Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quel film voir ?

 | 
Claude Forest

Section C – La demande voilée

Chapitre XII. Opinions et croyances

Texte intégral

À tous les repas pris en commun,
nous invitons la liberté à s’asseoir.
La place demeure vide, mais le couvert reste mis.
(René Char)

Manipulez-moi !

1Alors même que nous assénons très souvent nos jugements et modes de raisonnement de manière absolue, lorsqu’il existe notre mode d’évaluation et d’arbitrage personnel est rarement absolu mais souvent relatif, y compris dans le champ économique. Et cela, à commencer par celui utilisé pour effectuer nos dépenses, celles-ci pouvant par ailleurs, de notre fait, facilement ne pas être conformes à ce que nous souhaitions ou prévoyions. Pour l’illustrer, comparons deux achats concernant deux biens identiques, chacun ayant des prix différents, vendus dans deux magasins distincts.

  1. nous souhaitons acheter un premier bien A, peu onéreux, une baguette de pain ordinaire par exemple. Nous rentrons dans une première boulangerie ; nous voyons le prix affiché : 1,60 €. Effarés, scandalisés, nous ressortons aussitôt puisqu’il s’agit du double du prix que nous payons habituellement, pour exactement le même produit. Si nous ne sommes pas pressés et que nous souhaitons absolument manger du pain, nous sommes prêt à errer dans la ville, voire à prendre notre voiture pour nous rendre dans la plus proche boulangerie de notre connaissance afin de trouver une baguette à un prix habituel, et donc « raisonnable » à nos yeux.

  2. nous souhaitons acheter un second bien B, plus onéreux, un lave linge ou une cuisinière par exemple. Dans un premier magasin, nous sélectionnons un produit qui correspond en tout point à notre attente, vendu pour 769 €. En consommateur averti, avant d’effectuer notre achat, nous nous rendons dans un autre magasin, un peu plus éloigné, afin de comparer l’ensemble de l’offre. Nous en trouvons une, absolument similaire en tous points (marque, couleur, SAV, etc.) mais un peu plus chère : 799 €. Décidant que la différence de prix est minime et ne vaut pas la peine (temps, fatigue…) de revenir au premier magasin, nous l’achetons immédiatement.

2Dans le premier cas, notre gain financier apparent sera au maximum de 1,60 – 0,80 = 0,80 € (mais le gain réel nettement moindre : perte de temps, coût éventuel de l’essence, amortissement du véhicule, etc.), et l’impact psychologique très négatif (énervement, sentiment « d’escroquerie », etc.). Dans le second cas, notre satisfaction est totale : nous avons obtenu le bien que nous souhaitions, au moment que nous avons choisi, et le résultat financier est que nous avons dépensé 30 € de plus, que nous aurions pu économiser si nous étions un individu totalement rationnel, ou plus exactement, si l’utilitarisme guidait véritablement tous nos actes. Sauf que ce sentiment comparatif qui a pu nous servir de repère s’opère rarement dans l’absolu, mais très souvent dans le relatif : ce ne sont donc pas les 0,80 € que nous avons recherchés, c’est le doublement du prix (100 %) que nous avons rejeté, de même que nous n’avons pas écarté les 30 €, mais trouvé insignifiants les 3,7 % de réduction qu’ils représentaient (et il ne nous est pas venu à l’esprit que cela représentait… 38 baguettes de pain). Et plus la valeur du bien s’élève (voiture, bien immobilier), moins l’attachement à la valeur absolue jouera (personne ne marchande l’achat d’un appartement à l’euro près, ni à sa dizaine, voire même millier d’euros près) : compte principalement sa valeur relative (recherche de x % de réduction).

3De la même manière, nous pouvons gâcher fréquemment des dépenses, pour des choses que nous souhaitions, demandions, d’autant plus facilement d’ailleurs qu’elles sont importantes.

  • 1 Les exemples qui suivent s’inspirent des travaux de Robert-Vincent Joule et Jean-Léon Beauvois, not (...)

4Par exemple1, nous réservons une semaine de ski dans les Alpes avec des amis, en payant immédiatement un forfait de 300 € pour deux personnes tout compris. Mais au même moment, sans nous tenir au courant (pour nous en faire la surprise), notre conjoint a bénéficié d’une superbe opportunité avec son comité d’entreprise : une semaine dans les Pyrénées pour seulement 150 € payables immédiatement, ce qu’elle a fait avec empressement. Malheureusement, le soir nous nous rendons compte que les deux réservations, de qualité et prestations identiques, ont lieu la même semaine. Mais il est trop tard et il est impossible de se faire rembourser l’une ou l’autre. Nous devons donc nous résoudre à choisir dans lequel des deux lieux nous nous rendrons. Dépités d’avoir à perdre notre argent, il est très probable que nous chercherons à minimiser cette perte, donc nous choisirons la situation qui nous engage le moins, celle qui nous semble la plus avantageuse, à savoir les Pyrénées. Et nous soutiendrons qu’à 150 €, cette semaine était vraiment une superbe opportunité.

5Et pourtant, quel qu’ait pu être notre choix, notre semaine nous aura en fait coûté 300+150 = 450 €.

  • 2 LEWIN Kurt, Group decision and social change, in Newcomb, Hartley (dir.), Readings in social psycho (...)

6Massivement, les humains sont consistants, solidaires, cohérents avec leurs décisions (elles-mêmes parfois inconsistantes et incohérentes mais qui n’ont pas été prises au hasard), dans lesquelles ils se retrouvent souvent piégés, prisonniers, même si elles ont été prises, du moins en apparence, en toute liberté. Kurt Lewin a appelé ce phénomène « l’effet de gel »2, comme difficulté de se détacher, de renier à ses propres yeux son attitude et ses choix antérieurs, même (et surtout) lorsque l’on sait pertinemment qu’ils n’étaient pas optimums.

7Achetant un nouveau bien (un téléphone mobile de la Xème génération avec Y fonctions intégrées, par exemple), si nous constatons – mais nous glissons rapidement en général sur cette découverte – que la majorité de ces fonctions ne nous sont effectivement d’aucune utilité (ou qu’elles nous sont trop complexes à utiliser), nous n’irons pas pour autant l’avouer à nos amis et collègues mais nous aurons, au contraire, tendance à justifier notre comportement d’achat, à le rationaliser. Nous pourrons arguer que grâce à ce nouvel outil – que tout le monde possède déjà (possédera ou devrait posséder) – nous pouvons désormais écouter nos auteurs préférés en Dolby Stéréo (très utile vu la taille des écouteurs) et regarder notre série favorite sur TNT 255, une nouvelle chaîne de Web-TV (devenue évidemment indispensable puisque tout le monde la reçoit). Il en ira évidemment de même pour le dernier PC multimédia qui ne nous sert absolument pas au dixième de ses possibilités, avec le dernier home-cinéma, etc., mais nous expliquerons néanmoins tout ce qu’ils peuvent faire. Cet achat nous sécurise d’autant et nous fait vivre, plus ou moins brièvement, un émerveillement et un contentement comparables à la joie enfantine lors de la découverte du dernier cadeau qui nous comblait totalement et envahissait notre univers mental.

