Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quel film voir ?

 | 
Claude Forest

Section C – La demande voilée

Chapitre XI. La rationalité relative relativise la notion de rationalité

Texte intégral

  • 1 Faits et croyances, 1845–1850.

Nous croyons le faux qui nous flatte.
Vous feriez aisément croire que le blanc est noir
à celui qui a des cheveux blancs.
(Victor Hugo)1

Raisons de croire

  • 2 BOUDON Raymond, Le Figaro, 21 juin 2004.

1Si « historiquement, le libéralisme est né de la volonté de rationaliser la politique, de réguler logiquement la vie sociale, et, surtout, de poser l’être humain comme entité autonome et rationnelle »2, on peut convenir que, à une période, et dans un pays donnés, il convient de maintenir une distinction entre l’intérêt que peut présenter une théorie et sa validité. C’est dans cet interstice que la croyance ou la dérive idéologique peuvent trouver leur origine, y compris à l’insu de locuteurs souhaitant prendre le contre-pied de l’idéologie dominante. Les exemples sont nombreux dans le domaine culturel, notamment cinématographique : « formatage, diversité, qualité, monopole, indépendance, grosses productions, blockbusters, matraquage publicitaire » sont quelques exemples de notions devenues mots-valises de croyances sur lesquelles il est d’autant plus facile de s’entendre qu’elles fédèrent l’assentiment de manière inversement proportionnelle à la précision de leur contenu.

 

  • 3 BOUDON Raymond, L’art de se persuader, Paris, Seuil/points, 2e éd., 1992.

2« Les croyances fausses peuvent aussi provenir des arguments les plus justes. Il suffit pour cela que se mêlent à une argumentation fondée des a priori auxquels on prend d’autant moins garde qu’ils peuvent plus facilement être considérés comme allant de soi. Bien des idées douteuses proviennent de théories irréprochables et, réciproquement, les idées reçues les plus fragiles s’appuient souvent sur une argumentation valide »3. Il s’ensuit que les idées reçues peuvent avoir pour origine des procédures logiques, mais dont la résultante est erronée, bien qu’à l’origine des erreurs on puisse déceler des causes cohérentes, des sources de pensées valides et non, strictement, des illusions qui duperaient le sujet à son insu. En mettant à jour les a priori (par définition implicites) de certains raisonnements, même les plus solides, on découvre parfois qu’il s’agit de raisonnements circulaires, tautologiques ou de jugements de valeurs supposés être des jugements de fait, d’autant plus difficiles à démêler qu’ils s’interpénètrent souvent.

3Une assertion très simple du type « Jean-Luc Godard est un grand réalisateur » comprend de nombreux niveaux de lecture. Elle peut en effet signifier, séparément ou tout à la fois : « j’aime ce réalisateur qui compte beaucoup à mes yeux » (jugement de valeur esthésique), « il a réalisé de nombreux films » ou « il a inspiré de nombreux auteurs » (factuellement exacts et vérifiables), « ce qui prouve son talent » (jugement de valeur) « qui est reconnu dans le monde entier » (jugement de valeur) ; « il a systématisé une manière personnelle de tourner et de monter les films » (jugement de fait) « qui est très intéressante » (jugement de valeur) « et que personne n’a pu imiter à ce niveau » (fait vérifiable) « ce qui fait de lui un génie » (jugement de valeur) ; « il sait provoquer des émotions chez les spectateurs » (jugement de fait) « élevées et intelligentes » (jugement de valeur), etc..

4Il suffit d’ailleurs de remplacer ce nom propre par celui d’un autre réalisateur pour pouvoir identifier les différents niveaux de jugement et expliciter nombre de polémiques, tout comme la naissance de modes et de croyances.

5Ce mot croyance peut s’entendre au sens le plus large (le fait de croire à une proposition, à une théorie, etc.), et l’analyse des croyances collectives est l’un des sujets d’étude de la sociologie, étude qui ne s’est cependant guère exportée vers l’économie. Elle pose pourtant une question fondamentale : par quels mécanismes des individus appartenant à un groupe, une collectivité, croient-ils la même chose, et par là même peuvent-ils souhaiter la défendre, la vouloir, la demander ?

6Pour les croyances scientifiques, l’explication peut ne pas être immédiate et impliquer de longues et laborieuses recherches (voir la controverse entre Pasteur et Pouchet sur la génération spontanée, ou la théorie phlogistique qui est devenue caduque après la découverte par Lavoisier du rôle de l’oxygène dans le processus de combustion, etc.). Mais on peut estimer (ou espérer) que le temps et les recherches permettront toujours d’y mettre fin, sans d’ailleurs qu’il soit jamais possible d’affirmer qu’une nouvelle croyance ne sera pas en train de naître, résultant simplement de l’insuffisance de l’état des connaissances à une date donnée. Néanmoins, qu’en est-il lorsqu’il s’agit de croyances qui paraissent infondées comme celles en des relations de causalité imaginaires (qui peuvent définir la magie) ou de croyances qui, par principe, ne paraissent pas pouvoir être fondées, comme les croyances prescriptives (valeurs éthiques) ?

7Parmi les schémas couramment utilisés par les sciences humaines pour expliquer les croyances et notamment les croyances collectives, on peut évoquer :

  • des moralistes comme Pascal, « le coeur a ses raisons que la raison ne connaît pas » ou La Rochefoucauld « l’esprit est le plus souvent la dupe du cœur », dont Pareto a repris ce schéma en sociologie ;

    • 4 MALINOWSKI Bronislaw (1922), Argonauts in the Western Pacific, Londres, Routledge, 2001, p. 238-239
    • 5 LEVY-BRUHL Lucien (1927), L’âme primitive, Paris, PUF, 1963.

    la mise en avant de déficiences cognitives, de la mentalité pré-logique, ou de la pensée magique. En déduire un illogisme ou en pointer les incohérences pour un observateur étranger au groupe a été longtemps la posture caractéristique de la pensée occidentale : « toutes ces croyances ne peuvent pas être traitées comme des connaissances qui s’accordent entre elles. Elles se fondent l’une dans l’autre, et le même indigène a probablement plusieurs opinions logiquement incompatibles entre elles. Même leur vocabulaire ne doit pas être considéré comme impliquant des distinctions et des définitions rigoureuses »4. Partant de l’étude des tribus primitives caractérisées essentiellement par la croyance en un monde non sensible, animé par les esprits des morts, des animaux et des végétaux, monde réel inextricablement mêlé au monde sensible, Lévy-Bruhl5 constatait qu’un individu n’existe vraiment qu’en tant qu’il participe à son groupe ou à son espèce. Il estimait donc que pris dans une collectivité l’esprit de chaque humain obéirait à des règles d’inférence particulières, serait automatiquement affecté par des biais, fonctionnerait dans des cadres mentaux intrinsèquement invalides ;

  • la pensée utilitariste développe une voie qui suppose que chacun croit bon ou juste ce qui est de son intérêt, individuel ou de classe : « la démocratie passe pour bonne parce qu’elle est de l’intérêt de la classe dominante » (Marx) ;

  • la socialisation ou de l’inculcation jouent un rôle essentiel chez Durkheim pour lequel les faits sociaux sont extérieurs à l’individu et doivent être expliqués par les modifications du milieu social, et non par les états de la conscience individuelle ;

  • à l’opposé, la théorie psychanalytique fait de l’inconscient (Freud – cf. infra, chap. xvi) le véritable agent des représentations du monde du sujet, face immergée d’un iceberg que seule une thérapie peut permettre de mettre à jour pour chaque individu ;

  • des mécanismes liés à l’imitation (Aristote), à la suggestibilité et la contagion (Le Bon, Tarde) ont été mis en avant pour expliciter certains choix et comportements individuels comme collectifs. Cette voie sera reprise, de manière radicalement différente, par René Girard (cf. infra chap. xvii) dont la mise à jour du mimétisme et du mécanisme victimaire brouille foncièrement les frontières entre les disciplines ;

  • aux yeux des rationalistes, l’ensemble de ce type d’explications n’est guère recevable, et ils peuvent aisément les qualifier d’« irrationnelles », car, par-delà leurs différences, elles partagent un postulat, à savoir que les croyances du sujet social s’expliquent non par les raisons qu’il se donne ou pourrait se donner, mais par des causes d’une autre nature, faisant intervenir une « boîte noire » à leurs yeux radicalement inacceptable car non contrôlable ni vérifiable. Ils refusent l’idée d’un sujet iceberg dont la surface immergée, invisible, serait la plus importante et motrice, tel l’inconscient social (Bourdieu…) ou individuel.

