Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quel film voir ?

 | 
Claude Forest

Section C – La demande voilée

Chapitre IX. De la théorie de l’offre aux effets de la demande

Texte intégral

Le meilleur moyen d’arriver quelque part,
c’est de partir de là où on veut aller.

En essayant continuellement, on finit par réussir.
Donc, plus ça rate, plus on a de chance que ça marche.
(Les Shadoks)

La théorie économique de l’offre et la demande solvable

1Il ne convient pas ici de retracer toutes les tentatives des économistes pour expliciter la rencontre de l’offre et la demande, ni de refaire un exposé sur ce qui a longtemps été improprement dénommé « loi ». Les éléments qui suivront, non seulement ne sauraient être exhaustifs, mais ne retiendront volontairement que certains aspects des théories qui ont été développées depuis plus de deux siècles, afin essentiellement d’en réfuter certaines hypothèses qui, selon nous, ont empêché les économistes de s’intéresser réellement et de plus près à la demande du consommateur.

 

2Dans un contexte historique et géographique précis – la montée en puissance de la domination anglaise dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, et l’inter continentalisation des échanges commerciaux – commence à se former un essai de compréhension de l’interaction entre l’offre et la demande, point de départ de l’essor des économistes.

3S’il n’est bien évidemment méthodologiquement nullement pertinent de vouloir comparer les écrits d’une époque et d’un territoire déterminés avec les situations d’une période contemporaine, il convient cependant d’en souligner plusieurs traits.

  • 6 SMITH Adam, Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations, Paris, Economica, 200 (...)

4Adam Smith s’essaie à la première étude d’envergure des lois économiques qui régissent les sociétés développées. Après avoir distingué pour les marchandises leur valeur d’usage (l’utilité concrète que l’on en retire) de leur valeur d’échange (le pouvoir d’acquisition d’autres biens que confère la possession de cet objet), dans ses tentatives de déterminer comment l’offre et la demande interagissent, il conclut un peu vite à la proportionnalité inverse de ces deux aspects de la valeur (l’eau – utile, peu chère vs le diamant – inutile, onéreux)6. Ce qui ne va pas de soi, par exemple pour les biens culturels dont l’économie s’est vu par ailleurs assez rarement questionnée. Mais surtout, concernant notre propos, il va introduire plusieurs postulats qui s’avèreront en fait contenir des biais fondamentaux :

  • d’une part – comme à sa suite de très nombreux économistes – il ne s’intéressera à la demande qu’en tant que reflet de l’offre, sœur siamoise indissociable et souvent impensée, posée comme indubitable, naturelle, qui s’ajusterait simplement en fonction des besoins, également donnés, selon une répartition sociale assez stable. L’accent est mis sur l’offre, certes principalement en raison de l’intérêt porté à l’essor contemporain de la production, manufacturière puis industrielle, mais également par commodité, essentiellement statistique. S’appuyant sur des chiffres, une théorie à prétention scientifique va pouvoir s’esquisser. Comme pour les prix, le niveau de la production est repérable, chiffrable, donc utilisable ; elle retient l’attention. Tout le contraire de la demande car s’il est aisé de repérer les ventes (nombre de tickets, CD, DVD… vendus), qu’on peut, très approximativement, assimiler à la satisfaction d’une partie de la demande, une autre – mais laquelle ? en quelle proportion ? – ayant pu ne pas l’être. Comment l’évaluer, comment l’estimer a priori, et non pas seulement la constater partiellement a posteriori ? Le problème n’est pas simple, et les indicateurs mis en place (sondages, snake previews, repérage du nombre d’appels téléphoniques ou de sites Internet consacrés au thème ou au produit, etc.) sont tout à la fois très coûteux, imparfaits et insuffisants.

    • 7 Op. cit., livre 1, ch. 7.

    D’autre part, Adam Smith ne conçoit l’offre et la demande que relativement à un prix, c’est-à-dire que d’emblée il ne peut les envisager indépendantes mais forcément liées entre elles, et de surcroît ce lien s’opère relativement à sa préoccupation : la richesse. Symptomatiquement, sa théorie – que lui-même ne nommera pas « loi » – de l’offre et la demande, va apparaître dans son chapitre intitulé « du prix naturel et du prix de marché des marchandises »7. Il y fait l’hypothèse que le prix de l’offre est fixe, naturel, mais que la demande va augmenter ou diminuer selon que le prix constaté sur le marché diminue ou augmente autour de ce prix « naturel » (cet aspect « naturel » étant l’un de ses nombreux impensés non explicité, mais qui n’entre pas dans notre propos). Il y aura donc deux catégories de demande, celle « absolue » que tout à chacun pourrait avoir (que d’aucuns pourraient alors rapprocher de l’envie, du fantasme, du désir ou du besoin) mais qui ne trouvera peut-être pas satisfaction (impossibilité de mettre la marchandise sur le marché dans des conditions propres à être satisfaites), et une autre demande, « solvable ».

  • 8 « La quantité de toute marchandise mise sur le marché s’adapte naturellement à la demande solvable. (...)

5Très clairement et de manière tout à fait cohérente, Adam Smith ne s’est intéressé par commodité, et n’a donc évoqué, que cette demande solvable, c’est-à-dire mesurable à un instant précis en contrepartie d’un prix. Il ne s’agit donc pas de la demande en tant que telle. Essentiellement, ses nombreuses hypothèses, évoquant l’ordre spontané ou la nature8, ont fondé le début d’une réflexion et d’une discipline, mais ne forment pas une loi.

6De nombreux auteurs se sont lancés à sa suite, et ont essayé d’affiner sa théorie, toutes les hypothèses apparaissant peu à peu comme irréelles, à n’être considérées comme valides que dans le cadre d’une réflexion strictement théorique, et non descriptive ni explicative de la réalité. Il n’est pas de notre prétention de pouvoir les résumer ici ni même de pouvoir toutes les citer, mais de brièvement constater que le problème central de la demande n’était pas près d’être résolu, d’abord parce qu’il n’intéressait guère. Rappelons quelques évolutions majeures.

