Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean Guéhenno

 | 
Jeanyves Guérin
, 
Jean-Kely Paulhan
, 
Jean-Pierre Rioux

Une vie, une œuvre, des travaux

Texte intégral

Une vie

1890-1914

1Marcel (dit Jean) Jean Guéhenno naît à Fougères, dans le quartier de Bonabry, le 25 mars 1890 ; fils d’un cordonnier, Jean-Marie, et d’une piqueuse de chaussures, Angélique Girou, il est contraint de quitter l’école à l’âge de 14 ans, son père étant gravement malade ; ce dernier meurt en 1910. Jean Guéhenno entre comme employé aux écritures dans l’usine Bordeau-Tréhu. Il prépare seul son baccalauréat, la nuit, après sa journée de travail, et le passe aux sessions d’octobre 1906 et juillet 1907. Il obtient par la suite une bourse et devient élève de « khâgne » à Rennes de 1908 à 1910 ; à la fin de l’année 1910, il quitte la province pour le lycée Louis le Grand à Paris et est reçu au concours d’entrée de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm en 1911. Cet itinéraire atypique déterminera toute son œuvre et sa carrière.

1914-1918

2Le jeune officier Guéhenno est mobilisé en 1914 au 77e Régiment d’Infanterie ; il est blessé grièvement le 15 mars 1915, cité et décoré de la Croix de Guerre. Cependant, il refuse d’être réformé et travaille à la censure postale de Lyon. À la fin de 1916 ou au début de 1917, il devient directeur de l’école d’un hôpital pour aveugles de guerre, créée grâce à des fonds américains par Eugène Brieux, dramaturge engagé dont il a été secrétaire.

1918-1939

3Jean Guéhenno mène en parallèle une carrière de professeur et d’écrivain. Agrégé de lettres en 1920, il est de 1919 à 1927 professeur au lycée de Douai, puis à Lille, où il crée la classe de khâgne. Il se marie le 17 avril 1916 avec Jeanne Maurel (née le 21 octobre 1890 à Montolieu, dans l’Aude), jeune agrégée d’histoire ; naît le 23 février 1922 une fille, Louise. Peu de temps après avoir traduit les Lettres de Sacco et de Vanzeti, publiées en 1931 dans la collection dirigée par son mari chez Grasset, « Les Écrits », Jeanne Guéhenno meurt de maladie le 24 avril 1933. Dès 1927, Jean Guéhenno est professeur dans les plus grands lycées parisiens : Lakanal, Henri IV, Louis le Grand. Il enseigne en se donnant pour règle de « maintenir ensemble la défense de l’aristocratie de l’esprit et le principe de l’égalité des chances ». Collaborateur de La Revue de Paris, La Grande Revue, La Nouvelle Revue française, il dirige la revue Europe, fondée par des amis de Romain Rolland, de 1929 à 1936. Sous sa responsabilité, celle-ci est devenue un acteur majeur de vie culturelle française, de nombreux écrivains d’horizons très divers pouvant alors s’y exprimer librement. Il en démissionne lors de la prise de contrôle par les communistes (ses meilleurs articles d’Europe ont été rassemblés et publiés par Annie Guéhenno et Pascal Ory chez Grasset en 1979, sous le titre Entre le passé et l’avenir). Sollicité par André Chamson pour prendre la tête, avec Andrée Viollis, de Vendredi, il dirige cet hebdomadaire au service du Front populaire, qui s’est voulu indépendant des pouvoirs financiers et des partis politiques, de 1935 à 1938.

1940-1945

4Pendant l’Occupation, il s’engage dans la Résistance intellectuelle. Membre fondateur du Comité national des Écrivains et du groupe des Lettres Françaises, il est proche de Jean Paulhan, Jacques Decour, Jean Blanzat, Édith Thomas. Refusant de publier en se soumettant à la censure de l’Occupant, il travaille à une biographie de Jean-Jacques Rousseau. Sous le pseudonyme de « Cévennes », il donne un ouvrage aux éditions de Minuit clandestines : Dans la prison. À la rentrée d’octobre 1943, le régime de Vichy le rétrograde de la « khâgne » de Louis le Grand à une classe de 4e au lycée Buffon. Au lendemain de la Libération, le gouvernement provisoire de la France le charge d’organiser la Direction de la Culture populaire et des Mouvements de Jeunesse. Il met en place les projets de Maisons de la Culture. Mais, se rendant compte qu’il n’aura pas assez d’autonomie et que les anciens cadres vont s’opposer aux changements nécessaires, il démissionne rapidement de son poste.

