Version classiqueVersion mobile

Allemagne 1974-1990

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Ulrich Pfeil

IV. L'unité

L’histoire de la République fédérale – vingt ans après la Réunification1

Axel Schildt
Traduction de Ingrid Lacheny et Marc Lacheny

Texte intégral

  • 1 Cette contribution s’appuie sur l’article suivant, qui a été ici à la fois raccourci et mis à jour (...)
  • 2 Frank BÖSCH, Constantin Goschler (éd.), Public History. Öffentliche Darstellungen des Nationalsozia (...)
  • 3 Martin Sabrow, Ralph Jessen et Klaus Grosse Kracht (éd.), Zeitgeschichte als Streitgeschichte. Groß (...)
  • 4 Klaus Weinhauer, Jörg Requate et Heinz-Gerhard Haupt (éd.), Terrorismus in der Bundesrepublik. Medi (...)

1Après soixante années d’existence, la République fédérale, explicitement fondée en 1949 comme provisoire, a déjà dépassé la durée de vie de l’empire allemand, dont l’anniversaire correspondant serait tombé en 1931, quand la République de Weimar était déjà à l’agonie. À ce record de durée dans l’histoire allemande moderne correspond un intérêt relativement limité pour l’« ancienne » République fédérale en tant que phénomène historique. L’époque du « Troisième Reich », ainsi que le versant sombre de l’État policier ou étrange au plan culturel de la RDA, continuent à occuper largement l’attention du public2. Dans tous les débats sur l’histoire allemande du vingtième siècle, de la controverse autour de Fischer et l’« aspiration allemande à la puissance mondiale » au cours de la Première Guerre mondiale à l’« exposition sur la Wehrmacht », en passant par la « querelle des historiens »3, l’ancrage historique de la République fédérale fit certes débat, de manière sous-jacente, mais il fallait un certain recul pour pouvoir thématiser son histoire. Les rares sujets de l’histoire de la République fédérale qui donnèrent lieu à un débat plus large, essentiellement 1968 et les conséquences du terrorisme4, suscitent l’impression que, dans le contexte étroit de l’histoire des deux dictatures allemandes, le « travail d’analyse critique » sur le Troisième Reich, cause de la révolte des étudiants et de la jeunesse, ainsi que sa prétendue manipulation par les services secrets est-allemands, suffiraient à expliquer les modifications profondes qu’a subies la République fédérale en un temps de paix.

2La césure de 1989/90 a exercé sur les historiens une fascination dans laquelle une sorte de « déformation professionnelle » joue un rôle, la propension à bâtir une réflexion à partir de la fin des époques. Sur ce point, l’historien ressemble au philatéliste qui apprécie plus que tout les témoins de périodes révolues. Cela fut sensible quand la recherche sur la RDA prit son essor. On dispose ici, ce qui constitue une situation d’exception, de gigantesques piles de dossiers dans des archives ouvertes. Si bien que la reconstruction de la « deuxième dictature allemande » du vingtième siècle (et comparaison avec la première dictature allemande, le régime national-socialiste) est devenue, pour des raisons politiques que l’on peut comprendre, un domaine de recherches particulièrement favorisé, ce qui a pour conséquence que, dans certains domaines, nous en savons davantage sur la petite Allemagne que sur la grande, l’« ancienne » République fédérale, dont on rappelle l’histoire d’une manière plutôt floue, comme s’il s’agissait d’un présent saturé, quasiment prolongé vers l’arrière. On a parfois l’impression, concernant la République fédérale, que les problématiques marquantes et susceptibles d’intéresser l’opinion doivent encore être construites et artificiellement implantées.

  • 5 Entre autres ouvrages remarquables, on peut citer Christoph Klessmann, Arbeiter im « Arbeiterstaat  (...)

3Ce qui vaut pour l’historiographie de la République fédérale vaut aussi pour l’historiographie sérieuse sur la RDA qui a produit des travaux impressionnants sur la dictature et la société est-allemandes5 : toutes deux sont en grande partie coupées de la réception médiatique. En témoignent en cette année anniversaire 2009 les émissions de télévision qui s’y rapportent. On y convie de préférence des historiens grand public médiocres, mais rompus aux simplifications télégéniques, qui tentent d’imposer le concept, stérile au regard de l’historiographie, d’« État de non-droit » comme seule norme de référence.

  • 6 Voir sur ce point, à titre exemplaire, Hans Günter Hockerts (éd.), Drei Wege deutscher Sozialstaatl (...)
  • 7 Cet éventail est esquissé dans Arnd Bauerkämper, Martin Sabrow et Bernd Stöver (éd.), Doppelte Zeit (...)
  • 8 Voir les ouvrages récents suivants : Udo Wengst et Hermann Wentker (éd.), Das doppelte Deutschland. (...)

4Certains affirment parfois qu’il serait anachronique depuis 1989/90 d’étudier l’« ancienne République fédérale » pour elle-même. On ne peut plus, nous dit-on, écrire l’histoire allemande après la Seconde Guerre mondiale que sous l’angle des rapports interallemands. Cette conception n’est recevable qu’en apparence et qu’en partie. Certes, l’Allemagne du vingtième siècle (jusqu’en 1990), « histoire contemporaine triple » (Hans Günter Hockerts) de l’État national ayant débouché sur le « Troisième Reich » et les deux États qui lui ont succédé, la République fédérale et la RDA, invite à certaines études comparatistes6. Il faut aussi tenir compte du fait que l’Allemagne de l’Ouest et l’Allemagne de l’Est constituaient l’une et l’autre des États des marges, situés au point de contact des deux blocs, que la dictature du « Parti socialiste unifié » (SED) en Allemagne de l’Est fournissait ex negativo à la République fédérale un repoussoir. De telles études sont indéniablement importantes7, mais l’hégémonie paradigmatique de l’histoire de la communication interallemande finirait par conduire, à partir d’impulsions politico-didactiques, à hypostasier un aspect du chemin emprunté par la République fédérale, car on aura bien du mal à affirmer que l’évolution de la société ouest-allemande a été influencée de façon notable par une concurrence exemplaire de la RDA. Les sociétés des deux États allemands se développèrent au contraire en suivant des chemins séparés, surtout après la fermeture de la RDA en août 1961, et lorsque des influences se faisaient sentir, elles émanaient principalement de l’Ouest et produisaient davantage d’effets sur l’Allemagne de l’Est qu’inversement8.