8Depuis plus d’un siècle les débats sont vifs au sein des sciences sociales entre ces différentes théories, chacune ayant apporté sa part d’éclairage, plus ou moins valide et durable selon les cas, la tentation de la globalisation voire de la totalisation ayant cependant saisi nombre d’entre elles, sans toutefois avoir jamais réussi à imposer une scientificité incontestable pour expliquer l’ensemble des croyances et motivations pour les comportements humains.

  • 6 Sur cette notion d’indépendance dans le cinéma, voir notamment Cinéma et (in) dépendance, op. cit.

9On peut par ailleurs constater que le champ de la culture en général – sensibilisé lui-même et sensibilisant souvent son public à certaines de ces théories proche de sa sensibilité-, comme celui du cinéma en particulier, semble particulièrement propice à la création comme à la propagation des croyances pour tenter d’expliciter les difficultés auxquelles il se heurte parfois. Pour produire leur effet rassurant, elles se ramènent généralement à des schémas binaires et très schématiquement explicatifs : grandeur et liberté de l’esprit/étroitesse de vue et asservissement des pouvoirs économiques et/ou politique ; grosses productions/films indépendants (Majors hollywoodiennes vs petits distributeurs)6, matraquage publicitaire/critiques esthétiques (panneaux Decaux + TF1 vs les Cahiers du cinéma), le formatage vs l’art et essai, des salariés interchangeables sans originalité vs des auteurs créatifs imaginatifs… bref l’argent vs le talent, les forts vs les faibles, David vs Goliath, les bons vs les méchants.

10Un condensé de ce prêt à penser simpliste – pour ne pas dire manichéen – qui s’est peu à peu imposé peut donner : les grosses productions, puissantes par l’argent mobilisé à leur profit, ne mettent sur le marché que des produits interchangeables, anonymes et standardisés vs les œuvres d’auteurs-créateurs indépendants, faibles par leurs tailles et manques de moyens matériels, regorgent d’intelligence et d’originalité diversifiée. Il convient donc de condamner les premiers et lutter contre leur domination afin de préserver l’existence sans cesse menacée des seconds. Nous ne reviendrons pas sur cette pensée magique devenue doxa idéologique produisant des effets contraires à ceux apparemment recherchés par leurs auteurs. Il convient juste de souligner que – sans même avoir besoin de se livrer à une étude scientifique approfondie, tout à chacun peut, par la simple lecture des sorties hebdomadaires de livres, de disques ou de films, par le simple constat du box-office des ventes publié régulièrement sur n’importe quel support grand public, constater que la réalité fourmille régulièrement de contre-exemples contredisant radicalement ce type d’assertions, au demeurant souvent assénées avec sincérité.

11Toutefois, ce cinglant démenti du réel, permanent, majoritaire et non point exceptionnel, ne suffit pas à mettre un terme à ces croyances : des faits, encore et toujours quotidiennement réfutés, sont invisibles aux yeux de leurs lecteurs ; quels que soient leurs nombres et leurs répétitions, ils leurs sont insignifiants. Et cela, paradoxalement, à juste titre, car lorsqu’une théorie est démentie par le réel, on ne peut savoir d’avance ce qui dans la théorie est responsable de cet état de choses. Cette incertitude, ce doute repose évidemment sur d’autres croyances, d’autres nécessités auxquelles nous pouvons avoir intérêt de ne pas croire, pour ne pas endosser une nouvelle croyance de nature plus incertaine. Chacune d’entre elles, même collective, doit évidemment faire sens pour chacun de ses porteurs, et ne peut s’imposer totalement au hasard, même si l’origine de ce sens n’est pas perceptible au sujet – et il l’est d’ailleurs très rarement. Mais « faire sens » ne veut pas dire ni en être conscient, ni en faire et encore moins en être, une raison.

  • 7 Mais cette conviction évidente, qui peut aller d’ailleurs jusqu’au militantisme – institutionnalisé (...)
  • 8 Cf. les difficultés à penser et faire accepter la contribution énergie climat (taxe carbone), résis (...)

12Par exemple, ces croyances magiques si étonnantes par leur stérilité opératoire, qui reposent souvent sur la nomination d’un coupable voire d’un bouc émissaire (« si un auteur n’est pas (re)connu, c’est la faute de… ») ne sont pas plus difficiles à comprendre que la conviction aujourd’hui répandue selon laquelle la pollution aurait une incidence sur le climat. Évidente pour qui s’est déjà trouvé sensibilisé aux problèmes de l’environnement7, malgré la prolifération des études, rapports et commissions depuis le début des années soixante-dix, la démonstration – ou la réfutation – de la relation causale est objectivement difficile car non immédiatement observable, prouvable, et surtout elle heurte nos pensées, nos habitudes, nos modes de voir antérieurs. Et tant bien même un a priori neutre, voire favorable, les concernerait, la création d’autres modes de pensées – et d’action8 – pour les modifier peut prendre beaucoup de temps. D’où qu’elles viennent, ces pensées premières, primitives, nous les avons forgées, acquises, et nous y tenons pour de bonnes raisons : elles sont importantes à notre être, à notre cohérence, et en cela elles nous apparaissent – et sont – forcément justes pour nous, même si fausses à l’extérieur. Durkheim suggérait que les croyances magiques que l’on observe dans les sociétés traditionnelles ne sont guère éloignées de toutes ces croyances en des relations de causalité incertaines qu’on observe dans les nôtres. Mais au fonds, pour le sujet, la « vérité », la « réalité », le « réel », sont de faible intérêt : la cohérence de ses croyances l’est davantage. Il s’ensuit que sa conviction que telle théorie ou telle représentation est la bonne ne lui apparaît que s’il possède des motifs d’y adhérer, que si elles ne heurtent pas sa structure mentale, si elles sont cohérentes avec son état (mental, de connaissances, etc.) du moment.

  • 9 BOUDON Raymond, Le juste et le vrai, Paris, Fayard, 1995, p. 196.

