Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quel film voir ?

 | 
Claude Forest

Section D – De quelques déterminants de la demande

Section D – De quelques déterminants de la demande

Texte intégral

Que craigniez-vous,Madame  ?
– Une cage. Rester derrière des barreaux,
jusqu’à ce que tout espoir d’accomplir de hauts faits
soit passé, sans possibilité de rappel, ni de désir.
(J.R.R. TOLKIEN, Le Seigneur des anneaux)

Tu ne convoiteras point la maison de ton prochain ;
tu ne convoiteras point la femme de ton prochain,
ni son serviteur, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne,
ni aucune chose qui appartienne à ton prochain.
(Exode, 20-17)

1Entre la tension du désir individuel et le risque que son expression peut représenter pour le groupe social naissent les formes artistiques tout autant que les interdits religieux. Dès lors il n’est pas surprenant que les ignorant, poussées par leur nécessité formalisatrice, limitées par leur prétention rationalisatrice, les formes dominantes de l’économie ne se soient guère intéressées à la demande elle-même et encore moins à ses déterminants. Et pour leur part les artistes eux-mêmes, pour des raisons opposées, accaparés par ce qu’il en serait de la singularité de leur démarche et soucieux de leur indépendance créatrice, n’ont jamais eu intérêt à se pencher sur les invariants qui les détermineraient, ou tout mécanisme qui relativiserait la portée d’une singularité légitimement revendiquée. Et pourtant, chez nombre de fondateurs de la théorie économique, les réflexions morales ou religieuses ont souvent précédé les réflexions économiques stricto censu. David Hume écrira son Traité de la nature humaine (1739), treize ans avant son Du commerce et du luxe ; son contemporain Adam Smith livrera sa très discutée à l’époque et quasiment oubliée aujourd’hui Théorie des sentiments moraux (1759), qui précédera de dix-sept ans son classique fondateur Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations, synthèse des pensées de son époque sur le sujet qui permettra à de nombreux courants, des libéraux à Marx, d’y puiser des motifs d’inspiration. L’étude de la logique inspirera d’abord John Stuart Mill avant qu’il édite ses Principes d’économie politique (1848), ce qui lui permettra peut-être de souhaiter limiter le champ de l’économie à l’étude de la production et de l’utilisation des ressources, mais certainement pas l’étendre au problème de leur répartition, problème concernant avant tout la société et le politique selon lui. Et nombreux sont ces auteurs aux premières œuvres oubliées, qui éclairent toutefois très différemment l’héritage qu’ils ont pu laisser par d’autres auteurs interposés.

2S’il n’est pas certain que les sociologues jusqu’à Bourdieu aient lu le Smith de la Théorie des sentiments moraux, nombre d’éléments sur le goût, sa formation et sa diffusion y sont pourtant déjà présents, mais il y affirmera surtout, à l’encontre de la pensée dominante qui lui survivra, le caractère matériellement désintéressé de nombreux jugements et comportements humains, et cela contre les théories dominantes de l’égoïsme et de l’intérêt des individus. Avec le vocabulaire de son époque (il utilise la sympathie au sens d’empathie mais s’y penche longuement), il trace la voie au mimétisme, n’hésitant pas à poser la capacité de comprendre, ressentir un autre en se mettant à sa place, de son point de vue, au centre des actions de l’homme qui doit toujours tenir compte du point de vue des spectateurs réels ou d’un spectateur « impartial » (imaginaire, ou introjecté), dans le cadre d’un double mouvement de « sympathie ». D’une part les spectateurs s’identifient à l’acteur et comprennent (ou ressentent diffusément) les motifs de son action, d’autre part l’acteur s’identifie aux spectateurs qui le regardent et perçoit leurs dispositions à son égard. Tout l’opposé du consommateur calculateur rationnel et autonome.

