. de Minuit, 1970.
  • 18 MARX Karl & ENGELS Friedrich, L’idéologie allemande, Paris, éd. sociales, 1976 (1846).

11Ce faisant, la limite de la production de biens et services recule sans cesse, avec toutes ses dérives possibles, d’aucuns estimant que la logique du productivisme marchand ôte à l’homme toute potentialité de refus, l’amenant à accepter les faits tels qu’ils sont et à oublier qu’entre le donné et le réel existe une fissure qui trouve sa source dans l’appropriation violente de la nature. Après la disparition de l’esprit critique face à l’évolution des modes de vies, de production et de consommation, la société ne serait plus qu’un espace clos « unidimensionnel »16. Tous les ordres de discours deviendraient l’expression d’une seule idéologie : celle qui justifie la société actuelle, la société capitaliste aliénant les travailleurs en manipulant leur conscience, notamment par l’intermédiaire de l’éducation et des mass media.17 Mais « les individus ne constituent une classe que pour autant qu’ils ont à soutenir une lutte commune contre une autre classe ; pour le reste, ils s’affrontent dans la concurrence »18, et quelques décennies plus tard et un Mur de Berlin en moins, les intérêts communs se sont dilués, les oppositions émoussées, et si les écarts comme les inégalités n’ont cessé de croître, la lutte des classes a durablement été remplacée par la lutte des places, le masque des oppresseurs étant devenu moins clairement identifiable.

12Celui des prescripteurs également. Car dans l’essai de mise en lumière du triptyque offre/bien/demande, ou persuadé/objet/séducteur, la morale et la paranoïa ont toujours guetté, mais se sont révélées assez peu explicatives.

  • 19 SAMUELSON Paul A., L’économique, Armand Colin, tome 1, p. 35.
  • 20 MARX Karl, Introduction générale à la critique de l’Économie politique, Paris, Gallimard, 1969 (185 (...)

13La production de certains biens peut s’avérer néfaste, ou plus exactement l’augmentation de cette production met en péril, tant les ressources naturelles – limitées par essence –, que l’environnement – non respecté par l’accroissement des activités humaines-, jusqu’à l’équilibre du rapport homme/Terre qui obère la survie à terme de cette dernière. Par ailleurs, la généralisation de la consommation de ces biens à la hauteur de celle des pays qui en bénéficient déjà le plus (États-Unis notamment) parait inenvisageable à tous les peuples de la planète, et on peut donc considérer que l’intérêt général à long terme s’avère antinomique de la somme des intérêts particuliers immédiats. Depuis longtemps il n’est plus possible d’admettre que ce qui est bon pour une partie l’est automatiquement pour le tout, et il convient de réfuter ce paralogisme de généralisation19 qui s’est trouvé au fondement de nombreuses théories. Ces intérêts individuels, grandissants, tant en quantité qu’en intensité, peuvent entraîner des comportements nuisibles à la survie de la collectivité. Dans la foulée de la contestation du modèle de consommation, la naissance puis le développement à la fin des années soixante des thèses environnementalistes et écologistes rejetèrent tant le productivisme que les modèles économiques capitaliste et soviétique, mais, assez curieusement, pour tenter d’expliciter ce comportement apparemment aberrant si ce n’est suicidaire de la population, adoptèrent la plupart des outils marxistes et l’opposition binaire des intérêts sociaux. Suivant Hegel, rien de plus simple alors que de poser la production et la consommation comme identiques. Toutefois, même si la production ne crée pas seulement un objet pour le sujet, mais également un sujet pour l’objet20, restait toutefois à savoir comment et, surtout, pourquoi.

14Depuis un demi-siècle, le développement et la montée en puissance du marketing ont incarné un bouc émissaire commode en guise de réponse à ces deux questions pourtant fort distinctes. Pas une revue bien-pensante, pas un amphi d’étudiants, pas un café du commerce qui ne connaisse la recette de la domination du cinéma américain dans le (ur) monde : vous prenez un (gros) budget de publicité qui appuie un (grand) nombre de copies pour une (grosse) machine (production) – ite missa est. La simple lecture du box-office illustre hebdomadairement que les marchés, en particulier cinématographiques, ne fonctionnent absolument pas de la sorte, et nous ne reviendrons pas sur ce déni de réalité qui fonde l’idéologie dominante de ces ignorants dominés qui s’ignorent.

15Au début de l’année 2008 de spectaculaires contre-exemples ont pu être enregistrés. Trois films, sortis par le même distributeur, Pathé, connurent des destins imprévus tant par la critique que par le distributeur lui-même. Annoncé comme « le film français de l’année », plus importante production française de la période (78M€), avec un casting à faire rêver (Alain Delon, Gérard Depardieu, etc.) préparé par une promotion largement supérieure à celle des blockbusters étasuniens ordinaires, bénéficiant de 1.078 copies dès sa sortie, Astérix aux jeux olympiques (Thomas Langmann) ne réalisa « que » 3 millions d’entrées la semaine de sa sortie, et 7 millions au total. Sorti quelques semaines auparavant La graine et le mulet (Abdellatif Kechiche) repéré par la critique et les festivals (il obtiendra notamment le Prix Louis Delluc 2007, le Prix spécial du jury à Venise 2007 avant de remporter quatre Césars dont celui du meilleur film 2008), recommandé « art et essai », bénéficia d’un excellent bouche à oreille qui l’amena, malgré un sujet difficile, l’absence d’acteurs reconnus, un budget de production (6,1M€) et de promotion assez moyen, et seulement 80 copies, à totaliser 105.000 entrées sa première semaine, et sept fois plus au total. Bienvenue chez les ch’tis (Dany Boon) au budget presque double (11 M€) mais sept fois inférieur à Astérix, disposant de moins de copies (64) lors de sa semaine d’avant-premières dans le Nord enregistra cinq fois plus d’entrées. Les 797 copies mises en place la semaine suivante dans toute la France toujours par le même distributeur très prudent et sceptique, enregistrera plus d’entrées (4,4M) que son Astérix favori dès sa troisième semaine d’exploitation, pour continuer une carrière historique et devenir le film le plus vu de tous temps en salles françaises.

  • 21 GALBRAITH John Kenneth, L’ère de l’opulence, Paris, Calmann-Levy, 1961.

16Nous sommes loin de la vision d’un spectateur-consommateur isolé, écrasé, marionnette inévitablement aveuglée à son insu par des pratiques manipulatrices au profit d’intérêts ou de groupes dominants. Et pourtant, pour certains, l’attitude du consommateur en faveur des biens matériels ne serait que la résultante de la persuasion, explication apparue dès l’essor de la consommation de masse21.

17De leur côté, les markéticiens justifient leur métier en affirmant qu’il existe un besoin, un désir latent chez tous les individus, et que leur métier consiste juste à le déceler, à faire part de leur découverte à l’entreprise qui les emploie, laquelle s’empresse de répondre à ce désir, d’une part en fabriquant le bien ou service adéquat, d’autre part en le faisant connaître grâce à une campagne de publicité. Pour le vendeur, faire apparaître la notion de besoin est essentielle, révélant l’acheteur à lui-même en jouant sur tous les ressorts psychologiques possibles – envie/frustration, culpabilité, sentiment d’intégration/exclusion, etc. – laissant entendre que la tension pourra être supprimée s’il comble ce besoin, et donc que le désir serait par là même assouvit. Mais si la nécessité pour l’entreprise de vendre et d’augmenter son chiffre d’affaires s’avère incontestable, la satisfaction du consommateur demeure l’objet de nombreuses contestations, quelques modèles d’autres types de relations aux biens ayant été proposés.