1945-1978

5Nommé inspecteur général de l’Éducation nationale (Lettres), il effectue des missions en Afrique, Amérique du Nord et du Sud. Ces grands voyages apparaissent dans ses chroniques du Figaro littéraire. En décembre 1946, il épouse Annie Rospabé, résistante sauvée par un arrêt forcé du train qui l’emmenait vers les camps de la mort, auteur de deux livres, L’Épreuve (Grasset, 1968) et La Maison vide (Grasset, 1973). Leur ils Jean-Marie naît en 1949. Le 31 mars 1947, Jean Guéhenno reçoit la médaille de la Résistance. Chroniqueur au Figaro (1944-1977), puis au Monde (1977-1978), il est élu à l’Académie française le 25 janvier 1962 au fauteuil d’Émile Henriot, suscitant cet hommage de François Mauriac dans son Bloc-notes du 22 novembre 1962 : « Quelque mal que vous pensiez de l’Académie, dans une vie exemplaire comme celle de Guéhenno, elle apporte une considération irremplaçable. Le petit ouvrier breton qui, par la puissance de son esprit et par sa persévérance, est devenu ce maître éminent, ce haut fonctionnaire, et surtout cet écrivain, dessine sous nos yeux une image d’Épinal où la Coupole doit apparaître dans la dernière case. » Frappé d’hémiplégie le 4 juillet 1978, à la suite d’un discours passionné sur Voltaire et Rousseau lors d’un colloque à Paris, il meurt le 22 septembre 1978. Ses cendres sont dispersées en mer au large des Sept-Îles, en Bretagne.

Une œuvre

Essais

  • L’Évangile éternel, Grasset, 1927.
  • Caliban parle, Grasset, 1928. Trad. en espagnol.
  • Simon Mondzain, N.R.F., 1931, collection « Peintres nouveaux ».
  • Conversion à l’humain, Grasset, 1931.
  • Jeunesse de la France, Grasset, 1936.
  • Jean-Jacques en marge des « Confessions », tome I, 1712-1750, Grasset, 1948. Trad. en anglais et japonais.
  • La Part de la France, Éditions du Mont Blanc, 1949.
  • Jean-Jacques en marge des « Confessions », tome II, 1750-1758, Grasset, 1950. Trad. en anglais et japonais.
  • Jean-Jacques en marge des « Confessions », tome III, 1758-1778, Gallimard, 1952 (rééditions, Gallimard, 1962 et 1983). Trad. en anglais et japonais.
  • Aventures de l’esprit, Gallimard, 1954.
  • Sur le chemin des hommes, Grasset, 1959. Trad. en italien.
  • Caliban et Prospero, Gallimard, 1969.
  • Entre le passé et l’avenir, textes réunis par Pascal Ory et Annie Guéhenno, Grasset, 1979.
  • Trois discours de Jean Guéhenno sont accessibles sur le site de l’Académie française (htp://www.academie-francaise.fr/Immortels/base/academiciens/discours) : « Discours de réception et réponse de M. Jacques Chastenet », 6 décembre 1962 ; « Bicentenaire de la naissance de Chateaubriand, à Saint-Malo », 4 septembre 1968 ; « Discours prononcé à l’occasion de la mort de MM. Wladimir d’Ormesson et Georges Izard », 27 septembre 1973.

Récits de vie

  • Journal d’un homme de 40 ans, Grasset, 1934 : nombreuses traductions, notamment en allemand : Ein Mann von 40 Jahren. Zeihnungen von Frans Masereel. Bühergilde Gutenberg Zürih Prag, 1936).
  • Journal d’une « révolution », 1937-1938, Grasset, 1939.
  • Cévennes, Dans la prison, Aux éditions de Minuit, 1944.
  • L’Université dans la Résistance et dans la France nouvelle, Office français d’édition, 1945.
  • La France et le monde, Éditions de la Liberté, 1946.
  • Journal des années noires, Gallimard, 1947 : réédité dans la collection « Folio », 2002, avec une présentation de Jean-Kely Paulhan.
  • Voyages. Tournée américaine, tournée africaine, Gallimard, 1952.
  • La France et les Noirs, Gallimard, 1954.
  • La Foi difficile, Grasset, 1957.
  • Changer la vie, Grasset, 1961 (réédition, Grasset, 1990, collection « Les Cahiers rouges »). Trad. en italien.
  • Notes, Les Inédits d’Estienne, hors commerce, 1963.
  • Ce que je crois, Grasset, 1964. Trad. en italien.
  • La Mort des autres, Grasset, 1968 : le combat pour la paix, au nom de ses camarades tombés en 14-18.
  • Carnets du vieil écrivain, Grasset, 1971.
  • Dernières lumières, derniers plaisirs, Grasset, 1977.
  • La Jeunesse morte, Éditions Claire Paulhan, 2008 : un texte inédit établi et présenté par Philippe Niogret, avec Patrick Bachelier et Jean-Kely Paulhan,