  • 1 LA BRUYERE, Caractères (1688), Paris, Garnier, 1932, p. 133.
  • 2 MACHIAVEL, Le Prince (1532), Paris, éd. Mille et une nuits, 2003, chap. XVII.
  • 3 BUTLER Joseph (Evêque de Durham), Analogie de la religion naturelle et révélée avec l’ordre et le c (...)
  • 4 Marquis de Halifax, cité par HIRSCHMAN Albert O., Les passions et les intérêts, Paris, PUF, (1980) (...)

3Néanmoins, si l’étude des « passions » et motivations humaines qui a tant captivé les moralistes et philosophes durant plusieurs siècles est largement passée de mode, ce n’est certainement pas parce que les hommes auraient changé de nature, ni que l’on aurait découvert tel ou tel élément scientifique permettant d’éclairer sa compréhension sous un autre jour, pas plus qu’on aurait su les vaincre. « Rien ne coûte moins à la passion que de se mettre au-dessus de la raison : son grand triomphe est de l’emporter sur l’intérêt »1. Si donc, pour expliquer les comportements des hommes, leurs demandes et pratiques, notamment sous l’impulsion des économistes, ce concept des passions a progressivement été abandonné au profit de celui de l’intérêt, c’est que d’aucuns y avaient bien… intérêt. La principale difficulté d’un monde gouverné par des hommes « ingrats, changeants, dissimulés, ennemis du danger, avides de gagner »2 où son intérêt est « dominé, non seulement par les passions plus fougueuses, mais encore par la curiosité, par la honte, par l’amour de l’imitation »3 réside essentiellement en son imprévisibilité, son assujettissement, son inconstance. À l’opposé de la passion, le paradigme de l’intérêt, largement raillé lors de son introduction (« s’il nous faut supposer que les hommes obéissent toujours à leur véritable intérêt, il doit s’agir d’une nouvelle humanité nouvellement manufacturée par le Tout-puissant ; il a fallu une autre argile, l’ancienne n’a jamais donné de telles créatures infaillibles »4) présente tous les avantages nécessaires à une évolution centrée sur un accroissement de la production, déconnectée de la consommation immédiate, et qui nécessite une anticipation de ces deux paramètres. L’optimisation de l’utilisation des ressources aux fins productives passe par une prévisibilité des comportements de leurs acheteurs, elle-même, en toute logique, optimisée si elle est envisagée rationnellement, sans passion. L’avantage imaginé, idéalisé, d’une telle prévisibilité induit la rationalité et non l’inverse ! Que les théoriciens se soient emparés de cette vision idéale pour fonder l’ensemble de l’économie politique n’est rien d’autre que l’écriture d’un récit parfaitement logique, cohérent, idéal, mais fictionnel, qu’ils ont tenté, puis réussi, à faire passer pour réel.

4Le second avantage, considérable, et qui marque parfaitement le changement d’époque et de comportements que les individus devaient adopter, et donc que la théorie leur prêta, endossant les nécessités du discours dominant, est également relié à ce début d’abondance généralisé, à l’accroissement des biens et denrées disponibles, à la course à la mondialisation relancée par Christophe Colomb et la découverte des Amériques. Le monde cesse d’être infini et inconnu (même si de larges zones le demeurent encore au sein des continents, Magellan et d’autres achèvent de le boucler et d’en donner la cartographie globale), il devient donc non seulement prévisible, mais sa finitude achève l’incertitude, l’inconstance, les modifications sans cause. Les dieux grecs peuvent mourir définitivement, et avec eux toutes les anciennes formes de domination, car de l’homme on attend désormais les mêmes caractéristiques du nouvel état de la nature, de ses richesses et des forces productives libérées. Cela en est fini des états antérieurs de l’homme, quasi-primitifs, l’oisiveté devient inacceptable tant pour les pauvres (condamnation de la mendicité, etc.) que pour les riches (railleries et disparition progressive de l’aristocratie), l’imprévisibilité également – et donc une certaine forme de gouvernement incarnée par la royauté – l’inconstance surtout. Et pour assurer une constance, rien de mieux que le calcul qui permet de prévoir et d’anticiper, d’où là encore cet avantage indéniable, mais idéalisé, prêté à tous les hommes, d’une telle régularité de comportement, qui induit la nécessité du calcul rationnel, et non l’inverse.