13Il n’y a pas de pensée sans a priori, sans cheminements neuronaux déjà constitués, appris, construits, acquis, répétés et qui n’ont plus besoin d’être conscients ni rappelés volontairement par le sujet. Mais également, les raisons que se donne l’individu n’ont pas besoin, ni d’être bonnes en soi (véracité, exactitude vérifiables de l’extérieur, à un instant et dans un état des connaissances donnés), ni d’être les bonnes pour lui (il peut se duper lui-même dans son énonciation). Mais s’il peut posséder des raisons pour vouloir ou demander quelque chose, ce peut être également l’inverse, en dehors de toute raison – mais pas sans cause ni motif – l’acte, la demande pouvant s’exercer et trouver, après, une justification. Ce souci de rationalisation ex post est nécessaire au sujet pour ne pas paraître idiot, inconséquent, aux yeux des autres comme aux siens propres. Surtout dans les cultures occidentales, l’apprentissage précoce du petit d’homme lui enjoint d’être « raisonnable », de savoir ce qu’il fait, d’être capable de le dire, de s’en justifier et donc de raisonner, ce qui le conduit d’ailleurs à être davantage raisonneur que raisonnable, recherchant pour lui-même mais surtout aux yeux des autres une raison à ses actions, d’autant plus que l’accusation d’être « irrationnel » a très mauvais presse depuis quelques siècles en nos pays. Obstacle à la raison (dont la conception a fortement évoluée au cours du temps), l’irrationnel la dévoie et depuis Descartes puis la philosophie kantienne, il côtoie la métaphysique comme la folie. Cousinant avec l’illogisme, l’incohérence, l’intempérance, il pointe l’acte contradictoire du sujet, et, voisine avec son irresponsabilité, fait adopter des comportements qu’il convient à tout prix d’éviter, puisque moralement et… logiquement, rationnellement condamnables. Frontalement antinomique avec la raison, il ne lui appartient même pas d’exister (et inversement si on se place du côté de l’irrationnel), mais dès lors pour expliquer certains phénomènes (l’adhésion collective à une morale, consensus autour de certains principes collectifs, etc.) à défaut d’un inconscient la Raison ne peut convoquer… qu’un Universel, qui nous permettrait d’adhérer, spontanément, à des notions comme le juste ou le vrai9.

  • 10 BOUDON Raymond, op. cit., p. 273.
  • 11 MARX Karl & ENGELS Friedrich, (1845), L’idéologie allemande, Paris, Éditions sociales, 1965, p. 54.

14Pour expliquer le comportement et les choix des individus, le modèle rationnel général que propose cette théorie cognitiviste rejette tout à la fois la tradition utilitariste (les jugements qui se ramèneraient à des intérêts individuels ou collectifs), le modèle conventionnaliste ou contractualiste (les appréciations de chacun se déduiraient des accords, tacites ou explicites, passés antérieurement), le sociologisme (l’acteur social s’identifierait à son environnement et endosserait les jugements de valeur en vigueur dans son milieu), pour affirmer que le sentiment de validité d’un jugement de valeur est accompagné par son locuteur par le sentiment qu’il est objectivement fondé… intrinsèquement, par la reconnaissance universelle de sa valeur. Pointant avec justesse les faiblesses de nombreuses théories sociologiques, qui apparaissent plus souvent descriptives qu’explicatives, elle note avec raison que le succès de l’utilitarisme ambiant s’est fait en raison de la cohérence du modèle proposé, auquel n’ont jamais été opposées que des notions floues et subjectives telles « l’intériorisation des valeurs »10. Lui opposer « l’objectivité des valeurs » fondées sur une reconnaissance publique, car reposant sur des raisons acceptables et acceptées, ne semble pour autant guère plus convaincant, mais non surprenant à une époque dominée par le libéralisme, pouvant rendre prophétiques des propos tenus un siècle plus tôt. « Chaque nouvelle classe qui prend la place de celle qui dominait avant elle est obligée, ne fût-ce que pour parvenir à son but, de représenter son intérêt comme l’intérêt commun de tous les membres de la société ou, pour exprimer les choses sur le plan des idées : cette classe est obligée de donner à ses pensées la forme de l’universalité, de les représenter comme étant les seules raisonnables, les seules valables d’une manière universelle »11.

 

15Spontanément, le sujet a le plus souvent tendance à utiliser telle hypothèse, simplement parce qu’elle lui semble aller de soi. Cette (souvent fausse) évidence sera d’autant moins remise en question que, banale, certainement perceptible immédiatement à sa conscience (visible à ses yeux…) elle lui semblera également s’imposer à tous. En ce sens les mécanismes de la croyance semblent très proches de ceux de la pensée ordinaire, et passent par l’évidence du constat et de la vérification rapide, immédiatement concordante ou dissonante par nos sens, qui dépendent eux-mêmes de notre situation géographique (d’où, par exemple, le recours à l’arbitrage vidéo lors des matches de rugby), de notre état d’esprit, de nos expériences antérieures, bref, au sens large, de notre point de vue, qui n’est pas seulement déterminé par des intérêts individuels ou sociaux.

16De nombreuses expériences ont été menées en ce domaine, et sont accessibles à tous au quotidien.

17Un accident de la route se produit : outre les deux conducteurs, deux autres personnes y assistent. Il est banal d’affirmer que la probabilité d’avoir une seule version des faits est très faible (telle qu’aurait pu l’enregistrer une caméra… mais pas forcément sa lecture ultérieure). D’autant plus faible qu’un élément saillant, confortant ou discordant pour l’un des acteurs ou observateurs, serait présent : âge, sexe, apparence d’un des conducteurs (couleur de peau, mode vestimentaire…), signe singularisant ou non l’un des véhicules (marque luxueuse en milieu populaire, couleur vive ou décoration excessive par rapport à la norme ambiante, etc.) possibilité d’identification, de projection entre les observateurs et l’un des conducteurs, etc.

18Tout signal pouvant émettre un sens pour la majorité des acteurs leur fera voir, puis coder et interpréter l’événement. Aucun témoin d’une scène ne voit exactement la même chose, de la même manière qu’il ne voit pas le même film, lit le même livre, car le codage, la grille de vision (lecture…) n’est pas la même pour chacun, même s’il va vouloir tendre à la généraliser (je l’ai vu, donc cela est, donc c’est vrai) puis l’universaliser (il est évident que tout le monde voit comme moi). Qu’un autre soit dans la même position – autre que l’on recherchera d’ailleurs afin de se renforcer (d’où la constitution des groupes, clans, chapelles d’opinions) – et on sera d’autant plus convaincu de cette universalité (quitte à réduire la taille de cet univers en le schématisant : les jeunes, les blancs, les cinéphiles, etc.).

19Dans une exposition consacrée aux animaux domestiques, chiens et chats majoritairement, on affiche la photo d’un animal, un bébé félin : il présente tous les attributs d’un chat (taille, poil, etc.). Aux gens questionnés pour savoir s’ils reconnaissent la race de l’animal, en milieu urbain occidental la réponse évidente sera donc « un chat ». Dans un autre cadre (voyage de découverte, visite d’un zoo, autre pays, etc.) la même photo suscitera d’autres réponses (lynx, puma, ocelot, etc.).

  • 12 Expérience de Gérard de Gré, in : CHAZEL François, L’institutionnalisation de la sociologie de la c (...)

20Quatre personnes sont assises devant une face de pyramide, chacune ne pouvant voir qu’un côté, face à elle. À la question : « quelle est la couleur de la pyramide ? », chacune d’entre elle répondra la couleur qu’elle voit, qui se trouve face à elle12. Il se trouve cependant que la pyramide était de quatre couleurs différentes, une par face.

21Cette « évidence », repose en fait à chaque fois sur un constat (la vision apparente de l’objet), puis sur une réduction nécessaire de toutes les informations à trier de cette perception immédiate – réduction fondée sur le fait qu’en temps ordinaire, habituellement, dans les conditions quotidiennes, cette réduction s’avère valide (nul besoin, ni utilité, ni possibilité dans la vie courante de s’interroger sur toutes nos perceptions, pour savoir si elles tiennent compte de manière exhaustive de tous les paramètres). L’utilisation d’un principe « A est-il bien identique à B ? » nous guide souvent, nous permettant d’en vérifier plus ou moins rapidement les attributs en se fondant sur une acceptation des codes, valeurs, idéologies ambiantes, et si les attributs sont semblables ou suffisamment voisins, alors nous en déduisons que B = A.

22Dans nos exemples :

  • « je connais des femmes qui conduisent ; elles manquent de confiance en elles et sont souvent inattentives. Dans cet accident il y avait une femme. Manifestement sa voiture a fait une embardée. Cette femme est donc responsable de l’accident » (alors que cette embardée, si tant est qu’elle ait réellement eu lieu, a pu être provoquée par un premier manquement, originel, de l’autre conducteur).