18Nonobstant, il nous faut constater que si la recherche de l’accumulation des biens et services s’est répandu, ce besoin non naturel a pu être créé, devenir social, grâce à une nouvelle offre, bouleversant les rapports sociaux et les comportements.

  • 22 PONS Dominique, Consomme et tais-toi, Paris, Epi, 1972, p. 24.
  • 23 MARCUS-STEIFF Joachim, Les effets de la publicité sur les ventes, Revue française de sociologie, vo (...)
  • 24 WAGNER L.C., Advertising and the business cycle, Journal of marketing, oct. 1941. Dans son étude po (...)
  • 25 En ce sens et à titre d’illustration, le passage de 70.000 € à 180.000 € les 30 secondes de publici (...)

19Que, massivement, le citoyen contemporain essaie moins d’adapter sa consommation à son revenu que d’ajuster ses revenus à sa consommation22 génère certes d’autres demandes et besoins. Dans le cinéma, la mise en place des cartes d’accès illimité en est un bel exemple. Et de facto, la création de ces besoins est bien au centre des préoccupations de l’ensemble des entreprises, et faire connaître leurs produits est une donnée basique – personne n’achètera un produit dont il ne connaît pas l’existence, ni n’ira voir un film qui n’a pas bénéficié d’une promotion (directe ou indirecte) minimale. D’où la nécessité non seulement de les produire, mais de les faire connaître en les différenciant les uns des autres, afin de donner un sentiment de singularité à chacun de leurs consommateurs. Pourtant si depuis longtemps a été établi le lien entre les budgets de promotion-publicité et le CA de l’entreprise, la relation de causalité a également put être inversée : le CA croît avant le budget publicité, qui n’en n’est donc pas la cause. Historiquement, les ventes ont rapidement crû du départ de la révolution industrielle au début de la Première Guerre mondiale sans publicité significative23, et l’augmentation spectaculaire de cette dernière n’a pas entraîné une augmentation proportionnelle de la production. Allant plus loin, il a été possible de soutenir que c’est bien l’accroissement des moyens financiers de la firme qui lui permet de consacrer davantage de moyens à ce secteur, et non l’inverse24. L’inflation des budgets publicitaires ces dernières décennies peut alors remplir d’autres fonctions et obéir à d’autres impératifs que la stricte nécessité de vendre en imposant des besoins aux consommateurs : image, notoriété, nécessité d’une exposition minimale pour exister vis-à-vis du public ou des concurrents, concurrence entre firmes du même secteur, habitudes, formation des dirigeants, luttes et arbitrages budgétaires internes, multiplications des supports disponibles, position dominante ou concentration des diffuseurs, etc.25.

20Parmi les autres facteurs possibles de persuasion, sans nous y attarder nous écarterons la contrainte physique. Si l’absence de choix ou la non présentation d’un bien peut de facto l’écarter de la consommation, en nos sociétés personne n’a jamais contraint physiquement un spectateur de se rendre dans un multiplexe.

  • 26 D’IRIBANE Philippe, Le gaspillage et le désir, Paris, Fayard, 1975.

21Le « matraquage publicitaire » dont on ne sait en quelle infirmerie nous nous rendons ensuite pour panser nos plaies impensées, ce « plaidoyer des vendeurs de rêves »26 aiguillonne à coup sûr nos achats, mais également notre vision du monde, des objets, comme de nos rapports aux êtres. Il est donc un agent au service de la vente, agent puissant, modélisateur, pour lequel de plus en plus de ressources sont affectées, mais est-il créateur ex-nihilo des désirs, de la demande des consommateurs ou de leurs besoins ?

22D’ailleurs, ces derniers existent-ils ?

Du besoin – Approches anthropologiques

On n’est pas privé de ce dont on n’a pas besoin.
(Cicéron)

23L’ensemble des théories économiques a eu besoin de la notion de besoin pour fonder des approches axées autour de la production des biens. Se référant aux économies primitives dans lesquelles les individus auraient sans cesse été guettés par le manque de nourriture et de biens de base, elles en ont conclu hâtivement que la pauvreté relative (à notre abondance) était assimilable à une économie de la misère absolue, et donc à une économie de subsistance. Il est vrai que l’accumulation était inconnue, car impossible, notamment pour des raisons techniques de conservation, mais pas seulement. L’imagerie d’un homme sauvage condamné à une sous condition humaine, quasi animale, du fait de son incapacité à exploiter de manière optimale les ressources naturelles permettait à bon compte de transformer les producteurs comme idéal et mesure de toute richesse, qu’ils soient travailleurs pour les marxistes, capitalistes ou entrepreneurs pour les classiques et néo-classiques. Or, si l’impératif de survie, si la nécessité collective des groupes primitifs passait bien par la recherche d’une autosubsistance, elle-même limitée par sa capacité de production liée à sa taille et ses connaissances, c’est surtout pour d’autres raisons qu’ils se sont longtemps universellement montrés hostiles à la formation de surplus trop importants.

  • 27 SAHLINS Marshall, Age de pierre, âge d’abondance, Paris, Gallimard, 1976.

24Jusqu’à un certain niveau, ceux-ci pouvaient s’avérer utiles dans les relations d’échanges avec les groupes voisins, qui ont toutefois longtemps été recherchés comme les moins nombreux possibles, notamment afin de réduire la dépendance à leur égard. Mais la question, qui a été en partie perdue de vue dans nos sociétés contemporaines, ne se résume pas à une évaluation quantitative des biens produits ou consommés – ce qui n’avait, littéralement, pas de sens à l’époque primitive – mais de savoir si l’appareil de production, aussi simple soit-il, mis en place par cette société, d’une part satisfaisait tous les membres de celle-ci, et d’autre part, s’il fonctionnait de manière cohérente avec les buts qu’elle s’était assignés. En ce sens, force est de constater que ces sociétés fonctionnaient en sous productivité permanente, mais que dans les circonstances courantes habituelles elles satisfaisaient l’ensemble de leurs membres. Ce paradoxe apparent ne dit rien d’autre que, en sous utilisant le facteur travail, elles constituaient de véritables sociétés de loisirs, les seules peut-être que l’humanité aient jamais connu (et qui n’ont rien à voir avec les occidentales contemporaines qui sont partiellement de consommation divertissantes mais certainement pas de loisirs dans l’occupation temporelle d’une majorité de la population), et d’autre part que, structurellement, l’économie n’y existe pas. Il est même possible d’avancer que les sociétés primitives ne sont pas que des sociétés sans économie ; elles sont des sociétés de refus de l’économie27. La pénurie pour tous y est concevable et acceptée, mais pas l’accumulation par quelques-uns. C’est le social et le politique qui règlent et orientent l’économique, et l’abondance qu’elle peut produire n’est plus alors l’évaluation quantitative tendant vers le maximum, mais celle qui peut contenter tous ses membres.