  • 3 JOULE Robert-Vincent et BEAUVOIS Jean-Léon, Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gen (...)

8L’importance que revêt le sentiment de liberté dans nos comportements d’achat parait aujourd’hui essentielle au sein de nos sociétés. En ce qui concerne nos demandes et nos achats de biens, les entreprises n’en auraient probablement pas vendu davantage sous un régime autoritaire « dans les très nombreuses expériences où les chercheurs opposent une situation de libre choix (fort sentiment de liberté) à une situation de contrainte (faible sentiment de liberté) on constate qu’il n’y a que très peu de différence – lorsqu’il y en a – pour ce qui est des comportements réalisés ».3

9Au grand dam de notre vision idéale et libérale, après des siècles de combat d’émancipation politique, un sujet « libre » se comporte exactement comme un sujet contraint. Le manipulateur a beau rappeler sans cesse au consommateur qu’il est libre d’acheter ou non ses merveilleux produits, celui-ci sait parfaitement ce que le manipulateur attend de lui… et il s’y plie.

10Il faut donc admettre qu’il existe dans de telles situations des déterminants plus puissants, et ces déterminants sont à rechercher dans le lien entre le manipulateur et les sujets. De plus, ce sentiment de liberté joue un rôle primordial dans les phénomènes de constance dans les décisions. En effet, l’individu qui a pris sa décision sous la contrainte se sentira nettement moins engagé par son acte que celui qui l’a prise en apparence “librement”. Un phénomène qu’intègrent très bien les nouvelles formes de management (pour amener les travailleurs – ou les enfants – à décider, en toute liberté, d’émettre des comportements qui de toutes façons étaient requis) ou de commercialisation (ibid. pour les consommateurs), puisqu’il a été remarqué depuis longtemps que ces personnes remettront nettement plus difficilement en cause ce qui leur apparaît comme ayant été leur décision (qu’ils estiment avoir prise “en toute liberté”) que si elle leur avait été imposée par autrui (leur hiérarchie, le vendeur, le parent, etc.).

  • 4 PASCAL Blaise, Pensées, Paris, Dezobry et E. Magdelaine, 1852, p. 462.

11À nos propres yeux comme aux yeux d’autrui, nous n’aimons guère avouer que nous nous sommes trompés. Ni que nous avons été trompés. Le sentiment, l’impression, l’illusion de liberté nous importent au fonds davantage que la liberté elle-même. Quelles sont ces « puissances qui nous portent à consentir »4 ? Pourquoi adhérons-nous à telle idée, à l’évidence de devoir posséder tel ou tel bien, d’endosser tel ou tel comportement, à telle théorie qui nous permettra de justifier telle ou telle vision du monde ?

12Toutes les connaissances reposent sur des représentations a priori, non susceptibles de démonstration, acquises dès l’enfance à notre insu puis au fur et à mesure de notre évolution. Selon Kant, la connaissance repose sur des formes a priori de l’entendement dont nous avons besoin pour organiser notre expérience, et au crible desquelles tous les événements qui vont survenir vont être décryptés. De ce fait aucune connaissance, aussi rigoureuse soit la démarche qui la fonde, n’est à l’abri du risque de se fourvoyer par un mauvais codage initial, une utilisation inadéquate de ces a priori qui semblent pourtant solides au yeux du sujet, d’autant plus solides d’ailleurs, qu’ils le fonde, qu’ils en font sa propre cohérence. Il y a toujours de réels motifs pour adhérer à des théories fausses, et postuler la bêtise, l’ignorance ou l’irrationalité de leurs adeptes c’est se condamner à ne rien comprendre à ce qui agit véritablement le sujet.

Engagez-vous !

  • 5 Batman begins (Christopher Nolan, US, 2005).

Qui que je sois au fond de moi, Je ne serai jugé que sur mes actes.
(Batman)5

13Notre culture issue du cogito nous amène à considérer que les individus s’engagent habituellement dans une action en fonction de leurs convictions ou croyances, qui traduisent elles-mêmes différentes formes d’influence sociale. De nombreux facteurs internes, qui tournent couramment autour de la notion de motivation, permettraient d’expliquer leurs conduites (l’autodétermination, les besoins, les compétences…).

  • 6 KIESLER Charles, The psychology of commitment, New York, Academic Press, 1971.

14Il est toutefois possible d’envisager une situation inverse, dans laquelle les individus sont engagés non pas en fonction de leurs opinions, mais en fonction de leurs actes. Cette perspective correspond au postulat de la théorie de l’engagement, d’origine psychosociale, qui enrichit la compréhension du comportement du consommateur en constatant qu’en de nombreuses situations l’individu n’est pas réellement engagé par ses images ou ses convictions, que ce ne sont pas elles qui le meuvent, mais qu’il l’est avant tout par, et dans, ses actes. L’engagement serait « le lien qui unit l’individu et ses actes comportementaux »6 dans une situation donnée, avec des conditions dans lesquelles la réalisation de ces actes ne peuvent être imputables qu’à lui-même, qu’à celui qui les a réalisés.

15Si les actes engagent un individu, si son engagement dans un acte correspond au degré auquel il peut être assimilé à cet acte, celui-ci peut néanmoins être plus ou moins fort, plus ou moins impliquant et, surtout, il peut exister plusieurs facteurs qui orientent la force du lien qui réside entre la personne et ce qu’elle fait. Parmi ceux-ci, on peut relever :

  • La publicité de l’acte. L’action est plus engageante sous le regard d’autrui que dans l’anonymat.

  • Le sentiment d’autonomie. Plus la personne s’imagine libre du choix de faire, ou non, plus elle s’exécutera. (La simple énonciation « vous êtes libre de… » amène davantage de personnes à l’acceptation de l’acte). Un acte est d’autant plus engageant qu’il ne peut être imputé à des raisons externes, mais à des raisons internes (personnalité, morale…).

  • La clarté de l’acte. Un acte qui ne peut prêter à aucune ambiguïté dans son interprétation, est plus engageant qu’un acte non explicite.

  • La fréquence de l’acte. Un acte que l’on est amené à répéter est plus engageant qu’un acte exécuté une seule fois.

  • La réversibilité de l’acte. Plus la personne a le sentiment qu’elle ne pourra pas revenir sur son comportement, plus elle se sent engagée. De même, un acte lourd de conséquences est d’autant plus engageant.

  • Le coût de l’acte. Pour posséder le maximum de chances d’être accepté, un acte coûteux doit en général être précédé d’un acte moins coûteux. Par ailleurs, ultérieurement, un acte sera d’autant plus engageant qu’il aura été coûteux (en temps, argent ou énergie).

