Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quel film voir ?

 | 
Claude Forest

Section A – Le discours et le marché

Section A – Le discours et le marché

Texte intégral

  • 1 Depuis Platon, mais plus particulièrement depuis la fin du xixe, de très nombreuses théories ont é (...)

1Quels sont les réels déterminants, les « motivations »1 des différents acteurs de la filière cinématographique pour exercer leurs professions ? Autrement dit, quelle est la demande des offreurs ? Des industries techniques (monteurs, cadreurs, ingénieurs du sons, etc.) aux plus artistiques (scénaristes réalisateurs, comédiens, etc.) en passant par la production, la distribution, l’exploitation, les métiers se situent à des stades et des degrés plus ou moins engagés, et ont un contact direct ou plus éloigné avec le film, mais tous concourent à sa conception, sa création puis sa diffusion. Cette plus ou moins grande proximité peut éventuellement faire varier la conception que les agents peuvent en avoir : œuvre, produit, mix des deux en des proportions diverses selon le stade de la filière, en leur sein même ou selon la plus ou moins proximité avec le film lui-même, comme du parcours des agents eux-mêmes (travail choisi, fonction contrainte, etc.). Mais initialement, alors qu’ils vont tous se retrouver en position d’offreurs sur un marché, qu’est-ce qui les a conduit à exercer ces professions ? Et qu’est-ce qui les « motive » pour continuer ? Quel est leur rapport à cet Autre à qui ils veulent offrir leurs talent, savoir-faire, temps, énergie, et cela durant toute leur vie parfois ? Si des études partielles ont été conduites par exemple sur le parcours ou les origines d’un groupe de telle ou telle profession (facilement nommable et repérable car quantifiable – X sont titulaires d’un BTS, Y autodidactes, etc.), à notre connaissance, aucune étude transversale n’a jamais été menée sur ce thème, assurément complexe et délicat.

2N’ayant nulle capacité à mener une telle étude, nous nous limiterons à formuler une double hypothèse, qui pourra paraître réductrice :

  1. dans leur ensemble, les déterminants et motivations des humains de ces professions ne sont guère éloignés de ceux de l’ensemble de leurs congénères qui exercent en d’autres secteurs (ce qui ne veut pas dire que les parcours individuels ni les « profils psychologiques » ne soient exactement les mêmes) ;
  2. d’où il découle logiquement que dans leur ensemble ces déterminants et motivations ne sont guère éloignés ni entre toutes ces professions du cinéma, pas plus qu’au sein de ces professions elles-mêmes.

3L’hypothèse (a) signifie que ce qui a pu participer au choix, puis à l’exercice, d’une de ces professions, n’est guère différent qui ce qui a pu l’être pour toute autre, tel artisan boulanger, maçon, informaticien ou enseignant. Reproduction sociale (ou opposition à cette reproduction), opportunité des rencontres, recherche d’une sécurité par acquisition d’un savoir-faire, souci d’assurer un revenu régulier ou important, nécessité d’obtenir une notoriété (ou au contraire d’exercer dans l’ombre), soif de reconnaissance ; « goût » de diriger, d’avoir des responsabilités, ou inversement de simplement exécuter ; souhait d’exercer un métier « qui plait » ; « amour » du travail bien fait, etc. L’objet change, ainsi que les conditions de son exercice, mais pas son principe. Il en va alors logiquement de même pour (b), l’ensemble de ces déterminants agissant de manière identique, simplement en s’inscrivant différemment : selon ses talents et son histoire, la fonction (accompagnée du plaisir (ou la nécessité), etc.) de concevoir un film, quel que soit la place de l’agent, est du même ordre que de participer à sa fabrication, puis à sa distribution, puis à son exploitation en salle.

4Accepter cette hypothèse, c’est concevoir que les talents des individus trouvent à s’employer là ou leurs histoires personnelle et sociale les ont placés, et qu’ils sont tous du même ordre, de la même essence. Elle supprime ainsi la dichotomie manichéenne, l’opposition irréductible qui atteindrait par essence le film (œuvre/produit) ou le cinéma (art/argent). Ce qui ne veut absolument pas dire que les stratégies dominantes des acteurs ne peuvent tendre vers l’un ou l’autre pôle, ni que selon le stade où on le considère, le film ne doive pas s’en remettre préférentiellement à l’un des savoirs faire plutôt qu’à l’autre (et inversement à un autre stade).

5En revanche, ne pas l’accepter, c’est considérer que, par nature ou par essence, l’artiste, ou (certains de) ceux travaillant dans le champ artistique seraient mus par d’autres motivations, animés en permanence d’autres intentions (mais lesquelles ?), dotés d’autres compétences. Celles-ci seraient sous-entendues supérieures, ou tout au moins d’une constitution qui les rendraient impropres à être jugées par un autrui extérieur à leur champ, par exemple commis dans de strictes activités de production marchande. Leurs propres œuvres les rendraient eux-mêmes incomparables aux autres humains, ce qui, appliqué aux autres humains, invaliderait en elle-même toute analyse, les rendant « communs », leur travail ne relevant pas de la même quintessence. Très peu soutiennent au xxie siècle un tel discours, car dès lors, par qui être jugé ? Ses pairs ? À voir les réactions aux Césars ou autres cérémonies, certainement pas (car il existe des « impurs » parmi les « purs ») ; mais alors, qui d’autre ?

6Bien qu’apparemment rejeté en raison de la connotation élitiste qu’elle recèle, il n’est toutefois pas certain que ce présupposé ne guide, en fait, en pensée et en pratique, nombre des individus de ce champ. Nous ne la ferons pas nôtre.

Notes

1 Depuis Platon, mais plus particulièrement depuis la fin du xixe, de très nombreuses théories ont été engagées autour de ce concept, particulièrement dans les champs de la psychologie et du management, afin d’essayer d’en détecter les sources, les obstacles, l’orientation qu’on pourrait lui donner. Très prudent sur ce qui nous parait souvent, au moins dans son acception commune, relever de la figure du diallèle (figure que nous rencontrerons souvent dans les champs culturels et idéologiques – cf. infra), nombre de termes de ce type seront utilisés dans leur sens commun mais avec précaution, les guillemets indiquant notre réserve quant à leur pouvoir explicatif.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540