  • « je sais ce qu’est un chat, j’en ai beaucoup vu aujourd’hui ici ; l’animal que l’on me montre possède exactement tous les attributs d’un chat, c’est donc un chat » (alors que d’autres animaux en bas âge, tel le lynx, possèdent des attributs très proches voire identiques).

  • « pour nommer la couleur de cette pyramide, il me suffit d’observer les pierres qui sont face à moi. Elles sont de couleur C. Toutes les pyramides que j’ai déjà observées étaient identiques à celles-ci, donc la pyramide est de couleur C ».

  • 13 Et encore. Même en cas de trouble psychique grave avéré (hallucinations, schizophrénie, etc.), la v (...)

23Cet effet de position, de point de vision, génère au sens littéral comme métaphorique une prise de position et un double point de vue : lieu d’où l’on voit, loi de la vue. Ce dernier engendre à son tour de très nombreuses croyances, qui ne se résument pas en une énonciation qui serait dictée par l’intérêt du sujet, mais se ramènent plus prosaïquement à ce qu’il est amené à vivre, à fréquenter, à constater dans son vécu ordinaire, majoritaire, et qui – sauf pathologie particulière13 – s’avère toujours valide, de son point de vue. Ce qui explique aussi les changements de position, parfois qualifiés de trahisons, lors de la mobilité du sujet, notamment dans l’espace social (employé devenant cadre, auteur méconnu enregistrant un fort succès public, etc.). Or ce n’est pas le sujet qui a changé – et il faut entendre sincèrement ses dénégations – c’est son nouveau point de vision qui a modifié son point de vue. En bougeant, en changeant de position face à la pyramide, le sujet n’a pas changé, lui, mais son regard a doublement changé de position, physique et cognitive, en intégrant un nouvelle information, une nouvelle vision, un nouveau point de vue. Ce que ne comprennent évidemment pas ceux qui sont restés à la même place, à la même position, gardant le même point de vue.

24Cet effet de position se voit souvent renforcé par une tendance à la généralisation, qui opère avec d’autant plus d’impact que les éléments factuels de vérification empirique se trouvent éloignés des perceptions ordinaires du sujet. Des propositions du type « je suis allé en Italie deux fois, les deux fois je me suis fait volé quelque chose, donc il faut se méfier car les italiens sont des voleurs », ou « telle race de chien est dangereuse, je connais plusieurs personnes qui se sont fait attaquer », sont facilement démontables par un contre exemple. Le locuteur pourra toutefois plus ou moins l’accepter, et ensuite, plus ou moins l’invalider (« c’est vrai pour ce cas, mais pas pour tous », ou « je sais bien, mais quand même, c’est une exception » alors même que, globalement et statistiquement, c’est bien son expérience personnelle antérieure qui se trouve être une exception). Car la croyance s’ancre d’autant plus profondément qu’elle est ancienne, qu’elle satisfait d’autres croyances du sujet quelquefois fort éloignées, ou qu’un contre exemple ne peut être apporté par une preuve immédiatement sensible. « Les grands groupes massacrent les petits films d’auteurs » est une proposition qui a toutes les chances de séduire et de passer pour vraie, car ni elle, ni son contraire, ne sont aisées à prouver. Elle a pu se fonder sur un cas tout à fait réel, voire quelques-uns, et elle sera protégée par des dénominatifs (« petits » « grands » et « auteur ») qui sont suffisamment lâches pour que chacun puisse y mettre ce qu’il entend et que s’établisse un consensus généralisateur, car personne ne cherchera à, ni ne pourra, les définir. Autant de contre exemples pourront être apportés, ils ne sauraient servir de preuve pour l’adepte de la croyance, car d’une part ils peuvent faire appel à des connaissances plus larges dont le sujet n’a pas eu connaissance (tous les films de ce type) et qui peuvent générer une angoisse, ou une agressivité de rejet pour s’en défendre, soit l’argutie portera sur ces termes eux-mêmes pour lesquels chacun s’assurera un sens propre, apte à satisfaire tout le monde afin de conserver le statu quo, et, surtout, la croyance intacte.

Autour de la rationalité

  • 14 Pensées, répliques et anecdotes, Paris, Le Cherche-midi éd., 2002.

Nous sommes dans une société où les pizzas arrivent plus vite que la police.
(Claude Chabrol)14

25À l’inverse des différentes théories de psychologie sociale comme celles de l’engagement ou de la soumission, en se mettant au centre de nombreuses théories qui irriguent les sciences sociales, l’individualisme méthodologique postule que les individus ont des buts et des intérêts qui façonnent entièrement le système social. De la sorte, tous les phénomènes socio-économiques seraient explicables en se référant uniquement aux individus, à leurs croyances, actions, comportements, attitudes (CACA) en puisant dans leurs ressources et relations. Ce concept fondateur qui perdure depuis deux siècles voit dans les processus sociaux la somme de conduites individuelles en interaction et dans cette perspective il suffirait donc d’analyser les rationalités des individus pour comprendre la manière dont l’ensemble des actions individuelles s’agrègent pour créer un phénomène social.

26Ainsi, autour de la rationalité du sujet, de nombreux essais de classification ont eu lieu dans les sciences sociales, et notamment en sociologie, et les innombrables travaux se succédant depuis un siècle ont bien montré l’impossibilité de trancher ce sujet, aucune des catégories imaginées n’étant de surcroît absolument étanche, ni fixe, ni définitivement délimitée.

27Autour de la rationalité, les grandes traditions sociologiques ont utilisé plusieurs postulats qu’il est possible de combiner et résumer (très schématiquement) comme suit :

  • à l’origine, le holisme (Jan Christiaan Smuts) a cherché à déduire le comportement et les représentations des personnes à partir des conditions sociales dans lesquelles elles se trouvent.

28À sa suite, les autres courants sociologiques ont cherché à expliquer le comportement des individus à partir de plusieurs postulats ;

  • pour l’individualisme méthodologique, tout phénomène social résulte de la combinaison de décisions et de croyances, d’actions, de comportements, d’attitudes, (CACA) individuels ;

  • la sociologie compréhensive (Georg Simmel, Max Weber) y a rajouté la compréhension : tout CACA individuel peut être compris, et en essayant de comprendre les siens, l’individu reconstruit le sens qu’ils ont sur lui ;

  • la défense de la rationalité a introduit un Modèle Rationnel Général (Raymond Boudon) selon lequel les CACA sont le produit de raisons, plus ou moins clairement perçues par l’individu qui conduisent l’acteur à agir parce qu’il pense que son action a un sens pour lui ;

  • le fonctionnalisme (R. K. Merton, Talcott Parsons) met l’accent sur les conséquences : l’individu agit en tenant compte des conséquences qu’il voit de son action ;

  • l’utilitarisme plus ou moins diffus (John Stuart Mill) met l’accent sur l’égoïsme : l’individu s’intéresse exclusivement aux conséquences personnelles qu’un CACA va lui produire ;

  • pour mémoire il faudrait rajouter la volonté de puissance (Nietzche) pour un acteur social qui obéirait principalement à cette passion ;

  • l’appartenance à une classe (marxisme) surdéterminerait l’individu qui apprécierait tel CACA certes essentiellement en fonction de son intérêt personnel, mais surtout de cette classe à laquelle il appartient. D’autres économistes ont atténué l’hypothèse utilitariste, notamment :

  • Gary S. Becker qui dans sa Théorie du Choix Rationnel met en avant la maximisation : l’individu choisi son CACA en fonction du gain qu’il en retire ;

  • Herbert A. Simon qui a insisté dans sa Théorie de la rationalité limitée sur les contraintes liées à l’accès et au traitement de l’information des produits par les individus.