16Par exemple, lorsqu’une personne reçoit une demande qui s’écarte de la norme, des habitudes, elle refuse logiquement d’y donner une suite favorable, mais elle peut éventuellement consentir à une seconde demande de moindre importance. Relativement, la deuxième demande parait « raisonnable », donc acceptable, ou plutôt son refus génèrerait la production d’une image négative de son énonciateur, à ses yeux d’abord (supra).

  • 7 BEAUVOIS Jean-Léon, JOULE Robert-Vincent & MONTEIL Jean Marc (dir.), Perspectives cognitives et con (...)

On propose à des étudiants de participer à une expérience énoncée comme intéressante et rémunérée. Lorsqu’ils arrivent, on leur apprend que celle-ci a été annulée. Au moment où les étudiants repartent, une autre personne leur demande s’ils sont d’accord pour participer bénévolement à une autre expérimentation nettement moins intéressante. Cette technique du leurre provoque un taux d’acceptation deux fois supérieur à une simple proposition d’emblée, sans préparation7.

17Son acceptabilité passe par sa minimisation et cette acceptation proviendrait de la peur de « perdre la face », ou de l’envie de « faire plaisir » voire de croire qu’on accorde une faveur ; bref de se conformer au désir de l’autre, à l’image que l’on suppose qu’il serait bon d’avoir, à ce qu’il attendrait de nous. Une personne, quelle que soit sa résolution initiale, peut être amenée à changer radicalement d’opinion ou de comportement, souvent à son insu. En prenant conscience, elle pourra ultérieurement se le reprocher (« je suis trop faible »), ou au contraire s’en valoriser (« je suis bonne »). Dans des situations extrêmes, c’est ce que l’on peut observer au démarrage de certaines conduites addictives (dopage, drogues, etc.). Pareillement, les agents commerciaux ont largement assimilé le mécanisme et pratiquent allègrement des techniques qui permettent ainsi d’obtenir un résultat sans l’imposer. À la différence de la séduction, de l’autorité et même de la persuasion, ces techniques provoquent un comportement dans des conditions telles que celui qui en est le porteur ne peut en appeler qu’à ce qu’il est (quelqu’un de serviable, d’honnête, etc.) pour l’expliquer.

18L’une d’elle, l’étiquetage met l’accent sur un trait de caractère, ou sur des valeurs proches d’un comportement que l’on souhaite voir adopté ultérieurement par le sujet. “J’ai eu de la chance de tomber sur quelqu’un de bien comme vous” induira un comportement plus probe, car il va de soi que quelqu’un de bien ne prend pas de l’argent ne lui appartenant pas, ou ne fait pas quelque chose de répréhensible. “Capables comme vous l’êtes…” ou “motivés comme vous l’êtes…” permettra un plus grand investissement de la personne, et donc de meilleurs résultats scolaires ou sportifs (l’inverse étant également vrai).

19La technique de l’amorçage consiste à amener la personne à produire un certain comportement (utiliser un service payant) soit en dissimulant certains de ses inconvénients (accès restreint, coût), soit en présentant des avantages fictifs.

20La technique du toucher est étudiée depuis plusieurs décennies pour ses résultats modificatifs.

  • 8 GUEGUEN Nicolas, Encouragement non verbal à participer en cours : l’effet du toucher, Psychologie e (...)
  • 9 GUEGUEN Nicolas, Psychologie de la manipulation et de la soumission, Paris, Dunod, 2004.

Il a été constaté que des personnes hospitalisées éprouvent moins de stress avant une intervention chirurgicale si une infirmière les a préalablement touchées (et pas simplement rassurées verbalement). De même, on a pu observer8 que toucher le bras d’un élève durant un cours permettait à un enseignant de tripler la probabilité que l’élève se rende volontairement au tableau pour un exercice ; ou encore qu’on avait deux fois plus de chance d’obtenir d’un quidam une pièce de monnaie en lui touchant le bras au moment de la requête9.

21Toujours en face d’inconnus, cette même proportion d’accroissement des dons s’obtient en ajoutant à la requête une locution du type « j’ai besoin de… mais naturellement vous êtes tout à fait libre de ne pas me le donner ».

22Une autre, le pied-dans-la-porte, propose par exemple d’abord quelque chose de peu engageant, sans conditions ni contraintes (garder gracieusement des échantillons chez soi, etc.), avant, et afin de demander autre chose de plus difficile qui aurait été refusé s’il avait été présenté d’emblée. On peut également introduire une complicité ou une intimité, qui ne demande d’abord aucune action, ni aucun effort de la part du récepteur.

23Parmi les nombreuses expériences qui ont été pratiquées depuis trois décennies, l’une d’entre elles simule une scène de vol pour étudier, à leur insu, la réaction des témoins ayant eu un contact avec la victime supposée.

La scène se déroule dans un restaurant. Un expérimentateur se faisant passer pour un client arrive avec un magnifique cartable en cuir et s’installe à côté d’une autre table à laquelle un client (qui sera l’observé de l’expérimentation) est en train de dîner seul. Première situation. L’homme au cartable se lève et va vers le client : “Excusez-moi, je suis seul. Vous auriez du feu ?” Le service obtenu, il s’absente en laissant ses affaires. Quelques instants plus tard, un quidam (second expérimentateur complice) pénètre dans le restaurant, se saisit du cartable sans surveillance et s’empresse de disparaître.
12,5 % seulement des testés (les voisins successifs) s’interposent pour arrêter le voleur. (Le pourcentage est encore plus bas si le témoin et la victime ne se parlent pas préalablement).
Deuxième situation. L’homme au cartable formule une autre demande : “Excusez-moi, je suis seul. Pourriez-vous surveiller mes affaires quelques instants ?” La suite est strictement identique : durant son absence, le voleur intervient. Il ne pourra cependant jamais commettre son larcin, 100 % des clients l’en empêchant !

24On passe donc de 12,5 % soit presque personne, à 100 %, tout le monde !

  • 10 Cette expérimentation a été citée par JOULE Robert-Vincent, La psychologie de l’engagement ou l’art (...)

25« Ce n’est pas, parce que les clients du restaurant ont des personnalités ou des valeurs différentes qu’ils se conduisent différemment dans les deux situations. Si, dans la seconde, ils arrêtent le voleur, alors qu’ils ne le font pas dans la première, c’est tout simplement parce qu’ils ont été amenés par les circonstances à prendre la décision de surveiller le cartable. Ni plus, ni moins. (…) »10.

26Les conclusions que nous tirons sont un peu différentes de celles des théoriciens de l’engagement, ou plutôt, elles proposent un autre éclairage, complémentaire. Que toutes, absolument toutes les personnes testées, prises au hasard, et quelles que soient leurs convictions, leurs morales ou croyances, arrivent à changer d’attitude et avoir un comportement unanime, (que l’on peut par ailleurs estimer civique par exemple, mais c’est un autre point de vue) – alors que neuf sur dix (les mêmes) n’auraient pas ce comportement en d’autres circonstances – conduit à s’interroger sur le mécanisme qui a permis cette transformation vers l’unanimité.