25D’un point de vue strictement logique la satisfaction d’une communauté peut effectivement se faire de deux manières : soit en produisant beaucoup ou plus exactement, de plus en plus (à condition toutefois que la demande n’augmente pas davantage), soit en ayant de faibles nécessités. Produire de plus en plus car dès l’aube de l’humanité les groupes avaient bien constaté que les désirs sont inextinguibles. Aussi, les ressources étant limitées, il valait mieux dans l’intérêt de la cohésion de la communauté limiter les besoins en s’adaptant aux ressources, plutôt que de rechercher l’inverse avec le risque d’une course sans fin, celle que nous connaissons depuis le xxe siècle. Dès lors, durant la montée en puissance de la production de biens manufacturés, puis industriels (xviiie-xixe siècles), qui correspondra à la naissance puis au développement de l’économie, l’économorphisme qui a saisi l’ensemble des théoriciens sur ce point est aisé à comprendre. Puisque l’homme moderne (de cette époque, mais de la nôtre également qui n’est pas la même, ce qui induit à une relativité gênée ou amusée sur l’emploi de cette appellation), malgré tous les avantages de la technologie dont il bénéficie, ne dispose toujours pas d’un nécessaire de base au sein de sa société, et malgré (en fait à cause de) son opulence qu’il s’observe encore une telle quantité de pauvres, alors dans quel dénuement pouvaient bien vivre les chasseur – pêcheur – cueilleur aux mains dotées d’outils rudimentaires ? Ayant projeté ses propres attentes et motivations à des siècles et/ou continents de distance, l’optique du marché contemporain ne pouvait qu’en déduire l’extrême indigence et, inévitablement, imaginer, fantasmer une situation de frustration de la population face à l’ampleur des besoins inassouvis.

  • 28 SAHLINS Marshall, op. cit., p. 50.

26Pourtant, une simple attention au concret aurait remarqué (et les films de western avec indiens y reviendront souvent) qu’un mode de vie, le nomadisme, impliquait obligatoirement une pauvreté relative car on ne peut voyager régulièrement qu’allégé : « entre propriété et mobilité, il y a contradiction »28. Dès lors, la limitation des biens transportables, et donc possédés, s’institutionnalise fatalement, ce mode de vie induisant une culture d’objets peu nombreux ni encombrants, l’unité de mesure de la valeur d’un ustensile devenant sa portabilité avant tout autre critère.

  • 29 Parmi de nombreux témoignages, Mémoires de Géronimo, recueillies par S. M. Barrett, Paris, Maspéro, (...)

27Pour de stricts motifs de survie, d’économie de moyens, de souplesse, de praticabilité, ce « voyager léger » s’est avéré antinomique à la production de biens lourds, volumineux ou abondants, et avait rendu vaine et donc impensable toute accumulation. La quantité très limitée des biens possédés optimisait les rapidité, mobilité et efficacité des chasseurs et des tribus nomades, et en les libérant des problèmes et préoccupations inhérents à leurs possession, transport et entretien, leur économisait autant de soucis et libérait du temps, peut-être pour jouir de l’existence. À une image de pauvreté se substitue alors une autre de mobilité, si ce n’est de liberté, fût-elle sous contrainte acceptée, car imposée par le milieu naturel vécu comme indépassable29. Plutôt que de passer de plus en plus de temps à s’éloigner du camp de base pour aller chercher de la nourriture de plus en plus loin, le déplacement régulier du camp s’est imposé sur tous les continents comme condition première d’un maintien de la production alimentaire à un niveau suffisant pour le groupe. Sur un territoire donné, le maintien de l’équilibre entre les ressources agricoles, les pâturages, la population animale et la population humaine impliquait une gestion stricte de ces paramètres pour éviter leur épuisement. Au travers de nombreuses pratiques telles le nomadisme, la maîtrise de la démographie humaine et animale, ou l’éclatement des groupes au-dessus d’une certaine taille pour fonder d’autres camps ou colonies, c’est assurément la cohésion interne du groupe que toutes les civilisations se sont efforcées d’assurer en limitant les forces centrifuges ou autodestructrices.

28L’accroissement récent des habitats fixes permanents qui maillent les territoires et immobilisent une proportion croissante de la population (au début du xxie siècle, plus de la moitié de la population mondiale vit dans une ville) répondent évidemment à l’exact mouvement inverse : l’ensemble des biens se dirige vers les humains dont l’habitat fixe ne peut que croître et occuper un espace grandissant. Ce sont désormais les biens et services qui se dirigent directement vers leurs consommateurs individualisés : commandes via les télécommunications, livraison à domicile, etc. : plus besoin de mouvement pour aller chercher directement la nourriture, c’est elle qui se déplace. Les frets maritimes, aériens et routiers quotidiens ont remplacé les transhumances humaines saisonnières, du moins pour ce prétexte de recherche de nourriture comme pour éviter certaines rigueurs climatiques.

  • 30 POLANYI Karl, La grande transformation, Paris, Gallimard, 1983 (1944), p. 185.

29Le temps consacré à la quête de nourriture s’avérait relativement faible, l’abondance, et non la rareté, caractérisant la vision d’un environnement auquel s’étaient adaptées les nécessités individuelles et sociales. Les efforts s’étalonnaient au niveau d’exigence de la survie fixé par la collectivité. Sans notion d’accumulation, celle de (sur) travail perd de sa pertinence, car pourquoi se livrer à une activité au-delà du nécessaire rapidement assouvi ? Historiquement, la demande et donc le niveau de la production n’ont absolument pas été fixés par un comportement égoïste et individualiste, celui du chasseur ne se livrant à son activité que pour son propre compte ou celui de sa famille, mais bien par celui de l’échange et du partage au sein d’une communauté, voire pour permettre des échanges de biens, complémentaires ou non, utiles ou pas, avec des communautés proches. Le modèle a longtemps été celui du groupe clos30 qui visait à la satisfaction des membres du groupe, et non à la production d’un surplus inutile et dangereux. À leur satisfaction, mais surtout leur cohésion.

  • 31 Les recherches anthropologiques sont nombreuses depuis près d’un siècle. Parmi les incontournables  (...)

30Car, très tôt et sur toute la planète, les groupes humains, malgré leur faible production, ne se contentaient pas de subir un ordre naturel qui les dépassaient et devant lequel ils auraient été impuissants. Au contraire, ont surgi des formes voisines d’organisation sociale et de formation du religieux qui ont eu, partout, comme conséquence de limiter la production parce qu’il fallait limiter la consommation et la possession, et non le processus inverse. Il le fallait pour assurer cette cohésion de la communauté, par tous les moyens possibles, que nous ne saurions développer ici31, créant des formes élémentaires de la vie sociale et mentale des individus : dons, échanges en parfaite réciprocité, potlach, destructions ostentatoires, offrandes sacrificielles, etc. Des traces du processus peuvent toujours se rendre visibles, par exemple à travers les cadeaux remis aux hôtes lors d’invitations : parfois totalement inutiles en terme de valeur d’usage. Le bénéficiaire ne demandait pas ce bien et n’en n’aura peut être aucune utilité, mais le principe de son absence (pas de son identité) pourrait être considéré comme une offense ou une impolitesse, par manque de réciprocité dans l’échange (d’un dîner offert ou autre occasion provoquant la venue des invités).

  • 32 GODBOUT Jacques T., Ce qui circule entre nous, Paris, Seuil, 2007.
  • 33 Soyons clair : nul rousseauisme en ce constat. Dès la rupture de la fonction producteur-usager, un (...)

