Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quel film voir ?

 | 
Claude Forest

Deuxième partie. Quelle demande ?

Introduction de la deuxième partie

Texte intégral

Les scribes et les pharisiens amenèrent alors une femme qu’on avait surprise en adultère et ils la placèrent au milieu du groupe.
« Maître, lui dirent-ils, cette femme a été prise en flagrant délit d’adultère.
Dans la Loi Moïse nous a prescrit de lapider ces femmes-là.
Et toi, qu’en dis-tu ? »
Ils parlaient ainsi dans l’intention de lui tendre un piège, pour avoir de quoi l’accuser.
Mais Jésus, se baissant, se mit à tracer du doigt des traits sur le sol.
Comme ils continuaient à lui poser des questions,
Jésus se redressa et leur dit :
« Que celui d’entre vous qui n’a jamais péché lui jette la première pierre. »
Et s’inclinant à nouveau, il se remit à tracer des traits sur le sol.
Après avoir entendu ces paroles, ils se retirèrent l’un après l’autre, à commencer par les plus âgés.
Jean (VIII, 3-9)

1Ainsi donc, le seul moyen peut-être, le plus sûr en tout cas, pour éviter toute contagion, tout mouvement de foule, toute propagation des comportements humains, c’est d’empêcher le premier geste, la première occasion. Interdire le modèle, empêcher qu’il n’apparaisse, garder le dessein dans l’œuf, tuer le serpent en son sein, tel est l’unique mode pour se préserver du mimétisme : sans parangon, pas d’imitation possible.

2La duperie de soi, l’embellissement de ses propres agissements, l’oubli de ses errements et faiblesses au profit d’un idéal désincarné ou d’un absolu inatteignable qui en occulte tous les comportements très humains, poussent à se montrer toujours prompt à juger, à dire ce qu’il faut faire, ce qu’il serait bien et juste, à s’indigner devant un non-respect de la Loi. Nous voilà enclin à conspuer et à bannir, prêt à tuer, pourvu qu’on nous y autorise, qu’on nous montre la voie, qu’un autre nous dédouane en adoptant le chemin ou disant qu’on peut le suivre. Une fois autorisée puis lancée, la rivière des actions grossit, devient fleuve souscrit par la multitude, et aucune digue ne peut s’y opposer jusqu’à l’issue finale, qui apaisera le plus grand nombre, pour un temps, avant de trouver un nouveau prétexte pour recommencer.

3La force, le génie de Jésus, tout en évitant ostensiblement d’affronter la foule (il se baisse, regarde ailleurs, ne fixe pas son attention sur l’objet désigné pourtant placé au centre de tous les regards, évite le ressentiment qui pourrait naître contre lui et la provocation qui déchaînerait la foule), le conduisent à retourner ce regard vers l’intérieur des sujets, ce qui leur permet de se percevoir eux-mêmes avec leurs manquements passés inévitables. Que les plus âgés se détournent d’abord est capital, parce qu’ils ont le plus vécu et également rencontré le plus de possibilités de manquer à la Loi, mais également ils sont ceux à avoir le plus de légitimité à agir et à montrer l’exemple, à être les modèles à suivre. Qu’ils eussent jeté la pierre en premier, et tous autres les auraient suivis ; mais les voilà qu’ils se retirent, et, les uns après les autres, tous font de même.

4Évidemment, le dessein des marchands se situe à l’exact opposé de celui de Jésus. Pour faire naître la demande solvable, pour créer une file d’attente aux caisses et une foule autour de leurs produits, il leur est nécessaire que l’action commence, qu’un mouvement d’envie, d’appétence, de demande et de possession s’initie, et cela le plus largement possible autour de leurs offres, qu’il y ait le plus de « premiers » qui s’engagent, principal moyen de maximiser les ventes ultérieures. La recherche des leaders d’opinion, des axes de pénétration des marchés, la sollicitation des prescripteurs d’achat et la création de comportements en leur faveur constitue la base de leur métier et conditionne leur survie comme leur développement. Au fonds, peu importe pourquoi et comment les premiers agents, ou groupes, seront atteints : hasard, opportunité, convoitise, recherche de prestige, de distinction, de différenciation, l’essentiel est que le mouvement s’amorce, s’initie, qu’un modèle se constitue. Et, au sens propre, tel est bien le jeu de miroir que les différents individus, puis les différentes classes, veulent jouer, tel est bien le mouvement dans lequel leur vie s’insère. Être exemplaire en acceptant la norme ou en la refusant, se distinguer ou vouloir « faire comme », souhaiter servir de modèle ou suivre le mouvement, posséder autre chose que le vulgus pecum, ou souhaiter ressembler à son idole, vouloir se situer à la marge ou en son centre, être indépendant ou profiter du mouvement majoritaire, susciter l’information ou la rechercher, tous ces mouvements ne peuvent se réaliser que par, pour, et avec les autres, qu’avec leurs regards réels ou intériorisés.