  • 5 HIRSCHMAN Albert O., op. cit., p. 53.

5Assurément, la naissance de cet homo oeconomicus gouverné par l’intérêt, aux demandes constantes et prévisibles rendait un fier service aux marchands, manufacturiers puis industriels, nouveaux dominants de l’époque, car que peut-on attendre d’un tel homme, si ce n’est de la fermeté, de la ténacité, de la méthode afin d’acquérir et de conserver selon ses intérêts, « bref, un comportement en tout point contraire à celui qu’il est convenu d’attribuer à l’homme qui se laisse secouer et aveugler par ses passions ? »5, passions totalement contraires à la bonne conduite des affaires. Et de fait, argument justificatif ex-post, là où les hommes commercent, ils guerroient moins souvent, l’accroissement de la prospérité résultant de la vente et de l’échange s’avérant supérieur à celui né du rapt et de la rapine.

 

  • 6 Pour une analyse détaillée, voir DUMOUCHEL Paul & DUPUY Jean-Pierre, op. cit., 2° partie.
  • 7 AUMONT Jacques, De l’esthétique au présent, Bruxelles, De Boeck Université, 1998, p. 110 sq.

6Ayant abandonné cette fable historiquement datée aux nombreuses incidences, dont celles de la très ambivalente rareté6 et de la valeur dont se sont partiellement inspirés les champs artistiques, nous soutiendrons au contraire que, non préalablement déterminée, c’est toujours de l’autre qu’un objet détient sa valeur. Avant d’examiner ce préalable systématique à l’expression de la demande, nous avons souhaité rappeler quelques-uns de ses déterminants mis à jour par d’autres disciplines telle la biologie (chap. 15), interroger des notions comme celle du besoin à travers les travaux de la philosophie, l’anthropologie ou la sociologie (chap. 14), puis du désir via la psychanalyse (chap. 16) avant d’approfondir une certaine conception de la mimésis, non point exactement selon l’acception usuelle développée dans l’analyse filmique qui complète déjà celle d’Aristote7, mais telle qu’elle apparaît autour des travaux de René Girard (chap. 17). Bien qu’a priori éloignés du cinéma et des arts, ces survols nous semblaient des préalables indispensables avant d’aborder un chapitre conclusif (18) qui se penchera sur les aspects de propagation et de concentration de la demande, que nous soutiendrons comme étant factuellement inévitables, même si leurs effets peuvent largement sembler dommageables. Mais de nobles déclamations nous emblent moins utiles qu’une tentative de compréhension des phénomènes, les proclamations incantatoires manquant singulièrement d’efficacité opératoire pour permettre une transformation du réel.

Notes

1 LA BRUYERE, Caractères (1688), Paris, Garnier, 1932, p. 133.

2 MACHIAVEL, Le Prince (1532), Paris, éd. Mille et une nuits, 2003, chap. XVII.

3 BUTLER Joseph (Evêque de Durham), Analogie de la religion naturelle et révélée avec l’ordre et le cours de la nature (1821), Paris, Brunot-Labbe (books.google.fr), p. 163.

4 Marquis de Halifax, cité par HIRSCHMAN Albert O., Les passions et les intérêts, Paris, PUF, (1980) 1997, p. 45.

5 HIRSCHMAN Albert O., op. cit., p. 53.

6 Pour une analyse détaillée, voir DUMOUCHEL Paul & DUPUY Jean-Pierre, op. cit., 2° partie.

7 AUMONT Jacques, De l’esthétique au présent, Bruxelles, De Boeck Université, 1998, p. 110 sq.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540