Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean Guéhenno

 | 
Jeanyves Guérin
, 
Jean-Kely Paulhan
, 
Jean-Pierre Rioux

Jean Guéhenno dans la gauche intellectuelle de l’entre-deux-guerres

Nicole Racine

Texte intégral

  • 1 Je renvoie dès l’abord au premier colloque consacré à Jean Guéhenno, Hommage à Jean Guéhenno à l’oc (...)
  • 2 Jean Guéhenno, Journal d’une « Révolution ». 1937-1938, Grasset, 1939, p. 154-155.
  • 3 Id., ibid., p. 164-172.
  • 4 Id., ibid., p. 16.

1Dans son Journal d’une « Révolution » 1937-1938, Jean Guéhenno admet avoir fait le choix délibéré de l’engagement, mais reconnaît en même temps qu’il n’est pas tout à fait à l’aise dans cette position1. D’après lui, les intellectuels « engagés » seraient plutôt des « intellectuels empégués », tels les oiseaux dans la poix ou les mouches dans le miel2. C’est avec une certaine ironie qu’il décrit les batailles, les congrès auxquels il a lui-même participé. « Je nous revois à tel meeting, rangés sur l’estrade, par ordre de notoriété, à partir du fauteuil présidentiel »3. Sans toutefois remettre en cause les combats menés. Déchiré entre le militantisme qui lui semble nécessaire et son impérieux besoin d’écrire, il avoue n’éprouver aucun plaisir à lever le poing dans les manifestations du Front populaire et confie à son journal, peu après la chute du gouvernement Léon Blum, le désir de se mettre provisoirement en congé de militantisme : « Je me donnerai le temps du rêve »4.

  • 5 Max Gallo, Lea Monde, 26 juillet 1983 ; cité dans Jean-François Sirinelli, Intellectuels et passion (...)

2Comme intellectuel, Guéhenno reste assez méconnu pour que Max Gallo, évoquant le silence des intellectuels de gauche en 1983, omette son nom dans l’évocation des figures dont il fait l’emblème de l’engagement des intellectuels du temps du Front populaire : « Où en sont les Gide, les Malraux, les Alain, les Langevin d’aujourd’hui… »5. Éminentes figures de la littérature et de la science, mais qui sont toutes, à l’exception d’Alain, compagnons de route du communisme. Plus significatif encore est dans l’évocation subliminaire du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes (CVIA) dont Alain et Paul Langevin sont les deux vice-présidents, l’omission de celui qui en fut la personnalité charismatique, son président, l’ethnologue Paul Rivet, fondateur du Musée de l’homme, membre du parti socialiste, proche de Léon Blum.

3Faut-il chercher des raisons idéologiques à la méconnaissance de la position occupée par Guéhenno dans le champ politico-intellectuel de l’entre-deux-guerres ? La réussite de la politique culturelle du parti communiste français, rassemblant sous le signe de l’antifascisme des personnalités comme André Gide, André Malraux, Romain Rolland, Jean-Richard Bloch, Jean Cassou, Andrée Viollis, Georges Friedmann, André Chamson, Louis Guilloux, actifs entre 1935 et 1939 dans les organisations dominées par les communistes, a estompé l’action d’autres intellectuels antifascistes qui n’ont pas franchi le pas du compagnonnage de route. C’est la raison la plus déterminante, à mes yeux, de la sous-estimation de Guéhenno par la mémoire de la gauche : celui-ci représente un courant de l’antifascisme favorable au Front populaire, partisan de l’unité d’action avec les communistes, mais qui a gardé ses distances vis-à-vis du parti communiste et de l’URSS. Le compagnonnage de route, adossé aux puissants moyens de propagande et d’organisation du Komintern, est devenu alors la forme internationale majoritaire de l’antifascisme intellectuel. À la différence d’un Romain Rolland ou d’un Jean-Richard Bloch, intellectuels dont Guéhenno est pourtant proche, celui-ci, en dépit de quelques tentations dues à son admiration pour l’expérience soviétique au moins jusqu’en 1936-37, reste en dehors des organisations sous influence communiste. Même si, aux yeux de certains de ses contemporains, il a pu passer un bref moment pour un sympathisant.

  • 6 Jean Guéhenno-Jean Paulhan. Correspondance 1926-1968, op. cit., p. 123.

4Enfin, autre singularité qui l’a probablement desservi aux yeux des chercheurs qui s’intéressent de préférence aux postures radicales ou protestataires, Guéhenno, après s’être éloigné des communistes au lendemain des procès de Moscou, n’a pas rejoint les rangs des minorités d’extrême gauche (Victor Serge, Boris Souvarine, André Breton, Henry Poulaille) dont le pacifisme et l’anti-stalinisme auraient pu le tenter, mais dont l’attitude critique à l’égard de la politique du gouvernement du Front populaire heurte le codirecteur de Vendredi qui se veut un ferme soutien du gouvernement de Léon Blum, en partisan résolu de l’unité des organisations du Rassemblement populaire. Face aux compagnons de route de l’antifascisme, face aux minoritaires d’extrême gauche, il se rattache à un socialisme de tradition jaurésienne. Lui-même refuse les dogmes marxistes, refuse d’abdiquer les droits de l’individu au nom d’un progrès collectif. Tout au long de son engagement, il manifeste sa liberté d’esprit, son rejet de l’anathème, son goût du dialogue. On verra plus loin qu’il n’a jamais adhéré à l’Association des écrivains et artistes révolutionnaires, l’Association des écrivains et artistes révolutionnaires (AEAR), communiste, rattachée à l’Internationale littéraire de Moscou, même lorsque celle-ci s’ouvrit aux non-communistes. En outre, Guéhenno, en dépit de ses sympathies socialistes, de sa proximité avec Léon Blum, a toujours gardé son indépendance vis-à-vis du parti socialiste SFIO. Comme l’a remarqué Jean-Kely Paulhan, il a refusé toute aide venue du cabinet Blum au moment des discutés financières de Vendredi en 19386.

Dans le réseau pacifiste d’Europe

  • 7 On ne peut citer ici la bibliographie conséquente qui existe sur la revue Europe. Contentons-nous d (...)
  • 8 Nicole Racine, « Jacques Robertfrance, homme de revue, homme d’édition », Sociabilités intellectuel (...)
  • 9 Sébastien Laurent, Daniel Halévy. Du libéralisme au traditionalisme, Grasset, 2001, p. 316-320 et 3 (...)