31Le plus souvent, il n’y a pas besoin d’un bien qui serait à échanger, il y a nécessité de l’échange d’un bien. D’abord pour assurer la paix dans la relation (entre les individus, les groupes, les peuples) par la naissance d’autre chose, par la création d’un autre niveau que strictement matériel. L’ensemble des dons/contre dons qui partout se sont mis en place, certes avec des particularismes locaux mais sans toucher à l’essentiel, visait bien cela : faire un don, c’est créer un lien, c’est inaugurer (ou poursuivre) une relation, que l’on souhaite paisible. À notre insu, ce qui est recherché, tant d’un point de vue individuel que social, c’est moins le bien que le lien. Les diverses figures qu’a pu revêtir, et que prend encore, le don, traduit ce qui circule entre les humains, animaux sociaux aspirant à d’autres échanges que ceux circonscrits par la sphère marchande et délimités par l’homo oeconomicus32. Donner, recevoir, rendre, tel est le triptyque du cercle vertueux et fécond du don structurant le lien inter-humain qui débute dès la naissance. Par commodité et recherche d’efficacité l’univers industriel a tenté de le réduire en un diptyque vendre-acheter un bien ; la relation y existe toujours, « l’échange » également, mais plus pour eux-mêmes. Ils ont été instrumentalisés, ils ne sont devenus que moyens, le lien a été mis au service du bien, enrichissant matériellement les échangeurs, mais appauvrissant la relation33.

Schéma D : Du lien par le don au bien par l’achat

Schéma D : Du lien par le don au bien par l’achat
  • 34 LEVI-STRAUSS Claude, op. cit., p. 69.

32Assurément, d’un point de vue économique dans le don personne n’y gagne (ni ne perd) rien, mais « c’est qu’il y a bien plus, dans l’échange, que les choses échangées »34. Ce « plus » de la relation possède dans notre monde contemporain l’inconvénient majeur de n’être point mesurable ni quantifiable : mais il s’agit, entre autre, du plaisir, du bonheur de l’acte même de la circulation du lien, de voir que rien ne vient l’entraver, qu’on peut même s’amuser à l’accélérer : « quand est-ce qu’on se revoit ? », « non, la prochaine fois c’est moi qui invite », etc. Du pont de vue qui nous occupe, en donnant, c’est également la promesse non dite mais exprimée par l’acte, d’essayer d’éviter la naissance de l’envie, du vol, du rapt, de la jalousie, du ressentiment, du désir d’appropriation, de la rivalité mimétique. Pour tenter d’éviter tout conflit, la tentation doit être désamorcée dès avant sa naissance. Et quels meilleurs moyens pour ne pas attirer la convoitise ou la rancœur d’autrui que de lui donner avant qu’il ne le demande ou en ai envie, et si possible un peu plus pour que ce soit plutôt lui qui nous soit redevable ? Et également de ne rien avoir en stock ou en surplus pour ne pas risquer d’attirer le regard, la concupiscence ou le simple désir d’autrui ? Tout cela certes pour éviter la rapine des étrangers mais également, et surtout, pour ne pas faire naître ce mimétisme du désir des proches du groupe, mécanisme le plus apte à déclencher la violence fatalement destructrice de la communauté. Et pour ne rien posséder qui puisse attirer l’attention, il convient donc de ne pas posséder plus qu’autrui, mais les mêmes biens que tous les autres, qui peuvent alors s’accorder sur ce socle commun. À la suite, quel meilleur moyen de limiter la demande, pour restreindre la possession, que de limiter en amont la production ? D’où une activité circonscrite à la satisfaction des nécessités socialement imposées, mais pas davantage – surtout pas davantage -, principe qui avait comme conséquence de laisser beaucoup de temps aux membres du groupe pour la contemplation ou les loisirs, selon les périodes.

33Méconnaissant ces mécanismes fondamentaux dont ils avaient abandonné la logique interne depuis des siècles, les occidentaux ont longtemps porté des regards sur ces comportements qui ont rapidement viré au jugement moral (paresse, oisiveté, incapacité à fournir un effort soutenu) sur la quasi-totalité des peuples qu’ils ont colonisé et progressivement acculturé en les sortant de leur milieu originel. Ces jugements procèdent là encore d’application de codes qui n’avaient pas de sens pour des sociétés traditionnelles aux objectifs précis, limités, facilement atteignables. Sans valeur et sans nécessité à y accorder une attention ou un attachement soutenus, la confiance en la profusion naturelle ordinaire prévalait. Ce qui n’excluait pas les épisodes de raréfaction des ressources, mais elles ne généraient cependant pas de crainte excessive, le changement de territoire compensant habituellement la diminution saisonnière ou exceptionnelle des ressources.

La marchandisation du besoin

34Ce passage d’un monde circulaire, fini et clos sur lui-même, à un espace ouvert et à une vision du temps situé sur une droite tendant vers l’infini, suscite le passage d’une production et d’une consommation limitées, centrées sur l’homme comme objectif de cette production, à une autre, illimitée utilisant l’homme comme moyen au profit d’une production visée comme objectif ultime.

  • 35 MARX Karl, Fondements de la critique de l’économie politique, Paris, Anthropos, 1967 (1857-58), vol (...)

35Marx avait très tôt perçu que cela impliquait un développement de la monnaie via le capital, et de la recherche de son expansion illimitée, selon lui au détriment de ceux qui fournissaient la possibilité de cette richesse. En effet, le cycle de production mettant en œuvre des moyens monétaires, de l’argent (A) pour produire des marchandises (M), dans la seule finalité d’en retirer davantage d’argent (A → M → A’), cela impliquait un basculement de la finalité de la communauté en ce que cette quête, nouvelle norme de la richesse et de la réussite, ne pouvait tendre que vers l’infini (A’ → ∞). De plus, corrélativement, si la richesse monétaire ne croissait plus, devenait inférieure à son origine (A’<A) cela signait un échec, indépendamment de la valeur absolue dégagée, comme des besoins qu’elle permettait de satisfaire35.

36Dès lors, si la production offerte doit, socialement, toujours augmenter, il ne peut qu’en être ainsi pour la consommation et la demande, au risque de rompre le cycle : C → M → C’si et seulement si D → M → D avec D <D’<D’’ et ainsi de suite. La consommation d’aujourd’hui ne peut être que supérieure à celle d’hier, mais inférieure à celle de demain ; pour continuer à fonctionner, la destruction de la production par sa consommation/consumation est une nécessité elle-même dépendante de l’évolution de la « demande », qu’il conviendra donc de « relancer » si elle venait à s’essouffler ou ralentir. D’où l’idéologie de la « flèche » du progrès qui ne peut, logiquement et dans cette perspective, n’être conçue que comme une droite montante. La course toujours actuelle à la croissance (du PIB) en signe la manifestation et la préoccupation obsessionnelle des dirigeants de nos économies, préoccupation qui se répand de proche en proche dans toutes les activités. D’où également la création simultanée des jeux olympiques et des fédérations sportives, la course aux records, et aujourd’hui la montée en puissance du spectacle sportif. Plus est mieux que moins. Mais pourquoi ? On ne sait plus, mais tel est le précepte de tous ceux qui se réclament des chiffres, qui les fétichisent, les idolâtrent pour masquer qu’ils ne savent pas compter. Car enfin, quel sens possède la locution « tel film a fait plus d’entrées que tel autre ; ou, untel est Xième au B.O. » ? Que nous indique cet état provisoire de la demande étalonnée ? Un accroissement des richesses, par exemple celle de son réalisateur ? Non : celui-ci n’a pu être qu’un simple salarié. De son distributeur ? Non plus, le chiffre d’affaires généré a même pu être inférieur (opération tarifaire promotionnelle type « fête du cinéma » augmentant la quantité vendue mais baissant relativement le CA…). De son producteur alors ? Encore moins. L’état des ventes en volume (nombre de tickets achetés par les spectateurs) comme en valeur (CA) ne nous dit absolument rien du profit, des bénéfices qu’il a pu engendrer car nous ne connaissons rien (et souvent, lui non plus d’ailleurs) des coûts qui ont été nécessaires pour la réalisation puis la promotion de ce film. Donc, économiquement, cela nous fournit une vague indication mais ne nous informe de rien précisément. Mais ce n’est pas grave, puisque cela va dans le « bon » sens, dans la bonne direction, la demande solvable a augmentée : D → M → D’.