  • 9 Hans-Peter Schwarz (éd.), Die Bundesrepublik Deutschland. Eine Bilanz nach 60 Jahren, Cologne, Weim (...)
  • 10 Voir maintenant l’ouvrage complet de Sebastian Ullrich, Der Weimar-Komplex. Das Scheitern der erste (...)

5Très progressivement un plus large public s’intéresse à l’histoire de l’« ancienne » République fédérale9. L’exigence d’une historisation de la République « de Bonn », ou de l’« ancienne » République fédérale, peut parfaitement signifier autre chose qu’une simple évidence professionnelle. Il n’est pas rare que soit ainsi affirmé, mélange de conclusions et d’anticipation, qu’avec le tournant de 1989/90, l’« ancienne » République fédérale a définitivement cessé d’exister, non seulement dans ses limites territoriales et par l’extension de sa population, mais aussi par tous les élargissements politiques, sociaux et culturels qui lui auraient conféré une dimension nouvelle. En d’autres termes, 1989/90 fait figure de nouvelle « année zéro », thèse présentée cette fois encore comme un mélange de constat factuel et de postulat politique. Au début des années 1990 un nombre important de publications visait à faire de l’histoire ouest-allemande après la Seconde Guerre mondiale dans son ensemble un Sonderweg, l’itinéraire particulier d’un demi-État limité dans sa souveraineté nationale et, tout en étant de premier ordre au plan économique, dépourvu de pouvoir politique. La « République de Berlin » devait désormais mettre un terme à l’intermède historique d’une République de Bonn privée de pouvoir ; l’Allemagne devait de nouveau assumer ses responsabilités de grande puissance. Une telle démarche nécessitait, disait-on, que soit mis un terme à l’analyse compulsive du « 3e Reich », au nihilisme national et à l’auto-flagellation, et de passer à la « normalisation », de développer une fierté nationale au même titre que les autres pays et de faire des intérêts nationaux le critère de son action. Cela s’accompagna d’efforts sémantiques consistant à opposer la nouvelle République « de Berlin » à l’ancienne République « de Bonn ». Le discours sur la « République de Berlin » a fréquemment des connotations de retour à la « normalité ». Mais la « République de Bonn » possède elle aussi une histoire qui remonte plus loin dans le temps. Forgée au milieu des années 1950 par opposition à l’échec de la Première République (« Bonn n’est pas Weimar », Fritz René Allemann)10, cette histoire n’a pour ainsi dire jamais été utilisée en RFA, mais elle l’a indubitablement été, avec une connotation clairement négative, par la propagande « nationale » de la RDA, pendant un certain temps dans la version d’« État des diviseurs de Bonn », tandis que le côté occidental ne faisait pas référence à Berlin, mais seulement à un quartier de Berlin-Est, pour stigmatiser le « régime de Pankow ».

6À y regarder de plus près, il apparaît que le discours sur la redéfinition de la grandeur nationale ne date pas de1990 – ce qui, là encore, contredit la thèse de « l’année zéro ». Les auteurs concernés, et pas seulement ceux qui se trouvaient en marge de l’histoire contemporaine, s’étaient déjà engagés dans ce que l’on appelle la querelle des historiens, née au milieu des années 1980, à un moment où le « Troisième Reich » devait faire l’objet d’une normalisation, en empruntant par exemple aux théories de la modernisation, en présentant le régime national-socialiste comme une société de consommation « normale ». Cela aussi avait été frappé du label « historisation », et l’on aimait à se réclamer de Martin Broszat, l’ancien directeur de l’Institut d’Histoire Contemporaine (« Institut für Zeitgeschichte »), qui n’avait toutefois pas cherché à disculper à travers une « normalisation », mais à expliquer le « Troisième Reich » en l’insérant dans l’histoire de la société du vingtième siècle. C’est précisément à travers les débats sur la politique de l’histoire que l’on voit des motifs clairs de continuité entre les années 1980 et les années 1990 et que l’on constate qu’il ne saurait être question d’historisation au sens d’une disparition de l’ancienne République fédérale ni d’une entrée sur un terrain discursif entièrement neuf.

7Il faut appréhender la revendication d’une « historisation » comme moyen d’en finir définitivement avec l’« ancienne » République fédérale demandant que son historisation se fasse de la manière dont l’entend l’historiographie. Qui ne parle d’elle que par référence à la césure nationale de 1990 se fait le vecteur de la thèse d’une grandeur pour ainsi dire figée, d’un bloc homogène, l’« ancienne République fédérale » de 1949 à 1990. Or il faut, au contraire défendre la thèse suivante : la République fédérale n’est pas une histoire, elle a une histoire !

8Les propositions qui esquissent ci-dessous la forme de laquelle l’histoire de cet État et de cette société a été présentée jusqu’à présent et les approches permettant de la dépasser ne doivent pas être perçues comme une ligne ascendante menant de ce qui serait complètement faux vers quelque chose de toujours plus exact. Il y a là des aspects simultanés, et il existe chaque fois d’autres possibilités et d’autres limites, dont les conclusions sont liées à la perspective choisie. Néanmoins, des préférences se dégageront de ce qui suit.