5Si Guéhenno n’est pas du noyau fondateur de la revue Europe, revue née en 1923, sous le patronage de Romain Rolland7, il y collabore dès les premiers mois de sa fondation par des comptes rendus critiques. Sa véritable entrée dans le cercle d’amis et de collaborateurs de la revue date de 1927-1928, au moment où Jacques Robertfrance (1898), le jeune secrétaire général des éditions Rieder, mort prématurément en 1932, prend en charge les destinées de la revue. Celui-ci qui amène Romain Rolland à s’intéresser de nouveau à la revue8 va jouer un rôle remarquable de « passeur » entre la génération fondatrice venue des avant-gardes littéraires d’avant 1914, hommes de 40-45 ans, anciens combattants, comme René Arcos, Jean-Richard Bloch, Georges Duhamel, Luc Durtain, Charles Vildrac, et la jeune génération pacifiste dont l’âge tourne autour de 30 ans (André Chamson, né en 1900, Jean Prévost, né en 1901, Louis Guilloux, né en 1899). La guerre pèse sur eux tous, qu’ils l’aient fait ou qu’ils aient échappé de peu à la mobilisation comme Guilloux, Prévost, Chamson. Guéhenno, né en 1890, un peu plus âgé que ces derniers, arrive comme eux sur la scène littéraire en cette seconde moitié des années vingt avec la même volonté de reconnaissance et l’appui de Daniel Halévy, fondateur des « Cahiers verts » chez Grasset9. Guéhenno rencontre dans le fameux salon du quai de l’Horloge Jean Grenier, lui-même ami de Louis Guilloux, jeune écrivain alors socialisant, ainsi qu’André Chamson dont Halévy publie le premier roman, Roux le bandit, en 1925. Halévy encourage Guéhenno à écrire son livre sur Michelet, L’Évangile éternel, qui paraît en 1927 aux Cahiers verts, et cette même année lui confie une collection, « Les Écrits », où il publie La Maison du peuple de Louis Guilloux en 1927, Caliban parle en 1928, dédié à Daniel Halévy, puis Conversion à l’humain (1931). Sébastien Laurent, le biographe de Daniel Halévy, rappelle avec justesse que son expérience de directeur de collection a été pour Guéhenno « un tremplin pour accéder à la direction d’Europe » au début 1929 (des tractations auprès de Guéhenno datent des derniers mois de 1928).

Écrire sur Lénine ?

  • 10 Notes pour le Lénine, BNF, Mss, fonds Guéhenno. Pour une étude plus détaillée de ce dossier, je ren (...)
  • 11 Pierre Pascal entre à l’ENS en 1910, Guéhenno en 1911.
  • 12 Lettres de Pierre Pascal à Jean Guéhenno, de Moscou ; 12 décembre 1928 et sans date (début 1929). B (...)

6Admirateur de la révolution d’Octobre, qu’il a saluée en pleine guerre, Guéhenno a refusé d’adhérer au nouveau parti né au congrès de Tours en décembre 1920, au nom d’une conception jaurésienne de l’unité ouvrière. Pourtant il est attiré par la Russie révolutionnaire au point de se lancer vers 1928-1929 dans une biographie de Lénine, d’apprendre le russe, de constituer un gros dossier de notes de près de 300 pages, « Notes sur le Lénine »10. Ce projet, il ne put ni ne voulut le finir. Pourtant il s’y lança avec ardeur, demandant des conseils de lecture au professeur à l’Ecole des langues orientales, André Mazon, ainsi qu’à deux témoins des premières années de la Russie soviétique, Maurice Parjanine, ancien journaliste à L’Humanité, traducteur des œuvres de Trotski aux éditions Rieder et Pierre Pascal, son camarade de la rue d’Ulm, agrégé de russe, arrivé en Russie en 1916 comme membre de la mission militaire française, rallié au bolchevisme11. Au moment où Guéhenno lui écrit pour lui demander de l’aider dans sa documentation, Pascal travaille à l’Institut Marx-Engels de Moscou ; devenu communiste critique, il est en situation difficile, ce que Guéhenno ignore. Il écrit deux lettres à son ami, l’une, le 12 décembre 1928, l’autre par voie clandestine au début 1929. Dans cette dernière lettre, Pascal décrit longuement la mise en œuvre du culte officiel de Lénine12.

  • 13 Notes pour le Lénine, op. cit.

7Guéhenno entame un vaste programme de lectures qui provoquent chez ce professeur de lettres admirateur de Michelet un grand sentiment d’étrangeté : « J’entre dans un monde gris, sans éclat. Un monde de choses, pas d’hommes » ou « Entre Lénine et moi, toujours le fatras marxiste » ou encore « Après la langue flamboyante de Michelet, des petites phrases grises et des sarcasmes »13. Alors pourquoi écrire sur Lénine ? L’épilogue de son essai sur Michelet, paru deux ans auparavant, donne peut-être la clé de ce projet : Michelet « avait retrouvé l’élan des hommes de la Révolution, mais son enthousiasme même finit par l’égarer […] Il fallait accepter de penser que le peuple qui se voyait dans l’ensemble exclu des bienfaits de la Révolution songeât à la continuer, qui sait, à la recommencer, et la préparât par des formules nouvelles ».

  • 14 Id., La Foi difficile, Grasset, 1957, p. 60.
  • 15 Id., Notes pour le Lénine, op. cit.

8Après avoir construit le plan de son futur ouvrage, Guéhenno en a rédigé quelques pages qu’on trouve éparses dans ses dossiers, émaillées de réflexions sur l’homme Lénine, le marxisme, la révolution. Réfléchissant sur l’histoire de la Russie, il considère Lénine « comme l’homme d’un pays où il y a un peuple encore, où cela a un sens de parler du peuple… ». Il garde constamment à l’esprit l’auteur du Peuple, relit Péguy, recopie des passages de De Jean Coste. Il s’intéresse à la question agraire, au partage des terres, à la nationalisation du sol, évoque la Bretagne. Un des chapitres les plus avancés, intitulé « La métaphysique de Lénine ou la guerre aux diables » », montre qu’il a lu et annoté de près Matérialisme et empiriocriticisme, qu’il s’est intéressé au combat de Lénine contre les révisionnistes du marxisme. Lecture révélatrice car elle se fait au prisme de la lecture des matérialistes du XVIIIe siècle, en particulier de Diderot, philosophe qui, à ses yeux, permet d’échapper au « dogmatisme » et à toute prétention à détenir la vérité. Peu à peu, Guéhenno se rend compte qu’il lui est impossible de rendre la véritable personnalité du révolutionnaire russe et renonce à son projet de biographie. Il s’interroge — peut-être est-ce là l’influence de Pierre Pascal — sur la « légende vivante » qu’est devenu Lénine. Dans un ouvrage bien postérieur, La Foi difficile, il écrira que ce fut par refus d’admettre les notions marxistes de prolétariat et de dictature du prolétariat, impliquant une masse qui peut être manœuvrée14. S’il garde la conviction que l’idée de révolution jusqu’alors française, est devenue russe, que la patrie de la révolution est désormais la Russie, il finit par aboutir à de nouvelles questions. J’ai relevé son commentaire d’une citation de Malaparte qui donne peut-être une idée de son état d’esprit d’alors : « Que le sens de la liberté qu’ont les hommes d’Occident exclut peut-être chez nous les méthodes russes »15.

Sympathisant de l’URSS, indépendant du PCF

  • 16 Lettre de Jean-Richard Bloch à Jean Guéhenno, 20 septembre 1933. BNF, Mss, fonds Bloch, Corr., tome (...)