37Et toujours D’>D.

 

38À l’image du rythme des saisons, dans toutes les sociétés primitives, non-marchandes, les notions du temps, de l’espace et de chaque événement étaient circulaires : après le manque venait l’abondance, après la pluie le beau temps, la mort donnait naissance à la vie (ici ou ailleurs). L’accroissement des techniques qui a fondé l’économie a dressé ces mêmes notions linéaires pour les redresser : on peut produire des fruits en toutes saisons, et d’ailleurs celles-ci ont quasiment disparu de l’organisation sociale et de l’adaptation de la vie de chacun. Il convient de produire – et consommer – toujours plus, la vision du lendemain tendant vers l’infini, vers une absence de limite, et à ce monde clos succède une perception ouverte qui ne supporte plus les contraintes. Mais cet univers vécu comme illimité qu’il convient d’assujettir signe également la naissance d’une angoisse par la fin d’une paix intérieure que procurait la finitude et le caractère cyclique de l’environnement, parallèlement à la naissance puis à la croissance exponentielle de la demande, essentiellement marchande, mesurable et interchangeable. De la puissance d’un monde maîtrisable et maîtrisé qui donnait la confiance en soi, en son avenir et celui de sa communauté (comme il l’a fait par le passé, demain nous donnera de quoi nous rassasier), nous sommes passés à une violence issue d’une capacité technologique incomparablement supérieure, mais, parce que sans borne, qui génère le doute par l’abus même auquel elle peut conduire, par les excès d’une force incontrôlable puisque potentiellement infinie : ne connaissant pas ce lendemain, théoriquement incomparable à aujourd’hui, « de quoi demain sera-t-il fait ? Où tout cela va-t-il conduire ? Étant monté si haut, le cours de la bourse ne va-t-il pas chuter ? Etc. ». Ce à quoi l’idéologie du « progrès » a toujours répondu « dormez brave gens, je m’occupe de tout ; à chaque problème nous trouverons une solution, il suffit de s’en remettre à « ceux qui savent », les scientifiques (années 50-70) ou les économistes (années 80-2000).

  • 36 MALINVAUD Edmond, Leçons de théorie macroéconomique, Paris, Dunod, 1982.
  • 37 BERTHOUD Arnaud, Une philosophie de la consommation Agent économique et sujet moral, Villeneuve d’A (...)

39L’angoisse devant l’attente du lendemain est une maladie de riche, d’opulent submergé par des biens non utilisables immédiatement, absolument pas une préoccupation de celui qui vit sans accumulation ; le financier dort mal, pas le savetier. Dès l’origine, l’économiste a redouté celui qui s’économisait et lui a projeté ses craintes à commencer par celle, ancestrale, mais qui n’était pas ressentie de la même manière, du manque d’alimentation : il en a fait un besoin, point de départ de nombreux autres. De notre dépendance à l’égard de la nourriture, il a été donné libre cours à la peur élémentaire de la famine. Il ne faut pas chercher ailleurs l’origine de la tentative unanime, dans tous les courants de pensées de l’économie, de poser ses fondations sur la notion de besoin, et donc d’en définir des « primaires », de base, d’incompressibles, puis des secondaires, afin de se définir comme « la science qui étudie comment les ressources rares sont employées (transformées par les entreprises) pour la satisfaction des besoins des hommes vivant en société »36. Avant de s’intéresser aux échanges (à l’offre et la demande), les concepts de besoin et de rareté sont donc nécessaires à l’Économie, et s’ils n’existaient pas, il lui aurait fallu les inventer. Ce qu’elle a fait. Tout en oubliant qu’en utilisant un bien ou service fourni par autrui, la première richesse dont nous usons réside dans le temps, le talent, les services fournis par nos semblables, et qu’il s’agit donc un bien éminemment symbolique dont nous avons toutefois oublié l’origine, les liens avec l’autre, et la morale qui pourrait guider leurs possession et utilisation37.

Du besoin – Approches philosophiques

  • 38 MALINOWSKI Bronislav, Une théorie scientifique de la culture, et autres essais, Paris, François Mas (...)
  • 39 À l’encontre d’une certaine orthodoxie culturelle occidentale, lire un livre, écouter de la musique (...)
  • 40 MALINOWSKI Bronislav, op. cit., p. 75.

40Toute culture se constitue afin de permettre la satisfaction du système biologique des membres qui la composent : métabolisme, reproduction, protection contre les intempéries, protection contre les autres êtres vivants hostiles, détente de l’organisme, exercice musculaire et nerveux, régulation de la croissance. Les problèmes posés par ces nécessités organiques sont résolus par la création d’un nouveau milieu, artificiel, qui n’est autre que la culture même, qui doit être constamment reproduit, entretenu, générant immédiatement un mode et un niveau de vie qui dépendent de l’état culturel de la communauté considérée. Cela « implique que de nouveaux besoins se font jour, et que de nouveaux impératifs ou de nouveaux déterminants s’imposent à la conduite humaine »38. Le déterminisme biologique impose aux humains certaines séquences incontournables pour passer des fonctions instinctives nécessaires au maintien du bon fonctionnement de son organisme (telles celles de respirer, boire, manger, se reproduire, se reposer, se soigner, etc.) aux actes (inhalation d’oxygène, absorption d’aliments, accouplement, etc.) qui permettent leurs satisfactions (élimination du CO2 des cellules, satiété, etc.). Mais c’est bien leurs ordonnancements qui fondent toute culture, primitive ou complexe, et donnent, à la fois ce qu’il faut satisfaire, à quel niveau, et comment il convient de le faire pour assurer la survie de l’individu comme du groupe. Durablement, personne ne mange (ni ne se reproduit, ne se soigne…) seul, avec n’importe qui, n’importe quoi, n’importe où et n’importe comment, et donc personne ne demande naturellement, spontanément, à utiliser des couverts, dormir dans un lit ou se marier39. Pas plus que d’ingurgiter telle qualité, identité ni quantité de subsistances, ni, à l’identique, se procurer tels biens pour assurer son abri ou sa sécurité. « Le déterminisme biologique ne fait pas obligation à l’homme de chasser à l’épieu ni à l’arc, d’empoisonner ses flèches, de s’abriter sous des armures, derrière des palissades ou des habitacles »40.

41Les besoins dérivés, sociaux donc, qui en découlent (se procurer un arc, un fusil, un cheval ou une voiture) s’avèrent alors aussi contraignants que les impératifs biologiques, du fait qu’ils sont, d’une part, toujours au service d’une nécessité organique à satisfaire, et d’autre part normés par un environnement humain qui impose localement la forme acceptable que l’assouvissement peut revêtir (manger avec une fourchette ou avec des baguettes, chercher un partenaire sexuel en dehors du groupe familial ou à l’intérieur du groupe religieux, s’abriter sous un toit fixe solide ou léger mobile, aller au cinéma ou interdire toute image projetée, etc.).