  • 9 RICARDO David, (1817), Des principes de l’économie politique et de l’impôt, Paris, Flammarion, 1999
  • 10 MARX Karl, Le capital, 1867, livre I, 1°section, chap. II.

7Reprenant les travaux de Smith, David Ricardo expose pour la première fois l’idée d’un modèle économique dans lequel il reprend de façon plus rigoureuse les hypothèses utilisées pour tenter de démontrer cette théorie de l’offre et de la demande9. Surtout, son apport essentiel et toujours d’actualité (mais sortant de notre sujet) sera de démontrer que tous les pays, même les moins compétitifs, trouvent un intérêt à rentrer dans le jeu du commerce international en se spécialisant dans la production où ils détiennent l’avantage relatif le plus important (ou le désavantage relatif le moins conséquent). Il considérera le travail comme source unique de la valeur, ce qui inspirera et conduira plus tard Karl Marx, à travers sa vision théorique de la lutte des classes, à considérer le profit des détenteurs de capitaux comme étant un résultat de l’exploitation de la force de travail. Entièrement préoccupé par sa gigantesque démonstration que le capitalisme serait un système à la fois injuste, instable et aliénant, dans son œuvre maîtresse tournée vers l’analyse de la production et des moyens nécessaires à celle-ci, pas une section ne sera consacrée à la demande, même lorsqu’il abordera le problème des échanges (symptomatiquement d’ailleurs dans le plus court chapitre de son œuvre)10.

  • 11 WALRAS Léon, (1874-1877) Éléments d’économie politique pure ou théorie de la richesse sociale, Pari (...)
  • 12 MENGER Carl, Principes d’économie politique (1871), analysé notamment par CAMPAGNOLO Gilles, Critiq (...)

8Autour de la recherche de la valeur et de la fondation d’une théorie économique générale, le prix deviendra le principal centre d’intérêt de nombreux auteurs du XIXe, en particulier autour de l’école de pensée marginaliste qui, certes, s’intéresse davantage au comportement du consommateur – mais là aussi, assez peu à sa demande – introduisant par exemple le concept de valeur à la marge, c’est-à-dire de la valeur de la dernière unité qui déterminerait en fait le prix final11. Cette vision se voulait fondée sur le comportement humain, l’individualisme méthodologique présentant les êtres comme parfaitement rationnels et cherchant à maximiser leur satisfaction (parfois appelés homo œconomicus)12, ce qu’avec d’autres, définitivement, nous ne saurions retenir.

  • 13 MARSHALL Alfred, Principes de l’économie politique, Paris, Gordon & Breach, 1971 (1890), 2 vol.

9À la recherche d’une définition de la valeur, ces deux ensembles théoriques placent au cœur de leur analyse la question de la formation des prix dans les échanges ; certains (les néo-classiques) essaieront de les réunir, par exemple en introduisant la notion de temps. Sur le court terme, l’utilité l’emporte dans le phénomène de fixation du prix, par la recherche de l’équilibre entre l’offre et la demande. Lors de l’introduction d’un produit sur le marché, l’entreprise adapte ses prix en fonction de la demande. Mais, sur le long terme, les coûts de production deviennent déterminants, car l’entreprise est obligée d’en tenir compte, et un prix d’équilibre se situe entre ce que le marché est prêt à payer au maximum et le prix auquel l’entreprise doit vendre son produit au minimum.13 Mais là encore, il ne s’agit que de demande solvable, constatée ex-post.

  • 14 Ses propriétés théoriques sont : atomicité de l’offre et de la demande ; produits identiques ; info (...)
  • 15 WALRAS Léon, Eléments d’économie politique pure, op. cit.

10Allant plus loin, pour satisfaire toutes les demandes solvables, l’équilibre général qui s’établit sur un marché de concurrence pure et parfaite serait le meilleur possible. Optimal, l’équilibre de concurrence pure et parfaite14 permettrait le plein emploi spontané de tous les facteurs de production (toute la population active est occupée et tous les capitaux sont utilisés).15 L’évolution historique montrera que ce n’est pas si simple, dans la réalité comme pour construire des modèles théoriques.

  • 16 DEBREU Gérard, Théorie de la valeur : Analyse axiomatique de l’équilibre économique, Paris, Dunod, (...)

11Nonobstant, les bases de la théorie contemporaine de l’offre et de la demande ont été finalisées par Alfred Marshall et Léon Walras qui ont combiné les idées de détermination de l’offre et de la demande (solvable) afin de chercher un point d’équilibre. Depuis la fin du XIXe siècle, cette théorie a peu évolué, mais toutes les hypothèses ont été critiquées par les économistes orthodoxes eux-mêmes, de très nombreux travaux ayant conduit à examiner les cas particuliers du modèle. (Par exemple, pourquoi un grand nombre d’agents motivés par leur propre intérêt et prenant des décisions indépendantes ne créent-ils pas un chaos social dans une économie de propriété privée ?) En établissant rigoureusement les conditions d’existence d’un équilibre concurrentiel dans une économie où de multiples marchés sont interdépendants, Debreu16 a montré que l’équilibre de Walras suppose et définit un « crieur de prix », extérieur au marché lui-même, sorte de garant de l’intérêt collectif. Pour lui, l’institution du marché n’est pas l’échange car il faut donner une certaine forme aux fonctions d’offre pour assurer la validité de l’équilibre.