9Guéhenno hésite en 1932-33 à engager la revue Europe dans la campagne en faveur du retour en France de l’écrivain Victor Serge, relégué à Orenbourg bien qu’il ait renoncé à toute activité politique. Animée par des militants anciens communistes devenus oppositionnels comme Magdeleine Paz, Jacques Mesnil, Marcel Martinet, mais appuyée également par des écrivains comme Georges Duhamel ou Emmanuel Mounier, cette campagne embarrasse d’autant plus le rédacteur en chef que le roman de Serge, Ville conquise, publié par les éditions Rieder qui éditent Europe, a d’abord paru dans la revue entre mai et septembre 1932. Bien que Guéhenno se soit associé personnellement à des démarches d’intellectuels à l’ambassade soviétique, il attend plusieurs mois pour faire entendre la protestation officielle de la revue Europe, encore en laisse-t-il le soin à Jean-Richard Bloch16 qui plaide dans son Commentaire d’octobre 1933, en son nom et en celui d’Europe, en faveur des droits imprescriptibles de l’écrivain.

  • 17 Lettre de Jean Guéhenno à Romain Rolland, 20 décembre 1932, dans L’Indépendance de l’esprit. Corres (...)
  • 18 Parmi les intellectuels qui prirent la parole : Allendy, Antoine, J-R Bloch, Crevel, Dabit, Dr Dals (...)
  • 19 Intervention de Jean Guéhenno, Ceux qui ont choisi.., op. cit., p. 9.

10Guéhenno garde pourtant sa liberté d’action et refuse d’adhérer à l’Association des écrivains et artistes révolutionnaires (AEAR), fondée fin 1932 à l’initiative des autorités culturelles soviétiques. Il en éprouve la tentation comme il l’écrit à Romain Rolland le 20 décembre 1932, ajoutant aussitôt : « Je ne m’y résous pas, et je ne m’y résoudrai pas. Je crois que dans la débilité du monde, la plus grande liberté est la condition de la plus grande action des écrivains. La question est seulement d’être en effet libre, d’en avoir le courage »17. Il accepte pourtant de participer à la première manifestation publique de l’AEAR, le 21 mars 1933, à l’initiative communiste, sur les mots d’ordre qui sont encore ceux du Komintern, en protestation contre l’avènement du nazisme. Autour d’André Gide qui préside et dont ce fut la première manifestation publique auprès des communistes, la manifestation rassemble des intellectuels que leur antifascisme rapproche des communistes18. Guéhenno, comme les autres intervenants, dit son indignation devant les persécutions en Allemagne ; il défend une position originale, plaide concrètement pour l’unité ouvrière et anticipant le tournant du Komintern de 1934, se fait explicitement l’avocat d’une entente en France entre socialistes et communistes (le pacte d’unité d’action socialo-communiste ne sera signé qu’en juillet 1934). L’avènement de Hitler le conforte dans l’idée qu’on n’a pas agi à temps et que « le devoir des écrivains est dans l’engagement »19.

  • 20 Voir la publication dans Commune, des déclarations de Giono dans le numéro de janvier-février 1934, (...)
  • 21 Lettre d’Edith Thomas à Jean Guéhenno, 2 décembre 1934. BNF, Mss, fonds Guéhenno.

11Guéhenno résiste à l’entreprise de séduction menée par Vaillant-Couturier et Aragon au nom de l’AEAR pour obtenir, après le 6 février, l’adhésion d’écrivains désireux de se mobiliser contre le fascisme ; la revue Commune donne une grande publicité aux déclarations d’adhésion en 1934 d’un Jean Giono (« Giono avec l’AEAR », titre Commune, en janvier-février 1934), d’une Édith Thomas, d’un Victor Margueritte20. Il est d’ailleurs significatif qu’Édith Thomas, qui vient d’adhérer à l’AEAR par refus de l’ordre social existant et en dehors de toute orthodoxie de doctrine, confie ses déceptions à Guéhenno devant le sectarisme et le dogmatisme communistes21. Guéhenno, en fait, n’écrira jamais dans Commune, patronnée par Rolland et Gide, dirigée par Vaillant-Couturier, secondé par Aragon et Nizan. Devenue en 1935 « revue pour la défense de la culture », ouverte en principe à tous ceux qui voulaient lutter contre le fascisme, Commune maintenait les exclusives des communistes contre les intellectuels oppositionnels et antistaliniens (autour de Henry Poulaille, par exemple, ou des surréalistes autour d’André Breton, en dépit des efforts de René Crevel).

  • 22 Lettre de Jean Guéhenno à Jean-Richard Bloch, 3 juillet 1934. BNF, Mss, fonds Jean-Richard Bloch, C (...)
  • 23 Pour la défense de la culture. Les textes du Congrès international des écrivains Paris, juin 1935, (...)
  • 24 Lettre d’Ignazio Silone à Jean Guéhenno, de Zurich, le 15 avril 1935. BNF, Mss, fonds Jean Guéhenno
  • 25 Intervention de Jean Guéhenno, in Pour la défense de la culture. Les textes du Congrès internationa (...)

12Considéré comme un sympathisant par les instances culturelles de l’URSS, Guéhenno fait partie des écrivains français sollicités pour assister au second Congrès des écrivains soviétiques à Moscou à l’été 1934, en même temps que Jean-Richard Bloch et André Malraux. Tandis que ces deux derniers acceptent l’invitation, Guéhenno écrit le 3 juillet 1934 à Jean-Richard Bloch qu’il en écarte jusqu’à « la tentation », ayant sans doute l’intuition qu’il courait le risque d’aliéner sa liberté en effectuant ce voyage22. Cela ne l’empêche pas de prendre part, aux côtés de nombreux intellectuels communistes et compagnons de route, Johannès Becher, Bertolt Brecht, Ilya Ehrenbourg, E. M. Forster, Aldous Huxley, Anna Seghers, Waldo Frank, Heinrich Mann, Klaus Mann, Guglielmo Ferrero23, à la grande manifestation intellectuelle antifasciste d’initiative communiste, le Congrès international des écrivains pour la défense de la culture réuni à Paris en juin 1935, dont l’organisation est en France particulièrement pilotée par Aragon et Jean-Richard Bloch. Il apparaît assez indépendant des communistes pour que l’écrivain antifasciste exilé, Ignazio Silone, également sollicité comme sympathisant, lui écrive, après avoir vu son nom parmi les signataires de la manifestation, pour lui demander de le rassurer sur l’inspiration du congrès. L’écrivain italien craignait que l’appareil communiste se dissimulât derrière la « façade » des personnalités mises en avant24. D’où sa méfiance. On ne connaît pas la réponse que lui fit Guéhenno mais Silone ne donna pas son adhésion. Quant à Guéhenno, qui présidera avec Martin Andersen Nexö la séance du 23 juin, « Nation et culture », il est mis à l’honneur dès le premier soir, le 21 juin, à la Mutualité, à la séance sur « L’héritage culturel » où il s’oppose aux thèses de Julien Benda sur l’humanisme, affirmant, à l’encontre de l’auteur de La Trahison des clercs, qu’il n’y a pas antinomie entre les conceptions occidentale et soviétique ; et sans barguigner, il évoque le « sentiment de dignité humaine qui anime les républiques soviétiques »25.