  • 15 BOUDON Raymond, Essais sur la Théorie Générale de la Rationalité : action sociale et sens commun, P (...)
  • 16 D’après David Hume puis développé par les auteurs pré-cités, l’utilitarisme soutient que la moralit (...)

29Toutefois, concernant les décisions individuelles, le concept de Théorie du Choix Rationnel s’avère être le plus utilisé aux États-Unis et en Europe et constitue l’un des fondements des sciences sociales. Mais même les libéraux ont critiqué plusieurs de ses postulats comme en France Raymond Boudon15 qui a développé son propre modèle Rationnel Général, critiquant une vision strictement utilitariste du comportement des individus, qui seraient uniquement mus par leurs intérêts, telle que développée au xixe siècle (Stuart Mill, Sidgwick, Pareto, Marx notamment) : la rationalité individuelle confronterait les désirs aux moyens de les satisfaire, l’adaptation des moyens aux fins. Depuis Hobbes et Rousseau, « l’égoïsme » comportemental des individus préparait le calcul égoïste de l’acteur social des néo-classiques et des marxistes des siècles suivants. Si de nombreux comportements s’expliquent aisément et uniquement par l’intérêt, tous ne s’y résument pas. De la même manière, l’individualisme méthodologique inclut l’utilitarisme16, mais ne s’y résume pas, même si le développement de cet axiomatique se comprend aisément, notamment aux xvii-xviiie siècles, à travers le bouleversement de la société qui mondialisait ses échanges, vivait la montée en puissance de l’État et perdait certains de ses repères de solidarité de proximité. Toutefois, il est aisé de souligner que d’autres facteurs interviennent, par exemple, que leurs actions peuvent également être mues par leurs croyances qui ne coïncident pas nécessairement avec leurs intérêts. (Par exemple, pourquoi vote-on ? pas simplement, et quelquefois pas du tout, pour défendre ses intérêts : isolé, un seul vote ne sert à rien. Mais on vote parce que l’on peut croire à une idée, à un concept, à une représentation de la démocratie, avoir été séduit par un individu ou un parti, pour faire comme les gens de son environnement, etc.).

  • 17 LE BON Gustave, Psychologie des foules, (1895), Paris, PUF, 1991.
  • 18 LEVY-BRUHL Lucien, La mentalité primitive, (1922), Paris, PUF, 1960.

30Développée par Max Weber pour la sociologie et l’économie, l’approche devrait se faire de manière strictement individualiste d’un point de vue méthodologique en affirmant que tout phénomène social est la résultante d’actions individuelles. Il convient donc de comprendre ces actions, en quoi elles font sens pour l’acteur, et pour en comprendre les raisons, ne pas se contenter d’explications de type psychologique pour fonder une théorie collective telle la « contagion »17 pour expliquer les mouvements de foule, ou la « mentalité primitive » pour élucider certaines croyances magiques18. À sa suite et allant plus loin, essentiellement construit en réaction à de nombreuses théories des sciences sociales, un courant de pensée (la théorie cognitiviste) estime inutile de faire intervenir une « boite noire » qui serait située (par les psychanalystes, sociologues durkheimiens et philosophes relativistes, etc.) à l’intérieur de l’individu pour (ne pas) expliquer ses actes, et transformer toute valeur en illusion, toute décision en détermination (sociale ou autre), etc. L’effort de ce courant de pensée se nourrit de critiques, par ailleurs souvent justifiées, des courants préexistants, même s’il est plus facile de pointer des insuffisances ou des généralisations abusives que de définir des critères stricts permettant d’invalider telle ou telle théorie.

  • 19 BOUDON Raymond, L’art de se persuader des idées douteuses, fragiles ou fausses, Paris, Seuil, 2002, (...)
  • 20 BOUDON Raymond, Raison, bonnes raisons, Paris, PUF, 2003.

31Ainsi, balayant tout apport de la psychanalyse, pour certains l’inconscient n’existerait pas car « bien souvent nous ne savons pas ce qui nous pousse à faire quelque chose, nous déclarons que nous avons obéi à des motivations inconscientes (…). Nous trahissons seulement l’ignorance où nous sommes des causes de notre action »19. Nous aurions toujours de bonnes raisons d’agir, d’adopter tel ou tel comportement même si nos choix ne sont pas tous issus de la Raison rationnelle née au xviie siècle20. Par exemple, les américains ont des raisons d’adopter telle ou telle religion aujourd’hui encore, en fonction de leur passé très riche et important en ce domaine, et qui perdure aujourd’hui même si les sources sont devenues moins lisibles (qui se souvient que Harvard était le nom d’un pasteur protestant ?).

32Il semble pourtant que l’effort pour maintenir à tout prix une r(R)aison à flot passe par un abus, en langue française, de la proximité de ce concept avec celui de motifs, de causes. En effet, il est alors possible d’affirmer que si nous avons de bonnes raisons d’agir, nous avons des raisons de le faire, donc de la raison. Du jeu de mot au glissement sémantique comme justificatif d’une vision du monde, il n’y a qu’un pas, parfois franchi allègrement pour justifier et sauver l’individualisme méthodologique, base fondatrice du courant de pensée socio-économique dominant.

  • 21 Parmi les nombreuses réflexions autour de la prégnance de cet utilitarisme, voir notamment les rech (...)
  • 22 SEN Amartya, Éthique et économie, Paris, PUF, 1993, p. 107.

33Mais l’utilitarisme21 – que la théorie cognitiviste réfute – s’en trouve tout de même ainsi définitivement déséquilibré, qui affirmait des droits et des quêtes individuels en sous-estimant les obligations, les devoirs, les structures atypiques des individus, éventuellement les intentions malveillantes. Amartya Sen a de son côté exprimé une critique essentielle du modèle économique abstrait qui pose l’intérêt personnel comme première motivation de l’activité humaine en faisant intervenir la relation avec l’Autre, comme dans le cas de la compassion ou de l’engagement moral, qui mettent en cause le superbe isolement, l’indifférence des individus. Muni d’un sentiment moral – quel qu’il soit et d’où qu’il vienne – l’agent économique peut ne pas suivre un pur principe de maximisation de son intérêt égoïste établit dans une vision de « rational fool »22, de « demeuré social rationnel » qui se contenterait d’un classement de préférences personnelles.

34S’épanouissant lors d’une période de développement des biens matériels quantifiables, cette conception n’a fait que s’adapter et se trouver des raisons d’être dans un univers où l’abondance apparente allait croître et profiter au plus grand nombre. Un tel individu, sans histoire, sans passé, sans environnement, tombe du ciel pour accomplir sa mission économique. Mais si, nécessaire à sa modélisation, l’un des principes fondateurs de la science économique affirme que tout agent n’est mû que par son propre intérêt, il convient plutôt de renverser la proposition : c’est la science économique qui est mue par l’intérêt qu’elle attribue aux individus. Et pour ce faire, notre « demeuré rationnel » possède un immense avantage, unique, indispensable à la quantification : il devient indéfectible et, surtout, prévisible. Désormais, cette science peut compter sur lui. En échange, elle ne lésine pas et ne lui propose rien moins que la félicité, qu’elle s’engage évidemment à chiffrer, à mesurer, et cela de la seule manière qu’elle sait accomplir, l’appropriation quantitative qui lui permet de composer et perpétuer sa production/consommation.

  • 23 À la moindre petite baisse de fréquentation ou de production – simple prurit conjoncturel qui a éch (...)

35Ainsi, nulle nécessité pour elle de s’attarder sur la demande et ses causes : tant que le système tourne, des inputs entrent, des outputs sortent, l’ensemble est mesurable. N’existe désormais que ce qui se quantifie au sein de flux dont l’essence est de s’accroître, toujours, sans cesse ni répit, ou alors il ne peut s’agir que d’une « crise », comme celles qui secouent périodiquement le cinéma en France23. Bonheur, bien-être, jouissance sont progressivement devenus des coquilles vides, tonneaux des Danaïdes à jamais vidés de leur paisible substance, condamnés à perpétuité par l’économie à se mesurer, s’évaluer, se comparer.