 

  • 41 En France, l’obésité infantile concernait 3 % des 5-12 ans en 1960 mais 15 % en 2005. Le diabète et (...)

42La forme et la quantité des biens qu’un individu peut demander (estimer « avoir besoin ») ne sont donc pas dues au hasard ni déterminées biologiquement, et il n’existe ni seuil minimal (pas de besoins fondamentaux universels), ni plafond maximal pré-existants : ils se voient fixés à l’extérieur de l’individu, avec une latitude plus ou moins grande selon le lieu ou l’époque. Le groupe, la société accueillant tout individu construit, historiquement et par tâtonnements adaptatifs successifs, un ensemble de conditions qui lui semblent requises pour assurer, d’abord et avant tout, la survie de l’espèce. Chaque membre les acceptera d’autant plus facilement qu’il n’en n’aura pas connu d’autres, et qu’elles lui sembleront donc une « loi » évidente, qu’il nommera naturelle. Elles varient évidement selon les milieux et les périodes historiques, et essayer d’en déduire un minimum (qui serait « vital ») c’est vouloir créer une norme, un minimum comptable quantifiable qui s’avèrerait indépassable alors que non seulement les ressources (alimentaires, d’oxygène…) varient biologiquement d’un individu à l’autre (selon son âge, sexe…), mais surtout la culture, l’environnement social, de tout être humain vivant en société – et il n’existe que des êtres humains vivant en société – peut parfaitement chercher à les dépasser ou simplement les ignorer. Ce qui peut paraître inutile, futile, irrationnel, gaspillage aux yeux d’un observateur étranger s’avère tout autant nécessaire, indispensable pour celui qui le pratique. Dès lors, qu’un sacrifice soit pratiqué au nom d’un Dieu, d’une puissance militaire ou d’un idéal de consommation, c’est la notion corollaire de « surplus » (qui n’existe que par rapport à un socle minimum, une base de départ) qui se voit également questionnée, ce sacrifice, ce gaspillage apparent, cette destruction de ressources à des fins non immédiatement profitables au bien-être du groupe ayant pourtant été jugées essentielles à sa cohésion et donc à sa survivance. Nulle nécessité biologique à se priver de nourriture pour les offrir aux dieux, pas plus que d’en ingurgiter davantage que le corps ne puisse assimiler jusqu’à le rendre obèse. Et pourtant…41

  • 42 BAUDRILLARD Jean, Pour une critique de l’économie politique du signe, Paris, Gallimard, 1972, p. 92

43La consommation des biens n’a rien à voir avec une nécessité organique, un minimum vital anthropologique, pas plus qu’avec la stricte recherche d’une satisfaction personnelle innée, elle est avant tout une institution et une contrainte sociale qui détermine les comportements avant d’être portés à la connaissance des individus. Le « minimum vital » est un « minimum social », et toutes les consommations et possessions dépendent de normes muettes mais asservissantes qu’impose tout environnement ; tel bien ou telle pratique peut s’avérer luxueux en tel lieu ou époque, et un minimum incontournable en tels autres. Au risque de devenir un être « asocial », de perdre son statut, d’être désintégré de son milieu, nécessité est imposée à tout être de ne pas demeurer dans un en-deça de ce minimum à consommer. Téléviseur dans les nations « riches » à la fin du xxe siècle, téléphone portable au début du xxie, vêtements « de marque » pour tout adolescent qui ne veut pas se voir condamné à la relégation, ce seuil minimal ne cesse de se modifier, car nulle part, et à nulle époque, l’homme ne se trouve en face de ses propres besoins42. Outre sa stérilité, la condamnation morale ou le refus de prise en compte de l’évolution de ce comportement ne repose bien souvent que sur une confusion : l’ensemble de ces achats ou pratiques n’a pas à être examiné sous l’angle de leur valeur d’usage (telle nourriture pour les besoins organiques qu’elle satisfait, se protéger du froid par un vêtement, acheter une télévision pour regarder une émission), mais d’abord pour leur valeur relationnelle, pour leur signe et leur signifiant (j’appartiens à tel milieu).

  • 43 Dans tous les sens du terme : voir, comprendre, mais aussi assimiler, puis exécuter.
  • 44 Par exemple, même en pleine Coupe du Monde de rugby (2007), il n’est venu à l’esprit d’aucun artist (...)
  • 45 Evidence : malgré leurs affinités ultérieures, Dada et le surréalisme ne sont pas apparus en URSS s (...)
  • 46 LANGANEY André, Le Sexe et l’innovation, Paris, Seuil, 1987.

44Ne pouvant que s’intégrer en s’adaptant à son milieu, tout individu en devient un élément indivis, qui se fond et se confond en lui et avec lui. Par essence, cette imitation adaptative s’avère profondément conformiste, en ce que le sujet se doit d’être conforme à ce milieu, de se comporter conformément à ce que ce milieu pratique globalement, sous peine de provoquer un rejet, de risquer une inadaptation, l’écart avec la « norme » pouvant alors être vécu douloureusement tant par le sujet que par son proche entourage. Suscités ou acceptés, transformés et modelés, interdits ou canalisés, tous les « besoins » ont donc une origine éminemment sociale et ne sont reconnus, acceptés, tolérés ou valorisés, ne sont valides qu’au-dedans du sujet élevé dans un groupe déterminé. Ses besoins, ce en quoi il imite et se conforme aux comportements de ses proches – immédiats ou médiés (icônes, publicité, etc.), de son milieu ou de celui auquel il aspire appartenir – lui font réaliser43 ce qu’ils font, afin de se faire à eux, et se faire accepter d’eux. Seul ce mimétisme, pour se conformer au groupe qui l’accueille lui permet d’assurer ces besoins qu’il croit être (qu’il introjecte comme étant) ses besoins, actuels ou à venir, alors que c’est l’inverse qui l’agit (dont il s’agit) : une stricte adaptation des aspirations de l’être aux possibilités antérieurement acceptées par le milieu44. Alors, il lui appartiendra ensuite de faire ce que les autres font ou, en miroir, le contraire, (s’il est toléré45), afin, lui-même, de se faire à eux. De facto cette imitation induit une adaptation des aspirations de l’individu au milieu dont il est issu, adaptation ne marquant pas forcément une satisfaction ni un épanouissement, car telle n’est pas la fonction des besoins, mais de préserver l’espèce, et pour ce faire l’individu, donc pour durer, se reproduire, tant biologiquement que socialement. Même si via la sexualité, « qui pond un œuf fait du neuf46 », au risque de ne pouvoir survivre, ce neuf n’est jamais très éloigné ni dissemblable de l’ancien qui l’accueille dans son environnement humanisé. C’est en perpétrant au quasi-identique, au très semblable, qu’il perpétue ses semblables ; le sujet ne dure que pour que l’espèce perdure et dans toute société chacun ne fait jamais que ce qu’il voit faire autour de lui.