  • 26 Jean Schlumberger, Notes sur la vie littéraire. Édition établie, présentée et annotée par Pascal Me (...)

13En ce milieu des années trente, Guéhenno a-t-il entendu certains témoignages critiques, ceux de Victor Serge, de Boris Souvarine (dont le Staline. Aperçu historique du bolchevisme, paru en 1935 chez Plon, n’a pas été recensé dans Europe) ? En tout cas, ils n’ébranlent pas encore son admiration pour l’expérience sociale soviétique, au moins jusqu’aux procès de Moscou, mais, à la différence d’un Jean-Richard Bloch ou d’un Romain Rolland (ce dernier jusqu’au pacte germano-soviétique), il ne devint jamais un inconditionnel du régime. Cependant il a pu apparaître pendant une courte période, dans les années 1935-1937, comme un « communisant », ainsi qu’en témoigne Jean Schlumberger dans ses Notes sur la vie littéraire. Celui-ci rapporte un entretien tenu rue Visconti à l’Union pour la vérité, le 8 juin 1935, sur l’héroïsme dans la littérature, en fonction du communisme ; face à Thierry Maulnier et Jean-Pierre Maxence, Guéhenno y représente la gauche ou l’extrême gauche intellectuelle26. Le grand bourgeois qu’est Schlumberger porte un jugement à l’emporte-pièce sur Guéhenno qu’il portraiture comme un hystérique. Pascal Mercier dans les notes qu’il rédigea pour l’édition du journal littéraire de Schlumberger va jusqu’à écrire que Guéhenno « incarnait, jusqu’à la caricature, le compagnon de route du PC ». Jugement qui mérite d’être fortement nuancé.

  • 27 « Devoirs de la France » in Journal d’une « Révolution 1937-1938 », op. cit., p. 245-246. Dans le p (...)
  • 28 Victor Serge lui écrit qu’elles sont extraites d’un article destiné à une « publication révolutionn (...)
  • 29 La Foi difficile, op. cit., p. 219.

14En revanche, ce qui semble déterminant pour comprendre la position de Guéhenno et celle de ses compagnons de Vendredi, est l’engagement pris de sauvegarder la règle d’unité du Rassemblement populaire, avec comme corollaire le refus de critiquer le régime intérieur de l’URSS : ne rien dire qui puisse être exploité contre l’URSS et le PCF. L’attitude de Guéhenno au moment des procès de Moscou en 1936-1937 a fait déjà l’objet de nombreuses analyses, lui-même ayant publié en annexes du Journal d’une « Révolution » ses deux articles de Vendredi, « Devoirs de la France », le 15 octobre 1936 où il dit son inquiétude après les exécutions de Moscou à l’issue du premier procès, puis le 5 février 1937, avant le verdict du second procès, « La mort inutile ». Ne peut-on reconnaître l’influence de Victor Serge dans l’intitulé de ce second article ? Celui-ci a, en effet, dans La Flèche du 30 janvier, analysé le phénomène des aveux comme le dernier sursaut de révolutionnaires pour éviter une mort inutile et servir encore la cause. Certes, Guéhenno trouve que « tout sonne faux » dans les aveux des accusés, mais il reprend dans « Devoirs de la France » les thèses officielles soviétiques sur le « trotskisme » criminel des accusés, redit son admiration pour l’œuvre accomplie par Staline27. Il a joint même à son premier article un post-scriptum pour expliquer pourquoi il ne signera pas la protestation, « Appel aux hommes », lancé en septembre 1936, par André Breton, Victor Serge, Marcel Martinet, déjà signée par Giono, Victor Margueritte, Jacques Madaule, et à titre individuel, par deux intellectuels à la tête du CVIA, Alain et Paul Rivet. Cependant il faut rappeler qu’il a été le seul des trois directeurs de Vendredi à avoir eu le courage de prendre deux fois la plume, enfreignant à titre individuel et sans engager l’hebdomadaire, la règle du silence qu’observent le gouvernement Léon Blum, Le Populaire, les associations membres du Rassemblement populaire. Bien que Guéhenno ait refusé de signer la protestation « Appel aux hommes », on peut reconnaître l’influence de Victor Serge dans la double injonction finale de son second article, « La mort inutile. Assez de sang ! ». N’est-ce pas l’écho des lignes interpellant Guéhenno et destinées à être publiées que Victor Serge a jointes en post-scriptum de la lettre qu’il lui a écrite, le 23 janvier 1937 ? « Ne m’écoutez pas, écoutez votre conscience », écrivait Serge. Est-ce qu’elle ne vous dit pas que c’est assez de sang ? Que tous ceux qui ont le moindre moyen d’exercer une pression quelconque sur le régime stalinien, tous ceux qui ont à cœur le salut de cette pauvre révolution russe si tragiquement méconnaissable ont le devoir impérieux de crier tout de suite : assez de sang ! »28. Plus tard Guéhenno regrettera de n’avoir pas été plus ferme dans sa rupture avec les communistes29.

Dans le pacifisme des années trente

  • 30 Je renvoie à mon article « La revue Europe (1923-1939). Du pacifisme rollandien à l’antifascisme co (...)

15Au début des années trente, après le résultat des élections allemandes de novembre 1930 et la montée du nationalisme en Allemagne, des intellectuels se réclamant d’un pacifisme socialiste ou socialisant, se demandent si on n’assiste pas à l’avènement d’une nouvelle période ; en témoignent les essais de Benjamin Crémieux en 1931, « Inquiétude et reconstruction » ou Incertitudes allemandes de Pierre Viénot. Guéhenno, après le numéro spécial d’Europe, « Guerre et paix » de décembre 1930, préparé dans l’esprit du Locarno intellectuel, veut encore croire à l’entente franco-allemande ; mais le numéro spécial pour le centenaire de la mort de Goethe (15 avril 1932), dans le contexte de la montée du nationalisme en Allemagne prend le sens d’un hommage aux valeurs humanistes de la culture allemande30.

  • 31 Sur le contexte intellectuel de ce débat et les positions de Paul Valéry, voir Michel Jarrety, Paul (...)
  • 32 « Les intellectuels et le désarmement. Lettre à Messieurs les membres du Comité permanent des Lettr (...)