5Isolé, aucun humain ordinaire ne lapiderait une femme inconnue, quelles que soient ses fautes réelles ou supposées. Et, seul, aucun contemporain n’aurait acquis l’ensemble des biens qui occupent son espace, ne se serait soucié de la marque de tel objet ou vêtement qu’il possède.

6Mais dès qu’il n’est plus solitaire, un autre commence, inévitablement, par hasard ou inadvertance, ostentation ou lui– même imitant un autre ailleurs, et il montre une voie, à emprunter ou à refuser (que nous suivons, ou initions pour d’autres qui nous suivront, à commencer par nos proches) celle-ci devenant évidente, sa trace évoluant en une référence pour une suite qui va grossir et s’amplifier, devenir majoritaire, unanimiste ou quasi, selon les cas. Les causes de ces différences, la compréhension des emballements mimétiques observés dans certains cas et pas dans d’autres, ou plus ou moins, constitue un problème non négligeable, dont la réponse incarnerait une sorte de Graal pour qui voudrait en reproduire la recette. Néanmoins ces causalités des différences dans les propagations imitatives comme dans les cascades informationnelles ne touchent pas, et ne modifient en rien le mécanisme lui– même.

7Accéléré par la technique et les technologies, l’emballement de la production – après celui des échanges marchands, de l’offre de biens et services – se surmultiplie lui-même, tant dans l’étendue et la variété apparente de biens différents offerts aux habitants de nos économies, que dans la quantité de chacun d’entre eux, de chacune de leurs catégories. De plus en plus de loisirs ou services culturels sont accessibles à tous, et parallèlement de plus en plus de livres, disques, films, œuvres d’arts sont produits et mis sur le marché. Mais, conséquence physique inévitable, de plus en plus de livres, disques, films, œuvres d’arts sont de plus en plus rapidement retirés de ce même marché, rejetés par un nombre de plus en plus élevé de spectateurs/consommateurs qui concentrent leurs achats sur un nombre de plus en plus faible de titres. Loin d’être un paradoxe, fort éloigné de la trop fameuse fiction des économistes dite théorie de l’offre et de la demande, la propagation et l’accélération du phénomène permettent au contraire de saisir plus clairement le mécanisme de la demande.

8Pour mieux la situer, il conviendra de rappeler quelques approches classiques du comportement du consommateur, dont nous croyons que leur classicisme même, tant du point de vue théorique que rationalisant n’a servi qu’à mieux voiler les véritables déterminants de la demande. Nous essaierons ensuite d’envisager quelques approches issues des sciences humaines et sociales qui nous conduiront à soutenir que depuis le jour de sa naissance jusqu’à sa mort, le sujet n’est jamais seul ni autonome, et que l’essence de la demande, qui est mimétique, se fonde sur cette hétéronomie qui en résulte et qui n’a, au sens strict, rien à voir avec une rationalité véhiculée par une certaine culture historiquement et géographiquement située.

9Sur la méthode, là encore il nous faut souligner les nombreuses limites de notre approche qui ne pourra qu’esquisser, survoler, hâtivement parfois, des pistes ouvertes par d’autres disciplines, qui nous semblent fécondent et trop souvent ignorées par les approches classiques. Celles-ci s’avèrent certes souvent beaucoup plus pertinentes et pointues sur de nombreux points, mais souvent au prix d’une réduction mutilante en voilant une trop grande partie d’un paysage, dont nous espérons qu’une description kaléidoscopique puisse malgré tout recréer un espace qui génère du sens pour le lecteur.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540