36Formidable ordinateur aux capacités de mémoire, de stockage, de tri des informations (par ailleurs facilement accessibles et compréhensibles) fonctionnant sans cesse en vue de la maximisation de son intérêt, tout individu ne serait plus qu’un agent interchangeable doté des mêmes propriétés, fiction d’un animal social qui se serait mué en automate programmé. Et cela quelles que soient les attitudes des autres : il lui suffirait de s’y adapter si besoin, d’en tenir compte. Pourtant, dans cette relation à l’Autre, d’où qu’elles viennent, structurelles ou culturelles, il est possible de convoquer des notions comme – mais pas seulement – l’altruisme, la malveillance ou la bienveillance, qui peuvent guider une population, une culture, une période, mettant à mal cette vision de l’intérêt collectif comme strict agrégat d’intérêts rationnels individuels : sur une période contemporaine, il faut se souvenir de l’Allemagne de 1933-45, du Cambodge de 1976-1979, de la Bosnie comme du Rwanda de 1994.

  • 24 Et même avant. Les travaux qui se multiplient sur la vie intra-utérine insistent sr l’importance de (...)

37Radicalement, définitivement, nous rejetons ce postulat fondateur de l’économie orthodoxe qui tente de tout expliquer à partir de l’action de sujets autonomes, isolés, rationnels (quelle que soit la définition de la « raison » sous-jacente, ou quelle que soit la « limitation » de cette rationalité), indépendants de leur environnement et des autres humains, et cela pour la simple raison qu’à aucun moment, jamais, dans sa vie, et dès la seconde de sa naissance24, jamais l’individu ne se trouve seul. Il en est ainsi, pas simplement parce qu’il naît, vit, apprend, se développe, meurt au sein d’une famille, d’un groupe, d’une structure sociale, qui le façonnent plus ou moins, orientant sa demande et ses comportements dans telle ou telle direction au sein de l’espèce humaine. Mais parce que, à tout instant, sur tout marché, le moindre petit boursicoteur n’a qu’une seule question en tête avant de se livrer à la première de ses actions spéculatives : aujourd’hui, que vont faire les autres ?

Les identités de l’individu

38À tout le moins, autour des décisions de l’individu il est donc nécessaire de s’intéresser à son milieu, notamment celui de son travail où il n’est ni passif, ni uniquement motivé par le gain, ce que fait par exemple la sociologie des organisations à la suite des travaux de M. Crozier et A. Friedberg dans les années soixante-dix. Mais également à la façon dont les agents peuvent passer des accords entre eux, manière qui peut être différente selon les lieux dans lesquels il se trouve, ce qui interagit sur sa vision, ses décisions et son comportement.

  • 25 BOLTANSKI Luc & THEVENOT Laurent, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallima (...)
  • 26 Traité de la nature humaine, op. cit.
  • 27 SMITH Adam (1759), Théorie des sentiments moraux, Paris, PUF, 2003.

39Aux confins de plusieurs sciences sociales, l’économie des conventions (EC) est apparue plus récemment (fin de la décennie 80), notamment à partir des analyses de L. Boltanski & L. Thévenot25, qui ont notamment souligné que les sociétés pensées par D. Hume et A. Smith l’ont été à partir du constat de ce que manifeste réellement l’être humain, sa nature, et ne reposent pas sur une capacité de calcul rationnel. Pour fonctionner et perdurer, une des formes d’accord général entre les individus se fonde sur les liens marchands en tant qu’objets communs de désir de notre cité marchande. Ainsi Hume met-il en avant « une disposition sympathique commune »26 à l’égard de laquelle nous nous trouvons les uns à l’égard des autres. Cette disposition permet de faire reposer le lien social sur un sentiment d’immédiateté, d’évidence, partagé par tous, sans recours à la raison. Et il s’ensuit que tout objet qui procure du plaisir à celui qui se l’est approprié « plaît sûrement au spectateur pour une subtile sympathie avec le possesseur ». Le mimétisme girardien développera plus largement cette notion (cf. chap. XVII), mais déjà pour Smith, le jugement des personnes se forme « en épousant le goût et les passions des autres »27, et non de manière autonome par une réflexion sur l’utilité des achats, conduites ou comportements. De la même manière que la somme des comportements individuels n’aboutit pas automatiquement à garantir l’intérêt collectif, dans n’importe quel champ, y compris culturel, la prétention à agir uniquement pour servir le bien commun se révèle donc pour ce qu’elle est, une prétention, se voilant derrière une notion sans fondement.

40Les individus recherchent des sources de satisfaction directes, mais pas uniquement, les satisfactions indirectes (sociales, collectives…) pouvant compter tout autant si ce n’est plus. La participation à un groupe, à une sortie collective, peut générer des attraits et plaisirs supérieurs à un acte identique produit solitairement, même s’il avait porté sur un produit a priori plus satisfaisant pour l’individu : passer « une bonne soirée » en compagnie d’amis peut procurer une satisfaction supérieure au film vu en tant que tel, celui-ci pouvant de surcroît ne pas correspondre pas au titre choisi initialement par le spectateur en question.

  • 28 CAILLE Alain, Don, intérêt et désintéressement, Paris, La Découverte, 1994.

41De même, l’harmonisation des intérêts peut s’opérer de différentes manières qui non seulement ne sont pas toujours rationnelles, même sous un angle limité, ce dernier étant (plus souvent) davantage interprétatif que calculateur, mais leur coordination peut éventuellement participer de l’intérêt, tout comme également de la contrainte, ou, à l’opposé, de l’aimance, la passion, du lien à autrui28.

 

42L’individu n’est pas totalement défini a priori, ni interchangeable, ni détenteur passif d’une identité unique ou d’une utilité dont il userait habilement, optimisant l’ensemble de ses choix. Son insertion au sein d’un groupe lui confère une autre identité, sociale, qui va le porter à modifier son comportement, adoptant des attitudes pour s’adapter, pour s’auto-catégoriser membre de ce groupe. Ce processus est très rarement conscient, « faire comme » les autres pour se « faire bien voir » ou se faire accepter relevant d’un processus mimétique fonctionnant par capillarité à l’insu de l’individu qui va endosser les gestes, mimiques, codes, valeurs, goûts, attitudes posturales ou vestimentaires, et nombre de caractéristiques du groupe de référence. Celles-ci peuvent être fortes ou très faibles, perceptibles ou non de l’extérieur, néanmoins pour l’individu concerné elles ont toujours valeur distinctive par rapport aux autres, extérieurs au groupe, quoique surtout mimétiques pour l’intérieur du groupe : en imitant certains signes, on « en est », ou pas, et il convient de le marquer nettement en endossant les propriétés singulières apparentes, mais aussi les modes de pensées et visions du monde du groupe.

  • 29 TAJFEL Henri (dir.), Social identity and Intergroup relations, Paris, Maison des sciences de l’homm (...)
  • 30 TURNER John C., Rediscovering the social group, Oxford, Blackwell, 1987.