16Demeuré fidèle aux conceptions de la gauche socialiste en matière de révision des traités et de désarmement progressif et contrôlé, Guéhenno tente de lancer en 1932, une discussion sur le rôle des intellectuels, à l’occasion de la conférence du désarmement qui a débuté à Genève au début 193231. Il publie le 15 mars 1932, « Les intellectuels et le désarmement. Lettre à Messieurs les membres du comité permanent des lettres et des arts de la Société des nations », qui dénonce l ‘ inefficacité de la politique culturelle menée sous l’égide de la SDN et s’adresse particulièrement à Paul Valéry et Henri Focillon, membres éminents de la commission. « Il faut courir au plus pressé, écrit-il, et le plus pressé, à ses yeux, c’est la guerre, non la constitution d’une ‘société des esprits’ ». En conclusion, il pose aux membres du Comité la question de savoir ce qu’ils feraient individuellement si la guerre éclatait : silence, refus de la violence ? Dans la polémique qui s’ensuit avec Jean Paulhan dans La NRF d’avril 1932, celui-ci relève bien la contradiction entre la foi révolutionnaire de Guéhenno (condamnait-il aussi la violence dans les révolutions ?) et son pacifisme, l’interrogeant sur la difficulté de distinguer une guerre nationale d’une guerre civile32. L’initiative de Guéhenno semble avoir eu peu de suite, à l’exception de cette polémique, au cours de laquelle Paulhan manifeste une vue plus réaliste de la situation internationale ; il parle de l’éventualité d’une guerre civile internationale et se demande si le pacifiste Guéhenno, au cas où les troupes hitlériennes envahiraient Paris, ne serait pas le premier à appeler aux armes. Ce dernier s’en tient à une position plus morale que politique, passant sous silence les enjeux de cette conférence (la revendication par l’Allemagne de l’égalité des droits en matière d’armements alors qu’elle a déjà commencé à tourner les clauses du traité de Versailles).

  • 33 « La revue Europe et l’Allemagne, 192961936 », in Entre Locarno et Vichy. Les relations franco-alle (...)

17Le pacifisme d’Europe est dénoncé avec constance par un des auteurs de La NRF, Julien Benda, qui a traité en avril 1930 les rédacteurs de la revue de « moutons de Romain Rolland ». Certes Guéhenno est désireux d’éviter la guerre avec l’Allemagne et partisan d’une révision des traités, mais il ne ferme pas les yeux devant la montée du nationalisme en Allemagne33. Au lendemain de l’avènement de Hitler, il publie dans Europe la protestation de Romain Rolland, première intervention publique d’un intellectuel français contre le régime. Romain Rolland l’alerte sans cesse sur les thèses hitlériennes, lui enjoint de lire Mein Kampf. Pendant l’année 1933, Guéhenno publie cinq articles de fond sur l’Allemagne dont le grand article de Raymond Aron, « La révolution nationale », en septembre 1933, qui vaudra l’interdiction de la revue en Allemagne. Il est vrai que Raymond Aron rompra avec Europe qu’il trouvait trop pacifiste. En août 1934, Guéhenno publie le reportage de Stefan Priacel sur sa visite avec Charles Vildrac du camp de concentration d’Oranienburg. C’est sans illusions qu’il prépare le numéro spécial « 1914-1934 » pour le 20e anniversaire de la déclaration de guerre, numéro qu’il ouvre par le fameux texte de Giono « Je ne peux pas oublier » et où il publie sa « Méditation sur la mort inutile », avec le sentiment qu’une guerre est de nouveau possible. Pourtant Guéhenno partage avec les pacifistes l’idée que la guerre n’est pas fatale (c’est d’ailleurs un des slogans qui fait l’unanimité au CVIA en 1934-35).

18Au lendemain du 6 février 1934, Guéhenno a activement participé comme directeur d’Europe à la création en mars 1934 du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes, le CVIA, qui se veut un front populaire avant la lettre, comme le symbolise la triple présidence d’Alain, Rivet et Langevin. Membre de ses premiers organismes dirigeants, il partage le consensus qui est à la base du rassemblement pour lequel il n’y a pas d’antinomie entre lutte contre le fascisme intérieur et lutte contre les fascismes extérieurs. Ainsi Guéhenno dans un article d’Europe en avril 1935 (« Vouloir la paix ») refuse de choisir entre pacifisme et antifascisme : « Entre la paix et l’hitlérisme, je choisis la paix ».

19La nouvelle donne internationale due aux provocations hitlériennes, le tournant de la diplomatie soviétique avec la conclusion du pacte franco-soviétique en mai 1935, l’occupation de la Rhénanie en mars 1936, rompent le consensus qui règne au CVIA. Lorsque l’unité éclate en juin 1936 avec le départ du Bureau de la minorité communiste et communisante autour de Langevin (notamment André Wurmser, Jean Baby, René Maublanc, Marcel Prenant, Henri Wallon, Jean-Richard Bloch) qui prône la fermeté face aux revendications hitlériennes, Guéhenno reste avec la majorité toujours idèle à une politique de révision des traités et de négociation. S’il ne partage pas les thèses de ceux qu’on peut appeler les pacifistes extrêmes, proches d’Alain comme Michel Alexandre qui refusent toute guerre ou celles des pacifistes radicaux des minorités socialistes et syndicalistes qui défendent un pacifisme d’essence évolutionnaire (les Modiano), il est proche de son président, le socialiste Paul Rivet, animé par le souci de préserver l’esprit d’unité et la dimension à la fois pacifiste et antifasciste des origines.

Ruptures

  • 34 « Romain Rolland-Jean Guéhenno et la revue Europe » in Romain Rolland. La Pensée et l’Action. Mélan (...)

20Les divergences de Guéhenno avec Romain Rolland, devenu compagnon de route de l’URSS et du communisme, ne sont pas sans rapport avec sa mise à l’écart d’Europe au début 1936, comme l’a bien montré Bernard Duchatelet à la fin de son étude sur les rapports entre Romain Rolland, Guéhenno et Europe34. Après l’éclatante rupture de Romain Rolland avec le mouvement pacifiste institutionnalisé dans deux articles de Vendredi (« Pour l’indivisible paix », 24 janvier et « Pour la défense de la paix », 26 février 1936), Guéhenno n’est plus en phase avec les intellectuels antifascistes qui, devant le danger hitlérien, se sont ralliés à une stratégie internationale de défense contre le fascisme, fondée sur l’union des démocraties occidentales et de l’URSS et impliquant pactes et alliances militaires. L’abandon par Romain Rolland des thèses pacifistes traditionnelles consterne Guéhenno et ceux qui, se prévalant de l’exemple de 1914, récusent pactes militaires et alliances.

  • 35 Lettre de Jean Guéhenno à Romain Rolland, 21 janvier 1936, in L’Indépendance de l’esprit. Correspon (...)