La République fédérale, histoire d’un succès

9On ne peut nier que l’histoire de la République fédérale est celle d’un succès : un demi-siècle de paix, une prospérité croissante et une démocratie stable malgré les craintes initiales. Une histoire de la République fédérale qui ne reconnaît pas cela comme fondement ou le déprécie en le relativisant ne mérite pas son nom. À vrai dire, les auto-encensements – donnant l’impression d’un rituel – de la classe politique et du journalisme agrégé à elle, de plus en plus éloignés de l’héroïsme de la phase de reconstruction, suscitèrent en grande partie l’ennui auprès d’un large public et éveillèrent sa méfiance : l’ennui parce que des histoires narrées à des fins d’harmonisation et vantant la propagation du bien, ne parviennent guère à faire naître de tension ; la méfiance parce que de telles histoires sont trop belles pour être vraies. Je m’exprime en l’occurrence sciemment au passé, car j’aborde ici surtout une partie de l’idéologie étatique officieuse de la République fédérale au cours de la guerre froide désormais terminée, mais dont les modèles de pensée continuent à agir sous une autre forme. La méfiance était à coup sûr justifiée : on évoqua les succès avant tout pour servir les intérêts politiques du moment, pour les faire apparaître comme dépourvus d’alternative. Le discours sur le succès avait un fondement téléologique ; il fut conçu comme une épopée, et mis par exemple, en une démarche qui n’avait rien de désintéressé, au service de la gloire d’Adenauer, laissant entendre que le rejet par le « Vieux de Rhöndorf » de tout examen des propositions de l’Est (les notes de Staline en 1952 par exemple) et la « politique de la fermeté » qu’il lui avait préférée, avaient constitué une stratégie consciente en vue de parvenir à l’unité allemande.

10Toutefois, il fallut beaucoup de temps pour que la méfiance quasi instinctive, de pans entiers de la presse de gauche et libérale de gauche face aux présentations positives de l’histoire de la République fédérale cédât la place à une approche qui faisait de la reconnaissance de son succès le point de départ d’une critique réaliste de la fonctionnalisation de ce succès et de questionnements sur les conditions et le coût. Ce n’est qu’au moment du quarantième anniversaire des deux États allemands, mais avant la disparition de la RDA, que se dessinèrent peu à peu les contours d’une telle approche différenciée de l’histoire dans la presse. Dans les derniers temps de l’« ancienne » République fédérale, qui entrera peut-être un jour dans l’histoire comme sa phase heureuse, une solution provisoire s’était mue en un État et en une société, laquelle s’était elle-même reconnue sans réserve comme une République fédérale. La notion, forgée en 1979 par un journaliste libéral, Dolf Sternberger, de « patriotisme constitutionnel » exprimait une conception nouvelle, post-nationale, de l’État, à travers laquelle on avait conscience d’être à la hauteur de son époque. L’implosion surprenante du régime de RDA qui suivit et l’unification allemande vinrent parfaire cette success story. Pour autant cela ne disait rien de ses chances de survie : le succès ne garantit pas la durée. Je mentionne cette évidence car c’est justement cela que la notion semble signifier pour certains critiques qui confondent le constat d’un succès avec une affirmation de nature téléologique.

La République fédérale, histoire d’un échec

11La méchante sœur jumelle de la success story de la République fédérale dans un but apologétique fut l ‘ histoire d’un échec qui lui fit perdre sa légitimité. On la rencontre avant tout vêtue du costume de la « restauration », qui a certes été critiquée en détail par la recherche en histoire contemporaine, mais qui continue à avoir la vie dure. À la suite du mouvement étudiant de 1968, et avec le soutien de publications d’historiens de RDA, le discours sur la « restauration » fit même un temps son entrée dans l’histoire contemporaine ouest-allemande d’inspiration sciences politiques. Sous une forme simplifiée et radicalisée par rapport à sa signification contemporaine, il voulait dire à présent que, selon les défenseurs de cette thèse, les possibilités qui existaient en 1945 de favoriser un départ politique et culturel fondamentalement nouveau dans le cadre d’une alliance entre les puissances victorieuses occidentales et les anciennes élites d’Allemagne de l’Ouest avaient été déjouées et réprimés et que, finalement, les anciens rapports de force avaient été restaurés. Toutefois, la définition de ce qui avait été restauré – la situation d’avant 1933 ou celle du « Troisième Reich », la situation économique, la politique et l’administration, la culture et les mentalités, ou bien tout cela ensemble – demeurait largement floue. D’autre part, la thèse de la restauration se combinait souvent à la glorification de la classe ouvrière ou des « petites gens » dont les aspirations, tournées vers une démocratisation pleine et entière, avaient été, disait-on, réprimées d’en haut. Les sondages sur les opinions politiques de la population ouest-allemande, tels qu’on ne cessa d’en faire surtout dans la zone américaine, rejettent pareilles constructions dans le domaine de la légende. À partir de la défaite de Stalingrad en 1943 les Allemands avaient certes commencé à comprendre que le régime national-socialiste les avait conduits à la détresse et à la misère, mais pour autant ils étaient loin d’être devenus des démocrates. Le national-socialisme : une idée bonne, mais mal réalisée ou, plus exactement, dont on aurait fait un mauvais usage : voilà comment on pourrait résumer l’opinion dominante, au moins en Allemagne de l’Ouest, après 1945. Et la considération relative pour ce qui venait de se produire augmenta même provisoirement, d’après toutes les sources de sondage connues, au cours des années d’après-guerre.

12En raison de son manque de précision et des déformations par lesquelles elle auréolait le peuple de gloire, la thèse de la restauration ne fut pas en mesure de fonder une histoire de la République fédérale. Reflet négatif de la téléologie apologétique la République fédérale, mentionnée comme point de départ des « années de plomb », ne put susciter d’intérêt analytique. Les « années de plomb » durèrent, c’est ce que suggèrent nombre d’études, jusqu’à la fin des années 1960 et ne furent ébranlées que par le mouvement étudiant et l’opposition extraparlementaire. Une répartition bipartite aussi nette de l’histoire de la République fédérale, telle qu’on la rencontre dans la presse de gauche comme de droite, où « 1968 » fut perçu vraiment comme un choc, passe à côté de sa véritable historisation, tout comme le label « restauration » passe à côté de la phase de fondation de l’État partiel ouest-allemand. Des bouleversements politiques, que l’on peut décrire comme pluralisation et libéralisation de la culture politique, se produisirent d’une part déjà bien avant 1968, au cours des « années » prétendument « de plomb », et d’autre part, il reste à sonder la profondeur des répercussions, politiques et culturelles, véritables que le mouvement de ces soixante-huitards a pu avoir.