  • 11 BEAUVOIS Jean-Léon & JOULE Robert-Vincent, Jean-Léon, La soumission librement consentie, Paris, Pre (...)

27La psychologie de l’engagement éclaire les processus susceptibles de favoriser le changement ou de le freiner. La situation et partiellement l’environnement déterminent le comportement, et non pas les attitudes ou la personnalité des participants. A posteriori, pour légitimer leur attitude, ces derniers peuvent évidement rationaliser ou justifier ce comportement en l’attribuant à leurs opinions ou à leur volonté, mais cela ne change rien à leurs actes. La notion d’engagement peut former une explication du changement d’attitude d’un même individu, selon les conditions dans lesquelles il se trouve. « Il est donc possible d’influencer autrui, ses convictions, ses choix, ses actes, sans avoir à recourir à l’autorité, ni même à la persuasion »11.

  • 12 MILGRAM Stanley, Soumission à l’autorité, Paris, Calmann-Lévy, 1974. L’expérience citée a été mise (...)
  • 13 D’autres expériences ont abouti à des résultats totalement similaires, certaines, comme celles de D (...)

Les expériences sur l’autorité ont également été nombreuses dès les années cinquante, et en particulier celles de Milgram12. Deux volontaires qui ont été tirés au sort (en réalité truqué), l’un prenant le rôle de l’élève (en fait toujours un complice de l’expérimentation), l’autre celui du moniteur (une personne extérieure qui était volontaire et qui sera à son insu le vrai sujet de l’expérience). Puis, un « scientifique » (blouse blanche…) leur indique qu’il s’agit d’étudier l’effet des chocs électriques sur la mémoire, et que le moniteur devra faire apprendre à l’élève une liste de mots. Il infligera des chocs d’intensité croissante après chaque mauvaise réponse, jusqu’à un niveau annoncé comme étant possiblement mortel (450V). À chaque séance l’élève montre de la difficulté (feinte en réalité) à se remémorer les mots entendus et le moniteur lui inflige plusieurs chocs successifs, occasionnant cris et gémissements de douleur. À un certain niveau, variable selon les individus, les élèves demandent d’arrêter l’expérience, mais l’expérimentateur, qui reste toujours présent à ses côtés, refuse toujours et leur enjoint de poursuivre, ce qu’ils font.
En voulant étudier jusqu’à quel niveau il était possible d’infliger de la douleur à un quidam innocent qu’on ne connaît pas, l’expérience a montré que la totalité des volontaires a infligé des chocs d’au moins 300V, et près des deux tiers se sont rendus à la dose maximale de 450V s’ils se trouvaient physiquement éloignés de la victime (cette proportion diminuant s’ils se situaient à proximité physique ou en contact direct avec la victime) ! Et contrairement à certains présupposés (sensiblerie féminine, agressivité masculine, etc.) ces proportions se sont avérées voisines quel que soit le sexe du volontaire étudié13.

28Il est désormais admis que la désobéissance ne se résume pas à une simple question de tempérament, ni que ce sont les « bons » sujets, soumis à l’ordre établi, qui obéissent et les autres, (rebelles, ou civiques selon les points de vue et les circonstances) qui désobéissent. La psychologie sociale réfute à juste titre ces généralisations simplistes et a démontré qu’en de nombreuses circonstances ce qui détermine l’action de l’être humain, c’est moins un certain type d’individu que les situations et l’environnement auquel il est confronté. Mais il ne s’agit absolument pas de comportements observés uniquement dans des situations d’autorité, dans certaines circonstances très spéciales au cours desquelles les êtres peuvent être convaincus de réaliser des actes nuisibles – voire meurtriers – aux autres, alors même qu’ils ne le souhaitaient pas, ni le recherchaient, ni même y avaient pensé auparavant, et encore moins demandé. Et pourtant.

  • 14 Il faut être un sur-homme, un super héros, pour pouvoir dire non dès le départ du processus, tel Ba (...)

29Et pourtant là encore, une unanimité comportementale s’observe en ces circonstances bien particulières, que nous ne réduirons pas à « l’autorité ». Tous adoptent l’attitude demandée, ont le comportement que l’on attend d’eux, qu’ils sont convaincus qu’il faut avoir. Aucun ne résiste au démarrage14, ce qui aurait été possible au nom de valeurs morales, religieuses, philosophiques ou autres que certains possèdent forcément, et aucun ne se sent coupable à la fin. La réalité du fonctionnement des machines totalitaires, notamment nazies et staliniennes, a prouvé que ces comportements ne se révèlent pas uniquement durant des expériences de laboratoire. En copiant, en adoptant, en endossant le rôle que l’on attend d’eux, les sujets peinent à sortir de la foule mimétique, à refuser non pas, ou pas seulement, l’autorité (scientifique, politique, policière ou toute autre), mais la logique qui les conduit à l’indifférenciation, puis à la création d’un bouc émissaire, à la victimisation de celui-là même qu’ils sont en train de torturer. S’il souffre, c’est de sa faute, « il l’a bien cherché, il l’a mérité (il n’avait qu’à bien répondre, à faire un effort, etc.) ». D’ailleurs, au sortir de cette expérience, en questionnant tous les sujets « bourreaux » sur leur perception de l’autre personne, tous affirmaient qu’ils le trouvaient sympathique avant l’expérience, mais antipathique par la suite.

30Il y a eu création, puis dévalorisation de la victime durant le traitement qu’eux-mêmes infligeaient, ce qu’explique le processus de réduction de la dissonance : on ne peut pas si facilement faire souffrir quelqu’un qu’on trouve sympathique ; alors, si on est amené à devoir le faire, plutôt que de refuser de le faire, on modifie notre perception de l’autre. « Je ne suis pas un salaud ; donc j’ai raison de faire ce que je fais ; donc l’autre à tord, c’est que qu’il fait, lui, qui n’est pas bien ». La victime ne peut pas être innocente, « et d’ailleurs tout le monde le dit, et tout le monde ferait comme moi puisque quelqu’un (qui par ailleurs détient les apparats ou la réalité de l’autorité) me le dit ». Pour rassurer le sujet, ce dernier ne peut que constater, avec raison, que toute la communauté (représentée par un membre éminent : scientifique, intellectuel, personnalité, etc.) est solidaire, unanime, pour punir, voire faire souffrir jusqu’à la mort. Là encore, son intégration au sein d’un groupe dont il convient de respecter les codes, valeurs et comportement est essentiel.

  • 15 Dans l’expérience de Milgram, nous dépassons le symbolisme puisque la victime était physiquement at (...)