21Rolland envoie son premier article de Vendredi à Guéhenno avant publication, suggérant de le sous-titrer « Lettre ouverte à nos amis les ‘pacifistes intégraux’ ». Il y prend essentiellement position contre les thèses défendues par les pacifistes comme Félicien Challaye, le président d’honneur de la Ligue Internationale des combattants, la LICP, qui a réclamé en 1934 « une paix désarmée même en face de Hitler » ou Georges Michon. Bien que Guéhenno ne milite pas dans le mouvement pacifiste organisé et qu’il ne partage pas les thèses d’un Challaye, il ne peut cacher son émotion après avoir lu « Pour l’indivisible paix » : « […] Sommes-nous si près de la guerre, de nouveau ? Je ne me sens d’accord ni avec Michon, ni avec Challaye, mais je ne puis accepter non plus l’idée d’une guerre fatale. Et je n’accepterai pas la guerre sous prétexte que je veux la révolution. À tort ou à raison, je pense que les hommes de mon âge n’ont qu’un devoir, celui de mettre en œuvre leur raison de dire que ce fut leur expérience et de condamner la violence et la guerre […] Je suis d’une grande tristesse, parce que votre article, le premier, m’a contraint à sentir que mes dernières espérances peut-être étaient vaines, et que la guerre est déjà là »35.

22Le désaccord de Guéhenno avec Romain Rolland et les compagnons de route sur la conception de la lutte pour la paix a joué un rôle certain dans son éviction d’Europe et sa prise en mains par ceux qui, comme Romain Rolland, Jean-Richard Bloch, Aragon, Jean Cassou, choisi pour remplacer Guéhenno, défendent une conception de l’antifascisme préconisant l’alliance des démocraties occidentales avec l’URSS, considérée à la fois comme champion de la lutte antifasciste internationale et modèle social.

  • 36 Lettre de Jean Paulhan à Jean Guéhenno, 21 février 1936 et texte de la note parue dans La NRF du 1e (...)

23Guéhenno ne met pas longtemps à comprendre les raisons de son éviction d’Europe. Malgré les offres de Jean-Richard Bloch et de Jean Cassou, il refuse d’appartenir au nouveau comité de rédaction et met fin à sa collaboration à la revue. Après la parution dans Europe d’une note sèche d’éditeur annonçant le départ de Guéhenno et le remerciant pour la collaboration qu’il lui a apportée, Jean Paulhan, le directeur de la grande rivale, La NRF, lui rendit un bel hommage : « Jean Guéhenno a fait bien plus qu’‘apporter sa collaboration à Europe’ : il lui a donné une âme, un sens et une raison d’être ; et son départ, qui nous laisse de grands et vifs regrets, ne nous laisse pas sans inquiétudes »36.

  • 37 Voir Romain Rolland et La NRF. Correspondances…, Présentation et annotation par Bernard Duchatelet, (...)
  • 38 Lettre de Jean Guéhenno à Jean-Richard Bloch, 30 décembre 1935. BNF, Mss, fonds Bloch, Mss, Corr., (...)

24Avant même la prise de contrôle d’Europe par Aragon au début 1936, Guéhenno a conscience d’être évincé d’un certain nombre d’activités lancées par des communistes et sympathisants, ce qui est pour lui cause de souffrance. On peut le déceler lors de la préparation de la célébration du 70e anniversaire de Romain Rolland, prévue pour janvier 1936, orchestrée par le PCF, notamment par Aragon accompagné de Jean-Richard Bloch37. Dans une lettre à Jean-Richard Bloch, le 30 décembre 1935, il lui écrit qu’il est « de tout cœur dans tout ce que vous entreprendrez » et avoue qu’à Europe, il ne sait pas comment s’y associer (il rappelle le numéro spécial pour le 60e anniversaire en 1926). « Je ne me sentais pas très encouragé […] J’ajoute que j’ai l’impression qu’Europe était dans la circonstance, tenu un peu à l’écart par les camarades de l’AEAR et de Commune. Je n’en étais pas trop surpris. Mais j’ai compris que nous ne devions compter que sur nous-mêmes »38.

  • 39 Bernard Laguerre, « Jean Guéhenno et Vendredi », in Hommage à Jean Guéhenno pour le centenaire de s (...)

25Pris par l’aventure de Vendredi, c’est à Vendredi qu’il réserve ses commentaires sur les problèmes internationaux. La non-intervention dans la guerre en Espagne divise la direction, seule Andrée Viollis, proche du parti communiste, se prononce clairement en faveur de l’aide internationale à l’Espagne républicaine. Comme le remarque Bernard Laguerre dans son étude sur Vendredi, ainsi que Cécile Duret dans son étude sur André Chamson, les positions de ces derniers, restent ambiguës quant aux solutions précises à adopter de façon à concilier antifascisme et défense de la paix, paix et révolution39. L’examen de conscience que Guéhenno publie le 7 juillet 1937 dans Vendredi (« L’Espagne et l’Europe ») est confus : s’il reconnaît que la paix comporte des risques, ce qui est une sorte de désaveu de ses positions précédentes, il ne préconise aucune solution concrète et ne se rallie pas à l’intervention. Il faudra attendre la désagrégation du Front populaire au moment de l’annexion de l’Autriche par Hitler pour que Guéhenno accepte avec Chamson de faire partie des treize écrivains qui, à l’instigation d’Aragon, signent un Appel à l’union nationale (20 mars 1938), se séparant radicalement du courant pacifiste de Giono, Alain, Breton, signataires d’un contre-appel « Refus de penser en choeur ». Si Guéhenno ne rejoint pas alors le camp des compagnons de route, s’il ne se prononce pas contre les accords de Munich, du moins reconnaît-il qu’on ne peut indéfiniment céder aux exigences hitlériennes pour sauvegarder la paix.

Un socialiste humaniste ?

  • 40 Lettre de Jean Guéhenno à Léon Blum, 16 février 1939. Archives du XXe siècle, Fondation nationale d (...)

26En dépit de la séduction éphémère que la révolution russe et le communisme ont exercée sur lui, Guéhenno est resté proche de « la vieille maison » socialiste. Son socialisme, marqué par le pacifisme et le rêve de l’unité ouvrière, prend sa source dans l’héritage jaurésien. Le grand moment de son engagement est la période du Front populaire, pendant laquelle à travers Vendredi, il représente la sensibilité socialiste. Après l’échec du Front populaire et la mort de Vendredi, n’est-il pas symbolique qu’il ait pensé à revenir à Jaurès en s’adressant d’abord à Léon Blum, en quelque sorte son héritier ? « J’ai perdu quelques illusions, lui écrit-il le 16 février 1939. Je suis comme en chômage. J’ai hâte de sortir de cette confusion. Je voudrais retrouver la voie, et pour cela songe à écrire un petit essai sur Jaurès ». Pour ce faire, Guéhenno qui, à son habitude, a entrepris de nombreuses lectures, écrit à Léon Blum pour lui demander le texte d’un discours par lui prononcé aux « Ambassadeurs »40. Les circonstances empêchèrent ce projet de voir le jour.

  • 41 Jean Guéhenno, L’Evangile éternel. Étude sur Michelet, Grasset, 1927, p. 220.
  • 42 Id., La Foi difficile, op. cit., p. 156-157.
  • 43 Avant-propos d’Albert Camus à Louis Guilloux, La Maison du peuple suivi de Compagnons, Grasset, 195 (...)

