Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quel film voir ?

 | 
Claude Forest

Section C – La demande voilée

Section C – La demande voilée

Texte intégral

1La croyance que l’on possèderait, caché au fonds de soi, son vrai soi, constitué d’une identité personnelle préexistante, d’une intériorité qu’il conviendrait de découvrir, de révéler, cette croyance a progressivement été élevée au rang de mythe dans l’Occident, jusqu’à devenir une norme, un impératif pour chacun, imposant au passage une autre évidence : nous serions autonomes. « Choisir librement » s’impose dès lors à tous ses habitants sommés sans cesse de sélectionner leurs activités, attitudes, comportements, s’auto référençant, tant dans les mœurs que les choix et pratiques culturelles. Puis la gestion du temps sous contrainte de résultat, importée du monde du travail, a atteint par capillarité les loisirs qui doivent pareillement se montrer variés, diversifiés, polyvalents, intensifs, rapides, efficaces et de plus en plus individualisés.

2Mais tout devant aller plus vite, satisfaire davantage et plus rapidement, le temps d’apprentissage, d’incrémentation, d’assimilation du passé, du patrimoine, des codes antérieurs fait de plus en plus défaut ; chaque œuvre, pratique, relation voire partenaire, se voit évaluée selon des critères d’immédiateté, c’est-à-dire rentrer en concordance quasi-instantanée – et permanente – avec des goûts et attentes du moment. Or, il ne s’agit absolument pas d’un face à face épuré entre un sujet et un objet : s’avèrent indispensables un dispositif, une organisation, des arrangements collectifs, des objets, des instruments, y compris de mesure. Le corps doit être dressé, habitué, soumis à des règles : pas de sports sans des siècles de conventions (et des arbitres pour les faire respecter), de vin sans distillateurs, hydromètres et thermomètres (et des goûteurs, évaluateurs et diseurs de crus), de musique sans code, écriture, transmission, instruments, joueurs et… auditeurs, (connaisseurs, mécènes, enseignants…). Écouter, voir, goûter, apprécier requièrent une multitude de dressages et dispositifs comme dispositions ; il n’est pas de prédispositions totalement innées pour « faire » notre oreille, notre regard, nos sens.

3Et ce faisant, écouter de la musique, voir un film ne sont-ils pas de stricts anachronismes pour un autre siècle et/ou un autre continent que le nôtre ? Il ne peut évidement exister une demande spontanée d’écouter, ni de jouer, Mozart, pas plus que de voir, ni d’imiter, Jean Daniel Pollet ou Steven Spielberg.

4Imiter, là encore, mais ici, souvent de manière volontaire, consciente, car comment apprendre, aimer, refaire, dépasser, si ce n’est en s’inspirant de la vie et des œuvres d’autrui ? Encore que tout enseignant sache bien qu’il ne maîtrise ni ne contrôle un effet essentiel à la transmission, un effet Pygmalion qui la facilite ou la décourage, selon l’attente, la capacité présupposée de… ressembler à un modèle (ou s’en éloigner). Que l’attente ou le présupposé soit réel ou non ne change rien à l’accélérateur comme au frein qu’il peut constituer pour l’apprenant.

  • 1 De CERTEAU Michel, La culture au pluriel, Paris, Seuil, 1979.

5Mais une contradiction se fait jour : pour la création et son évaluation, la véritable différence, l’originalité, ne résiderait pas en l’acte lui-même, mais en sa reproductibilité, en son nombre de copies, d’imitations, d’adorateurs ; en sa « facilité » donc d’être reproduite. Par qui ? Par ceux qui ont déjà acquis cette facilité, dont ils ont oublié l’origine et les apprentissages répétés et maîtrisés qui leur ont donné la faculté, et le goût, de rechercher plus de difficulté, qui serait le signe de la véritable culture, la leur, qu’ils ont nommée savante. Et d’ailleurs, aujourd’hui, pouvons-nous nous situer ailleurs que dans cette culture savante ? Ou si l’on veut : la culture populaire existe-t-elle ailleurs que dans l’acte qui la supprime ?1 Nous ne reviendrons pas sur cet aspect largement décrit par la sociologie, mais le mécanisme qui prévaut pour tous nous intéressera davantage, car seul change l’objet et la quantité de ceux qui le demandent. Que cette quantité soit dite (imposée comme) inversement proportionnelle à sa qualité par une minorité qui la contrôle, fabrique, met sur le marché et subventionne, illustre que le goût n’est qu’un loup posé sur la culture par les groupes dominants.

 

  • 2 BENHAMOU Françoise, Les dérèglements de l’exception culturelle, Paris, Seuil, 2006, p. 29.
  • 3 PASSERON Jean Claude, Consommation et réception de la culture, in Le(s) public(s) de la Culture, op (...)