31Et c’est bien cette solidarité, ce faire comme les autres, cette unanimité que le sujet recherche et au sein de laquelle il se blottit, contre une victime qui, non seulement est incapable de se défendre15, mais totalement impuissante à réagir, ni à se venger, ni à susciter nulle représailles (pas d’amis ni de connaissance à proximité, il avait de surcroît été indiqué qu’il s’était porté volontaire, etc.). Sa mise à mal ne saurait provoquer aucun trouble ni aucune mesure de rétorsion ultérieure. Il ne s’agit pas de lâcheté, de faiblesse ou de tout autre jugement moral que l’on pourrait – sans rien expliciter-, porter sur le sujet. Il s’agit, ni plus ni moins, d’un sacrifice utile, de la reproduction du mécanisme sacrificiel présent dans toutes les communautés humaines depuis la nuit des temps, sacrifice humain puis animal largement condamné au nom de l’humanisation de nos moeurs, mais que la plus grande partie des humains est apte à exécuter, sans l’avoir prémédité, et sans que cela leur ait été explicitement demandé.

32Rappelons le encore : les postures et croyances politico-philosophico-religieuses ne peuvent être explicatives du comportement réel des persécuteurs. Ces derniers sont souvent de bonne foi, croient essentiellement bien faire, et estiment toujours œuvrer pour la justice ou le bien collectif. Et, de tout cela, il n’existe nulle « demande » à l’extérieur du sujet. L’autorité, la contrainte morale, favorisent certains agissements, mais ne suffisent pas à expliquer l’écart entre les idées, les intentions, l’attitude courante des sujets, et leur comportement effectif en de telles situations. Leur duperie intérieure sur leur acte réel est une condition sine qua non pour qu’elle puisse fonctionner, pour que l’emballement puisse avoir lieu, pour que l’opération de tous contre un puisse se produire. Comme chez Milgram les « savants » unis à leurs partenaires volontaires obéissants, contre un « mauvais » sujet, forcément de mauvaise volonté, donc nuisible à la communauté, à son unité, à son unanimité, ici représentée par l’avancement d’une recherche, d’une « bonne » cause, ailleurs pour la « libération » ou une « épuration » ethnique, raciale ou autre.

 

  • 16 ARISTOTE, Poétique, 1460 b 8-11.

33Ainsi la mimésis contient également la possibilité, la potentialité d’un mime d’un « non encore existant », l’illusion d’une absence pouvant appeler la création, l’invention d’un point qui peut advenir, d’un présent non encore découvert, mais latent, proche, qui se situe à la limite du possible, qui peut poindre de l’existant déjà là. « Le poète est imitateur tout comme le peintre et tout autre artiste qui façonne des images : il mime toujours les choses sous l’un des trois aspects possibles : ou bien telles qu’elles étaient ou qu’elles sont, ou bien telles qu’on les dit ou semblent être, ou bien telles qu’elles doivent être »16. Ce qu’elles doivent être n’est pas – encore – inscrit, nulle part. Mais il va l’être. Et si l’artiste peut réaliser cette imitation d’un « non encore existant », le spectateur également, et le quidam demandeur consommateur, tout autant.

34L’imitation précède la demande comme la demande procède de l’imitation.

Opinions et croyances

N’étant jamais définitivement modelé,
L’homme est receleur de son contraire.
(René Char)

  • 17 GAUCHET Marcel, Le désenchantement du monde, Paris, Gallimard, 1985, p. VI.

35Le développement des sciences, qui provoqua l’abandon progressif des explications causales de type religieux, a fortement complexifié les cultures depuis plusieurs siècles. Tandis qu’elles opéraient une césure définitive entre deux représentations du monde, mythe et science se révélèrent des modes de connaissance et des guides d’action non compatibles ni comparables. L’efficacité opératoire de la dernière apparue a provoqué une course vers la scientificité, souvent synonyme dans les esprits d’objectivité et surtout de véracité. La dernière moitié du xxe siècle a toutefois montré le relativisme qu’il fallait apporter à cette nouvelle croyance en une explication, si ce n’est une solution, définitive. Si nous y avons gagné en interdisant désormais que tout dogmatisme puisse par trop s’étendre, tant géographiquement que temporellement, la coupure avec le modèle explicatif originel est en même temps l’instrument de son imposition exclusive. Si toute source explicative se trouve en nous, en nos connaissances qu’il convient de développer et d’affiner sans cesse, et non plus donnée à l’extérieur de nous, déjà préexistante, nous voici condamnés à vouloir là où nos ancêtres consentaient à subir, à vouloir un monde en le produisant, habité par la nouvelle certitude qu’il relève de notre action. Mais inversement, nous sommes également amenés à subir là où ils consentaient, certains qu’ils étaient d’être à leur place au sein d’un ordre du monde pré déterminé, ailleurs, échappant totalement à leur vouloir, ici. Une adéquation avec ce monde était alors possible, qui nous échappe aujourd’hui, ayant épuisé le règne d’un monde invisible qui ne nous parle plus, qui ne fait plus sens. Ce monde désenchanté rejette tout ordre, tout agencement, qui serait subi, puisque imposé de l’extérieur, mais dès lors il s’impose de le choisir, de le vouloir, emmenant avec lui sa cohorte de théories rationalisatrices aptes à le conforter dans son sentiment qu’il en est, tout simplement, capable. Il subit durant des millénaires « des forces qui le dépassent et dont il surestime le mystère ; mais il domine à sa façon ce qu’il subit en s’en fournissant une explication »17.

 

36Dans la recherche de causalités, la loi du nombre fournit matière à illusion. On peut ne prêter aucune attention à un phénomène isolé ou à une croyance ; mais multipliée elle devient acceptable, ou au moins digne d’intérêt. Statistiquement, nous adoptons la même posture : qu’un fait se produise une fois, et l’on peut évoquer le hasard. Que X faits se produisent une seule fois, et il nous est encore tout à fait possible également de l’envisager. Mais qu’un fait se reproduise X fois, et il nous est déjà plus difficile de le croire. La tentation de la corrélation intervient aussitôt, puis, toujours abusivement, celle de la relation causale. Mais l’inverse est également vrai : d’un fait qui ne se produit qu’une seule fois, nous tirerons assez difficilement l’idée d’une corrélation. Notre culture nous donne donc un cadre interprétatif a priori, qui sous-entend (dans cet exemple) qu’une corrélation doit être expliquée par une ou plusieurs variables, liées à des facteurs repérables et identifiables.

Dans The Adventures of Baron Munchausen. [Les aventures du Baron de Munchausen], (Terry Gilliam, GB/US, 1989). John Neville illustre strictement ce raisonnement circulaire. En se tirant par ses cheveux, le baron de Munchausen s'extrait lui- même du marécage dans lequel il est tombé avec son cheval.

  • 18 ALBERT Hans, La sociologie critique en question, Paris, PUF, 1987.