Bref rappel de lu théorie de l'offre et la demande telle qu’enseigne au début du XXIe siècle
L’offre est la quantité d’un bien économique que les producteurs souhaitent vendre à un prix donné. Ses principaux déterminants sont le prix du marché et les coûts de production. Si on les représente graphiquement, en général leurs courbes représentatives sont croissantes et concaves du fait de la loi des rendements décroissants (avec des exceptions qu'admet la théorie).
La demande est la quantité voulue d’un bien, à un prix donné, par les consommateurs ayant 1rs moyens de l'acheter. La courbe représentative de la fonction décrit donc cette quantité (en abscisses) en fonction du prix (en ordonnées). La théorie pose que ses principaux déterminant sont le prix de ce bien, le revenu du consommateur, ses goûts, mais également l'offre et la demande des biens de substitutions (i.e. l’évolution du prix des DVD a eu une influence sur la vente des K7 vidéo). La courbe représentative de la fonction de demande est généralement décroissante (concave ou convexe selon les cas).
En construisant les deux courbes (ou en simplifiant, deux droites), on obtient la situation du marché. La rencontre de l’offre et la demande permet de situer le point d’équilibre, qui définit le prix pour lequel l'offre rejoint la demande (là où se réalise l'échange). Un prix d'équilibre (P1) et une quantité d’équilibre (Q1) apparaissent ainsi. Tant que ce point n'est pas atteint, l’excédent d’offre provoque la baisse du prix ou bien la trop forte demande provoque son augmentation.

  • 17 LIPSEY R. & LANCASTER K., “The general theory of second best,” Review of Economic Studies (1956), 1 (...)

12Pour d’autres, un tel modèle est absolu et ne souffre pas d’exceptions. Faute de quoi, aucun des résultats obtenus dans le cadre de la concurrence pure et parfaite, ne peut être validé. La concurrence n’étant pas forcément préférable au monopole17, le marché est inefficace et contrairement au bon sens, sans régulation (uniquement des acheteurs et des vendeurs) il ne permet pas à lui seul de déterminer efficacement les prix, car il n’autorise presque jamais d’atteindre un équilibre, mais si un équilibre est atteint, c’est nécessairement le pire (c’est-à-dire qui désavantage le plus soit les vendeurs, soit les acheteurs).

13Pour Arrow, les choix collectifs ne résultent pas logiquement des choix individuels, donc les préférences ne suffisent pas à définir un choix social donné.

14Allais a posé un paradoxe où le comportement d’agents rationnels aboutit à des décisions économiquement irrationnelles dès qu’on introduit un aléa dans les gains.

  • 18 SAMUELSON Paul Anthony, « A Note on the Pure Theory of Consumer’s Behaviour », Paris, Economica, 19 (...)

15Samuelson a proposé de refonder la théorie de la demande individuelle à partir d’un nouvel ensemble de postulats, notamment ceux relatifs au comportement de l’individu (donc observables). C’est ainsi qu’il met en avant le principe dit de la préférence révélée18, qu’il abandonnera toutefois au profit de la demande agrégée qui fonde sa théorie du consommateur : la demande globale n’est pas donnée en tant que telle, mais seulement en un nombre fini de points précis qu’il convient d’observer. Etc., etc.

 

16De nombreux problèmes des économies développées échappent ainsi à la grille d’analyse de la théorie générale (répartition des revenus, relation entre croissance et bien-être, prise en compte des équipements collectifs, etc.) dont celui du comportement du consommateur. Si elle se veut modèle, trop nombreux sont ceux qui l’ont transformée en dogme idéologique en faisant mine de lui prêter un pouvoir normatif et explicatif qu’elle ne possède pas, notamment en « oubliant » qu’elle impose de strictes mais irréalistes conditions de réalisation, en particulier parce qu’elle considère :

  • qu’il existe un mécanisme permettant de révéler et de centraliser les demandes (et les offres) individuelles qui permettent d’ajuster ce prix ;

  • qu’elle n’a de sens que lorsqu’on parle d’un homo oeconomicus, c’est-à-dire uniquement en supputant les individus a) comme rationnels et b) uniquement préoccupés par le prix des biens qu’ils convoitent ;

  • que le marché fonctionne selon une concurrence pure et parfaite entre les agents économiques c’est-à-dire comme remplissant des conditions qui ont toutes été démontrées comme irréelles.

  • 19 Voir notamment : ATTALI Jacques, GUILLAUME Marc, L’anti-économique, Paris, PUF, 1974.

17Depuis longtemps il a été souligné que ces hypothèses ne sont que pure fiction qui ont fabriqué une « boite vide »19, et il serait dangereux de croire que cette élaboration théorique d’une offre et une demande non moins théoriques puisse décrire la réalité. Elle n’en n’a d’ailleurs souvent plus la prétention, confirmant toutefois sa volonté d’aide à la construction de modèles abstraits, intrinsèquement et nécessairement réducteurs, mais parfois utiles à des compréhensions élargies de certains phénomènes.

  • 20 Prix Nobel en sciences économiques en 1970, Paul Samuelson aurait ultérieurement déclaré : « L’écon (...)

18Nonobstant, et nous nous en tiendrons là, il convient de remarquer que dans leurs lignes principales les théories économiques dominantes, d’une part n’ont jamais pris en compte que la demande solvable – d’où le recours massif à des indicateurs chiffrés et à des modèles liés aux prix et aux revenus -, et par ailleurs ne se sont que très rarement intéressées à la demande réelle, ses déterminants lui échappant de fait20.

  • 21 KEYNES John Maynard, (1939), Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie, Paris, Pa (...)
  • 22 Ibid., p. 125.

19Ainsi, parmi les plus prudents et surtout plus clairvoyants, Keynes ne s’intéressera pas à la demande individuelle, mais évoquera une « propension à consommer » globale, de l’ensemble de la communauté nationale, dont le montant dépendra de plusieurs facteurs. Certains seront objectifs, tel son revenu, d’autres « subjectifs » comme « certaines circonstances qui accompagnent ce revenu ; et des penchants psychologiques et des habitudes des individus qui la composent »21. Rien n’est expliqué, mais tout est dit nettement et reconnu ; toutefois cela ne sera pas retenu. Il est vrai que, allant jusqu’à lister les facteurs limitant la consommation, « ces huit motifs peuvent être nommés : Précaution, Prévoyance, Calcul, Ambition, Indépendance, Initiative, Orgueil et Avarice ; nous pourrions aussi établir une liste parallèle des motifs à consommer tels que : le Goût du plaisir, l’Imprévoyance, la Générosité, l’Irréflexion, l’Ostentation et la Prodigalité »22, ces derniers apparaissent comme insaisissables et davantage moraux qu’économiques.

  • 23 Ibid., p. 127.