La République fédérale, une histoire de modernisation

  • 11 Cf. Axel Schildt, Die Sozialgeschichte der Bundesrepublik Deutschland bis 1989/90, Munich, 2007.
  • 12 Id., Arnold Sywottek (éd.), Modernisierung im Wiederaufbau. Die westdeutsche Gesellschaft der 50er (...)
  • 13 Axel Schildt et al. (éd.), Dynamische Zeiten. Die 60er Jahre in den beiden deutschen Gesellschaften (...)

13Une histoire sociale de la République fédérale, d’abord de ses dix ans de formation, les légendaires années 1950, ne se développa que dans les années 198011. Le regard analytique porté sur les processus économiques, démographiques, socio-structurels et socioculturels ne tarda pas à annihiler la thèse de la « restauration » : il n’y eut guère, en matière d’histoire sociale, de période plus dynamique dans l’histoire allemande que la reconstruction ouest-allemande12. En un peu plus de dix ans, les salaires et les revenus avaient doublé, des millions de réfugiés et d’expulsés avaient été intégrés au monde de l’emploi, on parvint à surmonter les grandes difficultés de logement, conséquence des bombes lâchées pendant la guerre – un « miracle économique » permit à la société ouest-allemande tout entière de laisser derrière elle pauvreté et lacunes pour atteindre un degré de prospérité jusqu’alors inconnu : la « société de consommation ». Ces « adieux à la ›prolétarité‹ » (Josef Mooser), la victoire sur la misère élémentaire née de la maladie et de la vieillesse, furent considérablement encouragés par la politique sociale étatique comme le prouve en particulier la réforme des retraites de 1957, tout ceci fit de la République fédérale, au plan international et en particulier aux yeux de la population de RDA, un modèle positif. La recherche sur l’histoire contemporaine présente les « longues années 1960 » qui suivirent comme une période de transformations pendant laquelle les contours d’une « société de consommation et d’expériences » (Gerhard Schulze) se dessinèrent de plus en plus nettement13.

14L’examen de l’évolution rapide de la société ouest-allemande justifia le recours à la notion de « modernisation », cette catégorie sociologique qui avait déjà une belle carrière derrière elle et avait été appliquée à des époques antérieures de l’histoire pour décrire comme un rapport complexe la transformation de sociétés traditionnelles en sociétés modernes. La modernisation de sociétés déjà modernes (tel était indubitablement le cas de l’Allemagne au vingtième siècle) n’avait toutefois guère été prise en compte à ce moment-là dans les approches relevant de la théorie de la modernisation. Elles n’offrirent certes qu’un arrière-plan ayant généralement valeur de sensibilisation, mais elles eurent le mérite d’attirer l’attention sur les structures sociales, un pas nécessaire vers une approche scientifique de l’histoire contemporaine. Que des processus « objectifs » fussent passés au premier plan avait différentes causes, notamment des causes scientifiques immanentes. Mais il est frappant de constater que cela coïncida avec l’« auto-reconnaissance » de l’ancienne République fédérale au cours de ses dernières années. Ce n’est qu’au moment où la guerre froide prenait fin qu‘ un regard objectif fut porté sur l’histoire sociale.

15Présenter la République fédérale sous l’angle de sa constante modernisation étaya certes dans un premier temps les aspects apologétiques de l’histoire d’un succès et s’avéra compatible avec la propagande en faveur de ses protagonistes historiques sans que l’on forçât les choses. De nos jours encore on retrouve cela lorsqu’on considère rétrospectivement et avec nostalgie la phase héroïque de la reconstruction. Mais de telles mises en relation n’étaient convaincantes qu’à première vue. Car Ludwig Erhard, en qui on salua plus qu’en tout autre le « père de l’économie sociale de marché », n’échoua-t-il pas politiquement dès la première (et légère) récession ? Les prétendus héros de l’histoire à succès ne tardent pas, quand on y regarde de plus près, à disparaître derrière l’efficacité des processus sociaux.

16On a avant tout reproché aux approches de la société ouest-allemande sous l’angle de la modernisation de répandre ce souffle apologétique que la science critique doit surmonter. Elle ferait trop peu de cas de la perte des ressources naturelles, d’une vie sociale harmonieuse, de la solidarité des milieux traditionnels par suite des contraintes imposées par la rationalité systémique – donc les frais de la modernisation. Il est vrai qu’effectivement, les côtés problématiques de la modernisation n’ont pas figuré jusqu’ici au premier plan de l’historiographie de la République fédérale, mais cela ne signifie pas qu’on ne pourrait les intégrer à un niveau théorique. Et une histoire réduite aux pertes constituerait une caricature de démarche scientifique.

17Une autre critique est plus importante. On ne devrait pas parler de modernisation sans autre spécification à propos de la République fédérale et en particulier l’« ère Adenauer », mais d’une « modernisation sous des « auspices conservateurs » (Christoph Kleßmann). Cette précision permet d’inscrire la République fédérale dans l’histoire allemande, dans les tensions entre le progrès technico-économique et civilisationnel d’une part et le pouvoir politique conservateur d’autre part qui lui-même encourage la modernisation tout en tentant d’ériger des barrières culturelles pour lutter contre ses conséquences sociales ; il existe sur ce point une ligne de continuité au moins depuis le dix-neuvième siècle.