6La rareté, créée par l’économie qui la fonde en retour, est avant tout une construction sociale, et sans elle, pas de marché, pas de « besoin » ni de frustration s’y rattachant. Celle-ci devant s’évaluer, se compter, l’esprit de calcul s’est répandu par capillarité sur des domaines de plus en plus larges des échanges humains, tandis que la gratuité, le refus de calculer, notamment dans la sphère privée, s’opposent au principe fondateur de l’économie. Nonobstant, difficile d’échapper aux évaluations quantitatives, qui nous renseignent toutefois sur une expression ex-post de la demande exprimée, le plus souvent solvable (combien de tickets de cinéma, de livres, disques, vendus), mais qui ne nous dit rien – ou peu – sur celle qui ne l’est pas : combien d’envie d’opéra chez tous ceux qui ne savent pas que cette forme d’expression existe ? Chez ceux qui ne s’y sont jamais rendus ou qui s’en sentent exclus ? Combien voulez-vous de bonheur, d’amour, de jalousie, de pouvoir… ? L’ensemble des facteurs humains dont s’est préoccupée l’économie (besoins, dispositions des agents, propension à consommer, etc.) n’est absolument pas exogène, tel un invariant universel constitutif de l’espèce humaine, mais endogène, c’est-à-dire construit, élaboré au sein des histoires croisées de l’individu et de son milieu. Néanmoins, quantifiable ou non, solvable ou pas, la demande prend de multiples tournures qu’il ne convient pas de réduire à l’économiquement observable. Dans le secteur culturel, l’échec des politiques censées la « démocratiser », quasiment toutes centrées sur l’offre – essentiellement par facilité et par absence de réflexion sur la demande – commence seulement à interroger. Et pourtant, depuis longtemps il a été constaté – même s’il n’est pas de bon ton de le reconnaître – qu’il ne suffisait de multiplier les équipements pour renouveler leurs catégories d’utilisateurs, ni d’accroître la couverture géographique pour générer une demande spontanée nouvelle ou élargie. Au contraire, l’élargissement des offres, la multiplication des possibilités tant en genre (spectacles vivants, musées, MJC, théâtres, cinéma, etc.) qu’en nombre (accroissement des productions et diffusions) est allé de pair avec un flottement voir un rétrécissement quantitatif de la demande2, ainsi qu’avec une stagnation de sa base sociologique, y compris sur une longue période, phénomène masqué partiellement par un accroissement des effectifs de certaines catégories sociales, mais si les habits du public ont changé, « l’ossature est demeurée la même »3.

 

  • 4 MARX Karl, Contribution à la critique de l’économie politique, Paris, éd. sociales, 1957, p. 157.

7Mais quel que soit ce public, sa composition et son effectif, la logique marchande a été dévoilée dès son apparition, le développement du capitalisme ayant nourri ses critiques qui ont perçu que « la production ne produit donc pas seulement un objet pour le sujet, mais aussi un sujet pour l’objet »4. Néanmoins le marché a montré depuis ses origines son extraordinaire plasticité et sa capacité à intégrer toutes les demandes de l’ensemble des agents, y compris les plus critiques. Du taylorisme au management participatif, les formes que peuvent revêtir une économie de marché sont infinies car éminemment adaptatives. De la remise en cause de la « société de consommation » à la recherche « d’authenticité », du refus de la contrainte dans le travail à un souhait de s’y épanouir, du rejet du « standardisé » à la quête d’une identité originale, tout, absolument tout ce qui se demande peut se voir offrir une prestation qui le satisfasse et se retourner in fine contre son énonciateur, le condamnant à reculer sans cesse, à aller voir ailleurs, à en redemander, y compris dans la radicalité, du moment quelle soit solvable et soluble.

8Intrinsèquement son insatiabilité ne repose pas sur l’offre, ni sur de malignes techniques de persuasion tel qu’une vulgate mal digérée du (post) marxisme voudrait commodément le laisser accroire, ne faisant au passage que voiler davantage les mécanismes fondateurs en trouvant un bouc émissaire commode : le marchand capitaliste et ses odieuses techniques de vente et de production (variante : la Major hollywoodienne et ses « gros » budgets au profit d’un « matraquage » publicitaire pour des films « formatés »).

  • 5 BOLTANSKI Luc & CHIAPELLO Eve, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999, p. 579 s.

9L’économie de marché ne peut s’étendre, le capitalisme ne peut évoluer, s’adapter, enrichir ses membres qu’en incorporant sans cesse sa propre critique dont on peut affirmer quelle est le moteur même de sa transformation5 et de sa conquête renouvelée de nouveaux territoires, y compris de certains qui échappaient à la sphère marchande, culture incluse. Même une (sympathique ?) pétition de principe telle que « la culture n’est pas une marchandise comme une autre » génère un marché puisqu’il s’agit bien d’une nouvelle demande solvable qui s’exprime et qui, s’étendant, suscite de nouvelles offres à commencer par les colloques et meetings, (qui nécessitent des salles à louer, des cars à affréter, des imprimeurs, etc.) jusqu’aux publications, chansons, films (qui nourrissent leurs industries respectives) en passant par les associations, partis politiques qui font prospérer leurs membres en constituant des marchés dont la violence du fonctionnement n’a rien à envier à celle des marchandises « comme les autres ».

 

10L’offre ne peut exister, le marché ne peut se mettre en place, le capitalisme ne peut prospérer que si, indissociablement, une demande les fonde.

11Et cette demande n’est pas abstraite ; elle n’est nullement une pratique fondée par une théorie déconnectée du réel, agrégeant vaguement des comportements d’agents extérieurs, lointains, étrangers. C’est, individuellement, à tout instant et dans tous ses actes, chacun des acteurs sociaux (par ailleurs consommateurs, spectateurs, auditeurs, citoyens, etc.), qui l’exprime.

Notes

1 De CERTEAU Michel, La culture au pluriel, Paris, Seuil, 1979.

2 BENHAMOU Françoise, Les dérèglements de l’exception culturelle, Paris, Seuil, 2006, p. 29.

3 PASSERON Jean Claude, Consommation et réception de la culture, in Le(s) public(s) de la Culture, op. cit., p. 380.

4 MARX Karl, Contribution à la critique de l’économie politique, Paris, éd. sociales, 1957, p. 157.

5 BOLTANSKI Luc & CHIAPELLO Eve, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999, p. 579 s.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540