6L’œuvre de Jean Guéhenno a été récompensée par le Prix des Ambassadeurs en 1953, le Grand Prix de la Ville de Paris en 1955, le Prix Ève Delacroix en 1960, le Prix de la Littérature pour la Jeunesse en 1961 et le Prix mondial Cino Del Duca en 1973.

Correspondances

  • L’Indépendance de l’esprit. Correspondance entre Jean Guéhenno et Romain Rolland, 1919-1944, préface d’André Malraux, Albin Michel, « Cahier Romain Rolland 23 », 1975.
  • Jean Giono-Jean Guéhenno, Correspondance 1928-1969, Seghers, 1991, édition établie et annotée par Pierre Citron.
  • Correspondance Paulhan-Guéhenno, 1926-1968, Gallimard, 2002, « Cahiers Jean Paulhan 11 », édition établie, annotée et présentée par Jean-Kely Paulhan

Préfaces

  • Pierre Étienne Marcel, La rencontre de Cervantès et de Don Quichote, Grasset, 1927.
  • Michael Farbman, Piatiletka (Le Plan russe), Rieder, 1931, traduit de l’anglais par Jeanne Guéhenno.
  • Alphonse Errera, France Italie, Tunis, 1939.
  • Rousseau Jean.-Jacques. Les Rêveries du Promeneur solitaire, Bibliothèque mondiale, 1956.
  • Tolstoï et la mort, dans La mort d’Ivan Ilitch et autres contes de Tolstoï, Bibliothèque de Cluny, Armand Colin, 1958.
  • Marie-Christine Renou et Jean-Louis Nou, L’Inde que j’aime…, Éditions Sun, Paris, 1968.
  • René Gimpel, Journal d’un collectionneur marchand de tableaux, Calmann-Lévy, 1963.
  • Joseph Cressot, Le pain au lièvre, Stock, 1973.
  • Chapelain-Midy à Fougères, Galerie du Beffroi, 1976.

Collaborations

  • Aux sources du XIXe siècle. La foi du XIXe siècle. Le drame du XIXe siècle, « Les Cahiers de Radio-Paris », 1932.
  • Les Cahiers André Baillon, collectif, Éditions Sfelt Malfere, 1935.
  • Au devant de la vie. La vérité aux Français, « Cahiers de La Nouvelle France 17 », mai 1938.
  • Voltaire, dans Tableau de la littérature française, tome I, Gallimard, 1939.
  • Hommage à Eugène Dabit, NRF, 1939.
  • Hommage à Romain Rolland, Héros de l’Europe, éditions du Mont-Blanc, 1945.
  • L’Esprit Européen, collectif, Bruxelles, 1947.
  • Lecture publique rurale et urbaine, Bibliothèque Nationale, « Cahiers des bibliothèques de France 2 », 1956.
  • Tradition et Innovation. La Querelle des Anciens et des Modernes dans le Monde actuel, Rencontres internationales de Genève, Neuchâtel, La Baconnière, 1956.
  • Jacques Desjardins, La Parole intérieure, Hachette, 1957, introduction de Jean Guéhenno « in memoriam ».
  • Hommage à Roger Martin du Gard, 1881-1958, NRF, 1958.
  • Hommage à Jean Duval, Corti, 1958.
  • Georges Hyvernaud et Jean Sirinelli, Plaisir de lire, publication sous la direction de Jean Guéhenno, classes de 6e, 5e, 4e, 3e, et Moyen âge, Armand Colin, à partir de 1961.
  • Sur la route de Vincennes, Livres de France, no 8, octobre 1962.
  • Renan, dans Tableau de la littérature française, tome. III, Gallimard, 1974.
  • Le 41e Fauteuil, collectif, Perrin, 1971.