18Toutefois, même les modifications formelles qualitatives de ces « auspices conservateurs » méritent intérêt. La notion de « reactionary modernism » (Jeffrey Herf) s’applique assurément à la tendance idéologique de la société wilhelminienne de l’empire allemand et même à celle de la société de la République de Weimar, mais pas au climat conservateur, anti-utopique et pragmatique, des premières années de la République fédérale. À cette époque-là s’amorça en effet l’évolution du conservatisme inscrit dans le lamento antimoderne, qui s’était politiquement couvert de ridicule par son alliance avec le national-socialisme, vers une reconnaissance non seulement de l’irréversibilité du progrès technique, mais aussi, à contrecœur, des conséquences culturelles qui l’accompagnent, la participation à la vie démocratique, l’émancipation féminine… La reconnaissance de la réalité – dans la pose consistant à supporter héroïquement la modernité – fut considérée presque comme la condition de l’hégémonie politique, exprimée jadis par Franz Josef Strauß dans cette formulation devenue célèbre d’après laquelle les conservateurs doivent toujours marcher en tête du progrès.

La République fédérale, une histoire lourde à porter

19La réaction appropriée au succès de la République fédérale ne consiste pas à relativiser ou à nier ce succès, mais à se poser la question captivante de savoir comment, eu égard aux pesants fardeaux moraux et matériels des premières années, une communauté démocratique civilisée, qui s’intègre aujourd’hui évidemment dans les standards internationaux « normaux », put voir le jour. Cette question fondamentale ne fait plus aucune place à la construction apologétique d’une histoire à succès harmonieuse, mais exige l’analyse critique des conditions politiques et sociales de départ.

  • 14 Cf. Norbert Frei, Vergangenheitspolitik. Die Anfänge der Bundesrepublik und die NS-Vergangenheit, M (...)

20Alors que ce que l’on appelle le miracle économique sortit la République fédérale de la pauvreté de l’après-guerre pour la mener au seuil d’une société d’abondance et que les conséquences matérielles de la guerre ne tardèrent pas à disparaître, du moins en grande partie, cela s’avéra plus compliqué avec l’héritage moral du « Troisième Reich »14. Les mesures prises par les Alliés pour dénazifier et juger les crimes nationaux-socialistes furent presque toutes abandonnées lors de la création de la République fédérale. L’une des premières lois du nouveau parlement décida fin 1949 une généreuse amnistie, et beaucoup d’anciens militants nazis au passé chargé purent, au début des années 1950, reprendre leurs fonctions dans les universités, les écoles et les administrations. Dans la vie professionnelle des particuliers, la continuité était de toute façon importante. Un regard objectif sur les nécessités du système permet de constater que la reconstruction n’aurait guère pu se dérouler d’une autre manière avec autant de succès. D’où les enseignants, ingénieurs, juristes et médecins sans passé nazi auraient-ils pu venir, si l’on tient compte de l’adhésion massive des élites au national-socialisme ? En Allemagne de l’Est aussi d’anciens nationaux-socialistes furent intégrés pour cette même raison. En outre, cette intégration sociale se fit sous contrôle politique, ce qui ne laissa aucune chance à d’éventuelles conspirations national-socialistes. L’intégration sociale d’élites au passé chargé fut contrebalancée par une symbolique ostentatoire de « compensation » financière à l’égard d’Israël (Wiedergutmachung) et d’honneurs rendus malgré tout à la résistance des nationaux-conservateurs à Hitler. Et, comme chacun sait, on surveilla attentivement les activités de l’extrême droite et surtout les activités antisémites. Du reste, pourquoi d’anciens nationaux-socialistes auraient-ils conspiré contre la République fédérale ? Alors que le « Troisième Reich » qu’ils avaient admiré avait piteusement sombré, la société ouest-allemande se développait avec succès. Nul ne voulait compromettre la seconde chance professionnelle inespérée qui s’offrait à aux. Sur ce point aussi l’évolution économique, le « miracle économique », joua assurément un rôle décisif, et l’on peut, a contrario, se demander quels processus dangereux de radicalisation auraient pu s’enclencher si la société ouest-allemande était restée dans sa pauvreté initiale – avec des millions de gens frustrés dans des camps de réfugiés. Dans ce contexte on évoque cette « force salutaire de l’opportunisme » (Ulrich Herbert) qui permit aux élites, au passé national-socialiste chargé, de s’intégrer au succès de la République fédérale.

21Cet opportunisme eut une dimension réciproque : ce ne fut pas seulement le chancelier de la République fédérale, mais aussi le président américain Eisenhower qui fit par exemple, au début des années 1950, une déclaration rendant hommage aux officiers de la Wehrmacht d’Hitler pour les gagner à la cause de la reconstruction de l’armée allemande. Adenauer, de même que Kurt Schumacher, son opposant social-démocrate, courtisèrent les camarades des anciennes SS pour en faire les électeurs de leurs partis. L’intégration nécessaire des anciens nationaux-socialistes empoisonna la culture politique des premières années de la République fédérale, où l’on ne pouvait se confronter honnêtement au passé. Même en se démarquant symboliquement du « Troisième Reich », les discours dominicaux des hommes politiques ne purent ainsi se défaire du soupçon de manquer de crédibilité.