43Le sentiment d’appartenance qui en résulte confère une identité sociale qui transforme le sens même des comportements pour les individus qui le composent29. La manière dont « je » dois me comporter, ce « qui je suis » en ce lieu et à cet instant, vont émaner d’une représentation collective qui va transformer les actes et attitudes en conformité aux règles et normes du groupe, aux attitudes d’acceptation ou de rejet, notamment de différenciation et de discrimination envers les autres groupes. L’auto-catégorisation qui en résulte passe par un recensement des similitudes existantes entre tous les membres du groupe, qui seront à leurs yeux toujours plus fortes et plus fortement valorisées que les différences, elles-mêmes étant toujours minimisées ou niées. De la sorte, il s’ensuit une auto-stéréotypisation30 par rapport à un idéal-typique, censé incorporer l’ensemble des qualités qui définissent le groupe considéré, lui-même pouvant – et devant d’ailleurs – être compatible avec d’autres groupes de tailles différentes, adoptant et emboîtant d’autres comportements telles des poupées russes. « Un homme a telle attitude (vs les femmes) ; un sportif entretient telle valeur (vs les simples spectateurs non pratiquants) ; un footballeur agit de telle manière (vs les rugbymen) ; les membres de ce club de foot endossent tel maillot et adoptent telle pratique (vs le club adverse), etc.. Pourtant, selon le même principe, toute différence fortement exacerbée, toute pratique véhémentement revendiquée peut disparaître immédiatement chez le même individu qui peut se voir amené à changer de groupe ou de niveau, et donc d’identité. Car chaque groupe étant formé en fonction de différences relatives (aux autres) tout changement de contexte implique une modification de la composition et du comportement du groupe, dont chacun des membres agit selon un prototype construit par celui-ci.

 

  • 31 BESSIS Franck, CHASERANT Camille, FAVEREAU Olivier, THEVENOT Olivier, L’identité sociale de l’homo (...)
  • 32 DESCHAMPS Jean-Claude, MORALES J. Francisco, PAEZ Dario, WORCHEL Stephen, L’identité sociale. La co (...)

44« Se forme la croyance selon laquelle tous les membres d’un groupe ont les mêmes qualités, qui définissent et distinguent le groupe en question. Lorsqu’il s’auto-catégorise, l’individu vérifie sa ressemblance au stéréotype du groupe. »31 L’avantage principal de ce couple imitation (devenir semblable) + différenciation (rejet des autres) est de procurer un renforcement de l’image de soi, voire de la puissance de la personne, de lui renvoyer un aspect positif, conféré par les caractéristiques objectives du groupe (taille, originalité, influence, force, place relative ou classement par rapport aux autres groupes, etc.) que chacun sera amené à renforcer pour le bénéfice collectif dont il pourra s’accaparer une partie en retour. Les performances (sportives, électorales, économiques, etc.) du groupe seront incorporées et suivront la voie d’intégration hiérarchique, partant de la proximité (géographique, sociale, etc.) pour aller au plus éloigné : individuelles → du groupe (club, parti, bureau, atelier etc.) → de sa ville (discipline, entreprise, etc.) → département (sport, activité, etc.) → pays. Le statut des groupes d’appartenance conforte l’identité, favorise ses membres, donne une image favorable aidant à une évaluation positive de soi-même, renforçant le bien-être et l’estime de soi32.

Parmi les innombrables films évoquant ces phénomènes, West side story (Robert Wise & Jérôme Robbins, US, 1962) en met plusieurs clairement en valeur.
Par exemple, honnis l'origine ethnique et la couleur de peau, qu'est-ce qui distingue les sharks des jets ? Le ton des vêtements mais surtout la couleur des baskets, uniforme et homogène pour chacun des groupes, mais grise claires ou foncées, distinction totalement imperceptible pour autrui.
Autre mécanisme : un instant après s’être affrontées jusqu'au sang, les deux bandes se calment et font front commun contre la police. Tous les sharks et jets sont devenus semblables, indifférenciés, pour devenir un (groupe de jeunes face à l'ordre externe).

45La place variable de l’individu, les déterminants également variables externes bien qu’introjectés de son environnement social du moment et donc de ses choix, excluent ainsi non seulement un caractère d’autonomie de ces derniers, mais également de ce qu’il en serait de leur unicité possible, d’un optimum absolu qu’il lui serait loisible de découvrir, calculer ou bénéficier. Au moment de sortir – ou pas – de chez lui afin de se rendre – ou non – au cinéma, puis de choisir tel ou tel film, l’expérience commune montre de manière renouvelée que les choix successifs comme celui du titre sélectionné ne seront absolument pas identiques selon qu’on les effectuera seul, en couple, en groupe et en ce dernier cas selon sa composition.

46Pour chaque individu, l’identité sociale peut varier, et parfois fortement même au cours d’une brève période, selon le groupe au sein duquel il se trouve, ces variations étant particulièrement importantes en certaines circonstances de la vie, à l’adolescence par exemple (passage du groupe familial aux ami(e)s du même sexe, puis vers la(e) petit(e) ami(e)…) mais pas seulement (passage du groupe de travail à celui d’un loisir, ou d’une association militante puis à la famille, etc.). Plus généralement, au-delà de ces variations intergroupes qui peuvent différer selon le contexte, pour chacun, l’image de soi-même n’est pas univoque mais englobe plusieurs représentations à quatre niveaux (graph. 30). Pour chaque individu, la définition de son identité s’opère en fait simultanément ou successivement sur ces différents plans :

  • identité individuelle (dans ses échanges inter individus) ;

  • identité sociale (au niveau de la collectivité, des groupes) ;

  • identité humaine (au niveau de l’espèce, notamment lorsque celle-ci est menacée) ;

  • identité au niveau du vivant (par opposition à la mort ou à l’inerte, dans une empathie proportionnelle à la proximité de la forme du vivant considéré, tant d’apparence physique que géographique, cette dernière tendant à s’estomper dans nos sociétés contemporaines).

Graphique 30 : Niveaux de représentation de soi

Graphique 30 : Niveaux de représentation de soi

47Identité multiple donc mais présente simultanément à tout instant chez tout à chacun, et qui le fait agir en arbitrant selon le niveau qu’il mobilise. Si dans les circonstances ordinaires, les deux derniers niveaux (vivant/espèce) sont rarement appelés, c’est pourtant en ces occasions que l’individu s’écarte le plus de ses conduites ordinaires, délaissant l’intérêt personnel et la rationalité économique convenue au profit de comportements alors plus facilement qualifiés positivement par la morale courante (abnégation, héroïsme, bravoure, don de « soi », sacrifice, etc.). Parce que, justement, ils tendent à s’éloigner de l’intérêt et de l’identité individuelle pour tendre vers un intérêt collectif de plus en plus large.

  • 33 FAVEREAU Olivier, « Notes sur la théorie de l’information à laquelle pourrait conduire l’éco - nomi (...)
  • 34 FAUMANN Robert, « L’irrationalité dans la théorie des jeux », in ORLEAN André (dir.), Analyse écono (...)

48À chaque instant, pour passer un contrat, conduire une action, œuvrer avec autrui, former un collectif de quelque nature, chacun appelle une image du monde commun à lui-même et à l’Autre (aux autres), ce qui l’aide à choisir ses actes et conduit ses choix. « Faire confiance » à quelqu’un, lui donner ou lui demander quelque chose, coopérer ou l’affronter, toute relation passe par une « construction » à deux, par une représentation collective, par une croyance en ce monde commun et en la capacité de l’autre de s’y conformer plus ou moins. En ce sens, la quête d’une certaine rationalité ne peut absolument pas être individuelle33, ne serait-ce justement que parce qu’elle vise une certaine « rationalité collective ». Là encore, il s’agit assurément d’une anticipation du comportement d’autrui et d’un décryptage correct de ce dernier, afin d’adapter son propre comportement en retour. On peut dès lors s’interroger sur ce jeu de miroir infini qui peut ensuite conduire à l’égoïsme comme à la coopération, à un excès de rationalité qui peut la supprimer en retour, comme à l’utilisation rationnelle de l’anticipation des choix irrationnels d’autrui34. Ces derniers peuvent toutefois être décryptés différemment selon les niveaux auxquels les protagonistes se placent, qui peuvent de surcroît être dissonants entre eux (l’un recherchant son intérêt personnel, l’autre se situant au niveau de l’intérêt collectif i. e.), le gain sur l’un des niveaux n’étant absolument pas gage d’un gain identique sur un autre, pas plus que la somme des intérêts individuels ne peut former automatiquement l’intérêt collectif.