 

45Intrinsèquement, la « satisfaction des besoins » dont se prévaut l’économie, ne désigne rien, ne signifie rien d’autre qu’une vague idée convenue, qui ne correspond en réalité à aucune finalité. Celle-ci, la cause de l’existence des êtres, de leurs efforts et leurs labeurs, n’est pas, et ne peut être cette satisfaction des besoins : elle n’est pas leur raison d’être, mais la condition de leur être. Ils vivent en buvant, mangeant, et non pour manger, boire, etc. Tous ces éléments sont requis pour leur existence, et eux seuls la rendent possible, mais leur contenu précis dont dépend la satisfaction de chacun n’est pas fixe, n’est inscrit nulle part, car toujours mouvant, changeant selon les milieux. Hors de très exceptionnelles circonstances accidentelles et solitaires qui ne peuvent demeurer qu’éphémères, l’individu ne répond jamais qu’à un strict impératif de survie, d’un maintien d’un être purement organique. Loin d’un minimum vital impossible à définir ni à quantifier, chacun vise à disposer, à bénéficier d’un genre de vie qu’il n’a nullement inventé tout seul, ex nihilo, en étant uniquement à l’écoute de ses « besoins » ou « désirs » qui se révèleraient de manière immanente.

46Le confort, ou plutôt le réconfort, est atteint avec la satisfaction de profiter d’un niveau de vie, quel qu’il soit et aussi faible soit-il, toujours variable et se modifiant sans cesse, y compris au cours de la vie d’un individu, selon son âge, les circonstances, le cadre et les autres individus avec lesquels il se trouve. Même (et surtout) dans la course au dénuement, les moines les plus ascétiques se nourrissent (fût-ce chichement et aléatoirement), se logent (même dans une grotte) et vivent selon des normes très strictes, celles de leur religion.

47Ces religieux attestent bien que pour l’homme, le besoin ne réside point en se nourrir, s’abriter ou se chauffer, mais en la nécessité de disposer de certains aliments, matières premières ou combustibles pour s’alimenter, s’abriter ou se chauffer. Et de la Terre de feu aux déserts d’Asie centrale, les conditions variées auxquelles l’homme s’est acclimaté illustrent combien sa technique et son ingéniosité lui ont permis de moduler ses capacités adaptatives de base. Par ailleurs, depuis un siècle les captifs de longue durée survivants des camps totalitaires illustrent dramatiquement comment il est possible de réduire durablement des besoins censés être primaires.

  • 47 « Le latin mancus, manc, manque, signifiait estropié, défaillant, manquant de, et même gauche », Li (...)
  • 48 RADKOWSKI Georges Hubert de, Les jeux du désir, Paris, PUF, 2002 (1980), p. 144.
  • 49 Ibid., p. 145.

48Pareillement, l’homme n’a pas besoin d’utiliser tous ses sens et les facultés qui vont avec – entendre, parler, bouger, saisir – font ce qu’il est, le constituent, lui sont propres. Ces propriétés illustrent sa propriété dont il n’est pas propriétaire mais l’habitant, l’étant : elles sont « ce qui lui est propre. On n’a pas besoin de ce qui vous appartient par définition, de ce qui vous est donné d’emblée et qui, s’il vous était ôté, vous « ôterait » à vous-même, vous supprimerait ou vous mutilerait. On ne peut avoir besoin que de ce qui vous manque47, vous fait défaut »48. Intrinsèquement, le besoin n’a pas d’essence, n’existe pas. Comme tous les êtres vivants, ressentir l’état de faim, peur, froid n’est pas du même ordre que d’avoir des besoins (de telle nourriture, température, etc.). Comme tout être vivant, chien, arbre ou amibe, certaines conditions (climatiques, atmosphériques…) lui sont nécessaires, mais il n’a pas de besoins comme il a faim, il n’a pas « des besoins », besoins qui seraient à satisfaire49.

  • 50 « Nature » qui, au passage, n’a absolument plus rien de naturel depuis des siècles, l’ensemble des (...)

49Et il en va de même pour l’environnement de la nature50 que l’homme soumet à son mode d’existence depuis des millénaires et qui conditionne en retour sa propre adaptation au (mi) lieu.

 

50Tout être vivant vit là où se trouve ce dont il vit : nul ver des glaces en plaine des régions tempérées ; nul homme sur la lune. Non parce qu’ils « seraient dans le besoin » ou « auraient besoin de » quelque chose (température permanente inférieure à-4° C pour l’un, d’oxygène et d’azote pour l’autre), mais parce que dans leurs conditions vitales habituelles, tous ces éléments leur sont donnés sans qu’ils en aient besoin, sans qu’ils aient à les chercher durablement. Si ces conditions vitales venaient à manquer, à ne plus être là, ils ne seraient pas dans le besoin : tout simplement, ils ne seraient plus en ces lieux, eux non plus, et peut-être ne seraient-ils plus là du tout. Ainsi, nous pouvons considérer que l’être vivant ne se réduit pas à un intérieur délimité physiquement par son enveloppe extérieure, mais qu’il englobe également son environnement, son milieu, son territoire qui, lui, détermine les possibilités, les conditions d’existence du vivant, et quel type de vivant.

51Jusqu’au développement de l’espèce humaine, jamais les êtres vivants ne forgeaient l’état de la nature, mais c’était le milieu et ses composants qui déterminaient les éléments nécessaires à tous les êtres vivants, ces derniers s’adaptant, se faisant au milieu, et non l’inverse. Le langage ayant permis à l’homme de dépasser la simple étape strictement imitative et adaptative, il se libéra du carcan de son milieu, dépassa l’ensemble des nécessités pesantes, déjà et à jamais préexistantes, ce ne fût rien d’autre que la puissance de son désir qui explosa, mais sans pour autant s’affranchir de ses données biologiques.

Notes

8 Les carnets d’un malfaisant, Paris, Jean-Cyrille Godefroy éd., 2004.

9 LITTRE Émile Maximilien Paul, Dictionnaire de la langue française, (1863-1876).

10 ROMEYER-DHERBEY Gilbert, Critère, no 2, septembre 1970, p. 47.

11 MARX Karl, Économie politique et philosophie, Paris, Costes, t. VI, 1924.

12 MASLOW Abraham, A Theory of Human Motivation, Psychological Review, 50, 370-396, 1943.

13 Apparues à la naissance de la société d’abondante consommation, sur ces thématiques et critiques non moins abondantes, voir notamment : BAUDRILLARD Jean, La société de consommation, Paris, Gallimard, 1970 ; DICHTER Ernest, La stratégie du désir, Paris, Fayard, 1971 ; LEFEBVRE Henri, Critique de la vie quotidienne II, Paris, Ed de Minuit, 1961 ; MORIN Edgard, L’esprit du temps, Paris, Grasset, 1962 ; PACKARD Vance, L’ère du gaspillage, Paris, Calmann-Lévy, 1961 ; RIESMAN David, L’abondance à quoi bon ?, Paris, Laffont, 1964.

14 DE CLOSETS François, Toujours plus ! Paris, LGF-Le livre de poche, 1984, suivi de Plus encore ! Paris, Fayard, 2006.

15 VEBLEN Thorstein, Théorie de la classe de loisir, Paris, Gallimard, 1979 (1899).

16 MARCUSE Herbert, L’homme unidimensionnel : essai sur l’idéologie de la société industrielle avancée, Paris, éd. de Minuit, 1968.

17 MARCUSE Herbert, Culture et société, Paris, éd. de Minuit, 1970.

18 MARX Karl & ENGELS Friedrich, L’idéologie allemande, Paris, éd. sociales, 1976 (1846).

19 SAMUELSON Paul A., L’économique, Armand Colin, tome 1, p. 35.

20 MARX Karl, Introduction générale à la critique de l’Économie politique, Paris, Gallimard, 1969 (1857).

21 GALBRAITH John Kenneth, L’ère de l’opulence, Paris, Calmann-Levy, 1961.

22 PONS Dominique, Consomme et tais-toi, Paris, Epi, 1972, p. 24.

23 MARCUS-STEIFF Joachim, Les effets de la publicité sur les ventes, Revue française de sociologie, vol. 10, no 3, juillet-sept 1969, p. 279-311.