22Il serait du reste inapproprié, comme nous l’avons déjà laissé entendre, de ne rapporter le lourd fardeau moral de la société ouest-allemande qu’à ses élites. Il n’y eut pas seulement une grande continuité au sein des élites, mais aussi une « continuité au sein du peuple » (Lutz Niethammer) dans les mentalités et les valeurs politiques. Au cours de ses premières années d’existence, la République fédérale n’était certes pas dépourvue de démocrates actifs, mais elle n’en comptait que peu. La population portait encore le poids de la guerre, ainsi que des années de disette ; on ne pas s’intéressait pas tant à la politique, surtout à sa progression individuelle. Des sondages d’opinion ne cessaient de révéler, au début des années 1950, des sympathies pour une monarchie ou quelque forme de système autoritaire qui promettrait la sécurité, valeur qui l’emportait largement sur celles de liberté et de démocratie. L’Union chrétienne-démocrate (CDU), encore fortement marquée par le catholicisme, et Konrad Adenauer, son représentant chenu, profita de cette atmosphère. Le style semi-autoritaire de gouvernement de l’homme politique, âgé de 73 ans lors de son entrée en fonction en 1949, redonna confiance à une grande partie de la population. Adenauer gouverna au demeurant avec une coalition où l’on comptait le parti frère bavarois, l’Union chrétienne-sociale (CSU), le parti allemand conservateur, le parti libéral allemand (FDP), alors très à droite, ainsi que, à partir de1953, le parti des réfugiés (fortement contaminé par le national-socialisme), intitulé « Le bloc de ceux que l’on a expulsés et privés de leurs droits » (BHE : « Block der Heimatvertriebenen und Entrechteten »). Recueillant une approbation croissante d’élection en élection fédérale, la CDU et la CSU obtinrent en 1957 pour la première fois – et pour la dernière fois jusqu’ici dans l’histoire de la République fédérale – plus de 50 % des suffrages, apogée de l’approbation par la population d’une politique qui ne s’était pas contentée de promettre la sécurité et la prospérité, mais les avait apportées. Cependant, la reconstruction réussie grâce à la modernisation simultanée de la société « jusque dans les gènes » (Ralf Dahrendorf) sapa dès lors l’hégémonie des partis bourgeois conservateurs au pouvoir à Bonn. La social-démocratie, tournée vers la pratique avec son programme Godesberg de 1959, sembla maintenant constituer, pour une partie croissante de la population, bien au-delà des électeurs fidèles liés aux syndicats, un parti susceptible de mieux venir à bout des nouveaux défis, par-delà la reconstruction, que le parti saturé d’Adenauer.

23À partir de la fin des années 1950 on évoqua de plus en plus souvent des évolutions morales malencontreuses et des négligences dans la reconstruction. Tandis que la discussion entre l’Est et l’Ouest gagnait en sérénité depuis la crise de Cuba en 1962, en dépit de revers sporadiques, et que la crainte d’une guerre imminente s’estompait, on se demanda de plus en plus qui avait mené la guerre froide, et avec quelles méthodes, y compris à l’Ouest. La génération montante, la première qui ait passé sa jeunesse dans le cadre paisible de la République fédérale, se fit entendre dans les années 1960. Dans le changement de génération les traits sombres de la culture politique des premières années de la République fédérale semblèrent se dissiper, traits qui collaient à son essor économique sans pareil. Il appartiendra toutefois à l’historiographie future de s’interroger sur les conséquences qui, en partie, n’apparurent que sporadiquement derrière l’opinion transmise par les mass média.

La République fédérale, une histoire d’occidentalisation

  • 15 Detlef Junker (éd.), Die USA und Deutschland im Zeitalter des Kalten Krieges. Ein Handbuch, vol. 1  (...)

24Parmi les facteurs positifs qui contribuèrent à éviter que les immenses pesanteurs politiques et morales empêchent la stabilisation de la démocratie ouest-allemande, il faut citer en priorité les influences occidentales extérieures15. On ne peut décrire la naissance de la Loi fondamentale sans tenir compte des directives et influences des Alliés occidentaux, même si des traditions démocratiques allemandes jouèrent un rôle important. Mais comment la mince contre-élite constituée de « Weimariens » aurait-elle pu obtenir quelque pouvoir sans aide étrangère face à une population encline aux solutions autoritaires et politiquement apathique ? Sur ce point, la culpabilité et l’occidentalisation constituent deux pans de l’histoire de la RFA.

  • 16 Cf. Axel Schildt, Zwischen Abendland und Amerika. Studien zur westdeutschen Ideenlandschaft der 50e (...)

25Ce fut une chance historique pour la partie occidentale de l’Allemagne que le nationalisme germano-prussien traditionnel eût été terrassé par la Seconde Guerre mondiale. La Prusse avait été littéralement dissoute au début de l’année 1947 par un décret de la Commission de contrôle alliée. Les anciennes grandes régions agraires, arrière-pays sûr pour les forces nationales-conservatrices allemandes, faisaient désormais partie de la zone d’occupation soviétique ou plus exactement de la RDA, ou bien encore de la Pologne et l’Union Soviétique. La République fédérale était, en revanche, un pays dans lequel la partie catholique de la population était tout aussi importante que la partie protestante et dominait politiquement au sein des partis chrétiens au pouvoir. En réaction au début de la guerre froide, une idéologie d’intégration difficile à cerner, que l’on ne peut décrire que de façon très imprécise par le concept d’« anticommunisme », se forma dans la partie occidentale de l’Allemagne au cours de la première décennie de l’après-guerre. Démocratie et dictature staliniennes furent moins opposées l’une à l’autre qu’une liberté occidentale excessivement métaphysique au collectivisme de l’Est. Dans les discours dominicaux on abusa littéralement de l’évocation de l’« Occident chrétien », et le renversement spirituel qui y était associé fut dissocié du libéralisme occidental. L’excès de démocratie (occidentale) passait même pour une porte ouverte aux idées du démon communiste. Les USA en particulier apparaissaient comme superficiels et dénués d’âme à bien des journalistes chrétiens-conservateurs, pour qui l’alliance avec l’Ouest devait se limiter strictement aux domaines politique et militaire16. Cette proposition de séparation entre l’option occidentale dans les domaines politico-militaire et économique d’une part et la distance politico-culturelle de l’autre allait s’avérer plus marquante pour les couches bourgeoises cultivées liées à l’Église et qui donnaient alors le ton, que les positions « neutralistes » d’une « troisième voie ». Mais le refus d’un nationalisme allemand de toute façon affaibli, à travers une idéologie occidentale, ne mena pas, et c’est là l’ironie de l’histoire, à une hégémonie stable des chrétiens-conservateurs, mais très vite à une propagation des idées occidentales libérales et à un nouveau pluralisme dans la culture politique, clairement sensibles dès les années 1960. Alors que la recherche a commencé à explorer ce processus, qui relève de l’histoire des idées, en se concentrant sur la première moitié de l’ancienne République fédérale (en lien avec les tendances culturelles quotidiennes à l’« américanisation »), la période qui s’ouvre dans les années 1970 demeure en revanche largement terra incognita où, en tout cas, ce ne furent plus seulement des idées libérales qui furent transférées au-dessus de la Manche et de l’Atlantique. La modernisation, déjà évoquée, du conservatisme est en attente d’une analyse historique au même titre que le déclin ou la faveur temporaire qu’ont connu les utopies socialistes et libertaires, et qui ne sont pas des phénomènes relevant purement de l’Allemagne fédérale, mais des phénomènes occidentaux généraux. Avec le même bienfondé que l’exigence de prise en compte des rapports interallemands, on peut postuler, pour cette raison, que l’histoire de la République fédérale ne peut être retracée si on la détache de ses liens étroits avec l’Europe de l’Ouest et le monde transatlantique, avec l’économie mondiale occidentale, avec la culture sociale et le paysage intellectuel occidentaux – ce n’est qu’en ayant cet arrière-plan en tête que l’on peut discuter de manière efficace des interprétations esquissées plus haut comme part d’héritage occidental de la nouvelle République fédérale.