20D’une phrase lapidaire « puisque, par conséquent, l’arrière plan principal des forces subjectives et sociales change lentement »23, il les écartera totalement pour ne se consacrer qu’aux variations du revenu, fermant leur étude pour plusieurs décennies. Mais, pour notre part, nous retiendrons que cet arrière plan était assurément essentiel.

L’olympisme économique

21L’économie ne s’occupe guère de sens, car tel n’est pas son objet. Pour savoir comment des ressources sont employées pour la satisfaction des besoins des hommes vivant en société, elle s’intéresse, d’une part, aux opérations essentielles que sont la production, la distribution et la consommation des biens, d’autre part aux institutions et aux activités ayant pour objet de faciliter ces opérations. Comment, et non pourquoi. L’absence de sens interroge sur le sens de cette absence, mais dès lors il n’est point surprenant que l’aspect quantitatif des opérations nécessaires à ces échanges ait toujours primé sur la compréhension de leur signification. La puissance de calcul des opérateurs, puis la numérisation des informations et de leurs échanges, ont progressivement prévalu pour la plus grande satisfaction des économistes, avides de quantités, donc de chiffres. Il s’ensuit que des activités plus proches de l’homme et que l’on aurait pu croire devoir être épargnées, comme le sport et la culture, ont été touchés, l’olympisme économique faisant partie des valeurs progressivement devenues incontestées.

 

  • 24 MENGER Pierre-Michel, Travail, structure sociale et consommation culturelle, in Le(s) public(s) de (...)

22Le temps disponible pour chaque être humain n’ayant fait qu’augmenter (allongement de la durée de vie, raccourcissement de la durée annuelle de travail, etc.) ainsi que les ressources financières et matérielles disponibles, le monde marchand a accru plus que proportionnellement l’ensemble des biens et services disponibles, multipliant les offres et sollicitations. Mais au cours d’une période fixe donnée – journée, semaine, mois – il s’en est suivi un accroissement de la valeur de chaque unité de temps (les journées continuant malgré tout à ne durer que 24 heures), cette dernière s’élevant avec les rémunérations des individus. Le temps de loisir s’élargissant toujours moins que les possibilités de son utilisation, elles-mêmes surmultipliées par l’information des offres disponibles, il devient nécessaire pour chacun d’intensifier son emploi (du temps) : faute de pouvoir l’étendre (sur une courte période), il faut l’exploiter en profondeur, vivre « à fonds ». Le « budget temps » se gère méticuleusement, les activités chronophages se voient écartées au profit d’activités moins dévoreuses de temps, on accumule des pratiques simultanées, on accélère l’ensemble, et dans tous les cas il s’agit bien d’obtenir, pour chaque unité de temps, « une valeur supérieure de divertissement ou de satisfaction culturelle »24.

  • 25 NOËL Bernard, La castration mentale, Paris, P.O.L., 1997.

23La recherche de la vitesse pousse pourtant l’ensemble des acteurs à confondre vitalité et accélération : taux de rotation accéléré des informations, des images, des talents artistiques, des films à l’affiche, des disques en tête du box-office, des étals de livres, etc. générant ainsi une précipitation que d’aucuns pourraient estimer autodestructrice si ce n’est suicidaire. L’emballement est général et l’équilibre apparent qui en résulte fait craindre au cycliste de tomber s’il devait s’arrêter. Mais où va-t-il ? Le mouvement s’est substitué au sens, ou plutôt est devenu le sens même de l’action : bouger, accélérer – plus vite, plus haut, plus fort (Citius, altius, fortius – Didon, 1891). Au besoin de sens de tout être humain, de toute la population, il a été opposé le propre mouvement de l’économie globale qu’elle affiche comme étant son propre sens25.

24Focalisée sur l’actualité dont la définition même implique qu’elle doive également défiler rapidement (quel est le premier titre du box-office cette semaine ? Qui a-t-il supplanté aujourd’hui ?), sa vitesse lui tient lieu de présence : la contemplation du défilé de la consommation devient pour les professionnels comme pour le public hypnotisé de chiffres box-officés une illusion de réflexion, impuissance béate à enrayer l’emballement de la machine à vendre ou à acheter. Le spectacle de l’accélération du mouvement fait illusion car la vitesse (d’accéder au podium des « reconnus »), la hauteur (des ventes, donc de la demande apparente), la force de l’impact (combien de millions d’euros de budget de production ou de promotion ?) deviennent signes en eux-mêmes, c’est-à-dire totalement déconnectés de leur contenu, au demeurant absolument abscons pour le profane, voire pour tout professionnel extérieur au cœur de la profession, même s’il feint le contraire : 10.000 exemplaires vendus (d’un livre), est-ce « beaucoup » ? 100.000 euros de budget de communication pour un DVD, est-ce « énorme » ? 1° au box-office d’un marché avec un million de tickets vendus (de cinéma) est-ce « historique » ? La profusion de qualificatifs ne qualifiant qu’eux-mêmes masque parfaitement la vacuité de la réalité qu’ils sont censés analyser alors qu’ils peinent déjà à la nommer, le moment de son énonciation signant déjà le temps de son obsolescence.

25L’information massivement diffusée que le CAC 40 a diminué aujourd’hui de 0,43 % (le trois centième est fondamental, car c’est cette précision même qui donne le « sérieux » à l’information, et qui doit donc s’avérer extrêmement signifiante) est une inutilité obsolète aussitôt énoncée. Pour les professionnels, les ajustements automatisés informatiquement des courtiers ont instantanément, voici plusieurs heures déjà, pris en compte cette information pour en tirer leurs conséquences ; pour les détenteurs de titres lambda, le temps de donner leurs ordres et les valeurs auront déjà changées ; pour le vulgus pecum ce CAC est un couac dans sa perception inconsciente, certainement un souverain habitant de lointaines terres à jamais inabordables à sa connaissance quoique terriblement familier par son intrusion répétée dans sa vie quotidienne.