  • 35 BESSIS Franck et alii., op. cit., p. 191.
  • 36 Ibid.

49Pour chacun, le niveau d’identification n’est donc ni fixe, ni fixé, ni figé, « c’est une variable de choix »35. Il nous revient, en toutes circonstances, de savoir à quel niveau nous choisissons de nous situer, et notamment à quel niveau nous exerçons notre demande. Que les religions invitent à nous placer au niveau de l’humain pour la plupart, voire du vivant pour certaines (Afrique, Asie), et que le libéralisme économique tende a contrario à ne considérer que celui de l’individu, ces dogmes pèsent et orientent les choix et modalités des populations qui y sont soumises, affaiblit (ou tente de le faire) mais ne supprime pas l’existence des autres niveaux. Sur un plan philosophique, l’aptitude à répondre, à et de, ces choix introduit la notion de responsabilité individuelle puisqu’il appartient à chacun, à chaque fois, de choisir le niveau auquel il se place, quel « moi » il convient d’activer, individuel, social ou humain essentiellement au quotidien, avec tous les sous-groupes de référence possibles au niveau social : « en choisissant le niveau auquel j’entends activer mon identité, je choisis simultanément un type de responsabilité »36.

50Et c’est assurément en se référant à un modèle, vivant ou non, présent ou pas, actif ou passif, et cela à quelque niveau d’identification que ce soit, que chacun peut d’autant mieux affirmer, construire, renforcer son identité qui se fera pour et par ses choix.

Notes

1 Faits et croyances, 1845–1850.

2 BOUDON Raymond, Le Figaro, 21 juin 2004.

3 BOUDON Raymond, L’art de se persuader, Paris, Seuil/points, 2e éd., 1992.

4 MALINOWSKI Bronislaw (1922), Argonauts in the Western Pacific, Londres, Routledge, 2001, p. 238-239.

5 LEVY-BRUHL Lucien (1927), L’âme primitive, Paris, PUF, 1963.

6 Sur cette notion d’indépendance dans le cinéma, voir notamment Cinéma et (in) dépendance, op. cit.

7 Mais cette conviction évidente, qui peut aller d’ailleurs jusqu’au militantisme – institutionnalisé ou non – pour aider à propager ces idées, ces convictions, n’impliquent pas pour autant une mise en acte, un comportement effectif respectueux et en cohérence avec cette conviction (i.e. réduire ses trajets en automobile, recycler ses déchets, etc.). Dans tous nos actes, y compris culturels, cette notion de l’engagement est déterminante pour ne pas demeurer à la surface du discours conscient du sujet.

8 Cf. les difficultés à penser et faire accepter la contribution énergie climat (taxe carbone), résistances parcourant et dépassant les cadres politiques et sociaux traditionnels.

9 BOUDON Raymond, Le juste et le vrai, Paris, Fayard, 1995, p. 196.

10 BOUDON Raymond, op. cit., p. 273.

11 MARX Karl & ENGELS Friedrich, (1845), L’idéologie allemande, Paris, Éditions sociales, 1965, p. 54.

12 Expérience de Gérard de Gré, in : CHAZEL François, L’institutionnalisation de la sociologie de la connaissance aux États-Unis : l’apport de Gérard de Gré, Revue française de sociologie, XXVIII, 1987, p. 663-677.

13 Et encore. Même en cas de trouble psychique grave avéré (hallucinations, schizophrénie, etc.), la vision du sujet est toujours cohérente, de son point de vue. Ce n’est que lorsque la dissonance de cette vision avec ce que perçoit majoritairement son entourage pose problème de manière récurrente, que celui-ci (ou le sujet) pourra être amené à conduire ce dernier en thérapie afin de lui permettre de trouver une autre manière de (se) voir.

14 Pensées, répliques et anecdotes, Paris, Le Cherche-midi éd., 2002.

15 BOUDON Raymond, Essais sur la Théorie Générale de la Rationalité : action sociale et sens commun, Paris, PUF, 2007.

16 D’après David Hume puis développé par les auteurs pré-cités, l’utilitarisme soutient que la moralité d’un acte est toujours calculée, qu’elle n’est pas déterminée par des principes ayant une valeur intrinsèque. Il présuppose donc la possibilité de toujours calculer les conséquences d’un acte, d’évaluer son incidence sur le bien-être des individus, et ainsi de l’évaluer. L’un des traits important de l’utilitarisme est donc son rationalisme.

17 LE BON Gustave, Psychologie des foules, (1895), Paris, PUF, 1991.

18 LEVY-BRUHL Lucien, La mentalité primitive, (1922), Paris, PUF, 1960.

19 BOUDON Raymond, L’art de se persuader des idées douteuses, fragiles ou fausses, Paris, Seuil, 2002, p. 419.

20 BOUDON Raymond, Raison, bonnes raisons, Paris, PUF, 2003.

21 Parmi les nombreuses réflexions autour de la prégnance de cet utilitarisme, voir notamment les recherches menées autour du Mouvement Anti Utilariste dans les Sciences Sociales (MAUSS), de sa revue et des auteurs qui l’animent ; récemment CAILLE Alain, Théorie anti– utilitariste de l’action, Paris, La Découverte, 2009.

22 SEN Amartya, Éthique et économie, Paris, PUF, 1993, p. 107.

23 À la moindre petite baisse de fréquentation ou de production – simple prurit conjoncturel qui a échappé à la sagacité de la totalité de la population-, la crisis est convoquée par les « professionnels de la profession », croisée des chemins qui nécessiterait un choix impérieux et marquerait un “avant” et un “après” ce moment considérable (au moins 5 % de baisse des entrées !) ; la fin d’un monde (ou presque).

24 Et même avant. Les travaux qui se multiplient sur la vie intra-utérine insistent sr l’importance de son environnement pour les fœtus, y compris dans sa formation du goût (échange avec le plasma).

25 BOLTANSKI Luc & THEVENOT Laurent, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, 1991.

26 Traité de la nature humaine, op. cit.

27 SMITH Adam (1759), Théorie des sentiments moraux, Paris, PUF, 2003.

28 CAILLE Alain, Don, intérêt et désintéressement, Paris, La Découverte, 1994.

29 TAJFEL Henri (dir.), Social identity and Intergroup relations, Paris, Maison des sciences de l’homme, 1982.

30 TURNER John C., Rediscovering the social group, Oxford, Blackwell, 1987.

31 BESSIS Franck, CHASERANT Camille, FAVEREAU Olivier, THEVENOT Olivier, L’identité sociale de l’homo conventionalis, in L’économie des conventions, EYMARD-DUVERNAY François (dir.), Paris, La Découverte, 2006, tome 1, p. 183.

32 DESCHAMPS Jean-Claude, MORALES J. Francisco, PAEZ Dario, WORCHEL Stephen, L’identité sociale. La construction de l’individu dans les relations entre groupes, Grenoble, PUG, 1999.

33 FAVEREAU Olivier, « Notes sur la théorie de l’information à laquelle pourrait conduire l’éco - nomie des conventions », in PETIT Pascal (dir.), L’économie de l’information : les enseignements des théories économiques, Paris, La découverte, 1997, p. 195-238.

34 FAUMANN Robert, « L’irrationalité dans la théorie des jeux », in ORLEAN André (dir.), Analyse économique des conventions, Paris, PUF, 2004, p. 43-59.

35 BESSIS Franck et alii., op. cit., p. 191.

36 Ibid.

Table des illustrations

Titre Graphique 30 : Niveaux de représentation de soi
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/44070/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 67k

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540