Sur Jean Guéhenno

Études biographiques

  • Patrick Bachelier et Alain-Gabriel Monot, Jean Guéhenno, Collection Silhouettes littéraires, Rennes, La Part commune, 2007.
  • Patrick Bachelier, « Jean Guéhenno et Fougères », Le Pays de Fougères, 102 et 103, 1996.
  • Patrick Bachelier, « Un rendez-vous manqué ? Jean Guéhenno et Fougères », ibid., 110, 1998 et 120, 2001.
  • Patrick Bachelier, « Le Cercle des Vertus, ou les amis intimes de Jean Guéhenno », ibid., 123, 2001.
  • Patrick Bachelier, « Jean Guéhenno-Jeanne Maurel. Destins croisés de Fougères à Montolieu », ibid., 128, 2003.
  • Patrick Bachelier, « Marcel Guéhenno, un élève prometteur du collège de Fougères au lycée de Rennes », ibid., 129, 2003.
  • Patrick Bachelier, « Jean Guéhenno, La perception de l’écrivain dans sa ville natale, quand le respect et l’affection sont plus forts que les désaccords », ibid., 137, 2005.
  • Jean Baillou, Maurice Genevoix, Henri Coulet, J.-P. Richard, Jean Deprun, « Jean Guéhenno, 25 mars 1890-22 septembre 1978 », Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1979.
  • Didier Déléris, « Jean Guéhenno et le Front populaire », Le Pays de Fougères, 61, 1986.
  • Jacques Faucheux, « Hommage à Jean Guéhenno », Le Pays de Fougères, 21, 1978.
  • Bernard Heudré, « Jean Guéhenno ou Fougères-en-poésie », Le Pays de Fougères, 15, 1977.
  • Daniel Heudré, « Fougères 1906 : La grande grève, Jean Jaurès et Jean Guéhenno », Le Pays de Fougères, 75, 1989.
  • François Mauriac, Jean Cassou, Guy Desgranges, Hommage à Jean Guéhenno, Armand Colin, 1962.
  • Alain-Gabriel Monot, Jean Guéhenno et la Bretagne, Terre écrite, Blanc Silex, 2004.
  • Paul Phocas, Gide et Guéhenno polémiquent, Interférences, 1987.
  • François Mouret et Paul Phocas, Jean Guéhenno et Monsieur Gide, Ouest Éditions, 1993.
  • Hommage à Jean Guéhenno à l’occasion du centième anniversaire de sa naissance, colloque organisé par l’UNESCO, 1990.
  • Michel Bloit, Moi, Maurice, bottier à Belleville, L’Harmattan ; coll. « mémoires du XXe », 1993.
  • Pour la défense de la culture. Les textes du Congrès international des écrivains, Paris, juin 1935, réunis et présentés par Sandra Teroni et Wolfgang Klein, Éditions Universitaires de Djon, 2005.

Travaux universitaires

  • Maurice Joubin, Guéhenno, témoin de l’homme de série, mémoire de maîtrise, Université de Bretagne occidentale, mars 1975.
  • Bernard Laguerre, Vendredi 1935-1938, diplôme d’études approfondies, Institut d’études politiques de Paris, 1985.
  • Michel Leymarie, Jean Guéhenno un professeur en République, diplôme d’études approfondies, Institut d’études politiques de Paris, 1989.
  • Philippe Niogret, La revue Europe et les romans français de l’entre-deux-guerres (1923-1939), L’Harmattan, 2004.
  • Jean-Kely Paulhan, La correspondance Paulhan – Guéhenno, 1926 – 1968. Deux intellectuels dans le siècle, thèse de doctorat, sous la direction de Michel Winock, Institut d’études politiques de Paris, 1999.
  • Paul Phocas, Prospero chez les jeunes Calibans ou Jean Guéhenno dans les ouvrages didactiques, 1935-1990, thèse de doctorat, Ouest Éditions, 2001.