26Mais comme tant d’autres, cet indicateur s’avère indispensable à ce spectacle vide de sens. Car plus que les champions de la vente, il est censé mesuré l’état de la demande ; moins que d’exposition, sa fonction se veut rassurante pour une foule désorientée : au fonds, que veux-je ? Qu’est-ce qui est bien pour moi ? Qu’ont acheté les autres ?

27Réduction de l’incertitude et du coût de l’information ? Certes, mais pas seulement.

28Le renouvellement annuel des palmarès est devenu mensuel, puis hebdomadaire voire quotidien ; outre qu’il permet de satisfaire les innombrables prétendants, il extrude les propos qu’ils sont censés abriter car devenus au demeurant totalement interchangeables. Qui se souvient du gagnant du mois dernier ? De la semaine dernière ?… D’hier ? L’immédiat est souverain, d’autant plus agréable et accepté qu’il a d’ailleurs déjà été oublié, relégué dans le cortège d’ombres d’œuvres qui n’ont plus vocation à s’inscrire en nous, à nous guider, à nous faire sens. Et c’est ce spectacle de la longue procession de vies éphémères et dramatiquement substituables qui nous comble, c’est la béance même qui se creuse en nous qui nous donne béatement à contempler la consommation de notre propre consumation. Chacun s’est vu doucement, imperceptiblement et indolorement sommé de se faire la somme du trou et de la pelle qui le creuse. Le spectacle de la terre extraite chaque jour est devenu un extrait de la terre du spectacle qui se rejoue quotidiennement.

29Ce spectacle se répète et joue sa scène dans la plus grande transparence, condition essentielle de son acceptation par disparition de son mécanisme puisque exposé à tous. Effectivement, telle la lettre volée d’Edgar Poe, quelle meilleure cachette qu’une mise en évidence à la vue et au su de tous ? Dans une telle situation, trois types d’observateurs peuvent se révéler.

  • 26 En France, dans le secteur culturel, le quadrilatère de la doxa (Le Monde, Télérama, Libération, Ca (...)

30Le premier est un regard qui, cherchant quelque chose qui manquerait à sa place, ne voit rien : nulle béance n’est apparue, nul deus ex machina ne tire les ficelles, le spectacle spectaculaire est toujours au rendez-vous : réassurance du téléspectateur. Le JT du 20h (mais pas seulement, malheureusement26) nous le répète à l’envie : circulez, il n’y a rien à voir ! La preuve ? Je vous montre tout (surtout peut-être ce qu’il y a à ne pas voir, mais assurément qui se montre le mieux) et plus rien ne mérite d’être vu en dehors de ce que je vous montre (mais si vous insistez soyez certain que je puis aussi vous le montrer).

  • 27 LACAN Jacques, Ecrits I, Paris, Seuil, 1966, p. 24.

31« Le second d’un regard qui voit que le premier ne voit rien et se leurre d’en voir couvert ce qu’il cache »27. Parce que cette posture est rassurante, reposante surtout d’avoir confié à autrui la lourde tâche d’être vigilant (mais sans être désagréable), questionnant (mais pas trop), insolent (mais avec les puissants connivents seulement), curieux (surtout si c’est facilement montrable), en résumé : spectaculaire, donc. Évidemment, chacun croit y échapper, car – puisqu’il s’agirait d’une attitude commune – partagée par le plus grand nombre ; « toute idée publique, toute convention reçue est une sottise car elle a convenu au plus grand nombre » (Chamfort), cette formule contente tous ceux qui croient échapper à sa loi. C’est-à-dire précisément le plus grand nombre.

32Le troisième regard n’est nullement porté par une intelligence supérieure, un savoir hors du commun ou quelque distinction permettant d’échapper au lot vulgaire. Il perçoit simplement que les deux autres regards (l’un cherchant l’enfoui, l’autre regardant l’excavation vide du premier) n’ont pas découvert ce qui est à découvert et non à découvrir, car ce qui est caché est laissé libre d’accès à qui voudra s’en emparer.

33L’aspect occulte, camouflé, lointain du Pouvoir le rendait insupportable à nos sociétés à l’idéal démocratique. Les cloisons ont été abattues, la lumière est passée, les émissions de dévoilement multipliées, on nous dit tout sur tout. Mais les inégalités n’ont pas pour autant disparu – elles se sont renforcées – le pouvoir n’a pas été partagé – il s’est concentré et a accru son champ de domination – et a encore moins été sacrifié : il se voit certes exposé comme jamais, mais sa croissance a été dissimulée par sa propre clarté. N’émettant plus d’opposition de forme, d’apparence, il génère un consensus autour de sa transparence et de l’abolissement des barrières apparentes, de toutes les contraintes devenues entraves insupportables. La télécommande, l’infra rouge, la numérisation, incarnent bien autre chose que des outils de commodité. Diminuant l’effort physique, abolissant les distances, compressant le temps, ces quelques prothèses devenues vitales nous ont transformés en dieux (accès à l’infini apparent, à l’immédiat, au déplacement immobile instantané, à l’ubiquité, etc.) et ont renforcé le consensus autour du rejet de toute entrave qui atteindrait ces nouvelles valeurs de commodités individuelles. Qui l’a demandé ? Personne, et pas un romancier du siècle dernier, même dans ses délires les plus débridés, n’aurait osé l’entrevoir.

34Mais, dans notre société qui a su faire croire qu’elle avait effacé la rareté physique pour passer à une surabondance, que l’ensemble de la population se réjouisse d’une offre apparemment sans limite – ou du moins de facto qu’aucun individu ne puisse même connaître toutes les offres possibles (Internet en est le paroxysme au début du xxie siècle) a amené d’autres questions dans ce champ de l’accès aux biens et aux informations. Qu’une civilisation accepte qu’en deux clics et moins de cinq secondes n’importe quel enfant téléchargeant son clip préféré puisse accéder à une scène de zoophilie, pose d’autres questions que celles de la censure ou de l’intervention du législateur sur cette déferlante qui, en quelques années seulement, a laissé parents, enseignants et législateurs sur la rive de la technologie.