37Ce relativisme peut être poussé jusqu’à sa stérilisation, le rationalisme critique se caractérisant ainsi par l’anti-fondationnalisme mis en évidence par Hans Albert18 dans le trilemme de Münchausen. À la suite de Schopenhauer qui partait du constat que toute connaissance dérive d’une connaissance qui lui est antérieure, interdisant toute vérité, ce trilemme indique que les principes sur lesquels repose une théorie sont :

  1. soit simplement affirmés : pétition de principe, arbitraire, tels les principes premiers indémontrables (i.e. les axiomes d’Euclide, en géométrie) ;

  2. soit fondés sur des principes eux-mêmes simplement affirmés et non fondés : puisque chaque connaissance dérive d’une connaissance préalable, il faut remonter à chaque fois d’une cause, mais la régression va jusqu’à l’infini ;

    • 19 Figure de logique qui consiste à prouver A de B après qu’on ait prouvé B de A (c’est le cercle vici (...)

    soit fondés de manière circulaire sur leurs conséquences : le diallèle19 fonde une connaissance par sa conséquence (je sais que cette pomme va tomber si je la lâche. Comment le sais-je ? Parce que je connais la loi de gravitation. Comment est-ce que je la connais ? Par mon expérience qui m’a appris que les objets tombent vers le sol).

38Voilà pourquoi les sceptiques suspendent leur jugement. Ce sont des « douteurs » qui n’affirment pas une absence de vérité (cela constituerait un discours de vérité) mais qui estiment que s’il y en a une, on ne peut pas la connaître et il vaut donc mieux s’abstenir d’en parler. Moins téméraires, les relativistes estiment que la vérité dépend de chacun, de son point de vue, donc que tout est relatif ; ils élèvent ainsi l’opinion au rang de vérité, tandis que les premiers dénient à l’opinion (comme aux preuves) tout accès objectif à la vérité.

  • 20 BOUDON Raymond, Le juste et le vrai, op. cit., p. 314.

39Mais de la philosophie à la vie quotidienne, il y a un saut. En pratique, se convaincre soi-même qu’une chose est bonne, c’est se montrer capable de convaincre les autres qu’une telle chose l’est effectivement. Et réciproquement. Il n’est guère de différence entre mes arguments qui me convainquent et ceux qui convainquent les autres, c’est du moins ce que je me dois de croire. Toute explication est donc « bonne », même si elle s’avère fausse ultérieurement, et elle l’est indubitablement pour chaque sujet si elle domine un lieu à une époque donnée : elle demeure valide jusqu’à ce qu’un argumentaire plus puissant apparaisse et s’impose progressivement, par contagion et conviction devant sa plus grande force opératoire. Toute certitude s’appuie sur des causes, des raisonnements, des croyances que le sujet perçoit comme fondées dans le contexte qui est le sien, et dès lors, de ce point de vue, de nombreuses oppositions disparaissent (superstitions/croyances, rationnel/irrationnel) et alors « il est préférable de parler de croyances locales/universelles, dominantes/dominées »20.

40Ainsi, le contexte historique et l’évolution du rôle de l’État a conduit les philosophes puis les intellectuels français à croire dans les vertus de la planification, puis d’un Commissariat au plan, comme de l’intervention positive de l’État dans les affaires culturelles, tandis que leurs homologues anglo-saxons s’en défiaient pour des raisons symétriques. Croyances locales. Les avantages retirés de tel ou tel système peuvent là encore difficilement être clairement identifiés, le lien de causalité pouvant être disputé à d’autres phénomènes : d’où l’existence, par exemple des différentes « écoles » dans toutes les sciences humaines, des partis politiques, etc.

41Ce n’est que lorsqu’un consensus général s’opère – voire une quasi unanimité – qu’un jugement de valeur deviendra une évidence ; allant de soi, plus aucun débat ne portera sur ce sujet, à un moment précis et dans un espace donné (par exemple en Occident, la supériorité du système démocratique sur la dictature ; ou la liberté de la presse ; ou l’accès de tous à l’éducation et à la culture, etc.). Ce sentiment d’évidence peut être très fort, envahir totalement le sujet, même s’il est incapable de l’argumenter, et que son propos soit juste, ou non, aux yeux d’observateurs étrangers à son milieu (ou son époque). Mais cela ne prouve évidemment pas qu’il existe de véritables évidences, morales ou autres.

  • 21 PARETO Vilfredo, Traité de sociologie générale, Genève, Droz, (1917), 1968, chap. IX, p. 161.

42Soit une énonciation banale, quotidienne, « cela est bon » : elle ne signifie rien d’autre que « je trouve cela bon » ; cette expression impersonnelle courante employée est très troublante car fausse mais acceptée et généralisée. Elle couvre donc un sens profond, d’autant plus qu’elle est inexacte, au savoir même du sujet. À l’énonciateur de « ce film est bon » ou « les acteurs jouent bien » on fera aisément valoir qu’il serait plus judicieux d’affirmer « je trouve ce film bon » (« que les acteurs jouent bien ») car un autre spectateur pourrait tout à fait soutenir le contraire. Hors psycho-rigidité avérée, le locuteur en conviendra aisément. Mais au passage, imposé par le verbe « être » il a, involontairement et à son insu, transformé ce fait subjectif en un fait objectif, et l’auditeur traduit que : ce qu’on dit beau doit lui donner à lui-même l’impression du beau. « C’est ainsi que les hommes ont généralement les goûts de la collectivité dans laquelle ils vivent »21. Il est banal de vérifier qu’une affirmation est d’autant mieux acceptée que les sentiments positifs qu’elle suscite chez qui l’écoute sont importants, ces sentiments revêtant l’apparence d’une validation intrinsèque. Elle possède d’autant plus de valeur selon la qualité du locuteur, sa forme (exprimée d’une façon doctorale, sentencieuse, avec une grande sûreté), sa véhémence, son support (imprimé davantage que manuscrite, dans un livre de préférence plutôt qu’un journal, et encore plus que qu’exprimée verbalement, etc.).

  • 22 Tel fût le cas à l’automne 2008 aux États-Unis.