27La conception de l’engagement que Guéhenno incarne, fait de fidélité à ses origines populaires, nourri des valeurs d’un humanisme individuel et du refus d’une orthodoxie de parti, le rapproche d’un Louis Guilloux ou d’un André Chamson. Dans son premier essai consacré à Michelet, en 1927, L’Evangile éternel, il pose justement la question de savoir si c’est « réunir les contradictoires que de parler d’un humanisme plébéien »41. Humanisme dont le référent n’est pas la classe au sens marxiste du terme, mais le peuple, avec ses valeurs de fraternité et de solidarité. Evoquant les auteurs qu’il a publiés dans la revue Europe, il en relève significativement l’inspiration humaniste, la foi en l’homme. Il cite Giono, Jean Prévost, Victor Serge, Boris Pilniak, Ignazio Silone, Panaït Istrati… et Trotsky42. On y ajoutera Louis Guilloux dont il a publié le roman, La Maison du peuple, dans sa collection « Les Écrits », hommage à ses parents et à leurs camarades socialistes de Saint-Brieuc, ouvrage admiré par Camus qui en préfaça la réédition43. Comme Guéhenno, Guilloux exprime fortement le sentiment qu’en s’élevant, en s’appropriant la culture des maîtres, on trahit inévitablement les siens, mais que sans cette appropriation, il n’y a pas de libération possible.

  • 44 Jean-Paul Sartre, « Situation de l’écrivain en 1947 » in Qu’est-ce que la littérature ?, Paris, Gal (...)
  • 45 Lettre de Jean Cassou à Romain Rolland, 6 avril 1936. BNF, Mss, fonds Romain Rolland.

28Après la Libération, Jean-Paul Sartre, théorisant le devoir d’engagement, dévalorise, sous l’étiquette d’humanistes, la génération littéraire des années vingt, citant Jean Prévost, Pierre Bost, André Chamson, Claude Aveline, André Beucler et il donne d’eux une définition qu’on pourrait appliquer à Guéhenno et Guilloux : « … Sensibles aux injustices sociales, mais trop cartésiens pour croire à la lutte des classes, l’unique affaire était pour eux d’exercer leur métier d’hommes, contre les passions et les erreurs passionnées, contre les mythes, par l’usage sans faiblesse de la volonté et de la raison »44. Selon Sartre, ces écrivains, par leurs origines sociales, les influences qu’ils ont subies, Durkheim, Alain, incarnent le « radical-socialisme » de la Troisième république et ont manqué du sens du tragique requis par l’époque. On ne peut juger de façon plus erronée les écrivains de cette génération, fortement interpellés par le tragique de leur époque, en particulier face à la montée des fascismes et qui, pendant l’Occupation, comme Anne Simonin l’a montré, ont joué un rôle déterminant dans la fondation de la Résistance littéraire45.

Notes

1 Je renvoie dès l’abord au premier colloque consacré à Jean Guéhenno, Hommage à Jean Guéhenno à l’occasion du centième anniversaire de sa naissance. Actes du colloque organisé par la Commission de la République française pour l’éducation, la science et la culture, UNESCO, Edition révisée, 1990. Pour la plupart des intellectuels cités dans ce texte, on peut se reporter à leurs notices biographiques parues dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français sous la direction de Jean Maitron et Claude Pennetier. De la Première à la Seconde guerre mondiale 1914-1939, L’Atelier, 1997. Version cédérom, 1997. La correspondance entre Jean Paulhan et Jean Guéhenno publiée par les soins de Jean-Kely Paulhan est une source précieuse : Jean Guéhenno-Jean Paulhan. Correspondance 1926-1968. Edition établie, annotée et présentée par Jean-Kely Paulhan, Gallimard. Cahiers Jean Paulhan 11, 2002. Citons aussi Patrick Bachelier et Alain-Gabriel Monot, Jean Guéhenno, Rennes, La Part commune, 2007.

2 Jean Guéhenno, Journal d’une « Révolution ». 1937-1938, Grasset, 1939, p. 154-155.

3 Id., ibid., p. 164-172.

4 Id., ibid., p. 16.

5 Max Gallo, Lea Monde, 26 juillet 1983 ; cité dans Jean-François Sirinelli, Intellectuels et passions françaises. Manifestes et pétitions au XXe siècle, Fayard, 1990, p. 91.

6 Jean Guéhenno-Jean Paulhan. Correspondance 1926-1968, op. cit., p. 123.

7 On ne peut citer ici la bibliographie conséquente qui existe sur la revue Europe. Contentons-nous de renvoyer le lecteur à la bibliographie contenue dans le dossier préparé par Nicole Racine et Michel Trebitsch avec la participation de Marie-Cécile Bouju dans la revue Lendemains, revue franco-allemande, 86/87, 1997, p. 97-98. On la complètera par le numéro spécial Europe. Une revue de culture internationale 1923-1998. Actes du colloque de la Sorbonne organisé par Henri Béhar, 1998 et les ouvrages récents de Philippe Niogret, La revue Europe et les romans français de l’entre-deux-guerres (1923-1939), L’Harmattan, 2004, et de Maria-Chiara Gnocchi, Le Parti pris des périphéries. Les « Prosateurs français contemporains » des éditons Rieder (1921-1939), Bruxelles, Le Cri/Ciel, 2007. On n’oubliera pas le stimulant texte de Pascal Ory dans l’Hommage à Jean Guéhenno, op. cit.

8 Nicole Racine, « Jacques Robertfrance, homme de revue, homme d’édition », Sociabilités intellectuelles. Lieux, milieux, réseaux, dir. Nicole Racine et Michel Trebitsch, Cahiers de l’IHTP, no 20, mars 1992, p. 149-150.

9 Sébastien Laurent, Daniel Halévy. Du libéralisme au traditionalisme, Grasset, 2001, p. 316-320 et 333-343.

10 Notes pour le Lénine, BNF, Mss, fonds Guéhenno. Pour une étude plus détaillée de ce dossier, je renvoie à mon texte « Jean Guéhenno et le communisme. 1920-1939 » in Hommage à Jean Guéhenno.., op. cit., p. 73-85.

11 Pierre Pascal entre à l’ENS en 1910, Guéhenno en 1911.

12 Lettres de Pierre Pascal à Jean Guéhenno, de Moscou ; 12 décembre 1928 et sans date (début 1929). BNF, Mss, fonds Guéhenno.

13 Notes pour le Lénine, op. cit.

14 Id., La Foi difficile, Grasset, 1957, p. 60.

15 Id., Notes pour le Lénine, op. cit.

16 Lettre de Jean-Richard Bloch à Jean Guéhenno, 20 septembre 1933. BNF, Mss, fonds Bloch, Corr., tome XXII.

17 Lettre de Jean Guéhenno à Romain Rolland, 20 décembre 1932, dans L’Indépendance de l’esprit. Correspondance entre Jean Guéhenno et Romain Rolland 1919-1944. Préface d’André Malraux, Albin Michel, 1975, p. 247. Cahiers Romain Rolland, 23.