35Ces derniers ont tous pour point commun d’appartenir à une génération par définition plus âgée que leur descendance, mais aussi de vivre avec eux une situation unique dans l’histoire des relations trans-générationnelles. Pour la première fois en effet dans toute l’histoire de l’humanité, les ascendants sont incapables de transmettre des connaissances (pratiques et théoriques) essentielles et tendant à devenir majoritaires au quotidien, des savoir-faire (techniques mais également langagiers ou relationnels), une culture (massive, quotidienne, se répandant par capillarité). Ce sont au contraire les plus jeunes qui apprennent aux plus âgés (comment se servir des fonctionnalités de tous leurs outils numérisés, l’existence même des derniers développements technologiques, (MP3, MP4, clef USB, WiFi, I-phone, etc.) devenus culturellement obsolescents aussitôt après leur diffusion massive), leur imposant un rythme, des goûts et perceptions. Soumis aux coups de boutoir d’une offre surmultipliée, la prescription des comportements et de la demande des biens et services a basculé, inversant les logiques d’expérience et de stricte nécessité matérielle.

36Le contenu de ces éléments interroge, d’abord par l’absence de temps, donc de mémoire ou d’histoire qu’ils incorporent. Mais immédiatement, c’est bien encore le consensus qui s’opère autour de ces mutations technologiques accélérées, de ces pratiques quotidiennes et intimes, de ce rejet des contraintes, de la honte ressentie compendieusement par qui s’est, fugitivement, interrogé s’il ne faudrait pas prendre un (léger) temps de pause dans l’envahissement technologique des ICI (industries culturelles et de l’information). Consensus absolument non imposé par la contrainte physique (qui provoquerait son rejet) mais renforcé par la crainte de chacun d’être « dépassé », voire « exclu » du corps social, accélérant de ce fait le mouvement de pénétration de tous ces objets – (qui ne possède pas (encore) son téléphone portable, DVD, PC, accès Internet haut débit, etc. ?) – et de leur pratique dans toute la société. La limpidité de leur imposition, renforcée par l’argumentaire autour de leurs capacités opératoires – rapidité, facilité d’emploi, etc. – annihile toute opposition chez tout individu ordinairement constitué psychologiquement. Même au risque de passer pour un rétrograde absolu, voire pour un réactionnaire pince sans joie, personne ne saurait résister spontanément à l’évidence de la clarté, pas plus qu’à l’accroissement des capacités (vitesse, puissance, souplesse, etc.) proposées à l’humanité. Mais au-delà des technologies elles-mêmes, notre société de communication – et non plus de contrat – devient une société d’acquiescement à l’évidence. Le déferlement des images sur tous supports induit leur équivalence généralisée par leur banalisation, ancrant fermement une apparence à laquelle chacun tiendra fermement et dans laquelle il se mouvra bien plus aisément que dans la réalité, se lovant le plus confortablement possible dans cet aimable univers rassurant. Mais il n’y a pas de problème puisque… tout le monde fait pareil.

 

37La destruction de nos cultures et de toutes les cultures antérieures n’est ni violente, ni brutale, mais rapide et d’autant plus inodore et incolore que l’élite autoproclamée gardienne de notre indépendance regarde sans cesse dans les directions décalées, leurs radars aveuglés par les leurres lâchés par les vieilles trousses à outils manichéennes qui se croyaient aussi efficaces que marxisantes face à l’envahissement des mécanismes du marché. À leurs yeux les Majors ont simplement remplacé les grands monopoles, comme Hollywood l’impérialisme, ou le libéralisme le capitalisme, etc. Mais l’idéologie pratique du libre-échange a abandonné depuis longtemps la tentation de s’imposer avec des armes visibles, donc repérables, donc susceptibles de provoquer une réaction, c’est-à-dire une opposition. La transformation des pratiques culturelles en consommations du même nom s’est acquise par l’envahissement d’une culture affichée comme libre et universelle dans des esprits d’acteurs qui se sont mués en simples consommateurs.

  • 28 Les ouvrages étant innombrables en France sur ce sujet, nous n’en rajouterons pas un de plus. Le le (...)
  • 29 Sur ce sujet également, la profusion d’ouvrages d’enseignants et de pédagogues se révèle largement (...)
  • 30 NOËL Bernard, op. cit., p. 163.

38L’effort – mot terrible et de plus en plus difficile à prononcer, frisant presque avec la grossièreté – est une étape incontournable pour une certaine culture28 – et pas seulement la savante, la CORSE (la Culture Officielle, Reconnue, Savante, Élitiste). Cet effort s’assimile trop souvent à la pénibilité, à la complexité, tandis que la culture la plus simple, la plus populaire, du terroir, peut être appréhendée sur un mode profondément actif : écoute, compréhension, apprentissage. Ce chemin lui-même est source de plaisirs, découvertes, échanges avec autrui. À l’opposé, la détruisant plus sûrement que tous les assauts mercantiles ou mal intentionnés, la passivité, la consommation, la pratique individuelle proposée par les ICI offre le spectacle sur écran comme horizon indépassable d’une unique activité mentale. Soumis au flux ininterrompu d’images illogiques et in-sensées, la mise en œuvre d’une certaine forme de réflexion, de capacités d’associations mentales de l’ordre logicomathématiques ou hypothético-déductives devient décourageant, incongru29 voire, littéralement, impensable. Le défilement des images écraniques nous entraîne dans son évidence, et son mouvement propre devient notre pensée. Une certaine forme d’image voile doucereusement nos yeux mentaux compressés par nos orbites physiques hypertrophiées. Si le cinéma nous avait habitué au mouvement des images, l’image des mouvements sur le téléviseur possède la propriété captivante de s’asseoir sur la passivité comme le téléspectateur sur son sofa, tirant « son énergie de celui qui regarde en parasitant à la fois le flux inconscient de sa vie et celui de sa pensée30 ».

39Face à toute émission, chacun se sent récepteur unique, sentiment unanimement et instantanément partagé par une foule ubiquitaire devant les mêmes sons et images. Cette naïveté nous promet du bonheur, ce qui n’est pas rien. Elle peut même nous permettre de croire que nous nous construisons de manière très originale, que nous amalgamons inhabituellement tout ce qui nous est adressé anonymement (en oubliant qu’elle est diffusée simultanément à une masse qui ressent isolément les mêmes sentiments qu’elle croit uniques), que nous y inventons nos activités, nos goûts, nos amours.