26À partir de ces grandes lignes, on perçoit la simultanéité fondamentale qui lia la reconstruction matérielle, laquelle avait conduit à une étape encore inconnue et qualitativement nouvelle de prospérité, aux processus d’une libéralisation et d’une pluralisation de la culture politique s’étant effectuée avant tout sur le mode du changement de génération. Lorsqu’on considère le constat déprimant et alarmant de la continuité des élites du « Troisième Reich » en République fédérale, ainsi que les mentalités Ouest-allemandes jusqu’au au début des années 1950, on ne sous-estimera pas le fait qu’un système parlementaire et démocratique (qui put, bien sûr, s’appuyer également sur les traditions allemandes) ayant été implanté, voire « greffé » (Egon Bahr) par les Alliés occidentaux, ait pu devenir, à la différence de la République de Weimar, le noyau de l’histoire à succès ouest-allemande. Les problèmes centraux qui marquèrent de leur empreinte les premières années de la République fédérale, la nécessité de considérables performances d’intégration sociale et, étroitement liée à elles, la question des moyens d’ancrage dans la démocratie, méritent de faire l’objet d’une analyse particulièrement approfondie en tant qu’analogie historique partielle, dans l’expression, avec les situations problématiques actuelles panallemandes.

Questions actuelles

27Ces perspectives esquissées pour l’historiographie de la République fédérale, que l’on doit en grande partie aux travaux menés depuis les années 1980, peuvent aujourd’hui être considérées comme faisant largement consensus dans la communauté des contemporanéistes. Qui voudrait contester le succès de la République fédérale dans le sens que nous avons évoqué, qui renoncerait à adjoindre à ce constat des points d’interrogation critiques, eu égard surtout à l’intégration sociale et morale des parties de la population infestées par le nazisme, surtout parmi les élites ? Mais en même temps se répand un malaise général que nous avons entrevu par endroit. Il me semble que ce malaise tourne surtout autour de la question de savoir si des « récits d’arrivée » peuvent permettre d’apprécier à leur juste valeur la République fédérale non seulement élargie, mais dotée d’un nouveau poids international, de même que la situation politique mondiale, au total modifiée, doit faire désormais l’objet d’une analyse plus générale, mais qu’elle ne possède justement aucun contour clair.

  • 17 Voir l’ouvrage récent de Herfried Münkler, Jens Hacke (éd.), Wege in die neue Bundesrepublik. Polit (...)
  • 18 Anselm Doering-Manteuffel et Lutz Raphael, Nach dem Boom. Perspektiven auf die Zeitgeschichte seit (...)

28C’est pourquoi il faut retenir d’abord que l’interprétation de l’histoire la plus récente relève assurément du diagnostic du présent, lien vital pour vérifier constamment les paradigmes de recherche utilisés. Il est aussi dans la nature de l’évolution de l’historiographie contemporaine qu’une nouvelle génération pose de nouvelles questions ou plutôt que, au-delà de cela, on puisse même comprendre de manière générale des récits hégémoniques comme un projet de génération. Que ce combat de générations soit généré même aujourd’hui non sans crispations par les mass média est patent17. Mais si l’on s’interroge sur les alternatives dépassant l’évidence de la critique immanente et partielle, on ne fera guère de découvertes exceptionnelles. Ainsi faut-il par exemple absolument ne pas identifier de manière générale les constructions idéologiques d’« Ouest » et d’« occidentalité » au libéralisme, lui-même très variable. Cela reviendrait à attribuer à la « République de Berlin » une « idéologie de la légitimation » parfaitement auto-satisfaite. Mais ainsi, les recherches sur l’« occidentalisation » citées deviennent-elles caduques, elles qui ont dégagé dans la période fondatrice de la République fédérale, une convergence historiquement spécifique entre les idées libérales et, surtout, les influences américaines ? Le postulat consistant à « ébaucher une heuristique historiographique pour une République de Berlin encore très schématique » (Klaus Naumann) consiste jusqu’à présent à étudier les évolutions sociales et politiques ayant eu lieu depuis les années 1970 comme les antécédents des situations problématiques survenues depuis 1990. Cela ne me semble toutefois pas encore constituer de nouvelle heuristique, cela tient à la logique de la recherche sur l’histoire contemporaine elle-même, qui s’est toujours aventurée – sur les talons du présent, mais ne le rattrapant jamais – dans un no man’s land encore vierge de toute interprétation, situé entre un passé exploré par l’histoire et l’actualité. Des premiers projets et de premiers colloques sur les années 1970 mettent en évidence cette progression « normale »18. On peut facilement prédire que d’une telle évolution de l’histoire contemporaine résulteront des changements dans la perception des époques étudiées auparavant. Vouloir davantage serait un signe d’impatience politique depuis la « nervosité des années 1990 » et non la marque d’une innovation historiographique. L’historiographie scientifique contemporaine ne peut exister en étant intégralement fixée sur les débats publics actuels, en partie très éphémères, car ainsi, la tension nécessaire entre la recherche sur l’histoire contemporaine, les intérêts politiques actuels et le souvenir des contemporains, filtré par des besoins de confirmation des hypothèses émises, serait édulcorée.