Sélection d’articles et chapitres d’ouvrages

  • Robert Auclaire et Joffre Dumazedier, « Jean Guéhenno à la direction de la Jeunesse et de l’Éducation populaire, L’espérance contrariée », Les Cahiers de l’animation, 57-58, 1986.
  • Jean Blanzat, « Jean Guéhenno », Livres de France, décembre 1961.
  • Jacques Chancel, Radioscopie III, Robert Laffont, 1973.
  • Didier Déléris, « Jean Guéhenno, l’humaniste et les bureaux », Les Cahiers de l’animation, 57-58, 1986.
  • Jean-Louis Ezine, « Jean Guéhenno », dans Les écrivains sur la sellette, Le Seuil, 1981.
  • Maria Chiara Gnocchi, « La revue Europe et les prosateurs français contemporains. De Rieder (1923-1938) : statistiques et commentaires », htp://www.europe-revue.info/histoire/etudes/gnocchi.htm.
  • Jeanyves Guérin, « Un honnête homme dans les années noires », dans L’Amitié, ce pur fleuve… Textes offerts en hommage à Bernard Cocula, Le Bouscat, L’Esprit du temps, 2005.
  • Paul Lafaye, « Guéhenno, écrivain et universitaire pendant les années noires », tapuscrit, Lourdes, 1981, Archives municipales de Fougères.
  • Bernard Laguerre, « Marianne et Vendredi : deux générations ? » Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 22, 1989.
  • Alain-Gabriel Monot, « Jean Guéhenno, un écrivain oublié », Ar Men, 131, 2002.
  • Pascal Ory, « La revue Europe à l’époque de Jean Guéhenno (1929-1936) », dans Hommage à Jean Guéhenno à l’occasion du centième anniversaire de sa naissance, colloque organisé par la Commission de la République française pour l’Éducation, la Science et la Culture de l’UNESCO, sous la présidence de M. Jean Sirinelli, 1990.
  • Jean-Kely Paulhan, « Les lecteurs de Vendredi, ou la vérité difficile », dans Hommage à Jean Guéhenno à l’occasion du centième anniversaire de sa naissance, colloque organisé par la Commission de la République française pour l’Éducation, la Science et la Culture de l’UNESCO, sous la présidence de M. Jean Sirinelli, 1990.
  • Jean-Kely Paulhan, « Nous gens de gauche… Quarante ans de conversation sur le siècle, les intellectuels, la France et le monde (comme il va) entre Paulhan et Jean Guéhenno », dans Paulhan. Le Clair et l’obscur, colloque de Cerisy-la-Salle, Gallimard, coll. « Les Cahiers de la NRF », 1999.
  • Jean-Kely Paulhan, « Guéhenno et la liberté », dans le DVD La Résistance en Ile-de-France, Paris, Association pour des Études sur la Résistance Intérieure (AERI), 2004.
  • Jean-Kely Paulhan, « Guéhenno à La NRF ou Caliban entre deux rêves », dans Jeanyves Guérin, dir., La Nouvelle Revue Française de Jean Paulhan (1925-1940 et 1953-1968), Le manuscrit. Coll. « L’esprit des Lettre » s, 2006.
  • Jean-Kely Paulhan, « Blanzat et Guéhenno contre les faussaires : le sens d’une fidélité », dans Myriam Boucharenc dir., Pour saluer Jean Blanzat, Presses Universitaires de Limoges, 2007.
  • Jean-Kely Paulhan, « Intellectuels désarmés ? 1932, une année de polémiques entre Paulhan et Guéhenno », Épistolaire, 34, décembre 2008.
  • Pierre Le Peillet, « Jean Guéhenno », dans Figures de Port-Blanc, Éditions Anagrammes, 2004.
  • Nicole Racine, « Jean Guéhenno et le communisme (1920-1939) », dans Hommage à Jean Guéhenno à l’occasion du centième anniversaire de sa naissance, colloque organisé par la Commission de la République française pour l’Éducation, la Science et la Culture de l’UNESCO, sous la présidence de M. Jean Sirinelli, 1990.
  • Gilbert Sigaux, « Œuvres de Jean Guéhenno, reflet d’une aventure humaine », Livres de France, 10, décembre 1961.
  • Un film : Jean-Kely Paulhan, « Vendredi. Brève histoire d’un journal libre, 1935-1938 », documentaire de 20 minutes, au catalogue de la Vidéothèque de Paris, 1990.

Les Cahiers Jean Guéhenno

7Les Cahiers Jean Guéhenno ont publié dans leur numéro 1, en 2007 :

  • Patrick Bachelier, « Il y a toujours une autre île »
  • Jean-Kely Paulhan, « Annie Guéhenno »
  • Jean-Pierre Rioux, « Guéhenno en vérité, ou certaine jeunesse de la France »
  • Patrick Bachelier, « Jean Guéhenno ou ‘La Foi difficile’ »
  • François Roussiau, « Jean Guéhenno et Saint-Germain-en-Coglès, Un petit roi ensaboté au pays des légendes »
  • Des extraits du discours prononcé dans la séance publique tenue par l’Académie française pour la réception de M. Alain Decaux, le jeudi 13 mars 1980
  • Une lettre de M. Alain Decaux du 11 janvier 2007
  • Daniel Huby, « Action de grâces ».

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540