  • 31 FORRESTER Viviane, L’horreur économique, Paris, Fayard, 1996.

40Contre cette illusion a pu naître la hantise d’un contrôle des esprits par une puissance démoniaque : mais par qui précisément ? Et où ? Elle aurait la capacité de manipuler les récepteurs en contrôlant l’émission, en s’introduisant dans les têtes sans que personne ne s’en aperçoive (forcément, puisque toutes persuadées d’en avoir l’auto maîtrise). Selon les époques, cela pourrait se faire au service d’un pouvoir politique, aujourd’hui d’un pouvoir économique nous amenant l’horreur31, hier d’un monarque dissimulé, aujourd’hui de la marchandise reine.

  • 32 CAUNE Jean, La culture en action. De Vilar à Lang : le sens perdu, Grenoble, PUG, 1992, p. 356.
  • 33 CHOMSKY Noam & HERMAN Edward, La fabrique du consentement, Marseille, Agone, (1988) 2008.

41Serait-ce si simple ? Suffirait-il de tenir les tuyaux bien en main pour faire avaler n’importe quoi à des oies gavées, pour faire penser ce que l’on souhaite à des téléspectateurs ramollis, avant de leur faire consommer n’importe quelle soupe qu’ils auraient sans cela trouvé indigeste ? Ou beaucoup plus simplement, mais avec regret pour ceux qui ont été habités (et formatés) par la culture précédente, n’assistons-nous pas simplement à « la substitution des valeurs de la communication à celle du sens »32 ? Assurément, il n’est point besoin de Deus ex machina, et le fonctionnement de tous les corps constitués, et des médias en particulier, ne nécessite nullement un centre du pouvoir bien délimité à partir du quel les ordres partiraient pour orienter une vision du monde à faire accepter par le plus grand nombre. L’introjection des règles, l’obéissance, le respect des fonctionnements édictés comme la retranscription d’une vision du monde se transmettent de proche en proche, et sont nécessaires à tous les impétrants pour être sélectionnés puis pour ne pas se faire rejeter. De part leur concentration, les médias induisent un tri des informations, une reformulation du réel, que d’aucuns peuvent estimer comme structurellement conformes et nécessaires aux intérêts de ceux qui les possèdent, proches d’une propagande permanente, mais qui n’a pas besoin d’être voulue, imposée à partir d’un quelconque centre unique de commandement pour produire une représentation distrayante, socialement pacifiante et nécessairement spectaculaire, qui par ailleurs produit une homogénéité sociale, souvent en faveur des puissances économiques et politiques dominantes33.

  • 34 DEBORD Guy, La Société du Spectacle, Paris, Gallimard, (1967) 1992, p. 20.

42Rien de nouveau à constater que la consommation de spectacles est consubstantiel au spectacle de la consommation. L’audiovisuel, ou plus exactement une forme que l’audiovisuel a revêtue, a formidablement servi d’accélérateur à la culture de la marchandise qui a transformé la culture en marchandise, le spectacle se présentant seul, et avec force, comme positivité indiscutable et inaccessible : « ce qui apparaît est bon, ce qui est bon apparaît »34. Mais les gentils taggeurs de 68 qui nous ouvraient les voies de l’émancipation en nous enjoignant d’ouvrir les yeux et de fermer la télé sont devenus les adeptes du multi équipement télévisuel abonnés aux bouquets satellitaires sur leurs écrans nomades miniaturisés.

43La mise en avant de l’ogre du capitalisme n’étant plus de mise lorsque la majorité des travailleurs est devenue actionnair ou aspirent à le devenir, après les 200 familles auxquelles ont succédé les 20 multinationales, les grands monopoles ont disparu d’autant plus vite qu’ils n’avaient jamais existé, l’abondance des oligopoles les rendant beaucoup moins facilement nommables et repérables : l’abstraction des boucs émissaires s’est globalisée en même temps que les marchés. La démission DU politique, l’asservissement AU pouvoir économique et à toute sa détestation, pour réconfortantes qu’elles soient par leur simplisme, éludent cependant l’essentiel par leurs non explications.

44Que la séduction des objets et des services ait remplacé la contrainte physique d’un pouvoir empêche évidemment la révolte. L’innommable, l’insaisissable, le diffus, ne facilitent assurément pas la contradiction ni l’engagement collectif. D’autant moins que le consentement est devenu bien collectif, que chacun y trouve son compte, même au prix de souffrances (psychiques) apparemment inconnues dans leur ampleur dans l’histoire de l’humanité, celle-ci ayant toujours lutté contre des formes physiques facilement perceptibles de l’oppression et de la domination qui imposaient d’autres formes (physiques) de contraintes.

  • 35 Union Mondiale pour la Nature, La liste rouge des espèces menacées, Gland, Suisse : IUCN, 2004.
  • 36 HAGEGE Claude, Halte à la mort des langues, Paris, Odile Jacob, 2000.

45Il n’est nul besoin d’une Grande intentionnalité pour que des événements se produisent ; le Pouvoir ne cache nul conspirateur avide de le conserver ; si un crime peut profiter à quelqu’un, il n’est nul besoin d’avoir été voulu ni préparé avant d’être commis. Des dizaines d’espèces animales et végétales disparaissent chaque semaine35 : personne ne l’a souhaité, mais beaucoup en profitent (à court terme) ; une langue disparaît tous les quinze jours36, avec autant de Cultures et de modes de pensées. S’il en a toujours été ainsi, car le propre du vivant est d’évoluer et de mourir, c’est bien le rythme et l’accélération de ces disparitions qui sont aujourd’hui en cause. Néanmoins, à qui profite le crime et d’où viennent les assassins ? Comment l’anesthésie s’est-elle généralisée, laissant atones les corps antérieurement constitués (partis, intelligentsia) pour susciter une réaction ?