Notes

1 Cette contribution s’appuie sur l’article suivant, qui a été ici à la fois raccourci et mis à jour à plusieurs endroits, également au niveau de la littérature critique : Axel Schildt, « Überlegungen zur Historisierung der Bundesrepublik », in : Konrad H. Jarausch, Martin Sabrow éd.), Verletztes Gedächtnis. Erinnerungskultur und Zeitgeschichte im Konflikt, Francfort/M., New York, 2002, pp. 253 – 272.

2 Frank BÖSCH, Constantin Goschler (éd.), Public History. Öffentliche Darstellungen des Nationalsozialismus jenseits der Geschichtswissenschaft, Francfort/M., New York, 2009.

3 Martin Sabrow, Ralph Jessen et Klaus Grosse Kracht (éd.), Zeitgeschichte als Streitgeschichte. Große Kontroversen nach 1945, Munich, 2003.

4 Klaus Weinhauer, Jörg Requate et Heinz-Gerhard Haupt (éd.), Terrorismus in der Bundesrepublik. Medien, Staat und Subkulturen in den 1970er Jahren, Francfort/M., New York, 2006.

5 Entre autres ouvrages remarquables, on peut citer Christoph Klessmann, Arbeiter im « Arbeiterstaat » DDR. Deutsche Traditionen, sowjetisches Modell, westdeutsches Magnetfeld (1945 – 1971), Bonn, 2007 ; à part cela, il faut signaler surtout les nombreux articles publiés par le Zentrum für Zeithistorische Forschung de Potsdam.

6 Voir sur ce point, à titre exemplaire, Hans Günter Hockerts (éd.), Drei Wege deutscher Sozialstaatlichkeit : NS-Diktatur, Bundesrepublik und DDR im Vergleich, Munich, 1998.

7 Cet éventail est esquissé dans Arnd Bauerkämper, Martin Sabrow et Bernd Stöver (éd.), Doppelte Zeitgeschichte. Deutsch-deutsche Beziehungen 1945 1990, Bonn, 1998.

8 Voir les ouvrages récents suivants : Udo Wengst et Hermann Wentker (éd.), Das doppelte Deutschland. 40 Jahre Systemkonkurrenz, Berlin, 2008 ; Frank Möller, Ulrich Mählert (éd.), Abgrenzung und Verflechtung. Das geteilte Deutschland in der zeithistorischen Debatte, Berlin, 2008.

9 Hans-Peter Schwarz (éd.), Die Bundesrepublik Deutschland. Eine Bilanz nach 60 Jahren, Cologne, Weimar, Vienne, 2008 ; depuis, il existe trois études récentes utiles qui donnent une vue d’ensemble : Manfred Görtemaker, Geschichte der Bundesrepublik. Von der Gründung bis zur Gegenwart, Munich, 1999 ; Edgar Wolfrum, Die geglückte Demokratie. Geschichte der Bundesrepublik von ihren Anfängen bis zur Gegenwart, Stuttgart, 2006 ; Eckart Conze, Die Suche nach Sicherheit. Eine Geschichte der Bundesrepublik Deutschland von 1949 bis zur Gegenwart, Berlin, 2009.

10 Voir maintenant l’ouvrage complet de Sebastian Ullrich, Der Weimar-Komplex. Das Scheitern der ersten deutschen Demokratie und die politische Kultur der frühen Bundesrepublik, Hambourg, 2009.

11 Cf. Axel Schildt, Die Sozialgeschichte der Bundesrepublik Deutschland bis 1989/90, Munich, 2007.

12 Id., Arnold Sywottek (éd.), Modernisierung im Wiederaufbau. Die westdeutsche Gesellschaft der 50er Jahre, Bonn, 1993 (21998).

13 Axel Schildt et al. (éd.), Dynamische Zeiten. Die 60er Jahre in den beiden deutschen Gesellschaften, Hambourg, 2000 ; voir aussi Hanna Schissler, The Miracle Years. A Cultural History of West Germany, 1949 – 1968, Princeton, Oxford, 2001.

14 Cf. Norbert Frei, Vergangenheitspolitik. Die Anfänge der Bundesrepublik und die NS-Vergangenheit, Munich, 21997.

15 Detlef Junker (éd.), Die USA und Deutschland im Zeitalter des Kalten Krieges. Ein Handbuch, vol. 1 : 1945 – 1968 ; vol. 2 : 1968 – 1990, Stuttgart, Munich, 2001 ; voir aussi Anselm Doe-Ring-Manteuffel, Wie westlich sind die Deutschen ? Amerikanisierung und Westernisierung im 20. Jahrhundert, Göttingen, 1999 ; Heinz Bude, Bernd Greiner (éd.), Westbindungen. Amerika in der Bundesrepublik, Hambourg, 1999.

16 Cf. Axel Schildt, Zwischen Abendland und Amerika. Studien zur westdeutschen Ideenlandschaft der 50er Jahre, Munich, 1999.

17 Voir l’ouvrage récent de Herfried Münkler, Jens Hacke (éd.), Wege in die neue Bundesrepublik. Politische Mythen und kollektive Selbstbilder nach 1989, Francfort/M., New York, 2009.

18 Anselm Doering-Manteuffel et Lutz Raphael, Nach dem Boom. Perspektiven auf die Zeitgeschichte seit 1970, Göttingen, 2008 ; Konrad H. Jarausch (éd.), Das Ende der Zuversicht ? Die siebziger Jahre als Geschichte, Göttingen 2008 ; Thomas Raithel, Andreas Rödder et Andreas Wirsching (éds), Auf dem Weg in eine neue Moderne ? Die Bundesrepublik in den achtziger und neunziger Jahren, Munich, 2009.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search