24 WAGNER L.C., Advertising and the business cycle, Journal of marketing, oct. 1941. Dans son étude portant sur la publicité et la production industrielle aux USA de 1923 à 1939, il avait clairement montré que l’évolution de la première suivait toujours la seconde dans le temps, et non l’inverse.

25 En ce sens et à titre d’illustration, le passage de 70.000 € à 180.000 € les 30 secondes de publicité sur TF1 le mercredi 5 juillet 2006 à l’occasion de la demi-finale de football France/Portugal obéit évidemment à d’autres motifs qu’une espérance de multiplier par 2,5 leurs ventes pour les annonceurs concernés.

26 D’IRIBANE Philippe, Le gaspillage et le désir, Paris, Fayard, 1975.

27 SAHLINS Marshall, Age de pierre, âge d’abondance, Paris, Gallimard, 1976.

28 SAHLINS Marshall, op. cit., p. 50.

29 Parmi de nombreux témoignages, Mémoires de Géronimo, recueillies par S. M. Barrett, Paris, Maspéro, 1972.

30 POLANYI Karl, La grande transformation, Paris, Gallimard, 1983 (1944), p. 185.

31 Les recherches anthropologiques sont nombreuses depuis près d’un siècle. Parmi les incontournables : ANSPACH Mark Rogin, À charge de revanche, Paris, Seuil, 2002 ; CAILLE Alain, Anthropologie du don, Paris, Desclée de Brouwer, 2000 ; LEVI-STRAUSS Claude, Les structures élémentaires de la parenté, Paris, Mouton, (1949) 1967 ; MAUSS Marcel, Essai sur le don, in Sociologie et Anthropologie, Paris, PUF, (1923) 1983 p. 143-279, ainsi que la revue semestrielle du MAUSS, en particulier le no 1 Ce que donner veut dire, 1993.

32 GODBOUT Jacques T., Ce qui circule entre nous, Paris, Seuil, 2007.

33 Soyons clair : nul rousseauisme en ce constat. Dès la rupture de la fonction producteur-usager, un tiers a du s’introduire et, à ce jour, critiquable et critiqué depuis longtemps, le marché demeure la moins mauvaise solution qui ait été inventée pour faciliter les relations entre tous. Ce qui n’occulte pas ses effets pervers et destructeurs.

34 LEVI-STRAUSS Claude, op. cit., p. 69.

35 MARX Karl, Fondements de la critique de l’économie politique, Paris, Anthropos, 1967 (1857-58), vol. 1, p. 150.

36 MALINVAUD Edmond, Leçons de théorie macroéconomique, Paris, Dunod, 1982.

37 BERTHOUD Arnaud, Une philosophie de la consommation Agent économique et sujet moral, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2005.

38 MALINOWSKI Bronislav, Une théorie scientifique de la culture, et autres essais, Paris, François Maspero, 1968 (1944), p. 25.

39 À l’encontre d’une certaine orthodoxie culturelle occidentale, lire un livre, écouter de la musique, regarder un film ne s’opèrent pas de la même manière sur les divers points de la planète même s’il n’est pas rare de voir que ce sont souvent certains tenants officiels de la « diversité » culturelle qui condamnent le plus véhémentement des formes d’appréciation, d’expression (surtout corporelle) qui ne leur ressemblent pas. Sacralisant et intellectualisant tout rapport à la culture, leur réprobation (« assez du bruit du pop-corn ») voire interdiction de toute caractéristique extériorisée des sentiments (rires, cris, acclamations, applaudissements...) lors d’une projection (« Taisez-vous ! » imposent encore des enseignants à des enfants enthousiastes manifestant spontanément leurs joies ou peurs) en dit long sur leur pratique effective du respect des autres cultures et formes d’expression.

40 MALINOWSKI Bronislav, op. cit., p. 75.

41 En France, l’obésité infantile concernait 3 % des 5-12 ans en 1960 mais 15 % en 2005. Le diabète et les maladies de type cardio vasculaires deviennent la principale cause de mortalité de la population obèse, dont l’espérance de vie diminue. L’obésité représente désormais l’une des principales causes de mortalité dans les pays industrialisés (2° rang en Belgique en 2007) voire la première comme aux USA où près du tiers de la population est en surcharge pondérale (contre 5 % en Chine ou au Japon). Là encore, la désignation aisée d’un quelconque bouc émissaire (le « mode de vie », « l’industrie agro alimentaire », etc.) ne se montre assurément nullement explicative, car elle ne nous dit rien, non point sur l’offre et ses intentions égoïstes à court terme, mais sur les véritables ressorts de la demande. Car que recherche vraiment le consommateur occidentalisé contemporain ? Qu’est-ce qui a permis chez lui – et non point, favorisé, à l’extérieur – la diffusion rapide, la contamination fulgurante d’un autre mode de vie, tant éloigné de celui des dizaines de siècles écoulés ?

42 BAUDRILLARD Jean, Pour une critique de l’économie politique du signe, Paris, Gallimard, 1972, p. 92.

43 Dans tous les sens du terme : voir, comprendre, mais aussi assimiler, puis exécuter.

44 Par exemple, même en pleine Coupe du Monde de rugby (2007), il n’est venu à l’esprit d’aucun artiste occidental (mais, en dehors du business, symbolique ou financier, quelle est désormais sa place, à l’artiste ?), le plus « révolutionnaire » soit-il, de se livrer à des actes (publics) de cannibalisme. Et pourtant originellement, le Haka sympathique des « all blacks » de Nouvelle Zélande était une danse des guerriers maoris qu’ils pouvaient effectuer pour impressionner leurs adversaires, et qui originellement ne signifiait rien d’autre que « à la fin du combat, que nous gagnerons, vous serez tous mangés ». Au sens propre.

45 Evidence : malgré leurs affinités ultérieures, Dada et le surréalisme ne sont pas apparus en URSS stalinienne, pas plus que le cubisme en Allemagne hitlérienne, ni le néo-réalisme aux USA.

46 LANGANEY André, Le Sexe et l’innovation, Paris, Seuil, 1987.

47 « Le latin mancus, manc, manque, signifiait estropié, défaillant, manquant de, et même gauche », Littré.

48 RADKOWSKI Georges Hubert de, Les jeux du désir, Paris, PUF, 2002 (1980), p. 144.

49 Ibid., p. 145.

50 « Nature » qui, au passage, n’a absolument plus rien de naturel depuis des siècles, l’ensemble des paysages ayant été sculptés par l’activité de l’homme. Pas un champ rectiligne de blés ou de tournesols avant l’apparition de l’agriculture, et jusqu’aux déserts qui ne sont ainsi nommés que par notre incapacité à y livrer une activité agricole ou pastorale. La forme et la taille même des glaciers ou de la banquise, tout comme la composition de l’air, se voient également totalement déterminées par l’activité économique humaine ; leurs fonte et pollution risquent de douloureusement le rappeler à l’espèce humaine.

Table des illustrations

Titre Schéma D : Du lien par le don au bien par l’achat
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/44109/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 38k

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540