46Pour tenter d’y répondre, il conviendra de ne pas perdre de vue que personne en particulier n’est à découvrir car la lettre volée à tous n’est pas cachée.

47Et puis, en attendant l’arrivée de la cavalerie marchande, que demandons-nous ?

Notes

6 SMITH Adam, Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations, Paris, Economica, 2000 (1776), livre 1, ch. 4, p. 34.

7 Op. cit., livre 1, ch. 7.

8 « La quantité de toute marchandise mise sur le marché s’adapte naturellement à la demande solvable. C’est l’intérêt de tous (les vendeurs…) », op. cit., p. 65 (souligné par nous).

9 RICARDO David, (1817), Des principes de l’économie politique et de l’impôt, Paris, Flammarion, 1999.

10 MARX Karl, Le capital, 1867, livre I, 1°section, chap. II.

11 WALRAS Léon, (1874-1877) Éléments d’économie politique pure ou théorie de la richesse sociale, Paris, Economica, 1988 ; JEVONS William Stanley, (1871), La Théorie de l’économie politique, Paris, Giard & Brière, 1909.

12 MENGER Carl, Principes d’économie politique (1871), analysé notamment par CAMPAGNOLO Gilles, Critique de l’économie politique classique : Marx, Menger et l’Ecole historique, Paris, PUF, 2004.

13 MARSHALL Alfred, Principes de l’économie politique, Paris, Gordon & Breach, 1971 (1890), 2 vol.

14 Ses propriétés théoriques sont : atomicité de l’offre et de la demande ; produits identiques ; information rapide et complète de chacun (tout le monde connaît en même temps et gratuitement toutes les quantités offertes et demandées par tous les agents aux prix différents.) grand nombre de producteurs et d’acheteurs sur le marché, aucun n’ayant un poids suffisant pour influencer les résultats du marché ; libre entrée, aucune entrave à l’entrée et à la sortie d’un nouvel agent sur le marché ; mobilité des moyens de production, le travail et le capital pouvant se déplacer librement et sans délai d’une entreprise à une autre ou d’un marché à un autre.

15 WALRAS Léon, Eléments d’économie politique pure, op. cit.

16 DEBREU Gérard, Théorie de la valeur : Analyse axiomatique de l’équilibre économique, Paris, Dunod, 2001.

17 LIPSEY R. & LANCASTER K., “The general theory of second best,” Review of Economic Studies (1956), 11– 32. À leur suite, il est par exemple possible de démontrer qu’une unique chaîne de télévision offrira davantage de diversité, car devant s’adresser à toute la population et la contenter (satisfaire tous les segments de la clientèle), alors qu’un oligopole (3 ou 4 chaînes) réduira l’éventail de la diversité de l’offre, car se battant sur le même segment pour séduire un public majoritaire, et non plus la totalité des téléspectateurs.

18 SAMUELSON Paul Anthony, « A Note on the Pure Theory of Consumer’s Behaviour », Paris, Economica, 1938, p. 61-71. « An Addendum », ibid., p. 353-354 ; et son classique L’économique, Paris, Armand Colin, 1983 (1948).

19 Voir notamment : ATTALI Jacques, GUILLAUME Marc, L’anti-économique, Paris, PUF, 1974.

20 Prix Nobel en sciences économiques en 1970, Paul Samuelson aurait ultérieurement déclaré : « L’économie est une science ardue puisqu’elle repose sur des questions d’offre et de demande. De quoi dépend la demande ou l’absence de demande, sinon de désirs des agents économiques, désirs qui échappent au rationnel et que nous ne savons donc en rien modéliser ? », cité par Wikipédia, http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Samuelson.

21 KEYNES John Maynard, (1939), Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie, Paris, Payot, 1975, p. 108.

22 Ibid., p. 125.

23 Ibid., p. 127.

24 MENGER Pierre-Michel, Travail, structure sociale et consommation culturelle, in Le(s) public(s) de la culture, Olivier Donnat & Paul Tolila (dir.), Paris, Presses de Sciences Po, 2003, p. 85.

25 NOËL Bernard, La castration mentale, Paris, P.O.L., 1997.

26 En France, dans le secteur culturel, le quadrilatère de la doxa (Le Monde, Télérama, Libération, Cahiers du Cinéma) joue d’autant mieux ce rôle qu’il s’est autoproclamé gardien de la vigilance. Pour les barbares venus des steppes, quelles meilleures sentinelles de la cité à conquérir qu’une troupe de presbytes se faisant face sur les remparts ?

27 LACAN Jacques, Ecrits I, Paris, Seuil, 1966, p. 24.

28 Les ouvrages étant innombrables en France sur ce sujet, nous n’en rajouterons pas un de plus. Le lecteur peu averti du sujet pourra se reporter notamment à : MORIN Edgar, L’Esprit du temps et la culture de masse, Paris, Grasset, 1963 ; ARENDT Hannah La crise de la culture, Paris, Gallimard, 1972 (1944) ; FUMAROLI Marc, L’Etat culturel ; Essai sur une religion moderne. Paris, Ed. de Fallois, 1991 ; DOLLOT Louis, Culture individuelle et culture de masse, Paris, PUF, 2000.

29 Sur ce sujet également, la profusion d’ouvrages d’enseignants et de pédagogues se révèle largement dissuasive de développements supplémentaires.

30 NOËL Bernard, op. cit., p. 163.

31 FORRESTER Viviane, L’horreur économique, Paris, Fayard, 1996.

32 CAUNE Jean, La culture en action. De Vilar à Lang : le sens perdu, Grenoble, PUG, 1992, p. 356.

33 CHOMSKY Noam & HERMAN Edward, La fabrique du consentement, Marseille, Agone, (1988) 2008.

34 DEBORD Guy, La Société du Spectacle, Paris, Gallimard, (1967) 1992, p. 20.

35 Union Mondiale pour la Nature, La liste rouge des espèces menacées, Gland, Suisse : IUCN, 2004.

36 HAGEGE Claude, Halte à la mort des langues, Paris, Odile Jacob, 2000.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/44058/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 34k

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540