43Mais pour revenir aux affirmations de ce type, elles seront plus difficilement objectivables si leur contenu est plus moral, personnel et négatif. À la locution « la punition dont je fais l’objet est injuste », il se trouvera moins de gens à vouloir lui substituer « tu trouves que cette punition est injuste ». Sauf si tel est manifestement le cas. En cas contraire, le partage, l’identification, l’empathie, le mimétisme seront beaucoup plus puissants et interdiront couramment une objectivisation de la situation. De même que l’on compatit plus facilement avec les faibles qu’avec les forts, une situation d’injustice nous frappe différemment selon l’identité de la victime. La mise à la rue de pauvres sans papiers suscitera la mobilisation de plus favorisés qu’eux, l’inverse n’étant pas vrai, la ruine de puissants ayant rarement provoqué de quête ni de manifestations de soutien chez les déshérités. Il paraîtrait même indécent de l’évoquer, risible de les plaindre, la vindicte populaire pouvant même surgir immédiatement. Pour les plus faibles qui assistent à l’événement, celui-ci pourrait n’être que l’expression de la justice (divine ?). Chez tous, l’identité de la victime provoque l’émotion et mobilise les sentiments et jugements, bien avant de connaître l’événement lui-même. Celui-ci est le plus souvent totalement neutre affectivement et conduit rarement à une réaction. Que mille personnes perdent 40 % de leurs biens en trois mois est une information neutre et sans impact ; que cette perte soit liée à une crise économique suscite un intérêt pour ceux qui subissent la même crise. Savoir – et voir – qu’il s’agit de pauvres gens jetés à la rue et condamnés à vendre leurs meubles avant de quitter leur maison susciterait une compassion et de nombreuses minutes dans tous les JT du monde occidental pour ces innocents en raison de ce qu’ils sont et non en réalité pour ce qu’ils font ou subissent. Car que leur identité change, qu’ils soient, en réalité22, les mille premières fortunes, affectées par la baisse des cours boursiers, et le rire ou la réjouissance d’une revanche obtenue dominera : en raison de ce qu’ils sont ce n’est que justice ce qui leur arrive. Le racisme ordinaire, les chasses aux sorcières ou au bouc émissaire, le démarrage des lapidations verbales ou physique trouvent dramatiquement l’une de leurs sources les plus vives dans ce mécanisme très ordinaire et quotidien.

  • 23 Ibid., chap. II, p. 78.

44L’échec d’un film à faible budget (donc forcément réalisé par un auteur défavorisé qui n’a pu exprimer tout son talent faute de moyens…) pourra mobiliser ses pairs et la presse, quelles que soient les causes réelles. L’éventuelle ruine d’une major hollywoodienne ne provoquera aucune compassion, et d’ailleurs leurs multiples rachats successifs sont totalement passés inaperçus, cette indifférence pouvant même être remplacée par un délectable sentiment de vengeance assouvie dans l’équité, de justice exercée quasi divinement puisqu’un ancien puissant à terre ne peut que l’avoir mérité (toutefois, inversement, oser dire cela d’un faible ou d’un déshérité provoquera aisément un lynchage public). « Il n’existe pas d’homme qui ne subisse l’influence des sentiments, qui soit entièrement dépourvu de préjugés et d’une foi quelconque23 ».

 

45Lorsqu’un consensus s’établit sur une idée fausse, on peut généralement émettre la conjecture qu’il en est ainsi parce que cette idée fait sens pour un grand nombre, que chacun a des raisons d’y croire, et que, de surcroît, tous peuvent facilement avoir l’impression que ces raisons sont dignes d’être partagées. Le sentiment de justice, ou plus exactement de sensibilisation à l’injustice est très vif chez les humains depuis leur prime enfance, qui s’avère cependant souvent tout relatif.

  • 24 Ibid., chap. VIII, p. 16.

46Ainsi lors d’une élection, il est utile d’avoir le plus grand nombre possible de militants pour livrer la bataille, mais… le plus petit nombre pour partager le pouvoir. Idem pour une œuvre lourde (film, concert) entre la réaliser, puis partager le succès, pas seulement financier (montant des cachets) mais également symbolique (taille de son nom sur l’affiche ou au générique, etc.) tout en affirmant évidemment qu’il s’agissait un vrai travail d’équipe, que l’aventure collective était humainement formidable, que les gens de l’obscurité ont tellement de talent, etc. « Les inférieurs veulent être égaux aux supérieurs, et n’admettent pas que les supérieurs soient leurs égaux (…) la demande d’égalité n’est qu’une manière déguisée de réclamer un privilège. Celui qui appartient à une classe et demande l’égalité de cette classe avec une autre, entend en réalité doter la première d’un privilège à l’égard de la seconde »24.

47Fréquemment dans le discours, poser que A est égal à B signifie en réalité dans l’esprit du locuteur que A est plus grand que B ; aussi, affirmer ultérieurement que B est plus petit que A ne lui apparaît alors pas le moins du monde contradictoire, mais au contraire parfaitement logique. En général on invoque l’égalité pour l’obtenir, puis pour conserver ses privilèges (je dis égal, mais je pense plus). En toute bonne foi, le discours des anciens dominés devenus dominants est empli de ces contradictions apparentes pour tous, exceptés ceux de leur univers. Depuis des siècles il en va ainsi de toutes les déclamations y compris les plus généreuses : tous les hommes sont égaux… mais il va de soi que certaines catégories ne rentrent pas – et d’abord, même pas mentalement, du fait de leur nature – dans la comparaison. Tels, au choix et selon les époques, les esclaves (des grecs au milieu du xxe siècle), les noirs (de la colonisation à aujourd’hui), les indigènes (id), les pauvres (principalement chez les anglo-saxons, mais pas seulement), les femmes (même pour le droit de vote au xxe siècle), les enfants (qui produisent encore la richesse d’Asie ou les armées d’Afrique), etc. C’est-à-dire tous les non-dominants d’une époque.

 

48Tocqueville, Marx puis Max Weber nous ont enseigné que vouloir expliquer telle ou telle croyance collective, c’est montrer qu’elle fait sens pour un individu idéal-typique, que ce dernier possède de raisons solides de l’endosser. Les croyances collectives se constituent ensuite par un agrégé de croyances individuelles issues de principes, d’évidences empiriques ou morales, dont certains sont universels, tandis que d’autres sont provoqués par le contexte. Pour se justifier, tout jugement de valeur fait appel à un argumentaire, plus ou moins construit et explicite, mais mobilisable par le sujet. Il le détient en général d’autrui, mais l’une de ses caractéristiques est d’être doté d’une force de conviction aux yeux de son énonciateur, qui peut de surcroît être convaincu qu’il n’existe, à sa connaissance, pas de meilleure argumentation. (La mauvaise foi existe, mais elle est rarement exposée continûment devant un large public. On peut également penser que si le sujet fait régulièrement appel à ce type d’argumentation, il en sera peu à peu auto-convaincu, sa mauvaise foi disparaissant au profit de la simple… foi en ce qu’il dit).

  • 25 SMITH Adam, Théorie des sentiments moraux, Paris, PUF, 1999 (1759), p. 42.

49L’apparition d’un nouveau fait, d’un nouvel argument, puis la dynamique de son développement, et éventuellement sa critique puis son acceptation, pourront le rendre préférable aux yeux des acteurs contemporains, s’ils y trouvent un intérêt, si le fait ne heurte pas trop leur croyance ancienne, et fera peu à peu reculer l’ancien argumentaire, le rendre peu à peu invalide (sinon, en cas contraire, il sera rejeté, et le plus souvent en n’ayant même pas été vu et encore moins testé). La diffusion de la croyance, progressive dans sa propagation, ou imposée si institutionnalisée, se fera à une vitesse plus ou moins grande selon l’époque et la force de conviction de l’amélioration explicative qu’il propose, rendant l’ancien terme obsolète, le renvoyant à un statut d’idée fausse, d’incroyance, puis transformant ses utilisateurs en incultes, ignorants, mécréants, obscurantistes. Ce qui est bien sûr insupportable lorsque l’on vit sous l’idéologie du progrès et au sein d’une communauté choisie, construites, pour renforcer goût et croyance, que chacun renvoie pour à son tour en bénéficier, et cela dans une totale inconscience et bonne foi inébranlable. « Toutes les fois que ses sentiments correspondent entièrement aux nôtres, nous lui attribuons les qualités de goût et de bon jugement ».25

  • 26 ARON, Raymond, L’opium des intellectuels, Paris, Calmann-Lévy, 1955.
  • 27 Selon BOUDON Raymond, L’idéologie, ou l’origine des idées reçues, Paris, Seuil/points, 1992.