18 Parmi les intellectuels qui prirent la parole : Allendy, Antoine, J-R Bloch, Crevel, Dabit, Dr Dalsace, Luc Durtain, Eluard, Elie Faure, Roger Francq, Georges Friedmann, Jean Guéhenno, Francis Jourdain, Bernard Lecache, Fernand Léger, André Malraux, Darius Milhaud, Ozenfant, Jean Painlevé, Pr Prenant, Tristan Rémy, Paul Signac, Charles Vildrac, Andrée Viollis, Pr Wallon, Marcel Willard. Voir Henri Barbusse, André Gide, Romain Rolland…, Ceux qui ont choisi. Contre le fascisme en Allemagne. Contre l’impérialisme français, Association des écrivains et artistes révolutionnaires, sd., 24 p., préface de Vaillant-Couturier.

19 Intervention de Jean Guéhenno, Ceux qui ont choisi.., op. cit., p. 9.

20 Voir la publication dans Commune, des déclarations de Giono dans le numéro de janvier-février 1934, d’Edith Thomas en mars-avril 1934 et de Victor Margueritte en octobre-novembre 1934.

21 Lettre d’Edith Thomas à Jean Guéhenno, 2 décembre 1934. BNF, Mss, fonds Guéhenno.

22 Lettre de Jean Guéhenno à Jean-Richard Bloch, 3 juillet 1934. BNF, Mss, fonds Jean-Richard Bloch, Corr., t. XXII.

23 Pour la défense de la culture. Les textes du Congrès international des écrivains Paris, juin 1935, réunis et présentés par Sandra Teroni et Wolfgang Klein, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2005.

24 Lettre d’Ignazio Silone à Jean Guéhenno, de Zurich, le 15 avril 1935. BNF, Mss, fonds Jean Guéhenno.

25 Intervention de Jean Guéhenno, in Pour la défense de la culture. Les textes du Congrès international des écrivains. Paris, juin 1935, op. cit., p. 99-101. Guéhenno donnera ultérieurement un compte rendu favorable de l’ouvrage de Charles Vildrac, Russie neuve, sur le thème, il est vrai vague, de la « confiance en l’homme » (Vendredi, no 69, 26 février 1937).

26 Jean Schlumberger, Notes sur la vie littéraire. Édition établie, présentée et annotée par Pascal Mercier, Gallimard, 1999, p. 193, note p. 199.

27 « Devoirs de la France » in Journal d’une « Révolution 1937-1938 », op. cit., p. 245-246. Dans le post-scriptum ajouté à ce premier article, Guéhenno explique qu’il ne signera pas la protestation parce que « les accusés ont assassiné Kirov ».

28 Victor Serge lui écrit qu’elles sont extraites d’un article destiné à une « publication révolutionnaire ». Lettre de Victor Serge à Jean Guéhenno, 23 janvier 1937. BNF, Mss, fonds Guéhenno.

29 La Foi difficile, op. cit., p. 219.

30 Je renvoie à mon article « La revue Europe (1923-1939). Du pacifisme rollandien à l’antifascisme compagnon de route », Matériaux pour l’histoire de notre temps, no 30, janvier-mars 1993, p. 21-26, ainsi qu’à « Commémorations d’écrivains », in Europe, Une revue de culture internationale, 1923-1998, Europe, 1998, p. 39-58.

31 Sur le contexte intellectuel de ce débat et les positions de Paul Valéry, voir Michel Jarrety, Paul Valéry, Fayard, 2008, p. 822-824.

32 « Les intellectuels et le désarmement. Lettre à Messieurs les membres du Comité permanent des Lettres et Arts de la SDN », Europe, 15 mars 1932. Voir l’échange de lettres à cette date entre Guéhenno et Paulhan : Jean Guéhenno, Jean Paulhan, Correspondance 1926-1968. Edition établie, annotée et présentée par Jean-Kely Paulhan, Gallimard, 2002 (Cahiers Jean Paulhan. 11).

33 « La revue Europe et l’Allemagne, 192961936 », in Entre Locarno et Vichy. Les relations franco-allemandes dans les années 1930, dirigé par Hans Manfred Bock, Reinhart Meyer-Kalkus et Michel Trebitsch, vol. II, Paris, CNRS Editions, 1993, p. 631-658.

34 « Romain Rolland-Jean Guéhenno et la revue Europe » in Romain Rolland. La Pensée et l’Action. Mélanges offerts à M. le Professeur Bernard Duchatelet, Rennes, Université de Bretagne occidentale et CNRS, 1997, p. 209-223.

35 Lettre de Jean Guéhenno à Romain Rolland, 21 janvier 1936, in L’Indépendance de l’esprit. Correspondance entre Jean Guéhenno et Romain Rolland 1919-1944, Albin Michel, 1975, p. 369.

36 Lettre de Jean Paulhan à Jean Guéhenno, 21 février 1936 et texte de la note parue dans La NRF du 1er mars 1936 in Jean Guéhenno-Jean Paulhan. Correspondance 1926-1968, op. cit., p. 122.

37 Voir Romain Rolland et La NRF. Correspondances…, Présentation et annotation par Bernard Duchatelet, Albin Michel, 1999, p. 61-64.

38 Lettre de Jean Guéhenno à Jean-Richard Bloch, 30 décembre 1935. BNF, Mss, fonds Bloch, Mss, Corr., t. XXII.

39 Bernard Laguerre, « Jean Guéhenno et Vendredi », in Hommage à Jean Guéhenno pour le centenaire de sa naissance, op. cit., p. 120-126 ainsi que Vendredi. 1935-1938, mémoire de DEA, IEP Paris, 1985 ; Cécile Duret, André Chamson, un intellectuel dans la cité : 1919-1939, mémoire de DEA, IEP Paris, 1995.

40 Lettre de Jean Guéhenno à Léon Blum, 16 février 1939. Archives du XXe siècle, Fondation nationale des sciences politiques. Archives Blum de Moscou, inv. 1, dr 285.

41 Jean Guéhenno, L’Evangile éternel. Étude sur Michelet, Grasset, 1927, p. 220.

42 Id., La Foi difficile, op. cit., p. 156-157.

43 Avant-propos d’Albert Camus à Louis Guilloux, La Maison du peuple suivi de Compagnons, Grasset, 1953.

44 Jean-Paul Sartre, « Situation de l’écrivain en 1947 » in Qu’est-ce que la littérature ?, Paris, Gallimard, 1948, p. 199. Cité par Anne Simonin dans Les Éditions de Minuit (1942-1955). Le devoir d’insoumission 1942-1955, IMEC Editions, 1994, p. 157-158.

45 Lettre de Jean Cassou à Romain Rolland, 6 avril 1936. BNF, Mss, fonds Romain Rolland.

Auteur

Directrice de recherches à la Fondation nationale des Sciences politiques, a publié de nombreux travaux sur les revues et les intellectuels engagés d’une guerre à l’autre et, avec Michel Trebitsch, Intellectuelles. Du genre en histoire des intellectuels (Complexe, 2004).

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540