Version classiqueVersion mobile

Quel film voir ?

 | 
Claude Forest

Préface

Giusy Pisano

Texte intégral

1Si l’auteur de Quel film voir ? Pour une socioéconomie de la demande analyse le cinéma, pratique culturelle dont il est spécialiste, la réflexion à laquelle il nous convie dépasse largement cet objet pris, en définitive, comme un point de départ pour explorer plus particulièrement un principe tant esquivé car dérangeant : le mimétisme propre à l’espèce humaine. Rien n’est en effet plus confortable que de croire en une autonomie du désir qui, partant du sujet, se manifesterait directement dans l’objet convoité (chapitre xvi Du désir, chapitre xvii Du mimétisme), ou encore à un homo rationalis qui, en toutes circonstances, garderait son indépendance et repousserait l’abject (chapitre xi Raison et rationalité, chapitre viii Massacre à la manchette). Rien n’est plus inquiétant que de découvrir le rôle fondamental joué par les neurones miroirs dans l’apprentissage par imitation (chapitre xv Demande et fonctionnement neurobiologique), de constater notre besoin d’imiter nos égéries (chapitre xviii De la contagion mimétique à la concentration économique). Rien n’est plus simple que de désigner des boucs émissaires et de se réfugier derrière le bon goût. Car rien n’est plus déstabilisant que constater que le succès (« faire du chiffre ») n’est pas antinomique avec originalité, talent ou reconnaissance du public (chapitre iii Des idéaux pas très logiques).

2Ces aspects sont ici analysés à l’aide des recherches élaborées dans divers champs d’étude : la philosophie, la neurologie, la psychanalyse, la sociologie et l’anthropologie sont essentiellement sollicitées afin d’approfondir certains concepts fondamentaux tels que le besoin, le désir, l’appartenance, permettant de mieux saisir les mécanismes de mimésis dans les pratiques des spectateurs-consommateurs. À cet effet, et en l’appliquant au domaine spécifique du cinéma, l’auteur choisit tout d’abord de prendre, comme axe principal, la demande, plutôt que – comme on le fait si souvent – l’offre. Il bouleverse, ainsi, totalement le célèbre principe de « la loi de l’offre et de la demande » en se focalisant plus particulièrement sur cette dernière, même s’il ne néglige pas pour autant les stratégies de marketing et la position dominante de certains offreurs de films (les Majors américaines).

3En étayant l’approche économique qui est la sienne par d’autres apports, l’auteur parvient à un premier constat : c’est la demande anticipée et ensuite enregistrée, et non l’offre, qui détermine la consommation et par là même place certains films en tête des box-offices. Par le biais d’une étude de cas très concrets (cinéma fantastique, super héros, documentaires, cinéma américain, cinéma européen et surtout l’absence emblématique de certains genres ou sujets telle la représentation d’un génocide) Claude Forest, décline les pratiques orientées des offreurs de film, les réponses du public - pas toujours celles souhaitées –, les demandes sur des objets qui sont loin d’être prévisibles (Bienvenue chez les Ch’tis) pour lesquelles il est toujours possible d’invoquer « des mystérieuses alchimies » (le hasard, les talents des acteurs, la rencontre « secrète » avec le public, le film facile vs de qualité, etc.). Il n’en reste pas moins que toutes ces données échappent aux offreurs de films, même les plus à l’écoute et à l’affût de la moindre nouveauté dans les goûts et les comportements. Difficile d’expliquer certains engouements inattendus par les lois du Marché « soutenu par son bras armé le Marketing, censé exonérer les errements des consommateurs car aptes à leur faire ingurgiter (quasiment) n’importe quoi (…) point n’est besoin non plus de conspirateur, ni de Grand Ordonnancier pour influencer sur les décisions si ressemblantes de tous les consommateurs… » Difficile d’expliquer par ces boucs émissaires, le complet silence des réalisateurs français depuis quinze ans sur les événements du Rwanda par exemple. Ces absences, ou au contraire concentrations de demande, sont analysées dans cet ouvrage en terme de mimétisme.

4Débarrassé de la « loi » qui masque les mécanismes de la demande, de l’idée que « l’homme fixe de façon autonome son désir sur un objet » et que l’objet possède en soit une « valeur susceptible de polariser ce désir », Claude Forest nous démontre que « ce n’est pas la « rareté » qui suscite la concurrence et le succès d’un objet sur un autre, mais l’inverse. C’est parce qu’un objet est désiré par l’Autre et qu’il s’érige de fait comme modèle que son appropriation est convoitée, désirée ». Et : « c’est parce que l’individu est hétéronome que ses consommations imitent celles de son voisin et lui ressemblent, cette ressemblance s’apaisant mais croissant de fait avec le discours de la vente qui le promeut autonome et singulier » et préserve ainsi l’illusion d’une authenticité du désir selon une trajectoire linéaire, du sujet à l’objet, qui exclurait toute intervention d’un médiateur.

5Dans le prolongement de la théorie anthropologique du caractère mimétique du désir proposée par René Girard – encore assez mésestimée en France et pourtant corroborée récemment par les recherches de deux neurologues, Vittorio Gallese et Giacomo Rizzolatti, qui ont mis en exergue les neurones miroirs – Claude Forest souligne, bien au contraire, la présence d’un tiers : cet Autre qui nous « semble jouir, lui, de ce à quoi nous aspirons le plus » et cependant très vite escamoté. Le sujet – écrit René Girard – « méconnaîtra toujours cette antériorité du modèle, car ce serait du même coup dévoiler son insuffisance, son infériorité, le fait que son désir est non pas spontané mais imité. Il aura beau jeu ensuite de dénouer la présence de l’Autre, médiateur de son désir, comme révélant de la seule envie de ce dernier » (Mensonge romantique et vérité romanesque, Paris, Grasset, 1961). Et s’il ne parvient pas lui-même à expliquer son désir, voire son absence de désir, il peut toujour évoquer un bouc émissaire : les lois du Marché, le Marketing, des forces obscures, un démon…, l’esthétisation de l’Histoire par le travelling, l’inimaginable, l’indicible, l’impensable, plutôt que de constater l’incapacité identificatoire.

6Au terme des exemples évoqués, des réflexions et interrogations que cet ouvrage suscite assurément, la compréhension du consommateur/spectateur s’en trouve enrichie notamment si, au lieu de lui attribuer une autonomie ou au contraire une surdétermination extérieure, l’on essaie « de saisir les mouvements d’un poisson évoluant au milieu de son banc, soumis à de multiples facteurs exogènes, le plus important pouvant être le mouvement de ses semblables ».

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search