50En pratique, la force de ce type de doxa la rend néanmoins difficilement perméable à des faits qui la contrediraient frontalement, car les croyances collectives dérivent d’une argumentation qu’aucun des acteurs réels n’a peut-être jamais littéralement développée (mais il en a entendu parlé, il en a lu des extraits, ou lui-même en a développé des bribes), mais que l’on peut en toute vraisemblance imputer à un acteur idéal-typique. Nul besoin de supposer un effet mécanique de forces sociales manipulatrices sur l’esprit de l’individu. Il suffit de comprendre les motifs que chaque individu possède pour endosser telle ou telle croyance puisque ce sont ces systèmes de raisons qui fondent les jugements de valeur, eux-mêmes pouvant s’agréger en idéologie. « Les idéologies mêlent toujours des propositions de fait et des jugements de valeur »26. Elles n’ont pas besoin de preuve et ne recherchent pas la réfutation. Elles se distinguent des autres types de systèmes de croyances par la position qu’elles occupent par rapport à huit critères27 :

  • le caractère explicite de leur formulation,

  • leur volonté de rassemblement autour d’une croyance positive ou normative particulière,

  • leur volonté de distinction par rapport à d’autres systèmes de croyances passés ou contemporains,

  • leur fermeture à l’innovation,

  • le caractère intolérant de leurs prescriptions,

  • le caractère passionnel de leur promulgation,

  • leur exigence d’adhésion,

  • leur association avec des institutions chargées de renforcer et de réaliser les croyances en question.

51En France, le champ culturel en général, et cinématographique en particulier, obéit strictement à cette définition. Cette idéologie, largement répandue, domine totalement le discours commun, par exemple celui des étudiants dès leur arrivée à l’Université, ou de tout intervenant prenant la parole lors d’un débat public sur ce thème. Ce qui, beau paradoxe, tendrait à prouver l’inefficacité des groupes économiques dominants, par exemple ceux qui contrôlent la communication, à l’encontre du discours de ceux qui se disent dominés et qui mettent en garde contre l’inévitable formatage que provoquerait la susdite domination !

52Appuyés sur des jugements de valeurs méconnaissant la réalité, notamment économique, totalement en contradiction tant avec leurs principes fondateurs qu’avec le but apparemment recherché, la très française culture de l’exception n’est qu’une exception idéologique, de surcroît peu efficace dans son combat des forces qu’elle prétend dénoncer.

Notes

1 Les exemples qui suivent s’inspirent des travaux de Robert-Vincent Joule et Jean-Léon Beauvois, notamment La soumission librement consentie, Paris, PUF, 2006.

2 LEWIN Kurt, Group decision and social change, in Newcomb, Hartley (dir.), Readings in social psychology, New York, Holt, 1947.

3 JOULE Robert-Vincent et BEAUVOIS Jean-Léon, Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1987.

4 PASCAL Blaise, Pensées, Paris, Dezobry et E. Magdelaine, 1852, p. 462.

5 Batman begins (Christopher Nolan, US, 2005).

6 KIESLER Charles, The psychology of commitment, New York, Academic Press, 1971.

7 BEAUVOIS Jean-Léon, JOULE Robert-Vincent & MONTEIL Jean Marc (dir.), Perspectives cognitives et conduites sociales, 2, Fribourg, DelVal, 1989.

8 GUEGUEN Nicolas, Encouragement non verbal à participer en cours : l’effet du toucher, Psychologie et Education, 51, p. 95-107, 2002.

9 GUEGUEN Nicolas, Psychologie de la manipulation et de la soumission, Paris, Dunod, 2004.

10 Cette expérimentation a été citée par JOULE Robert-Vincent, La psychologie de l’engagement ou l’art d’obtenir sans imposer, in Pour une refondation des enseignements de communication, (colloque du 25 au 28 août 2003), Paris, Ministère de l’Éducation Nationale, 2004.

11 BEAUVOIS Jean-Léon & JOULE Robert-Vincent, Jean-Léon, La soumission librement consentie, Paris, Presses Universitaires de France, 1998.

12 MILGRAM Stanley, Soumission à l’autorité, Paris, Calmann-Lévy, 1974. L’expérience citée a été mise en scène au cinéma dans I… comme Icare (Henri Verneuil, FR, 1979).

13 D’autres expériences ont abouti à des résultats totalement similaires, certaines, comme celles de David Glass (USA, 1964), pour ôter toute valeur explicative à l’attitude, ayant même sélectionné des sujets qui, tous, s’étaient déclarés préalablement hostiles à la torture et à l’administration de chocs électriques, et qui de surcroît avaient été affectés à un binôme qu’ils avaient préalablement rencontré, avec lequel ils avaient discuté et avaient montré des affinités sur de nombreux sujets, puis déclaré l’avoir trouvé sympathiques. Avant l’expérience. Puis détestable. Après.

14 Il faut être un sur-homme, un super héros, pour pouvoir dire non dès le départ du processus, tel Batman qui refuse d’exécuter un voleur.

15 Dans l’expérience de Milgram, nous dépassons le symbolisme puisque la victime était physiquement attachée à un fauteuil ressemblant à celui des condamnés à mort.

16 ARISTOTE, Poétique, 1460 b 8-11.

17 GAUCHET Marcel, Le désenchantement du monde, Paris, Gallimard, 1985, p. VI.

18 ALBERT Hans, La sociologie critique en question, Paris, PUF, 1987.

19 Figure de logique qui consiste à prouver A de B après qu’on ait prouvé B de A (c’est le cercle vicieux, la conclusion circulaire).

20 BOUDON Raymond, Le juste et le vrai, op. cit., p. 314.

21 PARETO Vilfredo, Traité de sociologie générale, Genève, Droz, (1917), 1968, chap. IX, p. 161.

22 Tel fût le cas à l’automne 2008 aux États-Unis.

23 Ibid., chap. II, p. 78.

24 Ibid., chap. VIII, p. 16.

25 SMITH Adam, Théorie des sentiments moraux, Paris, PUF, 1999 (1759), p. 42.

26 ARON, Raymond, L’opium des intellectuels, Paris, Calmann-Lévy, 1955.

27 Selon BOUDON Raymond, L’idéologie, ou l’origine des idées reçues, Paris, Seuil/points, 1992.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540